Chapitre 77 : Trahir sa famille

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 77 : Trahir sa famille

« C’est étrange, vous ne trouvez pas ? J’ai l’impression qu’une ambiance … différente se trouve dans ce village. On ne nous regarde pas avec suspicion. »

Pour une fois que tous les huit pouvaient se déplacer, côte à côte, sans avoir à se méfier de quiconque les observait, c’était une bonne chose. Mais vrai que c’était étrange, et Manelena ne faisait que dire à voix haute ce que les autres pensaient tout bas. A partir de là, autant dire que c’était eux qui étaient suspicieux lorsqu’ils se déplaçaient.

« De toute façon, nous verrons par nous-mêmes lorsque nous trouverons un coin où nous restaurer. De plus, nous devons faire quelques achats pour les prochains jours. »

« On va le faire, Tery, on va le faire. Grumpf. On peut rester ici pour la soirée, non ? Une nuit dans un lit ne pourra pas de mal à nos dos. Et demain matin, on fera quelques emplettes au marché avant de repartir de ce village. »

« Ca me semble être une bonne idée. Du moins, je l’apprécie. Vas pour ça. On va faire comme tu l’as dit, Manelena. Sans le « Grumpf » par contre. »

Elle haussa un sourcil lorsqu’elle remarqua le sourire du jeune homme. Quoi ? Elle avait vraiment marmonné ça et pousser un simili grognement ? Et alors ? C’est juste qu’elle n’était pas aussi stupide qu’eux et qu’elle voyait plus loin que l’heure qui arrivait.

« Puisque c’est décidé, allons trouver l’auberge du village, prendre les chambres puis recommencer à visiter le village. Il me semble très curieux. » compléta Sérest après quelques secondes de silence dans le groupe.

« Je ne sais pas. J’ai bien l’impression d’être observé mais pas comme des criminels. C’est une sensation vraiment bizarre. Comme s’ils savaient déjà qui nous étions. »

« Peut-être que nous devrions plutôt voir pour un autre village ? Mais ça fera encore quelques jours de marche, je tiens à prévenir. »

« Non, on ne va pas annuler ça. Si on nous cherche des ennuis, ils savent où nous trouver. »

Encore une fois, Manelena se montrait des plus menaçantes. Mais voilà, ils finirent par trouver l’auberge, pénétrant à l’intérieur. Vu qu’ils étaient en milieu d’après-midi, l’auberge était presque vide, juste deux personnes qui buvaient en silence au comptoir. Ah ? Oui, dans de tels endroits, l’auberge faisait aussi taverne.


Tout de suite, Manelena se dirigea vers le comptoir, se tournant vers la personne qui se trouvait de l’autre côté avant de de dire d’une voix qui se voulait calme :

« Quatre chambres. Deux pour deux couples, une chambre pour trois et une chambre pour une seule personne. Si vous n’avez pas cela, une chambre pour un couple, une chambre pour quatre personnes et une chambre pour deux. »

« Et le bonjour, je pense qu’il est en option, n’est-ce pas ? Bon, vas pour les quatre chambres, ce n’est pas comme si du monde venait par ici couramment. »

Et lui, tout aussi agréable. Mais bon, elle ne chercha pas à répliquer, récupérant les clés dès l’instant où elle avait payé. Elle tendit les clés aux autres tout en signalant :

« On peut aller se reposer maintenant ou faire la visite, comme prévu. Pour ma part, je vais plutôt aller dans ma chambre. Vous n’avez pas besoin de moi. »

« Tu es sûre et certaine de ne pas vouloir venir, Manelena ? Ca serait mieux que l’on soit tous présents par nécessité, du moins à mes yeux. »

« Ce que tu penses ne te concerne que toi, Tery. Je n’ai pas envie de … bon. On y va avant que je ne décide de changer d’avis ? »

C’était sacrément efficace. Il n’avait pas cherché à lui répondre, juste accepter ce qu’elle disait. Et résultat ? Elle venait de décider de les accompagner, comme il le désirait. La petite emprise mentale qu’il avait sur elle marchait à merveille maintenant.

« Tery, je te le ferais payer très cher de me faire sortir alors que je ne le veux pas. »

« Ne raconte donc pas n’importe quoi. Tu sais aussi bien que moi que ça te fera le plus grand bien. Et puis bon, je préfère ne pas te laisser seule dans un endroit inconnu. »

« Tu estimes que je n’arrive pas à me défendre et à me protéger ? Je vais te le … Et puis zut. »

Encore une fois, il n’avait pas cherché à répondre à sa phrase, ne faisant que la regarder. Résultat ? Elle s’était presque aussitôt calmée. Même si elle avait pris les devants et marchait plusieurs pas en avant par rapport à eux. Elen s’approcha de Tery, chuchotant :

« Il faudra vraiment que tu m’expliques comment est-ce que tu fais ça, Tery. »

« A force de voyager avec une personne, on finit par réussir à la comprendre et la connaître. Rien de plus, rien de moins. C’est aussi simple que ça si tu veux tout savoir. »

« Peut-être, peut-être que tu as raison dans le fond. »

« J’ai parfaitement raison même dans autre chose que le fond. Tu n’as pas à t’en faire à ce sujet, loin de là. Ce n’est pas si grave ou important. La preuve, tu peux voir que ça marche parfaitement sur Manelena, non ? Tu n’as pas à t’inquiéter. »

« Je ne m’inquiète pas, loin de là. Je ne fais que constater, voilà tout. »

Constater quoi ? Qu’il sait amadouer Manelena maintenant ? Elle qui reste toujours aussi grognonne et mécontente ? Et oui ! Tout est dans la diction qu’il faut … tout est dans la parole qui pourra faire balancer la demoiselle en sa faveur.

« Bref, de toute façon, là, nous allons tous jeter un œil pour surveiller ce qui se passe. »

Il avait finit par chuchoter cela aussi à Elen, la jeune demoiselle lui répondant par l’affirmatif d’un simplement hochement de tête positif. Ce village avait tout l’air d’un endroit des plus suspicieux … sans être malveillant pour autant.

« Au final, ils nous regardent autant que nous les regardons … mais ils sont très discrets. A se demander si ce sont vraiment des villageois. »

« C’est peut-être ça le problème au final. Ce ne sont … pas des villageois. »

Maintenant que Clari le disait et qu’il avait balancé cette idée, c’était peut-être bien ça dans le fond. Peut-être qu’ils n’étaient pas dans un village mais plutôt un avant-centre ? Mais rebelle ? Ou militaire ? Et ils se faisaient passer pour des villageois ?

« On est tombés dans un piège … et c’est sûrement trop tard. »

« Ce n’est jamais trop tard même s’il est vrai qu’il va falloir rester sur ses gardes pendant la nuit, hahaha ! C’est bien dommage mais bon … c’est comme ça et pas autrement. » continua de dire Clari dans un grand sourire, comme à son habitude.

« Ne t’en fait pas, par contre, Royan, je passerais parfois dans ta chambre si nécessaire. Par mesure de sécurité, comme on vient de le dire. »

« Faites comme vous le voulez mais je dormirais de mon côté et paisiblement. Ayant toujours vécu ou presque dans le palais, je sais repérer au premier coup d’oeil qui tente de me mentir ou non. Ces personnes ne sont pas de simples villageois mais elles ne nous veulent pas de mal. Et elles ne commettent pas des atrocités dans note dos. C’est tout ce que je peux dire actuellement, rien de plus. »

« C’est déjà beaucoup … c’est déjà beaucoup, Royan et … »

Il s’arrêta dans ses propos alors qu’il voyait venir deux hommes vers leur direction. Hum ? Manelena n’était pas avec le reste du groupe, ayant pris de l’avance depuis déjà quelques minutes. Même si le village n’était pas très grand, elle n’était plus visible autour d’eux.

« Je ne pense pas que vous soyez là pour nous souhaiter la bienvenue, n’est-ce pas ? » dit le jeune homme aux cheveux bruns tout en souriant.

« Pas le moins du monde. Vous voulez bien nous accompagner, Tery Vanian ? »

« Aie, en plus, on connaît mon nom de famille. Là, ça devient problématique. Juste une petite question : est-ce que vous êtes là pour nous menacer ou non ? »

« Cela dépendra de vos réponses mais normalement … non. Ce n’est pas si surprenant que ça si vous nous avez trouvés. »

« Comment ça ? » questionna Tery tout en se mettant à les suivre, demandant aux autres membres du groupe de faire de même. Les deux hommes avaient une épée à la ceinture et devaient avoir la trentaine bien avancée.

« Nos magiciens sont capables de « manipuler » le décor ambiant pour faire dévier quelques soldats de leur route … ou alors emmener les personnes que l’on désire voir vers ce village. De simples mesures de précaution qui sont nécessaires néanmoins. » répondit l’un des deux hommes. Les soldats ? Donc … ils étaient bien parmi les rebelles. Et il les attendaient.

Maintenant, il fallait voir où ils allaient se rendre. D’un pas lent, le jeune homme aux cheveux bruns regardait de tous les côtés. Hum … Ils les emmenaient où ? Chez l’apothicaire du village ? Celui-ci fit un geste pour les saluer, l’un des hommes lui disant :

« On passe dans l’arrière-boutique. On doit discuter de quelque chose d’important avec eux. Je pense que tu comprends que c’est important. »

« Faites donc, vous posez pas la question pour moi hein ? »

« Très sympathique, je parie qu’il s’agit d’une planque secrète ? Je pensais que ça existait juste dans les contes et les romans. Enfin, déjà, moi et les livres. »

Tery avait haussé les épaules alors que Clari rigolait faiblement à la blague du jeune homme. Pourtant, celle-ci n’avait pas fait rire l’apothicaire et les deux hommes. Ils passèrent dans l’arrière-pièce avant d’ouvrir une trappe dans le sol.

« C’est éclairé, vous n’avez pas à craindre le noir. »

Ah ? Sympathique de prévenir au cas où. C’est vrai qu’on était jamais sûrs. Peut-être qu’il y avait quelques vampires ou autres créatures étranges et dangereuses dans les environs. Qui sait ? Personne ne pouvait le deviner à leur place.

« C’est assez impressionnant. Il y a combien de kilomètres dessous ? Vous êtes sûrs que c’est une bonne chose de nous emmener là ? »

« Bonne ou mauvaise, de toute façon, il n’y a pas vraiment de retour après vous avoir emmenés ici … ou alors avec des conditions. Mais les ordres sont les ordres dont on ne fait que les respecter. Faites attention aux marches. »

Ah ! Les escaliers en colimaçon ! Faits de pierre, il y avait quelques sphères en verre attachées au plafond. Dans ces dernières, une petite flamme trônait, permettant d’éclairer le chemin qu’ils suivaient. Mais le plus inquiétant, c’était autre chose.

« Manelena ? Est-ce que Manelena est déjà là ou non ? Vous savez, c’est une … »

« La princesse déchue du royaume de Shunter, oui. Elle nous a suivi sans même se poser de questions. Elle n’avait pas l’air réticente. »

« D’accord, si vous le dites, je vous fais confiance. Bon alors, on devrait pouvoir la voir. Et j’imagine que vous nous emmenez à votre grand chef ? »

« Notre grand chef ? Vous plaisantez, j’espère ? Si cela était aussi facile, n’importe qui pourrait le menacer de mort. Ne vous inquiétez pas, le responsable qui va vous voir est assez haut placé pour cela. Vous n’aurez pas à vous en faire. »

« C’est pas une mauvaise raison. Ca me semble très légitime. C’est dommage. Je me demande à quoi est-ce qu’il ressemblerait. Vous l’avez déjà vu ? »

« Pas le moins du monde. Mais assez parlé, vous verrez par vous-mêmes. »

Oui, c’est exact. Et finalement, ils étaient arrivés dans un ensemble de salles plus ou moins éclairées. C’était une véritable base souterraine, voire même ville. A se demander s’ils pouvaient faire pousser des légumes par ici.

« Dites, vous arrivez à faire pousser quelques arbres dans le coin ? Ou des légumes ? »

« Hein ? Quoi ? Qu’est-ce que vous racontez encore ? Ce n’est pas un endroit pour cultiver ! »

« Tu es toujours aussi aberrant, Tery. Je pars moins d’une heure et voilà que ton taux d’imbécillités à la minute remonte en flèche. »

« Oh tiens, une douce et agréable voix qui résonne à mes oreilles. Coucou à toi, Manelena. Tu sais à quel point tu m’as terriblement manqué. »

« Ne fait donc pas des ronds de jambe, je déteste ça, Tery. »

Il avait positionné son visage en direction de la voix féminine. Manelena était debout, adossée à un mur tandis qu’elle semblait attendre depuis déjà quelques minutes. Elle se redressa pour se placer à côté de lui, Tery murmurant :

« Ils ne t’ont pas fait trop de mal, Manelena ? On ne sait jamais. »

« Ne raconte donc pas n’importe quoi. Ils sont aussi douillets et chiffes molles que les autres. Ce n’est pas avec une petite tape sur les doigts qu’ils m’impressionneront. Mais nous qui voulions des informations sur les rebelles, nous voilà servis. »

« Oui mais bon, la méthode laisse à désirer, il faut reconnaître, non ?

« J’ai connu mieux, c’est exact mais cela m’importe vraiment peu dans le fond. »

« Je ne sais pas pourquoi mais j’attendais cette réponse de ta part. »

Enfin bon, il n’était pas là pour converser avec Manelena mais savoir pourquoi ces personnes voulaient les voir. Dans le fond, eux, voulaient discuter avec les rebelles mais les rebelles, qu’est-ce qu’ils avaient à y gagner dans le fond ? Les voilà encore en train de tous se déplacer dans une nouvelle pièce.

« Voici donc le fameux groupe de la princesse de Shunter. Du moins, l’ancienne princesse de Shunter. J’avoue que je m’attendais pas à un groupe aussi … diverisifié. »

Une voix masculine pour un homme qui devait avoir quarante an. Cheveux noirs lui allant jusqu’à la nuque, bien plaqués sur le crâne, une fine moustache ornait sa lèvre supérieure tandis qu’une petite barbichette était présent. Ses yeux bruns fixaient la princesse avec insistance avant d’étudier le reste du groupe.

« Et si vous nous disiez qu’est-ce que vous avez à faire avec nous ? Ca serait mieux que de tourner autour du pot, non ? » marmonna Manelena.

« Les rumeurs disaient vraies à votre sujet, maréchale Nali. »

« Je me contrefous des rumeurs. Qu’est-ce que vous nous voulez ? Je n’aime pas me répéter pour rien, est-ce bien clair ? Alors ? »

« Aussi agréable que la porte d’une geôle de Midès. Néanmoins, il paraîtrait que votre coeur s’est réchauffé aux côtés de celui que l’on appelle maintenant le Démon. »

Elle s’apprêtait déjà à sortir son arme mais s’arrêta dans son geste en entendant le dernier mot. Tery ? Ah oui, c’est vrai, ce qu’il était réellement dans le fond. Il ne fallait pas oublier cela. De toute façon, comment pouvaient-ils ?

« Aucune remarque à faire ? Bref, nous savons que vous vouliez parler avec nous. N’est-ce donc pas à vous plutôt de nous dire qu’est-ce que de simples rebelles comme nous puissions faire pour vous, vous ne croyez pas ? »

« Hum … Ce n’est pas faux, c’est même le contraire. Bref, si je peux parler au nom du reste du groupe, ça serait plutôt d’abord pour avoir des nouvelles par rapport à toute cette histoire. Comment est-ce que tout ça a dégénéré ? »

« Dégénéré est un bien vilain mot bien que ça ne soit pas totalement faux. La situation de ces derniers mois fait que le roi a perdu de sa crédibilité aux yeux de son peuple. Autrefois si vaillant et puissant, il inspirait le respect. Néanmoins, dès l’instant où il accepta la proposition des autres royaumes qui consistait à sacrifier sa fille pour obtenir la paix dpour son peuple, tout se brisa en morceaux. Il faut dire que malgré que sa réaction fut la plus saine et logique, une vie contre des millions d’autres, l’image d’un homme sacrifiant sa fille n’a pas hésité à ébranler les fondations sur lesquelles reposait sa confiance. »

« Et donc vous vous servez de ça pour tenter de prendre le pouvoir, c’est ça ? »

« C’est cela. Il faut dire que votre père, le roi, a sa santé qui décline depuis cet incident. Il n’est plus que l’ombre de lui-même mais malgré tout, il reste un monarque vaillant et dont les difficultés ne l’empêchent pas de régner d’une poigne de fer. »

« Mon père est malade ? Comment ça ? De quelle façon ? Je ne suis pas au courant à ce sujet. Comment est-ce possible ? Qu’est-ce qu’il a ? »

« Cela n’est pas étonnant non ? Que vous ne soyez pas au courant, n’est-ce pas ? »

« Je me contrefous de la surprise. Qu’est-ce que le roi a donc comme maladie ? »

« Nous n’en savons rien. Il semble juste bien plus exténué et fatigué. Ses dernières apparitions commencent à dater. Il faut dire qu’avec nous en face, lui-même commence à faiblir. Nous avons des rebelles partout dans Shunter mais aussi ailleurs. »

« Vous recevez de l’aide extérieure ? Vous êtes vraiment pathétiques. »

« Non, pragmatiques. Nous tentons de mettre toutes les chances de notre côté, voilà la différence. Comme votre père l’a fait avec les différents médaillons, n’est-ce pas ? Mais bon, assez parlé de nous, que nous vouliez-vous exactement ? A part obtenir quelques informations à notre sujet. Vous ne vous êtes pas lancés à notre recherche uniquement pour cela non ? »

« Humpf. Qu’est-ce que vous comptez faire exactement si vous obtenez le pouvoir ? Une nouvelle monarchie ? Une dictature ? Un conseil ? »

« Ah ça, précisément, je n’en sais trop rien. Il faudrait demander à celui qui dirige les rebelles, celui qui se trouve tout en haut de notre chaîne. »

« Vous suivez les idéaux d’une personne sans même savoir ce qu’ils sont ? C’est bien ça ? »

« Exactement. Du moins, pas dit de cette manière, ancienne princesse de Shunter. Nous sommes rebelles pour changer les choses. Le monarque a fait son temps, il est donc logique de vouloir envisager une autre personne au sommet de Shunter. »

« Vous n’êtes pas contents et vous voulez le faire savoir. Mais pour ça, vous vous fichez presque de la future personne tant que le roi n’est plus là ? »

Tery comme le reste du groupe ne cherchait pas à se mêler de la conversation, écoutant simplement les propos de Manelena avec celui qui semblait diriger les rebelles dans cet endroit. Hum, quelque chose le dérangeait mais cela concernait plus Manelena que les rebelles. Qu’est-ce qu’elle voulait exactement ?

« Et par rapport au roi ? Est-ce que vous le voulez mort ou non ? »

« Ce qu’il adviendra de lui ne nous concerne pas. La violence, toutes ces choses, ce sont bien pour les personnes qui ne comprennent pas pourquoi elles se battent. »

« Ca reste simpliste comme vision. Et si nous décidions de vous aider ? »

« De nous aider ? C’est une hypothèse que mes supérieurs ont déjà envisagé au sujet de votre groupe. Néanmoins, entre vos paroles et vos actes, il y a tout un monde de différence. Je pense que vous comprenez, n’est-ce pas ? »

« Et si je vous permets d’infiltrer les points capitaux du royaume de Shunter ? »

Hein que quoi ? Tery tourna son visage vers Manelena. Est-ce qu’elle comprenait ce qu’elle était en train de dire actuellement ? Est-ce qu’elle s’en rendait compte ? Il avait le sentiment que oui mais en même temps … il espérait qu’elle comprenait ce qu’elle était en train d’accomplir. Mais il ne pouvait pas prendre la parole.

