Chapitre 18 : Une compagne de lecture

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 18 : Une compagne de lecture

« Qu’est-ce que ça a donné, Tery, alors ? »

« C’est vrai que tu n’étais pas encore réveillée … même si tu as dormi dans mon lit. Heureusement que l’empereur ne se pose pas plus de questions hein. »

« Hahaha ! C’est sûr que si les serviteurs venaient dans la chambre … et bien … »

« C’est justement le cas. J’étais déjà levé alors que tu voulais voir comment ce nouveau livre m’aidait. Résultat, tu as mis moins d’une heure avant de t’endormir. Bon, les servantes ont l’habitude de s’occuper de ma chambre et surtout de savoir que tu la visites. Mais ça n’aide vraiment pas à ma réputation, tu le sais hein ? »

« Oh que oui, je le sais parfaitement et je trouve ça amusant. Mais donc, tu as appris quoi dans ce nouveau livre ? Dis-moi tout ! »

« Rien de bien spécial. Simplement à rendre plus solide mes golems. Disons que certains restent très fragiles. Là, j’ai appris les procédés magiques pour combler ça. Ils seront donc plus résistants. Par contre, pour celui ressemblant à Clari, ce n’est pas possible. »

« Comment ça ? Ce n’est pas possible ? Elle risque d’être trop fragile non ? Ce n’est pas trop dangereux pour elle justement ? Enfin, avec ce que tu veux faire ? »

« Ca l’est … et c’est ce qui m’embête. D’ailleurs, aucun de mes livres ne parle de ces golems capables d’avoir une apparence humaine et des réactions … humaines aussi. »

« Peut-être dans les prochains livres ? Qu’est-ce que mon père a dit ? »

« Je lui ait montré la différence avant/après. Je peux faire un même golem mais d’une durabilité différente. Ainsi, il comprend alors qu’est-ce que ce livre m’a apporté. J’ai par contre remarqué une chose étrange. »

« Hmm ? Quoi donc, Tery ? » demanda Elise, visiblement déjà intéressée par cela alors qu’il était un peu songeur, ne sachant guère s’il devait en parler.

« Et bien, c’est toujours la même écriture. »

« Oui et … ? » continua de dire Elise, attendant le reste de la phrase de Tery, celui-ci la regardant en se demandant si elle ne réfléchissait pas du tout ou presque.

« Et bien, cela veut dire que tous ses livres ont été écrit par une seule et même personne. Ce n’est pas un groupe qui a donné vie aux golems mais un seul être. Le souci, c’est que j’ai l’impression qu’il n’y a rien qui permette de savoir de qui il s’agit. Il n’y a aucune annotation personnelle et plus je lis, plus j’ai l’impression que ça rentre facilement dans mon esprit, comme si les lignes s’insinuaient directement dans ma tête. »

« Tu sais qu’en parlant comme ça, tu n’es pas rassurant du tout hein ? Déjà que tu entends une voix dans ta tête, maintenant tu me dis que tes bouquins sur les golems, ça fait à peu près pareil. Tu as pas une nouvelle plus rassurante ? »

« Et bien, j’en apprends de plus en plus sur les golems, ce n’est pas rassurant ? »

« Et bien, si c’est pour avoir une seconde voix dans ta tête, non, pas vraiment. »

« Tu exagères un peu. Et toi, au final, de ton côté, tu vas faire quoi cette après-midi ? »

« Mon père veut que je l’accompagne. Il semblerait que mes devoirs en tant que princesse impliquent certaines responsabilités dont je me serais bien passé. Mais bon, je ne vais pas refuser cela à l’empereur et en même temps, en vue du comportement des aînés, ça ne peut pas faire de mal que quelqu’un se montre à peu près correct parmi ses enfants. »

« Tu oublies les deux plus petits hein ? »

« Non non, je t’ai pourtant dit que je parlais seulement des aînés. Les plus jeunes, si je peux réussir … à les protéger, je le ferais mais … ce n’est pas le moment d’y penser. Je vais d’ailleurs demander des nouvelles à mon père à leur sujet. »

« Ca serait pas une mauvaise idée, j’approuve. Moi-même, donc, je vais aller me rendre à la bibliothèque royale maintenant que j’y ait accès, je vais en profiter. »

« Je te rappelles que malheureusement, tu ne peux pas obtenir les livres golémiques hein ? »

« Je le sais, je le sais … tu n’as pas besoin de me le répéter. Mais peut-être que je pourrais trouver des études sur ces livres en eux-même. Depuis quand est-ce qu’ils existent et tout le reste, je trouve ça vraiment intéressant. »

« J’ai surtout l’impression que les golems te montent à la tête, Tery, tu sais ? Mais après tout, pourquoi pas ? Les golems ont bien montré qu’ils ont beaucoup à nous apprendre. Juste une dernière question, tu comptes t’y rendre … seul ? »

« Hum, je ne penses pas. Et si tu veux tout savoir, je comptes m’y rendre avec Héraisty. Si ça peut lui éviter d’avoir à supporter l’autre, je ne vais pas m’en priver. »

« Que tu le veuilles ou non, tu es vraiment proche d’elle, tu sais ? »

« Bah, entre des rumeurs sur toi et moi puis des rumeurs sur moi et Héraisty, je ne vois pas vraiment de problèmes, tu sais ? »

Il avait juste haussé les épaules comme pour bien signaler que ce n’était pas un souci à ses yeux. Pour autant, le jeune homme aux cheveux bruns sentit le regard accusateur d’Elise sur sa personne mais bon … Qu’est-ce qu’il pouvait y faire hein ?

« Et puis zut, si tu fais une bêtise, je le saurais bien vite et si on retourne à la surface, je n’hésiterai pas à le dire à Manelena. »

« Ca me semble plus que correct. J’accepte pleinement cette menace. Je vais y aller dès maintenant, Elise. Passes une bonne après-midi. De toute façon, j’ai aussi Clari qui me surveille donc bon, je ne suis pas très motivé à faire une bêtise. » dit-il pour conclure avant de se mettre en route, embrassant néanmoins les joues d’Elise comme pour la calmer.

Elle émit un petit grognement puis soupira avant de l’enlacer, comme ça, au beau milieu du couloir. C’était juste impossible de se mettre en colère pour une telle futilité et elle avait juste pleinement confiance en lui, malgré ses paroles.

Maintenant, le jeune homme avait quitté le palais royal. Comme convenu, il ne partait pas tout de suite vers les bibliothèques royales, ayant visiblement bien mieux à faire pour la journée. Arrivant devant la guilde des renifleurs, il demanda à voir Héraisty.
Il avait remarqué une chose : la guilde des renifleurs l’écoutait et cela malgré qu’il n’était pas si … important que ça dans le royaume des démons. Peut-être qu’il avait le droit à un petit traitement de faveur ? A bien y réfléchir, ça ne serait pas une bonne chose mais … il n’allait pas tellement s’en plaindre non plus.

« Messire Tery ? Vous me désiriez ? » demanda une voix féminine alors qu’il était plongé dans ses pensées. S’extirpant de ces dernières, il fit un léger sourire à la démone à lunettes qui se trouvait en face de lui.

« Bien entendu, j’ai besoin de vos services encore aujourd’hui. Est-ce que vous êtes disponible ou non ? Je comprendrais que vous ne pouviez pas. »

« Euh … Et bien, je suis disponible aujourd’hui. Laissez moi prendre mes affaires et j’arrive tout de suite, messire Tery ! »

Elle s’exclamait cela avec vélocité et il se demandait s’il n’y avait pas eut un souci dans sa zone de travail. Néanmoins, il ne se posa pas plus de questions à ce sujet, Tery patientant tranquillement jusqu’à ce qu’elle arrive à lui.

Sans hésitation, elle prit son bras dans ses mains, lui demandant de bien vouloir l’emmener jusqu’à l’endroit où il voulait qu’ils soient. Marchant d’un pas vif, ils s’éloignèrent de la guilde des renifleurs, Tery finissant par demander :

« Un souci là-bas ? J’imagine que je vous aie extirpé d’un sale moment ? »

« Sale moment … C’est le bon terme. Il semble vraiment énervé et agacé. Les autres ne réagissent même pas ! Donc merci beaucoup, messire Tery. »

« J’aimerai bien dire de ne pas me donner du messire mais vu que je vous appelles mademoiselle Héraisty, je suis mal placé pour faire la remarque, hahaha. Bon ben, sinon, je pensais vous emmener à la bibliothèque royale. J’en ait l’autorisation. Je ne sais pas s’il vous en faut une aussi mais je pense pas que ça dérangerait si c’était le cas. »

« Ne vous en faites pas, j’en possèdes une, moi-même. Il le faut bien pour nos études en tant que Renifleurs, pour savoir quelle odeur appartient à quelle lignée. »

« Je vois, je vois, c’est vraiment un travail de tous les instants. Ca doit être assez épuisant. »

« Contrairement à ce que l’on croit, ce n’est pas forcément sur le terrain. On doit renifler divers objets ayant appartenant à certaines personnes. On doit les comparer entre elles et … ah … disons qu’on ne fait pas que du reniflage de lignée. On sert aussi d’enquêteurs. »

« D’enquêteurs ? Comment ça ? Genre, si la milice a besoin d’aide … »

« C’est exact. On va sur le terrain, on renifle tel ou tel objet, on aide à trouver le coupable et voilà tout. C’est comme ça que l’on peut avancer aussi. Ca reste assez … ridicule. »

« Je ne trouves pas, mademoiselle Héraisty. C’est une belle chose. Enfin, un métier vraiment épuisant et j’imagine que l’autre démon de malheur vous en fait voir de toutes les couleurs. »

« Y a pas que ça. Ce sont les autres personnes présentes. Elles ne bougent pas le petit doigt. Elles font comme si je n’existais pas ! Elles détournent la tête, honteuses. »

Hmm .. Elle allait s’emporter. Doucement mais sûrement, il vint lui tapoter le dos, signalant par là qu’elle n’avait pas à s’en faire. Il était là pour qu’elle passe une bonne journée. N’était-ce pas une bonne chose en soi ? Ce n’était pas tant mieux, non ? En le voyant agir de la sorte, Héraisty eut un petit sourire, murmurant :

« Si seulement tous les nobles réagissaient comme vous, ça serait plus facile à supporter. »

« Peut-être parce que je ne suis pas noble contrairement à ce que les gens pensent ? »

« Et les rumeurs sur vous et la princesse Elise, elles sont infondées aussi ? » demanda t-elle, un peu curieuse alors qu’il balayait la question d’un geste de la main.

