Chapitre 19 : Bien trop forte

ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 19 : Bien trop forte

« Voyons voir ce que cette lame vaut. »

« Le gros problème n’est pas cette lame mais si tu es capable de m’atteindre. »

Elle marque un point et il est difficile de la contredire. Néanmoins, je veux tenter ma chance. Je réfléchis à une lame de vent avant de donner un coup dans le vide en sa direction. Aussitôt, elle fait un mouvement pour se retrouver à côté. Oh … bien ce que je pensais. La trace au sol ne laisse planer aucun doute sur ce que je viens d’accomplir.

« Tu sais au moins la manier. Il ne reste plus grand chose donc à atteindre, non ? »

Elle se répète mais je sais qu’elle n’est pas rassurée maintenant. Je peux réussir à la battre ! Il faut vraiment juste que j’arrive à la toucher, ne serait-ce qu’une fois ! Me dire que ce n’est pas impossible ! C’est ça que je veux croire et espérer ! Je n’ai aucune autre idée en tête à l’heure actuelle ! Si j’y arrive, je pourrais alors me convaincre.

« Tu y es presque, oui. Tu y es presque. »

Elle continue de me parler comme si je n’étais qu’un enfant. C’est exaspérant ! Vraiment exaspérant ! Je ne suis pas un idiot ! Je ne suis pas comme ça ! Je vais lui montrer les bonnes manières ! Elle va vite comprendre qui je suis réellement ! Non.

Je dois rester calme et serein. Tout cela a juste pour but de me provoquer et de me faire commettre une effroyable erreur. J’ai mon arme maintenant. A partir de là, rien ne m’est impossible si je décide de faire attention au moindre de mes mouvements.
Je la sens qui est maintenant très proche de moi mais je n’ai pas fermé les yeux. Même si je ne peux pas arrêter ses mouvements, il faudrait que j’arrive à les suivre. Mais même cela, ça me semble impossible. Mon autre solution consiste à les prévoir. Je fais un mouvement rapide sur la gauche avec mon arme mais Rékiazy l’esquive.

« Ton cerveau n’est pas capable de ce que tu veux essayer. Tu ferais mieux d’abandonner. »

« On va me laisser essayer quand même avant de me dire ce qui est possible ou non. Je suis sûr que je peux y arriver. Ce n’est qu’une question de temps. »

« La confiance est absurde si tu n’as rien pour peser sur la balance à côté. »

« De bien belles paroles mais on sent la pointe d’inquiétude dans ta voix. Tu as finalement compris que j’ai l’arme pour pouvoir t’atteindre. Et tu me crains maintenant ! »

« Hahaha. Amusant, vraiment très amusant. Soit. Tu pensais que je me déplaçais vite, n’est-ce pas ? Alors, changeons de rythme. »

Je n’entends même plus le bruit de sa queue qui rampe. Ce n’est pas un mirage ou autre, je n’ai aucune explication sur ce qui se passe. J’ai l’impression que tout se brouille autour de moi. Cette vitesse ? Elle n’était pas encore à son maximum ? Je veux que ça soit une plaisanterie ! Je vois que ça soit une plaisanterie et rien d’autre !

« Il te faut saisir la différence de puissance. »

Je ne dois pas abandonner. Je sais ce qu’elle fait ! Elle veut juste jouer avec mes nerfs, me faire craquer pour que j’abandonne tout ça mais je ne tomberai pas dans le piège ! Je peux me battre ! Je veux me battre ! Giréléna et les autres sont meurtries. Elles ne peuvent plus lutter. Et je ne parle même pas des soldats et des femmes-pokémon.

Une seule femme-pokémon est responsable de tout ça alors que les précédentes, elles nous donnaient du mal sans pour autant être extrêmement difficiles. C’est que la différence est beaucoup trop grande cette fois. Auparavant, je pouvais dominer aisément ou presque. Mais là ? Je peux faire quoi ? Je ne vais pas obtenir des pouvoirs divins en claquant des doigts !

