Chapitre 59 : Tomber en morceaux

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 59 : Tomber en morceaux

« Quelles sont les nouvelles ? »

Tery avait grimpé à une tour malgré l’armure qu’il portait sur le dos. En voyant le démon qui était relativement inquiet, il comprenait donc qu’elles n’étaient pas franchement bonnes. Pour autant, il attendait une réponse qui tarda à peine :

« Chef, regardez au loin. Vous voyez ces arbres ? Il y en a de moins en moins. On n’arrive pas à voir leur nombre mais … »

« Oui, ils semblent assez nombreux mais en même temps, on a de quoi tenir. On a des renforts qui proviennent des autres nations aussi. »

« Est-ce que l’on peut vraiment … leur faire confiance, chef ? » demanda le soldat à côté de lui, de plus en plus soucieux.

« Ceux qui dirigent les armées, oui. Les armées en elles-mêmes, c’est comme partout, il y aura quelques unités dissidentes. A partir de là, il ne faudra pas vraiment se retenir … et rester méfiants. Si l’un d’entre eux cherche vraiment à vous tuer ou à épauler vos ennemis, vous vous en occupez, sans trop vous poser de questions. »

« D’accord, je … Enfin … J’aimerai bien survivre. »

« Pour cela, il va falloir que tu donnes tout ce que tu peux. Je n’en voudrais pas aux soldats s’ils décident de se réfugier dans la grotte … mais sachez que ça ne sera pas forcément apprécié des autres. Mais je suis certain que tu comprends, n’est-ce pas ? »

« Je … Je vais faire mon maximum, oui ! »

Voilà, c’était ça qu’il voulait entendre ! Bon, il avait eut un aperçu via cette tour … mais maintenant, l’autre ? Qu’est-ce que ça donnait ? Remarquant les gestes d’un soldat installé dans une tour à l’opposée, il répondit par d’autres gestes avant de descendre, Elen se trouvant face à lui, un peu soucieuse :

« Tery, nous devrions … enfin. Je peux aider ? »

« Bien entendu que tu peux. Même sans monter à l’autre tour, j’ai compris qu’ils vont nous prendre en tenaille. Les gnomolds d’un côté, les mékalarmiens de l’autre. Mais les gnomolds, ils n’ont pas décidé de vous trahir ? »

« C’est … plus compliqué que ça, Tery, tu sais ? Certains continuent de travailler avec nous, comme Ernold mais d’autres, plus sauvages, n’ont pas apprécié que les différents peuples tentent le rapprochement avec les réfugiés. »

« D’accord, je m’en doutais plus ou moins un peu mais … ça m’em… embête. »

« Et je sais très bien que tu n’apprécies pas du tout les gnomolds, loin de là. »

« C’est exact. Même si Ernold, ça partait bien … bon, ça va arriver bientôt. »

Ce n’était plus que l’affaire de quelques minutes. Il se dirigeait vers Manelana, Clari le suivant, toujours aussi silencieuse et calme alors qu’elle tenait fermement son épée en main. Même si elle ne s’exprimait pas, il avait la sensation qu’elle comprenait la situation.

« Tery, nous devons parler. Pour éviter le moindre acte de traîtrise dans nos armées, nous allons lancer nos propres forces contre la majorité de celles de Mékalarma. »

« Je vois. Comme ça, ceux qui n’ont rien contre les gnomolds se focaliseront sur les mékarlarmiens. Eux, qu’importe ce qui se passe, ils les attaqueront. Bon, d’accord, mais vous pouvez faire attention à vous quand même ? »

« Pour qui est-ce que tu nous prends ? Tu crois que pendant que tu faisais ton séminaire chez les démons pendant quelques mois, on se tournait les pouces ? On est peut-être au courant depuis à peine quelques semaines pour les mékarlarmiens mais on a déjà pris nos dispositions … et pourquoi est-ce que tu me regardes comme ça ? »

« Comment est-ce que tu peux voir ce que je ressens alors que j’ai le casque ? Enfin bon, juste … ce n’est pas trop grave pour les gnomolds ? »

« Les gnomolds sont stupides, hargneux et puants. Ils pourraient être de bons alliés voire des êtres agréables, s’ils s’en donnaient la peine. Mais vu qu’ils ne veulent pas expliquer pourquoi ils haïssent les démons et que si on est pas avec eux, on est contre eux, le choix a été vite fait. Je n’aime pas les extrêmes, ça finit rarement bien. »

« D’accord, d’accord. Fais quand même attention à toi, Royan et Elen, d’accord ? On va devoir gérer les gnomolds. On a plus l’habitude avec eux. »

« Et je te dis un truc. Ensuite, quand on en aura terminé, je vais te traîner jusqu’à Shunter et te botter le cul tellement fort jusqu’à ce que tu finisses à genoux pour nous demander pardon. J’espère que tu te rends compte de ce qui va t’attendre hein ? »

« Je m’en rend parfaitement compte, Manelena. Et je sais très bien que ce que ça veut dire. Enfin, il faudra voir suivant la situation. »

Ca faisait juste du bien … de pouvoir communiquer normalement. Communiquer normalement, c’était un bien grand mot et pourtant, ça avait toute son importance à cet endroit. Il était là, en train de converser avec Manelena, comme s’ils ne s’étaient jamais quitté. Il avait ressenti la même émotion avec Elen et un peu moindre avec Royan. Et oui, il ne fallait pas trop exagérer non plus hein ? Hahaha.

Bon … Il observa juste Manelena, remarquant qu’elle était immobile comme lui puis soudainement, elle lui donna une petite tape sur la joue avec son poing, le métal du gantelet rencontrant celui du casque avant qu’elle ne s’en aille en sortant sa lame. Elle lui tourna le dos, sans un mot, partant au loin tandis qu’il faisait de même avec ses propres griffes.

Pfiou … Le campement avait deux ouvertures si on ne comptait pas la grotte d’où provenait les démons. Une au sud et une au nord. Cela permettait dans le pire des cas d’avoir une seconde issue s’il y avait un gros problème avec la première. Mais il fallait espérer qu’ils n’arrivent pas à cette éventualité.


Les démons. Il était entouré par les démons. Il avait prévenu tout le monde. Il avait signalé aux démons qui ne combattaient pas de se mettre proche de la grotte. En agissant de la sorte, si dans le pire des cas, ça tournait au massacre unilatéral.
Oui, et là, il ne parlait pas des démons comme des vainqueurs. Rassurant ? Il ne l’était jamais. Pas quand il y avait tout cela en jeu. Il avait plus d’un millier de vies entre les mains. Comme si à chaque fois qu’il partait en groupe, il fallait que ça finisse mal. C’est bien pour cela qu’il regardait les gnomolds qui venaient d’apparaître en face de lui avec un peu de colère sourde. Oui … Pourquoi fallait-il qu’ils se présentent à eux ?

« Ne vous retenez pas face aux gnomolds. Ils veulent vous exterminer, vous devez leur rendre la pareille, compris ? »

« Le message est clair, chef ! Des ordres ou des consignes sur la façon dont on doit se battre ? » demanda l’un des soldats, visiblement plus expérimenté que les autres.

« Comme d’habitude, les archers en retrait, ceux qui portent les armures les plus lourdes en avant et … ah ! Un petit détail concernant les gnomolds : tentez de trancher leurs têtes si vous le pouvez. Ca sera la meilleure façon d’être sûr qu’ils soient morts, compris ? »

Il voulait que le message soit clair. Un gnomold n’était mort que lorsqu’il ne bougeait plus et que la tête n’était plus sur son corps. Car oui, un gnomold blessé même gravement, était du genre très tenace et pouvait provoquer de gros soucis.  Comme ceux qui se trouvaient en face de lui à cet instant précis. C’était une réelle bataille, pas une escarmouche comme celles depuis qu’il était rentré dans le royaume souterrain.

Et tout de suite, le premier gnomold qu’il rencontra fut transpercé par sa griffe droite. Il avait traversé la totalité du corps de la créature mais comme il s’en doutait, elle bougeait encore, cherchant à le frapper avec sa hache. Mais de sa griffe gauche, il frappa la tête du gnomold avec une telle violence qu’elle fut arrache du reste du corps.

« Comme ça qu’on fait ! Clari ! »

Oui, il criait le nom de la femme golem, celle-ci étant à ses côtés comme à son habitude. Sans une once d’hésitation, elle commença son œuvre elle aussi, les gnomolds reculant juste un peu en apercevant la demoiselle faite de pierre.

Mais bien rapidement, ils reprenaient leur course, cherchant à la frapper avec leurs armes. Il n’était pas bête, il le voyait parfaitement. Malgré leurs apparences primitives, ces armes valaient bien celles des forgerons des grandes cités. Elles étaient efficaces, certaines pouvaient passer outre les armures avec une grande facilité et d’autres étaient capables d’être utilisées avec de la magie par-dessus.

Autant dire que chaque gnomold à affronter pouvait très vite devenir une plaie si on n’était pas préparé à l’affrontement. Et que c’était bien pour cela qu’il était inquiet par rapport aux démons qui l’accompagnaient. Ils étaient valeureux et motivés … mais n’avaient jamais combattu de gnomolds ou des mékalarmiens.

« ILS ONT LA PEAU SOLIDE ! FAUT Y ALLER FRANCHEMENT ! » cria t-il.

Car oui, il remarquait bien que les démons ne donnaient pas leur maximum. Les gnomolds étaient du genre à réceptionner plus de coups qu’ils en donnaient, ce qui alors permettait d’avoir l’impression, fausse bien entendu, qu’ils étaient faciles à abattre.

C’était en voyant déjà trois démons tomber au loin face à la charge de plusieurs gnomolds sur chacun d’entre eux, leur bloquant les membres avant de les trucider. Oui, dans ce genre de situation, il n’y avait rien à faire, c’était trop tard … et c’était maintenant au tour des démons de commencer à craindre pour leurs vies.

« Ne vous laissez pas abuser par leurs apparences. Les gnomolds ne sont pas si forts que ça, loin de là. Simplement, ils sont tenaces ! »

Et puis, il ne fallait pas oublier qu’ils avaient des archers manipulant tous les éléments de leur côté. Un bref regard en l’air suffisait pour voir une pluie de différentes flèches élémentaires s’abattre sur leurs cibles. Oh, les flèches n’étaient pas aussi efficaces que des cibles classiques mais elles avaient le mérite de déranger les gnomolds et les déconcentrer, ce qui était parfait pour ce qu’il comptait faire.

Ce qu’il comptait faire ? Demander à Clari d’utiliser sa propre magie, celle du vent, pour lancer plusieurs lames faites d’air en direction de leurs adversaires. Comme il privilégiait la quantité à la qualité, il ne fallait pas espérer couper des parties des gnomolds mais créer des entailles assez profondes pour les incapaciter pendant quelques instants.


L’instant, c’était la clé entre la défaite et la victoire dans un combat. Il suffisait d’un instant pour renverser la situation. Et c’est bien dans ces instants où il était capable de briller ! Son seul souci, c’est qu’une ancienne émotion, qu’il pensait avoir éteinte depuis des mois, revenait de faire surface. Non … Quelle blague !

S’inquiéter pour Elen, Manelena et Royan ? Cela s’était transformé en une inquiétude constante pour Elise ! Jamais il n’avait pas pensé à la sécurité de ses compagnons ! Ici, c’était la même chose. Il avait empêché Héraisty de venir se mêler au combat. Il n’avait pas envie qu’elle soit blessée ou pire.

C’est pourquoi … c’est pourquoi … il pouvait combattre plus ou moins librement. Et c’est pourquoi il s’en donnait à coeur joie ! Oui ! En y réfléchissant bien, les démons affrontaient des être inconnus ! L’inconnu, c’était une chose qui pouvait perturber le plus vaillant des combattants ! Ne pas savoir comment réagir et autre ! Ils pouvaient être inquiets effrayés !

« CLARI ! J’ai besoin de ton support ! On va faire un coup d’éclat ! »

Et comment ça ? Il avait tout simplement une idée … même si elle allait être potentiellement dangereuse. Ce n’était pas la première fois qu’il utilisait sa magie élémentaire de la sorte … mais pas de cette façon ! Clari s’exécuta à sa demande, se concentrant … pour l’envoyer dans les airs. Sauf que cette fois-ci, contrairement à la précédente où il n’était pas préparé, le jeune homme regardait le sol sous lui. Que ça soit les démons ou les gnomolds, tous se demandaient exactement ce que faisait cet être en armure blanche dans les airs. Mais la réponse n’allait pas tarder vu que peu à peu, une épaisse carapace de pierre se forma autour de Tery, s’amplifiant, prenant une allure sphérique comme pour ressembler à un immense rocher parfaitement sphérique. Un rocher … qui alla tomber au beau milieu des gnomolds.

Mais l’atterrissage n’était pas la partie la plus dangereuse de cette technique. Continuant à rouler tout droit devant lui, un petit orifice dans la sphère permettait à Tery de voir vers où il se dirigeait, roulant sur les Gnomolds, les écrasant une once d’hésitation, broyant leurs corps et leurs os comme s’ils n’étaient que de simples pantins.

