Chapitre 35 : Une odeur particulière

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 35 : Une odeur particulière

« Aucune trace de monstres ? De démons ? On peut y aller alors, Tery ! »

« Hum … Pourquoi est-ce que je pensais que ces lumières étaient bien plus proches il y a de cela quelques heures ? Je n’ai pas l’impression que l’on va finir par y arriver. »

« Roh, arrêtes d’être aussi pessimiste. Tu veux toujours pas que je te prennes sur mon dos ? Tu sais très bien que ça ne me dérange pas le moins du monde, hein?3

Voilà qu’il faisait un mouvement négatif de la main pour bien lui expliquer que non, il préférait éviter pour le moment. Par contre, ce qui était une excellente nouvelle, c’était le fait qu’en se rapprochant peu à peu, les lumières étaient … entourées par d’importantes murailles faites de pierre Cela leur avait permis de confirmer qu’il s’agissait bien d’une ville.

« Espérons vraiment qu’ils ne nous considèrent pas comme belliqueux ou des importuns. Je ne me sentirais pas le courage de refaire marche arrière, Elise. S’ils ne nous acceptent pas … »

« Qu’est-ce que je viens de dire, Tery ? S’il te plaît ? » coupa t-elle doucement. Il finit par affaisser ses épaules, préférant ne pas chercher plus longtemps la confrontation avec Elise.

« Je disais qu’on va aller se dépêcher d’arriver en ville pour avoir un matelas sous notre dos, un toit au-dessus de notre tête et un repas chaud et comestible. »

« Ce n’est pas moi qui fait la cuisine. Pourtant, je trouves que ce n’est pas si mauvais que ça ce que tu cuisines, Tery. Tu n’as pas à t’en vouloir de tes talents culinaires. »


Ce n’était pas vraiment cette remarque à laquelle il s’attendait mais … il n’allait pas se plaindre. Une ville remplie de démons, ce n’était pas rare … mais contrairement à celle où ils avaient habité pendant quelques semaines … ou mois, difficile de savoir niveau temporalité comment ça se passait exactement, elle semblait bien plus imposante.

« On devrait travailler notre discours de présentation, Tery. Qu’est-ce qu’on va leur dire exactement à ces types ? Tu en as une petite idée ? »

« Pas le moins du monde … Si je le savais, je me dépêcherais. On va juste leur signaler ce qui s’est passé, qui nous sommes et tout le reste ? J’imagine qu’ils ne doivent pas voir souvent des démons qui arrivent à survivre à leur traverée dans les strates inférieures. »

« Et il faudrait éviter qu’ils ne nous prennent pour des fous, aussi. » compléta t-elle alors alors qu’il rigolait faiblement. Pour toute réponse, il reprit :

« Sur ce point, il va falloir que tu évites de montrer tes pouvoirs. Je te rappelle que tu as quelques petites crises pyromanes depuis quelques temps. »

« Je ne sais pas comment tu fais pour trouver cela drôle, Tery. C’est inquiétant et … »

« Je suis capable de t’arrêter. Je ne sais pas combien de temps mais je sais que je le suis. A partir de là, cela me rassures. Et puis bon, je m’imagine qu’avec le temps, j’arriverai à t’aider à contrôler tes pulsions, c’est aussi simple que ça. J’ai envie de croire en toi. »

« Croire en moi … C’est … vraiment gentil, Tery. Vraiment. »

Elle disait cela avec une pointe de tendresse. Elle savait que ce n’était pas voulu de sa part d’avoir dit une chose aussi délicate, c’était pour ça qu’elle savait aussi qu’il avait été sincère. Avec douceur, elle l’embrassa sur sa joue, l’enlaçant pour quelques secondes.

« Tous les deux, nous avons des crises. Tous les deux, nous pouvons les résoudre en s’épaulant. C’est ça que nous devon noter, n’est-ce pas ? »

« Je ne l’aurais pas mieux dit, Elise. Je ne l’aurais pas mieux dit. »

Mais pour l’heure, autant ne plus se sentir concernés par ça et avancer, encore et encore. Les minutes s’écoulèrent, les kilomètres glissèrent sous leurs pas et les lumières étaient de plus en plus visibles et imposantes. Des cristaux … géants. Il s’agissait de cristaux géants, taillés pour avoir la forme d’un losange. Ils illuminaient les environs d’une belle lueur dorée, comme celle d’un soleil tandis qu’ils étaient a sommet de nombreux pylônes. A cette distance, il était possible de voir quelques « pinces » les retenir pour qu’ils ne tombent pas mais c’était à se demander s’ils ne pouvaient pas flotter au-dessus du sol.

« On dirait des versions gigantesques des petites lampes miniatures que l’on peut acheter chez l’apothicaire. Enfin, celui de notre ancien village … enfin ville. »

« C’est vrai. Il disait que c’était un objet rarissime et qui valait très cher. Maintenant, en voyant ça au loin, je crois qu’il s’est bien foutu de notre gueule, n’est-ce pas ? »

« Pas qu’un peu, mon neveu ! » déclara Elise en prenant un ton qui semblait être vaguement masculin. Il n’était pas sûr de l’interprétation qu’elle avait chercher à donner mais le résultat était presque crédible. Il eut à nouveau un léger rire, finissant par dire :

« Grand frère, pour toi. Grand frère. Bon … S’ils ont les moyens de s’équiper de « cristaux rarissimes » que l’on verra peut-être qu’une fois dans notre vie, j’imagine qu’il faut se dire qu’ils sont vraiment aussi … nobles et riches que les dires. »

Etait-ce pour autant qu’il était rassuré ? Pas le moins du monde ! Est-ce que cela l’incitait à aller se rendre plus rapidement dans la ville ? C’est exact. Il voulait en connaître plus sur ces fameuses familles nobles démoniaques. Pendant qu’ils marchaient et que la base des murs était maintenant visible au loin, signe qu’ils étaient très proches, Elise lui demanda sur un ton amusé, comme si elle connaissait déjà la réponse :

« Dis moi, Tery. Est-ce que tu imagines que c’est ma famille ou la tienne qui est la plus noble ? Et qui sait … si on apprend que nous sommes beau-frère et belle-sœur, comment est-ce que tu réagiras ? Tu veux me le dire ? »

« Et bien, j’aurai une nouvelle raison et légitime en plus, de devoir te protéger si nous sommes frère et sœur. Je pourrais t’appeler petite sœur vu que tu es plus jeune que moi. Hum, si nous sommes de familles différentes, je crois que je me fiches complètement de qui est plus noble que l’autre. J’ai déjà eut ma claque de tout ça lorsque j’étais dans l’armée alors maintenant… »

« J’accepte la première réponse et pour la seconde, on va dire que je penses pareil. »

Heureusement, fort heureusement, la fin du voyage était maintenant là. Ils avaient fini par se retrouver à quelques mètres de ce qui semblait être une immense double porte, faite de bois et de métal. Devant celle-ci, il y avait une dizaine d’êtres cornus, recouvert par des morceaux d’armure dont il n’avait jamais vu l’existence auparavant. Est-ce que c’était là un matériau dont il ne connaissait rien ? Finissant par se rapprocher, les soldats pointèrent leurs lances vers eux, l’un d’entre eux intimant :

« Vous ! Plus un seul pas si vous ne voulez pas finir transpercés ! »

« Je crois qu’on va écouter leurs paroles, Elise. Ce n’est pas vraiment dans mes intentions que de me faire tuer dès maintenant, je pense que tu comprends pourquoi. »

« Le message est très bien passé, oui. Nous sommes armés mais nous ne cherchons pas à créer des problèmes. Nous … »

« Taisez-vous pour le moment ! C’est nous qui posons les questions ! Vos noms, vos origines et qu’est-ce que ce que vous faites par ici ?! »

« Je m’appelle … Tery. Et cette jolie démone qui m’accompagne s’appelle Elise. » dit-il bien que la demoiselle citée s’empêcha de rougir. Il n’y avait pas besoin de rajouter du « jolie » pour elle hein ? Même si elle comprenait parfaitement que tout cela avait juste pour but de calmer ses excités avec leurs armes. Enfin la technique n’avait pas marché, les armes étant toujours pointées vers eux, prêtes à être logées dans leurs corps.

« Ne faites donc pas les malins … Et nos autres questions ? Parlez maintenant ! »

« Nous provenons de la surface. Nous sommes nés là-bas et nous venons des strates supérieures. Lorsque nous avons expliqués nos origines, les démons là-bas ont préféré tout simplement nous jeter tout en nous disant de descendre ici, ce que nous faisons donc. »

« … … … Tu crois qu’ils se foutent de nos gueules ? » demanda un soldat à un autre, celui-ci regardant Tery et Elise avant d’hausser les épaules.

« J’ai pas l’impression. Ils ont l’air vraiment convaincus de ce qu’ils disent. Ils ont pas l’air de mentir, peut-être qu’ils sont un peu demeurés mais en même temps… »

« Faut se dire que s’ils viennent vraiment des strates supérieures, ils ont été obligés de rencontrer quelques uns de nos « gaillards » et aussi quelques Krémilles des environs. Ouais, ils ont l’air salement amochés pour que ça soit crédible. »

« A côté, vous avez vu leurs dégaines. Est-ce que des disparitions ont été signalées récemment ou pas ? Peut-être qu’il s’agit de deux démons perdus ? »

« Pas que je saches … Qu’est-ce qu’on fait ? On leur fait passer le premier test ou pas ? De toute façon, si celui-ci ne passe pas, on devra tout simplement les éliminer, comme le veut nos consignes. Encore que ça serait dommage pour eux après tout ce long chemin … s’ils n’ont pas raconté n’importe quoi ces deux-là. »

« Vous savez que l’on peut vous entendre, non ? Vous pouvez nous faire passer le test. »

Il avait tout simplement décidé de s’immiscer dans les conversations entre les soldats. Vu qu’ils étaient concentrés à parler entre eux, c’était un bien maigre choix hein ? Les soldats reposèrent leurs regards sur eux puis l’un reprit :

« Bon … Ramenez donc le renifleur, qu’on en finisse une bonne fois pour toutes. »

« A ce sujet, dites, c’est normal qu’il y ait … des démons cannibales qui sont capables de parler et de réfléchir , J’ai trouvé ça étrange mais … »

« Bien sûr que oui … C’est lequel que vous avez vu ? Celui comme une araignée ? C’est le plus connu et le plus proche des environs mais il ne tente jamais de trop se rapprocher. Il est assez malin pour savoir ce qu’il risque dans de tels cas. »

« D’accord … Donc, c’est récurent. Par contre, c’est quoi le renifleur ? » questionna Tery une nouvelle fois mais cette fois-ci, il n’eut aucune réponse de la part des soldats. Quelques minutes après, voilà qu’un démon était là, accompagné de quelques membres de la garde. Contrairement aux autres, il n’avait aucune arme ou morceau de cuir recouvrant son corps. Non, il avait tout l’air d’être un homme religieux, portant une longue robe brune lui allant jusqu’au sol, cachant ses pieds.