« Vous ne devriez même pas vous en inquiéter. »

« Ah bon ? A ce point ? Comment ça ? Vous ne la détestez pas quand même ? »

« Oh non non ! Pas du tout ! Loin de là … Je la considère comme une petite sœur mais beaucoup s’imaginent qu’il s’agit là de mon amante ou autre. Je crois que j’aurai la tête qui tomberait bien vite si c’était le cas. »

« Je ne pense pas. Vous êtes venu avec elle. Vous êtes son seul compagnon masculin, on ne lui connaît personne d’autre et cela depuis des mois. Donc voilà, les autres s’imaginent beaucoup de choses, visiblement à tort par rapport à tout ça. »

« Hahaha, oui, parfaitement à tort. Il n’y a rien entre elle et moi, je peux vous le confirmer. Vous êtes motivée pour la bibliothèque ? »

« Cela dépend, qu’est-ce que vous désirez rechercher là-bas ? S’il s’agit d’informations sur une lignée de nobles, autant me poser la question. Sans vouloir paraître arrogante, je pense que j’ai les capacités pour vous répondre correctement sur une majorité de lignées. »

« Non, non, j’aimerai obtenir des informations … sur les livres golémiques. Pas trouver des livres golémiques en eux-mêmes mais … qui aurait put les créer. Pourquoi ? A quelle époque ? Pour quelle raison ? »

« Oh … Oh… OOOH ! Oui ! Ca me tente ! Ca me changera des sujets habituels ! Allons-y tout de suite, messire Tery ! » dit-elle avec un entrain qu’il ne lui connaissait pas, prenant sa main dans la sienne pour l’emmener bien plus vivement en direction de la bibliothèque.

Devant celle-ci, il ne pouvait s’empêcher de la comparer à celle de ses grands-parents. Même si cela faisait maintenant un bout de temps, il s’en rappelait comme si c’était hier. Bien que l’architecture était différente, les tailles s’équivalaient.

« Et bien ? Nous restons plantés là, messire Tery ? »

« Non non, bien entendu. Nous allons rentrer. En plus, je ne crois pas voir beaucoup de monde rentrer et sortir. Les bibliothèques sont pas si appréciées que cela ? »

« Elles le sont mais peu de personnes les utilisent. En plus, celle-ci étant réservée à quelques personnes, il est difficile d’y avoir accès. »

« Hahaha … C’est vrai, j’oubliais la difficulté pour pouvoir rentrer à l’intérieur sans se faire rejeter par les soldats. Allons-y alors. »

Par contre, il retira sa main de celle d’Héraisty. La démone n’avait rien remarqué, semblant considérer ce geste anodin mais lui, si. Bon, avec Elise, c’était différent vu qu’il la connaissait maintenant depuis un bon bout de temps mais Héraisty …

Enfin, ce n’était pas le moment de s’attarder sur de petits détails aussi ridicules que ça. Ils avaient encore beaucoup à faire hein ? Enfin, vu ses objectifs, il était sûr qu’une journée ne serait pas suffisant pour ce qu’il comptait accomplir.

« Oh ? Héraisty ? Cela faisait un petit bout de temps que tu n’étais pas passée par ici. Et … hmm … Vous par contre, c’est la première fois, n’est-ce pas ? » demanda une démone à l’accueil, grand sourire ravi en voyant Héraisty accompagnée d’un démon.

« Pour te répondre même si tu n’as pas posé la question, la réponse est non. »

« Fais attention, Héraisty, les années tournent hein ? Et je sais que tu es focalisée sur ton travail, ça ne veut pas dire que … »

« On peut changer de sujet ? Je te présente messire Tery … Tery Vanian, non ? » dit la démone à lunettes en se tournant vers lui. Il était pas certain d’avoir prononcé si souvent son nom, c’est pourquoi il resta un peu étonné qu’elle s’en rappelle avant de finir par dire :

« C’est exact. Je suis désolé … j’étais un peu perdu. Oui, je suis Tery Vanian. J’ai normalement un accès à la bibliothèque et je voulais m’y rendre avec mon amie. »

« Tery Vanian, laissez-moi vérifier, oh … Euh … De la part de l’empereur Malark lui-même ? » murmura la secrétaire démone en clignant des yeux, relevant son visage vers Tery avant de dire : « Attendez un petit peu … Vous ne seriez pas le prétendant de la princesse ? Héraisty, tu risques vraiment … »

« Je vous arrête tout de suite. Je ne suis pas son prétendant. Les rumeurs sont vraiment effrayantes, Héraisty, tu ne trouves pas ? »

« C’est bien ce que je te disais, Tery. Mais bon, il faut bien s’occuper dans une bibliothèque hein ? Nous pouvons y aller ? » demanda t-elle à la secrétaire, celle-ci finissant par rire.

« Allez y, allez y. Visiblement, j’ai servi à vous rapprocher. N’oubliez pas la première règle d’une bibliothèque : le silence. Merci bien ! »

Merci bien à elle aussi ! Finalement, il pouvait enfin poser ses pieds dans la bibliothèque royale. Après tout ce temps, il se demandait s’il était en train de rêver. Le jeune homme aux cheveux bruns regarda autour de lui, s’émerveillant devant tout ça :

« Alors … Dans quoi pourrions-nous trouver des informations sur les golems ? Une idée, Tery ? Tery ? Oh … Tery … »

« Pardon Héraisty. J’étais tellement … concentré sur tout ça. Pour les golems, si c’est vraiment relié aux démons, peut-être que l’on devrait se renseigner sur l’histoire du royaume ? »

« Pourquoi pas ? Je dirais bien de chercher sur une lignée liée aux golems mais je ne crois pas connaître de famille qui se soit spécialisée dessus. Tu sais, les golems sont un peu comme des chimères. On en parle, on les évoque mais on en voit pour ainsi dire jamais. »

« C’est pour ça qu’ils sont très souvent étonnés. D’ailleurs, c’est encore le cas en ce moment même. » dit-il en chuchotant doucement, désignant Elise du regard. C’est vrai ! Il ne fallait pas oublier la femme golem qui les avait suivi.


Au départ, la secrétaire avait chercher à l’arrêter avant de comprendre que l’entité n’était pas vraiment démone. D’ailleurs, en vue de son apparence et de son absence de réaction plus le fait que la personne qu’elle suivait avait été recommandée par l’empereur lui-même, autant dire que ça ne servait pas à grand-chose de s’interroger.

« Je dois avouer que la première fois que je l’ai vue, je me demandais si je rêvais. Je m’imaginais les golems bien plus impressionnants mais … »

« Non, non, tu as parfaitement raison. Les golems sont de base des sortes de gros et grands humanoïdes faits de pierre. Ils sont très « bruts » comme créatures. »

« Bruts ? Dans le sens où ce sont des morceaux de pierre pas taillés qui sont collés les uns aux autres, c’est bien ça ? »

« C’est exact ! Je note que tu as appris très vite à ce sujet. C’est vraiment impressionnant. »

« On ne devient pas renifleur royal par chance. Il faut quand même avoir quelques capacités, hahaha … Ah zut, on dirait que je m’en vantes. »

« Non, non, c’est bon. Ne t’en fait pas, ce n’est pas dramatique. Et puis, tu peux te vanter autant que tu le veux ou presque hein ? Si tu as les capacités et l’intelligence qu’il faut, c’est que tu as travaillé pour les obtenir. »

Il n’était pas tellement certain de bien réussir à s’exprimer mais en vue des légères rougeurs sur les joues d’Héraisty, peut-être qu’il avait bien touché sa cible bien que ce n’était pas vraiment l’effet désiré. Il savait juste que la démone était quelqu’un de très travailleur et acharné, c’est pourquoi il trouvait cela normal de la complimenter sur ses qualités, voilà tout. Après, peut-être qu’il exagérait un peu ? Il en avait aucune idée.

Dans toute cette histoire, il savait juste une chose : il était temps de se mettre au travail ! Retroussant ses manches, il s’aida des paroles d’Héraisty pour commencer à fouiner un peu dans les rayons, la démone lui indiquant ceux qui pourraient être intéressants.

« Je ne suis pas sûr qu’une vie sera suffisante pour lire tous les livres qui pourraient concerner ce que je recherche. Ah … »

« Ne t’en fait pas, on va prendre quelques volumes précisément, voir si y a plusieurs tomes et tout le reste. A partir de là, peut-être que nous pourrons trouver quelques indices. »

Des indices … Ce n’est pas comme s’il s’agissait d’une carte au trésor ou autre hein ? Le jeune homme aux cheveux bruns eut pourtant un petit sourire avant d’observer la reliure des livres devant lui. Alors alors alors … Qu’est-ce qu’il pouvait prendre ?

Hmm … Bien entendu, des livres sur les golems plus précisément, ce n’était pas possible d’en trouver. Les livres golémiques étaient sûrement bien gardés dans une pièce ou dans un coffre plus précisément. Les obtenir sera très difficile.

« Tery, prends donc celui-là. L’auteur était assez connu à l’époque. »

« D’accord, d’accord et toi … euh, tu as déjà pris autant de livres ? » dit-il avec étonnement en la voyant avoir cinq bouquins dans ses bras. Elle ne risquait pas de se faire mal ? Enfin plutôt avoir mal au crâne avec tout ça ?

« Ne t’en fait donc pas, y a pas de soucis de ce côté là ! Ca va parfaitement. Par contre, attention, on va lire tranquillement hein ? »

Pas besoin de lui rappeler les consignes d’une bibliothèque. Que ça soit à la surface ou ici, visiblement, les règles étaient les mêmes. C’en était même amusant à remarquer dans le fond. Il se retint de sourire plus qu’il n’en faut et pris place en face d’elle sur une table.

« Bonne lecture, Héraisty. »

« Il en est de même pour toi, Tery. J’imagine que nous allons y passer quelques heures, n’est-ce pas ? Ou alors, je me trompes ? »

« Pas le moins du monde. On va passer un bon bout de temps, on ira manger un morceau et malheureusement, lorsque j’irais te libérer, il sera trop tard pour que tu ailles faire ton travail de renifleuse royale. C’est dommage, non ? »

« C’est … vraiment vil de ta part mais … ingénieux. »

« Je prends cela comme un compliment. Heureux de vous satisfaire, mademoiselle Héraisty. »

Et cette fois-ci, le ton poli se voulait plus amusé qu’autre chose alors qu’elle lui souriait. Il devait juste faire attention à ne pas s’attacher plus qu’il n’en fallait à cette demoiselle. Il avait eut de la chance de la rencontrer sur son chemin mais … il ne devait pas oublier Elen et Manelena. Ah … Même s’il était clairement impossible qu’il puisse les revoir un jour. La situation actuelle était beaucoup trop dangereuse et ennuyeuse pour ça.

