Chapitre 22 : Relations conflictuelles

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 22 : Relations conflictuelles

« BON SANG ! TOUT UN CAMPEMENT DETRUIT ! »

« O… Oui ! Mais … mais … Il y avait des traces de pas gigantesques sur le terrain ! Il semblerait qu’ils aient de nouvelles montures avec eux ! »

« Nouvelles, nouvelles ! C’est un bien grand mot ça ! Je suis sûr et certain qu’ils ne sont pas si impressionnants que ça dans le fond ! Bon sang ! C’est n’importe quoi ! »

Mais pourtant, c’était la réalité. Dire qu’ils avaient réussi à capturer de nouveaux démons pour les interroger, il fallait bien que cela arrive un jour. Ayant fini de taper du poing, un homme d’un âge avancé avait le visage qui fixait la table en bois meurtrie par le coup précédemment donné. Il finit par murmurer :

« Aucun … survivant, j’imagine, c’est bien ça ? »

« Si c’est le cas, on en a pas trouvé … ou alors, ils ont réussi à se cacher et ne comptent pas en sortir de peur que le déshonneur de ne pas être mort au combat leur soit incombé. »

« Le déshonneur, le déshonneur. Le déshonneur, c’est d’avoir fuit en espérant pouvoir mener une petite vie tranquille. C’est le refus de se battre ! Mais pouvoir s’échapper d’un combat pour mieux revenir après, ce n’est pas du déshonneur ! Pourquoi est-ce que les jeunes sont aussi enflammés ?! Ne peuvent-ils pas comprendre quelques règles aussi simples que ça ?! »

« C’est trop tard pour le leur expliquer maintenant. Que fait-on ? La reine de Shunter nous a répondu. Elle est d’accord pour envoyer un contingent nous épauler. »

« Tant mieux. Si le clan des griffes sanglantes abuse de ses capacités en œuvrant avec les démons, pourquoi devrions-nous ne pas faire de même avec cette reine qui a fait toutes ses preuves militairement ? On dit qu’elle était responsable de la mort des créatures légendaires, accompagnées par diverses personnes. »

« Ce ne sont que des rumeurs et même si cela s’avère être la vérité, il paraîtrait qu’à Omnosmos, la mort des créatures légendaires n’a pas été la seule raison pour faire que les portes démoniaques s’ouvrent, de ce que j’ai cru comprendre. »

« De toute façon, ce qui est fait est fait. On ne peut pas revenir en arrière et elle a assez montré qu’elle était contre l’invasion des démons, contrairement à certains honoriens ! »

« Il s’avère aussi que les dirigeants de Claudiska se sentent concernés pour venir aussi nous aider dans la lutte contre les démons. Bon, nous ne sommes pas réellement cités vue que notre clan est établi aux frontières de Shunter mais d’après ce que les messages de divers autres clans nous ont dit, c’est une bonne nouvelle, n’est-ce pas ? »

« On va dire ça comme ça. Rah … Bon, s’il te plaît, laisses-moi tranquille quelques minutes. »

L’homme d’un certain âge barbe grisonnante et moustache affûtée fit un mouvement de la main pour congédier enfin l’être aux oreilles pointues comme lui. Il avait besoin d’être seul. Ils avaient peut-être changé de sujet mais dans le fond, rien n’avait vraiment changé.

« On en est toujours au même résultat. Ils peuvent nous exterminer comme ils le veulent. »

Et cela malgré le fait qu’ils aient amélioré leurs armements, profité de quelques connaissances de l’armée de Shunter mais aussi de leurs soldats. Ils avaient beaucoup à apprendre et malgré qu’ils étaient une nation guerrière. Oui, c’était le seul point positif avec l’apparition des démons à la surface, ils étaient maintenant bien plus ouverts avec l’extérieur qu’auparavant, permettant alors des relations plus cordiales et cela malgré le fait qu’ils étaient encore en guerre ces dernières années.

« Ca ne remplacera pas nos morts … ni les leurs. »

Il savait les nombreux sacrifices que Shunter avait eut comme les autres royaumes malgré que le précédent monarque avait commis une grave erreur. Mais cette erreur avait pour origine justement un démon qui s’était fait passer pour un grand prêtre de Zélisia ! Les démons, les démons, tout cela revenait TOUJOURS aux démons !


A partir de là, l’éradication complète de l’espèce cornue était une priorité mais en même temps, la connaître pour mieux réussir à l’appréhender était une condition nécessaire. Plus on en apprenait sur l’ennemi, plus il était alors faicle de le combattre. Mais pour l’heure, ce n’était pas le sujet et il devait annoncer les morts aux familles.

« Ah … Heureusement que notre clan est regroupé en plusieurs tribus éloignées les unes des autres. Au moins, nous pouvons nous permettre de nous échapper et d’aller ailleurs si les problèmes surviennent en trop grand nombre. »

Mais voilà, la situation n’était pas très reluisante, loin de là. Les attaques incessantes de la part de ce fichu clan des griffes sanglantes leur faisaient perdre des hommes et des femmes à chaque fois. Bientôt, ils allaient finir par être réduits en poussière s’ils ne réagissaient pas plus tôt et plus vite ! Ils devaient trouver une solution !

« Hors de question de s’allier à ces démons. Je le refuse, le clan le refuse »

Même s’il avait déjà reçu quelques propositions et que le sujet avait déjà été discuté, il ne voulait rien savoir. Les démons étaient très bien là où ils se trouvaient, c’était à dire : Dans une cage ou dans leur monde souterrain ! Personne ne voulait d’eux, ils étaient belliqueux, arrogants et se considéraient comme les maîtres de ce monde. A partir de là, la discussion s’arrêtait là et il ne voulait rien savoir.

« Qu’est-ce que je dois faire pour mon clan ? Il me faut une solution ! »

Proposer une alliance avec d’autres clans ? L’idée n’était pas folle. Là aussi, elle revenait souvent dans les sujets de discussion. Le problème était la mise en pratique. Certains clans étaient là depuis des décennies voire des siècles. Leur dire de fusionner avec un autre, sur le papier, c’était parfait. Une fusion des idées militaires, de deux peuples vivant avec les mêmes principes et tout cela ! Mais la réalité était toute autre : Les dissensions, les paroles assassines pour dire que telle ou telle partie du clan était plus fort que l’autre avant la fusion, tout ça n’était vraiment pas simple à mettre en place. Et pourtant, c’était bien là l’unique solution valide qu’il avait encore à ses yeux. Peut-être qu’il allait devoir remettre ça sur le tapis et espérer des réactions plus positives.

« Comment est-ce que je peux me sortir de tout ça ? »

Il tenait sa tête entre ses mains, réfléchissant du mieux qu’il le pouvait mais rien à faire. Rien n’arrivait à son cerveau. S’allier ? Mais avec qui ? Il y avait sûrement des espions des griffes sanglantes dans chaque clan et inversement. Le souci, c’est que leurs espions à eux se faisaient bien vite repérés par l’ennemi et le résultat ne tardait pas. Tête dans un sac en cuir, membres déchiquetés, corps ouvert en deux, il y avait de quoi donner la nausée à beaucoup de monde, même au plus courageux des honoriens.

Et chercher de l’aide à l’extérieur, c’était déjà fait. Le gros problème, c’est qu’à part Claudiska et Shunter, les deux autres nations ne voulaient pas les épauler. Dans le cas précis de Traslord, ce n’était pas par volonté de ne pas les aider mais plus car ils désiraient s’occuper eux-mêmes des démons. Il avait entendu quelques rumeurs comme quoi le nouveau monarque était à peine adulte et considéré comme un tyran envers les démons. Il ne leur laissait aucune chance et les éliminait à vue. Il avait aussi des connaissances sur ces derniers qui auraient put être très utiles.
Dans le cas de Mékalarma, c’était encore différent, bien différent. Ces dernières années, ce royaume a la pointe de l’avancée scientifique avait périclité après la mort prématurée de leurs deux derniers dirigeants. Autant dire qu’ils étaient relativement en colère, surtout que rien n’avait été fait pour que les coupables soient éliminés. Or, d’après d’autres rumeurs, il s’agissait de l’actuelle reine de Shunter et de l’actuel roi de Traslord.
Ah … Ainsi, vraiment, ce n’était pas une bonne nouvelle, pas du tout. Mais ce n’était pas à lui de s’immiscer dans les relations entre Mékalarma et ses voisins, encore qu’eux-mêmes l’étaient du côté est. Peut-être que d’autres clans auront plus de chance ? Tant que les mékarlarmiens ne s’allient pas aux démons, ils allaient les laisser tranquilles.

Trouver des solutions, trouver des solutions, il n’en avait aucune ! Depuis le début de cette histoire avec les médaillons qui ont été volés, tout avait tellement dégénéré en quelques années que cela en était vraiment aberrant. Mais voilà, rien ne pouvait être fait pour palier à ça et maintenant, il fallait trouver des solutions pour contrer ce qui arrivait.

Il était sorti du bâtiment où il officiait. Dans les rues, il entendait quelques mères éplorées à cause de l’annonce de la mort de leur fils ou fille. C’était regrettable mais ils étaient morts en combat, non pas en traître Il n’y avait pas plus grand honneur … sauf que l’honneur ne faisait pas ramener les morts à la vie.

Du moins, pas à sa connaissance. Sur son chemin, beaucoup le saluèrent, connaissant sa position dans le clan. Pas la plus haute, loin de là, mais assez bien placée pour prendre quelques directives sans avoir forcément besoin d’en discuter avec un supérieur. Un regard sur sa gauche et voilà qu’il remarquait quatre enfants en train de se battre mais non pas d’une façon vulgaire. Néophyte, oui, mais ils s’entraînaient.

« Même des enfants veulent participer à l’effort de guerre. » murmura t-il pour lui-même.

« Mais arrêtes de parer tous mes coups ! C’est pas du jeu ! »

« La guerre, c’est pas un jeu ! Moi, je veux battre les autres donc je me protèges ! »

Bonne conception de la vision du combat. Même dans l’entraînement, il fallait tout donner. Cet enfant pouvait devenir un brave soldat dans quelques années. Lui et les autres, ils étaient leur futur. Mais pour ça, il fallait leur préparer ce dernier. Actuellement, ce n’était pas possible. Pas dans de telles conditions.
Pourtant, il continua d’observer les quatre enfants. Lui aussi, à une époque, s’amusait de la sorte avec ses compagnons d’infortune. Ces derniers étaient déjà morts depuis bien longtemps, certains dès leur première bataille en situation réelle. Il en était toujours ainsi avec les honoriens. On ne pouvait pleurer les morts, on pouvait juste supporter le poids de leurs souvenirs ancrés en nous. Certains disparaissaient aussi vite qu’ils étaient apparus et cela avait toujours été ainsi … et pas autrement.

Ce n’était pas le moment de se rappeler quelques souvenirs, même si le bonheur se mélangeait au malheur dans ces derniers. Avec lenteur, il avait finit par quitter cet endroit, laissant les enfants encore se battre entre eux. Cela leur ferait un bon entraînement, c’était bien là tout le mal qu’il leur souhaitait.
« Ah ! Vous voilà enfin ! Nous vous cherchions depuis des heures ! »

Exagération, bien entendu. Le vieil homme s’immobilisa en ayant aperçu une femme qui cherchait à reprendre sa respiration après l’effort commis. Hmm … Elle avait sûrement été courir dans toute la ville pour finir dans un tel état.