« Pourtant, ma carapace les possède déjà. »

« Et si tu me parlais directement ? Tu sais que j’ai un nom, n’est-ce pas ? Alors, tu peux l’utiliser plutôt que de vouloir jouer à la personne mystérieuse. »

« Mais il n’est pas encore apte à cela. Il n’a pas décidé de tout abandonner pour y arriver. Il faut qu’il abandonner son humanité, son corps d’homme-pokémon … pour pouvoir tout utiliser. Pour être un être capable de lutter contre la déesse Harsia. »

« Bon, au final, c’est mieux que tu ne parles pas, je vais me débrouiller. »

Je lui rétorque cela alors que je n’attends aucune réponse de sa part. De toute façon, c’est le mieux car oui, il me fatigue. Je n’ai pas que ça à faire. Autant l’ignorer complètement. Mais bon, en même temps, ça ne sera pas suffisant et ça ne m’aide pas.

Posséder des pouvoirs divins ? Moi ? Parce que le Créateur est en moi ? Mais surtout, en vue des sacrifices nécessaires, je préfère éviter ça. Mon but est de vivre et de former une belle et heureuse famille avec Giréléna et Gilitée, pas de mourir en héros pour qu’elles me pleurent.

« Faire pleurer ma fille, je serais abominable. Je refuse ça ! Il en est hors de question ! »

« Je ne vois pas de quoi tu parles mais il semblerait que tu sois en introspection avec toi-même. Il serait alors plus que bête de te déranger, n’est-ce pas ? »

« Ne vous mêlez pas de ça ! Ça ne vous concerne pas ! »

« Il faut donc éviter de le crier à voix haute, tu ne crois pas ? Et je remarque que tu me vouvoies à nouveau. Est-ce la crainte ou la peur ? »

« Aucune des deux. Vous vous faites des illusions et je vais vite vous ramener sur le droit chemin qui mène à la mort. »

Je parle beaucoup car je cherche une solution pour la combattre. Malheureusement, pour le moment, je n’en ait aucune en tête, c’est bien ça qui est ennuyeux. Mais je vais bien finir par en trouver une et à partir de là, j’arriverai alors à la battre. Tout n’est qu’une question de temps et de patience. Mais combien en ai-je dans les deux cas ? Si je perds patience, cela va causer ma perte. Si je perds du temps, cela me causera des pertes. Voilà tout.

« Cela devient un peu lassant, néanmoins, Nev. Je pense que je vais commencer à tuer des personnes proches. Sais-tu que je peux me déplacer à une telle vitesse que je peux tuer tes compagnons restés en arrière et revenir sans même que tu ne le remarques ? »

« Ne t’avises même pas de faire ça. Tu penses qu’avec tes menaces, tu arriveras à … »

« Premier cadeau de ma part. » me dit-elle en me coupant la parole. Elle jette quelque chose au sol avant que je ne cligne des yeux. C’est quoi ça ? Un alvéole ?

« Où est-ce que tu as récupéré ça ? C’est … attends … »

« Oh, je n’ai pas réellement fait attention. J’ai attaqué la première femme-pokémon que j’ai trouvé. Visiblement, cela ne faut pas bien difficile, elle en avait tellement. Tiens, il y a encore un peu de miel de son côté. »

« NINY ! Tu as touché à Niny ?! »

« Hum. Et maintenant, je pense que cela doit appartenir à la femme-Leviator, non ? »

Elle continue de me jeter des écailles au sol. C’est la queue de Migacirpy ? Qu’elle commence pas à jouer avec moi car sinon, ça va vraiment très mal finir. Je me mets à haleter alors qu’elle croise les bras, enjouée par ce qu’elle voit.

