Chapitre 1 : Protection rapprochée

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Premier axe : Une garde du corps

Chapitre 1 : Protection rapprochée

« Ah … Ma tête … J’ai l’impression que … »

Il venait à peine d’ouvrir les yeux et de se redresser dans ce qui semblait être un lit. Gémissant faiblement, il posa une main sur son front, comme pour se donner une certaine consistance. Il était où ? Dans une chambre. Laquelle ? Il n’en avait aucune idée mais un rapide regard sur le côté lui fit comprendre que c’était sûrement la sienne. Il avait ses affaires … Il n’était pas nu quand même ? Il baissa les yeux, vérifiant que ce n’était pas le cas, pfiou ! Tant mieux en un sens !

« Pardon mais … vous êtes qui exactement, je peux savoir ? »

Il venait de s’adresser à une jeune femme … avant de comprendre qu’elle ressemblait étrtangement à quelqu’un qu’il connaissait. Mais … Euh … Elle était faite en pierre ? Mais mais mais … HEY ! Ce n’était pas possible ! C’était …

« Clari ! C’est toi ? Mais mais mais … Attends un peu, non … C’est étrange. Ce n’est pas toi. Qu’est-ce que tu es exactement ? »

Il posait la question mais il chercha à se lever, n’y arrivant guère à cause de son état. Il … était vraiment fatigué, il devait avouer. Qu’est-ce qui s’était passé ? Et il avait une sacrée migraine. Par contre, le femme de pierre n’avait pas bougé. Elle était droite comme un i, sans aucun mouvement de sa part. On pouvait croire à une statue.

« On dirait un golem … mais … tu n’es pas vraiment un golem, n’est-ce pas ? »

Il avait pris la parole, cherchant à obtenir une réponse mais … elle restait inflexible. La conversation allait très vite s’écourter à cette allure, hein ? Pas que ça lui déplaise mais il espérait obtenir un peu plus que le vide complet lorsqu’il s’adressait à cette créature. Du moins, pouvait-il vraiment l’appeler créature tout simplement ? Il commença à se mouvoir, gémissant de douleur, finissant par se remettre debout à peu près correctement.

« Qu’est-ce que je dois faire exactement maintenant ? J’ai dormi combien de temps ? »

Il amorça un mouvement mais sentit tout son corps s’affaisser en avant. Pour autant, il ne tomba pas au sol. La créature de pierre s’était aussitôt rapprochée de lui pour le réceptionner avant que son visage ne percute le sol. Et voilà … qu’elle le remettait correctement debout avant de reprendre une position immobile.

« Euh … Je crois que je dois te dire merci, n’est-ce pas ? Mais … Mais Clari, est-ce que c’est vraiment toi ou pas ? Dis-moi … Est-ce que tu peux me répondre ? »

Rien de rien. Pourquoi est-ce qu’il avait perdu ses pensées de ces derniers jours ? Il devait trouver quelqu’un … mais à voir l’architecture, il était retourné en territoire démoniaque. Au moins, il ne sera pas vraiment dépaysé, tant mieux. Il se gratta la joue, déclarant :

« Est-ce que tu veux m’accompagner ? Ou tu vas le faire sans que je le demande ? »

Toujours pas de réponse. Bon … Essayons d’y aller lentement mais sûrement lorsqu’ils vont marcher vers la porte. Il fait un premier pas avant de prendre une profonde respiration. Il a l’air d’être vraiment usé jusqu’au bout. Comment se fait-il que son corps soit aussi fatigué ?

« Tu veux … venir ? Ou pas ? Je sais pas … Tu ne pourrais pas me répondre, tu crois ? »

Aucune réponse de la part de la golem. Rien de rien. D’ailleurs, est-ce que l’on disait vraiment la golem pour parler d’une créature aux allures féminines ? Oui, c’était vraiment le genre de bêtises qu’il avait en tête alors qu’il arrivait jusqu’à la porte. Il chercha à l’ouvrir mais celle-ci fut plus rapide que lui, la tête du jeune homme se la prenant de plein fouet. La créature golemique avait fait un mouvement pour le réceptionner, une nouvelle fois, l’air de rien avant qu’une voix féminine ne dise :

« Mais qu’est-ce que … C’était quoi ça et … Tery ? Tu es réveillé ! TERY ! »

Ah, il connaissait parfaitement cette voix. Il n’y en avait qu’une … et c’était celle d’Elise. La jeune femme cornue aux cheveux auburn vint le serrer dans ses bras, le golem l’ayant relâché quelques instants avant. AIE AIE AIE ! Ca faisait mal, ça faisait très mal !

« Je suis … aussi très content de te voir, Elise mais … Je … J’ai besoin de respirer aussi ! »

« Bien entendu que tu vas respirer, espèce d’idiot ! Mais tu vas surtout répondre à mes questions et aux autres et à tout ! Ah … Tu es vivant … Mais surtout, tu es réveillé, qu’est-ce que je suis si heureuse ! On me disait qu’on ne savait rien à ce sujet ! »

« Oui mais bon … Je suis là, satisfaite donc ? Est-ce que tu peux me relâcher encore un peu, s’il te plaît ? Je crois que tu vas devoir m’expliquer un peu ce qui s’est passé … Je ne me rappelles de rien depuis … le combat ? Nous étions en train de combattre et c’est tout ce dont je me souviens exactement . »

« Je crois que toi aussi, tu vas devoir donner quelques explications par rapport à elle. » répondit Elise toute en désignant la Clari faite intégralement de pierre. Il voudrait bien mais … il n’avait aucune réelle idée de ce qui s’était passé.

« Et qu’est-ce que tu veux savoir exactement, Elise ? Je ne sais pas … comment elle est venue. Mais surtout, je ne sais pas pourquoi elle ressemble à Clari. Elle ne m’écoute pas vraiment en plus. J’ai l’impression qu’elle agit par elle-même. Elle est … très réussie mais tu veux dire que c’est moi qui l’a faite ? Mais quand ? »

« Pendant la guerre, contre Manelena. Les médécins ont signalé que tu avais fait de trop gros efforts magiques et que cela pouvait cause quelques séquelles. Ca semble aller bien de ce côté ou non ? Tu peux utiliser ta magie ? »

« J’ai … pas vraiment envie d’essayer mais je peux quand même tenter un peu s’il le faut. »

Il se concentra légèrement, cherchant à faire apparaître une pierre dans sa main. Malgré le ridicule de la situation, il sentait que cela lui tapait un peu sur le crâne comme une légère migraine qui n’avait pas envie de disparaître. Pour autant, la pierre était là et il la présenta à Elise. Est-ce qu’elle était rassurée maintenant ?

« Hmm … Tu as l’air en sueur, Tery. Tu ne me donnes pas vraiment l’impression d’être en bonne santé. Tu ferais peut-être mieux d’aller te reposer. Je vais ramener un soigneur pour qu’il se charge de toi et … »

« Ne fait pas n’importe quoi. J’ai juste besoin de souffler … et il faut que je marche aussi un peu. Tu peux bien faire ça pour moi, non ? »

Quand il jouait sur les sentiments de la sorte, c’était assez difficile de le repousser. Elle le regarda pendant quelques secondes avant de soupirer, plaçant une main sur sa joue :

« Tant que tu vas mieux ensuite, ça ne me dérange pas le moins du monde, Tery. Mais … ta santé avant tout le reste, d’accord ? »

Il émit simplement un grognement de mécontentement. Non pas qu’il avait envie de lui rire au nez ou de lui dire que ça la concernait pas … car ça ne le concernait justement ! Il attendait juste qu’elle lui permette de se déplacer correctement pour reprendre la parole :

« Je dois aller voir le roi pour lui raconter tout ce qui s’est passé … jusqu’à ma petite amnésie … tu peux venir avec moi ? Ca sera bien plus aisé si restes là pour lui expliquer, toit aussi. »

« Oui, oui, je vais venir, Tery. Tu écoutes vraiment à peine les recommandations que l’on te fait de toute façon, hein ? A quoi bon. Et tu veux ramener cette … femme-golem ? »

« Cette femme-golem ressemble à une personne réelle que nous avons connue. Peut-être que le roi pourra nous donner des explications ou autres. »

« Bah … Peut-être ? Ou alors d’autres créateurs de golem ? Tu en as déjà rencontrés ici ? »

Maintenant qu’elle lui posait la question, il devait avouer … que non. Et pourtant, c’était pas faute d’avoir chercher à se renseigner hein ? Mais voilà, visiblement … Non. Rien à faire ou presque. Il poussa un petit soupir avant se gratter la joue :

« Je vais finir par croire que je suis le dernier à justement pouvoir faire ça … J’espère que je ne me trompes pas. C’est un peu triste sinon. »

« Bah, ça te rendrait unique. Déjà, je suis certain que rien qu’à voir Clari sous cette forme, les gens vont faire une sacrée tête. Enfin, c’était déjà le cas. Vrai que tu n’étais pas au courant mais c’est elle qui t’a soulevé comme si de rien n’était pendant que tu étais inconscient. Personne ne pouvait s’approcher de toi ou presque. »

« C’est vrai ça ? Alors pourquoi est-ce que j’ai réussi à finir dans un lit ? »

« Et bien … Ahem … C’est elle qui a tout fait ? Du début jusqu’à la fin ? C’est simplement lorsque tu fus allongé dans le lit que les soigneurs ont réussi à s’occuper de toi. Depuis, elle n’a pas bougé. D’ailleurs, c’est étrange aussi, non ? De ce que j’ai cru comprendre, lorsque tu es inconscient, les golems tombent en morceaux, non ? »

« C’est exact ! Maintenant que tu le dis, elle est toujours là … Elle est vraiment spéciale comme golem. Je sais pas du tout quoi en penser, je dois avouer. »

Peut-être qu’aller voir l’empereur lui permettra de mettre de l’ordre dans ses idées. C’est tout ce qu’il espère actuellement mais bon … Est-ce que ça sera suffisant ? Il n’en sait trop rien. Bien que ça soit lentement mais sûrement, voilà qu’il avance dans les couloirs, quelques gardes les observant, un peu étonnés.

« J’ai une tache sur le front ou quoi, Elen ? »

« Moi, c’est Elise, Tery. Si tu peux éviter de te tromper de la sorte, à l’avenir, je pense que ça sera mieux pour tout le monde, tu ne crois pas ? »

« Surtout pour moi si je veux garder ma tête sur les épaules, n’est-ce pas ? »

« C’est exact … si je décide de ne pas te l’arracher à cause de cette faute. »

Toujours aussi agréable la demoiselle hein ? Pour autant, il ne fit pas de remarque à ce sujet. Pourquoi cela ? Beeeeeen … Tout simplement car ils se retrouvaient face au monarque. Du moins, la double porte était visible et les gardes s’apprêtaient déjà à les ouvrir. Ils avaient reçu des consignes par rapport à lui.