Mais voilà, cette attaque avait un défaut majeur et lorsqu’il sortit de la sphère, il avait du mal à rester correctement debout, frappant du pied sur le sol pour tenter de garder une certaine contenance et rester droit et fier. Voilà ! Comme ça … C’était beaucoup mieux ! Pfiou … Il n’était pas en pleine forme, il le savait bien … mais ce n’était pas pour autant que ça allait en s’améliorant. Hmm …

« Chef ! C’était génial ! Qu’est-ce que vous avez ? »

« La tête qui tourne. Ne vous déconcentrez pas ! Le combat n’est pas fini ! Il ne fait même que commencer ! Les gnomolds ont sûrement plusieurs tours dans leur sac ! »

Il ne pouvait pas s’empêcher d’exprimer une certaine anxiété par rapport à ce combat. Si la guerre était aussi simple que ça à résoudre, ça se saurait. Mais voilà … maintenant, qu’est-ce qu’il devait faire exactement ? Les démons semblaient un peu plus rassurés depuis qu’il avait fait preuve de violence envers les gnomolds mais ça ne sera pas suffisant.

Les gnomolds étaient nombreux, très nombreux … et il restait inquiet par rapport à Elen, Manelena et Royan. Comment ça se passait de leur côté ? Il ne pouvait pas abandonner les démons et démones qui comptaient sur lui. C’était ainsi et pas autrement !

Bon … Pfiou … Il allait mieux et il avait remarqué que les démons avaient continuer à se battre pour lui faire gagner du temps. Il allait bien, oui. Il était temps de retourner au combat ! Il poussa un petit cri avant de se joindre à la bataille, Clari à ses côtés.

Des morts ? Il y en avait des deux côtés. Ca ne servait à rien de se voiler la face. Mais ce qu’il remarquait et ce qu’il n’appréciait guère, c’est que certains démons étaient obligés d’en venir au cannibalisme. Comme si tout cela était l’ultime solution, la dernière chance ! C’était complètement aberrant !

Mais crier ça … ça n’irait pas rassurer les soldats déjà bien sur les nerfs. Non, le cannibalisme, ce n’était pas pour lui mais ça ne voulait pas dire qu’il devait changer le mode de vie et de pensée de toute une race ! Il fallait juste espérer que les démons pouvaient contrôler leurs pulsions et continuer à se focaliser sur les gnomolds.

Oui… C’était bien ça son problème. Que les démons qui venaient de dévorer leurs congénères soient incapables de faire la différence entre alliés et ennemis. Voilà … ce qu’il craignait le plus à l’heure actuelle. Et il y avait aussi autre chose qui le perturbait : Clari. Ce n’était qu’une mauvaise impression de sa part mais il avait l’impression de voir qu’elle avait des fissures sur son corps.

Les gnomolds usaient de magie et d’une sacrée violence avec leurs armes pour arriver à leurs fins … et lui qui pensait que Clari était intouchable, il avait le sentiment qu’il se trompait lourdement. Lorsque tout cela sera terminé, il allait devoir faire une vérification de l’état de Clari et voir s’il pouvait la réparer. Si elle devait disparaître … non, il ne devait pas y penser.

Elen, Manelena … et Royan. Encore une fois, il n’était pas concentré sur le combat. Pourtant, il savait où ça pouvait mener ce genre de pensées disparates ! Ca pouvait emmener à la mort ! Et ça, il ne pouvait pas se le permettre ! Pas alors qu’il avait retrouvé tout le monde !

Hors de question … Il en était tout simplement hors de question. Clari avait posé sa main de pierre sur son épaule, lui faisant un sourire. Peut-être était-ce huste une illusion car elle n’était qu’une femme golem mais c’était dans ces moments là qu’il avait l’impression qu’elle était près de lui.

« CHEF CHEF ! ILS NOUS REPOUSSENT ! ET ILS ATTAQUENT DE PARTOUT ! »

« N’ayez pas peur ! Ne montrez jamais votre dos à vos adversaires ! Combattez par groupe de deux ou plus ! Que l’un protège le dos de l’autre ! »

C’était une tactique des plus basiques mais que beaucoup oubliaient sur le moment ! C’est bien pour cela qu’il se chargeait de le répéter ! Et lui-même le faisait avec Clari ! Les gnomolds étaient trop nombreux. On en tuait un, trois autres arrivaient et sautaient par-dessus le cadavre du premier ! Dans ces conditions, comment est-ce qu’ils pouvaient espérer s’en sortir ? Impossible !

Non … Pas de mauvaise pensée. Ce n’était pas comme ça que tout allait s’arranger ! Bon sang … Il voulait savoir tellement au sujet des autres mais il ne pouvait pas ! Ils étaient occupés avec les mékalarmiens et …

« HEY ! C’EST QUOI CES GNOMOLDS ECAILLEUX ?! »

Gnomolds écailleux ?! Il connaissait pas de quoi criait le soldat ! Il se tourna vers l’origine des ces paroles, remarquant qu’il n’avait pas tort. Il y avait bien des gnomolds, mais ils semblaient écailleux sous leurs fourrures. Qu’est-ce que ça voulait dire … Et derrière eux, il y avait des mékalarmiens ?! Impossible !

« Ca ne veut pas dire que … non … quand même pas. »

Pas de mauvaise pensée ! Pas de mauvaise pensée ! Manelena et ses soldats n’avaient sûrement pas pu contenir tous leurs adversaires, voilà tout ! Pas grave ! Il prévint une partie des soldats de l’accompagner alors qu’ils allaient retenir ce nouveau flux.

« Ils ne sont pas si différents des autres gnomolds ! »

« Mais ils ont des écailles de toutes les couleurs ! Qu’est-ce que l’on fait, chef ?! »

« Leurs écailles sont leurs faiblesses justement ! Cela permet de deviner avec quel élément ils combinent leurs magies ! Le rouge pour le feu, le bleu pour l’eau et ainsi de… »

« Et ils décidaient de teindre leurs écailles ? On ne pourra pas devenir, chef ! »

Il eut un petit moment d’arrêt. La réplique du soldat démoniaque venait de faire mouche dans son crâne. Pourquoi … est-ce qu’il n’y avait jamais pensé auparavant ? Mais surtout, pourquoi les mékalarmiens n’avaient jamais utilisé une telle tactique ? Pourquoi ?

Ce n’était pas l’heure de se poser plus de question ! S’il ne voulait pas être submerger par leurs adversaires, il allait devoir se préparer au … WOW ! Il eut juste le temps de croiser ses bras avec ses griffes pour parer la déferlante enflammée qui venait de s’abattre sur lui.

C’ETAIT QUOI CA ?! Heureusement qu’il était capable de se protéger car sinon, il était cuit ! Et dans tous les sens du terme ! Mais d’où venait cette puissance ?! C’était les mékalarmiens ? Et c’était quoi ces armes horribles que les gnomolds possédaient ?

Rien à voir avec celles des autres gnomolds, ceux qu’ils affrontaient depuis déjà plusieurs longues minutes. Elles étaient comme sanguinolentes, difformes, et il avait même la sensation qu’elles étaient capables de hurler de douleur. Sinistre … C’était définitivement sinistre et horrible. C’était … quoi ça, exactement ?

Il avait à peine discuter avec Manelena et les autres mais ils avaient évoqué les méthodes de torture des mékalarmiens sur les démons et leurs congénères. Est-ce que ça voulait dire … que les gnomolds provenant de Mékalarma faisaient de même de leur côté ?

Les gnomolds évoluaient … pour le pire. Mais surtout, maintenant, il était complètement désemparé. Comment est-ce qu’il … allait faire ? Comment est-ce qu’il allait se préparer ? Comment pouvait-il agir ? C’était juste inconvenable. Il avait complètement … Ah ! C’était horrible mais ce n’était pas la première fois que les mékarlarmiens se montraient horribles.

C’est juste qu’il se sentait … une nouvelle fois encore complètement impuissant et incapable de se battre. A chaque fois qu’il pensait pouvoir gérer cette situation, voilà qu’on venait le faire se confronter à une nouvelle montagne.

Et c’était encore une fois le cas aujourd’hui. On le forçait … à se tenir face à une troupe de gnomolds encore plus dangereux que la moyenne. Comme s’il n’en avait pas déjà assez avec celle habituelle. Il … était parfois très fatigué, prêt à abandonner et …

« Attention, Tery. »

Une voix. Comme celle d’auparavant. Une voix qu’il n’entendait qu’à peine maintenant. La voix de Clari. Elle s’était placé devant lui alors que de nombreuses lames lumineuses fonçaient vers lui, prêts à le trancher en morceaux encore plus efficacement que les lames d’air. Mais sur le corps de Clari.

Non … Il … Il devait ouvrir la bouche, lui ordonner de s’enfuir ! De partir ! Il ne voulait pas une nouvelle fois ! Il ne voulait pas qu’elle disparaisse une nouvelle fois car il faisait preuve de faiblesse ! IL NE VOULAIT PAS ! Pourtant, c’était bien des pans entiers de roche qui tombaient au sol.

IL DEVAIT REAGIR ! Pas cette fois ! Il ne pouvait pas accepter qu’elle disparaisse une nouvelle fois ! NON ! Finalement, sa voix quitta ses lèvres, un cri rauque émanant de son corps, comme l’appel d’une bête furieuse et enragée, ses yeux rubis laissant s’écouler du sang alors que tout ce qui était de pierre brune du corps de Clari tomba au sol. Mais elle était toujours là. Le même corps … mais avec encore plus de détails … mais surtout une roche noire, sombre, composait son corps. Comme si des millénaires de fossilisation venaient de s’accomplir en quelques secondes. Et Tery haletait, comme une bête sanguinaire.

Chapitre 58 : Guerre totale

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 58 : Guerre totale

Il n’avait pas ouvert la bouche après cela. Il était immobile, fixe, n’osant pas prendre la parole pour faire face à Elen. Elle portait le même justaucorps que la première fois qu’il l’avait vue. Elle avait aussi ses épaulières en métal, elle était … radieuse.

« Tery ? Qu’est-ce que tu attends pour venir me serrer dans tes bras ? »

« Je ne suis pas certain que ça soit la meilleure des choses à faire en cet instant précis, Elen. Je suis vraiment désolé … surtout après ce que j’ai commis. »

« Si je suis là, c’est que je pense t’avoir compris non ? Avec cette voix dans ta tête et tout le reste, tu te doutes que je … »

« Ce n’est pas ça. Je ne veux pas que tu me pardonnes aussi aisément. Entendre une voix et agir comme ça, en faisant … comme si de rien n’était, ça ne passe pas. Pas du tout. Tu ne peux pas me pardonner en faisant comme si de rien n’était. »

Il se répétait mais c’était bien parce qu’il était troublé. Elen voulait lui pardonner alors qu’il l’avait presque tuée. C’était un acte horrible. Et que dire de l’enfant ? Lui aussi avait faillit y passer ! A cause … de … C’était juste de la chance. C’était juste grâce à la chance que l’enfant avait survécu et Elen aussi.

« Disons simplement que c’est parce que je suis bien décidée à te reconquérir, Tery. »

« Arrête tes bêtises ! Ce n’est pas aussi simple que tu le crois ! Tu le sais parfaitement ! »

« Je le sais, oui. Mais le seul qui a vraiment du mal à se pardonner, c’est toi. Tu penses sincèrement que Manelena ne veut pas que tu reviennes, malgré ce que tu as fait ? »

« Evitez de me mêler à vos histoires d’amour foireuses, ok ? Je veux pas être mélangé avec vous par rapport à tout ça. »

Manelena rétorquait comme si tout cela la répugnait mais heureusement qu’elle gardait son casque noir sur son crâne, comme Tery. Et Elen avec son masque, elle aussi, il était impossible de voir son visage. De plus en plus de démons agglutinaient derrière Tery, cherchant à savoir ce qui se passait.

Et là, il réfléchissait à ce qu’il devait faire. Il y avait une armée derrière Manelena. Qu’importe ce que l’on pensait, ce n’était pas très rassurant. L’avant-poste avait pris plus ou moins une forme correcte et était capable de contenir quelques assauts. Enfin, cela dépendait de ce qu’ils auraient en face.

« Est-ce que vous êtes venus en tant qu’ennemis ou non, Manelena ? »

« A toi de deviner la réponse à cette question. Tu ne crois quand même pas que je vais réfléchir à ta place, n’est-ce pas ? »

« J’aurai préféré que tu me le dises ouvertement au lieu de tourner autour du pot, Manelena. Ca ne m’aide en rien dans ce que je dois décider. »

« D’ailleurs, Tery, c’est vraiment toi le chef de toute la base ? »

Elen qui lui posait une question des plus innocentes. Qu’est-ce qu’il devait répondre à cet instant précis ? Il en avait … aucune idée. Le jeune homme aux cheveux bruns, sous cette armure, pouvait bien lui dire la vérité. Ca ne lui ferait pas de mal. Il n’avait pas de honte à reconnaître ça. Il devait même en être fier.

