Chapitre 90 : Un bilan douloureux

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 90 : Un bilan douloureux

« Où est-ce que je suis ? »

Ce fut les premières paroles de Tery alors qu’il ouvrait faiblement les yeux. Il ne voyait qu’une toile au-dessus de la tête. Il était dans un lit à baldaquin ? C’était … étrange, vraiment très étrange. Ce n’était pas forcément déplaisant non plus mais … il n’en avait pas l’habitude.

« Y a quelqu’un pour me répondre ? » demanda le jeune homme aux cheveux bruns. Il se redressa dans le lit, poussant un gémissement de douleur.

Pourquoi est-ce qu’il avait aussi mal ? Un bref regard sur lui et voilà qu’il remarquait les blessures assez brèves sur son corps. Il avait l’impression d’avoir fait un cauchemar. Un horrible cauchemar dont il aimerait sortir.
« Ce n’est pas réel, n’est-ce pas ? Ce n’est pas … réel ce qui s’est passé. »

Peu à peu, la mémoire lui revenait. Il s’en rappelait. Non … Pourquoi elle ? Il devait se relever. Il était quelle heure ? Il savait où elle était. Il devait aller la retrouver et …

« Tery ? Tu es réveillé ? Ah ! Enfin … »

Il sentit deux bras se placer autour de son cou. Comment avait-il put ne pas remarquer Elen qui cherchait à l’enlacer. Il n’avait pas si mal que ça. Un baiser rapide sur ses lèvres, comme pour le consoler de quelque chose qu’il ne connaissait pas et elle reprenait la parole :

« Je suis désolée, Tery. Je suis tellement désolée … »

« Désolée à quel sujet ? Si c’est concernant … Clari, on ne peut rien y faire malheureusement. Rien du tout … rien de rien … ah … Elle est partie … Je dois me lever. »

« Mais attends un peu, tu n’as dormi que deux heures ! Tu t’es évanoui à cause de tes blessures ! Tu ne peux pas partir comme ça, Tery, c’est trop dangereux. »

« Je peux le faire et je vais le faire. Il me faut retrouver le corps de Clari. Il est hors de question que je l’abandonne, compris ? »

« Je n’ai pas parlé de l’abandonner mais … tu peux attendre un petit peu non ? Rien … »

« Ne continue pas cette phrase, Elen. Je ne suis pas sûr de pouvoir contrôler mon poing. Si, tout presse. Je veux que le corps de Clari soit mis en sécurité. On ne sait pas ce que certains seraient capables de faire. Je veux que l’on retrouve les autres. Je veux que Royan fasse un cercueil de glace, je veux qu’elle reste ainsi pour l’éternité. Je veux, je veux, JE VEUX ! »

« S’il te plaît, Tery ! Je sais que c’est horrible mais … »

Elle l’avait enlacé longuement, sanglotant sans pour autant montrer ses larmes. Elle n’entendait aucun reniflement de la part de Tery. Il était fort, tellement plus fort qu’elle dans ces moments-là … ou alors, tout ça n’était qu’une façade ? Il cligna des yeux pendant quelques secondes avant de prendre une profonde respiration pour dire :

« Si tu veux, tu peux venir m’aider, Elen, qu’est-ce que tu en dis ? »

« Ca sera mieux … pour toi et moi. Je ne veux pas te laisser seul. Le groupe de Royan ne devrait pas trop tarder normalement, je crois. »

« S’ils sont en sécurité, c’est le plus important à mes yeux. Comment ça s’est passé ? Pù est donc Manelena aussi ? Je ne la vois pas … »

« Elle est sûrement dans la salle du trône avec les officiers rebelles. Elle doit préparer son futur couronnement, j’imagine. Elle est la reine de Shunter … si les rebelles acceptent cela. »

« Je pense qu’il va falloir des compromis et d’autres choses. »

« Tu as sûrement raison, Tery. Attends, je vais t’aider. » murmura la jeune femme aux cheveux blonds, se mettant debout à côté du lit. Elle épaula Tery, celui-ci ayant du mal à rester debout et droit. Zut… zut !

« Je vais avoir du mal à me déplacer. Nous allons quitter le château par la voie principale, enfin l’entrée normale, tu vois ce que je veux dire ? »

« Oui, oui, ne t’en fait donc pas, Tery, j’ai parfaitement saisi tes propos. On y va. » dit-elle, cherchant à sourire en direction du jeune homme. Il lui rendit son sourire bien qu’il avait un petit air triste difficile à ne pas discerner. Ce n’était pas joyeux … d’aller chercher le cadavre d’une personne qui leur était chère. Tout ça à cause de cette révolte absurde.

« Tery … est-ce que tu veux aller voir Manelena avant ? »

« Non, je ne préfère pas. Elle veut sûrement être seule. Elle a perdu son père … et je pense que contrairement à moi, elle ne pouvait pas le détester fondamentalement. »

« Est-ce que tu te rappelles de ce qui s’est passé ou non ? Je veux dire … tu étais dans un état assez étrange depuis la mort de Clari … mais tu étais conscient ? »

« Je l’étais, je sais ce que j’ai fait, ce que j’ai dit, je sais que j’ai été ridicule mais j’ai été sincère … jusqu’au bout. Je ne regrette pas tout cela. Je me suis trompé sur une personne que je considérais comme un ami … ou au moins une connaissance, à l’époque. Je ne me ferais pas avoir une nouvelle fois, je me le promets. »

« Te faire avoir ? Ce n’est pas comme si tu étais fautif, Tery. Les gens changent. Tu ne connais pas forcément une personne sur le bout des doigts, comme si de rien n’était. »

« Oui mais … ça fait mal, quand même. Ca fait vraiment mal, très mal. »

« Je le sais, Tery. Je le sais … mais c’est du passé. Ne pense plus à lui. On va aller retrouver Clari et on lui fera un enterrement magnifique, d’accord ? »

« Pas du tout ! Je ne veux pas de ça, Elen ! Clari n’a pas besoin de ça ! Ça sera discret, très discret … et il n’y a pas besoin du reste. Pas du tout, il n’y a besoin de rien du tout. On va juste faire quelque chose de simple, tout simple, oui. »

Il avait terminé de parler en bafouillant, comme épuisé par cette idée de se dire que Clari ne serait plus jamais là. Elle l’avait observé : il ne déversait aucune larme. Rien du tout. Elle n’avait pas le courage de lui dire de se laisser aller.
Ils avaient fini par trouver la sortie château, Tery regardant autour de lui. Ils devaient retourner dans les ruelles de Midès. Est-ce qu’ils allaient se retrouver ? Car cette idée ne semblait pas vraiment simple, loin de là.

« Nous aurions peut-être dût prendre le passage secret, Tery ? Qu’est-ce que tu en dis ? »

« Que c’est trop tard et dangereux. Je pense que Manelena préfère garder cela secret au cas où. Donc on va éviter, d’accord ? »

« D’accord, je n’ai rien dit, Tery, je n’ai rien dit du tout. » murmura Elen. Tery s’immobilisa, regardant les bâtiments devant lui avant de dire d’une voix calme :

« Je crois me rappeler que les rebelles et les soldats se sont affrontés près d’un tailleur et d’un cordonnier. Je pense que nous devrions aller dans le secteur commercial. »

Le secteur commercial ? Elle suivit Tery. Il semblait savoir ce qu’il voulait faire, elle n’allait pas l’en empêcher. Néanmoins, elle vérifiait qu’il arrivait à tenir debout. Elle le sentait extrêmement fatigué et exténué par ces dernières heures.

« Rien ne presse, Tery. Il faut y aller calmement. Personne ne l’a trouvée, j’imagine non ? »

« Là où je l’ai mise, je ne pense pas … elle est éloignée du reste du combat et du carnage qui s’est déroulé ensuite. Cela devrait aller alors normalement. »

« Si tu le dis, Tery, si tu le dis. Je te fais confiance, oui. Je te fais confiance. »

Pourquoi est-c qu’elle répétait cela ? Comme pour se rassurer ou quoi ? Il préféra ne pas lui poser la question tandis qu’ils marchaient dans les ruelles. Encore maintenant, nul n’osait sortir mais quelques badauds avaient ouvert les fenêtres, jetant un œil pas si discret. De quoi est-ce qu’il avait l’air ? Et Elen ?

« Elen … Est-ce que nous sommes … des héros … ou des criminels ? »

« Je suis Elen. Tu es Tery. Nous sommes ni l’un, ni l’autre. Nous n’avons pas fait cela pour la gloire, n’est-ce pas ? Ni même pour une récompense. Nous avons fait ce que nous estimions être le mieux. Nous ne voulons pas que les gens sachent. »

« Je ne veux pas être mis en avant. Je veux juste vivre ma vie … tranquillement. Mais nos noms vont être connus et … Ah ! Elen ! Elen ! »

Il se retourna, posant ses mains sur les épaules de la jeune femme aux cheveux blonds, la secouant légèrement avant de de s’exclamer :

« Les gens connaissaient déjà mon nom. Je suis responsable de la survie de Manelena mais maintenant de la mort du roi. Je vais paraître comme un monstre à leurs yeux ! »

Qu’est-ce qui lui prenait de se comporter comme ça ? Pas besoin de s’exciter non ? Hum, si, bien entendu. Mais elle préférait ne pas prendre la parole pour ne pas l’angoisser encore plus. Ou alors, elle pouvait faire quelque chose pour lui ? Doucement, elle croisa ses doigts dans les siens avant de chuchoter tendrement :

« Qu’importe ce que les gens pensent de toi, Tery. Je serais toujours là, à tes côtés, mon amour. Tu es celui que j’aime, qu’importe la forme que tu as, d’accord ? »

« Je le sais … mais c’est pour vous surtout que je m’inquiète. Et pour ma mère aussi. Vous serez méprisées et haïes. Je ne veux pas de ça pour vous. »

« Ce que nous subissons ne concernent que nous, Tery. Tu m’emmènes voir Clari ? »

Elle avait aussitôt changé de sujet pour qu’il ne pense plus à ça. Le jeune homme fit un petit mouvement de la tête alors qu’ils continuaient de se déplacer pendant quelques minutes. Ils retrouvèrent le corps froid et sans vie de Clari dans un coin abandonné d’une ruelle fermée, cachée derrière un mur fait de détritus. Nul n’aurait osé passer par là, surtout en vue des différents cadavres qui jonchaient le sol autour d’eux.

« La voilà. Tery ? Est-ce que tu peux rester debout en étant seul ? »

« Oui … Oui, il n’y a pas de problèmes … à ce sujet. Il n’y a pas de … problèmes. »

Il avait dit cela avec nonchalance mais elle avait remarqué les petits tremblements dans sa voix. Elle ne voulait pas le brusquer. Elle le laissa s’adosser contre le mur alors qu’elle venait récupérer le corps de Clari. Elle chuchota à son oreille :

« Je continuerais de protéger Tery à ta place, Clari. Reposes-toi … nous allons t’emmener là où nul ne peut venir te déranger. »

Elen n’avait pas remarqué les yeux devenus complètement rouges de Tery en voyant le corps de Clari. Un regard rempli de désespoir alors qu’il fixait le cadavre de la jeune femme aux couettes blondes. Il se redressa du mur, venant prendre le corps de Clari des bras d’Elen, avec un peu de violence dans le geste.

« Hey ! Mais Tery, qu’est-ce qui te prends ? »

« Rien … Rien … Je suis responsable de sa mort … je veux porter son corps jusqu’au château. Pardon, Elen, je ne voulais pas te faire mal. »

« Mais pourtant, tu l’as fait. Ah … Tu ne t’es pas retenu. Fais attention, s’il te plaît. »

« Je m’excuse encore une fois. Nous pouvons retourner au château. Pardon. »

« Ce n’est rien, je te pardonne, Tery. Mais s’il te plaît, la prochaine fois, ne soit pas aussi violent. J’ai été surprise … si tu voulais, tu avais juste à me le demander, hein ? »

« Oui, oui, c’est pour ça que je m’excuse. J’ai été assez violent dans mon geste, pardon. Pardon … et encore pardon. Ca ne se reproduira plus, je te le promets. »

« Ce n’est pas suffisant de me le promettre, Tery. Il faut que tu respectes cette promesse, d’accord ? Qu’est-ce que tu en dis ? Tu penses y arriver ? »

« On peut retourner au château, s’il te plaît ? Peut-être que l’on verra Royan et les autres. »

Humpf. Elle avait voulut le rassurer mais il était assez … ah. Oui, Royan. Royan et Elise. Et aussi Sérest comme Séran. Ils n’étaient pas au courant. En pénétrant dans le château, les rebelles se tournaient vers le duo, Tery ayant toujours Clari dans ses bras.

« C’est … la femme qui souriait tout le temps non ? Elle est … morte ? »

« Oh merde. Je l’aimais bien pour le peu que je le connaissais. »

Il ne cherchait même pas à regarder qui disait cela. Il n’avait de yeux pour personne. C’est seulement lorsqu’il reconnu une voix familière dire : « C’est pas possible. Pas Clari ! » qu’il s’arrêta pour se tourner vers la voix. Ce n’était pas Elise, ce n’était pas une voix féminine qui avait prononcé ces quelques mots. Elle était là, oui … mais c’était l’adolescent aux cheveux bleus. Il avait couru aussitôt vers Tery et Elen, posant ses yeux sur le couple, l’un après l’autre. Il fut pris d’un peu de tremblement, disant d’une voix troublée :

« C… Comment … Pourquoi ? Clari ? »

« Elle m’a sauvé la vie. Pendant un moment, j’ai eut une hésitation envers … une personne que je pensais connaître. Cette hésitation a été fatale … mais ce n’est pas ma vie qui fut perdue. Je … suis vraiment désolé, Royan. »

« Je … je comprends. Nous étions tous … préparés, oui. »

« Prince Royan, où est-ce que vous allez ? Attendez, je viens avec vous. »

« Je préfère être seule, mademoiselle Elise. Cela ne sera pas très long. »

Le prince de Traslord se déplaçait avec mollesse, comme si tout n’avait plus aucune signification pour lui. Lentement, très lentement, il ne se préoccupait de plus rien. Il devait tout simplement se diriger ailleurs.

« Nous devrions … continuer, Tery. Tout le monde nous regarder. »

Tery avait posé son regard sur Sérest et Séran. Le couple n’avait pas prit la parole bien qu’on pouvait voir de la peine dans leurs yeux. Dans ces moments-là, le silence était sûrement la meilleure réponse qu’ils pouvaient donner.
C’était la meilleure réponse … par rapport à toute cette situation. La meilleure réponse … pour quelqu’un qui était mort. Elen et Tery avaient fini par se rendre dans la chambre où Elen l’avait emmené lorsqu’il était inconscient. Avec lenteur, il déposa Clari sur le lit.

« Elle a toujour été une jolie femme, hein ? Je veux dire … Clari était vraiment une belle femme. Et avec un caractère en or. Je suis sûr qu’elle aurait put rendre un homme heureux. Elle aurait put avoir une famille et des enfants … Elle aurait put être si heureuse. »

« Tery, tu te fais trop de mal. S’il te plaît, arrête ça dès maintenant. »

« Je vais arrêter ça … oui … je vais arrêter ça. Je préfère arrêter ça et … »

« Vous étiez là, n’est-ce pas ? Les rebelles m’ont signalé votre présence. » déclara la voix de Manelena, celle-ci ayant pénétré dans la chambre à son tour. Elle s’approcha du couple, ses yeux posés pourtant sur le corps sans vie de Clari. « Je vais aller contacter une personne pour laver ses blessures … et les soigner. »

« Je peux sûrement le faire, Manelena ? Pas besoin de nommer quelqu’un non ? Je veux dire, j’en suis capable. Je préfère que personne d’extérieur ne s’en mêle. »

« Comme tu le désires, Elen. A ce sujet, comment veux-tu que cela se passe, Tery ? »

« Rien d’officiel. J’aimerai juste un endroit tranquille pour elle. Un endroit où on peut l’enterrer et où elle serait en paix. »

« On ira l’enterrer à côté de mon père. De toute façon, il n’y aura pas d’annonce ou de cérémonie à proprement parler. Les citoyens iraient cracher sur sa tombe ou détruire son mausolée. Nulle pierre tombale. Peut-être un symbole ? »

« Sûrement, un symbole pour chacun. Je ne sais pas lequel choisir pour Clari. Je n »y ait pas pensé mais merci, Manelena. Merci pour ça. On fera comme ça. Je pense que … enfin, je pense que ça sera parfait, vraiment parfait, merci encore. Merci pour tout. »

« Il n’y a aucune raison de me remercier autant. Mais … de rien, Tery. Je retourne dans la salle du trône, j’ai encore beaucoup à faire, vous devez vous en douter, n’est-ce pas ? »

« Bien entendu, Manelena. Merci … » continua de répéter Tery sans oser regarder la femme aux cheveux argentés. Celle-ci quitta la pièce, Elen chuchotant :

« Elle paraît toujours aussi insensible. Cela ne lui fait rien pour Clari ? Même Sérest et Séran, j’ai remarqué qu’ils étaient peinés. Alors pourquoi elle n’en a rien à faire ? »

« Elle n’en a pas rien à faire. Elle est juste … moins … réceptive à cela. Elle ne le montre pas, contrairement à nous. Elle est forte, elle est très forte. Manelena est très forte. »

« Très forte ne veut pas dire absence d’émotions, Tery. Elle n’a même pas sangloté. »)

« Elle n’a jamais été ainsi, Elen. On ne va pas se disputer sur Manelena en ce moment ? On n’a vraiment que ça à faire, Elen ? »

« Non … Non, je suis désolée, Tery. C’est juste … »
Qu’elle la boucle ! Il n’avait pas envie de parler de ça maintenant ! Il la regarda avec un peu de colère dans les yeux, Elen baissant le visage. C’est vrai … chacun avait sa ptopre vision de la chose. Peut-être que Manelena était plus meurtrie qu’elle ne voulait le montrer.

« Je vais aussi partir, Elen. Pour que tu puisses … laver Clari. Bonn chance. »

Elle avait murmuré un vague « D’accord » avant qu’il ne s’éloigne. Adossé contre un mur, il avait ensuite fermé les yeux, croisant les bras comme pour plonger dans ses pensées. Il avait fait mal à Elen, tout simplement car elle avait eut un mouvement vers Clari.
Ce n’était pas normal . Il savait qu’elle ne voulait pas de mal à Clari. De toute façon, qui en voudrait à une morte ? Et Manelena ? Est-ce qu’elle allait bien ? Et Royan ? Et Elise ? Il ne savait même pas s’ils étaient blessés dans l’autre groupe. Mais normalement, ça devait aller … du moins, physiquement.
Il avait cru remarqué que Royan avait été très affecté par la mort de Clari. Peut-être qu’il avait rêvé, que ce n’était qu’une vision … sur le moment. Mais si c’était le cas ? Oui, il le lui avait dit : il se considérait comme responsable de la mort de Clari.

« Clari … pourquoi ? »

Il s’écroula contre le mur, finissant assis, recroquevillé dans son coin, visage posé sur ses genoux. Il n’arrivait pas à pleurer. Pleurer reviendrait à considérer qu’elle était vraiment morte. Clari, c’était Clari …

« Clari, tu n’es plus là. Et maintenant, je fais quoi ? »

« Tery ? J’ai terminé. Est-ce que tu veux … voir ? J’ai pris quelques vêtements qui étaient dans les meubles. Je ne pense pas que ça dérange la personne … »

« Ce sont sûrement des vêtements royaux, non ? Enfin, si Manelena n’était pas considérée comme la princesse de Shunter, elle ne devait pas avoir de chambre. Peut-être que … »

Ce n’était pas préoccupant. Ce n’était pas préoccupant. Est-ce qu’il y avait une infime chance que … ces vêtements soient ceux de la précédente reine ? Il eut une petite pensée par rapport à cela mais il valait mieux … ne pas se poser la question. C’était surtout comment Manelena allait réagir si c’était vraiment le cas ?

« Tery ? Tu veux venir voir ? Tu verras … Elle est vraiment belle … comme ça. »

Elen qui complimentait une autre femme, malgré son sourire triste. Il se releva, visage neutre avant d’aller rejoindre la jeune femme aux cheveux blonds dans la chambre. Ah oui … Clari avait une parure vraiment royale et noble sur le corps.
Rien à voir avec l’habituelle tenue de tissu blanc qu’elle portait. Cette tenue digne d’une soldate sans âme, ni remord. Tout le contraire de ce qu’elle avait toujours été. Clari avait été la plus humaine de tous. La plus humaine …

« Bravo, Elen. Elle est splendide. Encore plus rayonnante qu’auparavant. »

« De rien, Tery. C’était la moindre des choses pour une femme aussi exceptionnelle. »

Une femme exceptionnelle. Qui était trop vite disparue. Il ferma les yeux, pour se rappeler de son visage toujours souriant, dans la majorité des circonstances. Les seuls moments où elle le perdait … étaient lorsqu’il était en danger. Mais dorénavant, elle ne serait plus là.

Epilogue : Imbéciles heureux

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Epilogue : Imbéciles heureux

*Bip … Bip … Bip … Bip … Bip … * C’était le seul bruit qu’il entendait alors qu’il ouvrait faiblement les yeux. Quelque chose était posée sur son visage … ou plutôt sa bouche. Il était où ? Un rapide coup d’œil au plafond et il se doutait qu’il était dans un hôpital. Un rapide coup d’œil sur la gauche et … il voyait Bel qui était assoupie. Un rapide coup d’œil sur la droite et c’était Anthea qui était assise sur un fauteuil. Puis finalement un coup d’œil sur lui-même et … Il portait un masque à oxygène sur la bouche et le nez. Mais son corps était parcouru par de nombreux bandages et divers tuyaux étaient plantés dans ses bras et le reste de son corps. Des tuyaux qui lui sauvaient la vie ? Il n’avait plus de peau blanche.