« Enfin réveillé … visiblement. Malgré les jours qui se sont écoulés, il semblerait que ton golem soit toujours aussi présent. N’as t-il donc perdu aucun morceau entre temps ? »

Euh … C’était une très bonne question. Il pencha la tête sur le côté, se tournant vers la femme faite de pierre. Alors … D’après ce qu’il voyait, qu’est-ce qu’il pouvait en déduire exactement ? Il n’en avait aucune idée … mais oui, elle n’avait rien perdu. Tout était toujours aussi parfait chez elle. C’était vraiment Clari, dans les moindres détails … comme à l’époque … avant qu’elle ne meure. Ses lignes d’Alzar apparurent sur son visage, Elise le remarquant en même temps l’empereur Malark.

« Hum ? Que se passes t-il ? Pourquoi une telle réaction, Tery ? »

« J’en … J’en ait vraiment aucune idée. Je sais pas … J’ai envie de m’enrager. »

« Et tu es surtout en train de pleurer. » corrigea l’empereur une nouvelle fois, Tery posant une main sur son œil droit. C’est vrai. Il pleurait, sans aucune raison.

« Mais … J’ai … Enfin … Je … C’est en regardant ce golem, c’est tout. Je crois … »

« Ce golem, du moins, son apparence, c’était une personne très importante, pour toi, n’est-ce pas ? Ou alors, il se peut que je me trompes. »

« Vous ne vous trompez pas. C’était ma grande sœur. » dit-il calmement, le monarque se redressant un peu de son trône, étonné avant de demander :

« Mais si c’était … Est-ce qu’elle était une démone, comme nous ? »

« Ah non … C’était ma grande sœur mais non pas par le sang. C’est plus profond …C’est plus compliqué en un sens mais on va dire … que je la considérais comme telle. Et elle est morte pour venir me sauver. Même si ça fait déjà un bout de temps, j’ai du mal à oublier. »

« Oh. Je vois … Ceci expliquerait néanmoins beaucoup de choses. Pour autant, est-ce que tu peux me faire un rapport de ce qui s’est passé exactement ? »

« A peu près exactement pareil que la dernière fois que nous sommes sortis à la surface. Ils nous attendaient ou presque. Nous avions pu à peine quelques mouvements en quittant la zone que nous avons été obligé de nous réfugier à cause de la tempête de neige causée par le roi de Traslord : Royan. Je vous en avais parlé, je crois. »

« C’est exact. Tu m’as décrit qui étaient tes compagnons à la surface, il est vrai. »

« Bref, nous avons passés un moment assez laborieux. J’avais une fièvre assez forte qui ne s’est pas vraiment améliorée entre temps. J’utilisais de petites pierres pour nous permettre de nous guider et nous faire revenir en arrière … Enfin voilà quoi. »

Il disait cela en plaçant une main sur son front. Il avait peur de retomber en sueur et surtout d’être à nouveau malade mais en voyant la mine de l’empereur, il comprenait que celui-ci n’était pas vraiment satisfait de la réponse.

« Vous voulez surtout savoir au sujet du combat, n’est-ce pas ? Alors, je vais vous raconter mais ce n’est pas forcément très glorieux non plus. »

« Le fait qu’il s’agisse d’une défaite est déjà connu depuis le retour des survivants. Je veux que tu m’expliques tes propres combats, la création de cette femme golem et du reste. Elise m’a déjà raconté ses propres combats bien que certains points sont encore obscurs. »

Tery tourna brièvement son regard vers la jeune femme aux cheveux auburn. A la voir toussoter légèrement, il devenait qu’elle avait sûrement … évité de parler du baiser entre elle et Royan, même si c’était qu’un simple accident.

« Bon … Disons tout d’abord. Est-ce qu’Elise vous a parlé des gnomolds ? De ces créatures poilues et assez petites mais qui causent beaucoup plus de problèmes qu’on ne le croit ? »

« Elle m’a évoqué ces êtres qui ressemblent plus à des monstres que nous. Mais à part cela, elle m’a dit que tu avais aussi une histoire avec eux. »

« Ce sont eux qui ont tué … le « père » de substitution que vous m’aviez attribué. Enfin, le faux quoi … si vous voyez ce que je veux dire ? »

« C’est exact. Celui qui devait emmener tes gênes pour que tu puisses naître. » compléta l’empereur, laissant visiblement Tery continuer à s’exprimer à ce sujet.

« Enfin bref, alors que je n’avais que six … ou cinq ans … je ne sais pas exactement mais ils ont attaqué mon village … et je crois qu’ils savaient que mon père était un démon. J’ai l’impression que ce sont des chasseurs de démons car les gnomolds que nous avons affrontés à la surface avec le groupe étaient préparés au combat. »

« Ces créatures … sont donc au courant de notre existence depuis bien longtemps mais … de mes souvenirs et de ce que disent les bibliothèques, nous n’avons jamais eut de telles créatures à l’époque révolue où nous pouvions nous promener librement à la surface. »

« Je vois … Enfin bref, tout ça pour vous dire que visiblement, c’est ainsi et pas autrement … du moins, ce sont eux qui nous ont causé le plus de tort. Les autres soldats, ceux de Shunter et Traslord, étaient forts mais pas à ce point. »

« Est-ce à cause du nombre ? Elise m’a évoqué qu’ils étaient dix fois plus nombreux que vous … mais normalement, un démon est bien plus fort que dix hommes. »

« Si seulement … Mais n’oubliez pas les Gnomolds. Ils sont puissants, vraiment très puissants, bien plus qu’on ne le pense réellement. »

Il voulait juste modérer les propos de l’empereur sans pour autant changer sa position. Il voulait juste … qu’il comprenne que ça n’allait pas être simple, pas du tout. Il était toujours un peu vacillant mais faisait attention à faire bonne mesure devant le monarque. Elise le regarda d’un air inquiet avant qu’il ne continue de dire :

« Néanmoins, pour elle, je ne sais pas comment j’ai fait. J’ai eut … comme une absence. J’entendais à nouveau cette voix qui m’adressait la parole … et je crois que j’ai perdu le contrôle. J’ai invoqué un gigantesque golem d’après mes souvenirs … et ensuite, c’est presque un trou noir, le vide total. »

« Une voix ? Comme celle que tu évoquais lorsque tu es arrivé ici ? Lorsque tu racontais ta vie à la surface, c’est bien ça ? » questionna le monarque, Tery hochant la tête positivement pour confirmer ses propos. « Hum … C’est étrange. Est-ce que tu as une idée de pourquoi elle est revenue après tout ce temps ? Une raison spécifique ? »

« Je crois que … c’est l’émotion ou le désespoir. Je sais pas … Auparavant, avant que … Clari ne meure. Enfin, Clari, c’est elle. »

Il désigna la femme golem, ses yeux posés sur elle. Comment est-ce qu’il pouvait expliquer correctement ce qu’il avait en tête ? Ah … Peut-être tout simplement de cette façon. Il fallait que ça soit juste naturel lorsqu’il allait en parler.

« Depuis que Clari est morte, la voix était plus présente, plus … charmeuse. J’avais de moins à l’écouter, à la comprendre. Je pensais que ce qu’elle me disait était … naturel … et logique. En arrivant ici, elle s’est tue, je pensais qu’elle avait totalement disparu. »

Mais il s’avérait que non. Qu’est-ce qu’il était stupide ! Il s’était laissé berner par cette voix une nouvelle fois, comme s’il n’avait pas compris de ses erreurs.

« Je crois qu’elle est revenue … pendant le combat. Vous savez, je ne vais pas mentir. Je n’ai pas envie de tuer la reine de Shunter ni le roi de Traslord. Ce sont des connaissances, des personnes que j’ai appris à connaître au fil du temps. »

« Mais ces personnes n’ont pas hésité à vous attaquer avec la ferme intention de vous tuer, n’est-ce pas ? Ou alors, peut-être que je me trompes ? »

« C’est exact … et ça, on ne peut pas les en empêcher. C’est normal … mais je pense que c’est pour ça. C’est une sorte de désespoir … de n’avoir aucune solution pour régler toute cette affaire, une bonne fois pour toutes. »

« Être dans l’incapacité de les arrêter pour éviter d’avoir à les affronter sans les tuer. »

C’était le bilan que venait de prononcer l’empereur Malark. Un bilan qui tenait simplement en une phrase, une phrase très juste, difficile à renier. Le jeune homme aux cheveux bruns baissa doucement la tête, comme s’il était désolé d’avoir pris autant la parole.

« Et à l’heure actuelle, en vue de ta démarche, tu sembles très affaibli, n’est-ce pas ? »

« Je crois que l’invocation imprévue de Cla … de cette femme golem, a joué un peu sur mon corps. Je suis à peine capable de produire de la magie et je crois que ça pourrait être très problématique si je vais sur le front sans être préparé correctement. »

« Hum … Visiblement, il va falloir des soigneurs un peu plus efficaces que ceux qui sont présents mais oui … Pour le moment, vous pouvez quitter la salle du trône, je n’ai plus rien à vous dire à tous les deux. »

Ils s’inclinèrent poliment, Tery comme Elise quittant la pièce sans un mot. La femme golem se rapprocha du jeune homme, semblant vouloir faire un mouvement qu’il ne comprit pas sur le moment. Elle lui prit le bras ? Avant de le coincer entre les siens ?

« Euh … Vraiment ? Je sais pas si c’est une bonne idée ou non … »

Mais en fait, si ? Ca lui rappelait quelques bons souvenirs et il se laissa faire, comme si de rien n’était. Pourquoi est-ce qu’il refuserait une aide aussi amicale ? Il n’avait pas à s’en vouloir, loin de là. C’est juste que … ça lui faisait du bien. Il ne remarqua pas la mine soucieuse de l’empereur, celui-ci attendant qu’ils soient partis avant d’appeler un soldat.

« Je veux une augmentation de la surveillance sur eux deux dans les plus brefs délais. »

« Considérez cela comme fait, empereur Malark. Je vais de suite prévenir les autres soldats. »

« Non … Je sais que vous aillez prévenir un lieutenant à ce sujet. Il saura qui il doit nommer à cette position. Vous pouvez disposer. »

Le soldat vint s’incliner à son tour, disparaissant de l’autre côté des doubles portes avant de se mettre à courir. En vue de la consigne donnée par l’empereur, il valait mieux pour lui et sa famille qu’il se dépêche s’il ne voulait pas avoir de problèmes.

« Merci Elise, est-ce que tu veux rester un petit peu ? » demanda Tery alors qu’il avait été emmené jusqu’à sa chambre. Lorsqu’il put enfin s’asseoir, il poussa un profond soupir de soulagement, comme si rien que cet acte lui faisait un bien fou.

« Pourquoi pas ? Ca s’est plutôt bien passé avec mon père. J’avais peur qu’il se mette en colère à cause de notre défaite mais il l’a bien pris. »

« Je crois qu’il ne se préoccupait pas vraiment de savoir on allait gagner ou perdre. Le plus important était que l’on revienne vivants … tous les deux. Il voulait surtout que l’on confirme qu’à la surface, rien de bon nous attends si on y retourne. » finit-il par déclarer avec un peu de fatalisme dans la voix. C’était triste mais voilà … C’était son point de vue.