« C’est exact, Elen. Et vous autres, Manelena, Royan, comment est-ce que cela se fait que … vous êtes venus avec des soldats d’Honoros et Claudiska ? »

« Ah ça, c’est tout simplement parce que … »

« Elen, tu es priée de ne rien dire. C’est à moi de répondre. Tery, si tu veux en savoir plus, c’est aussi à toi de nous dire pour quelle raison exacte les démons ont eut besoin de créer un avant-poste dans Shunter. Vous êtes dans mon royaume. Mon royaume, mes règles. Est-ce que je me suis bien faite comprendre à ce sujet ? »

« Pas besoin d’être aussi agressive. Si notre but était de s’en prendre à Shunter, nous l’aurions déjà faits depuis longtemps. Mais avec tes paroles, tu me donnes une raison de plus de me méfier. Je ne vais pas … »

« Ah ! Tu me fatigues ! Encore et toujours ! T’es toujours comme ça. Bon … Vu que vous êtes là, tu vas pouvoir me répondre : est-ce que les mékarlarmiens ou les gnomolds sont venus dans les environs ou non ? »

Gnomolds ? Mékalarmiens ? Bon, c’était plus ou moins logique que les mékalarmiens n’étaient pas présents mais … pour les gnomolds ? De ce qu’il avait compris ou remarqué, la dernière fois, ils étaient présents … mais pas aujourd’hui ?

« Pourquoi cette question, Manelena ? Qu’est-ce qu’ils ont fait ? »

« C’est moi qui pose les questions, Tery. Toi, tu te contentes d’y répondre. »

« Seulement si je connais la raison à cette dernière. Tu ne m’es pas supérieure, Manelena. Il va falloir que tu te rentres ça dans le crâne. »

« Si tu veux faire le malin, tu n’as qu’à sortir ton arme et on réglera ça tous … »

« Manelena ! Nous ne sommes pas là pour ça ! Il faut que tu expliques la situation à Tery ! Je n’ai pas envie qu’il lui arrive quoi que ce soit ! Et c’est la même pour les démons ! »

Elen avait coupé la parole à Manelena. Bien que cela était assez fréquent dans le passé, ce n’était pas à cause d’une jalousie … mais d’une réelle inquiétude d’après le ton qu’elle avait utilisé en s’exprimant à la reine de Shunter.

« C’est vrai. Le fait que les gnomolds n’ont pas donné signe de vie ou presque depuis plusieurs semaines est problématique. Et pour les mékalarmiens, ils … »

« Manelena ! Elen ! Qu’est-ce que ça veut dire ?! Et j’ai aussi des questions à vous poser ! »

« Bon sang … Pourquoi faut-il toujours qu’on rende ça plus compliqué ?! »

« C’est pas sur moi que tu dois t’énerver, Manelena. » rétorqua le jeune homme en armure blanche, bras croisés en attendant d’avoir plus d’explications.

« Tu ferais mieux de la boucler, Tery. C’est en partie de ta faute, que tu le veuilles ou non, compris ? Rah … Bon … On va arrêter les bêtises. »

Les bêtises ? Qu’est-ce qu’elle voulait dire par là ? Elle leva la main en l’air avant de faire un geste vers l’avant. Aussitôt, les soldats commencèrent à se déplacer et Tery prenait une position défensive. Elle voulait vraiment se battre en fin de compte ?

« C’était donc ça ? Je ne pensais pas que tu agirais de la sorte, Manelena. »

« Je t’ai dit de la fermer, Tery. C’est pourtant pas compliqué ! »

« Je n’ai aucune raison qui doit me pousser à me faire. Tu vas devoir m’expliquer ce que tu veux en fin de compte ! Et d’ailleurs, j’ai une question pour vous : Est-ce que vous avez vu Elise ou non ? Elle était accompagnée de deux enfants au minimum. »

« Nous n’avons pas à te répondre, Tery Vanian. »

Encore une fois, c’est Manelena qui prend la parole en empêchant les autres de communiquer. Mais pourtant, il a jeté un bref regard à Royan. Comme le jeune homme aux cheveux bleus n’est pas masqué, celui-ci a eut une petite réaction, comme un soubresaut, en entendant le prénom d’Elise. Mais ce n’était pas de l’inquiétude qui parcourait son visage. D’accord … Au moins, le plus important était là.

« Vous ne pourrez pas passer, Manelena. Ordonne à ton armée de rester en retrait et de ne pas faire ne serait-ce qu’un seul mouvement. Merci bien. »

« Sinon quoi, Tery Vanian ? Qu’est-ce que tu comptes faire ? Nous arrêter ? »

« Tu peux justement stopper ces bêtises ? Ce n’est pas la marque d’une reine que de se comporter de la sorte. Tu vaux bien mieux que ça. »

Oui, c’était clairement une petite pique de la part de Tery en direction de Manelena mais en même temps, il le pensait sincèrement. Elle était assez impulsive la grosse majorité du temps mais ça ne changeait pas le fait qu’en réalité, elle était une fine stratège. Si elle était là, c’était pour une bonne raison. Si elle avait décidé de l’attaquer, elle l’aurait fait depuis bien longtemps … mais ce n’était pas le cas justement.

D’ailleurs, quelque chose le perturbait. Elle avait évoqué les mékalarmiens et les gnomolds, non ? Pourquoi ? Pour quelle raison précisément ? C’était bien là la question qui le taraudait depuis maintenant quelques minutes. Est-ce que cette armée était là pour une raison qu’il ne connaissait pas ? Pour autre chose ?

« Elen, je peux te demander quelque chose ? Si tu es apte à me répondre, bien entendu. » questionna le jeune homme en s’adressant à la demoiselle masquée.

« Je ne sais pas trop, tu ne cherches même pas à me prendre dans tes bras après tout ce temps. Je suis assez vexée sur le coup, je dois t’avouer. »

« Nous sommes en public, Elen. Et … pfiou … ce n’est pas pareil et … »

Et surtout, il n’a pas le droit, surtout pas après tout ce qui s’est passé. Pourquoi pourrait-il prendre Elen dans ses bras et l’embrasser ? Oui, il faut être correct. Il faut être logique. Il ne le mérite pas. Ce n’est pas possible. Il ne peut même plus la considérer comme sa femme. Mais à force de rester devant l’entrée de l’avant-poste, il finit par murmurer :

« Manelena, toi et ton armée, je veux savoir précisément : est-ce que vous êtes belliqueux ou non ? Si tel est le cas, dites-le moi. »

« Pourquoi devrais-je te le dire ? Tu n’es pas capable de savoir si c’est un piège ? »

C’est bien parce qu’elle utilisait Elen et Royan qu’il n’en était pas certain .C’était bien parce qu’il n’avait pas l’étoffe d’un chef qu’il ne pouvait pas protéger correctement les démons de cet avant-poste. C’était bien à cause d’un tas de choses … qu’il était incapable de faire tout ceci. C’est bien … pour cela qu’il était immobile à l’heure actuelle.

« Ce n’est pas un piège, Tery. » vint dire une voix à côté de lui, le faisant un peu sursauter sur le coup. Il avait complètement oublié la présence d’Héraisty.

« Ah … Ah bon ? Qu’est-ce qui te fait dire ça ? »

« Qu’est-ce que tu imagines, Tery ? Je suis une renifleuse royale, hein ? Ce qui veut dire que grâce aux phéromones et autres que peuvent produire les humains et autres espèces évoluées suivant leurs états, je suis capable de deviner ce qu’ils pensent plus ou moins. Et cette demoiselle en armure noire que tu appelles Manelena, si tu veux tout savoir, ce n’est pas vraiment le désir de conquête qui l’anime. C’est plus une autre sorte de dé… »

« Si elle ne la ferme pas maintenant, Tery Vanian, je n’hésiterai pas à la tuer. »

La femme en armure noire avait coupé la parole à la démone à lunettes, celle-ci ayant un petit sourire de vainqueur. Elle avait parfaitement calmé la situation et c’était maintenant eux qui avaient plus ou moins l’avantage. Il fallait en profiter.

« Notre avant-poste est assez petit et les démons ne sont pas aussi ouverts que moi. Je ne pourrais qu’accepter une petite partie de vos troupes à l’intérieur. »

« Ce n’est pas bien grave, Tery. Le plus important est que nous puissions parler. » déclara Royan, prenant la parole à la place de Manelena qui avait décidé de plonger dans son mutisme après sa simili-agression.

« D’accord, bon … Pfiou, j’imagine que vous trois ainsi qu’une troupe d’une vingtaine de soldats, ça devrait être suffisant. Mais pour votre armée, qu’est-ce que vous comptez faire ? Vous allez la laisser là ou lui dire de s’en aller ? »

« Ils vont rester en entourant l’avant-poste. Tu peux prévenir tes tours de garde ? »

Les prévenir que ce n’est pas dangereux et qu’il n’y a pas à s’inquiéter ? Oui, pas de problèmes, tant que c’est parce qu’il ne les mettra pas en danger, ça devrait passer. Il ne fait qu’un petit hochement de tête positif, signe qu’il allait accomplir ce qu’elle demandait.

« Ca ne sera pas très long mais … suivez-moi. »

Oui, il était temps qu’ils viennent à l’intérieur. Ah … Il demanda simplement à ce qu’on leur emmène de quoi boire et manger. Et enfin, il retira son casque ainsi que Manelena et Elen, cette dernière déposant son masque à côté d’elle.

« Vous préférez de l’alcool ou plutôt quelque chose de frais ? »

« Vu que nous sommes en train de parler d’un sujet important, évitons l’alcool. Pareil pour la nourriture, je ne veux pas que cela me tape dans le ventre inutilement. »

Il avait posé la question mais il ne s’attendait pas vraiment à ce que Manelena lui réponde aussi … distinctement. Enfin, que ça soit elle qui prenne la parole. Il devait se retenir de sourire inutilement. Ce n’était pas une bonne chose.

« Passons tout de suite au sujet principal : je veux savoir pourquoi vous êtes ici … et je ne parle pas que de ma lettre. Vous auriez pu y répondre sans avoir besoin de ramener une armée. Qu’est-ce qui se passe exactement ? »

« Manelena, si ça ne te dérange pas, je vais le lui dire, ça sera beaucoup mieux que de tourner autour du pot car on n’a aucune idée de quand est-ce qu’ils vont venir attaquer cet endroit. »

« Attaquer cet endroit ?! » s’exclama Héraisty, la démone ayant eut le droit de rester aux côtés de Tery pour cette conversation.

« Tu vois, tu ne sais pas prendre des pincettes, Royan. Maintenant, ils vont se poser cinquante questions pour essayer de comprendre ce que tu veux dire par là. »

« Je préfère qu’ils soient au courant le plus vite possible plutôt que de tergiverser à ce sujet. Mais oui, vous allez être attaqués, Tery. »

« Et … par qui ? » demanda calmement le jeune homme démoniaque, posant son regard sur Royan avant de le glisser vers Manelena. Vu que les deux personnes étaient au courant, elles allaient bien lui expliquer la situation, n’est-ce pas ?

« Les gnomolds ou les mékalarmiens, Tery. Les deux veulent la mort de votre espèce. »

« Ah ? Ce n’est plus votre cas ? » ironisa légèrement Tery avant de soupirer. « Enfin, je dis ça mais nous n’étions pas franchement mieux de notre côté … donc bon … »

« Et je ne pense pas que ça soit le bon moment pour faire de l’ironie, Tery, surtout quand des centaines de vies sont en jeu de ton côté. »

« Je le sais parfaitement mais bref … les gnomolds qui nous en veulent, ça, c’est compréhensible mais les mékalarmiens ? Qu’est-ce qu’ils ont de leur côté ? »

« Depuis quelques semaines déjà voire même plusieurs mois, les mékalarmiens capturent les démons pour extraire leur puissance magique et autres. Pour cela, ils ont capturé bon nombre de démons et n’otn pas hésité à les torturer et à leur faire sûbir les pires sévices pour arriver à leurs fins. Ca ne s’arrête pas qu’à là. De ce que nous savons aussi, ils n’hésitent pas à mutiler et tuer leurs congénères ayant les lignes de Zélisia pour créer des armes et armures capables d’éliminer encore plus aisément les démons. »

« Quelle bande de tarés. On le savait déjà un peu … mais visiblement, ils ne se sont pas améliorés depuis le temps. Et ceci explique cela au sujet de nombreux démons qui sont portés disparus … enfin entre ceux-là et ceux qui sortent dans les autres nations, on n’a aucune nouvelle à leur sujet. J’en reviens … au sujet d’Elise. Est-ce que vous … »

« Elle va bien mais elle n’est pas venue avec nous, par mesure de précaution. » stoppa aussitôt Royan, petit sourire aux lèvres alors que Tery poussait un profond soupir de soulagement.

« Tant mieux … vraiment tant mieux. Et elle était seule ou … »

« Son frère et sa sœur sont présents eux aussi … et il y avait deux autres démons qui les accompagnaient. Ils vont bien tous les cinq. »

« C’est vraiment une excellente nouvelle. Tu vois, Héraisty ? »

« Oui, oui, j’ai bien entendu. En voilà une nouvelle rassurante. Mais j’imagine que s’ils ne sont pas là, c’est qu’ils ne comptent pas revenir voir l’empereur Malark, c’est ça ? Ca permettrait pourtant de calmer sa fureur de plus en plus dévastatrice. »

« Je ne sais pas trop. Vous n’avez aucune preuve qu’Elise est vivante, n’est-ce pas ? » demanda Tery alors que Royan hochait la tête négativement.