« Que me voulez-vous ? J’imagine que vous vous êtes rendue là où j’officie normalement et qu’ils vous ont dit que j’étais parti m’aérer l’esprit. »

« C’est … C’est exact. Ils m’ont dit que je pouvais attendre mais … mais … Ah … Ce n’était pas possible. Il fallait absolument que je vous parle ! »

« Qu’est-ce qu’il y a donc de si grave et important au point de parcourir toute notre ville pour venir me chercher ? Je vous écoutes »

« C’est … C’est au sujet des informations concernant Mékalarma. Nous avons reçu les réponses aux lettres envoyées au clan des salamandres ardentes ! »

« Oh … Oui, ceux qui vivent en bordure avec l’est donc Mékalarma. Et c’est vraiment si important pour que vous vous épuisiez à la course ? »

« Ca … Ca l’est. Tenez, je vous confies ceci. » dit la femme, tendant les lettres, continuant de reprendre son souffle, en sueur en vue du climat difficile d’Honoros.

« Merci bien, vous pouvez disposez … et surtout allez boire un peu, vous êtes vraiment pâle. » dit le vieil homme, mettant trois pièces argentées dans la main de la femme qui le remercia tout en s’inclinant, finissant par repartir.
Des nouvelles de Mékalarma. Pour que cela soit vraiment aussi important, est-ce que cela voulait dire qu’ils avaient réussi à forger une alliance ? Ou juste un traité ? Enfin, une relation de confiance entre eux et Mékalarma ? Cela serait une grande nouvelle pour les clans d’Honoros se battant contre les démons !

Mais voilà que tous ses espoirs disparurent après les premières lignes. Cela n’avait aucun rapport avec une quelconque alliance ou traité qui aurait put faire tourner l’issue d’Honoros, non, c’était tout le contraire.
Mékalarma avait décidé de jouer en solitaire, comme pour Traslord mais … contrairement ce dernier, Mékalarma avait visiblement mis au point de nouvelles méthodes magiques et de nombreux armements mêlant celles-ci avec de la technologie. On évoquait le terme de purification par les éléments.
Mais pourquoi était-ce inquiétant ? Ils étaient sûrement en train de se préparer à combattre les démons … mais pas seulement. Avec les évènements de ces dernières années, la rancune avait atteint un point culminant et il s’avérait que les mékalarmiens avaient soif de vengeance. Bien entendu, ils n’allaient pas se jeter dans une guerre perdue mais cela voulait dire que les autres nations allaient devoir se méfier du futur les concernant.

« Pourquoi fallait-il que ça dégénère ainsi ? Je vais devoir prévenir la reine de Shunter. »

Car en tant qu’alliée de leur clan mais surtout la cible de Mékalarma, il valait mieux qu’elle soit au courant dans les plus brefs délais. S’ils pouvaient éviter des morts aussi importantes, cela serait une bonne chose. Pour l’heure, il valait mieux pouvoir se calmer.

Dès que la lettre fut partie, il se massa le crâne avant de marmonner que les prochains mois allaient être éreintants, vraiment très éreintants. Il ne savait pas ce que l’avenir leur réservait mais autant dire que ça ne sera pas une bonne chose..

A l’est, bien plus à l’est, là où la foudre pouvait tomber en permanence dans certaines régions de Mékalarma, des êtres couverts d’écailles de différentes couleurs s’affairaient derrière des machines, utilisant différents outils pour ce qui semblait être la récupération de quelques matériaux luisants.

« Dépêchez-vous, bande de cloportes ! La prochaine session d’éclairs est pour bientôt. »

« Chef, les générateurs sont prêts à réceptionner toute la foudre qui va tomber ! »

« Je vois ça, je vois ça ! Bien ! Vous faites du bon boulot pour une fois ! On va peut-être pouvoir faire quelque chose de vous ! Allez, hop ! Continuez comme ça ! »

Ce n’était pas en se traînant qu’ils allaient pouvoir réussir ce que là-haut, ils désiraient. Récupérer autant de minerai n’avait pas qu’un seul but mais le premier était de pouvoir emmagasiner autant d’électricité que possible.

« Chef, la capture des animaux est en cours. On me signale qu’une quinzaine est déjà dans nos cages. Qu’est-ce qu’on en fait ? »

« Tu me poses vraiment la question ? Préparez-les au déplacement ! De ce que j’ai compris, ils en ont besoin au sud-est ! Ca va faire une petite trotte mais qu’importe, on a pas vraiment le choix dans ces conditions. Sans eux, ils ne pourront pas préparer les canons ! »

« Comme vous voulez ! Je vais prévenir le dirigeable pour le déplacement ! »

Bien bien bien … Ca s’accélérait un peu. Ils ne pouvaient pas prendre du retard. Ces derniers mois avaient causé de graves problèmes dans tout Mékalarma. La mort de la précédente dirigeante mais surtout le fait qu’elle ait été possédé par une créature légendaire, cela avait tout simplement provoqué une catastrophe politique sans précédent.


Il était hors de question que de compter sur autrui. Il était hors de question d’espérer obtenir de l’aide de leur part. Ils allaient se débrouiller seuls, sans artifice, ni artefact. Ils allaient créer une telle armée que même ces fichus démons qui tentaient de paraître chez eux n’allaient pas saisir ce qui allait leur tomber dessus.

« Il ne restera plus rien d’eux de la surface de ce monde et du monde souterrain après notre passage. Nous leurs apprendrons à s’être moqués de notre race toute entière ! »

Il avait fini par prendre la parole à voix haute, quelques têtes sauriennes se tournant vers lui, poussant des cris à leur tour. C’était ainsi que ça devait se passer et pas autrement ! Pour la survie de leur peuple mais aussi pour faire comprendre aux autres races la grave erreur qu’elles avaient commises en décidant de se faire un ennemi sous la forme de Mékalarma.

« Nous leur ferons regretter d’être nés ! Accélérez le rythme ! Plus vite nous terminerons de préparer les générateurs, plus vite nous pourrons alors créer nos propres golems ! »

Ces golems. Ils les haïssaient depuis le temps. Il suffisait d’un simple livre pour pouvoir les créer. Il suffisait de voler ce livre pour ensuite pouvoir les lancer. Mais dès l’instant où le livre perdait son propriétaire, ce dernier, s’il était encore vivant, n’avait plus aucun souvenir sur comment pouvoir invoquer un golem.
Ces golems, aucun mékalarmien ne voulait les revoir. Ils avaient été la cause de leur destruction deux fois de suite ! Ce foutu homme aux cornes démoniaques. Mais pas seulement. Ces personnes qui l’accompagnaient, elles provenaient des différentes nations. Il y avait même la reine de Shunter et la prince de Traslord parmi elles.

« Claudiska et Honoros pourront attendre … mais s’ils ne veulent pas laisser passer nos armées, nous n’aurons aucune hésitation à les exterminer. »

Il parlait toujours à voix haute mais même s’il ne faisait qu’une conversation à lui-même, cela ne le dérangeait pas le moins du monde. Pourquoi cela ? Tout simplement car les autres mékalarmiens l’écoutaient attentivement.

« A ce sujet, j’ai entendu dire que certains envoyés honoriens espéraient obtenir une relation commerciale avec nous. » dit l’un des hommes-lézards en ricanant, un autre répondant presque aussitôt, sur le même ton :

« Hahaha ! Pareil de mon côté ! Ces idiots ! Ils croient vraiment qu’on va accepter ça ? »

« T’en fait pas, la réponse n’a pas tardée. D’ailleurs, on a aussi capturé quelques uns de leurs espions. Ils ne sont pas vraiment très discrets avec leurs oreilles pointues, ces honoriens. »

« De toute façon, qu’ils sachent ce que nous faisons ne changera rien à nos plans. Ils ne comprendraient pas toute la subtilité dans ces derniers ! HAHAHA ! »

Ils rigolaient ouvertement à ce sujet. Ils ne craignaient pas ces êtres inférieurs mais cette fois-ci, ils étaient prévenus. Ils savaient à quoi s’attendre. Ces traîtres, ces insectes qui n’avaient pas hésité par deux fois à les piquer, ils allaient leur faire comprendre toute la grandeur de l’empire de Mékalarma !

Même si pour le moment, ils n’avaient pas encore retrouvé de dirigeant, cela importait peu. Il y avait assez de chefs militaires pour pouvoir les ordonner et leur dire ce qu’ils devaient faire. Mieux encore. Depuis qu’il n’y avait plus de chef politique au sommet de la hiérarchie, ils pouvaient se concentrer uniquement sur l’arsenal qu’ils étudiaient.

« Avec nos futures armes de destruction et nos golems, ils comprendront leurs erreurs. »

« Et que fait-on de la section de dressage ? Les autres nations ne pensent jamais à utiliser ces monstres comme des armes, nous devrions pourtant en profiter sachant que les nôtres peuvent produire de la foudre et divers autres éléments. »

« Ce n’est pas à moi qu’il faut proposer cette idée mais je la ferais transmettre, ah ! Si on arrive à former quelques dompteurs, pourquoi pas ? Peut-être qu’en brisant le mental de quelques monstres, ces derniers se montreront alors bien plus obéissants … il vaut mieux pour eux s’ils ne veulent pas avoir de problèmes. »

« Peut-être que si on arrive à les dresser pour qu’ils nous obéissent sans les torturer, ça en fera des créatures plus puissantes, non ? »

« Hmm ? Je peux savoir ce que tu es en train de proposer là ? Tu voudrais qu’on les mette au même niveau que nous, c’est bien ça ? Est-ce que tu plaisantes ? »

« Non non ! Attention, je n’ai pas dit ça ! Mais simplement, si on arrive à les dresser correctement, ils seront plus aptes à nous obéir plutôt qu’à tenter de nous sauter à la gorge au moindre moment de faiblesse. Ce ne sont que des animaux, rien d’autre. Ils ont une intelligence inférieure à la nôtre. Contrairement aux races des autres nations, il est facile pour nous d’en faire des alliés puissants et de réussir à les avoir. »

« Tsss … Ce que t’es en train de me dire, ça ressemble aux vieilles fables que les anciens se transmettaient dans mon village. Ca parlait d’un retour à la nature, d’une communion avec celle et du reste. Ces idiots n’ont pas survécu très longtemps dans notre monde actuel mais étrangement, leurs histoires ont traversé les âges. BAH ! Fais ce que tu veux ! J’irai proposer ton idée dans les moindres détails aux supérieurs. Peut-être qu’ils sauront quoi en faire de ce que tu viens de dire, hahaha ! »

« Si elle prend forme, je veux bien devenir l’un de ces dompteurs et je ne rechignerai pas à la tâche ! Lorsque nous aurons une seconde armée, composée uniquement de monstres prêts à nous servir jusqu’à la mort, nos ennemis n’auront plus aucune chance ! »

« Essaies de garder cette motivation pour les prochaines heures ! AU BOULOT ! »

Il ne pouvait pas vraiment le considérer comme un fainéant. Néanmoins, ça ne voulait pas dire qu’il n’allait pas surveiller ce gringalet avec toutes ses idées. Communier avec les animaux ! AH ! Est-ce qu’ils en étaient vraiment réduits à ça ? Peut-être que oui dans le fond.

