Chapitre 14 : Un cadeau inestimable

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 14 : Un cadeau inestimable

« Et bien … Sincèrement, je me répète mais je ne m’attendais pas à te voir, Elen. »

« Depuis que j’ai appris que Tery était encore vivant et revenait parfois à la surface, c’était largement suffisant pour moi pour me remotiver. »

« Tant mieux alors, non ? Mais tu te doutes que ça ne sera pas une chose simple. On ne sait pas où sortira Tery. Ensuite, il ne se laissera pas faire. Et j’imagine que Manelena t’a mise au courant au sujet de … enfin, tu sais de quoi je parles. »

« De celle qui l’accompagne ? Et je ne veux pas parler d’Elise, bien entendu. » murmura la jeune femme aux cheveux blonds, mangeant lentement mais sûrement. Même si la cuisine de la mère de Tery était délicieuse, un met royal restait quand même différent et d’un tout autre niveau. Mais non, aucune remarque à ce sujet.

« Clari … On ne sait toujours pas comment il a réussi à invoquer un golem qui lui ressemble exactement mais ce que tu peux savoir, c’est que ça marque les esprits et pas qu’un peu. Moi comme Manelena, à ce moment précis, on ne savait pas du tout ce qui se passait. »

« Oui … C’était étrange mais ça donnait l’impression que Tery a donné vie à Clari pour se protéger. Il était aculé et sincèrement, s’il n’y avait pas eut Clari, tu pouvais être sûr qu’il serait traîné ici, à tes pieds, Elen. »

« Je sais bien que je comptes lui faire payer tout ce qu’il m’a fait mais mon but n’est pas de l’humilier non plus. Je pensais plus lui faire bien ancrer dans le crâne ce qui se passera s’il recommence une telle manœuvre à mon encontre. »

Des paroles assez violentes pour un sourire étonnamment doux. Un contraste qui restait plutôt effrayant en un sens. La jeune femme aux cheveux blonds, ces derniers ayant assez bien poussés depuis le temps, lui allant jusqu’en haut du dos en deux longues boucles dorées bien que sur son crâne, sa coiffure restait à la garçonne comme à son habitude.

« Hum … J’aurai aussi mon mot à dire dans cette histoire. » signala Manelena bien qu’elle … ne devait pas trop se mêler de tout ça si Tery retournait auprès d’Elen.


Oh … Cela allait être compliqué, très compliqué, vu que Tery n’allait pas se laisser faire … et elle-même ne savait pas trop comment elle allait devoir réagir à ce moment précis. Pour autant, ce n’était pas le moment de trop s’attarder sur ça, loin de là. Elle poussa un léger soupir, comme fatiguée subitement.

« Le voyage t’a épuisé plus que nécessaire, Manelena ? »

« Je crois que oui. Si ça ne vous dérange pas, je penses me retirer et aller dans ma chambre. J’ai assez mangé de toute façon. »

« D’accord … A toi de voir, je ne vais pas te forcer, loin de là. Reposes-toi bien, donc. » dit Royan alors qu’il demandait à une servante de bien emmener Manelena.

« Ne vous inquiétez pas, pas besoin de m’accompagner. Je connais le chemin. »

Elle avait juste empêcher la servante de la suivre. C’était aussi aisé que ça. Elle … n’avait pas envie que ça se passe ainsi. Elle avait juste envie de se promener seule avant de se diriger vers sa chambre. En la voyant partir, Elen cligna des yeux, se tournant vers la mère de Tery pour lui demander :

« Quelque chose ne va pas avec elle ou alors, je me fais des idées ? »

« Non non, tu ne te fais aucune idée. Disons simplement que des fois, la réalité est assez dure à assimiler … et cela peut se comprendre. Ce n’est pas de ta faute, loin de là. »

« Pfiou … tant mieux car j’avoue que je ne sais pas réellement ce qui s’est passé donc bon. »

« Tu n’as pas à t’en faire et je ne penses pas qu’elle non plus. De toute façon, comme elle est issue de sang royal, je suis certaine que ça ne la dérangerait pas. Bien que cela méritera quelques explications et que je ne peux pas vraiment tolérer ce que Tery va faire. »

« Je ne suis pas sûre de vraiment tout comprendre, madame Vanian. »

« Ne t’en fait donc pas. Disons que si nous arrivons à récupérer mon fils, il aura le droit à un sacré sermon. Je crois qu’il ne va pas comprendre ce qui va lui tomber dessus à ce moment précis … entre toi, moi et Manelena. »

Et elle termina tout cela par un petit rire accompagné par celui d’Elen. Les deux femmes rigolèrent comme si de rien n’était tandis que Royan mangeait en silence, les observant. Au moins, il fallait reconnaître que cela mettait de l’animation et de la vie dans ce palais. Enfin, depuis qu’il savait qu’Elise était vivante et qu’il avait put la rencontrer, lui-même se sentait bien plus ouvert qu’auparavant.

Enfin, disons que le coeur qu’il avait fermé lors du départ d’Elise avait fini par se rouvrir peu à peu et il savait que c’était pour le mieux. Le jeune homme aux cheveux bleus termina son repas, observant les deux femmes qui continuaient à parler entre elles de Tery … avant de se tourner vers lui, un sourire mauvais aux lèvres.

« Quelle impolitesse de notre part, dame Vanian. Nous sommes conviées par le roi de Traslord et nous lui manquons de courtoisie. »

« C’est exact, demoiselle Elen. Nous devrions nous concentrer sur lui. Messire Royan, que diriez-vous de nous donner un peu des nouvelles d’Elise ? D’après ce que m’a dit Manelena, toi et elle, vous avez eut un petit « accident », n’est-ce pas ? »

« Ce n’était … pas comme ça que l’on croit ! Enfin, pas de la manière dont vous en parlez toutes ! Ce n’est pas ainsi … et enfin, ça ne vous regarde pas. »

« Ah bon ? Bien sûr que si, cela nous regarde, qu’est-ce que tu crois exactement hein ? Nous sommes concernées autant l’une que l’autre. Je suis sûr que madame Vanian sera heureuse de savoir à ce sujet, oh que oui. »

« Est-ce vrai à ce sujet ? Pourquoi est-ce que vous apprécierez d’en savoir plus ? » demanda Royan à la mère de Tery, celle-ci lui faisant un léger sourire.

« Et bien, quoi de plus logique que de vouloir se tenir au courant des personnes que l’on apprécie ? N’est-ce pas normal que de désirer cela ? »

« Oh … Euh … C’est sûr. » dit Royan, rougissant légèrement tout en baissant les yeux. Il avait du mal à regarder la mère de Tery dans ces moments. Comme il avait toujours du mal à avouer que sa présence le rassurait … et le comblait.
La mère de Tery était … quelqu’un qu’il appréciait tout simplement parce qu’il n’avait pas eut de présence maternelle depuis très longtemps … bien avant que ses deux frères ne meurent. Elle était de la famille de Tery, elle était sa famille, ce n’était pas la sienne … et c’était bien sur ce point qu’il enviait Tery.


Pour autant, il ne lui en voulait pas. Le jeune homme aux cheveux bruns ne pouvait pas être au courant à ce sujet. Enfin, ce n’était pas de sa faute précisément. Bon, ce n’était pas tout ça … mais il devait lui répondre, n’est-ce pas ?

« Qu’est-ce que je pourrais vous dire exactement ? Enfin, qu’est-ce que vous voulez savoir exactement ? Ca sera bien plus aisé. »

« Hum … Depuis quand est-ce que tout ça dure ? Je veux dire, ce n’est pas venu du jour au lendemain, n’est-ce pas ? »

« Euh … Ben en fait, plus exactement, ce n’est pas totalement ça … mais ça s’en rapproche un peu, je dirais ? Enfin, je crois ? »

Il était mal à l’aise au sujet d’évoquer ses sentiments. D’ailleurs, il fit un petit mouvement pour dire à tous ses serviteurs de quitter la pièce, le laissant seul avec Elen et la mère de Tery. Voilà, il allait se sentir bien mieux maintenant.

« On va dire qu’en dépit des apparences et de ses origines, du moins à l’époque, Elise était une jeune femme qui faisait tout pour plaire et se faire pardonner. On pouvait se demander où était sa place dans le groupe mais en même temps, elle faisait d’énormes efforts et elle a toujours été respectueuse de ma classe sociale … même si dans le groupe, ce n’était pas vraiment ce que je recherchais. Il y avait une certaine prestance qui émanait d’elle et je n’arrive pas à expliquer pourquoi exactement. »

« Hmm … D’accord, d’accord, tu peux continuer, s’il te plaît. Je t’écoute. »

« Ensuite, je crois que c’est venu naturellement. Elle était très forte mentalement ou presque … mais en même temps très fragile à cause de ses pouvoirs qu’elle avait peur de ne pas contrôler. J’ai trouvé cela étrange qu’elle, maniant les flammes, et moi, maniant la glace et l’eau, nous puissions si bien nous entendre. »

« Et bien plus encore, n’est-ce pas ? Mais à part cela, ce que je veux dire, c’est qu’à part ce moment qu’à évoquer Manelena, vous n’aviez rien … »

« Ohla ! Non ! Nous sommes de deux classes sociales différentes ! Nous ne pouvions pas faire cela … Il est vrai qu’il y a eut quelques moments de faiblesse … où nous nous étreignions discrètement pour telle ou telle raison … mais à part cela … il n’y a rien d’autre. »

« Oh … Une sorte d’amour secret mais impossible ? » demanda Elen tout en souriant grandement en regardant Royan.

« Hey ! Euh … Enfin … c’est peut-être comme ça … mais en même temps … »

Il n’osait pas terminer sa phrase mais sans même avoir besoin de la conclure, les deux femmes comprenaient aisément ce que cela voulait dire. La mère de Tery toussota légèrement avant de dire d’une voix douce :

« Je crois que nous t’avons assez torturé, Royan. Je suis désolée … mais les histoires d’amour, c’est toujours quelque chose. Surtout lorsqu’elles passent outre les conventions sociales. J’en sais quelque chose pour ma part. »

« Il est vrai que malgré les interdictions de vos parents, vous avez épousé l’homme dont vous étiez amoureuse … et il est vrai tout autant que vous l’avez perdu trop rapidement … un peu comme moi et mes parents … et mes frères. »

Hum … Il n’avait plus faim maintenant. Il déposa sa fourchette à côté de son assiette, murmurant qu’il allait se lever et se reposer. Pour autant, la mère de Tery fit de même, se plaçant devant lui, tout simplement. Il la regarda droit dans les yeux, ne comprenant pas pourquoi est-ce qu’elle faisait cela, attendant une remarque de la part de la femme.

