Chapitre 43 : Une enfant turbulente

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 43 : Une enfant turbulente

« Maintenant que vous avez détruit le corps que je possédais, je n’ai plus aucune raison de me retenir contre vous. Mékarlarmiens ou autres, qu’importe, tant que je peux arrêter votre quête stupide. Voyons voir ce dont vous êtes capables. »

AH ! Vraiment, cette dague vivante ne se prenait pas pour n’importe qui ! Elen eut un petit sourire mauvais alors qu’elle savait que la partie était déjà gagnée maintenant. Quelques soldats arrivèrent jusqu’à eux, criant :

« AH ! Mais mais mais … Notre diri … »

« Taisez-vous, bande d’incapables. Elle ne serait pas morte si vous aviez réussi à éliminer trois simples personnes. » stoppa aussitôt Park, s’enfonçant dans la gorge du soldat qui avait pris la parole, commençant à taillader tout ce qui se trouvait à ses côtés. Elle faisait un simple massacre comme elle en avait tellement l’habitude depuis cette époque. Le sang coula à flot mais tout cela ne stoppa guère l’arme.

« Qu’est-ce qu’elle est en train de faire ? Elle tue ses alliés ? » demanda Royan, Sérest ayant un petit rictus avant de murmurer :

« Il était donc vrai. Les rumeurs parlaient bien de cette caractéristique unique de Park. »

« De quoi ? De quoi ? C’est mieux que tu nous en parles maintenant non ? Car sinon, si on se fait tuer sans même comprendre ce qui nous tombes dessus … » commença à dire Clari alors que Séran répondait à la place de sa femme :

« Elle utilise le sang d’autrui pour se renforcer. Tout ce massacre lui a servi à quelque chose au final. Depuis le début, elle ne faisait que préparer son terrain. »

« Oh ? Intéressant de voir que certains sont au courant de mes petites caractéristiques. Tant mieux, tant mieux, tant mieux. Ça sera alors parfait pour vous éliminer ! » s’égosilla la dague, les gerbes de sang commençant à flotter autour d’elle.

Néanmoins, la situation n’était pas très rassurante. Ces gerbes de sang prenaient la forme de tentacules, ces derniers tournoyant autour de la dague, détruisant murs et ravageant les corps sur son passage. Les tentacules balayaient les soldats tandis que le groupe d’Elen était à nouveau réuni autour d’elle.

« Visiblement, tu sembles avoir fait un sacré ménage hein, Elen ? »

« Tais-toi, Clari. Je n’ai pas le temps de plaisanter à ce sujet ! »

« Tu me sembles vraiment sur les nerfs depuis le début du combat. »

Clari ne chercha pas plus longtemps à comprendre ce qui se passait avec la jeune femme aux cheveux blonds, serrant sa lame dans ses mains. Il valait mieux attaquer dès maintenant la dague avant qu’elle ne commence à s’en prendre à eux. Elle courut vers les tentacules, tranchant ces derniers avec aisance bien qu’elle vérifiait qu’ils ne reprenaient pas vie ce qui fut malheureusement le cas. Elle tourna sur elle-même, criant :

« Si ça ne vous dérange pas trop, je pourrais avoir un peu d’aide ? »

« Oups, oui, ça serait bien mieux. » déclara Elise en rigolant en venant la rejoindre, semblant chercher à calciner le sang pour le coaguler et le faire s’évaporer.

« Ce n’est pas une mauvaise idée, cela, mademoiselle Elise. J’approuve votre tactique. »


Royan se plaça à côté de la femme aux cheveux auburn, gelant bien qu’avec difficulté les tentacules de sang qui se rapprochaient d’eux pour les étriper. La dague tournoya sur elle-même, s’allongeant peu à peu pour prendre la forme d’une longue épée. Sur la garde, un œil globuleux était en train de fixer le groupe :

« Vous pouvez toujours tenter de lutter, cela sera vain. Je possède la capacité de me transformer en des centaines d’armes différentes. Et ce ne sont pas vos magies ridicules qui m’empêcheront alors de vous éliminer. »

« Oh, une épée ? Vraiment, tu as des centaines d’armes en tête et la seule chose à laquelle tu penses pour nous combattre, c’est une épée ? Je suis sacrément déçue, faut avouer. »

« Fanfaronnez tant que vous le pouvez, cela ne durera pas. »

Un mouvement et voilà que des éclairs partaient en leur direction. Ce fut Sérest qui se plaçan devant eux, battant des ailes, créant un puissant vent qui prit la forme d’un mur. Les éclairs s’envolèrent vers le ciel nuageux. Sérest se retourna, déclarant :

« Tout ce qui est lié à l’électricité, vous pouvez me laisser m’en occuper. Nous n’avons pas Manelena mais étant de Claudiska, cela peut paraître bizarre mais je suis assez apte à pouvoir contrer cette magie. »

« Paraître bizarre ? Alors que normalement, tu serais la première à en souffrir ? »

Elen avait posé une question qui aurait put être fâcheuse mais Sérest eut un léger sourire, répondant sur un ton assez doux :

« Tout simplement que je me suis renforcée dans l’idée de ne pas subir d’attaques électriques pour palier à mes faiblesses naturelles. Un long entraînement mais dont la récompense est plus qu’intéressante à mes yeux, voilà tout. »

« Humpf. Argument valide dans le fond. » rétorqua Elen, faisant paraître plusieurs flèches. Ce n’était pas tout ça mais Clari était toujours au combat avec les tentacules de sang ainsi que Royan et Elise. Il fallait peut-être aller les aider, non ?

« Par contre, Elen, essayes d’éviter de faire comme auparavant. Ils sont occupés à lutter contre les tentacules. Une pluie de flèches risquerait de les tuer. » vint lui dire Séran tandis qu’elle marmonnait qu’elle savait parfaitement ce qu’elle faisait.

« Je ne suis pas bête ! Je ne vais pas les mettre en danger comme ça ! »

« Pourquoi est-ce que je me sens insulté pour Sérest et moi ? »

« Ce n’est pas à moi de parler de ça, pas du tout. Vous êtes assez grand pour vous forger votre propre opinion sur le sujet, n’est-ce pas ? »

Elle émet un petit rictus de dédain, comme pour bien signaler que oui, elle n’avait aucun remord à ce qu’elle aurait peut-être put « malheureusement » faire par mégarde. Pourquoi devrait-elle cacher son animosité à leur égard ?

Détruire une arme. Comment pouvait-elle détruire une arme vivante ? L’oeil ? Devait-elle viser l’oeil pour espérer réussir à l’anéantir ? Ca ne semblait pas être une mauvaise idée. Mais bon, elle n’était pas du genre à lutter contre du métal. Cela risquait d’être tout ou rien. Si elle se loupait au niveau de l’œil, celui-ci allait sûrement se cacher ensuite.

« Nous allons gagner du temps pour que tu puisses te concentrer sur cette flèche. »

« Même après ce que je penses de vous ? Êtes-vous donc simplets ? »

« Ces remarques sont inutiles, tu dois t’en douter, non ? Nous ne sommes pas là pour juger les dires des autres. Que tu nous haïsses ne doit en rien influencer sur notre mission. »

« Et quelle est votre mission puisque vous aimez les cachotteries ? »

Ils ne lui répondirent pas, la laissant en plan tandis qu’ils partaient aider les autres. Pourquoi ? Pourquoi est-ce qu’ils réagissaient ainsi ? Normalement, ils devaient la haïr pour ce qu’elle avait fait ! Ils devaient la haïr comme elle les haïssait ! Enfin, non, haïr était un bien grand mot. Plutôt, elle n’en avait rien à faire.

L’arme s’envola, prenant plusieurs mètres de hauteur avant de tournoyer sur elle-même. Des éclairs zébrèrent les cieux, s’abattant sur la zone tandis que rapidement, Sérest était revenue auprès d’Elen pour la recouvrir de ses ailes.

« Qu’est-ce que vous faites ? Même si ce sont des éclairs, je … »

« Nous parlons d’une créature légendaire. N’exagère pas sur tes capacités physiques. Surtout si tu dois restée concentrée sur ton adversaire. »

Tss ! Elle n’avait pas besoin de leur recommandation ! Elle avait beaucoup mieux à faire que ça ! Qu’ils arrêtaient de la coller ! D’ailleurs, comment est-ce que les autres se débrouillaient ? AH ! Clari était là pour les défendre mais pour combien de temps ? Car oui, elle aussi avait surement ses limites de toute façon.

« Tsss, cest bon pour les éclairs, Park a arrêté. Tu peux aller retourner auprès des autres non ? Car je vais continuer … et tenter de focaliser son œil. »

« D’accord, normalement, je ne penses pas que Park puisse recommence une seconde fois à la suite ce genre d’attaques. Cela devrait te laisser du temps. »

Qu’elle disparaisse et vite ! Sérest alla épauler les autres tandis qu’Elen restait seule. Ses lignes de Zélisia et Alzar se mélangeaient. Elle ne savait plus quoi faire : en vouloir à Sérest ou alors la remercier par rapport à tout ça ? Elle devait retrouver Tery et vite !

Pour cela, une seule et unique solution : éliminer Park. Néanmoins, ce n’était pas aussi facile que ça en avait l’air. Il y avait énormément de travail à accomplir. Et les autres se démenaient comme de beaux diables pour y arriver. L’unique chose qu’elle pouvait donc faire alors, c’était tout simplement de les épauler dans cette tâche. Ah … ah … ah … Elle devait se contrôler et ne pas se laisser désabuser par la situation.

« Je vais tout simplement l’exterminer, hahaha. »

Elle poussa un petit rire, comme pour bien montrer qu’elle était prête à tout pour arriver à ses fins. Elle était prête ! OUI ! Il suffisait juste d’attendre le bon moment pour qu’ils tombent entre ses mains et alors, elle en ferait des confettis.

Non pas ils … juste elle … cette épée ou cette arme, enfin, cette créature légendaire qui était juste un objet doté de vie capable de prendre la forme de n’importe quelle arme selon ses dires. Rien que ça hein ? Mais ce n’était pas suffisant pour lui faire peur ! A qui ? A ELLE ! Ce n’était pas suffisant ! Park allait devoir faire beaucoup mieux pour l’impressionner !

« Pourquoi est-ce que cet enfant crée autant de problèmes ? »

C’était la question qui persistait en Park. Elle avait finit par comprendre qui était Elen … et c’était là le problème. Tout cela était parfaitement illogique et insensé. Pourquoi est-ce que cette femme était ainsi ? Pourquoi ?

« Pourquoi combats-tu les créatures légendaires au lieu des démons ? C’est ta raison d’exister ! » hurla l’épée, repoussant ses adversaires avec colère.

« Et voilà, encore une créature légendaire qui s’excite. Et il n’y a même pas Tery cette fois ! Je Elle s’en fiche carrément d’Elise en plus ! » répliqua Elen tout en ayant un petit rire. Oui, elle appréciait de les voir en colère, ces foutues créatures légendaires !

« Je ne crois pas que ça soit nécessaire de la prévenir que je suis là aussi hein ? » rétorqua celle qui venait d’être citée, les cornes toujours présentes bien que les lignes noires sur son visage étaient moins nombreuses, signe qu’elle se contrôlait plus qu’auparavant.

« Pas grave, pas grave, tu t’en remettras ! Mais bon, le plus important, c’est qu’elle ne semble pas apprécier que je ne sois pas de son côté. »

« C’est tout simplement … stupide et déraisonnable. Comment est-ce que tes parents … ont put se louper à ce point à ton sujet ? »

Les yeux vairons de la jeune femme aux cheveux blonds redevinrent rouges alors qu’elle venait les cligner. Est-ce qu’elle avait bien entendu Park ? Non, c’était une manipulation stupide de sa part ! Elle n’allait pas tomber dans le panneau !

« Qu’est-ce que tu peux savoir sur mes parents ?! »

« Qu’est-ce que tu sais à leur sujet plutôt, non ? »

« Ca ne te concerne pas ce que je sais d’eux ! TU N’AS RIEN A VOIR AVEC CA ! »

Maintenant, c’était les autres qui étaient étonnés mais surtout Clari et Royan, les plus anciens par rapport à Elen. C’est vrai. Aucun des deux ne connaissait l’histoire d’Elen. Mais surtout, est-ce que Tery en avait déjà entendu parler ?

« Tu ne sembles pas les connaître. Tu t’es toujours considérée comme une orpheline, n’est-ce pas ? Tu n’as pas à t’en faire, je peux te rassurer à e sujet : tes parents sont bel et bien morts si on peut dire cela … »

« Continues comme ça … continues comme ça et je te promets que tu vas … LE REGRETTER ! JE TE LE FERAIS LE REGRETTER ! »

« Et perdre alors la possibilité d’en avoir plus sur tes parents ? Est-ce que tu prendrais ce risque insensé tout simplement pour essayer de me tuer ? Toi-même, tu sais parfaitement que tu n’es pas aussi idiote que ça, n’est-ce pas ? »

« Idiote ou pas, ce n’est pas une créature légendaire qui pourrait m’en parler ! Comment est-ce qu’elle serait au courant de choses que même moi, je ne connais pas ! ET POURQUOI EST-CE QU’ELLE SERAIT AU COURANT SURTOUT ?! »

Voilà que les lignes blanches disparaissaient complètement pour laisser place à celles d’Alzar. Noires comme l’ébène, les lignes parcouraient les bras de la jeune femme aux yeux complètement rouges maintenant.