Il avait retrouvé des couleurs mais depuis combien de temps était-il ici ? Il ne le savait pas … Il avait envie de parler, il avait besoin de parler mais … il n’y arrivait pas. D’ailleurs, ses bras étaient toujours amaigris bien qu’ils avaient plus de volume qu’auparavant. Est-ce que … Ah … Et ces bandages … Ces nombreux bandages sur son corps, ce n’était quand même pas … ce qu’il pensait ? N’est-ce pas ? Ou alors … Peut-être que si. Peut-être qu’il … Ah oui, il ne ressentait plus une gêne au niveau du cou.
Il avait été soigné de sa tumeur … enfin, de ses tumeurs plutôt. Mais il n’y avait pas que ça ? Est-ce qu’il … Il se sentait bien plus léger … et il se sentait mieux. Est-ce que … c’en était terminé ? De tout ça ? De tout ce pour quoi il s’était battu ? Il ne le savait pas. Il avait besoin de le savoir. Et pour ça, il n’y avait pas cinquante solutions. Il fallait qu’il … parle … avec Bel ou Anthea. Il poussa un petit râle, tentant de lever sa main gauche.

« Be … Bel … Réveille … Réveille-toi. » souffla l’adolescent.

Il avait murmuré le plus faiblement possible pour ne pas faire trop de bruit mais il n’était pas sûr qu’il se fasse entendre. Bougeant uniquement un doigt, il arriva à caresser la joue de Bel, celle-ci marmonnant dans son sommeil quelques paroles :

« Hmm … Attends … Attends un peu, Téo. Si je t’attrape … »

Si elle l’attrapait ? Qu’est-ce qu’elle allait lui faire ? Il était un peu inquiet, surtout après les scènes … Enfin la dernière scène. Même s’il n’avait été qu’à moitié conscient, il savait pertinemment ce qu’il avait fait. C’était risible … tellement risible. Mais Bel lui avait parlé non ? Et Kyurem ? Ah … Kyurem était surement retourné dans sa grotte.

« Bel … Réveille-toi … s’il te plaît. » reprit-il, caressant plus vivement la joue de l’adolescente avec son doigt. Celle-ci ouvrit finalement ses yeux, regardant autour d’elle. Elle avait cru sentir quelque chose.

« Téo ? Est-ce que tu es réveillé ? » demanda-t-elle avec douceur.

« Si … j’ai les yeux ouverts, je crois que … »

« Ah … Tant mieux … vraiment … tant mieux. » dit-elle dans un sourire, déposant sa tête sur le torse de l’adolescent. Elle était heureuse … si heureuse et soulagée en même temps. Ah … Elle resta sur lui alors qu’il gémissait un peu. Il se sentait vraiment faible en ce moment même. Très faible même. Mais bon … Tout était bien qui finissait bien … n’est-ce pas ? C’est comme ça qu’il devait le penser ? Non ? Peut-être ?

Quelques minutes plus tard, Bel releva sa tête de son torse, lui faisant un doux sourire. Lui ? Il tentait de sourire à travers son masque, y arrivant avec facilité. C’était bizarre de ne pas éprouver de difficultés … pour ce genre de choses. Depuis tellement de temps, il avait eu du mal à ne faire ne serait-ce que les mouvements de base et voilà que maintenant …

Il y arrivait si facilement. Anthea se réveilla à son tour, souriant en voyant Bel qui était au chevet de Téo et celui-ci qui était réveillé. Elle s’apprêtait déjà à partir mais Téo émit un léger râle, Anthea se rapprochant finalement de lui.

« Qu’est-ce qu’il y a Téo ? Tu veux me dire quelque chose ? »

« Merci … d’être venue … Ça me fait … plaisir … Tu vas bien aussi ? »

« Euh … Ca serait plutôt à moi de te dire ça non ? Comment est-ce que tu vas Téo ? » dit la jeune femme tout en souriant, Bel les laissant seuls un court instant pour aller prévenir Percila et les autres. Ils avaient besoin de parler tous les deux.

« Je vais bien … mais … Qu’est-ce qui s’est passé ? »

« Je dirai que Bel est crainte et respectée par les pokémons légendaires si tu veux tout savoir. Ou du moins, par Kyurem maintenant. » répondit la jeune femme en rigolant.

« Qu’est-ce que … Qu’est-ce qu’elle a fait ? » demanda Téo.

« Elle a piqué une sacrée colère. Et je ne veux pas dire mais il valait mieux ne pas la contredire à ce moment-là. D’ailleurs, elle a elle-même attaqué Kyurem pour qu’il te confie à elle. Tu en as de la chance hein ? »

« Je l’ai toujours su … que j’en avais. Même si je ne la méritais pas. Anthea … Qu’est-ce que tu as fait … pendant une année ? Et puis … Enfin je … »

« Ne parle donc pas trop et au passage, je suis très en colère, Téo. Et tu sais pourquoi ? »

« Car je n’ai pas répondu … à tes appels, hein ? C’est ça ? Je suis … vraiment … »

« Désolé, je le sais bien mais tu ne m’auras pas avec ces belles paroles, mon brave. Néanmoins, ce n’est pas à moi de te punir. Maintenant que je sais que tu vas bien et que tu es sorti d’affaire définitivement, je vais m’en aller. Au revoir, Téo. » déclara Anthea, se penchant vers lui pour l’embrasser sur le front, l’un des rares endroits où il n’était pas recouvert par un bandage.

« Je … Tu t’en vas ? Mais … Je … On reste en contact … hein ? »

« Je pense que je peux me permettre une telle chose, oui. Ne t’en fait donc pas. Je ne vais pas m’en aller définitivement. Je ne suis pas aussi bête que toi hein ? »

Elle émit un petit rire avant de quitter la chambre. Elle était partie et maintenant, il était seul dans la pièce. Bel était partie prévenir tout le monde. Il allait bien, n’est-ce pas ? Il allait bien et il était sauvé, définitivement sauvé mais … il se sentait mal.

« Terriblement mal même … Mais en même temps … Je … Je devrais être soulagé ? »

« Oh … Tu te trompes lourdement même, Téo. Tu ferais mieux de ne pas être soulagé. »

Comment ça ? Qu’est-ce qu’elle voulait dire par là ? Il regarda Bel qui était revenue alors qu’il se parlait seul. Elle avait un grand sourire aux lèvres mais il se sentait inquiet en même temps. Quelque chose le dérangeait en soi. Pourquoi ce sourire ?

« Euh … tu as l’air heureuse mais tes paroles disent le contraire, Bel. »

« Je me suis un peu renseignée auprès du docteur pour quelque chose de spécial. Rien de bien important. Enfin … Pour toi … Si, ce sont de très bonnes nouvelles même. Tu es capable de supporter quelques petits chocs. Enfin, il ne faut pas te secouer. »

« Me secouer ? Mais euh … Qu’est-ce que ça veut dire ? » demanda Téo alors qu’elle lui retirait le masque à oxygène de son visage.

« Téo … Il faudrait que tu serres bien les dents. Tu peux le faire ? »

« Bien entendu que je peux le faire mais pourquoi ? Enfin bon … »

« Fais-le s’il te plaît. » dit l’adolescente dans un sourire.

« D’accord, d’accord. » marmonna Téo en serrant les dents. Voilà, elle était contente ? c’était la moindre des choses qu’il pouvait faire après tout ce qu’elle avait …

Ah ! Il s’était pris une violente baffe sur le côté gauche du visage. Il s’apprêta à crier mais il en reçut une seconde sur le côté droit, Bel criant :

« Ca, c’est parce que tu es le plus grand des imbéciles ! La seconde, c’est parce que tu n’as même pas chercher à me contacter pendant une année ! »

« Hey, mais attends un petit peu … Je veux … »

Une troisième baffe puis une quatrième lui arriva directement sur le visage. Maintenant, il avait les joues rougies alors qu’elle continuait de crier :

« J’espère que ça te convient ! Car la troisième, c’est pour avoir refusé depuis le début ! La quatrième, c’est pour tout ce que tu as fait depuis le début ! IDIOT ! IMBECILE ! Est-ce que tu en veux encore deux autres ? Ou tu as ta dose ? »

« Je … Je crois que ça … me … Je crois que ça me … »

« BEN TIENS UNE CINQUIEME ! » hurla-t-elle avant de lui donner une violente claque mais cette fois-ci sur le front. Il poussa un cri de douleur, ayant maintenant quelques larmes aux yeux avant de bredouiller :

« J’ai compris … j’ai compris … Je … Bel, c’est bon ! J’ai … J’ai compris ! »

« Je veux vraiment que tu le comprennes Téo ! Et pas seulement ! C’est clair ? »

« J’ai … J’ai compris … J’ai parfaitement compris … Je … »

« Je n’ai pas bien entendu, Téo ! Je veux que ça soit clair entre nous deux ?! »

« Pourquoi est-ce que tu as fait ça ? Je … Je … C’était ton argent et … Qu’est-ce que tu as fait réellement ? » bredouilla l’adolescent, juste ridicule par l’imposante stature de Bel psychologiquement. Celle-ci croisa les bras au niveau de sa poitrine, disant :

« Je ne suis plus la maîtresse d’Unys. Je l’avais déclaré à Goyah avant son combat : si je gagnais et que je te retrouvais, je quittais mon poste de maîtresse d’Unys pour récupérer l’argent et te soigner, c’est aussi simple que ça ! »

« Tu … Tu … Tu as fait quoi ?! » s’écria Téo, toussant un peu. Il était encore affaibli par toute cette histoire. Et il n’avait pas trop la force de … D’ACCORD !

« J’ai fait ce que j’avais à faire pour aider la personne que j’aimais ! Une personne qui ne le mérite surement pas ! Hein ? Téo ! »

« Je ne te … mérite pas … Je le sa … »

En voilà une sixième claque qui lui arriva sur la face ! MAIS MERDE ! Elle commençait sérieusement à lui taper sur les nerfs ! Ou plutôt sur les joues ! Il n’avait même pas la force de répliquer mais maintenant, il voyait Bel qui était en train de pleurer.

« On s’en fiche que tu ne me mérites pas ! On s’en fiche que ça m’ait coûté de l’argent ! On s’en fiche de tout ça ! On s’en fiche complètement ! Il faut juste que tu sois avec moi et c’est ça le plus important ! Le reste, on s’en fiche ! Téo, si je t’aime, je m’en fiche de l’argent, de ma place de maîtresse d’Unys et de tout le reste ! Moi, je veux juste que tu sois là, avec moi ! Et rien d’autre ! Je veux juste que tu sois en bonne santé. »

« Je voulais me débrouiller tout seul … Toujours tout seul. Je ne voulais pas t’être redevable ! Je voulais être à ta hauteur ! Je voulais juste que … »

« On s’en fiche ! On s’en fiche ! Et on s’en fiche ! Tu n’as pas à être à la hauteur de quelqu’un ! Tu n’as pas à être à la hauteur d’une autre personne ! Tu dois juste être comme tu veux l’être ! Et rien d’autre ! Et moi, je veux juste que tu ailles bien ! »

« Mais mais mais … Je … »

« LA FERME ! TEO ! » hurla Bel avant de coller ses lèvres contre les siennes. Elle s’était penchée au-dessus de son visage, commençant à grimper sur lui, quelques fils se détachant du corps de l’adolescent alors qu’elle restait ainsi pendant plusieurs secondes.

Il tenta de bouger mais Bel l’en empêchait, lui bloquant les bras. Elle vint même se coucher à moitié sur lui, continuant le baiser. Il allait finir par comprendre où elle voulait en venir après tout ça non ? ALORS ZUT ! ZUT ALORS ! La porte s’ouvrit subitement.

« Ah … Les adolescents de nos jours sont de plus en plus précoces. »

Cela avait été dit sur un ton amusé alors que Téo et Bel tournaient leurs yeux vers Cynthia. Celle-ci avait un léger sourire aux lèvres, Bel rougissant violemment en comprenant ce qu’elle venait de faire. Elle descendit de Téo, celui-ci remerciant Cynthia.

« Mais de rien mon brave … De toute façon, vous étiez occupés. J’ai pu entendre ce que vous vous disiez. La seule différence entre un optimiste un pessimiste, c’est que le premier est un imbécile heureux et le second est un imbécile triste. Vous ne trouvez pas ? Vous allez très bien ensembles dans le fond. »

« Je le sais parfaitement, moi ! Mais monsieur Téo veut pas comprendre mes paroles ! Et puis euh … C’était un peu gênant. »

« Hum ? Ce que j’ai pu voir ? Vous êtes de grandes personnes maintenant. Mais bon … Si je suis ici, ce n’est pas seulement pour voir comment va Téo. Mais … S’il pouvait faire quelque chose pour lui … Ca serait plutôt intéressant. L’hôpital se plaint. »

« Lui ? De qui est-ce qu’elle parle ? » demanda Téo alors que Bel souriait.

« Tu veux de l’aide pour te lever, Téo ? »

Car oui … Il fallait qu’il aille vers la fenêtre pour pouvoir voir de quoi elle parlait. Il regarda les différents tuyaux, les retirant tout en gémissant de douleur. Il était peut-être faible mais ça faisait quand même quelques jours qu’il était là ! Il n’allait pas laisser ça plus longtemps l’arrêter ! Il fut aidé par Bel, celle-ci se montrant attentionnée.
Il fut emmené devant la fenêtre, clignant des yeux plusieurs fois. Qu’est-ce que … Sur le gigantesque parking de l’hôpital … Un pokémon était … couché au sol, poussant des cris. Ce pokémon releva la tête, poussant un nouveau cri en voyant Téo.

« Kyurem … Qu’est-ce qu’il … fait là ? Je croyais que … »

« On dirait bien que toi et lui, vous êtes faits pour vous entendre, Téo. Mais si tu veux bien lui dire d’arrêter de rafraichir l’atmosphère autour de l’hôpital ? »

Kyurem déploya ses ailes, s’envolant pour arriver à la hauteur de la fenêtre de Téo. Il rapprocha son visage près de lui, le regardant longuement alors que Téo posait sa main sur lui. Il … allait bien … n’est-ce pas ?

« Je … Kyurem ? Tu veux bien rentrer dans la … pokéball si tu veux bien de moi ? »

« Kyu. » répondit tout simplement le dragon légendaire alors que Cynthia tendait la pokéball entièrement blanche à Téo. Celui-ci la récupéra, ciblant Kyurem avant que celui-ci ne soit touché par un laser rouge qui le fit disparaître.
Maintenant … que tout était fini … et qu’il n’avait plus de raisons de se battre … Il fallait qu’il trouve une nouvelle raison de vivre. Enfin … Il en avait déjà une. Elle se trouvait à côté de lui. Peut-être que maintenant … Il pouvait réfléchir à ce qu’il comptait faire. Il se retourna au bon moment, Vélicia apparaissant par la porte de la chambre pour foncer vers son dresseur et commencer à l’enlacer … mais doucement.

Deux longues années s’étaient maintenant déroulées. Deux années où la vie avait repris un cour normal mais surtout, deux années où Bel avait repris son titre de maîtresse d’Unys avec facilité. Il fallait dire que maintenant qu’on savait quel était son sixième pokémon, nul n’osait réellement prétendre pouvoir la battre sans être lourdement préparé. Et voilà que l’adolescente devenue femme maintenant venait de battre son jeune adversaire en match amical. Un journaliste s’approcha d’elle, disant :

« Encore une victoire indiscutable de votre part, mademoiselle Bel ! Mais pourquoi ne cherchez-vous à retenir vos coups ? »

« Ce n’est pas une question de retenir mes coups ou non, loin de là ! Simplement, je donne toujours le maximum dans mes combats ! Car j’estime qu’il faut toujours montrer à ses adversaires que l’on est prêt à tout pour obtenir la victoire ! »

« Bien entendu, bien entendu. Avez-vous un conseil à donner à votre jeune adversaire ? »

« De persévérer ! Et rien de plus ! Il ne faut pas chercher à obtenir les pokémons les plus forts ou les plus gros ! Il faut juste apprendre à créer une puissante relation avec eux et le reste coulera de source ! C’est comme ça et pas autrement ! »

« Et un mot pour la fin ? » demanda le journaiste alors que Bel criait aussitôt :

« JE T’AIME MON TEO D’AMOUR ! »

Ailleurs, dans la ville d’Entrelasque, un homme aux cheveux noirs observait Bel qui venait de crier dans le micro du journaliste. Il poussa un petit soupir désabusé, passant une main sur son front en murmurant que malgré les années, elle ne changeait pas.

« Vraiment … Qu’est-ce que je vais faire d’elle, hein ? Vélicia ? »

« Majas ! Majaspic ! » répondit la pokémon alors que la créature rampait à ses côtés. A l’annulaire gauche du jeune homme, un anneau était présent. Dans sa main gauche, il serrait un panier alors qu’il se remettait en marche.

« Achetez mes Krystalines ! Achetez mes fleurs ! »

Aussitôt, lorsqu’il prit la parole, plusieurs personnes avancèrent vers lui. De sa main droite, il prit plusieurs fleurs. Elles étaient toutes de formes différentes : certaines ressemblaient à des marguerites, d’autres à des roses, il y en avait de toutes les sortes. Mais toutes avaient une particularité : elles semblaient être faites de verre. Pourtant, rien de magique ou scientifique … Non … Elles étaient bien naturelles.

« Tenez … Voilà pour vous … et encore pour vous … Et une en plus pour la petite demoiselle. Encore une … Ne vous en faites pas, normalement, il y en aura pour tout le monde. »

Il distribuait des fleurs, en vendant une partie, en offrant à d’autres. C’était là son métier … si on pouvait appeler ça un métier. Il n’avait pas de boutiques ou autres. Non … Loin de là même. Il ne faisait que vagabonder dans la ville et vendre ses fleurs. A force, en vue de la beauté de ses fleurs, il s’était fait une petite réputation.

Mais il n’y avait pas que ça bien heureusement. Enfin … Ce n’était pas le plus important à l’heure actuelle. Alors qu’il avait fini par vendre toutes ses fleurs, un garçon qui devait à peine avoir huit à neuf ans s’approcha de lui, disant :

« Monsieur, monsieur, c’est vrai que vous êtes un héros ? »

« Hein ? Qui t’a dit cela ? Je ne crois pas l’être à ma connaissance. »

« Ben … Il est dit que vous avez réussi à vaincre le dragon dans la grotte cyclopéenne ! Vous êtes comme ces deux hommes qui ont euh … euh … Reshiram et Zekrom ! »

« Ah … Je vois … Je vois … Non, non. Je n’ai pas réussi à vaincre Kyurem, loin de là. Néanmoins, il est vrai qu’il est avec moi. Il m’accompagne là où je vais dorénavant. Tiens, je vais te le prouver. » répondit le jeune homme avant de lancer une pokéball blanche dans les airs. Aussitôt, Kyurem fit son apparition.
Le jeune garçon recula, un peu effrayé mais Kyurem descendit des airs, trouvant la place pour se coucher et se laisser caresser le crâne. Contrairement à auparavant, il avait appris à maitriser le froid qui émanait de lui, permettant ainsi d’éviter qu’il ne gèle les alentours.
Une bonne dizaine de minutes plus tard, le jeune homme était à nouveau en train de marcher, semblant maintenant se diriger vers ce qui ressemblait à une crèche. Oui … Il avait quelqu’un à récupérer mais pas un enfant. Lorsqu’il pénétra à l’intérieur, la crèche était maintenant vide d’enfants, seule une femme aux cheveux roses était présente.

« Oh ! Téo ! Que me vaux l’honneur de ta visite ? »

« Tu n’aurais pas oublié ce que l’on fait aujourd’hui ? Enfin … Je comprendrais si tu es occupée, que tu n’as pas le temps pour ça et … »

« Mais oui, bien sûr, Téo. Tu as dit que tu m’invitais à manger chez toi, je ne vais pas refuser quand même. Ca ne serait pas poli de ma part. »

« Alors … Comment est-ce qu’ils étaient les enfants ? Infernaux, je parie. »

« Hum ? Je ne sais pas … Disons que par rapport aux grands enfants dont je me suis occupé il y a de cela quelques années, ce sont de véritables petits anges. » déclara la jeune femme, souriant à Téo qui détourna la tête.

« Tsss … Je suis sûr que ce sont des compliments en l’air pour ces monstres. »

« Oh … Tu étais un bon exemple, N aussi. Mais donc, ne t’en fait pas, je sais comment m’occuper des enfants. Ils ne me posent aucun problème. »

« D’accord … De toute façon, je pense qu’on mettra notre enfant entre tes mains. »

« Votre … Ne me dit pas que … » commença à dire Anthea sur un ton ravi.

« Ah non non ! OHLA ! On est trop jeunes pour ça ! Enfin, je … C’est un peu précipité ! C’était une idée comme ça ! Rien d’autre ! Ne t’imagine pas des choses ! »

« Oh … Mais je n’imaginais rien du tout. »

Oui bien sûr. De qui est-ce qu’elle se moquait hein ? Néanmoins, maintenant qu’il avait vendu ses fleurs ou presque, il avait quelque chose. Il souleva la serviette au fond du panier, présentant de nouvelles fleurs avant de les tendre à Anthea.

« Je n’allais quand même pas venir sans rien. Voilà pour toi, Anthea. »

« Oh ! Qu’elles sont belles ! Merci beaucoup. Tu vois ? Tu es comme les enfants que je garde : tu es un vrai petit ange. » déclara Anthea an rigolant, venant l’embrasser sur la joue pour le remercier. Le jeune homme haussa les épaules avant de dire :

« Si tu es prête, je t’emmène sur Kyurem. Normalement, Bel est partie prendre ma mère et Percila. Comme ça, au moins, nous serons nombreux à table. »

« Quand même … Trois femmes rien que pour toi, tu en as de la chance hein ? »

« Hum … Je ne vais pas mentir et je vais tout simplement dire que oui. J’en ai vraiment de la chance mais bon … Tout ça n’est qu’amical, hein ? »

« Bien entendu, Téo. Que vas-du donc t’imaginer hein ? » dit Anthea en souriant, Téo poussant un léger soupir.

