Chapitre 20 : Papa

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 20 : Papa

« Tu auras besoin de beaucoup de force et de courage pour y arriver, est-ce que tu le sais ? » me demande Dénialka alors que je continue de sourire. Bien entendu que je le sais, je ne suis pas complètement stupide non plus, hahaha. Mais bon, elle me pose gentiment la question donc je vais lui répondre et lui dire tout simplement :

« Si j’ai réussi à te battre, je pense que j’ai mes chances contre ta sœur … Elle s’appelle comment encore ? Car je ne suis même pas sûr de m’en rappeler. »

« Panilkia. Voilà mon nom. » murmure une voix derrière moi, me faisant me retourner aussitôt avec surprise. Qu’est-ce que … AH ! Elle n’a pas honte de me faire peur ainsi ?

« De … Depuis quand est-ce que vous êtes là ? »

« Depuis le début jusqu’à la fin du combat contre ma sœur, je l’observais en silence. Elle savait ma présence mais n’en a rien dit. J’ai pu voir aussi ton attaque. »

« Ah euh … Je suis un peu fatigué mais bon … »

Autant que je sorte déjà mon arme pour la combattre, n’est-ce pas ? Je ne pensais pas avoir la seconde cousine aussitôt mais elle me regarde de ses yeux rouges, m’observant longuement. Je remarque qu’elle est un peu comme sa cousine en fait. On dirait qu’elle a un corps de métal mais ce n’est pas le cas. C’est juste l’allure qu’elle a.

« Panilkia, puisqu’il faut s’affronter, je suis prêt à me battre dès maintenant. »

« Je ne suis pas là pour te combattre, héros Nev. Du moins, pas pour l’instant. Je n’étais là qu’en éclaireuse, voulant voir la situation de plus près. »

« Hein quoi ? Qu’est-ce que ça veut dire ça ? Vous allez juste partir ensuite comme si de rien n’était, c’est ce que je dois comprendre exactement ? » dis-je avec étonnement alors qu’elle hoche la tête positivement, sans laisser place à une seule émotion.

« En quelque sorte, c’est cela, sauf si bien entendu, tu veux te battre. »

« Je ne suis pas vraiment motivé à cela si je peux me permettre. »

Elle continue de m’étudier mais il n’y a pas que ça. Heureusement, Niny et Migacirpy sont dans les environs et restent auprès de moi. Je reprends la parole :

« Bref, euh … Pourquoi est-ce que tu observais notre combat ? Pour savoir comment je me bats et toutes ces choses, c’est ça ? »

« Pas exactement. Je voulais juste t’étudier, sans que cela soit en rapport avec le combat. Juste étudier ta personne, voilà tout. Je suis désolée, Dénialka. »

« Pas de soucis, Panilkia. Pas de soucis. »

« J’ai obtenu ce que je voulais, je vais m’en aller. »

Et voilà, elle disparaît comme elle était venue. C’est impressionnant une telle capacité … surtout que ça ne ressemble pas à de la téléportation. Je reste quand même étonné alors que Dénialka dit dans mon dos

« Elle a toujours été discrète, comme ses ancêtres. Elle n’en reste pas moins une redoutable femme-pokémon. Tu as pu le remarquer. »

« J’ai surtout remarqué qu’elle pouvait me tuer quand elle le désirait mais qu’elle ne l’a pas fait. Je n’avais même pas vu senti sa présence ! »

« Elle ne l’aurait pas fait. Nous avons certaines notions d’honneur. »

« Je me doute bien à ce sujet. Enfin, ça reste étonnant et surprenant. »

Et maintenant ? Ah oui, je dois juste partir mais en même temps, j’aimerai bien juste comment … ah … que Dénialka se mette à l’abri, voilà tout. Et d’ailleurs, qu’est-ce que Dyrkri pense exactement de tout ça ?

« Ce que j’en pense ? Que tu es juste un parfait idiot. »

« Pourquoi je ne me doutais pas d’une telle réponse en ce qui te concerne ? »

« Car tu commences à me connaître et inversement, voilà tout. C’est aussi simple et ridicule que ça. Mais bon, fais ce que tu veux, ça ne me dérange pas. »

« Bien sûr que ça te dérange mais … je veux régler ça pacifiquement. Giréléna n’aurait pas accepté que j’utilise ma force à mauvais escient. »

« Qu’est-ce qu’elle peut en savoir alors qu’elle est morte maintenant hein ? »

C’était un argument dont je me serai bien passé … mais bref … Dyrkri n’apprécie pas le fait que je laisse vivre Dénialka … ou alors peut-être que si ? J’ai l’impression qu’il y a une petite partie en elle qui apprécie ça.

« Au moins, tu restes le même … c’est le plus important. »

« Qu’est-ce que c’est ? Enfin, qu’est-ce que c’est que ça ce que tu viens de dire ? »

« Rien du tout, je n’ai rien dit du tout. Arrête de poser des questions inutiles. »

D’accord, d’accord. Bon, le message ne pouvait pas être plus clair. Je fais un petit soupir tout en commençant à m’imaginer comment ça se passerait maintenant ? Bon et zut ! Je demande à Dénialka si elle compte m’accompagner ! Elle me répond qu’elle ne peut pas, qu’elle a d’autres idées en tête et qu’avec sa future trahison, Harsia va vouloir la sienne.

Je comprends, je comprends parfaitement même. C’est logique et normal, que ça se passe ainsi. Ce n’est pas étonnant. Bon ! Je la salue et la remercie d’avoir décidé de trahir Harsia pour moi … même si j’espère réussir quand même ce que je veux. Avec ce petit flash, tout a tellement changé maintenant. J’espère ne pas me tromper de voie.

Finalement, j’ai repris la route avec Migacirpy et Niny. Les deux demoiselles-pokémon ne me regardent même pas, j’ai l’impression qu’elles sont muettes. Lorsqu’il est l’heure de manger, elles continuent d’être soucieuses et cela m’agace un peu. Je demande :

« Et si vous me disiez qu’est-ce qui vous préoccupe toutes les deux non ? »

« Papa, ça va devenir beaucoup plus dangereux hein ? Si … Dyrkri n’était pas venue t’aider, tu serais certainement déjà mort non ? »

« De là à penser ça … quand même pas. Mais oui, sans Dyrkri, j’aurai eu beaucoup de mal. C’est juste ça qui vous ennuie, toi et Migacirpy ? »

« Y a aussi cette histoire de flash. C’était quoi exactement ? Tu veux bien nous le raconter ? » me souffle la demoiselle-Magicarpe.

Pourquoi pas ? Ce n’est pas comme si j’avais besoin de leur cacher non ? Je n’ai aucun problème et je leur raconte ce qu’elles veulent. Comment j’ai pu voir la déesse Harsia, bonne et douce, mais aussi les ancêtres des trois femmes-pokémon.

Enfin, après une bonne quinzaine de minutes d’histoire, les deux femmes continuent de me regarder puis entre elles. Elles s’approchent de moi et me forcent à être collé entre leurs deux personnes. Voilà qu’elles me serrent alors que je bredouille :

« Que … que … pourquoi ? He … Hey … Vous n’avez vraiment pas à vous en faire. »

« Ce n’est pas uniquement pour ça. Dénialka n’était pas très sérieuse durant son combat sinon, elle n’aurait jamais accepté ta proposition. Il y a des chances que sa cousine fasse de même mais après ? Peut-être que les combats seront beaucoup plus durs et mortels. »

« Je considère chaque combat comme le dernier. »


Je dis ça tout simplement alors qu’elles viennent me serrer fortement. Aie aie aie ! Elles sont en train de m’étouffer ! Qu’elles se calment toutes les deux ! Je ne suis pas fait de porcelaine, ça ne veut pas dire aussi que je suis incassable !

« Calmez-vous, je vous prie ! Je disais ça comme ça ! »

« Ca comme ça ? Et puis quoi encore ? C’est une raison de plus pour que l’on soit encore plus inquiètes ! Niny ! Tu m’aides ! On le soulève et on l’emmène sous la tente ! On l’empêche de bouger de toute la nuit ! C’est bien compris, Niny ? »

« OUIIIIIII ! On fait tout pour qu’il ne s’enfuie pas cette fois ! »

« Dites plutôt que vous avez envie de … » commence-je à dire avant de m’arrêter. Le regard légèrement furieux de Migacirpy est plus qu’éloquent. Je crois bien qu’il vaut mieux que je me taise plutôt que de créer des soucis, oh que oui. Néanmoins, je ne le prends pas mal, pas du tout même. Je sais pertinemment qu’elles sont réellement soucieuses pour moi. Je me laisse transporter sous la tente avant d’être plaqué au sol. Me faire un peu … dominé sans méchancetés, c’est pas si mal parfois. Les deux demoiselles-pokémon se couchent sur moi.

Ailleurs, Panilkia est en train de voler dans les airs, l’air songeur. Se déplaçant lentement, elle semble profiter de l’air pour se concentrer et penser à diverses choses. Sa rencontre avec Nev a réussi à la troubler. Et pas seulement … cela.

« Le flash lui a permis de revoir quelque chose que ni moi, ni Dénialka n’aurions voulu. Je ne crois pas que Giréléna fut au courant, sa mère est morte trop jeune. »

Oui, ça ne l’étonnerait même pas. Et c’est peut-être mieux ainsi car oui … il y a de fortes chances que cela lui brise le cœur si elle apprenait la vérité. Mais en même temps, rien n’empêchait, sauf Harsia de faire cela. De toute façon, Giréléna était morte.

« Et les morts ne reviennent pas à la vie, loin de là. »


C’est une conclusion assez violente, surtout dans un monde régit de la sorte. Mais peut-être pas ? Peut-être qu’elle est encore là ? Non, Dyrkri fut formelle à la déesse Harsia. De même, le cadavre fut bien présent avant de disparaître, peu à peu.

« Il n’y a pas de retour possible. Elle est morte. »

Cela lui fait encore un peu mal d’y penser. La famille de Giréléna a toujours été opposée à Harsia, depuis ce jour … où Harsia a tué Père. Celui qui fut à l’origine de ce monde, des pokémon et des humains. Celui qui fut le responsable de leurs transformations en femmes.

« Dire qu’il a disparu … lui aussi mais qu’il est ensuite revenu. »

Et encore … et encore … et encore … cela était un cycle sans fin. Un cycle qu’Harsia avait voulu contrôler sans cesse … jusqu’à cette période car cela avait dégénéré au final. Il avait juste fallut que Giréléna rencontre le jeune héros.

« Giréléna, jusqu’au bout, il a fallu qu’elle soit différente des ancêtres de son espèce. »

Que cela soit dans son physique, sa couleur de peau, ses yeux, ses cheveux … tout fut totalement différent chez elle. Et c’est cela qui a joué un rôle important, elle en est convaincue maintenant. Ca ne peut être que ça.

« Je ferai mieux de me dépêcher de retourner chez moi. »

Si Harsia apprend que Dénialka s’est retournée contre elle, elle sera furieuse. Il vaut mieux alors qu’elle soit présente à ce moment précis et continue de faire preuve de loyauté envers elle-même si … même si …

Elle s’immobilise dans les airs, se tournant vers l’endroit d’où elle était partie. Bien entendu, elle a fait un chemin, un long chemin même depuis … mais elle ne peut pas s’en empêcher. Lorsqu’elle a vu Nev, elle a compris … elle a parfaitement compris ce qu’il était. Il n’y avait aucun doute là-dessus. Elle souffla pour elle-même :

« Comment faire pour cela ? Pour qu’il la retrouve ? »

Et surtout : quelle serait sa réaction à ce moment précis ? Seul le temps savait.

Dans l’obscurité, une silhouette cylindrique commence à se déplacer furtivement. Elle observe les alentours puis se dirige vers une lumière qui émet un étrange éclat bleu.

« Quand est-ce que l‘on pourra s’en aller, dis dis ? »

« Bientôt … Bientôt … Dénialka est tombée. Sa présence n’est plus mêlée à celle d’Harsia. Il se débrouille très bien même. »

« C’est lui ? » demande une nouvelle fois la silhouette cylindrique, plus petite en apparence que l’on aurait pu le croire.

« C’est le cas. Qu’est-ce que tu en penses ? »

« Il est plus grand que de ce que tu m’as dit. »

« Ah ça, je ne pensais pas que le passage à l’âge adulte serait aussi efficace chez lui. Il reste néanmoins très chétif et frêle mais bon, je …  Visiblement, tu n’as pas envie de parler, tu préfères regarder juste ce miroir, n’est-ce pas ? »

La petite silhouette au corps cylindrique hoche la tête positivement, regardant à travers un miroir. A l’intérieur, ce n’est pas son reflet qu’elle voit mais Nev. Celui-ci est en train de se laver le visage dans un lac, s’aspergeant la face.

« Pa … pa. » murmure la petite créature, mi-humaine, mi-pokémon, ses yeux bleus comme l’azur continuant de fixer le miroir. Le visage de Nev à l’intérieur se tourne à gauche puis à droite, comme si le mot avait été entendu de l’autre côté.

« Qu’est-ce qui t’arrive, Nev ? »

« Je ne sais pas … j’ai cru … que l’on m’avait dit « Papa ». Niny n’est pourtant pas là. » dis-je en me redressant. Ah ! Ca faisait du bien de s’asperger un peu le visage, beaucoup de bien même ! Je m’étire longuement avant de regarder le ciel.

« C’est beau hein ? Mais tu ne peux pas en profiter pour l’instant. »

« Je le sais bien, j’ai encore du travail à accomplir. »

« Hein ? Euh … Pourquoi est-ce que tu pleures maintenant, toi ? » me demande Migacirpy alors qu’il est vrai que j’ai une petite larme à l’œil.

« Je ne sais pas … je crois que je suis heureux. »

« Et ça te fait pleurer, Nev ? C’est vraiment bizarre, tu sais ? »

Oui, je m’en doute mais je suis … soulagé ? Comme si quelque chose, bizarrement, venait de m’enlever un poids de la conscience. Comme si ce petit mot … « Papa » avait eu une importance capitale pour moi. Bah ! Ça doit être un peu la fatigue depuis hier, je n’ai pas encore complètement récupéré en même temps. Je ferai mieux de retourner auprès de Niny et Migacirpy. Une petite pause et ensuite, j’aurai à m’occuper de la dernière … des cousines.

Chapitre 19 : La laisser vivre

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 19 : La laisser vivre

« J’aimerai … des explications. J’ai mal … au crâne. »

Dénialka est de nouveau debout mais semble encore perturbée par tout ce qui s’est passé. Néanmoins, je ne suis pas d’humeur à l’attaquer tout de suite et je lui réponds :

« Disons que j’ai eu … le droit à un petit flash. »

« F… flash ? » me demande-t-elle, perturbée par mes propos. « Quel flash ? Qu’est-ce qui était dedans ? Dis-le moi maintenant ! »

« Rien de bien spécial … Juste vos ancêtres à Giréléna et vous autres. Ainsi qu’Harsia et un étrange homme que je ne connais pas. »

Elle se statufie et j’ai l’impression qu’elle en sait beaucoup plus que moi sur le sujet. Mais en même temps, j’ai l’impression qu’elle ne m’en dira rien de plus. Elle bredouille :

« Ca ne devait pas se passer comme ça. DYRKRI ! A quoi est-ce que tu joues ? »

« Ah ça, j’en suis pas responsable. C’était pas le genre de choses que j’avais prévues, je dois l’avouer, malheureusement. C’est un peu dommage en soi mais en même temps, fallait bien que ça arrive hein ? Contrairement aux autres, lui, j’y suis, j’y reste. »

« Tu sais pertinemment que ça ne mènera à rien de bon ! Et pourtant, tu t’évertues à continuer cette voie ?! Est-ce que tu te moques de moi ? »

Pourquoi est-ce que Dénialka s’excite ? Je me le demande réellement tout en réfléchissant à la situation. Non, non ce n’est pas forcément très plaisant à entendre ou comprendre. Pourtant, j’essaie quand même au cas où. Question de principe.

« On peut m’expliquer ou alors, ça sera trop difficile ? »

« Est-ce qu’il est déjà au courant ? Ca ne m’étonnerait même pas de ta part ! Dire que tu nous as trahies dans le pire des moments ! »

« Trahir, trahir, non, je suis juste un électron libre. Maintenant qu’il avait réussi ce qu’Harsia voulait, je ne vois pas de raison de rester de votre côté non ? »

Je ne saisis pas toute l’importance de la discussion entre elles. Je peux juste me dire que Dyrkri est définitivement de mon côté. Mais ce n’est pas forcément une bonne chose en vue du comportement qu’elle a habituellement.

« Dites, je vous ai posé une question, je crois bien. »

« Ne te mêle pas d’une conversation d’adultes, Nev. » me rétorque Dyrkri alors que je sens l’aura ténébreuse qui émane de mon corps.

« Ne lui parle pas de la sorte ! Même s’il ne doit pas savoir, tu n’as pas à lui parler ainsi ! Pas à lui ! Les autres, je m’en contrefiche ! Tu as compris, Dyrkri ? N’oublie pas ta place ! »

« Je ne l’oublie pas … héhéhé. Mais entre nous, qui le connait depuis si longtemps ? Toi et tes ancêtres qui avaient lâchement décidé de vous mettre du côté d’Harsia ou alors moi ? Moi qui fut toujours là … héhéhé. »

Encore une fois, Dénialka s’immobilise et ne bouge plus. Je ne comprends pas du tout ce que ça veut dire exactement. Elles parlent comme si elles se connaissent depuis des millénaires. D’ailleurs, Dyrkri est-elle aussi une descendante ou …

« Pas vraiment, Nev. Je n’ai pas de descendance, je n’ai pas d’ancêtre. Tu peux me définir comme Rygagagi. Si je meure, une autre verra le jour au bout d’un certain temps, une année ? Un siècle ? Quelques jours ? Je ne peux pas le savoir. »

« Ca doit être triste un peu quand même … »

Je ne sais pas pourquoi je dis cela … peut-être parce que je le pense ? Allons-y maintenant. Elle est en position de faiblesse mais surtout incapable de réfléchir correctement. Je peux donc en profiter et la combattre violemment.

Je vais tenter autre chose, je crois bien. Tenant mon maul en main, je me concentre et fais un saut et une roulade en avant en même temps. Le maul vient frapper le sol mais je m’en sers comme appui et cela semble fonctionner.
« Qu’est-ce qu’il … fabrique ? C’est … »

Une roue ! Je suis en train de faire une roue ! Sauf que je me sers de mon maul pour prendre appui et arriver jusqu’à Dénialka. Celle-ci, choquée, ne réagit même pas alors que mon maul finit par s’abattre sur le sommet de son crâne. Son corps se penche en avant pendant quelques instants avant de s’écrouler en arrière, Dénialka étant complètement sonnée.