Chapitre 21 : Coopération ou non

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 21 : Coopération ou non

« Chef ! Chef ! On a réussi à en choper cinq qui tentaient de fuir ! »

« C’est bien les gars. Ligotez les, bâillonnez-les et préparez-les pour le transport. Ca leur apprendra à vouloir nous rendre visite sans y avoir été invités ! »

La situation pouvait être pire, bien pire mais voilà que des hommes et quelques rares femmes aux longues oreilles pointues et aux tailles impressionnantes étaient en train de frapper sur le crâne de divers êtres cornus pour les assommer.

Quelques minutes plus tard, chaque démon était solidement attaché, un bandeau sur les yeux et un bâillon dans la bouche alors qu’ils se retrouvaient tous les cinq entassés comme des bottes de foin sur une charrette. Autour d’eux, un groupe d’une quinzaine d’honoriens marchait tranquillement, lourdement armés malgré le nombre bien moins imposant d’adversaires en face d’eux. Une simple mesure de précaution pour ne pas avoir de plus gros problèmes qu’ils n’en avaient déjà.

« Héhéhé, ils sont pas si impressionnants que ça ces démons en fin de compte. »

« Fais pas trop le fier, tu ne sais pas à quoi t’attendre avec eux. Là, on a évité à tout prix qu’ils puissent attaquer et réagir mais si cela avait le cas, ça aurait put très mal tourner. »

Impossible de prétendre le contraire dans une telle situation. C’est vrai qu’il faisait le fanfaron mais c’était aussi la première fois qu’il avait la possibilité de partir avec les autres pour la chasse aux démons, chasse devenue récurrente depuis quelques mois. Marchant aux côtés des autres honoriens, le jeune homme aux cheveux blonds lui allant jusqu’au cou reprit la parole, demandant d’une voix lente :

« Mais sinon … Ces démons, ils sont vraiment impressionnants quand ils se battent ? »

« Tu ne veux pas les avoir en face de toi s’ils décident d’utiliser leurs lignes d’Alzar. Ils peuvent utiliser les autres éléments, si tu as bien compris ce que je viens de dire. » répondit un autre honorien, visiblement bien plus âgé en raison de sa chevelure grise et des nombreuses cicatrices parcourant ses bras et son torse.

« D’accord mais vous êtes expérimentés maintenant. Vous devriez pouvoir les combattre plus aisément alors qu’ils ne savent pas comment réagir, non ? »

« Foutaises ! Mon petit gars, si tu veux survivre plus longtemps dans ce monde, t’as pas trop le choix : tu évites de considérer chaque bataille comme perdue ou gagnée d’enfance. Tu attends qu’elle soit terminée Si tu es mort, c’est que ce n’était pas ton jour et que tu ne verras pas le prochain se lever, compris ? Si c’est le cas, maintenant, tu vas gentiment avancer comme les autres et te concentrer. On ne sait jamais sur qui ou quoi on risquerait de tomber jusqu’à ce que l’on soit arrivés au campement. »

« Pas … Pas de problème ! Le message est bien passé ! Je vous le promets ! »

Le jeune homme était encore un peu tremblant devant le ton autoritaire de son aîné de bien trois décennies au minimum. Pourtant, il était en position, bien concentré sur ce devait faire.

Le chemin jusqu’au camp se déroula sans encombre. Aucune bête sauvage n’osait les attaquer, il fallait dire que s’en prendre à des soldats honoriens était de la pure folie. Ces êtres étaient entraînés pour la guerre depuis leur plus tendre enfance pour la majeure partie des citoyens. A partir de là, il n’était pas rare qu’un adolescent honorien puisse battre un soldat adulte provenant d’un autre royaume.

« Encore des démons ? On commence à en avoir une sacrée collection. »

« Tant qu’ils évitent de se bouffer entre eux, ça me convient. Sinon, faudra éliminer tout le groupe. On voudrait éviter que le scénario d’avant se reproduise. »

« Ouais, ouais, je m’en rappelles, c’est encore frais dans ma tête aussi, ne t’en fait pas. Bon, puisqu’il en est ainsi, suivez-moi, vous allez avoir de nouvelles cages. Les autres sont remplies. Y a quelqu’un qui se charge d’écrire une lettre à la reine de Shunter ? »

« Je m’en occupe ! Ca sera fait dans l’heure ! Mais tu veux que je lui racontes quoi exactement ? J’en ait aucune idée, là, moi ! »

« Tout ce qui s’est passé ces derniers jours. L’annonce de nouvelles captures de démons, le fait qu’elle pourrait nous rendre une visite et tout le reste. »

« D’accord, d’accord, tout de suite, si tu t’expliques mieux, ça passe. »

Et voilà que chacun retournait à ses occupations dans le campement. Il n’était pas bien grand, comportant ce qui semblait être une centaine voire deux cents soldats d’Honoros. Des tentes quelques bâtiments branlants faits en pierre, on voyait parfaitement que tout cela n’avait pas pour but de perdurer. Entassés dans différentes cages éloignées les unes des autres malgré qu’elles se trouvaient toutes dans la même zone, les démons grognaient, gémissaient, se plaignaient sans que pour autant, cela ne semble concerner les honoriens.

« Bouclez-là ! Vous avez voulu nous tuer, vous avez de la chance qu’on ait décidé de vous laisser en vie, bande de monstres ! »

« Dès que nous pourrons fuir, on vous exterminera ! VOUS ENTENDEZ ?! ON VOUS ELIMINERA ! ON VOUS FERA REGRETTER ! »

« Bien bien entendu, j’entends ça depuis des jours maintenant. Vous êtes juste une bande de charognards qui envisage de se bouffer entre eux pour devenir plus puissants. Vous êtes moins que des hommes et des femmes. Continuez de vous dévorer et restez sous la surface, on ne veut pas d’êtres comme vous. »

« C’est pour ça que vous attendez que l’on sorte pour venir nous attraper ? Vous n’êtes même pas capables d’assumer vos propres actes. Les êtres de la surface sont vraiment pathétiques. En combat singulier, vous ne pourriez rien faire face à nous. »

« Y a des chances, oui. Sauf qu’ici, c’est la réalité et que si vous espérez de la bonne conduite et de l’honneur pendant un combat, vous vous trompez lourdement. On est là pour survivre, pas pour se faire des gentillesses pendant que l’on s’affronte. Vous allez bientôt me faire croire que vous êtes comme les chevaliers de Shunter, toujours droits et fiers ! Hahaha ! »

Et voilà comment la majorité des conversations se déroulaient entre les démons et les honoriens. Ces derniers retournèrent à leurs occupations, nourrissant uniquement les démons lorsque cela était nécessaire, ne se préoccupant pas plus d’eux, sauf pendant quelques interrogations. Le plus dangereux et ce qu’il fallait surtout surveiller, c’était les alentours. L’ennemi, ce n’était pas que les démons et ils le savaient tous très bien.

Les éclaireurs discutaient entre eux, juchés sur des tours faites de pierre et de bois, observant les environs. Si des nuages de poussière et de fumée étaient aperçus, autant signaler qu’ils étaient prêts à réagir en conséquence. Ainsi, il ne fallait pas espérer les surprendre. Bon … Le souci viendrait plutôt du nombre d’ennemis en face. Si cela devait se produire, autant signaler que ça ne sera guère très reluisant.

« Ah … Encore une journée tranquille. Sont marrants ceux qui partent en expédition. Nous, on est obligés de rester cloîtrés ici à ne rien faire. »

« Ouais ouais … Mais tu sais jamais sur quoi on risquerait de tomber. On ferait mieux de rester sur nos gardes. Si ces griffes sanglantes décident encore de lancer un assaut mais avec bien plus d’hommes, on risque d’avoir de sérieux problèmes. »

« Oui … Je sais, je sais … Mais bon … Nous aussi, on devrait avoir des renforts. Il paraîtrait qu’une livraison de matériaux va arriver d’ici quelques heures. On va devoir agrandir le campement. A cette allure, on va finir par fonder une ville. »

« Hey ! Faudrait pour ça qu’on ait plus de filles quand même. Ca manque par ici. Et disons que celles présentes, c’est pas le summum de la féminité. »

« Fais gaffe plutôt à ce que tu dis, je te rappelles que certaines ont une ouïe très fine. En fait, je te déconseilles de regarder en bas, y en a deux qui t’attendent … et armées. »

« HEIN ?! » s’exclama l’éclaireur à son compagnon, penchant aussitôt la tête dans le vide pour voir au pied de la tour. « Mais y a personne. »

« Si, si, jettes mieux un œil, je te dis. Tu devrais voir un imbécile au sommet de la tour. »

« Un imbécile au sommet de la tour ? Mais, dans cette position, je vois que le s… ESPECE D’ENFOIRE ! Tu te fous de ma gueule ! »

« J’ai même pas besoin d’en rajouter, hahahaha ! » s’exclama le second éclaireur tout en éclatant de rire devant la mine colérique de son compagnon d’infortune. « Non mais plus sérieusement, fais gaffe à tes propos. Tu sais bien que nos femmes sont hargneuses même si paraîtrait que la reine de Shunter est aussi un sacré bout de femme ! »

« Hey, c’est elle l’ancienne maréchale de l’armée de Shunter non ? J’ai entendu pas mal d’anecdotes à son sujet même si depuis quelques années, ce n’était plus le cas. Enfin bon, on va pas se préoccuper de ce qui ne nous regarde pas. »

« Comme tu dis, comme tu dis. Ils ont déjà leur lot de problèmes à Shunter, nous, on a les nôtres avec ces enfoirés du clan des griffes sanglantes, je vous jures. Une fois mais pas deux. On sait à quoi s’attendre de leur part dorénavant. Ils ne nous auront pas par surprise. »

Les deux éclaireurs étaient en position pour cette raison. Non pas pour éviter que les démons ne viennent les agresser mais bien à cause de ce clan composé de traîtres : Les griffes sanglantes. Ce premier clan qui avait annoncé ouvertement qu’ils travaillaient avec les démons pour pouvoir récupérer plus de terre.
La seule « qualité » qu’il était possible de reconnaître chez eux, c’est qu’ils ne tergiversaient pas dans leurs propos et actes. Dès l’instant où ils avaient dit cela, de nombreuses menaces sur le clan avaient commencé. Mais c’était déjà trop tard. Avec l’aide des démons, ils étaient presque intouchables. Difficile de lutter quand l’ennemi est issu de ses propres terres.
C’était pourquoi le campement était sur le qui-vive. Une attaque des démons ou du clan des griffes sanglantes risquerait de causer de lourdes pertes et des dégâts importants. Et c’était pourquoi des éclaireurs se trouvaient dans chaque tour, permettant alors de prévenir s’il y avait du mouvement. Tout était réglé au millimètre près pour empêcher le pire d’arriver.

« ALERTE ! ALERTE ! ON NOUS ATTAQUE ! QUE TOUT LE MONDE SOIT SUR LE PIED DE GUERRE ! CE N’EST PAS UNE BLAGUE ! »

Dommage que ça ne l’était pas, les honoriens se mettant déjà en position. Au loin, un nuage de fumée s’élevait mais pas seulement. Quelques créatures de cauchemar volaient dans le ciel, certain hommes et femmes aux oreilles pointues les utilisant comme montures. Alors que l’on aurait pensé à quelques animaux capables de voler, la réalité était toute autre lorsqu’ils se rapprochèrent à vive allure d’eux.