« Cela me fait penser. Il y a aussi une femme-Gardevoir qui est avec nous, n’est-ce pas ? Je me demande ce qui se passerait si je lui extirpes ses cornes. »

« JE T’EN EMPÊCHERAIS ! »

« Oh ? Et comment est-ce que tu comptes faire cela ? En claquant des dents ? »

En les lui faisant ravaler ! Je pousse un cri de rage et me jette sur elle, prêt à l’exterminer une bonne fois pour toutes. Quitte à ce que je me retrouve déchiqueté après ce combat ! Je n’aurai peut-être pas combattu Harsia mais au moins, cette garce sera morte !

« Lassant … bien trop lassant. Et beaucoup trop lent aussi. »

Un coup de queue me frappe en plein saut, me renvoyant au sol alors qu’elle est finalement près de moi. Elle me regarde d’une façon bien moins amusée. Elle ne plaisante plus ?

« La conviction commence enfin à être bonne mais ce n’est pas suffisant. Oh, je sais ce que je vais faire. Tu as une fille, n’est-ce pas ? »

« Ne t’avises même pas de la toucher ! »


Je veux crier cela mais ce n’est pas qui vient de prononcer ces paroles. Giréléna ? Celle-ci vient d’apparaître dans un nuage de fumée derrière Rékiazy. Celle-ci esquive la griffe de ma future femme avec une étrange facilité mais voilà que Giréléna est encore derrière elle.

« Enfin ? Cela devient bien plus intéressant maintenant. »

« LES AUTRES CONNES, JE M’EN FOUS ! MAIS MA FILLE, JAMAIS ! »

« Oh ? Et ton futur mari, s’il sera encore en vie, tu n’y tiens pas ? »

« NEV SURVIVRA ! JE LE SAIS ! JE VAIS TE CREVER ! »

Je ressemble vraiment à ça ? Je croyais que Giréléna était dans un sale état. En fait, elle l’est mais elle a la force et la rage de se battre. C’est impressionnant de la voir et … wow ? Je rêve ou alors, elle est vraiment en train de rattraper Rékiazy ?

C’EST LE CAS ! Je pousse un cri de surprise avant de voir Giréléna qui touche et percute Rékiazy, son visage tenu dans sa griffe. Le long corps cylindrique de la femme-Rayquaza ronge le sol, emmené par Giréléna qui continue d’hurler :

« Je vais faire de ta vie un vrai cauchemar ! Si tu t’avises de toucher à ma fille, quitte à ce que j’en crève, je reviendrai, ENCORE ! ET ENCORE ! ENCORE ! »

Elle est complètement déchaînée, on dirait. Je ferais bien de l’arrêter mais je n’en ressens pas le courage. En fait, je ne veux pas l’arrêter, je veux plutôt l’aider. Si avec cette force que ma future femme possède peut réussir à l’atteindre, je le peux aussi !

Je ne sais pas de quels pouvoirs divins parle le Créateur en moi mais ce n’est pas grave, je vais me débrouiller avec ce que j’ai sous la main ! Ou plutôt DANS la main. Mon épée ! Je me concentre et voilà qu’un grand sourire illumine mon visage.

« Vraiment ? Je peux faire ça avec toi ? Comme quoi. »

L’épée est recouverte d’une aura gelée, signe que j’utilise le froid. Je sais que Rékiazy en est particulièrement peu friande mais c’est pour ça que je vais le lui en faire goûter ! Je m’élance au niveau des deux femmes-pokémon pour pouvoir les atteindre.

« Il me semble nécessaire de te rappeler quelques petites conditions pour que tu comprennes la situation, Giréléna. Faire du zèle n’est guère bon. »

Voilà qu’elle reprend le dessus sur Giréléna. Mais c’est un monstre ! Ce n’est qu’une saleté de monstre ! Elle est imbattable ou quoi ? Même si je ne vois que d’infimes blessures sur son visage, je sais qu’elle n’est pas immortelle ou incassable ! Elle est possible à battre ! Elle a été blessée légèrement par Giréléna !