Néanmoins, il était temps de se préparer. Il demanda à Anthea de le suivre, Téo faisant réappraître Kyurem devant lui avant d’inviter Anthea à le suivre. Il demanda à la femme de bien s’accrocher alors qu’ils grimpaient tous les deux sur le pokémon.
Il était temps de partir chez lui ! Pas trop loin d’Entrelasque puisqu’il s’agissait du coin où se trouvait la grotte cyclopéenne. A partir de là, c’était ici qu’il vivait dorénavant ! Du moins, dans une maisonnette faite de bois et entourée par des champs de fleurs. Des fleurs qu’il cultivait lui-même, grâce à Kyurem.

« Certains utilisent des pokémons légendaires pour assouvir le monde … D’autres utilisent des pokémons légendaires pour faire pousser des fleurs. »

« Chacun sa vocation ! Je ne pense pas que cela dérange Kyurem. »

« Je ne pense pas non plus. » continua de dire Anthea, descendant du pokémon, celui-ci poussant un petit reniflement pour montrer qu’il acquiescer aux propos de Téo.

« Si cela lui déplaisait tellement, il est libre de le partir, je ne le retiendrai jamais. »

« Je le sais parfaitement, Téo. Je le sais parfaitement … Et dis-moi … C’est toi qui cuisine pour ce soir ? » demanda-t-elle avant de pousser un petit rire amusé.

« Moque toi donc, femme de peu de foi mais oui, c’est moi qui cuisine aussi ! Ca ne sera jamais aussi bon que si c’était Bel mais comme elle est mon professeur … »

Elle voyait, elle voyait. Elle le laissa s’affairer aux fourneaux tandis qu’elle-même souriait béatement. Il fallait dire que voir le jeune homme bouger librement, sans aucune contrainte ou autre. C’était vraiment quelque chose.

« Sinon, tu as été à l’hôpital dernièrement ? »

« Oui … Pour faire un bilan de santé, je ne veux pas attraper une nouvelle maladie mais tout est bon. Je n’ai aucun problème. Il en est de même pour Bel. »

« Tant mieux alors … Oui … Tant mieux. »

« Ne t’en fait pas, tu n’es pas la seule à être soulagée. Bon … Elles devraient bientôt être arrivées normalement. Tu peux regarder par la fenêtre s’il te plaît ? »

Anthea hocha la tête, s’exécutant alors qu’elle observait à travers les vitres. Hum … Elle voyait bien un épais point noir à l’horizon qui était en train de grandir.

« Elles sont en approche. Tu veux les accueillir pendant que je surveille le repas ? »

Et deux fois plutôt qu’une ! Elle eut un grand éclat de rire en voyant le tablier blanc de Téo, celui-ci ne répondant même pas à Anthea. Il ne fit que rougir avant de quitter la maisonnette. Il devait accueillir Bel, sa mère et Percila ! D’ailleurs, chacune se trouvait sur le sommet d’un des trois crânes du Trioxhydre de Bel. Vraiment … Kyurem était peut-être imposant mais Tryalone l’était tout autant. Rien à voir avec les autres pokémons.

Il s’approcha de la Trioxhydre, tendant les bras alors que Bel sautait tout simplement du crâne de sa pokémon pour venir atterrir dans les bras de Téo. Elle l’embrassa longuement, ne semblant pas gênée de le faire en public. Lui, c’était un peu différent mais il ne niait pas qu’il aime quand même ce qui se passait.

« Ahem … Téo … Dès que tu auras terminé tout cela, tu voudras bien dire bonjour à ta mère, s’il te plaît ? » demanda Percila. Si auparavant, elle avait des cheveux assez longs, là, c’était encore pire. Ils pouvaient facilement toucher le sol mais elle utilisait un minimum de pouvoirs psychiques pour les faire flotter derrière elle. En apparence, elle avait aussi assez grandi, ressemblant maintenant à une femme très élégante.

Téo arrêta le baiser, disant à Bel de l’attendre dans la maison, là où Anthea était déjà présente. Il embrassa sa mère sur les joues. Maintenant, après ce qu’il avait fait, il faisait tout pour rattraper le retard passé avec sa mère. Il valait mieux pour lui en un sens.

« Bonjour Percila. » dit-il alors que Percila tendait sa main pour qu’il l’embrasse. Néanmoins, il vint déposer ses lèvres sur sa joue avant de reprendre : « Je pense que nous nous connaissons assez bien pour faire ça. »

« Je ne suis pas sûre que les familiarités soient de mises … mais bon … Maintenant que c’est fait … Allons plutôt chez toi, Téo. Enfin … En même temps … Je dois te dire que Carolina a apprécié les fleurs envoyées. » dit Percila, rouge aux joues.

Elle essayait de se montrer distante mais il était difficile d’oublier certaines choses. Elle le savait parfaitement mais bon … Elle faisait de son mieux.

Les cinq personnes furent assises autour d’une table. Du moins, les quatre femmes étaient assises tandis que le seul homme était debout, en train de ramener les différents repas qui allaient se suivre les uns après les autres.

« Je préviens … C’est chaud. »

« Et c’est lui qui a cuisiné. » continua Anthea, Bel rigolant avant de répondre :

« Je ne m’en fais pas ! Téo était déjà pour la cuisine auparavant et là, il s’est encore amélioré. Tu ne trouves pas, Percila ? En plus, tu me demandes tout le temps si c’est Téo qui va cuisiner ou non quand je t’invite ! »

« Ce … Ce n’est pas pareil ! Ne mélangeons pas tout ! »

Elle avait bredouillé ces quelques mots alors qu’elle rougissait faiblement. Ca ne se disait pas en public tout ça ! Elle allait devoir lire dans les pensées de la jeune femme pour lui trouver une petite pensée qui la rendrait confuse !


Mais au final, elle ne trouva rien. Elle semblait juste penser à Téo et à avoir tout le monde autour d’elle.
Ah … C’est vrai que Bel en avait bien bavé à cause de Téo. Bon … Pour aujourd’hui, elle allait laisser passer la remarque de Bel. Pour aujourd’hui hein ?

« Est-ce que vous avez encore faim ? Ou je peux m’asseoir. »

« Viens donc t’asseoir au lieu de rester debout ! » dit Bel, se levant pour prendre la main de son mari. Elle aussi avait maintenant un anneau à l’annulaire gauche. Ses cheveux blonds lui allaient jusqu’à la poitrine bien qu’elle gardait toujours ses épis sur le sommet de son crâne.

« Oui … Oui … Pas besoin de me presser non plus, Bel. »

« Et dire que cela fait déjà un an que vous êtes fiancés … A quand le mariage ? » demanda la mère de Téo, celui-ci se grattant la joue en détournant le regard. Il vint s’asseoir avec Bel à ses côtés, celle-ci s’écriant avec joie :

« Le plus tôt possible ! Mais Téo veut aussi que l’on ait deux enfants. Il pense que ça serait bien d’avoir un garçon et une fille. Ou alors deux filles … Ou deux garçons ! »

« Mais Bel ! Ca ne se dit pas en public tout ça ! C’est du privé ! » répondit le jeune homme, plus rouge qu’une tomate.

« Mais mais mais … Je croyais que tu voulais que tout le monde soit au courant puisqu’elles sont réunies ! Ce n’est pas le bon moment ? »

« Oh … Vraiment … Tu es une imbécile, Bel. L’effet de surprise est brisé. »

Elle baissa la tête sur son ventre, rougissante avant que le silence ne plane. Puis Percila fut la première à féliciter l’heureux évènement. Un couple d’imbéciles … mais heureux.

Chapitre 115 : Une véritable furie

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 115 : Une véritable furie

« Est-ce que tu es vraiment sûre de ça ? Bel … Ce n’est plus pareil … »

« Oh que oui … Je confirme que ce n’est pas pareil et tu vas vite comprendre ta souffrance, Téo. C’est le genre de choses que tu vas regretter amèrement toute ta vie. »

« Il y a tellement de choses … que je regrette … »

« NE TE MOQUE PAS DE MOI ! Tu n’as jamais rien regretté ! Comment est-ce que … Comment est-ce que dans le fond … Je dois être trop gentille … Vraiment trop gentille d’aimer un égoïste pareil. Qui n’en a rien à faire de moi et des autres. Qui croit qu’il doit porter tout le mal du monde car c’est sa destinée. »

« Je ne pense pas avoir dit cela … mais bon … Je … Kyurem … Tu peux finalement achever son Clamiral. Il n’a que trop durer. » souffla l’adolescent aux cheveux noirs.

Le pokémon ne tarda pas à s’exécuter, fonçant à toute allure alors que Bel ordonnait à Manos de se protéger mais ça n’allait pas servir à grand-chose. Le Pokémon fut soulevé dans les airs, Kyurem lui crachant un puissant souffle de glace. Qu’importe s’il était un pokémon aqueux, ils ne jouaient pas dans la même cour tous les deux !

Pourtant, le pokémon ne sembla pas inconscient alors qu’il revenait atterrir sur le sol après une projection de la part de Kyurem. Le pokémon légendaire revint au sol, Téo regardant le Clamiral qui se tenait toujours debout. C’est vrai … Il fallait reconnaître sa ténacité.

Mais ça ne suffira pas. Il n’allait pas faire durer plus longtemps ce combat. Kyurem était un dragon et en tant que tel, il était rare que les dragons soient rapides. Mais il y avait une façon de stopper son adversaire et … il allait l’appliquer.

« Kyurem … Sois l’investigateur d’une nouvelle ère glaciaire ! Emporte Manos avec toi ! »

Ah ? Qu’est-ce que … Il se sentait un peu chaud au cœur. Il ne devait pas … perdre ce froid. Il ne devait pas perdre ce froid … sinon, c’en était terminé de lui. Il devait se calmer … vraiment se calmer même. Sinon, il ne savait pas ce que cela risquait de donner. En fait, si, il savait ce qu’il deviendrait si ça continuait …

« Manos ! Essaye de l’attaquer le plus rapidement possible avant son attaque ! »

Le Clamiral bougea sa tête de gauche à droite, de haut en bas, semblant faire un mouvement rotatif avec celle-ci. La corne tournoyait à son tour, ressemblant à une foreuse alors que Téo souriait faiblement. Il voyait ce qu’elle était en train de faire … mais pendant ce temps, tout le sol de l’arène gela complètement avant que de nombreux pieux de glace ne sortent du sol.

« Ce n’est pas … terminé … Comment est-ce que tu crois que ton pokémon va se déplacer sur cette glace ? Et encore … Même les pokémons liés à ce type seront frigorifiés. Nous ne parlons pas d’un froid banal … loin de là même. »

« MANOS ! Saute et blesse Kyurem avant que tu ne perdes conscience ! » cria Bel, ne semblant pas s’intéresser aux paroles de Téo. Contrairement à ce qu’il pensait, le Clamiral vint réussir à sauter dans les airs une dernière fois, sa corne prête à toucher le poitrail de Kyurem mais celui-ci l’arrêta d’un coup de patte bien placé, l’envoyant dans le décor et le faisant s’évanouir définitivement.

Kyurem regarda sa patte, celle-ci avait été quand même légèrement blessée par l’attaque du Clamiral. Hum … Intéressant. Certains humains avaient vraiment des pokémons plus étonnants qu’on ne l’aurait cru. Bel prit une profonde respiration, rappelant Manos alors qu’elle sortait son cinquième pokémon. Stéréla se présenta, tapant des pattes contre son torse avant de claquer ses dents. Elle ne semblait pas vraiment impressionnée par le Kyurem.

« Stéréla, fais une tempête de sable pour l’aveugler et le blesser ! »

« Kyurem … Bel ne semble pas comprendre la différence de niveau entre toi et ses pokémons. Il est temps de lui montrer ce que tu sais faire. Crée une pluie de grêle. »

Et pas une petite ! Il parlait d’une pluie qui allait tout simplement s’abattre sur la Crocorible. D’ailleurs, celle-ci poussa des gémissements de douleur alors que les grelons avaient la taille d’un poing. Téo remarqua que Bel se protégeait elle aussi tandis que lui-même ne semblait pas ressentir la douleur sur son corps.

« Kyurem … Stoppe cette grêle. » souffla l’adolescent.

Hein ? Quoi ? Il avait arrêté la grêle ? Pourquoi ça ? Elle arrêta de se protéger le visage, remarquant les yeux rouges de Téo qui la fixait. Est-ce qu’il avait fait ça … pour elle ? C’est vrai ? Peut-être que oui … Enfin … Peut-être … Mais elle n’était pas prête à lui pardonner !

« Profite-en, Stéréla ! Mord-le de toutes tes forces ! »

Et où est-ce qu’elle devait mordre ? AH ! Bonne idée ! La Crocorible vint planter ses crocs dans l’une des pattes de Kyurem, celui-ci donnant un coup de crâne à la créature, l’assommant à moitié. Néanmoins, elle avait lâché prise.

Et c’était le plus important. Voilà que Kyurem venait écraser la Crocorible avec l’une de ses pattes, l’enfonçant dans la glace. D’ailleurs, la pokémon n’avait pas eu trop de difficultés à se déplacer sur le terrain gelé.
Malgré le froid et le verglas, elle avait planté ses griffes dans la glace, ce qui lui permettait alors un déplacement plus facile, bien plus facile même … mais elle perdait par contre de la vitesse, ce qui était vraiment dommage.

Néanmoins, le sol fut parcouru par de nombreux tremblements, les pics de glace qui avaient été créés par Kyurem vinrent se fissurer et tomber sur le corps de ce dernier, le blessant légèrement alors qu’il remarquait que Stéréla avait créé ce séisme.

« Achève-la maintenant. Il ne reste alors plus qu’un seul pokémon. »

Un seul ? Soit … Kyurem leva sa patte avant de l’abattre une seconde fois sur la Crocorible, en terminant définitivement avec elle. Il était un peu blessé par les deux pokémons mais maintenant, c’était bon … Il n’en restait plus qu’un seul. Un seul … Mais même Téo n’était pas au courant. Pourtant, il connaissait tous les autres.

« Je vois … Ce que Kyurem vient de faire, ça représente exactement ce que tu fais avec mes sentiments depuis le début, Téo. »

« Comment ça ? » murmura faiblement l’adolescent alors que Bel rappelait son pokémon.

« Tu les piétines à chaque fois. Tu les écrases bien pour me faire comprendre mais tu vois, j’ai la vie dure, très dure même. Maintenant … Puisque tu veux tant réussir à me battre, nous verrons si tu y arriveras, n’est-ce pas ? Tryalone. »

Tryalone ? C’était donc bien son sixième pokémon ? Il regarda la pokéball qui s’ouvrait, laissant place … à une imposante Trioxhydre ? Mais elle était bizarre … Elle était vraiment bizarre et différente de celui qu’il avait déjà vu. Il devait bien faire presque trois mètres ? Ce qui était presque deux fois plus que sa taille normale ?
Et pas seulement … Il avait aussi une étrange couleur verte … couleur pomme. Mais aussi un peu violet au niveau de sa crinière ? Ou de ses crinières … Mais il n’avait jamais vu de pokémons de cette couleur avant aujourd’hui. Du moins, d’une couleur différente de celle habituelle. Comment ça se faisait ?

« C’est donc ça ta dernière pokémon ? Est-ce une blague ? »

« Tu penses que je suis d’humeur à blaguer ? Téo ? » demanda Bel en fronçant les sourcils. Elle semblait plutôt d’humeur massacrante, prête à le foudroyer sur place. Mais elle ne comprenait pas l’idiotie qu’elle venait de commettre ? Un dragon face à lui ?

« Enfin bon … Tu fais comme tu veux. »

D’ailleurs, il s’était mis à bien plus parler depuis que Bel était là. Mais ce n’était pas pour ça qu’il allait retenir ses coups, loin de là même. Il demanda à Kyurem de créer un puissant rayon de glace, celui-ci partant en direction du Trioxhydre qui ne chercha même pas à l’esquiver. L’une de ces têtes fut gelée par le froid.

« Une en moins, plus que deux … Bel … »

« Une en moins … mais une de plus aussi. »

Elle répliqua sèchement alors que les deux autres têtes vinrent cracher de douces flammes sur la troisième, la dégelant au grand désarroi de Téo. Hum … Mais elle pensait vraiment que ça suffirait ? Si elle ne faisait que se défendre, elle allait lourdement perdre.

« Je me demande ce qu’elle attends pour l’utiliser. Dragon légendaire ou non, il reste un dragon. » déclara une femme aux cheveux blonds. Il s’agissait de Cynthia. A côté d’elle, Thierry observait les deux imposants dragons, murmurant :

« Qu’est-ce que tu as encore appris à Bel ? »

« A dompter l’homme qu’elle aime. Ne t’en fait pas. Il peut faire ce qu’il veut, ça ne changera rien à la situation. Elle a déjà gagné d’avance. » reprit Cynthia avant d’émettre un petit rire qui semblait légèrement diabolique. Thierry trembla un peu.

« Puisque tu as attaqué … C’est maintenant à mon tour, n’est-ce pas ? Je ne pense pas que Kyurem soit capable de faire ça. La plus puissante attaque des dragons. Et tu sais très bien que les dragons sont très faibles face à leurs propres attaques. Maintenant … Montre-lui pourquoi tu es crainte … DRACO METEOR ! »

Le ciel se déchira, des grondements sonores se faisant entendre alors qu’une sorte d’ouragan était en train de se former. Le ciel … Le ciel était en train de se couvrir … de nuages noirs. Et la foudre ? C’était quoi cette attaque ? Draco meteor ? Il ne la connaissait pas. Kyurem parut aussi étonné que lui, tous les deux regardant le ciel, endroit où la Trioxhydre se trouvait.

… … … Le ciel était en train de s’ouvrir, un monstrueux rocher d’une taille aussi grosse que la Trioxhydre sortant du trou dans le ciel. Une météorite ? C’était donc ça … Une météorite qui vint s’exploser contre Kyurem des vagues de poussière faisant tomber les deux adolescents et aveuglant tout le stade.

« Je … C’est … C’est … » bredouilla Téo, sous le choc.
C’était impossible … mais le constat était là. Kyurem était à terre, écroulé sur le sol. Il ne semblait plus réellement conscient alors que la Trioxhydre était fier de son résultat. Elle avait de quoi l’être … Téo ? Il était tout simplement désemparé alors que l’arbitre levait le drapeau.

« Kyurem est maintenant inconscient. Daporn n’a plus de pokémons pour se battre. Victoire de la maîtresse d’Unys : Bel. »

Des applaudissements tonitruants se firent entendre de toutes parts alors que Kyurem se relevait faiblement. Téo était là, encore sous le choc de sa défaite. Après tout ça ? Peut-être que … Après tout ça … Oui … C’était bien mieux. Il s’approcha de Kyurem, murmurant :

« Tu peux … encore voler, Kyurem ? Je veux … que tu m’emmènes chez toi. »

« Que … Qu’est-ce que tu comptes faire, Téo ?! » cria Bel alors que sa Trioxhydre arrivait à sa hauteur. L’adolescent s’approcha avec lenteur de Kyurem, celui-ci penchant la tête en avant pour le laisser grimper.

« Mourir … C’est tout. Nous pouvons y aller … »

« Que … Que … QUOI ?! TRYALONE ! »

Elle hurla à sa pokémon de se pencher en avant alors que Kyurem était déjà dans les airs. Elle n’allait pas laisser faire ça ! IL EN ETAIT HORS DE QUESTION ! Il en était hors de question ! Elle n’allait pas laisser passer ça ! De qui est-ce qu’il se moquait hein ? DE QUI ?! Il voulait vraiment qu’elle s’énerve ou quoi ?
Car là … LA … … LA… IL JOUAIT AVEC SES NERFS ! Et ce n’était pas bon du tout pour elle ! PAS BON ! Elle demanda à sa Trioxhydre de poursuivre Kyurem, la pokémon obéissant aussitôt à sa dresseuse. Il valait mieux lui obéir maintenant !

« Kyu ? » demanda le pokémon légendaire, tournant sa tête en arrière alors qu’il continuait de battre des ailes avec une certaine lenteur, signe de sa faiblesse.

« LACHE-LE TOUT DE SUITE ! »

Il avait bien entendu une voix derrière lui. Et il y avait cette Trioxhydre qui le poursuivait. Elle n’allait pas le lâcher, n’est-ce pas ? Et comment est-ce qu’il allait faire ? Et Téo allait comment ? L’adolescent était juste couché, s’accrochant faiblement à ses cornes.

« TU NE M’ECOUTES PAS OU QUOI ?! »

La Trioxhydre dépassa facilement Kyurem, se plaçant en face de lui. Bel se mit debout sur la base de la tête centrale. Malgré la hauteur, elle ne semblait même pas avoir peur du vide. En fait, elle était juste terriblement en colère.

« Lâche … le. Je ne me répèterai pas une troisième fois, Kyurem. »

Le pokémon légendaire ouvrit la bouche, produisant un cri tandis qu’un rayon de glace se formait dans sa bouche. Il devait exécuter les dernières pensées de Téo. Mais voilà … La Trioxhydre ne semblait même pas apeurée … En fait, c’était tout le contraire. Trois rayons se formèrent au niveau de ses têtes.