« Tout ça pour réussir à la provoquer ! Mes félicitations, Park ! Déjà qu’elle n’apprécie guère que Tery ne soit pas là, il faut que tu en rajoutes ! »

« Je ne fais qu’évoquer la vérité. Qu’elle soit déplaisante aux oreilles de cette femme encore enfant ne me concerne pas le moins du monde. »

« Hahaha. Ah … Tu vas très vite comprendre à quel point tout ça te concerne, oui. Même si tu risques d’avoir une sacrée surprise en fin de compte ! »

Clari fait quelques pas en s’éloignant, invitant les autres à faire de même alors que l’aura autour d’Elen se déployait à toute allure, comme vivante. L’oeil unique de Park la fixa longuement, émettant un grognement mécontent.

« Peut-être que cette idiote a besoin d’une bonne leçon pour comprendre qu’elle se trompe lourdement. Peut-être aussi qu’il va falloir lui rentrer dans la tête qui est son véritable adversaire. Je n’arrive pas à croire qu’elle soit leur enfant. Qu’est-ce qui a put se tromper dans ce monde pour l’emmener à ce résultat ? »

« Oh, tu continues ton petit monologue sans vouloir nous en révéler un peu plus sur ce qui est à l’origine de cette déconfiture verbale ? Qui sont les parents d’Elen alors ? »

« Pourquoi est-ce que de simples humains, bien qu’ils possèdent les lignes d’Alzar et Zélisia pour la majorité d’entre vous, devraient être au courant ? Pourquoi parlerais-je d’une chose aussi importante alors qu’il y a une démone parmi vous ? Me prenez-vous pour une idiote ? »

« Oh, on peut pas vraiment m’en vouloir d’avoir essayé hein ? » déclara Clari en rigolant.

« Petite être prétentieuse. Je vais délaisser leur enfant pour m’occuper de toi. »

Oh ! Mais elle n’attendait que ça ! Si ça permettait alors à Elen de retrouver son calme, elle ne pouvait qu’apprécier de recevoir la visite de la créature légendaire ! Elle fit un petit geste de la main, l’épée venant se modifier pour prendre d’une étoile à trois branches où chaque bout de branche était accompagnée par une imposante lame ressemblant à celle d’une hache. Au croisement, l’oeil fixait Clari qui eut un petit sourire :

« Oh ! Une forme rien que pour moi ? Mais qu’est-ce que je suis gâtée ! »

« Continues donc de faire la fanfaronne. Bientôt, tu comprendras alors à quel point tout ce que tu as accompli est risible et pathétique. »

« Tu continues de parler ou tu viens te battre ? Je n’ai pas que ça à faire hein ? »

L’arme se mit à tournoyer sur elle-même, fonçant vers Clari qui fit une roulade sur le côté pour l’éviter. Elle se redressa, se jetant aussitôt sur son adversaire avec force. L’arme s’envola dans les cieux mais les lignes blanches de Zélisia étaient présentes sur Clari, celle-ci prenant appui sur ses jambes avant de s’envoler à son tour.

« HEP HEP HEP ! Si tu veux bien rester en bas s’il te plaît ! Les autres aimeraient aussi pouvoir te dire quelque chose hein ? Sois pas timide ! »

Elle continuait de se moquer d’elle ? Elle allait le regretter amèrement. Oh que oui ! Elle n’allait pas se priver de la ramener à ce qu’elle était : une simple humanoïde comme les autres ! De l’électricité se forma autour de chaque lame alors qu’elle recommençait maintenant à tournoyer pour revenir en direction de Clari.

« OH ! Encore là, toi ? Mais viens donc ! Je t’attends ! Je t’attends donc ! »

ASSEZ ASSEZ ASSEZ ! Cette gamine commence véritablement à l’agacer ! Elle va devoir lui expliquer le sens de la vie pour qu’elle comprenne à qui elle tient tête ! Des fois, les enfants ne pouvaient pas se calmer s’ils ne recevaient guère une bonne correction ! Dommage pour Clari, elle ne faisait pas dans la dentelle !

« L’extermination pure et dure des êtres de ton espèce est une grande satisfaction quand il s’agit de vous remettre au niveau où vous êtes normalement : la tête au sol. »

« Intéressant comme concept ! J’approuves totalement ! OUI OUI OUI ! Vraiment, vraiment ! C’est tout simplement fabuleux ! Continues donc de vouloir me faire peur, j’en trembles ! »

« Impertinence ! Impertinence, imperti … »

« MAIS LA FEEEEEEEEEEERRRRRRRRRRME ! »

Du métal vint percuter Park au niveau de son œil, Elen ayant poussé un hurlement avant de sauter pour atterir sur Park. Tout son arc s’était mis à briller d’une lueur noire et blanche, semblant transformer le bois naturel de son arme en acier des plus solides. L’oeil cria à son tour, prenant un maximum de distance par rapport à Elen.

« Absurde, complètement absurde. C’est donc ça la puissance qui émane de cet enfant ? J’aurais dût m’en douter ! Mais si je la tues maintenant, on ne pourra plus rien faire. Ah … Ah … Ah … la tuer reviendrait à nous condamner. Ou alors tous nous sauver ? Si elle meure, il n’auront alors plus aucun moyen de … Oui ! Comme ça ! C’est parfait ! »

Maintenant, elle en était convaincue. Si cet enfant avait pris la mauvaise voie, il fallait alors tout faire pour la ramener vers le bon chemin même si ce chemin devait mener à la mort ! Oui, la mort de cet être. Si cela devait se produire, est-ce qu’il allait falloir attendre autant de temps ? Etait-elle unique en soi ?

« Pourquoi est-ce que tu ne saisis pas ton importance, enfant ? »

« Je ne saisis rien du tout. Il n’y a bien qu’avec vous que j’ai autant de problèmes ! Foutues créatures légendaires ! Vous avez toujours voulu nous créer des problèmes ! »

« On veut vous sauver, bande d’humains ignorants ! Et que dire de toi ! » hurla l’oeil sur l’arme après avoir répondu à Elen, visiblement agacée par cette jeune femme.

« Nous sauver ? En tuant des êtres cornus ? C’est bien ça ? »

« Les démons ont crée de grands cataclysmes dans le passé ! Ce que vous voulez faire, c’est leur offrir cette liberté de recommencer ?! »

« Tss … non. Mais vous avez décidé de vous en prendre à Tery et à partir de ce moment-là, vous pouviez alors vous considérez comme mes ennemis mortels. »

« Ennemis mortels ? Tery ? Tu parles de ce démon qui est responsable de la mort de mes alliés ? C’est bien cela ? Pour qui vous prenez-vous ?! »

« Tout simplement pour ceux qui accompagnent Tery et qui veulent tout faire pour éviter qu’il ne meure parce que certains monstres ont décidé de cela ! »

« Les Démons doivent tous êtres éliminés ! Surtout ceux qui sont sortis de cette prison ! »

« Ah oui ? Et qui le décide ? Vous ? C’est bien ça ? Je préfère encore vous exterminer pour être sûrs que vous ne ferez pas souffrir Tery plus longtemps ! Je ne vous demandes même pas de vous mettre en garde ! Vous n’en aurez pas la capacité ! »

Elle faisait de l’excès de zèle mais la situation l’exigeait. Le jeune homme serait en danger si Park restait encore en vie. Et que dire de la dernière créature légendaire dont ils connaissaient à peine l’apparence ? Un aigle bicéphale. Mais ce n’était pas le moment de penser à ça. Une seule et unique chose devait pénétrer leurs esprits : éliminer Park !

Elle fit un saut en arrière, un sourire carnassier aux lèvres. Elle observa son arc, celui qui apparaissait à chaque fois qu’elle utilisait ses lignes de Zélisia et maintenant d’Alzar. Il était si beau, comme forgé dans un métal des plus rares au lieu d’être taillé dans du bois. Et pourtant, il se pliait et se courbait, le métal n’ayant aucune difficulté à cela.

« Finissons-en une bonne fois pour toutes, Park. »

Epilogue : Ni l’une, ni l’autre

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Epilogue : Ni l’une, ni l’autre

« Il t’est arrivé tellement de choses durant ces dernières années, Personne. »

Ils étaient tous les trois dans la chambre de l’adolescent. Lui était assis sur son lit, dos au mur tandis que Crusaé ronronnait presque dans ses bras, sa tête logée contre lui. Metsubi était assise sur la chaise, les jambes croisées sans rien dire. C’était Crusaé qui avait pris la parole, écoutant attentivement Personne qui lui racontait tout.


Une semaine s’était écoulée … Et il avait fait le deuil … C’était la première fois depuis une semaine qu’ils avaient le temps de parler. Mimi avait disparut dès qu’ils étaient arrivés et puis … Tout s’était tellement enchaîné d’un seul coup … Il ne savait plus où il en était … Mais en entendant les petits cris de plaisir de Crusaé, il comprenait. Ah … Crusaé était de retour, finalement de retour. Il la serrait contre lui, murmurant :

« Maintenant … que vous êtes toutes les deux réunies … Je suis content de savoir cela … Très content oui … Je suis heureux, les filles. »

« Dis … Personne … Je peux te demander quelque chose ? »

« Tu peux m’appeler Luculos … si tu en as envie. » répondit l’adolescent aux cheveux noirs, Crusaé hochant la tête négativement. Ce n’était pas de ça qu’elle voulait lui demander ? Alors … De quoi est-ce que cela pouvait être ? Elle tourna son visage vers Metsubi puis le reposa en direction de Personne, disant :

« Tu … peux dire que tu m’aimes ? S’il te plaît … »

Hein ? Euh … Pourquoi cela ? Elle savait parfaitement les sentiments qu’il avait pour elle … Ce n’était pas difficile à cacher … Surtout à cause des baisers. Il observa Metsubi, celle-ci le regardant de ses deux yeux dorés. Bon sang … Qu’ils étaient beaux … Vraiment superbes … Magnifiques … Il n’y avait pas d’autres mots pour les définir.

« Alors … Personne ? Est-ce que tu peux … Enfin … Luculos ? »

« Crusaé … Je … Pfiou … Tu sais … Mais bon … Je te l’ai déjà dit auparavant non ? Alors pourquoi est-ce que tu me le redemandes maintenant ? »

Il ne savait pas où se mettre. Il était sûr de ses sentiments envers Crusaé comme envers Metsubi mais bon … Il était quand même un peu intimidé. Et puis … Ca ne se faisait pas ! Car il savait pourquoi elle lui demandait une telle chose …

« Crusaé … Je t’aime énormément … Mais … Mais … »

« Mais quoi, Personne ? Qu’est-ce qu’il y a ? » dit-elle avec de la joie au cœur.

« Mais j’aime énormément Metsubi aussi. Qu’est-ce que ça veut dire ? Et bien tout simplement … que j’aime autant Metsubi que toi … et que si tu fais cela pour que je te choisisse à la place d’elle, ce n’est pas possible. Je ne me suis pas battu pour toutes les deux juste pour en favoriser une à la fin. J’espère que le message est bien compris car il est hors de question que … Je fasse ce genre de choses. Je vous aime toutes les deux, autant l’une que l’autre et cela, on ne pourra pas me le retirer de la tête. »

Aussitôt, Crusaé s’extirpa de ses mains, faisant une moue boudeuse alors qu’elle se mettait debout. Elle venait de quitter son lit, croisant les bras avant de dire :

« Personne. Visiblement, durant ces quelques années, il me semble que tu as perdu pas mal de principes pourtant simples me concernant … voir concernant les filles dans ce monde. Je te remercie vraiment de m’avoir sauvée … Je ne pourrai jamais te rembourser cette dette sauf … En … restant avec toi jusqu’à la fin de ma vie.  Mais tu vois … Il est hors de question que je partage l’homme que j’aime avec une autre fille. »

« Personnellement … Moi … Ca ne me dérange pas. » répondit Metsubi avec lenteur alors qu’ils tournaient leurs visages vers elle. Comment ça ? Elle ?

« Est-ce que tu ne réfléchis pas, Metsubi ? Si Personne m’aime aussi, il t’aimera moins … Cela voudra dire alors que tu n’as pas tout son amour. Tu ne serais pas déçue ? »

« Pas le moins du monde. Ce que Personne propose … »

« Je ne propose rien, Metsubi. Je ne suis pas comme ça. » corrigea l’adolescent aussitôt, rouge de honte et de gêne aux paroles de la Carmache.

