Chapitre 9 : Malchance

ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 9 : Malchance

« Tic, tac, tic, tac. » commence à dire Giréléna alors qu’elle rampe à côté de moi. En haut des escaliers, il y a encore trois temples, rien que ça. Ça n’a pas suffit la première fois ?

« Tu peux arrêter ça, Giréléna ? C’est agaçant et énervant, surtout que ça ne sert à rien de faire tout ça. Merci bien, tu serais un amour de Giratina. »

« Oh ? Un amour ? Ce terme ne me dérange pas trop quand tu l’utilises de la sorte. Tu ne veux pas continuer à m’en dire plus, Nev ? Je reste avec toi, tu t’en doutes non ? »

« Je m’en doute, je m’en doute. Fais juste attention au cas où. Protèges Gilitée aussi. »

Je ne pourrais pas tout faire, surtout que je ne connais rien de nos adversaires. Lorsque j’arrive à la hauteur des trois temples, je les observe. Là encore, de petites démarcations sont visibles : le marbre de celui de gauche avait une belle lueur jaune un peu dorée, celui du milieu était parcouru par des lignes rouges tandis que le dernier, celui de droite avait des lignes bleues. Humpf ! C’était alors bien simple, n’est-ce pas ?

« Tu ne trouves pas ça étrange, Nev ? On répète la même chose non ? »

« Ce n’est pas si étonnant qu’ils tentent de nous piéger. Néanmoins, nous sommes plus malins qu’eux et nous ne tomberons pas dans ce piège aussi grossier. »

« Qu’est-ce que nous faisons alors ? Je compte rester avec toi, je te préviens. »

Elle se répète mais bon, elle veut se sentir rassurée. Je suis sûr qu’elle en a rien à faire de tous les autres ou alors peut-être un peu. Ce qui lui importe le plus, c’est de savoir comment je vais mais aussi Gilitée. Alors que je vais prendre la parole, Niny déclare :

« Je pars vers le temple aux couleurs dorées. Ça me semble être bien ! »

« Je ne t’accompagne pas, Niny. Je vais partir vers le temple aux couleurs rouges. J’aime bien le rouge, ça me rappelle un peu le sang, hahaha ! »

« Migacirpy, fais surtout attention à toi, Titonée ? Où est-ce que tu vas ? »

« Je reste avec vous trois. Ça sera plus facile pour Giréléna de combattre si elle ne se préoccupe pas de Gilitée pendant que je la protège. »
Je pense que je dois la remercier mais je n’ai pas du tout la tête à cela. Je regarde Panilkia et Dénialkia. Dénialka signale qu’elle part vers le temple aux rayures dorées comme Niny tandis que Panilkia va vers le temple aux bordures rouges.

« Je pense que tout est bon alors. Nous ferions bien d’y aller aussi. Vous autres ? Vous êtes tous prêts ? Et surtout prêtes aussi ? »
Car oui, je n’oublie guère les autres personnes qui nous accompagnent. Je sais pertinemment que les femmes-pokémon aussi de l’énergie à revendre. Enfin, les hommes aussi, bien entendu. Il ne faut pas croire que je fais une préférence envers les femmes-pokémon.

Mais je ne me préoccupe plus du tout de tout cela. Je regarde juste devant moi avant de pénétrer dans le temple, accompagné par les autres. Aussitôt, un flash m’aveugle alors que je pousse un petit soupir : encore de la téléportation, n’est-ce pas ?

« Elles ne peuvent pas changer un peu tout cela ? Ca en devient presque lassant à force. Enfin bon, je ne vais pas trop m’en plaindre non plus. Vous allez bien ? »

« Je vais bien, Gilitée aussi. » me dit Titonée alors que je la remercie intérieurement d’être là. Sans elle, ça aurait put être ennuyeux. Par contre, le décor me refait une nouvelle fois penser un peu à l’eau. Il faut dire que je me trouve en face d’un lac entouré par une belle verdure. Le dit-lac commence à avoir quelques vagues à sa surface jusqu’à ce qu’une femme-pokémon nen sorte. Comme par magie, elle marchait tout simplement sur la surface.