« Je t’ai demandé … une chose … Kyurem. Que tu sois un pokémon légendaire … ne change rien. Tu vas me donner Téo. TEO ! Tu m’entends ?! »

L’adolescent ne lui répondit pas, étant plongé dans l’inconscience. Avec les pouvoirs de Kyurem affaibli, son corps n’allait plus tenir très longtemps. Et pendant ce temps, Kyurem fixait la Trioxhydre mais surtout sa dresseuse.

Cette adolescente … Qu’est-ce qu’elle représentait pour l’humain sur son dos ? Il avait remarqué le changement de ton, très bref, dans sa voix … quand il s’était adressé à elle. Est-ce que c’était pour elle qu’il se battait ?

« Bon … Tu l’auras voulu ! JE VAIS LE RECUPERER DE FORCE ! TRYALONE ! »

Un premier rayon vint passer à côté de Kyurem mais cela avait suffit à faire pencher le corps de Téo sur le côté, celui-ci tombant dans le vide. Aussitôt, rapide comme une flèche, la Trioxhydre vint le récupérer ou plutôt sa dresseuse. Celle-ci l’avait réceptionné, le gardant contre elle alors qu’elle sentait le corps frigorifié de Téo.

« Maintenant … On va te montrer une solution bien plus simple que toutes celles que tu as pu t’imaginer, Téo. » murmura-t-elle avec douceur.

Elle regarda Kyurem qui avait fait un demi-tour dans les airs. Elle l’observa quelques secondes avant de demander à sa Trioxhydre de l’emmener à l’hôpital le plus proche. Il y avait beaucoup à faire maintenant.

« KYUUUUUU ! » cria le pokémon légendaire.

Kyurem s’était mis à suivre la Trixohydre sans rien faire d’autre. Il avait décidé d’accompagner Bel et l’adolescent. Il ne faisait rien d’autre … Rien du tout. Dans les bras de Bel, Téo était à nouveau inconscient, dévoré par une maladie qui voulait en finir avec lui.

Chapitre 114 : Ni vivre, ni mourir

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 114 : Ni vivre, ni mourir

Il fallait retourner quelques mois en arrière. Plusieurs mêmes … Environ huit voire neuf mois. Cela semblait être une bonne date. A partir de là, ses médicaments venaient de se terminer et il souffrait atrocement de sa maladie. Celle-ci n’hésitait pas un instant à profiter de chaque moment de faiblesse pour le faire souffrir.
Et le résultat ne se faisait jamais attendre. Il souffrait comme un martyr. Il souffrait terriblement, il arrivait à peine à respirer et à parler et son cœur tapait comme un burin contre sa poitrine, comme pour vouloir s’extirper.

« KYUUUUUUUUU ! » cria le pokémon de glace en face de lui.

« Aujourd’hui sera le bon jour. Je vais tout faire … pour que … pour que … »

Il n’arrivait pas à terminer sa phrase, Kyurem hurlant une nouvelle fois, créant un puissant froid en direction de l’adolescent pour lui dire de partir. Néanmoins, son Pyrax fit un puissant feu pour contrer la tempête de neige.

« Tu sais pourquoi je suis là … Je ne m’arrêterai pas que je ne t’aurai pas comme allié. »

« KYUREM ! » s’écria le pokémon sans même chercher à s’arrêter ne serait-ce qu’une seule fois. Comme si on pouvait croire qu’il se plierait à l’idée d’un humain. Les légendes basée sur lui qui dévorait les humains étaient fausses … mais il allait bientôt faire une exception si ça continuait ! Il allait le dévorer sans qu’il ne reste plus rien !

« Est-ce que je dois prouver ma franchise par un combat ? Ca ne me dérange pas du tout … »

Par un combat ? Ce petit homme voulait se battre contre lui ? Avec ses pokémons ? Il en avait du courage … ou de la témérité … ou alors tout simplement de la folie. Mais qu’importe, puisqu’il voulait se battre, il allait obtenir ce qu’il voulait !

Le combat ne dura guère longtemps. Il n’y avait que le Pyrax de Téo et son Megapagos qui pouvaient tenir la cadence face à lui. Le résultat ne tarda pas à se faire voir. L’adolescent fut renvoyé hors de la grotte, Téo criant de toutes ses forces :

« Je reviendrai ! Est-ce clair ? Je reviendrai ! Que tu le veuilles ou non ! »

« KYUREEEEEEEEEEEEEMMMMMM ! » hurle le pokémon à l’intérieur de la grotte. S’il voulait se battre, il serait toujours là ! Jusqu’à ce qu’il comprenne sa douleur ! Jusqu’à ce qu’il comprenne que ça ne servait à rien de se battre contre lui ! C’était une cause perdue d’avance ! Ca ne servait à rien de vouloir lutter !

« Désolé … de vous faire perdre du temps avec moi. »

L’adolescent était maintenant adossé à un arbre. La tempête de neige semblait s’être arrêtée pour un instant, comme si le pokémon de glace avait décidé de calmer le jeu pour un instant, un court moment. Il fallait dire que Téo semblait souffrir atrocement, ses cinq pokémons autour de lui pour le surveiller et voir comment il allait. Même si le résultat n’était guère plaisant à observer … Téo était bien vivant.


Mais combien de temps ? Six mois s’étaient écoulés … Six longs mois dont trois sans ses médicaments et voilà que leurs absences étaient visibles sur son corps. L’adolescent avait maintenant de nombreuses tumeurs visibles sur le flanc gauche, sauf au niveau du visage. Une tumeur ne pouvait pas pousser ici … sauf peut-être au cerveau mais au niveau des joues, il ne fallait quand même pas rêver non plus.

« KYUREM ! Je suis à nouveau là pour t’affronter ! Cette fois-ci, tu … »

L’adolescent s’arrêta, commençant à cracher du sang alors que sa vue se brouillait. Il avait beaucoup de mal à rester conscient et debout. En fait, c’était à peine s’il voyait ce qui se passait devant lui. C’était à peine ça … Ah … Ah …

« TU M’ENTENDS ?! KYUREM ! JE VAIS RENTRER ET … »

« KYUUUUUUU ! » s’écria le pokémon de couleur bleu, aux pouvoirs liés au froid. Ce cri ? Il était bien plus proche que prévu. Qu’est-ce que ça … voulait dire ? Est-ce que …
Téo fit quelques pas en arrière, remarquant que Kyurem s’était approché de l’entrée de la grotte … ou plutôt … comment dire … de la sortie si on considérait qu’elle faisait les deux. Ce n’était pas que ça … loin de là même. Ca voulait dire … que …

« Kyurem ? Tu veux sortir de la grotte pour te battre ? Est-ce que tu es sûr de ça ? Tu risques de le regretter am… AAAAAAH ! AAAAAAAH ! »

PUREE ! Ca faisait mal ! Ca faisait très mal même ! Il souffrait le martyr maintenant ! Il posa une main sur son cœur, empoignant sa peau comme pour se la déchirer. Il était même en sanglots, il arrivait plus à respirer ! Il y arrivait plus !
Kyurem fit son apparition, à l’entrée même de la grotte. Il semblait l’attendre, n’est-ce pas ? Mais pourquoi est-ce qu’il venait ici et pas ailleurs ? Ce n’était pas normal, loin de là même. Est-ce qu’il voulait qu’ils s’affrontent ici ?

« Puisque … Puisque … C’est … C’est … ce que tu veux … Je vais … Je vais … »

Il allait l’affronter avec tout ce qu’il pouvait ! Cette fois-ci, il avait revu toutes ses stratégies et même ses pokémons … Ses pokémons plante et insectes allaient se battre et faire de leur mieux ! Du moins … C’est ce qu’il avait cru.
Il y avait eu plus de résistance de sa part mais ça n’avait servi à rien. Kyurem était bien trop fort pour le commun des créatures mortelles. Pourquoi est-ce qu’il avait voulu son aide ? Depuis des mois … Il avait tout perdu … Même son corps lui obéissait à peine.
« Mais je veux … Je veux … J’AI BESOIN DE TOI, KYUREM ! »

« KYUUUUUUUUU ! » répondit le pokémon, s’enfonçant dans la grotte pour y disparaitre à nouveau, signe qu’il ne l’acceptait toujours pas.

« Je … reviendrai … Tant que je peux … Tant que … » bredouilla Téo, s’écroulant au sol pour ne plus bouger. Vélicia vient l’aider du mieux qu’elle le pouvait, l’emmenant à l’abri.

Neuf mois s’étaient maintenant écoulés. Neuf longs mois et l’adolescent marchait à peine. Maintenant, c’était Kyurem qui venait à lui, chaque jour. L’adolescent le combattait chaque jour, espérant réussir à le faire plier mais rien ne changeait.

« Au … Aujour … Aujourd … »

Il n’arrivait même plus à terminer ses phrases, pris de trémolos alors qu’il était constamment assis contre un arbre. C’était à peine s’il bougeait. En fait, il avait besoin de l’aide de ses pokémons pour se déplacer, ne serait que pour les banalités communes. Oui … Il était dans un état des plus déplorables mais ça ne faisait rien.

« Combattez le … Je … vous fais confiance … »

Il avait dit cela, bougeant faiblement son bras droit alors que ses pokémons fonçaient tous en même temps face au Kyurem. S’ils ne pouvaient pas l’avoir un par un, alors autant tout donner dans un seul et même combat. Le pokémon allait le regretter !

« Comment est-ce que ça … se débrouille ? » souffla l’adolescent, sa Majaspic ayant été éliminée en première. Elle avait fait exprès de se perdre pour se retrouver auprès de lui.

« Majas … Majaspic. Majas … » répondit doucement la pokémon.

« Rentrer maintenant ? Ce n’est … Ce n’est … pas possible … Pas alors que … »

« MAJAS ! » s’écria Vélicia, frottant plusieurs fois son museau contre lui pour bien lui faire croire comprendre qu’elle ne voulait pas que ça continue plus longtemps. Il avait déjà tellement souffert. Il fallait qu’il rentre !

« Pas maintenant … C’est bientôt … fini … J’en suis sûr et certain … C’est bientôt terminé … On va y arriver … J’en suis sûr et … »

« PYRAAAAAAAAX ! » hurla Phanan alors que des flammes étaient projetées sur le Kyurem. Celui-ci recula de plusieurs mètres, semblant souffrir des flammes.

« Tu … vois ? Je te l’avais … dit … hahaha … »

Il avait encore la force de rire ? Non … Même pas … Un peu de bave ensanglantée sortait de ses lèvres alors qu’il respirait bruyamment. Ça allait être terminé.
Oui … Terminé … Car ils avaient encore perdu. Mais cette fois … Le Kyurem avait été très blessé, signe que ce n’était qu’un petit moment avant qu’il n’accepte.

«  Encore … Et encore … Je reviendrai … Je reviendrai … Je reviendrai … »


Il répéta cela sans cesse, comme pour conjurer un mauvais sort alors qu’il hoquetait. Maintenant, tous ses pokémons étaient retournés vers lui tandis que lui-même restait assis contre un arbre. Il ferma les yeux, respirant bruyamment alors qu’il cherchait de l’air. De l’air ! C’est ce dont il avait besoin et rien d’autre ! Ah … Ah … Ah … Zut … Vraiment zut … Il en avait besoin … C’était bientôt terminé. Oui … Il en était convaincu.

Voilà … Presque une année s’était écoulée et maintenant, la partie gauche de son corps était difforme. C’était bizarre mais il ne savait pas pourquoi le côté droit de son corps n’était pas touché par les tumeurs. C’était bizarre … oui … vraiment bizarre en soi.

« … … … Attaquez … »

Il ne levait même plus la main droite alors que Kyurem se présentait à lui, prêt à voir si aujourd’hui allait être le jour où ils allaient faire plier le pokémon légendaire. Vélicia jeta un regard inquiet à son dresseur avant de joindre la bataille.
Une bataille qui faisait rage tandis que le Megapagos et le Pyrax étaient les deux pokémons qui défendaient les trois autres. Pendant ce temps, la Fragilady et la Manternel étaient en train de danser en même temps. Vélicia, de son côté, créait un zénith dans le ciel même si cela allait désavantager Soror. Mais qu’importe … Le plus important était de battre ce pokémon !

« KYUUUUUUUUU ?! »

Lui ? Il était en train de reculer devant la puissance de ces petites créatures ? Il n’allait pas laisser cela durer trop longtemps ! Il était temps d’utiliser toutes ses attaques pour obtenir la victoire ! Il n’allait pas perdre contre eux maintenant !

« PYRAAAAAX ! » répondit Phana, contrant l’attaque de glace par ses propres flammes, renforcées par la puissance du soleil dans le ciel.

Il allait être battu ? Lui ? Il … Après environ une année … Il allait finalement perdre ? Il avait pu juger l’adolescent et voir tout ce qu’il avait sacrifié pour l’avoir à ses côtés. Il était à mi-chemin entre la vie et la mort, il était sur cette bordure qui faisait passer de vie au trépas. Il suffisait juste d’un geste pour qu’il tombe définitivement de l’autre côté pour ne jamais en revenir. C’était ainsi ? Peut-être que oui …

« Kyu ? Kyurem ? » dit le pokémon légendaire avant que toutes les attaques ne viennent le frapper, le forçant à s’écrouler au sol.

Il acceptait maintenant sa défaite. Il attendit quelques secondes avant de se redresser, prenant une profonde respiration avant de cracher un léger souffle de glace. Les pokémons de cet adolescent avaient réussi à obtenir la victoire. Il allait donc les accompagner … Son projet semblait différent d’un dresseur ordinaire.

« Majas ! Majas ! » cria Vélicia, heureuse de savoir que le pokémon allait les accompagner. Il fallait maintenant prévenir Téo. Celui-ci était à la même place, n’ayant pas bougé. Elle s’approcha de lui, frottant son museau contre la joue avant de pousser des petits cris.

Aucune réaction de la part de l’adolescent. Elle recommença une seconde fois, sortant sa langue pour le faire réagir mais rien de rien. L’adolescent ne lui répondait pas. Les autres pokémons vinrent auprès de leur dresseur, Vélicia se faisant un peu plus pressante. La tête de Téo pencha sur le côté, puis ce fut son corps, l’adolescent s’écroulant au sol, ne bougeant plus. Aussitôt, Vélicia poussa un cri strident, commençant à secouer Téo puis à l’enserrer. Kyurem se présenta au groupe de pokémons, ayant attendu que Téo vienne le capturer, chose qui n’allait jamais se produire.

« Et me voilà en face de toi … »

« Mais tu … Pourquoi est-ce que tu … »

« Il semblerait que la maladie m’a emporté. Je suis une véritable bombe purulente si tu veux tout savoir. Mais bon … Avec un ou deux battements de cœur par minute, on va dire que je ne suis pas complètement mort non ? Tout mon corps vit au ralenti, toutes mes fictions vitales travaillent au minimum … et même ma maladie est ralentie. C’est le pouvoir de Kyurem … mais aussi de Phanan. Sans sa chaleur, je serai déjà mort de l’intérieur. »

« Est-ce que tu es mort ou non ?! C’est ça que je veux savoir ! Le reste, je m’en … »

« Je ne suis pas totalement mort. Mais disons que je suis sur le point de mourir. Mais de toute façon, il suffit que je gagne ce combat … Ah … Ah … Ah … Kyurem est de mon côté, tu ne pourras pas le battre, Bel. J’ai gagné. »

« Nous allons bien voir ça ! Il me reste trois pokémons ! Et j’ai encore mon pokémon secret et … » commença à dire Bel avant d’être interrompue par une voix féminine :

« TEO ! TEO ! C’EST MAMAN ! TEO ! ARRETE CE COMBAT ! »

« Comme si j’allais le faire. » souffla Téo, prenant une profonde respiration.

« Ne parle pas de ta mère comme ça, Téo ! Et je ne te laisserai pas gagner ! »

« Je ne veux pas d’une fausse victoire … Une victoire faussée car tu me l’aurais laissée. »

Si c’était vraiment un combat qu’il désirait, il allait l’avoir ! Et maintenant qu’elle savait qu’il n’était pas complètement mort … AAAAAAAAH ! Ca l’énervait ! Elle était en colère ! Elle était en colère contre lui ! Après ce combat, il allait comprendre comment elle s’appelait ! Elle n’allait pas le laisser faire !

« Ramène donc ton Clamiral, Bel. Il sera le premier à tomber sous les coups de Kyurem. »

« Ne soit pas trop vaniteux, Téo. C’est vrai que tu as changé … mais pas forcément en bien. »

« Pas forcément en bien ? C’est quoi cette insinuation ? Je … Ah … Je ferai mieux de ne plus … parler … Je me fatigue pour rien. Rien … »

Kyurem poussa un puissant cri, commençant à s’envoler malgré son aile déformée. Lui aussi était comme Téo. Ils étaient tous les deux pareils … Difformes. Mais peut-être que pour l’un, il était encore temps de le guérir.

« Alors avise-toi de ne plus parler, Téo. Je crois que tu en as trop fait … beaucoup trop même. Si tu préfères utiliser les méthodes plus stupides et dangereuses, je vais te montrer comment on peut résoudre un problème très facilement ! »

Oh que oui ! Mais pour ça, il restait un dernier pokémon à abattre ! Ce pokémon qui n’était rien d’autre qu’une créature légendaire et ancestrale ! Une créature … qui avait sauvé Téo.

Chapitre 113 : Mort naturelle

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 113 : Mort naturelle

« Manos … Occupe-toi donc de ce pokémon. Elle devrait comprendre qu’elle ne peut pas faire le poids face à toi. »

Le Clamiral ouvrit la bouche, se préparant à cracher un rayon de glace. Néanmoins, la Manternel s’était mise à bouger avec vivacité, esquivant l’attaque du Clamiral jusqu’à arriver à sa hauteur. Aussitôt, elle vint frapper ses deux bras en croix, créant une attaque qui alla frapper le Clamiral au visage, le faisant reculer légèrement.

Une attaque d’insecte contre un pokémon d’eau ? Est-ce que Daporn était en train de faiblir ? Car généralement, il avait toujours une idée en tête, une bonne idée mais là … C’était vraiment différent. Il semblait … laisser la Manternel agira à sa guise. En fait, il n’avait même plus bougé depuis qu’il avait laissé apparaître sa pokémon.

« Daporn … Réponds-moi. Si ça ne va pas, j’annule le combat. Alors, je te conseille de me répondre si tu ne veux pas voir ton rêve s’évaporer. »

« … … … Je suis … vivant. » répondit avec lenteur l’homme sous sa bure bleue. C’est bête … Elle avait de la peine pour lui. Ce terme … Être vivant … Il était vivant mais elle l’était aussi hein ? Ils étaient tous vivants. Mais quand il parlait, ça avait une connotation différente. C’était différent … comme s’il se raccrochait à la vie.

« Alors … D’accord, si tu l’es, on peut continuer. Manos, arrête de faire durer le spectacle. Envoie un blizzard pour abattre son pokémon. Normalement, tu ne devrais pas avoir de gros soucis, non ? Insecte et plante ne font pas bon ménage avec la glace. »

Un Blizzard ? Si c’est ce que sa maîtresse désirait alors il allait le faire. Il leva la tête en l’air, la Manternel commençant à frapper de toutes ses forces sur le Clamiral pendant qu’il faisait son blizzard. Elle n’hésitait pas à donner tous les coups possibles.

Mais pourtant, le blizzard en termina avec elle, la Manternel s’écroulant au sol. Le déluge s’arrêta, l’arbitre levant le drapeau pour signaler que la Manternel était vaincue. Mais elle se releva difficilement, ne semblant même plus se soucier du combat.

« Normalement, le combat est terminé. Se relever … après que j’ai levé le drapeau … Bel ? Que suis-je sensé faire ? Laisser le combat continuer ? Mais elle n’est plus en état de se battre normalement. » demanda l’arbitre tandis qu’elle hochait la tête négativement.

« Laissez voir … ce qui se passe. Elle ne semble pas vouloir se battre. »

C’était vrai. La Manternel n’avait aucune envie belliqueuse, le Clamiral restant néanmoins sur ses gardes. On ne pouvait jamais savoir ce qui se passait dans la tête d’un adversaire. Mais pourtant … Pourtant … La Manternel arriva à la hauteur du Daporn.

« Man … Manternel … » dit la pokémon, comme pour s’excuser, s’écroulant finalement à ses pieds sans plus se relever. Daporn resta immobile pendant quelques instants avant de faire ce qui semblait être un geste surhumain pour lui.
Il s’agenouilla, sa main blanche caressant sa Manternel avant qu’elle ne soit rappelée dans sa pokéball. Maintenant … Il allait en sortir un quatrième … n’est-ce pas ?

« Né. » murmura faiblement Daporn, Bel haussant un sourcil. Né ? Qu’est-ce qu’il voulait dire par là ? Qu’est-ce qui était né ? Non … Ce n’était pas ça ! Il terminait finalement le mot prononcé avant le combat ! Lisanée ! C’était bien Lisanée ! Mais alors … Qui est-ce qu’il allait appeler maintenant ? Elle fronça les sourcils alors qu’elle voyait maintenant apparaître son Pyrax. Rien que ça ?

« Un pokémon de feu face à mon Clamiral ? Tu ne me sous-estimes pas par hasard ? »
Elle ne savait pas si elle était prise au sérieux ou non mais elle n’allait pas attendre la réponse. Elle ordonna à son pokémon d’utiliser un puissant Hydrocanon avant que son adversaire se mette à danser. Le résultat fut foudroyant, le Pyrax volant en arrière, stationnant dans les airs pendant quelques secondes.

« Hum … Il fallait que je m’en doute que ça ne serait pas assez fort pour terrasser un Pyrax. Mais bon … Qu’importe, je vais continuer. Manos, termine-en avec lui ! »

Et cela allait être bien simple ! Le Clamiral recommença un second hydrocanon mais cette fois-ci, le Pyrax vint réagir avant, créant des ultrasons affaiblissant le Clamiral, son hydrocanon passant sur le côté gauche du Pyrax, l’ignorant complètement.