« Wow. Tu m’impressionnes, Nev. »

Dyrkri me dit cela alors que je ne vois pas vraiment ce que je peux dire là. Mais bon, je regarde Dénialka qui est allongée au sol. Normalement, malgré la puissance de mon coup, j’ai tout fait pour ne pas la blesser. Cette arme peut être mortelle … ou non.

« Dénialka ? Dénialka ? Comment allez-vous ? »

Je m’approche de la jeune femme-pokémon couchée, posant mon maul juste à côté. Elle est complètement à côté de la plaque. J’ai peut-être tapé un peu trop fort ? Je ne crois pas avoir retenu mes coups. Je suis quand même un sacré idiot.

« C’était … ah … est-ce que ma dynastie va s’éteindre ? Comme celle de Giréléna ? »

« A toi de voir. Tout dépend de toi, Dénialka. »

Elle reste couchée au sol et je crois que le combat est terminé. Il m’a suffi juste d’un coup, plus puissant et étonnant que tous les autres réunis, pour en terminer. Je la regarde, posant ma main sur la sienne comme pour lui montrer que je ne cherche plus à me battre maintenant. Surprise, je la sens qui tremble légèrement. Pourtant, je ne fais rien de mal.

« Comment cela ? Quels sont mes choix ? Quels sont ceux que je n’ai pas ? »

« Tu es libre, complètement libre de ce que tu veux faire. »

« Snif … Snif … » commence-t-elle à sangloter alors que je me tourne vers elle. Pourquoi ? Pourquoi est-ce qu’elle pleure ? J’ai fait une bêtise ?

« Hey, hey ! Ne pleurez pas, mademoiselle Dénialka ! Je vous vouvoie, d’accord ? »

Je me doute bien que ce n’est pas la cause des pleurs mais je suis décontenancé alors qu’elle continue de pleurer, restant allongée sans bouger. Ses doigts viennent croiser les miens, m’empêchant de partir alors qu’elle me regarde avec étonnement.

« S’il … s’il te plaît, Nev. Reste un peu. »

« Euh … je veux bien mais au cas où, je suis le héros … plus celui d’Harsia mais je reste quand même néanmoins votre ennemi, je tiens à le rappeler. »

« Ca ne change rien. Reste un peu. Il faut que l’on parle. »

« Si tu lui en dis trop, je serai forcée de t’éliminer comme je l’ai fait avec Giréléna. » coupe Dyrkri alors que j’émets un grognement. Pas cette fois. Je ne me laisserai pas faire cette fois. Auparavant, je n’étais pas préparé mais cette fois …

« Nev, maintenant que tu as réussi à me battre, que comptes-tu faire exactement ? »

« Hein ? Euh … j’avoue que là, je ne sais pas encore. J’ai prévu de faire une petite pause pour Niny et Migacirpy, voilà tout. »

« Ce sont les deux femmes-pokémon qui t’accompagnent, n’est-ce pas ? Une femme-Magicarpe bientôt devenue Leviator et une future Apireine. C’est surprenant … mais en même temps, c’est normal et logique. Tu es Nev. »

« Nev ? Oui, enfin, c’est mon nom mais de là à dire quand même que je suis moi … »

« Non, tu ne veux pas comprendre. Est-ce que tu peux … m’aider à me relever ? »

Oui, bien entendu. Je ne flaire aucun danger et je lui prends la main, la tirant pour l’aider à … AAAAAAAH ! C’est elle qui me tire contre elle ! Je me retrouve couché sur elle alors que ses deux mains se placent sur mon dos.

« Qu’est-ce que vous manigancez ? Je … je vous avais pourtant dit que … »

« Juste deux minutes. Tu sens bon … j’aime bien cette odeur. »

Voilà qu’elle frotte son visage contre ma nuque alors que je m’immobilise. C’est quoi ça ? Même Giréléna, qui était une femme-pokémon très puissante, ne se comportait pas ainsi avec moi. J’ai le droit d’être un peu effrayé ou non ? Car là, j’ai peur.

« C’est bon, vraiment bon comme ça. Dis-moi, Nev ? »

« Oui, si tu veux bien me lâcher, je suis obligé de te tutoyer là. »

« Je ne te ferai aucun mal, je peux te promettre cela si c’est ce qui t’inquiète. »

Je ne me sens pas plus rassuré mais bon, autant la laisser faire car sinon, je risque d’avoir de très gros soucis … et ce n’est pas vraiment ce dont j’ai envie. Je reste logé contre elle alors que j’entends des petits cris :

« HEY ! Lâche mon papa, toi ! Si t’es une méchante, ça ne va pas aller ! »

« C’est vrai. Tu es le père de cette fille-Apitrini même si ce n’est pas totalement vrai. Je l’oublie quelques fois, je m’en excuse. Je te libère. »

Si c’était aussi simple que ça mais visiblement, elle le fait sans aucun problème. Je me retrouve finalement debout, Niny courant dans mes bras alors que Migacirpy s’approche avec lenteur à son tour, regardant Dénialka :

« Quand même, que l’une des trois femmes-pokémon « suprêmes » abandonne le combat de la sorte, j’aimerai bien savoir pourquoi. »

« Je n’ai plus aucune raison valable de me battre, voilà tout. »

« Mouais, tu m’excuseras d’être moyennement convaincue mais bon. »

Je ne sais pas si je dois en rire ou pleurer de leurs conversations mais puisque tout semble s’être calmé, je ne ressens même plus Dyrkri en moi. Elle a décidé de nous laisser seuls ? Je me remets bien tout en étudiant Dénialka.

« Est-ce que tu as eu mal ou pas, Dénialka ? »

« Hum ? Par rapport à ton coup ? Non, non, c’est bon. Juste plus secouée que la normale mais cela est à cause du fait que je ne m’y attendais pas vraiment. »

« Tant mieux alors … et désolé d’utiliser la force. »

Je la vois qui sourit … c’est un peu comme avec Giréléna. Ça donne l’impression que c’est rare, quelque chose d’unique et merveilleux en soit. Mais bon, je ne peux qu’acquiescer à ce sentiment si … spécial et loin d’être déplaisant.

« Ce n’est pas grave. C’est ainsi que sont régies les femmes-pokémon. Des fois, je crois que j’aimerai juste un peu de tendresse et d’amour, comme une humaine. Mais bon, les concepts de force sont ancrées en nous depuis des millénaires … c’est alors bien trop dur d’y échapper. Mais c’est ainsi la vie et donc … nous n’y pouvons rien. »

« Chacun est libre de pouvoir faire ce qu’il veut de sa vie même si pour cela, elle se doit d’être raccourcie grandement. Il vaut mieux mourir jeune et libre que vieux et attaché. Est-ce que tu n’as jamais … voulu te libérer d’Harsia ? Être libre et ne plus alors te poser de questions à son sujet, n’est-ce pas ? Qu’est-ce que tu en penses ? »

« Je ne sais pas, je n’ai jamais … réellement pensé par moi-même. »

« Est-ce que tu n’as jamais été jalouse de Giréléna ? De sa liberté ? »

Je crois que je pose une question qui pourrait fâcher légèrement la jeune femme-pokémon. Néanmoins, celle-ci est songeuse et ne me répond pas tout de suite. Je dois même patienter un peu pour qu’enfin, elle murmure :

« Nous ne la voyons que peu. De même, nos ancêtres étant en conflits avec les siennes, il faut comprendre que je suis née dans l’aversion de Giréléna pour sa trahison par rapport à la déesse Harsia. Je pense que cela est compréhensible, non ? »

« Compréhensible et logique mais ça ne répond pas à ma question. Est-ce que tu l’as été ? »

« Pas au départ … mais quand je vous aie vus tous les deux, je … J’ai eu mal au cœur. Elle semblait si heureuse avec un humain. Enfin … avec toi, je veux dire. »

« Avec moi ? Hey, je ne suis pas autre chose qu’un humain hein ? »

Elle émet maintenant un petit rire, s’excusant légèrement alors que je souris à mon tour. Bon, maintenant que c’est fait, je … dois faire quoi justement ? Je me tourne vers Migacirpy et Niny. AH ! Si, je sais maintenant ce que je dois faire !

« Dénialka : je ne t’ai pas posé cette question : si je te laisse la vie sauve, est-ce que je peux considérer que tu ne suivras plus Harsia ? »

« Même si cela doit me tuer, tu as été plus fort que moi. Je ne peux que suivre qu’une personne plus forte que moi et … »

« Et si la déesse Harsia est plus forte que moi, qui est-ce que tu suivras ? Tu dois décider par toi-même, non pas à cause de la force d’autrui. »

« Je pense que je continuerai à te suivre, même si tel était le cas. »

Voilà, c’est ça que je voulais entendre en fin de compte. Mais bon, maintenant, c’est à son tour de m’observer et de me dire finalement :

« Et toi, que comptes-tu faire, Nev ? Il te reste encore beaucoup à accomplir, non ? »

« J’ai une idée … mais au moins, je suis convaincu d’une chose : je ne devais pas te tuer. Après ce flash, j’en fus sûr et certain. Ta famille comme celle de Giréléna … et celle de ton autre cousine ne doivent pas disparaître. Malheureusement, il est trop tard pour Giréléna, je ne peux alors au moins sauver la tienne. »

« Est-ce que tu veux dire que tu vas tenter de convaincre mon autre cousine ? »

J’hoche la tête positivement. Je vais tout faire pour y arriver ! Mais bon, pour l’heure, je vais d’abord envisager une longue journée, peut-être une semaine même. Et aussi voir ce que Dénialka va faire maintenant qu’elle est n’est plus obligée de suivre Harsia.

Début et Fin : Un passé torturé

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Début et Fin : Un passé torturé

« Tu ne peux pas me battre, Nev. Je pense alors prendre ce que ma cousine a obtenu de toi. Je vais aussi te faire te reproduire avec moi. »

« Je ne crois pas que ça soit possible … pas du tout même. »

Je dis cela bien que je ne suis pas vraiment rassuré. En fait, pas du tout même. Je ne sais pas vraiment comment je peux expliquer ça mais ça m’impressionne et me fait peur un peu. Je ressens vraiment ce sentiment de puissance chez elle … comme avec Giréléna.

« Est-ce que mon corps pourrait te satisfaire ? Je sais pertinemment que Giréléna possédait la poitrine la plus volumineuse parmi nous trois …mais elle n’est pas déplaisante la mienne ? »

Tout en parlant, voilà qu’elle retire le métal qui recouvrait sa poitrine. C’est … ahem … Girélénaavait une peau un peu grisâtre, ici, la peau semble bleutée et les tétons sont assombris bien que de cette couleur aussi. Je ne sais pas vraiment comment réagir aux dires.

« Il est bien, si tu veux tout savoir. »

Visiblement, elle ne s’attendait pas à une telle remarque de ma part. Elle reste immobile, réfléchissant pendant de longues secondes avant de reprendre d’une voix calme :

« Donc, je serai une candidate potentielle à la reproduction ? Et le reste de mon corps ? Ma croupe, ma queue ? Mon visage ? Mes yeux ? »

« Pourquoi est-ce que vous me demandez tout cela ? Comme je tiens à le signaler, je ne copulerai pas avec vous, je me l’interdis. »

« Je t’y obligerai néanmoins, est-ce que tu comprends ? »

J’hoche la tête tout en serrant mon arme dans mes mains. Je dois avoir confiance en mes propres pouvoirs. Je ne suis pas faible … même sans les esprits élémentaires ou Dyrkri. D’ailleurs, je dois patienter de chaque côté, je crois bien.

« Je ne crois pas. Je ne me laisserai pas faire, pas du tout même. Vous me pardonnerez ? »

« Je pourrai te faire jouir avant même que tu ne bouges, est-ce que tu le sais ? »

« Mais cela voudrait dire que vous ne ressentiriez pas grand-chose car je ne peux pas faire grand-chose. Je ne crois pas que c’est ce que vous voulez. »

« C’est exact. Je ne suis pas ainsi. Je vais néanmoins te laisser le choix. Encore une fois. Quelle est ta réponse exactement ? Attention, je ne te la reposerai pas … »

« Ma réponse ne change pas. Je ne viendrai pas avec vous. »

Et je ne copulerai pas. Pas du tout même. Mais bon, ce n’était pas vraiment parce que je ne l’aimais pas … c’était assez différent, bien entendu. Mais bon, non, c’est juste qu’elle a rejoint Harsia. Je dois alors la tuer pour être sûr qu’elle ne me trompera pas … oui.

« Alors, il va falloir que je t’y oblige. Piégé dans une boucle temporelle, tu ne pourras alors rien faire contre moi. Tu devras tout simplement disparaître … pour l’éternité avec ma personne. Néanmoins, contrairement à Giréléna, je ne laisserai aucun sentiment amoureux prendre le dessus. Tu dois disparaître. »

« Giréléna ne m’aimait pas … ne dites pas n’importe quoi. Ne déshonorez pas son nom. »

« Tu racontes des inepties pour la défendre mais je sais reconnaître quand une femme-pokémon est amoureuse ou non. On n’offre pas son corps à n’importe quel homme pour ce genre de cas … Même moi, bien que je ne suis pas amoureuse de toi, je suis prête à te donner la chose la plus précieuse de ma part. Car j’estime que tu le vaux. »

C’est juste n’importe quoi pour ne pas changer, juste n’importe quoi. Je ne devrai même pas m’interroger là-dessus, c’est stupide, comme bien souvent. BON ! ZOU ! J’y vais ! Je dois juste être tellement rapide que le temps n’a aucun effet sur moi ! C’est aussi simple que ça ! JE DOIS ALLER ENCORE PLUS VITE !

« Plus vite, plus vite, plus vite … »

« Sais-tu ce que l’on racontait ? Si quelqu’un se déplaçait plus vite que la lumière, il serait alors capable de voyager dans le temps. Ce n’est pas que pure folie ? Tu ne trouves pas ? »

« C’est n’importe quoi … mais je compte bien aller tellement vite que tu ne pourras pas stopper ma vitesse ! VOILA TOUT ! »

« Essaie donc mais je ne te promets pas que tu vas y arriver. »

Tsss ! Elle peut tenter tout ce qu’elle veut, je ne faillirai pas ! Je ne suis pas comme ça ! Je ne suis pas comme ça ! PAS DU TOUT MÊME ! Je peux la battre ! J’en suis certain ! Je suis plus que motivé à ça ! Plus que motivé même !

Je peux y arriver, je peux y arriver, je peux y a… Je suis à son niveau alors que le métal a recouvert à nouveau son corps. Mais lorsque je l’atteins, elle n’est déjà plus là. Je me retourne au dernier moment mais elle passe comme un fantôme devant mes yeux.

« Je suis beaucoup trop vive pour toi et … »

« PAS SI JE FAIS CA ! »

Puisqu’elle aime tourner autour, je vais faire de même ! Mon épée reprend sa forme de maul alors que je me mets à tournoyer autour de moi, percutant quelque chose alors que Dénialka se retrouve jetée sur le côté.

« Cela faisait mal, très mal. Je vais me mettre en colère. »

« C’est juste ce que j’attendais, mademoiselle Dénialka. »

« Attendre cela ? Je vais te plonger dans un abysse temporel dont tu ne pourras jamais t’extraire. Je vais même le faire dès maintenant. »

Je ne sais pas si je dois être rassuré ou non mais j’ai l’impression que le décor se déforme autour d’elle et moi. Qu’est-ce que ça veut dire ? Soudainement, la voix de Dyrkri s’écrit :

« JE NE TE LAISSERAI PAS FAIRE CA ! »

« Dyrkri ? Tu étais donc là aussi. Mais mon hurlement temporel va l’emporter. »

« Pas si je m’y mêle aussi ! »

Qu’est-ce que ça veut dire ? Je sens une aura sombre autour de ma personne alors que la bouche de Dénialka s’ouvre. Qu’est-ce qu’elle prépare de son côté ? Je ne sais pas mais ça n’annonce rien de bon. Rien du tout. Puis un cri … Un hurlement strident qui va jusqu’à me faire saigner les oreilles se fait entendre. Sauf qu’un second hurlement se fait entendre aussi.

« Arrête cela, Dyrkri ! Je ne sais pas du tout ce que cela risque de produire si tu le fais ! »

« ET BIEN NOUS SERONS DEUX ALORS ! » s’écrit Dyrkri en moi.

Je ne sais pas ce qui se passe. Un flash m’aveugle puis plus rien, c’est le néant, le vide complet, il n’y a plus rien du tout. Rien de rien … C’est juste vide. J’ai l’impression d’être dans le cauchemar que Dyrkri me fait.

« Qu’est-ce que ça veut dire ? Il y a quelqu’un ? UN DEUX ! Quelqu’un m’entend ? Dyrkri ? Rygagagi ? Les filles ? NINY ?! »

Aucune réponse, je commence à sérieusement m’inquiéter là alors qu’un nouveau flash m’illumine, m’empêchant de voir devant moi. Qu’est-ce que ça veut dire exactement ? Je … Je … Aie, aie, aie … ça fait mal tout ça. Vraiment mal hein ? Je n’aime pas ça du tout. Je tente de me contrôler, de contrôler mes émotions mais je n’y arrive pas. Pas du tout même.

« Harsia, on nous rapporte que certains humains violent les plus faibles des femmes-pokémon. Nous devons réagir maintenant ? Qu’est-ce qu’il en pense ? »

« Je vais lui poser la question, Giréléna la première. »

Giréléna la première ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Je me le demande sincèrement alors que je peux enfin revoir devant moi. C’est donc ça, n’est-ce pas ? Je préfère me méfier … mais bon … rien que ça. Je suis dans une sorte de jardin.

Et je crois faire une crise cardiaque. Giréléna, c’est Giréléna qui se trouve en face de moi ! Sauf que ce n’est pas exactement elle … elle a quelque chose de différent. Peut-être au visage ? La coiffure ? La poitrine ? C’est Giréléna sans être Giréléna. Mais y a aussi la déesse Harsia … et je crois même aussi apercevoir Dénialka et une femme-pokémon que j’ai du mal à reconnaître. Peut-être la seconde cousine de Giréléna, enfin de la famille de Giréléna car je crois bien que … ce n’est pas Giréléna.