« Soit … Si tel est- ce que tu dis … Je vais reprendre néanmoins. Dans ce genre de cas de figure, ce n’est pas comme ça qu’il faut le voir. Ce à quoi tout cela s’apparente, c’est à de la polygamie. Dit ainsi, cela semble péjoratif et permet de considérer les femmes comme des objets sexuels puisque l’homme n’en a pas une seule mais ce n’est pas la vérité. Depuis longtemps, dans l’histoire, il est dit que dans le cas d’une relation polygamique, ce n’est pas l’homme qui est favorisé mais les femmes. En fait, la polygamie permet aux femmes de choisir le même homme qui leur inspire de la joie et du bonheur. Où cela n’est pas bénéfique aux hommes ? Car les hommes les moins bien portant ne sont donc pas choisis et délaissés. Ainsi … Dans le cas où moi et Crusaé n’aimerions que Personne, cela veut dire qu’ailleurs, un autre homme se retrouvera alors sans femme. »

« C’est un raisonnement simpliste. » répondit Crusaé, cherchant à répliquer alors que Metsubi disait aussitôt, comme si elle n’avait pas terminé :

« Cela voudrait dire qu’il existe autant d’hommes que de femmes mais ce n’est pas la vérité. De même, alors que pour principe, cela fonctionne ainsi mais ce n’est pas la vérité. Bon nombres d’hommes influents utilisent leur richesse et leurs pouvoirs pour avoir tout un harem autour d’eux. Et il existe des femmes qui se fichent pas mal de l’homme réellement, ne pensant qu’à l’héritage qu’elles recevraient s’il devait mourir. Et si … C’était aussi simple que ça … La vision des autres … C’est cela qui fait que la polygamie n’est guère plaisante pour une majorité de personnes. Oh … Les hommes rêveraient d’avoir une telle chose, les femmes aussi … bien qu’elles ne l’assument pas. Mais quand on est ainsi, il faut voir le regard des autres … Quand on est une femme, la polygamie nous fait considérer comme une traînée … et ceux qui n’ont pas la chance d’avoir une telle femme n’hésite pas à l’insulter copieusement. A la base … Cela était pour prouver qu’un homme pouvait aimer des femmes également … Mais aussi que les femmes avaient la capacité à aimer un homme partagé … C’est bête mais dans l’idée-même, c’était une bonne chose … C’est les siècles et les personnes qui ont perverti cela. » termina l’adolescente aux cheveux noirs alors que Crusaé la regardait avec étonnement. Elle désigna Metsubi en s’adressant à l’adolescent :

« Hey … Personne … Depuis quand est-ce que Metsubi parle comme ça ? »

« Depuis qu’elle est revenue. Tu sais … Ca me surprend aussi à chaque fois. »

« … … … Personne … … … Crusaé … Vous ne m’écoutez même pas sérieusement. » murmura la Carmache, croisant ses bras à la hauteur de sa poitrine plus imposante que celle de Crusaé. Grrr … C’était un défi c’est ça ?! Elle allait le relever si elle continuait ! Est-ce qu’elle pouvait utiliser sa puissance pour ça ? Mais non ! C’était risible … Ca ne se faisait pas … Et puis … Elle n’avait pas fini de grandir non plus !

« Si si Metsubi … Enfin bon … Je ne pensais pas à de la polygamie … Je ne savais même pas que ça existait … C’est juste … que … Bon … Moi … Je veux vous aimer autant l’une que l’autre … Je ne prendrai jamais l’une sans penser à l’autre … Je vous aime vraiment toutes les deux … C’est ça que je veux dire … Je ne vous ferais jamais souffrir, toutes les deux. »

« … … … Et tu penses qu’en ne choisissant pas l’une mais toutes les deux, tu ne vas pas nous faire souffrir ? Désolée mais moi, je refuse … » répondit Crusaé.

Elle restait campée sur sa position, il était hors de question qu’elle participe à ce genre de trucs complètement foireux et douteux. Non mais … Pour qui est-ce qu’il la prenait ? Elle n’était pas comme ça … Elle était vraiment déçue par la réaction de l’adolescent … mais en même temps … Elle savait qu’il ne voulait pas de mal. Encore que …

« Tu m’as parlé d’une Omera … C’est bien celle dont je vois la photo là … Celle que tu as prise y a quelques années avec les autres ? »

Elle s’était levée, prenant un cadre posé sur le bureau. Ah … Elle l’avait trouvé … Dessus se trouvait les trois oiseaux légendaires, Sarila, Omera, Cassy … Et lui était au milieu de tout ça. Hein ? C’était bête mais … Mais …

« Tu peux me donner la photo, Crusaé ? Merci. »

« Hein ? Mais attends ! Je voulais justement dire que puisqu’aucune d’entre nous n’est comme Omera, tu préfères prendre les deux pour … »

Elle s’arrêtait dans ses mots, fixant l’adolescent aux cheveux noirs. Metsubi s’était levée elle aussi. Qu’est-ce qu’il y avait avec cette photo ? En la fixant plus précisément, il était possible de voir que Personne, encore âgé d’onze à douze ans, était juste devant Lasty. Sarila se trouvait toute à gauche du groupe tandis que Fulgé était toute à droite. A côté de Fulgé, Rina était présente tandis que du côté de Sarila, Cassy souriait en direction du jeune garçon bien qu’il ne la remarquait pas. Enfin au milieu, côte à côte, Lasty et Omera trônaient derrière Personne. Lasty avait de la tendresse dans son regard, sa main gauche posée sur l’épaule du jeune garçon, l’autre venant serrer la main droite de Personne. Du côté d’Omera … C’était la première fois … Il ne l’avait pas remarqué auparavant … Mais … Peut-être parce qu’il était encore assez jeune à l’époque mais … Omera avait son visage tourné sur le côté, comme pour ne pas être prise en photo. Néanmoins, son œil droit était posé sur Personne et il remarquait même quelques rougeurs au niveau de ses joues. Enfin, elle était près du jeune garçon, bien plus près que Lasty. Il voyait même qu’elle avait tenté de lui prendre sa main libre sans y arriver. Omera … Est-ce … qu’il … avait réussi à toucher la Luxray plus qu’il ne le croyait ? Qu’elle se serait montrée patiente pour attendre quelques années ? Etait-ce à cause de tout cela … qu’elle avait décidé de faire une bêtise ? Cette bêtise ? Celle … Où avec Cassy … Omera … Il suffisait de la regarder … Et il comprenait pourquoi. Il posa ses yeux rubis sur Metsubi, sachant maintenant pourquoi il trouvait ses yeux magnifiques.

« Pardon, Metsubi. Je m’excuse. » dit-il subitement en se levant de son lit. « Pardon aussi à toi, Crusaé. Je n’aurai pas dû vous mentir. »

Il avait suffit d’un instant … d’un unique moment … pour s’en rappeler. Et depuis le début … Depuis qu’il avait vu les yeux de Metsubi. Il comprenait tout. Il reposa le cadre sur le bureau, ouvrant le tiroir supérieur de celui-ci avant de fouiller à l’intérieur, présentant un double fond. Il en sortit une petite clé, la regardant longuement avant de reprendre :

« Crusaé … m’a permis d’y réfléchir. Je ne peux pas choisir entre vous deux … Alors je ne choisirai pas. Je vous aime énormément toutes les deux … mais je me voile la face. Metsubi … Tu sais à quel point je trouvais tes yeux superbes, non ? »

« Bien entendu, Personne … Mais où est-ce que tu veux en venir ? »

« Je me voile la face … Depuis des années … Depuis sa mort … En fait … Je pensais que c’était bien simple d’aimer … surtout quand je te voyais Metsubi … Puis aussi Crusaé … Qu’il suffisait de se le dire pour que ça soit la vérité mais non …. Metsubi … Dans tes yeux, j’ai cru la revoir. En fait, je suis tellement obnubilé par ces morts … que je crois les voir … Je compare chaque femme à elle, je compare vos poitrines … C’est bête … mais à la sienne. Je compare son comportement, je n’arrête pas de penser à elle en fait, dès que … Ah … Pardon … Les filles … »

Mais pardon à quel sujet ? Crusaé regardait Metsubi, celle-ci haussant les épaules pour signaler qu’elle ne comprenait pas non plus. C’est bête … Il avait préféré tout oublier à partir du jour où elle était morte. En dépit de ses paroles, ses gestes avaient toujours été … là … bien présents. Sinon … Pourquoi ? Pourquoi ? Car après qu’elle ait passé la nuit avec lui, dans le lit de l’infirmerie … quand il avait tout appris à son sujet … Elle était redevenue la même ou presque, n’est-ce pas ? Enfin, elle avait montré son attention … Et même … Un moment, il ne l’avait jamais dit aux autres.

Un second tiroir ouvert avec la clé, un autre double fond et voilà qu’il sortait un petit écrin noir. Un jour … Discrètement … Omera l’avait emmené avec elle. Elle avait voulut immortaliser la promesse entre son dresseur et elle. Cette promesse se trouvait dans la petite boîte. Il ouvrit celle-ci, en ressortant un médaillon couleur onyx. Il était plutôt assez imposant quand on le regardait comme cela. Il le prit en main, murmurant :

« Moins d’une semaine … après qu’elle m’ait raconté son histoire … Elle m’a embarqué et emmené en ville. Oh … On s’est promené … mais je me rappelle de la boutique dans laquelle nous sommes rentrés. C’était vraiment … spécial … En fait, c’est surtout qu’à la base, je m’y attendais pas. Mais quand on la connait mieux … On se dit que ça lui correspond bien. Pourquoi il est si épais, hein ? »

« Pour … Pourquoi cela, Personne ? » demanda Crusaé en tremblant un peu.

Il allait lui répondre. Le médaillon s’ouvrit, laissant s’entendre une petite symphonie au piano. Du piano ? Cela ressemblait à la boîte à musique qu’elle lui avait offerte il y a de cela des années. Oh bien entendu, ce n’était pas le même son mais … L’idée était là ? Non … Cette musique … Les notes de piano résonnaient dans la pièce, peu à peu alors qu’il plaçait le médaillon autour de son bras, l’objet noir pendant en direction du sol. Une petite gravure … Ce n’était même pas une photo … C’était gravé … et peint … Assis sur les genoux d’Omera, le jeune garçon avait un sourire aux lèvres. Un sourire qui se trouvait aussi sur celles de la Luxray. La jeune femme avait sa veste refermée contrairement à son habitude et avait même laissé paraître ses oreilles de Luxray. Elle semblait si heureuse sur la gravure, sa main posée sur celle de Personne, l’autre le tenant sur les hanches.

« Quand on regarde … cette image … On se dit bien … Voilà une mère et son fils … Ils forment une magnifique famille … Mais ce n’était pas la vérité. Il y avait plus que ça. Bien plus … C’est vrai … Heureusement que Crusaé a refusé … Ca m’a permis de mettre de la clairvoyance dans mes idées. Metsubi … Crusaé … Je vous aime vraiment plus que tout … ou presque … Et si je ne peux pas choisir les deux, alors je n’en choisirai pas une. Omera … Je reste amoureux d’Omera. Je suis désolé … les filles. Mais Omera est encore présente, bien ancrée dans ma mémoire. Ce qui s’est passé avec elle … C’est autre chose. »

Chacun avait souffert ici … Chacun avait eut ses moments de tristesse, ses joies, ses peines mais … Ce médaillon lui avait montré à quel point il était important pour Omera et combien elle était importante pour lui. Il avait voulut l’oublier après sa mort … et il s’était même résolu à cette idée, mettant le médaillon dans un coin pour ne plus s’en rappeler. Mais ce n’était pas possible … Dans le fond …

Les notes de piano s’arrêtèrent de jouer au même moment où il refermait le médaillon. Cette gravure … Même avec Lasty … qui avait été comme une mère pour lui … Il n’avait jamais fait une telle chose. Peut-être était-ce parce que les sentiments n’étaient pas les mêmes ? Parce que contrairement avec Metsubi, Crusaé et Lasty, il avait eut vraiment l’impression de sortir Omera du désespoir dans lequel elle s’était ancrée à cause de son passé ? Il ne le savait pas … Il ne connaissait pas la réponse à cette question. Simplement … Il était fallait arrêter de se cacher … de se voiler la face. Il plaça le médaillon autour de son cou, disant à Crusaé et Lasty :

« Pardon … Dans le fond … Même si elle est morte, je ne devrais pas la trahir. Elle a juré de me protéger … de me servir jusqu’au bout … Je ne peux pas refuser cela. Omera est trop importante pour moi … Toutes ses morts le sont … Restons amis … simplement, d’accord ? »

Il s’inclina respectueusement devant les deux adolescentes. Crusaé était abasourdie tandis que Metsubi hochait la tête pour dire qu’elle avait bien compris. Qui était … cette femme réellement ? Cette Luxray ? Pour avoir autant marqué l’adolescent même après sa mort ? Elle voulait obtenir une réponse … mais elle ne pouvait pas. Elle devait abandonner … ce combat ? Puisqu’il était perdu d’avance ?

C’était bizarre … Il se sentait soulagé maintenant. Maintenant qu’il avait dit ce qu’il avait sur le cœur, il se sentait mieux … Metsubi et Crusaé étaient là et c’était important. Mais maintenant qu’il avait parlé d’Omera … qu’il avait tout raconté … Il se sentait apaisé. Omera était peut-être morte mais elle restait là … ancrée … et maintenant … S’il la revoyait en pleine ville … Il irait la voir. Il avait grandit … et il continuerait de grandir pour elle.

Chapitre 29 : Avoir un nom

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 29 : Avoir un nom

« Arceus ? C’est elle alors ? » demanda l’adolescent avec un peu de surprise, ne s’étant clairement pas attendu à la voir aussi tôt … Pourtant, il sentit un tremblement du côté de Crusaé et il vint la serrer contre lui. Il n’allait pas la perdre à nouveau ! Il en était hors de question ! Déjà, il s’apprêtait à réagir mais l’orgue s’arrêta de jouer, une voix neutre émanant de la femme assise sur le tabouret :

« Voilà donc … Ce fameux élu … de l’ancienne Arceus … Enfin …. De celle qui existait auparavant, n’est-ce pas ? »

« Ancienne Arceus ? De quoi est-ce que vous parlez ? » questionna une nouvelle fois Personne alors que la femme se soulevait. De beaux yeux rubis, des boucles d’oreilles vertes, de longs cheveux argentés dont une partie attachée en queue-de-cheval. Elle portait une longue robe grise aux jambes et aux bras tandis qu’elle était noire sur la poitrine. Au niveau des jambes, il y avait une ouverture en losange, assez singulière quand on y réfléchissait bien. Tiens … C’était bête mais il avait oublié de parler de la mèche dorée qui pointait au niveau de son front. Elle n’était pas laide du tout … Bien qu’elle ne semblait pas très … féminine. Il faut dire qu’il comparait cet endroit à Oméra et donc … Toutes semblaient plus que risibles quand on y réfléchissait bien. Encore que … Du côté de Metsubi … Cela promettait. Non mais à quoi est-ce qu’il pensait à la base ? Ce n’était clairement pas le moment !