« Et tu ne veux toujours pas parler plus que ça, n’est-ce pas ? »

« Juste vivre … rien besoin de plus. »

« Mais vivre ? Tu es vivant justement ! Rien d’autre ! Pourquoi est-ce que tu dis ça ? »

« Je ne suis pas vivant … Plus vivant … Je dois vivre … en gagnant. » répéta Daporn avec nonchalance, Bel poussant un petit cri de rage. Ca l’énervait quand on parlait de la sorte !

« MANOS ! Finis-le complètement s’il te plaît ! Comme ça, monsieur Daporn parlera peut-être un peu plus s’il perd un quatrième pokémon ! »

Et cette fois-ci, il était hors de question de louper sa cible ! Et comment faire cela ? Tout simplement en allant au corps à corps ! La corne du Clamiral vint frapper le Pyrax en plein cœur, le papillon de flammes voletant dans les airs pendant quelques secondes avant d’être forcé d’atterrir au sol. Quand ce fut le cas, il vint cracher de nouvelles flammes sur le corps du Clamiral, des brûlures apparaissant sur celui-ci.

« Ne laisse pas les flammes te faire souffrir ! Manos ! Je t’ai demandé de le battre avant qu’il ne devienne trop puissant ! Tu es mon atout ! »

« Elle ment légèrement. Elle a autre chose … » murmura Percila aux trois autres membres du conseil alors qu’elle remarquait que Bel allait bien mieux maintenant.

Et finalement, le Pyrax s’écroula au sol, la corne du Clamiral en ayant terminé avec lui … et déjà deux autres pokémons. Il avait réussi à en battre trois à la suite sans même être extrêmement fatigué. Il était puissant, très puissant, c’était vrai.

Mais maintenant … Il ne restait plus que deux pokémons à Daporn. Elle avait réussi à retourner la situation à son avantage. Un rayon rouge sortit d’une manche de Daporn, son Pyrax étant rappelé avant qu’il ne murmurer :

« Je ne veux pas … Je ne veux pas ça … »

« De quoi ? Qu’est-ce que tu ne veux pas ? Exprime-toi donc un peu mieux ! S’il y a un problème, je t’aiderai Daporn ! Je suis toujours prête à aider ! »

« C’est … mon problème … Mes soucis … »

Ca lui rappelait quelqu’un. Quelqu’un qu’elle aimait beaucoup, terriblement même. Cette personne était la plus importante à son cœur mais à cause de toute cette histoire, elle n’avait jamais su la garder plus longtemps à ses côtés. Mais aujourd’hui, elle pouvait mettre un terme à tout ça. Elle le savait, elle le savait parfaitement.

« Appelle donc ton cinquième poké … »

« Non … Tu ne dois pas sortir … Je ne veux pas … Tu es blessée. »

A qui est-ce qu’il était en train de parler ? Il avait toujours le même ton froid et neutre mais soudainement, un flash rouge sortit de sa manche. Un flash rouge qui confirma tout ce qu’il fallait savoir concernant Daporn. Une longue créature de couleur verte, ressemblant à un serpent majestueux fit son apparition. La Majaspic vint serrer aussitôt Daporn, laissant voir quelques cicatrices sur des parties de son corps.

« Vélicia … n’est pas ? » murmura faiblement Bel, la Majaspic tournant son visage vers elle, montrant clairement qui elle était.

Puis sans un mot, elle vint se placer en face du Clamiral, le regardant longuement. Elle leva la tête en direction du ciel, poussant un profond soupir avant que le Zénith ne fasse son apparition. Au même moment, une pluie de glace s’abattit sur son corps, moins violente qu’elle n’aurait dû l’être.
La Majaspic posa son regard sur le Clamiral, faisant un petit sourire avant de créer un puissant rayon de lumière qui vint percuter Manos, le faisant s’écrouler sur le côté. Mais pourtant, il se redressa comme si de rien n’était, créant un rayon de glace à son tour.

Un rayon qui vint geler sur place la Majaspic, la rendant incapable de se mouvoir ou d’attaquer. Ce n’était vraiment pas de chance pour Daporn. Perdre sa cinquième pokémon comme ça ? Comme si de rien n’était ?

Le Clamiral fonça vers la Majaspic, plantant sa corne dans le cocon de glace formé par sa précédente attaque. Le cocon se brisa, la Majaspic étant touchée de plein fouet. Un quatrième pokémon battu par le Clamiral qui semblait invincible ? Il y avait de fortes chances … ou presque. Car la Majaspic était toujours prête à se battre, une aura rose émanant de tout son corps. A cette distance, elle ne pouvait pas louper son attaque !

« Une attaque portée sur les sentiments envers son dresseur. »

Elle ne la voyait pas souvent cette attaque, elle-même ne l’utilisait pas. Elle estimait que ce n’était pas assez puissant … Pourtant, elle en eut la preuve à cet instant. Son Clamiral fut projeté dans les airs par la Majaspic qui avait foncé tête baissée vers lui.

Tout son corps affaibli avait frappé du reste de ses forces dans cette attaque, espérant en terminer avec son adversaire. Néanmoins, le Clamiral se réceptionna sur ses pattes, s’écroulant au sol pendant quelques secondes avant de se redresser.

« Tu es encore capable de te battre, Manos ? » demanda Bel, son pokémon répondant par l’affirmative. Cette attaque avait été très violente, vraiment … Un tel Retour … Elle eut un petit sourire triste, s’adressant maintenant à sa Majaspic : « Tu l’aimes énormément ton dresseur, n’est-ce pas ? Si ça n’avait pas été le tien … Ton attaque m’a permis de confirmer définitivement qui est Daporn. »

« Majas … » murmura faiblement la créature, tenant à peine sur son long corps. Cette dernière attaque n’avait pas réussi à venir à bout du Clamiral bien que celui-ci tenait à peine sur ses pattes lui aussi. La Majaspic se retourna, émettant le même mouvement que la Manternel. Elle arriva à la hauteur de Daporn, inclinant doucement sa tête avant de repousser faiblement un petit cri : « Majas … pic. »

« Vé… li … cia. Tu as … bien fait. »

Il parlait avec lenteur, une extrême lenteur tandis que la Majaspic lui souriait. Elle était prête à s’écrouler mais l’homme en bure bleue vint s’agenouiller, serrant la créature contre lui.

« Tout … sera … terminé bientôt. Peut-être que je … ne peux plus vivre. »


La Majaspic ne lui répondit pas, sa tête posée sur l’épaule de son dresseur alors qu’elle était évanouie. Un flash rouge vint la ramener dans sa pokéball … pokéball qui tomba au sol … puis une autre et encore une autre … encore une … et encore une … Cinq pokéballs étaient au sol, roulant autour de Daporn alors que ses bras pendaient lamentablement vers le sol.

« Daporn, veuillez appeler votre dernier pokémon. » déclara l’arbitre, Bel restant sur ses gardes. Il ne lui en restait plus qu’un … mais ça devait être le plus terrifiant, n’est-ce pas ?

« Il veut m’aider à vivre … Il veut aussi que je vive … mais je suis déjà considéré comme mort … Je suis déjà mort … à mes yeux … aux yeux de tous. Sans Phénan, je n’aurai jamais survécu … Sans mes pokémons, je le serai déjà depuis plusieurs mois … Ma dernière chance commence ici … Ma dernière chance … Elle est là. »

Une sphère entièrement blanche glissa jusqu’à la main droite de Daporn, celle-ci serra fortement la pokéball. Aussitôt, le sol s’était mis à geler, les pokéballs continuant de rouler pour aller contre les murs.

« Mon dernier … espoir, n’est-ce pas ? Je suis déjà mort … »

« C’est bien toi, Téo, hein ? » bredouilla Bel faiblement, regadant la bure bleue de l’homme. Celle-ci … était en train de geler, n’est-ce pas ? De complètement se geler … Elle se recouvrait de glace, une glace qui se fissurait peu à peu alors que la pokéball s’ouvrait.

La bure se brisa en morceaux au même moment où un froid glacial envahissait complètement l’arène. Les morceaux tombaient au sol, dévoilant la personne qui se cachait dessous. La personne qui était derrière l’imposant dragon de glace.
Un dragon qui semblait avoir souffert du côté droit de son corps. L’une de ses ailes était comme brisée mais le froid présent dans l’arène était intenable ou presque. Nul n’avait pensé à cet instant qu’une telle entité ferait son apparition. Percila s’était redressée de son siège, criant dans la loge :

« C’est Téo ! C’est Téo ! Mais … »
« Mais … C’est quoi ça ? » demanda Bel faiblement, regardant l’adolescent derrière Kyurem.

Si Kyurem semblait brisé, Téo était déformé … Déformé de toutes parts … Du moins, sur la partie gauche de son corps. Il ne portait qu’un simple short et un t-shirt de couleur noir, comme si le froid ne lui faisait aucun effet.
Mais ce n’était pas ça qui était monstrueux, loin de là. C’était autre chose … Pourquoi ? Comment ? Pourquoi Téo avait de si nombreuses bosses de chair sur le cou, le bras, la hanche … la jambe ? Toute la partie gauche de son corps était comme déformé. Il n’y avait que son visage qui était indemne. Mais même ce visage était amaigri, comme s’il n’avait pas mangé depuis des mois … Ce visage complètement blanc, comme le reste de son corps.
« Que … ce combat … continue maintenant. »

« A … A … ATTENDS UN PEU ! TEO ! J’ai besoin d’explication ! »

« Elles … ne sont pas nécessaires. Les explications sont inutiles … vraiment inutiles … »

« J’ai l’impression de parler à un mort et tu crois que je ne veux pas d’explications ?! Je veux que tu m’expliques ce qui s’est passé ! Ce qui se passe ici ! »

« Je … suis mort … par ma maladie. Je suis mort scientifiquement … Je suis dans un état qui se rapproche le plus de ma mort. Mon cœur ne bat plus qu’une à deux … fois par minute. Tout est terminé … Je ne vis qu’à peine … Je ne suis plus vivant … C’est tout. Maintenant … Il faut se battre, Bel. Il faut … Je veux gagner. »

« Tu veux la victoire à tout prix, c’est ça ?! Tu es prêt à aller jusqu’à faire ça pour … pour gagner contre moi ? C’est juste ça ?! » s’écria Bel avec rage.

« Je veux juste … gagner … et avoir … le droit de vivre. Si je ne te bats pas … Je n’aurai pas le … droit de vivre. »

« Ah oui ? Le droit de vivre ? Tu veux vraiment avoir le droit ? T’inquiètes pas, Téo. Tu vas pouvoir voir qui va te l’octroyer ce droit mais avant … JE VEUX UNE EXPLICATION ! »

Elle voulait tant une explication ? Ses yeux rubis se posèrent sur elle, neutres et froids tandis qu’une petite dorure se faisait voir à l’intérieur. Si elle voulait tant … d’explications, il allait les lui donner. Cela n’allait pas lui plaire … mais qu’importe.

Chapitre 112 : Combat sans sentiments

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 112 : Combat sans sentiments

« Vous l’attendiez tous ! Le combat entre Daporn et l’actuelle maîtresse d’Unys. Pour la première fois depuis son intronisation, est-ce que la maîtresse d’Unys va-t-elle faiblir ? Ou alors défendre son titre avec aisance ? Nul ne le sait ! »

« Aujourd’hui, Daporn, tu vas révéler qui tu es ! On va voir ce qui se trouve sous ta bure et sous ta capuche ! » cria Bel, faisant apparaître son premier pokémon : son Brutapode.

De son côté, Daporn avait choisi un étrange adversaire puisqu’il s’agissait tout simplement de sa Fragilady. Celle-ci était en train de danser gaiement, comme amusée par la situation. Néanmoins, Bel ne perdit pas plus de temps, s’écriant :

« VANITAS ! TOXIK ! On va voir si elle va continuer à danser après qu’elle soit empoisonnée ! Ca ne devrait pas lui plaire ! »

Un crachat de poison vint percuter la Fragilady, celle-ci gémissant de douleur alors qu’elle continuait de danser, des pétales de fleur se formant autour d’elle. Puis soudainement, un puissant soleil fit son apparition dans le ciel.

« Tu crois que je vais te laisser le temps d’utiliser ton Zénith ? Vanitas ! Continue donc tes attaques ! Ne le laisse pas souffler ne serait-ce qu’un instant ! »

Le Brutapode se mit en boule avant de foncer vers la Fragilady mais celle-ci l’esquiva avec agilité, gémissante à cause du poison. Puis soudainement, elle éclata d’un grand rire.

« FRAGI ! FRAGILADY ! » s’exclama la pokémon avant de projeter de nombreuses pétales sur le Brutapode qui fut jeté en arrière. Et elle ? Elle semblait aller parfaitement bien alors qu’elle avait stoppé sa danse. Bel cligna des yeux, bredouillant :

« Le poison est parti … avec l’apparition du soleil ? Le Zénith l’a soignée ? Et … ces racines au sol ? NON ! Elle est déjà prête ?! »

Elle s’était complètement trompée ! Elle pensait qu’elle allait danser encore pour se battre mais maintenant … Même les brûlures et autres seraient inefficaces ! Elle ordonna à Vanitas d’échapper à la Fragilady, celle-ci se penchant un peu en avant.

« Vanitas ! Esquive tout ce que tu peux ! S’il te plaît ! »

Mais ça ne servait à rien. La Fragilady projetait maintenant des rayons solaires à la suite, sans même être épuisée ou avoir besoin de les préparer. En vue de la vitesse à laquelle elle tournait, le Brutapode fut rapidement envahi par les attaques, se retrouvant écrasé contre un mur pendant de longues secondes, tout son corps subissant la puissance des attaques de la Fragilady. Même si c’était une technique liée aux plantes, le Brutapode s’écroula au sol, inerte et incapable de se battre.

« Bel … a déjà perdu un premier pokémon ? Comment est-ce possible ? Et la Fragilady est en parfaite état. Elle a réussi à gagner sans même être réellement blessée. »

« Il est puissant ce Daporn … Vraiment puissant. » répondit un second spectateur.

Plus que puissant même puisqu’il venait de battre un pokémon de la maîtresse d’Unys comme si de rien n’était ! Mais Bel ne semblait pas prête à perdre le combat, loin de là. Elle cria en sortant une seconde pokéball, la projetant devant elle :

« Marontoucho ! Fais que ce combat se termine rapidement ! »

Et il n’y avait pas cinquante solutions pour obtenir la victoire ! La victoire en un coup ! Le Darumacho poussa quelques grognements avant que tout son corps ne s’enflamme et ne vienne percuter la Fragilady, l’enflammant complètement. Des cris se firent entendre, la pokémon tombant inconsciente en un coup.

« Tu vois ? Ce n’est pas aussi simple que tu ne le crois hein ? »

« Reviens … ici … s’il te plaît. » dit l’homme en bure bleue, parlant avec lenteur. Il semblait vraiment plus qu’épuisé ne serait-ce que par le mouvement. Peu après, son second pokémon fit son apparition : son Megapagos. Cette fois-ci, elle n’allait pas s’en sortir.

C’était tout simplement impossible ! L’adolescente regarda son Darumacho. Malheureusement, la maîtresse d’Unys ne pouvait pas changer de pokémons, c’était l’une des restrictions. Ainsi … Elle allait devoir faire tout blesser au maximum le Megapagos de son adversaire ! Mais dès le premier coup de poing, le pokémon était déjà dans sa carapace, empêchant quiconque de le blesser.
Puis il en sortit, donnant plusieurs coups sur son adversaire jusqu’à ce que le Darumacho se retrouve au sol, évanoui à son tour. Les attaques étaient trop rapides et violentes pour être notées. En fait, tout se faisait en quelques instants. Dans une loge spéciale, les quatre membres du conseil des 4 étaient en train d’observer le combat.

« Je ne sais pas si ça s’annonce bon … Bel est quand même en train de perdre son combat. »

« Faites-lui donc confiance … » murmura Percila après les paroles d’Anis.

« Il faut quand même faire attention à ne pas faire un excès de confiance plutôt. Mais Bel est quand même mal partie pour le moment. »

« Pieris, je croyais qu’il ne fallait jamais s’avouer vaincu avant la fin d’un combat. »

« Ca Daporn a des stratégies impressionnantes. Je n’avais jamais envisagé autant de choses durant un seul et même combat ou alors, ne serait-ce qu’avec un seul pokémon. »

« Oui mais quand même … Je voudrai bien l’affronter une nouvelle fois ! » déclara Kunz une seconde fois après avoir fait la remarque à Pieris.

« S’il devient le nouveau maître d’Unys, il se peut qu’il change les membres du conseil des 4. Bel, cela ne semblait pas la déranger puisque nous sommes encore là. »

« Mais maintenant, nous ne pouvons être sûrs de rien du tout. Qu’est-ce que Bel compte faire ? Qu’est-ce qu’elle compte faire ? Elle n’a pas tellement de choix face à ce Megapagos. Mais elle a une arme secrète … » termina de dire Percila.

Mais cette arme … C’était quoi ? Nul ne le savait à part Bel … et peut-être un ou deux autres personnes. Même Cynthia ne semblait pas le savoir … ou alors peut-être que si maintenant ? Tsss ! C’était bien trop compliqué toute cette histoire !

« D’ailleurs … Est-ce qu’elle est là ? » demanda Percila en commençant à regarder les gradins. Anis remarqua le geste de l’adolescent, disant :

« De qui ? Tu attendais quelqu’un ? Je ne pensais pas … Quelqu’un de ta famille ? »

« Non … Mais après le petit spectacle de Bel, je me suis dit qu’une personne est sûrement arrivée pour espérer revoir son fils en ce lieu. »

Cette personne, elle la connaissait très bien. Il s’agissait de la mère de Téo. Le professeur Araragi était aussi présent. En fait, il y avait tout le monde. Même les champions d’arène ? Encore une fois ? Elle avait l’impression d’être revenue un an en arrière.

« Sauf que maintenant, c’est Bel qui est la maîtresse d’Unys. Le temps passe vite. »

« Très vite même … Mais quel pokémon est-ce qu’elle va utiliser ? »

Elle avait bien une idée mais elle n’était pas sûre que ça soit la meilleure idée. Hum … Peut-être que si dans le fond ? Bel fit finalement apparaître son troisième pokémon : Lézy. Rien que ça … Sa Noacier allait se battre à son tour.

« Faites de métal et une plante … Ca devrait l’aider grandement contre le Carapagos. »

Mais dans le fond, elle avait peut-être dit ça mais ce n’était pas forcément une bonne chose. Les pokémons de Téo … euh Daporn étaient plutôt puissants. Et ils avaient de ces techniques. Elle était convaincue que ça ne serait pas aussi simple que ça.

Et elle en était convaincue ! Ce combat allait continuer alors que Bel observait son adversaire, semblant un peu soucieuse. Elle n’avait quand même pas prévue d’avoir autant de problèmes face à Daporn … ou Téo. Elle n’était pas encore convaincue que ça soit Téo en face d’elle … mais … Voilà … Elle voulait y croire.

« Daporn … Quand est-ce que tu vas montrer qui tu es réellement ? »

« Attaque donc … son Noacier maintenant. »

« JE TE PARLE DAPORN ! TU ES PRIE DE ME REPONDRE ! D’accord ?! » hurla l’adolescente avec énervement en regardant l’homme en face d’elle.

« Pourquoi parler ? On se fatigue inutilement. »

« Que … Pourquoi parler ? POURQUOI PARLER ?! »

POURQUOI PARLER ? Elle avait envie de traverser tout le terrain pour lui répondre à ce sujet ! Elle avait beaucoup à dire à ce sujet ! Ah … Elle devait se contrôler mais c’était bien la première fois qu’elle était autant énervée par une personne ! Cet … homme !

Cet homme lui tapait sévèrement sur les nerfs ! Et il était hors de question de le laisser gagner plus longtemps ! Elle tendit la main en avant, ordonnant à Lézy d’attaquer à son tour. Un fouet gigantesque sortit de la Noacier, venant frapper la carapace dans laquelle s’était enfouie le Megapagos pour éviter le coup.

« Ca ne va pas durer plus longtemps ce petit jeu ! J’en ai assez ! Lézy ! Enfouis donc tes lianes à l’intérieur même de la carapace ! »

Drôle de tactique mais Lézy pénétrait dans la carapace par la majorité des orifices, la tortue se retrouvant obligée de s’en extirper. Voilà une bonne chose qui était faite ! Et elle n’avait pas eu le moyen d’améliorer sa puissance entre temps.

« Bel semble perdre le contrôle du combat. »

Percila avait fait cette déclaration alors qu’elle observait ce qui se passait sur le terrain. Les trois autres membres du conseil des 4 se tournèrent vers elle, un peu surpris, Anis disant :

« Comment est-ce que tu peux dire ça ? Sa technique est plutôt bonne contre ce Megapagos. Je trouve qu’elle fait de grands efforts pour … »

« Ah oui ? C’est ça ce qui se présente à vos yeux ? Regardez la carapace du Megapagos, Lézy, la Noacier de Bel s’est empêtrée dedans. »

Et le résultat n’était pas beau à voir. La Noacier ne pouvait plus utiliser ses nombreux fouets pour tenter de battre le Megapagos. Et pendant ce temps, celui-ci en profitait pour la frapper de toutes parts. Bel perdait patience, chose rarissime de sa part pendant un combat. Elle en avait assez ! Elle en avait assez de tout ça ! Elle allait en terminer maintenant ! Lézy frappa le Megapagos avec sa propre carapace avant que Bel ne crie de toutes ses forces :

« EXPLOSION ! Emporte-le avec toi, Lézy ! Qu’il ne reste plus rien de lui ! »

« L’imbécile ! Elle ne comprend pas ce que le Megapagos a déjà fait auparavant ?! Dans un précédent match ? Elle devrait pourtant le savoir ! »

Mais le mal était fait. Lézy vint s’exploser, la déflagration aveuglant tout le stade alors que Bel espérait en avoir terminé avec le Megapagos. Mais derrière le nuage de poussière soulevé, elle remarqua un mouvement de la part de Daporn. Un bref instant, elle avait pu le voir sans sa capuche. Un visage amaigri, complètement blanc … et des cheveux noirs … mais avec des petits morceaux blancs … comme si les cheveux se cristallisaient. Et les yeux rubis … C’était bien ceux de la dernière fois.