« Dire que vous avez réussi à battre les femmes-oiseaux. Il faut avouer que cela reste non surprenant en vue des troupes que vous avez ramenées. »

« Est-ce que vous allez vouloir vous battre directement ou il est possible de dialoguer. »

« Qu’importe ce que l’on se dira, l’affrontement sera l’unique issue valide de ce combat. Pourquoi alors chercher à discuter ? Sauf si vous le désirez, le plus important est de vous empêcher d’atteindre la déesse Harsia, qu’importe la méthode utilisée. »


Au moins, je peux pas avouer qu’elle me ment. Elle est franche, très franche et je peux alors mieux la regarder. C’est une femme-pokémon marchant à quatre pattes. Une femme-bête ? La première chose que je remarque, c’est sa fourrure bleue parcourue de losange blanche. Elle a aussi une crinière, très longue crinière violette qui lui fait tout le corps tandis que son visage aux yeux rouges arbore un cristal vide en son intérieur, assez gigantesque là aussi. Sa poitrine est recouverte de fourrure mais semble généreuse.

« Je m’appelle Nev, je ne pense pas qu’il y ait besoin de me présenter mais je le fais. »

« Je suis une femme-Suicune. Est-ce que mon prénom est vraiment si important ? »

« Il l’est pour moi puisque je ne compte pas vous tuer, ni toi, ni tes sœurs, ni ta mère. »

Je me doute que c’est encore une famille en face donc je me doute de cela. Elle semble un peu surprise par mes paroles mais hoche la tête positivement :

« Il est vrai. Je m’appelle Saikan. Enchantée de vous connaître, héros. Je pense qu’en d’autres circonstances, nos relation auraient été meilleures. Vos actes et paroles pour permettre un monde meilleur ne sont pas tombées dans l’oreille d’une sourde. »

« Alors, il n’y a aucune solution pour empêcher un combat, non ? »

« Il semblerait que non, j’en suis désolée. Mais sachez une chose : que vous oeuvriez pour la paix entre les humains et les femmes-pokémon ne feront pas que ces deux races s’apprécieront. Moi-même, je hais les humains comme les femmes-pokémon. Ceux et celles qui n’hésitent pas à polluer la nature et les lacs, sans même se soucier de leur environnement. C’est ceux que je hais plus que tout. »

« Je ne suis pas parfait pourtant sur ces points-là, c’est même bien différent. »

« Non, c’est totalement différent. Chacun à son opinion. Veuillez commencer à vous battre. Est-ce que vos camarades vont aussi se battre ? »

C’est étrange mais je viens de comprendre une chose. Il n’y a aucune personne autour d’elle ! Alors que j’ai Giréléna, Titionée et les générales mais aussi l’armée de femmes-pokémon et d’humains. Ça serait tout simplement une victoire bien trop aisée.

« Giréléna ? Générales ? Ne vous occupez pas de ça. »

« Pourquoi est-ce que nous le ferions ? Je sais déjà ce que tu as en tête : je te connais depuis des années. Tu veux l’affronter seul à seule. »

« C’est le cas. Je suis désolé mais sinon ça ne me semble pas très équitable. Je sais qu’en pleine guerre, l’égalité, on s’en fiche mais en même temps, là, c’est exceptionnel. Normalement, je ne ferais pas une telle chose sans prévenir. »

« Oui, oui, cherches pas d’excuses et vas-y au lieu. Tu me fatigues déjà. »

Je ne sais pas si je dois la remercier de m’adresser la parole de la sorte mais bon, maintenant, je peux y aller. Je me place face à la femme-Suicune, réfléchissant au moyen de se battre contre elle. Je murmure à Stelireg de m’épauler, celle-ci me forgeant deux épées dans mes mains. Je ne vais pas utiliser ce pendentif, je garde ça contre Harsia, pour lui faire une sacrée surprise. Je suis sûr qu’elle l’appréciera.