« C’est donc ces deux démons ? Cela est peu fréquent que l’on m’appelle mais … Oh … »

Oh ? Pourquoi oh ? Qu’est-ce que ça voulait dire ? Y avait un souci avec eux ? Il se regarda, il regarda Elise et elle le regarda. Comme ça, c’était fait … mais c’était pas rassurant ! Y avait quoi ? Pourquoi ce oh ? HEY ! Qu’est-ce qu’il était en train de faire Pourquoi est-ce qu’il était en train de … renifler Elise ?! Il voyait la mine apeuré d’Elise, celle-ci se rapprochant de lui tout en s’exclamant :

« Hey ! Il me fait peur, lui ! C’est un fou, Tery ! C’est quoi ce truc ?! »

« Euh … C’est normal ou je dois alors me mettre en colère ? » demanda t-il aux soldat, ses lignes d’Alzar déjà présents sur ses mains, les soldats ayant recommencé à les pointer de leurs armes pour qu’ils évitent de faire un geste brusque.

« C’est plus que normal alors vous allez vous calmer. Vous êtes vraiment deux démons complètement paumés, n’est-ce pas ? Ne pas être au courant de cette méthode … vous donneriez vraiment l’impression que vous ne savez rien à ce sujet et que vous êtes vraiment de la surface. Mais il vaut mieux pour vous que vous vous laissiez faire. »

« De la surface ? » demanda le renifleur, ouvrant en grand ses yeux avec intérêt, comme s’il venait d’entendre une excellente nouvelle. Il était maintenant en train de renifler Tery, celui-ci se laissa faire plus aisément qu’Elise bien qu’il n’appréciait pas du tout cette méthode.

« C’est le cas… et vous pouvez nous expliquer maintenant c’est quoi ce que vous faites ? »

« Je ne reconnais pas ces odeurs mais je suis sûr d’une chose, ce n’est pas une odeur qui vient des strates supérieures. Non ! C’est même tout le contraire ! Il faut qu’on refasse des tests ! Qu’on appelle les experts renifleurs et vite ! Ah au cas où, ils ne sont pas devenus comme eux, ce n’est pas leur odeur caractéristique, j’en suis certain. »


Odeur, odeur, ils étaient pas plutôt sûrs que c’était à cause du fait qu’ils ne s’étaient pas lavés depuis des jours ? Enfin, les soldats abaissèrent leurs armes et c’était tant mieux. Mais … pfiou … Et maintenant ? Hein ? Qu’est-ce qui allait se passer ?

« Est-ce que l’on doit considérer que nous sommes des prisonniers ? »

« On va dire que vous êtes entre les deux. Vous n’êtes pas des criminels, ni des gueux, pour le moment. Mais vous allez devoir nous suivre … et il vaut mieux pour vous que vous obtempériez sans poser trop de questions, est-ce bien compris ? »

Avec un tel ton qui faisait presque penser à une série d’aboiements, Tery regarda Elise, faisant un mouvement de la tête pour bien lui signaler qu’ils n’étaient pas là pour causer des ennuis. Elle prit une profonde respiration avant de marmonner quelques paroles.

« Pas de problèmes, on vous accompagne. Si cela nous permet d’être au chaud pour au moins quelques minutes, on a aucune raison de refuser. »

« Bien, bien, bien, visiblement, on a réussi par se comprendre, vous et moi hein ? Vous voyez que ce n’est pas si difficile que ça dans le fond, non ? »

« Je n’ai rien fait pour contredire vos paroles, hum ? » répondit calmement Tery alors qu’ils se mettaient tous en route. Voilà qu’il traversaient les portes … ou presque. Dès qu’ils passèrent celles-ci, ils ne continuèrent pas tout droit, loin de là.

Non, ils prirent tout de suite le chemin du poste de garder, non-loin de l’entrée, étant emmené dans un endroit plutôt chaud et accueillant … à part les gardes qui les regardaient comme des bêtes sauvages. Hey, c’était bon, ils étaient pas des monstres non plus. Voilà qu’ils se retrouvèrent dans ce qui était maintenant un bureau.

« Installez-vous ici et ne bougez pas, est-ce bien compris ? Si vous voulez pas de problèmes, c’est mieux pour vous que vous obtempériez, hein ? »

Les deux jeunes démons acquiescèrent de la tête. Maintenant, ils étaient en territoire « ennemi ». A partir de là, autant signaler qu’ils faisaient ne serait-ce qu’un pas de travers, ils allaient vers de très gros ennuis. Lorsqu’ils se retrouvèrent seuls, Tery soupira :

« Je ne sais pas si c’était une bonne idée, Elise. Sincèrement, on est dans la gueule du loup. »

« Si l’un de ces renifleurs fait la même chose que l’autre, je te promets qu’il recevra mon pied dans la tête. Et ils ont pas intérêt à me toucher sinon, ça va très mal se finir. »

« Hahaha, je te dirais bien d’éviter mais je crois que je ne me retiendrais pas non plus s’ils tentent ne serait-ce qu’un mouvement de la sorte vers toi. »

« De quoi pouvoir jouer ton rôle de parfait grand-frère, n’est-ce pas ? »

Pour toute réponse, il fit un petit sourire. Elle n’avait totalement pas tort à ce sujet hein ? Le jeune homme aux cheveux bruns patienta plus calmement qu’Elise, espérant que cela n’allait pas être trop long. Heureusement, quelques minutes plus tard, trois démons étaient de retour.

Il y avait deux démones et un démon. En voyant l’air soulagé de Tery, Elise émit un léger grognement pour bien lui montrer qu’elle n’acceptait aucune erreur de la part du jeune homme. Celui-ci se laissa renifler, seul le démon ne faisant rien du tout.

« Je n’ai jamais connue un telle odeur depuis mon existence de renifleuse. »

« Il en est de même pour elle. Vas-y, renifles voir … si tu penses pareil que moi. »


Non mais sincèrement, les dialogues, est-ce que ces deux démones comprenaient de quoi elles parlaient exactement ? Tery continua de ne rien faire et Elise aussi. Par contre, sentir un souffle d’air chaud sur ses cheveux, il n’était pas sûr de bien apprécier quand même.

« Bon, sinon, est-ce que l’on va mourir aujourd’hui ou pas ? » demanda Tery après quelques minutes de reniflements intenses, la démone derrière lui disant :

« Pas encore. Dites-moi, d’où est-ce que vous venez ? On nous a pas fait de topo à ce sujet. »

« Euh … Nous venons des strates supérieures mais nous sommes nés à la surface, moi et ma petite sœur Elise. Je crois que … »

« Vous savez, vous n’avez pas la même odeur, toi et elle. A partir de là, vous ne pouvez pas être frère et sœur mais continuez … vous venez de la surface ? Et pourquoi est-ce que vous êtes descendus tous les deux ? On vous l’a conseillé, c’est bien ça ? »

« C’est exact. On nous a dit que c’était la meilleure solution. Parce que nous provenons de la surface, cela reviendrait à dire que … »

« Par hasard, est-ce que … vous seriez ceux qui ont ouverts les Portes Premières ? » demanda maintenant le démon qui ne travaillait pas, les bras croisés.

« Les portes premières ? C’est quoi ça ? Ce sont deux immenses portes sous la capitale du monde, Omnosmos. Elles étaient scellées et tout le reste. »

« Si ce que vous dites est vrai, il y a de très fortes chances que vous soyez plus importants que vous ne le pensiez. Mesdemoiselles ? Vos résultats ? »

« C’est parfaitement inconnu. Je n’ai jamais ressentie une telle odeur … pour l’une et pour l’autre. Je crois bien qu’il faut que l’on les garde dans les environs pour pouvoir mieux les étudier. Pendant ce temps, ils seront nourris et logés, c’est de la plus haute importance. »

« Nourris et logés ? Mais nous ne pourron pas partir de la ville, c’est ça ? »

« Oh … Voyons donc. Si vous êtes venus ici, c’est bien parce que vous n’avez plus aucun endroit où vous rendre, n’est-ce pas ? Alors pourquoi réfléchir à partir ? »

« Humpf … En un sens, c’est plutôt logique. Bon, et bien … Ca veut dire que l’on va devoir vous suivre encore une fois ? Et surtout, qu’est-ce que ça veut dire pour nos odeurs ? »

« On n’a besoin de faire quelques vérification mais vous pouvez être sûre d’une chose ! »

« Et de quoi est-ce qu’il s’agit ? » demanda tout simplement Tery en regardant la démone qui s’était adressé à lui après avoir posé la question.

« Que vous ne risquerez pas de mourir aujourd’hui, du moins, pas par la sécurité de la ville. »

Youpi. Est-ce qu’elles pouvaient voir toute la joie et l’allégresse peinte sur son visage ? Il était déjà plus que fatigué à l’idée même … mais à côté, c’était un petit soupir de soulagement qui quitta ses lèvres alors qu’il murmurait :

« Tant mieux … Vraiment tant mieux. Bon … et bien, on va faire comme avant. Vous nous ouvrez la marche et on ne fait qu’aller dans votre dos. »

Elise était d’accord avec ça ? Bah … Tant mieux. Si elle pensait différemment, cela aurait été assez problématique pour continuer à rester ensemble. Les deux jeunes gens finirent par quitter le poste de garde, accompagnés par quatre d’entre eux. Sur le chemin, ils n’eurent pas vraiment le temps de détailler la ville autour d’eux, les soldats leur intimant d’avancer.

« Vous aurez tout le temps qu’il faut pour étudier la ville. Vous pourrez vous y promener mais vous ne pourrez pas en sortir, vous avez bien compris ? »

« La première fois, c’était suffisant mais oui … Est-ce qu’on a quand même nos libertés tant que l’on reste dans la ville ? Vous parlez de pouvoir se promener mais est-ce que l’on pourra marcher librement sans que vous nous suiviez ou autre ? » continua de questionner Tery pendant qu’ils marchaient dans la rue. Hum, il voyait bien les regards interrogateurs des autres personnes autour d’eux.

« Visiblement, vous n’avez pas l’habitude d’avoir des visiteurs par ici, c’est ça qu’il faut comprendre, n’est-ce pas ? »

« C’est exact. Nous sommes très sélectifs mais si tous les renifleurs sont unanimes sur vos cas, y a des chances que vous soyez tous les deux une sacrée paire. »

« Sacrée paire dans quel sens ? Le genre qui pose quelques soucis ou non ? »

« Je dirais plutôt le contraire … Nos renifleurs sont doués pour les petites familles de nobles et quelques unes des moyennes. »

« Et donc, s’ils en sont incapables, qu’est-ce que ça veut dire exactement ? Est-ce que c’est une bonne chose ou non ? Nous ne sommes … pas reniflables ? »

Pas sûr que le terme existe réellement mais visiblement, le soldat l’avait parfaitement compris et hocha la tête négativement. Il leur signala qu’ils auront plus de détails en même temps qu’eux mais que pour l’heure, ils avaient fini par arriver devant ce qui semblait être une auberge aux atours des plus agréables visuellement.

« C’est ici que vous allez séjourner pour les prochains jours. Vous en faites pas, vous n’avez rien à payer de ce côté. On va en discuter avec l’aubergiste. »

Nourris et logés, presque la belle vie. Une belle cage dorée qui s’offrait à eux, hein ?

