Chapitre 103 : Les deux héros

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 103 : Les deux héros

« Il se trouvait donc bien au sommet de la tour. Tu avais raison, Tery. »

« Je ne suis pas sûr d’être très heureux à ce sujet, Manelena. »

Il avait sacrément mal au crâne mais l’explication était juste devant ses yeux. Deux têtes, deux imposantes têtes d’aigle. L’une était couverte de plumes blanches tandis que l’autre était complètement brune. Et ce corps … Ce corps était monstrueux ! Un aigle normal devait faire une envergure au grand maximum de deux mètres cinquante et encore, c’était très rare. Ici, on avait plus l’impression qu’il en faisait une vingtaine. Les deux serres étaient sûrement capables de prendre un humain pour le briser en morceaux mais surtout … cette magie qui émanait de lui n’était pas rassurante.

« Deux démons ? Il est rare que deux êtres de cette race arrivent à survivre dans un même temps. Très étonnant … mais ce qui l’est tout autant est le groupe formé. Comment cela se fait-il que les deux héros d’Alzar et Zélisia soient présents ici ? »

« Les héros ? » demanda Tery en regardant le couple avec interrogation.

« Oh vous savez, ce que l’on vous racontait, nous n’avions aucune raison de vous mentir. Mais je remarque alors que seul le chef des créatures légendaires se rappelle de notre existence. Comment allez-vous, Trozeral ? »

« Je ne pense pas qu’il soit bon de parler de nos états d’âme en vue de ce qui se passe actuellement. Comprenez-vous les erreurs que vous commettez ? »

« Les lois divines sont parfois incompréhensibles. Néanmoins, ce choix que nous avons décidé d’accepter est le nôtre. Nous ne pouvons pas retourner en arrière. »

« Il est toujours possible de stopper cette folie. Vous êtes accompagnés par deux démons. Vous savez la raison de leur présence dans ce monde. »

Le couple hocha la tête positivement, comme pour bien signaler qu’ils comprenaient parfaitement ce qui allait se dérouler, avec qui ils étaient accompagnés et pas seulement. Leurs regards se posèrent sur Elen, celle-ci clignant des yeux avant de murmurer :

« Qu’est-ce qui se passe ? Vous avez des choses à nous révéler ? »

« Nullement, pas pour le moment. Tout ce que vous devez savoir, c’est que … vous vous trompez sur Trozeral depuis le début. Mais j’imagine qu’il cache bien son jeu. »

« Je n’ai pas à révéler ma puissance à ceux qui sont trop faibles pour que j’y ait recours. Néanmoins, maintenant que je vous aies emmenés ici … il est temps pour moi de me mettre en action. Si je peux stopper ce cataclysme, je le ferais … à tout prix. »

Il n’avait pas vraiment la possibilité de discuter avec cet aigle, n’est-ce pas ? Néanmoins, il semblait beaucoup moins fou que les autres et peut-être qu’il était capable d’être raisonnable ? Non, c’était juste stupide d’imaginer ça, particulièrement stupide. Il allait devoir se battre, comme les autres mais avant  …

« Que les soldats s’éloignent de la zone de combat ! Je ne voudrais pas que vous soyez morts en vain. Vous n’êtes pas de taille face à lui ! »

« Euh … vous êtes sûrs qu’on peut vous laisser gérer cela ? Nous devons servir le prince et la reine. Nous ne pouvons pas reculer devant l’ennemi. »

« Vous ne pouvez pas, soit. … mais ça ne veut pas dire que vous devez mourir stupidement sans même avoir réussi à lui infliger ne serait-ce qu’une entaille ! Ce genre de monstre n’est pas fait pour vous. Il est beaucoup trop puissant ! »

« On est libres d’obéir ou non. Ne croyez pas que nous sommes si faibles que ça ! »

Impossible de raisonner les soldats. Ils ne comprenaient pas pourtant qu’ils n’allaient rien pouvoir faire face à cette créature ? Le jeune homme aux cheveux bruns regarda Manelena et Royan, espérant qu’ils allaient les raisonner.

« Faites comme vous le désirez. Vos morts ne seront pas oubliées. » dit tout simplement Maneena, Tery clignant des yeux. Euh … Ce n’était pas vraiment cette réponse qu’il attendait. Il bredouilla envers la monarque de Shunter :

« Euh Manelena, ils vont sûrement mourir et tu veux … vraiment les laisser ? »

« Certains sont prêts à tout pour servir leur roi ou leur reine. Ne te mets pas en travers de leurs désirs, Tery. Je ne les conspuerais pas s’ils décident de fuir ensuite. »

Elle semblait vouloir rassurer les différents soldats. Ces derniers voulaient se battre … mais bon … Le jeune homme aux cheveux bruns ne pouvait pas les empêcher. Il ne fit que murmurer que c’était un peu de folie bien qu’il acquiesçait aux propos de Manelena. Le plus important était de partir tout de suite au combat !

« Quelle tête brûlée. Comment se fait-il que tu aies survécu depuis tout ce temps ? D’ailleurs, deux enfants démoniaques ? Est-ce qu’après tout ce temps, ils commenceraient à faiblir ? Pourtant, ce sont eux les premières victimes de cette fermeture avec l’autre monde. »

De quoi est-ce que cette tête d’aigle parlait ? D’ailleurs, son nom lui rappelait quelque chose. Le symbole à Midès. Il y avait quelque chose qui clochait avec cet aigle, quelque chose que nul n’avait réellement corrigé depuis tout ce temps.

Sauf que … dans son esprit, tout était loin d’être clair. Il y avait un problème. Il y avait un problème ! Le symbole de l’aigle … pour cette guilde où il y avait une représentation des cinq créatures légendaires. RAAAAAAAAAAAH ! Puis zut ! Il allait s’y jeter tout de suite ! Ses deux mains en arrière, le jeune homme se donna une légère impulsion, utilisant une projection de vent avant de se retrouver à la hauteur des deux têtes de Trozeral.

« Vraiment ? Vouloir se battre dans les airs face à nous ? »

Un battement d’ailes et le jeune homme retrouva le sol, sa tête percutant ce dernier assez violemment puisqu’un filet de sang se fit voir lorsqu’il se releva. AIE ! L’aigle bicéphale tait encore pire que les autres. Le fait qu’il soit nullement énervé … le rendait plus puissant.

« Tery, espèce d’imbécile ! Tu n’oublierais pas que nous sommes là ? »

Manelena qui lui criait dessus. Chose plus que logique alors qu’il était à nouveau correctement debout. Il fixa son adversaire, droit dans les yeux, comme pour voir ce qu’il comptait faire. L’aigle bicéphale ne comptait pas attaquer ? Contrairement aux autres, il semblait tellement plus sage. Peut-être qu’ils … pouvaient discuter.

« Bon, on fait comme d’habitude. Par contre, vu qu’il y a que du vide autour, j’imagine qu’il vaut mieux éviter de trop en faire pour le moment. Essayez de vous battre qu’au centre ! »

Voilà qu’elle redonnait les consignes pour qu’ils puissent tous s’en sortir. Sans elle, ils étaient sûrement perdus. Elle restait la plus doue en terme de tactique. Elle n’avait pas été maréchale pour rien. Elle savait se battre … et elle savait diriger, que cela soit un peuple … ou une armée. Tery murmura à la femme aux cheveux argentés :

« On écoute toutes tes consignes, Manelena. Dis nous ce qu’il faut faire. »

« Déjà, Tery, est-ce que tu serais … capable de créer de nombreux murs de pierre derrière nous ? De plusieurs mètres de hauteur, environ une dizaine. Si d’autres en sont capables, même à plusieurs, faites le. »

Hein ? Bien entendu qu’il en était capable. Il accomplit le geste demandé, les soldats de Shunter le regardant faire avec un peu d’émerveillement tandis que d’autres cherchèrent à l’imiter. Mais pourquoi une telle chose ? Elle expliqua :

« Vu la puissance des bourrasques, je préfère encore qu’un soldat rencontre un mur de pierre plutôt que de tomber dans le vide pendant de longues minutes, très longues minutes sans pouvoir agir. Cela ne serait pas humain de notre part. »

« C’est … tout à fait vrai. Je confirme, oui. C’est parfait ! »

L’aigle ne bougeait pas de sa position, regardant tout simplement les humains qui préparaient le terrain pour se battre. Pourtant, Elen avait les yeux rivés sur lui.

« Pourquoi est-ce que vous cherchez tant à tuer Tery et Elise ? Ce sont des démons ? Et alors ? Qu’est-ce que cela change ? »

« Cela change qu’ils seront responsables de bien des malheurs. Nous avons été crée pour empêcher que les portes démoniaques ne s’ouvrent dans ce monde dans lequel vous habitez. Il en est de notre essence même lors de notre création. Nous ne pouvons pas lutter contre cela. Je vous retourne la question : Pourquoi vous obstinez vous à accompagner, protéger et vous battre aux côtés de deux êtres qui causeront la destruction de ce monde. »

« Qu’est-ce qui vous fait dire cela ? Les portes ne s’ouvriront pas même si vous êtes mort ! Il y a beaucoup plus à faire pour cela ! »

« Il est vrai … qu’il y a deux autres conditions. Mais elles sont réunies. Et rien qu’avec l’accomplissement qui consiste à m’élimine, l’ouverture des portes démoniaques sera plus aisée … et les êtres qui y habitent pourront plus facilement vous manipuler. »

Elle aurait bien demandé à savoir de quoi il parlait mais l’aigle bicéphale était bien l’unique créature qui ne s’emportait pas face à la présence de Tery et Elise. Car elle savait qu’elle pouvait gagner aisément cette bataille ? Car elle avait quelque chose encore à montrer ?
Mais cette fois-ci, elle vint réagir. Elle n’allait pas rester là sans combattre. La créature ailée déploya ses dernières, cachant la vue à tous et à toutes. Un battement d’ailes et les soldats furent repoussés en arrière pour la majeure partie. Néanmoins, les murs de pierre vinrent arrêter leur projection, des petits cris de douleur se faisant entendre.

« Aie aie aie … Ca fait sacrément mal … un mur. »

« Au moins, on est pas morts, c’est déjà ça. OUCH ! Mon dos, il me fait souffrir ! »

S’ils arrivaient à se plaindre, c’est que c’était bon signe ! De leur côté, ils avaient la surprise de voir que malgré qu’ils avaient reculé, le vent ne les avait pas projetés en arrière. Un petit regard et l’explication fût très vite donnée : Sérest et Krawnia ! Les deux femmes issues de Claudiska battaient des ailes pour produire un vent contraire, bien moins puissant que celui de l’aigle bicéphale mais néanmoins capable de leur permettre de ne pas se retrouver en train de voler dans les cieux pour finir par s’écraser plusieurs centaines de mètres plus bas.

