Chapitre 26 : Un trône souillé

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 26 : Un trône souillé

« Ah … Ah … Ah … Elise. »

Il ne voulait pas perdre Elise. Il ne devait pas perdre Elise ! Il ne devait pas … C’était l’unique personne qui lui restait sous la surface ! Tout ça parce qu’il avait décidé de converser avec Héraisty ! Tout ça pour juste le plaisir d’en découvrir plus.

« Ah … Ah … Ah … Il faut que je reste avec elle. Il le faut absolument. »

Il devait se rassurer. Non, il devait se convaincre de la sorte alors que les guérisseurs étaient au chevet de la jeune demoiselle aux cheveux auburn. Non, qu’importe ce qu’ils désiraient, il était hors de question qu’il quitte la chambre. Et qu’ils tentent ne serait-ce que de le forcer, ils allaient avoir une mauvaise surprise.

« Nous allons devoir la déshabiller pour les soins et … »

« Ne vous en faites pas, je l’ai déjà vue complètement nue. Faites ce que vous avez à faire et dépêchez-vous avant que je ne m’énerve réellement. »

Même si c’était déjà le cas et que c’était beaucoup trop tard pour ça. Même s’il mentait par rapport à ça et qu’il ne l’avait jamais vue, ce n’était pas important. Le plus important, c’était la santé de la jeune demoiselle et le plus vite possible.

Une trentaine de minutes plus tard, il était juste assis à côté du lit, ayant la main d’Elise dans la sienne. Hors de question. Il ne la quittera plus d’une semelle maintenant. Elle était … Il était … C’était de sa faute, il le reconnaissait.

« Ne t’en fait pas, je ne te quittes plus d’une semelle maintenant. »

Il répétait simplement sa pensée à voix haute. Le jeune homme aux cheveux bruns s’en voulait. Il … Il n’avait pas envie que ça se reproduise. Il se l’interdisait… C’était juste ridicule. Il était ridicule, complètement ridicule.

« Désolé … Je suis vraiment désolé, tellement désolé. Je voulais … juste en apprendre plus … mais je t’ai complètement oubliée. »

Il ne devait pas pleurer. C’est juste que … s’il devait perdre Elise après Clari, il était certain de ne pas s’en remettre. Elle était sa bouée de sauvetage dans ce monde démoniaque. Même s’il commençait à avoir ses repères, ça ne changeait pas du tout … à ce qu’il ressentait. Il avait mal … tellement mal.

« Qu’est-ce que les soldats diraient ? Et les servantes ? Et les autres ? Si je faisais ça ? Mais … il en est hors de question. »

Il avait envie de dormir à ses côtés, pour qu’elle comprenne qu’elle a du soutien. Qu’il est de retour et qu’il ne compte pas l’abandonner. Mais … mais … non. Ce n’était pas une bonne chose. La situation ne permettait pas cela.

« Je vais me montrer raisonnable … Il le faut. Je ne peux pas venir comme ça dans ton lit. »

Et puis bon, ils faisaient cela à l’époque où ils ne savaient pas qu’Elise était la princesse du royaume démoniaque. Quand ils n’avaient pas à se préoccuper de ce que les gens disaient, quand ils étaient considérés comme frère et sœur.

« Je trouverai le ou la responsable de tout ça. Je lui ferais payer amèrement tout ceci. »

Il se le promettait. C’était une promesse qu’il ne comptait pas rompre. Il était certain que c’était l’un des aînés de la royauté. Il n’y avait qu’eux pour commettre une telle horreur. Elise en avait rien à faire des titres et autres, elle se fichait pas mal du trône. Et pourtant, ils n’hésitaient pas ! Ils n’avaient pas hésiter un seul instant ! Ils le regretteront. Ils regretteront d’être nés après son passage.

« Je ne suis peut-être pas encore assez fort pour les combattre … mais puisqu’ils veulent salir les mains de leurs larbins, je ferais de même. »

Il s’était promis de ne pas reperdre le contrôle de son être … pour ne pas faire peur à Elise. Mais pas seulement. Il ne voulait vraiment pas que ça se reproduise. Il avait l’impression aussi … de déplaire à Clari. La femme-golem était l’unique être qui était avec lui dans la pièce pour veiller sur eux deux … quand il devait fermer les yeux pour se reposer.

« Ah … Ah … Demain, ça ira mieux. Il faut juste que je me calmes. »

Lentement, il sentit une main de pierre se poser sur son crâne. Rouvrant les yeux, il observa simplement la femme-golem qui avait eut ce geste. Il ne lui avait rien demandé, rien du tout … et pourtant, elle semblait dotée d’une vie propre.

« Si seulement si tu savais parler … je crois que j’en aurais bien besoin. »

Pour autant, il se laissa caresser la chevelure. C’était étrange comme sensation. Oui, comment pouvait-on réellement expliquer le fait qu’une main de pierre était capable de douceur ? Et pourtant, c’était le cas en ce moment précis.

« Je vais fermer les yeux, Clari. S’il y a du bruit ou autre, tu pourras me réveiller, d’accord ? »

Il disait cela tout simplement, comme pour chercher du réconfort, encore une fois. Il voulait simplement qu’elle parle … et qu’à son réveil, Elise ait ouvert les yeux. Il avait vérifié et surveillé les guérisseurs, pour être sûr qu’ils ne commettent aucun acte malveillant. Il n’avait confiance en rien, ni personne à ce moment précis.

Pour autant, le sommeil ne fut pas très long à arriver. La raison à cela ? Simplement la fatigue et le corps qui s’abandonne après cette violente rage qui l’avait animé pendant des heures. Ah … Sa tête se posa sur le lit, juste à côté de la main d’Elise. Il était … stupide, tellement stupide. Comment est-ce qu’il avait put se laisser aller de la sorte ?

Comment est-ce qu’ils en étaient arrivé ainsi ? Un simple moment d’inattention et voilà le résultat. Il était ridicule, parfaitement ridicule … et rien n’allait pouvoir arranger cela. Il voulait juste … Il espérait juste qu’Elise allait ouvrir les yeux, pour qu’elle lui pardonne tout ceci mais surtout … pour qu’il soit soulagé. Il n’allait pas trouver de vrai repos jusqu’à son réveil, il n’allait pas retrouver son calme intérieur … jusqu’à ce qu’elle lui parle.

« Hmmm … Tery … Tery … Faut te réveiller … Tu m’écrases … la poitrine. »

Il entendait une petite voix, douce et faible … mais chaleureuse. Il bougea légèrement la tête avant d’ouvrir ses yeux. C’était la voix … de … il la reconnaissait … hein ? Oh ! Elise ! Elle était réveillée ! Elle était réveillée et …

« Non ! Tu ne cherches même pas à t’approcher de moi, Tery, d’accord ? Je suis blessée. »

« Tu refuserais un câlin de ma part, c’est bien ça ? Je suis vraiment triste de l’apprendre. »

« Oh … Tu peux arrêter ton char hein ? Je sais bien que … »

« Tu n’as aucune idée de l’état émotionnel dans lequel je suis, Elise. »

Il avait coupé la parole de la jeune femme aux cheveux auburn, celle-ci s’arrêtant dans ses propos pour le regarder. C’est … vrai. Elle le voyait réellement en fin de compte. Le jeune homme aux cheveux bruns … semblait presque comme dévasté. Elle chuchota :

« Pardon de t’avoir mal jugé et …. le reste. »

« Tu n’as pas à t’excuser. On peut alors ? » dit-il en se redressant un peu. Elise se regarda brièvement, observant sa tenue qui consistait juste en une robe de chambre faite de toile. Puis doucement mais sûrement, elle tendit ses bras vers lui :

« Viens donc par là … J’en ait autant besoin que toi, je crois bien. »

« Je promets de faire attention … en vue de tes nombreuses blessures. »

Elle n’en a aucun doute à ce sujet. Lentement mais sûrement, le voilà qui l’enlace, la jeune femme se nichant dans ses bras. Il lui caressa doucement le dos, murmurant quelques mots comme pour chercher à la rassurer mais surtout SE rassurer :

« Pardon … Pardon … Je suis tellement désolé, Elen. Je ne voulais pas que ça se passe ainsi. Je ne voulais vraiment pas … je suis … si désolé … »

« Tu n’as pas à t’excuser, je ne pouvais pas prévoir ça. Ni toi, ni moi, ni personne … »

« Si, on pouvait le prévoir ! Ta famille est tordue ! Ce ne sont que des tordus ! Sauf ton petit frère et ta petite sœur ! Et encore, ton père, ça dépend … C’est ses pouvoirs, ils sont si effrayants, je ne sais pas trop quoi en penser. »

« Hahaha … Hahaha … Ah … J’avoue … que ça fait du bien … de te sentir contre moi. Tu as passé tellement de temps … avec cette démone … J’avais l’impression d’être délaissée. »

« Mais on va corriger ça. Jusqu’à ce que tu ailles mieux, je vais veiller sur toi, d’accord ? »

« Hihihi ! Attention, je risque de te prendre au mot, tu le sais hein ? Et surtout si tu me le promets, tu ne pourras pas revenir en arrière ! Tu es sûr de toi ? Hmmm … Si tu me le promets, je veux bien alors accepter que tu veilles sur moi et que tu t’occupes de moi. »

« Tu ne chercherais pas à en profiter un peu ? »

« Tu es mon « grand frère », j’ai le droit en tant que « petite soeur » d’abuser de ta gentillesse. C’est marqué dans le code de la petite sœur. »

« Faudra me montrer la ligne qui évoque cela hein ? Je sais pas, bizarrement, je n’ai pas confiance en ça et … oh ! Fais attention à toi ! »

Elle s’appuya plus contre le coeur du jeune homme et avec juste un tissu pour la recouvrir, il peut sentir la féminité d’Elise. Il se doutait qu’elle faisait cela à dessein mais en même temps, il comprenait … que pour elle aussi, il lui avait terriblement manqué.

« Bon ben, je te fais la promesse d’être là jusqu’au bout … jusqu’à ce que tu puisses remarcher et tout le reste. Par contre, tu te doutes que pour ta toilette … »

« Tu as peur de me voir nue ou de me frotter le dos, c’est bien ça ? »

« Hmm … Tu sais, je t’ai déjà vue nue hein ? » dit-il en rougissant légèrement, Elise clignant des yeux, se demandant de quoi il parlait.