« Vous en seriez capable ? Cela consisterait à trahir votre père, n’est-ce pas ? Avez-vous réellement la volonté pour cela, princesse Manelena ? »

« A vous de vous rappeler qui a trahi l’autre en premier dans toute cette histoire. Je ne fais venger l’honneur bafoué qui est le mien. »

Chapitre 30 : Un temple pour une scène du passé

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 30 : Un temple pour une scène du passé

« Reposez vous pour ce soir. Heureusement que cette forêt a de quoi nous nourrir… Les fruits sont assez abondants mais je ne compte pas rester ici trop longtemps. » annonça Alan tout en prenant quelques fruits qu’il tendit aux enfants.

Il grimpait aux arbres, se donnant en spectacle pour eux tandis qu’ils rigolaient. Même Mana osait un petit sourire en l’observant. Il passait d’arbre en arbre, semblant un peu plus heureux qu’auparavant avant qu’il ne retombe au sol, s’étant cogné la tête. Les enfants s’approchèrent de lui, inquiets alors qu’il disait :

« Non, non, ce n’est rien ! Je n’ai pas perdu de cerveau ! »

« On ne peut pas perdre ce que l’on n’a pas ! C’est ça à force de se prendre pour un Capumain et encore, je suis même sûre que les Capumains sont plus intelligents que toi. »

« Tu veux une banane ? » lui demanda t-il en lui tendant le fruit dont il parlait.

« Non merci… Mais j’ai une autre utilité pour cette banane. »

Elle prit le fruit, le pelant avec un petit sourire avant de l’enfoncer dans le front d’Alan, celui-ci se roulant au sol en prétextant qu’elle avait visé l’œil. Les quatre enfants se tournèrent vers elle, la regardant d’un air inquisiteur comme pour lui demander d’aller s’excuser. Elle soupira longuement, soulevant l’adolescent pour l’emmener auprès du lac.

« Vraiment… Mais quel idiot d’avoir bougé au dernier instant. Tu dois être le seul idiot à réussir à se planter une banane dans l’œil. »

« Ou alors, celui qui est assez intelligent pour prévoir ce qu’il veut faire. »

« Hein ? Co… Comment ça ?! Qu’est-ce que tu manigances Alan ?! »

« Oh ! Qu’est-ce que je pourrais imaginer… à part CA ! »

Il la poussa subitement dans le lac, lui arrachant un cri de surprise en même temps que les enfants. Elle sortie du lac, ses cheveux gris camouflant un peu son œil rouge, la jeune femme ayant remise son bandeau entre temps sur l’œil droit.

« Voilà ce dont je parlais… A charge de revanche, Mana. » dit-il en se retournant.

« Toi… Toi… TU NE BOUGES PAS DE LA ! » cria t-elle alors que diverses mains noires apparaissaient derrière elle, venant se placer sur toutes les parties du corps d’Alan pour le tirer en arrière. Il fut plongé dans l’eau à son tour, la jeune femme lui enfouissant la tête sous l’eau pendant quelques secondes tout en éclatant de rire.

« Alors ?! On aime ma surprise ?! Tu as voulu faire le plus malin, t’es tombé dans le ravin ! Ou plutôt dans l’eau ! Qu’est-ce que tu en dis hein ?! Est-ce que tu aimes ça ?! Réponds moi ! REPONDS MOI SOUS L’EAU ! »

« Euh… Euh… Mana… Il n’y a plus de bulles qui apparaissent à la surface… »

OUPS ! Elle retira la tête d’Alan, voyant que le jeune homme s’était évanoui… ou plutôt noyé. Elle avait un peu forcé la chose, on dirait… Elle l’extirpa de l’eau, les quatre enfants lui disant qu’elle avait été un peu trop violente sur ce coup. Elle grogna légèrement, leur disant de se taire et de s’éloigner ! Qu’ils aillent chercher plutôt des morceaux de bois pour faire du feu au lieu de l’ouvrir inutilement ! Les enfants disparurent quelques instants alors qu’elle murmurait d’une voix calme et irritée :

« Vraiment… Des fois, je me demande ce qui te passe par la tête. Bon… Cette fois-ci, ça sera encore fait sans arrière-pensée. »

Elle pinça le nez du jeune homme, faisant tomber son bandeau alors qu’elle fermait ses deux yeux. Elle ne comprenait pas pourquoi mais à chaque fois, elle se sentait obligée de ne pas porter son bandeau quand elle… se rapprochait un peu trop. Elle posa ses lèvres sur celles d’Alan, venant racler ses dents avec sa langue avant de lui donner un peu d’air. Elle posa ses mains sur le torse du jeune homme, commençant à lui administrer les premiers secours.
Quelques secondes plus tard, il était en train de tousser, crachant de l’eau alors que Mana remettait correctement son bandeau sur son œil droit. Voilà, c’était une bonne chose de faite mais maintenant, il allait devoir se calmer un peu ! Elle s’adressa à lui :

« Alan ! La prochaine fois, évite de me faire un sale coup ! »

« Où sont les enfants ? Hey ! Je suis trempé ! Je me suis noyé ? »

« Oui… Ca ne se voit pas sur ton visage d’idiot ? Pourtant, tu as encore les marques. »

« Tu m’as donc fait un peu de bouche à bouche ? »

Elle détourna légèrement le regard en hochant très faiblement la tête alors qu’il toussait un peu, crachant à nouveau de l’eau. Mieux valait éviter de parler trop de toute cette histoire… Des fois, il valait mieux s’abstenir de parler non ? Ils essayèrent de se regarder sans y arriver réellement. Des fois… Il valait mieux… ne rien dire du tout… Rien du tout.

« AHHHH ! Grand frère est à nouveau conscient ! Sa petite amie lui a fait du bouche à bouche ! Hihihi ! » s’écria Emmy avant de déposer les morceaux de bois au sol.

« Je ne suis pas sa petite a… Oh et puis zut, allez-vous faire voir ! Bon, vous avez ramené du bois ? On va pouvoir allumer un feu. »

« Je sais me débrouiller pour ça ! Laissez-moi faire ! » s’écria Alan.

« J’ai pas confiance… Vraiment pas confiance… Surveillons-le. » murmura Mana.

Et puis quoi encore ? Il savait faire du feu ! Bon… Avec deux morceaux de bois et cela prenait du temps… Mais au moins, il était capable d’en faire ! Après plusieurs minutes de lutte, une petite flamme fit son apparition jusqu’à devenir assez imposante pour réchauffer tout le monde. Mana et Alan grelottèrent ensembles, se rappelant qu’ils avaient été plongés dans l’eau du lac. Les enfants les poussèrent avec leurs mains noires l’un contre l’autre, les deux adolescents n’ayant pas le mental nécessaire pour s’éloigner.

« Fait plutôt froid ici… Enfin, mangeons, les enfants. Mana… Qu’est-ce que tu veux comme fruit ? On a des pommes, des pêches, tout ce que tu veux… »

« Vas pour une pomme, Alan. Merci beaucoup. »

Le repas se passa dans le calme et la tranquillité, les enfants se couchant rapidement après avoir mangé. Visiblement, ils étaient fatigués plus que de raison, cela devait être à cause de ce qui s’était passé dans le gratte-ciel. Finalement, ils étaient tout les deux l’un contre l’autre, observant les flammes tout en ne disant rien. Ce fut lui qui brisa le silence :

« On devrait aussi aller se coucher non ? Ca vaudrait mieux je dirais… Même si je ne suis pas fatigué au point de m’écrouler comme eux. »

« Je ne l’ai pas dit aux enfants… Mais je sais ce que cet endroit représente… »

« Ah ? Et alors… Qu’est-ce qu’il représente… Si tu veux bien me le dire… »

« C’est ici que la bataille contre le grand spectre s’est terminée… Et qu’une stèle en l’honneur de la personne sacrifiée… se trouve… »

« Mana… Est-ce que par hasard… Ca serait… »

« Je commence à être fatiguée… Je vais me coucher aussi, Alan. Si ça ne te dérange pas. »

« Si tu ne dors pas contre moi, cela va me déranger, Mana. J’ai encore un peu froid. »

Elle allait s’éloigner de lui mais lui fit un petit sourire, se couchant sur le sol tandis que les mains noires disparaissaient dans son dos. Il alla se rapprocher d’elle, posant ses deux mains sur son ventre pour la faire se retourner et elle se laissa faire avec un petit sourire. Elle l’observa quelques instants, fermant son œil rouge avant de coller sa tête contre son torse.
« J’espère que ça ne te dérange pas… si je m’installe ici… »

« Est-ce que j’ai dit quelque chose qui te ferait penser le contraire, Mana ? Non… Alors c’est bon… Il faut que l’on dorme pour demain… Il faut être en pleine forme je pense… »

« Merci… pour… ne pas avoir insisté… »

« Insisté sur quoi ? Je ne vois pas de quoi tu veux parler, Mana. J’en suis désolé… »

« Bonne nuit alors… Là, tu vois de quoi je veux parler ? »

« Héhéhé… Oui… Je vois très bien de quoi tu veux parler. Bonne nuit, Mana. »

Il la serra contre lui, sa tête posée sur celle de Mana alors qu’ils cherchaient à dormir tout les deux. Les flammes continuaient à danser devant eux, les deux êtres n’ayant nullement besoin d’elles pour ressentir cette chaleur interne entre eux deux. Les mains caressaient le dos de l’autre ainsi que les cheveux de celui ou celle avec qui il dormait… C’était si particulier alors qu’il y avait moins d’une journée… Il avait presque réussi à se suicider.

Le lendemain fut plus joyeux et ils furent réveillés par des petits rires. Les deux adolescents se regardèrent longuement, voyant que leurs fronts s’étaient joints pendant le sommeil, leurs yeux et leurs visages étant bien plus proches que nécessaires. Ils auraient du se retirer vivement pour ne pas prêter à confusion mais ce ne fut pas le cas. Avec lenteur, ils se séparèrent, les trois filles rigolant entre elles.

« Bon… Préparez-vous. On part d’ici vingt minutes, on mange un petit bout, on se nettoie, on se lave et on y va ! »

« Ouiiiiiii grand frère ! » s’époumonèrent les enfants avant d’exécuter ce qu’il demandait.

« Bien dormi sinon, Alan ? » lui demanda Mana en émettant un petit sourire.

«Disons que… Ca allait pas mal… Enfin… J’ai bien aimé…Je n’avais pas froid. » lui répondit-il en arborant le même sourire.

Une demi-heure s’écoula contrairement aux vingt minutes dont Alan parlait et ils se mirent tous en route. Sur le chemin, il serrait la main de Mana dans la sienne, marchant à côté des enfants, les deux sœurs étant du côté de Mana, Hansel et Gretel de celui d’Alan.

« C’est donc ça… Je le pensais plus classe… » murmura t-il en observant le temple qui ressemblait plus à une grotte à peine ouvragée plutôt qu’à une magnifique œuvre architecturale. Il sentit la main de Mana qui se serrait dans la sienne.

« C’est cet endroit ! C’est exactement celui là ! On ne sait pas ce qu’il contient ! » s’écria Amy en le désignant avec entrain.

« Moi… Je le sais très bien… Avançons… à nouveau… Vous verrez très bien de vos propres yeux de toute façon… »

Elle avait dit ces quelques mots avec tristesse, alors qu’il la faisait se coller un peu plus contre lui. Elle n’avait pas à être triste… Lui non plus n’avait pas à l’être… Après l’excès de folie dont elle avait montré au départ, elle laissait place à une autre part de sa personnalité. Sur le chemin à l’intérieur de la grotte, il remarqua que quelques torches étaient allumées :

« La décoration est plutôt sympathique. Ca a un aspect un peu lugubre je trouve. On dirait que c’est toi qui l’as faite, Mana. Où sont les crânes dans lesquels on peut s’abreuver ? »

« Arrêtes tes bêtises, idiot… » murmura t-elle en rigolant très faiblement.

« Moi ? Un idiot ? Ce n’est pas la première fois que l’on me le dit ! »

« Et je tiens à confirmer ces paroles. Tu es le pire des idiots… Mais c’est comme ça. »

Au moins… Elle semblait un peu moins anxieuse qu’auparavant… C’était tant mieux. Il s’en félicitait intérieurement alors que la main de Mana restait logée dans la sienne. Elle n’avait pas besoin d’avoir peur… De toute façon, à force, ils commençaient tous à savoir ce qui s’était passé pendant la guerre contre le grand spectre. Ce n’était pas la découverte du siècle non plus… Enfin… Il s’en doutait peu à peu…

Ils arrivèrent finalement dans une pièce assez grande… où se trouvait des braseros avec des flammes de différentes couleurs… Mais c’était surtout l’autel en son milieu qui était le plus impressionnant. Sur une croix en marbre… se trouvait un squelette parfaitement sauvegardé… Mana frissonna plus que de raison, détournant le regard en se mordant les lèvres.

« Mana… Est-ce que c’est… ce que je pense ? »

« A croire… que voir son propre cadavre rend les gens mal à l’aise. »

Oui… C’était donc bien le cadavre de Mana… ou plutôt son squelette… Pour être ainsi plantée sur la croix, cela voulait dire qu’elle avait été… sacrifiée complètement… Rien qu’à l’idée de penser à ça… le mettait mal à l’aise. Elle murmura :

« Ce sont tous des idiots… Ils y ont cru depuis le départ… Dès qu’il a dit ces mots… »

« N’y pense plus… d’accord ? C’est donc toi… l’héroïne… qui nous a sauvés ? »

« Oui… Enfin… L’héroïne, c’est le titre que l’on m’a donné alors que je ne le méritais pas. Ils voulaient se racheter une conduite… Se sentir bien dans leurs têtes alors qu’ils savaient qu’ils avaient commis l’irréparable… »

« De quoi est-ce que tu veux parler, Mana ? Je suis… prêt à t’écouter. »

« Elle veut tout simplement parler de ce sacrifice qui n’avait jamais été prévu au départ. » annonça une voix derrière la croix de pierre alors qu’apparaissait peu à peu Plitana.

« PLITANA ! Tu es là ?! Qu’est-ce que tu fais… Non… Tu nous attendais. »

« Roi noir… Sais-tu pourquoi tu es né ? Pourquoi depuis toutes ces réincarnations… Tu souffres autant ? Car tu dois être le réceptacle d’une puissance… encore plus dévastatrice… Mais cela ne se fera que lorsque tu abattras Oricalk et moi-même… Ce qui n’est pas prêt d’arriver avant quelques temps… »

« Je ne vois pas de quoi tu parles ! Je veux juste… savoir pour Mana. »

La jeune femme aux cheveux gris observa quelques instants Plitana puis l’autel avant d’enfoncer sa tête dans le torse d’Alan. Celui-ci passa lentement une main dans les cheveux gris de la jeune femme, attendant que Plitana reprenne la parole mais ce fut une autre voix qui se fit entendre :

« Savoir quoi ? Ce qui s’est réellement passé pendant cette guerre ? Contre les spectres ? Contre cette armée ? Plitana va te le dire… Quant à moi, je voulais simplement voir la réaction de Mana. » annonça l’homme aux cheveux gris en sortant de derrière l’autel à son tour. Il s’approcha de Plitana, reprenant la parole :

« De toute façon, si vous n’arrivez même pas à comprendre ce moment et à vous battre contre ma reine… Vous n’aurez aucune chance contre moi… Si vous vous en sortez vivants… Venez donc au plus profond de ce temple… Je vous attendrai. Mais je ne serai pas seul. »

Chapitre 29 : Vivre pour ceux qui sont morts

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 29 : Vivre pour ceux qui sont morts

« IMBECILE DE CRETIN D’IDIOT ECERVELE ! » cria t-elle tout en le rattrapant dans le vide alors qu’ils étaient en train de se rapprocher du sol à vitesse grand V.
Les enfants eux aussi s’étaient rapprochés alors qu’il gardait ses yeux fermés, ne répondant pas à l’insulte de Mana. Qu’ils disparaissaient… tout simplement… C’était aussi simple que ça… Il ne se sentait pas la motivation pour continuer à vivre dans ce monde, voilà tout…

« Tu m’écoutes ?! Je t’interdis de mourir ! TU COMPRENDS ? ! » continuait-elle de lui crier alors qu’il faisait semblant de ne pas l’entendre. Qu’elle arrête de lui parler…

« Grand frère ! Grand frère ! Vous aviez dit que vous l’étiez ! Pourquoi est-ce que vous voulez mourir ?! » lui demanda Emmy alors que le sol était de plus en plus près…

« Pourquoi ? Pourquoi… Car plus rien ne me rattache à ce monde… »

« Ce n’est pas vrai ! Vous nous avez nous, grand frère ! »

« Je ne suis pas votre… » murmura t-il sans pouvoir terminer sa phrase.

Il venait de se prendre une claque de la part de Mana alors que celle-ci le serrait avec force contre lui, poussant un cri de douleur alors qu’un morceau de béton venait la percuter dans le dos. Il en fut de même pour les enfants, ceux-ci se réunissant autour de lui alors qu’il ouvrait enfin les yeux… Il voyait le ciel qui s’éloignait tandis que des morceaux de pierre se rapprochaient vers eux… tombant avec eux pour être plus exact.

« Qu’est-ce qui s’est passé ici ? »

« Tu es enfin revenu à la conscience ?! J’irais bien te coller un pain pour te faire t’évanouir à nouveau mais là… Je n’ai pas la force… »

« Grand frère… Est-ce que ça va mieux ? Est-ce que vous… »

« Pas besoin de me vouvoyer, je n’aime pas ça. Surtout pas lorsqu’on m’appelle grand frère. Donc si tu peux me tutoyer, ça serait bien mieux. » annonça t-il à Emmy.

« D’a… D’accord grand frère ! Dorénavant, on te… euh… euh tutoiera ! »

« Tant mieux si c’est enfin terminé… Ah… Vraiment, Alan… Tu nous causes que des soucis depuis que tu es là… Mais sans ça… Ca ne serait pas aussi drôle… Par contre… Je ne sais pas comment nous allons ralentir la chute… Nous pourrions léviter…Mais comme tu es vivant, ça serait beaucoup trop dur même en étant à cinq… Enfin… Nous pourrions essayer mais je ne suis pas sûr… Tu voulais mourir n’est-ce pas ? Peut-être que nous pourrions te laisser mourir, qu’est-ce que tu en penses, Alan ? Si tu me promets de rester vivant… et de te battre pour l’être… Alors, je t’aiderai… Quelle est ta réponse, Alan ? » murmura Mana.

Il la regarda quelques instants avant de hocher la tête d’un air positif. Ce fut à ce moment là qu’une violente explosion se produisit à l’étage où ils se trouvaient en train de tomber, les cinq spectres se réunissant autour du jeune homme alors que tout le groupe était renvoyé dans les cieux… Comme si cette explosion n’avait rien de bien naturel.
Lorsqu’il rouvrit ses yeux, ce fut pour voir la lumière du soleil camouflée à moitié par des feuilles… et des branches… Des arbres ? Où est-ce qu’il se trouvait ? Il poussa un petit gémissement en se levant, observant les cieux. Des arbres… Il se trouvait dans l’une des rares zones forestières… Comment ça se faisait ?

« Mana… Les enfants… Vous savez où on se trouve ? »

Aucune réponse de leur part. Il se tourna vers eux… pour voir qu’ils n’étaient pas là ? Où est-ce qu’ils étaient passés ? En y réfléchissant bien, il n’avait pas vraiment de blessures… et pourtant… La seule chose dont il se rappelait, ce fut l’explosion… et après ? Plus rien… Il chercha du regard un petit indice mais il n’y avait que la végétation autour de lui… Où est-ce qu’il était tombé ? Et ce ciel… était un peu bizarre… Comme transparent. Comme si tout ça… était contenu dans un dôme de verre ?

« Mana ! EMMY ! Amy ! Hansel ?! Gretel ?! Où êtes-vous ?! »

Qu’il lui réponde, ce n’était pas si dur pourtant ! Il voulait juste avoir un petit indice sur l’endroit où ils se trouvaient ! Il commença à marcher, posant une main sur son cœur en se rappelant… ce qu’il avait fait… Il avait essayé de se suicider… Il avait vraiment essayé… Et il avait tué un homme aussi… Enfin un pokémon… De ses propres mains… Rien que le fait d’y penser… le mettait plus que mal à l’aise… Il s’écroula subitement au sol, ses pieds venant de percuter quelque chose.