Chapitre 34 : Les limbes souterraines

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 34 : Les limbes souterraines

« Tery … Tu as intérêt à me montrer tes pieds et vite ! »

« Qu’est-ce que ça changera que tu les voies ou non, Elise ? Ce n’est pas comme si tu allais pouvoir faire quelque chose, non ? S’il te plaît, c’est bon, je ne suis pas au seuil de la mort. Je peux facilement m’en sortir. »

« TERY ! » hurla t-elle alors qu’ils se trouvaient dans ce qui semblait être une grotte. Il n’y avait aucune sortie ou presque, un très faible espace étant visible, Elise ayant déplacé un rocher à la seule force de ses mains pour bloquer l’entrée. Pour la lumière ? Elle était capable de produire des flammes et faire surtout qu’elles perdurent. A partir de là, autant dire qu’il n’y avait pas à s’inquiéter pour ça … mais plutôt d’elle.

Il était adossé contre un mur de pierre, haletant alors qu’elle était devant lui, observant ses pieds. Ces derniers avaient perdu la peau qui les recouvraient sur la voûte plantaire. Elle émit un petit grognement de colère, disant :

« Espèce d’imbécile, j’étais sûre que ça pouvait que mal se passer ! Dès que tu as une idée, il faut q’il y ait une embrouille ! J’en étais certaine ! »

« Tu n’es pas obligée de crier. On a réussi à leur échapper, tu ne voudrais pas que tout ça n’ait mené à rien, non ? Je vais bien, j’ai juste besoin de me reposer. »

« Bien entendu, bien entendu, tu n’as besoin que de te reposer … Il n’y a que ça hein ? »

« Bien sûr qu’il n’y a que ça. J’ai juste mal aux pieds et rien de plus. »

… … … Elle venait tout simplement de faire de l’ironie ! Elle lui donna un petit coup sur le torse en grognant une nouvelle fois. Des fois, il ne comprenait même pas ça ! Elle avait envie de le frapper mais vu qu’il n’allait pas trop bien, elle évita de faire plus que nécessaire.

« Pour aujourd’hui, on va dire que c’est bon … On va rester ici pour la reste de la journée. Ca ne me dérange pas vraiment, Tery. »

Tant mieux car lui-même, maintenant qu’il était assis, il ne se sentait pas la force ou le courage de se remettre sur pied. A côté, Elise était en colère mais … elle était surtout très inquiète. Comment il pouvait réussir à la rassurer ? Il n’en avait aucune idée.

« Elise, tu veux venir dans mes bras ? » dit-il tout simplement après quelques minutes.

« Hein ? Pourquoi est-ce que tu me poses la question ? Je … bien entendu mais … »

« Et bien, tout simplement parce que j’en ai envie et qu’il va faire froid ? »

Elle n’était pas convaincu par les propos de Tery mais bon, elle voyait quand même où il voulait en venir. Elle vint finalement hausser les épaules, l’air de rien, se disant que bon, ça ne la dérangeait pas. Elle était même heureuse qu’il propose une telle chose.

« Bon, c’est bien parce que c’est toi que je vais accepter ! »

Et zou ! Elle était maintenant collée à lui, ayant retrouvé son sourire habituel alors qu’il avait fermé les yeux. A croire dans ces moments qu’il allait succomber à la prochaine minute. Simplement, il avait besoin de ce contact physique avec autrui … tout simplement pour être sûr qu’il était encore capable de ressentir quelque chose.

« Tery, même là-bas, là où nous allons, on restera ensemble, n’est-ce pas ? »

« Vu que nous sommes tous les deux des entités nobles, il faudra voir si nos deux familles ne se détestent pas. Si tel est le cas, ça sera alors difficile et … »

« Ils iront se faire voir ! Je n’ai pas passé ces derniers mois avec toi pour que d’autres décident de ce que je dois faire ou non. Et puis, de la part de types qui n’ont pas hésité à nous abandonner, je ne préfère rien entendre. Je ne veux rien savoir à leur sujet ! »

« Ce n’était qu’une proposition, Elise, rien de plus, rien de moins. Encore que de mon côté aussi, je refuserai complètement. Tu es ma seule ancre par rapport à la surface. »

« Qu’est-ce que ça veut dire exactement ? Une ancre ? Comme celle d’un bâteau ? Est-ce que tu insinuerais que je suis grosse, Tery ? Fais attention à ce que tu vas dire. Tu es sûrement trop jeune pour regretter d’être né ! » dit-elle en s’exclamant, le jeune homme gardant les yeux clos. Comment pouvait-il lui expliquer clairement tout ça ?

Tout simplement avec des mots faciles à comprendre. Lui dire que cette ancre représentait le fait de son ancienne vie qu’il ne voulait pas abandonner. Qu’il était hors de question qu’Elise se retrouve seule de son côté et lui aussi. Ils avaient besoin de l’un et de l’autre. Pas pour tenir physiquement, Elise comme lui étaient visiblement assez … forts pour survivre. Enfin, cela dépendait des moments. Non, ils avaient besoin de l’autre mais psychologiquement. Pour bien leur permettre de tenir le coup.

« Elise, j’ai besoin de dormir un peu, je crois. »

« Alors, tu peux dormir. Je vais veiller sur toi et tu pourras donc te reposer. Je partirais sûrement explorer un peu les environs et … »

« Fais juste gaffe où tu vas mettre les pieds, d’accord ? On ne sait pas du tout ce qui nous attends. Si tu vois d’autres démons, vérifies qu’ils ne sont pas belliqueux. Si ce sont des monstres, tu reviens aussitôt et ensuite, tu … »

« C’est bon, grand frère. C’est bon. Je suis certaine que je peux me débrouiller. »

Grand frère ? C’est vrai que ces derniers temps, elle n’avait plus utilisé ce terme pour lui. Ce n’était pas … ah … déplaisant … de l’entendre à nouveau. Il sentit une petite couverture se placer sur son corps puis des lèvres se poser sur son front. Pour des démons, ils n’avaient vraiment rien d’effroyables.

Mais heureusement, Elise était partie pour revenir aussitôt. Il n’avait pas réussi à dormir réellement et ce n’était pas un problème. Les yeux clos, son corps se reposait et c’était ce dont il avait besoin. Il avait senti aussi Elise lui faire des bandages aux pieds. Maintenant, sans chausses, le déplacement allait être bien plus difficile mais … pas le choix.

Mais c’était une bien moindre importance … sauf pour se déplacer. Le lendemain, lorsqu’ils quittèrent cette grotte de fortune, ils étaient visiblement dans la matinée. Comment le voir alors qu’il n’y avait plus d’astre solaire dans les cieux, seulement de la pierre ? Tout simplement par rapport à certains champignons luminescents.
Selon la clarté de ces derniers, cela permettait de donner l’heure. Il avait même eut la surprise de voir un membre de la guilde utiliser un tel champignon dans un bracelet. Ce bracelet était remplit de terre, c’était un champignon miniature … qui vivait à l’intérieur avec quelques trous. Mais cela lui permettait de donner une heure approximative. Peut-être qu’il devait réfléchir à avoir la même de son côté.

« Je suis désolé, Elise. Avec mes pieds, cela nous ralentit grandement. »

« Hum ? Est-ce que je suis venue me plaindre par rapport à notre lenteur ? Je ne crois pas … alors tu n’as pas à t’excuser à ce sujet. Le plus important est que tu n’appuies pas trop sur tes pieds, voilà tout. Peut-être que tu préfères … que je te portes ? »

« Je vais éviter. Je crois que si on trouve d’autres démons, ils vont tellement se moquer de moi que cela va se répercuter en écho dans toutes les strates environnantes. »

C’était exactement la réponse qu’elle attendait de la part de Tery. Avec amusement, voilà qu’elle lui faisait un doux sourire, se plaçant néanmoins à ses côtés, l’invitant à mettre son épaule autour de son cou pour qu’il puisse marcher plus correctement. Elle avait pris ses précautions avant qu’ils ne partent. Ainsi, elle connaissait un chemin sûr.

Enfin sûr jusqu’à où, ça, elle ne le savait pas trop … mais au moins, ce chemin, elle était tout simplement certaine qu’il n’y aura aucun souci sur une bonne distance. Et même ainsi … Ah ! Il était pas si léger que ça, Tery. Elle n’allait pas lui faire de reproche mais bon …

« C’est que du muscles ! Aucune once de graisse, Elise ! »

« Bien entendu, Tery, bien entendu. Tu sais, je n’ai rien dit du tout. Pourquoi est-ce que tu t’es senti aussitôt visé ? Hum ? Tu as quelque chose à avouer ? »

« J’ai bien vu ton regard, Elise. Tu voulais voir si j’avais un peu pris d’embonpoint. Si tu as mal à me supporter, je peux marcher à peu près correctement. C’est de ma faute si mes pieds sont dans cet état, tu n’as pas à te fatiguer plus à cause de moi. »

« Et surtout, si on se fait à nouveau agressés, il vaut mieux que je n’ai pas les mains occupées, n’est-ce pas ? Je vais donc gentiment te lâcher. »

Gentiment le lâcher ? Quand elle parlait comme ça, il valait mieux plutôt se préparer à ce que sa face ne percute pas le sol violemment hein ! Pfiou, néanmoins, contrairement à ce qu’il pensait, ça allait mieux que prévu. Debout, il resta immobile quelques secondes.

« Essaies de faire un ou deux pas. D’ailleurs, n’appuies pas trop sur tes pieds, Tery. »

« Je vais tenter de faire de mon mieux. » dit-il tout simplement en poussant un léger soupir en sentant qu’heureusement, ça allait de ce côté. Ses pieds … ne lui faisaient pas si mal que ça.

Au bout de trois jours de marche avec quelques brèves interruptions, ils avaient traversé plusieurs cavernes, pris de nombreux chemins de roche et même purent se reposer dans un endroit assez spécial. Un tapis de mousse végétal, avec quelques arbres et autres.
N’étant pas habitués à voir autant de végétaux dans une même zone, surtout depuis qu’ils étaient sous terre, ils avaient décidé de se reposer dans cet endroit, Elise ayant fait les vérifications d’usage en surveillant les alentours. Est-ce qu’il était vraiment possible d’avoir un endroit aussi beau dans les strates inférieures ?

Bon, cela n’avait duré que quelques heures, le temps de faire une petite sieste, Elise dans ses bras, mais cela leur avait mis un peu de baume au coeur que de voir qu’un tel lieu pouvait exister. En reprenant la marche, ils avaient néanmoins perdu rapidement le sourire. La raison était très simple : ils n’étaient plus seuls.
Si les monstres étaient sensiblement bien plus dangereux dans les strates inférieures, il n’y avait pas qu’eux donc il fallait se méfier. Non, il y avait des entités bien plus horribles car elles avaient encore une conscience à moitié humaine. Assis derrière des rochers, Tery comme Elise ne bougeaient plus du tout.