« Hum … Tu n’es pas au courant ? Il est vrai … que la mémoire de ce fragment est un peu défaillant. Crusaé et moi … sommes Arceus … Deux entités divines … Malgré l’opposition qui nous caractérise, nous sommes une seule et même personne. L’ancienne Arceus … »

« Celle dont parlait Hosor … sûrement. » répondit l’adolescent aux cheveux noirs, se parlant à lui-même plus qu’autre chose dans l’histoire.

« Il y a de fortes chances, oui. » reprit Arceus, ne semblant guère menaçante bien que juste par sa présence, elle imposait une certaine forme de respect.

« Par contre … Je suis désolé … Mais il est hors de question que Crusaé reste plus longtemps ici. Je ne sais pas ce que tu magouilles avec elle mais … »

« Allons … Je viens de te donner une information vitale … Crusaé et moi sommes une seule et même personne. Que pourrai-je faire avec elle alors ? »

« Tenter … de fusionner … De n’être qu’une seule entité … comme auparavant. »

C’était exact. Il voyait au regard fuyant de Crusaé et à celui qui l’observait longuement d’Arceus qu’il avait entièrement raison. Les deux femmes existaient pour l’instant mais elles se livraient une guerre depuis des années. Voilà … Voilà ce que Crusaé voulait dire il y a plus de dix ans … Lorsqu’elle s’était présentée devant lui. Tuer Arceus … C’était faux … Elle voulait fusionner avec elle en prenant l’ascendant. Hum … Il commençait à comprendre … Pourtant, Arceus ne semblait même pas inquiète par la mort d’Hosor. Il remarquait aussi cela … Elle n’était nullement effrayée par tout cela. Car depuis le début, les pertes étaient immenses chez elle. Ce n’était pas dans la même catégorie … Perdre un légendaire équivalait à perdre dix mille pokémons et humains voir bien plus. Alors pourquoi semblait-elle si distante comme si cela ne lui portait aucun intérêt ?

« Et bien … Luculos, pourquoi me regardes-tu avec autant d’insistance ? »

« Hein ? Qui ? » demanda t-il avant de poser subitement ses mains sur son crâne, un violent mal de tête venant l’envahir. Luc… ulos … Luculos ? Ce nom lui disait quelque chose. MAIS QUOI ?! Il poussa un cri strident, Crusaé et Metsubi étant déjà à ses côtés pour tenter de l’aider. Mais comment faire ?! De son côté, Mimi croisait les bras, fronçant les sourcils :

« Ca te plait hein ? De le faire souffrir comme ça ? »

« Oh … Comment cela ? Moi ? Le faire souffrir ? Ce n’était pas dans mes intentions. Mais visiblement, vous lui cachez beaucoup de choses … comme son véritable nom. »

« Il n’a pas besoin d’en savoir plus. Son surnom lui convenait très bien avant que tu ne t’en mêles, Arceus. C’est quoi ton projet en apparaissant devant nous ? »

« Hum ? Tu me demandes ce que je fais … chez moi ? Je te trouve bien impertinente depuis que je me suis scindée en deux, Mistria. »

« Tais-toi. Je m’appelle Mimi dorénavant. Tu n’as pas à me faire porter ce nom. » grogna sèchement la jeune fille alors que les deux adolescentes restaient inquiètes pour Personne. Celui-ci avait toujours aussi mal au crâne, Arceus retournant vers lui :

« Oh … Si tu te demandais pourquoi je connais ton nom … Sache qu’il est normal pour une créatrice de connaître le nom de sa création, tu ne trouves pas ? Tout cela a été monté de toutes pièces, Luculos. »

Un nouveau hurlement strident de la part de l’adolescent et celui-ci était maintenant en train d’haleter en direction du sol. Une création ?! Une création d’Arceus ?! Cela voulait dire aussi de Crusaé ?! Ah … ah … Mais sa famille ?! Ses parents ?! Il savait qu’ils étaient des membres du culte … Mais cela …

« Tout a été purement inventé … Luculos … Comme ton histoire. » reprit la femme aux yeux rubis, ne semblant même pas heureuse de lui annoncer la triste vérité.

« ASSEZ ! ASSEZ ! ASSEZ ! CE NE SONT QUE DES … »

Que … des … mensonges ? Non … Il s’était arrêté, se redressant subitement pour se mettre debout en face d’Arceus. Il serrait les dents, pleurant de colère. Ses lèvres saignaient à cause de sa bouche. Ca lui … Ca lui servait à quoi ?! Hein ?! HEIN ?! Il poussa un râle de rage, courant vers Arceus mais Crusaé et Metsubi l’arrêtèrent juste à temps.

« NE FAIT SURTOUT PAS CA, PERSONNE ! Tu ne peux pas la vaincre ! Pas maintenant ! Pas … maintenant ! » s’écria Crusaé pour qu’il se calme.

« Luculos … partie de moi. » corrigea Arceus alors que la colère semblait avoir donné du courage à l’adolescente, celle-ci fermant ses yeux avant de les rouvrir. Complètement roses, elle semblait prêtre à attaquer Arceus … avant de se téléporter subitement avec Personne et Metsubi au-dehors de l’église. Mimi fut légèrement surprise mais pensa intérieurement que cela avait été une bonne idée. Rester plus longtemps … ici … serait stupide.

« Est-ce que tu vas les poursuivre ou non ? »

« Si tel est le cas … Comment réagirais-tu ? » demanda la femme aux cheveux d’argent.

« Il se pourrait que je décide de m’en mêler à mon tour. » répliqua la jeune fille aux cheveux roses, passant une main dans ces derniers.

« Je ne suis pas assez stupide pour vouloir combattre à l’heure actuelle celle qui domine les terrestres mais aussi la surface de la planète. »

« Tu sais bien qu’il ne faut pas juger un livre à sa couverture, n’est-ce pas ? » rétorqua Mimi, un sourire aux lèvres bien qu’il n’était pas du tout chaleureux.

« Il te faudra juste patienter … Mais dès l’instant où il sera prêt, tu seras la première à tomber de ton piédestal, Mistria. » termina Arceus avant de disparaître, ne laissant pas le temps à Mimi de lui répondre. Saleté ! Où il sera prêt ?! Qu’est-ce qu’elle manigançait avec Luculos maintenant ?! Ca ne lui suffisait pas de martyriser déjà Crusaé ?

Perchée sur le sommet de l’église, elle les observait partir. Ils s’étaient téléportés à quelques mètres de l’entrée du bâtiment. Dire qu’il ne savait rien … Rien du tout … La majorité des pokémons qu’il avait combattus depuis ces dernières années … Ces fameux « membres » du culte n’avaient été que des envoyés. Mais pour quelle raison ? Elle seule le savait. Pauvre petite adolescente … Voilà ce qui arrivait quand on décidait de ne prendre que la partie humaine d’Arceus … Si elle avait décidé de rester une unique personne, elle se serait rappelée … au sujet de Luculos … mais aussi de bien d’autres choses.

« Et maintenant ? Personne ? Qu’allons-nous faire ? » demanda Crusaé alors qu’il tiquait, ses tremblements semblant s’être arrêtés.

« Tu peux m’appeler Luculos … dorénavant. » marmonna t-il alors qu’elle hochait la tête négativement. Pour elle, il en était tout simplement :

« Hors de question. Personne, c’est le nom que tu m’as donné. Or, je continuerai à t’appeler comme ça. C’est bien compris ? »

« Je continuerai de te nommer comme ça, moi aussi, Personne. » reprit Metsubi tandis qu’il soupirait. Alors, ce qu’ils allaient fai …

Il s’arrêta, immobile et statufié en observant les trois femmes sur le sol. Lasty … Fulgé et Rina … Metsubi s’approchait d’elles en même temps que l’adolescent, Crusaé restant sur place. Son … ancienne … elle aurait répliqué que cette femme aux cheveux bleus n’avait eut que ce qu’elle méritait. Sa nouvelle … personnalité se serait excusée envers Personne car elle était responsable de tout cela. Mais … Personne … Il lui dirait que ce n’était pas de sa faute. Alors, ce qu’elle pouvait faire … Elle colla son corps contre son dos, passant ses bras autour de son torse. Elle pouvait simplement le serrer pour elle. Elle n’avait pas à parler.

« Ce que je vais faire … n’est-ce pas ? Je vais combattre tous les légendaires qui ne seront pas de mon côté … J’irai récupérer la totalité de leurs pouvoirs … Après, je trouverai le moyen de libérer ce légendaire qui se trouve dans l’espace. Il semblerait qu’il soit une plaie pour Arceus. L’avoir à mes côtés, ça nous avantagera … Er enfin … En final, je m’occuperai du cas d’Arceus … Je vais lui montrer ce que … Non … C’est bon … Je suis fatigué. »

Il n’avait plus envie d’en parler. Avec lenteur et difficultés, il souleva le corps de Lasty. Crusaé et Metsubi lui dirent que dans son état, il valait mieux ne pas faire de bêtises. Il ne leur répondit pas, désignant juste du regard les deux sœurs de l’Artikodin. Mais comment … Ils allaient descendre maintenant ? Revenir sur la terre ferme ? Mimi était apparue, son habituel sourire aux lèvres en signant qu’elle allait arranger cela. Il était temps de rentrer … Et de faire le deuil des oiseaux légendaires.

Chapitre 28 : Sentiments divins et dualité

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 28 : Sentiments divins et dualité

« Metsubi … Comment est-ce que tu vas ? Tu es capable de marcher ? »

« C’est à moi de te dire ça ! Regarde dans quel état tu es, Personne ! » s’écria l’adolescente avec véhémence, montrant par là qu’elle était vivement en colère à cause des agissements de Personne. Celui-ci s’observa, haussant simplement les épaules comme pour dire que ce n’était pas bien grave avant de tendre l’oreille. Cet orgue … Il était tout simplement prodigieux et superbe. Et il provenait de l’église, n’est-ce pas ?

« Metsubi … On peut y aller ? Ou alors tu vas me faire la tête ? » demanda l’adolescent sur un ton lent, étant presque prêt à revenir en arrière pour … elles … pour les … revoir … Mais bon … Il devait continuer et avancer !

« C’est bizarre … Cette musique … Je crois la connaître … Enfin non … Mais j’ai l’impression qu’elle est vraiment … issue d’ailleurs. » murmura Metsubi comme pour éviter de lui répondre tandis qu’il hochait la tête. Il avait aussi cette impression … d’avoir déjà entendu cette musique. Pourtant, l’orgue, ce n’était pas son genre musical. En fait non, il n’écoutait même pas de musique à la base, comme ça, c’était réglé.

« Allons-y … Je suis fatigué là … Metsubi ? »

D’accord, d’accord. Elle ne pouvait pas écouter cette musique normalement non ? Et puis … C’est vrai qu’elle était assez intriguée aussi. Etait-ce Crusaé qui jouait de l’orgue ? C’était bien la première fois qu’elle connaissait une telle chose envers la jeune fille. Enfin non … Depuis le temps, elle avait sûrement grandit, n’est-ce pas ?

Mais bon … Ce n’était pas le moment de penser à une telle chose et surtout, Personne courait sans elle en direction de l’église. Elle vint le rejoindre avec facilité. Vue l’état dans lequel était l’adolescent se trouvait, elle pensait qu’il se déplacerait encore moins rapidement. Ils arrivèrent jusqu’aux portes de l’église …

« Ce n’est même plus une église ! Mais une cathédrale ou quoi ?! »

Il avait crié le mot avec véhémence. C’était la première fois qu’il voyait un bâtiment religieux aussi énorme et imposant. Ce qui l’était aussi, c’était l’égo de la déesse Arceus. Il y avait plusieurs représentations en vitraux de sa forme équine mais aussi … de la forme des légendaires … Sans même rentrer à l’intérieur, il pouvait voir … Un oiseau … bleu … Un magnifique oiseau bleu …

« Lasty … Metsubi … C’est Lasty qui est représentée ! »

« Hein ? Quoi ? Ah oui ! C’est bien elle … Et regarde à côté … C’est Fulgé et Rina ? »

« Elle … a toujours été magnifique. » reprit l’adolescent en poussant un profond soupir attendri. Lasty … Même sous sa forme d’oiseau … était superbe … et splendide. C’était donc ça un pokémon à la base ? C’était … Il n’avait plus de mots pour le décrire.

« Personne … L’orgue vient de l’intérieur. Il faudrait rentrer avant qu’il ne soit trop tard. Tu n’es pas d’accord ? » murmura Metsubi tandis qu’il répondait aussitôt :

« Metsubi ? Pars sur le côté et fais le tour pour voir si y a une seconde entrée. Je n’aimerai pas que l’on ait une mauvaise surprise. Et ne t’en fais pas pour mes blessures, ce n’est rien de grave. Je peux encore me débrouiller. On va se dépêcher. »

Elle hocha la tête négativement mais devant le regard de Personne, elle savait qu’elle n’avait pas le choix. Elle comprenait aussi ce qu’il voulait faire … Au cas où … Il voulait être seul … si c’était bien Crusaé. Elle prit une profonde respiration, marmonnant quelques mots :

« Fais quand même attention … d’accord ? Et … Ne m’oublie pas. »

Hein ? Mais non ! Il n’allait pas l’oublier ! Lorsqu’elle s’éloigna pour faire le tour de l’église, il restait là, sans même rentrer. Il essayait de mettre un nom à chaque créature mais il le reconnaissait … La majorité, il avait du mal … ou alors il ne connaissait même pas la forme … humaine qu’avait cette créature. D’une main distraite, il retira le demi-masque de démon qu’il s’était forgé avec la pierre pendant le combat, le jetant sur le sol.