Mais voilà … Elle était à terre … Lézy était à terre mais à côté, le Megapagos était encore conscient et en état de se battre. Enfin presque … A moitié … Le Megapagos tenait à peine debout mais les résultats étaient là. Il avait perdu qu’un pokémon alors qu’elle … Qu’elle … C’était déjà son troisième ! Elle avait déjà perdu la moitié de ses pokémons. Elle sert une pokéball dans sa main. Ce n’était pas le moment. Elle devait reprendre le contrôle de ses actes. Elle n’était pas encore terminée, loin de là ! Elle avait encore beaucoup à faire !

« Reviens Lézy dans ta pokéball … Désolée de t’avoir demandé une telle chose. »

Qu’elle était stupide. Elle avait perdu le contrôle de la situation et maintenant, elle avait de quoi le regretter amèrement. Elle rappela finalement son pokémon, fixant Daporn.

« Tu es heureux, n’est-ce pas ? En me disant que Téo était mort. Ça te permet alors de jouer avec mes émotions mais ça ne se reproduira pas ! Je peux te le promettre. »

« Téo est mort … Il est mort … Et je veux vivre … Je veux juste vivre … »

« Qu’est-ce que tu racontes encore ? Ça ne t’a pas suffi de me faire souffrir de la sorte ? Qu’est-ce que tu veux encore hein ? Qu’est-ce que tu veux ?! »

« Vivre … Je veux vivre … juste vivre … Juste vivre … »

Il répétait ça comme un automatisme. A croire qu’il existait juste pour vivre et rien d’autre ! Rien du tout ? Et puis quoi encore ? Elle en avait assez ! Elle allait en terminer avec ce combat maintenant ! Elle vint brandir une quatrième pokéball, la projetant en avant.

« Manos ! Finis son pokémon maintenant ! Qu’il n’ait pas d’autres échappatoires ! Oui … Je ne te laisserai pas partir Daporn ! »

Son Clamiral s’exécuta, crachant tout simplement un puissant jet d’eau pour faire tomber la tortue à la renverse. Celle-ci tenta de se remettre sur ses pattes mais elle était trop affaiblie pour y arriver. Daporn eut un petit mouvement de recul, rappelant son pokémon, sa pokéball tombant au sol. Il se pencha en avant, la ramassant avant de murmurer :

« Plus que … trois pokémons … et je serai vivant. »

« Mais qu’est-ce que tu racontes ? Qui est-ce que tu es réellement ? Dis-le-moi au lieu de tourner autour du pot ! Ca nous facilitera la discussion à tous les deux ! »

« User le moins de force … pour ne pas fatiguer ce corps … Je tiens à peine … »

Il ne termina pas sa phrase, laissant paraître son troisième pokémon. Une pokémon qui n’était pas habituellement présente … Il s’agissait d’une Manternel ? Celle-ci se retourna vers son dresseur, le regardant avec inquiétude.

« Manternel ? Mante Manternel ! Mante … Manternel … Manternel. »

« … Plus froid. Tu … combats … Li … Lisa … »

« Manternel ! » cria la pokémon, se rapprochant de lui alors que l’homme avait la tête baissée, ne bougeant plus. La créature était à quelques centimètres de lui, semblant écouter quelque chose qu’elle seule pouvait entendre à cette distance. « Man … ternel. »

« Qu’est-ce qui s’est passé ? Lisa ? Lisanée ? »

La Manternel se tourna vers Bel, comme si elle venait d’entendre son nom. La créature croisa ses deux pattes en avant, prête à se battre contre le Clamiral en face d’elle. Elle était prête à tout donner pour obtenir la victoire à Daporn !

Chapitre 111 : La dernière étape

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 111 : La dernière étape

« Combat entre Anis du conseil des 4 et Daporn. Veuillez appeler votre premier pokémon. »

L’arbitre déclara cela alors que Daporn présentait aussitôt sa petite Fragilady qui s’était mise à danser avec joie. Elle appréciait grandement que son dresseur la laisse combattre en première. Du côté d’Anis, celle-ci avait fait appel à une étrange créature spectrale : une Momartik. Une créature nullement connue dans ces contrées.

La Fragilady s’était aussitôt mise à danser gaiement, comme à son habitude alors que la Momartik n’allait pas la laisser faire. Aussitôt, une tempête de neige venait de tomber sur le terrain, prête à frigorifier la pauvre petite créature plante. Celle-ci continuait néanmoins de danser, trouvant la chaleur nécessaire dans la danse.

Puis soudainement, elle s’arrêta, souriant à la Momartik. Elle leva ses pattes en l’air, la chaleur du soleil venant paraître dans le ciel à la place de la tempête de neige. Aussitôt, la vitesse de la danse de la Fragilady s’accéléra alors qu’en même temps, un rayon sortait de la fleur sur le sommet de son crâne.

Un rayon qui frappa de toutes ses forces en direction de la Momartik, la projetant dans les airs. Puis soudainement, des pétales de fleur vinrent la frapper, la terrassant complètement. C’en était déjà fini d’elle. Anis eut un petit sourire, rigolant avant de dire :

« Je ne sais pas encore très bien utiliser ces pokémons issus d’une autre région. Cela m’apprendra mais contrer ma grêle avec un Zénith … C’est vraiment fort ! Mais passons tout de suite aux choses sérieuses, non ? Fais donc ton apparition, Lugulabre ! »

Elle n’allait pas se priver pour utiliser une puissante déflagration ! Avec ce Zénith, cela risquait de faire très mal à la Fragilady ! Du moins, le Lugulabre avait amorcé une attaque mais la Fragilady avait déjà disparu du terrain pour tournoyer autour du Lugulabre.

« Une papillodanse … et encore le Zénith. Je suis vraiment désavantagée, n’est-ce pas ? Mais ce n’est pas ça qui me mettra à terre ! Il va falloir en faire bien plus ! »

Mais justement, le bien plus était là. La Fragilady avait attaqué de toutes ses forces et avec sa danse continuelle et complètement folle, elle arrivait néanmoins à garder le bon rythme sans devenir dingue. Elle venait d’emporter son second pokémon, Anis soupirant :

« Vraiment … On ne croirait pas comme ça mais elle est aussi terrifiante que ton Pyrax et ton Megapagos, hein ? N’est-ce pas ? »

Aucune réponse de la part de son adversaire. Anis poussa un soupir, ce n’était pas drôle quand l’adversaire ne parlait pas du tout. Mais bon … Daporn était le parfait exemple d’une personne mystérieuse … et c’était ça qui rendait le tout bien plus intéressant !

« Deux pokémons mis hors de combat ! Je devrais te rendre la pareille non ? Je ne vais pas tarder à tout donner même si mon meilleur pokémon est inconscient ! »

Sa troisième pokéball s’ouvrit, laissant place à son troisième pokémon. Déjà un tiers du combat qui venait de se terminer ? Humpf ! Ce n’était pas bon pour elle !

« Le problème des pokémons de Daporn, c’est que plus on les laisse longtemps, plus ils deviennent une plaie pour le reste du combat. »

« Tu l’as remarqué aussi, Percila ? » signala Bel alors que l’adolescente hochait la tête.

« Il suffit de voir son Pyrax ou sa Fragilady. Les deux pokémons commencent par une danse puis ensuite lancent leurs attaques. Il est de même pour son Megapagos. Dans son cas précis, il renforce sa défense puis ensuite, il sort de sa carapace pour attaquer. »

« C’est exactement ça, Percila ! J’aime bien quand les autres personnes remarquent la même chose que moi ! Ça me permet de me dire que je ne me suis pas trompée. »

« Ah bon ? Car tu arrives à te tromper quelques fois ? Ça m’étonne de toi … Néanmoins, ce n’est pas que ça … Comment dire exactement … Bref, pour battre au moins ces trois pokémons à Daporn, c’est la meilleure solution. »

« Une attaque violente et rapide, oui, c’est exact. C’est exactement ça qu’il faut faire … mais je vais mettre les choses au clair. »

« Hein ? Qu’est-ce que tu veux dire par là ? Tu ne vas quand même pas mettre le bazar alors que ça va être à toi dès demain hein ? BEL ! Fais pas de bêtises ! »

« Je ne ferais pas de bêtises mais je sais parfaitement ce que j’ai à faire dorénavant ! » s’écria Bel avec joie en tapant du poing contre sa poitrine.

« Bel, je crois qu’une petite fouille dans tes pensées s’impose. Je n’aime pas quand tu parles d la sorte, ça mène souvent à de trop nombreux problèmes. »

« Percila, ne t’avise même pas de faire ce que tu voudrais faire ! Je n’ai pas besoin que tu lises dans mon cerveau car je sais ce que je veux faire ! »

« Et c’est bien pour ça que je veux que tu me laisses fouiller dans ta mémoire. »

Elle pouvait toujours courir ! L’adolescente aux yeux verts s’était mise à s’enfuir, Percila la laissant faire sans même l’arrêter. Pourquoi la pourchasser hein ? Ca ne servait strictement à rien et c’était plus drôle de la voir se déplacer ainsi.
Mais quand même … Qu’est-ce qu’elle préparait ? Elle se méfiait à moitié. Mais elle avait en même temps une grande confiance envers Bel. Pourquoi ? Car malgré les apparences, l’adolescente était quelqu’un de très sérieux. Une personne aussi sérieuse qu’elle ne devait surement pas avoir de mauvaises intentions.

« Le souci, c’est de voir si ces bonnes intentions risquent de nuire ou non. » dit Percila tout en soupirant. Le combat contre Daporn de la part d’Anis allait bientôt se terminer. « Autant dire que Téo ne ressemble vraiment plus du tout à ce je pensais de lui à l’époque. »

C’était une confirmation. Comment est-ce qu’il avait fait pour autant changer dans sa façon de se battre ? Et pourtant, elle était convaincue qu’il utilisait les mêmes pokémons qu’auparavant. Comme quoi … Il suffisait d’un peu de stratégie pour donner le maximum.

« Vraiment, c’est inutile, n’est-ce pas ? Inutile de chercher à ce que tu parles. »

Anis poussait un léger soupir alors qu’elle voyait son cinquième pokémon qui était tombé. Il ne lui en restait plus qu’un qu’elle appela sans réelle motivation. A côté de cela, elle avait réussi à battre le Megapagos et la Fragilady de Daporn. Il ne restait alors plus que son Pyrax qui était connu habituellement.
Son Pyrax qui avait terminé rapidement son sixième pokémon, celui-ci se retrouvant à terre à peine au moment où il avait fait son apparition. Autant dire : quelques secondes. C’était risible, vraiment risible même. Elle n’avait rien pu faire mais Daporn était tellement puissant. Des applaudissements se firent entendre alors que l’arbitre déclarait Daporn vainqueur.

Celui-ci rappela son Pyrax puis le silence s’installa. Quelques murmures passèrent dans les gradins alors que Bel était derrière Anis, celle-ci se retournant, un peu étonnée de voir la maîtresse d’Unys. Celle-ci posa une main sur son épaule avant de dire :

« Tu as fait de ton mieux mais maintenant, c’est à moi de prendre la relève. »

« Bel … Je … Je suis vraiment désolée pour ce score. Je pensais faire un peu mieux mais … »

« Ce n’est pas le cas malheureusement. Ne t’en fait donc pas, ce n’est pas de ta faute. Il faut dire que l’adversaire est bien supérieur à celui des précédents tournois. » répondit Bel dans un léger sourire qu’elle ne masquait même pas à la vue de Daporn, celui-ci ayant rappelé sa pokémon alors que Bel le fixait longuement.

« Qu’est-ce que tu comptes faire Bel ? Pas de bêtises, quand même hein ? »

« Pas vraiment … Pas vraiment … »  murmura Bel avec lenteur alors qu’elle faisait maintenant les premiers pas en direction de Daporn. Celui-ci s’était retourné, s’apprêtant à partir mais Bel cria soudainement : « TEO ! »

Aucune réaction de la part de Daporn, celui-ci continuant de faire des mouvements pour quitter l’arène. Bel commença à courir vers Daporn, lui prenant soudainement le bras.

« Je crois que tu en as assez fait non ? Alors maintenant, tu me montres ton visage, Teo ! J’attendais ça depuis plus d’une année ! Tu crois que je vais te laisser partir comme ça ?! »

Daporn s’immobilisa, son visage se tournant vers la main empoignant son bras. Bel était en train de gémir faiblement de douleur, grimaçant à cause du froid. Ce froid qui provenait de son bras, comment était-ce tout simplement possible ?

« Téo, je ne te laisserai pas t’enfuir une nouvelle fois ! »

« Je … ne suis pas … Téo. » murmura Daporn, sa main droite venant claquer la joue de Bel pour qu’elle lâche son bras gauche. L’adolescente poussa un cri de douleur avant que Daporn ne reprenne : « Tu es … la dernière personne … puis ensuite … je vivrai. »

« Attends un peu, Daporn ! Tu crois vraiment que je vais tomber dans ce piège ou quoi ? ATTENDS UN PEU ! » s’écria Bel, se relevant pour arrêter l’homme en bure bleue.

Elle n’allait pas le laisser s’échapper ! Il en était hors de question ! Elle revint à sa hauteur, se plaçant devant lui, les bras tendus sur les côtés. Elle haletait, un peu tremblante, signe qu’elle avait peur. Les yeux rubis commencèrent à la fixer, l’adolescente clignant des yeux.

« Tu ne penses quand même pas que ça va être efficace hein ? »

« Nous nous … verrons dans l’arène. Je gagnerai. »

« Oui, oui … Bien sûr et tu penses que je vais te laisser faire ? Je serai ton adversaire et je ne suis pas prête à laisser ma place à une personne qui n’ose même pas montrer son visage. »

« J’ai dit que je gagnerai. » déclara solennellement une nouvelle fois Daporn alors qu’elle s’était mise à trembler une nouvelle fois.

L’homme avait dit cela avec une telle aisance, comme s’il était sûr de sa victoire. Ce n’était même pas de la vanité, non, c’était de la conviction. Elle sentit soudainement une déferlante de froid envahir la zone autour de l’homme, le sol commençant à geler, sa bure bleue se soulevant faiblement pour laisser paraître une partie des jambes de l’homme. Des jambes complètements nues mais dont les cuisses … étaient si maigres. Mais aussi complètement blanches, comme si elles étaient gelées.

« Laisse-moi passer … maintenant. »

Elle ne pouvait rien faire d’autre. Pourtant, elle restait debout et fière. Elle regarda Daporn qui passait à côté d’elle. Elle allait tout faire demain. OUI ! Elle allait tout faire pour qu’il dévoile son identité ! Qu’il le veuille ou non. Elle souffla :

« Tu verras … Téo … Tu peux prendre l’apparence que tu désires, je sais quand même reconnaître la personne que j’aime. Je ne sais pas ce qui s’est passé là-bas, je ne le saurai peut-être jamais … mais qu’importe. »

« Téo est mort. Il est mort … Son corps est mort. »

Elle hoqueta de surprise, abasourdie par les paroles de Daporn alors qu’elle le laissait définitivement partir. C’était … C’était quoi ça ? Pourquoi est-ce que Daporn disait ça ? On ne pouvait pas être mort et prendre la parole. Ou alors … Ou alors … Daporn avait les pokémons de Téo et … Elle … Elle …

Elle ne savait pas comment elle avait été emmenée jusque dans sa chambre, toujours sous le choc alors que Percila était à ses côtés. Elle avait demandé à être seule avec Bel, l’adolescente aux cheveux blonds et aux yeux verts restant imperméable aux paroles de Percila. Qu’est-ce que Daporn lui avait dit ?

« Bel … C’est l’heure de se réveiller. Bel, réveille-toi car je n’apprécie pas vraiment que tu restes ainsi sans même me répondre. »

« Je … Daporn a dit que Téo était mort … que son corps était mort … C’est … C’est tout. »

« De … quoi ? Téo est mort ? Son corps est mort ? EXPLIQUE TOI ! »

Elle n’allait pas briser leurs espérances par des paroles de la sorte hein ? Elle ne laisserait pas une telle chose se produire ! Elle regarda Bel qui était déboussolée par les évènements qui venaient de se produire. Elle lui donna une légère claque sur la joue avant de dire :

« Tu es priée de me répondre Bel ! Qu’est-ce que ça veut dire ça ? »

« Téo … Téo est mort … C’est peut-être Téo mais il est mort … »

« Et tu crois vraiment qu’un mort-vivant serait revenu pour te hanter ou quoi ? Arrête tes sottises ! Il veut juste jouer avec tes nerfs pour te battre ! »

« Et alors … Il a réussi ? C’est tout … Je … Je ne suis pas sûre de défendre mon titre. Pourquoi est-ce que je le défendrai ? »

« BEL ! BON SANG ! Réagis un peu ! C’est tout simplement de la manipulation de sa part et rien d’autre ! Téo n’est pas mort ! Daporn est Téo ! Tu en veux une preuve ? BAT-LE ! »

« Oui mais … Si je le blesse trop ? Peut-être que son corps … J’ai pu voir ses jambes, elles étaient comme sa main. Tu sais … J’ai peur de ce qui se trouve sous cette bure. »

« Et pourquoi est-ce que tu aurais peur ? Pourquoi est-ce que tu le craindrais ? »

« Je ne le crains pas ! Je n’ai pas peur de lui … mais de son apparence. Et si c’était Téo ? Mais juste un corps, comme ça ! Un corps sans vie ! Je … Je … »

« Tu ne le sauras pas si tu ne veux pas te battre ! C’est aussi simple que ça ! Tu veux la vérité ? Alors il faut que tu la prennes ! Et pour l’obtenir, tu n’as pas cinquante solutions ! Tu vas affronter Daporn demain et tu sauras ce qui se trouve sous cette bure ! »

« … Je … Je ne sais pas trop … mais je vais essayer. »

« Tu le sais parfaitement ! Tu le sais parfaitement alors tu te tais ! »

« Ne t’emporte pas s’il te plaît … Je ne veux rien de mal, c’est tout. » bredouilla Bel, voyant Percila en colère donc avec un peu des meubles qui se déplaçaient.

« J’arrêterai simplement quand tu m’annonceras que tu vas combattre de toutes tes forces contre ce Daporn. Si ce n’est plus Téo, il risque d’être un très gros problème s’il devient le maître d’Unys. Or, maintenant, tu as le devoir de protéger Unys. »

« Je … Le devoir ? Je … Enfin … »

« Oui ! Tu as un devoir en tant que maîtresse d’Unys ! Tu vas laisser tes sentiments de côté pour ce combat ! »

Elle avait raison. Elle avait entièrement raison. Manipuler son comportement par ce genre de paroles, ça pouvait être la tactique de son adversaire. Peut-être qu’il connaissait Téo de nom ? Elle en parlait souvent. Oui … Mais ce Daporn avait les mêmes pokémons que Téo ? Et si … C’était Téo ? Non … Et si c’était le cas ? Alors … Elle était prête.

Chapitre 110 : Pour le combattre

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 110 : Pour le combattre

« Tu es sûre de toi, Bel ? Je ne sais pas si c’est vraiment conseillé de se battre alors que tu risques d’affronter Daporn demain, qu’est-ce que tu en penses ? »

« Ce que j’en pense exactement ? Euh … Que tu devrais peut-être mettre quelque chose sur le dos, il ne fait pas si chaud. Même si vous êtes à la plage. »

« Oh ne t’en fait pas, Thierry est en train de bronzer et je profite du soleil justement ! » déclara Cynthia alors qu’elle portait un maillot deux pièces de couleur noir.

« Quand même … Tu es drôlement jolie comme femme. J’espère que je serai pareil dans quelques années même si je compte garder ma coiffure. »

« Oh … Tu n’as que dix-sept ans non ? Alors, tu as encore le temps de grandir, ne t’en fait donc pas à ce sujet. Tu n’as pas à t’en faire hein ? Mais bref … Tu veux t’entraîner contre moi ? Cela fait depuis combien de temps ? Deux bons mois ? »

« Environ … Mais je ne retiendrai pas mes coups cette fois. Je serai même prête à l’utiliser s’il le faut. Il se peut même que j’en apprenne plus qu’il n’en faut grâce à ton Carchacrok. C’est pour ça que je veux m’entraîner contre toi. Tu as quelque chose que je n’ai pas. »

« Ah bon ? Je suis pressée de savoir ce que c’est. Tu viens d’éveiller mon intérêt et pas qu’un peu ! Si tu es prête, on va pouvoir commencer dès maintenant ! »

« Je suis prête … Mais il faut que tu te donnes à ton maximum aussi hein ? »

« Bien entendu ! Sors donc ton premier pokémon ! Je vais faire de même avec le mien ! »

L’adolescente hocha la tête positivement alors qu’elle sortait sa première pokéball. Ce combat était un entraînement, un entraînement des plus éreintants mais elle devait le faire. Elle allait commencer tout de suite avec son Darumacho ! De son côté, Cynthia venait de sortir un Ohmassacre, prêt au combat.

