Chapitre 30 : Une victime

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 30 : Une victime

« J’ai fait un peu de ménage, empereur Malark. Pardonnez-moi d’avoir mis votre fille en danger sans vous prévenir. »

« Première et dernière fois que cela se produit, Tery Vanian. J’accepte tes excuses car ma fille n’a pas été blessée … et la personne qui l’accompagnait non plus. Mais ne t’avise plus de recommencer un tel geste sinon, je t’en ferais payer le prix. »

« Je le sais parfaitement. Votre fille se repose dans sa chambre. Quant à trouver la personne qui a tenté d’envoyer des assassins sur elle, je n’ai pas réussi à les faire parler. Il semblerait que … je me suis emporté plus que de raison et cela a été un gros problème. »

« Hmm … Je vois de quoi tu veux parler plus exactement. Au sujet de cette … renifleuse. »

« Oui ? Qu’est-ce qu’il y a avec elle ? Je peux promettre qu’elle n’est pas dangereuse. Il s’agit de la personne qui a permis de découvrir la royauté d’Elise. Quant à moi, cela n’a rien changé malheureusement. Elle est très douée et … »

« La prochaine fois, tu l’emmèneras au château. Il me faut la remercier personnellement et je ne l’ai toujours pas fait malgré ces derniers mois. »

« Je note cela même si elle m’en veut aussi pour ce qui s’est passé. »

« Tu n’es franchement pas très doué avec les femmes, Tery Vanian. Néanmoins, les démones ont beaucoup de caractère, ce qui fait qu’il est difficile de ne pas avoir de soucis avec elles. »

Il ne pouvait pas prétendre le contraire en voyant tout simplement ce qui se passait. Enfin, avec son vécu et tout le reste, hahaha ! Pour autant, il se redressa seulement quand l’empereur lui indiqua que c’était possible.

« Quant à ton enquête, ne t’en fait pas, j’ai retrouvé la personne responsable de tout cela. Mais je dois attendre qu’elle rentre à la capitale. Cela ne saurait trop tardé. »

« Qui … Qui est-ce donc ? Si vous avez alors un nom ? »

« Non. Je ne peux rien révéler. Des oreilles indiscrètes seraient tentées de prévenir cette personne. De toute façon, il vaut mieux pour elle qu’elle se présente à moi. Si elle refuse cette ordre, elle le regrettera pour le reste de son existence. »

Hmm … Quand c’était dit ainsi, il valait mieux ne pas trop le provoquer et plutôt patienter. C’était beaucoup mieux s’il ne voulait pas avoir de soucis. Il s’inclina une nouvelle fois devant l’empereur, demandant la permission de quitter la pièce.

« Repasses donc vers la chambre de ma fille et il vaut mieux que tu tentes de te faire pardonner. Tu es bien la seule personne à qui elle a confiance … du moins, avait totalement confiance avant que tu ne commettes cette bêtise. »

« J’imagine qu’il va falloir que je trouve un moyen de m’excuser envers elle. Bon, ça ne sera pas très simple mais ça devrait passer. »

Et le voilà maintenant parti de la salle du trône. C’était lassant, vraiment très lassant. Il avait l’impression de faire uniquement des aller et retour depuis des semaines. Après tout, c’était exactement le cas mais l’aventure lui manquait grandement.

« Qu’est-ce que je donnerais pour être sur le terrain une nouvelle fois. »

Pas que c’était ennuyeux d’avoir à surveiller Elise mais bon … Il aurait préféré autre chose de son côté, il devait avouer. Il fit craque son cou, arrivant devant la porte de la chambre d’Elise. Clari était déjà avec elle, comme convenu mais il toqua à la porte.

« Elise, c’est moi … Est-ce que je peux rentrer ou alors, cet accès est privé dorénavant ? »

« Si tu viens avec de quoi te faire pardonner, tu peux rentrer. Sinon, tu peux toujours rêver. J’ai envie d’une pâtisserie. A toi de voir laquelle. Bonne chance car je ne t’ouvrirais pas avec n’importe quoi. Tu as dix minutes. »

Dix minutes ? Elle plaisantait ? Il poussa un profond soupir, visiblement très fatigué avant de faire demi-tour. Mais avant même qu’il ne s’éloigne, la porte s’ouvrit, une main finissant par l’attraper pour l’attirer à l’intérieur. Une main de pierre qu’il reconnaissait aisément.

« Clari ! Pourquoi est-ce que tu l’as ramené ici ?! »

Il s’en doutait. Mais … Comment ? Pourquoi ? Qu’est-ce qui avait poussé la femme golem a réagir de la sorte ? Et à voir la mine boudeuse d’Elise qui se cachait en grande partie derrière ses couvertures, il comprenait que ça ne venait pas d’elle.

« Vraiment ! Cette femme golem fait n’importe quoi ! Tery, tu lui as donné cet ordre, j’en suis sûr et certaine, ne ment pas hein ? »

« Non, non, je peux te certifier que ce n’est pas moi. C’est d’ailleurs étonnant. Elle a de plus en plus de réactions non prévues. Clari ? Donnes-moi la main. »

Et la femme golem s’exécuta sans autre chose geste, regardant simplement le jeune homme cornu en face d’elle, son visage vide d’expression comme à son habitude. Tery lui demanda de faire un tour sur elle-même, Elise finissant par soupirer :

« Hey, ce n’est pas un animal à qui tu apprends quelques tours, Tery. Et tu es peut-être dans ma chambre mais ça ne veut pas dire que je te pardonne pour tout ce que tu as fait. Tu m’as mise en danger … et Héraisty aussi ! Tu te rends compte de tes actes ? »

« Je le sais parfaitement et je me suis déjà excusé … »

« Ce n’est pas assez à mon goût. Je n’ai pas l’impression que tu veuilles vraiment te faire pardonner hein ? Pfff … C’était si ennuyeux de me prévenir avant ? »

« Si je l’avais fait, tu n’aurais pas été naturelle … et je ne pouvais pas laisser échapper cette occasion, Elise. Héraisty m’en veut aussi et … »

« Puis, tu étais vraiment dans un état horrible pendant le combat. Comme un monstre. »

Il s’arrêta dans ses gestes, la regardant doucement. Ce qu’elle venait de dire … Ah … Il pouvait juste comprendre où elle voulait en venir. Surtout qu’elle rajouta :

« Tu n’étais pas toi-même. Tu étais … comme enragé. Je n’ai pas aimé ça … pas du tout. »

« Je le sais bien mais … Je voulais leur faire payer ce qu’ils t’ont fait. Je ne pouvais pas laisser ça impuni. Il en était tout simplement hors de question et … »

« Tu peux me le dire … que tu fais plus que m’apprécier, Tery. Je ne vais pas te mordre. »

« Pfff … Tu sais aussi bien que moi que je te considère comme très proche de moi. Pas comme avec Elen … et Manelena mais … tu es pas qu’une simple amie. »

« J’ai pas eut cette impression … en un sens, c’était plaisant de se sentir tellement appréciée … quand … j’ai vu que tu te mettais dans cet état pour moi mais à côté … je ne sais pas … »

Et si elle venait tout simplement se faire enlacer ? Tery eut un grand sourire et se jeta sur elle pour la faire tomber sur le lit, la prenant dans ses bras et en la pressant contre lui. Voilà ! Il était certain que ça lui plaisait, n’est-ce pas ?

« Alors ? Est-ce que tu es motivée à te plaindre, Elise ? »

« Hmmm … pas le moins du monde en fait … Je ne crois pas … Hmmm … Je suis plutôt contente et satisfaite de la tournure des évènements. »

« Tant mieux alors … Tant mieux … C’est un peu le but de tout ça, n’est-ce pas ? »

Elle ne chercha pas à répondre alors qu’elle se collait bien à lui. Hum … Maintenant qu’elle était guérie, elle était en pleine forme, n’est-ce pas ? Elle chuchotera :

« Alors … Tery … Est-ce que tu veux discuter plus … de ton projet insensé ou non ? »

« Je ne sais pas si ça serait une bonne idée … Tu veux qu’on essaie quand même ? »

« J’aimerai en savoir plus, d’accord ? Mais on en discute seulement si je peux rester ici. Ca me manque … beaucoup … d’avoir quelqu’un à étreindre. »

« Hmm … Je peux donc accepter cette condition. Alors, tout d’abord … Clari ? Dis-moi, est-ce que tu arriverais à faire la même chose que l’empereur ? Je t’en ait parlé un peu mais je ne sais pas si tu en serais vraiment capable. »

« Qu’est-ce que tu veux qu’elle fasse ? Sincèrement, c’est … risqué, non ? »

« Pas si risqué que ça, je veux juste qu’elle coupe tout son qui proviendrait de l’intérieur comme ça, personne ne peut nous entendre. Ton père y arrive. »

« Mais c’est parce que c’est mon père. Tu ne peux pas demander à un golem de réussir ce tour de force comme si de rien n’était ! » s’exclama t-elle avant de sentir un léger vent se former. Des lignes vertes étaient apparues sur le corps de la Clari de pierre.

« Et voilà, j’ai l’impression que c’est fait. Je ne vais pas voir si c’est réalisé ou non. »

« Bon, ce n’est pas grave ! Maintenant, tu peux parler ! Alors, dis moi exactement ce qui se passe hein ? Je ne vais pas tomber dans ce piège. »

« J’ai … envie que tu retournes à la surface. J’ai envie que tu revois Royan et que tu y restes. Tu as compris cela, n’est-ce pas ? »

« Je ne suis pas aussi stupide que ça … mais à part ça ? Quoi d’autre ? Comment est-ce que tu veux y arriver réellement, tu peux me le dire ? »

« Tu ne te rappelles pas ce que je t’ai dit auparavant ? »

« Que tu voulais me faire passer pour morte mais c’est impossible … et c’est beaucoup trop risqué. Est-ce que tu as une simple idée de ce que cela risque d’emmener ? »

« Cela risquerait de très mal se finir, oui … mais c’est le genre de risque qu’il faut prendre au cas où … car dans le pire des cas, qui sait ce qui pourrait nous attendre?3

« S’il te plaît, ne fait pas de discours formaté de la sorte. Je ne suis pas le genre à tomber dans un piège aussi grossier hein ? Pourquoi est-ce que tu veux vraiment faire ça ? »

« Car je veux que tu sois en sécurité … tu devrais pourtant le savoir, non ? Avec ce qui s’est passé, j’ai peur de te perdre … et je ne peux pas me permettre cela. Je le refuses. »

Elle se pressa encore plus contre lui. Le jeune homme aux cheveux bruns eut un petit sourire, comme s’il était ému par ce geste. Pour autant, elle chuchota d’une voix faible :

« Mais … Toi ? Qu’est-ce que tu feras alors ? Si je vais là-bas ? »

« Tu n’as pas à te préoccuper de ma personne, saches-le. Ce que je comptes faire ne regarde que moi. Mais tu te sens prête à abandonner cette nouvelle vie ? Ici, tu es une princesse. A la surface, tu n’es pas autant, tu le comprends, non ? »

Elle releva son visage, faisant un petit mouvement de la tête pour signaler que le message était très bien passé chez elle. Il prit une profonde respiration, cherchant maintenant ses mots comme s’il avait bien plus de mal que prévu.