« A part croire nos paroles, malheureusement, il y en a aucune, désolé. »

« Moi, ça me suffit amplement mais … l’empereur ne pourra pas se satisfaire de ça. Mais bon, pour les mékalarmiens et les gnomolds, vous avez des données … sur quand ils vont attaquer ou pas ? Car au final, ça serait mieux si … »

« Normalement, ça devrait être dans la journée. » déclara simplement Manelena, comme si de rien n’était, Tery se redressant :

« J’espère que c’est une blague. Et que si ça en est une, sincèrement, elle n’est pas drôle ! »

« Ce n’est pas une blague, est-ce que tu crois que je me prête à de l’humour, Tery ? »

« Et … ah ! Bon sang ! Il faut que j’aille prévenir tous les autres ! » s’exclama le jeune homme en armure, quittant aussitôt la tente alors que Manelena soupirait. Héraisty demanda :

« Pourquoi nous prévenir ? Vous êtes considérés comme nos ennemis et réciproquement, n’est-ce pas ? Alors pourquoi ? »

« Tu n’es plus d’actualité. Les démons sont plus ou moins acceptés maintenant. »

« Plus ou moins acceptés ? »

Elle n’avait pas chercher à relever l’ironie dans la voix de Manelena. Elle avait très vite compris que c’était le genre de la femme aux cheveux argentés … et aux yeux rubis. A la regarder plus longuement, elle donnait l’impression d’être comme elle : une démone. Ca ne devait pas être facile à vivre tous les jours, normalement.

Tery était parti depuis déjà quelques minutes et du mouvement se faisait entendre et ressentir autour de la tente dans laquelle ils avaient pris place pour discuter. Normal, ils étaient tous dans le branle-bas de combat, surtout s’ils allaient se faire attaquer. Manelena soupira légèrement, finissant par se relever à son tour.

« Royan, nous devrions nous préparer nous aussi. Comme si nous n’avions pas assez de problèmes, hein ? C’est vraiment triste. »

« Quand tu t’exprimes sans aucune émotion, difficile de croire que tu es triste. »

« Je sais, je sais … bon … Elen, tu es prête aussi ? Pour ton retour sur le terrain, on te propose une guerre complète. »

« Beaucoup reprennent avec un peu de chasse, moi, avec vous comme compagnons, on me mets directement dans les ennuis jusqu’au cou. »

Mais bon ! Elle n’allait pas s’en plaindre. Elle avait retrouvé Tery et maintenant, rien n’allait pouvoir les séparer ! Rien du tout ! Cette fois-ci, les précautions étaient prises et ils en avaient discuté avec Manelena et Royan.

Et pour ça, ils s’étaient alors préparé à capturer Tery et à le ramener auprès d’eux. S’occuper des démons, c’était vraiment le point le moins important dans toute cette histoire. Ah … Par contre, en sortant de la tente, entendre une voix crier :

« ALERTE ! ALERTE ! DES ARBRES TOMBENT A L’HORIZON ! »

C’était une alerte un peu unique en soi mais elle n’était pas à prendre à la légère ! Elen observa Manelena qui serra les dents :

« Les mékarlarmiens. Ils en ont rien à faire de la végétation. C’est leur méthode pour arriver à leur fin. Il va falloir que l’on se prépare au combat. Nos troupes sont déjà prêtes mais ça ne change pas qu’il va falloir les prévenir de ne pas combattre les démons. »

« Il y a des chances que nos soldats s’allient avec les gnomolds. Comment vas t-on faire, Manelena ? » demanda Royan alors que Manelena répondait aussitôt :

« Si ces derniers décident de nous trahir, on les éliminera de nos propres mains. Les ordres sont les ordres. Et pour le moment, les démons ne sont pas une menace. »

Du moins, moindre que celle des gnomolds et celles des mékalarmiens. Avec ces derniers qui avaient annoncé leur but consistant à lancer une guerre globale et en ayant les moyens d’arriver à leurs fins, autant dire que cela allait être très vite dégénérer comme d’habitude !

Chapitre 57 : Des retrouvailles

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 57 : Des retrouvailles

Une semaine s’était écoulée. Une longue semaine où il patientait ardemment pour espérer des nouvelles de la part du groupe d’éclaireurs qu’il avait rapidement formé. Des soldats en qui il avait confiance. Oui, il n’avait pas seulement jugé sur l’effort physique via les entraînements mais aussi pour être certain qu’il n’y ait pas de nouveaux coups en traître. Il ne pouvait pas se permettre ceci une nouvelle fois. Il en était hors de question.

« Chef Tery ! Chef Tery ! La troupe d’éclaireurs sont de retour ! »

Il s’était aussitôt redressé sur son siège. Oui, pour l’occasion, c’était une journée de repos pour tout le monde. Les soldats, les renifleurs, les forgerons, cuisiniers, et tout. Chacun pouvait vaguer à ses occupations habituelles. Bien entendu, tant que cela ne provoquait pas de dégâts et problèmes dans les alentours. Lui ? Il avait tout simplement décidé de lire un bouquin qu’Héraisty avait pris pour le voyage.

« Dans quel état sont-ils ? Blessés ou non ? »

« Quel état ? Euh et bien … Ils ont l’air un peu fatigués mais à part ça, ça semble aller. »

« Cela veut dire que les nouvelles sont bonnes. Faites les venir par ici et vite ! »

Oui, il était pressé de savoir ce qui s’était passé. Pour ça, il fallait que les démons éclaireurs se ramènent le plus vite possible ! Pfiou … Bon, il devait rester debout mais bien se tenir quand même. Et oui, il allait recevoir une troupe fatiguée et exténuée. Il n’avait pas à se comporter comme un enfant sur le coup !

« Tery ? Est-ce que je peux venir ou non ? »

« Héraisty ? Ce n’est pas vraiment toi que j’attendais mais bon … oui, bien entendu. »

Vu qu’elle attendait avec autant d’impatience les nouvelles des éclaireurs, il était alors normal qu’elle soit présente. La démone à la chevelure verte passa à travers l’ouverture de la tente, venant se placer à côté de lui avec un petit sourire.

« Bon et bien … Qu’espères-tu entendre, Tery ? »

« De bonnes nouvelles, bien entendu. Tu voudrais que je sois du genre à apprécier quand on m’annonce quelque chose de mauvais ? »

« Roh, ce n’est pas ça que je voulais dire mais … c’était bien une lettre pour la reine de Shunter, non ? Manelena, si je ne me trompe pas. »

« Tu voudrais savoir si j’espère qu’elle a répondu positivement ? Oui, c’est exact. En même temps, les démons ne sont pas estropiés et ne sont pas blessés. Ce qui veut dire que s’ils sont de retour, c’est qu’ils ont accompli leur mission et que celle-ci s’est plus ou moins bien déroulée. Enfin, sauf si Manelena leur a laissé la vie sauve pour une autre raison. »

Et voilà. Merci Héraisty ! A cause d’elle, il se faisait maintenant du souci pour cette lettre. Si Manelena … avait refusé la communication, tout ce qu’il espérait … serait voué à disparaître.

« Chef Tery, l’équipe des éclaireurs est de retour. Nous venons faire notre rapport mais aussi vous apporter la réponse que vous désiriez ! »

« Rentrez dans la tente, n’ayez donc pas peur. »

Il avait juste levé la voix pour qu’ils puissent l’entendre mais à part ça, aucune animosité ou colère. Pourquoi est-ce qu’il le serait à l’heure actuelle ? Il n’avait aucune raison pour ça. Loin de là même. Les cinq démons éclaireurs pénétrèrent dans la tente mais tout de suite, il remarqua une chose étrange. Ils semblaient comme … gênés.

« Vous pouvez vous exprimer librement ici. Il y a un souci ? »

« Oh, non, non, pas du tout, chef. Nous avons fini par trouver un village comme vous le désiriez et nous avons transmis cette lettre. »

« Comment cela s’est passé comme premier contact ? Ils n’ont pas été menaçants ou autres ? Ils n’ont pas chercher à vous attaquer ? »

« Oh pas du tout ! Loin de là ! Ils étaient encore assez effrayés mais pas belliqueux. Vous avez bien fait de nous prévenir de ne pas s’en prendre à eux. »

« Par contre, vous semblez avoir mis du temps à revenir. Est-ce à cause de l’attente ? »

« C’est plus ou moins ça, chef. Disons qu’il a fallut attendre la réponse et y avait une seconde lettre pour nous plus exactement. Enfin, tenez la vôtre. »

« Une lettre … pour vous ? » commença à dire Tery, tout de suite assez suspicieux. Ces démons étaient gênés, voire embarrassés … et peut-être aussi un peu confus.

« Oui, oui, en fait, c’était en réponse à votre lettre et nous en avions une spécialement pour nous. Enfin, tenez la vôtre. »

Le « chef » des éclaireurs tend encore une fois la lettre. Tery la récupère d’un mouvement vif de la main avant de l’ouvrir. Il reconnaît aisément l’écriture qui se trouve à l’intérieur. Ce n’est pas n’importe laquelle. Il s’agit de celle de Manelena. C’est donc bien elle … Il tente de ne pas montrer sa joie, la contenant à l’intérieur alors qu’Héraisty lui demandait :

« Qu’est-ce qui est écrit dedans, Tery ? De bonnes nouvelles donc ? »

« J’aimerai croire ça … vous autres. Qu’est-ce qu’elle a marqué dans votre lettre ? » demanda Tery subitement en s’adressant aux démons en face de lui. Tous vinrent se raidir, comme pris en défaut alors que les yeux émeraude de Tery étaient dardés sur eux.

« Je … Euh … Je crois que c’était justement ce qu’elle attendait. Tenez, chef. »

Ah. Comment ça ? Ils donnaient la seconde lettre ? Il commençait à être plongé dans une certaine incompréhension sur le coup. Il n’était pas cerné de ce qui allait suivre mais si ça allait continuer, il n’allait pas forcément apprécier la tournure des événements. Ou alors, peut-être que si ? Il s’était mis à lire la seconde lettre à voix haute :

« J’arrive pas à croire ce qu’elle me demande … c’est quoi cette blague ? Bonjour, Tery, quand tu liras cette lettre, cela veut dire que la première a déjà été lue par tes soins. Il semblerait que tu te sois décidé à sortir de ta tanière. Je ne sais pas trop comment je dois réagir à cette petite provocation de ta part. Surtout en vue du contenu de la lettre que tu m’as envoyée. Comme pour me confirmer que tu étais bien celui qui l’avait écrite. Je note que tu es toujours prompt à réagir de la sorte et c’est bien pour cela que je vais jouer le jeu. »

Jouer le jeu ? Il reprenait son souffle, haussant un sourcil à la lecture des premières lignes. Là aussi, par ces mots, elle confirmait qu’il s’agissait bien d’elle et non pas de quelqu’un d’autre qui écrivait ces mots. Hmm, par contre, c’était lui ou alors, il y avait une odeur qui flottait dans les airs. Une bonne odeur. En relevant le nez de la lettre, il remarquait que les personnes présentes reniflaient elles aussi.

« Je vais reprendre alors : Tu te demandes sûrement quelle a été ma réponse à cette lettre, n’est-ce pas ? Te connaissant, j’imagine que tu as aussitôt envisager le meilleur car j’ai laissé vivre tes compagnons démoniaques. Si tu veux être rassuré, je ne compte pas te tuer. Néanmoins, si par bonheur ou malheur, cela dépend du point de vue, je te mets la main dessus, tu dois comprendre que tu vas sérieusement en baver, hein ? Car oui, je ne vais pas te pardonner aussi facilement pour tout ce que tu as commis. »

« On dirait une querelle d’amoureux. » remarqua Héraisty avec un petit air dédaigneux qu’on ne pouvait pas ignorer. Elle renifla un bon coup, regardant autour d’elle comme pour trouver l’origine de ce parfum si particulier mais si bon.

« Merci bien, Héraisty. Bon, j’en étais où ? Ah oui, là. Tu te demandes aussi sûrement comment vont Elen et Royan, ainsi que ta mère et tes grands-parents, n’est-ce pas ? Si tu comptes sur moi pour te donner de leurs nouvelles, tu te fourres le doigt dans l’oeil. Tu n’as qu’à venir par toi-même. Néanmoins, j’ai appris d’après diverses sources, que tu avais réussi à te mettre dans les ennuis jusqu’au cou. Un cas classique en ce qui concerne un idiot de jeune freluquet qui pensait tenir tête à la maréchale de son pays il y a de cela quelques années hein ? Les années passent mais l’idiot reste. »

Pfiou … C’était sa journée ou quoi ? Car elle ne se privait pas pour en rajouter une belle quantité. Il avait vraiment la sensation qu’elle lui en voulait. Oh … Il devait tourner la page maintenant ! Pfiou … Bon, d’après ce qu’il voyait, la page n’était pas complète de ce côté là. Bon, bon, bon … Finissons cette lettre et zou !

« Tu est donc de l’autre côté de la lettre. C’est bien, cela prouve que tu as au moins lu la première page ou que tu ne t’es pas préoccupée de celle-ci. Mais si tu veux tout savoir, je vais te conseiller de sortir de ta petite forteresse démoniaque car tu vas avoir de la visite dans les minutes qui suivent. »

« Hein ? Qu’est-ce qu’elle veut dire par quelques minutes qui suivent ? »

Il cligna des yeux, cherchant lui aussi à comprendre la dernièr remarque dans la lettre de Manelena. Héraisty avait posé la question mais les autres démons n’avaient aucune idée d’où elle voulait en venir. Ils étaient comme eux deux. Soudainement, comme si une révélation venait d’avoir lieu, il s’exclama :

« Vous autres ! Vous avez une bonne vue non ?! Grimpez sur les tours de guet et faites vite votre rapport ! Prévenez ceux qui sont déjà dans ces dernières de faire attention ! »

Aussitôt, il s’était alarmé. C’était instinctif, il ne pouvait pas faire autrement. Le jeune homme aux cheveux bruns s’était tourné vers Héraisty qui le regardait, un peu incrédule :

« Je ne sais … pas ce qui se passe réellement, tu veux bien m’expliquer ? »

« Connaissant Manelena, ça veut dire ce que ça veut dire ! Elle n’aurait quand même pas manigancé une telle chose ?! »

Fichue question rhétorique dont il connaissait déjà la réponse ! Il était sûr et certain de ce que ça voulait dire ! Cette odeur, il savait maintenant pourquoi ça sentait le parfum ! C’était un piège depuis le début ! Et à cause de lui, tous les démons étaient tombés dedans !