Chapitre 60 : Une nouvelle vie

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 60 : Une nouvelle vie

« Pourquoi … est-ce qu’elle est là, Tery ? REPONDS MOI ! »

Elle ne le supportait plus. Elle ne pouvait pas supporter ça ! Comment est-ce que Tery avait osé créer un golem ayant l’apparence de Clari ?! Il voulait jouer sur ses sentiments ou quoi ?! Elle observa les mouvements du golem, suspicieuse, remarquant que ce dernier s’était mis à mouvoir. Quoi ? Pourquoi est-ce que … sa bouche s’ouvrait ?

Il allait parler ? IMPOSSIBLE ! Les golems ne parlaient pas ! Ils ne parlaient pas normalement ! Non … Il y avait bien une bouche mais aucun son n’en sortit. Elle avait été étonné sur le coup … mais au final, il n’y avait rien à craindre exactement.

Rien du tout ? Elle n’en était plus aussi sûre alors qu’elle sentait le vent qui se levait. D’après ses souvenirs, Clari était capable de manier le vent … manier le vent ? HEY ! Non ! Ce n’était pas possible ?! C’était un golem ! Il était humainement impossible qu’elle soit capable de produire de la magie ! Les golems en étaient incapa…

« MERDEEEEEEEEEEEEEEEE ! »

Comme un cri de rage, elle planta son épée dans le sol pour s’y appuyer en même temps qu’une bourrasque se soulevait, emportant alliés et ennemis sur son passage. Que cela soit les démons ou alors les trois armées adverses, elle ne faisait aucune différence. Manelena tenait fermement l’arme, serrant les dents en comprenant que c’était pourtant la réalité. Tery, de son côté, se trouvait dans l’oeil du cyclone, imperméable au sort de vent qui parcourait la zone. C’était encore plus fort que tout ce qu’elle avait connu !

« Qu’est-ce que … cela aurait donné si Clari … avait combattu réellement. »

Elle ne pouvait que se l’imaginer maintenant qu’elle était morte. Du moins, c’est comme ça qu’il fallait se l’imaginer, non ? Elle n’en était plus tellement sûre maintenant. Lorsque la tempête s’arrêta, elle pouvait enfin observer les environs. C’était … vraiment un cataclysme. Comment est-ce qu’un simple golem avait été capable de ça ?


Des soldats ensevelis sous la neige, de rares démons qui peinaient à rester debout, des gnomolds qui étaient têtes plongées dans la neige, c’était un véritable carnage. Combien de membres de l’armées étaient morts à cause de cette attaque ?

« Ah … Ah … Tery. C’était bien joué mais c’en est assez. Tu ne pourras pas … »

Elle chercha à se remettre correctement debout mais elle sentait ses jambes qui tremblaient. Elle … elle avait la tête qui tournait ? Cette sensation déplaisante, elle la connaissait. C’était le même genre de sensations qu’elle avait lorsque l’on se trouvait à très haute altitude. Il y avait un manque d’oxygène et … ce n’était quand même pas ce golem qui avait fait ça ?!

« TERY ! Je sais pas comment tu as fait pour créer ce golem mais je vais vite l’éliminer ! »

Le corps du jeune homme cornu était toujours derrière celui du golem, se penchant de plus en plus en avant avant de finir par s’écrouler au sol ou presque. Comme mu par un instinct protecteur, le golem féminin s’était retourné pour attraper Tery avant qu’il ne tombe.

« Il … a agit de sa propre volonté. Cla… Clari, c’est toi ? »

Elle n’avait plus la possibilité d’hurler, d’être enragée ou de se mettre en colère. Elle regardait simplement le golem de pierre et de terre. Il semblait d’une solidité sans failles, les yeux inertes dessinés sur son visage fixant la femme aux cheveux argentés.

« Attends un peu … Si c’est vraiment toi, tu dois comprendre qu’il faut que tu l’arrêtes ! »

« ON SE REPLIE ! TOUS LES DEMONS ENCORE VIVANTS SE REPLIENT, VITE ! »

« Clari ! Fais pas l’idiote ! Si tu me comprends, tu dois savoir que ce n’est pas la bonne voie qu’il prend ! Tu dois l’empêcher de continuer ! CLARI ! »

Non … Non. C’était juste … Elle ne pouvait pas être si crédule. Elle n’était pas une gamine qui s’émerveillait devant un tour de magie et pourtant. Elle avait cette sensation que cette créature féminine avait parfaitement saisi ses propos … et la regardait tristement. Ses lèvres de terre qui bougeaient, sans qu’aucun mot n’en sorte, elle voulait lui parler.

« Tu te charges de lui, c’est ça ? Tu es morte, Clari ! MORTE ! Les mortes ne peuvent pas protéger les vivants ! »

Pourquoi est-ce qu’elle était en train de converser avec une créature faite de pierre ? Pourquoi est-ce qu’elle avait une discussion avec elle ? N’importe quoi. Le combat l’avait sûrement épuisée. Elle fabulait, elle n’avait plus toute sa tête.

« Les démons sont en train de fuir ! On a réussi à les repousser ! » cria un soldat.
Elle n’avait pas envie de répondre avec de l’amertume que vu le nombre de morts de leur côté, ils pouvaient pas vraiment fanfaronner. Où est-ce qu’Elise et Royan se trouvaient ? Comment est-ce que le combat s’était terminé ? En les regardant, elle haussa un sourcil.

« Vraiment ? Ils n’ont pas mieux à faire ou quoi ? »

Elle ne s’exclama guère mais à cause de la secousse crée par le golem féminin, Elise était tombée sur Royan … et visiblement, elle n’était pas prête de vouloir se relever. Ses lèvres s’étaient collées à celles du jeune homme aux cheveux bleus et elle se demandait cela faisait combien de temps qu’ils étaient ainsi tous les deux.

« Aie aie aie … Si je m’attendais à ça. »

Elle avait finit par décrocher ses lèvres de celles du nouveau roi de Traslord. Avec lenteur, elle le regarda, le rouge aux joues tandis que Royan cherchait à rester impassible. Difficile dans son état vu que la même rougeur ornait son visage.

« Ce n’est qu’un incident, démone mais … je ne sens plus mes forces. Vous feriez mieux de vous enfuir comme les autres et de ne jamais revenir ici. »

« … … … C’est vrai, roi de Traslord. Ne vous inquiétez pas, je reviendrais et ce jour-là, j’espère que vous m’attendrez comme il se doit. »

Elle ne pût s’empêcher de sourire, Royan restant imperturbable … ou presque. Un sourire se dessina aussi sur ses lèvres avant de la laisser se lever correctement. Elle jeta un œil vers les environs, remarquant les démons avant de dire :

« Je vais y aller dès maintenant. Prenez-soin de vous, roi de Traslord. Cela serait dommage que vous ne soyez pas en pleine forme la prochaine fois que l’on se rencontrera. »

« On va dire de même de votre côté. Une adversaire en parfaite santé est bien mieux. »

Ah … Que des propos qui étaient vraiment ridicules mais voilà, c’était efficace. Elle chercha Tery du regard, ne remarquant pas le jeune homme aux cheveux bruns. Où est-ce qu’il était ? Il n’était quand même pas … mort ? Devant l’inquiétude peinte sur son visage, Royan désigna un point du doigt avant de s’immobiliser.

« Qui … C’est … Mais c’est pas possible. Elle est … morte normalement ? »

Il venait de remarquer qui était en train de porter Tery comme si de rien n’était. Un golem doté de vie … et avec une apparence unique en son genre. Elise avait aussi vu de qui il s’agissait. Elle se frotta les yeux, bredouillant :

« Mais mais … Clari est morte. On l’a vue. On a vu son corps et … »

« Tery l’aurait ramenée à la vie ? Non, je ne suis pas au courant d’une telle magie. Elise, est-ce que tu le savais ou … non, d’après ton visage, tu n’étais pas au courant. »

« C’est un golem, n’est-ce pas ? Enfin, c’est un golem, c’est pas la vraie. »

« Mais Tery … Il a l’air … inerte ? Et Manelena ? Où elle est ? C’est … si compliqué. »

Il vint poser une main sur son front, comme pour l’éponger. Elle voulait bien le croire. Elle ne savait pas du tout comment réagir ou comment entreprendre tout ça. Hors de question de se présenter devant Manelena, elle allait retrouver les autres. De son côté, Royan allait voir avec le reste des armées.

« C’est l’heure de la séparation, Elise. Prends soin de toi … et fais attention à toi. »

« Pareil, Royan … et euh … pfiou, c’était mon premier. » dit-elle avant de détourner le regard, Royan passant une main sur ses lèvres :

« Je ne répondrais pas à cette affirmation. »

« Je n’en doutais pas un seul instant, Royan ! Bon … Je vais rejoindre les autres. En tant que princesse du royaume démoniaque parmi tant d’autres, j’ai un certain statut ! »

C’est vrai. Elle avait évoqué ce titre lorsqu’ils se combattaient sans être sérieux. Ainsi, elle avait tout d’une princesse. Il fallait dire que sa manipulation des flammes était vraiment magnifique et surprenante. Il la regarda s’éloigner pour se diriger vers Tery.

« Bon, de mon côté, on va voir ce que ça a donné avec Tery. »

Manelena lui devait quelques explications normalement. Mais pour l’heure, il fallait constater les dégâts et faire un bilan. Ils avaient éliminé la majeure partie de l’armée des démons mais en contrepartie, ils avaient bien perdu la moitié des membres voire plus … car oui, les gnomolds étaient encore bien vivants dans leur majorité.

« Ils ont vraiment la vie dure. » se dit-il à lui-même tout en soupirant légèrement. Il arriva à la hauteur de Manelena, celle-ci ayant remit son casque sur son visage, comme pour éviter de montrer ses émotions. Il l’entendit lui dire :

« Tu es de retour … Tu as passé visiblement du bon temps, il semblerait. »

« Je ne dirais pas ça comme ça . Ce n’était pas forcément une partie de plaisir mais toi … »

« Qu’est-ce que tu veux que je te dises ? Je ne suis pas au courant de ce qui s’est passé. Je voulais que Tery s’épuise complètement et perde toute sa puissance pour le faire s’évanouir. »

« Pour ensuite le capturer vivant au lieu de le tuer … et cela malgré tes dires. »

Elle ne chercha pas à relever la remarque à ce sujet, continuant de parler en regardant les soldats qui cherchaient à se réconforter, disant que c’était enfin terminé :

« Mais voilà, il y a eut ce golem. Je le trouvais étrange car à peine plus grand que nous et puis, j’ai vu qu’il prenait peu à peu une forme … et c’était elle. »

« Mais Tery ? Je l’ai vu dans ses bras. Ce golem marche tout seul ? Il ne doit pas rester conscient pour que le golem soit actif ? »

« C’est ça le souci ! C’est pas normal ! Ca ne devrait pas se passer comme ça ! Je sais pas ce que c’est ce golem mais … il semblerait que … dorénavant, il faut faire avec. J’ai vu une brume blanche quitter la bouche de Tery et elle s’est insinuée dans le golem et … »

Oh. Elle était encore sous pression malgré que ce combat s’était enfin terminé. Elle avait besoin de souffler. Elle avait besoin de se calmer les nerfs mais impossible. Pas dans l’état dans lequel elle était actuellement.