« Si on n’avance pas, on n’arrivera à rien du tout ! »

Manelna venait de faire une réflexion des plus logiques mais il ne pouvait que sourire devant sa remarque. Sauf que ce n’était pas le moment de se moquer d’elle, pas du tout ! Elle n’allait clairement pas apprécier ça donc il voulait éviter d’avoir de plus gros ennuis que ça. Surtout qu’en ce moment même, il n’était pas certain de vouloir se déconcentrer de sa tâche actuelle.

Comment pouvaient-ils empêcher l’aigle bicéphale de continuer à battre des ailes ? Et surtout de faire un carnage ? Il y avait de fortes chances qu’ils … non ! Il ne devait pas penser négativement ! S’il commençait à imaginer d’être défait par ce monstre, cela reviendrait à faire que la mort de Clari ne serve à rien.
Une main posée sur le sol, puis une seconde et il était enfin prêt. Il allait devoir un sacré ménage et … Hein ? Des éclairs passèrent à côté de lui, frappant les deux têtes de l’aigle sans une seule once d’hésitation. Rapidement ce fût des flèches et des plumes qui vinrent se joindre aux éclairs de l’électricité parcourant les projectiles.

« Puisque tu es un oiseau, tu ne dois sûrement pas apprécier ce genre de traitements, non ? »

Manelena disait cela avec une petite pointe d’ironie, s’étant clairement mise en position pour lutter contre cet adversaire commun à tous. Qu’il soit une créature légendaire ne le rendait pas invincible et ils avaient put le voir par quatre fois auparavant.

« Ca semble si facile quand on vous regarder faire. » murmura le jeune homme aux cheveux bruns, restant pourtant dans la même position qu’avant. Hum … Le sol était fait de roche, il pouvait donc en profiter. Il se concentra, commençant à donner vie à un unique golem de pierre, d’environ cinq mètres de hauteur. La différence majeure par rapport à ceux habituels était principalement ses mains. Celles-ci étaient remplacées par des écus, d’imposants boucliers qui devaient bien faire la taille d’un être humain.

« Cela devrait nous être assez utile normalement ! »

Utile comme barrière contre les bourrasques de l’aigle bicéphale. Et d’ailleurs, vu la taille du golem, même s’il restait un peu ridicule par rapport à l’oiseau, il était plus qu’impressionnant pour les soldats qui n’avaient eut qu’à peine le temps de voir ceux du huitième étage avant d’être emmenés avec eux à cet endroit.

« Je vois comment vous avez réussi à tenir tête et à vaincre les autres. »

« Ils sont plus puissants qu’on ne le croit. Ils possèdent une force impressionnante. Même ses soldats ne sont pas n’importe qui. Sûrement une élite militaire … et cet adolescent de Traslord. Il possède du sang royal et son expérience fait qu’il deviendra un grand monarque. Mais nous ne sommes pas facilités par le fait qu’ils soient aidés par elle et les héros. Et ces deux démons, est-ce que tu as ressenti ce qui se trouve en eux ? »

« Plus que le ressentir ! Tous les pores de ma peau en tremblent encore ! Ces deux-là … ne sont pas des démons ordinaires. Il faut absolument que l’on s’en débarrasse le plus tôt possible … avant même que l’on ne se pose plus de questions. »

« On n’a pas parlé autant depuis des siècles hein ? A croire que vivre seuls au sommet de cette tour, ce n’était pas vraiment la meilleure idée qui soit. »

« Et dire que nous pensions être discrets et en sécurité. » termina de dire la première tête de l’aigle alors que l’autre plongeait dans le mutisme à son tour.

Et pendant ce temps, la petite troupe de combattants se réunissait, cherchant à envisager une nouvelle tactique. Malgré la foudre qui avait réussi à s’abattre sur l’imposant oiseau, celui-ci n’avait guère poussé de cri. Est-ce que la foudre ne lui faisait aucun effet ? C’était tout simplement possible ! Manelena émit un grognement avant de serrer le pommeau de son épée, il y avait sûrement … du laisser-aller.

« Je n’ai pas mis assez de force dans ma frappe, voilà tout ! Je vais juste arrangé ça ! »

« Attends un peu, Manelena ! Et si nous frappions avec divers éléments ? Réfléchissez un peu. Si Trozeral se trouve entre les deux nations, il possède sûrement des affinités avec l’une ou l’autre, non ? Peut-être que … »

« Essaie plutôt de réfléchir de ton côté. L’eau est conductrice pour l’électricité et les oiseaux ne supportent pas la foudre. A partir de là, il devrait être bien plus faible même ! »

Si seulement c’était aussi simple que ça … mais ce n’était pas le cas. Il y avait bien quelques plumes brûlées, signe que l’attaque n’avait pas été totalement inefficace mais amoindrie. Il avait une résistance naturelle aux attaques électriques mais comment ? Et pourquoi ?

« Le mieux dans ce genre de situation, c’est d’utiliser tous les éléments … et n’hésitez pas à profitez de vos lignes de Zélisia et Alzar ! Il a bien une faiblesse ! »

Séran qui prenait la parole. Il était vrai qu’avec son allure, il avait tout du combattant des plus aguerris. Et de toute façon ,vue sa carrure et ses dires, on ne pouvait qu’essayer !

Qu’essayer de maximiser les dégâts. L’imposant homme d’Honoros avait maintenant ses lignes de Zélisia sur le visage, se tournant vers Elise en hochant la tête. Elle se plaça à côté, les cornes se trouvant sur le crâne de la demoiselle aux cheveux auburn. Leurs mains ciblèrent les cieux au-dessus du corps de l’aigle, la créature commençant à se mouvoir comme pour esquiver une attaque invisible pour le moment.

« Je ne compte pas rester là sans réagir. Je ne suis pas né de la dernière pluie. »

« Nous savons parfaitement ce que vous comptez préparer. Cette attaque sera votre propre tombeau, commis par votre folie. »

« Rien que ça ? Ce n’est pas bien grave. Si tu continues à bouger, nous ne pouvons alors que te forcer à rester immobile pendant quelques secondes. »

Ce fut Elen qui bandait son arc en direction de l’aigle bicéphale, de l’électricité tournoyant autour de sa flèche. Mais elle n’était pas seule. A ses côté, six soldats et Manelena se trouvaient là, les soldats montrant quelques lignes jaunes sur leurs bras tandis que Manelena gardait les lignes d’Alzar sur son visage.

« Il est vrai que cela ne sera pas très efficace … mais pour paralyser une personne, la foudre a toujours été le meilleur choix ! »

Des fils électriques attachés à la flèche. Celle-ci fût tirée au-dessus de l’aigle bicéphale, les soldats faisant de même bien que cela ne ressemblait qu’à de simples sphères électriques. Néanmoins, chaque sphère prenait position autour de l’aigle alors que la flèche se maintenait au-dessus de Trozeral. Manelena grommela :

« Visiblement, c’est à moi de tout faire dans cet endroit. »

Mais pourtant, elle s’exécuta sans un mot. D’un mouvement très rapide avec son épée, des fils électriques quittèrent sa lame, venant se joindre entre les sphères et la flèche, prenant la forme d’un filet comme ceux utilisés pour la pêche bien que la taille était beaucoup plus grande. Le filet s’abattit sur l’aigle, celui-ci poussant plusieurs piaillements de colère.

« Tsss … Ca ne sera pas suffisant pour me stopper ! Je peux encore me … »

« Non non, ce n’est pas possible. Nous ne pouvons pas laisser faire cela. »

Ce fût Tery maintenant qui bloquait les paroles du monstre légendaire, des soldats l’accompagnant à son tour alors qu’il plaçait ses mains sur le sol. De nombreux bras faits de marbre sortirent du sol, s’allongeant pour attraper les serres de l’aigle qui se débattait pour briser ce filet électrique. Finalement, il percuta le sol, les becs claquant contre le marbre en explosant en petits morceaux deux dalles.

Chaque sphère s’insinua dans le sol du sommet de la tour, mettant alors plus de force à paralyser l’aigle au sol. Simple, c’était devenu bien plus simple. Et vu ce que préparaient Séran et Elise, il valait mieux reculer ! Tery ordonna d’un geste de la main :

« Que tout le monde se mette à l’abri ! ET VITE ! »

Tous se placèrent derrière l’imposant golem, celui-ci mettant un genou au sol, ses écus positionnés en diagonal. Les soldats pouvaient à peine voir ce qui tombait du ciel : une pluie de flammes. C’était véritablement une pluie de feu qui venait s’abattre sur l’oiseau.
Une pluie dévastatrice, capable de tout balayer sur son chemin. Une pluie qui n’aurait aucune hésitation pour tout rayer sur son passage. L’oiseau poussa un hurlement, puis un second … et enfin un troisième, beaucoup plus « inhumain », ce qui parut étrange par rapport au comportement habituel de la créature.

Mais les flammes avaient fait leur office et une épaisse fumée blanche s’éleva du corps de l’oiseau. Cela n’avait pas été suffisant pour l’abattre, c’était plus que logique mais les dégâts étaient bien présent. Les deux têtes se soulevèrent faiblement, le filet électrique étant toujours présent bien qu’en piteux état.

« Vous avez … désiré cette situation. »

« Vous allez le regretter … amèrement, hahaha ! »

« C’EST QUOI CA ?! QUI OSE S’EN PRENDRE A MOI ?! »

Une troisième voix, beaucoup plus forte, sortit du corps de l’oiseau. C’était bien de le corps hein ? Mais comment ? Tery cligna des yeux, Elen ayant la bouche ouverte, comme surprise par quelque chose. Elle murmura :

« Je me disais bien … que quelque chose clochait ! L’aigle n’a jamais eut deux têtes ! Il en a trois normalement ! TERY ! L’emblème à Midès ! »

L’emblème ? Midès ? De quoi ? MAIS OUI ! Mais ça remontait à très longtemps ! Il s’en rappelait à peine depuis le temps ! Ca faisait depuis des années … Les différents symboles représentants les cinq créatures légendaires. L’aigle qui trônait au-dessus des quatre autres. Il ne possédait pas deux têtes mais trois. Comment était-ce possible de s’être trompé depuis tout ce temps ? Comment avaient-ils put oublier ça ?

Une bosse se présenta à travers les plumes de l’aigle, entre les deux têtes. La bosse commença à gonfler de plus en plus, jusqu’à s’allonger mais … cette forme et ce plumage noir lui rappelait un oiseau : un corbeau ? La troisième tête était celle d’un corbeau ? Un corbeau visiblement de très mauvaise humeur.

« Je ne peux pas dormir, vous êtes tous les deux des incapables ! »

« Désolé, désolé … mais ils sont plutôt nombreux à posséder des pouvoirs d’Alzar et Zélisia. En plus, y a deux démons. »

« Et il y a quelques personnes douées en terme de stratégie, difficile de lutter. »

« BOUCLEZ-LA ! Je vous aies dit que pour combattre les démons, il fallait utiliser … les mêmes pouvoirs qu’eux ! TREMBLEZ DEMONS ! Affrontez la colère de Trozéral ! » hurla la nouvelle tête apparue, des cornes apparaissant sur les côtés de celle-ci. L’aigle … L’aigle tricéphale était lui aussi un démon ? Comment était-ce possible ?