« Ne pourrions-nous pas toutes aller le voir ? »

« Suivez-moi alors, plus nous serons, mieux c’est. »

La déesse Harsia se dirige vers le fond du jardin, accompagnée par les trois autres femmes-pokémon. J’entends une douce mélodie. On dirait de la harpe ? De la harpe ? C’est rare que j’entende cela mais pourtant, c’est bel et bien le cas.

« Père ? Nous sommes inquiètes de la tournure des évènements. »

Je n’arrive pas à apercevoir l’être qui est assis aux pieds de l’arbre. En fait, je n’arrive pas à voir son visage à cause des feuilles ! C’est quoi cette blague ? J’ai l’impression que je devrai le connaître mais je n’y arrive pas. La harpe s’arrête alors que l’homme assis murmure :

« Est-ce à cause de la guerre entre les femmes-pokémon et les humains ? Les humains s’affrontent entre eux, combattent les pokémon. Vous ne pouviez pas espérer trouver la paix juste parce que vous aviez des formes humaines, non ? »

« Alors pourquoi nous avoir offert cela, père ? POURQUOI ?! » s’écrit Harsia. « Pourquoi nous permettre d’être des humains ? »

« Pour que vous puissiez comprendre les humains et inversement. »

La réponse était venue ainsi, coulant de source alors que la déesse Harsia s’immobilise. Qu’est-ce que ça veut dire ? Père ? Déjà à la base, ce n’est pas normal que ça se passe ainsi. Pas du tout même. Enfin, j’en sais rien moi !

« Alors … pourquoi m’avoir confié les pouvoirs d’une déesse, dépassant même vos propres forces ? Déjà que vous le fassiez alors que je n’étais qu’une pokémon … mais maintenant, sous cette forme humaine, vous ne craignez pas que … »

« Tu les utilises à mauvais escient ? Tu es la déesse Harsia, tu es celle qui doit voir juste et bon. Si je n’avais pas confiance en toi, je ne serai pas donc un père indigne ? »

« V… Vous vous trompez lourdement. Je ne suis pas juste. J’enrage … je bouillonne de l’intérieur. Je veux punir l’humanité si elle ne s’arrête pas. Certaines femmes-pokémon ne comprennent même pas ce qui leur arrive ! »

« Il faut alors que tu les guides, n’est-ce pas ? »

« Père … Je vous en conjure. Arrêtez-moi … maintenant … »

« Qu’est-ce que … qu’est-ce que tu fais, Harsia ? Contrôle donc tes pouvoirs, s’il te plaît. » demande Giréléna alors que les deux autres femmes-pokémon reculent.

« Père, si vous ne me stoppez pas, je … je le regretterai toute ma vie. J’irai défendre les femmes-pokémon et je briserai les humains, un par un, pour ce qu’ils font, comment ils font souffrir les femmes-pokémon. »

« Si c’est ainsi que cela doit se passer alors soit … ça se passera de la sorte. » murmure l’homme, déposant sa lyre avant de se redresser.

« Père ! POURQUOI VOUS NE VOULEZ PAS COMPRENDRE ?! »

« Je comprends parfaitement, je comprends ce que tu ressens. »

« NON ! VOUS NE COMPRENEZ PAS ! IL VAUT MIEUX QUE VOUS DISPAIRAISSIEZ ! » hurle Harsia alors qu’elle envoie ce qui ressemble à une attaque lumineuse en direction de l’homme.

J’ai juste le temps de voir son visage avant que je ne sois complètement aveuglé. Des cheveux roses, la bonté peinte sur son visage, accompagnée de deux yeux bleus remplis de tendresse. Puis plus rien, plus rien du tout.

« Snif … Papa, tu es un idiot …Pourquoi tu t’es laissé faire ? Pourquoi ? »

« Qu’est-ce que tu as fait, Harsia ?! Tu l’as tué ! Tu l’as tué ! » s’écrit la voix de celle qui ressemble à Giréléna même si je ne l’aperçois guère.

« Je ne voulais pas … mais il ne m’a pas arrêté ! C’est de sa faute ! C’est de sa faute à papa ! Il a rien fait pour m’arrêter ! C’est de sa faute ! Uniquement de sa faute ! Je voulais que papa m’arrête ! Qu’il me dise que ce n’était pas grave ! Que je devais être patiente mais il n’a rien fait du tout ! Rien fait ! Papa est mort maintenant ! »

Je ne sais pas ce qui se produit mais … j’entends des pleurs et des sanglots. Puis je commence à comprendre : quelque chose clochait depuis le départ. La déesse Harsia était perturbée mais qui était ce « père » qu’elle évoquait ? Et je crois que j’ai eu l’ancêtre des trois cousines aussi. C’est étrange, très étrange même, beaucoup trop étrange.

« Nev ? Nev ? NEV ! TU M’ENTENDS ?! NEV ! »

Un hurlement de la part de Dyrkri et je crois que je reprends conscience. Je suis allongé sur le sol alors que je tente de reprendre mes esprits mais de façon correcte cette fois. J’ai mal au crâne, vraiment très mal même. Aie, aie, aie …

« PAPA ! PAPA ! » hurle une autre voix alors que je me redresse, voyant Niny qui coure vers moi puis Migacirpy. Ce papa … je ne sais pas, il a une intonation différente à mes oreilles maintenant. Je les attrape et les serre contre moi, remarquant que Dénialka est allongée au sol aussi. C’est étrange, très étrange même.

« Qu’est-ce qui s’est passé, Dyrkri ? »

« Les deux hurle-temps se sont percutés et vous vous êtes évanouis, toi et Dénialka. Qu’est-ce qui s’est passé ? Plutôt à moi de te le demander. »

« J’ai … eu une sorte de souvenir … je ne sais pas de qui ou de quoi mais ça passait il y a bien longtemps. J’ai vu la déesse … Harsia et les trois ancêtres de Giréléna et ses cousines. »

Je ne sais pas vraiment quoi dire, je sais juste ce que je dois faire : les trois ancêtres, c’était Giréléna la première ainsi que ses sœurs. Mais surtout, je … Je ne dois pas perdre toute conviction et motivation mais je sais aussi une autre chose : je ne dois pas tuer Dénialka mais lui faire entendre raison. Je dois utiliser toute la force que j’ai pour lui faire comprendre qu’elle se trompe de voie. Elle se relève finalement, un peu secouée.

Chapitre 18 : Face au temps

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 18 : Face au temps

« Mais tiens donc, c’est quoi ce visage radieux, Niny ? »

« Papa s’est occupé de moi hier, Migacirpy ! »

« Tiens donc … et il me préviendrait même pas ? Je ne te savais pas adepte de l’inceste, Nev. » me dit Migacirpy alors que je ne lui répond pas.

Je ne me préoccupe pas vraiment de tout ça hein ? Il ne faudrait quand même pas exagérer en un sens. C’était un peu abusé mais non, non et non. Puis bon … hum … j’étais aussi assez excité hier. Presser la poitrine de Niny, avoir un peu le contrôle des opérations, enfin, dominer un peu tout ça, ça me plaisait. Si Niny avait décidé de me … … … branler, je crois que je n’aurai pas pu résister, pas du tout même.

« Alors ? Tu ne me réponds pas ? Tu as quelque chose à avouer ? Vilain, vilain, vilain garçon, ce n’est pas très bien de ta part, Nev. Vraiment pas bien du tout hein ? »

« Je n’ai pas à expliquer cela. Disons que c’est juste arrivé sur le moment. Mais ça ne devrait pas se reproduire de la sorte, pas du tout même. »

Je tenterai d’éviter ça. C’est aussi facile … que ça. Mais quand même, hier, j’avais les mains pleines, j’avais le miel qui coulait entre mes doigts. Là, actuellement, j’observe mes mains, je tente de me rappeler de cette chaleur. Avec Giréléna, je ne pouvais rien faire, rien du tout même. Mais avec Niny, elle et moi, nous pourrions faire tellement de choses ensemble.

Et je ne parle même pas de Migacirpy. Elle aussi pouvait être plaisante. Il y avait une certaine envie chez elle qui se dégageait et plus je passe du temps avec elle, plus je trouve cela … plaisant de converser. Bien entendu, je ne le lui dirai pas. Elle risquerait de prendre la grosse tête et je sais parfaitement que ce n’est pas ce que je veux.

« Enfin bref, si c’est ainsi, ce soir, c’est mon tour ! Je laisserai Niny nous regarder, je suis quand même bien sympathique, non ? Vous ne trouvez pas ? »

« Arrête donc de te flatter un peu. Il n’y a rien de sympathique et … »

« Moi, je veux bien, ça me semble normal que ça soit Migacirpy ce soir ! Mais si je peux vous regarder, je ferai jaillir mon miel toute seule, promis ! »

« Ce n’est pas … vraiment nécessaire, Niny. »

Je tente de me montrer raisonnable mais bon, maintenant, le temps passe, le temps passe et Niny comme Migacirpy grandissent. Cela ne m’étonnerait pas que d’ici quelques semaines, les deux demoiselles soient vraiment des adultes. Mais quand même, juste le fait que Niny grandisse aussi vite m’a toujours dérangé. Je n’aime pas ça … pas du tout même. Qu’importe si je me le répète dans le crâne, je n’aime pas ça.

Elle a grandi trop vite à mes yeux, beaucoup trop vite. Ca m’attriste … mais en même temps, elle est devenue si belle. Je me demande si elle ressemblera à Apixy. De plus, contrairement à Apixy, elle contrôle déjà bien sa forme à moitié humaine, c’est étonnant … et appréciable.

« Hum ? Tu arrêtes de regarder avec des yeux de pervers ? »

« Ne raconte pas n’importe quoi, Migacirpy. Je ne fais pas ça du tout. Loin de là même. J’observe juste la situation avec lenteur. »

« La situation ? Tu n’es pas très crédible quand tu dis ça, tu t’en doutes hein ? Comme si c’était vraiment ainsi que ça se passait, Nev. Dis plutôt que tu sens peu à peu tes désirs qui remontent. Puis bon, entre nous, je l’aime bien, Niny. Je te partagerai volontiers avec elle mais … PERSONNE d’autre ! »

« Et vous ne vous êtes jamais dit que l’on aimerait aussi profiter de Nev ? » murmure une voix subitement en moi. Rygagagi ! Il était temps qu’elle parle, elle ! « De même, je tiens à signaler que j’ai récupéré son premier baiser. J’ai autant de droits que vous. »

« L’aînée des esprits élémentaires. Mais je dois lutter comment moi ? Je suis qu’une simple fille-Magicarpe ! J’affronte donc des esprits élémentaires et une future reine des femmes-insectes ! Des fois, je me dis vraiment que je n’ai pas de chance ! »

« Ah ça … je voudrai peut-être bien partager Nev avec toi et Niny mais aussi mes sœurs. Ah … Nev ! Satisfait ? Tu vas avoir ton propre harem ! J’espère par contre que tu es très motivé et endurant car les femmes-pokémon, ce n’est pas n’importe quoi. Et dis-toi que mes sœurs comme moi, nous n’avons jamais rien eu depuis notre création. Tu imagines tous les millénaires de frustration accumulés ? »

Je préfère ne pas imaginer plutôt. Surtout quand elle parle de la sorte, ça ne me rassure pas du tout même. Ohla ! Pas du tout … Je crois bien que je préfère encore me préparer mentalement au pire, ça serait bien mieux … oui …

Mais bon, au moins, ça fait de la conversation et Niny n’en a rien entendu. Elle continue de marcher, sans même se soucier de ce qui se passe dans son dos. Je crois qu’elle … mérite de trouver quelqu’un qui pourra l’aimer réellement.
Est-ce que ce quelqu’un est moi ? Je ne sais pas trop. Tiens ? Pourquoi est-ce que le décor a changé ? En fait, non … c’est pire. C’est sinistre même. Des morceaux de métal, des cadavres, du sang, on pourrait presque croire que c’est récent.

« L’acier est immortel … Le temps passe, il peut rouiller mais il est facilement remplaçable sur les parties rouillées. »

Une voix féminine qui prend la parole. Je ne sais pas si je dois être rassuré ou non … mais je ne le suis pas du tout même. Pas du tout en fait. Je demande à Niny et Migacirpy de reculer légèrement alors que je cherche d’où provient la voix.

« Je suis sur ta droite … héros nommé Nev. Enchantée de te rencontrer une nouvelle fois. »

« Dénialka ? » demande-je alors qu’elle me répond aussitôt sur une même voix neutre.

« Cousine de Giréléna, je confirme cela. Je suis Dénialka … et je maîtrise le temps. Je suis tout simplement celle que tu recherches … depuis environ une année. »

« Rien que ça … Enfin, je ne suis pas enchanté de te connaître. »

« Nous nous sommes déjà vus. »

Elle a raison. J’arrive finalement à l’apercevoir. Elle est là, juchée sur un morceau de métal qui doit bien être à plusieurs mètres de hauteur. Elle est debout, trônant fièrement sur le bout de métal alors qu’elle m’observe.

« Je pense que tu es là pour venger la mort de Giréléna. »

« La question ne se pose même pas. Il ne faut pas rêver … il n’y a pas que pour ça. Tu t’es rangée du côté d’Harsia et pour ça, tu dois comprendre que je n’aurai aucune pitié … car est-ce que vous en avez déjà eu pour nous ? Pour les autres femmes-pokémon qui ne voulaient pas de cela ? Non, vous le savez parfaitement. »

« Nul besoin de me faire la morale. Je ne suis … malheureusement pas là pour ça. »

« Qu’est-ce que tu veux insinuer par-là ? » dis-je tout en me mettant en position.

« Que tu perds ton temps. Ne tergiversons pas et affrontons-nous. C’est ainsi que nous réglons nos problèmes chez les femmes-pokémon. Les humains ne sont pas mieux. »

« Je n’ai pas besoin de subir ta propre morale. » rétorque-je alors que je la vois me faire un petit sourire avec lenteur. Elle souffle :

« Il est vrai. J’ai failli à mes paroles d’il y a quelques instants. Mais bon … nous ne sommes pas là pour ça. Commençons maintenant, ça sera bien … »

« La principe que les femmes commencent d’abord, je n’y tiens pas compte dans votre cas ! » m’écris-je tout en m’élançant vers elle. Je n’ai pas de temps à perdre avec ça !

Pourtant, alors que je fais un saut pour l’atteindre, j’ai l’impression que tout mon corps bouge au ralenti. Je la vois faire un mouvement sur le côté, se déplaçant avec une vitesse folle ou presque avant d’arriver jusqu’à moi.

« Je suis la maîtresse du temps. Au revoir voire adieu. »

Un simple coup de poing que je vois venir au ralenti … mais le coup m’a déjà atteint et je me retrouve projeté sur la gauche, percutant un morceau de métal qui se plie sous la force du coup reçu. AIE ! BON SANG ! Ca fait mal ! CA FAIT TRES MAL MÊME !

« Je ne pense pas qu’un coup sera suffisant pour t’abattre. Alors, relève-toi et affronte-moi. »

Elle me dit ça mais je ne suis pas sûr de vouloir vraiment l’affronter. Enfin, j’en suis même convaincu que ça ne serait pas vraiment bon pour moi. Comment est-ce que je peux lui tenir tête ? Je me le demande réellement mais je me redresse alors que je vois Niny et Migacirpy qui s’apprêtent à attaquer Dénialka.

« NE FAITES RIEN DE TOUT CA ! Elle est encore plus forte que Paxia ! »

« Je ne les attaquerai pas … si elles ne m’attaqueront pas. A elles de voir ce qui est le mieux pour elles. Veulent-elles mourir en brave en m’affrontant ? Ou vivre comme couardes en étant cachées ? Elles seules peuvent décider de leurs destins. »

« ELLE VA VOIR CE DONT … »

« NON ! C’est un piège ! Elle veut juste vous provoquer et tu vas tomber dedans ! »

Je pousse un cri avant de me jeter sur Dénialka. Je ne laisserai pas le temps à Migacirpy de se battre ! Déjà, intérieurement, je demande à Dyrkri :

« Tu penses pouvoir me prêter tes pouvoirs ou non ? »

« Surement … mais pas sur le moment. Je dois me concentrer et repenser à comment contrer ses techniques. Tu ferais bien de résister le plus possible en attendant cela. Est-ce que tu t’en sens capable ou pas ? » me souffle-t-elle.

Humpf ! Soit ! Je préfère ne rien promettre mais bon, autant essayer quand même alors ! Je me concentre et m’approche de Dénialka. Comment l’atteindre alors qu’elle peut me ralentir et elle-même accélérer sa vitesse ? Je ne sais … SI ! JE LE SAIS ! Une attaque de zone ! Je crie à Migacirpy et Niny de se mettre à l’abri.

« Et n’essayez même pas de m’arrêter ! JE VOUS PREVIENS ! »

Comme je crie, même Migacirpy n’ose pas me contredire. Pendant ce temps, je réfléchis à ce que je peux faire et observe le ciel. Ah … Oui … C’est vrai. Ca ! Géréci ! Je m’écris intérieurement cette fois, prenant contact avec les esprits élémentaires.

« Géréci ! Tu peux me faire un puissant blizzard s’il te plait ? »

« Je ne sais pas trop … Je boude car tu t’amuses plus beaucoup avec nous ! Tu fais que t’amuser avec Niny et Migacirpy ! Tu t’intéresses plus à nous ! » me dit la petite voix féminine. Ah voilà qu’elle boude, vraiment ?

« Bon, je te promets qu’après ça, je jouerai avec toi et tes sœurs, d’accord ? »

« La même chose que Niny et Migacirpy ? »

« Euh … ça, par contre, on verra pour les jeux hein ? » dis-je avec lenteur. Je préfère ne pas trop envisager ce genre de possibilités. Autant Rygagagi, ça ne me dérange pas, autant les trois petites filles, là, ça devient glauque et tordu.

« Tu me feras alors des bisous quand même ! »

« Bon, d’accord pour ça mais rien de plus ! Et peut-être quelques câlins ! Tu m’aides ? »

« Elle va t’aider. Géréci, tu l’aides et pendant ce temps, nous allons faire de même. Dénialka ne pourra pas tenir tête face à plusieurs attaques issues de différents endroits en même temps. » murmure Stelireg en moi. Bon au moins, je suis rassuré.