« Il vaut mieux s’interroger plus tard, lorsque nous pourrons nous reposer, Manelena. Il va falloir que l’on discute de tout ça. Je ne pensais pas que les golems étaient aussi puissants … et pareils pour les démons. »

« Tu as surtout de la chance qu’Elise se soit focalisée sur toi et a empêcher que d’autres ne viennent rejoindre la bataille. Sinon, tu n’aurais pas fait long feu. »

« Encore des critiques … Ah … Au moins, tu n’as pas l’air si exténuée que ça si tu es capable de pouvoir me critiquer de la sorte. »

« J’ai besoin de me reposer, plutôt. Je … combien de mois il va falloir encore attendre ? » dit-elle avec lenteur, le jeune homme aux cheveux bleus ne comprenant pas où elle voulait en venir avant de la voir se tourner vers là où les rares démons encore vivants étaient partis.

« Espérons que ça ne soit pas plusieurs mois, Manelena. »

« Tu veux espérer sur le fait de subir une nouvelle attaque de la part des démons ? »

Il ne chercha pas à lui faire remarquer qu’à la base, c’était plutôt eux qui avaient agressé les démons et pas l’inverse. Cette troupe était sûrement une bande d’éclaireurs, une grosse bande mais … qui ne cherchait pas forcément à se faire attaquer.

Bah, de toute façon, ce qui était fait était fait. Ce n’était pas le moment d’avoir quelques pensées absurdes pour savoir ce qui était bon ou mauvais. Il était certain que les gnomolds allaient se vanter d’être parmi les nombreux survivants et rien d’autre.

« Combien nous sommes ? Faites les comptes. Quel débâcle ! »

« Nous sommes vingt-deux, chef. Par contre, euh … On fait quoi de ça ? »

L’un des soldats, salement blessés d’après le bras qui pendait lamentablement vers le sol, désigna le golem féminin qui continuait de marcher avec eux, tenant dans ses bras Tery toujours inconscient. Le chef de la troupe poussa un soupir, finissant par dire :

« On ne fait rien. Il n’a pas l’air belliqueux … sauf si on se rapproche de lui. Y a bien qu’elle qui peut le faire … comme si elle la connaissait. »

« Je m’appelle Elise et … sinon, ce golem … Il s’agit de Clari, je crois. C’était une femme que Tery a connu et moi aussi, dans le passé. Juste … Je ne sais pas s’il s’agit de Clari, Clari. »

« Ca m’a l’air bien compliqué votre histoire, encore une fois. Je crois que je ferais mieux de ne pas m’en mêler. Comment je vais expliquer ça à nos supérieurs ? Vous avez récupéré des trucs sur les cadavres ? Je sais pas, des bouts d’armures, des armes, tout ce qui pourrait intéresser ? Car bon, ils se battaient avec ardeur, ces types. »

« Tery avait prévenu, non ? Ils sont au courant que nous étions là et ils étaient préparés à se battre contre nous. Ainsi, même si nous avions l’avantage de la force, ça ne changeait pas grand-chose dans le fond, malheureusement. »

« Oui oui, je le sais parfaitement. Pas besoin de m’en faire la remarque. Je crois que nous sommes tous très fatigués et … visiblement, ils ne comptent pas nous poursuivre. »

« Je crois qu’ils auraient eut du mal. Elle est capable de manier la magie du vent. C’est elle la responsable de tout ce qui s’est passé à la fin. »

Elle ? Ce golem ? D’après ses informations, aucun golem ne maniait un élément autre que celui dont il était issu. Or, ce golem était fait de pierre et de terre. D’ailleurs, il remarquait aussi l’imposante épée à deux mains dans son dos. Une épée en pierre elle aussi.

« Je ne sais vraiment pas ce qu’il a foutu ou comment il a réussit ça mais ça va intéresser pas mal de gens. Ah … Première sortie à la surface, première défaite. »

« Le plus important est d’avoir réussi à être vivants. Normalement, nous n’avions aucune chance ou presque de nous en sortir. Cela fait autant de preuves à montrer en bas. »

Peut-être que oui, peut-être que non. Des preuves matérielles seraient bien mieux. Heureusement, quelques démons avaient réussi à extirper quelques morceaux de métal ou des armes des cadavres ennemis. Ils avaient aussi … récupéré une ou deux peaux de gnomolds ? Elise fit une légère moue, dubitative par rapport à ça.

« J’aimerai bien savoir ce qui vous est passé par la tête pour avoir envie de ça. »

« C’était les ennemis les plus problématiques de leur armée. Ils ne crevaient pas malgré nos coups et il fallait y aller franchement. D’ailleurs, j’ai remarqué que certains des nôtres ont décidé de se dévorer entre eux … pour réussir à tenir le coup. »

« Pauvres fous. S’ils ne sont pas préparé, c’est ce qui a sûrement causé leurs morts ensuite. Tant mieux, nous n’avons pas besoin d’êtres enragés pendant que l’on rentre. »

Aucune pitié pour ceux qui abandonnaient leur humanité pendant la guerre. Elle ne chercha pas à faire de remarques à ce sujet, ce n’était pas à elle de s’occuper de ça. Elle marchait juste à côté de Tery, le regardant toujours endormi dans les bras de la cette femme-golem.

« Clari, c’est bien toi ? Tu sais … Tery était vraiment très malheureux après ta mort. Je crois que c’est ça qui l’a … emmené ici … avec moi. »

Même si elle n’attendait aucune réponse de la créature humanoïde, elle vit le visage de pierre se tourner vers elle. Même si aucun mot ne sortait de ses lèvres, un sourire triste était présent dessus. C’était Clari. C’était vraiment Clari. La femme-golem comprenait ce qu’elle disait.

« Bon retour parmi nous. Tery sera … heureux de te revoir. »

Encore ce sourire triste. Elle se demandait si au final, elle ne l’avait pas rêvé. Est-ce que ce golem pouvait vraiment comprendre les émotions et les sentiments ? Est-ce que ce golem … était vraiment Clari ? Elle en avait aucune idée.
Ils retrouvèrent la grotte, surtout grâce au chemin que Tery avait crée avec ses petits piliers de pierre. Dire que même en étant inconscient, il arrivait à encore à les aider actuellement. Malgré tout ce que les gens pouvaient penser, Tery cherchait toujours à prévoir avec plusieurs coups d’avance. Une simple mesure de précaution ? Ou de protection ?

« Bon … Je sens que je vais avoir besoin de donner de sacrées explications. Ils attendent pas à ce que l’on reviennent vivants … mais plutôt à ce que l’on reviennent victorieux. »

Et justement, sur ce dernier point, il était difficile de prétendre qu’ils l’avaient été. Oh, ils avaient éliminé bien plus de soldats ennemis qu’ils n’avaient perdu de soldats chez eux mais … en même temps, le nombre n’avait aucune influence.

« Par contre, je vais aussi devoir expliquer son cas à cette … créature. Ou alors, tu veux t’en occuper vu qu’il ne semble pas se réveiller ? »

Elle hocha la tête positivement. Elle se chargera de raconter ce qu’elle savait à ce sujet … ou au moins tenter de donner un raisonnement à peu près correct. Comme elle n’avait aucune preuve, c’était difficile de savoir si elle disait la vérité ou pas.

« AAAAAAAAAAAAH ! J’ai mal ! J’AI MAL ! »

« Elen ?! Qu’est-ce qu’il y a ? » s’inquièta la mère de Tery, arrivant à toute allure au chevet de la femme aux cheveux blonds, celle-ci posant ses mains sur son ventre rebondi.

« J’ai mal ! Ca fait mal ! Je … Je … Aaaaaaah ! Je … »

« Tu va donner naissance maintenant ? Mais il n’est pas trop tôt ? »

Il est vrai qu’en vivant ici, elle avait perdu un peu la notion du temps mais normalement, cela ne devrait pas arriver aussi vite non ? Elle devait être à son huitième mois, peut-être à la moitié de ce dernier. C’était beaucoup trop tôt !

« Attends un peu ! Tiens bon, Elen. Il te faut inspirer et expirer. Fais ça pendant que je prépare tout ! S’il te plaît, sois patiente ! »

« JE NE SAIS PAS SI JE POURRAIIIIIIIIIIIIS ! »

Elle n’avait pas le choix ! C’était trop tôt, beaucoup trop tôt ! Ah … Elle n’avait jamais aidé à une naissance. A part celle de Tery, elle n’en avait jamais connue d’autres. Et là, aujourd’hui, elle allait assister à la naissance de son petit-enfant.

« Voilà, j’ai des serviettes, une bassine, de l’eau chaude. Tu t’es déjà débarrassée de tes bas ? Tant mieux, je n’ai pas besoin de te le demander. »

« Je dois faire quoi ?! J’ai maaaaaaaaaaal ! S’il vous plaît ! Aidez-moi ! J’ai … J’ai peur. Où … Où est Tery ? S’il vous plaît ? Où il est ?! »

« Je suis là. Calmes-toi. Serres donc ma main, Elen. Je vais t’expliquer ce qu’il faut faire. »

Vu qu’elle avait déjà vécu cet événement si particulier, elle pouvait l’aider à supporter. Voilà qu’elle tendait la main vers Elen, celle-ci la prenant aussitôt, serrant de toutes ses forces. Pour autant, la mère de Tery faisait apparaître des lignes brunes, dévoilant alors toute sa maîtrise élémentaire de la terre, montrant par là qu’elle restait une femme des plus robustes malgré les apparences.

« Inspires, expires, tu vas y aller tout doucement tout en poussant. Quand je verrais la tête qui sortira, je te donnerais autre chose à serrer. On y va, tu vas donner la vie à un beau bébé. »

« JE VEUX TERYYYYYYYYYYYY ! »

Des sanglots, des pleurs, des cris, des râles. Quelques minutes plus tard, le corps d’Elen se soulevait rapidement, prenant de profondes respirations. L’unique bruit qui coupait cette respiration était les cris d’un bébé, la mère de Tery l’ayant recouvert d’une serviette propre, souriante et heureuse.

« Ton enfant, Elen. Votre enfant … à toi et à Tery. » dit doucement la femme avant de déposer le bambin dans les bras de sa génitrice. Celle-ci, exténuée mais heureuse, fit un petit sourire avant de lui embrasser le front. C’était leur enfant … à elle et à Tery.

Chapitre 59 : Le retour de l’être perdu

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 59 : Le retour de l’être perdu

« Allons-y … réellement cette fois. »

Sans aucune retenue, sans aucune barrière, avec toutes les forces et aides qui les entourent. Les démons étaient en perdition, encore et toujours. C’était toujours ainsi. Il faisait toujours parti du groupe des perdants, cela avait toujours été ainsi, il le savait … il le sentait. Mais cette fois-ci, il était préparé, il savait comment réagir.

« Vous autres … Occupez-vous d’eux. Je me charge d’elle. » dit-il avec nonchalance aux golems restants tandis qu’il regardait Manelena. Ses deux griffes, ce n’était pas suffisant. La pierre ne suffirait pas pour la battre. Il vint s’accroupir devant elle, ne quittant pas son regard rubis posé sur lui. Elle semblait … patienter.