Chapitre 102 : Combattre jusqu’au sommet

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 102 : Combattre jusqu’au sommet

Les paroles de la demoiselle ailée continuaient de parcourir les esprits de tout le monde. Ainsi, ce n’était pas une occurrence rare … et il s’agissait vraiment de soldats de Claudiska. Pourtant, il avait eut l’impression d’avoir affaire à des monstres, des êtres mi-animal, mi-humain. Et voilà le résultat actuel …

« Et puis, ils se sont focalisés sur moi. Ils avaient une véritable haine des démons. »

« Elise n’a pas utilisé ses pouvoirs donc elle n’a pas été ciblée … mais toi ? » demanda Elen en marchant à ses côtés, Tery hochant la tête négativement :

« Pas du tout, je n’avais rien fait sur le moment. C’est quand ils ont commencé à agir … enfin, je crois. Mais ils semblaient déjà savoir qui j’étais ou du moins, ce que j’étais. »

« Reste à mes côtés, ne va pas vers Manelena ou quelqu’un d’autre. Je suis la mieux placée pour te défendre, compris, Tery ? » continua de dire Elen avec un peu de remontrance.

« Je le sais parfaitement, je n’ai pas prétendu le contraire, tu sais hein ? »

Il avait dit cela avec lenteur. Il ne fallait pas oublier qu’il n’était pas ou plus un gamin hein ? Il était capable de se débrouiller seul aussi ! Enfin bon … Dans ce genre de situation, il n’en était pas vraiment sûr et certain. Il plaça une main sur son crâne, le massant légèrement avant de murmurer d’une voix calme et lente :

« De toute façon, ça sera très vite réglé donc je n’ai pas trop à m’en faire. »

« Ne sois pas aussi sûr de toi, Tery, s’il te plaît. On ne sait pas ce qui nous attends. »

Elle parlait, elle parlait mais elle-même n’était franchement pas des plus rassurées par rapport à toute cette histoire. Tery était-il encore en danger ou non ? En avançant avec les troupes, ils allaient bien finir par le savoir. Ils recommencèrent à se faire attaquer par ces créatures ailées mais contrairement à auparavant, ils n’eurent pas de mal à lutter. Krawnia félicita tout le monde, disant :

« Moi-même, j’ai put me rendre au huitième étage. Ensuite … Disons que cela fut très … voire trop difficile. Nous arrivons aux abords du septième. »

C’est vrai, il le remarquait au loin, malgré la faible luminosité. L’inclinaison du terrain était telle qu’il semblait plus que difficile de pouvoir aller à l’étage supérieur de la tour. Surtout que maintenant, ils avaient de plus en plus froid.

« Je n’aime pas ce changement climatique, ça risque de me rendre malade, je dirais. »

« Ne fait donc pas l’enfant, Tery. Par contr,e si on l’écoute, tout risque de se compliquer très prochainement donc bon … »

Ils avaient mieux à faire que de craindre d’être malades, n’est-ce pas ? Le jeune homme aux cheveux bruns hocha la tête pour se rassurer alors que tout le groupe finissait par arriver jusqu’au septième étage de cette tour. Pourtant … il avait l’impression d’en avoir monté dix.

C’était peut-être ça ? Au final, la tour était gigantesque mais ne comportait pas autant d’étages que ça ? Néanmoins, il n’avait pas vraiment le temps de s’y attarder vu qu’ils étaient déjà grandement occupés à rester en vie. Le jeune homme aux cheveux bruns cligna des yeux, regardant alors la zone autour d’eux.
Cette fois-ci, l’ambiance était beaucoup plus étouffante et chaude. Du sable à perte de vue, des rochers et il avait même l’impression de voir quelques coulées de lave. Heureusement, d’après ce qu’il remarquait, il n’y avait pas de volcan. Pfiou … Au moins, ils n’avaient pas à craindre une éruption, il ne manquerait plus que ça !

Mais voilà, maintenant, il y avait visiblement d’autres problèmes à l’horizon. De loin, il voyait à peine … mais des créatures les attendaient, bipèdes et armées. Elles étaient aussi très grandes, voire trop grandes. Peut-être autant que Séran qui était pourtant un habitant d’Honoros et sûrement l’un des plus grands qu’il avait vus.

« Tery, évites d’utiliser tes pouvoirs, d’accord ? On va vérifier quelque chose. »

Vérifier quelque chose ? Comment ça ? Les soldats formaient déjà un mur tout autour de lui, sans même que Manelena ou Royan ne crient quelque chose. Il n’arrivait plus à voir devant lui, ne sachant guère ce qui se passait. Ce fut lorsque Séran cria : « Ils sont de ma race ! Ce sont des Honorans ! Mais … ils semblent être comme ceux de l’étage précédent ! »

Et alors ? Qu’est-ce qu’ils devaient faire ? Se battre ou non ? La réponse ne tarda pas à se faire entendre, des cris de combat résonnant tout autour de lui. Il remarqua quelques corps qui décollèrent dans les airs, sûrement projetés par une force brute phénoménale, des faisceaux de lumière se faisant voir tout autour de lui.

Mais aussi une forte montée de chaleur ! DES FLAMMES ! Il y avait des flammes autour de lui ! Puis subitement, les cieux commencèrent à se recouvrir de nuage, une forte pluie venant s’abattre sur la zone où ils se trouvaient tous. Puis d’autres cris, des bruits de corps qui tombent au sol et ce fut à nouveau le calme une quinzaine de minutes plus tard.

« Ils veulent … ils veulent vraiment sa peau hein ? Mais pourtant … »

« J’en suis sûr et certain ! Il n’a rien fait du tout ! Ni même ses cornes ou ses lignes ! Ils se sont tous tournés vers lui par contre ! »

Des soldats criaient pour faire un bilan de ce qui venait de se passer. Certains signalèrent qu’Elise avait fait paraître ses cornes de son côté et avait même combattu. Pourtant, aucune fois, sauf pour se défendre, les Honorans décidèrent de s’en prendre à Elise. Tous s’étaient tournés vers l’endroit où Tery se trouvait normalement, même s’il ne combattait pas.

« C’était étrange, trop étrange ! On dirait une sorte d’appât à monstre ! »

« Hey, je vous rappelle que je vous entends hein ? J’ai rien fait pour les attirer, moi ! »

Il ronchonna mais il pouvait néanmoins les remercier. Visiblement, ils n’étaient pas encore prêts à l’abandonner. De toute façon, ils obéissaient à Manelena et à Royan. Il n’y avait que Krawnia comme élément qui pouvait se montrer perturbateur.

« Et vous aviez raison. Il s’agit bien de soldats d’Honoros. »

« Qu’est-ce qui se passe ici ? Pourquoi est-ce que des soldats d’Honoros se trouvaient en cet étage ? Est-ce que vous voulez dire que … »

« Aux étages supérieurs ? Peut-être que oui … peut-être que non ? Quel est votre opinion à ce sujet ? Du moins, qu’est-ce que vous en pensez exactement ? »

Krawnia posa doucement la question avec une pointe d’amusement dans la voix. Elle semblait grandement apprécier e voir l’air surpris chez chacun et chacune après tout ce qui se déroulait devant ses yeux. Elle continua à faire quelques mouvements, reprenant :

« Et bien alors ? Vous avez donné votre langue au démon ? Néanmoins, ne vous en faites pas, les autres étages seront plus difficiles à traverser. Nous sommes dans les zones faciles. »

Ils allaient très vite le comprendre. Après quelques heures de marche, il fut décidé néanmoins qu’une petite pause allait être obligatoire. Tous réunis autour de plusieurs feux de camp, les provisions prêtes à être chauffées, les soldats se nourrissaient, quelques tentes étaient même montées tandis que Tery regardait autour de lui.

« On dort ici pour la journée ? Cela me paraît plutôt étrange non ? On risque de se faire agresser, non ? Ce n’est pas trop dangereux ? »

« Nous ne pouvons pas faire les étages en une journée de toute façon. Et là, nous sommes dans une zone où la chaleur est étouffante. Mais comme nous avons le prince de Traslord ainsi que ses soldats, les défenses pour le campement ainsi que l’air ambiant seront bien plus faciles. Nous ne devrions pas être dérangés pour la nuit bien que cela ne veut pas dire qu’il faudra tout accomplir sans surveillance, loin de là. »

Krawnia continuait de donner plusieurs conseils, malgré l’allure général qu’elle montrait depuis sa première présentation. Ce n’était pas à prendre à la légère et tous savaient que sans elle, il aurait été sûrement impossible de monter ne serait-ce qu’un seul étage.

« Je peux te tenir compagnie, mon mignon ? »

« Euh … mademoiselle Krawnia, comme vous voyez, je suis en train de manger et je ne suis pas vraiment seul non plus. » dit le jeune homme aux cheveux bruns, un peu éberlué par les propos de la demoiselle ailée alors qu’il était assis à côté d’Elen, mangeant tranquillement ce qu’il avait préparé. Déjà quelques soldats s’éloignèrent un peu, peu rassurés par la suite des événements tandis qu’Elen continuait de manger en silence.

« L’un n’empêche pas l’autre, non ? Je peux toujours manger avec vous. La reine et le prince mangent ensemble avec la servante du prince. Si vous voulez mon avis à ce sujet, j’ai bien l’impression qu’entre le prince et sa servante, il y a … »

« Nous sommes là pour le ragoût, non pas pour les ragots. » coupa sèchement Elen, ne tournant guère son visage vers la personne ciblée par sa remarque, enfonçant sa cuillère dans la bouche alors qu’un rire sonore se fit entendre de la part de Krawnia. Elle vint s’asseoir derrière Tery et Elen, reprenant la parole comme si de rien n’était.

« Enfin, cela ne vous concerne pas, non ? D’après les renseignements que je possède, vous n’êtes plus affiliés à une armée. Enfin, surtout toi, mon beau démon. Ce n’était pas trop dur de supporter cette maréchale devenue reine ? »

« S’il vous plaît, vous pouvez stopper cela ? Car je ne vois pas à quoi vous jouer. »

« Qui a dit qu’il s’agissait d’un jeu ? Je ne crois pas avoir évoqué cette idée, non ? » répliqua aussitôt Krawnia, ne retirant pas le sourire à ses lèvres. Est-ce qu’elle ne comprenait pas qu’elle était en train de le perturber plus qu’autre chose ?