« Ahhhhh ! AIE ! »

Il criait alors qu’il se retrouvait allongé au sol, se retournant avant de pousser un nouveau cri. Ce corps… C’était Mana ?! Et elle était recouverte de blessures ?! Il s’approcha d’elle, lui tapotant délicatement la joue pour essayer de la réveiller mais rien… rien de rien… Elle ne réagissait pas ?!

« Héhéhé… Mana… Tu es déjà morte à la base… Ca sert à quoi… ça… de mourir une seconde fois ? »

Mais elle restait définitivement muette alors qu’il cherchait à se contrôler. Si elle était là… Les enfants n’étaient pas loin… pas loin du tout… Ah… Ah… Il devait la prendre avec lui ! Il la souleva avec facilité, la tenant à la façon d’une mariée alors qu’il tendait l’oreille. Une rivière… Un lac artificiel ? Ou autre ? Il chercha à se diriger vers lui, regardant devant lui :

« Mais qu’est-que ça veut dire… Les enfants ?! »

Ils se trouvaient tous allongés près de ce qui semblait être un lac, une cascade se trouvant à l’est de celui-ci. Il déposa Mana au sol, s’approchant des enfants… mais non… Ils étaient dans le même état qu’elle… Et le pire ?! C’est qu’il ne pouvait pas savoir si ils étaient vivants ou non ! Enfin peut-être… Il posa son oreille contre le cœur des enfants, cherchant à voir s’il pouvait battre ou non. Et visiblement… C’était le cas…

Il s’approcha de Mana, faisant la même chose en se disant que ce n’était pas si grave… si il avait son oreille contre sa poitrine… Le cœur de la jeune femme aux cheveux gris semblait battre lui aussi mais un peu moins que les autres. Il poussa un profond soupir de soulagement… mais maintenant… Qu’est-ce qu’il devait faire ? Il s’approcha du lac, remarquant qu’ils n’avaient plus d’affaires… Et ah… Rien du tout… Il souleva les corps pour les rapprocher le plus près du lac, prenant de l’eau pour en jeter sur eux au niveau du visage.

« En espérant que ça va vous réveiller… »

« AHHHHH ! C’est froid ! » s’écria Hansel en ouvrant subitement ses yeux.
Le jeune garçon se redressa, poussant un gémissement de douleur alors qu’il voyait son grand frère arroser le reste des enfants. Chacun se réveillait à la suite de l’arrosage, sauf… Mana… Celle-ci restait inconsciente.

« Vous êtes tous conscients ? Qu’est-ce qui s’est passé ? Nous avons été séparés… »

« Je crois qu’on a eu des gros soucis… En fait, nous nous sommes réunis… »

« Pour te protéger car l’explosion risquait de te blesser beaucoup trop…. »

« Mais nous avons été blessés nous-mêmes et cela malgré notre constitution… »

« Mana est celle qui s’aie pris le plus de brûlure… Comment… »

Les enfants venaient de s’adresser à lui alors qu’il détournait le regard. Il ne savait pas du tout comment elle allait ! Il annonça aux enfants de rester près du lac et de s’abreuver alors qu’il s’approchait de Mana, la retournant pour la mettre sur le dos. AHHHH ! C’était quoi ces brûlures ?! Même si… Elles semblaient rétrécir de temps en temps… Son dos était parsemé de brûlures ! C’était quoi ce délire ?!

« Qu’est-ce qui s’est passé ici pour te mettre dans cet état ? Je veux une réponse ! »

Ah… Ah… Il ne pouvait pas mourir… Pas maintenant ! Pas en la laissant comme ça ! Il annonça aux enfants qu’il allait s’occuper plus longuement de Mana puisqu’elle était la plus affectée. Ils hochèrent tous la tête, demandant si ils devaient partir explorer les environs ou non. Il emmena Mana sous la cascade, rougissant faiblement alors qu’il commençait à retirer les bandeaux dans le dos, du moins ceux qui n’étaient pas calcinés.

« C’est vrai quoi… On me sauve… et après… On disparaît… Ce n’est pas normal… »

Il passa une main sur le dos brûlé de Mana, avant de subitement venir l’enlacer. Il sentait l’eau sur leurs deux corps mais il espérait qu’avec cette douche froide, elle allait se réveiller très rapidement. Il en avait assez de tout ça… mais il ne pouvait pas mourir… Du moins, pas maintenant… Pas après ce qu’ils avaient fait…

« Mais c’est froid ?! Qu’est-ce qui se passe ici ?! »

AH ! Mana ! Elle venait de se réveiller et il remarqua que le bandeau tombait au sol. Elle tourna subitement son visage vers lui, l’observant de ses deux yeux rouges. Un court instant… La cornée était complètement noire autour de la pupille rouge. Mais maintenant… Elle était blanche… Elle le regarda quelques instants avant de sauter sur lui, le faisant cogner contre le sol rocheux.

« Tu es encore en vie ?! Je croyais que… »

« C’est à moi de te dire ça… Tu es encore en seconde vie ? Ou morte ? »

« Arrête tes bêtises ! Avec cette explosion, j’ai eu à peine le temps de réagir ! Je pensais que tout ça n’avait servi à rien ! La prochaine fois que tu recommences une connerie de ce genre, je te balance dans l’explosion, est-ce que je me suis bien fait comprendre ? »

« Je sais bien… mais tu sais que tu as… ta poitrine à l’air ? Et que… Je ne suis pas réellement habitué à des gestes d’affection de ta part ? »

Elle baissait le regard pour rejoindre celui d’Alan porté sur sa poitrine. Elle eut un petit rictus mauvais alors qu’elle commençait à se déshabiller complètement, retirant sa camisole et ses bandelettes. Elle lui tourna le dos sans rien dire.

« Est-ce que tu pourrais me laver ? Avec tes mains si ça ne te dérange pas  trop… »

« Aucun souci… Ca ne risque pas de m’embêter… C’est la moindre des choses que je peux faire à quelqu’un qui m’a sauvé… »

« Te sauver est inutile si tu gardes ces mêmes pensées ancrées en toi… Ce n’est pas bon… Tu dois simplement vouloir vivre… Ensuite… Moi et les enfants, on s’occupe du reste. Tu te considérais comme abandonné… quand Mylène est morte… Mais les enfants… Tu les a abandonné… C’est encore plus monstrueux car Mylène n’avait pas le choix contrairement à toi… Tu as décidé de ton plein gré de mourir… »

« Je m’excuse… Sur le moment… Je voulais simplement les rejoindre… Car je n’avais aucune autre idée en tête… Tu comprends Mana ? Ils sont morts… tous morts… »

« Et alors ? C’est la vie… Et il fallait s’en douter avec quelqu’un qui sent la mort à des kilomètres à la ronde… Mais… Nous sommes encore là… pour toi… Tant que tu as des personnes qui veulent que tu restes en vie, tu dois rester en vie… même si tu souffres… Même si au final… Tu aimerais que l’on abrège tes souffrances… Car certaines personnes veulent que tu restes en vie. »

« Est-ce que toi… tu le voudrais, Mana ? » murmura t-il en passant lentement ses mains sur le dos de la jeune femme aux cheveux gris.

« Moi ? Ce que je veux importe peu… Je me désintéresse complètement… »

« Arrête de mentir s’il te plaît… Je veux une réponse franche… »

« Je crois que… j’aimerais bien que tu restes en vie… aussi pour moi… et les enfants hein ? »

Il eut un léger rire, venant l’enlacer alors qu’elle lui tournait le dos. Elle se retourna lentement, fermant son œil droit alors qu’elle l’observa quelques instants, ne sachant pas quoi dire. Ils rapprochaient leurs lèvres inexorablement mais ils posèrent chacun une main sur la tête de l’autre.

« Héhéhé ! Bon… Il vaut mieux s’arrêter là avant que les enfants ne s’inquiètent trop. »

« Je confirme, Alan… Par contre… Si je parais complètement nue devant eux… Enfin… Devant toi, à force, ce n’est plus gênant… Oh et puis zut… »

« Remet donc tes bandages et ton bandeau. Pour la camisole, de toute façon, elle est devenue inutile. Ce n’est pas l’habit qui fait le moine. »

« Quelle phrase philosophique complètement douteuse, Alan… Ah… Tu veux m’aider à m’habiller ? Ou je dois te forcer ? »

Il eut un petit sourire alors qu’elle se mettait debout devant lui, son corps arrosé par la cascade. Il chercha les nombreux bandages, rougissant un peu en la voyant. Elle tourna sur elle-même, émettant un sourire à son tour alors qu’il tentait de lui mettre correctement des bandages. Il ne voyait pas ses mains noires et pourtant… Elles apparurent dans le dos de Mana, commençant à aider le jeune homme à rhabiller Mana.

« Tu n’avais jamais eu besoin de moi depuis le départ… »

« Oh tu sais… Il y a tellement de choses par rapport à toi dont j’ai besoin… Comme pour me nourrir. Qui cuisinerait pour moi et les enfants ? »

« Pour toi, je suis juste un cuisinier ? Et dire que l’on me considère comme un roi… »

« Roi ? Mon œil ! Arrête de trop t’y croire… Mais rappelles-toi ta promesse… Tu dois vivre pour les enfants… et pour moi aussi hein ? »

Il hocha la tête positivement alors qu’elle lui demandait de lui prendre la main. Maintenant que les bandages étaient remis et moulaient un peu son corps, ils pouvaient sortir de sous la cascade. Hansel et Gretel étaient restés là, poussant des cris de joie en voyant Mana tandis qu’Alan demandait où étaient les deux filles.

« Elles sont parties comme tu… »

« Nous sommes de retour ! Vous ne devinerez jamais ce qu’on a trouvé ! En fait, nous sommes dans un grand dôme ! Et on ne peut pas en sortir si on n’utilise pas nos pouvoirs spectraux… Et de l’autre côté… » annonça Emmy.

« Il y a des ruines ! Ou un temple ! Ou enfin quelque chose comme ça ! On a pas osées rentrer à l’intérieur car on ne sait pas ce qu’il y a dedans… Il n’y a personne qui vit ici sinon ! Je ne sais pas ce qu’il en est dans cet endroit… » termina Amy.

« Ne vous en faites pas… Pour aujourd’hui, on se repose… et demain, nous partirons les environs… Là… Vous avez besoin de vous reposer… Et je suis désolé pour tout ce que j’aie dit ou fait… Après la mort de Mylène… Je ne le… pensais pas vraiment. »

Mana lui donna une petite claque derrière le crâne. C’était déjà tout oublié !

Verset 7 : Le jour où la tour s’effondra

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Verset 7 : Le jour où la tour s’effondra

« Mana… Mana… Je n’y arrive plus… » murmura Alan, le visage tourné vers le sol.

« Tu n’arrives plus à quoi ? » lui demanda t-elle alors qu’il passait sa main ensanglantée sur son propre visage, le barbouillant de sang.

« Je n’arrive plus à pleurer… Je n’y arrive plus… Je crois que … Je suis mort… intérieurement… Ah… Je suis triste… Mylène est morte mais… Je n’arrive pas à pleurer… Je le voudrais tellement… Je voudrais tellement pleurer… crier… geindre… la serrer dans mes bras… mais je n’y arrive pas… Qu’est-ce qui se passe Mana ? »

« Je ne… sais pas du tout… Je ne peux pas t’aider, Alan. »

Oh que si, elle le pouvait mais la vérité était parfois difficile à accepter. Comment lui dire que ses sentiments venaient de prendre un dernier virage pour disparaître presque définitivement de son existence ? Il avait tellement pleuré, tellement souffert, tellement… de choses… qu’au final… Il s’était mis à devenir insensible.

« Mylène… est morte… Mais j’ai préservée sa beauté… au visage… »

« Est-ce que… Mylène était ta première pokémon, non ? »

« C’est exact… Mylène était une petite fille aux cheveux bleus… En fait… Je l’ai découverte peu de temps après que j’ai connue Zena… Normalement… Nous n’avons pas de pokémons aussi jeune… Mais dans mon cas, Mylène… »

« Ah… Ah… Ah… Ah… Ca faisait sacrément mal… Elle n’y a pas été de main morte ! » marmonna une voix avant que le corps d’Airoinos ne se soulève.

« Encore vivant ? Je vais m’occuper de ça tout de suite. C’est la moindre des choses… après ce qu’Alan subit de jour en jour à cause d’êtres comme vous. » annonça Mana tout en s’avançant vers Airoinos.

« Êtres comme nous ? Il n’y avait aucun problème avant ton apparition ! Et celle du roi noir ! Auparavant, tout était calme et tranquille ! »

« Dans un monde stérilisé… Un monde parfait n’existe pas… car il n’évolue pas. Si rien ne change, tout se bloque… et cela emmène peu à peu à la détérioration de la planète. »

« Comme si tu connaissais quelque chose à ce que tu disais, ça me fait bien rire de l’entendre de ta part ! On commence à se dire que tu n’es pas une gamine ordinaire !  Mais ça… Ce n’est pas à moi d’en parler… Plitana ou Oricalk s’occuperont de vous mais avant… J’emporte le roi noir avec moi ! Que… »

Airoinos s’arrêta de parler alors que Mana se retournait vers Alan. Celui-ci faisait quelques pas lentement vers l’homme à la moustache bleue, s’approchant de lui d’un air robotique. Mylène était morte… C’était alors à lui d’au moins venger sa mort… Ce n’était pas à quelqu’un d’autre de s’en occuper… Pas du tout… Ce n’était pas à Mana… Pas du tout…
Diverses mains blanches commencèrent à apparaître autour d’Airoinos, fonçant en direction d’Alan avant de disparaître complètement.

« Comme avant… Pourquoi ? » murmura Mana alors que ses mains noires et celles des enfants reculaient.

Personne ne savait ce qui se passait exactement mais Alan se positionna devant Airoinos, celui-ci ne pouvant reculer, se trouvant contre le mur dans lequel il s’était enfoncé à cause de l’attaque de Mylène. Soudainement, les deux mains d’Alan se placèrent au niveau du cou d’Airoinos, commençant à l’enserrer en même temps que l’homme se retrouvait soulevé au-dessus du sol. Alan murmura d’une voix calme :

« Une vie pour une vie… hein ? Mylène… était importante pour moi… Au même niveau que Zena… Mana et les enfants…. »

Elle ? Et les enfants ? Il mettait les enfants et elle au même niveau que Zena ou Mylène ? C’était comment dire… Euh… Intéressant de le savoir…

«  Ne sont pas encore à ce stade… Je crois qu’ils ne le seront jamais… Zena… était très importante à mes yeux… Mylène… l’était tout autant… Mylène était si gentille… Si agréable à vivre… Elle n’aimait pas se battre… Elle trouvait que ses tentacules étaient affreuses… Et pourtant… Pour une personne comme toi… Elle a été obligée d’utiliser cette tactique… »

« Je… Je n’arrive plus à respirer… Je… Je… Arg… Arg… »

Airoinos tentait de se débattre mais rien ne marchait. La poigne d’Alan était bien plus forte que ses débattements. De plus, ses mains blanches disparaissaient à chaque fois qu’elles tentaient de toucher le jeune homme… Qu’est-ce qui se passait ? C’était ça le roi noir ?! Un roi insensible à leurs attaques ?! Mais à cette allure, il allait…

« Je vais juste te faire disparaître de leurs vies… Comme tu as fait disparaître Mylène de la vie… Comme vous l’avez fait avec Zena… »

« Je… Je n’ai rien fait avec… cette Zena ! ARGL… Aggg… »

Oxygène… Il avait besoin d’oxygène et vite ! Mais les mains continuaient de serrer son cou et cela avec de plus en plus d’insistance et puissance. Ah… Il commençait à défaillir… Pourquoi devait-il … mourir comme ça ? Pourquoi… Pour…

« Mort. »

Il fit tomber le corps sans vie d’Airoinos au sol, se tournant lentement vers les enfants et Mana. Il se dirigea vers eux, puis vers le cadavre de Mylène, passant une main dans ses cheveux bleus avant de murmurer qu’il était désolé de ne pas pouvoir pleurer pour elle. Il les redressa, abandonnant le corps de Mylène avant de dire :

« Pourquoi est-ce que vous faites cette tête d’enterrement ? Nous devons monter encore plus haut… Je crois que nous devrions nous rendre sur le toit… Je crois que c’est la meilleure chose à faire. Oui… Trouvons la sortie de cet endroit, ça sera bien mieux. Je vous suis, Mana, tu peux prendre les commandes de la troupe ? »

« Oui… Je veux bien… Mais non… Les enfants, passez devant… On vous suis derrière. Moi et Alan, on va avoir une petite discussion. Je suis sûre qu’elle va être très intéressante… »

Les enfants hochèrent la tête, guidant Alan et Mana vers ce qui semblait être la sortie. Le temps qu’ils arrivent jusqu’à l’ascenseur, cela allait lui permettre de parler avec Alan. Ce geste accompli… n’était pas n’importe quoi… C’était même bien pire que ça.

« Alan… Je tiens à te signaler que tu viens de tuer un homme… ou un pokémon si tu préfères. Comment ressens-tu ton premier meurtre ? »

« Ressentir ? Je n’ai rien… ressenti de spécial… Je voulais juste que Mylène… repose en paix… Et je crois que j’ai réussi grâce à ça… Elle peut dormir tranquillement… »

« Tu n’as pas mal au cœur ? Tu peux me le dire si tu veux… »

« Je croyais que nous n’étions pas sensé nous intéresser l’un à l’autre ? Enfin… Mana… Je me sens vide… de toute existence… J’ai tout perdu… Tout… Vous êtes déjà morts… Vous ne comprenez donc pas que je vais grandir et vieillir… sans ceux qui ont fait mon existence… Sans ceux qui m’ont aidé à être ce que je suis… »

Elle hocha la tête, semblant le comprendre alors qu’elle gesticulait un peu pour permettre à l’une de ses mains de sortir de sa camisole. Elle tendit sa main vers Alan, celui-ci venant la récupérer sans plus rien dire. Visiblement, la discussion venait de se terminer aussi rapidement qu’elle était venue… Mais après ça…

« On prend l’ascenseur jusqu’à où maintenant, grand frère ? » demanda Hansel.

« Hein ? Ah… Jusqu’au sommet. Cette fois-ci, il n’y aura pas Airoinos pour nous mettre des bâtons dans les roues. Que l’on y aille tout de suite, ça sera mieux. »

« Alors direction le sommet ! Si vous voulez bien rentrer correctement dans l’ascenseur, celui-ci va se refermer d’ici quelques secondes. » annonça Mana d’une voix enjouée.

« Ce n’est pas très drôle, Mana… Je suis au regret de te l’annoncer. »

Et voilà qu’elle tentait de le faire sourire mais cela ne marchait pas. Pfff… Elle était bête ou quoi ? Elle n’avait pas besoin de le faire sourire… comme elle n’avait pas besoin de le faire souffrir. Si seulement… Ses pokémons n’étaient pas morts… Ils avaient été le dernier rempart… La dernière chose qui lui rappelait qu’un jour, il avait eu une existence paisible… Mais maintenant… Ce n’était plus le cas et de loin…

« Ce qui nous attend au sommet de la tour… sera encore plus effroyable qu’auparavant… »

« Comment est-ce que tu pourrais le savoir, Alan ? Tu n’es pas devin. »

« J’ai simplement cette impression… Voilà tout… Ce n’est pas difficile… à deviner. » marmonna t-il alors que l’ascenseur émettait un bip sonore indiquant qu’ils étaient arrivés à destination. Le seul bruit qui alla couvrir le bip fut celui d’un hélicoptère… qui était posté sur le toit… derrière quatre personnes. Oricalk, Plitana et leurs deux propriétaires.

« Nous vous attendions… » annonça le vieil homme.

« Cette tour va s’effondrer d’ici quelques minutes… avec vous. » prononça la vieille femme.

« Et le roi noir disparaîtra…  comme il est apparu… » murmura Plitana en regardant Alan longuement, lui faisant un petit sourire discret.

« Et nous mettrons alors un terme à cette courte ère de révolution. » signala Oricalk.