« Les … Les démons. Ils utilisent les démons comme montures ! »

C’était nouveau et ce n’était surtout pas rassurant ! Déjà, quelques archers prirent position, bandant leurs arcs, d’autres préparant les balistes. Aux grands maux les grands remèdes ! Honoros était une nation guerrière et chaque clan allait de son inventivité pour réussir à asseoir leur domination dans le domaine militaire.
Que cela soit par les armes lourdes, les armes blanches ou alors les armes à distance, chaque clan avait sa petite spécialité et dans le cas de leur propre clan, c’était les armes à distance … et les armes lourdes à distance. Ainsi, il n’y avait aucune hésitation dans le geste alors que plusieurs duos d’hommes et de femmes prenaient de lourdes arbalètes, ciblant les créatures dans le ciel, des flèches de la taille d’un bras humain quittant l’arme pour toucher leurs cibles en plein vol. Et un de moins !

« Continuez comme ça ! Eliminez-en un maximum à distance ! S’ils sont trop nombreux à se rapprocher, on est foutus ! VOUS COMPRENEZ ?! »

Parfaitement qu’ils comprenaient ! Le souci, c’est que ce n’était pas en criant que tout allait s’arranger hein ? Tous et toutes ciblaient du mieux qu’ils le pouvaient les traîtres à l’humanité vivant à la surface, ces traîtres qui n’avaient aucune décence, n’envisageant que leur propre survie, un peu comme ces mékalarmiens !

« PRESQUE ! VOUS POUVEZ LE FAIRE ! CROYEZ EN VOUS ! »

« AAAAAAAAAH ! C’EST QUOI CES BÊTES ?! J’EN AIT JAMAIS VU ! »

Des créatures cornues, se déplaçant à quatre bêtes mais surtout de taille colossale. Elles devaient bien faire dans les cinq à six mètres de largeur pour une hauteur avoisinant les quatre mètres. Et sur elles ? Plusieurs être aux oreilles pointues. Encore des honoriens ? Ce qui voulait dire que ces créatures …

« Ce sont des démons ?! Ils ont réussi à contrôler des démons carnivores ?! »

C’était ainsi qu’ils appelaient les démons qui avaient déjà commencé à se dévorer entre eux. Ce processus était horrible mais visiblement, cela ne les dérangeait guère. D’après ce qu’il était possible de saisir en vue des diverses notes qu’ils avaient pris, plus les démons se dévoraient, plus ils devenaient puissants … mais incontrôlables aussi.

« C’est tout simplement n’importe quoi ! POURQUOI ILS SONT AUSSI NOMBREUX ?! »

« J’en sais rien, moi ! Vas tenter de prévenir les autres avant qu’il ne soit trop tard ! Je n’ai pas envie de mourir à cause de tout ça ! »

Trop tard, c’était trop tard. Ils comprenaient que le clan des griffes sanglantes avait décidé de sortir une grosse partie de leurs effectifs, tout ça pour pouvoir obtenir quelques petits démons en plus ? C’était ridicule, complètement ridicule.

« Qu’est-ce que l’on va faire ? Je … Je n’ai pas envie de mourir ! »

« Moi non plus, qu’est-ce que tu crois ? Mais … Je ne vais pas reculer. Je ne veux pas apporter le déshonneur à ma famille. Je … Je vais continuer. »

C’était un combat jusqu’à la mort et même s’il y avait plusieurs échappatoires, ils se l’interdisaient. C’était ainsi, c’était dans leur sang. Leur sang leur disait de se battre jusqu’à ce que ça soit eux ou leurs adversaires qui mordent la poussière. Qu’importe les moyens qu’ils utilisaient en face pour obtenir la victoire, ils combattront jusqu’au bout !

Deux heures plus tard, il ne restait plus rien du campement ou presque. Tout avait été ravagé et oblitéré, seules les cages contenant les démons étant encore en bon état bien que les cadavres étaient nombreux tout autour de celles-ci.

« Emmenez les autres démons au loin. Il vaut mieux éviter qu’ils ne se rapprochent d’eux, ils risqueraient de vouloir les boulotter. On va éviter ça. Bon, quant à vous, sortez de là et pas de mauvais gestes, vous avez sûrement remarqué qu’on est tous du même côté. »

Un coup, deux coups, et voilà que les verrous éclataient pour laisser les cages s’ouvrir, les unes après les autres. Les démons se regardèrent pendant quelques secondes, finissant par sortir avant que l’un d’entre eux ne dise d’une voix lente :

« Vous … êtes … le clan … dont parlait les autres … démons, n’est-ce pas ? Vous voulez travailler avec nous, n’est-ce pas ? »

« C’est exact. Et n’oubliez pas qui vous a sauvé, cela sera parfait. Nous partageons nos connaissances avec vous et inversement. C’est donnant-donnant. Je pense que vous voyez où je veux en venir, non ? Bon, suivez-nous, on va vous remettre d’aplomb. »

« … … … Je ne comprends pas pourquoi les autres démons coopèrent avec vous. »

« Ce n’est pas un climat de confiance mais simplement d’intérêt commun, héhéhé. Si tu ne saisis pas cela, tu risques de finir dans l’estomac d’un autre démon. »

« On va éviter, je suis déjà heureux d’être en vie mais … qu’est-ce que vous comptez faire de nous ? Vous avez sûrement une idée, n’est-ce pas ? »

« Oh même plus qu’une idée, beaucoup plus. Mais pour ça, il va falloir que tu te décides. Est-ce que tu veux nous accompagner ou non ? »

« Ce n’est pas comme si vous me laissiez le choix de toute façon, n’est-ce pas ? »

« Oh … Si, tu as le choix ! Tu as même plus que le choix. Bon, sauf que l’un d’entre eux t’emmènera à une mort lente et douloureuse mais je te laisses y accéder. Je ne suis pas ainsi, héhéhéhé. Alors, qu’est-ce que tu en dis ? Tu nous accompagnes ? »

Pour toute réponse, le démon finit par faire un mouvement positif de la tête, son visage baissé et tourné vers le sol. Maintenant qu’ils étaient sauvés, il fallait voir si ce n’était pas pour mieux mourir d’ici quelques jours. Mais bon … Il ne restait vraiment plus rien de ceux qui avaient réussi à les capturer. C’était étrange … mais pas déplaisant.

« Comment avez-vous réussi à dompter les démons ? Certains, lorsqu’ils ont mangé plus que nécessaire, sont de vraies bêtes sauvages. »

« Ah ça, c’est notre petit secret. Disons que vous vous montrez très dociles si on vous nourrit correctement, comme des animaux. »

« Vous êtes en train de nous rabaisser à des simples bêtes ?! »

« Hum ? Non … Je ne le fais pas, c’est vous-même, d’après tes précédentes paroles, qui vous définissez comme tels. On ne fait qu’utiliser vos propos, hein ? Attention à ne pas tout mélanger, héhéhé … Cela sera vraiment dommage, oui, vraiment dommage. »

Tsss. Bien entendu. Ces types n’étaient pas là pour être considérés comme des sauveurs. Tant qu’ils avaient un intérêt à les garder, ils n’allaient pas s’en priver. Mais il était hors de question que tout cela continue ainsi ! Il allait devoir lui aussi faire preuve d’ingéniosité et il valait mieux dire cela tout de suite avant de perdre trop de temps :

« Vous savez néanmoins que traiter la royauté des démons comme de simples animaux pourraient vous attirer de graves ennuis ? »

« Hmmm ? La royauté des démons ? Tu veux dire par là que vous êtes comme Shunter et Traslord ? Vous avez un roi et tout le reste ? »

« Bien sûr ! Comment pensez-vous que le monde souterrain arrive à survivre ? »

« Et donc, pourquoi est-ce tu me parles de la royauté maintenant ? Est-ce que tu veux insinuer par là que tu en ferais partie, héhéhé ? » continue de dire l’honorien, comme amusé.

« Pas directement, je n’ai pas la prétention d’être lié à la famille directement. Je suis simplement l’un de leurs cousins, donc les liens du sang, bien que moins forts, sont néanmoins présents dans mon corps. »

« Oooooh … Intéressant, intéressant. Donc, si tu devenais une bête, tu serais certainement plus que puissant, n’est-ce pas ? Bien bien bien. Suis-moi donc. »

Une … bête ? Est-ce que son stratagème venait de se retourner contre lui ? L’homme croyait pourtant à ses paroles. Est-ce qu’il venait de commettre une effroyable erreur ? Ce n’était pas une bonne chose, pas du tout. Il allait devoir agir avec une extrême précaution dorénavant. Etant resté en place, le démon ne remarqua pas que l’honorien se retournait vers lui.

« Je peux savoir ce que tu fous ? Je viens de te dire d’avancer. On va rejoindre les autres avec tes compagnons de route, monsieur le « cousin royal. ». »

D’accord, cela voulait tout dire. Ce type ne le croyait pas le moins du monde. Mais il n’envisageait pas de le tuer. Qu’est-ce que ces êtres aux oreilles pointues issus de la surface avaient en tête ? Il n’en avait aucune idée mais il valait peut-être mieux ne pas savoir.

« Bon … Avec vous cinq, on a finit par atteindre la centaine de démons. Vous allez presque pouvoir vous débrouiller pour former une petite colonie ! C’est-il pas merveilleux ? »

Une centaine ? UNE CENTAINE ?! Ils agissaient de la sorte depuis combien de semaines voire de mois ?! Depuis quand est-ce qu’il y avait autant de démons disparus à la surface ?! C’était donc pour ça qu’ils ne revenaient pas ?!

« Une colonie ? Pour faire quoi ? A quoi est-ce que ça vous servira ? »

« A vous acclimater parmi chez nous. On va dire qu’on a pas forcément la terre la plus agréable par rapport aux autres royaumes. Et vous que vous êtes plus du genre souterrain qu’à apprécier la forte chaleur du soleil, il vaut mieux pour vous que vous vous réunissiez et soyez plus aptes à vous permettre de survivre, rien de plus. »

A quoi est-ce que cela leur servait ? Il était certain de ne pas être le seul démon à réfléchir de la sorte par rapport à ces étranges actes de la part de ces hommes et femmes aux oreilles pointues. Il valait mieux questionner les autres démons lorsqu’il allait se retrouver parmi eux. A écouter cet homme, ils étaient déjà une centaine. Vu que les groupes formés partaient tous les trois ou quatre jours avec environ dix membres, si on considérait que la moitié survivait, cela voulait dire que depuis déjà deux bons mois ou presque, ils récupéraient les démons.

Ainsi, les plus « anciens » parmi les survivants allaient pouvoir répondre à ses nombreuses interrogations. De trop nombreuses question qui le taraudaient depuis sa libération. Finalement, dans une charrette, il était assis auprès des quatre autre démons, tous aussi surpris et étonnés que lui par la tournure des évènements.

« Bon … Visiblement, de toute façon, qui vivra verra. »

Pour l’heure, il allait pouvoir enfin se reposer sans envisager qu’il puisse mourir dans les minutes qui suivent. Il allait juste patienter, il n’était plus à ça près maintenant.