« Pour ma part, il est tout simplement impossible que je reviennes à la surface en même temps que toi. Si je le fais, ils se poseront des questions, ils penseront que je t’ai kidnappée. »

« Si tu veux, je pourrais rendre cela plus crédible en poussant des cris et autres hein ? »

« Je te l’interdis ! Ce n’est pas drôle, Elise ! Tu n’as pas l’air de saisir ce que je viens de te dire hein ? Je parle … du fait que si les gens pensent ça, mes proches sous la surface seront tous mis en danger ! Je ne peux pas laisser Héraisty se faire tuer par ma faute. J’ai déjà commis assez d’erreurs ces dernier jours ! Pas besoin de les reproduire ! »

« C’est ça qui te différencie de beaucoup, Tery. Malgré tout … tu penses aux autres. »

« Merci bien, je ne sais pas si c’est voulu pour me réconforter mais par principe, je te remercies beaucoup, Elise. »

« Car peut-être que je pense aux autres aussi ? Enfin, surtout toi ? Tu es la seule personne qui me reste donc bon … »

Roh … Quand elle parlait ainsi, c’était un peu triste, elle s’en rendait compte ? Enfin bref … De toute façon, il était pas là pour faire dans le mélodrame non plus. Mais bon, en même temps … ils se répétaient cela depuis des semaines.

« Ah … Sincèrement, qu’est-ce que tu vas faire sans moi, Tery ? »

« Je n’en sais rien du tout. Je ne sais pas du tout où ça va me mener toute cette histoire donc bon … à partir de là … je suis assez perdu et perplexe. »

Il disait cela tout en se libérant finalement de l’étreinte de la jeune demoiselle. Concentration, concentration ! Il ne devait que se concentrer et rien faire d’autre. Bon ! Bon bon bon ! Maintenant qu’elle savait au sujet de son plan, ils pouvaient continuer alors ?

« Comment est-ce que tu comptes y arriver, Tery ? Tu as sûrement déjà réfléchit un peu non ? A quel point ça va être difficile ? »

« Pour ça, ça va l’être sans y arriver réellement … Disons qu’en un sens, je me dis … que peut-être … il faudrait réussir à contacter la surface. »

« Qu’est-ce que … Mais tu es fou ? C’est tout simplement impossible ! Les lettres ne passent par ici, elles se feraient déchiquetées ! Et puis, pour avoir un contact à la surface, il faut que certains démons s’y trouvent. Ils ont peut-être d’autres moyens ? »

C’est vrai que malgré tous ces mois, ils ne s’étaient pas posés de savoir comment est-ce que les démons communiquaient à distance. Après, il ne s’intéressait pas à ça personnellement vu qu’il ne connaissait personne. A partir de là …

« Elise … Juste, il faut que tu comprennes ce que cela implique ce que l’on va faire. »

« Hmm ? Oui ? Qu’est-ce que tu veux dire par là, Tery ? Qu’est-ce que cela implique ? »

« Et bien … Un aller sans retour. Tu ne pourras pas redescendre sous la surface après ça, tu le conçois hein ? Tu seras considérée comme morte. »

« Malgré les apparences, je tiens quand même … à mon père. »

« Je n’ai pas prétendu le contraire … et j’ai compris que l’empereur était un démon remarquable … mais usé par le temps et les trahisons … Les familles nobles des démons sont encore pires que celles de la surface. »

« Merci bien. Mon corps confirme tes propos, Tery. » dit-elle avec un peu d’ironie en se plaçant une main sur le cou. Bien entendu, bien entendu ! Il comprenait parfaitement où elle voulait en venir. Hmm … Bon, il avait eut le temps de discuter avec elle.

« Maintenant que nous avons tous les deux parler correctement, que veux-tu faire de ta journée ? Tu as une petite idée ou non ? »

« Hmmm … Sincèrement, j’aimerai bien … me promener … mais pas hors de la ville cette fois, est-ce que je me suis bien fait comprendre ? »

« Hmm … D’accord, d’accord mais … est-ce que tu veux bien que j’invite Héraisty ? Comme ça, je me fais pardonner pour les deux ? »

« Tsss ! D’accord, j’accepte sa présence mais bien parce qu’elle a été aussi déçue de toi. »

Hey ! Quand elle parlait ainsi, ça donnait vraiment l’impression qu’il était coupable ! Bon, d’un autre côté, c’était pas une impression. Il était vraiment responsable de tout ce qui s’était passé donc à partir de là, il pouvait pas lui en vouloir de lui en vouloir.

« Tant mieux alors. Bon, vu que j’ai une paye que je n’utilise jamais, j’imagine qu’elle va fondre comme du sucre, n’est-ce pas ? »

« T’as pas idée, mon pote ! » dit-elle sur un ton ironique. Pourquoi est-ce qu’il pressentait un très mauvais moment à passer ? Hohohoho !

« Je vais aller chercher ma bourse. J’imagine qu’il va falloir te préparer et te pouponner, c’est bien ça ? Est-ce que j’attends pour une heure ou deux ? »

« Si tu fais autant le fier, je te le ferais regretter amèrement, tu le sais, non ? »

« Je le sais, c’est bien pour ça que je me prépare mentalement au pire. Allez ! Je te laisse t’habiller et ensuite, on y va et … »

« Tu peux rester hein ? Vu que tu as déjà tout vu … et que ça ne me dérange plus si c’est toi qui regarde, ce n’est pas un souci. »

Et non merci ! Elle connaissait pourtant la réponse mais elle tentait d’y arriver ! Visiblement, elle avait retrouvé la forme hein ? Et il n’était pas homme à s’en plaindre. Par contre, elle était déjà en train de se déshabiller en lui tournant le dos et autant le spectacle pourrait lui plaire, autant il n’avait pas à rester là.

Une demie-heure plus tard, comme prévu pour l’attente, elle était finalement prête et cette fois-ci, elle était vraiment ravissante. Il ne pût s’empêcher de la contempler et la complimenter, lui déclarant qu’il la trouvait très jolie, ce qui fit rougir la jeune femme qui bredouilla quelques mots :

« Et bien … Et bien … Je préfère quand tu es honnête, Tery. »

« Je le suis toujours, Elise, tu le sais bien, non ? » répliqua t-il alors qu’elle faisait une petite moue, finissant par dire d’une voix douce :

« Tu me permets d’en douter à ce sujet après les derniers événements ? »

Ouch. Ca faisait toujours un peu mal. Surtout quand elle appuyait à cet endroit précis. Il n’était pas certain de mériter un tel sort de sa part mais en même temps … si. Après qu’ils soient sortis avec Clari qui les suivait, ils se dirigèrent vers la guilde des renifleurs.

« Je n’étais pas motivée à venir … en vue des derniers événements mais vu que c’est un ordre de la princesse, me voilà donc … »

« Ne t’en fait pas, Héraisty. Même si je sais que tu n’aime pas trop ça, du peu que je te connaisses, tu vas vite apprendre à faire craquer Tery. »

« Craquer Tery ? Comment ça ? De quelle façon ? » demanda Héraisty, un peu surprise mais surtout sur ses gardes. Elise remarqua le changement de ton dans la voix de la démone.

« Et bien … Il a une bourse plutôt remplie vu qu’il ne fait aucun achat avec sa paye de soldat et de protecteur de la princesse. Sauf qu’aujourd’hui, on va tout faire pour qu’elle soit vide. Ca lui fera regretter d’avoir profité de deux jeunes démones innocentes comme nous. »

« Hey ! Tu peux éviter de parler de la sorte, Elise ? Les gens vont s’imaginer des choses. Surtout venant de la part de la princesse du royaume ? Un peu de tenue ! »

« Oh que non … Pas aujourd’hui, aucune retenue, je vais vraiment te faire souffrir. »

« Il n’y a pas besoin d’y aller à de telles extrémités, princesse Elise, vous savez. »

AH ! Héraisty était de son côté ! Elise pouvait donc comprendre que c’était vraiment exagéré ce qu’elle comptait faire à son sujet. Un peu de retenue ! Mais voilà que la démone aux cheveux couleur feu posa sa main sur l’épaule droite d’Héraisty, disant :

« Nous n’allons pas exagérer non plus. Simplement, il faut lui faire regretter ce qu’il nous a fait, tu ne trouves pas ? Et pour ça, il faut marquer le coup. »

« Il est vrai que … Tery a grandement abusé de ma gentillesse à son égard. Je ne suis pas habituée à perdre mon temps avec ces familiarités … et peut-être que j’ai été un peu trop ouverte à son encontre. »

« Tu comprends donc ce que je ressens, n’est-ce pas ? A partir de là, il est de notre devoir de bien marquer le coup pour que Tery saches que ce qu’il a fait, ce n’était clairement pas une bonne chose, loin de là. »

« C’est exact … C’est exact. Messire Tery, il semblerait que votre journée soit vraiment très mauvaise pour les prochaines heures. »

« Oh que oui ! OOOOOH QUE OUI ! On va faire la tournée des boutiques ! Princesse ou non, hors de question que je zappe un magasin aujourd’hui ! »

Et la voilà en train de prendre le bras de Tery, l’empêchant de s’enfuir. Elle observa Héraisty qui s’arrêta quelques secondes avant de faire de même de son propre côté. Bon ben, y avait un côté positif dans tout ça, n’est-ce pas ? Même s’il sentait que ça allait être une longue journée, très longue journée, il n’avait pas vraiment à se plaindre de la situation actuelle. Bon … Allez, il avait à se faire pardonner pour le reste de la journée !

Chapitre 29 : Une idée absurde

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 29 : Une idée absurde

« Pourquoi est-ce qu’il a fallut que j’en parle ? Mais pourquoi ?! »

Il était en train de faire les cent pas dans sa chambre. C’est vrai. Maintenant qu’il avait évoqué cette idée à Elise, celle-ci cherchait absolument à savoir de quoi il parlait. Le problème, c’est que cette idée était risquée … très risquée.