Quelques instants après que les démons éclaireurs aient quitté la tente, lui-même était sorti avec à sa suite Héraisty qui cherchait à comprendre la portée des paroles de Tery. Le démon était déjà en train de grimper au sommet d’une tour de guet, se plaçant à côté de deux autres.

« Qu’est-ce que ça donne ? C’est bien ce que je redoutais ? »

« C’est … c’est … On voit du mouvement, c’est sûr ! On ne peut pas voir nos tours de guet grâce à notre magie mais nous, on peut les observer et y a pas mal de mouvement. Qu’est-ce que ça veut dire, chef ?! »

« Qu’il faut se préparer à recevoir quelques personnes plutôt importantes ! Laissez-moi faire ! » s’exclama Tery avant de descendre aussitôt de la tour de guet, passant à côté d’Héraisty tout en demandant aux démons qui gardaient les portes d’ouvrir ces dernières.

« Chef ? Qu’est-ce que vous faites ? »

« Je fais le comité d’accueil. Je suis certain qu’elle est là. »

C’est Manelena. Ce n’est pas n’importe qui. Ce n’est pas une personne lambda. Il s’agit de la reine de Shunter, de l’ancienne maréchale de son armée … mais surtout d’une amie très proche. Une amie à qui il tenait énormément malgré tout ce qu’il avait fait.

Et c’est pour cela qu’il voulait l’attendre. Les bras croisés, il patientait. Qu’importe les minutes qui s’écoulaient. Quelques soldats posaient la question mais il ne répondait pas. Nombreux étaient ceux qui s’arrêtaient dans leurs tâches. Seule Héraisty était à côté de Tery, murmurant au bout d’une dizaine de minutes :

« Tu es certain que c’est une solution ? »

« C’est la meilleure que j’ai en ce moment précis. J’espère juste que ce n’est pas … le début des problèmes. Du moins, pas ce que je pense. »

« Tery, c’était une bêtise ce que tu as fait, tu t’en rends compte ? »

« Je ne peux pas prétendre que ça n’en est pas une. »

« Je ne veux pas mourir, Tery. »

« Tu ne mourras pas. S’ils veulent ma tête, ils l’auront … mais je ne laisserai pas vous autres être en danger. Bon … Elle fait quoi ? »

Car oui, il en avait assez de patienter. C’était sûrement à cause des nerfs mais voilà quoi. Ca ne se faisait pas de le faire attendre comme ça ! Il était assez anxieux, enfin, du moins, encore assez pour trembler. Il voulait la revoir !

« Je peux savoir ce que tu attends, Tery ? »

Il sursauta sur le coup, Héraisty faisant de même alors que la voix qui s’adressait à lui était proche, vraiment très proche. Il déglutit en sentant une lame se poser sur sa gorge en même temps qu’il avait l’impression de voir un mirage en face de lui.

« C’était ingénieux d’utiliser la magie du vent pour troubler notre perception mais tu oublies que l’on peut être deux à jouer à ce petit jeu. »

« Manelena … quel plaisir de te revoir, n’est-ce pas ? »

Même s’il portait son armure sur lui et qu’il n’y avait que peu de chance que la lame ne l’affecte réellement, il ne pouvait pas nier que la voir apparaître sous ses yeux avait quelque chose de terrifiant. Les secondes s’écoulèrent et peu à peu, il pouvait apercevoir la fameuse armure noire qu’était celle de Manelena, en face de lui.

« Ingénieux, oui, que de cacher cette base de démons sur mon territoire, sans que nous le remarquions. Après tout, les démons peuvent utiliser tous les éléments, il était normal que certains soient doués dans cela. »

« Bonjour, Manelena. Je pense que l’on peut commencer par ça, n’est-ce pas ? »

« Hmm, c’est vrai. Tu as raison. Bonjour, Tery, je vois que depuis la dernière fois, tu as l’air de mieux te porter. C’est pour me ressembler que tu as pris cette armure ? »

« Pas vraiment, simplement pour me protéger vu que mes dernières sorties se sont soldées par quelques échecs. J’imagine que tu n’es pas venue seule. »

« Tu t’en doutes bien, je préfère prendre mes précautions. Bref, ta lettre était charmante. Mais passons aux choses sérieuses : tu crois vraiment que je vais laisser les démons faire un campement dans les environs ? Surtout un campement militaire. »

« Un avant-poste et comme tu l’as sûrement remarqué, nous n’avons pas fait d’effusion dans les environs. Notre but n’est pas la destruction. »

« Tu me permets d’en douter en vue du nombre de démons que vous êtes ? »

« Je la trouve bien impertinente pour une reine. C’est vraiment elle, Tery ? » demanda Héraisty alors que Manelena finissait par tourner son visage vers elle, semblant finalement la remarquer après cette courte discussion.

« Ca l’est. L’ancienne maréchale de l’armée de Shunter, le plus haut grade militaire de notre royaume mais maintenant l’actuelle reine de Shunter. »

« Une reine … C’est donc elle. Mais elle semble très familière. »

« Je t’ai plus ou moins tout raconté à son sujet en ce qui nous concerne, elle et moi. »

« Oh, je vois, Tery. Tu parles de notre histoire à n’importe quelle démone. Intéressant. Et qu’est-ce qu’elle sait donc au sujet de nous deux ? »

Il remarquait bien le ton légèrement irrité dans la voix de Manelena. Qu’est-ce qu’il y avait ? Ils ne faisaient que parler, lui et Héraisty. Et bon, la discussion n’était pas forcément d’un niveau très élevé non plus hein ?

Enfin bref, avec tout ça, maintenant, il observait juste derrière Manelena, comme s’il s’attendait à quelque chose. N’ignorant pas son regard, elle leva la main gauche en l’air, faisant un autre mouvement de celle-ci comme pour signaler que c’était bon.

« De toute façon, en vue du contenu de ta lettre, tu espérais secrètement que je ne vienne pas seule, n’est-ce pas ? »

« On ne peut rien te cacher après tout ce temps, Manelena. »

« Evites donc l’ironie avec moi, Tery. Comme je l’ai dit, je ne t’ai pas pardonné … mais d’autres personnes aimeraient te voir. »

D’autres personnes ? Oh … bor … del. Comme si un troupeau d’animaux venait de galoper en sa direction, il se retrouvait maintenant face à une armée. Une armée composée de différentes races. Cela lui rappelait des souvenirs.

Pas vraiment des bons d’ailleurs. Quand l’armée de Shunter avait tenté de résister aux autres races, cela s’était mal fini. Et là, aujourd’hui, il avait la même sensation. Comment pouvait-il en être autrement ? Il voyait des soldats dont les origines étaient de Claudiska, d’Honoros et de Traslord. Et il ne fallait pas oublier ceux de Shunter.

Il évita de poser la question en ce qui concernait les Mékalarmiens et les Gnomolds. Sincèrement, il ne voulait pas savoir où ils étaient. Simplement, il remarqua un jeune homme parmi les soldats de Traslord. Oh … Il y avait Royan. Celui-ci le regardait avec un air neutre mais il voyait aisément le petit sourire sur ses lèvres.

« Simplement une question : Pourquoi cette armée, Manelena ? »

« Une simple mesure de précaution. On ne peut pas juger une espèce à l’un de ses représentants … mais ça veut pas dire que la confiance est aisément acquise. Surtout quand cette dernière a été brisée. »

« Humpf … Je vois, je vois. Mais avec une telle armée, tu te doutes aussi que nous allons rester sur la défensive. Si nous sommes ici, c’est bien pour nous installer plus ou moins et avoir une base à la surface. »

« Entre les paroles et les actes, il y a tout un monde de différence. Pourquoi devrais-je croire tes paroles, tu peux me le dire ? »

« Je n’ai pas à t’inciter à croire à mes paroles ou non. Je veux juste que tu comprennes que nous ne sommes pas là pour des actes belliqueux … malgré tout. »

« Difficile de te donner du crédit. Enfin bon … » commença à soupirer Manelena avant de faire un nouveau mouvement de la main, comme pour inviter quelqu’un à avancer. Et ce quelqu’un vint faire raidir Tery sur place.

« E… El… Elen. »

Il était comme un enfant à cet instant précis. Il ne rêvait pas. La personne en face de lui, c’était celle qu’il pensait avoir tuée il y a de cela quelques mois, peut-être une année. Une longue année à se tourmenter. Elle portait un masque blanc, comme en hommage à ce qu’elle avait été au tout début de leur aventure.

Comment est-ce qu’il devait se comporter ? Comment est-ce qu’il devait réagir ? Comment est-ce qu’il devait faire ? Il en avait strictement aucune idée. Il était anxieux, plus qu’anxieux et n’avait aucune idée sur le moment. Il respirait bruyamment, cela inquiétant Héraisty qui lui demanda presque en chuchotant :

« Tery, qu’est-ce qu’il y a ? Tu as l’air en panique. »

« Elen … C’est Elen. La femme masquée. C’est elle … Et dans la même tenue qu’auparavant. Pourquoi ? Pourquoi … que … je pensais juste que Royan et Manelena seraient là. »

« Elen, c’est donc elle. C’est vrai … qu’elle est bien faite de sa personne. »

Ce n’était pas vraiment le genre de propos qu’il aurait cru entendre de la part d’Héraisty mais il ne pouvait que confirmer ce qu’elle disait. Surtout qu’après tout ce temps, même un an plus tard, elle n’avait pas changé … ou presque. Elle était encore plus belle que dans ses souvenirs, plus … féminine aussi. Pourtant, il n’y avait pas d’enfant dans ses bras mais son corps était définitivement devenu celui d’une femme, non plus d’une jeune demoiselle.

« Manelena, pourquoi … est-ce qu’elle est ici ? Pourquoi ? »

« Hmm ? Pourquoi ? Tu n’auras qu’à lui poser la question, n’est-ce pas ? »

Et pourquoi fallait-il ramener une armée par ici ? C’était bien là son interrogation à cet instant précis. Encore que pour l’heure, il voulait juste … s’adresser à Elen. Mais celle-ci n’avançait qu’à peine, Manelena finissant par dire :

« Tu te dépêches, oui ou non ? Bon sang, quelle empotée. Vraiment, pas l’un pour rattraper l’autre. Je te rappelle que tu as laissé ta fille à ta belle-mère pour l’occasion. »

« Oui … Oui, je viens, je viens. C’est l’émotion, Manelena. »

L’émotion. Une émotion qui lui réchauffait le coeur. Tery était là, devant elle.

Chapitre 56 : L’avant-poste

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 56 : L’avant-poste

« Qu’est-ce que tu en penses, Tery ? »

« Je t’avoue que la dernière fois que j’étais dans l’armée de Shunter, nous n’avions jamais fait d’avant-poste ou autre. C’était plutôt sobre … juste installer des tentes et autres. Mais là, c’est vraiment radicalement différent. »

« En bien ou en mauvais ? » demanda une nouvelle fois Héraisty alors qu’il se grattait le menton comme pour réfléchir à la question avant de déclarer :

« En bien ! Je n’arrive pas à croire que c’est vraiment nous qui avons monté tout ça. Et puis, sincèrement, je m’attendais pas à une telle préparation. »

« Oh ? Comment ça ? Tu veux parler du cuisinier ? Je pense que chaque armée doit au moins en avoir un, ça ne doit pas être si étonnant. »

« Pas un seul cuisinier, mais bien une dizaine. Et pas seulement, un forgeron, un armurier et tout le reste ! J’ai l’impression d’être dans une sorte de petite ville qui se balade. Enfin, si tu vois ce que je veux dire à peu près ? »

« Oui, oui, je vois parfaitement. Mais bon, ce n’est pas si étonnant. Ils font tout pour que ça se passe pour le mieux. Surtout quand nous sommes coordonnés. »

« Oui, oui, enfin bon … Bref, tu as compris où je voulais en venir. C’est donc franchement pas mal. Et pour le moment, nous ne sommes pas dérangés par les gnomolds. »

« Tu en as souvent parlé aux autres soldats. Ils sont VRAIMENT si effrayants que ça ? »

« Disons que tomber dessus quand tu n’es pas préparé mentalement, sincèrement, ce n’est pas une bonne chose. Ce ne sont pas des prix de beauté et ils cherchent vraiment à vous éliminer, qu’importe qui vous êtes. Mais j’ai remarqué qu’ils ont une rancune assez tenace par rapport aux démons, je ne sais pas du tout pourquoi par contre. »

« Si tu as dit qu’ils détestaient toutes les races, peut-être qu’une nouvelle est encore moins à leur goût ? Qui sait ? »

« Il doit y avoir de ça. Il y a quelques gnomolds sympathiques mais la grosse majorité sont juste des créatures bonnes à te tuer à se faire tuer. »

« On va arrêter d’en parler. Je sais que c’est moi qui a lancé le sujet mais vraiment, ils ont l’air très antipathiques. Je ne suis pas certaine que ça soit plaisant de continuer à les évoquer. Tu vas faire quoi là en attendant ? »

« Même si c’est moi … qui dirige ce beau monde, ça ne veut pas dire que je ne dois pas ignorer la tâche. Je vais aller aider les autres. »

« Et puis, voir que ta femme golem fait aussi sa part de travail, ça serait honteux que tu te reposes sur elle pour faire croire que toi aussi, tu travailles, c’est ça ? » rétorqua Héraisty tout en souriant, le jeune homme faisant de même bien qu’elle ne le voyait pas.