Ce n’était pas de la pierre, pas de la simple roche qui allait sortir de cette terre. Non, il avait chercher à être plus profond, encore plus profond … Il voulait une pierre encore plus solide, encore plus résistante, encore plus destructrice. Des griffes entièrement noires, aux lignes détaillées, comme si elles provenaient directement des mains de Tery.

« Voilà … Ca sera beaucoup mieux maintenant. Voyons voir … ce que ça vaut. »

Il devait se donner à fond pour réussir à battre Manelena. Sans cela, il pouvait déjà se considérer comme mort. Il était à son niveau, frappant d’un coup sec au niveau de la hanche de la femme aux cheveux argentés. Celle-ci avait mit son arme en parade mais se retrouva penchée sur le côté, gémissant de douleur.

« Bon sang … C’est quoi ça ?! J’ai l’impression qu’un cheval a tenté de me piétiner ! »

Allusion ridicule sachant tout ce qu’elle avait déjà combattu dans le passé. Pour autant, elle devait reconnaître que ça ne faisait pas du bien. Qu’est-ce qu’il avait fait ?! Cette pierre, elle la connaissait ! Même si ce n’était pas du tout son genre, elle avait déjà vu des bijoux provenant d’Honoros. De l’onyx, n’est-ce pas ? C’était une pierre plutôt rare, qui était assez solide, parfois trouvée dans les résidus volcaniques.

« Tu crois qu’une simple pierre volcanique suffira à résister à mes attaques, Tery ? Tu … »

Impossibilité de terminer sa phrase. Les yeux devenus rubis du jeune homme cornu ne laissaient transparaître aucune émotion. Il était à quelques centimètres d’elle, griffes d’onyx prêtes à venir la transpercer. C’est comme auparavant ! TOUJOURS AINSI !

« POURQUOI FAUT-IL QU’A CHAQUE FOIS, CA SE TERMINE COMME CA ?! »

A chaque fois ! A chaque fois ! Avant même qu’il ne l’atteigne, elle avait frappé de son gantelet de métal noir sur le visage de Tery, le repoussant en arrière, du sang giclant sur le sol alors qu’il tombait à la renverse. Enervée, enragée, Manelena serrait le poing en disant :

« A chaque fois ! A CHAQUE FOIS ! Ne t’avise même pas de croire que je ne suis qu’une faible femme, Tery ! Ne croit pas que je vais tout simplement me laisser faire comme si de rien n’était hein ?! Il en est hors de question ! Si tu me cherches, tu vas me trouver ! Non pas en tant que reine de Shunter mais en tant que femme ! Et je vais te cogner ! »

Et quitte à ne pas utiliser son épée pour ça ! D’ailleurs, puisqu’il voulait y aller avec les griffes, ce qui indirectement le reliait à son corps, elle allait faire de même ! Humpf … Non, ce n’était pas aussi bien que lui. Elle pouvait se concentrer mais elle n’arrivait pas à créer un unique gantelet de pierre d’au moins une tête humaine.

« FAIS CHIER ! Je suis la reine de Shunter et pourtant, je ne maîtrise pas l’élément de la terre ! Quelle foutue blague ! J’AI PAS BESOIN DE CA ! »

Tery s’était relevé, comme si de rien n’était, jetant un œil absent à ses golems pour voir comment tout cela était géré de leurs côtés. Même si les démons étaient en sous-effectifs et presque totalement exterminés, les golems leur permettaient de souffler et de se reposer. Quant à Royan et Elise ? Ils se combattaient maintenant, aussi ardemment l’un que l’autre. Pour autant, leurs deux éléments s’annulaient et bien qu’ils y mettaient tout leur coeur, une certaine barrière rendait impossible la victoire pour l’un ou l’autre.

« Bande d’incapables. Ils sont aussi peu doués l’un que l’autre. On ne peut rien faire d’eux deux. C’est … navrant. »

« Ils ont à discuter tous les deux. Cela ne nous concerne pas, Tery. Tu devrais déjà plutôt te concentrer sur ta propre personne. Je compte pas te laisser t’échapper cette fois. Je vais te traîner jusqu’à Elen, même si je dois te briser les os, un par un. »

« Ca ne va pas être possible. Tu as la protection divine avec toi … Cela revient à dire … que moi-même, je dois à tout prix t’éliminer, c’est … vraiment dommage, oui. »

« Ne te fout pas de moi, pour ça, il va falloir que tu fasses bien plus d’efforts ! »

Et elle n’était pas le genre de femmes à se laisser piétiner sans réagir ! Elle le regarda toujours avec autant de colère. Il s’était à nouveau soumis à cette voix hein ? Elle le sentait parfaitement. Il avait le même regard torve qu’à Omnosmos, lorsqu’il avait voulu retirer la vie d’Elen … pour permettre l’ouverture des portes démoniaques.
Pour autant, cette fois, elle était préparée. Elle savait comment réagir, elle savait comment agir. Il n’allait pas pouvoir la soumettre aussi facilement qu’il le désirait. Et encore, ce n’était pas le genre de Tery. Il préférait y aller plus doucement. Ce n’était pas un garçon brutal, bien loin de là. Il était doux et prévenant, enjoué et toujours souriant.
Mais ce n’était plus autant le cas depuis les événements dans Shunter. C’est à partir de cet instant qu’elle avait compris que le jeune homme avait changé, qu’elle avait senti qu’il n’était plus exactement le même. Une petite brèche sous ce masque de joie, une fissure par laquelle s’était insinuée cette voix odieuse qui en avait profité pour le manipuler.

« DEPUIS QUAND TU ES AUSSI FAIBLE ?! »

Elle n’y arrivait pas ! Malgré toute la puissance qui l’animait, malgré la protection divine, il y avait bien une chose qui l’empêchait de terrasser Tery. Elle en avait la force ! Elle en avait la possibilité ! La gestuelle de Tery était trop basique depuis qu’il avait invoqué les golems.

« C’est donc tout ce dont tu es capable hein ? »

Elle ne voulait pas montrer de dépit. Elle le prenait très au sérieux. Depuis le début de ce combat, plusieurs sentiments s’entremêlaient sans qu’elle n’arrive concrètement à les réunir. Dire qu’elle avait fait la remarque à Royan alors qu’au final, elle ne valait franchement pas bien mieux que lui sur le sujet.

« Si tu n’as que ces golems, tu ne va pas pouvoir tenir très longtemps. »

Elle tentait de faire la discussion. C’était ridicule, franchement ridicule. Pourquoi est-ce qu’elle perdait son temps à agir ainsi ? Alors que son objectif était clair et précis depuis le début. Elle n’avait pas gardé cette volonté pendant plusieurs mois tout simplement pour abandonner celle-ci le moment venu, hein ? Ce n’était pas comme ça qu’il fallait agir !

Elle attaquait sans cesse, Tery aussi mais il n’y avait aucune difficulté. Elle pouvait aisément lui tenir tête et cela sans craindre pour sa vie. C’est d’ailleurs ce qu’elle était en train de faire. Elle le repoussait, elle le blessait peu à peu, sans même chercher à le tuer. Elle n’avait pas envie que ça se termine ainsi. Ce n’était pas comme ça qu’elle envisageait les choses.

« On va faire à ma manière, Tery, dorénavant. »

Elle attendait une réplique de sa part avec ce ton légèrement moqueur, comme à son habitude. Tery avait été la première personne à en avoir rien à faire du titre qu’elle arborait depuis des années, à chercher vraiment … Non. Pas de pensée aussi stupide et niaise. Ce n’était pas comme ça qu’elle allait réussir à s’en sortir.

« Tu as perdu la parole en même temps que ton cerveau et ta volonté ? »

Encore une nouvelle pique pour qu’il réagisse bon sang ! Mais c’était à peine s’il avait une lueur dans son regard. POURQUOI ?! POURQUOI ?! Il était où l’homme qui avait réussi … NON ! Pas de pensée absurde ! Elle devait s’en empêcher ! Pas de pensée aussi ridicule que ça ! Surtout pas sur le champ de bataille ! Cela pourrait l’emmener à la mort !

« Peut-être qu’une petite décharge électrique te fera le plus grand bien ! »

Vu qu’il ne paraît plus vraiment ses coups, elle pouvait … agir de la sorte hein ? Encore que s’il se prenait vraiment la plus foudroyante de ses attaques, elle était certaine qu’il allait garder quelques séquelles. La question était : Est-ce qu’elle voulait en arriver là ?

C’était ce qu’elle cherchait depuis le début, non ? A éliminer Tery une bonne fois pour toutes pour lui faire payer son acte envers Elen mais … ce n’était pas vraiment lui qui était responsable. De même, Elen et la mère de Tery espéraient vraiment retrouver ce dernier. Il fallait aussi rajouter ses grands-parents. Il y avait tellement de personnes qui espéraient son retour … et elle en faisait partie.

MERDEEEEEEEEEEEEE ! Pourquoi devait-elle se compliquer autant la vie ?! Auparavant, cela ne l’aurait jamais dérangé de tuer sur le coup, sans même réfléchir aux conséquences d’un tel acte, surtout envers une personne sans importance mais aujourd’hui, c’était totalement différent ! Sa poigne vint se placer sur le cou de Tery avant qu’il n’initie une nouvelle attaque en sa direction. Elle le souleva avec une aisance certaine, comme si de rien n’était tandis qu’elle grognait entre ses dents :

« Je pourrais te briser la nuque, Tery, tu comprends ça ? Tu n’es qu’un pantin entre mes mains. Je pourrais aisément mettre fin à ton existence … ALORS PARLES ! »

« Pourquoi parler … alors que les mots sont inutiles ? »

Une phrase vraiment bateau, qu’elle ne pouvait guère supporter. Elle poussa un râle de colère et de rage avant de l’envoyer contre l’un de ses golems. Elle ne s’était pas attendu à ce que le golem le réceptionne avant le contact, un peu … protecteur ?

« C’est quoi ça ? Normalement, ils ne sont pas capables de réagir à l’instinct. »

« Ces golems … Ils sont vraiment tout ce qui me reste. Je vais continuer encore et encore … »

Encore et encore. Il était déposé au sol alors que ses griffes d’onyx disparaissaient en même temps qu’il posait ses mains sur la pierre. Rapidement, cinq nouveaux golems étaient présents. Mélange de pierre et de glace, ils étaient maintenant encore plus optimaux.

« Cadeau … de ma part. Tu ne les … tueras pas aussi facilement. »

C’était elle ou alors le visage de Tery était encore plus pâle que dans ses souvenirs ? Elle le regarda en haussant un sourcil. Elle n’était pas vraiment certaine d’apprécier ce qui était en train de se passer, loin de là. Maintenant, quatre de ces nouveaux golems étaient juste en train de s’éloigner, prêts à continuer leurs œuvres sur les soldats et les gnomolds tandis qu’un seul restait non-loin de Tery.