Chapitre 20 : Complots claniques

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 20 : Complots claniques

Tery. A nouveau, ses pensées étaient focalisées sur lui mais depuis le moment où elle avait vu ces démons s’entre-dévorer, elle était encore plus convaincue de ce qu’elle devait faire. Mais à cause de sa colère, maintenant, elle avait tout simplement … perdu ses prisonniers. Autant dire que cela n’avait pas été très malin de sa part et qu’à cause de sa réaction, elle avait alors perdu la possibilité d’obtenir des indices.

« Et aucune nouvelle concernant Tery. Pourquoi est-ce que Royan doit toujours tout avoir ? »

Elle était en train de se plaindre par rapport à un jeune monarque qui n’était encore qu’un adolescent il y a de cela quelques années. Ah … Elle pouvait vraiment sembler désespérée dans une telle situation. Vraiment, voir ces démons se dévorer entre eux, ça lui avait remué l’estomac, non pas au point de la faire vomir mais tout simplement car elle ne s’imaginait pas Tery ou Elise devenir un tel monstre.

« Il faudrait avoir des renseignements plus poussés ! »

Elle frappa du poing contre son bureau. Elle en avait assez de se tourner les pouces. C’était pour ça qu’elle voulait voyager. Devenir la reine de Shunter lui impliquait quelques obligations dont elle aimerait bien se débarrasser. Heureusement pour elle, les autres étaient là pour faire un travail plus que correct. Sans eux, autant dire qu’il valait mieux ne pas espérer qu’elle puisse s’en sortir. Sans eux, il ne fallait pas y croire.

« Tery .. Tery … Tery … »

Et si elle se rendait à Traslord ? Cela serait une bonne raison non ? De toute façon, elle avait déjà donné une telle excuse la dernière fois, non ? En se rendant à Traslord, elle pouvait alors rester non-loin de Royan et peut-être avoir des nouvelles plus rapides concernant Tery et Elise. Ainsi, elle pouvait réagir plus aisément et en conséquence.

« Qu’est-ce que j’espère de mon côté ? Ce n’est pas possible, pas avec tout ce boulot qui m’attends. Pfff … Quelle idiote. »

Elle se parlait toute seule, ce n’était pas la première fois, elle avait pris cette mauvaise manie de Tery, quand elle le voyait au loin. Une mauvaise habitude. Mais bon, c’était bien l’un des souvenirs qu’elle avait de lui, elle ne pouvait donc pas jeter tout ça comme si de rien n’était. Elle finit par regarder la pile de lettres entassées sur la droite de son bureau.

« Je ferais mieux de me concentrer sur Honoros, moi. Ah … Ils espèrent de grandes choses. »

Depuis les événements ayant mené à la mort de son père, les cinq nations ne sont plus en guerre. Bien sûr, Mékalarma est toujours aussi belliqueuse mais maintenant que des explications ont été donné et que Shunter fait profil bas, les autres nations ont proclamé la paix avec Shunter. Heureusement pour elle car malgré tous les événements, ce conflit, les morts des créatures légendaires, la rébellion tout cela aurait tourné au désastre s’ils avaient décidé de continuer leurs assauts

« Ah … … Bon, qu’est-ce qu’ils ont de bien à me dire dans leur dernière lettre ? Je ne suis pas une femme de lettres, moi, plus une femme d’action. » dit-elle en poussant un long soupir.

Cela pouvait être de l’humour mais c’était mal la connaître. L’humour, elle ne l’utilisait jamais ou presque jamais. Les lettres d’Honoros étaient très importantes. Comme ce royaume était au nord-est du sien, il était mieux pour elle qu’elle fasse tout ce qui était en son pouvoir pour avoir de bonnes relations comme avec Traslord.
Les clans d’Honoros, ah … C’était vraiment un gros problème à l’époque où elle s’y était rendu avec Tery en tant que … Manelena ? Enfin, fausse Manelena, celle qui était souriante et radieuse. Un rôle qu’elle n’avait presque jamais assumé avant de finir par le révéler à Tery. Des années, tellement d’années se sont déroulées depuis leur première rencontre.
L’entraînement avec les nobles de Shunter, le petit groupe qu’elle avait formé avec différentes personnes plutôt expérimentées. D’ailleurs, elle n’avait plus chercher à avoir des nouvelles de ces dernières. Elle ne savait pas si elles étaient mortes ou non et il valait peut-être mieux ne pas chercher à le savoir dans le fond.

L’heure était à la focalisation sur les clans d’Honoros. Avec la situation qui avait dégénérée, les clans avaient eux aussi l’arrivée des démons sur leurs terres. Ainsi, à partir de là, difficile de continuer à se battre pour des raisons aussi futiles. Les démons envahissaient le monde à la surface et pour cela, il fallait une concentration optimale.
Du moins, c’est ce qu’elle aurait aimé pensé sauf que la réalité était toute autre et qu’il valait mieux prendre des précautions. Chaque clan … ou presque, avait donc décidé d’envoyé un émissaire à Shunter pour discuter avec l’actuelle reine, c’était donc elle. Dans le fond, elle ne faisait qu’alterner entre réunions diplomatiques et visites dans différents villages qui avaient souffert de la rébellion et du reste.

Bon là, depuis qu’elle avait reçu bon nombre d’émissaires, cela s’était un peu calmé. Surtout le temps que le clan discute entre ses membres et lui donne alors une réponse, positive ou non. Le plus inquiétant était les clans qui ne donnaient aucune nouvelle. Elle n’avait rien contre ceux qui ne voulaient pas d’aide mais … ceux qui ne parlaient pas étaient problématiques. Comment ça ?
Elle avait eut vent de quelques rumeurs, des plus déplaisantes et c’était bien ce qui l’inquiétait dans le fond. Certains clans … ne cherchaient pas à combattre les démons mais à converser avec eux. Oh, attention, ce n’était pas dans le simple but d’une rencontre pacifique, en tout point, tout honneur, loin de là. Non, c’était beaucoup moins plaisant.
Les démons bénéficiaient de connaissances inconnues aux yeux des êtres de la surface. Cela voulait dire que d’un côté comme de l’autre, nul ne savait exactement ce qu’ils affrontaient. En coopérant, ils pouvaient donc prendre plus de pouvoir dans les guerres inter-claniques. Ce qui n’était vraiment pas une bonne chose en vue de la situation actuelle. La paix était si fragile qu’il valait mieux la préserver.
Elle se faisait rire et cela d’une mauvaise façon. Elle ? Qui prônait la paix ? Si Tery l’entendait, il se moquerait de sa personne. Il savait pertinemment qu’elle ne vivait que pour la guerre et que si cela devait dégénérer, elle serait sur la première ligne pour combattre les armées adverses et défendre Shunter.

« Il ne voudrait simplement pas … que je gâche la vie qu’il m’a offerte. »

Si elle était vivante aujourd’hui, c’était grâce à lui. Ses mains se posèrent sur son coeur, son visage observant les feuilles sur son bureau. Elle n’avait pas à être sentimentale … mais elle se sentait nostalgique et attristée. C’était difficile de laisser place à ce genre d’émotions, elle qui n’en avait guère l’habitude. Elle ne savait pas comment réagir en pareille situation.
Son coeur n’était pas à la bonne place, elle en était certaine. Elle avait … encore du mal à y croire. Tery qui venait loger sa griffe dans le corps d’Elen, le traversant complètement. Le visage surpris de la jeune femme aux cheveux blonds, son sang servant à retirer le dernier sceau sur les portes démoniaques puis ses propres paroles.
« J’aurai mieux fait d’agir plutôt que de parler. »

Elle qui avait l’habitude d’être une femme action, elle avait cherché à dialoguer … alors que si elle avait tout simplement empêché Tery de partir, il y aurait eut des explications, des claques et des poings qui volent. Elle ne pensait pas que toute cette situation s’apaiserait, loin de là. Les portes démoniaques seraient toujours ouvertes mais au moins …

« Il serait là et Elise aussi. Avec vos disparitions, même Royan a changé. Est-ce que vous n’arrivez pas à comprendre tout simplement ça ? Au lieu de rester enfouis sous terre, présentez-vous et assumez vos actes ! ASSUMES-LES, TERY ! »

Elle serrait les poings car elle ne pouvait pas faire autrement malheureusement. Il lui était tout simplement impossible d’aller le chercher sinon … elle ne se serait pas privée de ça, loin de là. Elle l’aurait alors attrapé par la peau du cou et l’aurait traîné à la surface. Elle l’aurait ramené à Elen pour que les deux puissent s’occuper de leur enfant qui allait naître et ensuite … elle ? De son côté ? Elle comptait faire quoi ?
Qu’est-ce qu’elle avait comme idée en tête ? Elle parlait d’assumer … mais elle-même n’avait pas le courage de croire en ses propres sentiments, n’est-ce pas ? Non … Contrairement à Tery ou Elen, elle préférait les mettre de côté, tout cela pour permettre une meilleure situation, plus calme et tranquille.
Au moins, elle ne serait pas responsable d’un quelconque conflit entre les deux personnes. Pourquoi est-ce qu’elle cherchait à se compliquer autant la vie ? Pourquoi est-ce qu’il avait fallut que ça lui arrive à elle ? Maintenant ? Face à Tery ! Face à lui ! Dans cette bibliothèque, elle avait décidé de laisser tomber les apparence, le sang royal, les relations et tout le reste. A ce moment précis, elle avait décidé avec son coeur de femme.
Son coeur qui lui avait dit d’y aller, de foncer tête baissée et de ne pas hésiter. Son coeur qui, encore aujourd’hui, jalousait cette femme aux cheveux blonds. Alors que celle-ci n’était pas réellement en bon état, elle était pourtant bien plus calme qu’elle ne l’avait jamais été. Depuis que Tery et elle s’étaient aimé, elle avait souvent montré un caractère très agaçant et énervant, de femme jalouse et possessive.
Mais maintenant, depuis cette attaque, on pouvait croire que tout ceci avait fini par disparaître pour laisser place à une autre Elen, une qui représentait bien mieux ses origines, celle de la fille des deux dieux à l’origine de ce monde. Oui, un peu comme une incarnation divine, rien que ça, bonne et humble. Ah ! Comment est-ce qu’elle pouvait espérer rivaliser contre une déesse dans de telles conditions, n’est-ce pas ?

« Je ferais mieux de me concentrer sur le présent. »

Les clans d’Honoros la prévenaient qu’ils envisageaient de faire des alliances avec les autres royaumes, même ceux de Traslord et Mékalarma. Traslord, ce n’était pas très simple car dans le fond, feu et eau ne faisaient jamais bon ménage. Et Mékalarma détestait tous les autres royaumes, surtout après avoir perdu leurs deux précédents dirigeants par les actions de Shunter. Bon, le dernier dirigeant était possédé par une créature légendaire qui avait l’apparence d’une arme donc bon …
Enfin, ce n’était pas l’heure de chercher des excuses pour les actes qu’ils avaient commis. Simplement, Mékalarma ne comptait pas s’allier avec autrui, elle en était certaine. Pourtant, ça serait la meilleure chose qui pourrait lui arriver pour permettre sa reconstruction. A force de rester cloîtrée, la civilisation de Mékalarma était en train de péricliter et elle ne s’en rendait pas compte. C’était … tout simplement absurde.