« Co … Comment ça ? Je sais bien que nous étions proches mais … euh … de là … »

« Hier, j’étais si énervé … que lorsqu’ils ont commencé à te déshabiller pour bander tes blessures, je leur ait dit qu’il était hors de question que je quitte la chambre pour être sûr qu’ils ne t’achèvent pas. J’étais vraiment pas bien hier … je suis désolé de … »

« Oh … Euh … Tu n’as pas fait ça à dessein, juste pour t’imaginer des choses. C’était dans le feu de l’action … ou plutôt de la rage. Alors, ce n’est pas bien grave, Tery. Mais est-ce que j’étais à ton goût au moins ? »

AHEM ! Il ne répondra pas à ça. Elise, c’était Elise. Il ne se permettrait pas de la toucher, qu’importe ce qui devrait se passer entre eux. C’est sûr qu’elle était capable de lui provoquer un certain émoi mais ça devait s’arrêter là. Pas besoin de plus, pas besoin de moins.

« Tu es bien silencieux maintenant. Est-ce que tu cherches une réplique pour ne pas me blesser ? Je savais bien que … je n’étais pas intéressante pour toi mais bon … »

« Ne racontes pas n’importe quoi s’il te plaît. Ce n’est pas ce que jai voulu dire, tu le sais aussi bien que moi, n’est-ce pas ? »

« Hum hum … Non, je ne sais pas du tout, justement. Je veux bien que tu m’en dises plus, je t’écoute donc, Tery. »

« Rah … Je dirais simplement que tu es une charmante démone et qu’hier, j’en ait eut la confirmation. Est-ce que ça te suffit comme réponse de ma part ? » dit-il sur un ton qui se voulait agacé sauf qu’il était plus confus qu’autre chose. Quel idiot mais quel idiot ! Il poussa un petit soupir alors qu’elle-même faisait un sourire ravissant :

« Faudra me rendre la pareille alors un jour ! »

QUOI ?! Qu’est-ce qu’elle voulait dire par là ?! A la voir poser ses yeux sur lui et à le détailler de haut en bas, il comprenait donc bien ce qu’il avait compris au départ ! Non non mais non ! Ils avaient été pourtant clairs à ce sujet non ?

« Elise, tu dois être encore bien fatiguée, j’imagine. »

« Un petit peu, je dois avouer mais tu sembles un peu éluder ma phrase, n’est-ce pas ? »

Pas le moins du monde. C’est juste que ce qu’elle demande, il n’est pas vraiment certain de pouvoir apprécier la tournure des événements. Après, en même temps, comment peut-il vraiment apprécier ça ? Non, Elise … doit se sentir seule. Il finit par soupirer :

« On verra quand tu iras mieux, d’accord ? Qu’est-ce que tu en dis ? »

« C’est une promesse, n’est-ce pas ? »

Pas vraiment une promesse. Il ne fait que marmonner car il ne veut pas confirmer cela. Ca ne se fait pas de promettre une telle chose. Ah … Pour autant, il veut passer aux choses sérieuses et finit par demander d’une voix lente :

« Ces assassins … Tu as une idée de qui ils étaient ? A part des démons. Tu as réussi à te défendre donc … ça allait mais … à part ça ? »

« Qu’est-ce que tu voudrais que je te dises exactement, Tery ? Je n’en ait aucune idée malheureusement. Je ne sais pas du tout quoi penser. »

« Même pas une idée de qui serait le commanditaire de tout ça ? Car … je comptes bien lui faire payer, tu t’en doutes. »

« Les assassins étaient blessés et ont été obligé »s de fuir, c’est déjà pas mal non ? »

« Ne t’en fait pas pour eux, ils ne poseront pas de soucis. Mais ils n’ont rien dévoilés sur la personne qui était à l’origine de tout ça. Et c’est elle que je veux attraper. »

« Ne t’en fait pas … Chaque chose en son temps. Savoir que tu es à mes côtés, cela me suffit amplement, tu sais, Tery ? »

« Hahaha … Pareil … J’ai juste … vraiment eut peur, tu sais ? » dit-il à son tour, répétant les derniers mots de la jeune démone. « Sans toi, je ne tiendrais pas le coup. Sans toi, je ne sais pas si j’arriverai à survivre ici. »

« Tu y arriveras pleinement. Tu as réussi à mieux t’intégrer que moi. Moi … Je passe mes journées au palais … et lorsque je quitte ce dernier, je subis une tentative d’assassinat. Autant dire que ce n’est pas le plus plaisant possible hein ? »

« Je suis … vraiment désolé, Elise. Vraiment … Vraiment … Vraiment désolé. »

« Roh, arrêtes donc de l’être, ce n’est rien de dramatique non plus. Je ne suis pas au seuil de … enfin si mais bon … J’imagine que tu as compris où je voulais en venir non ? »

Elle disait cela avec un petit sourire mutin, signe qu’elle voulait juste titiller le jeune homme aux cheveux bruns. Celui-ci se rapprocha d’elle à nouveau et revint l’enlacer. Voilà … Il se sentait mieux quand il la sentait dans ses bras.

« Promis … Je te ramènerai à la surface, Elise. Cet endroit n’est vraiment pas pour toi. »

« C’est … moche d’attaquer sur ça … alors que l’on sait aussi bien l’un que l’autre que ça ne sera pas vraiment possible, hein ? »

« Il ne faut jamais dire jamais, Elise. Tu as put retrouver Royan, tu ne veux pas rester auprès de lui ? Moi, j’ai revu Manelena, c’était suffisant. »

« C’est très moche ce que tu dis, Tery. Alors que tu sais … parfaitement ce que j’espère maintenant entre nous deux, tu utilises leurs noms. Tu veux me donner du remord hein ? »

Et oui. Il en a aucune honte. Il veut lui donner du remord car il estime que ce n’est pas une bonne chose ce qu’elle tente d’espérer entre lui et elle. C’est pourquoi il ne veut pas qu’elle se fasse d’illusions réellement. C’est mieux.

« Tant que tu comprends et approuves ma démarche … »

« Ah … Oui, bien entendu. Mais on devrait se fixer une date limite où on comprendra qu’il n’y a rien qui nous attendra, hein ? »

Hmmm ? Il la regarda, cherchant à comprendre où elle voulait réellement en venir. Lorsqu’elle lui expliqua tout simplement que c’était sa vision des choses, qu’elle pensait qu’il fallait alors espérer … ceci, c’était bien mieux.

« Bien mieux, bien mieux, je ne sais pas trop. Mais je remarque que tu es très tenace sur le sujet, n’est-ce pas ? Hahaha. »

« Disons que j’ai remarqué à quel point je tenais à toi et inversement, en quelque sorte … Si nous nous retrouvons vraiment seuls au monde, je me dis que ça ne serait pas déplaisant que ça soit avec toi que je termine ma vie ici. »

« Hmm … D’accord, je vois où tu veux en venir et si tu veux être rassurée, saches que c’est réciproque hein ? Je pense pareil de mon côté. »

« C’est rassurant. Au moins, je n’aurai pas cette sensation de rejet. » dit-elle dans un sourire alors qu’il l’invitait à se coucher correctement dans le lit.

« Maintenant, tu vas te reposer à nouveau. Il va falloir que je quitte le chambre pour aller me laver mais surtout prévenir de ton réveil. Je laisse Clari à tes côtés, d’accord ? »

« Pas de soucis ! Et puis, c’est une sacrée gardienne. Je sais que je n’ai pas vraiment à m’en faire pour ma sécurité avec elle à mes côtés. »

C’est exact. Il l’embrassa sur le front avant de s’éloigner. Il était temps de retrouver le monarque pour le prévenir de l’état de santé d’Elise C’était le premier qui devait savoir.

Demandant une audience à l’empereur, il remarqua aussitôt le regard inquiet des soldats posés sur lui, comme s’ils n’osaient pas lui répondre. Le jeune homme cligna doucement des yeux, reprenant la parole :

« J’aimerai voir l’empereur … je ne voudrais pas avoir à me répéter, vous savez ? »

« Oui … Oui … Pas de soucis. Je … Tu y vas, toi ! »

« Euh, non, non, t’as l’air motivé, tu y vas de ton côté ! » s’exclama le second soldat, refusant complètement les propos du premier.

« Et si j’y allais sans que vous ayez à me présenter ? » soupira Tery avant de forcer le passage, les soldats se laissant étrangement faire alors qu’il pénétrait dans la salle du trône. L’ambiance était étrange, il n’y avait aucun soldat, rien du tout, puis une unique voix résonna à ses oreilles, une voix sombre, sinistre :

« J’avais demandé à ne pas être dérangé. »

« Empereur Malark … C’est Tery Vanian. Je venais … vous informer du réveil de votre fille Elise. Je ne peux pas dire … qu’elle va bien … mais elle a le moral et … elle est réveillée. Si vous voulez aller la voir, c’est possible. Ma femme-golem la protège et la surveille. »

« Ah … Elle est donc réveillée … mais pas en bonne santé. Je passerais la voir. Tu peux disposer, Tery Vanian. Merci de m’avoir prévenu. »

Ca ne servait à rien de dialoguer. Il avait parfaitement compris que le monarque n’était pas dans son état normal. Avec sa fille qui avait été agressée lâchement, il comprenait parfaitement que le monarque n’avait pas sa tête à ça.

Mais c’était étrange. De ce qu’il avait compris, le roi était habitué aux tentatives d’assassinat et il avait déjà perdu quelques enfants. Alors pourquoi avec Elise, c’était différent ? Ce n’était pas logique, pas du tout. Mais il y avait sûrement autre chose mais quoi ? Il n’en avait strictement aucune idée, malheureusement.

« Oh, déjà de retour, Tery ? Je pensais que ça prendrait plus de temps. »

« L’empereur n’est pas vraiment en forme pour parler, je dois t’avouer. Il semblait très maussade, j’ai l’impression qu’il pouvait me tuer à distance s’il le désirait. Heureusement, ce n’était pas vraiment ce qu’il voulait donc bon … »

« Est-ce que tu crois que c’est à cause … de moi ? Enfin, l’attaque ? »

« Je ne crois pas, j’en suis sûr et certain si tu veux tout savoir. »

« Oh … Il faudra que j’aille le voir alors. Ou du moins, qu’il vienne me voir. Pour qu’il soit rassuré et qu’il comprenne que j’aille bien. »

Aller bien, aller bien. C’était plutôt difficile à croire hein ? Enfin bon … Il voyait ce qu’elle voulait dire. Même si elle était réveillée, tout n’était pas réellement arrangé dans le fond.