Rapidement le ciel commence à se recouvrir alors qu’une aura gelée se forme autour de moi. Humpf ! Ce sont donc ça les pouvoirs de Géréci à l’extérieur ? C’est impressionnant la première fois alors que Dénialka murmure :

« De la glace car je suis une dragonne … mais ça ne sera pas suffisant. »

« Tu crois vraiment que je n’ai que ça en tête ? Stelireg ! Rigorek ! Venez aussi ! »

Voilà que les morceaux de métal commencent à sortir et s’extirper du sol. Pendant ce temps, tout un pan de terre commence à se modeler. Elles sont sérieuses, les trois esprits élémentaires ? Je vois une bonne cinquantaine de créatures indéfinissables, faites de boue qui se déplacent avec lenteur. Mais pas seulement ! Les morceaux de métal commencent à se réunir autour d’elles, les recouvrant alors que Dénialka hausse un sourcil.

« Quand les esprits élémentaires travaillent de concert, cela donne un résultat … plutôt surprenant en soi, très surprenant même. Et loin d’être déplaisant bien que non suffisant. »

« Nous allons voir ça ! LES FILLES ! COMMENCEZ ! »

Voilà que les golems recouverts de métal se jettent dans la bataille alors qu’un puissant blizzard commence à s’abattre sur Dénialka. J’ai cette impression que tout va très vite se jouer en fin de compte. Elle n’est pas assez forte pour tenir tête à autant de personnes, surtout si ce sont des créatures créées par les esprits élémentaires !

« Intéressant, très intéressant. Mais ce n’est pas suffisant. »

Ah bon ? Comment ça ? Je tente de comprendre mais je crois que je ne vais pas tarder. Le blizzard, les golems, tout s’arrête autour d’elle. Même moi, je suis immobilisé, paralysé, je ne peux plus rien faire. En fait, je peux juste … ressentir.

« Je maîtrise le temps … cela veut dire que je peux l’arrêter, même si ce n’est que quelques secondes sur plusieurs minutes. »

Je n’avais pas compris à quel point la différence était si grande. Est-ce que … Giréléna était en train de jouer avec moi à l’époque ? Car elle devait avoir la même force que ses cousines, n’est-ce pas ? Mais sa cousine, je pouvais juste la voir éliminer la quasi-majorité des golems sans même être fatiguée.

« Tu voulais me tuer … mais est-ce que tu en es capable ? »

Elle a esquivé le blizzard comme si de rien n’était. Et même si celui-ci reprend, elle ralentit le temps autour d’elle pour ne pas se faire toucher par les pieux de glace qui tombent du ciel. Je … je … wow … non … comment je bats ça, moi ?

« Nev, tiens juste bon, c’est tout. »

Rygagagi tente de me rassurer mais le mal est fait. Je me sens beaucoup moins enjoué maintenant. J’en ai même bien peur. Pourtant, je dois l’affronter ! Elle est la première étape pour la vengeance … par rapport à la mort de Giréléna !

Chapitre 17 : Bientôt une adulte

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 17 : Bientôt une adulte

« Niny ? Migacirpy ? Désolé pour le voyage. »

« Désolé ? Pour quelle raison tu t’excuses, Nev ? »

Elle me pose la question alors que je regarde Migacirpy. C’est pourtant simple, n’est-ce pas ? Je ne pensais pas que mon corps serait aussi exténué malgré que ça fasse maintenant une bonne semaine que nous vagabondons sur la terre de Dénialka.

« Je traîne la patte à cause de la fatigue. Dyrkri ne m’avait pas dit que ça m’épuiserait autant que ça. Elle est une sacré maligne en fin de compte, ah … Vraiment … »

« Non mais tu n’as pas à t’excuser pour ça hein ? Je ne vais pas t’en vouloir et Niny non plus, hein ? Il ne faut quand même pas exagérer, Nev. Si tu es fatigué et/ou exténué, tu n’as qu’à te reposer. Moi et Niny, on s’occupe de ça, n’est-ce pas ? »

« M’occuper de papa ? Bien entendu que je veux ! OUIIIIIIII ! Je veux je veux je veux ! »

Elle s’exclame avec joie puis vient prendre mon bras entre les siens, coinçant celui-ci ensuite entre ses seins, me regardant avec ferveur. Humpf. C’est moi ou elle tente de faire monter la chaleur ? Puis surtout, depuis l’agression de Paxia, j’ai l’impression que les deux demoiselles sont un peu différentes. Ça doit être juste moi en fin de compte.


Je me fais surement des idées, qu’est-ce que je suis stupide dans le fond. Je ferai bien mieux de me concentrer plutôt que de penser à toutes ces bêtises. Je pousse un petit soupir désemparé avant de me remettre à me concentrer sur le chemin devant nous.

« Hey, Nev, tu ne trouves pas que ma poitrine a grossi récemment ? »

Si c’est Niny qui pose … hein non ? Migacirpy plutôt ? Je me tourne vers elle et … constate que c’est un peu le cas. Du moins, rien de généreux et volumineux comme Niny mais en une semaine, elle a déjà pris quelques formes. Qu’est-ce que ça veut dire exactement ?

« Un peu … oui. Mais comment est-ce possible ? »

« Je sens que ça va être proche, très proche même ! Héhéhé ! Ne sois pas surpris si en pleine nuit, tout change subitement du jour au lendemain. Et oui, aussi, au cas où … Je préfère te prévenir : quand je serai différente, il faudra te préparer car ça sera une sacrée nuit pour fêter tout ça, héhéhé. Tu as compris ? »

« Et moi aussi ! Moi aussi ! Quand je serai une vraie dame-Apireine, je veux aussi ! »

« Ahem ? Et mon avis sur la question, on me le demande pas ? » dis-je avec lenteur tout en regardant les deux femmes, clignant des yeux.

Enfin, femmes, femmes, j’aimerai éviter qu’elles le deviennent trop rapidement. Surtout si c’est pour avoir un comportement de la sorte. Je ne fais qu’un haussement d’épaules tout en plaçant ma main sur mon visage. Je l’avais pourtant dit, n’est-ce pas ? Ce que je comptais faire exactement … enfin, ce que je n’autorisais plutôt pas à faire pour elles.

« Bref, vous le savez parfaitement que ça ne sera pas possible. »

« Quand tu verras nos deux corps recouverts de miel, je suis sûre que si ! Et de toute façon, on fera étape par étape ! J’ai compris que ça ne servait à rien de forcer un humain à nous aimer ! C’est encore plus excitant quand l’humain y met du sien ! »

Migacirpy émet un grand rire avant de prendre ma main droite, venant déposer un baiser dessus. Elle la place sur sa joue, fermant les yeux alors que naturellement, je la caresse avec une certaine tendresse. Je … hum … bon … j’ai fait un peu de zèle je crois.

« On arrête juste les bêtises. Je continuerai à vous satisfaire avec mes doigts et … »

« Papa, dis … est-ce que tu crois que ce soir … tu pourras aussi nous caresser ailleurs avec tes doigts ? D’habitude, tu ne fais que … enfin … en bas. »

Hum ? Hein ? C’est une demande un peu spéciale. Disons que c’est vrai que je ne fais que … HEY ! Mais c’est moi qui passe pour un pervers quand elle dit ça comme ça ! Ca donne l’impression que je ne fais que les … doigter. Enfin, ce n’est pas faux mais quand même, je … je ne suis pas comme ça ! Pas du tout ! Niny continue de me regarder, bredouillant :

« J’aimerai aussi … que tu t’occupes … de ma poitrine, papa ! Je crois que le miel coulera bien mieux si c’est tes mains d’homme qui s’en occupe ! Puis euh … tu pourras aussi utiliser la bouche, papa. Tu voudras bien ? Tant qu’il n’y a pas … enfin comme les autres femmes-pokémon et les hommes, enfin, pas l’acte. »

Je dois répondre comment à ça moi ? Surtout que comme souvent, elle semble passablement gênée, très gênée même. Mais bon, je sais que c’est devenu une habitude chez elle. J’émets un petit sourire, mon autre main tapotant doucement ses deux visages.

« Ca, tu vois, par contre, je pense que je peux accepter. Néanmoins, je n’utiliserai pas mon visage. Enfin, je n’utiliserai pas ma bouche. »

« D’accord, papa ! Mais je vais être très pressée d’être ce soir et … AH ! Zut ! Mon miel salit mes vêtements ! » s’écrit-elle en observant sa poitrine cachée sous ses vêtements. C’est vrai que malgré les tissus qui la recouvrent, un petit halo se forme au niveau de la poitrine.

« On va dire que c’est l’excitation en attendant ce soir, Niny. Hahaha ! Dommage mais il va falloir attendre un peu et … »

Migacirpy s’arrête dans ses paroles alors que je me place derrière Niny. Avec lenteur, je rentre mes deux mains dans son haut, passant outre les barrières de tissu. J’extirpe la poitrine de la fille-Apitrini avec lenteur et presse doucement sur les tétons, les triturant pendant quelques secondes. Le miel jaillit devant nos yeux, tombant au sol alors que Niny exulte, poussant un long et profond râle de plaisir.

« Pa … Papa Nev ! Papa Nev ! »

Tout en jouant sur les tétons avec deux doigts de chaque main, celles-ci viennent masser le reste des seins avec tendresse puis Niny tombe à genoux, le miel s’écoulant de sa poitrine mais en plus faible quantité. Elle respire bruyamment et rapidement, les larmes aux yeux.

« Niny ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Tu … pleures ? »

« Snif … snif … Papa ! Ce soir, je m’en fiche d’en bas ! »

« D’en bas ? Tu t’en fiches ? Qu’est-ce que ça veut dire ? »

« Je veux juste que tu t’occupes de ma poitrine ce soir, Papa ! Juste ça ! Regarde ! »

Elle se redresse et me présente ses seins. Les tétons pointent fortement, les orifices toujours ouverts. Mais surtout, elle relève le bas de sa tenue ! Ohla ! Pas besoin de me montrer ça quand même, pas du tout même mais … oh ! La flaque à ses pieds, le liquide qui s’écoule le long des genoux, ça en dit long. Et juste … avec ça ? Je regarde mes doigts maintenant avec appréhension. C’est vraiment moi qui a fait ça ? Vraiment ?

« Je ne savais pas mes mains aussi efficaces. J’ai de drôle de pouvoirs quand même. »

« PAPA ! » s’écrit Niny avant de bondir sur moi, s’accrochant à mon cou. Elle colle sa poitrine nue contre mon torse tout en rigolant, rouge aux joues mais pas par la gêne, juste la forte chaleur interne que j’ai réussi à lui donner.

« Calme, Niny, calme … ne t’en fait donc pas. Et je suis d’accord, on fera ça ce soir. »

« Tsss ! C’est facile quand on produit du miel et qu’on a des gros seins. Moi, on ne peut pas vraiment me faire ça. » marmonne Migacirpy, légèrement jalouse.

« Mais si ! Mais si ! Je suis sûre que l’on peut, Migacirpy ! Il faut que l’on essaie avec ta poitrine ! Papa ! Tu lui feras pareil dis, dis ? Et si tu veux, je t’aiderai ! »

M’aider ? Hein euh ? Quoi ? Attendez un peu ! Elle parle de m’aider à ça ? Euh … Ohla ! J’ai des pensées vraiment obscènes en tête mais j’étais en train de m’imaginer Niny et Migacirpy qui se caressaient mutuellement et … BRRR !

« Oh. Visiblement, quelqu’un a des idées pas vraiment prudes en têtes, n’est-ce pas, Nev ? »

Voilà que Migacirpy retrouve son caractère habituel, enjoué et amusé alors que je préfère ne pas répondre. Il vaut mieux que j’évite de penser à ça. Ca ne doit pas arriver car sinon, je crois vraiment que … non … je crois vraiment que sur ce coup, je ne tiendrai pas du tout. Mais il faut que je me contrôle et me montre responsable.

« Migacirpy, je ne vois pas de quoi tu parles. »

« Mais nous verrons très bien ce soir, tous les trois. Encore que … non. Je pense que je vais plutôt attendre un peu d’avoir ma nouvelle forme. Ou alors, non ! En fait, je verrai, hahaha ! Ca va être vraiment amusant, tu vas voir, Nev ! »

« Je ne suis pas sûr que nous ayons la même définition de ce mot, Migacirpy. »

« Hahahaha ! Enfin bon, vivement les journées qui passent. Ca peut être une bonne récompense pour nous si nous réussissons à battre Dénialka non ? »

« Il faudrait déjà réussir à finir d’être en vie, ce n’est pas aussi simple que ça. »

Je ne veux pas me montrer pessimiste mais j’essaie néanmoins d’être réaliste. Et malheureusement, être réaliste, ce n’est pas forcément que de bonnes choses. Bon ! Je ferai mieux de penser à autre chose qu’à des stupidités de la sorte. Je suis assez fatigué, je dois l’avouer. Je mets une main sur la bouche avant de souffler :

« J’espère que nous sommes bientôt arrivés. »

« Hey, à cause de mes paroles, Nev ? Ne parle pas de malheur hein ? Prendre le plus de tems possible, ça ne me semble pas être une si mauvaise idée hein ? »

Elle me dit cela mais je ne pensais pas vraiment à quelque chose de ce genre, pas du tout même. Je recommence à bailler avant de réfléchir à ce que je dois dire.

« Je ne pensais pas à ça mais quand j’en aurai fini avec Dénialka, je veux bien que l’on fasse une petite pause d’environ deux semaines au grand maximum. »

« Tu calcules les pauses en plus ? J’espère que tu rigoles, Nev ! Ca ne se calcule pas ! Ca se profite ! Je veux bien que l’on en termine avec Dénialka mais ensuite, on se laisse aller au gré du vent, c’est tout ! Alors hop, tu arrêtes ça ! »

« Si c’était aussi simple que ça, Migacirpy. »

J’émets un petit râle pour bien montrer qu’il n’y a aucun problème à ça réellement. Je suis même un peu d’accord avec elle sur le moment. Mais bon, ça ne change pas tellement que je ne suis pas rassuré. J’aimerai être sûr de réussir à battre Dénialka mais le souci reste le fait que je n’en suis pas sûr … justement.

J’ai eu tellement de mal avec cette femme –Pyrax. J’ai même eu des pensées déplacées, si seulement c’était aussi simple que ça. Mais bon, on sait tous parfaitement que ce n’est pas le cas. Enfin, je le sais … j’émets un petit soupir, encore un.

Je dois être assez fatigué et lessivé, n’est-ce pas ? J’aimerai bien que ça soit pas le cas, surtout que Dénialka n’est plus très loin. Je le ressens mais en même temps … je ne vois pas de palais ou autre. Est-ce que Dénialka n’est pas comme Giréléna ?

Je veux dire, avec un beau palais, de nombreux gardes et autres. Car oui, je n’ai pas vu vraiment de générales. D’ailleurs, je n’ai aucune nouvelle des générales de Giréléna. Je me demande si elles vont bien. Ou alors, est-ce qu’elles sont mortes ?

Non non, je ne dois pas penser de la sorte. Ce n’est pas bon du tout. Il vaut mieux pour moi que je pense à quelque chose de mieux, de plus plaisant. Mais bon, pour l’heure, rien n’arrive dans ma tête, pour ne pas changer. Niny s’accroche à moi, me regardant de ses beaux yeux rubis. Ils sont vraiment sublimes hein ? Elle me fait un grand sourire, collant sa tête contre mon épaule alors que je continue d’avancer.

D’avancer … jusqu’à ce que la nuit tombe. Mais bon, je reste assis, n’arrivant pas à trouver le sommeil malgré la fatigue qui m’envahi. Visiblement, j’ai encore beaucoup à faire, énormément même à faire.

« Papa ? Tu ne vas pas te coucher ? »

« Pour ma part, je suis fatiguée, je vais déjà aller dormir. » déclare Migacirpy alors que je reste songeur, lui souhaitant juste la bonne nuit comme si de rien n’était.

« Bonne nuit, Migacirpy. Niny, je reste un peu debout, j’ai besoin de réfléchir. »

Je lui dis cela sans réelle conviction alors qu’elle me regarde longuement. Puis sans rien dire, elle me force à ouvrir mes cuisses avant de me tourner le dos. Elle s’asseoit entre mes jambes, prend mes mains et les dépose sur son ventre. Ses deux visages se tournent vers moi alors qu’elle me sourit avec tendresse.

« Comme ça, tu es moins seul pour réfléchir. Et comme ça, tu n’as pas froid. »

« … … … Merci beaucoup, Niny. »

Je ne dis que ça avant de poser ma tête sur ses épaules. Elle a vraiment changé depuis le temps. Et puis, ce genre de petite attention a … vraiment un charme particulier que j’apprécie … grandement même. Je ne peux qu’accepter ça sans chercher à la contredire.

« Papa, c’est difficile ce que tu réfléchis ? Savoir si je peux t’aider ou non. »

« Non non, sincèrement, ce n’est pas si compliqué que ça. Mais bon, je t’avais promis quelque chose, Niny, n’est-ce pas ? »

Sans crier gare, sans la prévenir, mes mains s’insinuent sous son haut mais elle ne pousse pas de cri de surprise, juste un léger gémissement de bonheur. Je crois qu’elle s’attendait à ça … voire même qu’elle espérait cela. Hahaha … vraiment …

« Tu ne serais pas un peu trop … préparée pour ça ? »

« Pardon … papa. Je … suis désolée d’avoir fait ça mais je voulais que tu … »

Elle n’a pas besoin de le faire. Il faut que je considère Niny comme une femme-pokémon. L’incarnation d’Apixy … non, ce n’est pas Apixy mais une future femme-Apireine. En tant que telle, elle a ses propres pensées et envies.

« Ne t’inquiète pas, Niny. Je vais le faire. Tu me dis si ça te plaît ? »

Je crois qu’elle n’a pas besoin de me donner de réponse réelle pour ça. Je commence à triturer ses tétons, les tirant doucement, les pinçant, roulant du doigt dessus alors qu’elle se calfeutre bien contre moi. Ses jambes se croisent, se décroisent alors que sa robe ressemblant à une demi-ruche disparait peu à peu comme pour qu’elle puisse avoir une apparence parfaitement humaine de ce côté. Je sais ce que je fais … et je ne dois pas en avoir honte. Elle exprime son amour envers moi … je ne fais que de même de mon côté, rien de plus.

Chapitre 16 : Accompagnées dès le début

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 16 : Accompagnées dès le début

« Les ténèbres ont envahi ton être. »

« Elle accepte de me prêter ses pouvoirs. Je ne vais pas nier cela, pas du tout même. » murmure-je tout en me concentrant avec lenteur.