« Voilà pourquoi je vous apprécies, Nev. »

« Pas besoin de me le dire, je ne le fais pas que pour vous mais aussi pour moi. »

« Je m’en doute. Veuillez alors vous préparer. »

Me préparer ? Ah oui ! Bien entendu ! Elle me laisse me concentrer pour ce combat. J’entends Rygagagi dans mon être. Elle me murmure qu’elle ne pensait pas que j’affronterai une femme-pokémon d’élément aqueux dans ce temple.

« Je pensais aussi à un piège mais il semblerait que je me sois trompé. »

« Comme quoi, des fois, on réfléchit beaucoup trop alors que la situation ne l’exige pas hein ? Bon ! Je te laisse te charger de tout ça par toi-même ? »

« Merci bien, j’avais juste besoin de quoi combattre. Si tu peux prévenir tes sœurs de ne pas venir me protéger ou autre, ça serait parfait. »

« Ca sera fait et … Nev. Je voulais te dire une chose : je suis heureuse de te connaître. Non pas pour ce que tu es dans le fond mais pour ce que tu es maintenant. »

Je ne comprends pas grand chose à ce qu’elle raconte mais je pense que c’est un compliment. Elle évoque ma personnalité et non le fait que je sois un homme-pokémon.

Ailleurs, dans un autre endroit, Niny est déjà en train d’haleter, transpirant à grosses gouttes. Surprise, elle recule de quelques pas, bredouillant :

« Pourquoi est-ce que vous êtes ici ? Nous avons pris pourtant ce temple aux allures dorées ! »

« Piège, c’était donc un piège. » déclare Dénialka, gémissant de douleur, toute aussi surprise que Niny. Des flammes, tout le monde est entouré par les flamme, certains criant déjà avant de disparaître sous le feu. En face de tout ce monde, une seule femme-pokémon est présente.

« Hmmm … autant elle n’a pas accepté de jouer le jeu, autant il faut reconnaître qu’échanger ma place avec mon autre sœur à ses avantages. Que pensiez-vous ? Pouvoir encore gagner la guerre des éléments comme cela ? Hahaha. »

« Vous avez échangé vos places, toi et ta sœur. C’est vrai que nous n’avions pas fait attention à nos faiblesses. Niny, je m’excuse. Je n’avais pas pris en considération cela. »

« Tu n’as pas à t’excuser pour cela. Tu n’es pas responsable de mon choix ! Par contre, avec tout ça, je ne pourrai pas soigner nos blessures. Mon miel va fondre avant même de pouvoir utiliser ses effets, c’est à moi de me faire pardonner. »

Si elles commencent chacune à s’excuser envers l’autre, elles ne pourront pas vraiment se focaliser sur le combat. Leur adversaire est seule mais terrifiante : Une femme-bête marchant à quatre pattes, recouverte de fourrure brune mais avec des « ailes » de poils gris qui lui sortent des hanches bien qu’elles ne servent pas à voler visiblement. Sa crinière est jaune tandis que son visage est parcouru par des taches rouges se mêlant avec la couleur de ses yeux. Sur son dos, une autre crinière, un peu verte, flotte au vent de cette chaleur intense qui augmente de seconde en seconde.

« C’est donc tout ce que vous avez à me montrer ? » murmure t-elle alors que sa moustache grise, loin d’être disgracieuse sur son visage, pointe vers le sol.

« Le combat ne fait que commencer. Ne croit pas avoir obtenu la victoire bien trop vite. »

« Je ne crois rien. Croire en quelque chose est une conviction sur laquelle les faibles se raccrochent. Impuissants et dénués d’intérêt, ils attendent qu’un plus puissant qu’eux fasse leur travail de façon bien plus simple. »

« Elle ne semble pas beaucoup apprécier les autres femmes-pokémon et les humains. » chuchote Niny alors que Dénialka ne peut que confirmer ses propos.