Chapitre 25 : De tous les côtés

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 25 : De tous les côtés

« Humpf … Plus les heures passent, plus je suis de moins en moins sûre que ça soit une bonne idée. Une bien mauvaise idée. »

« C’est trop tard pour revenir en arrière, Manelena. Les rumeurs vont bon train. Et puis, il ne faut pas regretter nos actes s’ils ne sont pas mauvais. Nous avons offert une chance à ces démons … et c’est une bonne chose, non ? »

« Oui, oui … Je le sais parfaitement. On ne me l’a fait pas à moi hein ? »

Elle disait cela avec une petite pointe d’ironie avant de pousser un soupir. Le seul bruit que l’on entendait dans cette salle de repos était les gazouillis du bébé d’Elen, celle-ci s’amusant avec son enfant tout en disant :

« Les démons méritent … de vivre aussi. Je ne veux pas avoir à regarder Tery dans les yeux en me disant que l’on mutile et maltraite son peuple. Je suis certaine que là où il est, Tery fait de même de son côté, voilà tout. »

« C’est aberrant une telle confiance en quelqu’un … qui a fait ça. »

Même si c’est bien loin d’elle, elle savait parfaitement qu’Elen lui souriait car elle … savait qu’elle pensait exactement la même chose de son côté. Sauf que Manelena ne voulait pas le dire à voix haute et il en était tout simplement hors de question.

« Hmm … Dites, qu’est-ce que vous diriez d’aller rendre visite à ces démons d’ici deux ou trois jours ? Ils sont vraiment sous bonne garde, n’est-ce pas ? »

« C’est exact, Elen. Tu n’as pas à t’en faire à ce sujet. Mais pourquoi est-ce que tu poses cette question ? Tu peux me le dire ? »

« Et bien … Je te l’ai déjà dit, pourtant, non ? J’aimerai bien aller discuter avec ces démons pour comprendre ce qui se passe. D’ailleurs, le couple d’honoriens est parti ? »

Petit hochement de la tête de la part de Royan une nouvelle fois. Le couple devait retourner à Honoros. Ils avaient un peu trop tardé même s’ils allaient évoquer, après avoir bien entendu demander à Royan et Manelena l’autorisation, les démons capturés et l’idée que les deux royaumes avaient en tête.

« C’est une bonne idée. J’attendais une lettre de la part d’Ernold mais il semblerait qu’il soit très occupé ces derniers temps. Attendons demain, après avoir préparé de quoi être bien protégé et nous pourrons nous y rendre. »

Humpf. En ayant parlé de lettres, Manelena s’était légèrement renfrognée. Royan la regarda, sachant de quoi elle parlait. Des lettres, ils en avaient tous reçus, c’était d’ailleurs pourquoi le couple avait décidé de retourner voir leurs clans tout de suite.

« Manelena, de ton côté, tu avais donné les mêmes consignes, c’est bien ça ? »

« C’est exact … Je ne m’attendais pas à ce que les démons sortent de partout. »

« Mon ambassadeur à Claudiska m’avait aussi envoyé une lettre. J’ai préféré lui dire ce que nous comptions faire exactement. Je me dis que c’est mieux dans ce genre précis. »

« Et donc, tu ne peux qu’attendre une lettre en réponse à la tienne ? C’est de même de mon côté. Hémurion m’a demandé quelques consignes. Les démons sont partout … même dans Mékalarma mais cela ne nous regarde pas. Nous avons déjà beaucoup à faire. »

Elle ne s’était pas vraiment attendue à ce que ça se passe de la sorte. Déjà que les gnomolds réagissent ainsi, sans même les prévenir, c’était ennuyeux. Mais ensuite, que des groupes de démons non-belliqueux décident de sortir de tous les côtés, sans armes, ni aucune menace, est-ce que ça voulait dire que la vie sous terre était horrible pour eux ?

Oui, l’idée de visiter le quartier emménagé par Royan était une bonne idée. Interroger les démons, savoir la raison de leur présence, et surtout trouver diverses autres explications. Avec une petite parcelle de chance, des démons en sauraient plus sur Tery ? Vu que ce nom avait été voqué … avec la « princesse » Elise. Elise une princesse ? Tery avait vraiment le don de s’entourer de personnes pas banales.

BAH ! En même temps, elle-même ne l’était pas hein ? La reine de Shunter se préparait maintenant à aller à la rencontre des démons et elle devait aussi réfléchir aux questions qu’elle allait poser. Si elle s’intéressait trop à Tery, Elen allait se poser des questions. D’ailleurs, elle-même se disait qu’elle était sûrement au courant … à cause de la discussion avec Royan il y a quelques temps.


Au courant … du baiser entre elle et Tery. Un baiser qu’elle avait amorcé. Elle ne regrettait pas son geste. Elle était parfaitement consciente de ce qu’elle avait accompli. Elle ne s’en voulait pas et même si on devait la détester, elle exprimait un parfait désintérêt à tout ça. Enfin … elle aimerait penser ainsi … mais se mettre Elen sur le dos, elle n’était pas motivée à ça, pas du tout même.

Le lendemain, après les diverses préparations de Royan et alors qu’ils étaient accompagnés par quelques soldats mais aussi deux ambassadeurs de Claudiska et quelques autres personnes qui serviront à dialoguer, elle était finalement prête. Elen avait laissé son enfant aux bons soins de la mère de Tery et des gouvernantes de Royan.

« Il fallait s’en douter, nous attirons tous les regards, pour ne pas changer. »

« Un jour, il n’y aura plus à s’inquiéter de tout cela. Ce jour est peut-être lointain mais … »

« S’il te plaît, je n’ai pas envie de parler philosophie. Allons voir ces démons et espérons qu’ils soient plus coopératifs qu’enfermés dans une cage. Pour les bâtiments, j’imagine qu’ils sont insalubres et pas vraiment très solides, non ? »

« Je n’ai pas prévu de rénovation pour le moment. Ca sera l’un des sujets de discussion avec leur chef, s’ils en ont un. »

Elle avait du mal à se dire que le jeune roi qui se trouvait devant elle était celui encore plus que belliqueux il y a de cela plusieurs mois. Comme quoi, retrouver Elise, même un bref instant, cela lui avait totalement changé les idées. Ah ! L’amour !

« Comment s’est passé cette journée ? » questionna Royan devant les soldats qui formaient un barrage pour empêcher quiconque de sortir et rentrer.

« Et bien … roi Royan, sauf votre respect, c’est plutôt du côté des traslordiens que ça a été ennuyeux. Beaucoup ont essayé de nous acheter pour rentrer dans le quartier. Par contre, les démons ont été assez sages. Quelques enfants nous ont posé des questions mais à part ça, aucun n’a essayé de s’enfuir. »

« Ouais … Je veux pas dire … mais ils avaient l’air sacrément épuisés et fatigués. Je sais pas ce qu’ont fait les gnomolds ou alors si ça date d’avant, mais … c’était pas la joie jusqu’à la livraison de nourriture. »

« Ils n’avaient jamais rien mangé d’aussi bon ? »

« C’était exactement ça, mademoiselle ! Ils ont ouvert de grands yeux ! »

Elen fit un petit sourire amusé aux propos du soldat alors qu’ils pouvaient aller dans ce fameux quartier réservé aux démons. Alors, qu’est-ce qu’elle devait faire comme première approche ? D’ailleurs, les soldats qui accompagnaient les deux personnes royales et elle-même, elle remarquait qu’ils avaient des sacs sur les épaules.

« Des victuailles et autres ? Tu sais que ton peuple n’appréciera que moyennement, Royan ? Si tu commences à donner plus qu’il n’en faut aux démons. »

« Je veux simplement qu’ils comprennent que nous ne leur voulons pas de mal … et cela nous permettra peut-être d’amorcer une conversation avec eux. »

« Fais quand même attention à toi. Ca serait stupide que tout dégénère pour une action que tu pensais bienveillante mais qui ne l’est pas aux yeux de tous. »

Il hocha la tête positivement. Le message était très bien passé mais il sentait qu’en agissant ainsi, cela sera pour le mieux. Lorsqu’ils arrivèrent au beau milieu du quartier des démons, quelques enfants cornus étaient déjà en train de courir dans les bras de leurs mères et pères.

« Est-ce que nous pourrions parler à votre chef ? Ou du moins, la personne qui fait figure d’autorité parmi vos membres ? »

Royan avait pris la parole, Manelena, Elen et les soldats restant silencieux. Les démons se regardèrent entre eux, comme pour chercher à savoir qui allait faire le premier pas. C’est finalement après deux minutes que l’un d’entre eux décida de s’avancer. Il semblait avoir déjà de nombreuses rides, des cheveux blancs et pourtant, en vue des muscles saillants sur son corps et surtout de sa taille, il restait impressionnant.

« Je … suis celui que l’on peut considérer comme le chef de ce groupe. Êtes-vous le chef de cette ville ? Nous tenons à nous remercier … bien que nous savons pertinemment que cela est à dessein. Vous nous offrez une chance … même si nous attendions votre visite. »

« Je tiens juste à corriger une chose avant tout le reste : je ne suis pas le chef de cette ville mais je suis le monarque du royaume de Traslord, royaume où vous vous trouvez. »

L’homme cornu sembla étonné, réellement étonné, comme s’il ne s’attendait pas à une telle révélation en ce qui concernait le jeune homme en face de lui. Paraissant un peu confus et gêné, il commença à bredouiller :

« Par… Pardonnez mon abus de langage, je ne voulais vraiment pas … Ne me tuez pas, je vous en prie, je ne … »

« Euh … Il n’est pas question que je vous tue. Vous ne pouviez pas savoir, je ne suis que le roi depuis un peu moins d’année. J’ai pris le trône, il y a peu. Et pourquoi devrais-je vous tuer ? »

« Car vous êtes le monarque de ce royaume, c’est bien simple ! Nous … Nous ne sommes que de simples démons, sans sang noble ou autre. »

Royan se tourna vers Manelena, celle-ci fronçant les sourcils. Qu’es-ce qu’il espérait exactement de sa sa part pour qu’il la regarde ainsi ? Il semblait attendre quelque chose de sa part mais quoi ? Ce fût Elen qui prit la parole, déclarant :

« Euh le sang noble, et tout, ça marche aussi chez nous mais vous en faites pas, Royan et Manenela sont loin d’être aussi concerné que certains prétentieux de la haute noblesse. Je dis pas que vous pouvez leur parler comme à de vieux amis mais hey. »

« Je … Qui … Qui êtes-vous, mademoiselle ? Vous êtes aussi … une reine ? »

« OOOOOH ! Oh que non ! Mais c’est gentil comme compliment, c’est même très flatteur. Non, je suis juste une jeune mère qui attend le retour de son mari depuis quelques mois. Il devrait revenir bien assez tôt. » dit-elle sur un ton un peu énigmatique bien qu’elle gardait un sourire resplendissant, visiblement très amusée par la situation.