« Tu peux venir … Je suis sûre que cela te fera le plus grand bien … et il n’y a pas d’âge pour cela, Royan. » dit-elle après quelques secondes, ouvrant ses bras.

Il fit un regard évasif, regardant autour de lui tandis qu’Elen avait détourné les yeux en sifflotant ,comme si elle ne devait pas observer ça. Le jeune homme aux cheveux bleus s’engouffra dans les bras de la mère de Tery, restant ainsi pendant plusieurs minutes. Elle lui caressa le dos doucement mais sûrement.

« Des fois, il n’y a pas besoin de vraiment plus … mais les personnes ne veulent pas comprendre … alors que c’est pourtant simple. »

« S’il vous plaît … Plus un seul mot … madame … Vanian. »

Ce n’était pas dans ses habitudes d’ordonner une telle chose, surtout pour une raison aussi futile mais … c’était juste ça. Pour une fois, il pouvait se comporter un peu comme un enfant, n’est-ce pas ? C’était … normal, non ?

« Ah … J’ai l’impression de retourner dans le passé. Ce n’est pas déplaisant. »

« Merci beaucoup … mais je vais arrêter de profiter de votre présence et gentillesse. »

« Comme tu le désires. D’ailleurs, Manelena nous avait parlé d’un cadeau de la part de ce couple, non ? Elen et moi serions intéressées pour savoir de quoi il s’agit plus exactement. »

« Euh … Cela pourrait attendre demain ? Je me dis que c’est mieux de le montrer quand Manelena sera là. C’est un cadeau un peu spécial et unique en soi. Je ne voudrais pas le montrer sans qu’elle ne soit présente, j’espère que vous comprendrez. »

« Pas de soucis, va ! Tu n’as pas à t’en faire à ce sujet. »

Elen fit un petit mouvement de la main pour bien signaler que ça pouvait bien attendre quelques heures hein ? Surtout que Manelena semblait bien épuisée. Mais quand même, elle était un peu suspicieuse.

« Tu peux juste nous en dire un peu plus ? Quand même, le culte du secret ! »

« Hmm … Je pourrais bien mais on va dire que ça concerne notre magie. »

Leur magie ? Elle cligna des yeux, sans réellement comprendre de quoi il voulait parler. Mais là, il fallait avouer qu’elle venait de l’intriguer. Elle le regarda plus longuement, un peu songeuse, finissant par reprendre :

« Et à part ça ? Rien de plus à me signaler ? »

« Ah non, je ne peux pas en dire plus. Le mieux est de patienter un peu, n’est-ce pas ? »

« Je ne sais pas … Je crois que je ne devais pas poser la question, maintenant, je veux savoir ! Je vais aller voir Manelena pour la forcer à se réveiller ! »

« Euh, tu es vraiment sûre que ça soit une bonne idée ? »

« Hey … C’est Manelena, elle ne me fera pas de mal … mais je vais aller voir ma fille avant. Ca me servira d’argument pour la calmer. »

« Je ne suis pas sûr que ça soit comme ça que l’on s’occupe d’un enfant, Elen. Mais après, c’est peut-être une bonne idée ? » dit Royan en haussant les épaules.

La jeune femme aux cheveux blonds était partie comme une flèche, laissant la mère de Tery avec le jeune roi de Traslord, celui-ci poussant un léger soupir. Comme si elle était amusée par la situation, la dame d’un certain âge déclara :

« Que jeunesse se fasse. Elle ne pense pas à mal et l’enfant n’a pas l’air de ne pas apprécier cela. Tery aussi était parfois problématique. Elle se calmera bien vite d’ici quelques années surtout si elle obtient le comportement de son père. »

« Hahaha … Je ne devrais pas rigoler mais je me suis imaginé une jeune fille ressemblant à Elen avec des petites couettes blondes mais avec le caractère de Tery. Je crois que même les démons ou les cinq nations ne seront pas préparées à ça. »

« Tu es bien plus mignon quand tu rigoles, Royan. Manelena m’a expliqué que tu étais devenu apathique à cause de cette histoire avec Elise. Tout ce que je peux te dire, c’est que si tu es patient et motivé, elle finira par revenir, qu’importe la méthode. »

« Disons que … retrouver Elen en me disant qu’elle veut toujours récupérer Tery malgré ce qu’il a fait, je n’ai pas le droit de perdre espoir. Elise n’a pas chercher à me tuer ou autre, elle a juste été emportée avec Tery … et au fond de moi, je crois qu’elle a fait ça … pour autre chose que rejoindre les démons. »

« Hum ? Quoi donc ? Quelle serait son but alors ? » demanda la mère de Tery en regardant Royan qui fit un petit sourire triste et désolé.

« Tery a vraiment été affecté par la mort de Clari. Même si nous pensions être très proches de lui, Elen aussi, j’imagine qu’Elise, en vue de son statut de démone comme lui, l’était encore plus. Elle savait à quel point cela le tourmentait et l’avait affaiblit. Je ne sais pas si c’est … réellement ça, peut-être que je lui cherche des excuses mais … Je me dis qu’elle voulait éviter de le laisser seul … car sinon, ça serait fichu pour lui. »

« Que tu cherches des excuses de la sorte à Elise montre à quel point tu tiens à elle. Elle n’a pas chercher à tuer des personnes intentionnellement à la base même si j’imagine qu’avec les récents événements, on ne peut pas dire qu’elle soit innocente. »

« Si nous étions vraiment tous innocents, nous n’en serions pas là. » compléta Royan alors que la dame hochait la tête positivement.

« C’est exact … Mais quand on aime quelqu’un, on l’aime pour ses défauts autant que pour ses qualités … et je suis certaine que c’est ton cas. »

« Sûrement … J’avoue que je ne sais pas. Hmm … Elen a sûrement réveillé Manelena contre son gré. Il faudrait peut-être que nous aillons les retrouver, non ? »

« Hmm … Tu penses que ça pourrait très mal se finir ? »

« Vu qu’il s’agit d’Elen et Manelena … Il vaut mieux prévenir que guérir, n’est-ce pas ? »

Pour autant, les deux personnes ne sont pas vraiment inquiètes. Malgré tout ce qui s’est passé, Manelena n’a jamais levé la main sur Elen et inversement. Même si les deux femmes sont rivales bien que l’une a réussi à emporter Tery, elles ne se haïssent pas. Les deux personnes quittèrent la salle du trône, Royan indiquant aux gardes qu’il n’y avait pas besoin de l’accompagner. Pour autant, il déclara :

« Depuis que vous êtes là, il y a bien plus d’animation, cela fait du bien. »

« Hahaha … Mais attention, même si ma petite fille est très silencieuse, il lui arrive parfois de bien pleurer et tu risques de l’entendre dans tout le château. »

« Je fais confiance à mes nourrices pour régler ce petit souci. Elles sont très efficaces. Elles se sont occupées de trois frères terribles il y a pendant plusieurs années ? »

« Oh … Je sens que cela va être une histoire croustillante à raconter à table au prochain repas ou alors, est-ce que je me trompes ? »

« Croustillante, croustillante, je ne penses pas non plus. Il ne faut pas tant en attendre hein ? Ce n’est pas si spécial ou unique … C’est une histoire commune et … »

« Oh, je crois que l’idée, c’est plus le fait qu’il s’agisse de ta personne et de tes frères que l’histoire en elle-même, voilà tout. » répondit la mère de Tery alors qu’ils se promenaient dans le couloir, Royan servant de guide.

« Non mais je peux savoir pourquoi tu t’invites ici ? Tu manques pas de culot ! »

« Oh fais donc pas la tête … Si tu veux trouver un coupable, c’est de la faute à Royan ! Il m’a dit que mes parents vous avaient offert un cadeau à chacun. »

« Vraiment ? Il ne pouvait pas se taire plutôt ? RAAAAAAH ! Et je suis sûre et certaine que tu ne va pas me lâcher tant que je ne te le montrerais pas, c’est ça ? »

« C’est exact ! C’est fou comme tu me connais si bien depuis le temps. »

« Je dois te supporter nuit et jour depuis plusieurs années maintenant. Tu crois bien que j’ai appris à savoir ce que tu es exactement ! »

« On dirait qu’elles se disputent. J’en étais certain. » soupira Royan bien que c’était un soupir de soulagement. Il toqua doucement à la porte, la voix de Manelena criant :

« Royan ! Je sais que c’est toi ! C’est toi qui lui a parlé de tout ça ! Ca ne pouvait pas attendre demain hein ? Ramènes-toi dans la chambre, je vais te botter l’arrière-train ! »

« Et je vous présente la délicate et tendre reine du royaume de Shunter. » répondit Royan en direction de la mère de Tery, ouvrant la porte pour lui permettre de rentrer.

Manelena était couchée sur le lit, un oreiller sur le crâne, impossible de voir son visage. Elen était assise à côté d’elle, la secouant d’une main d’un air enjoué.

« Qu’est-ce que j’ai fait à Alzar et à Zélisia pour qu’elle me colle ? J’ai pas envie de parler ! »

« Hahaha, Manelena, tu es la seule responsable pour avoir emmenée Elen hein ? Tu ne vas pas me mettre ça sur le dos. Tu as réussi à te reposer un peu ? »

« Grumpf … On va dire juste un peu hein ? Enfin bon … Ah … Tu voulais déjà leur montrer alors, j’ai cru comprendre, Royan ? Tu n’as pas pu t’en empêcher, n’est-ce pas ? »

« Disons que c’était de plus en plus difficile. Et puis, cela faisait si longtemps que je n’avais pas vu Elen et … dame Vanian. »

« Ouais, ouais, ouais … Bon, aller, on va se lever, j’imagine qu’on va pas me laisser le choix. » dit Manelena tout en poussant un soupir, retirant l’oreiller de son visage.

Elle se redressa dans le lit, marmonnant que ce n’était pas une vie et tout ça. Elle quitta le lit, se mettant debout alors qu’Elen faisait de même de son côté. Manelena demanda combien de temps elle avait dormi, Royan expliquant que cela devait faire deux ou trois heures, l’équivalent d’une bonne petite sieste.

« Ouais … Enfin, si on dort ici, avec le froid des alentours, on peut se demander si ce n’est pas un sommeil éternel. J’aimerai éviter le cercueil de glace. Bon, où est-ce que tu veux que l’on montre ça, Royan ? » demanda la jeune femme aux cheveux argentés. Et bien, il n’y avait pas encore réfléchit mais cela n’allait pas être un problème normalement. Pour l’heure, qu’elle se réveille correctement. Ensuite, ça sera la surprise de ce cadeau !