« Si tu penses qu’un simple golem suffira à m’arrêter, tu te trompes lourdement ! »

Démonstration maintenant ! Il allait invoquer autant de golems qu’il faudra, elle n’en aura cure. Ce ne sont pas eux qui pourront l’empêcher d’avancer pour lui mettre une tarte bien méritée dans sa petite gueule. Oh que oui ! Le golem avait levé ses deux poings glacés en sa direction, prêt à les abattre sur elle mais elle pivota sur le côté, insérant sa lame dans le creux qui se formait entre le poing gauche et le reste du membre.

« Et un bras en moins, un ! » dit-elle avant d’effectuer une forte pression, coupant net le bras comme si cela était aussi facile que couper une brindille.

« Ah … Ah … Ah … Cela me vide l’esprit, vraiment, hahaha … HAHAHAHA ! »

Pourquoi est-ce qu’il se mettait à rire comme un dément maintenant ? Elle n’avait clairement pas besoin de ça ! Elle ne se préoccupa pas du jeune homme sur le coupant, sautant malgré son armure sur elle avec une aisance certaine pour se retrouver sur le bras droit du golem.

« Bon, terminons-en avec cette blague, Tery. Je ne trouve plus cela très drôle. »

« Hahaha … Hahahaha ! Les pouvoirs divins sont vraiment superbes ! Les lignes d’Alzar font de vrais miracles lorsqu’ils sont couplés avec une puissance comme la tienne. Hahaha … C’est vraiment superbe, vraiment remarquable, vraiment génial … Ah … »

« Tu as complètement perdu la tête. Il est temps que je te fasses dormir. »

Pour son propre bien, c’était la meilleure solution à l’heure actuelle. Ah … Et ses bonnes résolutions ? Celles qui consistaient à tout simplement réduire le jeune homme à néant ? Elle n’arrivait pas à le croire qu’elle ne savait même pas tenir une simple promesse de la sorte. C’en était vraiment ridicule, n’est-ce pas ?

Bon, ce n’était pas tout ça mais le golem n’était pas encore mort. Avant qu’il ne puisse réagir à son mouvement, elle sauta en direction de sa tête, son genou recouvert de métal noir prenant une teinte rougeâtre. Au contact de la tête du golem, une explosion se produisit, projetant la femme aux cheveux argentés sur le côté.

Le golem s’affaissa au sol, vaincu, terrassé tandis que Manalena se redressait en grognant. Bien entendu, cela n’avait pas été fait avec douceur mais elle aurait bien aimé éviter que ça ne donne ça comme résultat. Il fallait dire que c’était la première fois qu’elle s’amusait à produire un tel effet avec l’un de ses sorts.

« Ah ! Bon sang, ça ne fait pas du bien ! Pas sûr que mon corps supporte autant ! »

Elle s’exclama cela tout en faisant à nouveau face à Tery. Et maintenant ? Qu’est-ce qu’il allait préparer ? Un autre golem ? Elle allait le stopper. Normalement, si on lui coupait un membre, il allait salement saigner mais surtout, il allait s’évanouir sous la douleur ? Non, ce genre de concept ne marchait plus sur Tery. Elle le savait parfaitement.
Par contre, elle remarquait vraiment qu’à force d’invoquer des golems, il s’épuisait de plus en plus. Si elle arrivait à faire qu’il soit à court de magie, son mental ne supporterait plus et ensuite, il allait tout simplement être facile à capturer.

« Alors, Tery ? C’est juste ça que tu comptes faire pour m’empêcher de te mettre une raclée ? Tes golems sont de vulgaires jouets. Tu ne t’es pas amélioré avec le temps. Et dire que je pensais que tu allais venir directement à moi. »

Elle faisait semblant d’être déçue. Ce n’était pas dans ses habitudes de jouer la carte de la provocation mais si cela était efficace, pourquoi s’en empêcher alors ? Surtout qu’elle voulait voir s’il y allait y répondre. Il était devenu muet depuis déjà quelques minutes et elle n’accordait plus tellement d’importance sur le combat autour d’elle. Elle était juste focalisée sur le jeune homme en face d’elle.

« Alors ? Qu’est-ce que tu attends ? Est-ce que cela veut dire que tu abandonnes ? »

« Pouvoirs … des dieux … qui l’ont … emprisonné. Je vais … le libérer. »

« De qui est-ce que tu parles, Tery ? »

Elle avait posé une question mais elle ne s’attendait pas à ce qu’il lui dise de qui il s’agissait. Tery était maintenant dans son monde et elle comprenait que le golem qu’il invoquait allait être le dernier. Pourquoi cela ? Tout simplement à cause de l’imposante ombre qui vint lui cacher la vue. Avec lenteur, elle leva la tête vers ce qui était tout simplement un colosse. Cela n’avait plus rien à voir avec les autres golems.

« MERDE ! IL EST BIEN DE CHEZ NOUS, J’ESPERE ! » cria un démon encore vivant.

La peur s’installait dans les deux camps. Même les gnomolds, réputés pour être plutôt du genre très aventuriers, faisaient quelques pas en arrière en regardant le golem gigantesque qui venait d’apparaître sur le terrain.

« NIERK ! J’imagine que c’est le petit Tery comme il m’avait prévenu ! » s’exclama l’un d’entre eux. Difficile de ne pas le reconnaître vu qu’il s’agissait de Rézar, le gnomold qui dirigeait tous les autres à l’heure actuelle.

« Qu’est-ce que l’on fait ? Même à cent contre un, pas sûr qu’on puisse le faire tomber ! »

« Pas bien grave, le but est pas de le faire tomber mais de tuer celui qui est à son origine. Je pensais que cette fichue reine de Shunter en était capable mais il semblerait que non ! »

Il avait légèrement pesté avant de regarder tout simplement ce golem. A cent contre un ? Ouais, non … Ils avaient pas besoin d’être autant, loin de là. Il se retourna vers le gnomold qui avait déclaré cela, lui mettant une claque derrière le crâne :

« Imbécile ! C’est pourtant facile de bousiller un golem ! Suffit de se focaliser toujours au même endroit et de créer plusieurs explosions à la suite. Pouvez aussi geler la roche pour ensuite la briser bien plus facilement ! Faites-le moi tomber et vite ! »

« Erk erk Rézar ! Comme tu voudras, c’est toi le chef, chef ! »

C’était mieux quand ils s’exprimaient comme ça. Qu’ils n’oublient pas qui était le chef dans toute cette histoire et ils allaient bien s’entendre. Maintenant, il pouvait juste regarder les gnomolds se focaliser sur le golem gigantesque tandis que les soldats des deux autres armées n’avaient qu’à achever le reste des démons.

« Héhéhé, il était temps que l’on fasse le ménage par ici. Si en plus, on arrive à éliminer ce fameux Tery qui pose autant de problèmes, y en a un à qui ça va plaire. »

Du côté du jeune homme cornu, celui-ci était maintenant inexpressif, presque inerte. Il ne bougeait plus, il ne faisait plus rien. Seulement un petit mouvement quand Manelena en faisait un, comme pour se rapprocher de lui.

« Tu ne te laisses vraiment pas apprivoiser, n’est-ce pas, Tery ? »

« Vide … Je me sens … vide. Il n’y … Il n’y a vraiment rien … rien du tout qui … puisse me protéger. Je suis seul, je suis vraiment seul. On me l’a retirée. »

Hmm ? Il parlait encore à voix haute mais il ne parlait guère à quelqu’un. Un bref regard vers le colosse de pierre et de terre qui balayait les gnomolds sur son passage mais elle comprenait que malgré sa stature, il n’allait pas tenir. De multiples explosions, bien mieux focalisées et efficaces que la sienne et voilà que le colosse était en train de s’effondrer au sol. Au même instant, elle sentit une vague de fraîcheur envahir le terrain.
La température venait de diminuer brusquement. La raison était là, devant elle. Tery avait les yeux baissés vers le sol, tremblant de tout son être tandis qu’elle ressentait une nouvelle énergie qui se canalisait. Pour autant, elle sentait … qu’il n’avait plus de pouvoir magique.

« Tu es complètement vidé, Tery. Tu ferais mieux d’abandonner le combat maintenant. »

« Elle … Elle … est plus là. Il n’y a plus personne. Je … Je devais la protéger, j’ai échoué. Je vais avaler ce monde. Je vais le faire disparaître. Il ne restera plus rien … du tout. »

De qui est-ce qu’il parlait ? Si c’était d’Elen, elle lui avait signalé qu’elle était encore vivante, n’est-ce pas ? Et que l’enfant se portait bien dans son ventre. Ce n’était donc pas ça, c’était autre chose ? Mais quoi exactement ?

« Qu’est-ce qui te traumatises tant, Tery ? Exprimes-toi donc ! »

Elle voulait des réponses mais le voilà en train d’ouvrir la bouche, comme pour parler. Aucun mot ne quitta ses lèvres, non, ce n’était pas ça. C’était … autre chose … C’était quoi … cette lueur blanche qui sortait de sa bouche ?
C’était quoi ça ?! Elle était en train de voir une forme sortir du sol. C’était un golem, non ? Mais il était de taille humaine, à peu près aussi grand qu’elle. Il n’avait aucune forme réelle mais la lueur blanche s’insinua dans la créature de terre. Aussitôt, des morceaux tombèrent au sol, le corps semblant s’affirmer, se modifiant sous tous les points de vue, comme si un sculpteur était en train de le tailler.


Pas normal. Ce n’était pas normal du tout. Elle avait aisément remarquer qu’une poitrine se dessinait sur ce golem. Un golem féminin ? Qu’est-ce que ça changerait exactement ? Et pourquoi est-ce que les bras … devenaient comme ceux d’un humain ? Pareil pour les jambes. C’était étrange. On dirait presque que le golem devenait comme une statue humaine.
Oui … Les traits se dessinaient de plus en plus. Outre la poitrine qui pouvait paraître généreuse bien que la taille du golem était sûrement influencée dessus, elle remarquait que les traits du visage étaient finement taillés. Dire que cela se faisait sans aide extérieure. Comme si une entité divine était en train de prendre forme. D’ailleurs, fait encore plus étrange, la chevelure qui se dessinait était comme dotée de vie. Alors qu’il s’agissait de simple morceaux de terre come le reste du golem, ils s’allongeaient et prenaient la forme de deux longues couettes sur les côtés.

Ce golem lui disait quelque chose. Elle avait la désagréable sensation de reconnaître ce golem sans pour autant y mettre un nom. Et surtout, il était peu à peu en train de se finaliser. Il avait définitivement une apparence humaine. S’il n’avait pas cette couleur de terre, elle ne verrait aucune différence avec un être humain.

« C’est quoi ce prodige, Tery ? Et c’est qui cette … Non ? Non … C’est pas possible. Tery, ne me dit pas qu’encore après tout ce temps, tu … »

« Les démons, la surface, tout … Tout doit être dévoré pour … pour avoir perdu … ce que l’on voulait protéger. TOUT ! »

Un autre mouvement dans la terre, une épaisse lame à deux mains en sortant, le golem féminin venant la récupérer au niveau de la garde. En prenant cette pose, il était maintenant impossible de se tromper sur ce que c’était ce golem féminin. Il n’y avait qu’une personne dans ce monde … et elle était morte. Pourtant, elle était devant ses yeux. Elle … Clari.