Visiblement, c’ééait le cas … et elle s’en amusait grandement. Grumpf. Il ne devait pas tomber dans le piège, il valait mieux que ça. Il termina son repas en silence comme Elen, finissant par s’étirer un peu avant de se tourner vers elle :

« Je pense que je ferais un tour de garde, Elen. Il vaut mieux pour chacun que ça soit le cas. Je ne peux pas rester là sans rien faire. Ils ont déjà été attaqués par ma faute, c’est la moindre des choses que de les épauler, non ? »

« Si tu me laissais terminer ma phrase voire même la commencer, tu saurais que je suis d’accord, Tery. Nous ferons un tour de garde tous les deux, en même temps. »

Les dernières paroles ciblèrent quelqu’un d’autre, comme une mise en garde envers une femme qui était du genre à trop vouloir s’amuser avec la situation actuelle. Et cela, la femme aux cheveux blonds n’appréciait guère et était prête à user des mains pour le faire comprendre si cela s’avérait nécessaire.

Mais bon, Krawnia eut un léger rire avant de finir par se relever et de s’éloigner, faiant un clin d’oeil à Tery qui préféra l’ignorer. Il ne savait pas à quoi jouait cette femme mais il était clair que ce n’était pas le genre de jeux que le jeune homme affectionnait.
La nuit s’écoula paisiblement, comme Krawnia l’avait déclaré, les soldats étant soulagés que Tery fasse sa part de travail par rapport au tour de garde. Il faut dire que vu que Manelena et Royan donnaient des ordres pour le défendre malgré son statut de démon, ils avaient du mal à savoir s’il avait un statut spécial ou non.

« Essayons voir d’atteindre le sommet de la tour dans la journée, non ? » dit Tery en se tournant vers Krawnia et les autres, la femme ailée lui répondant :

« Oh … Je connais encore le prochain étage mais ensuite, cela ne sera que de la pure découverte, il faudra vous préparer mentalement. »

Ce n’était vraiment pas rassurant. Cela voulait dire que les créatures du prochain étage avaient forcé Krawnia a arrêté son ascension dans la tour. Néanmoins, il demanda :

« Et qu’est-ce qui se trouve à cet étage qui vous a fait rebroussé chemin ? »

« Oh … Des monstres horribles et terrifiants. Il ne faudra pas hésiter à me protéger dans de tels cas hein ? Je ne suis qu’une frêle jeune femme. Oh … Et très fragile aussi. » déclara Krawnia, Tery levant les yeux au ciel en espérant que ça soit bientôt terminé.


Heureusement pour les deux armées, le nouvel étage ne tarda pas à se montrer au bout à peine d’une trentaine de minutes. Ils avaient été si proches de l’étage supérieur ? D’ailleurs, une question taraudait Tery : Comment allaient-ils faire pour descendre ? S’ils se retrouvaient grandement affaiblis, cela serait mortel, non ? Car ils n’allaient jamais avoir les capacités nécessaires pour éliminer toutes les créatures à chaque étage et surtout, il se rappelait que cela n’était pas réellement autorisé à la base. Règle que même Krawnia ne respectait guère au final.

Ah … C’était vraiment trop compliqué en fin de compte. Il poussa un léger soupir avant de regarder où est-ce qu’ils se trouvaient maintenant. Alors bon … Des petits picotements se firent sentir dans ses cheveux, le jeune homme passant une main dans ses derniers avant de la retirer aussitôt en criant un peu de surprise.

« De l’électricité statique, c’est exact. Nous sommes à l’étage où … »

« Les Mékalarmiens. On va tomber sur eux sûrement. » coupa Tery en prévenant tout le monde. Déjà que de base, ils n’étaient pas réellement amicaux alors maintenant …

« Qu’est-ce que nous allons faire ? La majorité des soldats de Traslord manipule l’élément de l’eau, il est alors impossible pour nous de lutter contre eux. »

« L’armée de Shunter servira de barrage terrestre contre la foudre. Ils sont capables de se protéger de tout ce qui pourrait causer du tort en terme d’électricité. Vous n’avez pas à vous inquiéter à ce sujet. Et je me chargerai moi-même de protéger les soldats. »

Tery déclara cela avec assurance, un sourire aux lèvres, se voulant rassurant pour les personnes tout autour de lui. De la foudre, il ne manquait plus que ça. Mais dès quelques minutes de marche au huitième étage, son sourire disparu pour laisser place à un rictus de douleur. AIE ! Qu’est-ce qu’il avait son crâne ? Pas maintenant !

« Gnnn … Je suis … sensé … faire comment, moi ? »

Il se parlait à lui-même à voix basse, évitant qu’Elen ne l’entende. Peut-être qu’il devait envisager cela ? Il posa une main au sol, s’arrêtant pendant la marche, quelques soldats faisant de même, intrigués. Moins d’une minute plus tard, deux êtres entièrement faits de terre se présentèrent à ses côtés, les soldats clignant des yeux.

« Wow … Des golems, c’est la première fois que j’en vois ! On m’a dit que les personnes capables d’en créer se comptaient presque sur les doigts d’une main. »

« Tes mains ont une centaine de doigts ? Wow, fortiche ! »

« Ne te moque pas de moi, t’as compris ce que je voulais dire ! Enfin … ils sont amicaux ? » demanda le premier soldat en s’adressant à Tery, un peu inquiet.

« Vous n’avez pas à vous en faire, ils n’obéissent qu’à moi. Je suis de plus en plus habitué à cela et … hum ? Etrange. »

Il avait l’impression que les golems avaient un physique … plus humain.

« Un problème avec vos golems ? Ne me dites pas que … »

« Oh non, non ! Ce n’est pas ça … bon, comme preuve, pour vous rassurer, ils passeront devant nous, ça sera mieux, d’accord ? Hop, au boulot, vous deux ! »

Voilà que le jeune homme ordonnait aux deux golems de se mettre en action, les deux créatures de pierre commençant à se mouvoir bien en avant par rapport au reste des troupes. Tery regardait où elles partaient mais une autre source d’inquiétude planait en plus de son mal de crâne. Il remarquait que plus ils avançaient, plus le terrain se modifiait … pour devenir une gigantesque plaine métallique.

« C’est problématique … il y a des chances qu’avec ce terrain, la moindre attaque électrique sera mortelle. Nous devrions fonctionner par binômes, non ? »

Il avait proposé cela à Manelena, la nouvelle reine de Shunter le regardant avant de finalement hocher la tête. Elle se tourna vers Royan, répétant les propos de Tery.

« Que chaque soldat de Traslord soit accompagné par un soldat de Shunter. Néanmoins, si certains de Traslord possèdent des affinités avec la terre, n’hésitez pas à aider vos compagnons. Il vous faudra éviter tout contact avec cette plaque directement. »

Et pour montrer l’exemple, la reine sauta un peu sur place avant qu’à la place de ses solerets se trouvent d’imposantes bottes faites de terre. Elle souleva un pied, montrant alors l’épaisseur du plat d’une botte.

« Au minimum cela … sinon, il y a des chances que vous soyez touchés par la foudre à cause de cette plaque en acier. Bien entendu, si une attaque vous touche directement, vous ne pourrez alors vous en vouloir qu’à vous même. »

Tant mieux. Finalement, il n’avait pas eut une vilaine idée. Un sourire aux lèvrs, il plaça une main sur son front pour l’éponger. Pfiou … Ce n’était pas qu’il souffrait le martyr mais il avait vraiment l’impression que sa tête allait exploser.

« Voilà donc … l’enfant des démons. »

« Bien entendu, il se faisait attendre. Visiblement, il a réussi à trouver où nous étions. »

« Que faisons-nous ? Est-ce que nous l’invitons au sommet ? Qu’en dis-tu ? »

« Pourquoi pas ? Faisons de même pour ceux qui les accompagnent. »

Tous s’arrêtèrent, cherchant à savoir d’où provenait ces deux voix. Puis subitement, un puissant souffle se vit sentir par la droite, Tery posant rapidement ses mains sur le sol.

« PUREE ! IL VEUT NOUS EMBARQUER ! JE VOUS LAISSE CA ! ILS SE CHARGERONT DE VOUS DEFENDRE ! TENEZ BON ! »

Le jeune homme aux cheveux bruns fut balayé en direction de l’ouest, sa main agrippant le sol métallique sans pourtant y arriver. Au même instant, ses cornes et lignes apparurent.

Il ne pouvait pas laisser les soldats sans rien ! Des êtres de pierre et de métal apparurent les uns après les autres avant qu’il ne soit emport par la meurtrière, celle-ci s’élargissant après son passage. Gloups … sincèrement …

« Ne pas regarder en bas, ne pas regarder en bas … ne pas regarder en bas … »

Et pourtant, c’est ce qu’il fit. Oh … Pu … Rée ! IL VOYAIT PAS LE SOL ! IL VOYAIT DES NUAGES ! Comment c’était possible ? Ils n’avaient pas monté autant de mètres normalement ! Ce n’était pas possible ! PAS DU TOUT ! Il n’eut pas le temps de contempler le vide qu’une bourrasque l’envoya dans les cieux, encore plus haut ?! Sa respiration s’en retrouva coupée puis il percuta violemment un sol.

« AIIIIIIIIIIIIIIE ! Mais qu’est-ce que … AH ! »

Il devait se redresser mais son corps lui obéissait à peine. Où est-ce qu’il se trouvait ? Il rouvrit les yeux après quelques secondes, regardant brièvement autour de lui. Pas de mur, aucun mur, il n’y avait vraiment … aucun mur.

« Humpf. Vous pensez vraiment que je m’écraserais ainsi ? »

La voix de Manelena le retira de la torpeur dans laquelle il s’était insinuée à cause de la surprise. Il voyait des corps qui tombaient du ciel mais contrairement à lui, tous arrivaient à se réceptionner correctement ou presque, certaines personnes étant aidées par d’autres. Il y avait … même des soldats de Shunter et Traslord. Une bonne vingtaine au minimum.

Mais surtout, Elen et les autres étaient aussi présents. Ils étaient donc sûrement une trentaine au total. Mais ce n’était rien par rapport à ce qui était en train de l’étouffer en ce moment même. Il ne l’avait pas encore vu, il ne savait pas où il était … mais la présence de l’aigle bicéphale arrivait à l’écraser et il avait le sentiment qu’il n’était pas le seul.

« Vous voilà … tous réunis. Visiblement, certains ont été emporté en plus. Mais les responsables des morts de mes compagnons sont devant mes yeux. »

« Nos yeux, tu veux dire. Nous allons pouvoir abattre notre jugement sur leurs personnes. »

« Qu’ils s’expriment d’abord. Qu’ils comprennent la portée de leurs actes. »

« Et qu’ils acceptent le futur qu’ils se préparent sans pouvoir l’interrompre. »

Deux voix qui discutaient entre elles. Deux voix qui se rapprochaient inlassablement. Deux voix qui obligèrent les têtes à se tourner vers la direction d’où elles provenaient. Des battements d’ailes aveuglèrent les personnes présentes avant qu’un tremblement ne se fasse sentir, comme si une imposante masse venait de toucher le sol.

L’aigle bicéphale était là. Il était encore plus grand que ce que les histoires disaient de lui. Et il avait bien deux têtes … mais cette allure royale qui émanait de lui montrait bien qu’il était le chef des autres créatures légendaires, celles mortes des mains de Tery et ses compagnons.