Le démon ne semblait pas avoir compris où elle voulait en venir exactement et Elen ne faisait rien pour arranger cela. Tout sourire, pour ne pas changer, elle laissa la place à Manelena qui se rapprocha du démon pour lui faire face. Elle était bien grande et cela n’était pas à oublier tandis qu’elle déclarait :

« Vous semblez plutôt inquiets par rapport à la noblesse et la royauté du monde souterrain, non ? Est-ce que votre roi est un tyran ? »

« N… Non … C’est … vraiment plus compliqué que ça. Nous venons de villages qui sont proches de la surface. A cette hauteur, nous n’avons … aucun sang noble, nous ne valons pas mieux que des outils. »

« Je crois qu’on va avoir besoin de sacrées explications sur votre monde. Ca m’a l’air fameux … et pas forcément dans le bon sens. »

« Je … Je veux bien mais … vous savez, nous ne connaissons pas grand-chose et … »

« Vous semblez être un vieillard qui a de l’expérience et qui a beaucoup vécu. Je suis certaine que vous nous en apprendrez bien plus que vous ne le prétendez. »

« Co… Comme vous voulez, si vous voulez bien me suivre, je vais vous guider. »

Royan signala aux soldats de bien commencer à faire la distribution de vivres, vêtements et autres tandis que lui-même allait accompagner Manelena et Elen. Bien entendu, tout n’allait pas pouvoir se passer aussi aisément que prévu, il ne se faisait pas d’illusions.

« Ah. Je tiens à m’excuser. Vu que cela ne fait qu’un jour, cet endroit ne peut pas sied à votre royauté mais … merci. »

« Ce n’est pas un problème, comme je vous l’ai déjà dit. Nous n’allons pas nous asseoir. Nous voulons juste en apprendre bien plus sur les démons. »

« Je ne peux pas … trahir ma race, si vous cherchez les points faibles … »

« Nous savons que vous êtes très faibles face à la magie sainte de Zélisia. Ne vous inquiétez pas, nous sommes déjà au courant à ce sujet. Non, nous aimerions comprendre un peu votre royaume démoniaque, comment vous y vivez et toutes ces choses. »

« Oh ! Euh … bien entendu … Euh, par quoi est-ce que je pourrais commencer ? Ah. Peut-être la longévité des démons, ça serait une bonne chose. Je vais sur mes 147 années. »

Ah. Royan regarda le vieux démon, la bouche bée tandis que Manelena clignait des yeux, plutôt étonnée par ce qu’elle venait d’apprendre. Visiblement heureux de son effet, il reprit d’une voix plus assurée :

« Nous vivons jusqu’à 170 années environ en moyenne, je suis donc plutôt proche de la fin. Les plus vieux d’entre nous peuvent aller jusqu’à 200 ans. »

« Oh … Pour tout vous dire, chez nous, c’est généralement 70 années, rares sont ceux à dépasser les 80 et on compte peut-être sur les doigts d’une main ceux qui ont réussi à atteindre la centaine d’années. »

« Les gens de la surface sont presque éphémères. C’est étrange … mais en même temps, c’est peut-être cela qui vous rend si uniques ? Je ne peux pas le savoir à votre place, je dois avouer. Outre cela, nous … nous avons … quelque chose qui nous différencie beaucoup des races de la surface/ C’est même sûrement pour cela que nous avons été bannis. »

Bannis ? Ah oui … Les portes démoniaques. Ils avaient changé de sujet pour quelque chose de bien plus sérieux et le regard du démon s’était légèrement durci.

« Vous n’êtes peut-être pas au courant … mais les démons peuvent se dévorer entre eux, ce qui leur permet d’acquérir plus de pouvoirs … au prix de quelques modifications physiques et mentales, des fois … »

« Tous les démons sont ainsi ? A chercher le pouvoir de la sorte ? » questionna Manelena, visiblement le sujet l’intéressait bien plus que le reste.

« Pas tous … Ceux proches de la surface ne sont pas souvent concernés. Nous sommes trop faibles pour cela … et nous vivons plus souvent cachés dans nos villages qu’autre chose. Il existe certains villageois capables de lutter contre les créatures qui vivent sous terre ou les démons qui ont perdu la raison. »

« Et si vous avez décidé de venir à la surface, c’est pour ne plus jamais avoir peur, c’est cela ? Ou alors, je me trompes peut-être ? »

« C’est … exact. Nous ne voulons plus craindre pour nos familles car nous sommes incapables de les protéger. Nous savons qu’à la surface, la vie n’est pas tout rose non plus mais ce n’est pas un souci, loin de là. Nous saurons nous débrouiller … si nous ne sommes pas rejetés. »

« Je ne peux rien promettre. Les démons ont une mauvaise réputation à la surface et nombreux sont ceux qui vous considèrent comme des ennemis. Mais après, nous connaissons deux démons et nous savons que vous n’êtes pas tous belliqueux. »

« Peut-être que ces noms vous diront quelque chose une nouvelle fois, non ? Tery Vanian et Elise. Je crois que l’un d’entre vous en avait parlé. »

« Elise ? La … La nouvelle princesse du royaume démoniaque ? Vous … Vous la connaissez donc ? Mais … mais … Attendez un peu, il est dit qu’elle est responsable de l’ouverture des portes démoniaques et que c’est grâce à elle que tout ceci est possible. »

« Oh … Je ne sais pas si elle a vraiment fait tout ça, c’est plutôt l’autre personne qui l’accompagne qui est responsable de tout ça. Tery Vanian, ça ne vous dit rien ? » demanda une nouvelle fois Manelena, lvieux démon paraissant songeur.

« Hmmm … Je crois qu’il y a bien un démon qui l’accompagnait. Même si c’est au plus profond du royaume démoniaque, à plusieurs kilomètres voire dizaines de kilomètres, les rumeurs vont vite. Est-ce ce Tery Vanian dont vous parlez ? »

« C’est exact … bref … Il semblerait qu’il n’ait pas fait trop d’émules même si cela me paraît assez étrange. Il n’y a rien de spécial à dire à son sujet ? »

« Euh … à part qu’il logerait dans le palais impérial comme le désirait la princesse mais sinon, beaucoup de rumeurs parlent d’une relation entre eux. Des rumeurs qu’ils contestent tous les deux et cela assez vivement. »

« Et bien … Pour quelqu’un qui est proche de la surface, vous semblez en savoir énormément ou alors, est-ce juste une illusion de ma part ? »

« Hahaha … vous ne vous trompez pas, reine … Manelena, c’est ça ? Les démons qui sont de passage colportent des rumeurs. Il suffit juste de tendre l’oreille. Les vieux démons comme moi sont soient très puissants, preuve de leur longévité, soit inutiles et juste bons à ignorer. Je suis dans ce second cas. »

« Ca, c’est à moi d’en décider plus tard, compris ? Bref … J’ai eut en partie ce que je voulais comme réponse. Ah … Bon … Une autre question, ça sera ma dernière. Après, je laisserais Royan ou Elen vous interroger s’ils le veulent. »

« Oui ? Que … Que désirez-vous donc savoir ? Si je peux y répondre, je le ferais. »

« Est-ce que vous vous êtes concertés avec d’autres villages ou groupes de démons pour venir à la surface à divers endroits dans les différents royaumes ? »

« Euh … C’est plutôt étrange comme question mais … non ? Cela serait extrêmement difficile d’y arriver, surtout sans avoir le temps nécessaire pour ça. »

« Je ne me suis pas posée la question plus que cela. Nous avons des moyens de communication assez développés avec des lettres ailées. »

« Oh ? Vous aussi ? Le problème, c’est que vu que nous sommes dans un monde souterrain, les lettres se font en partie attraper et déchirer par les créatures vivant dans les alentours. »

Hum hum. Elle hocha la tête sans répondre cette fois-ci. Elle se tourna vers Royan et Elen. Ils pouvaient maintenant poser des questions à leur tour. Elle n’avait plus à se mêler de tout ça. En un sens, elle avait obtenu tout ce qu’elle désirait de son côté.

Ah … Et elle pouvait réfléchir à tout ça. Les démons, du moins, en partie, voulaient venir à la surface pour espérer retrouver un calme et une serénité. C’était tout à faire normal et logique, en vue de certaines situations dans lesquelles ils pouvaient être plongés. Après, ce n’était pas tout ça et il y avait encore sûrement d’autres informations à prendre en considération. Néanmoins, c’était un excellent début, et ce n’était pas à ignorer.

Le démon semblait vraiment étonné par Elen et c’était compréhensible. Heureusement, elle cachait sa parenté divine … et elle-même avait du mal à y croire. Comment s’imaginer réellement que … c’était possible de toute façon ?

Hmm … Doucement mais sûrement. La femme aux cheveux argentés était adossée à un mur. Elle était plus que satisfaite de la tournure des événements. Mais rien ne lui permettait de savoir ce qui risquait de l’attendre bien assez tôt.

Ailleurs, à des dizaines de kilomètres sous terre, un jeune homme cornu aux cheveux bruns avait des lignes noires sur le visage. Serrant les poings au point de se faire saigner l’intérieur des mains, il était comme enragé.

« Qui ? Qui a osé faire ça ?! JE VEUX UN NOM ! JE VEUX LE COUPABLE ! »

« Mes … Messire Tery, calmez… Calmez-vous, je vous en prie ! »

« ME CALMER ?! ALORS QU’ELLE EST DANS CET ETAT ?! Vous voulez que je me calmes alors qu’Elise a été lâchement agressée ?! »

« Les coupables ont été retrouvé et … »

« Je me suis chargé personnellement des coupables qui ont fait ça ! Je veux la personne qui les as payés ! Ils n’ont pas fait ça pour le plaisir ! Quelqu’un voulait la mort d’Elise ! »

« Nous mettons tout en œuvre pour trouver des indices et … »

Qu’ils disparaissent ! Il ne voulait plus rien avoir affaire avec eux ! Ces types … Ces types méritaient tout simplement de disparaître. Il était au chevet d’Elise, elle était couverte de bandages et dormait paisiblement … mais rien n’avait été paisible. Il était responsable de son état. Tout ça … Tout ça parce qu’il avait passé du temps à cette bibliothèque.

Chapitre 24 : De partout

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 24 : De partout

« Qu’est-ce que les gnomolds ont en tête ?! »

Manelena avait poussé un grognement, allant tout de suite suivre le soldat qui venait de leur annoncer la nouvelle. Bien entendu, elle n’était pas seule et rapidement, voilà que Royan et les autres l’accompagnaient jusqu’à l’entrée du palais.