« Ce n’est pas bien grave, nous ne sommes pas là pour s’intéresser à l’état d’âme de chacune. Nous devons avancer et obtenir la victoire pour éviter que Nev est encore plus de travail sur les épaules. Qu’est-ce que tu en penses ? »

« Que tu peux compter sur moi pour t’épauler ! On va y arriver! Et avec l’aide de tout le monde, ça sera possible ! VOUS ÊTES PRÊTES ?! ET PRÊTS ?! »

Niny avait crié, hurlant aux différentes armées derrière elle et Dénialka. Elle allait diriger tout ce petit monde vers un seul endroit : la victoire contre cette femme-pokémon !

« Hahaha ! Donc voilà un peu de vrai exercice ? »

« Il semblerait que mes éclairs sont sans effet sur toi ? »

Migacirpy continue de rire bien que les brûlures causée par la foudre sont présentes sur son long corps cylindrique. Elle serre les dents avant de répondre sur le même ton qu’avant :

«  Sans effet, je ne sais pas ! Par contre, ça me donne une pêche du tonnerre ! J’espère que tu es prête à ce que je t’éclate les dents hein ? Ça serait dommage que ça ne soit pas le cas ! »

« Migacirpy, il nous faut reculer un peu. Nous devons prendre nos précautions. »

« Arrête donc de t’en faire, Panilkia. Tout va bien se passer, je vais te le prouver ! »

Et de quelle façon est-ce qu’elle comptait le lui montrer ? Un rapide coup d’oeil autour d’elles et il était possible de voir la foudre frapper en plusieurs endroits. L’armée accompagnant les deux femmes était électrifiée sur place, une forte odeur de brûlé se faisant sentir alors que Panilkia s’était protégé du mieux qu’elle le pouvait.

« Je n’en suis pas si sûre. Cette femme-pokémon a des pouvoirs électriques d’une puissance terrifiante. Je ne m’attendais pas à cela. »

« Il faut dire que vous vous attendiez sûrement à vous retrouver face à ma sœur Intey, n’est-ce pas ? Dommage, dommage mais ça ne marche pas comme ça. Et encore, mon autre sœur n’a pas voulu jouer avec nous à ce petit jeu des chaises musicales, c’est dommage. »

« M’en fout du nom de ta sœur, le tien, c’est quoi ? Qu’au moins, je sais qui je vais réussir à battre. T’en fait pas, Nev ne voudra pas que je te tue mais je peux au moins te rendre incapable de faire un moindre mouvement hein ? »

« Je suis une femme-Raikou. Mais mon petit nom est Rauki ! »

Une femme-bête à la fourrure jaune parcourue par quelques symboles noires au niveau des pattes. Crinière violette ressemblant à un souffle de vent dessiné, sa queue bleue zigzague à la façon d’un éclair prêt à foudroyer ses adversaires. Ses yeux sont comme ceux de ses sœurs : rougeset elle possède aussi une moustache bleue ressemblant à une étoile à quatre branches dont les deux du bas sont plus petites.

« Bon ben, désolée de ne pas l’être mais je vais devoir t’exploser ! »

« Notre objectif consiste à vous ralentir et vous arrêter si c’est possible. Si je n »arrive pas le second, je peux au moins faire durer le premier ! »

« Au moins, t’as la motivation mais est-ce que tu as la force ? »

Panilkia pousse un profond soupir : les deux femmes-pokémon sont en train de tenter de s’intimider l’une par rapport à l’autre, ignorant complètement la femme-Palkia et le reste de l’armée. Et ce combat dans tout ça ? Est-ce qu’elles y pensent ? Peut-être que dans une autre situation, elles auraient put s’affronter sans cette destinée mortelle.

Laisser un commentaire