Bon … Il était l’heure … Ah … Ah … Crusaé … Il était temps … Il était temps … D’y aller … Il s’approcha de la double porte. Devait-il l’exploser ? Non … C’était … Pas la meilleure idée … Il décida d’y aller bien plus … discrètement. Avec lenteur, il ouvrit la double porte, s’insinuant dans le petit espace. Le son de l’orgue était encore plus puissant, plus divin.

« Mais c’est … Il n’y a personne ici ? »

Vraiment personne ? La pièce était immense … Mais il n’y avait rien de rien. Ou presque … Il voyait une forme au loin. C’était cette forme qui jouait de l’orgue. A cette distance, il était quand même assez difficile de l’identifier mais … Il le savait … Il savait qui c’était. Avec lenteur, une extrême lenteur, il marchait entre les bancs, l’orgue continuant d’être joué, le son envahissant toute la place, camouflant le bruit de ses pas.

« Personne ? C’est Mimi ! J’ai remarqué que tu t’étais débarrassé des gardiens. J’arrive dès que je peux, attends-moi ! On va la libérer ta princesse de son collier ! »

Mimi ? Qu’est-ce qu’elle faisait là ? Où elle était ? Il tourna sur lui-même, ayant entendu le message psychique avant de se dire qu’il avait dû être fait à distance. Pfff … Enfin bon … Ce n’était pas le plus important, loin de là même. Finalement, il murmura d’une voix extrêmement douce, contrastant complètement avec celle pendant ses derniers combats :

« Crusaé. »

Il avait seulement prononcé son nom, l’orgue émettant un puissant tintamarre, les dix doigts ayant appuyé en même temps sur l’instrument. Il boucha ses oreilles, poussant un petit gémissement de douleur alors que la personne se levait de son tabouret. Il apercevait son dos quasiment nu, une longue robe qui semblait attachée au cou. Il avait du mal à y croire … Mais la chevelure de la jeune fille était devenue châtaigne depuis le temps. Ca lui allait bien … Ca changeait de la chevelure blanche de ses souvenirs. Elle portait un petit brassard de tissu rose au bras gauche tandis qu’il remarquait que les cheveux lui tombaient jusqu’au bas des jambes. Mais aussi … Aussi … Il remarquait le collier qu’elle portait autour du cou … Un effroyable collier… C’était à cause de celui-ci que tous les problèmes étaient arrivés … C’était à cause de lui … LUI … Personne ! C’était à cause de ça … Qu’il … Qu’il se haïssait à cause de ça. Pourtant, sur le même timbre de voix, l’adolescente chuchotait :

« Tu sais … J’ai du mal à le croire … Les premiers mois … ont été bien difficiles … Je pensais que tu arriverais aussitôt pour me sauver … Puis … Arceus m’a dit ce qu’elle voulait faire de moi … En attendant mes vingt ans … Je lui ai répliqué que je ne comptais pas rester ici bien longtemps. Et puis … J’ai perdu un peu espoir … Au bout d’une année … Mais après, j’ai pu obtenir une sphère capable de me permettre de communiquer avec toi. J’étais heureuse, si heureuse … et jalouse … Car tu recherchais une nouvelle fois Metsubi … Je suis bête, non ? A cause de cela … La sphère s’est brisé … Et j’ai perdu le moyen de communiquer avec toi. Pendant cinq ans … Cinq longues années … J’ai espéré … Jusqu’au bout … Mais peu à peu … Il me fallait reconnaître … Je pensais que tu m’avais abandonnée … C’était bête … Car je savais au fond de moi que ce n’était pas le cas. Mais en même temps, tu avais toutes les raisons de ne pas venir me sauver. J’ai tué tes parents, je t’ai martyrisé, je t’ai fait souffrir, je suis colérique, souvent hargneuse, je ne me montre jamais aimable … Je n’hésite pas à faire du mal à ceux qui t’entourent car je veux que tu ne sois qu’à moi … Uniquement à moi … Je suis en plus extrêmement possessive, je t’ai toujours considéré comme un objet que je ne voulais pas que l’on me retire et puis … Et puis … Il y a tellement … de choses qui font que tu n’as aucune raison de venir me sauver. Pourquoi me sauver ? Moi ? Je ne suis qu’une peste … Je ne suis qu’une gamine effrontée qui se crée ses propres règles soi-disante toutes puissantes et qui n’accepte pas la critique. Je ne pense jamais qu’à moi-même sans me soucier de ce que les autres ressentent. En fait non … Si quelqu’un me pose un problème, je n’hésite pas à l’éliminer … Vraiment … Depuis toutes ces années … Je n’ai pas arrêté d’y penser … Mon cœur … pensait … que tu viendrais me chercher mais … Mon cerveau résonnait … plus posément … Il savait que la triste vérité était là … Et puis … Au fil des mois qui s’écoulaient … Mon cœur aussi … n’y croyait plus. Tu sais … Même si j’ai abandonné cette bataille … Je continuais la guerre contre Arceus … Mon corps a réagit en conséquence. Mes cheveux blancs … Ce qui était l’incarnation de la déesse se sont mis à prendre cette teinte châtaigne … Je voulais m’opposer à Arceus … Montrer à quel point j’étais différente d’elle … Mais aussi différente … de ce que je fus … Personne … C’est vraiment toi … n’est-ce pas ? Tu n’es pas une illusion … n’est-ce pas ? Je n’ai pas rêvé … Si ce n’est pas … un mirage … Personne … Si c’est vraiment toi … Est-ce que … Tu peux accepter ma nouvelle personne ? Ma nouvelle identité ? Mon nouveau corps ? Mon nouvel être ? Ma nouvelle personnalité ? Est-ce que tu peux … accepter … que je te confie tout mon cœur ? Toute mon âme ? Tous mes sentiments ? Toutes mes émotions ? Tout … Non … Je dois sûrement te fatiguer, n’est-ce pas ? Tu vois … Je n’ai pas arrêté de parler, je ne peux pas m’en empêcher. Ca fait si longtemps, si longtemps que j’attendais de te parler ! Ca fait cinq ans, Personne ! Cinq longues années ! Et toi … Toi, tu ne fais que m’écouter … Tu ne fais que me voir encore m’accaparer toute ton attention … Comme d’habitude … J’ai changé ! Je suis une autre fille ! Une autre adolescente ! Je ne suis plus celle que tu as connue ! Personne … Personne … Personne … Je veux vraiment … Je veux vraiment que ça soit toi … Je veux vraiment que ça ne soit pas une chimère ! Dis-le moi ! Personne ! Dis-moi que tu n’es pas un phantasme ! Ca … Ca se pourrait … Ca se pourrait bien … Au final … J’ai entendu du bruit dehors … Pendant que je jouais de l’orgue … Pendant … Ca ne serait pas la première fois … Que je m’imagine une telle chose. Je commence à devenir folle … Je ne suis plus qu’une humaine, je suis malade comme une humaine, j’ai des pensées d’humaine mais j’ai aussi leurs … problèmes … Je me suis imaginé que tu étais là … Mais regarde-moi ça … Tu ne me parles pas, tu n’avances plus, tu m’écoutes sans un mot. Si tu étais réel … Tu serais déjà venu me prendre dans tes bras ! Mais non … Non … C’est bête … Ca … C’est ce que l’ancienne Crusaé aurait voulut. La nouvelle Crusaé … C’est à elle de venir vers toi … De te toucher … De te sentir pour être sûr que tu es bien de chair et de sang. Je … Je suis cette nouvelle Crusaé … Oui … Je le suis … Je suis cette nouvelle adolescente … Et en tant que telle … C’est à moi de faire le premier pas. Après tout … Si tu as fait tout ce chemin … C’est à moi de venir. » dit-elle en terminant finalement de parler, l’adolescent l’ayant laissé accomplir sa longue tirade, très longue tirade. Ce n’était plus la même … Il en était sûr et certain.
Il la voyait venir vers lui, ses yeux étant devenus complètement verts depuis le temps. Elle marchait vers lui, quittant sa place auprès de l’orgue avant de se retrouver face à face dans l’allée centrale de l’église. Pendant une quinzaine de secondes, elle restait là, fixée au sol avant de se remettre à marcher en sa direction. Puis finalement, elle arriva à sa hauteur, passant ses mains sur son visage pour le palper. Il se laissait faire, l’adolescente tâtant finalement ses bras puis son torse. Ce n’était pas une hallucination. C’était bien lui. Il posa ses deux mains sur les hanches de l’adolescente, commençant à la soulever. Elle ne semblait même pas avoir remarqué ses blessures tandis qu’il la faisait tourner autour de lui, un grand sourire aux lèvres. Elle commença à bafouiller dans ses sanglots :

« C’est bien … C’est Personne … C’est toi, Personne. Ce n’est pas … Ce n’est pas … »

« Coucou … Crusaé … Désolé d’avoir mis autant de temps. »

Maintenant qu’il était là, elle ne portait aucun intérêt sur le temps que cela avait duré ! Il continua de la soulever, les deux adolescents émettant de grands éclats de rire jusqu’à ce qu’il la redépose au sol. Dès qu’elle fut les deux pieds à terre, elle se jeta sur ses lèvres, dévorant celles-ci en un profond baiser qui surprit l’adolescent aux cheveux noirs. Lorsqu’elle retira ses lèvres, elle était rouge de gêne, essuyant ses larmes d’un revers de la main avant qu’il ne dise d’un air surpris :

« Cru … Crusaé … Ton collier … »

« Il n’est plus là ! Et oui ! La petite fille la plus puissante au monde l’a enfin retiré ! »

Il se retourna pour apercevoir Mimi devant la double porte. Metsubi n’était pas très loin d’elle. Visiblement, il n’y avait pas d’autre porte. Il s’approcha des deux demoiselles, Mimi haussant un sourcil en voyant l’état dans lequel il se trouvait. Oups … Il venait d’y penser … Maintenant … que Crusaé … N’avait plus son collier.

« Euh … Crusaé … Au sujet … de tout ça … Maintenant que tu as de nouveau … »

« Oui, Personne ? » dit l’adolescente aux yeux verts alors qu’il restait du côté de Mimi et Metsubi. Voilà qu’il s’était remis à trembler … Ce genre de choses … de malaises … C’était depuis si longtemps … C’était … Et les paroles de Crusaé … Celle-ci lui faisait un sourire alors qu’elle marchait vers eux. Il avait à nouveau peur … C’est bête mais …

« S’il te plaît … Crusaé … Je … N’en veut pas à Mimi. Enfin, moi-même, je lui en veux mais … Et puis … Tu sais, la cicatrice sous l’œil, n’en veut pas à Metsubi. Il s’est passé beaucoup de choses, énormément de choses même. Mais tu vois … »

« J’arrive à ressentir à nouveau un peu de peur dans ta voix, Personne. »

« Crusaé … Je pensais vraiment que … Crusa … »

Il baissait la tête. Est-ce qu’il avait fait une … Il n’eut pas le temps d’être surpris qu’il se retrouva téléporté devant Crusaé. Aussitôt, ses mains se tendirent alors qu’elle s’installait sur celles-ci, l’adolescente passant les siennes autour de son cou avant de l’embrasser longuement une nouvelle fois. Le contrôle psychique disparut bien qu’il la gardait contre lui. Que … Que … Que quoi ? Lorsqu’elle eut finit de l’embrasser, elle eut un petit rire candide devant le regard intrigué de l’adolescente :

« Parce que j’ai retrouvé mes pouvoirs, je dois annihiler tout le monde ? Non, non. Ce n’est plus le cas, Personne. J’ai vraiment changé. Je ne te mentais pas. Personne … »

Elle colla son front contre le sien, les rougeurs sur ses joues étant revenues avant de trembler légèrement. Ses lèvres tentaient de dire quelque chose qu’elle avait du mal à prononcer. Pourtant, au bout d’une vingtaine de secondes, un message psychique lui fut transmis, l’adolescent ouvrant en grand ses deux yeux avant d’hocher la tête négativement. Elle poussa un petit cri de rage avant de dire à voix haute dans l’église :

« Je t’aime, Personne ! Tu es content que je te le dise comme ça et non pas par pensée ?! »

Elle lui fit une petite moue qu’il trouva adorable alors qu’elle détournait la tête. Lorsqu’il vit Metsubi, il décida qu’il valait mieux ne pas porter Crusaé plus longtemps, l’adolescente aux cheveux châtains époussetant sa robe. Elle observa brièvement la Carmache puis elle au niveau de la poitrine. Peuh ! Ce n’était pas la quantité qui faisait la qualité. Et elle n’avait rien à s’en vouloir à ce niveau. Elle était très bien comme elle était. Oh et puis … Elle n’allait pas s’emporter pour rien non plus !

« On peut rentrer ? Je suis pressée de dormir … non pas dans un lit douillet mais en sachant que tu n’es plus loin. » dit l’adolescente en venant prendre son bras entre les siens.