« Bon, je vais y aller avant de me faire taper sur les doigts par une main de pierre. »

« Et j’imagine que ça ne doit pas faire du bien, n’est-ce pas ? »

« Je n’ai jamais essayé de vérifier donc bon … et sincèrement, l’idée ne me passe pas du tout par la tête. A partir de là, je ne peux pas vérifier. Je pourrais peut-être faire planer cette menace aux soldats tire-au-flanc. »

« Et voilà, faites place à Tery le tortionnaire ! »

Une nouvelle fois, voilà qu’elle rigolait avec amusement. Son rire était communicatif, il fallait l’avouer mais il était vraiment temps qu’il se mette au travail. Il fit un petit mouvement de la main en direction de la demoiselle aux cheveux verts avant de faire demi-tour.

« Bon travail, Tery ! On tentera de se retrouver après la pause pour déjeuner ensemble ? »

« Tu ne devrais même pas proposer si tu connais la réponse ! »

Et oui, il était clair à ce sujet. Bon … Qu’est-ce qui l’attendait ? Certains fabriquaient des palissades, avec des morceaux de bois mais aussi du métal. Oui, comme ils avaient parcouru pas mal de chemin dans la grotte, il avait été déclaré qu’ils récupéraient un maximum de matériel en plus au cas où.

« Nous devrions voir pour faire une pierre plus solide et avec des mélanges de métal et de bois. Pour faire une fondation solide, vous en pensez quoi, Tery ? »

« Je ne suis pas architecte et vous êtes plus qualifié que moi. De base, je vous fais confiance et nous pourrons toujours retourner dans la grotte. Il faut éviter juste de trop de ravager le paysage autour de nous si c’est possible. »

« C’est bien noté. Utilisation des matériaux nécessaires mais avec parcimonie. Nous devons en laisser aux autres sections de l’avant-poste. »

« C’est bien ça. Les forgerons auront peut-être besoin du métal. Le cuisinier pour le bois et ainsi de suite. Mais je ne pense pas avoir besoin d’un dessin à faire. »

« C’est exact. Merci encore pour vos réponses et choix des plus rapides. »

« Il n’y a pas de quoi. L’avant-poste est fait pour perdurer, rien de plus. Nous ne pouvons pas faire un travail bâclé. Ca serait des problèmes pour le futur. »

Oui, il devait envisager plus loin, beaucoup plus loin qu’on ne le voudrait. C’est pourquoi il cherchait une solution à tout prix ou presque. Pour l’heure, les fondations de l’avant-poste étaient le plus important. Ensuite, il verra quoi faire.

Alors qu’il commençait à soulever seul un imposant morceau de bois pour la palissade, utilisant sa magie terrestre pour tenir ça avec des griffes de pierre, il marmonnait pour lui-même qu’il n’avait pas l’étoffe d’un chef. Que l’empereur Malark était un peu fou d’avoir espérer qu’il puisse faire quelque chose de son côté. Vraiment de la folie.

Mais voilà, les heures s’écoulèrent et malgré la fatigue car il voulait absolument porter l’armure pendant qu’il faisait ceci, le jeune homme était vraiment en nage quand il termina d’aider. C’était maintenant l’heure du repos.

Et comme convenu, il était juste en face d’Héraisty. Celle-ci l’avait attendu avec le sourire habituel, ayant déjà pris les deux plats pour elle et lui. Elle déposa le tout sur la table entre eux deux, ils mangeaient seuls mais pas parce que Tery en avait envie mais simplement par pure habitude. Il retira son casque, Héraisty faisant une petite moue tout en disant :

« La prochaine fois que tu viens à table, tu éviteras de le faire avec ton visage couvert de sueur. Pourquoi est-ce que tu n’as pas retiré ton armure pour les travaux ? »

« Je veux garder un poids constant sur moi, ça me permet de renforcer mon corps et … »

« Faux, il faut parfois que tu reposes tes muscles. Ce n’est pas en contraignant tout le temps ton corps qu’il va aller mieux. »

« C’est noté. Je crois que j’étais déjà au courant mais vu que je veux éviter d’être balayé une nouvelle fois, je me disais qu’avec un poids comme ça, ça sera plus difficile. »

« Si une personne maniant le vent veut te faire quitter le sol, ne t’en fait pas que qu’importe le poids que tu mets sur ton corps, tu ne pourras pas y faire grand-chose. »

« C’est ma journée ? Ou alors, tu m’en veux pour quelque chose dont je ne suis pas au courant ? Tu peux me le dire hein ? Je ne prendrais pas la mouche. »

« Ce n’est pas une question de prendre la mouche ou non, Tery. Simplement, tu te démènes beaucoup trop alors qu’il souffler de temps en temps. Un peu comme sur notre repas trop chaud, il serai temps que l’on souffle et que l’on commence à manger. »

Elle marquait un point sur le coup. Finalement, le repas fût consommé par les deux jeunes gens démoniaques, Tery prenant son temps comme Héraisty. Rien ne pressait. Enfin, oui et non. C’était à peine l’après-midi, ils avaient encore du boulot.

« Bon, je vais tout de suite retourner bosser, je peux pas laisser les autres … Héraisty ? »

« Tu n’es pas à cinq minutes près. Il faut que tu digères. Bon sang, Tery. J’ai l’impression d’avoir un enfant qui veut impressionner les autres. Tu peux regarder autour de toi ? Est-ce que tu crois qu’ils sont pressés de retourner travailler ? Ils soufflent, eux aussi. »

« Oui mais … » commença à dire Tery avant qu’elle ne le coupe aussitôt :

« Pas de mais. Tu peux arrêter de chercher des arguments à m’opposer ? Tu acceptes simplement ce que je t’ai dit et ça suffit. »

« Pfiou. Depuis quand est-ce que tu es aussi autoritaire ? »

« Depuis qu’il faut que je te surveille pour que tu ne t’uses pas la santé, Tery. Qu’est-ce que tes amis penseraient s’ils te voyaient faire du zèle ? »

« Bah, Manelena me crierait sûrement dessus. Et je ne parle même pas des autres. »

« Alors, pourquoi est-ce que tu ne m’écoutes pas ? Ou alors, j’imagine que c’est comme je le pensais, tu ne me vois pas comme une amie ? »

« Tu es bien la seule que je peux appeler ainsi parmi les démons, Héraisty. »

« Alors, tu peux écouter ton amie ? » dit-elle une nouvelle fois tandis qu’il venait juste lui faire un petit sourire amusé tout en disant à son tour :

« C’est le cas mais pendant que nous parlions, le temps s’est passé et nous devons alors maintenant vraiment retourner au travail, que tu le veuilles ou non. »

Elle poussa un petit cri de rage et de colère, se redressant pour finir par se pencher en avant. Elle le pointa d’un doigt furieux avant de s’exclamer :

« Sincèrement, tu as intérêt à être prêt ce soir car je ne vais pas te lâcher une seule fois, compris ? Tu vas très vite le regretter et amèrement ! »

« Et je sais que ce ne sont pas des paroles en l’air. Tiens, c’est assez étrange. Ca me rappelle une conversation, hahaha. »

Elle fait une petite moue dépitée avant de partir sans même répondre à sa légère provocation. S’il ne comprenait pas qu’elle faisait ça pour lui, elle ne pouvait rien faire de plus. Mais sincèrement, elle avait envie de le cogner et pourtant, elle n’était pas du genre à être violente mais ça la démangeait dans ces moments-là.

Un bon coup derrière le crâne pour lui remettre les idées en place, c’est bien tout ce qu’il méritait à cet instant précis. Bon, elle devait garder son calme. Ce n’était pas une bonne chose. Les autres renifleurs comptaient sur elle. Pour quelle raison ? Simplement parce qu’elle étai la personne la plus proche de l’actuel chef de cet avant-poste. Oh, elle avait remarqué que bon nombre de soldats ou autres avaient du mal à accepter Tery comme chef et que ce dernier lui-même ne se voyait pas en tant que tel mais ça … c’était avant.

Au fil des journées qui s’écoulèrent après le début du voyage, Tery avait continué à être lui-même. Pas de chef trop prétentieux, pas de personne trop proche des soldats, il ne le remarquait pas mais elle-même ne pouvait pas l’ignorer. Il restait un chef droit dans ses bottes mais proches de ses compagnons.
Et cela … semblait instinctif. Oui, elle avait bien remarqué qu’il ne se forçait pas à agir de la sorte avec les autres. Oui, son travail par contre, il se l’infligeait et c’était affligeant. C’était bien pour ça qu’elle était obligée de lever la voix. Pour qu’il puisse comprendre que ça inquiéterait autant les soldats qu’elle-même. Car oui, il était le seul type à porter son armure pendant la tâche. Le seul imbécile présent, c’était lui !

Ne pas s’énerver, ça ne mènerait à rien. Elle n’aurait rien à y gagner. Tout ça était de la faute à Tery. Elle salua que brièvement les autres renifleurs, se remettant au travail sans faire trop de commentaires sur le boulot des autres. De toute façon, ils n’étaient pas là pour se prendre la tête hein ? Enfin, pas de la sorte. Elle était en colère contre Tery, pas les autres.

Mais la colère vint disparaître aussi vite qu’elle était venue. Elle ne pouvait pas en vouloir définitivement au jeune démon, plutôt au jeune homme. Car oui, pendant qu’ils étaient juste tous les deux, il s’amusait à faire disparaître ses cornes.


Lorsqu’elle lui avait demandé comment il faisait cela, il avait juste expliqué qu’il n’en savait trop rien. Qu’à la base, c’était venu la première fois qu’il avait vraiment ressenti une forte haine et rage envers autrui. Mais maintenant, c’était juste comme ça. Il avait signalé que cela était sûrement à cause du fait qu’il avait eut une mère humaine et qu’il était donc un demi-démon. Ce qui empêchait donc la majorité des êtres démoniaques de faire disparaître les cornes comme si de rien n’était.

Enfin, c’était comme ça qu’il voyait les choses et qu’il cherchait à les envisager. Si c’était vrai ? Si c’était réaliste ? Il n’en savait rien du tout ! Depuis, elle n’avait pas chercher à s’intéresser plus longtemps à ça. Elle trouvait ça étrange d’avoir un crâne dénué complètement de cornes, surtout que les cornes d’un démon pouvaient différencier d’un crâne à un autre. Oui !

« Tery, si tu me dis que tu n’as pas retiré ton armure maintenant que tu en as fini pour la journée, je te promets que tu vas le regretter ! »

Oui, elle était venue le chercher pour aller manger ce soir, comme à leur habitude. Et surtout, elle le menaçait continuellement avec cette armure, surtout qu’elle n’était pas aveugle. Elle avait bien remarqué que Tery avait mal un peu partout à force de se trimballer cette carcasse métallique. Bon, d’accord, elle exagérait sur le terme carcasse pour définir l’armure vu qu’elle était d’une qualité rare mais … bon.

« Je suis prêt, Héraisty. Comme au premier jour, comme au second, comme au troisième. »

« Si tu commences sur cette voie en me disant chaque jour depuis que nous sommes ici, je ne suis pas sûre d’apprécier le fait que tu te moques de moi, Tery. »

« Vu que je ne me moques pas de toi, ça devrait passer alors … non ? Quatrième j… Je vais arrêter là, ce n’est pas très drôle. »

Et puis, il avait faim. C’était bien pour ça qu’il arrêtait le sujet et qu’il venait accompagner Héraisty jusqu’à la cantine. Oui, c’était la même pour tous, là aussi. Que ça soit le repas du midi ou du soir, pas de différence. Et ça ne dérangerait pas Héraisty. Il avait d’ailleurs remarqué que personne n’était embêté à l’idée de manger tous ensemble, que ça soit les divers architectes, les renifleurs, forgerons et autres.

« Bon bon bon, heureusement que nous avons des cuisiniers doués. »

« A ce sujet, Tery, j’ai remarqué que malgré tout, tu cherchais aussi à aider les cuisiniers ? Tu peux arrêter de trop en faire ? Tu risques de t’écrouler d’épuisement. »

« La faune et la flore ne sont pas les mêmes sous la surface et à la surface de Shunter. A partir de là, il faut bien les guider, non ? »

« Ce n’est pas une question de les guider ou pas, mais de surmenage. »

Il ne fit qu’hausser les épaules. Oui, sincèrement, pas envie de se lancer dans ce débat. Le jeune homme aux cheveux bruns replongea dans ses propres réflexions. L’avancée des palissades était vraiment très rapide et à cette allure, ils allaient finir rapidement cette dernière. Et puis, les installations étaient déjà bien avancées aussi.