Chapitre 17 : Direction la bibliothèque

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 17 : Direction la bibliothèque

« Mais tout d’abord, peut-être voudrais-tu que l’on aille ailleurs ? J’ai l’impression de ressembler à un grand-père qui se prête à raconter des histoires à ses petits-enfants. »

« Euh … Comme vous le désirez, empereur Malark. Je n’ai jamais penser à faire une telle comparaison dans ma tête, vous savez ? »

« Je me doutes bien mais c’est l’image que j’ai en mémoire en vous regardant tous les deux. Vous semblez si concentrés et intéressés par les golems que cela en est surprenant. »

« Surprenant ? Alors que je suis sur ces êtres depuis des années ? Depuis le jour où j’ai eut mon premier livre, offert par la guilde des magiciens de Midès, je me suis senti très concerné par les golems, plus qu’il n’en faut, sûrement ! »

Il disait cela avec un certain entrain, ne cachant pas sa motivation plus que visible sur le sujet. Bien entendu, il était plutôt calme devant le monarque mais il était vrai que ce dernier devait être au courant de quelques secrets que peu de démons connaissaient.

« Bon … Ce que l’on va faire, c’est que nous allons avoir la suite de cette discussion d’ici quelques heures. J’ai visiblement un endroit à visiter avant toute chose. »

Hein quoi ? Comment ça ? Au final, pas de discussion sur les golems ? Devant l’air étonné du jeune homme, l’empereur Malark reprit la parole :

« Je vais simplement faire une visite dans la bibliothèque royale. Tu es au courant de son existence, n’est-ce pas ? »

« C’est exact mais je … n’ai jamais chercher réellement à avoir une autorisation de me rendre. Dans les faits, je ne reste qu’un simple soldat dans ce royaume, rien d’autre. »

« Hum … L’unique soldat au service de l’une de mes enfants. Tu as une place encore privilégiée que les bras droits des aînés d’Elise, tu le sais ? »

Il le savait parfaitement … c’était juste que … voilà quoi. Il ne se voyait pas ainsi. Du moins, il avait du mal à reconnaître sa valeur ou quelque chose du genre. C’était vraiment assez compliqué en soi mais bon, hein ? Elise lui donna un petit coup de coude dans la hanche.

« Roh … Ne t’en fait pas, va. Je ne crois pas que mon père ait besoin de mentir au sujet des golems. Il se doute parfaitement que c’est un domaine très important pour toi … et peut-être qu’il nous trouvera une explication à … Clari. Enfin, Clari, elle. »

« Clari, elle, c’est un peu vexant quand tu parles comme ça, tu sais ? » dit-il alors qu’elle tirait la langue, visiblement pas dérangée du tout.

« Je pense qu’elle s’en remettra. Elle est pas du genre à se mettre en colère hein ? N’est-ce pas, Clari ? Tu sais parfaitement que je veilles sur lui autant que toi. »

« Est-ce que cette femme-golem … est capable d’élocution ? » demanda l’empereur avec un peu d’intérêt, fixant la femme faite de pierre. Tery hocha la tête négativement.

« Non, je ne crois pas que ça soit possible. Il faudrait des cordes vocales et autres. Je ne crois pas que ça soit possible de les créer bien que … »

Maintenant qu’il y réfléchissait, il se rappelait d’une scène étrange à Omnosmos. Oui, cela l’avait marqué mais est-ce qu’il devait en parler ? Il observa le monarque, déclarant :

« Sinon, un moment, lorsque j’ai invoqué quelques golems, j’ai eut l’impression qu’ils tentaient de communiquer avec moi. Sincèrement, cela était étonnant mais … ils semblaient parler. Mais pas avoir une discussion, juste dire quelques mots … simples. »

« Je vois, je vois … C’est vraiment très intéressant ce que tu me dis. Bien plus que je ne le pensais. Il est vital et nécessaire que tu obtiennes de nouveaux livres. Tu es au courant, j’imagine, que ces livres ont la particularité de ne contenir aucun texte ou presque. »

« C’est plus compliqué que ça, empereur Malark. Ses livres sont faites d’une ancienne magie, je ne sais pas laquelle mais qui fait que disons que j’ai dix livres à moi. Si j’ouvre le premier et le second, le second sera exactement la suite du premier. Mais si j’ouvre le cinquième, ça sera la suite du second même si … RAAAAAAAH ! Comment je dois expliquer ça ! Ah ! Disons que si par malheur, un jour, je meures ! Mes livres sont dispersés ! Le troisième volume que je possédais tombe entre les mains d’un inconnu. Et bien, en l’ouvrant, il n’aura pas l’impression que c’est le troisième volume … mais le premier. Est-ce que j’arrive à me faire comprendre ? »

Il en était pas du tout certain. Il regarda les deux personnes en face de lui. En voyant le visage confus d’Elise, il comprit qu’il s’était complètement foiré mais heureusement, l’empereur sembla réfléchir un peu plus à au sujet avant de déclarer :

« Ce que tu veux dire par là, c’est qu’importe le livre qu’avait le précédent porteur auparavant, celui qui le possédera ensuite tombera sur des pages évoquant le premier sujet … comme si les livres se reconnaissaient entre eux et formaient une suite par magie ? »

« J’avoue que je ne sais pas si je peux expliquer ça comme ça mais … je crois que vous avez parfaitement compris l’idée, empereur Malark. »

Bon sang, qu’est-ce qu’il pouvait être stupide comme un manche à balai. Mais heureusement, l’empereur Malark savait bien mieux s’exprimer que lui. En un sens, c’était normal et logique hein ? L’empereur était l’empereur, il n’était pas à cette position pour rien. Mais bon, maintenant, ils pouvaient tous les trois se lever et quitter la pièce.

« Retrouvons-nous à l’heure du repas. Ensuite, nous discuterons de la marche à suivre. Quand au fait que tu n’aies pas accès à la bibliothèque royale, je vais régler cela. »

« Euh … vous savez, vous n’êtes pas obligé de faire cela. Surtout que même si j’aime bien lire, je suis plus intéressé par les livres sur les golems et … disons qu’en vue de leur mode de fonctionnement, si j’en trouve un nouveau, il est perdu pour les autres jusqu’à ma mort. »

« C’est ainsi et pas autrement. Cela s’est toujours passé de la sorte. C’est pourquoi ces livres sont scellés dans la bibliothèque royale et ne sont pas à la portée de tous. »

« C’est normal et logique de votre part … Je comprends parfaitement ce choix. »

Et ce fût la fin de la discussion. Tous les trois quittèrent la pièce, l’empereur se séparant de Tery et Elise pour partir de son côté. Ainsi, ils allaient se retrouver à l’heure du dîner. Ca sera sûrement trop tard pour une petite visite de la bibliothèque royale. En voyant la mine déçue du jeune homme, Elise lui tapota doucement le dos, disant d’une voix enjouée :

« Ne t’en fait pas, tu vas avoir accès à la bibliothèque royale, c’est génial, non ? Et dire que cela fait déjà quelques mois que nous sommes ici. »

« Je connaissais son existence mais je ne pensais pas que je pourrais m’y rendre un jour. Je ne blaguais pas quand je disais que je n’étais qu’un simple soldat. »

« D’après les renifleurs, tu es plus que ça, hein ? Simplement, on ne sait pas exactement ce que tu es. Faut avouer que tu es le seul à entendre des voix. D’ailleurs … Ca fait longtemps mais … y a plus de soucis avec ça, hein ? »

« Pour l’heure, je n’entends aucune voix et je ne vais pas me plaindre de tout ça. » dit-il calmement et sereinement. C’était mieux que rien.

La dernière fois remontait à la création de Clari, en pleine bataille … contre Manelena et Royan ainsi que leurs armées respectives … et tout cela avec une armée de Gnomolds. Il avait toujours du mal à savoir comment ils avaient réussi à coopérer avec ces derniers.

« Bref, tout ça pour dire que je ne suis pas dérangé par ça. Maintenant que l’on doit attendre ce soir, que faisons-nous, Elise ? »

« Et bien … Tu n’as aucune obligation à l’heure actuelle, moi non plus. On peut partir se promener un peu même si on connaît chaque couloir maintenant. Et puis, y a toujours Clari pour nous surveiller et … hum, un souci ? »

« Je repensais à la conversation et … enfin celle … avant que l’on évoque les golems. »

Et la voilà qui était prise d’un violent fard, comme si elle voyait parfaitement de quoi il parlait. Et pour cause, elle le savait ! Le jeune homme aux cheveux bruns était un peu dans le même état, continuant de dire :

« Juste pour que tu sois au courant, c’est rien contre toi hein ? Disons juste que je te connais depuis déjà quelques temps et que tu es ma seule connaissance en ces lieux. »

« Oui, oui … Après, je préférais ne pas mentir devant mon père. Vu ce dont il est capable quand il est énervé, je crois que c’était le mieux mais … euh … Tu sais que tu as Elen et Manelena hein ? Surtout que tu as entendu ce qu’il a dit. »

« Ce qu’il a dit à quel sujet ? » murmura Tery alors qu’elle poussait un petit rire amusé :

« La polygamie est autorisée dans le royaume démoniaque. Tu n’as plus qu’à les emmener ici et couler des jours heureux, hein ? »

« Des fois, tu peux raconter de sacrées bêtises, tu sais ? » dit-il calmement alors que la demoiselle aux cheveux auburn éclatait d’un grand rire, visiblement très amusée.