« J’ai l’impression que l’on se rapproche d’un coin habité, Tery. Enfin, pas à côté mais … »

« Si des démons comme eux se trouvent dans les parages, ça veut tout dire, oui. Par contre, ils ont l’air bien plus glauques que ceux qui étaient proches de la surface. »

Un rapide coup d’oeil lui avait permis de voir ce qui semblait être une créature arachnéenne. Elle avait bien huit pattes, avait un corps imposant … mais pas vraiment d’abdomen. Par contre, elle n’avait pas de tête au bout des huit pattes. Ce n’était pas ça. Non, il y avait un tronc humanoïde, avec deux bras et une tête, tout cela s’extirpait de milieu de l’amas de chair muni de huit pattes. Et cette vélocité … malgré l’imposante taille.

« Je sens … de la chair fraîche … elle me semble … si délicieuse. Où êtes-vous ? »

Gloups. Ce n’était peut-être pas prévu ça. Déjà que cette créature soit capable de s’exprimer était une chose mais maintenant, elle avait réussi … à les sentir ? A l’odeur ? C’était peut-être ça … Ils ne s’étaient pas lavés depuis leur départ. Il posa son regard sur Elise, celle-ci faisant une petite mimique de colère :

« Je peux savoir pourquoi est-ce que t’observes comme ça ? L’odeur, ça vient de toi. »

« Je n’ai rien dit, Elise et chut. Si elle nous repère, vu mon état, je ne crois pas qu’on pourra vraiment lutter contre elle. On va éviter donc de parler. »

« Hmmpf ! Humpf gnnn ! Humpf ! » chercha t-elle à dire mais il avait déjà posé sa main sur sa bouche pour la faire taire. Pas d’autre solution hein ? Des fois, on utilisait les seuls moyens que l’on avait. Par contre, qu’elle évite de le mordre s’il retirait sa main.

« IKIKI ! IKIKI KIKIKI IKI ! »

« Oh ? Vous voilà donc ? Mon propre garde-manger qui s’emmène à moi. Merveilleux. »

Ce cri, ils le reconnaissaient, n’est-ce pas ? Ils allaient devoir profiter de tout ça s’ils voulaient pouvoir s’en sortir indemnes mais surtout vivants. Finissant par serrer les dents pour ne pas crie et surtout pour montrer à Elise qu’il valait mieux ne pas perdre plus de temps que ça, il avait alors commencé à courir en premier.
Décontenancée car il prenait les devants, Elise vint à sa suite, cherchant à éviter alors d’attirer l’attention sur eux. Courir ! Courir et encore courir ! Il n’y avait pas d’autres solutions s’ils voulaient survivre tous les deux ! Bon sang, il avait l’impression qu’ils étaient retournés à leur arrivée dans ce monde souterrain !

Sans même un regard en arrière, le duo continuait à courir, ne cherchant pas à savoir qui gagnait parmi les deux adversaires. Pourquoi s’en préoccuper hein ? Le but était de réussir à mettre un maximum de distance avec eux et de ne pas chercher à les confronter !

« Tery, regardes donc au loin ! Je vois de la lumière ! »

Oui, enfin, lui aussi pouvait voir de la lumière, ça ne changeait pas que … Oh … Oui, bien entendu, c’était normal et logique. Il comprenait juste où elle voulait en venir. C’était loin, très loin … mais il y avait bien de nombreuses lumières à l’horizon. Des cristaux ? Mais ça ne voulait pas forcément dire qu’il y avait des démons là-bas ou alors de la civilisation.

« Elise, c’est peut-être encore un piège, tu t’en doutes, non ? Je ne crois pas que ça … »

« Que ça soit un piège ou pas, ce n’est pas un souci, Tery. Au moins, on aura de la distance par rapport à ce qui se trouve derrière nous. Et c’est plus à moi de m’inquiéter. Tu as vu comment tu as couru ? Si tes pieds se sont rouverts, cela risque de … »

« Moins de blabla, plus d’avancée, Elise ! » dit-il en lui coupant la parole. En fait, il savait très bien qu’elle comptait le gronder mais ce n’était pas le moment ni le lieu pour de telles remontrances à son égard.


Après, elle avait totalement raison. Ce n’était pas le bon moment pour abandonner, surtout pas mais … il était songeur. Comment est-ce qu’ils allaient être accueillis s’il s’agissait bien d’un endroit civilisé où des démons habitaient ? En même temps, ils étaient, d’après les dires des membres de leur ancienne guilde, une majorité de démons au sang noble, non ?
Si c’était le même genre de nobles qu’à Shunter, il n’y avait aucune possibilité pour eux de rentrer dans une telle ville et d’ensuite pouvoir espérer y vivre. D’ailleurs, combien de dizaines voire de centaines de mètres avaient-ils descendu depuis leur départ ?
« Tery ! Tu devrais regarder où on met les pieds ! C’est un chemin de pierre ! »

Un chemin de pierre ? En baissant les yeux, il comprit ce qu’elle voulait dire par là. C’est vrai. Il y avait bien sous leurs pieds ce qui semblait être un chemin tracé par l’homme. Enfin, pas par l’homme mais le démon vu l’endroit où ils se trouvaient.

« Il ne resterait plus qu’à le suivre … mais en même temps, niveau visibilité … »

« Et bien, on les verra venir de loin et inversement, non ? On a juste à le suivre ! »

« C’est exact … ah … et en même temps, vue la course que l’on vient de faire, on a pas vraiment le choix. C’est mieux de marcher tranquillement. »

Ils avaient parcouru une belle distance. Normalement, ils n’avaient rien à craindre tous les deux mais par mesure de précaution, ils allaient rester sur leurs gardes. Dire qu’ils étaient tous les deux. Aucune présence d’Elen et des autres. Quand ils étaient encore un groupe, ils pouvaient faire des tours de garde, compter les uns sur les autres et donc veiller … mais ici, ce n’était plus possible. Vu qu’ils n’étaient que tous les deux, impossible de faire ne serait-ce qu’une simple petite pause ensemble … et pourtant, ils se mettaient en danger car ils le faisaient. Ridicule, c’était totalement ridicule et pourtant, c’était bien ce qu’ils accomplissaient, comme si cela leur importait peu.

« Mais dis-moi, Tery. Tu en penses quoi de la sale bête que l’on a aperçue là ? Enfin, ce démon … qui a sûrement bouffé pas mal de ses compagnons ? »

« Et bien … Je ne sais pas trop ? J’ai juste l’impression qu’il était comme … plus évolué que ceux de sur la strate supérieure, Elise. Il était capable de parler mais surtout d’avoir une réflexion normale. J’imagine qu’à force de manger et de dévorer, il doit y en avoir certains qui arrivent à se développer plus que d’autres, c’est tout. »

« Sûrement, tu as peut-être raison mais vu que nous ne sommes pas concernés par ça, c’est peut-être mieux qu’on en saches moins que possible. »

« Je n’ai pas envie de ressembler à cette chose, entre nous. Je sais bien que nous ne sommes pas vraiment comme les autres races mais … voilà quoi. »

« Euh, je suis très bien avec mon corps humanoïde et je crois qu’Elen et Manelena apprécieraient le fait que tu sois comme elles, Tery. »

« Et il en est de même pour Royan, Elise. » dit-il en lui répondant aussitôt car il était certain que cela ferait un peu mouche chez la jeune femme aux cheveux auburn.

« Oui … Enfin, lui … il a quand même décidé de tuer tous les démons à vue. J’ai juste l’impression que ça sera pas vraiment pareil dorénavant. »

Ce n’était pas cette réflexion qu’il espérait entendre de sa part. Il toussota légèrement comme pour l’inciter à changer de sujet de conversation. Il n’aimait pas la voir avec ce petit air triste sur le visage, ça le rendait maussade de son côté avec aussi une petite pointe de mélancolie.

« Je lui parlerais lorsqu’on le reverra. Entre hommes, on va se comprendre. »

« Entre femmes aussi ? Tu me mets bien en valeur et je ferais de même envers tes deux demoiselles. Enfin, si tu n’en as pas une troisième d’ici là hein ? »

« Hého ! A te croire, j’accumule les conquêtes ! Je … ne suis pas comme ça, Elise ! Je n’ai jamais, enfin, tu as bien pu voir non ? Avec les démones dans le village. Comme celle à la réception ou la marchande ? Je n’ai rien fait ! »

« Oui, oui, j’ai très bien remarqué que ces démones appréciaient l’exotisme en toi. »

L’exotisme ? Il fit une petite mimique en réponse à ça alors qu’elle rigolait de sa remarque. C’est vrai que vu qu’ils provenaient de la surface, ils avaient une couleur de peau assez différente des autres, un peu plus claire mais ce n’était pas si rare que ça non plus hein ? Il ne fallait quand même pas exagérer.

« Je ne suis pas là pour draguer, Elise. Je n’ai que … enfin certaines personnes dans mon coeur et ça ne changera jamais, voilà tout. »

Il avait toujours du mal à assumer qu’il aimait Manelena comme il aimait Elen. A partir de là, difficile pour lui de l’exprimer clairement et de vive voix. Au moins, cela leur faisait un petit sujet de conversation même s’il était pas banal entre eux.

Et pour l’inquiétude liée à ce démon à l’allure arachnéenne ? Déjà partie. Ils avaient bien mieux à faire que de se focaliser sur ça alors qu’ils devaient trouver une ville au loin. Pour l’heure, ce n’était pas encore sûr qu’il s’agissait bien de celle-ci mais comme ils n’avaient pas d’autre solution, autant prendre celle qui apparaissait devant eux.
Parfois, il fût obligé de faire une courte pause, ses pieds se rappelant à son vouloir qu’ils étaient tous les deux dans un sale état. Ah … Bref, assis sur un rocher, il laissait Elise chercher un petit coin d’eau souterraine pour leur permettre de se ressourcer … et aussi laver ses pieds ensanglantés et avec quelques croûtes qui avaient de quoi faire paraître une mine de dégoût sur le visage d’Elise.

« Je ne me suis jamais portée comme soigneuse, Tery. »

« Je le sais, Elise. Je le sais … et je tiens à te remercier de tous les sacrifices que tu fais à mon encontre pour me permettre de rester en parfaite santé. »

« Et tu sais aussi bien que moi que l’ironie, ça ne me convient pas vraiment hein ! » dit-elle pour corriger ses paroles. C’est vrai que le ton employé était assez las et ironique … mais il était sincèrement redevable envers elle.


Il pouvait se le répéter sans cesse mais sans elle, il n’aurait jamais été capable d’aller aussi loin. Sans elle, il lui aurait été tout simplement impossible de pouvoir survivre dans ce monde où chacun et chacune cherchait à dévorer l’autre. Oui, enfin, cette pensée était exagérée. Il n’y avait qu’une partie parmi les démons qui agissait de la autre.

« Tery ? Tu es prêt à reprendre la route ? »

« Mes pieds devront me supporter quelques heures même s’ils s’en plaignent donc la réponse est oui. On peut y aller dès maintenant, Elise. »

« Tant mieux. Allons voir au plus vite si ces lumières indiquent bien une ville et si tel est le cas, espérons qu’elle soit accueillante. »

Dans le pire des scénarios, ils se mettront à dos les soldats qui protègent la ville. S’ils sont vraiment plus puissants que les démons proches de la surface, ça n’allait pas être une partie de plaisir et surtout, cela voudrait dire qu’ils ne sont pas accepter en ville et qu’ils n’auront aucun toit. Si seulement cela pouvait être l’inverse pour une fois.