Ca ne me plait que moyennement. En fait, ça ne me plait pas du tout. Je n’aime pas avoir les ténèbres en moi, j’ai l’impression que tout mon être devient mauvais … mais peut-être que les ténèbres ne sont pas si malsains en fin de compte ?
J’aimerai que ça se passe ainsi mais je préfère ne pas me faire d’illusions. D’illusions … mais non, il est temps que j’en termine avec cette femme-Pokémon, une bonne fois pour toutes. Je fonce vers elle mais voilà qu’elle décolle dans les airs pour éviter mon attaque. Cette fois-ci ,je prends appui sur mes jambes et décolle à mon tour.

« Tu ne m’échapperas pas cette fois ! »

« Je ne pensais pas m’enfuir si c’est cela que tu insinues. Néanmoins, il va falloir que tu arrives à m’agripper, bien entendu. »

« Ca ne me semble pas si compliqué que ça en fin de compte, si tu veux tout savoir. »

Qu’est-ce qui se passe avec mes mains ? J’ai l’impression qu’elles se recouvrent de ténèbres là-aussi. Elles forment comme des griffes que j’utilise pour frapper Paxia en plein vol. La femme-Pyrax se protège mais je la repousse dans les airs avant de retomber au sol.

Pourtant, sans même attendre, je reprends appui sur mes pieds et coure maintenant vers un arbre, sautant dessus avant de m’accrocher de branche en branche. VITE ! VITE ! Je dois faire attention ! Je ne dois pas lui laisser le temps de souffler !

« Pourquoi … est-ce qu’un humain met autant … d’ardeur ? »

Elle me pose une question à laquelle je ne veux pas répondre ! C’est stupide ! Particulièrement stupide ! Je n’ai pas envie de lui répondre ! Pourquoi ? Pourquoi est-ce que ça doit se passer ainsi ? Hum … Non ! Je bondis de la branche où je suis, celle-ci se brisant avec mon geste alors que j’attrape la femme-Pyrax en plein air.

« Toi et moi, on va faire une descente en Enfer ! »

Je la serre contre moi alors que je me mets à tournoyer au sol. L’aura de Dyrkri m’entoure alors que je sens des flammes qui sortent du corps de Paxia. Elle veut tenter de me calciner sur place mais ça ne marchera pas ! Je ne me laisserai pas faire ! Pas du tout !

« Tu es … complètement fou. »

Elle me dit cela alors qu’elle et moi, nous percutons le sol avec force. Celui-ci se fissure à l’impact et je me redresse en premier, entouré par la poussière soulevée par l’impact. Ah … Mal au crâne … Et mon corps aussi me fait terriblement mal. Je crois que j’ai un peu abusé à ce sujet … mais je pense aussi que j’ai réussi mon effet. Ah … Zut.

« Je ne comprends pas. Pourquoi ? »

« Si c’est pas rapport à ta première question, j’ai juste compris que les femmes-pokémon, même si elles sont différentes de nous, n’oeuvrent pas toutes à vouloir nous tuer. Il est possible de vivre en paix et en harmonie avec elles. »

« Les femmes-pokémon sont des monstres. Elles sont tellement différentes des humains. Il n’y a pas de place pour deux espèces dans ce monde. »

« Et pourtant, je suis sûr que si vous êtes nées, c’est pour vous permettre de vivre aux côtés des humains ! Sinon, pourquoi auriez-vous besoin des hommes pour vous reproduire ?! »

« … … … Futile. C’est futile. »

Elle répète cela alors qu’elle se redresse. Je sais parfaitement que son corps est sérieusement touché par l’attaque je lui aie faite. D’ailleurs, elle tient difficilement debout, se tenant l’abdomen avec lenteur. Elle reprend :

« Il n’y a pas de place pour deux espèces. Les femmes-pokémon ne peuvent pas vivre avec les humains. Ca ne sert à rien. »

« Ça, tu ne peux pas le savoir ! Tu n’as même pas essayé de ton côté ! »

« J’ai vécu pour cela, je le sais parfaitement … vous ne m’aurez pas de la sorte. «

Elle ne veut pas comprendre hein ? Je sens parfaitement qu’elle se bloque sur quelque chose que je ne peux pas deviner ! Elle ne parle plus, elle continue de me regarder alors que j’observe les halos de flammes entourant Migacirpy et Niny. Ils disparaissent subitement devant mes yeux avant de m’entourer.

« Les humains et les femmes-pokémon n’ont pas leurs places ensemble. L’une des deux espèces doit disparaître. Si je t’élimine, alors, je … tout retrouvera la paix. Une paix où les humains ne seront plus là pour nous souiller de leurs présences. »

« Quelque chose cloche avec tes réflexions. Tu vois parfaitement le contraire avec Niny et Migacirpy. Tu sais parfaitement que ce que tu proposes fera souffrir Niny. »

« En quoi donc est-ce que cela me concerne ? J’ai éliminé sa mère, je ne vois pas pourquoi je devrai me préoccuper des états d’âme de la fille. Tout cela … »

« Pourquoi est-ce que les flammes entourant Niny et Migacirpy sont à peine assez chaudes et je ne vois aucune trace de brûlure chez elles malgré les halos qui les entouraient. »

« Tout cela n’est pas de ton ressort. Tu n’es qu’un humain, ne t’efforce pas de comprendre des concepts qui te dépassent tant que ça. »

« TU COMPRENDS PARFAITEMENT QUE NINY EST HEUREUSE ! COMME LE FUT APIXY A SA FIN ! Arrête de te voiler la face ! Apixy n’aurait jamais voulu ça ! Et Niny aussi ! Si tu es vraiment une femme-insecte, tu devrais comprendre ce principe ! »

« Qu’est-ce que tu en sais … qu’est-ce que tu en sais … de ma relation avec Apixy ? Qu’est-ce que tu en sais de mes ambitions avec les femmes-insectes ? Qu’est-ce que tu en sais de ce que je pense ? De ce que je suis ? De ce que j’ai vécu ? »

Quelque chose cloche … quelque chose de malsain. Je suis moi-même entouré par l’énergie ténébreuse de Dyrkri mais … quelque chose est bizarre. En fait, j’ai l’impression que la chaleur vient de prendre un cran au-dessus et d’une puissance remarquable. Qu’est-ce que ça … veut dire ? Ce n’est quand même pas …

« Je ne pensais pas utiliser cela contre un humain mais … »

« Paxia ! Tu appréciais ma maman ?! » s’écrit subitement Niny alors que la zone retrouve une température normale, Paxia venant fixer Niny qui lui adressait la parole. « Alors pourquoi est-ce que tu as tué ma maman ?! »

« Ce n’est pas aussi simple que ça, princesse Niny. Si vous étiez née sans que cet humain ne s’occupe de vous, vous auriez pu redevenir comme votre mère. Maintenant, vous avez été souillée et salie par les humains. »

« Ca ne répond pas à ma question ! Vous avez tué ma mère ! Je ne vous le pardonnerais jamais ! C’est pourtant simple ! »

« Je n’ai pas cherché à me faire pardonner. Maintenant laissez-moi m’occuper de Nev. » déclare t-elle, recommençant à faire monter la température.
Mais cette fois-ci, Niny et Migacirpy se remettent en position triangulaire avec moi, entourant Paxia. Elle ne peut pas lutter contre nous tous en même temps. Qu’elle abandonne, ça sera bien mieux pour elle. Surtout, ce qui est impressionnant, c’est que les deux jeunes demoiselles ne semblent pas avoir été inquiètes par rapport aux halos. Elles sont déjà prêtes à se battre encore une fois, malgré tout ça.

C’est impressionnant en soi mais Paxia me regarde longuement alors que je me prépare quand même à répliquer. Je ne sais pas vraiment quoi faire … je ne sais pas du tout. Est-ce qu’elle va m’attaquer ? Si tel est le cas, je dois alors me préparer à une réplique cinglante et violente. Mais alors que je fais un mouvement vers elle en même temps que Niny et Migacirpy, Paxia se met à voler pour être environ à dix mètres de hauteur.

« Je n’ai plus de temps à perdre. Je me retirer pour le moment. La prochaine fois, j’en terminerai définitivement avec toi, Nev. »

« REVIENS ICI, PAXIA ! Je ne te laisserai pas fuir ! Tu as tué ma mère donc je dois me venger ! » hurle Niny, commençant à projeter de nombreux dards vers Paxia qui fait un mouvement de la main pour parer les attaques insignifiantes de Niny.

« Malheureusement, ça ne sera pas possible aujourd’hui, princesse. »

« REVIENS ICI MAINTENANT ! » continue de crier Niny bien que Paxia s’éloigne vers les cieux, ses ailes commençant à briller avant de tous nous aveugler. Je sens les pouvoirs de Dyrkri qui s’estompent alors que je me frotte les yeux.

J’évite de m’écrouler en arrière alors que je réfléchis à ce qui vient de se passer. Je suis exténué, vraiment plus qu’exténue même. C’est horrible, plus qu’horrible même. J’ai l’impression que mon corps me supporte à peine.

« C’est terminé, n’est-ce pas ? Je vais pouvoir souffler un peu. »

« Pa … papa … C’est donc vraiment elle … la meurtrière de maman ? »

« C’est le cas, c’est bien elle. Mais bon … elle semblait moins encline à te tuer. » murmure-je tout en regardant les cieux alors qu’elle a déjà disparu.

« Papa, je … pourquoi est-ce qu’elle est une femme-insecte si elle veut me tuer ? »

Je ne sais pas quoi lui répondre. Je n’ai pas l’impression qu’elle veut la tuer de toute façon à la base. Mais bon, ce n’est qu’une impression et souvent, elles sont bien mauvaises. Je ferai mieux de me méfier, me méfier grandement même.

« L’existence et les femmes rend le tout vraiment compliqué. »

Je soupire et observe Niny et Migacirpy. Je m’approche des deux demoiselles et observe leurs blessures. Ca peut aller, elles ne semblent pas avoir trop trop mal de ce que je remarque. Ca ne change pas que ça me dérange quand même un peu.

« Vous allez bien mes petites demoiselles ? »

« Mes ? Oh … avec de telles paroles, je vais plus que bien même. »

« Ce n’était pas pour te faire plaisir, tu le sais ? » dis-je alors qu’elle émet un petit rire. Pourtant, il n’y a rien de drôle. Rien du tout même. Je soupire légèrement avant de me mettre à réfléchir. Je ferai bien de mettre les deux demoiselles en sécurité … mais surtout que l’on retrouve un endroit où se reposer.
Et dire que nous sommes à peine la fin de la matinée. Une sacrée journée qui vient de commencer. Paxia a réussi à m’épuiser plus que de raison. Je crois que j’ai besoin de faire une petite pause. Je mets une main sur ma bouche, prenant une profonde respiration avant de reprendre la parole, disant d’une voix calme :

« Allons quitter cet endroit. Avec Paxia dans les environs, elle va peut-être prévenir les troupes de Dénialka de notre présence. »

« Je ne sais pas trop, Nev. Elle me semblait travailler en solo, on dirait. »

« Pas du tout. Pas à mes yeux, Migacirpy. » dis-je alors que la demoiselle-Magicarpe hausse les épaules. Je fais comme je veux hein ? C’est comme ça que je dois le prendre ?
Mais bon, nous voilà en train de quitter le petit bosquet avant de reprendre la route. L’endroit où se trouvé Dénialka, dans combien de jours arriverai-je là-bas ? Je me le demande tout en réfléchissant à la façon de la battre. Malheureusement, ce n’est pas Giréléna et je sais que ça sera un combat pour la mort, sans possibilité de survie pour l’un d’entre nous. Ça me désole … mais … je dois penser de la sorte et pas autrement.

« Papa ? Est-ce que tu veux que l’on arrête de se fatiguer un peu ? »

« Qu’est-ce donc comme question étrange que ça ? »

« Je sais pas, tu as l’air un peu fatigué, papa. » reprend Niny.


C’est vrai que la fatigue, le combat, les blessures, le cauchemar de Dyrkri, l’utilisation de ses pouvoirs. Tout ça cumulé en un seul bloc, c’est beaucoup pour moi, beaucoup trop même. J’émets un petit bâillement sonore avant d’hocher la tête.

« D’accord … mais je préviens, ça sera juste une pause d’une trentaine de minutes. »

Je cherche l’un des rares arbres présents dans cet endroit dévasté par le métal et la pierre. Le petit bosquet avait été une exception. Cet endroit était gigantesque mais sinistre, vraiment sinistre. Finalement, je trouve un arbre et je viens m’y adosser, déposant le sac à côté de moi.

« Papa. Migacirpy et moi, on va préparer à manger. »

« Un peu de poisson et de viande, ça ne peut lui faire que du bien ! Hop, hop ! Niny, je vais te montrer comment qu’on cuisine chez moi ! »

Migacirpy qui va faire à manger ? J’ai un peu peur. Mais bon, je les laisse faire. Les deux demoiselles sont concentrées donc bon … autant les laisser se débrouiller et juste vérifier qu’elles ne fassent pas flamber le tout.
Pourtant, après quelques minutes, une bonne odeur arrive jusqu’à mes narines et j’avoue que je suis étonné que ça sente aussi bon. Un peu trop étonné même. Je regarde Migacirpy avec incrédulité : même si ça fait qu’à peine quelques temps avec moi, depuis quand est-ce qu’elle sait cuisiner ? Cela doit se voir sur mon visage puisqu’elle me dit :

« Hey, quand tu es détestée de partout, faut apprendre à se débrouiller hein ! Et si je veux être une bonne femme-pokémon, faut quand même que je sache cuisiner. »

« D’accord, d’accord. Je n’ai rien dit, j’ai même pas parlé. »

« Ca se lisait sur ton visage, héhéhé. Bon, tu me dis ce que tu en penses ? Et puis, Niny a rajouté un peu de miel même si tu n’as pas pu le voir. »

Du miel ? Elle n’est pas en train de me préparer un repas au ginseng aussi tant qu’on y est ? Je me méfie carrément quand c’est comme ça mais bon … Je commence à manger dans l’assiette qu’elle me tend et je savoure.

« C’est plutôt bon, merci, mesdemoiselles. »

« Papa … c’est du miel d’Apitrini et Apireine … enfin, un peu Apireine. Ca devrait soigner tes blessures, je crois. » murmure Niny en rougissant avec ses deux visages. Ah ? Elle peut faire ça aussi ? Je ne savais pas … mais il est vrai que mon corps se réchauffe.

Fin impitoyable : Sous les flammes

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Fin impitoyable : Sous les flammes

« Je vais tout simplement t’exploser si tu ne me libères pas. »

« Tutuut. Allons, allons, allons. Soyons un peu sérieux. »

Qu’est-ce que cette femme-Pyrax raconte ? Elle sait parfaitement qu’elle est juste le fruit de mon subconscient ou pas ? Vraiment, si je mets la main sur Dyrkri, je lui ferai payer cher … très cher tout ça. Elle le payera de sa vie ! Sur le coup, j’en ai vraiment marre de ce genre de conneries ! Ça commence vraiment à m’agacer et m’énerver !

« DYRKRI ! TU M’ENTENDS ! JE LE SAIS ! ARRÊTE CA MAINTENANT ! »

Je vais vraiment m’emporter et tout ravager si elle n’arrête pas ces imbécilités maintenant ! J’en ai vraiment marre là ! Qu’est-ce qu’elle me veut Paxia ?! Ce n’est même pas la vraie ! Je pose mes mains sur son abdomen et lui enfonce mon sexe en elle. Elle ne m’aura pas avec ce fichu cauchemar ! S’il faut lui faire comprendre, elle va comprendre !

Bon ! Par contre, le gros problème réside ailleurs. Je m’extirpe comment de ce fichu cauchemar ?! Et je suis là, en train de regarder Niny et Migacirpy entourées par les flammes. Comment est-ce que ça se passe exactement ?

Est-ce que ce sont les vraies ou non ? Je ne sais pas du tout comment marche tout ça ! Je ne sais pas du tout ! Ca me fait … vraiment ! Je veux savoir ! Mais je ne peux pas ! Ca m’énerve ! CA M’ENERVE ! QU’ON ME LIBERE ! ET VITE ! MAINTENANT !

« MAIS TU VAS ME LÂCHER TOI ?! »

Puisque c’est ça qu’elle veut, je vais le lui donner ! Je la force à se retourner, me remettant debout alors que Paxia pousse de longs gémissements de plaisir. Je veux que ce fichu cauchemar s’arrête maintenant ! C’est pourtant clair non ?!

Je commence à la pénétrer avec vivacité, claquant le dos de son abdomen tout en tirant un peu sur ses ailes. Je pourrai les lui arracher mais je sens que ce n’est pas le bon plan ! Généralement, ça doit se finir mal pour que je m’éveille mais là … je vais lui faire comprendre qui est le patron ici ! Je ne me laisserai pas faire cette fois !

« Je vais leur montrer … »

Je dois leur montrer qui est le chef ici ! Comment ça se passe ici ! C’est qui qui est sous contrôle et qui est qui ne l’est pas ! AH ! Elle va comprendre ! Je lui briserai les reins ! Non, elle n’en a même pas ! Pas du tout !

« Pa … pa … pourquoi est-ce que tu fais ça ? Pourquoi tu ne viens pas nous sauver ? » demande Niny en sanglotant.

« Car c’est juste un cauchemar dont je vais m’extirper rapidement ! Tu vas voir, je te sauverai ensuite en vrai ! Ne t’en fait pas ! »

« Papa, qu’est-ce que … qu’est-ce que tu racontes ? Un cauchemar ? Nous sauver ? Snif … papa, les flammes, elles me font peur, elles me font très peur. »

« Ne t’en fait pas ! Migacirpy, toi aussi, je viendrai te sauver ! »

« Les flammes commencent à être trop chaudes. J’ai … j’ai l’impression que plus tu excites Paxia, plus les flammes deviennent brûlantes. »

« Ca semblerait presque trop réel mais je ne tomberai pas dans le panneau ! Je ne me ferai pas avoir, je suis désolé mais non ! »

« Qu’est-ce que tu racontes, Nev ? Tu es en train de copuler avec Paxia et ça nous tue ! »

Je ne faillirai pas ! Je ne me ferai pas avoir ! Qu’elles arrêtent toutes les deux ! Je ne suis pas stupide ! Je sais parfaitement que ce n’est pas réel ! Alors pourquoi est-ce que je suis en sueur ? Les ailes de Paxia cherchent à m’entourer alors qu’elle s’écrie :

« PENETRE-MOI ! NE T’ARRÊTE PAS MAINTENANT ! »

Je vais lui donner ce qu’elle veut mais elle a intérêt à arrêter de crier ! Je place mes mains sur son abdomen et le presse fortement comme si cela ressemblait à des fesses alors que sa vulve … ou ce qui lui sert d’organe reproducteur est malmené de toutes parts par mes soins. J’en ai assez de cette imbécilité ! Qu’on en termine et zou !