« Tu ne me feras pas croire que l’idée te déplaît tant que ça. Au moins, tu n’aurais pas à choisir dans ce cas précis, n’est-ce pas ? »

« Je ne vais pas continuer à m’attarder sur cette conversation, désolé. »

Et encore, il ne l’était pas. Le jeune homme voulait juste ne pas parler de tout ça. Il avait un peu de décence et à l’heure actuelle, Elise n’en avait guère. Il poussa un léger soupir fatigué après quelques secondes, disant :

« Autant te prévenir, il n’y aura rien entre toi et moi, hein ? »

« Il ne pouvait en être autrement. Tu es peut-être à mon goût, Tery mais je ne suis pas ce genre de demoiselles et puis … voilà quoi. »

« Oui, il ne faut pas oublier Royan, je le sais parfaitement. Hors de question que je l’oublie. »

Elle se répétait cela et il était content qu’elle pense encore à lui. Il tapota doucement le sommet de son crâne tout en lui souriant, reprenant la parole :

« On la fait alors cette petite balade prévue ou non ? »

« On va y aller, on va y aller, hahaha ! Mais peut-être que tu préfères que l’on aille en ville ? D’ailleurs, je te vois souvent disparaître depuis quelques temps, y a une raison à ça ? »

« Je vais revoir la renifleuse que nous avions rencontrée. Tu sais, elle s’appelle Héraisty. »

« Hum hum … Je me rappelles parfaitement de son nom, Tery. Je crois que ce qui m’impressionne le plus, c’est le fait que tu en parles comme si de rien n’était. »

« Car c’est exactement le cas ? Qu’est-ce que tu t’imagines ? »

« Je ne sais pas … Tu es un homme, tu as des besoins primaires que tu dois satisfaire. »

« On part vraiment sur ce genre de conversation, Elise ? Car si c’est le cas, je crois qu’il y a beaucoup à dire à ce sujet, n’est-ce pas ? »

En l’entendant rire, il comprenait qu’elle venait de se moquer ouvertement de lui mais bon … Ce n’était pas comme si c’était une habitude chez elle, hein ? Au moins, elle cherchait juste à l’embarrasser. Elle ne pensait pas réellement ses propos.

« Tu voudrais que l’on ailles la retrouver alors, Tery ? »

« Il vaut mieux éviter aujourd’hui. De ce qu’elle m’avait dit, elle va passer une sale semaine à cause de Jyanos, ce sale type ne la lâchera pas. »

« Jyanos … Ca me dit un truc. C’est pas le démon qui serait presque chauve s’il ne plaquait pas le reste de ses cheveux noirs sur son crâne, c’est ça ? »

« La description lui correspond parfaitement. Si tu n’oublie pas les lunettes. »

« Et son air de fouine qui fait comme s’il connaissait tout sur le bout des doigts. »

« Oui, visiblement, tu te rappelles parfaitement de lui. »

La voilà prise d’un grand éclat de rire, comme si le fait de reparler de cette personne suffisait parfaitement à s’esclaffer. Pour autant, si l’intéressé apprenait ces moqueries, il y avait de fortes chances que ça ne passe guère.

« Après tout, c’est lui-même qui se met dans une telle situation pour qu’on le considère de la sorte. Nous ne sommes pas responsables de ça, hein ? »

« Oh que non … même si j’avoue que je n’ai pas apprécié comment il parlait à cette démone nommée Héraisty, c’est bien ça ? »

« C’est bien son nom. » dit-il calmement, se demandant comment elle réagissait réellement vu qu’Héraisty restait une démone plutôt jolie et sympathique.

« Dans les faits, Héraisty, ça sert à quoi que tu ailles la voir ? Tu n’as pas de travail de renifleuse à lui donner hein ? »

Hochement de tête négatif de la part de Tery. Ce n’était pas du tout son intention de toute façon. Le jeune homme aux cheveux bruns remarqua que le regard de la demoiselle aux cheveux auburn se fronça comme pour réfléchir :

« Et donc, pourquoi est-ce que tu vas la voir au final ? Tu ne me l’as pas dit. »

« Tout simplement parce que j’en avais envie. Je me suis rappelé exactement la même chose que toi et je l’avais rencontrée par hasard à nouveau y a quelques temps. Donc bon, causette et tout ça. Au moins, ça me fait de la compagnie à part toi. »

« Hmm hmm … Tu sais que je plaisantais quand je parlais d’aller voir ailleurs hein ? »

« Je le sais parfaitement même s’il n’y a pas lieu de s’inquiéter … ou alors, tu serais un peu jalouse que j’aille voir une autre personne à part toi dans le royaume démoniaque ? »

« Non, non. Moi ? Jalouse ? Il ne faut pas exagérer ! Simplement, je tiens à te rappeler que tu m’as aussi fait le coup avec cette démone qui nous vendait de l’équipement. »

De l’équipement ? Ah oui ! Elle ! Mais ça commence à dater ça, hein ? Elle n’exagérait pas un peu trop d’ailleurs ? Ce n’était pas comme si c’était si important que ça non plus hein ? Enfin bon … C’était justement un peu problématique mais sans plus.

« Tu t’imagines des choses. Ah … Et tu restes ma petite sœur adorée … même si ce n’est pas de sang, n’est-ce pas ? Rassurée ? »

Hum hum … Elle continue de grommeler un petit peu dans sa barbe alors qu’il lui tapotait doucement le sommet du crâne avant de le caresser. Elle n’avait pas du tout à s’en faire. Pas le moins du monde. Ce n’était pas de quoi s’inquiéter hein ? Loin de là … Ah … Enfin bon, ce n’était pas tout ça mais le temps passait !

Et le temps passa. L’heure du dîner arriva et ils se retrouvèrent tous les deux de chaque côté du roi pendant qu’on leur servait les différents plats. Malgré qu’il n’était pas du tout à sa place dans une telle situation, Tery ne pouvait refuser l’invitation de l’empereur Malark. Pendant le repas, d’ailleurs, il présenta un livre qu’il déposa sur la table juste à côté de sa main droite, disant calmement :

« J’imagine que je n’ai pas besoin de te dire de quoi il s’agit, Tery Vanian. »

« Même si je ne l’ai pas entre les mains, je ressens aisément sa puissance. C’est l’un des livres golémiques, n’est-ce pas ? »

« C’est exact. J’ai d’ailleurs donné une autorisation à la bibliothèque royale de te permettre l’accès à cette dernière. Par contre, tu dois te douter que tu n’auras pas accès aux autres livres. Disons que cela est une sorte de récompense. »

« Une récompense ? Mais pour quelle raison, empereur Malark ? »

« Et bien, pour t’être occupé de ma fille pendant tout ce temps. En un sens, il est vrai que je n’avais jamais donné de récompense depuis que vous êtes arrivés ici. Pourtant, tu as réussi à emmener ma fille jusqu’à moi, bien que tu ne t’en rendais pas compte. »

« C’est bien pour cette raison que je me dis que ce livre est maintenant tien. Mais bon … Après le repas, bien entendu, nous sommes d’accord ? »

Petit hochement de tête de la part de Tery. C’était le plus logique dans une telle situation. Il ne pouvait quand même pas le salir avec la nourriture et boisson déposées devant eux. Terminant le dîner lentement mais sûrement pour ne pas montrer son impatience, le jeune homme observait juste la reliure du livr.

« Et bien ? Ton regard est envieux, Tery. Est-ce que tu serais prêt à tuer pour ce livre ? »

« Hein ? Euh … Pourquoi une telle demande ? Si je dois éliminer quelqu’un, j’aimerais éviter. Disons que ce n’est pas le but recherché ou du moins la méthode que je veux utiliser pour les obtenir. J’espère que vous comprenez où je veux en venir. »

« Bien entendu, bien entendu. J’ai entendu ce que je voulais entendre. Hmm … J’ai l’impression que je viens de me répéter. »

Elise eut un petit rire alors que Tery se retenait de l’accompagner. Se moquer de l’empereur ça serait vraiment très problématique hein ? C’est pourquoi il valait mieux ne pas pousser la chance trop loin sur ce point.

Tout cela pour dire que ça pouvait très bien se passer comme très mal se passer. Mais heureusement, vu qu’il ne cherchait pas à s’attirer les foudres de l’empereur. Ca serait une très mauvaise idée, pas besoin d’être très doué pour comprendre cela.

« Tery, je vais donc te confier ce livre. En contrepartie, je veux que demain, tu me dises ce que tu as appris à l’intérieur. De ce que j’ai compris, tu as déjà une belle collection, non ? Alors, à ce niveau, ce que tu vas apprendre sera sûrement inconnu de tous. »

« Comme vous le désirez, empereur Malark. Ca sera avec grand plaisir. Est-ce que je pourrais me rendre à la bibliothèque royale pour le lire ? »

« Je ne suis pas sûr que ça soit très bien vu que tu arrives avec un livre que j’ai réquisitionné le jour même. Cela pourrait ressembler à de la provocation. »

« Ah … Euh … C’est une bonne raison. Je n’y avais pas du tout pensé, désolé. »

« Quand tu obtiens un tel rang, que ça soit dans ce monde mais sûrement ailleurs, le moindre fait et geste est observé et étudié, à tort et à travers. C’est pourquoi malgré la puissance que possède un monarque, sa liberté est restreinte … sauf si bien entendu, tu utilises la force pour diriger et dominer. Dans ce cas précis, généralement, tu ne te préoccupes guère de ce que pensent le peuple de tes paroles et actes. »

« C’est vrai que dans le cas où vous êtes un tyran, c’est vraiment le dernier de vos soucis. »

« Bref, gardes ce livre et lis-le tranquillement cette nuit. Par contre, si tu peux éviter de faire des expériences dans le château, surtout pendant la soirée, je t’en serais gré. Je ne voudrais pas que la folie anime les couloirs. »

« Aucun problème, empereur Malark … et encore merci pour le livre. »

Il se répétait sans cesse mais cela restait un cadeau très important. Certains diraient dans un petit rire qu’il s’agirait d’un cadeau … royal. Le jeune homme fixa le livre qui lui fût emmené par une servante après que l’empereur l’ait intimé d’un geste.

Dès que ce fût possible, il s’excusa en direction de l’empereur et d’Elise mais celle-ci s’était levée, s’excusant à son tour en direction de son père. Se plaçant à côté de Tery, elle observa la couverture de livre en clignant des yeux :

« Je ne me suis jamais rendue dans la bibliothèque mais peut-être que je devrais y aller. Tu voudras t’y rendre demain, Tery ? »

« Oui, je veux bien mais pourquoi est-ce que tu me suis, Elise ? Je comptais me rendre dans ma chambre et attaquer le livre pour toute la soirée. »

« Et bien, je vais t’accompagner ! J’ai envie de voir comment ça se passe quand tu auras posé tes yeux sur les premières lignes. Et puis, je serais aux premières loges pour avoir tes réactions. Et oui, je me contentes de très peu. »

« … … … Si tu viens, essaies d’être discrète car là, je crois que les rumeurs vont être encore plus virulentes, tu t’en doutes hein ? »

« Qui sait, peut-être est-ce que c’est ça que je veux en réalité ? » dit-elle dans un grand sourire un peu mauvais.

… … … C’était pour ce genre de paroles qu’il voulait simplement lui claquer la porte au nez. Mais il était beaucoup trop gentil pour ça. Long soupir de sa part avant de faire un mouvement de la tête pour qu’elle l’accompagne. Lecture, lecture, ce soir.