Chapitre 58 : Pour sa survie

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 58 : Pour sa survie

« Je ne faiblirais pas … à la première difficulté venue ! »

« Je m’en doutais. C’est toujours comme ça. Tu es bien trop résistant pour succomber à un seul coup d’épée, Tery. Peut-être que cela aurait été mieux pour toi. »

Et pour elle … Un seul coup, qui aurait put lui faire perdre conscience. Une capture, un emprisonnement à vie, une visite quotidienne … Il y avait tant de façons de pouvoir régler cela à « l’amiable » ou presque. Oui amiable, c’était un bien grand mot à cette occasion.

« Après ce que tu m’as fait, tu crois vraiment que tu peux me dire ça ? »

Elle haussa simplement les épaules, non pas en signe de défaite mais tout simplement pour dire qu’il ne pouvait pas lui en vouloir d’avoir agit ainsi. Elle devait prendre l’ascendant sur ce combat, qu’importe les méthodes utilisées … comme lui-même. D’ailleurs, elle ne lui avait pas encore révélé la vérité au sujet d’Elen, le fait qu’elle était encore vivante.

« Qui est le plus à plaindre parmi nous deux ? De toute façon, il me faudra aussi m’occuper d’Elise. Je ne me fais pas d’illusions par rapport à Royan, il n’arrivera pas à la tuer. »

« Et inversement. Ce sont deux idiots … Ils sont encore trop jeunes et … »

« AH ! Qu’est-ce que tu baratines ? Tu as quel âge ? J’ai pas mal d’années de plus que toi, au moins cinq, n’est-ce pas ? Ne prétend pas avoir de l’expérience au combat et dans de tels actes alors que ce n’est pas le cas, monsieur-qui-entend-une-voix ! »

« Et qu’est-ce que je devrais dire par rapport à toi dans le domaine amoureux ? »

Elle piqua un léger fard. Elle ne s’était pas attendue à une telle réplique de la part du jeune homme aux cheveux bruns, son visage se grimaçant par de la colère. Il avait VRAIMENT envie de jouer dans ce domaine ?! A lui rappeler ce qui s’était passé dans la bibliothèque ?! Cela avait été un moment de faiblesse, un moment comme il n’allait plus s’en reproduire !

« C’est déjà un geste que je regrette amèrement. Un instant où j’ai eut la mauvaise idée … »

« De te laisser aller à tes désirs hein ? Qui aurait cru que la reine de Shunter soit capable d’un tel acte ? C’est vraiment désolant. »

« DIS TOUT DE SUITE QUE C’ETAIT DEGUEULASSE ! »

Quel sujet de conversation. Pendant ce temps, les deux personnes étaient en train de se regarder en chiens de faïence, lui-même ayant finit par soigner sa blessure. Oui, il avait encore mal et il ressenti la fatigue. Ce qui voulait dire que même si son corps était soigné, ça ne changeait rien au fait que ce dernier ne supporterait pas trop d’attaques.

« Qui sait ? Qui suis-je pour juger de tels actes hein ? De toute façon, il en est ainsi et pas autrement. Ce n’est pas comme si y avait un avenir de ce côté. »

« C’est vrai. Je n’aurais pas dû lancer ce sujet, je suis fautive sur le coup. »

« Tant mieux si tu comprends tes erreurs … et que tu es prête à accepter celles des autres mais ça, c’est beaucoup plus difficile, n’est-ce pas ? »

« Si c’est pour me faire la morale, tu peux t’en abstenir, compris ? »

Elle parlait encore assez sèchement mais pourtant, il ne releva pas l’agressivité dans sa voix. Ils étaient sur le champ de bataille mais le combat entre eux deux … s’était mis en pause. Les deux personnes continuèrent de s’observer, voir si l’un des deux allait lancer l’assaut sur l’autre. Tery finit par pousser un soupir avant de dire :

« Désolé pour toi mais je ne peux pas rester plus longtemps à ne rien faire. Les autres démons ont besoin de moi et si je ne les aide pas, on va perdre ce combat … et perdre, c’est considérer que nous sommes tous morts. »

« Vos chances de victoire sont inexistantes, tu pourrais autant aller rendre les armes et ensuite, on verra ce que l’on peut faire de toi et Elise. Par contre, les autres démons seront morts. »

Bien entendu, bien entendu. Il eut un petit rictus mauvais, comme si ce qu’elle venait de dire confirmait simplement une chose. Il finit par lui répondre :

« Je dois imaginer que je suis un peu un privilégié à cause de mon histoire, c’est ça ? »

« Je devrais te tuer, Elen aussi. Nous devrions tous prendre nos armes, tour à tour, et te faire souffrir de la même façon que tu as planté ta griffe dans le corps d’Elen et … »

« Pourquoi tu as dit « Elen aussi » ? Elle est morte avec … mon enfant, n’est-ce pas ? »

« Je ne répondrais pas à cela. Ce n’est pas à moi de te donner ce que tu désires, Tery. Est-ce que tu es prêt à retourner parmi nous et à être jugé pour tes actes ? »

Ah ! Cette question ! Ce combat ne menait à rien. Ce combat était ridicule. Tout était ridicule, TOUT ! Mais cette fois-ci, il n’était pas possédé par une voix étrange ! Il la regarda, ses yeux rubis plongés dans ceux de la femme aux cheveux argentés :

« Non, cette fois-ci, je ne chercherai pas à trahir. C’est ma véritable nature. Je suis un être démoniaque, qu’on le veuille ou non. Je ne vais pas abandonner ma race simplement pour finir emprisonné dans un cachot sordide. Je suis un démon, je dois vivre avec. Ma race ne cherche pas forcément le conflit … du moins, au départ. »

« A qui est-ce que tu veux faire croire ça, Tery ? Vous avez été enfermé pendant des siècles voire des millénaires, ce n’est pas pour rien ! »

« Les démons ont été si mauvais que Sérest et Séran ont chercher à nous épauler pour ouvrir les portes démoniaques. Or, ce sont les réincarnations de Zélisia et Alzar, n’est-ce pas ? Ils ont compris que c’était une erreur mais vous … vous … »

« Et toi, tu fais exactement celle qui est de considérer que si c’est dans ton sang, tu es destiné à suivre cette voie ! Tu oses abandonner l’idée même de te rebeller contre ton sang car tu y as succombé une unique fois. Tu es faible ! FAIBLE ET RIDICULE ! »

« Et si c’est le cas, que vas-tu faire, Manelena ? »

Il ne cherchait pas à se leurrer. Il était parmi les siens, parmi les démons. Même si dans le futur … cela voulait dire qu’il devait renier tout ce qui s’était passé auparavant. Pour autant, en la regardant s’enrager devant lui, il avait finit par se demander … si elle voulait vraiment l’abattre. En plus, elle était devenue encore plus puissante, n’est-ce pas ?

« Tu devrais montrer ta véritable force, Manelena sinon … »

« SINON QUOI ?! Qu’est-ce que tu compterais me faire si je fais pas ce que tu désires hein ?! DIS LE-MOI TERY ! JE N’ATTENDS QUE CA ! »

Elle criait, elle enrageait, elle fulminait. Elle voulait sa mort … mais en même temps, elle lui laissait tellement d’ouverture pour qu’il s’en sorte mais … il n’en acceptait aucune. S’il était tant décidé à mourir, elle allait se faire une … joie de l’accomplir !

« Tu n’auras pas à m’en vouloir de t’exécuter, Tery ! Elen sera triste de voir que le père de son enfant ne pourra jamais le prendre dans ses bras mais … tu es le seul responsable dans cette histoire ! Je vous jure, pourquoi est-ce qu’il a fallut que vous me fassiez un tel coup tous les deux ?! JE SUIS LA REINE DE SHUNTER ! JE NE DEVRAIS PAS AVOIR A ME PREOCCUPER DE TOUT CA ! VOUS ÊTES LES SEULS RESPONSABLES ! »

Ah, il en était sûr et certain. Elle s’énervait. Il préférait ne pas se laisser avoir par les sentiments. La culpabilité, il l’avait depuis des mois. Il était … soulagé de savoir qu’Elen était vivante et qu’il … allait avoir un enfant. Mais à côté, il était rongé par le remord car jamais, il ne pourra voir ce dernier. A côté de ça, cette femme aux cheveux argentés qui s’énervait, elle avait une place vitale dans son coeur.

Elle était … l’une des fondations de son être. Elle était si importante, si majestueuse, si impériale. Elle était le genre de femmes forte et puissante, qui ne mâchait pas ses mots et qui se donnait à fond dans ses objectifs pour accomplir ces derniers. Et là, elle tenait fermement une épée longue dans sa main droite. L’aura ténébreuse s’entremêlait avec celle sainte qui animait tout son corps.

« Vraiment … Zélisia a grandement exagéré en confiant de tels pouvoirs. »

« Je ne vais pas le renier, Tery. Elle ou … il m’a fait un énorme cadeau. Il m’a dit qu’avec cela, je pourrais purger ce qui se trouve dans les tréfonds de notre monde. Il faisait sûrement référence à vous autres, démons. »

Alors pourquoi est-ce qu’il avait chercher absolument à les libérer ? Quitte à ce que leur enfant en meure ? Ou du moins … presque. Comment se faisait-il qu’elle était vivante d’ailleurs ? Ce n’était pas normal, n’est-ce pas ?

« On a assez discuté … Maintenant, il n’y a plus aucun répit. »

Elle s’était finalement décidée ? Il la regarda doucement, avec un peu d’appréhension. Elle voulait vraiment se donner à fond et il ne pouvait pas lui en vouloir. Il hocha la tête à ses propos, comme pour signaler que le message était bien passé.

Voilà que ses griffes arrivèrent à parer juste à temps son épée longue mais elle n’hésitait plus un seul instant. Entre ses coups d’épées, ses coups de poing et ses coups de pied, elle ne lésinait pas sur les moyens pour arriver à ses fins.
Avec son épaisse armure noire, elle n’avait pas à craindre qu’il puisse lui faire mal hein ? Du moins, plus qu’il n’en faut. Cette armure noire … si lourde et pourtant, elle n’avait aucune difficulté à se mouvoir avec. C’était impressionnant, vraiment très impressionnant mais en même temps, ça n’avait rien d’illogique. Depuis combien de temps s’entraînait-elle avec cette armure sur le corps hein ? Tout son être s’était adapté pour ça.

« Je n’ai même pas le temps de souffler ! »

« Je t’ai dit de ne plus ouvrir la bouche, TERY ! Acceptes tout simplement de mourir ! »

Elle était vraiment enragée. Et lui-même … reconnaissait pleinement qu’il n’allait pas faire long feu à cette allure. La force de Manelena était réelle. Elle avait toujours été très puissante mais aujourd’hui, elle l’était encore plus.


Pour tout dire, c’est à peine s’il pouvait répliquer. Elle ne lui en laissait pas la possibilité malheureusement. La femme aux cheveux gris faisait jaillir des éclairs et des lames de vent au bout de son épée longue. Aucun démon et aucun soldat ne cherchait à se rapprocher d’eux, sous peine de mourir instantanément.