Chapitre 33 : Parfois en sécurité

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 33 : Parfois en sécurité

« C’est quoi cette chose ? C’est vraiment trop chou pour que ça soit dangereux. »

Ah bien entendu. Les femmes et leurs goûts bizarres, n’est-ce pas ? Tery évita de soupirer en écoutant les propos d’Elise. En un sens, il s’en doutait un peu qu’elle se comporterait de la sorte. Ça n’avait rien de surprenant, loin de là. Après, elle n’avait pas tort. Il n’avait aucune idée de ce qu’était cette créature un peu simiesque mais bon …

Une fourrure couleur crème, des petits yeux rubis, de longues oreilles comme des feuilles tombées d’un arbre et une queue qui devait bien faire une cinquantaine de centimètres … ce qui correspondait à la taille de la créature ou presque de ce qu’il arrivait à percevoir. Celle-ci les regardait avec interrogation, l’une de se pattes munies de quatre doigts placées sous le menton. La créature poussa un petit cri avant de s’enfuir.

« Et bien, quel terrifiant monstre que voilà, Tery, hein ? »

« Comme on ne sait rien à son sujet, il vaut peut-être mieux ne pas trop se moquer. On est jamais à l’abri d’une très mauvaise surprise, Elise, tu sais ? »

« Je le sais parfaitement … mais tu t’en fais peut-être trop pour pas grand-chose. Qui sait ? C’est peut-être l’une des créatures qui sont tombées avec les démons et le reste des monstres ? Elle aurait survécu tout simplement et chercherait des personnes comme nous ? »

« Et j’imagine que tu as envie qu’on la suive, c’est bien ça ? »

« C’est exactement ça ! Peut-être qu’il y a un démon qui a survécu et que … Quoi ? » dit-elle avant de ne pas terminer sa phrase, Tery la regardant en poussant un long soupir.

« J’imagine que tu n’as pas compris de tes erreurs, n’est-ce pas ? Ce n’est pas comme ça que l’on va vraiment réussir à s’en sortir si tu veux tout savoir, Elise. On ne peut pas faire confiance à cette créature. Tu as bien vu avec les autres démons non ? Dès qu’ils ont appris à notre sujet, ils ont très vite retourné leurs vestes. Je ne dis pas qu’ils voulaient notre mort mais voilà, si on suit cette créature, autant que tu sois préparée à ce que ça dégénère très vite. »

« Tu es vraiment trop suspicieux, Tery. Je suis sûre que cela te jouera des mauvais tours un jour. Allons-y, tu verras bien que ce que je dis n’est pas faux. Et puis, si je me trompes, tu me puniras comme il le faut, comme à ton habitude ! »

Comme à son habitude ? Dis comme cela, ça paraissait tendancieux. Le jeune homme fronça simplement les sourcils avant d’hocher la tête. Mais oui, il voyait de quoi elle voulait parler. Quelqu’un allait tout simplement sauter un repas … si cette personne arrivait à survivre au piège dans lequel ils allaient tomber tous les deux à pieds joints.

« J’aimerai tellement que des fois, tu veuilles bien m’écouter, Elise. »

« Et oui, tu aimerais mais ça ne va pas se réaliser comme ça, Tery ! Désolée pour toi. On y va alors ? On va aller la suivre cette jolie petite créature ! »

« Cette jolie petite créature qui veut notre mort … n’est-ce pas ? »

Elle poussa un petit soupir, comme pour bien montrer qu’elle avait déjà compris la première fois mais qu’il n’avait pas besoin de se répéter. Mais bon, le sourire qu’elle lui fit était un peu déconcertant pour le jeune homme aux cheveux bruns. Qu’est-ce que ça voulait dire ? Est-ce qu’elle se doutait de quelque chose de son côté ?

Tery s’était mis alors à l’accompagner, regardant juste en arrière alors qu’ils quittaient enfin cette zone pestilentielle. Vraiment, l’odeur était insoutenable ou presque, de quoi le rendre malade. Mais bon, « heureusement », il avait déjà participé à quelques guerres avec l’armée de Shunter, ce n’était pas comme si c’était la première fois qu’il assistait à une telle scène.

« Où est-ce qu’elle est passée ? OH ! Tery ! Tu as vu comme il fait bien plus clair ? »

Elle disait cela avec un sourire des plus ravissants et enfantins. Ah … Si seulement c’était aussi aisé que ça n’est-ce pas ? Le jeune homme aux cheveux brun lui tapota le crâne avant de jeter un œil à ce qu’elle voulait lui montrer. Hum … Oui, c’est vrai.

Peut-être était-ce à cause de ces nombreux cristaux multicolores qui parcouraient le chemin ? Ou alors, à cause de ces lumières artificielles qui provenaient de quelques champignons luminescent ? Ou alors justement de ces halos de lumière blanche dont certains trous dans les parois rocheuses étaient responsables ?

Tout ça donnait juste l’impression qu’ils étaient proches, si proches de la surface … et qu’en même temps, ils venaient de rentrer dans un tout autre monde souterrain. Bon, le véritable souci, ce n’était pas vraiment cet endroit mais … plutôt l’odeur de sang qui n’avait pas disparu Et Elise qui ne comprenait pas le moins du monde ce qui …

« Petit, petit, petit, où est-ce que tu es ? On ne te veut aucun mal. »

Qu’est-ce qu’il disait ? Il la voyait uniquement de dos mais il remarquait qu’Elise s’était un peu courbée en avant comme pour tenter de trouver cette créature poilue. Mais celle-ci ne se montrait toujours pas, Tery se grattant la joue avant de dire :

« Peut-être qu’elle en avait assez ? Ou qu’elle s’est vraiment cachée ? »

« C’est … dommage. Je suis sûre que non, Tery. Elle veut juste qu’on arrive à la découvrir et c’est comme un petit jeu avec elle, j’en suis sûre et certaine. »

Sûre et certaine. A l’écouter, c’était vraiment très étrange. En fait, le ton qu’elle employait avait quelque chose de … perturbant, très perturbant. Il ne savait pas trop comment l’expliquer mais ce n’était pas le genre de ton qui mettait vraiment en confiance.

« Petit, petit, petit, tu ne veux pas te montrer ? Allons … Je ne vais pas te manger. »

« Quand tu parles comme ça, tu donnes juste l’impression que tu es déjà prête à le dépecer et le cuisiner, Elise. Je te préviens, je ne sais pas si c’est comestible. »

« Arrêtes donc tes bêtises, Tery. Tu vas tout simplement l’effrayer si tu dis de telles sottises. »

« Et maintenant, c’est moi le coupable. C’est vraiment n’importe quoi hein ? »

« Ikiki ! IKIKI IKI IKI ! » s’écria une petite voix sur leur droite, Elise comme Tery tournant leurs têtes vers l’origine du bruit.


La petite créature était là, sautillante sur place alors qu’ils sortaient de ce couloir coloré de mille lueurs. Et bien, c’était dommage que la visite soit déjà terminée mais en même temps, ce n’était pas un problème, loin de là. Avec joie, Elise dit en rigolant :

« Tu vois ? Il nous montre tout simplement la sortie, Tery. Tu es vraiment bien trop suspicieux, tu t’inquiètes pour rien. On est arrivé à la strate inférieure ! »

Oui, peut-être qu’il avait un petit peu exagéré sa méfiance mais on ne pouvait pas lui en vouloir non plus. Vu certains événements déplaisants ces derniers jours, ce n’était pas comme si tout ça n’avait aucune origine non plus hein ?

« Oh ? Tiens donc, Tery ! Regardes ! Il y a la maman et le papa de la petite bête ! »

« Hum ? Qu’est-ce que tu racontes encore, Elise ? » dit-il en haussant un sourcil. Est-ce qu’ils avaient vraiment envie de voir … Merde. C’est bien ce qu’il pensait ! Cette foutue bestiole venait de les emmener dans un traquenard et Elise était tombée en plein dedans !

« Tu vois ? Regardes comme ils ont les yeux désireux de chair fraîche, comme ils veulent tout simplement nous égorger et nous trucider. De vraies bêtes sauvages ! »

« Elise, ce n’est pas le moment de moquer de la sorte ! Arrêtes tes bêtises et recules ! »

Il ne voyait qu’à peine ce qui se trouvait devant Elise, la jeune femme démoniaque bloquant les accès alors que Tery cherchait à se mouvoir sans y arriver. Il voyait juste des créatures de presque trois mètres de hauteur, à la fourrure couleur crème comme la petite bestiole. Et elles avaient l’air colossales niveau muscles.

« Boom boom. Je vais vous cramer tout de suite ! »

Un souffle de flammes, puis un autre et encore un autre. Il n’arrivait pas à réellement comprendre ce qui se passait mais Elise vint lui prendra la main, ses yeux rubis posés sur lui alors qu’elle poussait un grand éclat de rire. Euh ? Une raison à ça ?

« Il pense vraiment qu’on est assez stupides ou quoi ? Nous sommes des démons ! Nous vivons dans un monde souterrain où chaque démon est un ennemi potentiel qui va tenter de te dévorer si tu ne fais pas gaffe ! On n’a plus de place pour se laisser amadouer de la sorte ! »

« Et dire que j’ai vraiment cru que tu allais tomber dans ce piège, Elise … »

« On va donc dire que mon attitude a réussi à te berner. Je comprendrais alors que c’est parfait si un jour, je décide de te jouer un mauvais tour, hahaha ! »

Ce n’était pas très drôle et surtout, qu’est-ce qu’ils allaient faire ? Car maintenant, il remarquait que les flammes calcinaient la fourrure de ces créatures qui poussaient des cris de rage et de douleur mais ce n’était pas suffisant pour les tuer toutes les deux. Ils étaient juste passés à côté d’elles pour se mettre à courir, des « Ikiki ! » de colère se faisant entendre.

« Ils veulent notre mort. C’est dommage pour eux, ça ne sera pas pour aujourd’hui ! »

« Mais Elise, comment est-ce que tu as fait pour … »

« Pour ? Pour savoir qu’il voulait nous piéger ? Tout simplement car c’est le genre de créature incapable de se débrouiller toute seule. Comment peut-elle se battre ? Comment pourrait-elle survivre dans cet endroit si elle n’était pas douée pour duper les autres ? »

« Y a bien qu’une femme pour voir tout cela de cette façon … Je note de ne jamais te mettre en colère ou je risquerai de tomber les pieds joints dans ton piège. »

Pour toute réponse, elle était déjà en train de faire un grand sourire alors qu’ils continuaient de courir. Un rocher de la taille d’un être humain passa à côté d’eux, Tery se retournant brièvement pour voir que les deux imposantes créatures simiesques soulevaient et jetaient tout ce qui passait dans leurs mains. Comme s’il était soulagé de la situation, il rigola légèrement avant de dire à Elise :

« Je crois que nous avons réussi à les mettre en colère, Elise. Je ne sais pas si on devrait en être fiers tous les deux. En plus, elles ont l’air costaudes. »

« Qu’est-ce que tu veux ? Qu’on tente de les combattre ? Ca me semble relativement dur non ? Je ne suis pas certaine que nous y arrivions si tu veux tout savoir. »

Elle avait raison. Lui non plus n’était pas certain que ça soit la meilleure solution dans une telle situation. Pourtant, ces deux … ah non, trois créatures vue que la petite bestiole était sur le crâne d’une des deux autres, elles n’allaient pas les lâcher de si tôt. Regarder à gauche, regarder à droite. Il n’y avait rien qui leur permettait de se cacher ? Et en même temps, il fallait regarder derrière pour éviter ces rochers qui étaient projetés.