C’est pourtant pas si compliqué à mettre en place n’est-ce pas ? Juste lui donner un orgasme et ensuite, ça serait terminé ! Bon sang, même si c’est un cauchemar, ça me semble bien réel ! Et … et si ça l’était ? Non, quand même pas, n’est-ce pas ?

« C’est bien un cauchemar hein ? DYRKRI ! REPONDS-MOI ! »

« Arrête de parler et plus d’actions ! Sinon, je les tue ! »

Voilà que Paxia s’adresse à moi, désignant les deux filles-pokémon entourées par les flammes. C’est juste un cauchemar, je dois me focaliser sur ça ! C’est juste un cauchemar et rien d’autre ! Rien du tout ! Rien d’autre !

Je ne me laisserai pas berner de la sorte ! C’est stupide ! Particulièrement stupide ! Je pousse un râle de rage, pilonnant violemment la femme-Pyrax alors que celle-ci exulte de joie. Elle va comprendre sa douleur bien assez tôt !

« Continue … CONTINUE ! CONTINUE ! CA ARRIVE ! Enfonce-moi ça jusqu’aux entrailles ! Remplis-moi de l’intérieur ! »

« C’est vraiment pas un langage qu’aurait Paxia normalement. »

Voilà comment je me rassure. Ou alors, elle cachait bien son jeu ? Est-ce que c’était ça ? Ou non ? Je ne sais pas ! JE NE SAIS PAS ! JE NE SAIS PAS DU TOUT ! Qu’est-ce que je dois penser au final moi ?! Je voudrai une réponse sincère !

« JE JOUIIIIIIIIIIIS ! » s’écrit Paxia alors que je fais de même de mon côté.

Elle s’écroule au sol, la bave aux lèvres, haletante alors que j’extirpe mon sexe. Maintenant, normalement, ça devrait être terminé ! Le cauchemar va se terminer et je vais pouvoir ensuite m’occuper réellement de Paxia.

… … … Bon ça fait deux bonnes minutes et rien ne se passe. Bon parfois, du genre avec Apixy, j’ai pu m’imaginer quelque chose de vraiment très lointain mais là, avec Paxia, ça ne devrait pas se passer de la sorte normalement, pas du tout même.

« DYRKRI ! IL EST L’HEURE DE ME REVEILLER ! »

« Pourquoi est-ce que tu cries autant, Nev ? C’était plaisant, très plaisant. Je comprends »pourquoi Apixy a été intéressée par toi … bien qu’elle ne soit plus là. Deviens mien. » murmure Paxia tout en se relevant. Le sperme s’écoule de son adbomen alors qu’à l’intérieur de celui-ci, deux jambes commencent à se former. Elle est en train … de prendre une forme humaine ? Elle en est capable ?

« Je ne suis pas intéressé par toi ! Tu n’es qu’un cauchemar ! Une chimère ! »

« C’est un peu méchant de ta part de me dire ça ainsi … Je crois que visiblement, ça va être bien différent si je fais ça, n’est-ce pas. »

Elle pointe une main vers les deux halos enflammés entourant les deux demoiselles-pokémon. Qu’est-ce qu’elle … qu’elle est en train de faire là ?! Qu’elle me l’explique car je n’aime pas du tout ça ! PAS DU TOUT MÊME ! JE N’APPRECIE PAS !

« PAPAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA ! »

Un hurlement strident puis l’halo de flammes s’est refermé sur le corps de Niny et Migacirpy. Je n’ai plus que mes yeux pour regarder ce qui vient de se passer. Je dois rêver … n’est-ce pas ? Je rêve tout simplement ! C’est juste un rêve !

« Ni… ny ? Migacirpy ? »

Je … je … les corps à moitié en cendre, calcinés, c’est quoi ça ? C’est juste une hallucination de ma part et rien d’autre ! Je dois juste rêver ! Normalement, c’est ça, je ne fais que rêver, ça ne se passe pas ! Ce n’est pas ainsi ! C’est juste une illusion et rien d’autre !

« Niny ! NINY ! NINY ! POURQUOI ?! »

« Elles sont inutiles et ne servent plus à rien. Autant que je devienne la reine des femmes-insectes, ça sera beaucoup plus simple. »

« JE N’ACCEPTERAI PAS CA ! HORS DE QUESTION ! Je vais te tuer ! »

Je dois me contrôler, je dois juste me contrôler. JE DOIS ME CONTRÖLER ! Mais je vais la tuer ! Je … Niny. Niny ! J’ai déjà perdu Giréléna ! Je ne veux pas perdre Niny ! Je ne veux pas la perdre ! JE NE VEUX PAS ! JE NE VEUX PAS !

« Alors, est-ce que tu comprends quand ma force est nécessaire ou non ? »

Voilà que tout est noir et brouillé. Je vois deux yeux bleus qui m’observent dans le noir. C’est Dyrkri. Je suis en train de voir Dyrkri ! Ou pas … je vois aussi une flamme blanche au-dessus de ses yeux bleus. Ce sont ses cheveux non ?

« Où … où est-ce que je suis ? »

« Dans ton subconscient. Assez vide, si tu veux tout savoir. »

« Mais je dois me battre contre Paxia ! Contre cette femme-Pyrax ! »

« Je le sais parfaitement … mais ça ne change rien du tout. »

Qu’est-ce qu’elle veut alors ? Qu’est-ce qu’elle veut de moi ? J’ai besoin de savoir ! J’ai besoin de connaître moi aussi ! JE DOIS CONNAÎTRE ! JE DOIS SAVOIR ! Qu’on me le dise maintenant au lieu de me faire tourner en bourrique !

« Tout simplement … irrécupérable. Rappelle-toi ce qui risque de se passer si tu ne te laisses pas posséder par mes pouvoirs. Tu as besoin de moi … Nev … »

« NON ! Je n’ai pas besoin de ta force ! Je n’en ai jamais eu besoin ! »

« ASSEZ ! PENDANT COMBIEN DE TEMPS TU VAS TE FORCER A CROIRE CA ?! »

Elle est énervée et agacée alors que la flamme blanche s’accentue, prenant une ampleur presque démesurée alors que je reste de marbre. Je ne tomberai pas dans ce piège grossier. Je ne suis pas stupide à ce point ! Non, non et non !

Elle ne m’aura pas … elle peut tenter de m’impressionner mais je ne tomberai pas là-dedans. Non … non … Je sais parfaitement que les flammes entourant Niny et Migacirpy sont bien réelles. Que si je ne fais rien, ça risque de se réaliser.
Cette rage et cette haine qui grandissaient en moi, je sais qu’il faut que je les utilise. Mais grâce à elle ? Non, je ne me le permettrai pas. Je ne dois pas utiliser Dyrkri. C’est celle qui a tué Giréléna, je ne l’utiliserai pas !

« Je vois, il est vrai … et logique que tu ne veuilles pas de mes pouvoirs. »

« Je ne veux pas avoir de l’aide de celle qui l’assassinée. »

« Comme tu le désires. Retournons donc dans la réalité. »

« … … … En plus, le fait que tu te caches, ça montre clairement que tu as des choses à te reprocher aussi. Si tu n’oses pas sortir … ça veut tout dire. »

« Tu ferais mieux de te taire si tu ne connais rien à ce qui se passe. »

Un claquement de doigts et voilà que je retrouve mes esprits. Ce que Dyrkri avait fait n’est plus là maintenant. Il y a toujours Niny et Migacirpy entourées par les flammes … et Paxia qui est en face de moi, sans rien d’érotique à découvert.

C’est étrange et déplaisant, étrange et déplaisant. La situation ne s’est pas améliorée, elle est restée au point mort et je sais que … je commence à perdre du terrain. Est-ce que c’est de la vanité mal placée que de ne pas vouloir de son aide à elle ? Non … Pas du tout même.

C’est bête, vraiment bête … tellement bête même. Qu’est-ce que je suis bête. Je dois lui demander de l’aide sinon je ne gagnerai pas. Je demande bien de l’aide aux esprits élémentaires, ça n’a pas dérangé normalement. Je … bon … je sais ce que je dois faire.

« Dyrkri, c’est bon, tu as gagné. »

« Quoi donc ? Qu’est-ce que j’ai gagné ? Je ne crois pas que je participais à un jeu, Nev. »

« Tu as gagné. Je veux bien … utiliser tes pouvoirs. Comment est-ce que je dois faire précisément pour les déclencher ? Car ce n’est pas comme d’habitude, je parie, n’est-ce pas ? » souffle-je alors que plusieurs flashs m’arrivent en mémoire. La presque-mort … de cette femme-Gardevoir, la mort de Giréléna, les fausses morts de Niny et Migacirpy.

« Est-ce que tu comprends ce que cela insinue en toi, Nev ? »

« La haine ? La rage ? L’impuissance ? »

« Tu n’as pas été assez fort pour me contrer, tu n’as pas été assez fort pour la protéger, tu n’as pas été assez fort pour les sauver. Voilà où je veux t’emmener : ton manque de puissance. »

Mais qu’est-ce qu’elle veut faire par-là ? Qu’est-ce qu’elle insinue ? Je … je ne comprends pas. Soudainement, d’autres flashs commencent à m’envahir. Qu’est-ce que … j’ai mal au crâne … J’ai vraiment mal au crâne ! Un homme aux cheveux roses, aux longs cheveux roses attachés en une queue de cheval. Il doit avoir une trentaine d’années. Il est en train de sourire avant que des femmes-pokémon ne l’agressent. J’ai juste le temps de voir ses yeux bleus avant qu’une ombre ne sorte du sol, transperçant les femmes-pokémon comme si de rien n’était.

« C’était … c’était quoi ? C’était vraiment effrayant ! »

Je tente de me montrer raisonnable mais … je ne sais pas. J’ai l’impression que tout est brouillé en moi. Me laisser envahir par la haine et la colère … et la tristesse aussi. Quelque chose me rend triste. Est-ce que c’est le dernier flash ?

« Ne bougez plus de là. » dis-je en m’adressant à Niny et Migacirpy. Je crois que tous les pouvoirs issus des quatre esprits élémentaires se sont éteints. Là, ce qui m’entoure est seulement une puissance maléfique, malveillante, ténébreuse, capable de tout ravager sur son passage, sans une seule once de remord.

« Voilà une seule parcelle de mon pouvoir, Nev. Pouvoir accumulé pendant des siècles … Tu peux en abuser si tu le désires. »

« C’était quoi ce dernier flash que j’ai eu ? J’ai presque … cru que c’était moi. »

Je n’ai aucune réponse de sa part alors que je me repositionne correctement face de Paxia. Celle-ci n’a pas bougé de sa position, m’observant avec neutralité.

Chapitre 15 : Moins chaudes que prévu

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 15 : Moins chaudes que prévu

« Bon alors, il faut commencer, c’est ça ? »

« Faites attention à vous deux, les filles. »

Pendant ce temps, je ferai bien aussi de faire attention à moi. Cette femme est très dangereuse, vraiment très dangereuse même. J’émets un petit sourire. On va pouvoir réussir à battre Paxia, ça sera tellement plus simple ensuite ! Beaucoup plus simple même !

Je me dois de combattre maintenant avant qu’il ne soit trop tard ! Je pousse un râle puis m’élance au combat. Que les deux demoiselles attaquent à distance, ça sera beaucoup plus simple comme ça ! Enfin, j’aimerai penser ainsi mais Paxia me regarde longuement.

« Cela aurait pu être intéressant mais mes flammes peuvent calciner tout ce qui se trouve devant elles. Je ne suis pas une simple femme-insecte, je suis l’une des plus grandes entités de feu qui existe en ce monde. Vouloir me combattre, c’est affronter mes flammes. »

« Ca ne fait rien, j’ai déjà affronté des créatures au sang-froid. Affronter une femme-insecte au sang chaud ne devrait pas me déranger. »

Je tente de faire de l’humour mais je ne pense pas que ça soit bien placé, pas du tout même. Pourtant, j’entends un petit rire de la part de Migacirpy. Au moins, elle est bon public hein ? Je ne vais pas me plaindre si ça la fait rire. Pas du tout même.

« Migacirpy ! Niny ! N’hésitez pas à utiliser vos pouvoirs hein ? »

« Comme continuer à lui projeter de l’eau ? Je ne vais pas m’en priver et … »

« Restez calmes toutes les deux. Je m’occuperai de vous plus tard. »

Un halo de flammes entoure subitement les deux demoiselles alors que je regarde, les yeux écarquillés ce qui vient de se passer. He … HEY ! Les flammes sont beaucoup trop proches et je vois déjà de la buée qui sort des flammes ! Migacirpy tente de les éteindre !

« MIGACIRPY ! NINY ! ESSAYEZ DE … »

« PAPA ! Je tente d’aider Migacirpy ! » s’écrit Niny dans les flammes. Je tourne mon visage vers Paxia, enragé et énervé. SES FLAMMES !

« TU VAS M’ETEINDRE CA TOUT DE SUIE ! COMPRIS ?! »

« Le seul moyen pour toi d’y arriver serait de réussir à me battre mais pour cela, il va falloir faire bien plus que de simples mots. »

Simples mots ? Simples mots ? Elle est en train de toucher à Niny et Migacirpy ! JE NE VAIS PAS RESTER LA SANS RIEN FAIRE ! IL EN EST HORS DE QUESTION ! Je vais lui montrer ce qui va se passer ! Je vais lui dire et lui …

« Laisse donc la colère t’envahir, Nev, ça sera vecteur de force et puissance. »

Voilà que Dyrkri me dit cela. Je sais parfaitement qu’elle a besoin de mes sentiments néfastes pour me confier ses pouvoirs mais non, je ne laisse pas envahir par les sentiments mauvais, je sais parfaitement ce que cela risque de m’emmener.

« Dyrkri, tes pouvoirs, il faudra que je compte sans. »

« Si je vois que tu es proche de mourir, je n’hésiterai pas un seul instant. »

« N’hésiterait pas à faire quoi ? Qu’est-ce que tu veux dire par là ? Raconte-moi tout ! »

« Oh tu verras en personne si cela doit arriver. Il vaut mieux pour toi que tu ne le saches pas. »

Encore une fois, elle cache quelque chose mais je ne suis pas sûr que ça ne soit bon … pas sûr du tout même. Je n’apprécie pas les petites cachotteries de la sorte, pas du tout même. Je veux savoir ! Mais je dois me contrôler ! Je me protège juste à temps alors qu’une boule de feu vient m’atteindre, me faisant rouler en arrière sur plusieurs mètres. Elle ne perd pas de temps, n’est-ce pas ? Elle a raison. Si l’ennemi est perturbé, il faut alors l’abattre.

Et ça, elle ne faisait que la chose basique et simple, rien de plus. C’est normal qu’elle tente de me tuer comme ça ! Je penche la tête en arrière, remarquant deux formes qui sortent du halo de flammes par les airs. Niny ! Niny a soulevé Migacirpy avec difficulté mais elle y est arrivée ! Bonne chose ! J’avais peur que ça ne soit pas possible !

« Vous allez bien les filles ? »

« Pas de brûlures ! J’ai créé une petite surface aqueuse pour éviter ça ! »

Migacirpy atterrit au sol à côté de moi alors que je me suis relevé. Bon ! Ce n’est pas plaisant, pas du tout. Je n’ai pas encore réussi à toucher correctement Paxia alors qu’elle n’a eu aucun mal à le faire. Cette femme-Pyrax est terrifiante. Je me demande … pourquoi est-ce que je ne peux pas réussi à la blesser correctement ? C’est stupide.

« Car tu ne possèdes pas ma force. »

« Et je ne veux pas la posséder, c’est aussi simple que ça. Vraiment aussi simple. »

« Alors, tu périras, c’est ce que tu veux, Nev ? »

« Je ne veux pas de ça, c’est pourtant bien simple à comprendre, non ? » rétorque-je avec un peu de colère dans la voix. Je n’ai clairement pas la tête à ça ! Dyrkri émet un petit grognement à l’intérieur de mon corps alors que je tente de l’ignorer.

Je sais parfaitement ce que je dois faire, même si la situation n’est pas plaisante du tout, pas du tout même. Je dois trouver un moyen de régler tout ça avant qu’il ne soit trop tard ! Grrr ! Qu’est-ce que je peux faire ? A part les pouvoirs de Rigorek, le reste ne m’est pas vraiment utile si je peux me permettre ça.

« C’est dommage, mais bon … Rigorek, tu veux bien me prêter toutes tes forces, s’il te plaît ? Pour que l’on tente de se débarrasser d’elle. »

Je n’entends aucune voix mais je sais qu’elle acquiesce de la tête. Pendant ce temps, Paxia est toujours là, en train de me regarder comme si de rien n’était. Je n’aime pas ça. J’ai l’impression qu’elle tente de me juger mais je n’arrive pas à savoir de quoi.

Me juger par rapport à quoi ? Qu’est-ce que j’ai fait de mal ? Qu’est-ce que j’ai fait de mauvais ? Je me le demande, je me le demande réellement tout en réfléchissant à la situation. Pyrax … c’est une femme-Pyrax. Donc elle est insecte et de feu. Il n’y a vraiment que la roche qui serait terriblement efficace contre elle.

« Pour les blessures commises, il va être bon de me soigner. »

Qu’est-ce qu’elle est en train de raconter là ? Je me le demande sincèrement tout en réfléchissant à la situation. Ca ne me plait pas, ça ne me plait pas du tout même. Quelque chose est déplaisant, vraiment très déplaisant ici mais quoi ?
Elle arrive subitement jusqu’à moi avant que ses mains ne posent sur mon corps. Je fais aussitôt un saut en arrière, attrapant mes deux demoiselles avec moi mais je sens qu’il y a quelque chose qui se trame et … AH !

Je pose un genou au sol, une main sur mon cœur. Qu’est-ce que … J’ai l’impression de m’être vidé un peu. Ca veut dire quoi ça ? Je … je … j’ai à peine la possibilité de me relever, je me sens comme vidé ! Qu’est-ce que ça veut dire ?

« Une technique liée aux plantes. Vraiment impressionnant. » murmure Migacirpy.