Chapitre 13 : Intervention et rencontre

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 13 : Intervention et rencontre

« C’est vrai que c’est … radicalement différent, il faut avouer. »

Il fallait le reconnaître. Les coups étaient bien plus précis et violents par rapport à auparavant. Pour autant, ce n’était pas une raison pour abandonner. Cela reviendrait à confirmer à son adversaire qu’il était incapable de lui tenir tête.

« Mais pour ça, il va falloir faire beaucoup mieux, messire Haiktos ! »

Simplement, il était obligé d’utiliser sa magie terrestre pour lui permettre de garder la tête faute face à Haiktos. Bon, il pensait qu’il s’agissait juste d’un noble un peu fanfaron mais il fallait reconnaître qu’il était sacrément fort.

« Vous cachiez bien votre jeu, n’est-ce pas ? »

Il disait cela avec une petite touche d’ironie. Depuis qu’il avait proclamé qu’il devenait bien plus sérieux, Haiktos n’avait pas ouvert la bouche, le regardant simplement froidement pendant qu’il frappait avec ses épées longues. Le truc, c’est qu’il frappait en estoc, en diagonale, à la verticale, à l’horizontale. Il effectuait divers enchaînements qui rendaient impossible à savoir comment il allait frapper ensuite.

Pour autant, il arrivait tout simplement à lui tenir tête. Il arrivait à lui comprendre qu’il n’aura pas l’ascendant sur lui. Il n’était pas comme les autres démons ! Peut-être que oui, certains avaient peur de blesser Haiktos, peut-être qu’Haiktos était réellement fort … mais à part les deux derniers membres de la famille royale et Elise, il devait avouer qu’il avait déjç du mal à supporter le reste de la fratrie.

« Hey, je pensais pas que messire Haiktos mettrait autant de temps à combattre ce démon. D’ailleurs, est-il d’ascendant noble ? Qu’est-ce qu’un pouilleux comme lui fait ici d’ailleurs ? Il paraîtrait qu’il est présent depuis déjà plusieurs mois par ici. »

« J’ai cru comprendre qu’il accompagnait la princesse Elise depuis son arrivée. C’est avec lui qu’elle s’est présentée devant l’empereur. »

« Les renifleurs se sont sûrement trompés à son sujet. Dites, vous n’aviez pas quelqu’un qui était proche des renifleurs chez vous ? »

« Bien entendu mais il faut avouer que je n’ai pas posé la question. Peut-être que je devais tout simplement les interroger la prochaine fois ? Enfin bon … Ce combat dure bien plus longtemps que prévu. Peut-être que le prince Haiktos est fatigué de son précédent combat contre la princesse ? Ce qui expliquerait pourquoi il a cherché à en terminer le plus tôt possible face à elle ? Cela me semblerait normal et logique. »

« Chut ! On ne doit pas médire sur la famille royale. »

Voilà que les discours se font plus silencieux mais Tery n’y tient guère compte. A l’heure actuelle, il est bien plus concentré sur son combat et il vaut mieux que ça soit le cas. Haiktos ne lui laissera aucune échappatoire et il le sait parfaitement. Ah … Zut zut et zut ! Ne perdre aucun avantage qu’il pourrait obtenir pendant le combat !

Le combat … Pfiou ! Le combat était sensiblement bien plus compliqué que tout ce qu’il connaissait. Son adversaire était un stratège émérité et la question ne se posait pas sur le fait de savoir s’il était doué ou non au combat. La réponse était positive … et il commençait un peu à fatiguer en un sens.

Est-ce qu’il n’avait pas récupéré de sa grosse fatigue ? Non, c’était juste une excuse pathétique. En plus, il y avait Clari qui le regardait … Il pouvait bien lui faire honneur, n’est-ce pas ? Encore que c’était peut-être un peu exagéré en un sens.

Clari ne se préoccupait pas de savoir s’il allait gagner ou non. D’ailleurs, est-ce que la femme golem se préoccupait vraiment de quelque chose en vue de sa condition ? C’était une question qui avait quand même son importance tandis qu’il tentait de tenir bon face à son adversaire … Compliqué, cela allait être si compliqué en un sens.

Si compliqué en un sens … C’était assez ironique de parler de la sorte, il fallait avouer. Il se cherchait déjà des excuses mais en même temps, il se les refusait. A partir de là, il était un peu difficile de savoir comment réfléchir à tout ça, non ? RAAAAAH ! Il était maintenant bien déconcentré et cela se voyait parfaitement dans sa façon de se battre !

Il subissait de nombreuses blessures et ça allait lui causer bien trop de problèmes ! Il poussa un râle de colère avant de faire un saut en arrière, frappant du pied sur le sol pour créer un léger tremblement de terre, des pieux de pierre sortant du sol pour foncer en direction d’Haiktos. Connaissant à peine ce démon, il se doutait néanmoins que ça ne serait pas suffisant pour réellement le mettre en danger.

D’ailleurs, cela était même pire que prévu : Haiktos avait juste fait quelques mouvements de la main, brisant avec une aisance certaine tous les pieux comme si de rien n’était. Il avait fait cela avec juste une seule de ses épées longues. D’accord, s’il le prenait ainsi, il allait donc avoir une autre surprise … beaucoup plus dangereuse.

Les deux mains de Tery se plantèrent dans le sol, deux mains gigantesques et faites de pierre sortant du sol aux pieds d’Haiktos, venant le coincer entre leurs imposants doigts. Et voilà, comme ça, il était complètement paralysé.

« Il est vrai que vous aviez dit qu’il y avait plusieurs façons de gagner ce combat. Forcer la défaite de l’adversaire, le rendre inconscient, le faire abandonner … moi-même, j’aime bien la dernière. Ca permet de lui faire reconnaître qu’il n’est pas à la hauteur. »

« Tu t’avances un peu trop, Tery. Cela ne sera pas suffisant pour m’arrêter. »

Ah bon ? Pourquoi est-ce qu’il avait le sentiment qu’il était au courant depuis le début ? Car Haiktos, malgré ses dires, ne se donnait pas à fond depuis le début ? Les mains de pierre commencèrent à se fissurer légèrement avant de tomber en morceaux, libérant complètement l’imposant démon qui s’épousseta comme si de rien n’était.

« Bon … Vraiment, il faut que j’arrête de m’amuser. Les gens pourraient croire que je ne suis pas capable de punir les vaniteux. »

« Et comment est-ce que vous comptez faire ça ? Car pour l’heure, je suis encore vaillant. »

A peine as t-il eut le temps de terminer sa phrase qu’Haiktos n’est déjà plus devant lui. Ah non ! Pas cette fois ! Il se concentra, une épaisse carapace de pierre se formant sur sa nuque et le dos du crâne avant que la garde de l’épée d’Haiktos ne frappe contre sa nuque.

« Dommage pour vous, je savais déjà ce que vous comptiez faire. »

« Intéressant … de voir que tu es capable d’analyser chaque précédent combat pour prendre un avantage sur ton adversaire. Mais ça ne sera pas suffisant. »

S’il avait utilisé son épée longue via sa main droite, il lui restait celle de sa main gauche. L’imposant démon fit quelques mouvements de son autre main, cherchant à frapper dans le dos de Tery qui vint coincer la lame entre celles de sa griffe gauche.

« Non non et non ! Il en faudra encore plus pour réussir à me … »

« Je crois que tu n’as pas compris la position dans laquelle tu es, jeune démon. »

Ah bon ? Et pourquoi cela ? Il ne tarda pas à comprendre où voulait en venir Haiktos lorsque celui-ci relâcha son épée longue bloquée par la griffe de Tery … pour venir l’empoigner par le cou. Une seule main avait suffit pour faire le tour de son cou alors qu’il se retrouvait soulevé comme si de rien n’était !

« AH ! Lachez-moi ! Ce n’est pas du combat ! Ce n’est pas … »

« Tu te trompes lourdement. Tous les moyens sont bons pour obtenir la victoire. L’honneur sur le champ de bataille est inutile. Si tu penses que ton adversaire va te laisser tranquille tout simplement parce que tu le lui demandes, tu as tout faux. »

BON SANG ! Cette poigne ! Il avait vraiment affaire à un démon bien plus puissant que tous ne pouvaient le penser ! Comment est-ce qu’il était capable de faire ça ? Comment est-ce qu’il y arrivait ? Il en avait strictement aucune idée mais il ne pouvait pas se laisser … Oh … Il se sentait un peu défaillir.

S’il tombait dans l’inconscience, comment est-ce que tout cela allait se dérouler ? Est-ce que les nobles démons allaient se moquer de lui ? Et Elise ? Est-ce quelqu’un d’autre allait se charger de sa protection ? Non … Il n’y avait … pas … d’autres solutions. Hors de question de sombrer et de s’évanouir ! Hors de question …

« Prenez mon pied dans la tête ! » s’écrit le jeune homme aux cheveux bruns, la pointe de sa chaussure allant donner un uppercut à son adversaire.

« Même dans cette position, tu es décidé à ne pas abandonner ? Tant mieux, cela rend le tout bien plus intéressant … bien que ça sera insuffisant. »

Merde merde merde ! Le coup de pied dans le menton ne semble pas l’avoir arrêté ! C’est quoi cette blague ?! Comment est-ce que ça se fait ? Le jeune homme aux cheveux bruns continue à se débattre, cherchant une nouvelle fois à frapper Haiktos au visage mais maintenant, le démon colossal évite les coups en bougeant la tête à gauche et à droite. Puis soudainement, alors que Tery se sent défaillir, il fut projeté en avant.

« Une intervention extérieure ? Je ne supportes pas du tout cela. »

Le démon a vite récupéré son arme avant de parer l’imposante claymore de pierre avec ses deux épées longues. En face de lui, la femme Golem a visiblement décidé de se mêler du combat, son visage ayant comme perdu son sourire.

« Qu’est-ce qu’une créature qui n’est qu’une simple création tente de faire ? Je vais te briser en morceaux bien que tu sois incapable de comprendre la leçon. »

Du moins, c’est ce qu’il aurait aimé tenté … mais il sent que ses mains tremblent encore sous le choc provoqué par la rencontre de ses armes avec celle de cette femme golem. Il est au courant des légendes au sujet de ces créatures.

« Est-ce que tu as la moindre idée de ce que tu as fait ? »

Mais aucune réponse de la part de la créature. Il s’en doutait … mais il est prêt à lui donner une leçon. Il la voit qui se rapproche de lui … mais elle passe à côté alors qu’il était déjà en train de se préparer à se défendre.