Chapitre 16 : Une sombre habitude

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Second axe : A la découverte des profondeurs

Chapitre 16 : Une sombre habitude

« Hmm … Je n’arrive pas à croire que ça soit enfin fini. Ils sont restés combien de temps ? »

« On doit être proche d’un mois. Mais tu as vu comme ils étaient tristes ? » demanda Elise en regardant Tery, léger sourire aux lèvres. Celui-ci, visiblement un peu gêné de répondre, finissait pourtant par avouer d’une voix lente :

« Oui … Autant les trois autres, ça ne me dérangeait pas, autant les deux petits … »

« Les deux petits … Je crois que l’une des deux n’hésitait pas à se mettre vraiment en valeur à tes yeux même si tu faisais semblant de l’ignorer, n’est-ce pas ? »

Il soupira légèrement en repensant à Wandy. Dire qu’elle était accro à lui, ce n’était pas exagéré. Elle cherchait vraiment … à tout faire pour le courtiser. Il trouvait ça charmant et mignon … mais il n’était pas de son âge et cela, la jeune demoiselle semblait l’oublier un peu trop, ce qui était assez problématique. A part ça, elle avait de la conversation, de la culture et semblait vraiment un très bon parti mais … lui, il ne pouvait pas.

« Ah … Elle me complique un peu la vie, est-ce qu’elle le sait ? »

« Et bien, et bien … Les tourments de l’amour te posent un gros souci, Tery ? Enfin … Je dis ça en rigolant mais c’est ma petite sœur. Si tu la fait pleurer, je risque de ne pas apprécier. »

« C’est quoi cette phrase ? Ca me fait passer pour quoi quand tu parles de la sorte hein ? »

« Hmmm … Je ne sais pas, un démon qui apprécie les jeunes filles en fleur ? »

Quand elle disait cela de la sorte, le voilà qui s’empourpra, comme pris en faute ! HEY ! A bien y réfléchir, ça lui faisait penser à Elen ! Elen aussi n’y connaissait rien à l’amour, bon elle était déjà adulte … et lui aussi en fait, il n’y connaissait rien à l’époque.

« RAH ! Tu me compliques la vie, Elise ! Tu exagères ! »

« Hahahaha ! C’était bien le but ! J’adore voir ce petit visage gêné qu’est le tien, Tery ! »

Et elle s’en vante en plus ! RAAAAAAAH ! Qu’il se rappelle de la punir pour lui expliquer un peu la vie ! Elle comprendra très vite qu’il n’est pas à prendre à la légère. Mais voilà, les plaisanteries les plus courtes ont une fin et un garde vint se rapprocher d’eux alors qu’ils se promenaient dans les jardins royaux.

« Pr… Princesse Elise, votre père vous demande. AH ! Et aussi votre compagnon ! »

« Mon compagnon ? J’avoue que je rigole toujours autant quand les gens s’imaginent des choses entre nous, Tery. »

« Disons que j’étais la seule personne qui était présente à tes côtés au moment où nous sommes arrivés là donc normal qu’ils pensent à telle ou telle relation, hein ? »

« Bah … Tant qu’ils ne cherchent pas des preuves car je ne compte pas leur en donner. »

« Hey ! Dis tout de suite que je ne suis pas à ton goût, ça serait un crime de lèse-majesté ! »

Elle rigolait, comme amusée par ses propres propos alors que le soldat ne savait plus trop où se placer. Pour toute réponse, Tery vint donner une pichenette sur le front d’Elise, lui arrachant un petit cri de surprise.

« Hey ! Tu sais que ça fait mal ?! »

« C’est pour cette raison que je le fais. Bon … Allons voir l’empereur hein ? Car je ne crois pas que ça soit très avisé que de faire patienter le monarque du monde des démons. »

Elle bougeonne un peu mais il avait entièrement raison. Même s’il était vrai qu’elle se comportait un peu familièrement avec son père, relation qu’elle avait toujours du mal à accepter intérieurement, il n’y avait pas d’excuse pour un retard.

« Nous vous suivons. Guidez-nous jusqu’à mon père, je vous prie. »

« B… Bien entendu, princesse Elise ! » déclara le garde démoniaque avant de se mettre en marche, suivi par Elise et Tery. Avec toute ce temps passé depuis qu’elle avait été annoncée comme princesse du royaume démoniaque, son statut était peu à peu ancré dans les esprits. Pour autant, son caractère plus désinvolte que celui de ses aînés était la source de nombreuses questions personnelles et indiscrètes.

Pendant qu’ils marchaient en direction de la pièce où se trouvait le monarque, Elise s’amusait à planter un doigt dans la hanche de Tery, celui-ci faisant de même bien que les deux personnes n’étaient pas très discrètes. Le soldat, pour autant, resta imperturbable, sachant pertinemment qu’il valait mieux ne pas trop se mêler de tout ça.

« V… Voilà … L’empereur se trouve derrière ces portes. »

« Oh ? Mais ce n’est pas la salle du trône, non ? Ou alors, je me trompes. »

« Je … Je ne sais pas, pardonnez-moi. On m’a simplement dit que l’empereur se trouvait ici et que je devais vous emmener. »

C’était … simplement la chambre royale, non ? Même sans l’avoir jamais visitée, il connaissait l’endroit où elle se trouvait. L’empereur n’était pas mourant hein ? Pourquoi est-ce qu’il avait une pensée aussi sinistre et absurde en tête ? C’était juste aberrant de sa part.

« Père. Nous sommes là. Pouvons-nous rentrer ? » demanda Elise alors que le garde était parti. D’ailleurs, aucun soldat ne surveillait la chambre de l’extérieur ?

« Bien entendu, bien entendu, j’ai à te parler. Est-ce que Tery t’accompagne ? » répondit une voix masculine de l’autre côté de la porte.

« Comme cela avait été demandé, c’est le cas. Nous rentrons donc alors … Tery ? Tu me suis ? » demanda Elise alors qu’il hochait la tête sans un mot.

Finalement, ils pénétrèrent dans une pièce à laquelle ils n’avaient jamais eut accès auparavant. Pour autant, ce n’était pas le moment de regarder la décoration des lieux vu que la voix impériale résonna une nouvelle fois :

« Asseyez-vous, j’ai à vous parler … et je pense que vous avez quelques questions pour moi. »

« Merci bien, nous allons le faire, père et … peut-être une ou deux, maintenant qu’ils ne sont plus là, je crois qu’on peut bien mériter quelques réponses. »

Elle venait s’asseoir, accompagnée par Tery qui avait pris le fauteuil à côté de celui d’Elise. Les deux personnes étaient face au monarque, lui-même assis sur un siège des plus somptueux et qui semblait des plus confortables.

« Et bien, je te laisses prendre la parole, ma fille. »

« Est-ce normal que mes aînés soient aussi … cons ? » dit-elle après quelques secondes à s’interrompre. Visiblement, elle avait chercher un terme correct et poli pour les définir mais n’ayant guère réussi à en trouver un, elle avait alors abandonné l’idée.

Et il semblerait que cela avait amusé le monarque qui pourtant, resta imperturbable par de telles paroles. Il attendit à son tour quelques instants, jaugeant Tery pour savoir si ce dernier avait lui aussi une question avant de remarquer que ce n’était pas le cas … ou plutôt qu’il attendait son tour. Il prit finalement la parole :

« Disons simplement que les années passées font qu’ils espèrent prendre ma place sur le trône … et cela a toujours été ainsi depuis des générations. »

« Je vois le genre … Ils pensent plus à causer des ennuis qu’autre chose. Vous savez, père, je suis certaine que la tentative d’assassinat, il y a de cela plusieurs mois, sur moi et Tery, ça provient de l’un d’entre eux. »

« C’est pour cela que je t’estime ma fille. Même si tu viens de la surface, tu n’es pas pour autant inapte à la survie. On sent que les années et l’expérience ont réussi à te forger un caractère capable de tenir bon face aux actes de tes aînés. Et tout cela en gardant un caractère qui est malheureusement disparu depuis longtemps parmi les démons. »

A l’entendre parler ainsi, Tery cligna des yeux, comme s’il venait de découvrir quelque chose chez le monarque. C’était bien lui … N’est-ce pas ? Il n’avait pas rêvé et avait bien entendu l’empereur Malark parler avec un … certain regret, non ?

« Disons plutôt que j’ai vécu pendant des années dans une auberge et qu’en tant que tel, j’ai été obligée d’apprendre très vite à qui je devais faire confiance ou non. Je ne suis pas parfaite sur ce coup et ça arrive que l’on puisse me tromper mais généralement, on le regrette aussitôt après … encore plus depuis que j’ai ces cornes. »

« Hahaha … Je vois, je vois … Mais tu parles beaucoup de tes aînés mais tes cadets dans tout cela ? Peut-être que Tery veut donner son avis ? »

« Ils sont adorables ! Rien à voir avec Lylé et les autres et … »

Il venait de s’interrompre dans ses propos, comprenant un peu face à qui il s’adressait. Oh bien entendu, des fois, il parlait librement mais ça ne changeait pas qu’il se tenait face au souverain du monde souterrain et qu’en privé, sur le coup, peut-être qu’il pouvait éviter de se comporter comme un pouilleux ?

« Enfin, la princesse Lylé et ses aînés. Ces enfants sont … vraiment gentils et je crois que … »

« Wandy m’a demandé une chose saugrenue à ce sujet, Tery. Il semblerait qu’elle veuille une professeure pour lui apprendre à courtiser et séduire un démon de son entourage. »

Tery toussota violemment, comme pris en défaut par les propos du monarque. En le regardant, il remarqua même un fin sourire se dessiner sur ses lèvres, chose rarissime de ce qu’il avait appris depuis qu’ils étaient ici.