« Et ce n’est qu’une partie de mes réelles capacités. Que pensiez-vous ? Que j’allais me laisser abattre sans combattre ? Vous êtes bien plus faibles que vous ne le pensez. »

« Ah oui ? Tu me permets d’en douter ? »

Je tente de faire le fier mais quand je me relève, je remarque que les rares blessures qu’elle avait … ne sont plus là. C’est ça ? Elle vient de se soigner en utilisant ma propre force ? C’est horrible comme tactique ! Comment est-ce qu’elle peut faire ça ?!

« Je n’en doute guère, je ne fais que confirmer ce que je vois. »

« Tsss, fais attention quand même à ne pas prendre tes rêves pour des réalités. »

Je dis cela mais je ne me sens pas du tout rassuré. Si en plus, elle peut se soigner comme si de rien n’était, ce n’est pas plaisant, pas plaisant du tout. Je dois faire quoi exactement moi hein ? Je me le demande réellement, ça ne me convient pas.

Je tourne en rond, comme un animal sauvage. J’ai l’air complètement perturbé. Je ne sais pas comment faire. Je ne sais pas comment réagir et … d’autres flammes commencent à apparaître tout autour de moi ?

« Je vais t’enfermer et ensuite te … »

Je ne dois pas lui laisser le temps de terminer sa phrase ! STOP ! J’en ai assez là ! Sur le coup, je suis vraiment fatigué et exténué ! Il faut que je l’élimine ! Je pose mes deux mains au sol et commence à me concentrer. Une épaisse et lourde mâchoire de pierre se forme autour de la femme-Pyrax, venant subitement l’enfermer à l’intérieur.

Du sang commence à couler à travers les fissures de cette bouche de roche alors que je souris. Voilà, je n’ai pas hésité un seul instant. Je ne dois pas … hésiter. Elle est morte normalement ; C’est une bonne chose qui est faite.

Enfin, j’aimerai penser de la sorte mais je ne suis pas sûr que ça soit le bon plan. Pas du tout même, grmbl ! Bon bon bon ! Qu’est-ce que ça veut dire ? La roche est en train de fondre ? Ce n’est pas normal ! Ce sont les pouvoirs de Rigorek et … une main traverse la pierre fondue alors que la voix de Paxia murmure :

« Impressionnant … encore ce déferlement de pouvoirs. »

« Mais tu ne meures jamais ou quoi ?! »

Je m’exclame cela avec un peu de peur dans la voix. Paxia est ressorti, légèrement blessée. LEGEREMENT BLESSEE ! C’est quoi cette blague ?! Ca donne l’impression que j’ai complètement loupé mon attaque !

« Cessons de plaisanter quand un tel combat doit arriver. »

Un fouet de lave … est là, dans sa main droite. Puis il y en a un second. Ca veut dire quoi ça , C’est de la lave ? Non, c’est des flammes ! Je tente de bouger mais un fouet claque jusqu’à ma joue, créant une blessure qui se brûle aussitôt.

Je … je … je suis juste pieds et main liés. Je ne sais pas pourquoi je pense toujours à ces termes mais à force, je crois que c’est ça … je dois continuer de me battre mais si tout est un échec, comment est-ce que je dois réagir et  …

« AAAAAAH ! PAPA ! PAPA ! Les flammes sont revenues maintenant ! »

« Cette fois-ci, vous êtes séparées … et pour une raison aussi simple que ça, Niny ne peut pas s’envoler … je ne la laisserai pas s’enfuir. »

Qu’est-ce qu’elle raconte ? Je tourne ma tête. Deux cages ! Il y a deux cages enflammées ! Migacirpy commence à cracher de l’eau mais les flammes ne s’éteignent pas ! Pas du tout même ! C’est juste stupide ! Je ne peux pas produire de l’eau ! Peut-être qu’avec de glace, je pourrai alors …

« Papa, ne te préoccupe pas de nous ! Essaie de combattre cette vilaine femme-pokémon qui a tué maman ! S’il te plaît ! Venge-la ! »

« Je vais m’en charger mais faites attention à vous. »

« Oui, papa ! Ne t’inquiète pas ! Ce n’est pas grave ! » s’exclame Niny alors que je remarque que les cages de flammes semblent rétrécir. Elle veut jouer sur le temps ?! Avec moi ?! C’est une blague j’espère ! Je n’ai pas de temps à perdre alors.

« Il est temps pour moi de te forcer. »

« Dyrkri ? Qu’est-ce que tu … racontes ? »

« Je n’ai plus de temps à perdre avec ces idioties. Si tu veux gagner, il ne faut pas hésiter un seul instant à tout perdre … à te montrer ce qu’il en serait réellement. »

Qu’est-ce qu’elle raconte ? Qu’est-ce qu’elle manigance ? Qu’est-ce qu’elle prépare ? Ca ne me plait pas ! Pas du tout même ! Je sens que ça va pas me plaire ! Qu’elle arrête ça ! Je me tourne vers Niny et Migacirpy, une main posée sur mon œil. Ca fait mal !

« Papa … les flammes ne brûlent pas vraiment. »

Niny ? Qu’est-ce qu’elle raconte ? Je tente de comprendre où elle veut en venir mais non, je n’ai pas … cette chance. Mes yeux se brouillent, j’ai l’impression que le brouillard se fait voir autour de moi avant que Dyrkri ne murmure avec lenteur :

« Quelle serait la pire des pertes que tu pourrais avoir actuellement ? »

« Arrête ça, Dyrkri ! ARRÊTE CA MAINTENANT ! »

Je sais ce qu’elle manigance ! Je sais ce qu’elle prépare ! Je n’accepte pas ça ! Je n’accepte pas du tout ! Qu’elle arrête ça ! Je ne vais pas me laisser avoir par une telle illusion ! Par un tel cauchemar ! Pourtant, je vois la femme-Pyrax qui arrive à ma hauteur. Sa fourrure au niveau de sa volumineuse poitrine s’écarte un peu. Elle a toujours une absence de bas du corps s… mais son abdomen s’ouvre, laissant paraître ses lèvres « vaginales », si on peut dire ça. L’endroit où se trouve son organe reproducteur.

« Je pourrai être totalement humaine … pour cette fois avec toi. Quoi de mieux n’est-ce pas ? Que de voler le père de la future reine des femmes-pokémon. Cela ne sera pas déplaisant du tout, n’est-ce pas ? Qu’est-ce que tu en penses ? »

Elle parle ainsi alors que depuis le début, elle n’avait jamais évoqué ne serait-ce qu’une chose en rapport avec le sexe. Ça prouve que tout ça n’est qu’un mauvais rêve. Mais justement, ce n’est pas une raison pour qu’il soit présent !

« Est-ce que tu préfères avec ou sans les jambes ? Cela peut paraître étrange sans les jambes et ça serait une occasion unique. »

« DYRKRI ! ARRÊTE CA ! JE TE DIS ! DYRKRI ! JE VAIS VRAIMENT FINIR PAR ME METTRE EN COLERE, TU AS COMPRIS ?! »

« Tu te laisses docilement faire, cela est un peu étonnant en soit … mais pas déplaisant. »

« Je suis même sûr qu’elle ne m’écouterait pas si je lui parlais ! DYRKRI ! »

Mais rien à faire ! Rien à faire du tout ! Elle fait exprès de ne pas m’entendre ! Il faut que je m’extirpe de ce mauvais rêve ! Je vais en finir avec ce rêve puis ensuite Paxia et ensuite, je m’occuperai de Dyrkri une bonne fois pour toutes !

Chapitre 14 : Retour de l’assassin

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 14 : Retour de l’assassin

« Papa, tu aurais quand même pu nous réveiller plus doucement. »

« Oui mais non, je préfère faire ainsi pour être sûr que vous bougiez. Vous m’excuseriez hein ? Mais bon, ne vous en faites pas, ce n’est pas si dramatique que ça non plus. »

Je tente de faire un peu d’humour alors que Niny me fait une légère moue capricieuse alors que je souris. Bon, ce n’est pas tout ça mais il y a énormément de boulot qui m’attend normalement. J’ai beaucoup à faire, énormément même, d’après mes souvenirs, ce n’est pas forcément une bonne chose mais qu’importe.

« Nev, la prochaine fois, tu peux nous embrasser pour nous réveiller, hein ? »

« Je note cette proposition pour plus tard, Migacirpy. Maintenant, s’il te plaît, est-ce que tu peux te préparer avec Niny. On part d’ici une vingtaine de minutes. On a encore du chemin à faire je pense, je ne crois pas que Dénialka va nous tomber dans les mains. »

« Vous n’irez nulle part. » murmure une voix alors que je m’immobilise.

Qu’est-ce que … Je regarde autour de moi, cherchant à savoir d’où elle provient alors que les rayons du soleil me semblent plus forts qu’auparavant. Je ne sais pas pourquoi, je ne sais pas du tout mais ça ne me met pas en confiance.

« P… Papa, dans le ciel ! » s’écrit Niny alors que je tourne mes yeux en direction des cieux. Le soleil me semble d… non ! Ce n’est pas le soleil en fait ! C’est juste quelqu’un qui est placé devant ! JE RECONNAIS CETTE PERSONNE !

« … … … Pourquoi est-ce que Paxia est là ? » bredouille Migacirpy.

« Logique ! Elle est celle qui … » dis-je avant de m’arrêter. Niny n’a peut-être pas encore fait le rapprochement, il vaut mieux que j’évite alors. Ou non. Elle est assez grande. « Elle est celle qui a tué Apixy. Il est alors normal qu’elle cherche à continuer ses méfaits. »

« C’est … c’est elle qui a tué ma maman ? »

Voilà que Niny pose la question qui va la perturber. Chose normale et logique en vue de la réaction qu’elle risque d’avoir. Je ne sais pas trop quoi dire alors que la femme-Pyrax descend peu à peu des cieux, ailes déployées, des flammes apparaissant autour d’elle. Cette chaleur et cette puissance, il est normal qu’Apixy n’a rien pu faire.

« C’est le cas, Niny. Maintenant recules … et Migacirpy, fais de même. »

« Je suis une femme-pokémon aux capacités aqueuses. Contre des flammes, je suis celle qui est la mieux placée si elle se montrer belliqueuse. »

« Sauf que tu n’es pas assez forte pour ça alors recule, s’il te plaît. Je ne vais pas te mettre plus en danger que tu ne l’es déjà. »

« Pfff, d’accord, d’accord. Mais je te préviens, si je vois que tu as un souci, j’interviens ! »

« Elle ne nous a pas encore dit pourquoi elle est ici. »

Je continue de fixer la femme-Pyrax, attendant une réponse ou un mouvement de sa part. Dire que je suis méfiant n’est pas qu’une simple idée, loin de là même. D’ailleurs, Paxia ne fait que fixer Niny, murmurant avec lenteur :

« Elle semble grandir tellement vite. Le besoin d’une femme-Apireine retire toute son enfance à cette fille-Apitrini. »

« Par la faute à qui n’as-t-elle plus de mère hein ? Qu’est-ce que tu fais ici exactement ? Je ne crois pas que tu sois venue pour une visite de courtoisie de toute façon. »


J’ai le ton sec et mauvais mais il faut dire qu’elle a tout fait pour mériter ça de ma part hein ? Je reste méfiant et je fais même apparaître mon épée. Je ne l’aime pas … pas pour ce qu’elle a fait, pas du tout même. Je vais vraiment perdre le contrôle de mon corps et m’énerver contre elle. Mais je dois lui laisser une chance … voir ce qu’elle veut.

« Elle ressemble bientôt à sa mère … voire même sera plus belle. »

« Je t’ai pourtant posé une question, pourquoi est-ce que tu ne veux pas y répondre maintenant ? Je te laisse trente … »

« Mais pour cela, il faudrait qu’elle survive. Je ne peux pas laisser faire ça. Elle est une traîtresse, accompagnant l’ennemi de la déesse Harsia. »

C’est aussi simple que ça son discours ? C’en est pathétique, vraiment pathétique même. Je ferai bien de … AH ! Elle est déjà en train de préparer des flammes ! HORS DE QUESTION ! Je frappe le sol avec le maul, venant tout simplement préparer un mur de glace qui vient arrêter les flammes avant qu’elles n’atteignent Niny.

« Je pensais pourtant que tu irais t’excuser mais visiblement, non. »

« M’excuser de quoi donc ? Je ne m’excuse guère envers les traîtresses de la race des femmes-insectes. La déesse Harsia est celle qui … »

« LA FERME ! Je ne veux même pas t’entendre parler en fin de compte ! »

« Je ne fais pourtant qu’exprimer mon opinion à ce sujet, qui malgré le fait qu’il te déplait, est pourtant véridique et bien fondé. »

« Bien fondé, quelle blague … De toute façon, il vaut mieux ne plus parler. On va juste laisser faire nos actes, ça sera beaucoup mieux. Je ne peux te juger que sur cela. Les paroles sont mensongères, les actes sont véritables. »

Je sais bien que ma phrase n’a pas vraiment de sens correct mais qu’est-ce que j’en ai à faire réellement hein ? Elle est chiante, très chiante même cette femme-Pyrax ! Je ne la laisserai pas prendre le dessus cette fois ! Il en est hors de question ! Hors de question qu’elle puisse blesser les deux filles ! Je ne la laisserai pas faire ! Je ne peux pas permettre une telle chose ! C’est tout simplement absurde et stupide ! Complètement stupide même !

Je ne laisserai pas faire ça ! JAMAIS ! Je pousse un hurlement et commence à courir vers Paxia mais voilà que celle-ci s’envole comme si de rien n’était. Elle me jauge du regard, faisant apparaître de nouvelles flammes autour d’elle.

« Tu es incapable de voler, il est alors simple de tout calciner autour de moi. »

Tsss ! Elle compte bien tout ravager n’est-ce pas ? Par contre, elle fait une grave erreur ! Je ne sais peut-être pas voler mais je peux pourtant atteindre les cieux ! Je pose une main au sol avant qu’une main de pierre ne se forme autour de moi, me serrant avant de me projeter vers elle. Elle semble étonnée et se protège au dernier moment du coup de maul avec lequel je la frappe de toutes mes forces.

« Tes pouvoirs se sont développés depuis le temps. »

« Pas vraiment, ce n’est pas grand-chose comparé à ce dont je suis réellement capable. Et tu n’as pas tout vu. Je vais t’apprendre à ne pas te méfier de moi. »

Elle est obligée de retourner au sol alors que je chute à mon tour. J’atterris au sol mais je ne me fais pas mal, loin de là. Je n’attends pas qu’elle réagisse, je suis déjà à sa poursuite, courant vers elle. Je vais utiliser les pouvoirs de ma petite demoiselle ventriloque en tant qu’esprit élémentaire, ça sera bien plus simple en fin de compte.

« Des pouvoirs rocheux … pour tenter de m’abattre. »

« C’est le cas, j’espère que tu apprécieras l’effort quand même. »

Je ne sais même pas pourquoi je discute avec elle. Elle ne se bat pas encore sérieusement, je le sens dans ses coups et dans sa force. Elle garde encore en secret sa véritable puissance. Je crois que je devrais m’inquiéter mais je n’y arrive pas.

« Tes efforts sont vains, est-ce que tu le sais ? »

« Sans avoir essayé, on ne peut rien connaître, Paxia. »

Je lui réponds au tac-à-tac alors que je réfléchis au moyen de la combattre. La roche, j’ai essayé mais cela fut inefficace. Je sais particulièrement que la glace et le métal, ça n’aura aucun effet sur elle. C’est bête mais je suis pieds et mains liés.

Et quand c’est ainsi, il faut réagir et redoubler d’ingéniosité ! Sans crier gare, j’envoie le maul en sa direction alors qu’elle s’apprête à le repousser mais subitement, elle fait un mouvement sur le côté, l’esquivant avec difficulté.

« Tu as essayé d’y mettre du métal issu de l’esprit élémentaire. Je me serai facilement brisé l’une de mes mains si cela avait été percuté. »

Sauf qu’en parlant de main, elle vient de recevoir la mienne sous la forme d’un poing en plein visage. Elle n’avait surement pas prévu ça de ma part ! Le poing la touche et l’envoie violemment au sol, son visage venant le rencontrer alors que je sens bien que mon coup l’a touché ! Et pas qu’un peu même ! Voilà une bonne chose qui est faite !

« Cela m’a fait plus mal que je ne le pensais. Tu ne retiens pas tes coups. »

« Est-ce que tu as retenu tes flammes contre Apixy ? »

« Soit … puisqu’il en est ainsi, rendons le tout beaucoup … plus énervant … plus irritant … »

Qu’est-ce qu’elle raconte ? Je la vois qui se relève, du sang s’écoulant un peu de son visage alors que ses ailes commencent à battre. Elle prépare quelque chose ! Je ne sais pas quoi mais ça risque de ne pas me plaire du tout ! PAS DU TOUT MÊME ! Je dois tout faire pour l’arrêter avant qu’il ne …

C’est juste une poudre ? De la poudre ? Elle brille devant ses yeux, une belle lueur argentée … mais en même temps, je crois apercevoir une autre poudre. C’est étrange, ça ne me plait pas. Pas du tout. Pourtant, elle ne me fait rien. Sauf qu’elle m’irrite un peu mais elle ne compte pas me battre avec un éternuement quand même.

« Sous cette poudre, tu es inefficace par rapport à ma personne. Tu as déjà perdu. »

« Tu me permets d’en douter quand même un peu ? »

Pourtant, si elle dit ça, c’est que cette poudre a quelque chose de bizarre mais quoi ? Mon corps ne ressent pas vraiment d’effet à part une envie irrésistible de claquer sa tête. Est-ce que ça serait une poudre pour me provoquer ? Ca serait stupide. Même en me provoquant, je peux quand même réussir à réagir et combattre correctement.

Oui, c’est vraiment idiot de sa part si c’est une telle chose mais … bon, on ne sait jamais hein ? Ca peut être autre … AH ! Elle a disparu de mon champ de vision ?! Qu’est-ce que ça veut dire ?! Niveau vitesse, je devrais être pareil qu’elle voire même supérieur !

« Ce n’est pas besoin d’être une surprise. Cette poudre argentée décuple mes capacités physiques et mentales. Plus longtemps elle sera présente, plus je deviendrai forte. Tu as eu la maladresse de considérer qu’elle ne ferait rien, cela va te perdre. »

« Ah bon ? Je ne dirai pas une chose avec autant d’affirmation que ça. Tu risquerais d’être surprise et par ça, je veux dire pas dans le bon … »

« Je ne vais faire qu’accentuer cela alors. »

Elle vient de se montrer devant moi. Elle est tellement en confiance, n’est-ce pas ? Elle ne me craint pas du tout. C’est risible … vraiment risible. Je ne dois pas faire peur le moins du monde. Tsss ! C’est vraiment stupide de ma part !