« Une soution, Tery ? Si c’est le cas, ça serait bien de la trouver ! »

« J’en ait une encore plus dangereuse et stupide que la tienne mais bon … J’imagine qu’on a pas trop le choix. On va essayer de les emmener vers d’autres monstres. Il faut espérer qu’ils s’entretuent, ça sera notre unique solution. »

Oh … Les faire se battre ? C’est vrai que cela leur permettrait de souffler un peu. Oui ! Maintenant, le truc, c’était de survivre assez longtemps en territoire inconnu. Et ça, étrangement, ce n’était pas aussi simple que prévu ! Loin de là !

« Il faut un trou, une grotte, un endroit où les piéger ! Elise ?! »

« Je regarde, je regarde, Tery ! Mais je ne trouves rien du tout ! Et c’est un peu difficile de se concentrer si tu veux tout savoir ! Je fais de mon mieux ! »

Il ne lui criait pas dessus non plus hein ? Elle n’avait pas besoin de s’emporter à cause de ça. Le jeune homme observa les environs. Non … Y avait rien à faire. Ils ne pouvaient pas rentrer n’importe où ou se déplacer n’importe comment. A côté, ils allaient finir par s’épuiser … et avec toutes ces pierres qui volaient dans tous les sens, il y avait de fortes chances qu’une d’entre elles finisse par leur tomber sur le dos du crâne et là, autant dire que ça sera foutu.

« Tery ! Il est derrière nous ! Comment est-ce qu’on va faire ? »

« Il ? Ils sont tu veux dire, non ?! » s’exclama le démon aux cheveux bruns, se tournant pour jeter un bref regard en arrière. Non … Il n’y en avait qu’un seul. Qu’est-ce que ça voulait dire ? Où est-ce que l’autre avait réussi à se faufiler ? Vu qu’ils couraient tous les deux depuis déjà pas mal de temps mais surtout dans une zone rocailleuse, avec des flancs de monts et quelques petits plateaux avec des rochers plus ou moins gros, l’autre sale bête à fourrure couleur crème devait prendre un autre chemin.

« Fais attention ! On ne sait pas par où il risque d’attaquer, Elise ! »

« Je veux bien moi … mais je ne vois pas comment on va pouvoir arranger le tout ! »

Ils ne le pouvaient pas, c’était aussi simple à savoir que ça. Tery était toujours en train de faire vagabonder son regard autour d’eux. Finalement, c’est quand la masse touffue et poilue vint s’abattre devant ses yeux qu’il comprit que cela allait dégénérer salement.

« Ils vont pas nous laisser un seul moment de répit. Elise, il va falloir se battre ! »

« Je n’attendais que ça mais ils nous ont pris en tenaille, comment est-ce que l’on fait exactement au final ? Tu as une petite idée ? » demanda t-elle tandis qu’il haussait simplement les épaules. Que chacun en prenne un et ça suffirait amplement !

« Tues-le, de n’importe quelle façon … ou rend-le incapable de se battre. Je vais tenter de réussir à nous tracer un chemin, je préfère ne rien promettre. »

« Bon ben … je sens que ça va être explosif entre moi et lui ! »

C’est surtout qu’ils n’ont aucune idée de ce que sont exactement ces créatures. Comment être sûr qu’elle ne sera pas plus en danger que maintenant ? La réponse est malheureusement impossible à savoir et c’est ça qui l’inquiète le plus !

Un mouvement sur la gauche et il esquive une imposante patte qui tente de l’écraser. A l’endroit où il se trouvait ? Il n’y avait déjà plus qu’un cratère. Heureusement qu’il n’était pas au bord d’une falaise sinon, il pouvait dire adieu à son existence. Des crachats enflammés passèrent de part et d’autre de sa personne, venant roussir la fourrure crème de son adversaire. Qu’est-ce qu’Elise était en train de faire ?

« HEY ! ELISE ! C’est super dangereux ! C’est quoi ces flammes ?! »

« HAHAHAHA ! Saleté, saleté, saleté, crames ! JE TE DIS DE CRAMER ! CRAMES ! »

« Elise ?! Ne me dit pas que tu as perdu la tête à nouveau ?! »

Il ne pouvait pas s’occuper d’elle en même temps que de ce foutu monstre. A entendre les grognements et les cris de rage, cela donnait l’impression qu’il y avait un véritable carnage … ce qui n’était vraiment pas fait pour lui plaire. Non, la situation était déplaisante.

« Nous sommes même pas partis une journée qu’on est déjà sur le point de mourir ! »

C’était une évidence dont il avait besoin de crier alors qu’il esquivait une nouvelle fois l’attaque de ce monstre aux allures de gorille géant. Comment pouvait-il trouver une solution dans un tel cas ? Et zut ! Il attrapa subitement la main d’Elise, remarquant son regard complètement rouge alors qu’elle était déjà en train de préparer des flammes dans ses mains. D’ailleurs, sur le coup, il s’était brûlé mais qu’importe !

« Tery ! Mais qu’est-ce qui te prends ?! J’étais en train de … »

« J’oubliais un petit truc qui va nous faire gagner quelques précieuses secondes ! »

De sa main livre et griffue, ayant fait attention à ne pas blesser Elise avec l’autre, il la planta dans le sol, ses lignes d’Alzar bien présentes sur son visage. Hors de question de continuer sans se battre ! Hors de question de se laisser faire comme si de rien n’était ! Il savait qu’il n’allait pas pouvoir transpercer ces corps avec des pieux de terre mais … voilà qu’il vint créer tout simplement des poings d’une taille aussi imposante que les corps des deux êtres créatures, les projetant plusieurs mètres en hauteur.

« On en profite maintenant ! VIENS VITE PAR LA ! »

Il criait mais elle était juste à côté de lui. Mais voilà que les yeux de la jeune femme étaient redevenus normaux, Tery soupirant de soulagement.. C’était une bonne nouvelle, vraiment … Il n’aimait pas avoir à la regarder autrement. Il était temps de continuer à courir et à peine avaient-ils fait une quinzaine de mètres que le sol trembla sous la retombée des deux corps.

« Où est-ce fichu macaque miniature ?! Si tu le vois, tu … »

« IKIKI ! IKIIIIIIIIIIII ! » hurla une créature au-dessus d’eux, Tery ayant juste le temps de voir la petite créature simiesque, toutes griffes sorties, prête à lui retomber sur le visage pour le lacérer de ses appendices mais une main enflammée la stoppa net dans son mouvement.

« Toi … Tu commences sérieusement à me faire chier ! DISPARAIS ! »

Un nouvel hurlement mais d’agonie alors que tout le corps de la créature recouverte de poils couleur crème était en train de s’enflammer dans sa globalité, Elise jetant le cadavre calciné en arrière. Et d’autres cris, de rage et de haine. Ils ne les lâchaient pas hein ?

« Maintenant qu’on a tué leur enfant, du moins, j’imagine, ils vont clairement vouloir nous écraser la tête, Elise. Autant dire que ça va être sanglant et pas très joyeux. »

« Rien à faire ! Ca aurait put mieux se terminer pour eux s’ils avaient décidé de ne pas s’en prendre à nous ! C’est la loi du plus fort par ici ! »

« C’est pas faux … C’est pas faux, Elise … mais attention au zèle. Tu sais parfaitement que je n’aime pas du tout quand tu deviens … comme ça. »

Comme ça ? Qu’est-ce qu’il voulait dire par là ? Elle chercha à comprendre où il voulait en venir en s’exprimant de la sorte mais elle sentait qu’il n’allait donner aucune réponse. En même temps, elle remarquait qu’il posait sa main libre sur les parois rocheuses autour de lui, créant divers obstacles … mais cela n’allait pas arrêter ces sales bêtes ! C’était inutile !

Non … Elle devait lui faire confiance, il avait sûrement une idée, non ? AH ! Ils devaient prendre un chemin sur la gauche ?! Mais qu’est-ce que ça allait changer ! Ils allaient quand même … Elle entendit un grognement de la part de Tery alors qu’il venait de créer un imposant mur derrière eux mais … même ça, ça n’allait pas suffire !

« Il va falloir que tu t’accroches bien à moi, Elise ! La fuite n’est pas mon genre mais des fois, certaines situations l’exigent sans que l’on puisse y faire quelque chose. »

« Hein ? Qu’est-ce que tu vas encore nous … Hiiiiiiiiiiii ! »

Elle avait émit un petit cri aiguë alors qu’il la soulevait à une main, la gardant auprès de lui avant qu’il ne se jette dans le vide … du moins, ce qui y ressemblait. Ils étaient plutôt en train de glisser le long de la paroi rocheuse et Tery serrait les dents, ses pieds laissant derrière eux quelques éclats rocailleux.

« Ils ne savent pas par où nous sommes partis. Ils ne doivent pas s’imaginer que l’on allait agir comme ça. » dit-il dans un murmure, incitant Elise à regarder derrière eux. C’est vrai. En hauteur, elle apercevait les deux créatures simiesques qui avaient détruit avec aisance le mur … et continuaient sur le chemin comme si de rien n’était.

« Tery, il faut absolument que l’on trouve un endroit où se cacher et … se reposer. »

« Ouais … Ouais, dès que l’on aura fini de glisser … Faut que je fasses attention à ce que l’on ne tombe pas dans un précipice. Pas besoin de corde quand on m’a moi. »

Son humour était vraiment déplacé dans une telle situation. Lorsqu’ils s’arrêtèrent, les pieds de Tery continuaient de fumer légèrement, l’être cornu ayant toujours les dents serrées, prenant de grandes bouffées d’oxygène.

« Ne nous arrêtons pas … maintenant, Elise. Il faut encore … trouver cette cachette. »

« Oui bien entendu, ils finiront par nous retrouver. Je notes que les strates inférieures sont vraiment très accueillantes, Tery, hahaha. »

Pour toute réponse, elle eut aussi un petit rire amusé de la part du jeune homme aux cheveux bruns. Il avait encore cette respiration saccadée. Elle ne lui connaissait pas une telle utilisation de ses pouvoirs. Il fallait aussi s’avouer que c’était une chose … unique …

« Tery, tu as vraiment de l’imagination à revendre. Je suis certaine que personne n’aurait pensé à utiliser des pouvoirs terrestres pour … glisser sur celle-ci. »

« J’ai juste imaginé comment on ferait un écoulement de boue ou de terrain … mais en considérant que c’était moi et non la roche. Enfin, sous mes pi… rien. »

Sous ses pi… pieds ? Et bien, oui et … Ses pieds ? HEY ! C’était quoi ce sang sous ses pieds ?! Pourquoi est-ce qu’ils étaient dans un tel état ! Et ses chausses ? Il n’en avait plus ? MAIS MAIS MAIS … Elle le regarda avec colère. Elle n’avait pas encore tout saisi mais elle était sûre d’une chose : les pieds de Tery étaient maintenant dans un triste état. Etait-ce à cause de cette longue glissage ? Il avait intérêt à donner de sérieuses explications !