Alan resta parfaitement immobile, ne bougeant pas un seul instant alors que Mana tremblait légèrement de colère. Plusieurs de ses mains noires allèrent vers les deux humains mais elles furent repoussées par les mains blanches de Plitana, celle-ci disant d’une voix douce :

« Nous avons la jeunesse éternelle… car nous sommes constitués de métal… Nous ne vieillissons pas… Mais seul un groupe pourra gagner ce combat… Mais contrairement au roi noir… Oricalk et moi-même avons combattus le grand spectre… »

« Celui qui a disparu en même temps que le sacrifice d’une personne…. » reprit Oricalk.

« Mais qu’importe… L’heure n’est pas aux paroles… mais au départ… Si vous survivez à l’effondrement de cette tour… Peut-être que nous nous reverrons… De toute façon… Dorénavant… Plus rien ne sera comme avant… Il faut se tourner vers l’avenir… lorsque le passé est ravagé. » dit Plitana tout en regardant Alan.

Se tourner vers l’avenir… le futur… alors qu’il n’avait plus de passé ? Ah… Que c’était drôle… et philosophique… Mais malheureusement, il ne se sentait pas le cœur d’être philosophique ou drôle… Les quatre personnes grimpèrent dans l’hélicoptère, Mana serrant les dents alors qu’Oricalk terminait enfin la discussion :

« Si vous vous en sortez… Rendez vous au centre de la terre… Là où tout s’est terminé. Je pense que Mana saura de quoi je veux parler… »

L’hélicoptère disparut dans les cieux après s’être envolé, la tour commençant à trembler de toutes parts. Les enfants poussèrent des petits cris de surprise tandis que Mana cherchait à reprendre son calme. Oricalk et Plitana… Ils semblaient en connaître pas mal sur cette histoire. Elle se tourna vers Alan :

« Qu’est-ce que tu fais là ? On doit partir d’ici au plus vite ! Ramène-toi vite ! »

« Mana… J’ai une question… Pourquoi est-ce que tu caches tellement de choses ? Oricalk… m’a dit d’oublier le passé… Mais ce n’est pas aussi simple que ça… Est-ce que tu le sais ? Est-ce que tu sais que ce n’est pas simple… que c’est loin d’être facile ? »

« Je ne te cache rien… qui te concerne voilà tout. Donne moi la main, nous quittons cet endroit avant qu’il ne s’effondre. Ca vaut mieux… Allez… Donne la moi. »

D’un petit geste de la main, il repoussa celle de Mana, faisant quelques pas en se rapprochant du bord. Les enfants poussèrent des cris horrifiés alors que Mana haussait un sourcil. C’était quoi cette imbécilité qu’il était en train de commettre ? Elle commença à s’avancer vers lui mais il prit la parole :

« Et en quoi… est-ce que je te concerne ? Tu es née avant moi… Tu es morte avant moi… Nous n’avons rien à nous dire alors… Comme les enfants… Je pensais que je serais capable d’être un grand frère… et voilà le résultat… Voilà le résultat… J’ai perdu Zena… mes parents… Mes pokémons… J’ai tout perdu… Vraiment tout… »

« Mais ne raconte pas n’importe quoi. Bon… Je vais venir calmement vers toi et tu… »

« Tes mains noires dans ton dos… Elles ne pourront rien faire… Alors rappelle-les. »

« Je fais ce que je désire, ALAN ! » cria t-elle alors qu’elle projetait toutes ses mains noires vers lui pour l’empêcher de commettre l’irréparable.
Les mains noires se désintégrèrent en le touchant, comme si elles n’arrivaient pas à l’atteindre. Elle tiqua, faisant un pas assuré vers lui comme pour lui montrer qu’elle n’allait pas se laisser intimider. Les enfants, quant à eux, s’étaient réunis pour ne pas trembler. Ils avaient tellement peur de ce qui se passait… surtout que la tour commençait à sérieusement tanguer, prise par de nombreuses explosions.

« Maintenant, tu vas arrêter tes bêtises, et tu vas gentiment venir vers moi. »

« Pourquoi est-ce que je le ferais ? Donne-moi une raison… qui me pousserait à venir vers toi. Depuis le départ… De toute façon… Ce qui t’intéresse… est le roi noir. Je ne sais pas du tout… qui est cet homme… Et je ne veux pas le savoir… Je ne veux rien savoir… »

Il poussa un profond soupir, levant un pied dans le vide pendant quelques secondes, Mana s’arrêtant de marcher. Il remit correctement son pied droit à côté du gauche, se retournant à nouveau vers Mana qui émit un grand sourire démoniaque :

« Oh oui… Je vois… Je vois très bien ton manège, Alan. Tu veux que je t’avoue quelque chose. Que la mort ne serait pas pareille sans toi… Que tu me manqueras et que tu manqueras aux enfants… Mais ce n’est pas le cas. Tu vois… Tu es pathétique et détestable. Tu veux me faire croire que tu vas te jeter dans le vide mais tu sais quoi… Tu n’as pas le courage pour ça, tu n’auras jamais assez de cran pour ça ! »

« De cran ? De courage… Je ne sais pas… Pourquoi avoir du cran ? »

« Allez saute ! SAUTE ! Puisque c’est ce que tu veux ! Mais non, tu ne le feras pas ! Tu n’es pas capable de ça ! Tu veux jouer au grand et au dur mais tu n’y arriveras jamais ! Tu n’as pas assez de courage ! Alors viens vers moi ! » prononça t-elle avec des trémolos dans la voix.

« Non. » annonça t-il avant de lever un pied en avant, puis le second, plongeant dans le vide.

Qu… Qu… Quoi ?! Il venait de sauter ?! IL VENAIT DE SAUTER ?! Elle cria son nom avec rage, sa camisole se déchirant subitement au niveau des pieds et des mains pour lui laisser une liberté de mouvement optimale. Elle se jeta à sa suite alors que les enfants faisaient de même, des morceaux de béton et de vitre venant les rejoindre en même temps. Alan avait fermés ses yeux, ses bras croisés au niveau du torse, le visage calme et serein.

Tout s’était écroulé autour de lui… Ses fondations, ses relations, ses sentiments…
« Pourquoi régner dans un royaume désert de toute vie ? » murmura le roi noir en contemplant les champs vides devant son château.
L’homme au sang des Grands poussa un profond soupir, s’approchant du bord de la fenêtre de la plus haute tour de son palace.

« Ma Reine… Je viens vous rejoindre. » annonça t-il d’une voix solennelle avant de se préparer à faire un acte que l’on ne pouvait commettre qu’une seule fois dans sa vie.
Ce fut à ce moment là que le cri de sa plus loyale servante se fit entendre… Un cri dont il avait oublié tout le sens… mais grâce auquel il fut sauvé.

Erèbe, lorsque le monde s’écroule, verset septième

Chapitre 28 : Illusions et miroirs

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 28 : Illusions et miroirs

« Qu’est-ce qui s’est passé ici ?! » annonça Alan en voyant le spectacle devant eux.


Tout le bâtiment était ravagé de l’intérieur. Des éclats de vitres, des murs de sang, des trous dans les murs, tout… tout était saccagé… C’était ça ce qu’Ouros avait fait ?! Même Mana n’arriverait pas à un tel stade, il en était sûr ! Mylène poussa un petit cri avant de grimper sur le dos d’Alan, celui-ci lui demandant ce qui se passait.

« Tentacruel ! Tenta, tenta, tentacruel ! »

« Quoi ? Ah ben oui… Quelle idiote, tu es. Tu n’as pas de chaussures, normal que ça risque de te faire mal aux pieds… Bon, je te porte jusqu’à ce que l’on arrive. »

« Tentacruel ! Tenta, tentacruel ! Tenta tenta tenta ! »

Qu’elle était contente ! Elle poussa un petit soupir de joie avant de coller sa tête contre le dos de la nuque d’Alan, celui-ci s’offrant un sourire tandis que Mana et les enfants regardaient la pokémon humanisée avec une légère appréhension. Elle semblait plutôt proche d’Alan, du moins, pour qu’il veuille bien la porter…

« Nous devons monter le plus haut possible ! Mana, les enfants, essayez de trouver un ascenseur si ce n’est pas déjà fait. »

« C’est déjà fait… Alan… Regarde où se dirigent Hansel et Gretel. » murmura Mana.


Et bien, pour un ascenseur, c’en était un ! Autant dire qu’il était gigantesque ! Les deux enfants qui se tenaient par la main leur montraient le chemin à suivre à travers les débris de verre pour éviter de se blesser inutilement, Mylène restant sur le dos d’Alan pendant tout le trajet. Lorsqu’ils furent tous à l’intérieur, Alan reprit la parole :

« En espérant qu’il soit encore en état de marche. »

« Tu n’as pas à t’en faire pour ça non plus… De toute façon… Même s’il ne l’était pas, on aurait quand même le moyen de monter. Je crois que quelqu’un nous attend plus haut. »

Mylène descendit du dos d’Alan, restant parfaitement immobile et rougissante lorsqu’elle vit les nombreux enfants et la jeune femme aux cheveux gris. Il fallait se dire qu’elle n’avait guère l’habitude de les voir… Et ils étaient très proches de son dresseur… En plus, ils savaient parler comme lui ! Pourtant, ils étaient des pokémons comme elles non ?

« On monte au plus haut étage… Du moins, la logique voudrait qu’il ou elle nous attende là-bas. Qu’est-ce que tu en penses Mana ? » demanda Alan en se tournant vers elle.

« Fais comme tu le désires, je m’en fiche royalement. » annonça t-elle en haussant les épaules, détournant son regard du jeune homme et de Mylène.

Non mais… Il y avait des limites à l’indécence d’une pokémon ! Qu’est-ce qui lui prenait de lui sauter dessus et de grimper sur son dos ? Elle savait faire attention où elle mettait les pieds non ?! PFFF ! Mais mais mais… Qu’est-ce qui lui prenait à elle de se mettre en colère intérieurement contre Mylène ? La Tentacruel était peut-être stupide mais elle ne lui avait rien fait non ?
L’ascenseur se mit finalement en marche, Mylène restant près d’Alan, plaçant son bras gauche entre sa poitrine en tremblant un peu. Qu’est-ce qu’elle avait ? Elle était morte de peur ? Il passa son autre main sur son dos, le lui caressant doucement en lui disant qu’elle n’avait pas à s’en faire… Oui… Mais sa voix était complètement neutre au lieu d’être délicate… comme… s’il ne croyait pas en ces propos.

« Mylène… Retourne dans ta pokéball… s’il te plaît. Déjà qu’Ouros… »

« Tentacruel… Tenta… Tentacruel… Tentacru… »

« Je sais très bien que tu es inquiète pour moi mais… Fais ce que tu veux… Sache que tu risquerais de mourir à tout moment, tu es prévenue. »

« Tentacruel ! Tenta, tentacruel ! »

Vraiment, cette gamine ne pouvait pas écouter les ordres de son dresseur ?! Quel pathétique dresseur il faisait tiens ! Il ne savait même pas se faire respecter par ses propres pokémons ! Quel idiot ! Mais quel idiot… Alors pourquoi elle tremblait de colère en le voyant parler à Mylène de cette façon ? Il semblait la comprendre si facilement bien qu’elle ne parlait pas comme une humaine… contrairement à elle.

« AH ! Nous sommes arrivés ! »

« Et nous vous attendions… » répondit une voix calme et masculine alors qu’une centaine d’hommes aux cheveux bleus apparaissaient tout autour d’eux.
Pourtant… L’étage où ils se trouvaient… Ce n’était pas le plus haut ? Ils avaient été emmenés à cet étage ? Mana commença à faire un pas mais s’arrêta subitement. Non… Si elle tentait d’attaquer à cet instant, il y avait de fortes chances qu’ils ne survivent pas. Elle devait rester bien calme.

« C’est donc vous les responsables de la mort de ma poupée ? Je veux parler d’Airoinos… Ou plutôt de Ryan si vous préférez… Si vous voulez bien avancer… »

« Faisons ce qu’il dit… De toute façon… Ces M.mime me semblent bien louches… Ils se ressemblent tous, Alan. »

Celui-ci serrait la main de Mylène dans la sienne, n’écoutant que brièvement ce que disait Mana alors qu’ils marchaient d’un pas lent vers le couloir, les visages des M.mime se tournant lentement vers eux, un petit rictus mauvais aux lèvres. Enfin, la porte au fond du couloir s’ouvrit pour laisser apparaître de nouveaux M.mime… et l’un d’entre eux était assis sur un fauteuil. Il avait la même coiffure que les habituelles créatures… mais au niveau de son nez se trouvait une moustache touffue de couleur bleue tandis que son visage montrait quelques rides, contrastant avec la jeunesse apparente des autres pokémons psychiques rencontrés jusque là.

« Je m’appelle Airoinos… Et j’ai été chargé par Plitana de m’occuper de tout ce qui concerne la justice de ce pays… Comme vous le savez très bien… Les M.mime sont l’espèce la plus présente parmi les pokémons psychiques dans Chiss. Et pour cause… Nous sommes passés maître dans l’art des illusions, des téléportations et de tout ce qui concerne la… magie si vous préférez. Je suis désolé de vous le dire mais vous allez devoir mourir ici. »

« Pas avant que je ne l’ai décidé. » murmura Mana tout en brandissant dix mains noires en direction de l’homme aux cheveux bleus.

L’homme explosa en morceaux… de verre avant qu’un rire ne se fasse entendre. Mana fut violemment repoussée au sol, se demandant ce qui s’était déroulé alors qu’Alan observait les alentours… Des dizaines… Non… Des centaines… Des milliers de mains blanches frappèrent le sol, le faisant s’effondrer sous les personnes présentes ici. Des éclats de verre… Tout ce qu’ils entendaient n’étaient que des éclats de verre…
Lorsqu’ils arrêtèrent de gémir de douleur, ce fut pour voir qu’ils se retrouvaient dans une salle entièrement blanche à plusieurs niveaux… et surtout gigantesque… Comme si tout un étage était réservé ou presque à cette unique salle. Et surtout aux hommes qui se trouvaient dedans… Non… Ce n’était pas possible… Des clones… Ce n’était que des clones !

«  Ce n’est qu’un tour de passe-passe… Cet imbécile pense nous avoir avec des miroirs… Je me disais bien que ces bruits étaient singuliers. » murmura Mana en se relevant.

« Je vois que tu es plutôt intelligente… Mais est-ce que cela t’aidera ? » annonça Airoinos sauf que la voix provenait des centaines d’hommes aux cheveux bleus.

« On verra très bien ! Alan, Mylène, vous restez en arrière, vous êtes complètement inutiles. Enfin restez plutôt assis ! Les enfants, vous m’accompagnez ! »

« Ok… Fais comme tu… »

« Tentacruel ! Tenta ! Tentacruel ! » cria Mylène en se relevant, coupant la parole à Alan.

« Et qu’est-ce que tu feras ? Tu ne vois même pas les mains blanches qui nous entourent… Héhéhé… Oh oui… Qui nous entourent… Elles sont affreusement nombreuses… » annonça Mana en la regardant avec répugnance.
La Tentacruel humanisée était prise de tremblements, n’arrivant pas vraiment à les contrôler tandis qu’Alan se demandait pourquoi elle faisait ça. Lui arrivait à voir tout ce qui se déroulait autour d’eux… Et c’était vraiment horrible… Ils étaient entièrement entourés par ces mains et ça ne promettait rien de bon…

« Tentacruel… Tenta… Tentacruel… TENTA TENTA ! » cria à nouveau la jeune femme aux cheveux bleus se terminant par des mèches noires.

Elle fit apparaître une boule violette entre ses mains, l’envoyant contre l’un des M.mime, un miroir se brisant à l’endroit où il se trouvait, la boule violette revenant à toute vitesse vers Mylène. Celle-ci donna un petit coup avec sa main droite pour la jeter au sol. Le sol s’était mis légèrement à fondre, signe que cette sphère contenait du poison… Et pas un léger d’après le constat de Mana. Celle-ci serrait les dents.

« Et voilà ce qui arrive quand on se comporte comme une idiote ! »

« Mana ! Pourquoi est-ce que tu cries sur Mylène ?! Elle ne fait rien de mal ! »

« Elle est complètement inutile à l’heure… » dit Mana avant de faire envoyer au plafond par de nombreuses mains blanches.

Saleté ! Elle devait arrêter de parler à Alan et se concentrer sur ces foutues illusions ! Elle allait les éclater une par une ! Mais… Mais… C’était plus compliqué que prévu et les enfants eux aussi semblaient avoir du mal à se battre… A chaque fois qu’ils pensaient toucher le véritable Airoinos, celui-ci éclatait en morceaux de verre, prouvant que ce n’était pas le cas.

« Tentacruel… Tenta… Tentacruel… »

« Comment ça, toi seule peut y arriver ?! Ne te fous pas de moi ! Je ne vois pas ce que tu pourras faire d’autre à part servir de bouclier ! » cria Mana envers elle tandis que Mylène fermait les yeux.

Une sphère bien plus grande que celle précédente était apparue au-dessus des mains de Mylène. Celle-ci les tendait dans les airs avant de les claquer subitement. La sphère violette explosa en des centaines de jets empoisonnés, un cri se faisant entendre :

« C’est quoi ça ?! Du poison ?! AH ! Mon bras ! »

« Tentacruel, tenta… Tentacruel… » annonça Mylène en désignant un M.mime au loin.

Celui-ci se tenait le bras en pestant de douleur, des cloques apparaissant… le différenciant complètement des autres M.Mime ?! Rapidement toutes les mains noires de Mana et des enfants se dirigèrent vers lui, Airoinos s’écriant :

« VOUS NE M’AUREZ PAS DE CETTE MANIERE ! »

Tout les miroirs autour d’Airoinos se brisèrent, volant en direction des sept personnes, l’homme à la moustache disparaissant en se téléportant. Déjà, les miroirs remettaient son image avec son bras en cloque, le rendant à nouveau pareil que les autres.

Du côté de Mylène, celle-ci avait son bras gauche recouvert d’entailles diverses, des éclats de verre s’étant plantés dessus alors qu’elle gémissait de douleur. Ca faisait mal… Elle… n’était pas habituée à souffrir autant… Ce n’était pas qu’un simple combat pokémon ou d’entraînement cette fois-ci… C’était bien loin de ça !

« Tsss ! Et voilà qu’elle souffre… Est-ce que tu vas abandonner maintenant ? » dit Mana en la regardant.

« Tentacruel ! TENTA ! » gémit Mylène en passant sa main droite sur son bras gauche, gelant les éclats de verre pour les retirer de celui-ci.

« Mylène, retourne dans ta poké… » murmura Alan avant de s’arrêter. Il avait sa pokéball à la main mais il la lâcha subitement, ses doigts laissant tomber quelques gouttes de sang.

Sa pokéball était brisée ? Depuis quand ? Depuis quand était-elle recouverte d’éclats de verre ? Qu’est-ce que cela voulait dire ? Mylène s’était mise à genoux, en position de prière, ses deux mains jointes alors qu’elle fermait ses yeux rouges.

« Vous n’avez pas encore compris ? A chaque fois que vous attaquerez l’un des miroirs au lieu de moi-même, leurs éclats transperceront votre corps ! » s’écria Airoinos alors que diverses mains blanches sortaient des nombreux hommes aux cheveux bleus.

« La majorité d’entre elles n’existent pas ! Il suffit juste de trouver lesquelles sont les vraies mains et ensuite de les… ARGGGGGG ! » grogna Mana avant d’être projetée au sol, les enfants venant la rejoindre.

« TENTACRUEL ! »

« Comment ça ?! Rester au sol ?! Et puis quoi encore ?! Alan ! Ta pokémon est complètement folle ! On ne peut pas combattre de cette manière ! Alan ? »
Qu’est-ce qui se passait avec lui ? Mana avait son visage tourné vers lui alors qu’il posait une main sur l’épaule de Mylène. Celle-ci restait à genoux tandis qu’Airoinos remarquait enfin la présence du jeune homme. Celui-ci n’avait rien dit ou presque depuis le début… C’était donc lui le roi noir ? C’était donc lui qui causait tellement de soucis ?