Elle est carrément plus expérimentée que moi malgré le fait que j’ai livré de nombreuses batailles mais pourquoi est-ce qu’elle … danse ? Elle est bien en train de danser devant moi, comme un papillon. Je vois ses ailes qui se déploient et tournoient en même temps qu’elle. C’est étrange, encore trop étrange mais cette fois, je ne dois pas rester là sans rien faire ! Si elle le fait, c’est qu’il y a un gros problème qui va arriver bientôt !

« Rygagagi ! J’ai besoin de ta force ! Maintenant s’il te plait ! »

« Je vais faire de mon mieux. Je ne suis pas correctement éveillée. »

« Tu ne l’es jamais réellement si tu veux tout savoir. »

Je ne veux pas paraître méchant mais elle me dit toujours ça. Je ne sais pas pourquoi elle parle d’éveil. A croire qu’à force, elle ne peut pas canaliser sa force comme elle le désire justement. C’est juste un peu aberrant non ? Elle semble avoir une puissance dévastatrice mais est incapable de l’utiliser !

Puis zut, j’ai pas pu récupérer mon arme entre temps ! Je suis complètement à la ramasse sur ce combat ! J’aurai dû mieux me préparer ! Si Dénialka avait été là, je serai déjà mort. Dire que là, Paxia ne fait que se renforcer. Qu’est-ce que ça sera plus tard ?

« PAPA ! ON ARRIVE ! »

NON ! J’ai dit pourtant non ! Je me tourne vers Niny alors qu’un puissant souffle vient balayer la poudre autour de moi et Paxia mais aussi stopper la danse de cette dernière. Celle-ci semble interloquée, regardant le battement d’ailes de Niny.

« Une tempête aussi violente … n’est pas naturelle. »

« Pourtant, ça l’est. Et au cas où, je te trouve un peu trop enflammée à mon goût. Voilà de quoi te rafraîchir les idées ! »

Un jet d’eau vient arroser tout le corps de Paxia, lui arrachant un cri de douleur alors qu’elle se tourne maintenant vers Migacirpy. Elles n’ont pas été se mettre à l’abri ! Pourquoi est-ce que l’on ne m’écoute jamais ?! C’est trop dangereux pour elles !

J’ai l’impression qu’elles n’en ont rien à faire de ce que je dis ! Elles ne comprennent pas à quel point c’est risqué et dangereux ?! Elle risque de les tuer ! TUER ! Je ne peux pas faire ça ! PAS DU TOUT ! Je dois leur crier dessus et …

« Merci les filles. » dis-je alors que mes paroles trahissent mes pensées.

« De rien … mais pour la peine, on va combattre à trois, ça sera beaucoup plus simple. Si on ne fait que compter sur toi tout le temps, on ne deviendra pas plus forte. »

« OUI ! Migacirpy a raison, papa ! Je ne serai pas une grande Apireine si je ne peux pas me défendre et protéger mon futur peuple ! »

« Et voilà donc que Niny se met à parler comme une demoiselle de la royauté. Vraiment, cette journée ne pouvait pas mieux commencer. » soupire-je avant de me redresser. Il est temps pour moi de me remettre en selle. « Enfin bon, si vous voulez m’aider, faites comme vous le voulez mais je vous préviens, c’est un combat à mort. »

« La princesse des femmes-insectes se mêle aussi de ce combat. Soit … ça n’en sera que plus divertissant alors. Préparez-vous donc. » murmure Paxia alors que je sens que les effets de la poudre argentée sur elle ont fini par disparaître. Tant mieux ! Le combat n’en sera pas plus avantageux pour elle ! Maintenant que nous sommes trois, j’ai mes chances.

Chapitre 13 : Discussion

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 13 : Discussion

« Je ne m’attendais pas à une île comme signalé quand même … mais de ça … »

« Papa ? De quoi est-ce que tu parles exactement ? »

Du décor autour de nous. Après plusieurs jours de marche, nous avons fini par arriver à l’endroit où normalement se trouve Dénialka. Oui, cette femme-pokémon est une cousine de Giréléna et rien d’autre. Humpf … Et le souci, c’est le décor oui. Le métal … Je vois des morceaux de métal incrustés dans le sol et les roches un peu partout.

« Faites attention à vous toutes les deux. On risque de retrouver des femmes-pokémon de métal dans les environs. Je ne pensais pas que … Dénialka était l’une d’entre elles. »

« De ce que je sais, elle a du métal sur le corps mais ce n’est pas pour ça qu’elle est l’une d’entre elles. On doit quand même faire attention oui. »

Quand même, je reste impressionné par Migacirpy. Elle a vraiment de ces connaissances, ça me surprend grandement. Mais bon, je préfère éviter de le lui dire quand même. Ces derniers jours, elle s’est bien accrochée à moi et j’ai eu aussi l’impression qu’elle pelait de plus en plus. D’ailleurs, je me disais :

« Migacirpy, le nom que l’on t’a trouvé quand je t’ai vue pour la première fois, tu vas vouloir vraiment le garder comme ça ? »

« Bien entendu, pourquoi je ne pourrai pas ? Tu préfères me le retirer ? »

« Bien sûr que non mais si tu changes de forme … tu ne ressembleras plus vraiment à une fille-Magicarpe si je peux me permettre de te dire ça. »

Je sais que je marque parfaitement un point sur ce côté mais elle fait un petit mouvement négatif de la main alors que je vois que Niny aussi essaie de se tenir sur ses jambes. Son gros corps ressemblant à une demi-ruche aux rayures noires et jaunes. Enfin sauf que maintenant je peux continuer de voir le bas de ses jambes mais aussi ses pieds.

« Papa, tu crois que je deviendrai bientôt une femme-Apireine ? »

« Tu es déjà en train de le devenir, Niny. Observe donc ton corps. »

« Ma poitrine, papa ? Elle est aussi grosse que celle de maman ? » me demande-t-elle alors que je rougis. Ce n’était pas vraiment ce à quoi je pensais. Je montre du doigt la robe avant de dire d’une voix calme et lente :

« Ta robe est celle d’une femme-Apireine. Elle n’est pas encore complète. Mais sinon, tu as encore tes deux visages donc tu n’es pas encore totalement une femme-Apireine. »

« D’accord, papa, je comprends ! Et Migacirpy, elle devient quand une autre femme-pokémon elle aussi ? Elle continue de perdre beaucoup de peau. »

« Peut-être dans quelques semaines ? Je pense que c’est pour bientôt. »

Migacirpy ne dit rien mais elle n’en pense pas moins. C’est vrai que ça doit être un peu irritant, surtout qu’elle n’a rien de spécial pour l’heure. Enfin comment dire … Elle est faible, très très faible mais bon, Niny aussi. Pour ça que je voulais la mettre en sécurité.
Humpf … Bon, où est-ce qu’il faut que je fasse tout ça ? Comment est-ce que je peux l’expliquer exactement ? Je me pose la question. Cet endroit recouvert de métal, je crois que je n’ai jamais apprécié les femmes-pokémon de métal. Je me demande vraiment s’il y a une possibilité pour elles … de devenir bonnes comme les autres femmes-pokémon ?

« Je me fais surement des illusions ! Bon les enfants, essayons de trouver … Quoi ? Vous appréciez pas que je vous appelle les enfants ? Pourtant, c’est ce que vous êtes toutes les deux. » dis-je en remarquant les moues sur leurs visages.

« Quoi quoi quoi ? Ca ne serait pas de la provocation de ta part ça ? Tu vas voir qui sont les deux enfants ce soir, toi ! »

J’hausse les épaules en réponse à Migacirpy. Non, désolé, elle ne l’impression pas vraiment. Vas falloir faire quelques efforts de ce côté hein ? Hahaha. Mais bon, je n’ai pas vraiment à me moquer, je ferai bien de pas me moquer oui.

« Bon, les filles, aidez-moi au cas où. Enfin, Niny, tu peux voler s’il te plait ? »

« Exporatiooooooooon ! J’y vais, papa ! J’y vais tout de suite, hihihi ! »

Elle s’exclame avec joie alors que je souris. Bon, la voilà partie dans les airs mais je continue de la surveiller au cas où. Mesure de sécurité … Migacirpy vient jusqu’à moi avant de me dire d’une voix douce et amusée :

« Quand même, tu es vraiment très attaché à elle hein ? Dire qu’avant, tu étais dégoûté et révulsé par les femmes-pokémon. Maintenant, tu en élèves une comme si c’était la chair de ta chair, Nev. C’est impressionnant comme changement. »

« Pas tellement … quand on sait ce que j’ai vécu. Tu dois t’en douter. »

« Je le sais bien, je suis au courant mais bon, ça ne change pas grand-chose. »

« Surement … Niny est vraiment très importante à mes yeux. Toi aussi un peu, tu t’en doutes, n’est-ce pas ? Sinon, je n’aurai jamais fait ça. »

Je n’ai pas besoin de rentrer dans les détails. Et même si … ces derniers jours, j’ai repensé à Giréléna, j’ai préféré éviter de me faire plus de mal. Je … c’est vrai. Il faut que je tire un trait sur cette histoire. Elle est morte et ne reviendra pas à la vie.

Mais surtout, elle ne m’aimait pas. C’était ça que je dois ancrer dans mon crâne. C’est ça que je dois rentrer dans mon crâne. Quel idiot … mais quel idiot. C’est vraiment stupide de ma part, je m’en doute. Mais bon, je n’ai pas envie de relations charnelles et sales. Je veux vraiment prendre mon temps. Mes doigts sont les seules choses que je leur offre. Mes lèvres sont à autrui … voire à personne plutôt pour le moment. Et je ne parle même pas de mon sexe bien entendu. Lui, il est normalement scellé même si … pff je suis faible.

« PAPA ! PAPA ! »

BOOM ! Voilà que je réceptionne Niny qui s’enfonce dans mes bras avec joie. Aie, aie, aie ! Qu’est-ce qu’elle a encore à s’exciter comme une petite puce, elle ? Je la regarde avec un peu d’étonnement puis je fais un grand sourire, lui disant :

« Et alors ? On s’emporte donc ainsi, Niny ? »

« Papa, papa ! J’ai trouvé ce qu’il fallait faire exactement ! Je sais où on doit se rendre ! Suis-moi ! Migacirpy aussi ! »

Elle a vraiment trouvé un endroit viable ici ? Vraiment J’ai du mal à y croire mais bon, elle semble si heureuse que ça ne peut pas être faux hein ? Ah … je te jure vraiment, c’est à me poser quelques questions, des fois, je dois l’avouer. J’émets un grand sourire puis je vais l’accompagner. Niny a pris aussi la main de la demoiselle-Magicarpe. Si seulement, vraiment … on ne se trouvait pas ici. J’aimerai bien un endroit plus heureux pour elles.

Mais je sais que ce n’est qu’une chimère tant que je n’ai pas réussi à résoudre ce problème. Ce très gros problème même … qui est tout simplement le fait que je ne peux pas leur offrir ça, voilà tout. Je dois juste en terminer avec Harsia et …

« Qu’est-ce que tu en penses, papa ? Dis, dis ? »

Nous sommes arrivés et … Comment est-ce qu’elle … enfin, elle a trouvé de la végétation au loin, j’ai encore du mal à y croire mais pourtant, c’est le cas. En fait, ça ressemble à une clairière mais à moitié rouillée. Il n’y a que peu d’herbe au sol mais de nombreux arbres et les rayons du soleil viennent tout simplement illuminer la zone en son milieu.

« C’est magnifique, Niny. »

« Hihihih … Et puis, les fruits des arbres sont comestibles ! J’ai pu y goûter ! »

Ah oui ? Mais elle aurait aussi pu faire très attention au cas où hein ? Ca aurait pu être très dangereux si elle n’avait pas … Ah … non, je ne vais pas me disputer. Surtout qu’il y a une bonne humeur présente autour de nous.

Après le repas, les deux demoiselles me regardent avec appétit mais j’hoche la tête négativement. Pas ce soir, il faut se reposer pour être en parfaite forme demain. Elles grommèlent un peu, surtout Migacirpy car elle voulait me montrer qu’elle n’était pas une enfant … mais bon … elles acceptent et comprennent mes propos. Pour les remercier, je les embrasse sur les joues et les garde auprès de moi jusqu’à ce qu’elles trouvent le sommeil.

Pendant ce temps, moi-même, je ne fais que regarder le haut de la toile de la tente. Je n’arrive pas à trouver le sommeil. Dyrkri ne pourrait pas faire quelque chose contre ça ? Alors que je pensais à ça, j’entends une voix me dire :

« Même pas en rêve, Nev. Qu’est-ce que tu crois ? »

« Je ne sais pas, j’avais le droit de m’imaginer ça, non ? Ou alors, ça m’était interdit ? »

« Relèves-toi donc et sors de la tente. »

Je ne sais pas pourquoi je lui obéis ? Car bon, elle semble avoir envie de parler ? Peut-être. Elle a peut-être aussi envie de se montrer ? Je viens de penser à quelque chose de vraiment effarant en un sens. Ça vient juste de me traverser l’esprit mais …

« Dyrkri. Tu étais là … à chaque fois, n’est-ce pas ? »

« Hum ? A chaque fois par rapport à quoi ? Essaie donc de mieux t’exprimer. »

« Je veux parler lors de ma première fois avec Giréléna et les autres avant. Enfin, à chaque fois que j’ai … et puis bon, les autres aussi. Les esprits élémentaires. »

« Pour ma part, je te laisse tranquille dans ce genre de moments. C’est pas comme si c’était intéressant. J’ai vu tellement de choses que ça en est limite pathétique. »

Une femme-pokémon qui trouve que les rapports sexuels sont pathétiques ? J’aimerai vraiment croire ça possible. Malheureusement, je ne me fais pas d’illusions. Elle a surement dit ça pour me mettre en confiance. Mais je suis sorti de la tente pour m’installer devant le feu. Pfiou … en y réfléchissant bien, faire un feu, c’est ce qui permet facilement de se faire repérer par les femmes-pokémon volantes. Mais bon, actuellement, je n’ai jamais eu de souci pour le moment donc autant continuer.

« Que me voulais-tu alors au final ? Dyrkri ? »

« Parler. Tout simplement. » me répond-elle. Oui et ensuite ?

« Par rapport à quel sujet exactement ? C’est mieux si tu me dis clairement ça. »

« Pourquoi est-ce que tu te jettes dans la gueule du dragon ? »

La gueule du dragon ? Me jeter dedans ? Elle n’exagère pas un peu quand même ? Je me pose la question et j’y réfléchis. C’est quand même un peu abusé non ? Faudrait peut-être pas tendre à exagérer quand même. Bon, euh …

« Je ne me jette pas dans la gueule du dragon si tu fais référence au fait que je vais combattre Dénialka. C’est aussi simple que ça. »

« Pourtant, tu vas risquer ta vie alors que tu aurais pu rester bien sagement et tranquille dans un coin, sans qu’Harsia te recherche. Tu n’es plus un héros puisque tu t’opposes à elle, est-ce que tu le sais ? Alors pourquoi vouloir continuer à jouer à ce dernier ? »

« Je ne joue pas et je ne jouerai jamais en tant qu’héros. Héros, ce n’est pas un titre que l’on offre et retire comme ça, en claquant des doigts. »

« Ne me fait donc pas une longue tirade sur ce qu’est un héros. Ce n’est pas ça ce que je veux entendre. Je veux juste une réponse à cette question : pourquoi ? »

« … … … Puisque tu es en moi depuis le début, tu devrais le savoir sans que je le dise. »

« Entre le savoir et l’entendre de vive voix, tout est bien différent. »

« Car c’est comme ça que j’envisage le tout. Je n’ai pas … eu de famille au final. Mes parents sont morts, tués par Giréléna mais … les femmes-pokémon ont aussi des familles, des amies, des nations, bref … une existence. Et elles méritent de vivre. »

« Ce n’est pas vraiment satisfaisant comme réponse. Tu me sors le discours pathétique d’un pacifiste qui cherche une solution paisible pour tous. »

« Je sais parfaitement que ça ne sera pas possible pour tout le monde. On ne peut pas être en paix avec tout le monde, loin de là même. »

« Alors pourquoi est-ce que tu t’évertues à parler de la sorte ? »

« Car je suis ainsi et pas autrement, c’est aussi simple que ça. »

Je ne vois pas où elle veut en venir. Déjà en fait, le gros problème réside dans le fait qu’elle cherche à communiquer avec moi. Je n’y suis clairement pas habitué, pas du tout même et donc, cela m’étonne. Je murmure :

« Dyrkri, pourquoi est-ce que tu fais ça … toi ? Pourquoi tu es encore en moi ? »

« Pourquoi ? Alors que je n’ai plus de raison, c’est ça ? C’est bien ça que tu veux dire ? »

« C’est exactement ça. Tu as réussi à accomplir ton objectif. » rétorque-je alors que j’observe le feu qui crépite devant moi. C’est parfaitement ça.

« Car j’ai aussi mes objectifs personnels. J’ai fait ce qu’Harsia voulait que je fasse. Maintenant, c’est à mon tour de faire ce que je désire. »

Elle est … plus têtue qu’on ne le croit au départ. Je ne m’attendais pas vraiment à ça de sa part, pas du tout même. Comme quoi, on doit toujours se méfier des personnes. Par contre, y a une chose que je n’apprécie toujours pas :

« Tu ne pourrai pas quitter mon corps ? »

« Pas vraiment. Je suis bien au chaud et si je quitte ton corps, tu voudras me tuer. En fait, tout le monde voudra me tuer. Je préfère rester dans l’ombre. »

Elle n’a vraiment pas confiance en personne, n’est-ce pas ? Ca se comprend. Moi-même, je n’ai pas confiance en elle. Et j’ai … toujours envie de la tuer. Mais je sais que je me retiendrai si je la voyais. Je ne sais pas comment je devrai réagir.

« Je me demande … quand même à quoi est-ce que tu ressembles. »

« Je ne suis que l’ombre d’une existence dans ce monde. Néanmoins, je suis sûre que tu tomberais amoureux de moi au premier regard donc j’évite. »

Elle vient de faire un trait d’humour … ou c’est moi ? Elle est vraiment étrange.