Mais maintenant, c’est l’inverse qui se produit. Leurs positions sont échangées, Rékiazy est sur Giréléna et lui fait subir la même chose mais à une puissance bien plus grande et dévastatrice. Je vais la stopper !

« Lent, ce n’est pas suffisant. C’est beaucoup trop lent. »

« La ferme, le Créateur ! Ce n’est pas de toi dont … non attends. Ce n’est pas lui ? Rygagagi ? Pardon mais … pourquoi est-ce que tu me dis ça ? Je le sais bien. »

« Non, je parle de moi … et donc indirectement de toi. Je suis fatiguée. »

« Reposes-toi alors. Tu en as assez fait. Je sais que toi et tes sœurs, vous faites le maximum pour moi. Je ne vais pas vous empêcher de vous reposer après tout le boulot abattu par ma faute. Je m’excuse à ce sujet. »

« Ce n’est pas cela, pas cela du tout. Rékiazy n’a jamais été une femme aussi odieuse. Il y a quelque chose qui me déplaît dans ses actes. Et je n’aime pas que l’on me déplaise. Des fois, je peux ignorer tout cela mais d’autres moments, par contre … »

« Qu’est-ce que tu es en train de préparer ou de faire ? »

« Oh, tu vas bien voir cela.Et pour une fois, mes sœurs sont d’accord avec moi. Enfin, non, elles le sont souvent dès qu’il s’agit de toi. Certaines limites doivent être franchies et je crois que Rékiazy vient aussi de les dépasser pour certaines d’entre elles. »

« Qu’est-ce que tu es en train de raconter ? Enfin, désolé, je n’ai pas le temps mais si Giréléna va jusqu’à agir de la sorte, je dois faire de mon côté ! J’y vais aussi ! On en parlera plus tard ! Mais il sera sûrement trop tard pour Rékiazy ! »

« Oh que oui, il va être trop tard. Trop tard pour elle … pour qu’elle comprenne tout cela. »

Rygagagi a un ton qui ne me plaît que moyennement. Il faut dire que je le trouve un peu sinistre et sombre, ce qui ne colle pas du tout avec le caractère de la demoiselle que je connais habituellement. Je ne crois pas que ça soit une bonne chose.

« Tiens donc, voilà donc ton prince charmant qui arrive pour tenter de te sauver. N’est-ce pas attendrissant, Giréléna ? Tes cousines sont déjà hors de combat, toi-même, avec toute la volonté du monde, tu ne peux me combattre. »

« Et peut-être que si je m’en mêle, tu vas changer d’avis ? »

Rékiazy ne me répond pas alors qu’elle relève finalement le visage de Giréléna. Ma belle femme-Giratina ! Son visage est tuméfié et entaillé de partout ! Elle s’est déchaînée sur elle ? Alors qu’elle s’apprête à me l’envoyer, un éclair travers le décor à l’horizontal, passant juste à côté du corps qu’elle me projette.

Des écailles volent dans tous les sens avant que le corps ne tombe lourdement à quelques centimètres de moi. Je … Giréléna. Giréléna. Elle est allongée sur le sol, son corps respirant faiblement. Sa superbe queue dont elle était si fière, la chair nue est maintenant visible en de nombreux endroits. Je l’entends qui sanglote, la tête baissée vers le sol, bredouillant :

« Me regarde pas, Nev. Me regarde pas ! »

« Giréléna. Attends, je vais te soigner …

« NE T’APPROCHES SURTOUT PAS DE MOI ! » me hurle t-elle dessus.

« Oh ? Pour une Reine, se mettre à pleurer de la sorte est bien laid. » chuchote la femme-Rayquaza à nos oreilles alors qu’elle est près de nous. Je la vois qui lève le pied pour écraser la tête de Giréléna mais ma main gauche l’en empêche. Les esprits élémentaires sont là !

Laisser un commentaire