« Enfant démoniaque, engeances héroïques … et elle, vous voilà devant moi. »

Chapitre 101 : Horreurs ailées

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 101 : Horreurs ailées

« Où est-ce que se trouve cette personne qui doit nous donner l’accès ? »

« Devant la barrière qui bloque l’accès au sixième étage, tout simplement. »

« C’est moi ou par contre, il commence à faire froid ? » dit le jeune homme aux cheveux bruns après les propos de Manelena. Il avait eut l’autorisation de marcher à ses côtés.
Fait assez rare pour être signalé vu le comportement actuel de l’actuelle reine de Shunter. Néanmoins, le reste du voyage se passa tranquillement, surtout qu’il fut court comme ils étaient assez proches de la barrière. Il s’attendait à de grandes portes … mais ce n’était pas le cas … Il devait cligner des yeux car il avait l’impression de voir un mur translucide de couleur violet devant lui. Etait-ce … de la magie ?

« Hum … Plutôt impressionnant. Comment est-ce que vous arrivez à la garder active ? »

« Tout simplement par un flux constant de magie, relayé par plusieurs magiciens qui alternent au bout de quelques heures. Il n’y a pas que cela et quelques sphères permettent de garder toute cette énergie au cas où il y aurait un problème, disséminées un peu partout dans les différents étages mais cela, sauf votre respect, mademoiselle la Reine, ne vous regarde pas. »

Une voix féminine, calme et avec un peu d’élégance, se fit entendre derrière les troupes. Tous se retournèrent comme un seul homme, faisant face à deux imposantes ailes, l’une faite de plumes noires comme celle d’un corbeau, l’autre ressemblant plus à celle d’une chauve-souris tandis que Tery regardait la personne qui se tenait face à eux.

« Hum … J’imagine que vous êtes la responsable de la tour, c’est bien cela ? »

« Moi-même et ma famille, depuis des générations et des générations, en des temps ancestraux. Mais j’imagine que cette partie de l’histoire ne vous intéresse guère. »

« Quel est votre nom ? » demanda Manelena avec un étrange calme, Tery le lui connaissant que trop peu. La femme en face d’eux … Elle devait avoir quoi ? Vingt-cinq ans ? Elle paraissait bien jeune pour être responsable d’un tel endroit.

« Krawnia pour vous servir, reine Manelena … et prince Royan, bien entendu. J’ai reçu votre lettre et j’ai donc dût me dépêcher de revenir dans les plus brefs délais. Ainsi, vous voulez l’autorisation pour accéder aux autres étages de cette tour, n’est-ce pas ? »

« C’est exact … j’ai cru entendre que vous étiez la seule à pouvoir la délivrer, c’est ça ? »

« Je suis la seule apte à arrêter cette barrière et aussi la remettre en place. C’est pourquoi si je vous autorise à monter, je replacerai cette barrière derrière vous, vous devez vous en douter, n’est-ce pas ? Pour éviter … que cela ne s’enfuit. »

« Cela ne s’enfuit ? De quoi donc ? » demanda finalement Tery, les têtes se tournant vers lui. Oups … dans ce genre de cas, il aurait mieux valu se taire, n’est-ce pas ? Mais finalement, la femme aux ailes noires s’avança peu à peu vers lui, se penchant vers lui.

« Des êtres horribles … mais cela est sûrement rien pour vous, Tery Vanian, non ? »

Il déglutit longuement en voyant le sourire de la femme ailée. Un sourire qui semblait en dire bien plus qu’il ne le montrait. Il pouvait finalement la voir de plus près. C’était étrange, elle avait une odeur printanière. Elle devait souvent traîner dans les arbres non ? Mais pourquoi est-ce qu’elle continuait de lui sourire ainsi ? Et puis bon, penchée ainsi, disons que … ça avait quelque chose de gênant. Heureusement, elle n’était pas plus grande que lui car il en avait assez des personnes plus grandes que lui. Par contre, sa chevelure était aussi noire que ses ailes et était longue, très longue … trop longue. En fait, elle lui tombait en bas des cuisses avec il avait cru voir, un petit ruban de couleur blanche au bout.

« Est-ce que cela répond à votre question ? Ou alors, peut-être en avez vous d’autres ? »

« Non, non, c’est bon, c’est parfaitement bon. Merci beaucoup. » dit-il, n’osant plus relever la tête. Ce n’était pas dans ses habitudes d’être autant gêné et confus par quelqu’un. Ce n’était pas du tout une personne comme Clari. Elle n’avait aucune intention mauvaise … mais elle semblait assez malicieuse. Pourquoi cela ?

« Est-ce que vous avez fini de le détailler comme un morceau de viande ? »

« Hum ? Oh … Si tel est ce que l’on pensait, je m’en excuse, messire Tery Vanian. » reprit Krawnia en réponse aux paroles de Manelena, celle-ci émettant un léger grognement.

« Ce n’est pas bien grave. Vous voulez bien nous laisser passer alors ? »

« Bien entendu … mais je dois vous accompagner. Par simple mesure de sécurité, bien entendu, vous devez vous en douter, n’est-ce pas ? »

« Vu que vous refermez cette barrière derrière vous, c’est logique. Nous y allons maintenant. Est-ce que vous allez venir seule ou accompagnée ? » questionna Manelena, ses yeux rubis posés sur le visage de Krawnia.

« Je suis habituée à aller visiter les étages supérieurs en étant seule. Comment voulez-vous vous considérer comme responsable de cette tour si vous êtes incapable de lutter contre ce qui s’y trouve, non ? Si un jour, cette barrière disparaît et que les choses qui habitent dans cette tour arrivent à en sortir, il faut bien quelqu’un pour les stopper, non ? »

« Vous avez fini de parler ? Nous pouvons y aller maintenant ? » demanda une nouvelle fois Manelena, ne détournant pas son regard de Krawnia.

« Je vois que vous n’êtes pas sujette à la discussion. C’est fort dommage car cela occupera les longues heures et journées qui nous attendent. »

Finalement, Manelena décida de ne pas répondre à la nouvelle phrase de Krawnia. Ils perdaient du temps et la femme aux ailes si différentes haussa les épaules, faisant soulever ses plumes noires ainsi que son côté chauve-souris en même temps.
Elle fit un geste de la tête, indiquant à tout le monde de la suivre alors qu’elle prenait maintenant un chemin au beau milieu d’un terrain boisé. Les gardes avaient du mal à la suivre et Tery osa demander après quelques minutes :

« Mais la barrière … nous y étions proches, non ? Pourquoi allons-nous par là ? »

« Pour aller la désactiver. S’il suffisait simplement de se positionner devant, il serait beaucoup trop simple de la passer. Si tu as d’autres questions, mon mignon, tu peux venir marcher à mes côtés. Tu sembles avoir soif de connaissance, n’est-ce pas ? »

« Hein ? Mon mignon ? Comment ça ? Qui ? Moi ? Hein ? » dit-il, un peu étonné par les propos de Drawnia, comme s’il venait de très mal entendre.

« Bien entendu, à qui d’autre pourrais-je m’adresser ? Tu es la seule personne qui me pose des questions, non ? Tu viens alors ? »

Il cligna des yeux, regardant un peu autour de lui. Il ne savait pas trop comment il devait réagir maintenant. Ce n’était pas une proposition tendancieuse mais … le coup du « mon mignon » était assez étonnant … voire trop …

« J’arrive, j’arrive car j’ai beaucoup de questions à vous poser, oui. »

Puis surtout, ça lui fera un peu de sujet de discussion. Il s’avança, se mettant en position, l’aile de plumes noires se plaçant dans son dos comme pour l’inciter à aller un peu plus vite mais visiblement, ils étaient arrivés à destination. Une simple sphère rouge sur un piédestal … Il remarqua qu’elle plaça ses doigts fins dans son décolleté avant d’en retirer ce qui semblait être une clé dorée. Néanmoins, elle plaça la pointe de la clé sur son index, faisant paraître une goutte de sang. La clé devint rouge vermillon avant que la femme ailée ne la plante dans la sphère, la couleur de celle-ci changeant pour devenir complètement blanche.

« Et voilà, c’est fait. Nous devrions nous dépêcher maintenant. »

« Je me demandais : et pendant ces quelques minutes où nous devons retourner auprès de la barrière, si quelqu’un passe ou non ? Ou si une créature des étages supérieures descend ? »

« Oh ? Elle n’ira pas bien loin de toute façon. Mais si tu veux tout savoir, il y avait une sphère toute proche de la barrière. » répondit Krawnia avec un grand sourire amusé.

« Alors, pourquoi est-ce que nous n’avons pas pris cette dernière ? Ca aurait été bien plus simple, non ? Enfin, j’avoue que je ne comprends pas du tout. »

« Cela est plus amusant de te voir poser de multiples questions. Mais si tu veux tout, la barrière n’est pas encore ouverte. Si tout serait aussi simple, nous ne pourrions guère protéger réellement cette tour et les alentours, non ? »

« … … … J’ai l’impression d’être pris pour un idiot. » marmonna Tery après quelques longues secondes réflexion, la femme ailée le regardant avec un nouveau sourire :

« Oh ? N’est-ce donc qu’une impression ? Tu es vraiment très amusant, tu le sais ? »

« Je suis pas sûr de comprendre ce genre d’humour, je dois avouer. » dit une nouvelle fois le jeune homme aux cheveux bruns, les ailes de Krawnia se déployant pour les cacher à la vue des autres pendant que tous et toutes avançaient. Elle chuchota :

« Les démons sont vraiment des êtres amusants. Tu es le premier que je rencontre. »

« Comment … Comment est-ce que vous savez ça ? » demanda t-il, plus que surpris par les propos de cette femme. Elle semblait en connaître bien plus qu’elle n’y paraissait. Pendant un bref instant, il avait l’impression de revoir Clari mais ce n’était pas le bon moment de penser à elle. Un voile passa devant ses yeux, remarqué par Krawnia qui répondit :

« Est-ce que j’ai dit une phrase blessante ? Si c’est le cas, je m’en excuse. Disons que les derniers démons qui ont tenté de devenir dans la tour ont vite compris qu’ils ne faisaient pas le poids. La preuve : ils en sont morts. »

« M … Morts ? Des démons ? Ils existent d’autres démons que moi et Elise ? »

« Bien entendu, vous n’êtes pas les seuls dans ce monde. Mais je ne mentais pas en disant que tu es le premier que je rencontre. Je dirais qu’il en apparaît tous les cinq à dix ans. Ils sont juste majoritairement belliqueux. Je n’étais seulement pas là les autres fois … ou alors, j’étais beaucoup trop jeune. Je n’ai que vingt-quatre ans. »

« J’ai arrêté de compter les journées depuis que je suis parti de mon village. Je crois que je dois avoir vingt-et-un ans … ou vingt-deux. Ce n’est pas comme si j’étais habitué à fête mes anniversaires. Mais ce n’est pas le sujet ! Et ces démons dont vous parliez ? »

« Plus tard, plus tard, mon mignon. Peut-être que nous pourrons avoir un tête à tête quand vous aurez terminé, non ? De toute façon, vous en aurez pour plusieurs jours. »

En tête à tête ? Mon mignon ? Il était très mal à l’aise et déglutit alors qu’ils se retrouvaient à nouveau devant la barrière. Trop occupée à discuter avec quelques soldats pour finaliser l’ouverture, Drawnia ne remarqua pas qu’une main empoignait le jeune homme par le bras, le tirant en arrière pour le faire arriver à hauteur de Manelena.