« Visiblement, vous êtes tous les deux au courant de sa raison. »

« Sauf votre respect, empereur Malark, j’ai presque une dizaine d’années de plus qu’elle et euh … comment vous dire cela … »

« Tery a déjà quelqu’un de cher à son coeur. Enfin deux personnes. Wandy est très charmante mais très jeune aussi et … »

« Oh, vous savez, il n’est pas rare que chez les nobles de notre race, nous possédons plusieurs maris ou femmes. C’est aussi le cas pour moi. Mes différents enfants sont issus de mères différentes mais comme bien souvent, l’appât du pouvoir et du gain a … terni leurs esprits et elles en sont mortes. »

Il avait à nouveau perdu son sourire, comme si cela lui rappelait quelques mauvais souvenirs. Le jeune homme resta muet, n’osant guère prendre la parole. C’est vrai ce qu’il disait. Il le voyait bien avec les nobles de Shunter, il le voyait avec ceux de ce monde. Les démons n’étaient pas si différents des autres … sauf pour …

« Donc, vous faites de la polygamie ici ? C’est pas vraiment toléré à Shunter, je crois bien. Je ne sais pas trop pour les autres nations mais je me dis qu’à Mékalarma, ça ne serait pas surprenant. Pour Honoros, vu que c’est la loi du plus fort, ça ne serait pas étonnant aussi. »

« Comme quoi, les races à la surface ne sont pas si différentes de la nôtre. Je conçois parfaitement que Tery peut avoir d’autres femmes qui l’attendent mais … »

« Euh euh euh … Sauf votre respect, est-ce que je peux quand même donner mon avis sur la question ? Je … Enfin, je suis très heureux de l’intérêt que me porte votre fille Wandy mais … Enfin, elle est trop jeune et je pense qu’elle n’a pas encore vraiment tout compris. »

« Si tu savais, malgré son jeune âge, sson grand frère et ses grandes soeurs tentent déjà de l’emmener dans leur monde. L’arrivée d’Elise mais aussi la tienne a été providentielle, autant pour Wandy que pour Zalek. »

« C’est vrai que le plus jeune de vos enfants est tout aussi adorable même si je crois qu’il idéalise un peu trop le prince Haiktos à mon goût. »

« Il n’a connu que lui comme figure fraternelle toutes ces années. Il est alors normal de penser qu’il n’y a que lui comme symbole à admirer. »

« C’est vrai mais bon … D’ailleurs, Haiktos est vraiment fort, vous savez ? »

« Il est celui qui serait le plus proche de devenir le prochain empereur si cela devait arriver. Néanmoins, pour cela, il faudra que je sois mort et enterré. »

« Nous devrions parler de choses plus intéressantes … et plus gaies plutôt. »

Tery tentait de faire la conversation, un peu gêné par la tournure des événements bien qu’il devait avouer qu’il se sentait plutôt concerné par l’empereur et ses enfants. Tout cela principalement parce que ça touche Elise mais bon …

« Ah … Tout cela pour dire que mes enfants n’ont jamais vraiment connu leurs mères. En même temps, il est vrai que ces dernières cherchaient aussi à obtenir un certain pouvoir. »

« Est-ce … si naturel que de vouloir être au sommet ? » demanda Tery, se disant que c’était sûrement une question bien stupide venant de sa part. Sincèrement … Pourquoi est-ce qu’il n’avait pas plutôt fermer sa bouche comme auparavant ?

« C’est le propre de toutes les espèces. Elles veulent être au sommet et nous ne sommes pas si différents des animaux et des insectes. Certains n’hésitent pas à dévorer leurs congénères pour survivre, pour prouver qu’ils sont les plus puissants, tout cela pour installer un sentiment de sécurité. Malheureusement, cela pousser certain à trahir amis et famille pour arriver à leur fin mais … bon … Cela fait depuis des décennies, des générations entières que c’est ainsi chez les démons. Cela n’a rien d’étonnant et surprenant. »

Le ton était maintenant comme las et fatigué. Tery avait l’impression que l’empereur Malark venait de prendre plusieurs siècles sur le visage, comme si les rides qui n’étaient jamais apparues auparavant, décidaient de se présenter à eux maintenant.

« Ils n’ont de cesse que de se combattre, de préparer des plans pour se tirer une balle dans le pied voire même chercher à s’entretuer. Vous savez, ce sont les derniers enfants qu’il me reste. Normalement, j’en avais plus d’une dizaine. »

Une dizaine d’enfants ?! Bon sang, d’accord, c’est vrai que les démons vivaient plus longtemps de ce qu’il avait compris mais quand même ?! Tery le regarda avec étonnement, Elise étant visiblement dans le même état, éberluée.

« Hahaha … A voir vos visages, vous pensez que c’est si étonnant mais non. Avoir une dizaine d’enfants dans la vie d’un démon, ça n’a rien de si surprenant. »

« Euh … Déjà, si j’arriverais à en avoir un, un jour, je pense que je serais heureux mais c’est pas à l’ordre du jour. » déclara Tery en passant une main derrière son crâne.

« De mon côté, on va dire … qu’avec le fait que je sois à moitié démone, je ne pense pas qu’il soit possible d’avoir une dizaine d’enfants et je suis encore trop jeune pour en avoir. Bref, ce n’est pas pour maintenant, comme Tery l’a si bien dit. »

« Vous êtes encore jeunes, c’est exact … et vous ne devriez pas avoir à vous préoccuper de ces choses pour le moment. »

La conversation était écourtée donc ? Il n’était pas vraiment certain de la raison de leurs présences au final dans tout ça. Il regarda l’empereur en silence, espérant que ce dernier allait donner l’autorisation pour partir.

« Tery ? Tu me donnes l’impression que je te retiens contre ton grè. »

« Oh ! Euh … non, non ! Pas du tout, empereur Malark. Ce n’est pas du tout le cas ! »

Il tentait de s’expliquer et s’exprimer mais c’était vraiment difficile à ce moment précis. Pas qu’il était gêné mais plutôt honteux. Cela se voyait tellement sur son visage qu’il ne savait pas où se mettre dans une telle situation ?

« Ce n’est rien contre vous … simplement … »

« Tu n’as pas besoin de t’expliquer. Les affaires royales ne concernent pas vraiment ta personne bien que je te sais très proche de ma fille mais guère comme les rumeurs aiment prétendre que ça soit le cas. »

« Ca, vous pouvez être sûr et certain que ce ne sont que des rumeurs. Je considère plutôt Elise comme une petite sœur impertinente qu’autre chose. »

« Je l’ai remarqué … vu que tu ne l’appelles jamais par son titre. J’imagine que tu te doutes que beaucoup te critiquent sur ce point, n’est-ce pas ? »

« Je le sais parfaitement mais bon, je n’ai jamais été noble donc ils vont devoir se contenter de cela … que ça leur convienne ou non. »

Il répondait avec franchise même s’il était certain que ce n’était clairement pas au goût de tous et de toutes. Pour autant, le monarque continue d’observer Tery et Elise, déclarant :

« Mais vous êtes certains qu’il n’y a jamais rien eut entre vous ? Même si ce n’est pas de l’amour, je ne vais pas vous juger pour des relations ailleurs que dans le mariage hein ? »

« Non, non et non. Cela ne m’a jamais traversé l’esprit et je suis sûr et certain que c’est la même pour Elise, n’est-ce pas Elise ? »

Hmmm … Pourquoi y avait-il un silence pesant en ce moment précis ? Il se tourna vers Elise, espérant qu’elle allait répondre bien assez tôt car cela devenait vraiment gênant. Elle n’allait … enfin ! Pas Elise quoi ! Elle avait Royan, hein ?

« Et bien … Pour tout avouer, quand on n’a toujours le même et unique compagnon d’aventures pour des mois, ce n’est pas impossible que certaines pensées impures m’aient traversé l’esprit mais … HEY ! Père ! Vous n’avez pas honte de forcer votre fille à dire cela à voix haute ? Et surtout devant la personne ciblée par ces pensées ?! » s’exclama Elise comme si elle venait d’être prise en faute, Tery restant estomaqué sur le coup.

« Euh … Euh … C’est une blague, Elise ? Elle n’est pas très drôle. »

« Pourquoi est-ce que je blaguerais ? Chaque homme et femme ressent ce genre de besoins. La chose la plus importante, c’est que l’on arrive à contrôler ces besoins. A partir de là, tout est beaucoup plus simple. Et puis, tu mentirais si tu disais que tu n’as pas été attiré par moi, hein ? Je reste quand même plutôt jolie, non ? »

« Je ne veux pas rentrer dans ce genre de discussions. Monarque Malark, est-ce que je peux vous demander l’autorisation de me retirer ? »

« Autorisation refusée, Tery, nous n’avons pas fini de parler. Est-ce que notre conversation est si dérangeante que cela ? Je préfère la sincérité … elle est bien trop rare parmi nous. »

« Ca l’est … même s’il est vrai … comme l’a dit Elise, que moi aussi, j’ai ce genre de pensées, ça ne change pas tellement que je n’ai pas à le crier à voix haute. »

« C’est exact mais … nous ne sommes pas là pour juger, Tery. »

« Et puis, en un sens, c’est rassurant que tu aies pensé ça de moi, Tery ! » s’exclama à son tour Elise, toute souriante bien que rouge aux joues. « Au moins, ça veut dire que j’ai du charme. C’est une bonne nouvelle hein ? »

Tery poussa un soupir, regardant l’empereur avec l’air de dire qu’il voyait ce qu’il venait de faire ? Enfin, maintenant qu’ils étaient autant rassurés l’un que l’autre sur le fait qu’ils étaient charmants et qu’ils s’attiraient mutuellement, ils pouvaient passer à autre chose ?

« Bien bien bien … J’ai au moins obtenu les informations que je désirais. Maintenant, j’ai une autre question qui te concerne principalement, Tery. »

« Oui, empereur Malark ? Qu’est-ce que je peux faire pour vous exactement ? »

« Et bien, même si elle se trouve de l’autre côté de la porte, elle est toujours présente, n’est-ce pas ? » vint dire l’empereur alors que le jeune homme réfléchissait de qui parlait le monarque. Après quelques secondes de réflexion, il n’y avait bien qu’une seule personne évoquée qui correspondait à cette description.

« Clari, non ? Oui … Elle est toujours là, pourquoi ? Est-ce un problème ? »

« Non … Non … Simplement, je voulais te parler des golems. Je pense que tu as déjà été mis au courant, je ne sais plus si c’est par moi-même, que la création de ces livres golémiques proviennent du royaume des démons. »

« Je crois me rappeler qu’il y avait quelque chose du genre mais … Oui ? Enfin, j’étais au courant. J’ai même fait quelques démonstrations quand cela était nécessaire. »

« Je pense qu’il est temps pour toi d’en apprendre un peu plus à ce sujet. Tu ne t’es jamais rendu à la bibliothèque de la capitale, non ? C’est une erreur que tu corrigeras bien assez tôt mais pour le moment … Je vais te raconter quelques anecdotes sur les golems. »

Des anecdotes ? Il n’avait rien contre … mais cela restait étonnant.