Chapitre 32 : Nouveau départ

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 32 : Nouveau départ

« Comment vas-tu, Elise, aujourd’hui ? »

« Pas franchement mieux qu’hier, je dois avouer … J’ai encore du mal à assimiler tout ce que j’ai appris. Ça me donne un peu la nausée rien qu’en y réfléchissant, Tery. »

« Tu n’as pas vraiment beaucoup manger non plus, hier. C’est peut-être pour ça. Attends, je vais te chercher le petit-déjeuner. Tu devrais rester dans le lit. »

Qu’elle soit malade juste à ce moment précis n’emmenait rien de bon mais … Il pouvait comprendre que son corps avait décidé de la lâcher après toutes les nouvelles d’hier. Lui-même avait les traits fatigués et usés de quelqu’un qui avait visiblement pas assez dormi par rapport à hier. Ah … Bon … Au moins, l’aubergiste ne posa guère de question et il revint bien vite avec de quoi se rassasier pour elle et lui.

« Tu vas manger un morceau et te forcer, même si tu n’as pas faim. Compris ? »

« D’accord, d’accord. Je ne dis pas non à ce que tu prennes soin de moi, Tery. »

AH ! Il se doutait un peu qu’elle lui dise cela. Il eut un petit sourire avant de tout déposer devant ses yeux, Elise mangeant avec plus d’appétit qu’il ne le pensait. Tant mieux, tant mieux, c’était tout ce qu’il voulait. Il mangea lui-même un petit peu, Elise le félicitant tout en se moquant gentiment de lui, murmurant :

« Bien bien, et attention à ne pas laisser trop de miettes hein ? »

« Hého, je ne suis pas un enfant non plus, Elise. J’imagine que je peux aisément me débrouiller seul sans que tu me maternes non plus hein ? »

« On ne sait jamais justement ! Qui peut prétendre connaître ce de quoi sera fait demain ? »

Hmm, les phrases énigmatiques ou alors avec de telles paroles, c’était parfait pour le perturber. La tête légèrement penchée sur le côté, il la regarda, attendant qu’elle ait fini. Maintenant, pour la journée, ils allaient devoir faire quelques achats pour ce long voyage qui allait les attendre. Ah … Vraiment …

Préparer quoi manger, de quoi cuisiner, quelques affaires et autres. Dire qu’ils avaient trouvé un endroit à peu près tranquille, pas trop loin de la surface … et là, on venait leur retirer ce petit havre de paix. Autant dire qu’il faisait une petite moue invisible, il voulait pas embêter Elise avec tout ça. Il tapota contre son torse, finissant par dire :

« Bon, on y va ? On quitte un peu l’auberge ? Pas mal d’achats à faire aujourd’hui, Elise. »

« Oui. Je suis en meilleure forme qu’hier, ça ne devrait pas être aussi problématique. »

Pourtant, le ton et le coeur n’y étaient pas. A voir ce que la guilde avait en tête. Ils avaient sûrement préparer pas mal de choses pour leur départ. Ainsi, bon débarras et on ne vous entend plus, on ne vous voie plus et tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes. Ah … C’était laid de commencer à penser de façon sarcastique. Ça n’allait rien arranger.

« Vous voilà ! On vous recherchait depuis quelques heures ! »

« Nous étions simplement en train de dormir … et de déjeuner, rien de plus. »

Il évitait de pousser un soupir devant l’un des membres éminents de la guilde. A peine avaient-ils quitté l’auberge qu’ils avaient été importunés par ce dernier. Ils ne pouvaient pas les laisser souffler quelques minutes ? C’était peut-être trop demander, c’est ça ?

« D’accord, d’accord ! Vous êtes réclamés dans le hall. Tout le monde vous attends. »

« Nous pensions faire quelques achats avant que vous nous jetiez hors de la ville. »

Devant sa réplique, le démon s’immobilisa un peu, comme confus par Tery. Elise avait eut un petit sourire mauvais. Ils n’étaient pas stupides hein ? Ils comprenaient aisément qu’ils voulaient se débarrasser d’eux dès que possible. C’est bien pour cela qu’il ne cherchait même pas à combattre. C’était inutile de lutter. Il fit un mouvement de la main tout en reprenant :

« Allez, on y va. Comme ça, c’est réglé le plus tôt possible. Je ne crois pas qu’ils aimeraient patienter plus que nécessaire de toute façon. »

Phrase bateau pour bien signaler qu’il en avait déjà assez … et la journée ne faisait que commencer hein ? Il s’étira un peu, montrant par là que cela l’usait. Elise vint lui donner un petit coup de coude dans la hanche en chuchotant :

« Évitons le mauvais esprit et réglons ça. On l’accompagne et hop. »

Oh ? C’était elle qui disait ça maintenant ? Alors qu’encore hier, elle n’allait pas franchement bien ? BAH ! Il n’allait pas la retenir non plus. A l’arrivée dans la salle de réunion de la guilde, les mêmes membres qu’hier étaient tous présents.

« Voilà un plan. Ce n’est pas grand-chose, ce n’est pas le plus précis mais au moins, vous saurez où vous rendre pour votre prochaine destination. »

Même pas une salutation ou autre. Le vieux démon d’hier leur avait tendu simplement un parchemin enroulé, le tendant à Tery qui hocha la tête positivement. Et ensuite ? Maintenant ? C’était quoi le reste du programme ? Car bon, c’était visiblement l’heure de leur dire de dégager, n’est-ce pas ?

« Vous aurez aussi une bourse d’argent tous les deux par rapport aux nombreux travaux que vous avez accomplis jusqu’ici. Il y a aussi dans ce sac des victuailles qui devraient vous permettre de tenir pour environ une semaine. »

« Vous avez vraiment tout planifié … et en aussi peu de temps, c’est … remarquable. »

« Disons que la situation étant ce qu’elle est, nous avons juste tout fait pour qu’elle soit résolue le plus rapidement possible, rien de plus, rien de moins. C’est aussi simple que cela. »

« Est-ce qu’il y a d’autres données que nous ignorions que l’on doit apprendre aujourd’hui ? Si tel est le cas, n’hésitez pas à nous le dire dès maintenant hein ? Vous comprendrez … »

« Normalement non. Vous n’avez pas à vous inquiéter à ce sujet. Cela devrait être bon dans tous les cas. Vous pouvez y aller dès maintenant. »

« Bon ben … d’accord. On va dire qu’on vous remercie pour tout ce que vous avez fait pour nous et bien entendu, tout le reste comme d’habitude. Nous nous reverrons peut-être un jour et enfin, nous saurons ce que … »

« Si vous nous renvoyez, évitez de chercher à nous tuer, je vous pries. »

« Je ne penses pas le faire. Je n’ai aucune raison d’agir de la sorte de toute façon. Enfin bon, je ne crois pas que ça soit nécessaire de mon côté, loin de là. »

Il disait cela avec une certaine nonchalance. Ce n’était pas qu’il avait envie de les agresser hein ? Mais en même temps … Pfiou … Il ne savait pas si on lui laissait tellement le choix en fin de compte. Il avait récupéré tout ce que les démons leur donnaient, Tery et Elise faisant quelques salutations avant de quitter la guilde, sacs sur les dos.

« On retourne vers l’auberge, on récupère nos affaires et on s’en va ? »

« Vu qu’on n’a plus rien à faire par ici, c’est la meilleure solution, Tery. Enfin … meilleure, ça dépend du point de vue hein ? » soupira la jeune femme aux cheveux auburn alors qu’il se massait le crâne comme pris d’une migraine effroyable.

« Ca me fait chier. Voilà, je l’ai dit. Ça me fait chier »

Elle le regarda pendant quelques secondes, incrédule avant de faire un petit sourire. Elle tapota doucement son dos, murmurant d’une voix douce :

« Au moins, tu es honnête avec toi-même, Tery. C’est le plus important. Bon ben … »

Plus de raison de perdre leur temps. Dans l’auberge, ils saluèrent et remercièrent l’aubergiste pour tout ce qu’il avait fait depuis le début … c’était à dire tout simplement leur laisser une chambre pour tous les deux. A part ça, ce n’était pas comme s’il avait été très utile ou nécessaire à tout le reste hein ?

Aux portes de la ville, ils regardèrent les soldats qui surveillaient celles-ci. Etonnés de leur voir partir avec autant de sacs, ils posèrent quelques questions, Tery signalant juste qu’ils allaient faire un long voyage. Comme ils étaient habitués à passer par là pour les différentes missions que la guilde leur confiait, ils avaient fini par bien les connaître. Oui …

« Faites attention à vous quand même hein ? Surtout si vous partez loin. »

« C’est bien noté. De toute façon, on est pas du genre à se faire avoir par le premier monstre ou démon venu ! Bonne journée ! »

Autant être poli avec ces soldats qui n’avaient rien demandé du tout au duo. Ils n’étaient sûrement même pas au courant de ce qui se passait. C’était pourquoi il n’y avait aucune raison de leur vouloir. Ces pauvres soldats ne devaient pas savoir qu’ils avaient été tout simplement évincés de la ville. Ah … Maintenant, il était temps de s’éloigner.

Les voilà à nouveau dans les environs de la ville. Ils ont marché une dizaine de minutes sur cette ces surfaces rocheuses avant de finalement s’arrêter. Le jeune homme aux cheveux bruns finit par sortir la carte, observant cette dernière avant de soupirer :

« Bon … Voyons voir par où nous devons nous rendre. »

« Tery … Ca serait notre dernière chance de retourner à la surface définitivement. Si on fait tout pour y arriver, on devrait … n’est-ce pas ? Tu ne veux pas ? »

« Ce n’est pas que je ne veux pas. C’est qu’on ne peut pas, c’est juste différent. Je te rappelles que pour ça, on doit passer des portes gardées. »

« Mais avec notre force, nous devrions y arriver non ? Je sais bien qu’on ne peut pas y accéder sans avoir quelqu’un avec nous qui a les droits mais … »

« S’il te plaît, Elise. Ça ne sert à rien, d’accord ? Il faut que l’on se rentre ça dans le crâne. »

« Je le sais parfaitement ! Ce n’est pas à moi que tu dois dire ça mais … »

« Alors pourquoi est-ce que j’ai le sentiment que je me répètes plusieurs fois depuis quelques temps, Elise ? Tu es … comme désespérée. »

Il n’aimait pas le terme qu’il venait d’utiliser mais dans une telle situation, difficile d’en utiliser un autre, n’est-ce pas ? Il regarda longuement Elise, comme pour attendre sa réaction mais celle-ci ne fit que baisser la tête, déconfite et embêtée. Bien sûr, il s’en doutait … et il le savait parfaitement hein ? Ah … vraiment, vraiment …

« Viens plutôt regarder la carte avec moi, Elise. Ca sera bien mieux. On finira par trouver une solution en fin de compte. Peut-être pas maintenant, peut-être pas demain mais qui sait ? »

Ils étaient tous les deux motivés, Elise encore bien plus que lui, à trouver une solution alors bon … ça ne servait à rien de trop se compliquer la vie de toute façon. La carte était plus détaillée qu’il ne le pensait. Vu qu’ils avaient pris les portes sud de la ville, ils devaient donc continuer un peu vers l’est. Là-bas, il y aurait une vallée non-loin d’une falaise et ils pourront descendre de plusieurs dizaines de mètres, rien que ça.