Lentement, Alan se mit à genoux à côté de Mylène, passant une main dans l’une des mèches bleues de l’adolescente, lui murmurant quelque chose à l’oreille. Elle ne répondit que par un petit sourire en hochant la tête. Il se coucha sur le sol, demandant d’une voix calme :

« Ecoutez là et faites ce qu’elle dit… Je vous le demande… »

« Tsss… Je ne sais pas ce que vous avez en tête mais… »

Mana s’arrêta de parler alors que les cheveux de Mylène s’allongeaient peu à peu… jusqu’à devenir immenses… En fait, il y en avait tellement qu’ils recouvraient un bon diamètre de la pièce. Les cheveux se levèrent avant de se tresser puis de se séparer en d’autres longues tresses… comme pour ressembler à des tentacules ?! Il y en avait combien ? Une dizaine ? Une vingtaine ? Une cinquantaine ? Plus de cent même…
Lentement, puis de plus en plus rapidement, les tentacules constitués de cheveux commencèrent à tournoyer, brisant tout les miroirs dans la pièce. Tous sans exception était la proie d’un tentacule, des bruits de verre cassés se faisant entendre de part et d’autres alors qu’un corps se retrouvait envoyé contre un mur… Airoinos ?

Les yeux rouges de Mylène s’ouvrirent lentement alors qu’elle tournait son visage vers Alan, lui faisant un petit sourire. Ce sourire alla faire s’écouler un léger filet de sang alors que tout son dos était recouvert de morceaux de verre. Alan eu à peine le temps de mettre sa main sur le visage de Mylène que déjà le corps de l’adolescente se recouvrait de morceaux de verre de ce côté ici. Il ne poussa même pas une plainte de douleur en voyant sa main martyrisée par les morceaux de verre. Lentement, celle-ci glissa le long du visage de Mylène, intact et indemne… bien que des marques de doigts ensanglantés étaient visibles. Ses yeux s’étaient refermés mais elle gardait son sourire.

Chapitre 27 : Rester avec lui jusqu’au bout

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 27 : Rester avec lui jusqu’au bout

« Alan… Tu m’as serré un peu plus que d’habitude… cette nuit. »

« Moi ? Mais c’est toi qui m’a serré avec insistance, c’est pourquoi j’ai fait pareil… »

Les deux adolescents se regardèrent longuement, leurs mains posées sur le bas du dos de l’autre. Leurs yeux rouges se croisèrent bien que l’un de Mana était fermé. Ils étaient tout les deux réveillés depuis déjà plusieurs minutes, ne se séparant pas bien qu’ils étaient très rapprochés contrairement à leur habitude.

« Qu’est-ce que l’on fait ? On reste ainsi ? »

« Et puis quoi encore… Nous n’avons pas été dérangés cette nuit, cela m’étonne car je pensais que nous allions avoir de la visite… » murmura Mana en commençant à se détacher de lui.

« Est-ce que tu penses que les enfants auraient fait quelque chose ? Je n’aime pas forcément les voir se battre… Ce n’est pas bon pour eux… »

« C’est plus que bon… Tu dois les laisser faire leur vie… ou leur mort plutôt. Ils sont assez grands mentalement ou presque… Ce ne sont que des enfants mais ils comprennent bien plus de choses que tu ne le crois… Surtout le concept de la mort… »

« Héhéhé… Le concept de la mort… Quand j’entends ça, ça me fait sourire… Je suis entouré par la mort depuis le début… depuis que je suis né… Et surtout avec ce que tu m’as dit… »

« Commence pas à jouer le névrosé, je ne supporterais pas ça très longtemps ! »

Des petits cris et la porte de la chambre s’ouvrit à la volée, laissant voir les quatre enfants en train de courir vers eux avant de sauter sur le lit tout en enlaçant Mana et Alan. Les deux adolescents restaient muets et stupéfaits par ce qui venait de se passer. Ils poussèrent ensuite des cris de surprise alors que Mana et lui se regardaient longuement, cherchant à saisir ce qui se déroulait exactement ici.

« Hey ! Hansel et Gretel, qu’est-ce qui vous prend ?! On se fait attaquer ? » annonça Mana en tentant de les contrôler.

« Emmy, Amy ?! C’est la guerre ? Qu’est-ce que vous faites les filles ?! » demanda Alan tout en les serrant contre lui sans réellement comprendre.

« On vient juste saluer nos parents ! »

Il poussa un petit étranglement à la phrase prononcée par les quatre enfants, Mana se mettant à tousser et à étouffer à moitié. Les deux avaient très bien entendu ? Ce n’était pas n’importe quoi ?! C’était quoi cette idée ?! Lorsqu’il regarda Mana, il vit que celle-ci détournait le regard. Elle était au courant… Elle était au courant de tout ça !

« C’est quoi cette histoire de parent ? »

« Nous quatre, on a décidé que le roi noir et Mana seraient nos parents ! »

« Et depuis quand ? Enfin… Mana semble savoir à ce sujet… mais je n’étais pas au courant d’une telle chose. Vous pouvez m’expliquer pourquoi vous voulez ça ? » demanda t-il avant de placer les jeunes filles à côté de lui.

Les six personnes étaient maintenant assises sur le lit, Mana ne regardant plus un seul instant Alan alors que celui-ci observait les quatre enfants. Ces derniers s’étaient positionnés devant lui, attendant qu’il pose à nouveau sa question, ce qui ne tarda pas après quelques instants.

« Et bien… Vous êtes… la première personne humaine… à vouloir bien vous occuper de nous… Auparavant… Quand on apparaissait… Ils partaient tous ou avaient peur… En plus, vous arrivez à voir nos mains et vous n’avez pas peur ! Et puis, vous nous laissez dormir dans des lits… et faire à manger… On ne mange plus les déchets… et puis et puis… Vous êtes aussi très gentil avec nous… »

« Hahaha… Je vois… Je vois… Je vois… C’est à cause de tout ça ? Mais je n’ai que dix-sept ans. Je serais plus votre grand frère que votre père… Ca serait plus crédible. »

« Alors soyez notre grand frère ! S’il vous plaît ! Soyez-le ! »

Qu’il soit leur grand frère ou leur père, les enfants semblaient bien décider à avoir une relation avec lui… Pourquoi ? Il jeta un œil à Mana, celle-ci ne le regardant plus un seul instant alors qu’il la désignait du doigt :

« Et elle, on la considère comme quoi ? Vous avez un petit nom à lui donner ? »

« On pourrait lui dire que c’est notre grande sœur ! Ou alors l’amoureuse de notre grand frère ! » crièrent les enfants en même temps.

« STOP ! Je ne suis l’amoureuse de personne ! Je ne suis la grande sœur de personne ! Je ne sais pas qui vous a mis cette idée en tête mais j’ai une question : C’est vous cette nuit qui… »

Les enfants commencèrent à siffloter avant de s’éloigner du lit en courant, quittant la chambre alors qu’elle jetait un oreiller en direction de la porte. Elle pesta en murmurant :

« Qu’est-ce qu’ils ont en tête ces gamins ?! On a la raison de notre enlacement un peu trop fort cette nuit. Ils se sont amusés à faire ça pendant que nous dormions ! C’est pour ça que nous étions si… »

« Mais ce n’est pas mieux que de les voir tristes ? Ils ont l’air… si heureux… »

« Ca oui, ils le sont ! C’est même la première fois qu’ils montrent autant de sentiments et d’émotions. Tu es peut-être un sacré prodige. »

« Est-ce que c’est toi qui leur a mis… »

« JAMAIS ALAN ! » lui hurla t-elle avant de lui jeter le second oreiller en plein visage. Elle se releva, annonçant qu’elle allait prendre une douche au lieu de continuer à discuter ici.

Il passa une main sur son front, se demandant ce qu’il avait fait pour mériter une telle chose avant de rigoler faiblement. Ah… Ces enfants étaient vraiment spéciaux quand on y réfléchissait bien… ils étaient plus que spéciaux… Plusieurs minutes passèrent et Mana revint complètement nue, des gouttes d’eau s’écoulant le long de son corps tandis qu’il toussa un peu, lui demandant de se rhabiller.

« En quoi est-ce ça te dérange ? Auparavant, ça ne te posait aucun problème. »

« Disons que… Là… Avec cette idée dans la tête et le fait que l’on se trouve dans une suite royale et nuptiale, même si tu es une pokémon… »

« NE TE FAIS SURTOUT PAS D’IDEES ! »

« Ok ! Ok ! J’ai rien dit ! Mais quand même… Me considérer comme leur père… ou leur grand frère… Est-ce que ça te paraît anormal ? Je suis un humain… »

« Ils l’étaient aussi… Qu’est-ce que tu veux que je te dise d’autre, Alan ? Tu es celui qui leur donne un semblant de famille, chose disparue pendant des décennies voir des siècles. Moi, je m’en fiche complètement mais eux… » marmonna t-elle en détournant le regard vers le sol.

Il se leva à son tour, s’approchant avant de l’enlacer. Ca ne servait à rien de se mentir ou de se leurrer… Elle appréciait aussi qu’elle soit considérée comme une grande sœur… même si… Même si… Elle n’avait jamais ressenti ça lorsqu’elle avait été une humaine… Une simple humaine… Malheureusement pas comme les autres… Une humaine détestée… et admirée…

« C’est bon ! Arrête de me coller ! T’essaye d’en profiter, Alan ! »

« Non ! Surtout pas… Je … te sentais un peu triste. »

Elle ? Triste ? Tss ! Qu’il arrête de se faire des idées ! Elle le repoussa, allant chercher une serviette pour s’essuyer alors qu’il signalait qu’il quittait la chambre. Il devait préparer un repas pour les enfants. Elle alla le rejoindre en bas de l’hôtel une bonne dizaine de minutes plus tard, les enfants avec lui. Les enfants étaient un peu barbouillés de sang et il expliqua qu’il y avait eu quelques… intrus qui n’avaient pas apprécié leur présence en ce lieu.


Les enfants semblaient bien moins enthousiastes en voyant le regard froid de Mana envers Alan, se demandant s’ils avaient fait une bêtise en proposant une telle chose. C’est vrai que… C’était un peu osé de leur part… Le roi noir n’avait peut-être rien à en faire de toute cette histoire… Ils n’étaient là que pour le servir… quitte à disparaître complètement à cause des pokémons psychiques… quitte à se sacrifier… si cela s’avérait nécessaire…

« Bon… Hansel… Gretel… Amy… Emmy… Au sujet de votre demande… Je tiens à vous dire que contrairement à vous, je n’aurai pas la vie éternelle… Donc que je vieillirai… de jour en jour… De même, je ne sais pas ce qui m’attend, peut-être que je disparaîtrai bientôt… Aujourd’hui, demain… Bref… Je pense un peu savoir pourquoi vous m’avez demandé d’être votre grand frère… Et j’accepte ceci. Je veux bien être votre grand frère. De toute façon, je n’ai jamais eu de petit frère ou petite sœur, c’est une bonne façon de commencer non ? Alors… Si vous le voulez encore… Je peux… »

« OUI ! On le veut vraiment ! » s’écrièrent les enfants en chœur.

« Alors c’est décidé ! Plus de roi noir mais grand frère maintenant ! »
Il tendit sa main alors que les enfants faisaient de même, les réunissant au milieu de la table tandis que Mana levait les yeux en l’air. Elle déposa sa main sur les autres, murmurant qu’elle allait l’appeler aussi comme ça dorénavant alors qu’il rigolait faiblement. Ils allaient pouvoir se remettre en route dès maintenant ! Et contrairement à ses dires, ils n’avaient visiblement pas besoin de passer plusieurs journées pour arriver jusqu’au gratte-ciel… puisque ce dernier n’était plus si loin que ça.

« Je crois qu’au final… Nous allons devoir essayer de rentrer dans cet endroit plus rapidement que prévu… Mais qu’est-ce… »

Ses deux pokéballs venaient de s’ouvrir, laissant apparaître Ouros et Mylène. Celle-ci se jeta sur Alan pour l’enlacer longuement en poussant des petites plaintes de Tentacruel alors qu’Ouros observait tout les M.Mime qui stationnaient devant le gratte-ciel.

« Hypocéan ? Hypo… Hypocéan ? Hypo Hypo… Hypo… Céan hypo. »

« Tentacruel ! Tenta ! Tentacruel ! TENTA ! »

« Mylène me fait te dire que tu es vraiment cruel de ne plus la laisser sortir aussi souvent. Hypocéan se demande si nous devons traverser cette troupe de M.mime pour aller dans le bâtiment ou non. » annonça Mana en le regardant.

« Et je suis sensé répondre quoi moi ? Ce n’est pas de ma faute ! Je ne veux pas qu’ils soient en danger ! Qu’ils retournent dans leurs pokéballs ! »

« Ils n’ont pas l’air d’accord… Ouros, oui, nous devons traverser ces M.mime. »

« Hypocéan… Hypocéan hypo… Hypo. »

Comment ça ? Rester en arrière ? Mana le regarda s’avancer sans trembler un seul instant vers le gratte-ciel. Mylène restait collée à Alan, celui-ci ne comprenant pas ce que l’Hypocéan humanisé comptait faire. Puis une idée lui traversa l’esprit alors qu’Ouros se tenait maintenant au beau milieu des hommes et femmes aux cheveux bleus tressés à la façon des M.mime. Ces derniers s’exclamèrent :

« Qu’est-ce que tu nous veux ? C’est interdit de venir par ici. »

« Retourne voir ton dresseur, ça vaut mieux pour toi si tu ne veux pas de problèmes. »

« Hypocéan… »

« Comment ça : Les ennuis ne font que commencer ?! »

Le corps du jeune homme scintilla légèrement puis violemment, éblouissant les M.mime qui se cachèrent les yeux alors que le groupe d’Alan restait en retrait. Il… évoluait ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi à ce moment ? Le jeune homme qui se tenait maintenant entre les M.mime était bien plus grand qu’auparavant, il avait bien gagné dix à vingt centimètres… sa coiffure restait la même ou presque… Deux petites antennes de cheveux bleus tressés et torsadés. Il passa une main sur son front, faisant un demi-tour avant de saluer Alan d’un geste de la main. Les M.Mime se tournèrent subitement vers l’endroit qu’Ouros regardait avant de pousser des cris à l’unisson. LEURS… LEURS JAMBES ! LEUR CORPS ! Ils étaient en train de geler ?! Le décor tout autour d’Ouros commençait à se geler, les pokémons humanisés devenant des statues de glace qui se brisèrent quelques secondes après. Tout le groupe arriva à la hauteur d’Ouros, celui-ci émettant un léger sourire en voyant le visage étonné de Mylène et celui d’Alan.

« Depuis quand tu es capable d’évoluer ? Tu aurais pu me prévenir ! Tu m’as fait sacrément peur ! Je ne pensais pas que tu étais capable de tout ça… »

« Hypo… Hyporoi ? Hyporoi. »

« Rentrer à l’intérieur ? Hein ? Ah bien oui. Avec toi à côté, ça va être encore facile maintenant. Mylène, Mana, les enfants, rentrez vite à l’intérieur. Ouros, on t’attend. »

Ou plutôt, EUX… devaient attendre. Il leur demanda de bien vouloir patienter pendant quelques minutes le temps qu’il rentre le premier à l’intérieur. Ce qui se passa exactement, ils ne le sauraient jamais. Mais toutes les vitres des vingt premières étages éclatèrent en morceaux, de violents ouragans projetant des corps d’hommes et de femmes aux cheveux bleus par-dessus bord. Il revint ensuite, signalant d’un geste qu’ils pouvaient rentrer, tout le monde s’exécutant bien que Mana restait en retrait, demandant aux autres d’avancer. Lorsqu’ils furent tous à l’intérieur, elle s’adressa à Ouros d’une voix calme :

« Je peux savoir à quoi tu joues ? »

« Hypo ? Hyporoi ? Hypo ? »

« Ne fais pas l’innocent avec moi, ça ne marche pas de cette manière. Tu as une idée en tête et elle me déplait fortement. Depuis quand es-tu capable de faire ça ? »

« Ca ne sert à rien de mentir… Depuis longtemps… Je suis désolé mais je ne peux pas parler plus longtemps que ça. Je crois qu’ils ne vont pas tarder à rappliquer… Vous devriez avoir le champ libre pour grimper tout en haut du gratte-ciel. »

« Et toi ? Qu’est-ce que tu vas faire ? J’ai demandé à… »

« Je sais très bien ce que je vais faire… Laissez lui croire que je ne suis qu’un… »

« Hey ? Mana ! Tu en mets du temps ! Euh… Ouros… C’est toi qui… »

« Adieu, maître. Occupez-vous de lui, Mana. »

Il tendit sa main, repoussant avec violence Alan qui vola à l’intérieur du gratte-ciel en même temps que Mana. Les portes commencèrent à se geler subitement en même temps que les cinq premiers étages, des dizaines voir des centaines d’hommes et femmes aux cheveux bleus arrivaient de tout les côtés. Visiblement, ils avaient été alertés… Héhéhé… Mais ils ne pourraient pas passer. De nombreuses tornades et ouragans commencèrent à entourer le jeune homme aux cheveux bleus et le gratte-ciel… C’était l’heure.

Chapitre 26 : De l’ardeur au travail

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 26 : De l’ardeur au travail

« Ils sont nombreux, très nombreux… Mais ils ne peuvent rien contre nous… Ils ne sont pas préparés à ce que nous ripostions… » annonça Mana alors que l’une de ses mains noires se posaient sur le menton d’un M.mime, brisant sa nuque verticalement.

« Je crois que cela va prendre plusieurs jours pour arriver jusqu’au gratte-ciel… » murmura Alan tout en restant au milieu de la petite troupe.

« Alors il est temps d’aller faire les courses, qu’est-ce que vous en pensez les enfants ? »

« D’ac… cord… On veut bien les faire ! » s’écria Emmy, l’une des deux petites Polichombrs tandis qu’Alan se disait qu’elles semblaient bien plus joyeuses qu’au départ.

La petite … famille alla se diriger vers un centre commercial, ne semblant pas réellement se préoccuper des hommes et femmes aux cheveux bleus qui attaquaient diverses personnes et pokémons humanisés. Alan semblait être le seul à s’y intéresser relativement, remarquant des fois une ou deux mains blanches sortants du dos de ces M.mime.
Mana prit un caddie encore en bon état bien qu’il était couché sur le sol, remarquant que quelques tripes étaient coincées entre les morceaux de fer. Elle poussa un petit soupir tout en les retirant, demandant à Alan et aux enfants de bien vouloir la suivre alors qu’elle se mettait en route. Les rayons étaient dévalisés ou presque, les combats faisaient rage comme à n’importe quel autre endroit et pourtant…

Ils semblaient complètement absents du monde qui les entourait. Alan lui-même n’était plus réellement conscient, ne se souciant plus un instant des nombreuses attaques autour d’eux alors que Mana s’adressait à lui, posant de nombreuses questions :

« Tu préfères quoi ? C’est self-service ici alors décide toi vite. »

« Si on peut éviter les habituelles pizzas, ça me conviendrait… Mais bon, je ne sais même pas pourquoi on va faire des courses. » murmura t-il tout en prenant une boîte de chocolat en poudre pour la jeter dans le caddie.

« Je croyais que cela allait prendre plusieurs jours avant que l’on n’arrive jusqu’au gratte-ciel non ? Alors pendant ces journées, tu vas faire comment ? Te nourrir d’amour et d’eau fraîche ? Sache que je te donnerais ni l’un, ni l’autre alors bon… »

« Aussi aimable qu’une porte de prison, Mana… Enfin bon… Si tu ne veux rien me donner, est-ce tu peux éviter de me tenir l’une de mes deux mains ? » demanda t-il tout en lui désignant leurs deux mains jointes tandis que les deux autres poussaient le caddie ensemble.