« Elle comprend pas que je joue ma vie hein ? »

Elle n’a aucune idée des embrouilles dans lesquelles ils risquent de plonger en agissant de la sorte. Pour autant, en un sens, il veut lui faire plaisir. Il veut la rendre heureuse … et pour ça, il n’y a pas cinquante six solutions.

« Si l’empereur apprend que je suis responsable de tout ça … »

Et puis, il n’a pas encore donné les détails à Elise. Il lui a simplement dit qu’il y avait une chance qu’elle puisse retrouver Royan définitivement. D’un côté, ça lui facilitait aussi la vie à lui. Il n’aura pas penser à cette imbécillité de mariage.

« Pas qu’Elise ne soit pas une jolie fille … mais non. Ca ne se fait pas et je ne veux pas. »

C’était aussi simple que ça ! Elise était en couple avec Royan. Et voilà le fin mot de l’histoire. Plus besoin de tergiverser à ce sujet ! Il eut un petit rictus de dépit, se disant que ça ne serait pas une bonne chose dans le fond. S’il présentait son idée d’une mauvaise façon, à Elise, en privé, bien entendu, elle risquait de refuser, déclarant que ça serait trop dangereux et tout le reste. Bref, il ne voulait pas l’entendre, c’était tout.

Enfin ! Maintenant, il est l’heure de sortir et prendre un peu l’air. Et le voilà qui décide de quitter le château. Hmm … Bien entendu, il s’était promis de ne pas abandonner Elise mais … il avait besoin aussi de souffler un peu. Se préparant à quitter le château, voilà que deux mains vinrent empoigner son bras.

« Et bien, et bien … Où est-ce que tu comptais aller, Tery, tu peux me le dire ? »

« Elise … J’avais envie de me balader un peu hors du château. Je ne te l’ai pas proposé pour justement éviter les soucis. Tu as l’air d’avoir une bien meilleure mine par rapport à hier. »

« Roh … Vil flatteur que tu es ! Tu sais parler aux démones, toi, n’est-ce pas ? Plus sérieusement, j’ai réussi à dormir paisiblement maintenant que je vais mieux. Rien que la petite marche des derniers jours suffit à me fatiguer. »

« Alors, pourquoi tu ne vas pas te reposer ? Si je t’emmène en ville, je ne suis pas certain que ça va être très bon pour les rumeurs … mais aussi pour ton corps. »

« Il faut que je me forces et puis, tu as sûrement quelque chose à me dire, non ? »

Non. Pas en pleine ville, pas dans les ruelles ! Elle est complètement folle ou quoi ? Il la regarde en clignant des yeux. Le pire est quand elle est sérieuse comme maintenant ! Ca rend le tout complètement … aberrant. Pour autant, il fait un petit mouvement de la tête.

« Suis moi alors … et s’il te plaît, ne prends pas mon bras. Les démons vont vraiment se poser des questions. Surtout si des servantes ou soldats ont entendu nos conversations avec l’empereur. J’espère que non … en vue de ce qui a été dit. »

« Hahaha, pour ça, tu peux être sûr et certaine que personne n’a entendu. Mon père m’a déjà avoué qu’en fait, il est capable de créer une zone de silence autour de nous. Ainsi, personne ne peut entendre ce que l’on se dit mais par contre, l’inverse est possible. »

« C’est un pouvoir excellent ! Il a vraiment … de ces sorts qui sont utiles. »

« Héhéhé ! Je le sais, je le sais. Je trouve ça génial aussi mais bon … Disons qu’il y a tellement eut de soucis qu’il faut avoir recours à ce genre de stratagème malheureusement. »

« Pas besoin de plus de détails, Elise. Je crois que j’ai parfaitement compris ce que tu voulais dire. Hmm … j’espère que je pourrais retourner à la surface bientôt. »

Il n’avait aucune idée de quand la prochaine expédition aura lieu. A partir de là, il devait juste patienter … et surtout, est-ce qu’il sera pris ? Car ça ne s’était jamais réellement bien passé les précédentes fois hein ? Il préférait ne pas se faire trop d’illusions.

« Si ça pouvait tarder un petit peu … car j’aimerai bien y participer. »

« Je ne sais pas si c’est vraiment recommandé dans ton état, Elise. Mais bon, j’imagine que je parle dans le vent, n’est-ce pas ? »

« Hmm … Oui ? Qu’est-ce que tu disais ? Tu peux répéter ? » murmura t-elle tout en faisant un grand sourire en sa direction. C’était exactement ça.

« Fais donc la fière. Ah … Bon ben … Tu veux que l’on ailles voir Héraisty ? Ca fait assez longtemps … j’aimerai bien la tenir au courant … sans rentrer dans les détails. »

« Hmm, tu ne peux pas te passer d’elle, hein ? Bon … Allons-y alors. »

C’était tout simplement pour la tenir au courant, rien de plus, rien de moins. Il ne fallait pas s’imaginer des choses saugrenues, comme … il ne savait pas quoi exactement mais voilà, comme des choses comme ça, quoi !

Heureusement, Héraisty était plutôt contente de le voir, même si elle était étonnée de le voir accompagné avec Elise. La démone aux cheveux auburn fit un petit sourire accompagné d’une salutation, Héraisty venant les rejoindre, prenant sa pause.

« Tu peux te mettre absente quand tu le désires ? C’est pas mal du tout ça ! »

« Et encore, c’est juste parce que c’est Tery et vous, princesse Elise. Normalement, je ne peux pas quitter mon poste aussi aisément que ça. »

« Hahaha … Comme quoi, y a du bon à être une princesse dans le fond, non, Tery ? »

« Hmm … Disons que si c’est que pour ce genre d’avantages, je ne sais pas trop quoi penser. »

« Vous vous entendez bien … comme les rumeurs le signalent. Pour autant, Tery m’a toujours déclaré qu’il n’y avait rien entre vous. C’est vrai, n’est-ce pas ? »

« Oh ? Et pourquoi cela t’intéresses t-il, Héraisty ? » demanda aussitôt Elise avec un petit sourire mauvais, comme si elle s’amusait aux dépends de la démone.

« Simplement pour me renseigner. Cela reste une rumeur persistante … et en plus, d’autres évoquent le fait que le roi voudrait marier sa fille le plus tôt possible. J’ai cru entendre des rumeurs évoquer de nombreux nobles qui voudraient tenter leur chance. »

« Et bien, qu’ils continuent de tenter car je suis pas du tout intéressé par leurs petits jeux. J’ai beaucoup mieux à faire de mon côté ! »

Et voilà ! Elle se renfrognait sur place tandis que le jeune homme lui passait une main sur le sommet du crâne comme pour lui signaler que ce n’était pas bien grave. Bon ben, ils se mettaient en route ? Et s’ils s’éloignaient un peu de la ville.

« Si y a un petit souci, vous en faites pas, je pense que je tenterais de vous protéger. »

« Tu penses que tu tenteras ? Tu n’as pas plus rassurant dans le fond ? »

« Pas le moins du monde, Elise ! Mais bon, vous en pensez quoi ? Héraisty, tu es repartie en mission depuis que tu es venue nous chercher ? »


Il remarqua aussitôt le petit voile dans les yeux de la démone. Ah … Sujet peut-être un peu déplacé. Pourtant, il ne pensait pas à mal, comme d’habitude mais bon … Ce n’était sûrement pas suffisant. Il vint pourtant se rapprocher d’elle, léger sourire aux lèvres, lui tapotant à elle aussi le sommet du crâne en disant :

« Je m’excuse, ma question était sûrement déplacée … pour ne pas changer. »

« Non, non ! Ce n’est pas toi, Tery ! Simplement ,je sais parfaitement que … comme souvent, dès que j’ai fait un truc qui est bien, les autres n’apprécient que moyennement. Si tu veux tout savoir, je suis juste enfermée jour et nuit dans les bureaux, remplissant des dossiers sans en jamais voir réellement la fin. On sait parfaitement que c’est mon flair qui a réussi à vous retrouver mais cela ne plait pas du tout et voilà tout … »

« Ils devaient s’imaginer sûrement que c’était encore une bêtise et ils ont envoyé une « débutante prometteuse » pour qu’elle se plante. » complèta Tery comme s’il trouvait tout cela évident. « Dommage pour eux, ça s’est retourné contre leur personne et ton nom doit être sur toutes les lèvres depuis tout ce temps hein ? »

« Disons que j’ai ma part de célébrité mais que j’aimerai bien m’en passer. »

« Hahaha ! Je vois, je vois … Bref, mesdemoiselles, je vous promets de vous protéger si nous sortons un peu de la ville. De toute façon, on sait parfaitement que certains vont nous attendre, n’est-ce pas, Elise ? »

« AH ! Euh … Oui … C’est … vrai. Tu es certain, Tery ? »

Elle posait la question mais elle n’était clairement pas rassurée par tout cela maintenant qu’il en parlait. Pour autant, le jeune homme était là, en face des deux femmes à cornes. Il tapa du poing contre sa poitrine, déclarant :

« Si je vous dis que personne ne vous fera de mal, vous pouvez me faire confiance. »

« Je ne sais pas pourquoi tu veux absolument aller hors de la capitale … mais bon, d’accord. »

« Il en est de même pour moi, Tery. » compléta Héraisty. Il tapa dans ses mains avant de dire d’une voix enjouée :

« Alors, c’est parfait ! Ne perdons pas plus de temps que nous n’en avons. On va faire quelques petits achats si on a faim sur la route et zou ! »

S’il était motivé ? Bien entendu … Mais ses motivations étaient bien différentes de ce qu’il montrait aux deux femmes. Il avait envie de faire une petite purge et il comptait bien sur cet événement pour y arriver. Il savait que certains en voulaient à Héraisty pour son « ascension » et il avait même entendu l’empereur parler de récompenser la renifleuse responsable de cette découverte. Il avait alors évoqué l’idée de patienter un petit peu.

Quant à Elise, il n’était pas stupide. Il sentait parfaitement le regard de certains démons dans les rues. Et pas forcément des bons. Oui … Même parmi la populace de « base », certains avaient tout simplement envie que la princesse disparaisse une bonne fois pour toutes. Autant dire que ce n’était pas très appréciable comme nouvelle mais qu’il fallait pour autant s’y faire sans trop se poser de questions hein ?

Pour sortir, ce ne fut pas bien difficile mais plutôt long. Cela se voyait que ça commençait à dater le fait qu’il n’ait pas quitté la capitale depuis quelques temps. A la sortie, les soldats haussèrent un sourcil en voyant la princesse mais celle-ci fit un petit geste de la main pour signaler qu’il n’y avait aucun problème.