« Je peux savoir à quoi est-ce que tu t’amuses, Tery Vanian ? Tu as l’air de trouver cela très plaisant, n’est-ce pas ? Qu’une femme te porte un peu d’intérêt à part Elen ? »

« C’est pas du tout ça. J’ai juste discuter avec Drawnia. Elle m’a dit qu’il y avait souvent des démons qui venaient vers cette tour. Enfin, souvent, tous les cinq à dix ans selon elle. Mais bref, tu as compris ? Ca veut dire que je ne suis pas le seul … ni Elise. »

« Tant mieux, tant mieux. Ce n’est pas que cela m’indiffère mais c’est pourtant le cas, Tery. Retourne maintenant auprès des autres et arrête de te rendre encore plus ridicule. »

« Mais je ne suis pas ridicule ! Enfin bon, je vais me mettre à côté d’Elen. »

Il valait mieux ne pas la mettre en colère pour le moment. En fait, il valait mieux ne jamais le faire, surtout qu’elle était très irritée aujourd’hui. A chaque fois, il avait l’impression qu’elle était jalouse mais non, ce n’était pas comme avec Elen.

Elen, c’était de la pure et véritable jalousie, celle qui pouvait être dévastatrice… Ah … D’ailleurs, quand il vint se placer à côté d’elle, la femme aux cheveux blonds resta parfaitement muette, les bras croisés, sans même lui adresser la parole.

Bon … Et les soldats le regardaient étrangement. Il était quoi ? Une bête de foire ? C’est vrai qu’il devait en donner l’impression. Pfiou … Et beaucoup savaient ce qu’il était exactement, n’est-ce pas ? Un être démoniaque. Il ne put pas réfléchir plus longtemps à tout cela, des crépitements se faisant entendre devant lui. Même s’il y avait les soldats, Manelena, Royan et d’autres personnes entre lui et la barrière, il remarqua qu’elle était en train de disparaître, un violent mal de crâne l’envahissant au même moment.

« Proche, il est si proche … Le dernier être à se mettre en travers de notre chemin. Mon fils, tues-le. Tu seras notre sauveur, notre libérateur, notre héros. »

Encore cette voix masculine dont il ne connaissait pas l’origine. Mais il était sûr d’une chose : ce n’était pas celle du père qu’il haïssait depuis presque quinze ans maintenant. Mais cette voix était maintenant si proche, bien plus ancrée dans son crâne. Qu’est-ce que ça voulait dire exactement ? Pfiou … Pfiou … Pfiou … Reprendre son souffle et son calme, voilà comment il devait faire maintenant.

« Ca va mieux, beaucoup mieux. » chuchota le jeune homme, passant une main sur son front pour malheureusement constater qu’il était en sueur.


Elen ne fit aucune remarque bien qu’elle avait vu la douleur paraître sur le visage du jeune homme dès l’instant où la barrière avait disparu. Autant ne pas faire de commentaire car elle était en colère avec ce qu’il avait fait quelques minutes auparavant.

« Attention à vous dorénavant. Ici, si vous ne regardez pas où vous mettez les pieds ou alors vous risquez de très vite les perdre … ainsi que le reste du corps par ailleurs. »

Très rassurant mais si elle disait cela, c’est qu’il y avait une très bonne raison normalement. Le jeune homme aux cheveux bruns s’exécuta, accompagnant les autres soldats tout en avançant lentement, faisant attention à chaque endroit où il mettait les pieds.

Le souci, ce n’était pas vraiment ça … mais l’ambiance lugubre qui émanait de ce nouvel étage. Et surtout, le froid de plus en plus présent. Comme si rien que le fait de se trouver dans ce lieu était une aberration. Il entendit un nouveau crépitement mais Krawnia fit un petit mouvement de la main pour signaler que ce n’était pas bien grave :

« Simplement la barrière qui se remet en position. »

« Par contre, le froid, est-ce normal ? Tout de suite, d’un étage à l’autre, la différence est assez violente. Comment cela se fait ? »

« Tout simplement qu’ici, il n’y a aucune trace de civilisation … et donc de possibilité de réguler les températures. Nous sommes déjà à plusieurs dizaines de mètres de hauteur. Tu veux jeter un coup d’oeil vers une meurtrière ? »

« Euh non merci, je ne suis pas vraiment intéressé. »

Il aurait encore mieux fait de se taire. Sincèrement, quelle idée que d’avoir ouvert la bouche pour ça ? Il émit un grognement ressemblant plus à une complainte. Non, sincèrement, il n’était pas motivé à aller voir de ce côté. Surtout en vue de ce qu’elle venait de dire.

Pfiou … Mais il comprenait peu à peu où elle voulait en venir. A chaque pas, à chaque minute qui s’écoulait, il avait l’impression de s’enfoncer dans un climat de plus en plus hostile. Déjà, la luminosité était très faible. Aux étages inférieurs, la lumière n’était pourtant pas filtrée et on aurait put croire qu’on était autant à l’intérieur qu’à l’extérieur en fin de compte. Mais ici, c’était à peine si on voyait où on mettait les pies. Etrange … C’était très étrange … et aussi très déplaisant.
Il était juste à côté d’Elen, par mesure de sécurité. Non pas que la jeune femme aux cheveux blonds lui fasse la tête ou non mais seulement, s’il y avait un souci, il pourrait réagir en conséquence. C’est en entendant un piaillement qu’il leva la tête, comme la quasi-majorité des soldats, des ombres se trouvant au-dessus d’eux.

« Visiblement, ils sont arrivés plus tôt que prévu. Peut-être à cause du nombre de soldats qui nous accompagnent aujourd’hui. Je vous conseille de chercher à les tuer rapidement ! »

Krawnia criait quelques phrases, décollant elle-même dans les airs alors que Tery cherchait encore à apercevoir correctement ce qui venait de pousser ces piaillements. De loin, c’était des ombres ailées, de taille humaine et à cette distance, en remarquant Krawnia qui fonçait vers les ombres, il ne voyait pas vraiment la différence avec les autres.

« IIIIIIIIIIIRK ! IIIIIIIIIIIRK ! »

Ah là, ce n’était VRAIMENT pas bon signe ! Il en était maintenant sûr et certain ! Il devait se préparer à se défendre et déjà les cornes apparurent sur le sommet de son crâne. Ce fût à cet instant que tout chamboula. Les ombres s’arrêtèrent dans le ciel obscurci, comme immobilisées par une puissance supérieure. Seule l’une d’entre elles arriva à côté d’une autre, semblant la trancher en deux d’un coup de patte.

« TERY ! PROTEGEZ TERY ET VITE ! » hurla une voix dans le ciel, celle de Drawnia.
Lui ? Le protéger ? C’était quoi cette blague ? Comme s’il avait besoin d’être protégé ! AH ! C’était quoi cette blague hein ? Pourtant, lorsque les ombres recommencèrent à se déplacer, il comprit qu’elles étaient toutes en train de foncer vers lui. Elen se plaça devant lui, son arc blanc entre les mains, criant :

« Mets-toi à couvert, Tery ! Ils t’ont pris pour cible ! »

Lui ? Mais pourquoi ? Ce n’était quand même pas des créatures envoyées par cet aigle bicéphale, non ? Pourtant, en vue de la manière dont elles venaient de réagir, il se posait sincèrement la question mais pour le moment, il devait aussi se préparer à agir et …

« Que les soldats viennent entourer le jeune homme cornu ! »

Le jeune homme cornu ? Il aurait put se sentir offusqué par la façon dont Manelena venait de le décrire mais il était vrai que beaucoup ne le connaissaient pas. Et cela était encore plus évident pour les soldats de Traslord qui eurent la même consigne de la part de Royan. Mais … ça paraissait particulièrement ridicule.

« Je n’ai pas besoin d’aide à ce point ! Je sais quand même me débrouiller ! »

Pourtant, il devait admettre que voir une vingtaine de monstres ailés foncer vers lui, ce n’était pas forcément très rassurant. Plissant les yeux, il regarda au-dessus de lui avant de voir une pluie de flèches s’abattre en direction de ces créatures.
Zu … ZUT ! Il devait aussi réagir ! Tendant les deux mains vers les airs, les lignes d’Alzar firent leurs apparitions le long des bras avant que de son propre côté, de nombreux pieux de terre partirent accompagner les flèches envoyées par les soldats.

Les êtres ailés tombèrent les uns après les autres, mais certains arrivèrent jusqu’à lui, lui permettant de voir brièvement ce qu’ils étaient réellement. Quelques secondes … et il avait remarqué toute la haine que lui portaient ces êtres immondes.
Pourtant, il ne les connaissait pas … mais en même temps, leurs apparences lui rappelaient quelque chose bien qu’il n’arrivait pas à mettre la main dessus. Des cris fusèrent à droite et à gauche, quelques soldats se retrouvent soulevés dans les airs, portés par les griffes de ces horreurs aux ailes de plumes ou comme celles des chauve-souris.

« Ailes … Mais ce sont des Claudiskiens ?! »

Il venait de s’écrier en constatant les cadavres autour d’eux. Quelques soldats furent perturbés, se déconcentrant mais heureusement pour eux, d’autres finirent le travail avant de finalement pouvoir souffler. Manelene accouru au niveau de Tery, lui disant en une traite :

« Comment est-ce que tu vas Tery ? Tu n’es pas blesé ? Ces créatures s’en sont pris à toi ! Qu’est-ce que tu as dit à la fin ? Ce sont des Claudiskiens ?! »

« Calme, Manelena. Calme. Tu vois bien que je vais bien hein ? Je ne suis pas mort ou autre. Tu n’as pas à t’en faire à ce sujet mais oui … j’ai l’impression que ce sont des soldats de Claudiska. On devrait regarder leurs corps. »

Elle n’allait pas s’en priver. Surtout que les soldats de Shunter la regardaient avec appréhension en ayant vu la légère inquiétude sur le visage de la femme aux cheveux argentés, monarque royale maintenant.

« Visiblement, le comité d’accueil était déjà présent. Vous avez de la chance, je n’aurais pas besoin de trop vous expliquer. Mais Tery a mis dans le mille, je n’en attendais pas moins de lui. Il a tout de suite cerné le problème. »

« Et si vous nous donniez des explications tout de suite ? Pourquoi des soldats de Claudiska tentent de s’en prendre à nous ? Et qu’est-ce qu’ils faisaient ici ? »

« Oh ? Mais ils sont là depuis des années, des décennies, des siècles ! » répondit Krawnia de façon trop évasier pour que cela ne soit pas intrigant.