Elle l’ignorait complètement, comme si de rien n’était. Elle était venue auprès de Tery, le souleva avec douceur et tendresse, malgré son corps de pierre, vérifiant son état. La main de pierre, finement dessinée, caressa le cou de Tery qui avait maintenant la marque de la main d’Haiktos à cette hauteur.

« QUEL AFFRONT ! Comment est-ce qu’une création ose se comporter de la sorte ?! »

« Il faut la détruire ! Elle s’est interposée pendant le combat ! »

« CESSEZ CE VACARME ! Ce combat est terminé par la défaite de Tery Vanian. Il n’y a plus besoin que ce combat continue ! Haiktos, mes félicitations. » s’exclama l’empereur Malark, Haiktos le regardant longuement … avant de ranger ses armes.

« Merci beaucoup, père. Il semblerait qu’Elise et ce démon nommé Tery aient encore beaucoup à apprendre. Néanmoins, il faut leur reconnaître quelques atouts dans leur façon de se battre. Je comprends pourquoi ils sont dans l’armée bien que nous n’ayons jamais vu de princesse royale dans celle-ci. »

« Et il y a toujours une première fois, Haiktos. Elise a vécu à la surface durant presque deux décennies, ce qui veut dire qu’elle a été obligé d’apprendre à vivre et à survivre. »

C’était bien beau ce genre de remarque mais qu’importe. Le démon revint auprès des autres membres royaux, sauf Elise qui, bien entendu, était arrivée à hauteur de Tery pour savoir comment ça allait. Le jeune homme cornu aux cheveux bruns émit un petit grognement, un peu rouge de gêne en voyant qu’il était porté comme une princesse par Clari.

Elle … Elle lui avait sauvé la vie, n’est-ce pas ? Car … Il était impossible pour lui d’avoir réussi à quitter la poigne d’Haiktos tout seul. Pourtant, il était certain de ne pas avoir donné d’ordre à Clari. Enfin à cette femme golem. Ce n’était … pas la première fois qu’elle agissait de la sorte. Et maintenant, comment est-ce que tout cela allait se passer ?

Ailleurs, dans un royaume envahit par la neige, celui de Traslord, deux gardes royaux prévenaient le jeune roi Royan que la reine de Shunter était arrivée. Mais visiblement, d’après les gardes, elle n’était pas seule.

« Elle est encore venue avec son armée, n’est-ce pas ? Pour autant, cela n’était pas nécessaire. Une attaque n’est pas encore annoncée et … »

« Et si tu me laissais rentrer plutôt, Royan ? Je ne suis pas venue seule mais tu dois connaître aisément les personnes qui sont présentes avec moi. »

Les personnes qui sont présentes avec elle ? Qu’est-ce qu’elle veut dire par là ? Il comprenait enfin après quelques secondes en voyant la mère de Tery … et Elen ?! Il se leva de son trône, surpris de la revoir après tout ce temps. Une année, peut-être ? Un peu plus ? Mais en se rapprochant des différentes femmes, il s’immobilisa, comme surpris.

« Mais qu’est-ce que … Est-ce que … c’est … »

« Je devrais peut-être te présenter ma fille et celle de Tery, Royan. Elle dort. Il ne fait pas très chaud par chez toi mais elle a l’air de bien supporter cela. »

« Dssolé, comme tu t’en doutes, je ne suis pas très doué pour manipuler le climat … mais … c’est donc elle … Elle a l’air … mignonne, non ? »

« Hey, si tu essaies d’insulter un bébé devant sa mère, tu vas avoir de gros problèmes, Royan. Vraiment de très gros problèmes, je te le déconseilles hein ? »

« Ca ne me viendrait pas à l’idée, bien entendu, loin de là. Mais … et toi ? Visiblement, ça a l’air d’aller beaucoup mieux aussi, n’est-ce pas ? C’est une très bonne nouvelle non ? »

« On va dire que c’est plutôt une bonne chose que j’aille bien, oui. Sinon, ça serait très ennuyeux pour le futur de mon enfant. »

« A ce sujet, comment est-ce que ça va se passer avec … »

« On évite d’en parler en public, Royan. Tu es peut-être le roi de Traslord mais j’ai l’impression que tu manques d’une certaine descence. »

« Que ça soit toi qui me fasse la remarque, Manelena, il faut avouer que ça prête à sourire. Mais juste, est-ce qu’elle est au courant pour Elise et Tery ? »

« Oui, oui, ne t’en fait pas, elles le sont toutes les deux. » répondit Manelena en poussant un léger soupir. Elle comprenait parfaitement qu’il s’inquiétait de la santé des deux femmes en face de lui mais il n’avait pas à s’en faire à ce point hein ? Elles n’étaient pas en sucre, surtout pas Elise et la mère de Tery.

« Tant mieux alors … Et bien, est-ce que vous avez déjà visité le palais, madame Vanian ? »

« Et bien, je suis peut-être issue de la noblesse d’Omnosmos, je n’ai pas eut le privilège de découvrir les différentes demeures royales. »

« Et bien considérez qu’aujourd’hui, ça sera donc le cas ! Je vais vous faire découvrir les lieux ainsi que les chambres où vous pourrez vous reposer. »

Et bien, visiblement, il semblait avoir repris des couleurs. Manelena évita d’évoquer ce point à voix haute mais cela était un petit soulagement de remarquer que Royan allait vraiment mieux lui aussi psychologiquement. Cela voulait dire qu’il avait accepté le fait qu’Elise soit partie … mais qu’en me^me temps, il espérait pouvoir la retrouver.
Ah … Elle ne voulait pas tellement briser ses rêves de ce côté donc elle les accompagna tous en silence. Royan avait envie de faire découvrir le palais, qui était-elle pour l’en empêcher ? Pour autant, la visite se faisait bien plus captivante et plaisante que prévue, la raison étant que Royan était très loquace envers la mère de Tery.

« Il est vrai que tu es devenu le roi de ton royaume après ce qui s’est passé à Omnosmos, donc ? C’est bien cela ou je me trompes ? »

« Vous ne vous trompez pas, madame Vanian. J’ai accepté ce titre, au plus grand plaisir des nobles des trois sous-royaumes qui composent Traslord. »

« J’imagine que le peuple devait être heureux de voir que le prince-héritier avait décidé d’accepter son rôle. Un peu comme pour Manelena après la mort de son père. »

« Disons que dans mon cas précis, j’ai accepté tout de suite ce rôle … et que pour y arriver, j’ai rejoint la rébellion et … c’est déjà un peu derrière nous, maintenant. »

C’était exact. Par contre, Elen ne disait pas un seul mot, observant juste le décor en silence. Elle berçait sa fille dans ses bras, comme si de rien n’était, regardant tout simplement autour d’elle jusqu’à ce que Royan lui adresse la parole.

« Sinon, est-ce que tu vas bien, Elen ? Le voyage ne te fatigue pas trop ? »

« Les premiers jours ont été assez difficiles mais maintenant, ça va, je reprends un peu du poil de la bête et il me faudra bien ça pour les futurs évènements. »

« Futurs événements ? Comme quoi donc ? » demanda le jeune homme aux cheveux bleus comme l’océan, Elen lui souriant avant de répondre :

« Et bien, qu’est-ce que tu crois exactement hein ? Je ne comptes pas m’arrêter là. Maintenant que je suis capable de marcher, je vais m’entraîner à nouveau et la prochaine fois que l’on verra Tery, je vais le tirer par l’oreille et le ramener ici. »

« Je vois que tu as la motivation qu’il faut pour cela … mais n’en fait pas trop, hein ? »

« Tu me dis ça alors que tu penses sûrement la même chose concernant une certaine demoiselle aux cheveux auburn, non ? »

« Ahem, ce n’est pas si connu que ça à mon sujet et par rapport à elle. Si tu peux éviter de le crier sur tous les toits, Elen, ça serait mieux et … »

« Il ne faut donc pas évoquer l’accident pendant le combat, c’est ça ? »

« Manelena ! N’en rajoute pas non plus, s’il te plaît ! » s’écria le jeune roi en s’adressant à l’imposante femme aux cheveux argentés.

« Ah … Je me demande ce qu’une vieille femme comme moi fait réellement parmi vous. Vous avez l’air d’avoir beaucoup à vous dire, n’est-ce pas ? Avez-vous des nouvelles de ce couple qui était souvent avec vous ? »

« Sérest et Séran ? Pas le moins du monde. Mais nous en parlerons plus en détails plus tard, n’est-ce pas ? Je crois que nous avons des choses à dire à ce sujet.

« Comme tu le veux. Manelena m’a dit qu’il y a avait quelque chose à savoir à leur sujet qui vous concernait mais je ne sais pas de quoi. » répondit Elen dans un petit sourire, visiblement guère embêtée des petites cachotteries actuelles de Manelena et Royan.

« Tu n’as pas à t’inquiéter à ce sujet. C’est un cadeau de leur part mais … tu restes toi. A partir de là, tu resteras toujours aussi unique … et le caractère qui va avec. »

« Hey ! Qu’est-ce que ça veut dire, là ? J’ai l’impression que je me fais insulter sans même savoir pourquoi … si je me fais insulter. »

« Oh, ce n’était pas une insulte mais une remarque tout ce qu’il y a de plus anodine. J’espère que vous n’avez pas prévu de passer à l’auberge pour manger. Vous êtes mes invitées et la question ne se pose même pas à ce sujet. »

« Euh … Simplement, par rapport à … ma fille, est-ce que … »

« Ne t’en fait pas le moins du monde. Même si cela fait des années maintenant, nous avons encore nos nourrices royales. Elles sont là depuis des décennies et je suis sûr et certain qu’elles sont ravies de pouvoir s’occuper à nouveau d’un enfant. »

S’il le disait, elle ne pouvait alors qu’accepter sa proposition. La jeune femme aux cheveux blonds suivit deux femmes qui devaient avoir le même âge que la mère de Tery. En voyant le bambin dans les bras d’Elen, elles avaient un sourire aux lèvres jusqu’au cou.

« Comme quoi, je leur dirais de patienter une ou deux années. » chuchota Manelena alors que Royan la regardait, clignant des yeux pendant quelques secondes.