« Au moins, tout le monde ne veut pas te tuer dans les environs. »

« Tu peux arrêter avec tes paroles morbides, s’il te plaît ? C’est pas rassurant du tout quand tu t’exprimes comme ça, tu le sais pourtant, hein ? »

Il le savait mais cela ne le dérangeait pas le moins du monde. Un petit sourire aux lèvres et voilà qu’il prenait les devants par rapport aux deux femmes cornues. BON ! Mais en même temps, il restait sur ses gardes. Bien entendu, il avait pris ses armes et même si elle mettait un peu de distance avec eux … Clari, ou du moins la femme-golem, était dans les environs. C’est pourquoi il se sentait quand même un peu en confiance.

« C’est … toujours aussi différent … de sortir en y allant à pied qu’en utilisant un véhicule de locomotion. » murmura faiblement Héraisty sans pour autant se plaindre.

« Comme on dit chez nous : « La marche, c’est la santé ! » Ca ne peut faire que du bien à tes petits pieds que de faire quelques pas pour muscler tout ça. »

« Hey, ne me fais pas passer pour quelqu’un qui reste assis toute la journée sur un siège. »

« Tu sais parfaitement que ce n’est pas mon genre. »

Par contre, quelques minutes à marcher dans les environs et il s’arrêta tout simplement avant de pousser un léger soupir. Plaçant ses mains sur le sol, il murmura :

« Si vous voulez bien éviter de bouger, mesdemoiselles. Nous sommes arrivés à l’endroit que j’avais prévu. Bon bon bon … Clari … »

« Clari ? » questionna Elise en lui demandant ce qui se passait. Plusieurs cris fusèrent de tous les côtés en même temps qu’une bourrasque vint les entourer, faisant lever les chevelures d’Héraisty et Elise qui poussèrent des cris de surprise.

Plusieurs corps décolèrent dans les airs en même temps que Tery faisait sortir de nombreuses pointes de pierre, celles-ci quittant le sol pour venir se loger dans les corps sauf deux qui réussirèrent à éviter au dernier instant les attaques.

« Visiblement, y en a deux qui sont plus doués que les autres … mais vouloir absolument terminer votre boulot commencé … en ne faisant même pas attention aux alentours, je crois que vous me jugez vraiment très mal … Donc une leçon va s’imposer. »

« Sal … Salopard ! Depuis quand est-ce que tu le savais ?! »

« Qu’est-ce que vous pensiez que je faisais depuis le début ? Depuis que vous avez tenté de tuer Elise ?! Que je me tournais les pouces ?! Que j’allais vous laisser essayer une nouvelle fois ?! Je me suis renseigné, j’ai tendu l’oreille, j’ai écouté les rumeurs. Je ne sais pas quel membre de sa famille est responsable de cette attaque mais je finirais bien par le trouver … et vous allez m’y aider. »

« Tery … Tu commences un peu à me faire peur … tu sais ? »

« Elise … Je te promets que je vais te ramener à la surface. Ce monde ne te mérite pas et il vaut mieux que tu restes aux côtés de Royan. On te fera passer pour morte … ou capturée … mais il vaut mieux un mensonge que la réalité. »

Craquement d’os. Il a penché la tête sur le côté et il a le sourire mauvais … celui des jours où il valait mieux ne pas se lever. Il n’entend aucune voix mais cette rage que Manelena lui avait dit, il y a de cela des années, de focaliser sur une seule personne, cette rage était maintenant animée envers les deux assassins démoniaques qui se présentaient à eux trois.

« Je ne vais pas vous laisser échapper. Vous ne pourrez pas vous enfuir. »

« Nous enfuir ? HAHAHA ! Tu as été incapable de faire quelque chose de correct et c’est bien parce que tu n’étais pas là qu’elle a faillit y passer. On va juste réparer cette erreur et terminer le travail. Dommage pour la renifleuse, elle s’est entourée de mauvaises personnes. »

« Tery … Je voulais te demander … Est-ce que j’étais vraiment prévue pour ce piège ou non ? Fais attention à ce que tu vas dire. »

« Vu que c’est Elise qui voulait te rencontrer, la réponse est non … et désolé pour tout ça. »

« Tu n’as pas à l’être. Bon … Je ne crois pas être capable de me battre correctement, Tery. Je ne suis pas … vraiment faite pour ça … mais je devrais pouvoir me défendre. »

« Et je ne comptes pas attendre qu’ils viennent m’agresser, Tery. Tu peux compter sur moi. »

Pas besoin d’elles. Héhéhé. Il en était hors de question. Il venait de dire ouvertement son projet en ce qui concernait Elise. Même si le roi risquait de le haïr pour ça … même si l’empereur Malark allait sûrement chercher à le tuer ensuite, Elise allait retourner à la surface. Il s’en était fait une promesse … mais pour ça … MAIS POUR CA … Il fallait absolument briser cette envie de l’assassiner, même si ce n’était que temporaire.

Il poussa un grognement de mécontentement avant de se mettre à courir à toute allure vers son premier adversaire. Il ne devait pas attendre plus longtemps ! Ses mains étaient devenues des griffes de pierre alors qu’il cherchait aussitôt une ouverture sur son adversaire.

« Tsss ! Dire que ça devait se passer autrement ! Comme d’habitude, c’est moi qui va devoir tout arranger ! Je vous jure, ils sont incapables de se débrouiller seuls. »

Hum ? Le jeune démon aux cheveux bruns fit un mouvement sur le côté, esquivant au dernier instant ce qui semblait être un fil argenté … avec au bout une pointe ? C’était comme ça qu’ils se battaient ? C’est vrai … rapide et efficace si ça ciblait bien.

Sauf que ce n’était pas le cas actuellement qu’ils allaient se planter lourdement ! Il n’allait pas se laisser faire, loin de là ! Il était juste en train d’observer qu’Elise et Héraisty n’étaient pas en danger pas sa faute. Une erreur de sa part et ça pouvait très vite dégénérer … ce qu’il ne voulait pas du tout, loin de là.

« Finissons en dès maintenant. »

En fait, il n’avait pas à réfléchir. Il voulait juste exterminer ces types, non ? Alors, la question ne se posait pas. Il s’arrêta subitement avant qu’un pieux de pierre ne sorte du sol, imposant et énorme, le faisant grimper en direction du plafond de pierre.

« Tu crois vraiment que tes singeries vont pouvoir me stopper ?! »

« Pas le moins du monde … mais ça devrait permettre aisément de faire un peu de nettoyage de tout ça. Bye bye. »

Il avait posé une main sur le pieu de pierre sur lequel il se trouvait, celui-ci se fissurant avant que Tery ne fasse un saut pour se diriger vers le second assassin qui s’était déjà élancé en direction des deux démones.

Lorsque le pieu de pierre s’était brisé après le saut de Tery, voilà qu’une pluie d’aiguillons tombait du plafond, venant se planter de toutes parts dans le corps du démon qui ne put esquiver cela, mettant un terme à sa courte vie sans même qu’il ne puisse réagir et s’enfuir.

« NE BOUGES PAS DE LA, TOI ! CLARI ! »

« D’accord … Tery. » déclara une voix féminine, le jeune homme secouant la tête.

Il n’avait pas le temps de se demander s’il venait de rêver ou non. Alors qu’il remarquait que l’assassin cherchait à l’éviter avant qu’il ne tombe au sol, une lame d’air vint le trancher en deux. Et devant ses yeux grands ouverts, la pointe d’une griffe de Tery se logea dans son crâne, en terminant encore plus avec son existence.

« Merci … Clari. » chuchota simplement Tery, comprenant qu’en ayant agit de la sorte, elle l’avait tout simplement aidé. Mais il avait donné un ordre … et elle y avait répondu. Le truc, c’est que c’était exactement ce qu’il voulait.

Le problème … C’est qu’il avait bel et bien entendu une voix féminine lui adresser la parole. Pour autant, il se redressa, se tournant vers Elise et Héraisty. Dommage pour elle mais elles n’auront pas à se battre … que ça leur plaise ou non.

« Vous allez bien les filles ?! » cria Tery avant de se positionner face au cadavre tranché en deux du démon le plus proche de lui.

Fichu assassin, il n’avait eut que ce qu’il méritait de toute façon. Mais l’heure n’était pas venu au crachat sur ce cadavre. La femme golem … Clari … Il n’avait pas rêvé. Elle avait pris la parole, n’est-ce pas ? Pour autant, en venant vers elle, il murmura :

« J’imagine que tu ne va pas m’adresser la parole … hein ? Tu peux juste me signaler où sont ceux qui ont été attaqué par surprise ? Il y en a peut-être un encore en vie. »

Et voilà que la femme golem désigna un endroit d’un doigt de pierre. Sans se préoccuper plus d’Elise et Héraisty, le jeune homme cornu se dirigea vers la zone pointée du doigt, poussant un léger marmonnement en regardant les corps au sol.

« Ca sert à rien, ils sont complètement morts. Pff … Bien entendu ! Il fallait s’en douter dans le fond … Tsss …Bon … Pas grave. »

Il valait mieux retourner auprès des deux démones même si en voyant le regard d’Elise, il comprenait qu’elle n’appréciait pas du tout ce qui venait de se passer. Pour autant, il balaya l’argument non-dit d’un mouvement de la main :

« Tu pourras m’en vouloir … mais ces assassins ne te poseront plus de soucis. Entre ceux-là et les précédents qui ont tenté de te faire du mal, ils éviteront de te chercher des noises dorénavant. Comme ça, c’est fait et ils vont très vite se calmer. »

« Ce n’est pas ça … J’aime pas être utilisée de la sorte, Tery. Je pensais que tu voulais te détendre un peu. Au final, tu m’as emmené directement dans un piège ! »

« Non … Je t’ai utilisée comme appât et j’en suis désolé … mais tant que je n’avais pas leurs morts, je n’aurai pas réussi à me calmer. Pardon. »

Il n’était pas réellement désolé … mais un peu soulagé. Il avait réussi à éliminer ces enfoirés. Cela ne voulait pas dire que c’était terminé … mais à côté, cela allait calmer le jeu pour quelques instants. Et puis, Elise n’avait pas évoqué encore ce qu’elle pensait de son plan. Il n’allait pas s’en plaindre. Et Héraisty dans tout ça ? Il n’en savait trop rien … mais il était maintenant d’une humeur de chien et elles aussi. Ah … Mauvaise journée que voilà.