Des petits rires se firent entendre alors qu’elle tournait son visage furieux vers Hansel et surtout Gretel. Elle retira vivement sa main de celle d’Alan tandis qu’il tenait maintenant le caddie à deux mains. Qu’est-ce qui lui prenait de se comporter comme ça ? Depuis qu’il avait perdu son père… Elle s’était montrée… un peu trop proche de lui… Elle était insensible… Elle ne montrait jamais de sentiments tendres… Tout cela était faux… Ce n’était pas la vérité. Elle devait faire attention où elle mettait les pieds. En fait, tout avait débuté depuis que les enfants étaient arrivés… Voilà tout ! Ce n’était pas possible de toute façon !

« Bon… Même si je suis sensée être celle qui s’occupe de la justice et de la milice, tu es celui qui fera dans l’exécutif. De toute façon, le centre d’Idamint n’existe plus… comme les autres centres. » annonça Plitana en parlant à une personne en face d’elle.

« Je le sais très bien… Tout cela pour faire sortir le roi noir de sa cachette. L’est nous est maintenant accessible mais je ne pense pas qu’ils y soient encore. »

« Cela me semble plus que logique… Bon, je retourne auprès d’Oricalk. Je te laisse te charger du reste de cette affaire, Airoinos. » dit-elle avant de disparaître complètement.


Résoudre cette affaire ? C’était plus facile à dire qu’à faire. Dire qu’il était chargé de s’occuper de tout ça l’embêtait un peu… Enfin… Ce n’était pas forcément un problème… Il devait juste faire attention à ce que ses ennemis arrivent le plus rapidement ici. Ensuite, il s’occuperait d’eux et leur montrerait comment tout cela se terminera entre la réalité et l’illusion. Héhéhé… Il était passé maître dans cet art !

« Combien ça coûte ?! Rien du tout ! Mais c’est super ! »

« Mana… Tu es plus que cinglée. »

La jeune femme aux cheveux gris était passée à la caisse tandis qu’Alan mettait une main sur son front en se disant qu’elle était vraiment bizarre. Il récupéra les nombreux sachets, saluant d’un hochement de tête le cadavre de la caissière comme si de rien n’était. Mana le félicita pour sa galanterie tandis que les quatre enfants les suivaient.

« Maintenant, où est-ce que l’on se rend ? On a fait les courses et je sens que je vais devoir les porter sur une longue distance… pour ne pas changer… »

« Tu dois te rendre utile de temps en temps. On dirait que le ménage a été bien accompli pendant qu’on faisait les courses. » signala Mana alors qu’ils sortaient du supermarché.

« Je crois l’avoir remarqué… C’est un véritable désastre… Oui… Vraiment un désastre… Mana… J’ai un peu peur… »

« Peur ? Peur de quoi ? »

Elle se tourna vers lui alors qu’il déposait les sachets au sol. Tout autour d’eux, des cadavres de M .mime, d’humains et d’autres pokémons humanisés jonchaient le sol. Il y avait bien quelques surfaces gelées, d’autres parcourues d’électricité ou de flammes… C’était vraiment inquiétant en un sens… Mais c’était là le problème… Il n’était pas apeuré… Pas lorsque cela ne concernait pas sa personne ou alors Mana et les enfants…

« Ce spectacle est horrible… mais… comment dire… Je trouve que…. »

« Oui, je le trouve horrible aussi. Il n’y a pas assez de morts ou de bâtiments détruits… »

« NON ! Je ne pensais pas à ça, Mana ! Je pensais plutôt à… Comment dire… Je ne sais pas… Je ne ressens plus rien quand je vois ça… J’ai peur de devenir… quelqu’un d’insensible… En fait, à part le moment où tu m’as embrassé… Et celui où j’ai été enfoncé dans le sol, je n’ai pas réagit plus que ça. »

« Tu n’étais pas obligé de me rappeler ce moment malheureux de mon existence de morte. Ce baiser n’avait aucune signification. Il en est de même pour l’enlacement, tu devais juste éviter de trop bouger. Tu as bien compris, Alan ? »

« Ca ne répond pas à ma question… Mana… Enfin… Je suis désolé de t’embêter avec ça. »

« Pfff ! Oui, oui ! Bon, on va se trouver un immeuble ou… NON ! Un hôtel cinq vois dix Staris ! On va dormir comme des rois ! Par contre, si les draps sont tachés de sang, on s’en fout ! L’odeur ne me dérange pas ! » annonça t-elle d’une voix enjouée.


Il récupéra les sachets sans rien dire alors qu’elle se remettait en route avec les quatre enfants. Les deux petites filles Polichombrs le regardaient tandis qu’il posait ses yeux tout autour de lui. Qu’est-ce qui lui prenait de se comporter comme ça ? Il ne le savait pas… Quelque chose changeait en lui mais quoi ?

Les minutes passèrent mais il n’y avait plus personne ou presque… Seuls quelques rares individus dans un bien triste état, gémissaient au sol, implorant de l’aide qu’ils ignoraient complètement. Enfin, ils trouvèrent un magnifique bâtiment qui semblait délabré mais pourtant, deux personnes gardaient l’entrée, deux hommes aux allures patibulaires.

« Interdiction de passer les gars, c’est un squat ! Enfin, la fille avec sa camisole, elle peut rentrer, on est toujours en manque de jolies pou… »

Il ne termina pas sa phrase que son corps fut disloqué en deux, son compagnon le rejoignant dans cet état quelques secondes plus tard. Ils arrivèrent après une bonne minute devant un autre homme qui se curait le nez, accompagné de son pokémon : Un homme aux cheveux blonds hérissés… Un Voltali. Les deux se tenaient derrière un comptoir.

« Désolé, y a plus de chambre. Sauf pour la fille, elle a l’air d’en avoir des… »

Les deux têtes se rencontrèrent avant d’exploser l’une contre l’autre, Mana haussant les épaules, ses mains noires revenant vers elle alors qu’elle disait qu’ils allaient prendre la suite royale ainsi qu’une chambre à côté pour les enfants. Malheureusement, il n’y avait plus les clés mais elle signala que ce n’était pas un problème.

Ils allèrent à l’étage, prenant l’ascenseur alors qu’elle jetait quelques regards discrets vers Alan. Il ne ressentait plus rien ? C’était loin d’être impossible… En fait, cela pouvait même être prévu… Même si ce n’était pas vraiment ça qui l’intéressait… Enfin non… Elle n’avait pas à s’en faire. Elle demanda aux enfants et au jeune homme de bien vouloir attendre quelques minutes alors qu’elle sortait la première.
Elle revint après quelques minutes, couverte de sang sur sa camisole, Alan préférant ne rien dire et ne pas poser de questions. Elle emmena les enfants dans leur chambre, une belle pièce un peu tachée de sang et de morceaux d’on-ne-savait-quoi sur les murs tout en leur disant qu’Alan irait préparer à manger dans deux ou trois heures. Dans l’autre chambre, Mana s’écroula sur un gigantesque lit, Alan observant les draps et tout ce qui se trouvait autour de lui. Bizarrement, la chambre… ne semblait même pas être ternie… par l’odeur du sang.

« Couche-toi sur le lit. » annonça t-elle en refermant la porte derrière elle, prenant la clé avant de la jeter au loin d’un geste nonchalant.

« Pour… quoi Mana ? Qu’est-ce qu’il y a ? On ne va pas préparer le repas ? »

« Avant, toi et moi, on va discuter tout les deux. »

L’une des mains noires se plaqua contre le torse d’Alan, le poussant en arrière alors qu’il émettait un petit cri de surprise. Il se retrouva allongé sur le lit, Mana passant ses jambes par-dessus son corps alors qu’elle disait d’une voix calme :

« Je vais te le dire franchement. Je ne sais pas ce qui se passe avec toi ou moi. »

« Co… Comment ça ? De quoi est-ce que tu parles ? »

« Je n’arrive pas à saisir exactement la raison qui me pousse à prendre ta main inconsciemment… Par contre, en ce qui concerne ton absence de sentiments… »

« Oui ? Tu sais pourquoi ? Dis le moi s’il te plaît ! »

Il s’était relevé, inversant les positions bien qu’il se trouvait à quatre pattes au-dessus d’elle. Elle l’observa de son œil rouge, l’autre à nouveau caché par son bandeau alors qu’elle annonçait d’une voix nonchalante :

« Cela va empirer de pertes en pertes… A force de trop pleurer avec les nombreuses morts autour de toi, tu commences à ne plus rien ressentir… Tu seras comme un être dénué de sentiments… Tu ne souriras plus, tu n’iras plus pleurer, tu ne connaîtras plus la peur, ni la souffrance… ni la joie… ni l’amour… Rien du tout… Tu seras insensible… »

« Dis de cette façon… Ca a l’air d’horrible… non ? Mais en y réfléchissant bien, n’est-ce pas la meilleure solution ? Pour se libérer de toutes ces contraintes néfastes… »

« Et devenir comme les pokémons psychiques qui règnent sur le monde actuellement ? C’est ça ce que tu désires ? C’est ça ce que tu veux ? »

« Je ne sais pas trop… Enfin… Ca n’a pas l’air mauvais en soi… Même si… Ca me ferait un peu de mal… en y réfléchissant bien… Sinon, revenons-en à toi ! » alla t-il dire avec un grand sourire alors qu’il restait au-dessus d’elle.

« A moi ? Par rapport à mes gestes ? Ne te berce pas d’illu… »

« Non, non, je ne m’en fais pas… De toute façon, même si ça l’était… Ca ne serait pas réciproque… Je ne t’aime pas, tu ne m’aimes pas… Donc comme ça, c’est réglé. Je dirais que dans ton cas, tu cherches à prendre ma main comme si tu voulais t’attacher à quelque chose pour ne pas perdre pied. Comme si tu n’étais pas habituée à tout ce qui se passe dans ta vie… ou dans ta mort plus exactement. »

« Ca me semble plausible… Oui… Et donc le fait de dormir avec toi reviendrait à peu près au même schéma, c’est cela ? Et lorsque j’ai mis cette camisole… »

« Cela doit correspondre à ton manque de lien évident ! Tu n’es pas habituée à avoir des liens avec d’autres personnes, c’est pourquoi tu n’es… »

« TAIS-TOI ! C’EST BON ! J’AI COMPRIS ! » cria t-elle tout en le faisant tomber sur elle alors que ses propres mains à elle se faisaient à nouveau ligotées par la camisole.
Depuis quand est-ce qu’il jouait au psychologue ? Elle murmura de l’enlacer avant qu’elle ne se mette en colère et il s’exécuta rapidement, la serrant contre lui sans réellement comprendre l’utilité d’une telle chose. Elle lui demandait après de faire qu’ils soient face à face car elle avait quelque chose d’important à lui dire.

« Mylène et Ouros… Est-ce que tu penses que tu irais pleurer pour eux ? S’ils devaient mourir ? Répond franchement… »

« Je ne sais plus du tout… Mylène est ma première pokémon… Je l’ai eu aux environs de cinq ou six ans… Elle a toujours été très affectueuse… Ouros non plus… C’est l’un de mes pokémons… J’ai toujours été intéressé par l’eau… Ici… Il n’y a plus d’océan ou de mer… Juste des lacs artificiels… Il paraîtrait que ça a existé il y a très longtemps… »

« Ca existait… Et il y avait des plages aussi… Cela remonte à très longtemps… avant que les pokémons ne deviennent des humains… Tout cela s’est passé si rapidement… En une journée… Après la disparition de ce monstre… »

Son ton était maintenant mélancolique… comme si elle connaissait cet instant dont elle parlait. Ce monstre… C’est vrai… Il pouvait lui demander si elle voulait bien en parler. Il passa ses deux mains sur son dos, le caressant lentement avant de lui dire :

« Ce monstre dont tu parles… Est-ce qu’il s’agit de… »

« Oui… C’est lui qui a causé tellement de problèmes il y a plusieurs siècles… Grâce à sa mort, les pokémons sont devenus humains… Et Chiss a été crée… »

« Il paraîtrait qu’il est aussi à l’origine de la disparition des pokémons spectres… Est-ce que c’est vrai, Mana ? »

« Si je suis devant toi, est-ce que ça te semble réaliste ? Enfin bon… Pour te répondre… Je dirais que oui… Car il était lui-même un spectre… Un amas de spectres… Un concentré de haine et de vengeance… Et je suis un peu comme lui… »

« Tu es complètement différente ! Ne raconte pas n’importe quoi, Mana ! Où est-ce que tu es seulement haineuse et vengeresse ? »

« Il y a bien des choses que tu ne sais pas, Alan… Séparons-nous maintenant. Cet hôtel n’est pas vide mais qu’importe… On ne sera pas dérangés… Je me suis occupée d’éliminer tous les intrus à cet étage… » marmonna t-elle.

Eliminer les intrus ? C’était donc ça le sang sur elle ? Il retira enfin ses deux mains avant de se lever, commençant à retirer la camisole du corps de Mana pour lui dire d’aller se laver pendant qu’il allait voir les enfants et essayer de préparer un repas correct dans cet endroit.

Chapitre 25 : La folie dans les coeurs

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 25 : La folie dans les coeurs

« Dites… Mademoiselle Mana… Qu’est-ce que… vous pensez réellement du roi ? »

« Pourquoi cette question, Gretel ? On ne pose pas ce genre de choses sans avoir une idée en tête. Clarifie donc le fond de ta pensée. » murmura Mana alors que la tête d’Alan était posée sur ses genoux.

Ils étaient tous assis sur le sol, ils n’avaient pas bougés de place mais les enfants avaient arrêtés de serrer Mana et Alan contre eux. Le jeune homme s’était finalement endormi sur les genoux de la jeune femme, celle-ci s’étant laissé faire. Elle jouait avec une mèche de ces cheveux blonds alors que la petite fille à la mèche blanche reprenait :

« Et bien… On se demandait… si… le Roi et vous… Enfin… Vous pouviez être… »

« Être ? Termine donc tes phrases s’il te plaît. Tu sais très bien que c’est loin d’être sympathique lorsqu’on ne sait pas le fond de la pensée de l’autre. »

« On se demandait si… Vous et le roi… Vous pouviez… devenir nos parents… »

Elle arrêta de caresser les cheveux blonds d’Alan, se tournant vers la jeune fille pour voir si elle était bien sérieuse. Elle ? Une mère ? Et Alan ? Un père ? Ha… Haha… Hahaha… Elle se retenait de rire pour ne pas gêner les enfants mais elle annonça d’une voix douce :

« Alan pourrait faire un très bon père mais moi, je me vois mal comme mère. Je suis désolée mais je ne peux pas accepter les enfants. Je suis aussi atteinte que Rélo par la haine et cela vous emmènerait seulement à votre perte si j’acceptais. »

« Mais… Mais… Mais… Et pour ce que vous avez fait auparavant ? »

« Ce que j’ai fait ? Si tu veux parler de ce que je pense… Malheureusement, il n’y a aucun sentiment là-dedans. Je ne suis pas faite pour ressentir quelque chose au final. Je suis Mana l’Insensible. Je montre de la colère, de la haine, tout ce que je veux… Mais au final, je n’ai aucun sentiment doux et tendre… »

« Ce n’est pas vrai ! Vous le savez très bien mademoiselle Mana ! »

« Tais-toi, Gretel ! Ca suffit ! Je ne ressens rien pour Alan ! »

« Alors pourquoi… Est-ce que vous ne remettez pas votre bandeau ? Vous avez… dit que c’était très dangereux… de ne pas le mettre… et surtout… Vous avez les deux yeux ouverts… C’est encore plus dangereux… »

« Ca… C’est mon problème, Gretel. Maintenant dormez pendant quelques heures ! »

Ces gamins posaient de sacrés questions… Tsss… Elle se sentait un peu coupable de leur avoir parler comme ça mais elle n’avait pas eu le choix ! Tsss ! Et lui qui dormait paisiblement sur ses genoux… Tsss… Il n’avait pas eu des journées faciles dernièrement. Elle l’observait de ses yeux rouges, son autre main posée sur le bandeau qu’elle serrait. Elle pouvait attendre encore un peu… Oui… Elle n’était pas haineuse… pour l’instant.

Il fut le premier à se réveiller, ouvrant ses yeux sur le visage de la jeune femme aux cheveux gris. Vraiment… Sa coiffure, il ne l’avait pas ratée sur ce coup. Et puis bon… Quand elle dormait, elle semblait si différente de celle qu’elle était habituellement… Encore qu’hier… Cela n’avait pas été habituel… Loin de là… même… Il approcha lentement une main vers la joue de Mana avant de s’arrêter. Ce n’était pas une humaine mais une pokémon… Mais une pokémon humanisée… et qui avait été une humaine auparavant… C’était si compliqué ! Et puis… S’il faisait cela, il allait tromper Zena !

« Si tu commences quelque chose, tu es prié de le terminer, Alan. »

AHHHHHH ! Il allait ouvrir la bouche mais une main se posa sur celle-ci, la fermant alors qu’il ne savait pas où se mettre. Mana le regardait de son œil gauche, ayant refermé celui de droite alors qu’il semblait un peu désemparé. Elle ne savait pas pourquoi il poussa un petit soupir mais elle attendait qu’il continue son geste. Enfin il posa sa main sur la joue de Mana, celle-ci se laissant faire alors qu’il demandait :

« Où est-ce que je suis ? Enfin… Pourquoi est-ce… »

« Car tu n’es qu’un gros flemmard qui profite des rares moments où je suis sympathique pour dormir sur mes genoux. Lève toi-maintenant. »

« Ok ok ! Je retire aussi ma main… Il faut réveiller les enfants… »

« Laisse-les dormir encore un peu. De toute façon, nous n’avons plus rien à manger… On dort dans la rue, personne ne vient nous déranger, nous sommes devant les restes de ta maison, les petits Roucools chantent dans le ciel, le vent ne soufflera pas très fort cette après-midi et il fera environ douze degrés. De nombreuses têtes risquent de pleuvoir. Sortez couverts. »

Il la regarda d’un air interdit alors qu’elle avait pris une voix monotone voir un peu robotique tout en le regardant de son œil gauche. Il pouffa légèrement avant d’émettre un petit rire en la regardant. Elle lui rendit son sourire tandis qu’il caressait la joue de Mana, restant sa tête couchée sur ses genoux :

« Et aujourd’hui, c’est la Saint quoi ? Tu as oublié de le préciser. »

« C’est la Saint Con. Bonne fête, Alan. »

« Merci, merci, Mana. Cela fait toujours plaisir de se voir souhaiter sa fête. »

« Tu es vraiment un imbécile… Tu acceptes sans aucun souci mes paroles. »

« Qu’est-ce que tu veux que je te dise ? Bon ! Je me lève, ce n’est pas que c’est gênant… mais c’est tout comme… On a du pain sur la planche ! »

Il retira sa main de la joue de Mana, arrêtant le rougissement qu’il avait sur ses propres joues avant de pousser un profond soupir. Il se releva, secouant très doucement les corps des enfants pour leur dire qu’il était temps de se réveiller. Les uns après les autres, ils le saluèrent d’une faible voix tandis que Gretel regardait Mana puis Alan. La jeune femme aux cheveux gris détourna le regard tout en lui murmurant de se taire.

« Si vous avez faim… J’ai un peu d’argent sur moi… Donc nous irons manger quelque chose là-bas lorsque nous irons vers le centre… S’il n’est pas déjà détruit… »

« Je ne pense pas qu’il le sera… Du moins… Pas maintenant, Alan. » murmura Mana.