« Où est-ce qu’ils sont ? Je ne les vois pas ! »

« Ils sont hors de la capitale mais mais mais … Les rumeurs parlent déjà des démons et ça commence à se propager un peu partout ! »

Bien entendu ! Si des marchands ou citoyens quittaient la capitale, ne serait-ce que pour se distraire ou pour aller vers une autre ville, ils ne pouvaient pas louper les gnomolds … mais aussi les démons. Grrr ! Elle devait rester calme et ne pas s’emporter.

« Ceci explique pourquoi tu semblais aussi épuisé. Qu’importe ! Emmènes-nous jusque là-bas et tu n’as pas intérêt à t’arrêter ! »

Ce n’était même pas un soldat de sa nation mais qu’importe, il s’exécuta, trop effrayé et apeuré par Manelena. En un sens, il fallait le comprendre. Manelena n’était pas vraiment très facile à vivre suivant les situations hein ?

« Des démons ! Il y a des démons à nos portes ! Les Gnomolds ont capturé ces derniers ! »

« Comment ça ?! Des démons ?! Mais que font les gardes ? HEY ! Mais c’est le roi ! »

« Il est pas seul … Y a aussi la reine de Shunter et … qui est cette femme ? »

Bien entendu, pendant qu’ils couraient à travers la capitale, et autant dire que ce n’était pas facile, facile. Pour autant, la femme aux cheveux argentés commença à marmonner, se tournant vers Elen qui poussa un léger soupir avant de dire :

« Bon bon bon … J’ai compris. Je ne pensais pas que j’allais faire ça … mais bon … »

Et voilà que des lignes blanches commencèrent à apparaître sur les bras et le visage de la demoiselle à la chevelure blonde, une bourrasque venant faire s’emporter le petit groupe pour les faire se retrouver au-dessus des toits. Le soldat poussa un cri de surprise mais Elen lui dit d’une voix rassurante :

« Ne vous en faites pas, donc … c’est pas où qu’il faut se rendre ? »

« J’arrive pas à savoir comment tu peux faire ça … ça donne l’impression de voler … ca reste très dangereux, est-ce que tu le sais ? »

« Parfaitement, Manelena ! Bon, laisses donc le soldat nous guider. Ou alors Royan ? Tu connais le chemin, Royan ? Tu peux me dire par où je dois me rendre ? »

« Euh … Oui, oui ! Euh, c’est tout droit mais c’est vous qui … »

« TOUT DROIT ALORS ! » s’écria alors Elen en faisant quelques mouvements de la main, tout le petit groupe ignorant complètement les personnes qui les pointaient du doigt plus bas.

Finalement, après une dizaine de minutes où Elen eut quelques gouttes de sueur sur le front, ils vinrent atterrir devant les portes de la capitale, Royan demandant aux gardes de bien ouvrir, signalant à celui qui les guidait qu’il pouvait disposer maintenant.

« Bon … Où est-ce que les gnomolds se trouvent ? »

« On leur a demandé de laisser tout cela à deux kilomètres environ. Désolé, roi Royan mais nous ne pouvions les tolérer trop près de nous alors qu’il y avait des démons avec eux. En plus, certains citoyens tentent de sortir malgré les restrictions. La situation risque de devenir vraiment apocalyptique si vous ne faites rien. »

« Nous allons arranger cela … donc encore deux kilomètres. Donc une vingtaine de minutes. Manelena ? Ou plutôt Elen ? »

« Encore utiliser mes pouvoirs ? Ah … Vraiment … J’ai l’impression que vous en profitez. Vous profitez de la faible femme que je suis. Sans aucune honte ou remord à mon égard. »

« Ce n’est pas très crédible venant de toi, Elen. Tu peux accélérer ? »

Même pas un peu d’humour de la part de Manelena ? C’était vraiment une mauvaise journée, hein ? Pour autant, la demoiselle se met en action, recommençant à utiliser ses pouvoirs aériens. Ce n’était pas grand-chose mais la manipulation du vent, elle s’était entraînée pour une seule et bonne raison.

Cette raison ? Elle était futile et assez risible à bien y réfléchir. Elle savait à quel point Clari était douée dans cet élément … et elle avait considéré que Tery … pensait encore à elle. Ce n’était pas forcément lui rappeler Clari … enfin si un peu … Mais disons qu’elle voulait faire qu’il pense que Clari était toujours avec eux. C’était aussi simple que ça.

« Hey ! Elen ? Tu rêves ou quoi ? Je t’ai demandé un petit truc et nous sommes plutôt pressés. C’est pas l’heure de dormir sur place hein ? »

« Oups ! Euh, je sais, Manelena. Je réfléchissais juste à quelque chose … Bon, ce que je vais faire, c’est pas utiliser encore le vent pour nous envoyer dans les airs, juste nous pousser en avant, vous aurez encore pied mais attention aux obstacles, d’accord ? Car je ne peux pas trop m’épuiser non plus, vous comprenez ? »

« FAIS-LE MAINTENANT ! On parle, on parle mais rien n’arrive ! »

Roh ! Vraiment, c’était une sacré rabat-joie quand elle voulait hein ? Elen poussa un léger soupir de dépit, comme si tout cela n’était vraiment pas à son goût. Pourtant, pourtant … Les lignes étaient déjà là et voilà qu’un nouveau souffle balaya le dos de chacun, Royan comme Malenela et Elise se mettant à courir avec une vélocité qui aurait posé quelques problèmes dans une épreuve de marathon inter-nations si celle-ci était régulée pour que la magie soit interdite. Mais à l’heure actuelle, c’était le moindre des soucis pour le trio qui se déplaçait à toute allure pour rejoindre les gnomolds et comprendre la situation actuelle.

« Des explications, maintenant. Où est-il ?! »

Rézar ! Elle voulait simplement Rézar et personne d’autre ! Le gnomold avait certainement une bonne raison pour tout ce foutoir ! Surtout qu’elle jetait un regard aux démons qui étaient dans des cages, certains étant visiblement serrés. Des femmes, des enfants, des personnes âgées, c’était … franchement déplaisant.

« Héhéhé. Je savais que vous alliez venir. J’attendais plus que votre apparition. »

« Si tu l’attendais, tu vas donc nous dire ce que c’est que ça ?! D’où viennent ces démons ? »

« Ah ben … Ils sortaient des environs et comme tu as dit que tu voulais éviter qu’on les tue, on a juste fait de la capture. T’es jamais contente, on dirait ? »

Rester calme. Elle devait rester calme vu que le gnomold se foutait ouvertement de sa gueule. Pour autant, son poing la démangeait et elle avait vraiment envie de le cogner. Le truc, c’est qu’elle devait se retenir si elle ne voulait pas créer plus de problèmes.

« D’accord. Ils sont combien environ ? Il y a des soldats parmi eux ou non ? »

« Tsss … C’est bien parce qu’il n’y en a pas que tous ces foutus démons sont en vie. Mais visiblement, on leur fait trop peur. Vous en faites ce que vous voulez mais pas sûr qu’ils vont vous écouter si vous êtes que trois. »

« Vraiment … Vous êtes antipathiques jusqu’au bout. Je ne vois pas ce que ça vous emmène de chercher à me provoquer mais sachez que je réponds aisément à tout ça. »

Elle avait juste peint un air froid et dénué d’émotions sur son visage. Ca ne servait à rien de dévoiler plus pour ces gnomolds. Elle avait eut un moment de faiblesse en pensant que ces créatures avaient souffert dans le passé mais encore une fois, elles prouvaient que ce n’était que des êtres entre l’homme et la bête.

« Vous regretterez de laisser une chance à ces créatures du cauchemar. »

« On a bien réussi à vous laisser une chance et on va le résultat grâce à Ernold. »

Rézar émit un rictus de mécontentement. Ce n’était même pas une pique mais simplement la vérité. Pour autant, si ce trio ne se dépêchait pas, ils allaient faire un petit massacre de démons devant leurs yeux.

« Vous les récupérez alors ou non ? Ou faut qu’on fasse un peu de ménage parmi les membres ? Genre, on peut tuer tous les adultes et on vous laisse les enfants. »

« Il vaut mieux que tu arrêtes de dire des conneries maintenant. Laissez les cages ici. On va s’en occuper … et saches que tu m’es clairement antipathique. »

« HAHAHA ! On rend service et voilà le résultat. On est considéré comme un malpropre. C’est bien dans le caractère des humains de se comporter de la sorte. Bon bon bon … On va continuer la chasse aux démons alors, c’est un bon sport aussi. »

Il valait mieux qu’elle ne réponde pas. Royan et Elen n’avaient pas pris la parole, comprenant que la situation était vraiment tendue. Rézar la regarda avant d’émettre un petit grognement, se tournant vers les autres gnomolds pour leur dire d’évacuer. Quelques minutes plus tard, ils étaient devant une dizaine de cage, chacune contenant deux à cinq démons au grand maximum. Manelena se tourna vers les autres :

« Essayez voir de compter le nombre de démons au cas où. Je dirais une quarantaine au grand maximum mais nous ne sommes jamais trop sûr. Royan, Elen ? Vous pourrez ensuite retourner à la capitale et ramener des soldats avec vous ? Et aussi de quoi cacher ces cages ? Si nous emmenons les démons à découvert, cela risque de faire beaucoup de grabuges. »

« Pas de souci ! Je pars tout de suite ! Enfin … euh … Avec Royan ? S’il est d’accord. »

« C’est assez saugrenu de savoir que même dans mon propre royaume, je dois t’écouter, Manelena. Enfin bon … C’est pour un avenir meilleur. Allons-y, Elen. »

Et les voilà tous les deux partis. Elle était seule maintenant face aux nombreux démons. Elle remarquait certains qui étaient belliqueux, malgré qu’ils n’étaient pas armés. Ah oui, certains étaient blessés, sûrement ceux qui avaient chercher à défendre leurs compagnons. Pour autant ,cela ne vient pas l’apitoyer,

« Il vaut mieux pour vous que vous évitiez les conneries, d’accord ? Je parle de toi à droite. Tu ne voudrais pas être le seul à mourir salement, non ? Vous avez une chance de survivre, il vaut mieux pour vous que vous évitiez de la gâcher. »

Et pour bien montrer qu’elle ne plaisantait pas, voilà qu’elle fit apparaître son armure noire sur l’intégralité de son corps, tenant fermement son épée dans la main avant de la planter dans le sol, laissant voir quelques arcs électriques en sortir. Aussitôt, quelques démons commencèrent à bafouiller, apeurés :

« C’est … c’est… C’est elle dans les rumeurs ! »

« Celle qui … celle qui a terrassé les soldats de notre armée ! On dit qu’elle massacrait sans aucune difficulté même nos plus grands soldats ! »

Hmm ? C’était quoi ces rumeurs ? Pas qu’elle trouvait ça déplaisant, non. C’était même le contraire. C’en était presque amusant. Au moins, dans le monde souterrain, elle était déjà connue. Et puis, autant jouer sur ça.