Chapitre 28 : IL

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 28 : IL

« Ah … Bon … Ce n’est pas tout ça mais ça fait du bien. »

Il était couché dans son lit. Il regardait le plafond. Elise n’avait plus besoin de sa présence. Elle avait reçu l’autorisation de s’en aller. Enfin, de pouvoir bouger. Mais maintenant, il fallait un peu de temps pour qu’elle puisse être rééduquée. Même si ça ne faisait qu’une dizaine, quinzaine de jours, ça ne changeait en rien ce qu’il pensait.

Cette histoire était vraiment absurde … et les comportements d’Elise et de l’empereur n’étaient pas franchement mieux. Pour autant, il cherchait à cerner le fond de cette histoire … pour essayer d’y trouver une part de faux et de vrai. Il n’avait pas envie que ça continue ainsi. Il n’avait pas envie … que ça se passe de la sorte. Il y avait un problème, il en était sûr et certain. Le truc, c’était juste … de trouver les solutions.

« Et la solution de me forcer à épouser Elise, ce n’est pas vraiment la meilleure qui soit. »

Bon, ce n’était pas tout ça mais il valait mieux se lever, faire sa toilette et aller retrouver Elise dans sa chambre. Comme d’habitude même si exceptionnellement, ce qui sonnait ironique dans sa tête, il avait juste laisser Clari avec elle. Une mesure de sécurité plus si exceptionnelle maintenant. Des précautions, voilà tout.

« Ah … J’espère que tout va bien de ce côté. »

Mais il refusait dorénavant de la laisser seule … sauf que dormir avec elle, cela risquait de déboucher sur des événements qu’il préférait éviter, tout simplement. Toquant doucement à la porte, il demanda à Elise si elle était réveillée. La voix de cette dernière de l’autre côté de la porte lui signala que oui et il pénétra à l’intérieur avant de s’arrêter puis de se retourner pour fixer le bois de la porte.

« Je vais finir par croire que tu le fais exprès sur le coup, j’espère me tromper. »

« Tu te trompes lourdement. Je voulais juste … voir si je peux me débrouiller seule … mais ça tire un peu sur les muscles et c’est assez épuisant, je dois avouer. »

Hmmm … Il pouvait la comprendre légèrement. Ce n’était pas une raison pour avoir la poitrine à l’air pour se laver. Généralement, les servantes étaient là pour ça non ? Encore qu’en vue de la situation, on ne pouvait même plus faire confiance aux servantes.

« Tu as besoin d’aide pour te rhabiller ou non ? »

« Hmmm … Et tu disais ne pas être intéressé par mon corps, est-ce que cette vue te plaisait plus que tu ne le veux l’avouer ? »

« S’il te plaît ! Ne raconte donc pas de bêtises … C’est assez déplaisant en soi. »

« Pourquoi est-ce que tu penses que je parle d’une bêtise ? Maintenant, tu vas presque croire que j’ai fait exprès de me trouver dans cette position pour t’attendre. »

« Si c’était le cas, ça serait franchement stupide si quelqu’un d’autre rentrait à ma place. »

« C’est exact même si normalement … personne n’est autorisé à me voir ou presque. Tu as bien vu que je n’ai même pas de garde du corps, non ? »

« Hmm … Tu risquerais de vexer Clari en parlant de la sorte, tu le sais hein ? »

« Oups ! C’est pas faux. Désolée, Clari. Ce n’était pas voulu. » dit Elise tout en rigolant, Tery finissant par se retourner … puis refaire demi-tour sur lui-même.

« Au lieu de proférer des bêtises, tu ne crois pas que tu pourrais faire quelque chose … pour tes vêtements ? Genre, je ne sais pas … t’habiller ? »

« Hmmm … Pourquoi ? Est-ce que la vue te dérange tant que ça ? J’en suis plutôt fière et … qu’est-ce que je racontes ? Ah … »

Elle avait plutôt honte de son corps là. Elle n’avait pas besoin de faire ça, loin de là ! Enfilant rapidement ses vêtements, elle poussa un petit gémissement de douleur avant de s’exclamer d’une voix enjouée :

« Ca pique un petit peu mais ça devrait aller ! Je suis prête, Tery ! On peut y aller ! »

« Tant mieux alors. Ne perdons pas plus de temps que ça donc. »

Et le voilà quand même à la hauteur de la demoiselle. Il lui prend le bras, l’invitant à rester près de lui tout en regardant Clari. Il fait un petit mouvement de la tête, amusé avant de dire d’une voix plus enjouée qu’auparavant :

« Clari, tu veux bien nous accompagner ? On va faire les premiers pas avec Elise. J’imagine que tu ne veux pas rater ça, n’est-ce pas ? »

« Comme si elle allait te répondre, Tery. Ah … Et ne te moque pas d’une infirme ! »

Elle lui tapota doucement le bras de sa main libre mais poussa un petit gémissement plaintif. Elle était pas assez en forme pour ça alors qu’elle évite, non ? Mais bon, il faisait quand même attention, il se préoccupait réellement d’elle.

« Je n’ai pas envie que tu te fasses mal, d’accord ? Et si nous aillons voir ton père ? »

« Hmm. Il sera ravi de voir que je peux marcher donc pourquoi pas ! »

Elle avait prononcé cela sur un ton enjoué qui ne laissait pas de place au doute sur ses sentiments. Elle était vraiment heureuse de pouvoir enfin quitter cette chambre. Même s’il y avait des fenêtres, ça n’empêchait pas que prendre l’air par soi-même, non enfermée entre quatre murs, c’était vraiment une sensation grisante.

« Ca ne t’embête pas si on s’installe sur un banc pour quelques minutes ? Mon père a toute la vie devant lui et moi … j’ai envie de profiter du soleil artificiel … C’est beau comme invention mais sincèrement, ça me rend un peu triste. »

« C’est sûr que ça n’a rien à voir avec celui de la surface … qui peut être étouffant. »

« Hahaha ! Tu marques un point, Tery. Mais bon … Même si artificiel, ça fait du bien. »

Et autant en profiter longuement et pleinement. Ca ne pouvait qu’être appréciable. Ils restèrent ainsi pendant plusieurs minutes, Tery empêchant Elise de s’étirer plus que nécessaire. En vue de l’état de son corps, on allait éviter de trop tirer dessus hein ?

« Messire Tery ! Messire Tery ! L’empereur veut vous parler ! »

C’est étrange. Il n’avait pas déjà entendu cela dans le passé ? Il releva son regard vers le soldat qui semblait toujours aussi effrayé. A croire que c’était toujours le même et que le fait que l’empereur parle ou quémande quelque chose le mette dans tous ses états. Enfin bon, ce n’était pas l’heure de trop s’interroger sur ça.

« Est-ce que la princesse peut m’accompagner ? Ou il a demandé uniquement moi ? »

« Euh … Euh … Je n’en sais rien exactement. Je suis vraiment désolé … »

« Bon ben … Elise ? Allons voir ton père alors … Il sera sûrement heureux de te voir marcher et aller le rencontrer. Prends ma main ? »

Hmmm ? Elle le regarda avec un petit sourire amusé. Ce n’était pas lui qui voulait éviter que les gens se fassent des idées ? Alors qu’en demandant cela devant un soldat qui semblait du genre à lancer quelques phrases avec des sous-entendus sans s’en rendre compte, ils n’allaient pas vraiment arranger leurs affaires ? Hahaha !

« Puisque c’est proposé si gentiment, je ne vois pas pourquoi je refuserais cela. »

Et la voilà en train de s’aider de sa main pour se remettre debout. Par « inadvertance », elle tomba dans ses bras, Tery la réceptionnant en haussant un sourcil. Il demanda si elle allait bien, Elise murmurant qu’elle avait eut un léger vertige mais que ça venait de passer.

« Tant mieux alors … je ne veux pas que tu aies plus de problèmes, hein ? Nous pouvons y aller dès maintenant. Allons voir ce que ton père nous veut. »

Et les voilà tous les deux partis, suivant le soldat qui avait pris l’habitude de guider Tery jusqu’à la salle du trône. Encore qu’à force d’être convoqué, lui-même pouvait se repérer dans les couloirs du château sans aucun problème. Mais là n’était pas la question et il valait mieux ne pas faire trop traîner tout cela.

« Si … Si vous voulez bien rentrer, merci. »

Rah. Ce soldat avait vraiment besoin de se sentir plus rassuré. Le roi n’allait pas le foudroyer sur place s’il n’avait rien faire de mal. Pénétrant dans la salle du trône, accompagné par Elise, Tery vint tout simplement avancer en même temps que la voix de Malark se faisait entendre dans l’imposante salle où encore une fois, les gardes n’étaient pas présents :

« Vous voilà … Je m’attendais exactement à ce que ma fille t’accompagne, Tery. »

« Hahaha, empereur Malark, je voulais qu’elle se montre à vous pour prouver sa santé. »

« C’est une bonne idée. Je l’approuve … et je suis heureux de voir que tu vas bien, ma fille. Cela a été assez rude et je sais … pertinemment que ces assassins sont partis avec l’idée de vouloir te ôter la vie. Mais je tiens à te rassurer, mes enquêtes avancent vite et bien. Nous allons trouver le responsable de tout ça … et sa punition sera publique. »

« Euh … D’accord, père. Mais vous savez, était-ce pour cela que vous vouliez parler à Tery une nouvelle fois ? Enfin, ça me semblerait étrange. »

« Non, ce n’est pas cela. Je veux … savoir sa réponse par rapport à ma proposition. Je lui ait laissé un peu de temps pour y réfléchir. »

« Et ma réponse sera la même, empereur Malark. Je ne peux pas faire cela avec votre fille que je considère comme ma sœur après tout ce temps passé ensemble. »

« Hum … C’est vraiment … ennuyeux, tu sais ? »

Et même s’il appuyait sur le ennuyeux, ça ne changerait pas sa réponse. Même s’il ressentait un certain effroi en voyant l’empereur se lever de son trône, il tiendrait bon. C’était tout simplement inconcevable.

« Je le sais parfaitement mais bon … Je vous ait expliqué hier qu’à la surface, un jeune prince de Traslord attend Elise. Ils sont amoureux tous les deux. »

« Elise … Je veux la vérité à ce sujet. Est-ce que tu penses à ce dénommé Royan dont nous avons parlé, toi et moi ? »

Un ton neutre, peut-être trop … et un regard froid … Pourtant, comme lui, Elise le soutient sans broncher. Elle n’est pas le genre de demoiselle à se laisser marcher sur les pieds.