« Comment cela, Manelena ? Y a t-il quelque chose dont je ne suis pas au courant ? Et qu’Elen ne devrait pas savoir ? »

« Hey, espèce d’idiot ! » s’écria t-elle, rougissant plus qu’il ne le fallait avant de lui donner une petite tape dans le dos. « Je parlais de la progéniture royale de Traslord. D’ici moins d’un an, Elise sera de retour et j’imagine bien que tu as passé le stade de conter fleurette. »

« AH ! Mais mais mais … HEY ! » dit-il en bafouillant, comme pris en défaut et gêné par les propos de Manelena ! Mais mais mais … HEY ! Elle exagérait ! Comment osait-elle proférer de telles paroles en plein couloir ? Sa seule vengeance était le fait qu’elle était au moins autant gênée que lui lorsqu’il s’était trompé de cible. Elle y pensait aussi, même sans l’avouer.

Chapitre 12 : Un combat inégal

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 12 : Un combat inégal

« Et bien, Tery ? Je crois que tu me dois quelques explications, non ? »

« Oh ? Et pourquoi cela ? Qu’est-ce qui te fait dire que je t’en dois, Elise ? Et pourquoi tu as les bras croisés ? On dirait que tu veux me faire la morale sauf que je ne vois pas en quoi. »

« Où est-ce que tu étais ? Nous te cherchions depuis plusieurs heures ! »

« Hein ? Et pourquoi ça ? J’étais avec mademoiselle Héraisty. Tu dois te rappeler d’elle, j’imagine. Il s’agit de la démone à lunettes renifleuse. Je l’ai rencontrée par hasard en me promenant dans la ville. J’ai discuté avec elle et mangé un morceau. »

« Ouais … Je vois … Je vois … Sauf que le simple repas t’a visiblement pris pas mal de temps, non ? Puisque tu es parti pendant plusieurs heures, n’est-ce pas ? »

« Mais … Pfiou … Qu’est-ce qu’il y a de si dramatique à cela ? Je suis quand même libre de rencontrer qui je veux, non ? Pourquoi est-ce que je dois subir la morale en ce moment alors que je n’ai rien fait de mal de mon côté, je peux savoir ? »

« Ah … Je te dirais juste de laisser tomber. Pourquoi est-ce que je me fatigues avec ça hein ? C’est pas comme si c’était vraiment important … en te connaissant, non ? » dit-elle dans un nouveau soupir. HEY ! Qu’elle arrête ça ! Ca donnait vraiment l’impression qu’il avait fait une erreur. Il fit un mouvement négatif de la main, s’exclamant :

« Et non, il n’y a rien entre elle et moi. C’est juste une connaissance que j’apprécie grandement mais ça s’arrête là. Ne t’imagine pas le pire. »

« Clari, est-ce que c’est vrai ce mensonge ? » demanda la jeune femme aux cheveux auburn, la femme golem restant complètement de marbre, comme si tout cela ne l’affectait pas le moins du monde. « Je m’attendais pas à une réponse vocale mais au moins un geste. De toute façon, qu’elle ressemble à Clari ne fait pas d’elle Clari. »

« Si tu peux éviter de dire ça à voix haute … Ca reste Clari à mes yeux. Si c’était juste pour me crier dessus, Elise, je crois que je vais plutôt retourner dans ma chambre. »

« Non ! Tu dois venir avec moi, absolument ! J’ai une chose importante à faire ! Enfin, nous avons ! Tu as été appelé d’ailleurs ! Et c’est vraiment important ! »

« Important, important, sauf que je ne sais pas de quoi tu parles. Qu’est-ce que tu es en train de me raconter là, je peux savoir ? » dit-il en clignant des yeux, un peu surpris en vue de l’excitation … et un peu de peur de la part d’Elise.

« Haiktos a demandé à te voir … et moi aussi. Et de ce que j’ai cru comprendre, ce n’est pas vraiment bon signe. Il nous attends sur le terrain d’entraînement du château. »

« D’accord, maintenant que tu viens de dire l’endroit où nous nous rendons, il est clair que ce n’est pas pour discuter calmement autour d’une table. Et merde. »

« Voilà, tu as parfaitement compris ce que ça veut dire ! Mon père sera là aussi ! »

Bon, au moins, sur ce point, c’est rassurant. Ca veut dire que la famille folle dingue va éviter de tenter de les tuer. Un mauvais mouvement et l’empereur peut très vite s’emporter. Oui, il se rappelle parfaitement ce qui s’est passé hein ? Il n’est pas aveugle et il n’a pas du tout oublié cette scène à l’époque.

« Ce n’est pas pour autant que je vais apprécier ce qui va se passer. »

« Tu crois vraiment qu’Haiktos va proposer cela devant mon père ? Il sait pourtant que ce n’est pas le moment de faire cela devant lui. »

« J’ai le sentiment que c’est vraiment la dernière chose dont il se préoccupe … oh que oui. » dit le jeune homme aux cheveux bruns en poussant un léger soupir de mécontentement.

Ca ne lui convient pas. Ca ne lui convient pas le moins du monde. Il n’appréciait pas du tout … ce qui est en train de se passer. Ils finissaient par arriver jusqu’à la zone d’entraînement royale. De nombreux gardes étaient présents mais c’était bien la moindre des choses en ce moment. Ce n’était pas eux qui posaient problème … mais ce type qui l’attendait … en même temps que les autres membres de la famille royale.

« Tu es plutôt impertinent pour me faire attendre, Tery … Vanian. »

« Excusez moi, messire Haiktos. Il semblerait que je n’ai pas été prévenu au sujet d’une réunion avec la famille royale … du moins, pas que cela. Qu’est-ce que je peux faire pour vous ? Vous pouvez me le dire, je ferais alors de mon mieux. »

« Nous allons d’abord nous combattre, ma sœur cadette et moi … ensuite, j’aimerais la même de ton côté contre ma personne. »

Il évita de soupirer mais c’était bien ce dont il se doutait. Haiktos n’allait pas du tout essayer de les tuer, c’était tout simplement une mesure de prévention … pour leur faire comprendre qui était le chef dans tout ça, n’est-ce pas ?

« Comme vous le voulez alors. Elise commencera en première donc. »

Il vit un petit tic nerveux se dessiner sur les lèvres d’Haiktos. Visiblement, il n’appréciait pas du tout qu’il appelle Elise de cette façon et pourtant … il ne comptait pas s’arrêter le moins du monde. Pourquoi est-ce qu’il le ferait ? Il recula, retournant auprès d’Elise qui était déjà en train de s’équiper comme il fallait.

« Tu penses avoir tes chances, Elise ? » demanda Tery alors qu’elle lui faisait un léger sourire, comme si elle voulait le rassurer.

« Entre nous ? Pas la moindre. Néanmoins, je n’aime pas abandonner sans combattre et je jures de lui montrer ce dont je suis réellement capable. »

« D’accord, d’accord … Je pourrais juste te dire de ne pas trop en faire ? Ou alors, c’est peut-être déjà trop tard pour ça ? »

« Beaucoup trop tard, Ryusuke. Bien trop tard … Je vais me donner à fond. »

Pourquoi est-ce qu’il ne la sentait clairement pas motivée ? D’ailleurs, elle allait y arriver ou pas ? Enfin, il ne la voyait pas gagner. Il suffisait de regarder l’adversaire qu’elle avait pour comprendre que non, ça ne sera pas une chose facile. Comment est-ce qu’il fallait à peine espérer affronter un tel adversaire ?

« La règle la plus importante et principale : Aucune mort ne sera tolérée. Les blessures peuvent être importantes mais aucune amputation possible. Outre cela, utilisez toutes vos capacités physiques et magiques. »

Et c’était le roi lui-même qui présidait tout ça. Autant dire que non, ce n’était pas rassurant le moins du monde. Il s’en doutait un peu … mais il fallait juste reconnaître quand c’était vraiment très mauvais. Pfiou … Se rassurer et souhaiter bonne chance à Elise.

« ELISE ! Joues sur la défense pour le moment ! C’est tout ce qui compte ! »

« T’en fait pas, c’était prévu pour pouvoir étudier sa façon de se battre ! »

Tant mieux alors si la demoiselle a la même idée que lui. Par contre, Haiktos a sorti quoi ? Deux épées longues ? C’est une étrange façon de se battre. Après, s’il était ambidextre, ce n’était pas impossible mais les deux épées longues étaient généralement … compliquées à utiliser, non ? Du moins, de ce qu’il savait des combats.

« Et n’hésites pas à utiliser ton bouclier ! On s’en fiche si c’est ridicule ou pas ! Le plus important est que tu tiennes le plus longtemps avant de pouvoir riposter ! »

« Je le sais bien, Tery ! Ne t’en fait pas ! Je vais gérer ça comme à mon habitude ! Ce n’est pas lui qui va m’empêcher de continuer ! »

Mais continuer quoi à la base ? Est-ce qu’elle avait quelque chose de prévu ? Il regarda le combat avec attention. S’il pouvait apprendre comment Haiktos se bat avant d’avoir à l’affronter, il n’allait pas s’en priver !

Alors, il arrivait à parer avec une épée pour contre-attaquer avec l’autre sauf qu’Elise faisait de même avec sa rondache et son épée. C’était épée contre épée, cela pouvait être intéressant mais Elise reculait plusieurs fois, étant obligée de faire des pas sur le côté pour rester sur le terrain et ne pas être disqualifiée.

« C’est tout ce que tu as à donner ? Je pensais bien plus de ta part. Il semblerait que vous ayez été à la surface pour confronter les armées de celle-ci, non ? »

« C’est exact … mais on parle de nombre, pas de puissance, à la surface. Ils étaient bien plus nombreux … même si ce n’est pas une excuse ! Et ne t’en fait pas, tu vas en avoir pour ton argent ! Je vais te montrer ce dont je suis réellement capable ! »

HEY HEY HEY ! Elle était quand même pas en train de … SI ! Elle était tout simplement en train de se faire flamber ! Elle était folle ! Elle ne devait pas utiliser sa magie tout de suite ! Cela serait simplement une preuve comme quoi elle était bien plus faible que lui. Tery émit une grimace alors que des flammes entouraient maintenant le corps d’Elise, celle-ci ayant ses cornes sur le crâne dès l’instant où elle avait décidé d’employer sa magie.

Et le combat en lui-même ? Malgré la présence des flammes, Haiktos ne reculait pas. Il ne semblait même pas impressionné par ces dernières. Tout cela ne le dérangeait guère pendant qu’il reprenait la parole :

« C’était donc vrai … que tes flammes ressemblent à celles de cet oiseau légendaire dont parlent quelques uns de nos livres. »

« C’est la magie du phénix ! Ses flammes sont éternelles et tu ne peux pas lutter contre elles ! Tu ferais mieux d’abandonner, Haiktos ! »

« Abandonner ? Est-ce une mauvaise blague de ma petite sœur ? »

Il s’exprimait tout en repoussant violemment Elise, comme si de rien n’était. Un seul mouvement avait suffit pour mettre la jeune femme aux cheveux auburn à terre.