« Rentrons alors … Moi-même … Je suis assez fatigué … Merci Mimi … Tes données étaient exactes … Et aussi pour le collier. Enfin … Tu es pardonnée pour tout ça. »

« Hihihi ! On ne peut jamais m’en vouloir ! Allez, je suis sympathique, je vous raccompagne tous pour la peine ! » s’écria la jeune fille aux cheveux roses avec entrain alors qu’ils se dirigeaient tous vers la sortie.

Dès qu’ils arrivèrent devant la double porte grande ouverte par les soins de Mimi lors de son arrivée, l’entrée se referma violemment. Puis un son commença à envahir l’église une nouvelle fois … Le son de l’orgue. Exactement la même mélodie que celle jouée par Crusaé. Assise sur le tabouret, une femme aux cheveux argentés tapotait sur les touches de l’instrument alors qu’un rictus passa sur les lèvres de Mimi, celle-ci murmurant :

« Arceus. »

Chapitre 27 : Absence de pardon

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 27 : Absence de pardon

« Personne ! Personne ! Arrête ça ! Regarde ton corps ! »

Metsubi lui criait dessus, lui demandant de s’observer. Il posa son regard sur son corps. Hum ? Des blessures ? Elles étaient bien présentes mais elles ne lui faisaient aucun mal. ? C’était bizarre mais il ne s’en souciait pas plus que ça. Non … En fait … Il n’en avait même rien à faire de tout ça. Ca ne lui faisait ni chaud, ni froid. Il restait une unique personne … Une seule personne … qui avait demandé à ce que Lasty et ses sœurs meurent.

« Tu es le prochain … et le dernier sur la liste, Hosor. »

« Je t’attends donc … Tu penses que comparé aux chiens légendaires, je ne pourrai pas me battre contre toi ? Je ne vais pas attendre que tu m’attaques. Non … Maintenant … »

Maintenant … Il était hors de question de perdre autant de temps. Hosor fit apparaître des ailes magnifiques dans son dos, celles-ci ressemblant étrangement aux couleurs de sa robe. Sa couronne s’était mise à briller fortement avant que des flammes … D’étranges flammes qui avaient une superbe couleur fonçaient vers l’adolescent. Celui-ci tenta de les éviter, prenant Metsubi contre lui, la recouvrant de son sang.

« Per … Personne … Arrête de combattre ! Je m’occupe de lui ! »

« Bien entendu … Et tu meures toi aussi, n’est-ce pas ? » répliqua l’adolescent aux cheveux noirs alors qu’elle le regardait d’un air étrange.

Ce n’était plus dans ses habitudes d’être aussi narcissique. En fait, il ne l’avait jamais été réellement. Elle voulut lui répondre mais resta simplement muette, baissant la tête tristement. Non … Elle n’avait pas à lui parler, n’est-ce pas ?

« Tu ne pourras pas échapper à mes flammes, Personne. »

« Je ne cherche pas à y échapper … Tu vas comprendre ce que je veux dire par là. Metsubi. Fais attention à toi … Il est hors de question … que tu meures. »

Il projeta l’adolescente à plusieurs mètres devant lui, se retournant juste au bon moment avant de couvrir ses deux bras. Les flammes vinrent lécher son corps, celui-ci commençant à se recouvrir de brûlures plus ou moins fortes. Tsss … Il pensait que c’était suffisant ? Hum ? Il ouvrit ses yeux en plus grand, surpris de voir que les flammes restaient présentes.

« Mon feu sacré … continuera de te brûler jusqu’à ce que tu sois purgé de tes crimes. Pourquoi penses-tu que je suis un pokémon légendaire ? Un pokémon céleste ? Car mes pouvoirs … comme ceux de feu Elugabeth, dépassaient l’entendement et la compréhension humaine. »

« … Encore faut-il que l’humain cherche à comprendre tes pouvoirs. »

Chose sur laquelle il portait un intérêt loin d’être significatif. Mais si … Tel était le cas … Hum ? Il devait … éteindre ses flammes mais comment faire ? Il tenta de s’asperger d’eau, remarquant que les flammes ne voulaient pas disparaître. Bon … Si tel était le cas … Alors, autant compter sur ces petites choses qui pouvaient paraître inutile.

« Je ne te laisserai pas le temps de te souffler. Qu’importe si tu étais l’élu, Arceus nous a demandé de te débarrasser de toi le plus vite possible. »

« Et tu penses que je vais te laisser faire ? Après leurs … morts … Il est hors de question … que je recule … sans voir Crusaé. Je vais aller la sauver dès maintenant. Et ce n’est pas un type habillé en robe qui va m’en empêcher. Est-ce bien compris ? »

Un anneau aqueux se forma autour de l’adolescent, les brûlures qui venaient l’affecter à chaque seconde semblant disparaître en même temps. Comme une constante … Dès qu’une brûlure apparaissait, elle disparaissait presque aussitôt. Mais ce n’était pas tout … Il tendit sa main vers le ciel, une sphère aqueuse étant projetée dans celui-ci avant de retomber sur l’adolescent. Il fut recouvert d’une épaisse couche à moitié liquéfiée, reprenant :

« Maintenant … Nous pouvons commencer … sérieusement … »

« Qui te dit que ça n’a pas déjà commencé ? »

Hosor croisait les bras, ses deux yeux étant devenus roses brièvement. Il l’avait remarqué il y a quelques minutes et s’était protégé mais rien n’était arrivé. Pourtant, l’adolescent fut violemment envoyé sur le côté, comme poussé par une force psychique surpuissante.

Du … psychisme ?! Si tel était le cas … Et s’il était proche d’Elugabeth, alors il devait avoir les mêmes pouvoirs que la femme ! Aussitôt, ses yeux devinrent roses une nouvelle fois tandis qu’il les dirigeait vers Hosor. Celui-ci fit un petit mouvement de recul, souriant faiblement. C’était cela … n’est-ce pas ? Il décidait d’utiliser les mêmes armes que lui …

« Nous allons voir si tu es capable de suivre le rythme. »

Voilà que des rochers apparaissaient autour d’Hosor. D’où est-ce qu’ils venaient ?! Il n’avait même pas remarqué … Non … Ce n’était pas le plus préoccupant. Ce qui était préoccupant, c’est qu’ils lévitaient au-dessus du sol.

« Nos pouvoirs sont millénaires … Il nous a fallut des siècles pour pouvoir les comprendre et les utiliser. Penses-tu vraiment pouvoir en être capable ? Tu n’es qu’une pâle copie des légendaires dont tu as pris les pouvoirs. Elugabeth … »

« Ces légendaires … Certaines d’entre elles … Et ceux qui sont morts … Ceux qui étaient proches de moi … IL EST HORS DE QUESTION QUE J’ABANDONNE ! »

S’il voulait se battre sur le même terrain, il allait le faire ! De multiples rochers, bien plus nombreux que ceux d’Hosor, apparurent autour de l’adolescent. Aussitôt, l’homme tendit sa main droite vers lui, les rochers volant vers Personne. Dès que cela fut accomplit, le corps du pokémon céleste se mit à briller fortement.

« Je ne te laisserai pas le temps de souffler. »

Pour toute réponse, Personne fit briller son corps à son tour, envoyant les rochers en direction de ceux qui arrivaient vers lui. La plupart furent désintégrés avant qu’Hosor ne disparaisse de la vue de Metsubi mais nullement de celle de l’adolescent. Celui-ci le voyait arriver à une vitesse prodigieuse vers lui, fonçant en piqué.

Les deux corps se percutèrent, leurs têtes étant à quelques centimètres l’une de l’autre. Hosor comme Personne se regardaient longuement, un vent se soulevant autour d’eux. Personne ne semblait prendre l’ascendant sur l’autre. Elle … Elle se demandait ce qui se passait ici … Ce n’était même pas un combat contre un pokémon légendaire … C’était autre chose … Complètement différent … Ce n’était plus du tout du même niveau.

« Est-ce que tu regrettes ce que tu as fait ? Est-ce que tu regrettes qu’elles soient mortes ? »

« Ce n’est pas du regret … Hosor … Elles savaient ce qu’elles faisaient. C’est de la colère … Je te hais … Comme je hais tous les légendaires … Vous ne pensez qu’à manipuler les humains et les pokémons … Que ça soit toi, Mimi ou alors même Arceus. Vous ne pouvez pas nous laisser tranquilles hein ? Vous ne pouvez pas me laisser tranquille, n’est-ce pas ? »

« Qui a décidé d’aller sauver la moitié d’Arceus ? Est-ce moi ou toi ? Voilà le problème avec les humains. Ils osent mettre sur le dos des autres leurs erreurs. Ils ne sont pas capables d’assumer leurs actes. »

« Et toi … Est-ce que tu es capable d’assumer tes actes ? Tu as tué les filles de celle que tu soi-disant aimais. Tu es pire qu’un monstre … »

« Je ne te permets pas de juger mes actes. Ils ne sont pas à la portée du mode de pensée d’un homme, qu’importe si celui-ci est l’élu. »

QU’IL NE SE FOUTE PAS DE LUI ! Ce n’était pas du tout ça ! Faire du mal … à ceux que l’on protège … Ceux que l’on aime … Les légendaires n’étaient pas si différents des humains et des pokémons normaux ! Il le savait parfaitement ! Il l’avait appris au fil de ces années ! Rokan … Lasty … Et cette … Taliky. Elugabeth … Tous … Tous étaient liés, qu’ils le désirent ou non !

Il le sentait … Il sentait qu’il reculait dans l’affrontement entre leurs deux attaques. L’adolescent prenait l’ascendant sur lui. Lui ? Un céleste ? Un pokémon céleste ? C’était impossible … Mais il ne se voilait pas la face. Non … Il le savait … Il savait que c’était la vérité … Il savait que l’adolescent allait le vaincre. Il fallait … Simplement trouver pourquoi …

« Pourquoi ? Pourquoi est-ce que tu tiens tête aux légendaires ? Pourquoi est-ce que tu tiens tête à ceux qui dirigent ce monde ? » demanda l’homme aux ailes arc-en-ciel.

« Moi ? A la base, je n’en ai rien à faire de vous. Je voulais vivre ma vie tranquillement avec mes parents. Puis il a fallut que je tombe sur une petite folle et hystérique du nom de Crusaé. Le début de mes problèmes … Puis de fil en aiguille, j’ai rencontré Metsubi puis d’autres personnes … Au final … Tu vois … J’ai rien contre vous, juste que vous vous en prenez aux personnes auxquelles je tiens. Et à part Metsubi … et Crusaé … Il ne me reste plus personne. Vous avez tout fait pour que le reste disparaisse. La personne qui n’assume pas ses sentiments … ou alors qu’à moitié … C’est bel et bien toi … Penses-tu qu’Elugabeth t’excusera pour ce que tu as fait ? »

« Elu … gabeth. » murmura l’homme, ses pensées dérivant du combat un court instant.

Un instant qui lui fit payer le prix fort. L’adolescent puisa une dernière fois dans la totalité de ses ressources, disparaissant de la vue d’Hosor avant d’apparaître à cinq mètres de lui. Il lui tournait le dos, l’adolescent étant dans un triste état. Les craquements sonores semblaient émettre de la globalité de son corps voir même à l’intérieur …

Il se retourna, observant Hosor qui s’était immobilisé ou presque. L’homme se tourna à son tour, l’observant longuement. Puis avec lenteur, il posa le genou droit au sol, sa main le retenant de s’écrouler sur celui-ci. L’adolescent s’avançait peu à peu vers lui. Il pouvait voir ses yeux vides d’expression … mais en même temps si calmes et si haineux … Haineux envers lui. Il pouvait voir la main droite qui commençait à faire apparaître ses marques.

« Tu es plus … qu’un humain … Tu le sais … n’est-ce pas ? »

Chapitre 26 : Abus de pouvoir

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 26 : Abus de pouvoir

« Occupez-vous de lui avant qu’il ne soit trop tard. »

Les paroles d’Hosor avaient été dites sur un ton neutre mais pourtant, cela sonnait comme un ordre. Quélan fut le premier à se diriger vers Personne, celui-ci continuant de marcher en leur direction. Dès que l’adolescent fut à portée, une trombe d’eau se dirigea vers lui, ses yeux s’ouvrant en grand. Subitement, l’eau se gela en intégralité avant de se briser, les bosses dans son dos se déchirant pour laisser apparaître deux magnifiques ailes ressemblant à celles de Lasty. Parfaites … Des répliques parfaites.

« C’est insuffisant. » murmura l’adolescent alors que Quélan sautait en arrière, un peu apeuré. C’était bizarre … de craindre un tel adversaire. Il murmura avec lenteur :

« Ce n’est pas la même aura … que lorsque je l’ai aperçu … avant qu’il ne s’enfuit. »

Qu’est-ce que … Non … Il ne devait pas y penser … C’était stupide d’avoir peur d’un adolescent, qu’importe si il était l’élu ou non ! Il recommença à envoyer une nouvelle trombe d’eau mais l’adolescent la gela instantanément. Il ne voulait pas comprendre ? Alors, il allait le lui montrer. Cette fois-ci, alors que l’eau glacée explosait, les morceaux foncèrent vers Quélan, le blessant que très légèrement alors que celui-ci pestait. Tsss … Il ne s’était pas attendu à une réplique aussi cinglante. Il n’arrivait plus à s’approcher de lui ?!