« J’imagine que le nom de Tery Vanian ne vous dit rien du tout, n’est-ce pas ? C’était mon compagnon avant qu’il n’ouvre les portes démoniaques. »

« Te … Tery ? C’est … Dis … C’est pas le nom du démon qui accompagne la princesse Elise ? Je crois que si, non ? »

Et bien, les démons avaient envie de parler, n’est-ce pas ? Pour autant, elle ne fit aucune réelle remarque à ce sujet. Ils étaient déjà assez effrayés .. mais en même temps, ils parlaient pour ne plus avoir peur de la femme en armure noire. C’était compréhensible et … amusant aussi en un sens … mais en même temps, c’était assez … perturbant, non ?

« Qu’est-ce qui … Qu’est-ce qui va nous arriver, maman ? »

« Je ne sais pas. J’ai entendu des rumeurs … comme quoi, certaines personnes de la surface dévoraient les démons mais … mais … »

Hey hey hey ! C’était peut-être l’heure d’arrêter là non ? C’était quoi ça ? Dévorer les démons ? Encore qu’à Mékalarma, ce n’était pas impossible que ça soit pas le cas. Bon, de toute façon, elle toussa légèrement avant de crier :

« BOUCLEZ LA DES MAINTENANT ! SINON VOUS AUREZ PEUT-ÊTRE LA CONFIRMATION QU’ON VA VOUS BOUFFER ! »

Bon … D’accord, le rôle de reine de Shunter, en utilisant un tel langage, elle n’est pas sûre que ça soit sa meilleure représentation mais bon … Qu’importe, elle était pas là pour faire dans le social ou se faire aimer de toute façon hein ?

Mais au moins, le silence était arrivé … et ils s’étaient tous calmés. Bien bien bien ! Ils allaient pouvoir faire de grandes choses tous ensemble hein ? Enfin bon … Fallait juste que les autres arrivent et cela ne tarda pas, enfin une trentaine de minutes.

Il y avait bien une centaine de soldats et tous étaient aussi étonnés les uns que les autres de voir ces différentes cages. Ils se regardèrent avant de se tourner vers le roi Royan, semblant attendre le reste des consignes. Avec lenteur, Royan leva la main.

« Sortez les cordes, attachez les aux bêtes et emmenons ces cages dans la capitale mais par un autre endroit que les portes principales. »

Des bêtes ? Ah oui … Trop concentrée sur l’armée, elle n’avait pas remarqué que oui, il y avait aussi une dizaine de bêtes cornues quadrupèdes qui accompagnaient les soldats. Hmm … et il y avait aussi des charrettes. Elle se tourna vers Elen qui était revenue à sa hauteur, lui demandant en désignant le tout :

« C’est ça donc qu’il a prévu ? Hum … Et c’est quel endroit où il veut que l’on passe ? De toute façon, avec ce nombre de personnes, la discrétion est fichue. »

« Je n’en sais trop rien, je dois t’avouer malheureusement. Juste que tout fût assez rapide. Les démons n’ont pas été problématiques de ton côté ? »

« Disons qu’ils sont juste effrayés que je tente de les dévorer. Rien de plus, rien de moins. »

« Euh … C’est à ce moment que je dois te demander de quoi tu parles ou … »

« Tu fais comme tu tu veux, Elen. Bon, je vais aller aider les soldats et Royan. Je suis sûre qu’ils vont faire du mauvais travail sans moi. »

« Euh, je vais venir les aider aussi. Mais bon, je veux juste d’abord regarder un peu les démons. A part Elise et Tery, j’en ait jamais vraiment vu. »

« Pas faux, tu n’étais pas présente pendant les différents combats contre eux. Pas de bêtises. »

Des bêtises ? Est-ce qu’elle la prenait pour une enfant ? Elle valait mieux que ça hein ? Mais après, c’était peut-être la façon à Manelena de lui dire de faire attention au cas où. On ne savait jamais trop comment les démons pouvaient réagir en sa présence. Elle s’approcha des cages, passant à côté d’elles, jetant un œil aux personnes à l’intérieur.

« Les pauvres … J’espère vraiment que cette idée sera bonne. »

Car oui, ce n’était pas tout. Ils ne pouvaient pas forcer les différents peuples à accepter les démons comme ça. Et il fallait aussi que les démons acceptent de faire des efforts. Mais ces démons ? Ils ressemblaient ni plus, ni moins, aux autres races habitant à la surface de cette planète. Par contre, ils possédaient tous des lignes d’Alzar, cela ne faisait aucun doute à ce sujet. Etait-ce une mauvaise chose ? Elle en savait trop rien.

Mais bon … maintenant qu’elle avait fini, elle retourna auprès des autres. Mettre les cages sur ces charrettes et zou. Ca donnait vraiment l’impression qu’ils étaient de futurs esclaves. Elle n’était pas certaine que ça soit très bon à montrer au public. Mais bon, ah oui, c’est vrai que Royan avait pensé à tout.

« Restez calmes et rien de mal ne se passera, d’accord ? »


Royan s’était adressé aux démons enfermés dans la première cage, demandant ensuite aux soldats de poser un long tissu pour cacher à la vue de tous l’intérieur de la cage. Avec ça, impossible de savoir, sauf si les démons faisaient du bruit, mais bon, il venait de leur expliquer qu’il valait mieux ne pas trop en faire s’ils ne voulaient pas d’ennuis.

« Bon, au moins, ils sont réceptifs, c’est déjà ça. »

« En un sens, ils ont pas trop le choix s’ils veulent pas avoir d’ennuis hein ? Ils sont emprisonnés, affaiblis et les gnomolds sont pas vraiment ce que l’on peut appeler des êtres « sympathiques », Royan. »

« Je le sais bien … mais peut-être que nous allons assister à un événement historique ! »

« Si seulement, Royan, si seulement. Mais gardes donc cette motivation, c’est vraiment très important dans ces moments-là, je t’assure. »

Elle disait cela avec un peu de nonchalance. Royan avait retrouvé le sourire et surtout l’entrain. Bien entendu, on parlait d’un adolescent amorphe qui était devenu un jeune adulte revanchard. Bref, ce n’était pas comme s’il allait réagir comme Elen hein ?

« Ah … Bon … C’est quoi le chemin secret que tu veux prendre ? »

« Oh ? Le chemin secret ? Non non … C’est juste que nous n’allons pas prendre la même entrée par laquelle nous sommes passés pour sortir, Manelena. Il y a sûrement bon nombre de personnes qui nous attendent. Nous allons prendre un autre chemin. »

Moui ! C’était tout autant risqué que le reste. Est-ce qu’il s’en rendait compte ? Pas certaine que ça soit le cas. Bon … Et Elen dans tout ça ? Elle est un peu soucieuse en vue de sa nature divine … mais bon, tout semble bien se passer. Tant mieux en un sens.

Le voyage fut plus aisé que prévu. Elle ne chercha pas à dialoguer avec les démons, préférant les ignorer complètement tandis qu’elle regardait juste ce qui se passait autour d’elle. Moui … Les soldats étaient un peu nerveux et parlaient entre eux. Finalement, elle s’adressa à Royan après une bonne dizaine de minutes :

« Tu as prévenu tes soldats ? De ce que tu comptais faire ? »

« Le moins possible … mais ils sont au courant des grandes lignes. Que je ne compte plus lancer un assaut contre les démons sans raison valable. »

« Hmm … Ouais, c’est vraiment le moins possible. Tu risques des soucis plus tard, enfin, je dis ça, je préfère rien dire. »

« Oui car de ton côté, ils ne sont même pas au courant, c’est bien ça ? »

Elle ne fit qu’hausser les épaules. Ce n »était pas à elle d’en dire plus à ce sujet. Le jeune homme aux cheveux bleus ne chercha pas à dialoguer plus qu’il n’en fallait, la capitale de Traslord se faisant maintenant voir non-loin d’eux. Heureusement, comme l’avait bien imaginé Royan, il y avait beaucoup moins de citoyens par l’entrée qu’ils prirent. En même temps, il semblerait que les rues étaient dégagées.

« J’imagine que c’est de ton fait, tout ça, Royan ? »

« J’ai demandé cela, oui … Bon, j’imagine que certains vont quand même essayer de découvrir ce qui se passe mais qu’importe, je ne peux pas emprisonner mes citoyens simplement parce qu’ils désirent se renseigner. »

« Oui, enfin bon, si ça commence à se propager … et puis, tes soldats ne seront pas parfaits, ils vont donc parler. J’espère que t’as prévu un sacré bon discours. »

« Je verrais en temps et en heure. Il faut déjà que j’emmène ces … cages dans une section de la ville qui est désertée depuis des années. »

Ah. Des quartiers abandonnés, elle connaissait ça dans Midès. Hum … Et elle voyait parfaitement ce qu’il avait en tête. Elle soupira avant de dire :

« Tu fais des choses dangereuses, Royan. Tu vois peut-être trop grand. »

« Ils seront sous bonne garde et ne pourront pas quitter ce quartier, tu n’as pas à t’inquiéter, je sais ce que je fais, Manelena. »

« Oui … Peut-être. C’est chez toi qu’ils vont habiter, ce n’est pas à moi de te donner les consignes. Et puis, ça ne change pas qu’il reste les gnomolds à gérer. »

« Chaque chose en son temps. Nous avons dit que nous allions parler avec Ernold, non ? »

Oui. Qu’ils mettent toute cette histoire au clair avec les gnomolds et les démons. Le vieux archimage avait intérêt à délier sa langue car c’était lui qui tenait les clés de bon nombres de secrets dans ce monde … dont cette relation entre ces deux races.

Chapitre 23 : Pour eux

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 23 : Pour eux

« Quelle galère … mais quelle galère. »

« Ca n’a pas l’air d’aller fort, Manelena. La discussion avec Royan n’était pas si chouette que ça ? Je vous aie vus tous les deux dans les jardins. »

Manelena s’immobilisa. Vus ? Est-ce qu’elle avait aussi entendu la conversation ? Ses yeux rubis étudièrent le visage de la demoiselle à la chevelure blonde, cherchant à voir une réaction chez elle. De ce qu’elle remarquait, rien de rien.

« Disons que … nous avons eut fort à faire avec tout ce qui s’est passé. Mais bon, la solution finale n’est pas encore trouvée pour ne pas changer. »

« Ca a l’air franchement compliqué. Je n’ai pas eut tous les détails mais … de quoi parliez-vous tous les deux, je peux savoir ? »

« Hum … Rien de bien im… qu’est-ce que je racontes là ? » murmura Manelena en poussant un profond soupir. Même elle ne croyait pas ses propres paroles.