« J’ai déjà fort à faire avec mon propre royaume, ce n’est pas à moi de donner des leçons sur les méthodes à suivre dans les autres. »

Bon. Au lieu de rester enfermée dans sa chambre pour répondre au courrier, la femme aux cheveux argentés récupéra les différentes lettres avant de quitter la chambre. Il faisait plutôt bon dehors et voilà qu’elle se promenait dans les couloirs, au grand étonnement des soldats qui faisaient leurs patrouilles quotidiennes.

« Reine Manelena ? Est-ce que vous avez besoin d’une escorte ? »

« Vu que je vais rester à l’intérieur du château, ça ne sera pas nécessaire. Si cela est important, vous pourrez me retrouver dans les jardins. »

Un lieu parfait pour la détente et le calme, mais surtout profiter de la chaleur de l’astre solaire. Assise tout simplement sur un banc, elle prit une profonde respiration en fermant les yeux, visage tourné vers le ciel. Assise toute seule, sans personne à ses côtés pour lui faire la conversation, lettres dans les mains.

« C’est … un peu triste, j’imagine. Je dois donner quelle impression aux citoyens de mon royaume ? Sûrement quelque chose de ne pas très plaisant. »

Mais elle s’y faisait, tout simplement. La demoiselle aux yeux rubis les rouvrit avant de les reposer sur les lettres. Un peu de courage ! Il était temps de se mettre au travail, celui-ci ne pouvait pas éternellement attendre hein ?

« Hum … Cela me fait penser que je n’ai aucune idée du clan avec qui nous avions discuté il y a de cela quelques années. Ah … Pas que cela soit réellement important. »

Et c’était aux débuts de Tery, du moins, à l’extérieur du royaume de Shunter. Le premier royaume qu’il avait visité était celui d’Honoros et à partir de là, elle se rappelait qu’ils avaient fait connaissance avec une femme d’Honoros et son clan. Hum … C’était d’ailleurs avec elle qu’ils avaient eut un médaillon, non ?

« Même à ce moment, il faisait tourner quelques têtes … sans qu’il ne s’en rende compte. »

Ce n’était qu’un souvenir, un lointain souvenir dont elle aurait aimé ne pas se rappeler mais bon … Impossible de complètement effacer ceci de sa mémoire. Et de toute façon, il n’y avait aucune chance qu’elle retrouve cette jeune femme. D’ailleurs, peut-être était-elle morte depuis tout ce temps ? Avec l’arrivée des démons, il y avait de nombreuses victimes à déplorer, et cela partout dans le monde. Qu’elle fasse partie de ces dernières n’aurait rien de surprenant. Mais là … Ce n’était pas le sujet.
Elle essayait de trouver une solution, même si ce n’était pas son royaume, pour empêcher que certains clans mal-intentionnés envisagent de travailler de la sorte avec les démons. Oui, il était hors de question de les laisser dominer le monde ou du moins Honoros. D’ailleurs, le terme de royaume pour définir Honoros voire Claudiska et Mékalarma, c’était un peu trompeur. Il n’y avait bien que Traslord qui pouvait être considéré comme tel depuis le temps.

« Mais pourquoi est-ce que j’ai autant de pensées inutiles ? Est-ce que j’ai vraiment si besoin de me vider l’esprit et de l’aérer ? »

Elle n’arrivait pas à se concentrer sur les lettres qu’elle devait écrire. Ce n’était pas maladif mais presque. Si tout était aussi simple, elle le saurait … mais ce n’était pas aussi aisé que ça. La réalité était vraiment toute autre dans le fond. Elle devait se concentrer, elle devait se concentrer ! Un peu de sérieux dans son travail, bon sang !

Ce n’était pourtant pas si difficile que ça hein ? Si … Ca l’était, justement. Elle était tout simplement incapable de raisonner correctement. Ah … Voilà qu’elle continuer à soupirer, encore et toujours. Rien à faire, rien du tout. Son cerveau ne répondait pas. Et pourtant, elle essayait tant bien que mal de faire son travail mais quand son cerveau ne voulait pas, elle ne pouvait pas lutter contre ça.

« J’ai vraiment l’impression d’être devenue aussi fainéante que Tery. »

C’était un mensonge. Tery pouvait accomplir tout ce qu’on lui demandait avec abnégation. Il était l’unique homme qui s’était autant concentré sur les golems sur les rares personnes qu’elle connaissait à posséder de tels livres. Son savoir et ses études sur les golems dépassaient tout ce qu’elle avait vu depuis le temps.

Bon, certains golems étaient vraiment douteux, il fallait avouer mais d’autres étaient impressionnants. Et ce nombre de golems ! Elle se rappelait lui avoir dit maintes fois de faire attention à sa santé plutôt que de continuer à invoquer mais comme bien souvent, un certain jeune homme n’écoutait rien de ce qu’elle disait. On allait dire que c’était devenue une mauvaise habitude chez lui, pour ne pas changer.

Mais voilà, elle n’était pas là pour lui faire la morale vu qu’il … n’était pas présent à ses côtés. TRAVAILLER ! Elle poussa un petit râle de colère envers elle-même, ne se préoccupant pas du regard de quelques soldats qui se tournaient vers elle. Il faisait beau, il faisait bon mais elle, elle n’arrivait pas à se concentrer sur ce qu’elle voulait ! Elle était une idiote, tout simplement une idiote !

Et les idiotes dans son genre, il valait mieux ne pas rester dans les jardins. Si elle s’était rendue incapable de faire ça, c’est que ça n’en valait pas la peine. Ah … Elle avait surtout l’impression de perdre toute sa journée à ne rien faire. Ça ne lui ressemblait pas.

Ainsi, elle était l’unique responsable de tout ça et elle ne pouvait en vouloir qu’à elle-même. Retournant dans sa chambre non pas pour se reposer mais pour se concentrer, elle fronça les sourcils en étalant les lettres devant elle. Zou ! Maintenant ! Munie d’une plume, elle commença à écrire ce qui lui traversait l’esprit. Oui, cela n’allait pas être une lettre pour l’un des clans d’Honoros mais ça sera amplement satisfaisant.
Ce qu’elle comptait fait en agissant de la sorte ? Tout simplement s’aérer l’esprit et le vider. Et visiblement, ça marchait ! Elle ne savait pas encore ce qu’elle écrivait mais elle ne comptait pas s’arrêter en si bon chemin. Maintenant qu’elle avait commencé, impossible de l’arrêter, sauf si on espérait la mettre en colère.

« Ah … J’ai mal au poignet à cause de tout ça. »

Elle poussa un petit gémissement de douleur. Elle ne s’en était pas rendu compte mais cela faisait déjà un bon moment qu’elle écrivait. Elle déposa la plume dans l’encrier, observant les nombreuses feuilles parcourues par des lignes de texte. Bon … Qu’est-ce qu’elle avait écrit ? Hum … C’était vraiment n’importe quoi, non ?

« Un vrai tissu d’âneries. Comment est-ce que je peux avoir de telles idioties en crâne ? »

Mais pourtant, c’était bien elle qui avait écrit tout ça. Et c’était bien elle qui était en train de lire tout ça, comme si de rien n’était. La femme aux cheveux argentés vint maintenir sa tête sur le bureau grâce à son coude posé dessus, marmonnant :

« Tery, Tery, Tery … Elen, Elen … Madame Vanian, Jésiana et Périk … »

Bien sûr, Jésiana et Périk. Les grands-parents de Tery. Des personnes issues d’une longue lignée noble de bibliothécaires d’Omnosmos. Il fallait avouer que la surprise avait été de taille lorsqu’elle avait appris la vérité à ce sujet, Tery ne le sachant pas lui-même mais ravi de savoir qu’il avait une famille autre que sa mère.
Les lignes de texte racontaient tout simplement ce qu’elle pensait de chacun, de chaque événement, de chaque relation entre les différentes personnes et tout le reste C’était très simple à écrire mais bien plus dur à lire vu que c’était plus que fouillis. Mais bon, maintenant qu’elle avait tout ce texte devant les yeux, il n’y avait plus qu’une seule chose à faire :

« Se mettre vraiment au travail ? Bon … Qu’est-ce que le clan des crocs enflammés avait à me dire de si spécial ? »

Elle délaissa les feuilles sur lesquelles elle avait écrit, s’apprêtant à les mettre dans la corbeille avant de s’arrêter. Non … Elle décida tout simplement de les aligner en une seule pile et de les ranger. Elle ne se sentait pas l’envie de les déchirer, pourquoi le ferait-elle ?

« Bon … Heureusement qu’ils sont là, oui, d’ailleurs. Ce sont les premiers à être intervenus pour tenter de faire quelque chose avec nous. »

Peut-être parce qu’ils étaient l’un des clans les plus proches de la bordure avec Shunter ? Et donc, qu’il valait mieux avoir de bonnes relations avec leurs voisins pour éviter d’avoir de gros ennuis. Bon après, ils semblaient tout aussi diplomates avec les autres clans.

« C’est une bonne chose qu’ils soient venus en premier. »

Cela montrait un désir d’ouverture avec Shunter et d’après la lettre reçue et divers autres courriers qu’elle avait réclamés par rapport à différents marchands des environs, elle savait que ce clan était digne de confiance. Une délégation pouvait donc venir la voir et ils pouvaient donc discuter de divers points, que cela soient commerciaux, militaires et autres. Un échange d’informations sur les démons et tout le reste.

« Bon, une première lettre qui peut partir au calme. »

Maintenant, elle était définitivement concentrée sur le travail qui l’attendait. Son travail de reine de Shunter, de diplomate, son rôle de femme politique, de maréchale militaire et … pfiou, de tellement de choses en même temps. Elle allait devoir plutôt faire attention à ce qu’elle était et ensuite, elle verra en temps et en heure.

Bon, la première lettre fut rapidement terminée puis une seconde et une troisième. Lorsque quelques petits coups à la porte se firent entendre, elle daigna à peine relever le visage de sa feuille, disant d’une voix lente :

« Oui ? Qui ose me déranger pendant mon travail ? »

« Reine Manelena, nous sommes venus vous chercher pour votre repas du soir. »

« Que les autres mangent, je souperai seule plus tard. Le travail ne peut pas attendre contrairement au repas. J’ai un peu de retard. »

« Mais … Mademoiselle la Reine, vous devriez manger ! Faites donc un petit effort. »

« J’ai dit plus tard, pas besoin de me répéter, j’espère, non ? »

Un petit cri de l’autre côté, un peu paniqué et voilà qu’elle passait une main sur son front. Elle allait devoir aussi se laver après tous ces efforts mais … elle voulait terminer maintenant qu’elle avait réussi à débuter à peu près correctement.