Elle n’arrivait plus à le regarder en face et cela à cause des paroles de Gretel qui lui restaient gravées dans la tête. Vraiment, ces enfants avaient de ces questions ! GRUMPF ! Elle bouillonnait intérieurement tandis qu’Alan signalait qu’ils se mettaient en route dès maintenant. Prenant les devants pour ne pas l’avoir en face d’elle, elle dit :

« On va éviter le système de téléportation donc cela prendra un peu de temps pour se déplacer. Comme tu n’es pas un spectre, Alan, nous ne pourrons pas nous déplacer plus vite que toi. Tu es vraiment inutile quand tu t’y mets. »

« Tu pourrais aussi me porter sur ton dos, peut-être que cela marcherait si je prends vos mains… Enfin… »

« Mouais… Pourquoi on n’essaierait pas ? De toute façon, si on y arrive, un autre spectacle se fera voir très bientôt. Prenez les mains d’Alan. » annonça t-elle à l’encontre des enfants.
Alan paru surpris par les paroles de Mana mais ne dit rien, tendant ses mains alors qu’ils se mettaient en cercle. Déjà, il voyait les pieds des personnes autour de lui qui s’enfonçaient dans le sol… et les siens aussi ! Il trembla un peu, bougeant un peu trop alors que Mana lui criait dessus :

« MAIS ARRÊTE ! Tu vas empêcher le déplacement ! »

« Ce n’est pas toi qui a les pieds enfoncés dans le ciment ! »

« ARRÊTEZ TOUT ! » cria t-elle à nouveau avant de venir directement vers Alan, le baffant sur les deux joues tellement fort qu’il tomba à la renverse. Elle le releva aussitôt avant de crier une nouvelle fois avec rage :

« Tu te comportes vraiment comme le dernier des imbéciles quand tu t’y mets ! Les enfants, je vais lui prendre les deux mains, vous savez me suivre, n’est-ce pas ? Alors nous nous retrouverons d’ici cinq à dix minutes près du centre ! »

« Qu’est-ce… Qu’est-ce que tu vas faire ? »

« Te paralyser complètement pour que tu ne bouges même pas un petit doigt. »

« AHHHH ! Mais tu me serres un peu trop fort, Mana ! Ca fait mal là ! »

« Tant mieux, c’est voulu. A croire que tu aimes quand tu as mal ! » grogna t-elle avant de le coller contre elle complètement, ses deux mains l’enserrant avec force.
Il poussa un râle de douleur alors qu’il n’arrivait même plus à bouger son corps. Ce n’était pas que c’était gênant… mais ça l’était pourtant ! Il remarqua que Mana n’osait pas le regarder en face, le surprenant alors qu’ils s’enfonçaient dans le sol. C’était affreux ! Il n’arrivait pas à bouger… Il se sentait comme fondre dans le sol.
Ah… Ah… Il ferma complètement ses yeux, enfonçant sa tête dans la poitrine de Mana pour éviter de penser à tout ça.

« C’est terminé, Alan. C’est bon… Hého ! Je t’ai dit que c’était bon ! »

Il ouvrit faiblement les yeux, voyant le tissu de la camisole de beaucoup trop près. Il retira sa tête avec un petit râle de surprise, reculant de plusieurs pas avant de poser subitement une main sur le ventre. Il s’écroula au sol, bavant légèrement comme si il avait une envie pressante de vomir. En y réfléchissant bien, il n’était pas loin de tout ça.

« Ahhh ! Les premières fois… C’est toujours très éprouvant… »

« Ne te moques pas… Je ne sens plus mes jambes ! Et mon estomac ! »

« Ca fait toujours cela quand on n’y est pas habitué. Tu t’y feras mon chou, arrête donc de te plaindre et relèves toi. Sers-toi de ma main comme support si tu ne tiens pas debout. »

Elle tendit cette dernière en faisant un sourire amusé alors qu’il se relevait, regardant où ils étaient. Ah… Le centre de Chiss… Vraiment un bel endroit… S’il n’y avait pas des personnes avec divers objets contendants dans les mains en train d’en attaquer d’autres qui utilisaient leurs propres pokémons.

« Le centre… L’est… Ca ne change pas grand-chose on dirait. C’est même pire ici on dirait. »

« Qu’est-ce que tu je te dise, Alan ? Je ne suis pas voyante hein ? Bon… Cherchons tout de suite le gratte-ciel d’Oricalk et… »

« Je crois qu’on vient de le trouver… » annonça t-il à Mana avant de tendre sa main libre vers le ciel.
Cent… Non… Deux cents ? Il y avait combien d’étages ?! Et c’était quoi ces écrans géants sur certains d’entre eux ? C’était impressionnant… Bien trop impressionnant pour ne pas exister… Les écrans commencèrent à s’allumer tandis que plus un bruit ne se faisait entendre. Tout le monde s’était arrêté ? Alan et Mana tournèrent leur visage autour d’eux, les enfants faisant de même avant de se réunir près d’eux.

« C’est quoi ça… C’est devenu si calme… » murmura Mana.

« Les écrans… ne se sont jamais allumés… depuis que je suis né… » répondit Alan.

Alan avait dix-sept ans non ? Cela voulait dire que depuis dix-sept ans… Les écrans étaient restés éteints ? Les écrans commencèrent à se brouiller avant de laisser apparaître deux yeux rouges. Alan recula son visage légèrement alors que les yeux faisaient de même, laissant voir le visage d’un homme aux cheveux gris avec un X doré en tissu sur le visage. Ce visage laissa place à celui d’un homme très vieux, d’une bonne soixantaine d’années. Amaigri, le visage ridé, les yeux plissés qui laissaient à peine voir leur couleur bleue, il était plus que très bien habillé bien qu’il semblait être assis sur un bureau. A côté de lui se trouvait Plitana et l’homme aux cheveux gris. Enfin… Derrière lui se trouvait une femme qui semblait aussi âgée que lui bien que sa chevelure était brune et assez allongée. Elle se tenait sur une canne et portait de petites lunettes sur le visage. Les quatre personnes ensemble donnaient un portrait assez inquiétant. L’homme prit la parole d’une voix douce :

« Bonjour… Je tiens à me présenter devant vous… Je me nomme Oricalk… Et je suis le dirigeant du centre de Chiss… et à partir d’aujourd’hui de tout Chiss. Devant les récents évènements qui ont emmené à la mort des dirigeants de nombreuses entreprises, c’est pour cela que j’ai décidé de prendre cette décision. Ma première consigne sera simple… »

« Tsss… Alan, ne te fies pas aux apparences. Les plus dangereux, ce ne sont pas les deux vioques… mais ceux à côté d’eux. » murmura Mana en désignant Oricalk et Plitana.

« Plitana… hein ? Je m’en doutais un peu… puisque je sais très bien ce qu’elle peut faire… »

Il s’était mis à trembler rien qu’en y pensant. Ce n’était vraiment pas la meilleure chose dont il se souviendrait… En fait, c’était quoi la meilleure chose chez lui ? La mort de Zena ? La mort de sa mère ? De son père ? Ah ! Les deux petites filles prirent sa main comme pour le réconforter alors que le discours continuait à nouveau :

« C’est pourquoi j’ai décidé de nommer Plitana responsable de la milice que je vais mettre en place. De même, toute personne désirant la rejoindre passera de nombreux tests pour voir si elle est capable de nous aider. De même, à côté… Tous ceux qui continueront de vandaliser la ville seront tout simplement éradiqués… Le ménage commence maintenant. »

Le ménage ? Qu’est-ce que cela voulait dire ? Il eut tout de suite sa réponse lorsqu’apparurent au beau milieu des personnes, des êtres aux cheveux bleus et ressemblants à des clowns… Des M.Mime ? Comment ça ? Lorsque les têtes commencèrent à partir dans tout les sens en même temps que d’autres membres, il comprit tout de suite ce que cela voulait dire : Instaurer la paix par la terreur !

« Bon… Les ennuis commencent maintenant, Alan. Les enfants, restez près de nous. On va faire la même chose qu’eux. Chantez avec moi : Volent, volent, volent les petites têtes ! » chantonna t-elle en même temps qu’elle avançait, tenant la main d’Alan.

Plusieurs M.mime s’étaient positionnés devant eux pour tenter de les arrêter mais Mana faisait un simple geste de la main, plusieurs mains noires sortant de son corps pour venir les repousser et les exploser au sens propre du terme contre des murs. Les enfants faisaient de même et il se sentait presque l’âme d’un chef que l’on protégeait… sauf qu’il n’était pas d’humeur à penser une telle chose.

« Je crois qu’Oricalk a perdu un peu la tête… Enfin, ça part d’une bonne intention ou non. Il va falloir qu’on l’arrête. » murmura Alan.

« Il veut simplement que tout rentre dans l’ordre… Encore que… Je ne crois pas que ça va marcher ainsi ! Il va devoir tuer la majorité des hommes ! » rigola Mana tout en plantant une sorte de lame noire dans le corps d’un M.mime devant elle.


Peut-être… Peut-être… Mais le gratte-ciel était encore loin d’être atteint… Et en y réfléchissant bien, ils ne pouvaient pas s’enfoncer dans le sol à nouveau… Cela allait plus difficile que prévu…. Et encore… Qui disait qu’Oricalk et Plitana se trouvaient dans ce gratte-ciel ? Tout était loin d’être terminé.

Verset 6 : Un roi noir solitaire mais pourtant accompagné

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Verset 6 : Un roi noir solitaire mais pourtant accompagné

« Comment… vas t-il ? »

« Il a juste besoin de se reposer… Veillez sur lui. Ouros, rentre dans ta pokéball, on s’occupe du reste. Pour ma part, j’ai quelque chose à vérifier. »

Ou plutôt à récupérer. L’adolescent aux cheveux bleus disparu dans sa pokéball alors qu’elle fouillait les gravats à la recherche de sa surprise. Elle était sûre qu’elle n’était pas détruite et elle vit que c’était le cas… Tant mieux… Elle chercha le cadavre du père d’Alan parmi les décombres alors qu’un cri la fit se retourner.

« Qu’est-ce… Qu’est-ce que c’est que ça ? » dit Alan en tremblant, s’étant réveillé.

« Qu’est-ce que quoi ? AH ! » cria t-elle en cachant ses deux mains derrière elle alors qu’elle voyait le visage effrayé d’Alan par rapport aux quatre enfants. Ils ne comprenaient pas ce qui se passait avec le jeune homme.

« Ces… Ces mains noires… »

« Ces mains noires ? Il était temps… Les enfants… Est-ce que vous voulez bien me laisser seule avec Alan ? Lui et moi, nous avons à discuter… »

« Et… Et… Et mon père ? Est-ce qu’il… »

« Oui… Alan… Il est mort… Est-ce que tu veux le voir ? Ou… non ? »

Il hocha la tête d’un air négatif, signalant qu’il valait mieux ne rien faire… juste creuser sa tombe ici… Il demanda quelques instants à Mana, se levant avec lenteur pour se diriger vers le garage… D’un geste nonchalant, il prit un bidon d’essence, commençant à arroser les pièces de la maison de l’intérieur et de l’extérieur, ayant un soubresaut en voyant le corps tranché en deux de son père. Il prit ensuite une boîte d’allumettes en même temps qu’un sac de voyage encore en bon état et deux couvertures.

« Qu’est-ce que tu fais Alan ? Pourquoi tu as arrosé… Tu ne comptes pas… »

« Mon père mérite de disparaître avec sa maison… De toute façon… Je n’aurais pas le temps de m’occuper de tout ça… »

Il craqua une allumette, la jetant en arrière derrière lui alors que des flammes apparaissaient au sol pour rejoindre la maison qui flamba complètement. Il tourna à moitié son visage vers sa maison, le regard entre la neutralité et la tristesse. Il n’arrivait même plus à avoir des larmes… A force… Pourquoi pleurer ?

« Alan… Est-ce que tu vas bien ? Rélo… est mort… Tu n’as plus à t’en faire pour lui. Il ne fera plus rien de mal… Tu me sembles différent… Est-ce que tu veux te reposer ? »

« Je voudrais surtout avoir des réponses… J’ai vu des mains noires derrière les corps des quatre enfants… Pourquoi ça ? Et toi ? Tu n’en as pas ? »

« Si… J’en possède même plus que les quatre enfants réunis… Mais cela est à cause de ma puissance… et de mon contrôle… Tu ne les verras pas… Alan… Je sais que tu es triste… Tu peux me le dire hein ? Je ne trouverais pas ça ridicule… Cette fois-ci, je ne me moquerais pas de toi… Tu es peut-être maudit… mais cela n’autorise personne à tuer ton entourage juste en prétextant cette malédiction ! »

« Un peu comme toi… et Zena… ou Rélo et mon père non ? »

Elle détourna le visage alors qu’elle se savait coupable. Oui… Elle aurait pu sauver Zena… Mais elle n’avait rien fait… Mais à cette époque, elle ne connaissait que peu voir pas… Alan… Et puis après… Elle poussa un profond soupir avant de dire :

« Exactement… Bon… Retourne-toi… Et ne fais rien du tout… Et ferme les yeux simplement. Je t’interdis de te retourner… Sinon je serais forcée de te tuer. »

De le tuer ? Ce n’était quand même pas n’importe quoi. Il s’exécuta, fermant ses yeux alors qu’il entendit un bruit de tissu qui tombe au sol. Qu’est-ce qu’elle faisait ? Elle était en train de se déshabiller ? Il entendait maintenant qu’elle enfilait quelque chose d’autre, poussant des petites plaintes alors qu’il demandait :

« Mais qu’est-ce que tu fais ? »

« Ne te retourne surtout pas ! Je fais ça POUR TOI ! Alors je t’interdis de te retourner. Après tout ce que tu as subi, il est normal que je fasse quelque chose pour toi, foutu roi noir à la mordmoilenoeud. Tu mériterais vraiment que je te baffe et que je te claque. »

« D’accord… D’accord, je n’ai rien dit. Je suis désolé de t’avoir parlé… Je ne voulais pas te déranger… Je crois qu’on va aller au centre… qu’importe le temps que ça prendra. »

« On ira au Centre mais tu attendras que j’ai terminé de faire ce que j’ai à faire pour toi. Ensuite, nous réfléchirons à ce que toi et moi allons faire. Est-ce que tu as bien compris ? »

« D’accord d’accord… Est-ce que je peux me retourner maintenant ? Ou ce n’est toujours pas possible ? Je ne sais pas ce que tu manigances… »

« C’est quelque chose dont toi et moi avons parlé. »

Dont elle et lui… Qu’est-ce que ça pouvait être ? Qu’est-ce que c’était que cette surprise… ? Est-ce que cela avait un rapport avec… Peut-être que oui… Même si… Le fait de se rappeler du moment venu après… ne l’enchantait guère… Mais est-ce que c’était bien ça ? Il devait juste le demander… Il murmura :

« Est-ce que c’est par rapport à l’hôpital ? »

« Peut-être que oui, peut-être que non. C’est vraiment dur à enfiler… En fait, ce n’est pas possible de le faire toute seule, je me le disais aussi… »

RAHHHH ! Mais pourquoi avaient-ils discuté de ça ? Vraiment mais quelle idiote elle faisait ! Elle s’en était voulu pour Alan et elle voulait se faire pardonner maintenant. Elle était vraiment… stupide quand elle s’y mettait. Enfin… Elle lui demanda de se retourner.

Chose qu’il fit avec un peu d’inquiétude… Inquiétude qui se transforma en stupéfaction en la voyant. Elle était tout simplement dans une camisole blanche ses bras liés au niveau du ventre alors qu’elle n’arrivait pas à se mouvoir. Et autour d’elle… il voyait de nombreuses mains noires qui s’allongeaient par-ci et par-là… Elle pivota la tête légèrement avant de dire :

« Qu’en penses-tu, Alan ? Cette camisole me va-t-elle ? »

« Oui… Oui… Enfin… C’est spécial… Mais tu n’arrives même pas à te mouvoir. »

« Mais si, mais si… Regarde-moi marcher, tu verras biiiiiennnnn ! »

Elle poussa un cri alors qu’elle s’apprêtait à tomber en avant, ayant tenté de faire quelques mouvements avec ses pieds. Les bandelettes étaient une chose mais être complètement serrée en était une autre. Elle s’écroula sur lui, le faisant tomber au sol alors qu’elle gémissait de douleur. Il l’aida à se relever, la jeune femme aux cheveux gris se remettant correctement debout avant de dire d’une voix calme :

« La haine que je ressens pour les humains n’est rien comparée à la tristesse que j’ai pour toi en ce moment… alors… Alan… Observe-moi bien… »

« T’observer ? Qu’est-ce que tu… Mana ?! »

Elle fit un simple geste de la tête… et pourtant… Ce geste avait permis quelque chose. Son bandeau avec un œil dessus vola en arrière. Il recula légèrement alors qu’il voyait l’œil droit de Mana qui s’ouvrait peu à peu. Pendant un court instant, il avait cru voir du noir autour de son œil rouge. Mais quel œil rouge… Il avait l’impression de se faire engloutir par ce dernier… C’était pourtant le même que l’autre mais il était si différent… La voix de Mana alla le ramener à l’horizon.

« Alan… Tu es un peu trop proche de moi… »

Co… Comment ça ? Il remarqua qu’il était à la hauteur de l’adolescente aux cheveux gris, celle-ci l’observant de ses deux yeux… Maintenant qu’elle avait retiré son bandeau, il pouvait l’observer complètement. Les flammes avaient fait se soulever un léger vent qui venait caresser les cheveux gris de Mana, lui donnant une allure triste… Surtout qu’elle penchait toujours la tête sur le côté… et que ses mains noires restaient présentes autour d’elle. Lentement, les mains allèrent entourer Alan, se posant sur son dos alors qu’elles emmenaient son visage au niveau de celui de Mana.

« Ce n’était que la première partie de la surprise. Voilà la seconde… Et tu as intérêt à apprécier car je ne l’ai jamais fait auparavant… que cela soit de mon vivant ou de ma mort… Je ne peux pas te faire oublier tout ce que tu as vécu… ou tout ce qui t’a traumatisé… Mais je vais faire de mon mieux pour apaiser tes souffrances pour quelques instants. »

Même si elle ne pouvait plus bouger réellement ses mains, celles qui tournaient autour d’elle emmenèrent le visage d’Alan contre le sien, ses lèvres se posant sur les siennes pour l’embrasser. Cela ne dura que quelques secondes et elle retirait ses lèvres en se léchant, un petit filet de bave entre eux deux alors qu’il restait interloqué par ce qu’elle venait de faire. Même… Même avec Zena…

« Zena t’avais promis ceci je crois… Et comme c’est de ma faute, il fallait bien que je te donne son cadeau… Je pense… » murmura t-elle sans même rougir par ce qu’elle venait d’accomplir, ce qui était tout le contraire d’Alan.
Celui-ci ne savait pas où se mettre… Il n’avait pas oublié Zena, loin de là, mais… Le fait de se faire embrasser par une autre fille… Ah… Il avait l’impression de la tromper… mais elle était morte ! Est-ce que cela comptait quand même ou non ? Il ne savait pas du tout comment faire ! Surtout que Mana et lui restaient toujours collés l’un contre l’autre.
« Maintenant… Il est temps que je t’explique… ce qui se passe… Est-ce que tu veux que l’on s’éloigne ? Ou penses-tu que ça sera bon… »

« Je préfère regarder ma maison brûler… jusqu’à la fin… »

« Alors je vais tout simplement t’expliquer… ce que sont ses mains noires… Ce sont l’incarnation de nos pouvoirs spectraux… Plus nous sommes puissants, plus nous avons de mains… Ces mains peuvent prendre diverses formes… Comme celle d’une lame ou alors d’une sphère… A côté, les plus puissants sont capables de les faire disparaître. »

« Pourquoi est-ce que je ne les voyais pas auparavant ? »

« Car tu n’étais pas assez triste… et désespéré pour ça… Même si cela est laid de le dire ainsi… Tu n’es pas aimé… Alan… Tu es détesté par la chance… »

« Je crois l’avoir remarqué… Hahaha… Et à part ça ? Qu’est-ce qu’il y a d’autres à savoir ? Est-ce que je pourrais m’asseoir ? »

Elle hocha la tête, le libérant finalement de son étreinte alors qu’il venait s’asseoir à même le sol, la jeune femme venant s’asseoir à côté de lui. Même si tout cela avait un aspect lugubre, ils observaient la maison en train de brûler, les enfants faisant finalement leurs apparitions après quelques minutes, s’asseyant à côté d’eux.