« J’ai même pas la possibilité de … »

« Qu’est-ce que j’ai dit, TERY ?! On dirait que je ne frappes pas encore assez fort pour que tu puisses te permettre de perdre ton temps à tenter de parler ! »

Vrai que c’était l’une des premières bases lorsque l’on exécutait un exercice physique : se taire pour économiser son souffle. Qu’elle lui fasse la leçon en ce moment même, c’était assez amusant … et un peu triste aussi, il fallait reconnaître. Mais oui, ce n’était pas le moment de penser à de telles choses car Manelena n’imaginait certainement pas la même.

Par contre, il reculait sans cesse, elle frappait de plus en plus fortement. Dire qu’elle maniait tout : l’endurance, la force, l’agilité, la rapidité, la magie. Vraiment … C’était tout simplement … splendide. De telles capacités dans un seul et unique corps.
Et pourtant, cette femme existait. Elle n’était pas parfaite, elle avait de nombreux défauts, elle criait, elle hurlait, elle frappait … mais elle avait en même temps de si nombreuses qualités et pas uniquement physiques. Ah  … Il avait envie de retourner auprès d’elle, d’Elen et des autres. Il avait envie de revenir parmi les autres.

Mais non, il ne pouvait pas. Il ne se l’autorisait pas. Tout son être refusait ça car … il avait accomplit des gestes malheureux, regrettables, que tant d’autres seraient déjà morts pour avoir osé les faire. Il n’était pas différent. Il devait … payer ses peines.

« Qu’est-ce que tu fais donc ?! Tu ne répliques plus, Tery ?! »

« Ce n’est pas … toi qui disait que je devais éviter de parler en plein combat ? »

Bien entendu, le mieux aurait été de s’abstenir de lancer une petite pique de la sorte mais il n’avait pas put s’en empêcher. Pas qu’il aimait voir le visage de Manelena se tordre par la colère mais bon … Il savait qu’il n’avait pas d’autres choix.

« Pardonnes-moi mais je vais devoir te retenir. »

Au moment où elle avait décidé de lancer un nouvel assaut, deux mains de pierre sortirent du sol, venant l’immobiliser et la retenir, l’empêchant de se mouvoir. Il voulait juste gagner quelques précieuses secondes. Dire qu’il suffirait de la tuer maintenant … pour que ça se termine. Qu’il n’ait aucun regret ou autre.

Et voilà qu’il posait ses mains sur le sol. Il avait décidé de sortir le grand jeu : Invocation de golems. Il n’y en avait pas un ou deux, non, ils étaient plutôt une bonne dizaine, de taille humaine et déjà prêts à agir. Manelena avait explosé les deux mains qui la retenaient, retrouvant le sol alors qu’elle fronçait les sourcils.

« Tu pouvais aisément me tuer si tu en avais l’occasion. Pourquoi est-ce que tu ne l’as pas fait ? Et ne prétend pas que c’est pour l’honneur ou autre ! »

« Car je sais pertinemment que si je m’approchais de toi à ce moment précis, tu aurais réussi à t’extirper pour me tuer ? Je ne suis pas stupide. »

« Tsss … C’est vrai que j’attendais le bon moment mais tu n’es pas tombé dans le piège. Et tu crois vraiment que tes golems ridicules vont pouvoir faire quelque chose ? »

Au fond d’elle, elle aurait espéré une autre réponse de sa part mais c’était trop demander à ce sujet. Et de toute façon, qu’est-ce qu’elle espérait ? Elle observa les golems avec dédain. Aucun n’était différent des autres.

« Visiblement, tu ne peux pas te permettre l’originalité quand ils sont trop nombreux, n’est-ce pas ? De toute façon, ils vont disparaître. »

Et si c’était le seul moyen qu’il avait trouvé pour se permettre de gagner du temps, il se trompait lourdement. D’ailleurs, elle n’était pas aveugle, n’est-ce pas ? Elle le voyait qui haletait déjà, presque épuisé.

« J’en ait pas envie … J’ai pas envie que ça se passe ainsi. »

« Hum ? C’est un peu tard pour les regrets, Tery. » dit Manelena, haussant un sourcil à ses propos. Il n’avait plus amorcé de mouvement tandis que la dizaine de golems restait entre elle et lui. Pourquoi venait-il de dire ça ?

« Les soldats, les gnomolds, tout le reste, je peux m’en passer mais … pas ici. »

Il continuait de parler, ne cherchant pas à expliquer pourquoi il s’exprimait de la sorte. Manelena émit un grognement de mécontentement : comme d’habitude, il cherchait tout simplement à voiler la vérité ! Comme d’habitude, il ne s’exprimait pas comme il le fallait !

« TU ME FAIS VRAIMENT CHIER, TERY ! »

C’était toujours ainsi ! TOUJOURS ! D’un mouvement de sa lame, elle vint créer une imposante vague de vent, cherchant à repousser tout le monde devant elle. Les golems ne fléchirent guère, Tery prenant appui sur ses jambes, deux petites mains de pierre sortant du sol pour éviter qu’il ne recule.

« Toujours, c’est toujours ainsi ! A CHAQUE FOIS ! Je vais exploser tes golems, un par un, sans aucune interruption ! Tu peux en faire apparaître autant que tu veux, ça ne changera rien du tout à ce que je prévois de faire ! Compris ?! »

« On fait du zèle et ensuite, on est dépité. Je n’ai pas envie d’en arriver à ça mais je n’ai pas le choix. Je n’ai pas le choix car je suis un démon et toi, tu es une humaine. Je ne peux … »

« Tu le prends comme ça hein ? C’est décidé, tu l’as chercher. »

Sans aucun remord ou hésitation, elle lui tourna le dos … avant de disparaître de son champ de vision. Son épée vint se planter dans le corps d’un démon, puis un autre. Elle n’avait aucun mal à faire un carnage parmi les troupes démoniaques au départ. La raison était simple : aucun ne pensait qu’elle s’en prendrait à eux alors qu’elle était occupée avec Tery.

« Elle fout quoi ici la reine de Traslord ?! Y en avait pas un qui s’occupait d’elle ?! »

« Bien sûr que si mais … ELLE ARRIVE VERS MOI ! »

Le second démon s’apprêtait à crier mais avant même que Manelena n’arrive à sa hauteur, un rocher vint percuter la femme en armure noire, la faisant basculer sur le côté malgré qu’elle avait déjà prévu le coup. Arrivant à amoindrir le choc, elle se retourna vers Tery, les golems portant chacun une pierre de la taille d’un être humain dans leurs bras.

« Je vois que tu veux me voler mon idée, Tery. »

Et avec bien plus d’efficacité. Alors qu’elle-même ne pouvait en tuer qu’un par un, les golems de Tery faisaient simplement un joli carnage parmi les troupes adverses. Les rochers roulaient et écrasaient bon nombre de soldats sur son passage, les démons les évitant juste au dernier moment. Manelena revint au niveau de Tery, cherchant à le frapper pendant qu’il était concentré à donner des ordres à ses golems.

« On dirait que tu ne vas pas très bien n’est-ce pas hein ? »

« Je … suis épuisé par rapport à tout ceci. Je suis épuisé … de tout ce que je vois … Ca m’embête, ça m’ennuie. J’en ait assez … de tout ça. »

Il voulait que ça s’arrête. Il voulait que ça se termine. Il pencha la tête sur le côté avant de soupirer, ordonnant à ses golems de venir s’en prendre à Manelena. Est-ce qu’il devait la tuer ? Juste la blesser ? Qu’est-ce qu’il devait faire exactement ? Qu’est-ce qu’il devait … comment devait-il réagir exactement ?

« Je … suis fatigué, Manelena. Je crois que je vais en terminer. Je dois lutter ! »

« C’est pas la première fois que tu réagis comme ça, toi. Qu’est-ce que ça veut dire ? »

Non pas qu’elle était inquiète, loin de là. C’était bien différent de tout ça. Néanmoins, elle ne pouvait que constater que tout cela, lorsque ça arrivait, présageait simplement du pire. Il commença à poser une main sur son front, marmonnant :

« J’ai à nouveau la migraine. Quand j’étais sous terre, je ne l’avais plus. Mais depuis que je te revoie, et que tu me dis … qu’Elen est vivante, j’ai à nouveau mal. Pourquoi vous avez les pouvoirs de Zélisia et Alzar ? Pourquoi ? »

« Qu’est-ce que tu baragouines encore, toi ? Qu’est-ce que tu comptes faire ? »

Ouais, il valait mieux … QUOI ?! Les golems étaient en train de se mouvoir vers elle ! Même s’ils étaient très lents, comment se faisait-il qu’ils agissent sans lui ? Non, il avait fait quelques mouvements de la main pour les guider.

« Si c’est vraiment ce que tu veux, je vais te donner satisfaction ! »

Et elle n’allait pas se priver pour y aller à fond ! Avec agilité et grâce, elle n’eut aucune difficulté à éliminer les deux premiers golems et cela malgré la belle carapace de pierre qui protégeait leurs corps. Vraiment, c’était comme ça ?

« Il va falloir faire bien plus que ça pour me faire peur, Tery. Tu as quoi de mieux à me montrer ? Et pendant ce temps, tu n’as pas remarqué une chose ? »

D’un mouvement de la main, elle montra la zone de combat autour d’eux. C’est vrai … Ils étaient pas seuls. Elle avait rapidement jeté un regard à Royan et Elise, les deux personnes s’affrontant sans réelle motivation.

« Tu vois ça ? Les trois quarts des démons sont déjà morts, Tery. Vous avez perdu. On a peut-être déjà perdu la moitié de notre armée mais ce n’est rien par rapport à ce qui vous attends. Plus de vingt personnes pour un démon, des personnes entraînées à les combattre. »

« Manelena … Tais-toi … s’il te plaît. J’ai encore plus la migraine. Vous avez des protections divines. Vous êtes bien plus forts. Je n’ai pas à me retenir. Je n’ai plus à me retenir maintenant. Il me faut absolument vous combattre. IL LE FAUT ! »

C’était ça ! C’était le fait de savoir qu’ils possédaient une force provenant d’ailleurs ! Des deux divinités de ce monde ! C’était ça … qui le mettait dans cet état. Pourquoi se retenir alors qu’en face, ils n’hésitaient pas sur tous les moyens tant qu’ils étaient bons ?

« Vous êtes … tous ensemble. Vous êtes … tous réunis. C’est bien, je suis … content pour vous. Vous voulez gagner ? Mais ça ne sera pas possible. Je suis seul … vraiment seul. »

« Tu me fais chier, Tery ! Pourquoi toujours comme ça ? POURQUOI FAUT-IL QUE CA SE PASSE TOUJOURS COMME CA AVEC TOI ?! »

Trois autres golems détruits et voilà qu’elle vint parer deux attaques de la part de ceux restants. La puissance des coups avait suffit à la faire rejeter en arrière sur plusieurs mètres. Un coup suffirait sûrement à briser ses os et cela malgré son armure. Mais ce n’était pas eux qui l’intéressaient. C’était … le jeune homme derrière ses golems.