« Ces histoires de strates et autres me perturbent salement, Elise. Je me demande si les démons sont comme les autres plus bas. Tu crois quoi ? »

« Que je ne vais pas me préoccuper d’eux J’espère juste pour eux qu’ils ont un moyen de nous ramener à la surface lorsque l’on sera là-bas car plus on va descendre, moins on sera proches de la surface et donc d’une sortie. »

Oui, c’était tout ce qu’il y avait de plus logique. Son raisonnement tenait parfaitement la forme mais en même temps … elle occultait un léger point. Les autres démons allaient peut-être se montrer bien moins amicaux en les voyant. La raison ? Comment pouvait-on considérer lui et Elise comme des démons normaux ? Ils n’avaient été que des objets utilisés pour permettre de libérer ces démons. D’ailleurs, il se demandait si ce n’était pas plus compliqué que ça dans le fond car ces démons nobles, aucun n’avait été visible.

« Dis, Elise, pendant que l’on faisait nos missions et autres ou pendant l’expédition à la surface, tu n’avais pas remarqué si un démon était différent des autres ? »

« Non, ils étaient tous bêtes comme leurs pieds et s’imaginaient majoritairement que j’étais vraiment qu’une larve … un peu comme toi mais à part ça … rien du tout. »

Au moins, elle y allait franchement dans ses propos. Après, diffficile de lui donner tort. Elle avait raison par rapport à ces démons. Donc oui, si vraiment, ils avaient besoin d’enfants issus de démons nobles pour ouvrir ces portes pourquoi est-ce que ces fameux démons des strates inférieures ne se préoccupaient pas plus que ça de l’ouverture maintenant que c’était fait. Mouais, c’était franchement étrange et …

« TERY ! Mais fais attention où tu mets les pieds ! »

Hein ? Co … WOOOOW ! Il fut tiré en arrière par Elise alors qu’il avait complètement ignoré le fait qu’il se rapprochait du bord de ce qui semblait être un trou assez profond. Il était possible de voir le fond mais … voilà. Il y avait bien une vingtaine de mètres entre eux et le sol plus bas. Ce trou était assez grand et il se tourna vers Elise, la remerciant pendant qu’elle regardait la carte avec interrogation. Elle finit par soupirer :

« D’après la carte c’est par ici. Est-ce qu’il faut comprendre qu’ils veulent que l’on se suicide ? Si c’est ça leur idée de génie, ils peuvent aller se faire voir. »

« Je ne crois pas que c’est ce qu’ils avaient en tête, Elise. Simplement, regardons dans les alentours, y a peut-être un moyen pour descendre. »

« Ou alors, on peut utiliser les cordes qu’il y a dans l’un des sacs. » corrigea t-elle avant d’ouvrir l’un de ceux qui étaient sur le dos de Tery. C’était pas une mauvaise solution non plus, il fallait avouer que ça pouvait être pas mal comme idée.

« Et comment est-ce que l’on fait pour ensuite récupérer la corde lorsque l’on sera en bas, Elise ? Tu as une idée de ton côté ? »

Avec ce sourire mauvais qu’elle avait en tête, il n’était pas vraiment certain qu’elle soit bonne. Mais voilà, elle lui signala de d’abord descendre et ensuite, elle allait lui montrer comment ils allaient faire. Bon, par contre, descendre à la corde, ce n’était pas dans ses habitudes. Il savait qu’il devait mettre les pieds en avant pour éviter de se prendre la roche en pleine face mais à part ça ? Heureusement, il avait laissé Elise descendre en première. En vue de sa tenue, il n’était pas certain que cela soit très recommandable de sa part de se comporter ainsi. Voilà qu’ils étaient tous les deux descendus et …

« Pourquoi est-ce que tu utilises tes lignes d’Alzar, Elise ? Qu’est-ce que tu as … »

« Attention, on prévoit une chute de pierre imminente ! » dit-elle avant de pousser un petit éclat de rire, une sphère enflammée quittant sa main droite qu’elle pointait vers le bord dont ils étaient descendus. FOLLE ! ELLE ETAIT COMPLETEMENT FOLLE !

« Mais tu es givrée ou quoi ?! » s’exclama t-il juste à temps, attrapant Elise par la hanche avant de rouler sur le côté avec elle, une pluie de roche tombant juste derrière eux.

« Pas le moins du monde … On a récupéré notre corde … et comme ça, si des imbéciles tentaient de nous suivre, ils l’auront tout simplement dans l’os ! »

« Y a des méthodes moins dévastatrices pour arriver à tes fins, tu sais ?! Ah zut … Et au moins, tu vas bien ? Pas de blessures ? »

« Vu comment tu t’es jeté sur moi pour me prendre dans tes bras, je crois que non et regardes donc ce que je suis en train de tirer ? » dit-elle alors qu’elle présentait la corde qu’elle avait autour de la hanche, un bout attaché à un morceau de pierre dans l’autre.

« Tu as sûrement de la chance que tu n’aies pas calciné la corde. »

« Hého, monsieur Tery. Je sais quand même ce que je fais hein ? Je ne suis pas assez stupide pour mal viser non plus ! Mais voilà, maintenant, on a encore notre corde, nous sommes en bas, on peut continuer alors l’exploration. Ce n’est pas merveilleux ? »

L’exploration ? Merveilleux ? Ce n’est pas vraiment le terme qu’il aurait utilisé. Il espérait juste qu’il y avait une autre possibilité de remonter car sinon, ils pouvaient dire adieu à cette strate. D’ailleurs, est-ce qu’ils avaient vraiment changé de strate ou pas ? Il n’en était pas certain tandis qu’il jetait un coup d’oeil autour de lui.

« Cet endroit est vraiment déplaisant, tu ne trouves pas, Elise ? »

« Non, pas vraiment. Je ne vois pas pourquoi tu dis … »

Elle s’arrêta dans ses propos, ayant enfin fini par remarquer l’odeur pestilentielles qui émanait de cet endroit. Des cadavres de monstres mais aussi de démons. Est-ce qu’ils s’étaient trompés d’endroit ? Non … C’était bien sur la carte mais en même temps, ils devaient alors partir vers la gauche. De toute façon, autour d’eux, il n’y avait aucune autre issue donc … pas le choix.

« Tu crois que c’est ici qu’ils envoyaient les criminels ? Pourquoi certains monstres sont morts ? Normalement, une telle chute devrait être mortelle, non ? Donc, j’imagine qu’ils n’ont pas put se défendre, c’est bien ça ? »

« C’est pas pareil … Même si la majorité des corps sont décomposés, il suffit de regarder une chose, Elise. Ce n’est pas la chute … qui les a tués. Il en est de même pour ces monstres. Ils sont des environs de la ville, ce qui veut dire qu’ils accompagnaient les démons. Certains doivent sûrement avoir réussi à les dresser. »

Elle écoutait sagement Tery, comprenant par là qu’il avait déjà réfléchit à la question avant même de lui faire la remarque au sujet de ces cadavres. Et vrai qu’en regardant bien, une bonne partie de ces derniers, il leur manquait un morceau de hanche, de tête ou autre, un peu comme s’ils avaient été dévorés par … autrui.

« Elise, je penses que nous sommes sur la bonne route. Il y a de fortes chances que ce qui se trouve au bout du chemin, ça soit quelques monstres qui serviraient de remparts entre les deux strates. J’imagine que même s’ils ne se considèrent pas comme les gardiens, ils sont plus du genre à nous imaginer comme un buffet gratuit qui vient à leur disposition. »

Des démons qui voulaient descendre vers les strates inférieures mais qui se faisaient dévorer par des créatures malveillantes, n’est-ce pas ? Elle voyait où il voulait en venir. Lorsqu’ils allaient se rapprocher de la « sortie » de ce trou, ils allaient avoir de la visite et pas vraiment de celles qui allaient vous accueillir à bras ouverts.

« Pfiou … Et y a de grosses chances qu’il faille se battre salement, Tery. »

« Ce n’était pas comme s’il existait d’autres façons de combattre, Elise, hein ? »

« Tu sais parfaitement que pourtant, c’est le cas. Certains se livrent bataille sans faire couler le sang ! J’ai déjà vu un gentilhomme donner une correction à un homme un peu trop alcoolisé. J’avoue que j’ai trouvé cela très amusant sur le moment. »

Héhéhé. Il se retenait tout simplement de sourire. Le genre de gentilhomme qu’il connaissait, c’était des nobles provocateurs et qui se considéraient comme supérieurs aux autres. D’ailleurs, il était certain que ceux démoniaques ne valaient guère mieux dans le fond.

« De toute façon, on va en avoir une preuve d’ici quelques jours. » chuchota t-il à voix basse. Vu que les strates inférieures étaient là pour les familles les plus nobles des démons, ils allaient bien finir par tomber sur ces dernières.

Et à ce moment précis ? Comment est-ce que cela allait se passer ? BAH ! Sûrement très mal, il en était même certain. Il n’allait pas se priver de leur faire comprendre qu’il n’avait pas apprécier d’être considéré comme un simple enfant issu d’une éprouvette.

C’était tout simplement être plus bas que terre et cela … il ne se le permettait pas. Il valait bien mieux que ça même si … avoir abandonner Elen et Manelena mais aussi sa mère et ses grands-parents, il n’était pas certain que c’était très flatteur de voir … que peut-être que dans le fond, il n’était pas vraiment mieux.

« Tery ? Tu as vu les traces de pas sur le sol ? Pour pouvoir en faire … sur la roche … »

« Hum ? Euh … Oui, tu as raison. Si une créature a été capable de faire ça, c’est qu’elle est très lourde et très imposante donc .. si elle est seule, ça va être déjà très difficile … donc on croise les doigts pour qu’elle ne soit pas accompagnée. »

Et maintenant, chut. Il valait mieux ne pas prendre la parole et se déplacer un peu plus discrètement. Avec lenteur, il avançait en premier, faisant quelques mouvements de la main pour dire à Elise de se préparer au pire.
Malgré leurs pas discrets, difficile d’ignorer que le sol tremblait sous ceux d’une autre personne … ou d’une autre créature. Difficile de savoir exactement ce qui allait les attendre. La seule chose qu’il fallait retenir, c’est qu’elle était assez puissante pour mettre en morceaux plusieurs démons et autres monstres.
C’est lorsqu’Elise lui fit un petit mouvement de la main pour l’arrêter qu’il s’immobilisa. Face à eux se redressait … non pas un monstrueux colosse avide de chair et de sang, non. C’était tout le contraire. Il fallait baisser la tête pour apercevoir exactement ce qui venait de leur barrer le passage. C’était petit, très petit … et peut-être même un peu mignon.