« Je ne sais pas ? Je ne suis pas dans ta tête, hein ? Mais vas-y, je veux bien t’écouter. Tu as l’air de vouloir te confesser, hein ? »

Se confesser ? Elle fronça les sourcils. Pourquoi utiliser ce terme en particulier et pas un autre ? Elle … n’aime pas ça. Elle a l’impression qu’Elen a tout entendu et veut se jouer d’elle. Est-ce que ça lui fait tellement plaisir ?

« Ce n’est pas une confession car je n’ai rien à me reprocher, Elen. Non, simplement, je réfléchissais par rapport à Elise et Tery, tout simplement. »

« Hum hum … Est-ce que tu veux … en parler ? Vu que ça concerne Tery, je suis quand même intéressée, tu sais ? »

Bien entendu qu’elle est intéressée. Pas besoin d’être une surdouée pour comprendre que dès que ça parle de Tery, elle voulait en savoir plus hein ? Manelena poussa un léger soupir de dépit avant de reprendre d’une voix calme :

« Qu’est-ce que tu veux savoir exactement ? On réfléchissait juste … à l’idée de pouvoir communiquer calmement et en paix avec les démons, c’est tout. »

« Et donc, permettre à Tery de revenir à la surface sans qu’il y ait un risque de se faire lyncher par les soldats et autres, non ? Mais … tu n’oublies pas une petite chose ? »

« Hmm ? Laquelle ? Tu sembles certaine de ce que tu vas avancer mais fais attention à ne pas raconter de bêtises. Je ne suis pas vraiment d’humeur pour cela. »

« Ca ne sera pas une bêtise puisque ça parle de Tery. Simplement, il ne faut pas oublier que c’est lui qui a ouvert les portes démoniaques. Et que les rumeurs partent vite, très vite, et se propagent à une vitesse folle. Avec Royan, pas de soucis, mais les autres nations ? Lorsqu’elles vont apprendre qui est le responsable de tout ça ? »

« Je vois où tu veux en venir mais en même temps, tu te tracasses pour pas grand-chose. J’ai déjà pris mes dispositions à ce sujet. »

« Ah bon ? » demanda Elen, visiblement surprise par les propos de la reine de Shunter. Celle-ci eut un petit sourire, comme si elle venait de gagner une bataille par rapport à la femme en face d’elle. Elle déclara doucement :

« Si Tery ne peut plus vivre dans une ville, il n’aura qu’à habiter isolé du reste du monde. Il n’aura pas besoin forcément d’être entouré par de nombreuses personnes mais quelques êtres pourront aller le retrouver et ainsi de suite. »

« Euh … Et donc, tu voudrais qu’il vive sans personne comme un paria ? Est-ce que tu réfléchis un peu à ce que tu dis ? C’est quand même monstrueux hein ! Tery ne mérite pas un tel sort ! Même s’il est vrai qu’il a eut quelques soucis dans le passé à cause de cette fichue voix dans sa tête, il n’a pas à être ainsi ! »

« Et tu as une meilleure idée donc ? Je t’écoute, vu que tu sembles si intéressée par ça. »

Oui, elle avait répondu avec ironie, n’appréciant guère le ton employé par Elen. Sincèrement, si elle avait une meilleure idée, elle n’attendait que ça ! Qu’elle la présente ! On ne pouvait pas faire toujours comme on voulait hein ? Qu’elle comprenne ça ! La vie n’était jamais rose ! Ce n’était pas aussi facile que dans les contes pour enfants !

« Il faut que Tery soit reconnu comme un symbole de paix entre les démons et le monde de la surface. Déjà qu’il était pas très apprécié à cause de ses actions pour te sauver. »

« Je le sais bien mais c’est ça ton idée de génie ? J’espère que tu plaisantes car ça n’a rien de bien fameux, tu le sais ? Car c’est ce que nous avions déjà prévus même s’il n’est pas possible pour nous d’interagir sur le choix des ambassadeurs. Il faut juste espérer que Tery soit assez malin pour envisager ça avec Elise. »

« Tery n’est pas plus bête qu’un autre. Je te rappelle qu’il y a quelques années, il habitait dans un village perdu non-loin d’une montagne de Shunter. Aujourd’hui, je crois que son nom est assez connu dans le monde entier … et je suis certaine que même sous la surface, dans le royaume démoniaque, il doit être très connu. De ce que tu m’as dit, il dirigeait une armée non ? Donc à partir de là … »

Ce n’est pas une discussion de sourdes mais elle a l’impression que c’est toujours la même chose, qu’importe la personne en face ou le sujet final. Pour autant, elle ne cherche plus à être exaspérée, ça ne mènerait à rien de bon.

« Ce n’est pas parce qu’il est connu que les gens vont lui pardonner. C’est bien ce que je pensais, tu ne vois qu’avec des yeux candides. Tu n’as aucune idée de tout ce qui s’est passé pendant ces mois où tu étais isolée du reste du monde. »

« Je dirais bien « la faute à qui » mais vu que c’était pour mon enfant avec Tery, je ne peux pas t’en vouloir. Pour autant, ce n’est pas une raison pour m’insulter comme ça. J’essaie aussi de trouver des solutions pour ramener le père de mon enfant, tu es priée de ne pas l’oublier, Manelena. La petite fille qui dort paisiblement est celle de mon union avec Tery. »

C’était elle ou alors, elle n’arrêtait pas d’appuyer sur la relation entre elle et Tery ? Elle donnait … vraiment … l’impression d’avoir entendu la discussion avec Royan. Si tel était le cas, elle arrivait à se contrôler bien mieux qu’auparavant, ce qui était tout à son honneur. Par contre, le sien, celle de la reine de Shunter, difficile d’en dire grand-chose.

« Sinon, pour les démons, si on veut quand même faire attention à ce que l’on risque de faire, y a peut-être une autre solution mais … je ne sais pas trop quoi en penser. »

« Dis toujours ? Je ne sais pas trop ce qui nous attends donc bon … Il vaut mieux pour toi que tu poses la question, non ? »

« Au lieu de laisser les démons s’installer en liberté, pourquoi ne pas les mettre dans un environnement fermé ? Ca fait … un peu cruel … comme ça mais en même temps, ça ne veut pas dire qu’on ira les maltraiter hein ? Simplement, on installera quelques barrières et autres, on leur dire qu’ils peuvent vivre ici mais qu’ils ne doivent pas sortir de cet endroit. »

« Il n’y a que peu de chances qu’ils écoutent et obéissent, tu t’en rends compte ? »

« Je … le sais bien mais bon, on ne peut pas faire comme si de rien n’était hein ? Je faisais que proposer une idée, moi. Et puis, je sais bien que ça va les embêter pas mal car ils auront l’impression d’avoir quitté ce monde souterrain pour se retrouver à nouveau enfermés mais il vaut mieux faire par étape que tout d’un coup, surtout quand on ne sait pas du tout ce qui risque de nous attendre en face, tu ne trouves pas ça logique et normal ? »

« Hum hum … Si … Si … Je suis d’accord avec toi. C’est juste étrange que ça soit toi qui ait imaginé ça, c’est tout. Je suis plutôt surprise. »

« Tu peux éviter d’être aussi insultante en me le disant en face comme ça ? C’est vraiment vexant, tu sais hein ? Enfin bon … Qu’est-ce que tu en dis ? »

« Ce n’est pas une mauvaise idée. Contrôler les flux de démons, leur permettre un endroit où vivre mais sous surveillance, c’est une bonne chose. Et puis, cela évitera les débordements. En même temps, il va falloir établir quelques règles. »

« Ah bon ? Quelles règles ? » demanda Elen qui n’avait peut-être pas imaginé tout ça plus loin qu’il ne le fallait en fin de compte.

« Pour éviter un drame ou autre. Je ne veux pas qu’on nous compare à ce que les mékarlarmiens font ou même certains clans d’Honoros d’après ce que les ambassadeurs ont dit à ce sujet. Nous les acceptons, nous les tolérons, mais nous ne devons pas commencer à les réprimer ou à les considérer plus bas que terre. »

« Oh ! Tu veux dire, les considérer comme nous autres, des êtres normaux ? Après tout, Tery, à part ses cornes, pareil pour Elise, ils sont pas différents, hein ? »

« C’est exact … mais tu as plus ou moins compris ce que je voulais dire. Ah … Qu’est-ce qu’on ferait pas pour essayer de retrouver ces deux imbéciles. D’ailleurs, Elen, je me suis toujours posé une question. A toi de voir si tu veux y répondre franchement ou non, je ne t’empêcherais pas de ne pas vouloir me donner de réponses. »

« Ne fait donc pas durer le suspens. Si tu as une idée en tête, il vaut mieux que tu me le dises tout de suite non ? Plutôt que de tourner autour du pot. »

« Et bien, j’ai l’impression de me répéter mais … tu n’en veux pas à Tery pour ce qu’il a fait ? Son but était vraiment de te tuer, tu sais ? Et je ne crois pas qu’il était au courant pour l’enfant … mais en même temps, il l’a mis en danger elle aussi. »

« Bien entendu que je lui en veux … et même terriblement mais en même temps, qu’est-ce que je peux penser d’autres ? Tery a été un imbécile qui a encore écouté une voix plutôt que ses amis. J’aimerai surtout pouvoir le soigner … et trouver une solution par rapport à cette voix mais je ne sais pas si c’est possible de régler ça. »

Ah non ! Pas de regard triste de la sorte. Pas que cela l’affectait … mais elle n’aimait pas ça. Surtout qu’elle savait pertinemment qu’Elen avait bien changé depuis le jour où justement Tery l’avait attaquée … comme si elle comprenait qu’elle aussi avait dépassé les bornes depuis longtemps. La femme aux cheveux blonds baissa les yeux, murmurant :

« Mais après … Tery est l’unique homme que j’ai aimé, c’est mon premier amour et n’importe quelle femme un peu sensée aurait été voir ailleurs après une attaque de la sorte mais … je ne peux pas m’empêcher de me dire que … je veux qu’il s’explique, je veux qu’il se fasses pardonner, je veux qu’il se mette à genoux et déclare qu’il ne recommencera plus. »

« Je vais finir par avoir de la peine pour Tery si c’est vraiment tout ce que tu veux, tu sais ? Le pauvre ne mérite peut-être pas un tel sort, non ? »

« Oh que si … Mais après, je ne comptes pas le martyriser. Juste le forcer à exprimer ouvertement ses erreurs et à ne plus jamais recommencer, c’est tout. »

« Hmm … Tu es plutôt dominatrice comme femme, Tery le sait ? »

Pour toute réponse, Elen ne fit qu’un petit sourire. C’était juste … sa façon à elle d’exprimer son amour envers Tery. Elle n’allait plus l’étouffer comme auparavant, simplement, il fallait mettre les points sur les i et pour cela, il fallait que le jeune homme revienne.