« Où voulez-vous en venir ? » ronchonna Manelena, la femme aux deux ailes différentes la regardant avec amusement avant de dire doucement :

« Tout simplement que vous avez eut affaire à l’ancien peuple de Claudiska. Vous n’êtes qu’au début de ce qui vous attends réellement dans cette tour. »

Chapitre 100 : Briser la barrière

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 100 : Briser la barrière

« Tu as remarqué, Tery ? Il y a des gardes de tous les côtés. »

« C’est exact, Elen. Mais il y a aussi … des fermiers ? Des paysans ? Et on dirait quelques maisonnettes. Il y a des personnes qui vivent ici ? »

« Je n’en sais rien mais j’ai vraiment l’impression qu’on est plus à Claudiska ou Traslord … ni même dans notre monde. »

Elle avait cette impression ? C’est bizarre … car il ressentait la même. Est-ce qu’ils étaient vraiment ailleurs ? Dans un endroit bien plus dangereux ou presque ? Le jeune homme aux cheveux bruns continuait la marche, inlassablement, sans aucune hésitation.

« Tu as remarqué aussi ? Personne ne parle … ils ne font que suivre. »

« C’est exact, Elen. » répéta le jeune homme après quelques secondes. Peut-être était-ce à cause de l’anxiété qui régnait en ces lieux ? Car oui, chaque personne à ses côtés avait de petits tremblements. Peut-être qu’ils étaient dans un lieu interdit en réalité ? Non, c’était absurde. Si cela avait été le cas, les gardes ne les auraient pas laisser passer aini.

« Nous sommes au troisième étage, c’est bien ça, Elen ? »

« D’après ce que nous avons marchés, je crois que oui. Mais bon, rien n’est sûr. Tu te rappelles ce qu’ils disaient ? Que nous serions interdits de monter au bout d’un certain moment. »

« Je ne me rappelle plus s’ils avaient précisé l’étage ou non. »

De toute façon, le meilleur moyen de le savoir, c’était de continuer à monter jusqu’à ce qu’ils soient bloqués par les soldats. Par contre, le silence de mort qui régnait dans cet endroit avait quelque chose d’un peu effrayant et déplaisant. Pourtant, il sentait des regards qui les observaient mais ce n’était pas cela … ces regards n’étaient pas humains. Au loin, il avait aperçu quelques bêtes dont il avait déjà put entrapercevoir les formes durant son long voyage dans ce monde. Mais … il n’avait jamais eut à les affronter. Il n’y avait que peu de chance que cela soit dangereux pour lui néanmoins.

Hum … Il aurait bien aimé pouvoir parler avec Manelena ou les autres mais vu comment Manelena leur avait ordonné de ne pas bouger, il valait mieux la suivre bien gentiment, sans même chercher à la contredire. Pourquoi s’affronter, surtout pour une chose dont ils ne savaient strictement rien pour le moment hein.

Quatrième étage, c’était bien ça ? Le décor avait radicalement changé. Ils étaient maintenant entourés par de nombreux lacs miniatures et artificiels. L’eau n’avait aucune origine externe tandis que différents poissons et animaux se trouvaient dans les alentours et à l’intérieur.

« C’est vraiment un bel endroit … mais c’est tellement … gigantesque. »

« Tu imagines si nous n’avions pas le reste du groupe, Tery ? Je crois que cela serait fichu pour nous, heureusement que ce n’est pas le cas. Mais bon, arrêtons de nous poser des questions, Tery. Nous avons … je ne sais combien d’étages encore à monter. »

« Peut-être qu’il y en a pas ? Qu’il y en a une infinité et donc que cette tour est sans fin ? »

« Ne raconte donc pas de bêtises, Tery, c’est tout simplement impossible. Enfin, je dis ça, mais rien n’est sûr … mais tu penses vraiment ça ? »

« Pourquoi pas ? On en sait strictement rien non ? Peut-être que c’est le cas. »

« Ca me paraît quand même assez étrange, tu ne crois pas ? »

Des questions, des questions, toujours des questions. Mais voilà qu’au bout d’une bonne demie-heure de marche, ils finissent par monter jusqu’au cinquième étage. Cinq étages et aucun moment de repos, c’est bien ça ? Manelena et Royan ont décidé de les user jusqu’à la moelle ? Car cela fait bien deux heures qu’ils marchent sans même pouvoir souffler. C’était horrible, vraiment horrible. Aucune considération pour leurs pieds ! Mais voilà, aucune personne ne venait se plaindre. Les soldats de Traslord étaient vraiment très obéissants et respectueux. Ils ne parlaient pas voire à peine et continuaient de regarder droit devant eux. Un peu comme une armée de golems. La comparaison fit sourire Tery, celui-ci se cachant la bouche pour éviter de le montrer.

« Tu as l’air de bon humeur, Tery. Ca se voit dans ton regard. »

« Oh, je pensais à quelque chose de vraiment stupide, Elen. Ne t’en fait pas, rien de bien méchant. Mais … c’est ça ou alors, j’imagine les ampoules que j’ai sur le pied. »

« Roh … Ce n’est pas comme si c’était la première fois que l’on marche autant, Tery hein ? »

Elle avait parfaitement raison mais voilà, ce n’était pas une raison pour faire subir ça à tout le monde. A croire qu’ils partaient en guerre contre la tour. Car oui, avec sûrement une centaine de soldats au total en additionnant les deux troupes, ce n’était pas comme si c’était qu’un simple déplacement. C’était surtout ça qui le dérangeait au final.
« Nous voilà arrivés au dernier étage autorisé pour tout le monde dans la tour. Vous pouvez vous installer ici. » déclara le gradé chargé de faire visiter la tour.

Ah ! Au final, il entendit plusieurs soupirs de soulagement de la part des soldats. Il y mêla le sien, Elen rigolant légèrement avant de se positionner à côté de lui. Enfin, Elise s’approcha d’eux, légèrement gênée et embêtée comme si une chose la dérangeait.

« Tery ? Elen ? Je voudrais m’excuser pour ce qui s’est passé. Le prince ne voulait pas que je quitte ses côtés pendant toute la marche. »

« Et où est le souci, Elise ? Ce n’est pas comme si c’était la première fois que ça arrivait. Par contre, oui, tu peux t’excuser de sa part pour la marche. J’avais vraiment l’impression que l’on n’allait jamais s’arrêter, je dois t’avouer. »

Encore une fois, la jeune demoiselle aux cheveux auburn fut confuse, passant une main dans sa chevelure tout en baissant les yeux. Bien entendu, c’était parfaitement compréhensible de leur part de dire ça. Elle-même avait été un peu usée par cette marche mais le prince Royan comme la reine Manelena avaient à peine pris la parole durant cette visite.

« Pfiou, au moins, on peut souffler, on ne va pas s’en plaindre. Comment Sérest, Séran, Royan et Manelena vont, Elise ? Tu le sais ? »

« Je n’ai pas encore vu Sérest et Séran, malheureusement. Mais pour le prince Royan et la reine Seiry, c’est plus facile. Ils se sont montrés discrets. Ils parlent à peine. »

« Oh ? Rien que ça … enfin, ça ne change pas de d’habitude. Royan a toujours été tranquille, trop tranquille, un peu comme le représentant de l’eau qu’il est. »

Plusieurs têtes se tournaient vers Tery et Elise. Des têtes appartenant aux soldats de Traslord. Qui était cet homme qui parlait aussi familièrement du dernier membre royal encore en vie ? Voyant les regards posés sur lui, il déglutit avant de chuchoter :

« C’est quoi leur problème ? J’ai dit une bêtise, c’est bien ça ? »

« Je ne pense pas. Simplement le fait que vous appelez le prince Royan sans son titre. Vous avez les soldats non-loin de là. Imaginez la tête des soldats de Shunter quand vous parlez de la reine Manelena sans son titre. »

« C’est vrai … mais bon, en même temps, je les connais depuis si longtemps. »

« Oui mais pour beaucoup, vous restez de parfaits inconnus, c’est pourquoi ils vous regardent d’un air effaré et avec de grands yeux, il faut les comprendre hein ? »

« Oh oui, oui, bien entendu que je les comprends, je les comprends parfaitement hein ? Je disais juste que ce n’était pas la première fois que je les appelais ainsi et qu’il n’y avait pas vraiment à s’en faire. Je ne leur manquerai pas de respect. Royan reste quand même un adolescent qui a une sacrée volonté et un mental d’acier pour avoir voyagé autant avec nous malgré son jeune âge, ça, il ne faut pas l’oublier. »

« Surtout quand il fût prêt à partir alors que ses deux frères furent assassinés … » chuchota Elen. C’était le genre de souvenirs dont elle aimerait tirer un trait dessus définitivement … mais c’était un souvenir lié à l’Oracle, cet homme qui avait bafoué son existence … depuis le début. Dans le fond, qui pouvait être sûr qu’elle était réellement orpheline ? Maintenant, cette idée lui trottait en tête alors qu’elle regardait devant elle.

« Peut-être devriez-vous aller parler la reine Manelena et le prince Royan, non ? »

« Je ne crois pas que ça soit une bonne idée, Elise. Le mieux sera qu’ils viennent nous voir … même si visiblement, on risque de faire une longue pause, c’est ça ? »

« Nous sommes arrivés au cinquième étage. C’est le maximum autorisé normalement. Je pense que nos monarques vont tout faire pour avoir accès aux étages supérieurs. »

« Mais pourquoi est-ce qu’ils sont fermés ? Qu’est-ce que ça veut dire ? » questionna le jeune homme aux cheveux bruns, Elen lui répondant en haussant les épaules. Elise, quant à elle, n’en savait pas vraiment plus de son côté.