« Laissez-moi m’en occuper … Vous n’avez pas intérêt à vous en mêler. » annonça l’homme au visage peint de bleu tandis que les deux autres hochaient la tête pour dire que oui. Ce genre de combat était basé sur l’honneur. Il était hors de question qu’ils y aillent à trois contre un. L’adolescent émit un autre craquement sinistre tandis que Metsubi lui demandait :

« Personne … Tu … Tu … Tu as quelque chose qui est brisé ? »

« Hum ? Non … Nullement … Metsubi … Je n’ai pas de temps à perdre avec ces enfantillages. Vous … Vous disparaissez de ma vue. » répondit-il en s’adressant à Quélan, tendant sa main gauche vers lui. Aussitôt, le Suicune fit un pas sur le côté, esquivant une attaque imaginaire.

Bizarre … Il avait vraiment cru … vraiment cru que cet adolescent allait l’attaquer. C’était stupide ! Il perdait trop sa concentration ! Il se faisait beaucoup trop de soucis pour rien ! Puisque visiblement, la projection d’eau n’était pas suffisante ou trop faible à longue portée, il allait régler ce problème très vite. Il devait arriver à sa hauteur et lui envoyer tout simplement de l’eau avec la puissance d’un canon.

« NON ! Quélan ! Arrête ! NE T’APPROCHE PAS DE LUI ! » s’écria subitement Ronak alors que c’était déjà trop tard.

« Adieu. » chuchota Personne sur un ton lent alors que son bras droit venait attraper son poignet. Déjà, il reprenait : « Je compte bien te faire souffrir … salopard … Ne pense même pas un instant à ce que je te tue en un coup. Tu vas souffrir … agoniser … Tu vas voir … »

Qu’est-ce … Qu’est-ce … Il sentait ses forces disparaître ?! C’était ça sa marque ?! Il en était hors de quest … ARGLLLLLL ! Il s’était fait foudroyé mais faiblement, quelque brûlures apparaissant sur son poignet. Ce n’était qu’un petit coup de jus … Non … Non … Il le voyait au regard de l’adolescent. Ce n’était pas que ça que Personne lui réservait. Peu à peu, des cloques apparaissaient sur son bras en même temps que de la fumée, le corps de Quélan étant parcourut de spasmes. De l’écume sortait de ses lèvres tandis que l’adolescent reprenait :

« Ce n’est pas suffisant … Loin d’être suffisant … Je sens encore ton cœur battre … »

« Il est hors de question que je te laisse faire ça plus longtemps ! » s’écria Ronak, de la foudre apparaissant au bout de ses deux mains alors qu’il courait vers Personne. L’autre homme était déjà en train de le suivre, ne parlant pas tandis que le Ho-Oh restait parfaitement immobile, ne semblant pas se soucier du combat.

« Votre tour viendra bien assez tôt. »

Ses deux yeux se fermèrent avant de se rouvrir, laissant paraître deux pupilles roses. Une violente vague psychique les renvoya en arrière, Hosor haussant un sourcil. Là … Par contre … Ce n’était pas normal … Il ne connaissait pas de pokémon légendaire ayant des pouvoirs psychiques et dont les pouvoirs avaient été pris par l’adolescent.

« … Hum … Tu m’as l’air cuit à point. »

La main relâcha finalement le corps de Quélan, les ailes créant un puissant souffle de vent pour renvoyer le cadavre en direction des deux autres chiens légendaires. Ces derniers émirent un petit rictus de dégoût en sentant l’odeur de chair brûlée et calcinée, le corps en intégralité de Quélan ne ressemblant plus à grand-chose à cause des cloques.

« Espèce … Espèce de salaud ! JE VAIS TE LE FAIRE PAYER ! ESPECE DE MONSTRE ! » s’écria Aranor, bien plus virulent verbalement depuis qu’il avait vu le corps sans vie de Quélan.

« Un monstre ? Moi ? » demanda Personne alors que son bras droit continuait d’être parcouru de tremblements, des éclairs l’entourant. Son dos se déchira une seconde fois, laissant paraître de magnifiques ailes enflammées. Des crachats de lave sortirent de la bouche d’Aranor, ces derniers venant atteindre le visage de l’adolescent.

« NON ! PERSONNE ! » hurla Metsubi, ne pouvant que regarder le combat sans y participer. La lave … La lave allait tout simplement le rendre … Non ?

« Si je … suis un monstre … Il faut alors que j’y ressemble, n’est-ce pas ? » dit l’adolescent alors que la lave s’était faite arrêtée par de l’eau, se solidifiant jusqu’à former un demi-masque sur le visage de Personne. Une corne trônait sur le côté et on pouvait s’attendre à ce qu’un sourire se dessine sur ses lèvres, sourire qui ne vint jamais.

« Maître Hosor ! Qu’est-ce qui lui arrive ?! Ce n’est plus le même ! Est-ce que c’est vraiment l’élu ?! Comment se fait-il qu’il nous résiste autant ?! » demanda Ronak en ayant reculé, apeuré pour la première fois de son existence.

« Je ne comprends pas non plus … Si cela était simplement la puissance des légendaires … Mais ce n’est pas le cas … Y a-t-il autre chose ? »

Mais quoi ? Quoi donc ? Ce n’était pas normal … De multiples aiguilles de glace se plantèrent dans Aranor, celui-ci poussant un râle de douleur avant de dire :

« Tu penses vraiment m’avoir avec de la glace ?! Alors que je suis le chien de feu ?! »

« Penses-tu sincèrement que c’est une erreur de jugement ? »

Encore le même craquement sonore … Toujours le même … Et cet orgue qui résonnait sur le champ de bataille. Qu’est-ce que ça voulait dire ? Elle cherchait l’origine du bruit, voyant que l’orgue provenait de l’église. Mais les craquements … C’était du côté de Personne. Les aiguilles de glace qui avaient ensanglanté la majeure partie du corps de l’Entei se liquéfièrent mais subitement, comme possédé, le liquide se mit à se mouvoir, prenant la forme d’une lance aqueuse. La lance se planta dans le ventre de l’homme au visage peint de rouge, celui-ci écarquillant de surprise. Qu’est-ce que …

« Tu subiras la même souffrance que ton frère, tu n’as pas à t’inquiéter à ce sujet. »

Le corps d’Aranor fut pris de tremblements avant qu’il ne pousse un hurlement déchirant, de multiples pieux de glace sortant de ses deux bras. De petite taille, ils étaient néanmoins tellement nombreux que cela devait faire atrocement mal.

« COMMENT ?! Tu ne m’as rien planté ! Attends un peu que … »

Il s’était mis à courir vers lui. S’il le combattait au corps à corps, il n’aurait pas le temps de se protéger de la lave. Ce n’était pas ses mains qui lui permettaient de combattre ! ARGLLLLLLLLLLL ! Ses jambes fléchirent, le faisant tomber et s’écrouler au sol devant l’adolescent. Un bref regard et il remarqua des pieux de glace dans ses deux jambes. Il leva la tête, apercevant Personne devant lui. Celui-ci posa un pied sur son crâne, le forçant à regarder le sol alors qu’il murmurait :

« … Le corps d’un être humain … et d’un pokémon depuis qu’ils sont devenus des humanoïdes est composé majoritairement d’eau pour la plupart d’entre eux. Ce n’est pas forcément ton cas mais tu possèdes quand même de l’eau en grande quantité. »

« Co… Tu es cap … Maître HOSOR ! »

« J’ai entendu … » murmura l’homme à la parure orange, blanche et verte.

« Terminons-en … Il en reste toujours un. » coupa l’adolescent alors que des pieux de glace sortirent subitement du visage d’Aranor en même temps qu’il posait sa main sur son cuir chevelu, ses lignes brillant fortement.

« Personne … Personne arrête maintenant … S’il te plaît … »

« Hum ? Metsubi ? Pourquoi cela ? » demanda l’adolescent alors qu’il entendait la voix chevrotante de l’adolescente. Y avait-il un problème avec elle ? Il se sentait très bien personnellement … Bien trop … Il se tourna vers le dernier homme … parmi les trois chiens. Raikou, n’est-ce pas ? Ce n’était pas un problème … Loin de là …

« Maître Hosor … Je ne veux pas aller le combattre. »

« Hum ? Est-ce de la frayeur que j’entends dans ta voix ? »

Le ton avait été sec et violent, ne laissant pas de place à la réplique. L’homme au visage peint en jaune hocha la tête négativement avant de courir en direction de Personne. Déchirement … et une dernière paire d’ailes apparut, laissant place à un être possédant six ailes. Aussitôt, Hosor murmura d’une voix lente :

« Il vaut mieux l’arrêter dès maintenant … C’est bien plus dangereux que ça. »

« AHHHHHHHHHHHHHHHHHHH ! »

C’était Ronak. Ce n’était même plus un combat mais de la torture. Son bras gauche était entièrement brûlé, son bras droit avait de multiples pieux de glace qui sortait. Sa jambe gauche était lacérée par des ronces tandis que la jambe droite … n’était même plus présente. L’homme était en pleurs, la douleur ayant extirpé des larmes de son visage avant que Personne ne pose une main sur son front. Les marques vinrent briller sur sa main droite avant qu’un pieu d’eau ne travers le crâne du Raikou.

« Dommage pour toi … mais il vaut mieux que j’élimine ton amie. »

Le Ho-Oh avait dit cela en fonçant à toute allure vers Metsubi, celle-ci s’apprêtant à se protéger. Elle était sûre de tenir le coup mais elle allait finir dans un … Non ! Personne était apparut devant elle, une unique paire d’ailes dans son dos. Des ailes qui firent frémir Hosor. Des ailes gigantesques …

« Maintenant, c’est à ton tour, Hosor. »

« Elugabeth … »

Aussitôt, l’oiseau légendaire recula tandis que Metsubi poussait un cri de surprise. Des blessures … Sans avoir été touché, Personne était recouvert de blessures sur la majorité de son corps. Du sang s’écoulait de multiples entailles sur la globalité de son corps. Depuis … Depuis … Le grincement se fit entendre une nouvelle fois, une entaille apparaissant sur le dos de Personne. C’était lui … C’était lui-même qui s’infligeait ça ?! Mais comment ?!

Chapitre 25 : Promesses brisées

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 25 : Promesses brisées

« Et si nous commencions dès maintenant ? Je me dois de venger la mort d’Elugabeth. »

« Ce n’est pas nous qui l’avons tuée mais l’un d’entre vous ! Je me rappelle plus de son nom ou presque … Mais c’était une adolescente capable de cracher des boules de feu ! Je crois qu’elle s’appelait … Hélys ! Oui, c’était ça ! »

« Il ne sert à rien de trouver un coupable … Dans les faits, tu es l’unique responsable de la mort d’Elugabeth … Cela est à cause de ton existence qu’il en est ainsi. »

Ca ne servait à rien de discuter avec cet homme. L’adolescent poussa un profond soupir. Ce type … était capable de produire du feu, n’est-ce pas ? Cela se voyait … Cela se sentait … Alors si tel était le cas … Ca allait être très simple ! Tout de suite, il demanda à Metsubi de reculer alors qu’il projetait une puissante vague d’eau, issue des pouvoirs du premier légendaire qu’il avait réussi à abattre … Il y avait bientôt cela huit ans. Huit ans … qu’il faisait de telles choses. Le temps passait à une vitesse extraordinaire.

« PERSONNE ! Fais attention ! Il attaque dès maintenant ! »

Il attaquait ?! C’était impossible ! Il venait de lui balancer une attaque ! AH ! L’eau avait été consumée par les flammes … Non, ce n’était pas ça … Plutôt évaporée. Les flammes avaient réussi à la faire s’évaporer aussi facilement ? C’était quoi ce délire ?! Il recula mais déjà, il était là … Il était rapide ?! Il se prit une claque de la part de l’homme, Metsubi faisant apparaître aussitôt ses griffes avant qu’il ne tende la main vers elle :

« Je m’occuperai de toi plus tard. Mais pour l’instant … »

Il pointa son autre main non-occupée en direction du ciel, un soleil artificiel apparaissant, aveuglant la jeune fille qui se cacha les yeux. Elle ne put rien faire pour éviter le coup de pied qui l’envoya au loin.

« Que se passe t-il dehors ? » murmura Crusaé dans l’église, s’étant agenouillée devant un vitrail représentant Arceus. Non … Elle ne la priait pas … Pas du tout même.

Elle s’était redressée, tournant son visage vers l’imposante double porte. Elle ne pouvait pas l’ouvrir, cela était impossible … Seules les créatures légendaires en étaient capables. Seules les créatures célestes … pouvaient rentrer.

« Et bien ? Est-ce déjà fini ? Je n’ai que donner que quelques coups … Est-ce là … Celui qui a réussi à tenir tête à Elugabeth ? »

« Je n’ai jamais combattu Elugabeth ! Et je ne l’aurai jamais fait ! » s’écria l’adolescent en se redressant, le visage en sang.


C’était son premier combat contre une créature légendaire ! Il ne pouvait pas le perdre ! Mais c’était quoi cette différence de niveau entre lui et les autres légendaires ?! Elugabeth … Elugabeth n’avait jamais été sérieuse par rapport à ses filles. Il en était sûr et certain ! Mais alors quoi faire ?! Pourtant … Il avait tellement de puissance … Il avait tellement de pouvoirs issus de la part des légendaires … Il ne comprenait pas … Comment c’était possible …

« Bon … Autant en terminer maintenant … Une simple déflagration devrait vous suffire. »

Une … simple … QUOI ?! C’était quoi ce souffle de feu ?! Rien à voir avec le sien ! Il tenta de se protéger mais aussitôt, Metsubi se plaça devant lui, parant l’attaque avec son corps. Lorsque les flammes disparurent, elle haletait, étant recouverte légèrement de brûlure alors qu’Hosor paraissait passablement surpris.