« Bref, Manelena, je veux que dorénavant, si y a un projet par rapport aux démons, je veux en être, d’accord ? C’est possible ? »

« Tu sais que « vouloir » quelque chose et l’exprimer face à la reine de Shunter, on pourrait en pendre ou guillotiner pour moins que ça, hein ? »

« On pourrait, on pourrait mais on ne le fera pas, n’est-ce pas ? Tu n’as aucune réelle raison pour cela et puis, je crois que quelques personnes t’en voudraient. »

Humpf ! Elle ne répliqua pas à cette remarque car … elle était véridique, tout simplement. Pour autant, cela ferait du bien de rappeler à Elen leurs positions sociales … mais … après tout, elle n’avait jamais chercher à profiter de son statut de reine auparavant, ce n’était pas pour que ça soit le cas maintenant.

« Si tu veux, tu n’as qu’à m’accompagner, je dois expliquer ton idée à Royan. »

Et pas uniquement à ce dernier. Il fallait aussi que sur le chemin, elle évoque le cas des gnomolds à Elen. Celle-ci les connaissait un peu, non ? Qu’est-ce qu’elle penserait de leurs réactions et de tout le reste. C’était plutôt important à savoir et à ne pas oublier.

Quelques minutes s’écoulèrent et elles étaient toutes les deux dans la salle du trône. Inna et Hérik étaient déjà présents. Par contre, pas de traces de Rézar, est-ce qu’il était vraiment parti ? Après la scène d’hier, c’était compréhensible … mais c’était tout autant dommage.

« Oh Elen ! Comment vas-tu ? Les lieux te conviennent ? Et ta fille ? » demanda Royan en venant l’apercevoir. « Désolé de ne pas pouvoir discuter avec vous plus souvent, que ça soit ou la mère de Tery mais … des obligations font que je n’ai pas tellement le choix malheureusement. J’espère que tu comprendras. »

« Pas de soucis, pas de soucis, Manelena m’a mise un peu au courant de votre projet et … bon … comme toi avec Elise, tu comprends que moi … avec Tery, je voulais me sentir concernée par tout ça. J’espère que ça ne te dérange pas donc que je viennes vous voir pour pouvoir discuter tous ensemble à ce sujet hein ? »

« Pas de soucis, c’est normal. Il s’agit de Tery … et c’est autant pour lui que pour Elise que l’on fait ça. Avant, est-ce ta fille se porte bien ? Enfin, mes nourrices ne causent aucun tort à cette dernière hein ? Car … Elles ont été très présentes pour moi après la mort de mes parents et je sais que mes frères les adoraient. Leurs familles s’occupent de celle royale depuis des générations, je ne voudrais pas qu’elles te rendent mécontentes. »

« Hahaha ! Oh que non, pas de souci. Elles sont parfaites et moi comme madame Vanian, on en apprend toujours un peu plus en les regardant faire. Ne t’en fait pas ! »

« D’accord, d’accord. Ce sont des femmes vraiment exceptionnelles, je tiens à te le dire. Elles savent comment s’en occuper … à la traslordienne. Mais comme chaque nation a aussi ses propres façons de s’occuper des enfants … »

« Je crois que tu te compliques la vie pour pas grand-chose, Royan. Tant que mon enfant dort paisiblement et est heureux, je le suis tout autant. »

« Pas de soucis alors … Je n’étais pas sûr et je préfère toujours demander au cas où. Disons que la dernière fois qu’elles se sont occupées de moi remonte à très longtemps. »

« Oh … Et tu penses que cela leur manque beaucoup ? »

« J’ai plus l’impression qu’elles pourraient faire du zèle et je ne veux pas que cela te porte préjudice. Enfin bon, passons à autre chose. Tu voulais discuter avec nous au sujet des démons, c’est bien ça ? J’imagine que Manelena t’a mise au courant. »

« C’est exact, c’est même pour cela que je suis ici actuellement. »

« Alors, tu peux t’installer. Vu que cela te concerne directement, c’est nécessaire que tu sois là. Nous étions en train de discuter par rapport aux Gnomolds. Nous avons quelques difficultés à essayer de trouver un terrain d’entente avec eux … par rapport aux démons. Il semblerait qu’ils aient une histoire assez compliquée avec eux. »

C’est ce qu’elle avait compris. D’ailleurs, les gnomolds n’étaient plus dans les environs. Ces derniers temps, elle avait bien remarqué, d’ailleurs, en arrivant dans la capitale de Traslord, du moins, l’une des trois, elle avait bien vu la présence de ces créatures.

« Qu’est-ce que l’on peut dire exactement à leur sujet ? Manelena m’a un peu raconté mais y a t-il plus de détails à savoir ? »

« Malheureusement, on en sait rien du tout. Les Gnomolds haïssent les démons encore plus que les humains et il semblerait que cette histoire date depuis très très longtemps. Pour autant, s’ils ne veulent pas parler, nous ne pouvons pas les aider. »

« Si on m’avait dit qu’un jour, on essayerait de faire une relation amicale avec les gnomolds. » marmonna Manelena, passant une main sur son visage. Elle était un peu exaspérée par la situation, surtout qu’elle ne pouvait rien y faire pour tenter d’arranger tout ça.

« Vu que nous avons rencontré Ernold, on sait parfaitement qu’ils ne sont pas tous inamicaux hein ? On va quand même pas leur en vouloir pour ça, n’est-ce pas ? »

« Disons que s’ils nous mettent des bâtons dans les roues, faudra réagir en conséquence, c’est tout, Royan. Notre idée n’est pas mauvaise et je ne veux pas l’abandonner à cause des gnomolds. Est-ce que les lettres sont parties ? »

« Pour Rokar et Ernold ? C’est fait, c’est fait. Même si je ne sais pas pourquoi tu voulais contacter Rokar, est-ce qu’il va vraiment être si utile que ça ? »

« Il a une très forte influence dans son clan et parmi de nombreux gnomolds. J’imagine qu’il doit en exister d’autres, des gnomolds comme lui, dans le monde mais vu que je ne les connais pas, je ne vais pas m’intéresser à eux. »

« C’est vrai … Enfin bon … On va juste patienter et on verra ce que ça donnera donc d’ici quelques jours. J’espère qu’ils ne vont pas créer trop de problèmes. »

« Si cela doit arriver, ils entendront parler de moi, Manelena. Il y a des règles à respecter et les gnomolds ne font pas exception à la règle. »

« Si seulement … on a aucune nouvelle des autres hein ? C’est confirmé ? »

Il hocha la tête positivement pour signaler que oui, il n’y avait rien du tout. C’était triste mais bon … Ils ne pouvaient rien y faire pour le moment, il ne fallait pas que Manelena l’oublie. Pendant ce temps, Elen s’était rapprochée du couple d’honoriens, les regardant avec un petit sourire amusé avant de dire :

« Vous allez bien tous les deux ? Royan et Manelena ne vous embêtent pas trop ? »

Comme un peu étonné qu’elle parle aussi familièrement de deux personnalités royales comme si de rien n’était, Herik resta perplexe pendant quelques secondes avant de se prendre un coup dans la hanche de la part d’Inna :

« Tu pourrais répondre à la demoiselle hein ? Elle ne va pas te manger non plus. »

« Non mais enfin bon … Tu n’es pas obligée de me forcer de la sorte non plus hein ? »

« Il le faut bien, tu es toujours autant intimidé devant les autres. Dire qu’au combat et ailleurs, c’est tout le contraire, une vraie bête ! »

« Inna ! Ca ne se dit pas à voix haute ces choses là ! »

« Oh … Tu parles par rapport au combat ? C’est pas faux. » déclara la demoiselle en éclatant de rire, Elen ne faisant que sourire doucement, attendant qu’ils lui répondent. « Enfin bon, vous en faites pas, mademoiselle … Elen. Je le taquine un peu mais sinon, nous sommes très bien accueillis par le roi de Traslord. Nous nous attendions pas d’ailleurs à ce qu’il nous accepte aussi vite, on a été plus étonnés qu’autre chose. »

« Hahaha, je vois, je vois. C’est vrai que d’après ce que Manelena m’a dit, Royan a été assez … « difficile » ces derniers mois mais ça va beaucoup mieux maintenant. »

Petit sourire encore de la demoiselle aux cheveux blonds. Elle était visiblement très amusée par le couple … et jalouse un peu. Oh bien entendu, elle évitait de le montrer directement car ça ne se faisait pas. Ils étaient tous les deux agréables.

« Mais bientôt, nous allons devoir retourner dans nos clans respectifs, enfin notre clan maintenant vu qu’ils ont fusionnés. La seule inquiétude réside dans leurs réactions par rapport aux démons. Nous étions plutôt opposés à tout contact pacifique avec eux mais je pense que l’on pourra faire entendre nos voix par rapport à ce qui se passe. Nous voudrions juste avoir quelques nouvelles par rapport aux gnomolds avant de partir. »

« D’ici une grande semaine, je pense que vous aurez vos réponses. Ca fait déjà une semaine non ? Vous pouvez reporter votre départ d’une semaine encore, non ? »

« Je pense que c’est un peu plus compliqué que ça mais je laisses Hérik gérer tout ceci. Ce qui est plus ou moins intellectuel, c’est son domaine. »

Et voilà qu’elle repartait dans un rire de sa part. L’honorien passa une main derrière son crâne, se grattant le derrière de l’oreille droite d’un air gêné. Ah … Il finit par murmurer :

« Je m’excuse de la conduite de ma femme. Elle est vraiment … unique, dira t-on. AIE ! »

« Tu veux voir qui finira unique et seul s’il continue à parler de moi comme ça hein ? »

Ah … Oui, elle était vraiment jalouse en fin de compte. Une telle complicité dans ce couple, c’était un peu rageant mais bon … Ah ! Elle s’excusa, signalant qu’elle allait revoir sa fille. De toute façon, ce n’était pas comme s’ils avaient des choses à faire non ? Elle se dirigea vers la sortie de la salle du trône mais les double portes s’ouvrirent, un soldat alarmé s’écriant :

« ROI ROYAN ! ROI ROYAN ! Les gnomolds sont de retour ! »

« Excellente nouvelle mais … pourquoi cette peur dans la voix ? »

« Ils … Ils … Ils ont ramené des démons avec eux ! » termina de dire le soldat. Des démons !