« Vois-tu, est-ce que tout ce que tu es au final ? »

Une remarque mauvaise de la part d’Haiktos mais cela suffisait complètement à mettre en colère Elise. Et celle-ci perdait maintenant le contrôle de son corps, commençant à frapper et créer comme des fouets de flamme en frappant dans le vide avec son épée.

« La colère peut emmener aisément à la défaite. Je suis vraiment déçu de voir que tu n’es pas plus différente des autres soldats. »

« Ne soit pas aussi prétentieux ! Ce combat n’est pas terminé tant que l’un n’est pas au sol et reconnaît sa défaite ! Et ça, tu peux rêver pour que ça soit moi ! »

« Hum ? Pourquoi penses-tu forcément qu’il s’agit de te faire reconnaître ta défaite ? Il y a d’autres moyens de terminer un combat. »

Un souffle de vent balaya la zone, aveuglant à moitié Elise … alors que Tery pouvait le voir à distance. Haiktos était passé dans le dos d’Elise, lui donnant simplement un coup dans la nuque avec la garde de son arme.

« Il suffit aussi de faire s’évanouir son adversaire … sans avoir besoin de le tuer. »

Un unique coup avait suffit. Précis, puissant sans trop l’être, capable de mettre un terme à la conscience d’Elise. Tery observa tout cela, bouche bée alors que des applaudissements se font entendre autour d’eux. Bien entendu, les nobles exultent mais Tery est déjà à la hauteur d’Elise, prêt à la relever mais Haiktos se place entre elle et lui.

« Que comptes-tu faire exactement ? Ce n’est pas à ta personne de prendre en charge son inconscience. Elle va être transportée dans sa chambre et … »

« Je suis la seule personne digne de confiance par rapport à elle à l’heure actuelle. »

Des murmures désapprobateurs. Il a coupé la parole à l’aîné de la famille royale mais cela ne semblait pas l’arrêter le moins du monde. Il passa à côté d’Haiktos comme si de rien n’était, soulevant Elise pour l’installer doucement sur un banc libre.

« Reposes-toi donc … C’est à moi de prendre la relève maintenant. »

Il venait de dire cela avec douceur à la jeune femme évanouie, passant une main dans ses cheveux avant de soupirer. Haiktos … Il était vraiment très puissant n’est-ce pas ? Ca n’avait rien à voir avec les autres démons qu’il connaissait auparavant.

Et même à la surface, il n’était pas certain que manelena soit capable de tenir la cadence face à Haiktos. Et pourtant, c’était à lui de lui tenir tête. NON ! D’obtenir la victoire face à ce qui semblait être l’un des plus puissants démons qui existent.

« C’est à mon tour de vous combattre. Est-ce que vous voulez une paus de quelques minutes, messire Haiktos ou non ? »

Oui, il lui donnait du messire. Sans aucune ironie ou autre. Mais en même temps, il avait laissé paraître ses lignes d’Alzar. Non, ses lignes démoniaques. Sur ses mains, ses griffes étaient déjà positionnées tandis que de la pierre se formait autour d’elles.

« Je n’ai pas besoin de cela, loin de là. Cela ne sera pas nécessaire. »

« Vous en êtes certain ? Car vous l’avez vous-même dit, on peut se donner à fond … Et je ne compte pas retenir mes coups. »

« Humpf … Soit. Cinq minutes seront largement suffisants dans une telle situation, sois-en certain. Tu ne devrais pas estimer que plus seront nécessaires. »

C’était de la vantardise à peine voilée de la part de l’aîné de la fmaille royale. Pour autant, le jeune homme aux cheveux bruns n’y prête guère attention. Il a juste un petit regard à l’attention d’Elise, un peu soucieux de son état.

« Nous attendrons cinq minutes alors, il n’y a pas besoin de plus. »

Puisque son adversaire en avait décidé ainsi, pourquoi se compliquer la vie, n’est-ce pas ? Cinq minutes pouvaient paraître une éternité mais qu’importe. A ce moment précis, il fixait juste Clari, du moins le golem la représentant et Elise. Il allait tout simplement gagner contre ce type. Cela lui permettrait de laisser un message fort, très fort à tous et à toutes.

« Cinq minutes se sont écoulées. Nous allons commencer alors. »

Haiktos avait la remarque tandis que Tery hochait simplement la tête positivement. Le jeune homme aux cheveux bruns se plaça sur le terrain, faisant face à son adversaire. Oui … D’accord, il fallait reconnaître qu’Haiktos était impressionnant mais c’était tout. Oh, la portée de ses armes était plus grande que les siennes mais ce n’était pas ça qui permettait de faire un combat ou non.

« Dois-je rappeler les règles ou cela est suffisant ? Aucune interdiction sur la magie ou restriction sur la puissance. Simplement, on ne tue pas son adversaire ou on ne l’ampute pas. Tout ce qui est séquelle grave et définitive sera considérée comme une victoire pour l’autre.

« Pas de soucis, le message est très bien passé la première fois. Commençons. »

Il n’allait pas lui laisser la possibilité de profiter de tout ça contrairement à Elise. Dès que le combat fut lancé, il était déjà au niveau d’Haiktos, commençant à donner quelques rapides coups avec ses griffes.

« Est-ce tout ce dont tu es capable réellement ? C’est … décevant si les démons doivent être guidés par un être tel que toi. »

« La force n’est pas forcément l’avantage le plus utile dans une telle situation. Vous comprendrez aisément où je veux en venir plus tard. »

Oui, puisque son adversaire se décidait à le tacler, il n’avait aucune raison de mettre des gants pour lui non plus hein ? Le jeune homme aux cheveux bruns recommença quelques mouvements, remarquant que son adversaire ne faisait que parer sans réellement chercher à l’attaquer. Oh … En plus, il était assez vaniteux en soi.

« Vous-même, vous feriez bien de faire très attention. »

Et pour cause, ses flancs étaient à découvert ! Tery en profita pour donner un coup vif à cette hauteur, visant le flanc gauche … où se retrouva l’épée longue d’Haiktos, celui-ci hochant négativement la tête tout en murmurant :

« Il suffit de laisser croire à son adversaire que nous ne sommes pas protégé en un certain endroit pour qu’il se jette aussi … »

Il n’arriva pas à terminer sa phrase. Tery avait juste crée un petit monticule de pierre à ses pieds pour y prendre appui … et lui donner un bon coup de pied dans la mâchoire qui fit tituber Haiktos en arrière.

« Et voilà une petite surprise de ma part. La prochaine fois, moins de blabla, plus de combats, n’est-ce pas ? Qu’est-ce que vous en dites ? »

« Il semblerait que je doives te donner une petite leçon pour te faire comprendre qui est réellement l’être supérieur. »

« Oh … Tout de suite, vous devenez bien moins sympathique. A croire que quelque chose ou quelqu’un a réussi à vous vexer, n’est-ce pas ? »

Oui, il allait continuer la provocation puisqu’Haiktos avait joué sur ça. Par contre, il remarquait aussitôt que ce dernier tenait bien plus fermement ses armes en main. Et le mouvement commença de son côté. C’était … différent. Totalement différent du combat contre Elise, il le comprenait aisément.

Il n’était pas stupide au point de ne pas remarquer que son adversaire amorçait des mouvements totalement inconnus par rapport au combat contre Elise. C’était logique et normal que de garder quelques atouts dans ses manches.

C’était maintenant à son tour de reculer et de chercher à parer chaque frappe. Il avait l’impression de se prendre des rochers à chaque coup et il n’était pas certain que ses épaules soient capables de tenir très longtemps à cette allure mais bon, elles allaient faire un effort !

« Et bien, je pensais que frapper autant risquait de fatiguer plus vite la personne. »

« Mon endurance est sans pareil avec le commun des démons. Ne crois pas avoir affaire à un adversaire comme tu en as déjà eut dans le passé. »

« Vu que j’ai déjà affronté les créatures légendaires comme un aigle à deux têtes, un phénix, un léviathan et même une taupe géante, vous pensez bien que ce n’est pas un simple démon qui risque réellement de me surprendre, hein ? »

Pour autant, fallait reconnaître que chaque coupé donné par son adversaire avait de quoi lui faire ressentir quelques picotements dans les bras. Il avait la sensation que ses armes allaient lâcher s’il continuait à ne rien faire à part parer.

Heureusement, il profita d’une nouvelle ouverture … pour donner simplement un coup de tête dans le ventre de son adversaire et le bousculer un peu en arrière. Et voilà ! C’était comme ça que l’on faisait chez lui ! C’était simple … et efficace ! Haiktos en eut le souffle coupé, toussant légèrement tandis que Tery avait un léger sourire aux lèvres.

« Tout est une question de stratégie, vous ne pensez pas ? Si un adversaire est plus fort que soi, il ne faut pas hésiter à profiter de la moindre possibilité de la retourner contre lui. »

« D’accord … C’est ce que je pensais. Un simple démon n’aurait pas survécu jusqu’à cette strate avec simplement de la chance. La surface n’est peut-être pas un lieu aussi pathétique que prévu. Soit … Nous allons devoir nous y mettre plus sérieusement. »

Bien entendu, bien entendu. Pour une fois, il ne pouvait pas prétendre le contraire. Il savait parfaitement que son adversaire n’avait pas pris ce combat au sérieux depuis le début. C’était donc ça qui allait débuter, n’est-ce pas ?

« Ter … Tery … » murmura Elise, finissant par rouvrir les yeux en se passant une main sur la nuque. Elle se trouvait où exactement ? Elle n’en avait aucune stricte idée à l’heure actuelle … et c’était … vraiment perturbant à ses yeux.

Ah si … Elle était allongée sur un banc … et elle avait perdu lamentablement face à son frère aîné. C’était … ridicule. Elle était ridicule … Elle était pathétique et elle n’avait rien put faire pour changer cela. Qu’est-ce que Tery … allait penser d’elle ?

Elle entendait des clameurs de la foule autour d’elle. Hein ? Il y avait encore un combat, c’est bien ça ? C’était …. ridicule. Elle était tout simplement ridicule plutôt. Elle n’avait aucune idée de comment elle avait réussi à perdre et …

« Tery ? TERY ! Qu’est-ce que tu … »

Oh. Elle était visiblement réveillée. L’évanouissement avait été très bref en un sens, non ? Après, c’est ce qu’il savait depuis le départ. Elise avait juste été prise par surprise. La prochaine fois qu’elle devait affronter Haiktos, s’il y en avait une, elle sera prête. Mais pour l’heure, c’était à lui de se concentrer sur ce dernier.