Sa seule préoccupation, c’est qu’il n’avait pas encore envoyé tout de suite des éclaireurs dans les alentours. Cela faisait bientôt une semaine, voire une dizaine de jours qu’ils étaient à la surface. Ils avaient un peu rasé les alentours de la grotte dont ils étaient sortis. Elle était même au beau milieu du campement.

Mais surtout, aucune présence de Gnomold ou de soldats de Shunter et ça, c’était assez étrange. Surtout qu’il s’attendait parfaitement à ce que les Gnomolds viennent créer du trouble, vu qu’ils étaient des démons. Mais … ce n’était pas arrivé. Du moins, pour le moment et il croisait les doigts pour que ça continue ainsi.

Ah … En plus, avec cet avant-poste, il pensait que ça serait assez visible par tous et toutes. Que des soldats ou du moins des citoyens de Shunter allaient arriver par hasard mais même pas ça. A croire qu’ils étaient perdu au milieu de nulle part. Sauf que cette fois-ci, il faisait tout pour éviter que ça ne dégénère comme la précédente fois.

Oui … Il ne voulait pas que les erreurs se répètent une nouvelle fois. Il voulait des nouvelles d’Elise mais … si rien n’avait changé ? Enfin, qu’elle était toujours perdue avec Zalek et Wandy ? Et les autres ? Si il y en avait d’autres ? Il n’avait aucune idée à ce sujet. Rien du tout … et il avait une boule dans la gorge à force de s’inquiéter pour tout ça.

Maintenant qu’il était à nouveau à la surface, il n’en discutait pas avec Héraisty mais … impossible d’ignorer ce sentiment qui était revenu. Il voulait des nouvelles des trois membres de la famille royale. Il voulait savoir comment ils allaient, s’ils étaient en bonne santé, s’ils pouvaient revenir, bref tout …

Mais rien de tout ça ne sera exaucé. Il ne devait pas se bercer d’illusions. Si c’était aussi simple que ça que de retrouver quelques démons dans un endroit où les Gnomolds pullulaient, ça se saurait. Mais … il voulait y croire. Puis zut, aux grands maux, les grands remèdes. Il allait faire une annonce demain matin.

Oui, il était temps d’envoyer un démon des plus agiles et rapides pour une mission en tant que messager. Devant le silence qu’il continuait d’arborer, Héraisty l’observait, cherchant à deviner ce qu’il pensait. N’y arrivant pas, elle finit par déclarer :

« Bon, ça me fatigue un peu, Tery. Qu’est-ce que tu es en train de t’imaginer ? Tu veux bien me le dire, s’il te plaît ? »

« Je ne veux pas le dire devant les autres sur le coup. Ca sera une mission pour demain. »

« Alors, terminons le repas et tu me raconteras. »

Elle ne lui laisserait pas un peu de répit hein ? Elle devait sûrement s’imaginer que ça allait être encore un truc farfelu de sa part. Hmm … Depuis quand Héraisty était aussi collante ? Non, ce n’était pas vraiment le terme auquel il devait penser. Ce n’était pas collant …

Plutôt, elle prenait de la place auprès de lui. Elle voulait qu’il la considère comme importante à ses yeux car elle avait sûrement ressenti que sans Elise, il n’y avait plus personne à qui s’attacher. Elle ne cherchait pas une relation amoureuse, loin de là.

Le lendemain matin, à peine l’aube venant de se lever, il regardait droit devant lui. La majorité des soldats était présents. Il valait mieux de toute façon puisque dans cinq minutes, l’entraînement quotidien allait débuter. Mais tous se demandaient pourquoi il avait insisté pour que chacun soit présent et puisse l’entendre.

« BON ! J’imagine qu’il y a certains retardataires mais on va faire comme s’ils étaient présents ! Je vais demander à une troupe de cinq soldats, les plus agiles et rapides d’entre vous, de traverser les environs pour trouver au plus tôt un village d’humains. Vous ne devez pas chercher la confrontation et donc éviter tout conflit. Ainsi, les entraînements de la matinée permettront de vous départager. »

« Chef ! Qu’est-ce que nous devrons faire lorsque nous aurons trouvé ce … village ? »

« Bonne question. Merci de l’avoir posée. Vous remettrez tout simplement une lettre à la garde ou la milice qui protège le village en expliquant que c’est un message des plus importants et à transmettre aux personnes hautes-placées. D’autres questions ? »

« Y a quoi dans cette lettre, chef ? »

« Petit malin, si tu penses que je vais te le dire, tu te fourres le doigt dans l’oeil jusqu’au cou. »

Quelques petits éclats de rire puis il tape dans ses mains. Il était temps de se mettre en action et le plus vite possible ! La matinée ne faisait que débuter et bien entendu, il avait prévu quelques courses d’obstacles et autres. Héraisty se plaça à côté de lui, encore à moitié endormie. Il n’y avait pas besoin qu’elle se lève en même temps que les soldats mais bon …

« Tery, est-ce que c’est par rapport à … tes projets ? »

« Ca sera beaucoup plus simple si … on ne se met pas à dos l’armée de Shunter. J’ai envie de croire que c’est possible de résoudre tout ça sans conflit. »

« Je préfère quand tu penses de la sorte. Tu redeviens normal. »
Redevenir normal ? Comment ça ? Il n’avait pas l’impression d’avoir changé. Il avait plutôt du mal à saisir où elle voulait en venir. Malgré qu’il portait son casque, elle remarquait aisément qu’il semblait dubitatif, surtout au son de sa voix :

« Qu’est-ce que tu es en train de raconter ? »

« J’avais juste l’impression que depuis que tu avais cette armure, tu avais formé une carapace autour de ton coeur. Il s’avère que je me suis trompée donc je suis contente. »

Contente de s’être trompée ? C’était un principe qu’il avait du mal à comprendre sur le coup mais bon … Elle semblait avoir retrouvé un peu de joie et ça, c’était vraiment important à ses yeux. Bref ! Que les entraînements commencent !

Chapitre 55 : Supérieur dans l’armée

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 55 : Supérieur dans l’armée

« Hey, Tery, l’empereur t’appelle, encore une fois. »

« Je m’en doutais. J’imagine qu’il veut être mis au courant des dernières nouvelles. »

Un lourd bruit métallique se fit entendre après les propos du jeune homme aux cheveux bruns. Celui-ci n’avait aucun morceau de chair nue visible, que cela soit au niveau du visage, des bras, des jambes, du corps. Tout. Tout était recouvert d’une épaisse armure métallique de couleur blanche, brillante de mille éclats.

« Je ne vais pas tarder alors. Je n’aimerai pas l’avoir sous son mauvais jour. »

« Ah ça, c’est pas comme si c’était constamment comme ça depuis quelques semaines. »

Tery ne fit aucune remarque à ce sujet. Pourquoi une telle armure ? Il ne savait pas vraiment. Pour se protéger ? Sûrement. Est-ce que ce n’était pas trop lourd ? Un peu. Est-ce que c’était nécessaire ? Il n’en savait trop rien. Est-ce que c’était vital ? Pas vraiment.

« Bonne chance, je dirais que tu vas en avoir besoin. »

Bah ! Haussement d’épaules, ce qui fit grincer un petit peu l’armure qu’il portait bien que cela ne l’affectait pas le moins du monde. Oui hein, il était pas là pour cracher sur le dos de l’empereur Malark. Heureusement, depuis quelques temps, sa folie purgatrice s’était plus ou moins calmée même s’il fallait bien considérer que les ruelles semblaient bien vides.

« Bah … Au moins, y a moins de risques que je subisses une nouvelle tentative d’assassinat. »

Dire qu’il prononçait ces paroles avec une petite pointe d’ironie. C’était assez risible d’en arriver là mais qu’est-ce qu’il pouvait y faire réellement et concrètement hein ? C’était ainsi et pas autrement. Enfin, direction la salle du trône où siégeait l’empereur Malark. Il avait une petite idée de la raison qui poussait ce dernier à l’appeler. Cela faisait quelques semaines mais les préparations étaient bientôt terminées.

« Empereur Malark, je suis arrivé. »

« Tu peux rentrer, Tery Vanian. Ce n’est pas comme si ta présence n’était pas attendue. »

Ce n’était pas pour autant qu’il évitait de respecter le protocole. L’empereur Malark était du genre à réagir encore plus violemment que Manelena. Ah … Manelena, ce n’était pas le moment d’avoir des pensées aussi absurdes que ça. Ce n’était pas pour ça … qu’il était ici. Il était là pour empêcher que tout dégénère.

« Empereur Malark. Vous m’avez appelé. »

« C’est exact. Comment ton armure se porte t-elle ? Je t’ai conseillé le meilleur forgeron du royaume démoniaque et expliqué que tu pouvais venir le voir en portant le sceau royal. »

« Cette armure, malgré son épaisseur, est bien plus légère qu’il n’y paraît. Cela surprend mais dans le bon sens, empereur Malark. Je m’y sens bien. »

« Tant mieux … car aujourd’hui, je vais te lancer en expédition avec un groupe de soldats. »

« Nous allons retourner à la surface, empereur Malark ? »

« C’est exact. » déclara l’imposant démon siégé sur son trône tandis que Tery attendait quelques secondes avant de poser la question qui lui brûlait les lèvres :

« Qu’est-ce que nous allons y faire, empereur Malark ? Quelle est notre mission ? »

« Envahir le territoire autour de la grotte de laquelle vous allez sortir. »

Il prit une profonde respiration. Il aurait aimé mal entendre mais il n’était pas certain que cela améliorerait la situation. Il voulait espérer que ses oreilles lui fassent défaut mais il n’y avait aucune chance que ça soit le cas.

« Est-ce que je peux vous … proposer quand même autre chose, empereur Malark ? »

« Assez, Tery Vanian. Je t’interdis d’envisager une autre solution que d’envahir ce territoire et de récupérer peu à peu ce qui nous revient. Si mes … enfants sont encore vivants, ils finiront par revenir jusqu’à nous. Le royaume souterrain est bien trop dangereux pour eux. »

Trop dangereux pour eux ? Il voulait dire quelque chose mais s’arrêta dans ses propos. Les paroles de l’empereur. Même … si … oui … Malgré tout ce qui s’était passé, malgré cette vindicte contre les familles nobles qui œuvraient contre lui, il gardait une pensée constante : celle qui espérait qu’Elise, Wandy et Zalek soient encore vivants.

« Soit … mais je peux vous proposer justement, puisque vous parlez d’envahir … de préparer plutôt un avant-poste autour de cette grotte. Un espace fortifié où nous serons sûrs que nous pourrons maintenir l’endroit et le protéger. »

« Et pourquoi cela, Tery ? »

« Je ne pense pas que j’ai besoin de vous expliquer cela car vous avez participé à bien plus de guerres que moi mais en faisant un avant-poste, nous aurons un point central où les démons pourront se réunir. Mais si nous envahissons sans avoir de terrain principal, nous allons nous disperser et nous ne pourrons pas maintenir notre avancée. »

« Il me faut d’abord te corriger, Tery. Malgré mon apparence, saches que je n’ai pas participé à autant de guerres que tu aimerais le croire. »

« Ah bon ? Mais comment est-ce … »

« Je ne suis pas pacifique mais le royaume démoniaque étant enfermé sur lui-même pendant des millénaires, les seules batailles concernaient principalement des familles nobles qui tentaient de se rebeller ou de vouloir un pan de terre hors de la juridiction royale. Oh, et bien entendu, aussi si un membre de la famille royale formait une armée pour tenter de me renverser. Ah … Des idées qui ne traverseraient pas l’esprit d’Elise. »

« Je vois, je m’excuse d’avoir imaginé de telles choses. Mais que pensez vous de mon idée ? »

« Je te fais confiance à ce sujet. Néanmoins, cela va donc requiert bien plus de moyens que prévu, n’est-ce pas ? Il va vous falloir quelques architectes aussi, non ? »

« Je ne sais pas si des architectes sont vraiment nécessaires mais au moins des personnes compétentes pour pouvoir créer un avant-poste. »

« Cela doit se trouver. Tu annonceras ces préparations au reste de ton groupe de soldats et tu transmettras ces consignes aux autres gradés militaires qui vous accompagneront. »

« Combien prenons-nous environ d’hommes et de femmes pour cet avant-poste ? »

« Environ cinq cents ou mille, cela devrait suffire pour débuter, non ? »

« Vu que je ne suis pas habitué à tout cela, je pense que le nombre devrait être suffisant. Enfin, j’imagine. Il va falloir préparer des rations et autres. »

« Combien de temps estimes-tu avoir besoin pour lancer cette expédition pour l’avant-poste ? » demanda une nouvelle fois le monarque alors que le jeune homme dans l’armure blanche réfléchissait à la question.

« Peut-être une semaine ou deux, au grand maximum. Vu que nous devons préparer tout l’équipement nécessaire, faire les ravitaillements et tout le reste. »

« Bien, je veux que tu me préviennes lorsque vous partirez. S’il vous faut d’autres personnes, à part des ouvriers pour construire l’avant-poste, signales-le maintenant. »

« Peut-être qu’une troupe de renifleurs serait utile. Qui sait ? Si certains enfants démoniaques sont à la surface depuis avant l’ouverture des portes, cela pourrait être utile. Même si je ne pense pas que ça soit une réussite, de ce côté. »

« Renifleurs … J’imagine que c’est pour être accompagné de cette renifleuse avec qui tu discutes fréquemment, c’est bien cela ? »

Tery ne fit aucune remarque à ce sujet. Il pouvait paraître surpris mais non. Ca n’avait rien d’étonnant à bien y réfléchir. Il avait sûrement jugé bon de l’observer et le surveiller. C’était bien pour cela qu’il ne faisait pas de réflexion.