« Il est vrai qu’avoir un enfant avec Tery ne me dérangerait pas … mais … mes sentiments envers Royan se sont renforcés lorsque nous nous sommes rencontrés à nouveau sur le champ de bataille. Il en est de même pour Tery de son côté. Et … Tery m’a appris au sujet de mes frères et sœurs … et ce que vous comptiez faire des deux derniers. Vous aviez omis ce petit détail, père. Pourquoi cela ? »

« J’ai remarqué aisément que tu étais attaché à eux. Te parler de Wandy et Zalek me semblait parfaitement inutile dans une telle situation. »

« Pourtant, vous parliez … de leur retirer la vie. Ce n’est pas inutile. Je ne peux pas accepter cela. Zalek et Wandy sont encore jeunes. Ils peuvent devenir des démons très respectables. Il suffit juste d’un bon entourage. »

« Il n’y a pas de bon entourage. Ces deux enfants sont parasités par leurs aînés. D’ici quelques années, ils seront comme eux et ne penseront qu’au trône, n’hésitant pas à poignarder quiconque se mettra en travers de leur chemin. »

« Ca, c’est si je ne m’en mêle pas … et si Tery non plus. D’ailleurs, si vous voulez un membre de la famille royale qui semble avoir des sentiments pour Tery, ce n’est pas de mon côté qu’il faut aller voir mais de celui de Wandy, n’est-ce pas, Tery ? »

« Elise ! Tu … Tu n’es pas obligé de parler de ça d’accord ? »

« Wandy … et Tery ? Mais elle est un peu jeune pour cela. Mais surtout … est-ce vrai, Tery ? Que la plus jeune de mes filles porte des sentiments à ton encontre ? »

Et comment est-il sensé répondre à cela ?! Oui bien sûr ? C’était complètement stupide ! Pour autant, comme souvent, il vaut mieux ne pas détourner la vérité et la tête lorsque le monarque du royaume s’adressait à vous.

« J’ai bien remarqué cela aussi de mon côté … mais après, elle est très jeune et je pense plutôt qu’elle ne s’attendait pas à rencontrer un demi-démon comme moi, c’est tout. Je suis sûr et certain que ça lui passera. »

« Il faut que jeunesse se fasse. Quant à Zalek, qu’est-ce qu’il pense de toi exactement ? » demanda une nouvelle fois le monarque. Mais zut ! C’était un interrogatoire ou quoi ?!

« Pas grand-chose, je dirais. Le fait que j’ai perdu contre son grand frère l’a sûrement déçu donc bon … ça se comprend en un sens aussi. »

« Tu te trompes complètement, Tery. J’ai discuté avec Zalek et il a trouvé ça génial que quelqu’un puisse tenir aussi longtemps contre Haiktos. C’est pour ça qu’il te soutient complètement en espérant que tu arriveras à le battre la prochaine fois. »

« Je comprendrais jamais les enfants … après, je n’étais pas très social quand j’étais plus jeune, je suis pas vraiment le mieux placé, il faut avouer. »

Il eut un petit sourire triste. C’était pas vraiment la période la plus reluisante de son existence … encore que le reste, à base de combats et autres, ce n’était pas réellement mieux. Qu’est-ce qu’il avait fait concrètement pour ce monde ?

« Ce prince … ou roi de la surface, d’après la description de ma fille, il est très sérieux, est-ce que tu confirmes cela, Tery ? »

« C’est exact … Je dirais même peut-être un peu trop. Il faut comprendre qu’il a perdu ses parents il y a très longtemps et qu’il régnait sur une partie du royaume de Traslord il y a encore quelques années. Malheureusement, ses frères se sont faits assassinés et en tant qu’unique survivant de la famille royale, il a été obligé de se replier sur lui-même. Pour tout vous dire, lorsque nous l’avons rencontré à la surface, il était comme fou à lier … et vouait une haine sans merci envers les démons. »

« Tery ! Tu ne m’aides pas vra … » commença à dire Elise, choquée par les propos du jeune homme aux cheveux bruns. Pour autant, elle fût arrêtée d’un mouvement de la main par son père, Tery reprenant la parole :

« Il m’en voulait car j’avais enlevé Elise indirectement. Je dois vous avouer que j’ai l’impression parfois de perdre la tête et d’entendre une voix. Mais bref, pour retourner sur le sujet, lorsqu’il a revu Elise, je crois qu’il est redevenu comme avant … et je suis sûr et certain que si nous prenions le temps de discuter avec le royaume de Traslors et de Shunter, il serait possible de trouver un arrangement. Sincèrement … ça serait une bonne chose. »

« Il faut que j’y réfléchisses … La pureté de la lignée … est en jeu. »

« Empereur Malark, je vous rappelle que c’est vous qui avez désiré que … vous préfériez éviter que cette lignée reste trop pure … en vue des dégâts qu’elle a causé. »

« C’est exact … mais en même temps … je pensais plus à une relation entre deux demi-démons qu’avec … un étranger. Et en même temps, prince ou non, cette personne provient de la surface. Pourquoi devrais-je ternir mon sang avec lui ? »

« Royan est un jeune homme bien sous tous les rapports. Alors que bon nombre de nobles, rois et autres, préféreraient rester chez eux, à l’abri, bien au chaud, il n’a pas hésité un seul instant à voyager avec nous et à se mettre en danger. Il en est de même pour la reine de Shunter. Sincèrement … Il … »

« Assez, Tery. Je sais que cela te déplaît grandement d’épouser ma fille mais tu deviens très voire trop pressant, cela en est exaspérant. »

« Pardonnez-moi, ce n’était pas désiré … simplement … »

« Ah … Cela me fait penser qu’IL ne serait pas heureux de la tournure des évènements. IL n’accepterait pas que ça se passe ainsi. »

Tery haussa un sourcil, remarquant que le monarque appuyait bien sur le IL dans ses propos. De qui parlait-il ? Enfin, qui était ce fameux IL ? Surtout que le roi Malark le regardait précisément lorsqu’il prenait la parole :

« IL est notre raison … et SES paroles nous ont permis de tenir le coup. »

« Pardonnez-moi, empereur Malark mais de qui parlez-vous exactement ? » questionna doucement le jeune homme, cherchant à obtenir une réponse précise.

« Pour l’heure, tu n’as pas besoin d’en savoir plus. J’en ait eut la confirmation ces derniers mois, lorsque tu es arrivé aux côtés de ma fille. Et de ce que je comprends et conçois, il semblerait que ça soit bien ce que j’imaginais. »

« Et … quand est-ce que je pourrais en connaître plus sur ce fameux IL ? »

« Sache simplement une chose, tout est relié. Le fait que tu sois capable de donner vie aux golems d’une telle qualité est l’une des preuves les plus concrètes qui existe. »

« D’accord, d’accord. Je ne peux pas poser plus de questions … mais est-ce que vous allez réfléchir à ma proposition ? Je suis certain … que cela mérite de s’interroger. Peut-être devriez-vous en discuter avec quelques nobles pour savoir ce que les familles en pensent ? »

« Tery Vanian, évites donc de me dicter ma conduite. Cela pourrait mener à ta perte. » murmura le monarque, Tery s’immobilisant en déglutissant. Dire qu’il ne pensait pas à mal ! « De toute façon, pour l’heure, il me faut régler un premier problème … d’importance majeure. J’ai évoqué qu’il fallait un exemple … et je vais avoir besoin de toi, Elise. Tery, tu l’accompagneras à ce moment précis. Ca ne devrait plus être très long. »

Hochement de tête de la part de Tery et Elise. De toute façon, ils ne pouvaient pas refuser les propos de l’empereur. En vue de la situation actuelle, ça serait un peu trop risqué et dangereux que de chercher à le contredire. D’ailleurs, le ton utilisé par l’empereur était vraiment sombre … et assez sinistre en même temps.

« Père ? Est-ce que je peux parler avec Tery seule à seul maintenant ? Si cela ne vous dérange pas, bien entendu. Nous nous sommes tout dit, non ? »

« C’est exact. Je vous libère. Vous pouvez disposer maintenant. »

Nouvel hochement de tête et Elise prit la main de Tery pour l’emmener à part. Dès qu’ils furent assez éloignés, elle poussa un profond soupir de soulagement, le regardant droit dans les yeux avant de dire d’une petite voix :

« Ca m’a vraiment mise mal à l’aise la situation, pas toi, Tery ? Et puis, vu comment il était en train de réagir, j’ai préféré assurer le coup, je pense que tu l’as remarqué, n’est-ce pas ? »

« Oh que oui … Mais pourtant, ce n’était pas avec de mauvaises intentions, tu le sais, non ? »

« Je le sais … Je le sais … et j’ai vraiment envie de revoir Royan mais … je préfère me faire une raison. Tu as bien vu ses réactions, non ? »

« C’est sûr que j’ai connu bien plus enthousiaste entre nous, si tu veux tout savoir. » répond le jeune homme aux cheveux bruns, passant une main dans ces derniers d’un air embarrassé.

« Je ne sais pas le fin mot de l’histoire mais si c’est comme on le pense, il n’apprécie guère la surface à cause de cette histoire vieille de plusieurs millénaires, comme les nombreuses familles nobles qui se terrent au plus profond sous la surface, dans la capitale, ça va être très difficile de le faire changer d’opinion à ce sujet. »

C’est bien pour ça qu’il tentait dès maintenant de résoudre ce conflit. Plus tôt on s’y prenait, mieux ça sera … et surtout, plus vite ils trouveront des solutions correctes. Ah … Dans le pire des cas, il a une idée … mais il valait mieux la travailler.

« Tu as l’air songeur, Tery. A quoi est-ce que tu penses ? »

« Hmm … A un moyen pour retrouver Royan et les autres à la surface. Mais pour ça, autant dire que ça ne va pas être aisé. Je vais devoir te laisser aussi, Elise. »

« Euh … Bon ben, d’accord ? Si y a un problème, tu sais … où me trouver. Est-ce que tu peux me raccompagner quand même ? Dans ma chambre ? »

Il la regarda, remarquant qu’elle restait non-loin de lui. Ah oui … Bien entendu, elle était pas forcément prête à se balader toute seule, sans aucune surveillance. Doucement mais sûrement, il lui prit le bras, l’invitant à le suivre pour qu’ils puissent retourner dans la chambre de la demoiselle.

« Ne t’en fait pas … comme promis, je vais te protéger. » lui chuchota Tery, Elise lui faisant un petit sourire, les joues rougies par la gêne. Tant mieux. C’est ce qu’elle voulait entendre.