« Montrez-moi donc tout ce que vous savez faire, je n’attends que ça au final. »

Chapitre 11 : Motus et bouche cousue

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 11 : Motus et bouche cousue

« Ce sont vraiment des enfants adorables, Elise, n’est-ce pas ? »

« Comme tu le dis, Tery. Je ne m’attendais pas à … ça mais il faut avouer que j’avais envie de les enlacer. Par contre, je te préviens, ne touches pas à Wandy sinon… »

« Euh, j’ai quand même une certaine décence et ça me fait un peu mal que tu penses ça de moi, Elise, tu sais ? Je ne suis pas … un type comme ça. »

« C’est plus par mesure de précaution qu’autre chose. On ne sait jamais trop ce sur quoi on pourrait tomber mais après, comme tu le dis, tu es Tery. Je devrais pourtant le savoir qu’avec les filles, c’est pas vraiment ça, de tout façon ! »

« Tu viens de m’enfoncer encore plus, Elise. Ce n’est pas très sympathique de ta part, tu sais ? Je vais finir par croire que tu m’en veux pour quelque chose. Tu as quelque chose à me reprocher ? Que je saches ou non. »

Il disait cela avec une apparente neutralité mais il n’était pas vraiment convaincu ou sûr qu’elle le comprenne de la sorte. A la voir sourire, elle semblait plutôt ravie du résultat qu’elle avait produit, reprenant la parole sur un ton enjoué :

«  Est-ce que tu m’en veux un peu ou non, Tery ? Que je saches si je dois me faire pardonner ou non … ça sera plus simple ! »

« Tu sais parfaitement que malgré tes dires, je ne t’en voudrais pas donc bon … »

« Oh … Et bien, puisque tu le proposes si gentiment, je peux juste te signaler que je plaisantais. En vue de ta relation avec Elen, il me semble normal de croire que tu t’y connais quand même un peu mais … Wandy est juste une enfant. »

« Je le sais bien et je comptais rien lui faire … J’ai quand même une certaine décence. J’ai l’impression de me répéter, tu sais ? »

« Je peux te confirmer que tu te répètes. » répondit-elle avec un regard rieur, signe qu’elle s’amusait grandement de la situation actuelle.

Mais en même temps, il était très facile de remarquer que Wandy craquait pour lui. En un sens, c’était drôlement flatteur mais d’un autre côté … C’était dérangeant, non ? Encore que qu’elle semblait déjà adolescente. D’ici quelques années, elle allait sûrement devenir une demoiselle vraiment ravissante, à ne pas ignorer.

« Hmmm ? Tu es en train de penser à des bêtises ou je rêves ? Fais attention à ce que tu vas dire, Tery. Ca pourrait très mal se finir. »

« Et comment est-ce que tu compterais m’arrêter exactement, Elise ? Non, je ne pensais à rien de stupide. Simplement, Wandy s’accordera avec un démon de son âge plus tard. Mais si les nobles sont aussi stupides que ceux de la surface, cela va être galère. »

« A toi quand même de lui montrer qu’il existe des démons qui ont un certain charisme. »

Il avait toujours du mal à savoir si elle était en train de le compliment ou de l’insulter … ou de faire les deux en même temps sans qu’il s’en rende compte. Tout ce qu’il savait, c’est qu’elle avait toujours ce petit sourire arrogant qui lui allait si bien pourtant.

Enfin, ce n’était pas le moment de la complimenter. Elle risquerait d’avoir la grosse tête en la connaissant. Il remarqua que Clari était toujours là, immobile … mais presque souriante ? Ouais, non, c’était sûrement une nouvelle illusion. Les golems ne pouvaient pas avoir d’émotions. Enfin, les golems ne pouvaient pas parler, normalement, non plus … et pourtant, s’il ne se trompait pas, il … enfin …

« Je crois que je vais aller me promener un peu en ville, Elise ! »

« Ah ! Je ne peux pas t’accompaner, Tery. J’ai quelques … obligations royales à faire maintenant. Il semblerait que je dois rester dans les environs. Tu es sûr que ça va aller si je te laisses seul ? Tu ne vas pas commettre de bêtises ? »

« Est-ce à moi que tu dis ça ? J’espère que c’est une blague hein ? »

« Pas le moins du monde. Je suis plus que sérieuse. Je préfère prendre mes précautions, tu t’en doutes, n’est-ce pas ? Bref, ça va aller ?, »

« J’ai Clari. A partir de là, je crois bien que je ne devrais pas avoir de soucis. »

Argument valide ! Elle hocha la tête, lui signalant donc qu’elle n’allait pas le retenir plus longtemps que ça pour qu’il puisse profiter de sa balade dans la capitale sans … elle. Elle fait un petit mouvement de la main pour signaler que c’est bon et elle quitta la chambre sans poser plus de questions.

« J’ai l’impression qu’elle m’en veut un petit peu, n’est-ce pas, Clari ? »

Aucune réponse de la part de la femme-golem. En un sens, qu’est-ce qu’il s’attendait de toute façon, hein ? Ce n’était pas comme si tout cela était réellement important, non ? Elle n’allait pas lui en vouloir à ce point quand même !

« C’est compliqué les femmes mais tu m’as toujours dit de faire attention à ces dernières. Bon, tu es prête ? On va y aller, toi et moi ! Je ne sais pas ce qui nous attends réellement ! »

Il disait cela tout en quittant la chambre à son tour. Accompagné par Clari, il trouva vite la sortie du palais royal, observant les gardes à l’entrée. Il fit un petit salut militaire, ayant finit par les connaître à force de passer du temps.

« Bon ben … Pour aujourd’hui, si on allait juste se promener ? Sans réellement nous diriger ? Je ne sais pas où je vais rendre. »

Oui, il tentait quand même de faire une conversation avec Clari. C’était parfaitement inutile mais il s’en fichait complètement. Bon ! Avec tout ça, où est-ce qu’il devait se rendre réellement ? Il n’en avait strictement aucune idée ! Néanmoins, le jeune homme aux cheveux bruns avait espoir de rencontrer quelqu’un qu’il connaissait. C’était aussi basique ça mais depuis qu’il était dans le château, il ne l’avait pas revu.

Il n’y avait aucune chance de la retrouver. De toute façon, si cela avait été le cas, il l’aurait déjà remarquée depuis le temps. Pour autant, voilà qu’il cherche une bonne fois pour toutes l’endroit où elle pourrait se trouver.

« Pardonnez-moi, est-ce que vous pourriez m’indiquer la guilde des renifleurs ? »

« Hmm ? Vous savez pas où elle est ? Pourtant, avec une enseigne comme ça, c’est plutôt difficile à l’ignorer. »

Avec une telle enseigne ? Comment cela ? Le jeune homme aux cheveux bruns cligna des yeux, cherchant des explications mais le soldat lui indiqua juste la route à suivre. Ah … Oui, il comprenait pourquoi il venait de dire ça.

Sincèrement ? Mettre un nez géant comme emblème ? Mais surtout, pas gravé dans un cercle hein ? Comme une médaille ! Non non … C’était vraiment un nez sous toutes les coutures. Il poussa un léger soupir, murmurant :

« Vraiment ? Je sais bien qu’à Midès, c’était pas la joie pour certaines enseignes mais ici … J’ai l’impression qu’ils exagèrent un peu. »

Après tout, ce n’était pas pour eux exactement qu’il était là … mais plus pour une seule démone. D’ailleurs, il avait vraiment de la chance … ou c’était bien elle qui venait de sortir du bâtiment. Et surtout qui venait de le percuter sans s’en rendre compte ?

« Oh … Pardonnez-moi, je ne regardais pas où je mettais les pieds ! »

« Ce n’est pas de votre faute, mademoiselle … Héraisty, n’est-ce pas ? »

« Comment est-ce que vous connaissez mon nom ? Je ne crois … OH ! Mais mais mais … »

Elle paraissait surprise de voir la personne en face d’elle. Elle regarda Tery avec un grand sourire, un peu gênée, avant de reprendre :

« Vous êtes le démon … appelé Tery, je crois. J’ai entendu un peu parler de vous et … vous étiez avec la princesse Elise, n’est-ce pas ? »

« C’est exact ! Content de voir que vous vous rappeliez de moi. Oui, vraiment très content même … Vous partiez en mission ? »

« Plutôt pour ma pause et j’en ait vraiment besoin. Cela devient infernal ces derniers jours. J’ai l’impression que Jyanos ne me laisse pas souffler ! »

« Ah … Je ne comprends pas trop cela mais je pense que vous allez m’expliquer tout ça … si vous me permettez de vous accompagner, bien entendu. »

« Vous étiez d’une compagnie plutôt agréable d’après mes souvenirs donc … pourquoi est-ce que je refuserais une telle proposition ? »

« Alors, nous sommes d’accord ! Et comme ça, on prend chacun des nouvelles de l’autre. »

« Ca me semble être une proposition plus qu’intéressante. Je la valides alors ! »

Et bien, qu’est-ce qu’ils attendaient alors tous les deux ? Le jeune homme aux cheveux bruns garda son sourire, remarquant néanmoins la surprise chez Héraisty. Elle regardait quoi ? Son visage ? Il avait une tâche ?