« Je viendrai d’ici une demie-heure ou une heure au grand maximum. Vous pouvez même toquer à la porte quand ça sera le cas. Est-ce que cela vous satisfait ? »

« Je … Je … Comme vous le désirez, reine Manelena, je vais de ce pas prévenir les cuisiniers. Je reviendrais dans quarante-cinq minutes. »

« Faites donc, faites donc. Et maintenant, laissez-moi tranquille. » dit la femme aux cheveux argentés sur un ton légèrement irrité.
Travailler sur divers alliances possibles avec les clans d’Honoros, ce n’était pas un travail de tout repos. Elle le savait parfaitement et surtout, elle était seule dans cette manœuvre. C’était elle qui avait la décision finale par rapport à tout ça. Elle avait déjà préparé les lettres mais avant de les envoyer, elle allait devoir en discuter avec les personnalités importantes de Shunter même si dans le fond, généralement, elles lui laissaient carte blanche par rapport à tout ça. Tout cela pour bien exprimer la confiance qu’elles avaient en elle. La confiance …

Chapitre 19 : Des prisonniers inutiles

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 19 : Des prisonniers inutiles

« Y a t-il des données importantes ou non pendant mes journées d’absence ? »

« Rien de spécial. AH ! SI ! On nous a tenu au courant. Il paraîtrait qu’une patrouille a mis la main sur un groupe de démons qui tentait de sortir d’une grotte. Néanmoins, la patrouille a été confrontée aux Gnomolds qui s’en sont pris eux aussi aux démons »

« Ce fut une bataille entre trois groupes donc … Hum … La patrouille se trouve où exactement ? Et ces démons ? Combien sont-ils ? »

« La patrouille a reçu un message pour lui signaler de venir le plus vite possible aux environs de Midès, là où nous pourrons enfermer les démons en lieu sûr. Pour le nombre de démons, je n’ai pas plus d’informations à ce sujet. Mille excuses, reine Manelena. »

« Pas besoin de vous excuser pour avoir fait votre travail. Prévenez-moi simplement lorsqu’ils seront de retour, j’ai à discuter avec eux. »

Le messager s’inclina devant la monarque qui avait retrouvé son trône. Déjà, elle évitait de ressentir l’absence de la mère de Tery à ses côtés. Ici, elle était la reine de Shunter, elle ne devait pas laisser place à des sentiments aussi ridicules que ça.


Mais voilà, maintenant, assise dans la salle du trône, elle ne faisait que patienter et attendre. Des nouvelles de démons capturés, ce n’était pas eux qui l’intéressait. Il n’y en avait que deux dont elle se sentait concernée et il n’y avait aucune chance qu’elle les retrouve.

Les minutes s’écoulaient avec une lenteur exaspérante et elle se retrouvait déjà en train de se rappeler des aventures avec Tery et les autres. Au moins, dans ces moments-là, elle avait quelqu’un avec qui discuter. Elle avait aussi une personne à embêter. Ou alors, elle faisait son rôle d’ancienne maréchale et donnait des ordres à tous et à toutes.
Mais ça, c’était son ancienne vie. Elle ne pouvait pas revenir en arrière. Il en était hors de question. Ce n’était plus possible malheureusement. Si tel était le cas, elle aurait peut-être donner son titre de reine pour ça. Ah … Qu’est-ce qu’elle imaginait comme stupidité, n’est-ce pas ? Après la trahison de Tery et Elise, le groupe qui s’était formé autour du premier n’était maintenant plus qu’un tas de cendres.
« Je pense que je vais aller lui rendre visite aujourd’hui, après l’interrogation. »

Si les démons arrivaient dans la journée, bien entendu. Sinon ? Lui donner quelques nouvelles, même si elle ne pouvait plus les entendre, cela lui permettrait de soulager un peu sa conscience qui vacillait à chaque jour qui se terminait. Et si un jour, elle craquait ? Comment est-ce que tout cela allait se passer ?

« Il vaut mieux que je ne le saches jamais. Cela pourrait donner quelque chose de terrible. »

Des personnes devenues complètement folles à cause des lignes d’Alzar, elle en connaissait des rumeurs, elle en avait affrontées aussi. Et bon … Elle savait aussi ce que les Démons pouvaient devenir. Elle en avait eut … le résultat avec Tery et Elise. Il ne fallait pas sombrer comme eux. Elle devait être plus forte que ça.

Beaucoup plus forte mais bon … La force n’était pas tout dans ce monde. Elle l’avait bien compris avec Tery, n’est-ce pas ? Il avait montré une autre force de caractère. Finalement, tant que les démons n’étaient pas emmenés en prison, ça ne servait à rien de rester là. Elle se leva de son trône, déclarant :

« Je vais aller dans ma chambre. Que l’on vienne me déranger uniquement si un messager a une annonce importante à me déclarer concernant les démons. »

Les soldats firent le salut militaire, se tenant bien droits alors qu’elle passait entre eux. Elle n’était toujours pas habituée à être au sommet de la hiérarchie du royaume de Shunter. Bien entendu, contrairement à son père, ses généraux et autres personnalités importantes avaient voix au chapitre dans le royaume mais elle refusait catégoriquement qu’une personne de religion, aussi pacifiste soit-elle, vienne tenter d’obtenir ne serait-ce qu’une parcelle de pouvoir. La raison était simple : elle ne voulait pas que l’incident ayant causé la mort de son père se reproduise. A partir de là, tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Dans sa chambre, elle ne vint pas se coucher. Non, elle était assise sur une chaise, devant son bureau, différents livres posés sur ce dernier. Grâce à Omnosmos, elle avait obtenu quelques divers ouvrages qui allaient lui servir à mieux comprendre un peu l’histoire de ce monde mais aussi les particularités des démons et des différentes races.
Elle avait même remarqué qu’il existait divers chapitres liés … aux Gnomolds Sur le coup, elle avait du mal à le croire mais pourtant, c’était bien le cas. Qu’est-ce que cela racontait de beau ? Tout simplement que les Gnomolds étaient une race aussi ancienne que les autres et qu’ils vivaient dans ce monde depuis des millénaires.

« Je me demandes si Ernold et les autres Gnomolds pacifiques seraient capables de m’en dire plus sur leur peuple. Je suis certaine qu’il y a plus à apprendre chez eux. »

Elle l’avait compris la première fois. Les Gnomolds, on pouvait les trouver dans TOUTES les régions du monde. Ce qui voulait dire qu’ils étaient capables de vivre parmi toutes les communautés. A partir de là, cela incitait à la réflexion … Comment est-ce qu’ils faisaient ? Ils étaient aussi capables de magie mais bon, pas autant que les autres races.

« C’est vraiment un phénomène à essayer de comprendre aussi chez eux. »

Mais pour l’heure, elle avait plus à se préoccuper des démons. Ce n’était pas la première fois qu’elle demandait à faire des prisonniers, contrairement à Traslord qui préférait les tuer à vue, sans même chercher à les comprendre. Par contre, elle n’obtenait rien du tout généralement.

« Ces idiots ne savent rien sur la surface et à peine sur l’endroit où ils habitent. Certains sortaient à peine de leurs villages. »

A croire qu’aucun ne connaissait réellement comment se débrouiller. Ah … Et bien entendu, elle qui cherchait quelques nouvelles d’un certain Tery et d’une certaine Elise, autant dire que cela consistait à trouver une aiguille dans une botte de foin.

« Ah … Je vous jures. Des fois, je me demandes ce qui se passerait si … »

Si justement, elle obtenait les réponses qu’elle désirait ? Comment est-ce qu’elle réagirait ? Comment devait-elle réagir plutôt ? Il y avait tellement de choses à prendre en main, tellement de conditions qu’il ne fallait pas ignorer. Elle était perturbée par tout ça mais ne voulait pas trop le montrer, poussant un soupir :

« Tant que ce ne sont pas ces deux démons spécifiquement, je ne devrais pas avoir à me poser autant de questions ! Tsss ! Encore de sa faute ! »

Elle mettait tout ça sur le dos de la mère de Tery même si elle n’était en rien responsable du fait qu’elle soit autant perturbée par les événements. Elle devait se trouver une occupation. Tery s’amusait souvent avec ses golems à l’époque. Elle avait d’ailleurs trouvé cela … attendrissant ? Non. Ce n’était pas le bon mot. Elle n’était pas aussi faible pour être attendrie par ça. C’était juste qu’elle se rappelait qu’il s’amusait à créer plusieurs petits golems puis un caillou parfaitement sphérique. Ensuite, il leur demandait de se passer la sphère avec les pieds ou avec les mains. C’était comme une poupée vivante qui ferait certainement fureur pour les enfants. Hum … Mais bon, il faudrait réussir à donner vie à des golems miniatures et à faire que malgré la distance et le temps, ils continuent de perdurer.

« Pourquoi est-ce que je l’imagine maintenant en train de faire ça , Je suis … vraiment malade ces derniers temps, j’ai l’impression. »

Pas malade au niveau physique mais plus épuisée qu’autre chose. Les journées se suivaient et ne changeaient guère. Mais ce n’était pas pour ça qu’elle ne devait pas faire attention à ne pas se reposer. Dire que les soldats lui imploraient presque de ne pas faire de zèle. Est-ce qu’elle était une monarque appréciée ? Elle n’en avait aucune idée.

« Reine Manelena ! Le messager est arrivé avec des nouvelles au sujet des nouveaux prisonniers démoniaques. Il demande à vous voir ! »

« Hum ? J’arrive tout de suite, dites-lui de m’attendre dans la salle du trône. »

A force d’être plongée dans ses réflexions, elle n’avait pas remarqué que le temps s’était écoulé assez rapidement. Lorsqu’elle retrouva le messager dans la salle du trône, elle avait cherché à se calmer un peu. Ses pensées étaient trop fréquemment tournées vers Tery. Observant le jeune homme qui s’était agenouillé devant elle, elle finit par dire :

« Tu peux parler. Qu’as-tu à m’apporter comme information au sujet de ces démons ? »

« Certains ont essayé de se donner la mort, d’autres ont voulu combattre jusqu’à cette dernière. Dans l’ensemble, sur le chemin, ce fut très difficile de les contenir, reine Manelena. »

« Est-ce qu’ils ont réussi à s’enfuir ? L’un d’entre eux ? » demanda t-elle sur un ton qui ne laissait pas vraiment place à une réponse positive de la part du messager.

« N…. Non ! Bien entendu que non, reine Manelena ! Simplement, certains sont morts et d’autres ne sont plus en état de discuter. »

« Combien étaient-ils au départ ? Et combien sont-ils maintenant ? Vous devriez le savoir, n’est-ce pas ? Donnez-moi plutôt un chiffre au lieu de tergiverser. »

« Ils étaient environ une dizaine au combat. Lors de la capture, trois en sont morts et deux sont incapables de converser. »

« Bon … Cela en fait environ la moitié, c’est mieux que rien, on va dire ça comme ça. Merci, tu peux disposer après m’avoir confirmé leur localisation. »

Elle le renvoyait assez sèchement mais cela était dans son caractère public … et même parfois en privé. Lorsqu’elle obtint l’information qu’elle désirait, elle remercia le messager d’un geste de la main avant de signaler qu’elle allait se rendre à la zone pour l’interrogatoire des démons. De toute façon, elle allait les brusquer, comme à son habitude.

Une bonne demie-heure à cheval pour arriver dans ce qui semblait être un fort isolé. Bien qu’il n’était plus du premier âge, les murs de pierre étaient encore assez solides sur leurs appuis et il n’y avait aucune chance qu’il s’écroule si on le secouait par une magie terrestre un peu trop forte. A son arrivée, tous la saluèrent et se mirent en garde, Manelena descendant de son cheval avant de le confier à un écuyer.