« Peut-être faudrait-il interroger directement les responsables, tu ne crois pas ? »

« Sûrement, Elen, mais je ne pense pas qu’ils nous répondront avec plus de détails. »

Alors, il n’y avait plus qu’une solution. Il devait se lever … et se diriger vers Manelena. C’est ce qu’il fit, marchant lentement en direction de la femme aux cheveux argentés. Elle était avec Royan et une autre personne, un homme d’une quarantaine d’années. Des ailes dans le dos comme celles d’une chauve-souris, il semblait gêné, disant :

« Je suis désolé mais elle est momentanément indisponible. »

« Nous n’avons pas de temps à perdre avec cela. Je vous laisse jusqu’à demain pour aller la chercher pendant que nous nous installons pour la nuit. »

s

« Oui … oui, bien entendu, reine Manelena. Nous comprenons votre désarroi mais nous ne pouvons pas aller aussi vite que vous le désirez, vous nous voyez confus. »

Elle cligna des yeux, fronçant les sourcils. Ils pensaient vraiment pouvoir lui refuser une telle chose ? Remarquant Tery qui s’avançait au loin, elle marmonna :

« Dépéchez-vous, c’est tout. Je ne veux plus entendre d’excuse à ce sujet. »

« Manelena, ce n’est pas vraiment ainsi que l’on demande un service, tu t’en doutes ? »

« Royan, si on ne les force pas un peu, ils ne vont pas vraiment faire d’effort non plus. C’est pourquoi il faut avoir un peu de poigne … mais tu n’as pas le caractère pour. »

« Je n’en doute pas un seul instant. Après, je ne fais rien pour tenter de le posséder, nous sommes tous les deux d’accord, n’est-ce pas ? »

« C’est exact. C’est pourquoi je ne… grumpf. Oui, Tery ? Qu’est-ce qui se passe encore ? Tu as peur de dormir dans un lieu inconnu ? »

« Euh pas vraiment, Mane … Enfin reine Manelena. Simplement, je venais prendre de vos nouvelles ainsi que du prince Royan. »

« Je ne sais pas ce qui me désespère le plus : le fait que tu me vouvoies et me gratifie d’un titre comme il est normal, le fait que tu aies écouté ce que je t’ai dit à ce sujet ou simplement le fait que ça m’enrage de t’entendre me parler de la sorte. »

« Hey ! Je ne suis pas responsable de tout ça, Manelena, je tiens à prévenir ! »

« Bien entendu, bien entendu. Bref, nous allons bien. Simplement, comme il fallait s’en douter, l’accès aux étages supérieurs n’est pas possible tant que nous ne verrons pas la responsable de cette tour, qui, malheureusement, n’est pas disponible à l’heure actuelle. Résultat : vous avez gagné une nuit de repos. »

« D’accord … mais j’ai simplement une question : pourquoi est-ce que les étages supérieurs sont interdits d’accès ? Est-ce que l’on en connaît la raison, Manelena ? C’est juste pour savoir, rien de plus et … zut ! Reine Manelena ! Enfin, c’est surtout que je ne connais aucun détail sur cette tour à part ce que Sérest et Royan m’ont raconté donc bon, si je peux en savoir plus. »

« Hum ? Tout simplement que les créatures vivants au-dessus sont parmi les plus dangereuses qui existent. Il y a même quelques espèces qui normalement ont disparu de la surface de ce monde depuis des décennies voire des siècles, rien de plus, Tery. Tu t’attendais à quoi ? »

Manelena le regardait avec un peu de surprise. Qu’est-ce qu’il s’était encore imaginé par rapport à tout ça ? Ah … vraiment … vraiment … vraiment. Elle plaça sa main sur le crâne de Tery, comme elle le ferait à un enfant avant de reprendre :

« C’est pourquoi cet accès n’est pas autorisé à n’importe qui. Uniquement aux personnes assez puissantes, bien équipées mais aussi qui promettent de ne pas bouleversifier l’écosystème de l’étage en dévastant tout sur leur passage. »

« Ce n’est pas notre cas, n’est-ce pas ? »

« Pas le moins du monde, qu’est-ce que tu t’imagines ? Nous sommes là pour une unique raison : le sommet de cette tour, rien d’autre. Je n’ai pas de temps à perdre avec quelques monstres, animaux ou autres créatures bizarres qui rôdent entre nous et le sommet. »

Bien entendu, bien entendu. Par contre, est-ce qu’elle pouvait retirer sa main du sommet de son crâne ? Surtout qu’elle le caressait et qu’il voyait Royan comme les soldats de Shunter et Traslord qui les regardaient. Elle ne semblait pas s’en être rendue compte, continuant le mouvement pendant quelques secondes avant de remarquer que Tery ne parlait plus.

« Bon, maintenant, tu peux retourner auprès des autres, Tery Vanian. Ne viens plus nous déranger, Royan et moi, compris ? Nous avons des choses plus importantes à faire. »

« D’accord, d’accord. Le message est très bien passé de ce côté, c’est bon. »

« Et évite d’aller bouder car je viens de te dire cela, compris ? » répéta aussitôt la femme aux cheveux argentés, Tery marmonnant dans sa barbe.
C’était bien beau d’être reine mais c’était pas une raison pour se comporter de la sorte. A croire que la scène dans le château ne valait plus rien au final. Mais bon … Si c’était ainsi … autant ne rien dire et ne rien faire. Il n’avait même pas la force de vouloir se disputer pour des actes aussi futiles et inutiles que ça.

Il retourna auprès d’Elen, celle-ci étant toute aussi mécontente que lui. Et pour quelle raison ? A cause du geste de Manelena ? Car dans le fond, ça ne représentait rien du tout. Le jeune homme aux cheveux bruns tenta de faire un sourire, disant :

« Elle m’a tout simplement évincé de son champ de vision. Nous sommes bons pour patienter encore une journée, malheureusement. »

« Malheureusement hein ? C’est dommage, tu vas pouvoir profiter de sa vision une journée de plus. Sa vision royale, Tery. Quelle déception. »

« Déception, déception, n’abusons pas non plus. Je reste content de la revoir. »

« Ca se voit si facilement sur ton visage, tu ne t’en caches même pas, tsss. »

« Tu ne vas quand même pas faire une scène de jalousie devant les soldats, non ? »

« Je la ferais si j’estime qu’elle est nécessaire, Tery. Mais pour le moment, tu as de la chance, je ne le ferais pas encore … pour l’instant. »

C’était dans ces moments là qu’il se devait être rassuré, c’est bien ça ? Il cligna des yeux avant de les frotter. Bon, avec toute cette marche forcée de plusieurs heures, il était assez fatigué. Il fallait juste ne pas le dire à voix haute car Manelena serait encore capable de venir dire qu’il ne faisait que se plaindre. Il n’avait pas besoin de ça !

« Est-ce que tu m’autorises à dormir dans ta tente ou non, Elen ? »

« Et après, tu te plains que c’est moi qui fait une scène devant les autres ? Tu t’écoutes un peu, Tery ? J’ai bien envie de dire que non mais ça reviendrait à ne pas avoir d’oreiller assez chaud pour dormir ce soir … donc on va éviter. Surtout que plus on monte, plus on va avoir froid. Alors, je préfère que tu viennes dormir avec moi, ça te convient ? »

« Je pense que ça me convient parfaitement. »

Il avait dit cela avec un petit sourire en réponse aux propos d’Elen. Autant enterrer la hache de guerre avant même qu’elle ne soit déterrée par une parole mal placée. Il regarda droit devant lui. Heureusement, les soldats ne se préoccupaient pas de leurs petites personnes. Tant mieux, il n’avait pas envie de se compliquer la vie.

Il se gratta la nuque, un peu embêté par quelque chose qu’il n’arrivait pas à expliquer néanmoins. Il ne le remarquait que maintenant, vu qu’ils avaient arrêté de marcher mais … un malaise l’envahissait de plus en plus. Etait-ce à cause de la tour ? Le fait qu’il soit encore en sueur malgré l’arrêt de la marche n’échappa pas à Elen, la jeune femme se rapprochant de lui avec de quoi boire.

« Je ne vais pas croire que tu sois aussi exténué pour être dans cet état. Tu as … »

« Je suis … je suis sûr et certain qu’il est là maintenant. »

« Simplement parce que tu as de la fièvre, vraiment, tu penses que c’est aussi simple ? »

« C’est le cas, Elen. Et les premières fois, ça ne m’a pas trompé, tu ne crois pas ? »

« C’est vrai, tu as parfaitement raison, Tery. Mais bon, ça ne veut pas dire que parce que tu as eut raison les autres fois, tu auras forcément raison cette fois encore. »

« Oui bien entendu … mais tu pourrais être plus sympathique, tu ne crois pas ? Du moins, plutôt dire quelque chose pour me rassurer ? Confirmer mes propos ? «

« Je peux toujours te supporter, Tery. Mais bon … Aujourd’hui, j’en ait pas la motivation. »

Ah oui, comme ça, elle était franche et directe. Le geste de Manelena passait très difficilement aux yeux de la jeune femme aux cheveux blonds. Ah … Bon … Il valait mieux aller se coucher quand cela sera possible et ne pas chercher les ennuis. Vivement demain !

Heureusement, la nuit se passa bien plus calmement que la soirée, Elen se montrant câline et tendre contrairement à son comportement de ces dernières heures. Elle s’était endormie sur lui, calfeutrée contre son corps comme pour se faire pardonner.
Il n’avait pas été mauvais, acceptant pleinement de l’avoir auprès de lui. Les mains posées sur son dos, la nuit s’était alors très bien déroulée, sans aucun problème. Zéro problème … Ah … Vraiment … Hum … Il caressa la chevelure d’Elen, finissant par la réveiller.

« Belle aux cheveux dorées, si vous voulez bien vous réveiller. »

« Pour me tenir dans vos bras, il me faudra un baiser délicat. »

Rah ! Elle n’allait pas se mettre à faire des rimes, n’est-ce pas ? Néanmoins, il accepta la proposition de la jeune demoiselle, venant déposer un baiser sur ses lèvres avec une certaine tendresse. Il se releva ensuite mais Elen vint s’appuyer contre lui.

« On reste quelques minutes en plus, que ça plaise ou non, d’accord ? »

« Qui a dit que cela me déplaisait, Elen ? Visiblement, ce n’est pas moi. Restons ainsi, du moins, jusqu’à ce que l’on nous force à sortir de là. »

« Ça ne saurait tarder de toute façon, je les entends autour de nous. »

« On ne peut pas avoir un peu de vie privé, désolé, petite Elen. Tu me pardonnes ? »

Hum … Elle n’en était pas vraiment sûre. Ses jambes agrippèrent celles de Tery, le forçant à se remettre couché dans la tente alors qu’elle se plaquait poitrine contre torse. Non, non, interdiction de le pardonner ou alors … à sa manière. Hier était déjà un autre jour et visiblement la jeune femme avait oublié sa petite colère.

« Tant que l’on ne fait pas de bruit, je pense que l’on peut s’adonner à une séance de sauvetage, non, Tery ? Nous allons dans un territoire inconnu. Un peu de bouche-à-bouche me semble nécessaire, surtout en vue des lacs artificiels du troisième étage. »

Raison ! Elle avait parfaitement raison ! Il tenta d’ouvrir sa bouche mais la jeune femme aux cheveux blonds avait réussi à la sceller en y collant la sienne pour un long baiser langoureux. Puis une voix féminine, hors de la tente, cria :

« Debout Tery Vanian ! Pareil pour toi, Elen ! On a eut les autorisations ! Les barrières vont être levées ! Mais nous ne serons pas seuls ! »

« Grrr … Manelena, encore une fois … toujours elle … encore elle … »

Finalement, Elen s’extirpa des bras du jeune homme avec un grand mécontentement avant de se remettre à peu près correctement. Elle quitta la tente en première, regardant Manelena en fronçant les sourcils. Reine ou non, elle ne lui permettait pas cela ! Tery sortit quelques instants plus tard Il regarda la femme aux cheveux argentés, haussant les épaules pour dire :

« Bon … Et bien … Voyons ce qui nous attends plus haut ? »