« Vous n’avez … pas de cornes, Tery ? Pourtant, d’après mes souvenirs, depuis que vous êtes ici et que je vous connais, vous en aviez tout le temps. »

« Oh … Euh, vous n’étiez pas au courant que je suis un demi-démon ? Enfin, j’ai une mère qui vient du royaume de Shunter à la surface. »

« Non, je n’étais pas du tout au courant. Enfin … Nous en avions sûrement parler à l’époque mais cela ne m’avait pas marqué. Vous pouvez donc faire disparaître et apparaître vos cornes comme si de rien n’était ? C’est … assez impressionnant, non ? »

« Ca a son petit effet, il faut avouer. Mais généralement, elles restent présentes si je commences à m’énerver face à celui ou celle qui me provoque. »

« Oh … Donc, ça serait le résultat d’une colère latente ? C’est étrange comme concept mais pourquoi pas ? En un sens, ça colle bien à l’idée que l’on se fait de notre race et notre histoire. Nous sommes en colère permanente contre les dieux Alzar et Zélisia et contre les gens de la surface pour nous avoir enfermés. »

Oh … C’était une raison valide. Même … c’était une excellente raison ! Il la regarda, un peu émerveillé par cette logique, déclarant d’une voix enjouée :

« Je n’y avais jamais vraiment pensé mais … oui … c’est sûrement ça. J’imagine que même si ça ne se montre plus chez les démons « purs », vous avez toujours cette colère enfouie. »

« Hahaha … Vous êtes sûr que je mérite ce compliment ? Enfin … bon … Je ne vais pas m’en plaindre. Des fois, ça fait plaisir à entendre. »

Hum ? Pourquoi ce visage triste de la part de la démone ? Est-ce qu’il y avait un souci ? Il risquait de mettre un pied sur un terrain glissant mais qu’importe. Il demanda :

« Ca ne va pas très fort chez les Renifleurs ces derniers jours ? Vous avez une petite mine. »

« Hein ? Euh … Oh … Rien de grave, ne vous en faites pas, y a des jours sans, y a des jours avec. Et puis, avec l’arrivée du reste de la famille royale, ce n’est pas vraiment un jour avec. »

« Oh … Vous savez quoi ? Je vais vous inviter ! Vu que je suis considéré comme un soldat du royaume des démons, j’ai aussi une paye ! »

« Oh ? Hum … Vous êtes sûr ? Vous savez, vous êtes proche de la princesse Elise. Je ne suis pas certaine que ça soit très recommandé que de traîner avec moi. »

« Hmm ? Je suis le seul à décider pour ça. D’ailleurs, il va falloir que je vous présentes aussi Clari à ce sujet. Vous ne la connaissez pas encore ! »

Clari ? Elle se demanda de qui parlait Tery avant de le voir se retourner vers la femme golem qui les suivait. OH ! Elle avait … à peine remarqué sa présence. C’était donc ça ? Elle la regarda, stupéfaite, disant d’une voix lente :

« C’est donc ça … un golem ? D’habitude, les démons parlent de légendes. C’est la première fois que j’en vois un … mais sont-ils forcément … humanoïdes ? »

« Oui, oui ! Bien entendu, ils le sont … Enfin, humanoïdes comme ça, peut-être pas, mais ils ont généralement une forme humanoïde ! »

« Oh … mais on dirait vraiment une femme … mais sans cornes. C’est une personne que vous connaissez, n’est-ce pas ? »

Sincèrement, la perspicacité de la démone en face de lui le laissait sans voix. Comment est-ce qu’elle pouvait deviner de telles choses ? Il la regarda, incrédule, cherchant à s’exprimer avant de se gratter la joue, un peu confus.

« Et bien … C’est exact. Il s’agit de … ma grande sœur. Mais nous n’avions aucun lien de sang. C’était une personne formidable, admirable et elle n’a pas mérité de mourir de cette façon. Même si je me plaignais souvent de ce qu’elle faisait, je … »

« Vous devriez arrêter, Tery. Vos cornes ressortent instinctivement. Cela veut dire que cela vous déplaît d’en parler. Je suis désolée d’avoir posé cette question, surtout si une triste histoire est la raison de ce physique si particulier à votre golem. »

« Ah … On va éviter de trop en reparler, hein ? Je ne veux pas miner le moral ! Par contre, je vous demanderais de bien me guider. Je ne connais pas trop les bons endroits par ici. »

« Et bien … Il y aurait une taverne mais vous êtes sûr que vous voulez qu’on sache que vous me fréquentiez ? Je ne suis … pas très appréciée. »

« Vous parlez à quelqu’un qui, en raison de son statut de démon, a eut les cinq royaumes à la surface qui voulaient sa mort donc bon, niveau dégoûté et haine, je suis servi aussi ! »

« Vous avez vraiment l’air de ne pas eut une vie facile vous non plus hein ? »

Le jeune homme aux cheveux bruns eut un léger sourire, comme pour confirmer ses propos alors qu’ils finissaient par arriver à une taverne qui semblait aussi s’ouvrir en l’extérieur. Ils s’installèrent tous les deux, face à face pendant qu’on prenait leur commande.

« Je vais vous écouter en terme de recommandations. Je ne sais pas tellement quoi prendre. Je n’ai pas tellement l’habitude ces endroits. »

« Vous êtes vraiment du genre à rester enfermé chez soi ? Je vous voyais plutôt toujours sur les routes, en des endroits inconnus de tous et de toutes. »

« C’est pourtant ça, hein ? Même si avant de quitter la surface, j’avais pris l’habitude de me rendre dans la bibliothèque de mes grands-parents. Un endroit très tranquille et où, bizarrement, j’aimais passer mon temps. »

« Pourquoi est-ce si bizarre ? »

« Car je n’ai pas vraiment l’allure d’un intellectuel. » dit-il en souriant, comme amusé qu’on lui pose une telle question alors que pour autant, il n’y avait pas à en rire. C’était même assez … triste en y réfléchissant bien.

« Ce n’est pas vraiment une question d’être intellectuel ou non. Mais je ne savais pas que vos grands-parents étaient des bibliothécaires ! »

« Moi non plus, je ne savais pas qu’ils s’agissaient de mes grands-parents. J’ai appris cela que récemment, pour tout vous dire. Enfin, récemment quand je me retrouvais à la surface. »

« Ca a l’air vraiment compliqué vos histoires. Oh ! Nos repas sont prêts. Bon appétit à vous ! Et de mon côté … Ah … Je peux vous le dire, il m’en fait voir de toutes les couleurs. »

« J’imagine que vous parlez de ce démon que j’ai déjà vu une fois, non ? »

« Jyanos, c’est exact. Vous êtes tout aussi impressionnant. Vous ne l’avez vu qu’une fois et pourtant, vous vous en rappelez comme si c’était hier. »

« Je crois que niveau bonnes impressions, vous et moi, nous avons pas fini de nous étonner. Mais oui, ce Jyanos, ne m’a pas vraiment un bon souvenir. »

Et pendant qu’ils mangeaient tous les deux, il commandait juste un peu d’alcool. Il n’était pas très porté sur la boisson mais oui, peut-être qu’il avait du mal … à se dire qu’il devait envisager une vie sous la surface ? Contrairement à Elise qu’il espérait ramener auprès de Royan. Mais bon ! Ce n’était pas le moment de faire dans le désespoir !

« Jyanos me pourrit la vie depuis des mois. Il semblerait qu’il n’ait pas du tout digéré que j’ai ramené une nouvelle candidate au trône et son « chevalier ». Bah ! De toute façon, qu’est-ce que je m’en fiches. Les autres savent parfaitement que je ne suis pas attiré par les titres et tout ce qui est bon pour s’acoquiner avec la royauté. »

« Hum ? Vous voulez dire par là que c’est son cas, précisément ? »

« C’est de notoriété publique qu’il est au service de la fille aînée de la royauté, c’est à dire dame Halyza. Mais bon, même avec ça, ça ne lui rapporte rien de plus ou de moins que d’habitude. Je veux dire, elle le considère à peine. »

« Ne parlons plus de lui pour aujourd’hui, d’accord ? On va plutôt parler de choses plus importantes. Est-ce que vous avez un amour ? Un démon qui vous attends à la maison lorsque vous rentrez tard le soir ? »

« Qu’est-ce que … Mais … mais mais … » commença à dire Héraisty, comme prise en défaut, rougissant violemment derrière ses lunettes. « Pour… Pourquoi cette question ? »

« Oh, simplement pour savoir. » dit-il, étant un peu étonné d’une telle réaction de sa part. Il réfléchit aussitôt : est-ce qu’il aurait dit une bêtise ? Ca ne serait pas la première fois, en le connaissant donc bon … « Je suis … désolé ? Je ne devais pas … parler de ça, j’imagine ? »

« Oh non … Oh non … Vous n’êtes pas forcément grossier, loin de là. Simplement, on va dire que je ne m’attendais pas à une question aussi … directe. »

« Oh … Euh … C’est vrai que c’est du domaine de la vie personnelle et privée. »

« Mais en même temps, non, aucun démon ne partage ma vie. Après tout, je préfère éviter à ce sujet hein ? J’ai beaucoup mieux à faire de mes journées. »

« Ah oui, sûrement ! Je ne voulais pas me moquer ou être indiscret … Ah … J’ai l’impression de me répéter, je suis désolé. »

Maintenant, il était focalisé sur son assiette, mangeant sans vouloir relever les yeux. Oui, son repas était vraiment très intéressant au fait. Vraiment, ils étaient … très doués pour la cuisine par ici, hein ? Ahlala ! Il ne savait plus où se placer !

« Enfin, Jyanos est un abruti qui veut tout faire pour m’enfoncer car il est incapable de faire son travail de renifleur correctement. Mais ça, tout le monde le sait, ça date pas d’hier ! »

« Vraiment, vous l’avez pris en grippe, j’ai l’impression mais … il est plus haut placé chez les Renifleurs ? De ce que je crois me rappeler, non ? »

« C’est exact et il en profite par rapport à moi. Mais bon, il n’est pas si haut placé hein ? D’autres sont là pour le remettre à sa place. »

« J’ai l’impression que vous avez vraiment besoin d’en parler. N’hésitez pas, dites tout ce que vous avez sur le coeur. Du moins, pas trop fort, les oreilles peuvent être indiscrètes. »

« Hahaha … Vous êtes vraiment … particulier, comme démon. Rares sont ceux qui s’intéressent à la vie des autres démons … et cela sans aucun but précis. Du moins, vous n’en avez pas en tête, n’est-ce pas ? »

« Bon, je l’avoue, j’avais envie de vous revoir après tout ce temps. Nous parlions d’impression et donc … en un sens, vous m’en avez laissé une très bonne. Et puis, je me suis rappelé aussi qu’à cause de Jyanos, vous sembliez déçue. Cela me trottait parfois en tête et … »

Elle n’arrivait plus à se retenir de rire, le regardant de ses yeux saphir. Sincèrement, c’était … inconcevable et pourtant, c’était bien ça qu’elle avait en face d’elle. Doucement, elle retira ses lunettes, se frottant les yeux tout en disant :

« Vous êtes vraiment un démon remarquable, Tery. Je ne sais pas si votre honnêteté vous jouera des tours mais elle est vraiment rafraîchissante mais vous, de votre côté, n’avez-vous donc aucune démone qui vous attends ? Un soldat démoniaque qui part explorer la surface, je suis sûr que cela attire beaucoup de jolies jeunes démones non ? »

« Il y en a bien une mais ce n’est qu’une adolescente mais j’avoue que c’était la première fois que l’on me le disait aussi ouvertement que l’on m’appréciait. Mais … Ah … Peut-être que je vous en dirais plus au cours du repas. On devrait manger, ça va refroidir. » finit-il par déclarer alors qu’elle remettait ses lunettes, confirmant ses dires. Il avait entièrement raison sur le coup. Néanmoins, le repas allait être encore plus délicieux que prévu.