Chapitre 15 : De nouveaux pouvoirs

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 15 : De nouveaux pouvoirs

« Tu as un terrain d’entraînement ou autre ? »

« Nous en avons un mais il sera sûrement occupé par les chevaliers de l’armée royale pour leur entraînement. Et je ne pense pas que ça soit une bonne idée que de dévoiler cela devant eux, Manelena, tu ne crois pas ? »

« Je ne suis pas certaine qu’ils apprécient cela … et surtout, autant garder cela comme surprise pour nos adversaires. Bref, tout ça pour dire que tu n’as pas un endroit ? Peut-être que la salle du trône sera suffisante, tu préviendras tes soldats de s’éloigner et quitter la zone. »

« Oui, c’est sûrement le meilleur endroit pour ça. Madame Vanian, Elen ? Suivez-moi, je vous prie. Manelena, toi aussi, bien entendu mais tu connais le chemin. »

Elle ne répondit pas, ne trouvant pas cela nécessaire en une telle occasion. Pourquoi est-ce qu’elle le ferait hein ? Il ne faisait que lui dire une chose qui était évidente. La marche fut plus rapide qu’au départ, Elen étant visiblement très motivée à découvrir de quoi il s’agissait.

« Veuillez nous laisser seuls dans la salle du trône pour le prochain quart d’heure. Nul ne peut entrer, qu’importe les raisons, me suis-je bien fait comprendre ? »

« Oui, roi Royan ! » s’exclamèrent les deux soldats en même temps alors que le jeune homme aux cheveux invitait Manelena et les autres à le suivre. Ils allaient être tranquilles pour ce petit effet … et ils étaient certains, autant l’un que l’autre, qu’Elen allait ouvrir de grands yeux devant ce qu’ils allaient faire tous les deux.

Voilà qu’ils étaient maintenant tous les quatre au centre de la salle du trône. Elen et la mère de Tery d’un côté, Royan et Manelena de l’autre. Cette dernière poussa un soupir, passant une main derrière son crâne en marmonnant :

« J’aimerai éviter de me montrer en spectacle mais j’imagine que ce n’est pas possible. »

« On ne va pas livrer un combat pour faire des explosions et autres hein ? On va juste montrer ce que Sérest et Séran ont décidé de nous offrir. En un sens, cela prouve simplement que ce sont vraiment les deux dieux qui ont forgé les habitants de ce monde. »

« Cela doit être un sacré cadeau si tu parles de tout cela, n’est-ce pas ? » dit Elen, de plus en plus intéressée par les propos de Royan.

« Et bien, disons que c’est le genre de cadeaux que beaucoup ne rêveraient pas … car ils sont incapables de s’imaginer que c’en est un. »

« Ah … Royan, arrêtes de faire languir Elen. Tu ne la vois pas qui tremble ? Elle ne va plus pouvoir tenir si tu continues ainsi. »

« Oups … Désolé. Je vais corriger ça. Pour la peine, je vais donc montrer en premier le cadeau que m’a offert Sérest plus précisément. »

« Et je ferais de même de mon côté ensuite avec Séran. Tu verras, ce n’est pas important. »

Pas si important ? Royan la regarda en clignant des yeux. Il se demandait si elle était en train de blaguer ou non … mais elle semblait relativement sérieuse. Néanmoins, il se positionna correctement face à Elen, faisant paraître ses lignes bleues, celle d’un manipulateur de l’élément aqueux. Hum ? Il n’y avait rien de bien étonnant.

« Je ne sens pas une nouvelle puissance de ce côté, Royan, non ? Ou alors, je me trompes. »

« Non, je vais te montrer maintenant ma petite surprise. »

La petite surprise ? Hum ? Pourquoi est-ce que les lignes bleues étaient en train de changer de couleur ? Elen commença à cligner des yeux, ouvrant la bouche, en pleine incompréhension. Cette couleur, mais comment était-ce possible ? Et les yeux n’étaient pas rouges ? Elle bredouilla, étonnée :

« Mais mais mais … Attends un peu, Royan. Ce n’est pas … »

« Possible ? Il est vrai que tout cela se décide à la naissance … et que même si c’est tardivement, certains portent ces lignes que plus tard … mais … Ici, c’est autre chose. C’est le cadeau de Sérest … enfin Alzar. »

« C’est pas qu’un simple cadeau ! C’est plus que ça ! Ce sont … ses lignes ! Il t’a donné sa propre magie ?! C’est bien ça ?! »

« C’est exact … Mais visiblement, pas de la même façon que ceux qui les portent depuis qu’ils sont nés. Je ne peux pas finir dans un état proche de la rage. »

« Euh … wow … Mais attends, si toi, tu as reçu ça … Est-ce que ça veut dire que … »

« Oui, je vois que tu as deviné exactement ce que ça veut dire, Elen. »

Manelena avait poussé un profond soupir, ses yeux rubis rivés sur ceux d’Elen. Avec lenteur, elle présenta ses lignes d’Alzar sur son visage … Mais peu à peu, certaines commencèrent à prendre une teinte blanche, comme si la déesse lui avait gratifié sa propre force.

« Et voilà, tu es maintenant au courant. »

« Au final, je ne suis plus si unique que ça, n’est-ce pas ? » dit Elen dans un petit sourire, Manelena haussant un léger sourcil.

« C’est vrai. Vu que j’utilise le pouvoir des deux dieux dorénavant, tu n’es plus …  si unique. Enfin, tu le restes. Tu es leur fille et tu as sûrement une différence par rapport à nous. »

« Bah … Je ne vais pas m’en plaindre non plus. Après, tant mieux … même si c’est étonnant. Vous les avez aperçu quand ? »

« Quelques temps après le combat contre Tery et Elise. Ils sont venus personnellement me voir et Royan aussi, chacun de notre côté. J’ai l’impression qu’ils sont au courant de tout mais que dorénavant, ils ne veulent pas se mêler plus de toute cette histoire. Quelle farce ! C’est en partie à cause d’eux qu’on est dans tout cette galère. »

« Ils ne pensaient pas à mal. Et puis, en un sens, ils ont aidé à l’ouverture des portes démoniaques pour l’unique raison de permettre aux démons de revenir à la surface. »

« Je sais bien ce que tu veux me dire, Elen. Je ne suis pas bête. Tu veux juste me signaler qu’ils ont aucun problème par rapport à tout ça … et qu’ils veulent nous montrer qu’il existe d’autres démons comme Tery et Elise. »

« Et surtout, si on commence à évoquer qui sont les vraies ordures, je crois que la grosse majorité des mékalarmiens sont dans le lot. »

« Je n’ai jamais vu un mékalarmien heureux de mon côté, c’est pour te dire. »

Elen et Manelena se tournèrent toutes les deux vers la mère de Tery et Royan. Les deux personnes hochèrent la tête de concert, signalant par là qu’il en était de même pour elles. C’est vrai, les mékalarmiens étaient des êtres désagréables par nature … et vraiment horribles pour le reste et ils ne faisaient rien pour améliorer leur image.

« Bref, nous ne sommes pas là pour parler d’eux. Tu es satisfaite, Elen ? »

« Je m’attendais pas vraiment à ça, je dois avouer … C’est surprenant … je ne sais pas si c’est dans le bon sens ou non mais … vous êtes sûrs que ça ne vous fait pas mal ou autre hein ? »

« Pas le moins du monde. Au départ, ça surprend mais à force, on finit par s’y habituer et ensuite, on peut aisément réussir à les utiliser. »

« Disons qu’au départ, je ne m’y attendais pas … surtout ce gain de force et puis … c’est une sensation bizarre et étrange mais ensuite, on y arrive et voilà tout. » répondit Royan à la suite de Manelena alors que celle-ci reprit presque aussitôt :

« On va dire que ce n’est pas banal, voilà tout. Moi-même qui suis habituée à utiliser les lignes d’Alzar, envisager ne serait-ce que de pouvoir soigner avec la magie de Zélisia, c’est tout simplement impossible et pourtant, c’est ce que j’ai fait. »

« Je me rappelles que le soldat blessé ne s’était vraiment pas attendu à ça … enfin, ils n’ont pas remarqué que tu utilisais la magie de Zélisia pour cela. Les lignes d’Alzar et Zélisia restent du domaine de l’inconnu pour une grosse majorité du monde. »

« Du domaine de l’inconnu … alors que depuis le début, on voyage avec des personnes capables de les utiliser. Donc le côté rarissime hein ? »

Royan eut un léger sourire à la remarque de Manelena. C’était vrai … Elle avait parfaitement raison à ce sujet il ne pouvait pas vraiment le nier. D’ailleurs, Elen aussi souriait comme amusé par cette réflexion de la part de la reine de Shunter.

« J’imagine que c’est la même chose dès que l’on évoque le fait que notre groupe est composé de deux membres de la royauté de deux nations différentes, n’est-ce pas, Manelena ? »

« Il vaut mieux que tu évites de nous lancer sur ce sujet, cela risquerait de devenir très problématique dans les minutes qui suivent, hein ? »

Héhéhé. C’est exact. Néanmoins, l’ambiance était à la bonne humeur et c’était une excellente chose pour tous et toutes. Le jeune homme aux cheveux bleus indiqua que maintenant qu’ils avaient fini de parler de tout ça et de montrer leur petite surprise à Elen, ils pouvaient peut-être retourner voir comment se portait la fille de cette dernière ?

« Je remarque que tu es déjà accro à elle, non, Royan ? »

« Elen, disons que je n’ai pas l’habitude de voir un bébé près de moi puis surtout … d’une connaissance donc oui, j’assume pleinement le fait que oui, j’ai envie de revoir ton enfant. »

« Hahaha ! Qu’il est mignon … Bon ben … Allons voir donc comment tes nourrices s’occupent d’elle. J’imagine que ça ne doit pas être si ardu que ça, non ? »

« Elles ont réussi à s’occuper de trois enfants en bas âge hein ? Donc à partir de là, je ne me fais aucun souci sur leur expérience dans le domaine, hein ? »

Aucune autre réponse de la part d’Elen. Elle avait obtenu ce qu’elle désirait tandis que le quatuor recommençait à vagabonder dans les couloirs du palais royal de Traslord. Du moins, la région glacée du royaume, là où Royan effectuait son rôle de monarque.