« Les pokémons psychiques ont des pouvoirs du même genre. Sauf que leurs mains sont blanches… Mais eux ont abandonnés leurs sentiments. »

« Délibérément non ? Alors que de votre côté… Ce n’est pas voulu… »

« Je t’ai déjà tout raconté… à ce sujet… Imagines donc pour ces enfants… Ils n’oseront jamais te le dire… mais alors qu’ils voyaient leurs parents vieillir… sans eux… Eux, restaient toujours les mêmes. Moi… Je m’en fichais royalement… Je ne suis rattachée à rien… Mais c’est douloureux pour eux… »

« Je vois… Je comprends… Enfin… Non, je ne peux pas vraiment comprendre ce qu’ils ressentent… Mais j’ai mal pour eux… »

« Je ne dirais pas que c’est une bonne chose car tu as déjà assez souffert de ton côté… Vraiment trop souffert… Je pense que cela suffit… Tu as le droit de vivre aussi. »

« Depuis quand est-ce que tu es aussi gentille avec moi ? »

« Ce n’est pas de la gentillesse mais de la pitié à ton égard. »

AIE ! Ca faisait mal… Très mal… Mais il eut un petit rire avant de sangloter. Elle lui tapota doucement le dos tandis qu’il continuait de pleurer. Maintenant… Il le pouvait … Les enfants se rapprochèrent d’eux et surtout de lui, venant le serrer dans leur bras. Voilà … Tout avait enfin disparu… Les flammes avaient transformé la maison en cendres… Et son père aussi… Il n’était plus rattaché à rien… Plus rien du tout… Ou presque…
Il lui restait toujours Mylène et Ouros… Ses deux pokémons… Il devait s’en débarrasser… Les emmener dans un endroit où ils seraient à l’abri… Mais où ? Car il n’y avait plus d’endroits comme cela… Même le centre de Chiss allait être la victime d’une hécatombe sans précédent. Il murmura à Mana :

« Je crois… que dès demain… On ira… vers le centre… De toute façon… C’est ce que l’on doit faire, non ? »

« Tu peux arrêter de te comporter comme le roi noir… et te laisser mourir… J’essayerai de tout faire pour que tu deviennes un spectre aussi… même si cela est impossible… »

« Oui… Vous êtes devenus des spectres sans que l’on ne sache pourquoi réellement… »

« C’est à peu près ça… Enfin bon… Reposons nous pour aujourd’hui… Tu l’as bien mérité… et ne te fais pas d’illusions… pour ce qui s’est passé avant… »

L’une des mains noires sortant de Mana allait chercher son bandeau mais il l’attrapa avant qu’elle ne le remette. Il lui demanda de rester ainsi au moins pour quelques temps. Elle hocha simplement la tête alors qu’il posait la sienne sur son épaule. Maintenant que la maison n’existait plus… Ils n’avaient plus d’endroit où dormir… où loger… où se nourrir… Une nouvelle vie venait de débuter… Il murmura :

« Restez simplement avec moi… hein ? Mana ? Ne m’abandonnez pas… Je ne crois pas… que je supporterais si vous disparaissiez sans moi… »

« Je ne compte pas faire comme eux… Ne t’en fait donc pas pour moi… Je resterais auprès de toi jusqu’à la fin de cette histoire… Et il en est de même pour les enfants, n’est-ce pas ? »

Les quatre enfants signalèrent que lui alors qu’il poussait un profond soupir. Elle alla le serrer contre elle, un petit sourire aux lèvres. Dire qu’il était entouré par des spectres… et pourtant, il ne se sentait pas effrayé le moins du monde… En fait, il ne sentait plus rien du tout… Il n’avait même plus froid ou chaud… Comme si quelque chose s’était brisé… Pourtant… Il était sûr qu’il était bien vivant… et lorsque Mana avait fait ça… Il s’était sentit en train de rougir… Il se demandait ce qui se passait avec lui…

« On reste ainsi… pendant quelques heures… s’il vous plaît. »

Personne ne lui répondit… Ca paraissait si évident… Et personne ne viendrait les déranger de toute façon… Personne n’oserait faire ça… Ou alors en prenant un risque immense de disparaître entièrement de Chiss. Ses mains entouraient maintenant Mana pour qu’il la garde contre lui tandis qu’ils fermaient tous les yeux.

Le roi noir venait enfin d’être réveillé… Pourtant, il était seul… Tout le monde autour duquel il s’était forgé venait de se détruire…

Mais ses plus loyaux subordonnés restaient présents…

Une nouvelle vie venait de commencer pour lui ou alors… une nouvelle mort.

L’un de ces pions était bien plus proche que les deux voulaient le croire, lui offrant un cadeau somptueux dont les deux se souviendront à jamais.

Chaque existence a son lot de tristesse…

Chez celle du roi, cela n’est qu’un flot continu… permanent… Tout continuait… encore et inlassablement…

Erèbe, la récompense pour le roi, verset sixième.

Chapitre 24 : Deux pions, une place

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 24 : Deux pions, une place

« Qu’Alan soit mis à l’abri… Je vais m’occuper de lui. »

« Peut-être as-tu été capable d’évoluer mais… »

Rélo n’eut pas le temps de terminer sa phrase qu’il se retrouva allongé au sol, sans possibilité de se mouvoir. Il grogna de douleur, tentant de se relever mais n’y arrivant pas. Elle dominait complètement l’adolescent au masque blanc :

« Est-ce que tu saisis la différence entre moi et moi ? Ou alors, je dois te l’expliquer ? »

« Tu as évolué… non pas grâce à cet humain… héhéhé… mais grâce à la haine des personnes comme moi… Héhéhé… Mais nous sommes deux… dans ce cas là. »

Hum ? Qu’est-ce que ça voulait dire ? La paralysie qu’elle engendrait venait de disparaître tandis qu’il posait une main sur son masque squelettique, l’empoignant pour le fissurer légèrement. Il se redressa avant de sourire :

« Mais pour l’instant, ce n’est pas encore suffisant ! Je n’ai pas encore assez de haine contre toi, mais cela ne va pas tarder ! Continue à me frapper ! Continue à me faire souffrir et tu verras bien ce qui t’attend ! Mais de l’autre côté… Je vais aussi m’amuser… Regarde donc ce corps pendu au-dessus du sol ! »

Qu’est-ce qu’il comptait faire avec lui ?! Elle comprit très rapidement où il voulait en venir quand le corps du père se disloqua en deux au niveau du ventre, répandant tripes et autres contenu sur le sol à côté des pieds.

« Et à quoi cela t’a servi de faire ça ? Tu veux bien me donner une raison valide ? »

« J’en avais simplement envie… Simplement envie pour voir ta réaction. «

« Et qu’est-ce que ma réaction te dit ? Ah ! Mais j’ai la réponse ! »

La tête de Rélo percuta le mur, le masque se brisant en partie, laissant s’écouler un peu de sang. Vraiment, il était si faible et pathétique… Contrairement à ce qu’il avait été dans le passé… Quand il était humain… Et elle… Elle était devenue assez forte pour tenir tête à l’une de ces créatures… Hahaha… Vraiment…

« Et dire que je suis l’une des créatures que j’ai combattues dans le passé.. »

« Ah oui ! L’héroïne ! Le triste destin de cette héroïne ! Oh oui ! J’avais complètement oublié que j’étais en face de la grande Mana ! Héhéhé ! C’est pour cela qu’elle est aussi forte ! Vraiment si forte, n’est-ce pas, Mana ? Tu veux qu’on joue à celui qui brisera l’autre en premier ? Je suis sûr que tu vas gagner ! »

« Je ne sais pas ce que tu manigances mais si tu le désires tellement, on va s’occuper de ça tout de suite… Pauvre Alan… Vraiment… Les humains peuvent tous mourir et je les aiderai si c’est nécessaire… mais ils ne sont pas obligés de finir aussi tristement qu’Alan… A force de passer du temps avec lui, je crois que… »

« Que… Que… Que… Oh ! Tu veux dire cela ? Est-ce que c’est possible le cœur de pierre de Mana l’Insensible soit enfin tombé et fissuré ? C’est vrai que tu choisis très bien tes cibles ! Tu n’as pas pris n’importe qui ! Un roi ! Dommage que tu sois une pokémon ! »

« Héhéhé… Dommage que je ne parlais pas de sentiments amoureux… Mais de sentiments affectifs… Mais on parle, on parle… et tu tends à essayer de m’attaquer n’est-ce pas ? »

Elle faisait plusieurs pas sur les côtés tout en s’abaissant ou en lévitant un peu au-dessus du sol tendant ses deux mains vers Rélo, le bloquant contre un mur alors qu’il crachait du sang en plus grande quantité. Un craquement sinistre et son bras droit fut cassé, le faisant râler de douleur bien qu’il gardait son sourire. Oh oui… Plus les secondes s’écoulaient, plus il la détestait. Plus le temps passait, plus sa haine s’accentuait…
Maintenant… Le bras gauche… Elle tendit sa main, brisant le bras de l’adolescent qui poussait un gémissement de douleur, son masque tombant complètement en morceau alors qu’il rigolait… Oui… C’était ça… Complètement ça… C’était ça qu’il devait ressentir comme chaleur… Comme … haine… Il éclata de rire, son corps se mettant à briller complètement alors que ses deux bras se remettaient correctement.

Ah… Ce n’était pas forcément prévu ça… qu’il évolue… Ce n’était pas du tout prévu même…. Lui aussi était capable de ressentir de la haine… A un tel point que cela lui permettait de changer de forme… pour laisser apparaître un être entièrement momifié avec un bandeau au niveau des yeux… Il avait à peine un emplacement pour parler au niveau de la bouche. Les quatre enfants revinrent enfin, signalant à Mana qu’Alan était couché sur le canapé.

« Tant mieux héhéhé… Tant mieux… Car on va avoir des petits soucis… »

« Le père… Le père… d’Alan… »

« Oui… Il est définitivement mort là… Encore que si ça n’avait été qu’une pendaison de quelques minutes… Mais avec la moitié de son corps au sol, il n’y a plus d’espoir… Je suis désolée… pour Alan. »

« ENFIN ! J’ai évolué ! C’est la preuve que je ne suis pas qu’un simple pion ! Que je suis au-dessus de vous ! Vous êtes bien trop faibles psychologiquement pour espérer atteindre ce rang ! A part Mana… Héhéhé ! Mana… Elle a été très triste… et mal… à ce moment… »

Hum ? Il parlait encore et toujours ? Il ne pouvait pas se taire un moment ? Elle demanda aux enfants de reculer, faisant tournoyer ses bandelettes autour d’elle avant de les réunir sous forme de boules. Elle les envoya vers Rélo, celui-ci faisant de même pour les repousser avant d’éclater de rire. Oh que oui… Il allait faire ça !

« Que le roi noir disparaisse sous les gravats de sa demeure ! »

Les bandelettes de Rélo commencèrent à s’allonger tout en devenant aussi fines que des feuilles de papier. Elle cria aux enfants de s’abaisser alors que les murs s’effritaient à hauteur du bassin avant d’être tranchés complètement… Tout le haut de la maison s’affaissa avant de s’écrouler sur eux, Mana poussant un cri en pensant à Alan. BORDEL ! Eux pouvaient facilement se dématérialiser mais lui… Elle disparue dans le sol, espérant que ça n’allait pas être trop tard !

Autant dire qu’il ne restait plus vraiment grand-chose du haut de la maison… Et dans les pièces au rez-de-chaussée, de nombreuses poutres ou gravats se trouvaient un peu partout. Mana gémissait de douleur, des pierres de différentes tailles sur son dos ensanglanté alors qu’elle serrait le corps d’Alan contre elle. Il avait simplement reçu une pierre sur son front, le faisant s’évanouir tout en l’ensanglantant mais ce n’était rien… rien du tout…

« C’était ça… ou alors te retrouver mort… Et ça… Je n’en ai pas envie… »

« Héhéhé ! STUPIDE ! Tu es complètement stupide ! Je croyais que tu comprenais ce que c’était d’être un pokémon spectre ! Se laisser blesser pour un humain ! Il est différent de nous mais tant qu’il est éveillé… C’est tout ce qui nous suffisait ! Il n’a plus personne ! Il est complètement détaché du reste du monde ! »

« Il nous a… moi et les enfants… Il n’est pas seul… Et il a ses pokémons aussi… »

« Ses pokémons ? AH ! Tu parles de ces ersatz ? »

Ersatz ? Il avait bien entendu ? C’était donc cette voix masculine qui était responsable de ce qui se passait ? Il ne voyait pas la scène… mais il était temps de s’en occuper ! Une violente vague sortit d’une pokéball en même temps qu’un jeune homme aux cheveux bleus. Il n’aimait guère faire son apparition sans que son dresseur le lui ordonne mais là, ce dernier n’était pas en état de réagir. Le jeune homme momifié fut repoussé en arrière, éclatant de rire en voyant Ouros qui se tenait entre lui et le duo.

« Hypocéan ! Hypo… Hypocéan ! »

« Et dire que tu peux devenir un magnifique dragon et être capable de t’exprimer… Si tu étais seulement capable d’évoluer… Chose qui ne sera plus possible lorsque je t’emmènerai dans l’outre monde ! »

Les bandelettes partaient en direction d’Ouros mais celui-ci ouvrit la bouche, crachant un souffle de froid pour geler les bandelettes. Elles tombèrent au sol, s’écrasant lourdement avant de se briser en morceaux. Rélo ne se laissa pas pour autant démonter, en faisant apparaître de nouvelles et de plus en plus, Ouros fermant les yeux.

C’était dommage que tout se termine aussi rapidement… Vraiment dommage… Le temps passé avait été trop court… beaucoup trop court… mais au moins, il avait fait gagner un peu de sursis à son dresseur… Il resta immobile, attendant que la mort arrive bien que ce ne fut pas le cas. Quatre enfants s’étaient positionnés devant lui pour le protéger alors que Rélo criait dans un grand éclat de rire :

« Vous pouvez être deux… quatre… six… Dix…. CENT… J’en ai tué bien plus que vous ! J’en ai tué des centaines voir des milliers lorsque j’étais vivant ! Ici, ça ne changera pas ! RIEN DU TOUT ! Je suis bien plus malin que vous ! Je vois bien plus loin que n’importe lequel d’entre vous ! Vous allez vous enfoncer dans la médiocrité alors que je vais m’élever au-dessus de vous ! Je prendrais la place de ce pathétique humain ! »

« Sauf si nous nous t’en empêchons… Ouros, occupe-toi de ton maître. »

« Hypocéan ? Hypo… Hypocéan… Hypo, hypocéan… Hypo. »

« Ne discute pas, tu n’es pas en mesure de venir à bout d’un spectre surtout lorsqu’il a évolué. Vous avez oublié l’une des façons d’abattre l’un de ces types… Seules les pokémons psychiques ou leurs pouvoirs peuvent abattre un spectre… mais aussi les pouvoirs issus du monde des spectres… Je vais m’occuper de ça. » murmura Mana tout en se redressant, laissant Alan aux bons soins de son Hypocéan.

C’était elle son adversaire et personne d’autre ! Elle se présenta à Rélo, le jeune homme restant parfaitement immobile comme si il se concentrait pour quelque chose. Mana fit plusieurs pas sur le côté puis en arrière, sautillant en avant alors que Rélo pestait. Comment cela se faisait-il qu’elle arrive à esquiver ses attaques ?! Il était bien plus fort qu’elle ! Ce n’était qu’une fille au final ! Il en avait tué tellement dans sa vie… Qu’est-ce qui la rendait si différente ?! Ils avaient tout les deux évolués !

« Tu sembles en pleine rage… Tu ne comprends pas que tu as déjà perdu ? »

« On verra bien si c’est le cas ! Je… Je… je… »

« Tu es habitué à tuer des proies sans défense… mais dès que celle-ci sait se battre, tu es complètement désemparé. C’est ça la différence entre toi et moi… Tu n’es qu’une pâle copie d’être humain au final… Tu es encore plus bas que terre… La seule chose qui te faisait croire que tu étais plus puissant que les autres… était le fait que tu t’en prenais qu’à plus faible que toi. Tu n’as pas eu l’habitude d’avoir affaire à une personne bien plus expérimentée que toi. »

« LA FERME ! Je vais te régler ton… »

« Les enfants… Est-ce que vous pouvez vous en occuper ? »

Les enfants ? Où est-ce que les marmots étaient passés ?! Il ne comprit que trop tard lorsqu’il fut soulevé dans les airs, des anneaux violets apparaissant autour de ces bras et de ses jambes comme pour le paralyser à un mur invisible. Ces gamins… Ils se focalisaient chacun sur un point ! Ils savaient pertinemment que ça ne servait à rien de l’attaquer sur l’intégralité de son corps… alors ils visaient un point précis ?!

« Arrêtez les gamins ! Vous ne comprenez pas ce que vous faites ?! Vous ne pourrez jamais revenir à la vie avec un roi aussi faible ! Je serais votre roi ! Laissez-moi partir ! Je vous aiderai à redevenir vivants ! »

« Ca ne sert à rien, tu ne les manipuleras pas, Rélo. Accepte ta défaite et ta mort. » murmura Mana tout en s’approchant de lui, lévitant au-dessus du sol.

« Ma défaite ? Ma mort ? HA ! Ne te moque pas de moi ! Je ne peux pas mourir ! »

« Est-ce que tu veux que je te prouve le contraire ? Je vais te montrer que c’est possible. Merci les enfants… et n’écoutez pas ce qu’il dit. Vous l’avez très bien remarqué avec Alan… C’est lui qui vous aidera à devenir vivants… Si seulement c’est possible… »

« Tu ne crois pas en ses dires ?! Il nous a annoncé que nous pouvions devenir à nouveau des humains… mais que nous garderions nos pouvoirs ! »

« Si tu parles de cette voix… Non, je ne m’y intéresse pas réellement. Je ne fais à confiance à personne, c’est comme ça. Tu es prêt à mourir ? » annonça Mana en tendant une main vers Rélo.


Tss… Non… Elle ne voulait même pas redevenir une humaine ! Elle ne voulait pas revenir à la vie alors pourquoi est-ce qu’elle avait été choisie ?! Pourquoi est-ce qu’il devait perdre maintenant ?! Ce n’était pas normal ! IL VOULAIT REVENIR A LA VIE ! Il hurla de toutes ses forces, cherchant à se libérer de l’emprise des quatre enfants sans y arriver, commençant à pousser des râles de rage avant de se mettre à baver.

« LIBEREZ MOI OU JE VOUS EXPLOSE ! »

« Quel sentiment cela fait de se sentir impuissant ? Tu ressens enfin ce que tes victimes ont du subir par ta faute… pendant toutes ces années… et ces siècles. »

« Je te buterai… JE TE TUERAI ! JE TE DEMEMBRERAI ! JE VIOLERAI TON CORPS MORT ! »

« Désolé mais personne ne touche à mon corps sans mon autorisation. »

Sa main droite se referma pour laisser simplement sortir son index, la jeune femme aux cheveux gris arrivant à la hauteur de son visage. Il cracha sur la joue de Mana, celle-ci émettant un grand sourire démoniaque avant de dire :

« Jusqu’au bout, tu es répugnant… C’est la meilleure chose qui me soit arrivé… De me débarrasser de toi ! »

« VAS TE FAIRE FOUTRE ! JE REVIEN… »

Elle posa son index sur le front de Rélo, une sorte d’aiguille le traversant en intégralité, un peu de sang s’écoulant alors qu’elle demandait aux enfants de relâcher leur emprise. Le corps tomba au sol mais se releva subitement, Rélo grognant :

« Ce n’est pas suffisant ! Ce n’est pas… Ah… Ah… »

« Désolée mais ça l’est bien plus qu’il n’en faut. Les enfants, retournons vers Alan. »

Ils hochèrent la tête, se dirigeant vers Ouros et le jeune homme aux cheveux blonds. Elle ? Elle restait immobile, voyant Rélo qui avançait lentement vers elle, sa main tendue :

« Je te hais… Je te hais… au plus haut point… Tu m’as résisté… Tu m’as résisté… On ne m’avait … jamais… résisté… auparavant… »

« Il y a une première fois à tout, Rélo. Adieu. »

Le corps tomba finalement au sol pour ne plus se relever alors qu’elle poussait un soupir, tournant sur elle-même. Voilà une bonne chose de faite.