Chapitre 27 : Refus envers la royauté

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 27 : Refus envers la royauté

« Ah … Je ne peux pas rester là sans rien faire, je suis désolé, Elise. »

« Hmm ? Tu es désolé de quoi ? Tu as quelque chose à t’excuser à mon encontre ? Déjà que tu passes toutes tes journées après moi depuis presque une semaine … est-ce que tu as prévenu Héraisty ? Que tu ne pouvais pas la voir ? »

« C’est déjà fait, ne t’en fait pas. Je me suis excusé bien entendu mais la priorité restait sur ta personne. Et puis, ça s’est bien passé avec ton père ? »

« Je ne … sais pas trop. » dit-il d’une voix un peu distante, détournant la tête. C’était peut-être du domaine du privé et royal. Il haussa les épaules, ne cherchant pas à en savoir plus. Il posa juste une main sur le crâne d’Elise, disant :

« Ne n’en fait pas, je ne vais pas te forcer, loin de là. »

« Non, non ! Je pense plutôt que l’empereur viendra te voir personnellement à ce sujet, dès qu’il aura le temps. Nous avons évoqué diverses choses … et en un sens, cela te concerne. »

Il ne savait pas s’il devait avoir confiance en son instinct à ce moment précis ou non … mais quelque chose l’alertait. Il ne savait pas trop quoi mais … ce n’était vraiment pas bon. Il poussa un léger grognement de mécontentement.

« Ne t’en fait pas hein ? C’est juste que … enfin, c’est compliqué ! Tu verras par toi-même. »

Elle disait cela mais ce n’est pas pour autant qu’il est plus rassuré. Son instinct continue de lui dire de se méfier car il ne sait pas du tout ce qui risque de l’attendre. C’est juste une mesure de précaution, rien de plus … Ah …

« Tu ne me fais pas confiance, Tery ? C’est un peu vexant hein ? »

« Sinon, Clari ne te dérange pas trop ? Je veux dire, comme gardienne, elle est vraiment géniale mais peut-être que sa présence t’embête. Comme je ne peux pas dormir avec toi, le fait de te la laisser chaque soir … j’espère que ça ne t’embête pas. »

« Non, non … Sa présence est même rassurante … mais j’ai peur pour toi. Tu es sans protection et … tu as un peu mauvaise mine. Je n’osais pas t’en parler mais ton visage est un peu effrayant. Est-ce que tu dors correctement ? »

« Ne t’inquiète pas à ce sujet. Je passes mes soirées dans quelques bouquins, rien de plus, rien de moins. Ils sont plutôt intéressants. »

« Oh ? Des livres ? Sur quoi exactement ? » dit calmement la jeune femme aux cheveux auburn, comme subitement intéressée par les propos de Tery.

« Les golems, je voulais juste terminer ceux que je n’avais pas encore fini. Disons que … ça me permettait de me concentrer sur ça et non autre chose. »

« D’accord, je vois. Ce n’était pas vraiment une bonne idée que je pose la question. »

Hahaha. Il eut pourtant un petit rire. Ce n’était pas de sa faute. Il ne pouvait pas lui signaler qu’il recherchait un moyen de devenir non pas plus fort … mais avoir plus de titres. Un titre de noblesse mais pas seulement … Il voulait obtenir différents titres, devenir un grand du monde souterrain. Sa raison était très simple …

En arrivant au sommet, plusieurs branches s’ouvriront à lui. Il pourra alors mettre la main sur la personne derrière cette tentative d’assassinat. Mais bon … ce n’était pas pour tout de suite. Il n’avait aucun réel titre dans le fond. Et donc, sans aucune base, difficile de pouvoir faire quelque chose de correct.

« Tu as l’air un peu pensif, Tery, qu’est-ce qu’il y a ? »

« Hmm … Je ne sais pas. Dis … Peut-être que toi, tu connais un peu ? Est-ce que les titres de noblesse et autres, c’est possible de les obtenir d’une façon ou une autre ? Ou alors, c’est à la naissance et on ne peut rien changer à ça. »

« Euh … Je n’en sais trop rien … mais tu es déjà un peu noble non ? Enfin, tes grands-parents, tu as oublié ? Mais pourquoi est-ce que tu me poses la question ? »

« Hmm … Pour pas grand-chose, rien de bien important. Puis le souci, c’est que c’est un titre de noblesse à la surface. Je parlais d’un titre de noblesse démoniaque, ce n’est pas pareil, tu vois ce que je veux dire hein ? »

« Oui, oui, bien entendu, je vois parfaitement où tu veux en venir. Mais … Pourquoi est-ce que tu te poses la question ? »

« Non, pour rien du tout. Merci, j’ai eut les réponses que je voulais de ta part. Est-ce que tu veux que j’aille te chercher à manger ? »

« Tu sais aussi bien que moi qu’on vient me ramener de quoi me « sustenter ». »

Elle avait appuyé sur le dernier mot, bougeant légèrement sa main comme pour bien expliquer qu’elle se moquait grandement du terme utilisé. Pour autant, il n’avait pas le coeur à sourire, disant calmement :

« Je vois, je vois … Enfin bon ! Je vais aller prendre un peu l’air. D’ailleurs, tu ne peux pas sortir encore ? Car ça te ferait du bien. »

« De ce que j’ai cru comprendre, c’est justement aujourd’hui que tout est décidé. Mais merci de veiller sur moi, Tery. Tu peux t’en aller. »

« Merc bien, chère princesse Elise, vous êtes ma foi très agréable avec moi. » dit-il en se mettant debout, faisant quelques courbettes tout en exagérant.

« Blablabla. Ne jouez donc pas avec ma gentillesse, sieur Tery. Vous risqueriez de vous en mordre les doigts, sachez-le. Déjà que vous passez beaucoup trop de temps avec ma personne, n’en profitez-vous donc pas trop ? »

« Oh ! Vous savez aussi bien que moi que ce n’est pas le cas ! » s’exclama t-il avant de partir.

Et maintenant, il se promenait dans les couloirs. Clari était restée avec Elise, comme convenu. Mais ça ne voulait pas dire qu’il allait se tourner les pouces, loin de là. Le jeune homme avait beaucoup d’idées en tête et …

« Messire Tery ! Messire Tery ! L’empereur Malark souhaite vous voir de toute urgence ! »

Un soldat affolé … encore un. A croire que dès qu’il s’agissait de l’empereur, l’effroi et la terreur envahissaient le corps de chaque démon. Il regarda le soldat droit dans les yeux avant de dire d’une voix calme et lente :

« Pas de soucis. Je viens tout de suite alors. »

Et il valait mieux obéir de toute façon, s’il tenait à la vie hein ? Il suivit le soldat qui vint le guider jusqu’à la salle du trône. Dernièrement, ce n’était pas comme s’il ne connaissait le chemin. Qu’est-ce que l’empereur avait à lui dire de si important ? Il ne tarda pas à le découvrir … lorsque l’empereur était debout, comme prêt à bouger.

« Suis-moi, Tery. Nous avons à discuter … et je pense qu’il vaut mieux que nous fassions une longue marche pour cela. Il s’avère que cela concerne Elise. »

Il avait retrouvé un semblant de calme, ce qui voulait dire que la situation était moins alarmante que précédemment. Bon, ça ne changeait pas une chose : la situation restait franchement très déplaisante ou presque. Car oui, il avait l’impression que ce dont allait lui parler le roi allait être guère réjouissant.

« J’ai pris des nouvelles de ma fille. Je ne peux pas la voir autant que je le voudrais mais … je préfère la laisser se reposer tout en étant surveillée par toi, Tery. »

« Elle devrai pouvoir sortir de la chambre d’ici aujourd’hui ou demain, empereur Malark. C’est ce que j’ai cru comprendre d’après ses propos. »

« Excellent … Ah … Les plus jeunes de sa fratrie m’ont envoyé des messages alarmés quand ils ont appris à son sujet. Est-ce qu’elle a eut le temps de leur répondre ? »

« Euh … Je ne me suis pas posé la question mais il est vrai que je l’ai vue écrire une ou deux lettres. J’imagine qu’elle l’a fait. Comment est-ce qu’ils se portent ? »

« Wandy et Zalek sont encore très jeunes. Ils sont tous les deux ensemble. Mais ils se portent bien même s’ils désirent revenir au château le plus tôt possible. Pour autant, ce n’est pas de ça dont je voudrais te parler, Tery Vanian. »

« Je vous écoutes … Vous pouvez me dire tout ce que vous voulez. » murmura Tery. Ils allaient donc passer aux choses sérieuses tout de suite.

Cela ne faisait que cinq bonnes minutes qu’ils marchaient tous les deux dans les couloirs. Il remarquait que l’empereur se déplaçait toujours dans des zones où aucun garde ne se trouvait. Est-ce qu’il … non. C’était ridicule de croire qu’il allait le tuer. Il n’avait rien fait pour mériter un tel sort et l’empereur, sauf s’il cachait bien son jeu, ne donnait pas cette impression de vouloir le tuer. Enfin, tant mieux en un sens hein ?

« Tery Vanian … Je veux que tu donnes un enfant à ma fille Elise. »

« Hum … Euh … Ramener un enfant à Elise ? Mais pourquoi faire ? »

« Non, tu m’as très mal compris. Je te demandais … de féconder ma fille et de lui faire porter le fruit de votre union. »

Non ! C’est pas qu’il avait mal compris ! C’est surtout qu’il avait espéré avoir mal entendu ! Qu’est-ce que ça voulait dire ? Etait-ce une mauvaise blague de la part du monarque ? Non, ce n’était vraiment pas son genre mais … qu’est-ce que … enfin une explication crédible !

« Mais mais mais … Attendez. Pourquoi cela ? Qu’est-ce que … Enfin pourquoi ? Mais comment est-ce que … »

« Je veux que cet enfant devienne le futur monarque de ce royaume. »

Là, il était vraiment obligé de s’arrêter. Il avait l’impression que sa tête allait exploser avec l’information qu’il venait d’obtenir. Le monarque du royaume des félémons lui demandait d’engendrer une progéniture avec Elise. Elise, la démone qu’il connaissait maintenant depuis pas mal de temps. C’était une blague, n’est-ce pas ?