Ils arrivèrent devant une porte où une femme qui devait avoir environ le même âge que la mère de Tery était présente, se tenant devant celle-ci comme pour bloquer l’entrée. Lorsqu’elle aperçu le prince, elle fit un mouvement négatif de la tête, déclarant :

« L’enfant dort paisiblement Cela fût très aisé mais Iglatine est avec elle. »

« Nous voudrions juste être sûrs qu’elle dort … enfin voir comment ma fille se repose. Ce n’est pas possible donc ? Vous êtes sûre ? »

« Oh … Si je vous demande le silence absolu, j’espère que vous tiendrez compte de cette remarque, n’est-ce pas ? On ne peut pas empêcher une mère de vouloir voir sa fille. »

Et finalement, la femme se poussa, ouvrant très faiblement la porte. Installée sur un fauteuil juste à côté d’un imposant lit, une autre femme d’un certain âge était visiblement occupée à lire en silence, observant les quatre nouveaux arrivants.

Elle regarda Royan en fronçant les sourcils, le jeune homme faisant quelques mouvements des mains comme pour tenter d’expliquer la situation mais surtout chercher visiblement à s’excuser. Finalement ,elle fixa les autres personnes, indiquant le bambin du regard, continuant d’observer le moindre de leurs mouvements.

« Pas un bruit … n’est-ce pas ? Elle dort paisiblement. »

Ce n’était même pas un chuchotement, cela ressemblait plus à un souffle de la part de la dame. Celle-ci … n’avait même pas ouvert les lèvres pour parler et à bien voir les lignes vertes qui étaient apparues sur son visage, la question ne se posait pas. Elle avait utilisé la magie pour transférer quelques mots au groupe.

« Pas de soucis, je sais gérer ma propre fille, quand même. »

Pourquoi est-ce qu’elle disait d’une voix peu convaincue et convaincante ? Néanmoins, aucun ne chercha à faire la remarque à la jeune femme qui s’approcha du bébé dont une petite mèche blonde était déjà visible sur le sommet de son crâne.

« Hum … Je me sens moins motivée … à la laisser seule auprès d’elles. »

Elen avait finit par dire cela lorsque groupe avait quitté à nouveau la chambre. Devant la petite moue que fit la jeune femme aux cheveux blonds, la mère de Tery lui tapota doucement le dos, lui disant d’une voix douce :

« Tu es tout simplement en train d’éveiller ton instinct maternel et protecteur mais ne t’en fait pas. Je suis sûre et certaine que Royan a confié ta fille à des personnes de confiance. »

« S’il devait lui arriver malheur, je crois que même les démons auraient à craindre ma fureur. Je peux te promettre que ton enfant est en sécurité. »

« Avec une telle promesse et peut-être une petite envie de te voir furieux, je crois que je peux être rassurée alors. »

« Et si nous passions aux choses sérieuses ? Je veux dire, on parle de ton enfant et de tout le reste mais … Hmm … Il faut que l’on évoque d’autres choses et … »

« Ah ben pour parler de choses sérieuses, je suis disponible hein ? D’ailleurs, à ce sujet, je veux être de la partie pour la prochaine expédition ! »

« Je vais tout d’abord expliquer ce que j’ai fait ces derniers jours. J’ai envoyé une troupe d’éclaireurs bien plus expérimentés sur le terrain … pour obtenir des nouvelles d’une quelconque invasion de démons. »

« Oui mais cela, ce n’est pas la première fois que tu le fais, n’est-ce pas ? Qu’est-ce qu’il y a de si étrange par rapport à d’habitude ? »

« Etrange non mais … Cette fois-ci, il y a un travail conjoint avec les soldats de Claudiska. J’ai renouvelé le dialogue avec eux. »

« Hum … C’est bien, beaucoup mieux même, Royan. Vos deux peuples sont en paix et travaillent main dans la main depuis des générations et des siècles. Que tu te sois comporté comme un jeune imbécile a faillit tout briser mais tu as réparé tes erreurs. »

« Oui bon, la morale, ce n’est pas pour le moment hein ? Tout ça pour dire que le plus important, c’est qu’avec l’aide de Claudiska, les recherches vont s’intensifier et seront bien plus fructueuses. D’ailleurs, de ton côté, comment cela se passe t-il ? J’ai cru entendre des rumeurs comme quoi tu avais conversé avec des clans d’Honoros récemment. »

« A Omnosmos, je peux confirmer cela, oui. D’ailleurs, les grands-parents de Tery te saluent, bien entendu. Ils espèrent te revoir assez tôt. »

« Dès que j’aurai un peu de temps libre, je pense que je le ferais. Pour l’heure, ce n’est malheureusement pas possible en une pareille situation. »

Difficile de converser plus longtemps à ce sujet. Ils avaient encore beaucoup à parler mais l’heure était venue de manger vu qu’il commençait à se faire tard. Malgré les apparences, il était aisé de constater qu’ils avaient passé bien plus de temps que prévu à parler.

« Vous ne pensez pas que je devrais aller voir ma fille ? Elle risque d’avoir faim non ? »

« Elen … Reposes-toi pendant quelques heures. Tu l’as bien mérité. Tu te rends plus anxieuse qu’il n’en faut, cela ne va pas te faire du bien. »

« Dame Vanian, il faut juste avouer que cela est plaisant de voir Elen se comporter de la sorte. Cela prouve à quel point elle tient à son enfant, n’est-ce pas une bonne chose ? »

« Faire trop de zèle n’est jamais bon pour le corps. Si elle n’est pas capable de laisser sa fille pendant quelques heures, qu’est-ce que cela sera lorsqu’elle décidera de partir pendant plusieurs jours pour tenter de retrouver mon idiot de fils ? »

Elle … marquait un point. Elen baissa les yeux vers son assiette, un peu honteuse. Elle avait été peut-être un … peu trop rapide à réagir et cela n’était visiblement pas bon du tout. Vu que la mère de Tery était à ses côtés, celle-ci s’empressa de lui tapoter doucement le dos pour dire d’une voix tendre :

« Ne t’inquiètes donc pas, Elen. Tu sais bien que je ne vais pas partir avec vous pour retrouver mon fils, non ? Si tu n’as pas si confiance en ces deux femmes, tu peux au moins avoir confiance en moi, n’est-ce pas ? »

« C’est vrai que … vous étiez là depuis le début … lorsqu’elle est née et que vous vous êtes occupée d’elle quand j’étais fatiguée. C’est juste que … je ressens une petite crainte … Je ne sais pas … J’ai juste peur de … la laisser seule. »

« Tu te répètes et je vais faire de même. C’est parfaitement normal que tu réagisses de la sorte. Mais un jour, il faudra bien que tu te dises que ta fille va grandir et prendre son indépendance et … Ah … Je vois peut-être un peu trop loin. Tu devrais aller la voir. Ce n’est pas comme si nous aillons partir dès ce soir hein ? »

« Merci beaucoup et pardon Royan, le repas était très bon mais … je dois y aller. » dit Elen avant de quitter la salle des repas à vive allure.
Ah … Le silence s’installa pendant quelques secondes, de petits rires se faisant entendre de la part de Royan et la mère de Tery. Manelena coupa ces derniers, disant calmement :

« Je tiens à signaler qu’elle n’est pas la seule à avoir changé depuis quelques temps, n’est-ce pas Royan, hein ? Sincèrement, depuis que tu sais au sujet d’Elise, tu es vraiment revigoré. J’imagine que tu l’as remarqué par toi-même, n’est-ce pas ? »

« J’aimerai éviter de trop en parler si c’est possible … n’est-ce pas ? »

« Oh … Et pourquoi cela ? Qu’est-ce qui te dérange ? Nous avons encore tellement à parler tous les trois. J’imagine qu’aucun noble n’est au courant au sujet d’Elise, n’est-ce pas ? D’ailleurs, c’est plutôt étrange, non ? Car certains soldats ont sûrement remarqué cela. »

« Je crois que même si c’est le cas, ils préfèrent ne pas poser trop de questions à ce sujet. »

« Ils se disent sûrement que c’est le fruit de leur imagination ou plutôt qu’il vaut mieux pour eux que ça soit le cas. Ces derniers mois, avant … les retrouvailles, je n’ai pas été des plus faciles à supporter, je dois l’avouer. »

« Je suis sûre que l’on peut avoir plusieurs témoins qui confirmeront tes dires s’il ne s’agissait pas d’un crime de lèse-majesté ou presque hein ? »

« Euh … Si je suis incapable d’assumer les critiques, je crois bien … que ça risque d’être problématique. Du moins, si les problèmes sont légitimes. »

Elle disait cela avant de pousser un soupir. Elle comprenait parfaitement ce que cela voulait dire mais en même temps … Ce n’était pas vraiment ça le souci. Enfin, ce n’était pas le sujet principal de la conversation. Le plus important concernait les futurs projets dans lesquels ils allaient tous se lancer. Manelena reprit plus sereinement la parole :

« Nous avons encore pas mal à faire si tu veux tout savoir. Nous devrions commencer à discuter de ce que nous allons … exécuter par rapport aux démons. Avec Honoros qui a réclamé l’aide de Shunter, j’imagine qu’ils ne sont pas venus chez toi. »

« Je ne crois pas qu’ils m’apprécient réellement pour ça … »

« Disons que déjà de base, vous êtes plutôt opposés dans la base même de votre élément … et encore une fois, tu as été impossible à vivre ces derniers mois. Est-ce que tu veux que je tentes de les convaincre de venir te voir ? »

« Pourquoi pas ? Je veux dire … Plus nous aurons d’alliés face aux démons, mieux ce sera. Et … tu as des nouvelles de Mékalarma ? Puisque nous en parlions ? »

« Hum … Pas vraiment, bien que les deux ambassadeurs d’Honoros m’ont dit que cela ne sentait pas bon d’après eux. Je leur ait demandé d’obtenir un maximum d’informations à ce sujet. Du moins, s’ils y arrivent … et ça, je ne sais pas ce que ça va donner. »

« Rien de très rassurant … Oh pardonnez-nous, madame Vanian. Ces conversations doivent vraiment être très ennuyeuses. »

« Ce n’est pas bien grave, jeune prince … enfin roi. Je préférerai simplement dire Royan. »

« Je crois que nos titres n’ont vraiment guère d’importance là où nous sommes … enfin, depuis des mois et des années à passer dans le groupe avec les autres, je n’ai jamais réellement entendu Tery ou Elen nous appeler prince Royan ou princesse Manelena. »

« Hmm … Tery a essayé quelques fois de m’appeler maréchale Nali lorsqu’il a découvert que j’étais derrière l’armure mais il a très vite arrêté. J’imagine que c’est une habitude d’être aussi impertinent chez lui. Ah … Il ne nous gâte vraiment pas. »

Petit soupir mais au moins, les conversations allaient bon train et surtout, l’ambiance revenait bien rapidement à la légèreté. Tant mieux.