« Tu veux que je commence le combat ou tu préfères avoir l’avantage ? Ce n’est qu’un entraînement donc je te laisse le choix. A toi de voir, Bel. »

« J’ai dit que l’on ne devait pas se faire de cadeaux. »

« Alors soit ! Puisqu’il en est ainsi … Ohmassacre ! Utilise donc un Fatal-foudre ! »

Un éclair vint foudroyer le Darumacho, celui-ci poussant un cri de colère avant de se mettre à charger en direction de son adversaire. Il allait se battre de toutes ses forces ! Un premier coup de poing puis un second de la part de Marontoucho et voilà maintenant que l’Ohmassacre était soulevé à deux mains par le Darumacho.

« DARUUUUUUUU ! » cria le pokémon avant de le projeter dans l’eau.

« Euh … Mon Ohmassacre n’est pas stupide mais il vaudrait mieux éviter que ton pokémon recommence ça, Bel. On ne voudrait pas électriser tout le monde. » dit Cynthia en rigolant.

Ailleurs, au beau milieu de l’arène, un Pyrax venait de s’écrouler au sol. Un Karaclée lui en avait donné une bien forte. Le souci ? C’est que c’était déjà le second pokémon de Daporn qui venait de s’écrouler alors que Kunz en avait déjà perdu cinq. Autant dire que c’était perdu d’avance mais au moins …

« Nous allons voir ce que tu nous réserves comme surprise, n’est-ce pas ? Après l’eau et le feu … Quel élément est-ce que tu vas nous sortir ? »

« … … … »

Aucun mot n’était sorti de la bouche de Daporn, définitivement muet ou presque. Il semblait concentrer le maximum d’énergie dans ses actes. Avec lenteur, il rappela son Pyrax avant de sortir une troisième pokéball. Du moins, la troisième pokéball roula au sol, gelant instantanément ce qui se trouvait autour d’elle. Daporn se pencha en avant, la récupérant alors que Kunz clignait des yeux.

« C’était quoi ça ? Un tour de magie ? Qu’est-ce que tu as fait ? »

Daporn ne lui répondit pas alors que la pokéball était visiblement. Entièrement blanche, complètement blanche même. Néanmoins, ce n’était pas celle qu’allait utiliser Daporn puisqu’il en fit tomber une seconde qui s’ouvrit, laissant place à une magnifique Fragilady qui s’était aussitôt mise à danser, des pétales autour d’elle.

« Une Fragilady contre mon Karaclée ? Je ne vais en faire qu’une bouchée. Karaclée, fais donc un poing de flamme pour brûler cette petite créature. »

Quand le Karaclée arriva à la hauteur de la Fragilady, celle-ci esquiva avec agilité l’attaque enflammée de son adversaire, continuant à danser autour de lui. Puis soudainement, un ouragan constitué de fleurs vint entourer le Karaclée, le projetant dans les airs avant de le faire atterrir avec violence au sol, l’évanouissant.

« … … … »
Daporn resta immobile, sa Fragilady s’approchant de lui, heureuse et enjouée. Elle semblait attendre quelque chose de la part du dresseur, celui-ci levant lentement la manche droite vers la Fragilady. Une main blanche et presque osseuse vint tapoter la pokémon sur le sommet du crâne avant qu’un rayon rouge n’enveloppe la créature pour la rappeler dans sa pokéball.

Il s’éloigna sans un mot, n’ayant pas besoin de dire le prochain adversaire qu’il allait devoir affronter. Le choix était facile … puisqu’il n’en restait plus qu’un. Ou plutôt qu’une seule … Anis était le dernier adversaire que Daporn allait avoir à affronter avant de combattre Bel mais tout le monde savait que même Anis ne pourrait rien faire contre lui.

« Cette Fragilady était un peu différente des deux autres pokémons. Elle semblait plus enjouée … Un peu moins sérieuse, vous ne trouvez pas ? » dit l’un des spectateurs à son voisin.

C’était vrai que cela était étonnant mais en même temps … Pourquoi pas ? Ca restait … de quoi se méfier au cas où. Mais tout n’était pas encore terminé, loin de là. Il restait un dernier combat et tous allaient être présents pour ce grand moment ! Bel allait se battre bientôt !

En parlant de Bel, celle-ci était déjà justement en train de se battre. Cynthia se trouvait avec son Carchacrok tandis que l’adolescente tenait son dernier pokémon devant elle. Cynthia semblait admirative, murmurant d’une voix enjouée :

« Tu cachais vraiment bien ton jeu ! Et qu’est-ce qu’elle est grande ! Même sa taille n’est pas banale ! Est-ce que tu le sais ? Et sa couleur aussi … »

« Je ne sais pas … Enfin si … Je l’ai trouvée dans un œuf abandonné. Et puis, elle a éclos et voilà … Enfin … Je l’aime beaucoup mais je préfère éviter de l’utiliser car elle effraie un peu tout le monde. Pourtant, elle est terriblement douce. »

« Les pokémons ne sont que les reflets du comportement de leur dresseur. Si tu es douce et gentille avec ton pokémon, alors à force, elle le deviendra elle aussi. »

« Merci néanmoins … Ce que je voulais apprendre de ton Carchacrok, je crois qu’elle a compris comment cela marchait, n’est-ce pas ? »

« Aucun problème pour ma part. D’habitude, je ne sers pas de professeur mais il fallait reconnaître qu’elle a appris très vite. J’espère que ça te sera utile en temps et en heure. » déclara Cynthia, rappelant son Carchacrok alors que Bel faisait de même avec son dernier pokémon. Thierry vint vers la femme qu’il aimait, l’embrassant sur la joue.

« Vous avez terminé toutes les deux ? Est-ce que je peux embarquer ma femme maintenant ? Il faudrait rentrer, le temps commence à se gâter. Bel, tu veux venir ? »

« Je ne sais pas trop si c’est une bonne idée, désolée ! Mais vous viendrez demain ou après-demain ? Pour la finale ? Cela me ferait plaisir … car il y a des chances que je me batte contre Daporn et je veux le maximum de personnes autour de moi. »

« Bien entendu, aucun problème, Bel ! Tu es d’accord, Thierry ? » demanda Cynthia, le jeune homme haussant les épaules tout en souriant.

« Pourquoi pas ? Un combat ne peut pas nous faire de mal. Surtout quand ce n’est pas moi qui y participe. Nous serons là demain ou après-demain, ça dépendra de l’heure de ton match ! »

« D’accord, merci beaucoup pour tout cela. Je vais retourner voir comment le combat se déroule même si j’ai l’impression que ça ne s’est pas bien passé. »

« Ce Daporn … J’aimerai vraiment le combattre un de ces jours. S’il est le nouveau maître d’Unys, je vais devoir aller le forcer. »

« Pour le moment, je ne te le conseille pas, Cynthia. Ce n’est vraiment pas le moment si tu veux tout savoir. » dit Bel avec réticence.
Et pourquoi ça ? Qu’est-ce que ça voulait dire ? Elle attendit la réponse de l’adolescente mais celle-ci déclara qu’il fallait qu’elle parte. Elle salua les deux personnes avant de retourner à la ligue pokémon. Depuis ce matin, elle ne faisait que ça. Des allers et des retours. Elle espérait que tout ça serait terminé bien assez tôt. Elle était un peu fatiguée.

Lorsqu’elle revint, ce fut pour apprendre que même Kunz n’avait pas réussi à battre Daporn. Rien d’étonnant … ou presque. Il avait bien sorti un troisième pokémon. Et ce n’était pas n’importe qui ! Percila semblait un peu enjouée, disant :

« Une Fragilady ! C’était bien une Fragilady. C’est maintenant quasiment confirmé ! »

« Oui … Mais euh … Il y a eu d’autres choses ? Comme son visage ? »

« A part sa main qui semblait vraiment rachitique, rien d’autre. Ah si ! La Fragilady est bien différente du Pyrax et du Megapagos. Elle semblait plus enjouée. Daporn a eu même un geste tendre envers elle en lui caressant le sommet du crâne. »

« Ca veut donc dire que c’est peut-être … vraiment Téo alors ? »

« Il y a maintenant de plus en plus de chances que ça soit le cas. C’est donc une très bonne nouvelle, n’est-ce pas ? Enfin … Le fait que ça soit lui et qu’il soit vivant. Maintenant, il faut qu’il nous dise ce qui s’est passé mais je crois qu’il ne parlera pas tant que tu ne l’auras pas battu. C’est aussi simple que ça. »

« Je le sais parfaitement et je me suis préparée pour ça. Maintenant, mon dernier pokémon devrait pouvoir venir à bout de n’importe qui. J’ai tout fait pour ça soit le cas. » déclara Bel alors que Percila haussait un sourcil. Une technique secrète ? Peut-être … Elle ne lisait pas dans les pensées de l’adolescente en ce moment même. A côté, il allait falloir se préparer.

Se préparer à affronter l’adolescent … car oui … C’était Téo … C’était bien Téo qui était Daporn. Elle devait faire une fixation là-dessus. Elle murmura qu’elle allait dans sa chambre et qu’elle souhaitait bonne chance à Anis pour qu’elle puisse affronter Daporn. Même si elle ne gagnait pas, qu’elle lui fasse découvrir un nouveau pokémon, cela aiderait Bel.
Bel qui était maintenant dans sa chambre, serrant le livre qu’elle avait pris à la bibliothèque. Elle était prête … à apprendre la vérité sur Kyurem. Un pokémon qui était proche des bordures mais qu’est-ce que ça voulait dire ? Ce terme ne lui était pas inconnu mais si Zekrom était le Noir Idéal et Reshiram le Blanc Réalité, Zekrom était les Bordures … mais qu’est-ce que cela voulait représenter ?
Reshiram avait été le rêve de N, forger sa réalité, celle où les pokémons seraient libres. Dans le cas de Touya, elle ne savait pas ce que Zekrom avait trouvé chez lui. Mais chez Téo ? Cette bordure représentait quoi chez Téo ? Est-ce qu’il avait des rêves ? Quelque chose qui faisait penser à ça ? Difficile à savoir … Vraiment difficile …

« Anis va perdre son combat et demain … Je vais devoir alors affronter Téo. »

Elle tremblait de peur … de peur et d’excitation. De peur car elle ne voulait pas blesser Téo. D’excitation car ça pouvait être un combat démentiel. Le livre sur son lit, elle s’approcha de la fenêtre, regardant au loin avant de murmurer :

« Faites juste qu’il va bien … C’est tout ce que je demande. Tant qu’il n’a pas changé … et qu’il est resté le même. Tant qu’il … est comme avant. C’est tout ce que je demande, je ne demande rien de plus … Je ne demande rien d’autre. »

Ailleurs, au pied d’un arbre, l’homme à la bure bleue était adossé, semblant regarder devant lui alors que pourtant, il n’en était rien. Devant lui, la Fragilady s’était mise à danser avec joie, semblant grandement apprécier le fait qu’elle soit sortie.

« Fragi ! Fragilady ! Fragi ! Frafra ! » répondit doucement la pokémon.

Aucune réponse ne provient de son dresseur, la Fragilady s’approchant de celui-ci. Elle vint prendre son bras, gémissant un peu alors qu’elle regardait ses pattes.

« Fragi ! Fragilady ! Fragi ! » répondit la pokémon faiblement.

L’homme retira son bras des mains de la Fragilady, celle-ci reculant faiblement. Pourtant, quelques instants plus tard, il vint tout simplement la mettre sur le sommet du crâne de la Fragilady, la gardant pendant quelques instants alors que la Fragilady semblait heureuse :

« Fragi ! Fragi ? Fragi fragi fragilady ? »

L’homme fit un petit geste du visage, comme pour acquiescer avant de se lever avec lenteur. Il était temps pour lui de se préparer pour le dernier combat. Comme s’il marchait au ralenti, il avançait d’un pas à un pas avant que la Fragilady ne s’exclame :

« Fragi ! FRAGIIII ! »

Elle semblait plus qu’enjouée, comme si elle était sûre de quelque chose. L’homme à la bure bleu et sa créature vinrent retourner à la ligue pokémon tous les deux.

Il ne restait plus qu’Anis. Elle devait être là au cas où. Car … Elle allait tout faire pour que Téo se dévoile à ce moment précis ! Elle referma le livre sur Kyurem, en ayant appris plus qu’il n’en fallait. Ce Kyurem était carnivore selon les légendes. Mais bon … Ce n’était pas possible car sinon, Téo ne serait plus de ce monde.

« Il faut que j’aille voir … Il faut que j’aille voir ça. »


Le quatrième et dernier combat … contre Anie. Elle était un peu inquiète. Enfin, elle l’était déjà depuis plusieurs jours, depuis l’apparition de Daporn.

« Tout ça va être bientôt terminé, c’est ça que je dois me dire ! C’est ça et pas autre chose ! Il n’y a rien d’autre de plus important pour le moment ! »

Rien d’autre ! Sa seule préoccupation à l’heure actuelle, c’était Daporn ! Du moins, le combat qui allait l’attendre ! Elle quitta sa chambre, se dirigeant vers la ligue pokémon alors que Daporn était là … juste à côté d’elle. Il avançait avec une telle lenteur … comme un vieillard. Comme s’il avait plus de cent ans.

« Da … porn … » murmura faiblement l’adolescente, mettant ensuite une main devant sa bouche, confuse d’avoir parlé à ce moment précis.

Daporn s’immobilisa pendant un instant … puis recommença à suivre le chemin qui allait le mener à son dernier combat avant celui contre la maîtresse d’Unys. Bel s’écroula à genoux, haletant à son tour. Elle comprenait maintenant Percila. Cette … pression étouffante.

Chapitre 109 : Consignes

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 109 : Consignes

« Je … Je ne peux pas vous l’expliquer comme ça mais … Ce n’était pas humain. »

« Hein ? Ce n’était pas humain ? Percila ? Qu’est-ce que tu racontes ? » demanda Bel alors que tous les membres du conseil des 4 étaient présents en plus de l’adolescente aux cheveux blonds. Percila était encore sous le choc alors qu’il s’était quand même passé une bonne heure. Elle regarda Bel pendant quelques instants avant de dire :

« J’ai voulu lire dans ses pensées mais je n’y suis pas arrivée. Je me suis heurtée … à un mur de glace. C’est ça ! C’est exactement ça ! Je n’ai rien pu lire dans ses pensées ! J’étais complètement paralysée par le froid alors que je voulais essayer ! »

« Donc nous en savons pas plus à son sujet, c’est cela ? » dit Pieris, le prochain à affronter Daporn d’après ce que l’homme avait dit. Percila hocha la tête négativement.

« Il a les yeux rouges … Il a les yeux rouges mais un moment, j’ai vu un éclat doré. »

« Yeux … rouges ? Percila, ça voudrait dire qu’il y a de plus en plus de chances que … » commença à dire Bel, Percila lui coupant la parole :

« Ca devient même quasiment sûr … mais ce n’est plus la même personne, Bel. Je suis désolée de te le dire mais d’après mes constats, ce n’est plus lui. »

« Est-ce que … ça veut dire que … Qu’Anthea voulait dire ça par-là ? Enfin … ça ? »

« Il y a de fortes chances que ça soit ça. Si ce n’est pas le cas, je ne vois pas où elle voulait en venir même si le constat est affligeant, plus qu’affligeant même, désolée. »

« … … … Je vais trouver une solution ! Je vais aller chercher des informations à ce sujet ! Merci de me l’avoir dit ! J’y vais maintenant ! Pendant ce temps, continuez de combattre ! Normalement, il y a les quatre combats aujourd’hui s’il arrive à vous battre. »

Elle était déjà partie sans même leur laisser le temps de répondre. Elle avait le feu aux fesses ou quoi ? De toute façon, ce qui était fait était fait. Et c’était ça le problème. Normalement, ça n’aurait jamais dû se passer ainsi. Du moins … pas de la sorte …
Pourquoi ? Pourquoi est-ce que Daporn était Téo ? Du moins, pourquoi Téo était ainsi ? Elle avait eu l’impression d’avoir affaire à un mur de glace, à un véritable bloc. Elle regarda sa main qui avait tenté de lui prendre son bras. Elle en avait encore des frissons.

« Tu voudrais peut-être te reposer ? » demanda Pieris.

« Je préfère regarder ce combat … pour voir ce qu’il va donner. Même si je sens que tu n’auras pas beaucoup plus de chances que moi, Pieris. »

« Je n’envisage pas la défaite sauf dans les derniers instants d’un combat. C’est aussi simple que ça, ça me permet de ne pas partir avec l’esprit tourmenté. »

« Je pensais pareil … Attention quand même. » termina de dire Percila.

Le second combat allait commencer bientôt mais Bel n’était déjà plus à la ligue pokémon d’Unys. Non, elle était partie ailleurs, dans un endroit bien spécial : une bibliothèque. Elle avait besoin de savoir ce qui s’était passé !

Et pour ça, il n’y avait pas cinquante solutions. Les livres allaient lui donner la réponse ! Téo … Pourquoi est-ce qu’il était parti ? Où est-ce qu’il s’était rendu ? Avec le peu d’indices qu’elle avait, elle devait quand même trouver ce qui s’était passé.

« Est-ce que je peux vous aider, made … Mademoiselle Bel ? La maîtresse d’Unys ? »


La bibliothécaire semblait plus que surprise et étonnée, Bel lui demandant de faire doucement pour ne pas se faire remarquer. Ce n’était pas du tout son but.

« Est-ce que vous auriez des livres sur les pokémons légendaires, s’il vous plaît ? Ou alors, sur les pokémons liés au froid, au très grand froid même. »

« Oui … Bien entendu mais pourquoi une telle demande ? Vous voulez capturer un nouveau pokémon pour affronter votre adversaire ? Car il semblerait que … ce Daporn vous cause quelques soucis. Oui, je me tiens un peu au courant et … »

« Est-ce que vous pourriez aller chercher ces livres, s’il vous plaît ? C’est vraiment important. » coupa doucement Bel, la femme la regardant avec un peu d’inquiétude.

« Vous semblez quand même sur le qui-vive. Vous faites un peu peur mademoiselle. »

« Désolée … Désolée, ce n’était vraiment pas voulu. Je suis un peu à nerfs. Est-ce que vous pouvez aller me les chercher maintenant ? Merci. »

« J’y vais de suite. » répondit la bibliothécaire en s’éloignant. Bel vint s’asseoir à une table, tapotant du doigt sur le bois. Elle devait y réfléchir.

Elle devait réfléchir à tout ça. Quel pokémon … Etait-ce au moins un pokémon ? Ou alors, était-ce une légende ? Reshiram et Zekrom existaient alors pourquoi pas d’autres pokémons qui n’étaient raconté que dans les livres ou par les vieilles personnes ?

« Voilà, j’ai ce que vous désiriez. » déclara la bibliothécaire, revenant cinq minutes plus tard avec plusieurs livres. Bel la remercia, demandant maintenant à être seule. Elle retira son chapeau, poussant un profond soupir.

« Je vais avoir beaucoup de travail … encore une fois … malheureusement. »

Ce n’était pas que ça l’embêtait, loin de là. C’était juste du travail … plus que nécessaire malheureusement. Elle avait beaucoup de mal à travailler correctement avec tout ce qu’elle pensait en ce moment. Mais elle s’y mettait. Elle se mettait au travail pour faire quelque chose de potable et ordonné.

« La légende de Reshiram et Zekrom. Peut-être qu’en lisant ça, j’en apprendrai un peu plus au sujet de la créature … Enfin … Peut-être … J’ai toujours cru qu’ils étaient trois, j’avais lu ça dans un livre alors peut-être que … c’est le cas ? »

Mais alors … Maintenant, qu’est-ce qu’elle devait trouver ? AH ! Elle avait trouvé justement ! Elle avait trouvé du premier coup ! Elle était surement douée pour ça mais … Elle avait trouvé ce troisième nom !

« Kyurem. Il fait partie d’un trio avec Zekrom et Reshiram ! »

Mais pas seulement … Il n’y avait pas que ça. Le plus important était quand même le fait que … Kyurem avait des pouvoirs liés au froid. Et il se trouvait … normalement à la grotte cyclopéenne, c’est ça ? Qu’est-ce que … NON ! C’était donc ça ?! C’était donc là que Téo se trouvait depuis le début ?! Elle n’avait jamais voulu y aller pour ne pas déranger le monstre qui habitait à l’intérieur mais il s’avérait que Kyurem était ce fameux monstre ?

« Non, non … et non ! Je n’accepte pas ça ! Je ne l’accepte pas ! »

Elle n’acceptait pas ce qu’elle lisait ! Elle n’acceptait pas ce qui se passait ! Pas du tout même ! PAS DU TOUT ! Ce n’était pas ça qu’elle voulait ! Ce n’était pas … Téo … Si elle avait décidé de fouiller PARTOUT ! PARTOUT ! Téo aurait été sauvé … et maintenant ? Maintenant ? Qu’est-ce que ça voulait dire ? Qu’est-ce qu’elle pouvait faire ?

« Téo … Téo … a quelque chose de spécial avec ce Kyurem. Mais … mais … mais … »

Ce n’était pas ça ce qu’elle désirait, loin de là même. Ce qu’elle voulait savoir, c’est si c’était dangereux et … Hein ? Il était le pokémon des bordures ? Bordures ? Qu’est-ce que ça voulait dire ? Est-ce que ce mot avait une signification spéciale ?

« Mais j’ai ce que je voulais … Je suis sûre que Téo a rencontré Kyurem. »

Et le résultat n’était pas beau à voir. Du moins, pour le moment. Ce n’était pas grand-chose, loin de là même … Mais elle avait le plus important normalement. Du moins, c’est ce qu’elle pensait, elle n’était pas sûre que ça soit véritablement le cas dans le fond.