« Mais pourquoi moi ? Pourquoi cela ? Je … Enfin, je voudrais bien comprendre, vous savez. Je ne peux pas dire oui comme ça … et puis même … enfin ! Voilà ! »

« J’y ait longuement réfléchit et je pense que c’est la meilleure solution possible. »

« Mais mais mais … Et Elise dans tout ça ? Qu’est-ce qu’elle en pense ? On ne peut pas forcer ça et … même si je l’apprécie énormément, ce n’est pas possible pour moi de … »

« J’imagine qu’il t’en faut plus que ça pour te convaincre. C’est pourquoi nous marchons tous les deux. Quant à ma fille, elle est au courant et elle a accepté. »

« Elle a accepté ? Malgré tout … Malgré Ro … Ah … Désolé, empereur Malark, il me faut un peu de temps pour assimiler tout ça. Ce n’est pas vraiment ce à quoi je m’attendais. J’espère que vous comprendrez que j’ai … un peu de mal. »

« Peut-être devrais-je te donner plus d’arguments pour te convaincre ? Tout d’abord, comme signalé, Elise est au courant et a accepté. Elle m’a même signalé que tu serais l’unique démon avec lequel elle serait d’accord. Cela ne sert à rien de chercher des prétendants. »

« Mais mais mais … Est-ce qu’elle vous parlé de la personne à la surface ? Du nom de Royan ? Je pensais que c’était le cas … et pareil pour moi. J’ai … une femme … Enfin, j’avais … du nom d’Elen. Je ne peux pas, vous comprenez. »

« La surface n’est pas faite pour les démons comme nous. Que les portes démoniaques soient ouvertes ne doivent pas interférer avec mes projets. Pour autant, ce n’est que le premier argument. Est-ce que tu te sens prêt à écouter les autres ou non ? » demanda l’empereur alors qu’il reprenait la marche. Ils étaient non-loin des jardins royaux, un endroit qu’il appréciait assez particulièrement.

« Je voudrais juste savoir pourquoi vous voulez que je fasses ça ? Pourquoi ! »

« Car mon sang est vicié … Depuis des siècles, la famille royale n’a donné que des êtres qui recherchent le pouvoir, quitte à utiliser les plus bas stratagèmes pour arriver à leur fin. »

« J’imagine que vous voulez parler de … ce qui s’est passé avec Elise. Si c’est si récurent, pourquoi le faire que maintenant ? »

Sa question était légitime. Qu’est-ce qui poussait l’empereur à n’agir qu’à cause de l’agression sur Elise ? Alors que de ce qu’il comprenait, il avait déjà emmené plusieurs de ses enfants à la mort … donc bon … pourquoi Elise ?

« Car Elise n’est pas seulement issue des … démons … mais aussi de la surface. Dans le royaume des démons, la pureté des lignées doit être préservée. Malheureusement … Tu connais les résultats comme j’ai réussi à te l’expliquer. »

« On va dire que … je ne m’attendais pas tellement à ça. Après, la noblesse à la surface, c’est un peu pareil de ce côté. Ca veut absolument obtenir un rang plus haut dans la hiérarchie et à partir de là … et bien, disons que voilà. »

Il avait du mal à s’expliquer. En même temps, tout ce qui était noblesse et autre, ce n’était pas du tout son genre. Même si bien entendu, il était au final issu d’une famille de nobles d’Omnosmos, ce qui n’était franchement pas rien, il n’avait jamais été éduqué comme ces derniers, grâce à sa mère. Ah … Elle lui manquait, elle aussi.

« Néanmoins, nous ne sommes pas là pour parler de la pureté de la lignée. Je veux savoir ce que tu penses d’Elise plus exactement, Tery. »

« Je la considères comme une petite sœur et pas autrement. Il est vrai que … parfois … elle pourrait être plus mais non, je ne veux pas. »

« Pourquoi est-ce que tu ne le désires guère ? Qu’est-ce qui t’en empêche ? »

« Simplement que c’est ainsi et pas autrement. Elise aime quelqu’un d’autre, un prince … non, un roi de la surface. Le roi de Traslord, il se nomme Royan, et malgré son caractère, il est vraiment quelqu’un de très appréciable. Moi-même, j’ai une femme nommée Elen. Disons que … C’est assez compliqué mais normalement, tout devait bien se passer. »

Il s’embrouillait. Ses propos n’avaient aucun sens et n’étaient pas cohérents. Pour autant, il cherchait à s’exprimer correctement. Sauf que voilà, les mots qui sortaient de sa bouche, c’était juste n’importe quoi. S’imaginer … avoir un enfant avec Elise ? C’était tout simplement impossible. Il se le refusait. Avoir du désir envers Elise était une chose, sauter le pas en était une autre et ça, il ne voulait pas que ça se fasses.

« Mais ça, c’était le passé. Il faut maintenant se tourner vers l’avenir, Tery Vanian. »

« Je ne peux pas … Malgré toute l’affection que j’ai envers Elise, je ne peux pas. Et … Puis, je penses à vos deux enfants, les derniers. Zalek et Wandy. Est-ce que vous comptez leur faire subir la même chose ? Ils ne méritent pas un tel sort. »

« Zalek est gangrené par son grand frère. Bientôt, il suivra sa voie. Pour Wandy, c’est dommage mais certains sacrifices sont nécessaires. »

Il eut un léger tic nerveux. Il parlait d’une vie comme si de rien n’était. Il savait pertinemment que l’empereur était amer par rapport à la situation … mais de là à vouloir la mort de ses plus jeunes enfants. Il allait marcher sur des œufs mais …

« Je ne peux pas accepter, raison de plus. Zalek et Wandy, je suis sûr que si on discute avec eux, si on les élève différemment, on peut empêcher ça. »

« Est-ce que tu refuserais un ordre impérial, Tery Vanian ? »

« Ce n’est pas un ordre de votre part … mais un désir. Je suis heureux de savoir que vous voulez qu’Elise soit à votre place sur le trône, surtout lorsque l’on a une petite idée de qui sont ses aînés mais … pas de cette manière. Vous avez encore de longues années devant vous mais … en plus, Elise, cela ne fait même pas une année. N’est-ce pas un peu trop précipité ? »

« Ses aînés n’apprécient guère son arrivée … et cette tentative d’assassinat est la preuve même qu’ils la prennent plus qu’au sérieux dans son rôle. Ils savent qu’avec son arrivée, elle a fait une chose que nul n’aurait imaginé auparavant. »

« Et cette chose, c’est l’ouverture des portes démoniaques ? Et si je vous disais qu’il ne s’agit pas d’elle … mais de moi ? Sauf votre respect, vous comprenez que je ne veux pas mentir à ce sujet … même si Elise était à mes côtés pendant l’ouverture. »

« Hmmm … Mais où veux-tu en venir ? Cherches-tu des arguments pour contrer ma demande ? » dit l’empereur d’une voix lente et caverneuse.

« Ce n’est pas mon but bien que j’essaie de vous expliquer exactement ce qui se passe. »

Ah … C’était une sacrée journée. Entre Elise et maintenant le monarque, il ne savait plus du tout où aller. Pour autant, l’empereur ne semblait pas vouloir abandonner cette idée, reprenant la parole en posant une main sur l’épaule de Tery. Bon sang, qu’est-ce qu’il était grand ! Même Manelena devait paraître petite par rapport à lui.

« J’imagine que te signaler que tu deviendrais le futur empereur de ce de monde, aux côtés de ma fille, cela ne t’intéresse pas ? Savoir que tous et toutes devront t’obéir aussi ? »

« Sincèrement, entre nous, empereur Malark, j’aspire à quelque chose de plus calme et se reine. Votre proposition est très intéressante mais … ce n’est pas ce que je désire. »

« Humpf … Ce n’est pas si pressant que ça … vu que je vais faire une déclaration devant mon peuple d’ici quelques jours ou semaine. Néanmoins, j’aimerai que tu réfléchisses à ma proposition, et plus calmement. »

Ce n’était pas une question de réfléchir ou non. Le jeune homme aux cheveux bruns n’était juste pas motivé à cette idée. Bien entendu, Elise était une démone vraiment ravissante mais … non … Cette idée qu’il devait la « servir » de cette façon, ce n’était vraiment pas son genre. Ce n’était pas comme ça qu’il concevait le futur dans le royaume démoniaque.

« Je ne peux pas promettre d’y réfléchir … car ce n’est pas ce que je veux. Néanmoins, je veux aussi pouvoir en parler avec Elise. »

« Comme tu le désires. J’imagine qu’il va falloir que vous en discutiez tous les deux. »

« C’est exact. C’est pour cela que je préfère d’abord voir avec elle … et la convaincre que ce n’est pas une bonne idée. De même, j’aimerai … vraiment que vous pensiez à l’idée de ne pas tuer vos deux derniers enfants. Ils ne méritent pas ce sort. »

« Tu n’es pas en mesure de me conseiller, Tery. » dit-il avec un air calme bien que cela sonnait faux. Il était sûrement en train de bouillir de l’intérieur, comme enragé, n’est-ce pas ?

Pour autant, le jeune homme aux cheveux bruns cherchait lui aussi à calmer son coeur. Il savait pertinemment que s’il le désirait, l’empereur pouvait aisément le tuer. Pour autant, ce n’était pas bien grave car s’il montrait de l’anxiété maintenant, l’empereur pourrait faire ce qu’il voulait de lui … et ça … il en était hors de question.

« Pardonnez-moi, empereur Malark, je vais de ce pas retourner auprès d’Elise. »

« Tu n’es pas obligé de te répéter … mais soit, je te libère. Tu peux y aller. »

Ah … Tant mieux, car il se sentait vraiment oppressé et surtout en train d’étouffer à moitié. Ce n’était pas une sensation plaisante. Lorsqu’il retrouva la chambre d’Elise, celle-ci était assise dans son lit, semblant l’attendre avec un peu d’anxiété.

« Coucou Tery. Ca a été … plus rapide que je le pensais. Mais tu es en vie, c’est le plus important, n’est-ce pas ? »

« Non, le plus important, c’est la conversation que l’on va avoir, toi et moi, n’est-ce pas ? »

« Visiblement, c’était bien ce que je pensais, n’est-ce pas ? »

Elle aussi appuie sur les derniers mots tandis qu’il poussait un soupir. Il s’installa à côté d’elle, venant s’asseoir tout en observant uniquement son visage. Hmm … Non, il n’y avait pas besoin de regarder plus bas, loin de là. C’était inutile.

« Bon … Par où est-ce que je dois commencer, Elise ? Dis-le moi … »

« Par le début … Et finir par la fin, non ? »

Est-ce qu’il avait une tête à s’amuser ? Ou à rire ? Elle n’avait pas l’air de saisir ce dont ils avaient réellement discuté avec son père hein ? Le sujet était beaucoup trop important pour que ça soit dit sur le ton de la plaisanterie.

« Toi et moi … Il faut vraiment que l’on parle. Tu as Royan, j’ai Elen, tu ne dois pas l’oublier. J’ai l’impression que tu as mis ça de côté. »

Et ce n’était pas qu’une impression, c’était la réalité. Il avait aussi la sensation … qu’avec cette tentative d’assassinat, elle était … plus perturbée qu’elle ne laissait le penser.