« C’est exact, empereur Malark. C’est elle qui, au final, a bien fini par nous remarquer, moi et la princesse Elise. Elle a été déniée assez fréquemment par le renifleur qui … travaillait pour un autre membre de la famille royale mais maintenant, elle peut dévoiler son véritable potentiel. Je suis sûr qu’elle serait un atout remarquable. »

« Tu as carte blanche pour cela aussi. Tu es celui qui dirigera cette petite troupe. »

« Malgré le fait qu’il y ait d’autres gradés avec moi ? Vous êtes certain ? Il leur faudra plus que des paroles pour qu’ils acceptent ceci. »

« Je vais préparer la création d’une lettre écrite de mes propres mains pour que le message soit bien clair et transmis à tous. Tu pourras revenir dans deux heures environ. »

Le temps qu’il puisse prévenir Héraisty et aussi lui proposer de l’accompagner. C’était parfait ! Enfin simplement si elle acceptait, bien entendu. Il retrouva la démone très rapidement, celle-ci l’attendant comme à son habitude.

« Vraiment, je n’arrive pas à … me dire que c’est toi sous cette armure, Tery. »

« Moi-même, j’ai toujours un peu de mal à y croire et pourtant, c’est bien moi. »

« Tu pourrais quand même retirer ton casque quand tu m’adresses la parole non ? Et pourquoi est-ce que tu portes encore celle-ci ? Tu es en service ? »

« Oui et non, disons que je suis venu te voir pour une raison spécifique. Mais peut-être que ça serait mieux autour d’une table car c’est assez long à expliquer. »

« Tout ça pour aller manger un morceau. Je te rappelle qu’il te faudra quand même retirer ton casque pour manger hein ? »

Qu’est-ce qu’elle avait avec son casque ? C’était quand même assez saugrenu de se focalsier sur ce dernier hein ? Mais bon, il ne voyait pas pourquoi elle agissait de la sorte. Enfin, pourquoi elle cherchait absolument à le voir sans son casque. Il vint le soulever pour le retirer, poussant un léger soupir avant de dire :

« Est-ce que cela convient à mademoiselle Héraisty ou non ? »

« Bien entendu, bien entendu. Allons-y maintenant, je n’aurai pas l’impression de parler à un soldat sans émotions de l’armée des démons. »

« Hey, ça va, ça va ! Pas besoin de dire ça comme ça non plus hein ? Je suis tout ce qu’il y a de plus normal, tu devrais l’avoir remarqué à force, non ? »

« Hmmm … La normalité est un concept un peu perdu dernièrement, tu sais ? » dit-elle avec un petit sourire amusé alors qu’il le lui rend. Bah ! Qu’ils se rendent plutôt dans leur taverne habituelle pour manger un morceau et qu’ils puissent discuter du projet qu’il a.

Quelques minutes plus tard, ils étaient tous les deux assis à une table et il avait déjà commencé à parler du projet du roi. Mais surtout, il avait lancé sa proposition à la démone à lunettes qui releva ces dernières :

« Tu veux … que j’aille sur le terrain, Tery ? Vraiment ? »

« Vraiment, Héraisty. Mais à toi de voir, je veux que tu y réfléchisses, c’est assez dangereux, ça reste la surface et aussi, enfin bon … »

« Bien entendu que j’accepte ! Pouvoir aller à la surface ! Je t’ai pourtant déjà dit plusieurs fois que c’était ce que j’aimerai faire ! »

« Alors, je peux te considérer comme membres de l’expédition ? Mais j’ai une réclamation : est-ce que tu arriverais à trouver d’autres personnes aussi motivées que toi pour tout ça ? Car il nous en faudrait quatre ou cinq environs. Tu comprends ? »

« Je vais faire ma petite enquête à ce sujet mais considères que c’est comme fait ! »

« Merci beaucoup, Héraisty et … je suis content d’avoir quelqu’un avec moi que je connais bien. Sincèrement, ça me fait plaisir. »

« Bien entendu ! C’est réciproque mais je comptes sur toi pour me protéger ! »

Elle répondait avec un grand sourire mais ce dernier disparut aussi vite qu’il s’était présenté. La cause était devant elle. Lorsqu’elle avait évoqué la protection, un voile s’était dessiné sur le visage de Tery. Comprenant son erreur, elle posa rapidement avec confusion une main sur celle de Tery, lui disant :

« Ne t’en fait pas, je sais me tenir correctement, Tery. Je ne ferais pas de folie, d’accord ? »

« Ce n’est pas vraiment une question de folie, pas du tout. C’est même assez différent … enfin, je crois que c’est assez différent, je ne suis pas sûr. »

Comment peut-il expliquer correctement ce qu’il ressent à cet instant précis ? Même si ce n’était pas désiré par Héraisty, il avait reçu un petit coup de poignard en plein coeur. Le jeune homme avait légèrement baissé les yeux, un peu honteux.

« Je ferais de mon mieux pour te protéger, c’est tout … ce que je peux te dire. »

« Pas besoin de promesses, Tery. Je suis certaine que tout va bien se passer avec toi. Sûre et certaine, je n’ai rien à craindre à tes côtés. »

« J’aimerai être aussi convaincu que toi. Bon, j’ai passé le message, on a terminé de manger et je vais retourner aller voir les autres. »

« Nous n’avons pas fini, Tery. Tu peux rester dix minutes de plus non ? Je ne crois pas que tu sois en service. Je commence à connaître horaires. »
Héraisty est sa bouée de sauvetage dans ce monde souterrain. Maintenant qu’il était seul, sans Elise à ses côtés, chaque journée était très difficile. Avoir de la compagnie, autre que la femme golem qui l’accompagnait, c’était quelque chose de très précieux.

« Tu pourrais me faire un petit sourire, tu ne crois pas ? Ou alors, ma compagnie te déplaît tant que ça, Tery ? »

« Tu sais aussi bien que moi que ce n’est pas du tout le cas. Simplement … »

« Simplement, tu fais un peu la moue à cause de toute cette histoire. Je te conseille plus de prendre la chose du bon côté : aller à la surface te permettre t’interroger les autres espèces que tu rencontreras là-bas. Avec de la chance, tu auras des informations non ? »

« Ca, c’est si je ne me prends pas un coup de dague dans le dos une nouvelle fois. »

« Y a de ça … mais réfléchis quand même à ce que je t’ai dit, Tery. C’est pour ton bien que je prononce de telles paroles, il faut que tu le saches. »

« Ne t’en fait pas, je le sais. Bon … » dit-il tout en s’étirant longuement. Pour l’occasion, le repas était vraiment terminé cette fois.

Il paya sa part, ne voulant pas laisser Héraisty envisager cette possibilité alors qu’elle se levait à son tour, prête à s’en aller avec lui. Dehors, quelques regards étaient tournés vers eux. Rien d’étonnant vu que le jeune homme aux cheveux bruns portait à nouveau son armure en intégralité, ayant remis son casque sur le crâne.

« Bon, ben, je vais y aller, Héraisty. Passe une bonne journée. »

« A toi aussi, Tery. Et s’il faut encore une fois te rappeler de ne pas t’en faire, je peux te promettre que ce casque ne sera pas suffisant des coups que je vais te donner. »

« La promesse est bien notée. Et bizarrement, contrairement aux autres, j’ai la sensation que celle-ci risque d’être tenue. »

Elle éclata de rire aux propos de Tery, celui-ci restant imperturbable. Elle donna un petit coup sur le casque avant de prendre le chemin de la guilde des renifleurs, lui-même partant à l’opposé. Il n’avait pas besoin de l’accompagner sur le coup. Depuis que le monarque avait fait une purge de bon nombre de familles nobles, beaucoup hésitaient maintenant à faire ne serait-ce que le moindre pas de travers.

Surtout qu’en y réfléchissant bien, les soldats étaient vraiment sur le qui-vive, certains diront même sur les nerfs mais bon … ça, c’était bien parce que beaucoup craignaient pour leurs vies s’ils désobéissaient à l’empereur. Il pouvait comprendre qu’avoir une épée de Damoclès en permanence sur la crâne, c’était effrayant mais lui-même, à force, il avait fini par s’y habituer. Voilà, fin de l’histoire.

Enfin, fin de son histoire liée à l’effroi que provoque l’empereur Malark. Il revint au château de ce dernier, saluant simplement les soldats d’un geste de la main avant de recommencer à se promener dans les couloirs. Il n’y avait que peu de chances que l’empereur ait déjà terminé la fameuse missive qui servirait d’argument par rapport aux autres gradés de l’armée.

« Oh ! Messire Tery, vous voilà donc ? Les autres soldats s’impatientaient ! Ils avaient peur qu’il n’y avait pas d’entraînement, aujourd’hui. »

« Je ne faisais que prendre ma pause et mon repas. Pourquoi pas d’entraînement ? Vous pensez vraiment que je vais vous faire éviter une session ? Et puis, cela serait dommage alors que Clari s’impatientait de vous affronter. »

« Ah bon ? Les golems ressentent ce genre de chose ? » demanda le soldat qui s’était positionné en face de lui. Il portait un attirail métallique pas aussi reluisant que le sien mais on pouvait voir que la qualité était présente. Il portait aussi un casque, ce qui rendait impossible de voir ses émotions peintes sur son visage. Il était aussi grand que lui et Tery avait déjà remarqué que les autres n’étaient pas forcément plus grands que lui.

« Disons que Clari est une femme golem un peu spéciale, voilà tout. »

« Oooh, d’accord ! Je vais alors prévenir les autres que l’entraînement va débuter ! »

Difficile de croire qu’il était à la tête d’une petite troupe. Bon d’accord, la troupe était composée d’une centaine de démons mais oui, c’était bien lui qui donnait les ordres et directions à cette troupe. Et la grosse majorité ne lui était pas hostile. Oui, c’était bon de le remarquer alors qu’il suivait le soldat qui allait prévenir les autres de son arrivée.


Bon … Ils allaient commencer par un peu de course, pour ne pas changer. Et en armure, ce qui rendait la tâche assez difficile. Lui-même ne supportait pas trop ça mais il fallait bien le faire pour renforcer l’endurance des démons. Le jeune homme aux cheveux bruns y participait lui aussi, par principe. Il serait anormal qu’il ne fasse rien pendant que les autres trimaient. Autant être un peu sérieux, non ?

Et c’est ce qu’il faisait. Il prenait son rôle très au sérieux. Après la course, ils allaient faire d’autres exercices physiques, tout aussi épuisants mais il notait que la majorité adorait une chose en priorité : le combat contre Clari. Oui, c’était un combat des plus basiques … sauf que les soldats adoraient se confrontaient à elle.

Il n’avait pas vraiment compris leurs raisons mais ils se déménaient à l’affronter bien qu’étrangement, elle arrivait à tous les maîtriser. Oui, une « simple » femme-golem était capable de mettre à mal des soldats aguerris et qui étaient chargés de la protection du royaume démoniaque.

Oh, il faisait attention à ce qu’elle ne soit pas abîmée mais depuis le jour où il avait réussi à l’invoquer sans s’en rendre compte, c’était à peine s’il arrivait à voir ne serait-ce qu’une simple fissure sur son corps. Il n’avait aucune explication raisonnable à ça. Il ne voyait pas ce qu’il pouvait faire de toute façon.

« Hop hop hop ! Attention, je tiens à rappeler que vous devez vous entraîner entre vous aussi. Clari, c’est bien joli, tout ça, mais elle ne fait que réagir à vos attaques et à mes ordres. Ca veut dire que par rapport à un vrai soldat, elle n’a pas les mêmes réactions. Donc, chacun se met par paire et si vous allez aussi faire quatre groupes de dix soldats. Je veux que vous fassiez une mêlée en n’utilisant que vos armes. Votre but sera de faire un peu de stratégie et donc de combattre à plusieurs. Prenez l’ascendant sur l’autre groupe, cherchez à voir qui est le plus faible parmi les adversaires, trouvez qui pourrait tenir face à plusieurs ennemis, n’hésitez pas aux coups dans le dos et bien entendu, évitez de vous blesser plus que nécessaire ! »

Et voilà, c’était ses dernières recommendations alors que le jeune homme aux cheveux bruns observait le tout. Pour l’occasion, il ne participait pas aux entraînements. Il ne pensait pas être au-dessus des soldats démoniaque au tout début mais il avait très vite remarqué qu’il était largement au-dessus d’une majorité de ces derniers.

Mais … pourquoi est-ce qu’il avait été aussi faible par rapport à lui ? Haiktos ? Il ne comprenait pas comment il avait réussi à perdre aussi bêtement face à lui. Est-ce qu’Haiktos avait dévoré de nombreux démons dans sa famille ? Dans d’autres familles ? Mais il arrivait à garder une forme humanoïde parfaite ? Peut-être était-ce lié aux démons royaux ? Il n’en avait aucune stricte idée. Ce n’était que des suppositions.

« Bon, Clari, tu veux bien me servir de partenaire ? »

Il valait mieux s’occuper à autre chose. Il avait un autre objectif actuellement.