« Merci beaucoup madame la bibliothécaire, je vais garder juste ce livre. Du moins, l’emprunter, si ça ne vous dérange pas. Il faut que je retourne … »

« Malheureusement, il semblerait que ce Daporn ait déjà gagné contre Pieris. »

« Quoi ? Mais ça devait à peine commencer y a cinq minutes ! » s’écria Bel, la bibliothécaire haussant les épaules avant de reprendre d’une voix un peu troublée :

« Oui mais Daporn n’a fait qu’une bouchée de son adversaire avec deux de ses pokémons. Enfin, son Megapagos et son Pyrax encore une fois. D’ailleurs, son Pyrax est maintenant capable de faire une danse du feu, comme le Pyrax de l’ancien maître d’Unys. »

« Je … Je … Merci beaucoup. Je vais rentrer maintenant. »

« Comme vous le désirez, bonne route mademoiselle Bel. » termina de dire la bibliothécaire, l’adolescente quittant le bâtiment avant de retourner à la ligue pokémon. Pieris avait déjà perdu ? Comment était-ce possible ? Ces combats étaient beaucoup trop rapides ! BEAUCOUP TROP ! Téo était devenu un véritable monstre !

Lorsqu’elle revint à la ligue pokémon, l’heure n’était pas à la joie, loin de là même. Elle remarqua les membres du conseil qui étaient réunis dans une pièce, Percila tournant son visage vers elle, un peu agacée.

« Où est-ce que tu étais pendant le combat ? Nous avions besoin de toi. »

« Je … J’avais prévenu que j’étais partie, Percila ! Je … Pieris … »

« Nul besoin de me réconforter, je vais très bien. Mais toi, de ton côté, qu’est-ce que … »

« Ce livre ? Il concerne Kyurem, le troisième pokémon lié à Reshiram et Zekrom. » déclara Bel alors qu’Anis parut plus qu’intéressée.

« Donne voir ! Donne voir ! Pourquoi est-ce que tu as été cherché ça ? »

« Car je pense que … Daporn possède Kyurem. C’est du moins, ce que je pense être le cas … après quelques remarques de la part de Percila. »

« Mes remarques ? Tu veux dire ce que j’ai senti … enfin … ou presque … »

« Ton froid n’était pas anormal, loin de là même. C’était même ça qui m’a mené sur cette piste. J’ai cherché les pokémons capables de créer un tel froid. Mais aussi dans les créatures légendaires et il n’y avait que Kyurem normalement. »

« Je vois … Je vois … Un véritable travail d’investigation. Mais bon … Ca ne change rien au fait que nous avons déjà perdu deux des membres du conseil dont moi … Et justement, Kunz est le prochain à se battre. »

« Je vais faire de mon mieux. J’envisage la possibilité de battre trois de ses pokémons, ça sera la meilleure chose à faire pour que nous puissions voir ce qu’il faut adopter comme stratégie. D’ailleurs, dommage pour Pieris de ce côté-là. » dit l’homme à la peau assombrie et aux cheveux blonds alors que Pieris soupirait.

« Je pensais réussir à battre son Megapagos mais à la fin, je n’y suis pas arrivé. Néanmoins, son Pyrax n’est pas insurmontable même si la danse de feu m’a surpris. »

« Tu as réussi à battre l’un de ces pokémons ? » demanda Bel alors que Pieris répondait :

« Presque deux. Je voulais y arriver pour vous aider car il y a de fortes chances que tu doives combattre, Bel. Je pense que tu le sens toi-même. »

« Oui … Je suis déjà prête même s’il va falloir que je m’entraîne demain. Je ne serai donc pas présente encore une fois. J’espère que vous comprendrez … Enfin … Les prochains matchs auront lieu quand ? Est-ce qu’il l’a décidé ? »

« Il préférait avoir les deux derniers matchs dans l’après-midi et dans le cas où il arriverait à battre Kunz et Anis, il voudra surement t’affronter demain, Bel. Il va donc falloir ramener l’entraînement à cette après-midi. » termina de dire Kunz, Bel murmurant qu’elle était d’accord. Elle allait avoir un appel à faire au cas où.

« Je vais vous laisser … et bonne chance. »

Elle repartait dans son coin, quittant la place alors que Percila la suivait pour arriver à sa hauteur. L’adolescente aux cheveux blonds avait déjà une main posée sur son Vokit.

« Qui est-ce que tu vas appeler, Bel ? Ne me dit pas que … »

« Bien sûr que si. Ils sont toujours dans les environs de toute façon. Je crois qu’ils aiment bien Unys alors pourquoi pas ? Je pense que ça serait une bonne source d’entraînement. »

« Il est vrai qu’elle … qu’elle est très forte. Autant que toi voire même plus. »

« Nos matchs ont toujours quelque chose de spécial. Je pense que c’est la meilleure chose à faire … pour me préparer. Pendant ce temps, est-ce que tu peux rechercher des informations sur Téo ? Enfin … Daporn … Voir tous les gestes qu’il fait pendant ses combats ? »

« Toi aussi, tu ne crois pas qu’ils ont une chance de gagner, n’est-ce pas, hein ? »

« … … … Je ne veux pas mentir et je ne pense pas qu’ils gagneront. Réussir à mettre un ou deux pokémons à terre est déjà un exploit mais gagner … C’est impossible. »

« Au moins, tu es sincère … comme nous tous. Nous savons parfaitement ce qui se passe. Bref, tu devrais contacter maintenant Cynthia au cas où. Elle doit attendre ton coup de fil après ces derniers combats, ça ne m’étonnerait pas. »

« Je l’espère … Je pense que je vais la retrouver dans ta villa. »

« Ne la ravagez pas comme la dernière fois ! »

Elle avait déclaré cela alors que Bel faisait un petit sourire. Oui … Bien entendu. Il fallait dire que la dernière fois, elles avaient fait de sacrés dégâts quand même. Mais bon … Cela avait été un accident ! Oui ! Un accident !

« Et arrête de sourire bêtement, Bel. Tu crois que je ne lis pas dans tes pensées en ce moment même ? Même si tu es désolée, ça te fait rire. »

« Mais mais mais … mais non ! Je ne rigole pas ! Je te le promets ! »

« Appelles plutôt au lieu de traînasser. Je vais voir si je peux trouver une stratégie pour Kunz mais tu sais aussi bien que moi, lui, il préfère le combat. »

« Il ne faut pas se moquer des personnes qui sont un peu trop impétueuses ! Moi aussi, j’aime beaucoup le combat de pokémons ! »

« … … … Oui, c’est vrai. Mais ce n’était pas une moquerie. »

Loin de là même. Mais bon … Deux personnes déjà défaites. Et en même temps, Bel avait trouvé des informations importantes sur Kyurem. Peut-être qu’elles allaient pouvoir trouver ce qui s’était passé avec Téo ? Avant qu’il ne soit trop tard ? Ou alors était-ce déjà le cas ?

Chapitre 108 : Gelé

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 108 : Gelé

« Quand même, ce Daporn. C’est quelqu’un ! Tu as vu qui il a réussi à battre ? L’ancien maître d’Unys ! Goyah ! Avec juste deux pokémons ! Je me demande ce que ça aurait donné s’il y avait eu un vrai combat en six contre six. »

« Je ne sais pas et je suis pas sûr qu’il faudrait que je sache. Moi, ce que je veux savoir, c’est qui est-ce qu’il va affronter en premier. On n’a vu que deux de ses pokémons et il n’y a pas vraiment de type désavantagé contre lui. »

« Bah … Il va surement prendre Kunz qui semble être le plus facile quoi. »

Les paroles allaient bon train entre tous et toutes, les spectateurs attendant l’annonce qui déclarerait le premier combat. D’habitude, ils attendaient une semaine pour lancer les hostilités et ensuite encore une semaine contre le maître mais depuis l’arrivée de Bel, c’était à chacun de décider le temps qu’il fallait.

« AH ! Attends ! Regarde ! Y a l’arbitre qui arrive ! Et il a quelque chose en main ! Les quatre membres du comité et la maîtresse d’Unys sont là aussi ! »

Tout le monde était donc déjà présent ici ? Qu’est-ce que ça allait donner alors ? Est-ce que Daporn allait choisir quelqu’un qu’il connaissait ou non ? D’ailleurs, ce Daporn, cette main si blanche et décharnée ou presque … Elle avait fait son petit effet les journaux en parlaient déjà. L’arbitre observa les membres du conseil, eux aussi ne connaissaient pas encore le choix de Daporn. Celui-ci était immobile, à distance de tout le monde, les mains réunies sous ses deux manches. Finalement, l’arbitre déclara :

« Le premier adversaire de Daporn, décidé par ce dernier, sera Percila. Le match aura lieu dans une heure. Que chaque dresseur se prépare à l’affrontement. »

« Quoi ? Déjà moi ? Mais … » dit l’adolescente aux cheveux blonds, un peu étonnée du choix de Daporn. Ou alors ne devait-elle pas l’être ? Elle regarda l’homme en bure bleu qui s’éloignait en direction de son vestiaire.

Bel était déjà aux côtés de Percila, comme les membres du conseil. Tous lui demandaient de faire attention et de donner son maximum pendant ce combat. D’ailleurs, maintenant, tous les membres du conseil combattaient avec six pokémons, ce qui rendait la tâche encore plus ardue qu’auparavant. Autant dire que tout cela était bien difficile.

« Percila … Est-ce que pendant le combat, tu pourras … »

« Bel, c’est même la première chose que je ferais … Du moins, pas tout de suite mais après … Ne t’en fait pas … Je ne vais pas m’en priver. On va mettre les choses au clair. »

« Fais quand même attention à toi … On ne sait pas ce qui t’attends. »

« Bel … Je te rappelle une chose : j’ai préféré quitter Sinnoh car je ne contrôlais pas mes pouvoirs qui étaient tellement grands. Je ne crois pas que Daporn pourra résister à une intrusion dans son esprit. » dit Percila comme pour la rassurer, chose qui n’était pas aussi facile qu’on pouvait le croire, l’adolescente détournant la tête.

« Fais quand même attention. Tu vas utiliser des pokémons de Sinnoh tu crois ? »

« Deux pokémons … L’un de Sinnoh, l’autre d’Hoenn. Je ne pense pas que tu les aies souvent vus, je préfère éviter de les utiliser. De toute façon, toi, tu n’as clairement pas besoin d’eux. Tu es vraiment spéciale … Rien qu’avec ceux d’Unys. »

« Et encore, tu n’as jamais vu mon dernier pokémon aussi. » dit Bel en rigolant un peu.

« C’est vrai … Et même dans ton esprit, je n’ai jamais réussi à le trouver. Pourtant, j’ai essayé plusieurs fois mais c’est pour ça que tu es spéciale. Tu as la tête complètement vide. »

« Mais euh ! C’est pas drôle de dire ça ! C’est très vexant ! » répondit Bel en faisant une petite moue boudeuse, Percila émettant un petit rire.

« Je vais y aller maintenant au lieu de traînasser avec toi, d’accord ? »

« Bonne chance … Et fais attention à toi, Percila. Je … Même si c’est peut-être … Téo … Essaye de l’arrêter. Je ne veux pas utiliser la force contre lui. »

« La force … Des fois, je me dis que ça serait nécessaire pour des personnes comme lui. Des personnes un peu trop tête de mule à mon goût. Un petit coup de tête et ça serait terminé. » déclara Percila, choquant un peu Bel. Il fallait dire que Percila avait quand même un petit aspect noble et subtil et délicat. Bref, rien à voir avec ce qu’elle venait de dire à l’instant. Autant dire que Bel était plus qu’étonnée et impressionnée.

Une heure plus tard, les deux adversaires étaient en face. Daporn avait sorti aussitôt son Pyrax tandis que l’adolescente fixait longuement l’être en face d’elle. Elle n’avait pas besoin de lire sur le moment. Elle le ferait lorsqu’il allait combattre, ça serait beaucoup plus simple. Pour le moment, elle allait utiliser son Cryptéro.

Elle le fit apparaître, l’arbitre lançant le départ du combat. Comme elle était capable de voler et parce qu’elle était un oiseau, la Cryptero avait l’avantage sur le Pyrax. Néanmoins, ça aurait dû se passer ainsi mais Daporn en avait décidé autrement. Du moins, ce n’était pas ce à quoi elle s’était attendue.

« Cryptéro, utilise ton ta lame d’air pour blesser son Pyrax. »

« … … … Vent violent. »

L’homme a la bure bleue avait simplement prononcé ces paroles alors que la lame d’air arrivait droit sur le Pyrax. Du moins, avait commencé son chemin avant d’être violemment repoussée en arrière pour retourner sur sa créatrice. La Cryptero fut secouée de toutes parts, les vents l’empêchant d’avoir une position stable dans les airs alors que le Pyrax s’était mis à danser, danser, danser. Il n’était pas capable de produire des flammes comme celui de Goyah pendant sa danse mais ça n’allait pas tarder.

« Canicule. » continua l’homme avant qu’une forte chaleur n’envahisse le terrain, Percila commençant à être en sueur à cause de sa tenue. Sa tenue qui lui collait à la peau même. Sa pokémon s’écroula au sol alors que Percila remarquait que l’homme n’avait pas bougé.

« C’est déjà fini pour lui, n’est-ce pas ? Pfff … Je me disais bien que ça ne changerait pas grand-chose pour le moment. Mais mes pokémons se sont renforcés et … »

« Cela sera fini bien assez tôt. D’ici une dizaine de minutes. »

Ce ton froid … Si c’était bien Téo, il avait radicalement changé … En fait, ce ton … C’était à peine si elle l’entendait. Elle voyait ses lèvres qui bougeaient mais aucun son qui n’en sortait. Elle commençait à avoir un peu peur de la situation même si elle ne voulait pas le montrer.

« Je vais donc appeler mon second pokémon ! Mushana ! »

Elle avait une idée en tête pour bien lui montrer qu’elle ne plaisantait pas. Elle ordonna aussitôt à sa pokémon d’utiliser Hypnose pour endormir le pokémon adverse et contrairement à ce qu’elle avait pensé, le Pyrax s’endormi.

« Je vais en profiter pour dévorer un peu ses rêves ! Mushana, affaiblis-le grandement et … »

« Reviens par ici. » coupa sèchement l’homme en bure bleu, rappelant son Pyrax sans même que le Mushana ne puisse réagir. D’ailleurs, son Devorêve fut inutile face au Megapagos, celui-ci tapant dans ses pattes.

« Et qu’est-ce que tu crois ? Que cela va m’empêcher de refaire la même chose ? Mushana, utilise encore une fois Hypnose et … »

« Que la pluie tombe … »

Que … Il allait utiliser quoi comme technique ? La pluie tomba sur le terrain alors que l’Hypnose fut loupée. Qu’est-ce qu’il préparait ? Elle ne savait pas du tout mais elle demanda à son Mushana d’attaquer une seconde fois avec Psyko.
Au moment où la carapace décolla dans les airs sous la puissance psychique, la tortue s’en extirpa, se déplaçant à toute allure sous la pluie, semblant glisser. D’un geste de la patte, elle frappa la Mushana en pleine face avant de cracher un puissant Hydrocanon qui vint l’envoyer contre un mur de l’arène, le mettant KO sur le coup.

« Exuviation … C’est bien ça, hein ? Je ne m’attendais pas vraiment à ça. »

Mais surtout au fait que son pokémon se fasse battre aussi facilement. Sa technique d’endormir les pokémons de son adversaire pour ensuite le battre et le forcer à utiliser les autres, ça ne marchait pas aussi facilement que prévu.

« Bon … Reviens … Il est temps de sortir le grand jeu. Et de toute façon, tu risques de le regretter amèrement. Cette pluie sera ta fin. »

Elle fit apparaître son Symbios, lui ordonnant aussitôt d’utiliser son attaque Fatal-foudre sur la tortue. Avec cette pluie, impossible de se louper. Du moins, c’est ce qu’elle croyait car la tortue se déplaça avec vivacité jusqu’à sa carapace, la projetant dans les airs. La foudre vint s’abattre sur la carapace sans toucher la créature alors que Percila clignait des yeux. Une garde ? Elle venait de se protéger d’un Fatal-foudre comme ça ?

C’était quoi … cette tortue ? Alors que sa troisième pokémon se faisait envelopper par une vague d’eau boueuse, elle s’était déjà mise à réfléchir. Il était temps d’utiliser ses pouvoirs psychiques maintenant. A sa connaissance, Téo n’avait jamais été un as du combat de pokémon mais ces techniques, on ne pouvait pas les apprendre ainsi.

« Reviens donc dans ta pokéball … »

Troisième pokémon et elle avait l’impression de ne même pas avoir touché ses pokémons. Elle semblait si faible et désemparée face à son adversaire. Comment faire autrement ? Comment était-ce tout simplement possible ? Pourtant … Pourtant … Elle appela son plus puissant pokémon : un Métalosse ! Ça, il ne connaissait pas !

« … … … Reviens. »

C’était l’unique réaction de l’homme alors qu’il rappelait son Megapagos. Il avait compris à quel point cela était dangereux de se lancer dans l’inconnu hein ? Est-ce qu’il le regrettait ou pas ? Ce n’était pas à elle de savoir ça … du moins … Pour l’instant ! Alors qu’il rappelait son Pyrax encore endormi, elle utilisa ses pouvoirs psychiques pour s’insinuer dans l’esprit de Daporn. Il était temps de lire ses pensées et …

« Qu’est-ce qui se passe avec Percila ? Elle ne donne pas d’ordre à son pokémon. »

Bel avait fait la remarque aux autres membres du conseil des 4 alors qu’il était vrai que Percila était immobile. De la sueur s’écoulait de son front tandis que le Pyrax se réveillait peu à peu. Le Metalosse regardait sa dresseuse, attendant ses ordres.

« Qu’est-ce que … ca veut dire ? »

Percila s’écroula à genoux, tremblante de tout son corps. Elle avait été prise d’un grand froid, d’un très grand froid. Tout son corps était frigorifié, comme si elle venait de subir l’hiver en pleine face. Un hiver des plus foudroyants et violents.

« Une nouvelle canicule. »

Il avait dit cela toujours avec le même ton dénué de vie alors que le froid qu’avait ressenti Percila ne semblait pas vouloir disparaître. Loin de là même. Tout son corps, malgré la forte chaleur qui envahissait le terrain et mettait à mal le Metalosse, elle était encore morte de froid alors que ses habits étaient trempés de sueur.

« Que … Mademoiselle Percila, qu’est-ce qui se passe ? Vous voulez que j’arrête le combat ? » demanda l’arbitre, Percila hochant la tête négativement, rappelant son Metalosse.

« Ce n’est qu’un petit instant de fatigue, rien de plus, rien de plus. Ne vous en faites pas. »

« Soit … Mais veuillez donc appeler votre … cinquième pokémon, s’il vous plaît. »

« Laissez-moi quelques secondes, s’il vous plaît. » déclara l’adolescente, ayant déjà rappelé son Metalosse. Elle n’avait aucune chance de vaincre Daporn, elle le savait parfaitement. Tous ses pokémons étaient trop faibles par rapport à lui.

Elle appela son Archeodong mais elle savait déjà qu’elle avait perdu. Elle lui ordonna de faire de son mieux mais une nouvelle canicule vint le mettre à terre. Il ne lui restait plus que sa Sidérella qui se fit envahir par un puissant bourdon … des ultrasons horribles.

Des ultrasons qui avaient réussi à battre son sixième pokémon. Même Bel n’avait pas réussi ça normalement. Même Bel n’avait pas été capable d’une telle prouesse et pourtant, Daporn avait réussi ça. Aucun applaudissement ne se fit entendre.

« Il … Il a battu l’un des membres du conseil des 4 sans en perdre un seul pokémon. »

« Mais mais … C’est impossible. Ils sont normalement très forts. Ca ne devrait pas … »

« Vainqueur du combat entre Daporn et Percila : Daporn ! Daporn, veuillez déjà choisir votre prochain adversaire pour dans deux heures ! »

« Pieris. » déclara tout simplement Daporn avant de faire un demi-tour sur lui-même, son Pyrax revenant dans sa pokéball. La Siderella de Percila vint avoir ses yeux roses avant qu l’adolescente ne se retrouve soudainement téléportée au côté de Daporn.

« Je pense qu’il est grand temps d’arrêter tout ça, Daporn ou plutôt … » commença à dire l’adolescente en prenant le bras droit caché sous la bure bleue.

Elle s’arrêta aussitôt, poussant un petit cri de douleur avant de tomber sur les fesses au sol. Elle se tenait la main droite, celle-ci était recouverte d’eau, sa main prenant une légère teinte blanche avant qu’elle ne crie :

« Mais mais mais … C’est froid ! »

« Ne me touche pas … »

Daporn murmura ces quelques mots, tournant son visage encapuchonné vers l’adolescente au sol. Elle ne voyait rien, cette capuche cachait tout. Du moins, elle ne voyait rien du tout. Elle … Elle ne voyait rien … ou presque …

La seule chose qu’elle voyait, c’était deux yeux rubis qui la fixaient. Elle aurait pu dire avec dédain puisqu’elle était au sol, ridicule mais ce n’était pas ça. C’était tout simplement un désintérêt le plus complet. Non … C’était une froideur qui …
Que … Quoi ? Pendant un bref instant, les pupilles rouges furent entourées par une lueur dorée. Qu’est-ce que … Qu’est-ce que c’était ? Elle resta assise au sol tandis que Daporn s’éloignait sans plus de cérémonie. Elle ne bougeait plus, clignant des yeux avant d’avoir quelques larmes aux yeux.
« Je … Je … Je … »

Elle avait peur. Elle avait eu peur de ce qu’elle avait vu. Elle ne savait pas ce que c’était … mais si c’était Téo … Ce n’était pas possible. Ce n’était pas Téo … Pas possible. Ce n’était pas Téo … Il fallut l’aide de Bel et des membres du conseil des 4 pour qu’elle se relève, encore secouée par les évènements. C’était … quoi ça ?