« Où sont les démons ? Est-ce qu’ils sont enclins à converser ou non ? »

« Malheureusement, ils ne veulent pas dire un traître mot mais peut-être que vous pourriez y arriver, si vous le désirez. Nous n’avons pas commencé les tortures comme vous nous le recommandiez depuis les premières captures. »

« On leur laisse la possibilité de s’en tirer à peu près correctement. A eux de profiter de cette occasion et de ne pas la regretter plus tard. »

Elle n’était pas là pour faire amie-ami avec des démons. On lui demanda de bien vouloir suivre deux soldats en armure, ces derniers l’emmenant jusqu’à différents cachots. A l’intérieur malgré les traces de sang séché sur le sol et l’odeur déplaisante qui lui montait au nez, elle pouvait remarquer différentes ombres tapies au fond des cachots.

« Au cas où, vous avez bien vérifié les sécurités, n’est-ce pas ? Que cela soit sur la qualité des barreaux, des murs et autres. Et aussi, pour sceller leurs magies ? Je ne voudrais pas que l’un d’entre eux tente de s’échapper par une maladresse de notre part. »

« Ne vous inquiétez pas à ce sujet, ils sont incapables de faire quoi que ce soit et même pour leur donner de la nourriture et à boire, il a été signalé de ne pas s’approcher trop près des barreaux. On ne voudrait pas que les scènes des premières captures se reproduisent. »

Cela n’avait pas été dit en souriant. Cela n’avait rien de drôle. Quelques hommes avaient eut la malchance de tomber sur des démon qui avaient tout simplement attrapé leurs bras et leurs têtes pour les arracher pendant qu’il venait les nourrir. Ainsi, la sécurité était vraiment renforcée en touts points mais elle préférait ne pas prendre de risque et restait sur ses gardes.

« Bon … Allons faire très bref et concis : est-ce que l’un d’entre vous voudrait bien discuter avec moi ? Je suis l’actuelle reine du royaume de Shunter, celui où vous avez décidé de mettre les pieds. J’ai un certain besoin d’informations et si vous coopérez, il se pourrait bien que je décide de vous laisser en vie mais cela reste à voir. »

« Si vous êtes vraiment la reine … vous n’avez qu’à vous approcher des barreaux ? Que l’on voie votre visage royal, vous ne devriez pas avoir peur, n’est-ce pas ? »

« Qu’est-ce que … MONSTRE ! REINE … » commença à dire un soldat, déjà prêt à utiliser sa lance pour intervenir dans la cellule. Manelena fit un mouvement pour lui dire que ce n’était pas nécessaire, s’approchant des barreaux, calme et tranquille.

« Et vous, que celui qui a eut le courage de venir m’adresser la parole se lève et se rapproche aussi, non ? Il est bien mieux lorsque les deux interlocuteurs peuvent communiquer et se voir, non ? Je vous attends. »

Un petit ricanement dans la cellule ainsi qu’un petit mouvement dans le fond. Les cellules étaient plutôt grandes et profondes et avec l’absence de luminosité, difficile de voir qui se trouvait dans le fond. Pourtant, quelques secondes plus tard, une ombre se déplaçait, faisant quelques pas lourds pour arriver jusqu’aux barreaux, les faisant trembler subitement en plaçant deux imposantes mains au bout desquelles se trouvaient des griffes acérées, usées et légèrement ensanglantées. Mais ce visage n’était qu’à moitié humain, recouvert en partie d’une fourrure brune, deux yeux rubis fixant Manelena alors que l’une des deux cornes en spirale était brisée. L’être eut un nouveau rire avant de dire :

« Hahaha, c’est donc ça … la monarque de ce royaume ? Malgré la taille, tu sembles bien chétive. Vous n’êtes rien face à nous, vous le savez, n’est-ce pas ? »

« C’est moi qui pose les questions par ici, compris ? »

« Oh … Et dans notre monde, personne n’est assez stupide pour se laisser piéger DE LA SORTE ! HAHAHAHA ! »

Il avait rapidement attrapé son bras droit mais les yeux rubis de la femme aux cheveux argentés s’étaient mis à luire en même temps que des lignes noires traversaient son corps, un épais gantelet noir faisant son apparition sur le bras droit, rapidement rejoint par un autre sur le bras gauche.

« Je n’étais pas assez claire la première fois, n’est-ce pas ? »

Elle comprenait. Elle pouvait vouer une certaine haine. Il y avait une possibilité que sa haine se focalise sur autrui. Peut-être pas sur une seule personne comme son père à l’époque mais elle pouvait aisément trouver autre chose. Et elle venait enfin … de le comprendre.

« Je vais tout simplement me concentrer sur vous, bande de déchets souterrains. »

« A… AIE ! AIE AIE AIE ! MERDE ! TU ME FAIS MAL SALE GARCE ! MON BRAS ! FAIS GAFFE TU VAS ME LE … »

« Briser ? » dit-elle avec une certaine nonchalance alors que sa main gauche avait forcé celle du démon à se retirer de son bras droit, pressant fortement jusqu’à ce qu’un craquement sonore se fasse entendre. Mais visiblement, ce n’était pas suffisant pour la reine de Shunter, celle-ci le tirant en avant trois fois à la suite, tout son corps percutant les barreaux, faisant trembler le cachot avant qu’elle ne le rejette en arrière, quelques autres cris se faisant entendre de la part des démons qui accompagnaient celui au bras maintenant brisé.

« Reine Manelena, que voulez-vous que l’on fasse ? »

« Rien du tout. Je vais leur permettre de réfléchir pendant une heure ou deux. Laissez pourrir celui qui a son bras brisé, que cela lui serve de leçon. Qu’aucun d’entre vous ne tente de le soigner. Il comprendra donc à qui il a affaire. »

« Co… Comme vous désirez, reine Manelena. Nous ferons comme vous le voulez. »

Bien qu’il était parfaitement d’accord avec sa monarque, le ton de celle-ci faisait froid dans le dos. Par rapport à ces êtres cornus, elle ne faisait preuve que d’une infime clémence. Mais il avait entendu des rumeurs comme quoi, à Traslord, ils ne cherchaient même pas à capturer, ils tuaient à vue n’importe quel démon qui se présentait en face d’eux.

« Bon, je vais aller prendre des nouvelles des environs. »

Et pour cela, pas d’autres choix que d’aller interroger celui qui dirigeait ce petit fort où était emprisonné les démons capturés. Faisant face à un homme d’une quarantaine d’années, à la moustache finement taillée, elle mangea sans grande faim ce qu’on lui servait. L’homme fit quelques excuses, signalant que ce n’est pas grand-chose par rapport à la cuisine royale. Elle fit un mouvement négatif de la main avant de dire :

« Ce n’est pas ça. La nourriture est convenable mais je suis plus habituée à des repas faits par des personnes que je connaissais. Même les repas royaux n’arrivent pas à me rassasier de la même façon que les plats que l’on me préparait à cette époque. »

« Celui ou celle qui devaient faire vos repas étaient de sacrés cuistots alors. »

« Oh non, leurs repas n’avaient rien d’exceptionnel. C’était tout simplement différent … Enfin, nous ne sommes pas là pour parler des repas mais plutôt de ce que vous avez à me dire. Je vous écoute. Il semblerait que les démons soient de plus en plus présents ou je me trompes ? »

« Vous ne vous trompez guère mais il est difficile de savoir exactement ce qu’ils veulent. En plus, avec les Gnomolds qui nous attaquent à vue mais aussi les démons, cela devient vraiment difficile de quelque chose de correct. »

« Les Gnomolds sont un fléau aussi important que les démons et il semblerait à première vue qu’ils sont de plus en plus nombreux qu’auparavant, non ? »

« C’est … différent. Ils étaient là depuis longtemps vu qu’il ne s’agit pas de jeunes Gnomolds mais cela voudrait dire qu’il y a plusieurs bases cachées de ces derniers dans tout Shunter. J’ai pris la liberté d’envoyer quelques lettres à des personnes que je connais qui se trouvent dans les autres royaumes pour avoir plus de nouvelles à ce sujet. »

« Faites donc mais rappelez-vous de nous envoyer les informations que vous obtiendrez de la sorte, est-ce bien compris ? »

« Bien entendu, reine Manelena. Il ne pouvait en être autrement. Voulez-vous un peu de vin avec votre repas ? » dit l’homme alors qu’elle évitait de soupirer. Pour faire bonne mesure, elle n’accepta qu’un demi-gobelet. L’alcool, elle voulait en profiter avec une seule personne.

Le repas se termina aussi vite qu’il avait commencé, elle continua de faire la conversation par respect pour l’homme bien qu’il ne fallait pas s’attendre à autre chose de sa part. Mais maintenant, elle allait retourner voir les prisonniers.

« Est-ce qu’ils ont décidé à être plus loquace ou non ? Et l’autre qui avait tenté de faire un seul mouvement envers moi, où est-ce qu’il est ? »

« Re… Reine … REINE MANELENA ! C’était … C’était … C’était juste horrible. »

C’était quoi cette odeur de sang … et de dégueulis dans les environs ? Une odeur vraiment déplaisante, qui lui piquait le nez alors qu’elle fronçait un peu les sourcils. Il y avait … quelque chose de bizarre, non ? Il tremblait de tout son être.

« Qu’est-ce qui s’est passé exactement ? Est-ce qu’il s’est enfuit ? REPONDEZ ! »

« Ils … Ils … Les autres, ils l’ont dévoré ! Ils ont dévoré le démon qui était blessé ! Il y avait des cris mais ils l’ont vite étouffé et … et … »

Dévoré ? C’était une blague hein ? Pourquoi est-ce qu’ils l’auraient dévoré ? La femme aux yeux rubis regarda le soldat. Pourquoi est-ce qu’il n’était pas venu la voir maintenant ? Il était comme terrorisé et horrifié. Dans cet état, il était tout simplement impossible pour lui de faire ne serait-ce qu’un simple mouvement.

« Vas t-en. Vas voir les guérisseurs du fort, dis-leur de tout faire pour que tu t’endormes et te reposes, cela d’un sommeil sans rêve. VITE ! Je vais m’occuper d’eux. »

Elle était agacée, non, elle était énervée. Non pas envers le soldat qui n’avait fait que son travail mais envers ces démons. Elle ne se rappelait plus si c’était les deux jumeaux démoniaques, Ernold ou quelqu’un d’autre qui lui avait expliqué ça, ou alors, si cela provenait d’un livre lu à Omnosmos mais elle pensait que ce n’était que des légendes.

« Alors, comme ça, vous êtes vraiment des enfoirés de cannibales, n’est-ce pas ?! »

« Il était devenu inutile, il ne servait plus à rien. A force de trop provoquer sa mort, elle a fini par répondre à ses mots, ah … ah … ah … »

Une autre voix masculine mais elle était un peu … animale ? C’était quoi ça ? Ces démons étaient en train de se transformer ou quoi ? Tery était plus que normal, sauf avec les cornes sur le crâne mais tout le reste était normal.

« Bande d’enfoirés, ça vous amuse de vous dévorer hein ? Je pensais pas que je trouverai d’autres personnes à haïr autant que lui mais on dirait bien que je me trompais. »

« Tu peux dire tout ce que tu veux, femme. Tu ne sais pas ce que tu affrontes réellement. »

Oh. Et eux non plus. Quelques minutes plus tard, des cris, entre l’homme et la bête, se firent entendre dans la prison en même temps que le bâtiment tremblait de toutes parts. Lorsque les soldats intrigués arrivèrent jusqu’à la prison, Manelena en était sortie, recouverte de sang sur son armure noire intégrale. Elle n’avait pas à s’expliquer. Elle allait les sauver.