« Même une dragonne … normale aurait péri sur ce coup … Serais-tu la jeune dragonne atteinte de sa maladie ? »

« JE NE SUIS PLUS MALADE ! Personne m’a sauvée ! Et pour ça … Pour ça … que … Je vais le protéger ! » répondit-elle en tremblant, l’homme créant un second souffle de feu puis un troisième qui vinrent vers elle.

Encore une fois, elle recouvrait l’adolescent de son corps, les flammes venant lécher l’intégralité de celui-ci. Lorsqu’elles s’arrêtèrent, elle était dans un état plus grave qu’auparavant, l’adolescent la repoussant en hurlant :

« Je ne te demande pas ton aide, Metsubi ! Surtout si c’est pour faire une telle imbécillité ! Hosor ! C’est moi que tu veux n’est-ce pas ?! Alors ne l’attaque pas ! »

« … Pour qui me prends-tu ? Je n’ai pas d’ordre à recevoir de ta part … Est-ce bien compris ? Je décide ce que j’estime être bon. Elle est aussi responsable de la mort d’Elugabeth. »

Ca ne servait à rien de parler avec lui, n’est-ce pas ? Alors … Alors … Ils devaient combattre ! Ils devaient combattre avant qu’il ne soit trop tard ! Il perdait trop de temps ! Il décida d’alterner ses attaques, envoyant des éclairs, des flammes, de la glace et de l’eau en direction d’Hosor. Celui-ci ne semblait même pas réagir aux attaques, comme si elles étaient inefficaces. Finalement, il lui murmura :

« Tu ne pourras rien pour me battre … Sais-tu pourquoi ? Car tes pouvoirs sont imparfaits … Tu n’es pas capable de contrôler ceux d’Elugabeth et le reste … A part ceux du petit Phione qui est mort il y a longtemps … Ce ne sont que des ersatz de pouvoirs. »

« Ersatz ?! Ne raconte pas n’importe quoi ! Ce n’est pas du tout le cas ! » dit l’adolescent aux cheveux noirs, blessé dans son amour propre. Autant de sacrifices … Des copies ?! DES COPIES ?! Même pas en rêve ! Il poussa un hurlement, créant une trombe d’eau pour balayer cet homme. Metsubi était mise sur le côté sous les ordres de l’adolescent. Il ne voulait plus qu’elle combatte pour l’instant.

« Et pourtant … Regarde cela … »

L’homme se prit l’eau de plein fouet, celle-ci s’évaporant autour de lui tandis qu’il prenait une profonde respiration. Inutile … C’était si … basique … si faible … Et il n’y avait pourtant qu’une raison. Une simple raison …

« Sais-tu que ce que tu fais avec les légendaires est parfaitement inutile ? »

« Co … Comment ça ? Inutile ? Qu’est-ce que vous racontez encore ? »

« Que tu prennes les pouvoirs d’un légendaire en partie … ou alors dans la globalité, tu les voues à une mort certaine. Tu te voues à une mort certaine … N’as-tu pas compris que tu les as affaiblis de telle sorte qu’ils sont bien plus vulnérables et faibles ? Alors que de ton côté, tu ne peux réellement utiliser leur force ? »

Un cri déchira le ciel, Crusaé se tournant vers la porte une nouvelle fois. Elle était sûre d’avoir entendu un cri … Ce cri … était affreux à entendre et pourtant si distant. Qu’est-ce qui se passait ? Qu’est-ce qui se passait ?! Elle voulait sortir mais … Elle ne devait pas … Elle ne pouvait pas … Rester à genoux et observer le vitrail … Si Arceus remarquait qu’elle espérait que cela soit Personne pour venir l’aider alors … Non …

« Fulgé ?! C’était Fulgé ?! »

Il s’était retourné vers l’origine du cri. Il avait entendu Fulgé qui criait ! Qu’est-ce que … Qu’est-ce que … Ah … Ah … Un tic nerveux passa sur ses lèvres tandis qu’Hosor disait :

« Mes chiens légendaires ont toute leur puissance … Ils n’ont aucun mal à les tuer. »

« Les … Les tuer ?! NON ! JE VOUS L’IN … »

Un second hurlement strident … Rina … Rina … Rina … Rina … Ah … C’était Rina … C’était Rina maintenant ?! Metsubi lui dit de se protéger alors qu’Hosor s’envolait vers lui, prêt à lui cracher des flammes. Sans prêter attention aux conseils qu’il lui avait donnés, elle se plaça devant Personne, les flammes la recouvrant une nouvelle fois. Mais cette fois-ci, elle allait faire de même ! Des flammes violettes sortirent de la fumée causée par l’attaque d’Hosor, le pokémon céleste les esquivant en majeure partie, un pan de sa robe se calcinant.

« … … … Intéressant … … … Tu n’es pas à prendre à la légère. »

Un second cri ? Elle ne devait pas y penser. Il y avait une guerre ou quoi ? Elle se rapprochait de l’orgue. Elle allait devoir en jouer. C’était le moment de penser à ça … Et à rien d’autre … Oui … Oui … C’était exactement ça ! Elle vint s’installer sur le fauteuil, se préparant à en jouer. C’était …

« Rina … Rina est … Qu’est-ce qui se passe avec elles ?! »

« Je te l’ai pourtant signalé … Prendre les pouvoirs d’un pokémon légendaire, cela revient à lui donner une mort très proche. J’avoue avoir été assez surpris que Lasty et ses deux sœurs survivent aussi longtemps. Même un simple pokémon basique et faible pouvait les tuer. »

« JE T’INTERDIS DE DIRE UNE TELLE CHOSE ! Lasty ne pe … »

Quelque chose s’était brisée en même temps qu’un dernier éclat de voix résonnait à ses oreilles. Puis peu à peu, une musique se fit entendre. De l’orgue ? Il entendait de l’orgue ? Qui provenait de l’église ? Hosor semblait surpris une nouvelle fois, tournant à moitié son visage vers l’origine du son. C’était ça … alors … Elle avait décidé de réagir ainsi ? Elle faisait bien … Pour son propre salut car elle ne sortirait pas.

« … … … C’est terminé. » annonça d’une voix calme Hosor alors que l’adolescent le voyait … en train de pleurer ?! Il était en train de pleurer ?! Il ne rêvait pas ?! « Elles sont parties rejoindre leur mère … Il était temps … »

Impossible. Impossible ! IMPOSSIBLE ! Lasty lui avait fait une promesse ! Elle lui avait … Il savait qu’il n’aurait pas dû y croire mais il avait voulut … Ah … Ah … Lasty ! LASTY !

« LASTYYYYYYYYYYYYYYYYYY ! »

« Elles ne sont plus qu’un lointain souvenir. » murmura une voix derrière lui après qu’il ait crié le nom de l’Artikodin. Il se tourna pour apercevoir les trois hommes. Ils étaient recouverts de sang … Mais ce n’était pas les leurs … Sans même se soucier de lui, les trois chiens légendaires se positionnèrent devant Hosor.

« Hosor … Vous êtes blessé ? C’est lui … »

« Aranor, nullement. C’est la petite Carmache qui m’a légèrement calciné avec ses flammes. Elle deviendra très dangereuse … trop dangereuse dans quelques années. »

« Alors, laissez-nous nous en occuper. Ca ne devrait pas trop tarder. » répondit Ronak à la suite des deux autres hommes.

Au loin, trois femmes étaient allongées les unes à côté des autres, les mains posées en croix sur leurs poitrines. Visiblement, elles avaient été mise de telle sorte qu’elles aient une position décente jusqu’à la fin. Faiblement, très faiblement, leur corps se soulevait, signe que tout allait s’arrêter bientôt. D’une voix presque inexistante, Lasty, au milieu de ses deux sœurs, demanda à celles-ci :

« Ri … Rina … Est-ce que … tu as … pardonné à … à … Personne ? »

« Ca … n’a jamais été de sa faute … depuis le début. C’était … juste … de l’orgueil … Mais oui … Lasty … C’est le cas. » répondit une dernière fois Rina en venant prendre la main de sa petite sœur, celle-ci murmurant :

« Et toi … Flgé ? Est-ce que … tu as … »

« Fatiguée … Suis fatiguée, Lasty … Veut dormir avec vous trois. » marmonna la jeune fille en collant sa main dans celle de Lasty. Trois ? Elle, Rina et … Personne ? Main dans la main, elle sentait le dernier souffle de vie qui quittait le corps de la Sulfura.

Heureuse … Elle était heureuse … et triste en même temps … Elle ne voulait pas partir … en sachant que ses sœurs n’avaient pas pardonné à Personne. Heureusement … C’était le cas … Elles partaient en paix … Mais elle ne voulait pas partir … tout court. Elle voulait rester avec le jeune garçon … Non … L’adolescent … Non … Elle ne voulait pas … Elle ne voulait pas … Elle voulait le voir grandir … Encore … Elle voulait continuer à veiller sur lui. Elle tenta de se lever mais son corps ne lui répondait plus. C’était ça … de craindre la mort ? Quand on avait peur … de quitter ce monde en laissant derrière soi des personnes auxquelles on était attaché ? C’était ça … des sentiments ? Pourquoi Arceus avait-elle refusé de leur permettre de se lier aux humains et aux pokémons ? Pourquoi ? Car cela faisait mal ? Très mal … Même si c’était le cas … Même si c’était la vérité … Elle avait été heureuse … bien plus qu’auparavant … Ah … Heureuse et malheureuse … Joyeuse et triste … Elle ne voulait pas s’imaginer … s’imaginer la réaction de Personne. Elle voulait rester avec lui ! Elle voulait continu … continuer … de vivre … De … res …ter en … Ses yeux restaient grands ouverts, les larmes s’écoulant de ses joues alors qu’à son tour, son corps devient froid.

« Hosor ?! Il se passe quoi là ?! » demanda Quélan avec une légère inquiétude.

« Ne vous en faites pas. Tuez-le pendant qu’il est dans cet état. »

Le Ho-Oh avait gardé ses larmes aux joues, donnant pourtant cet ordre alors que les trois chiens légendaient se dirigeaient vers Metsubi et Personne. Pourtant, dès qu’ils firent un pas, un craquement sinistre se fit entendre de la part de l’adolescent. Quelque chose s’était brisée chez lui ? Mais quoi ? Des bosses apparaissaient dans son dos tandis que Metsubi l’observait avec interrogation. L’adolescent … L’adolescent …

« Si personne ne tient … ses promesses … Pourquoi … Pourquoi je devrais tenir les miennes ? Pardon … Pardon Omera … Je n’en peux plus … »

Il s’était retenu de pleurer depuis plus de deux ans … par respect pour la Luxray mais là … Lasty … et ses sœurs … Mais Lasty … LASTY ! Il s’était mis à déverser ses larmes en même temps qu’il avançait en direction des trois chiens, haletant avec une respiration des plus saccadées. Il allait … Il allait les … Il allait les … Ah … Ah …

Chapitre 24 : Les trois gardiens chiens

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 24 : Les trois gardiens chiens

« Alors … Bon … La route ne semble pas très difficile et pas forcément trop longue … Mais il vaut mieux rester sur nos gardes, tout le monde. »

Il avait pris la parole, passant une main sur son front. Il sentait qu’il y avait du danger … Il le sentait … C’était si facile à prédire. Comme si un plan pouvait se passer sans accrocs ! Surtout un tel plan ! Un plan aussi important ! Un plan aussi dangereux ?! Il se tourna vers Metsubi, s’adressant à elle maintenant :

« Fais attention … Enfin, non … Ca concerne tout le monde. Faites sérieusement attention, d’accord ? On ne sait pas ce qui nous attend … Et j’avoue que je ne suis pas rassuré du tout. »

Il ne l’était pas ? Oh … Que c’était étonnant, n’est-ce pas ? Mais non … C’était tout à fait normal. Lasty lui fait un petit sourire pour le rassurer alors qu’ils se remettaient en route. Cette fois-ci, il valait mieux se déplacer à la marche pour être sûr de ne pas être repérés. Il prit le commandement de la troupe, tout le monde l’écoutant alors qu’il tentait de faire la conversation. Rina était comme à son habitude calme et stoïque, le laissant parler.

« Quand nous serons là-bas, vérifiez qu’il n’y a aucun piège ou autre, d’accord ? Je veux être vraiment sûr qu’on ne soit pas tombé dans un guet-apens. Je ne le permettrai pas. »

« Alors il vaudrait mieux qu’on recule TOUS MAINTENANT ! » s’écria Fulgé soudainement avant qu’une pluie de flammes ne s’abatte sur eux ou presque. Ils avaient tous réagit dès l’instant où elle avait pris la parole, faisant un saut en arrière.

« Hum … Cela aurait été plus simple de vous voir disparaître dans mes flammes mais bon … Il fallait s’en douter. » murmura lentement une voix masculine avant qu’une vague d’eau ne vienne éteindre les flammes qui continuaient de brûler.

Qu’est-ce que … Et zut … Les ennuis étaient arrivés bien plus tôt que prévus en fait ! Trois ombres apparaissaient devant eux. Trois hommes étaient présents. Trois jeunes hommes … Ils devaient avoir la vingtaine d’années, comme Lasty ou Rina. L’un avait des peintures tribales de couleur rouge sur les joues, jaune sur le front et blanche sur le bas du visage. Les cheveux bruns lui allaient jusqu’au torse, coupés en deux longues tresses sur le devant de son visage. C’était visiblement lui qui avait pris la parole.

« Aranor … Il semblerait que le destin soit capricieux de ce côté. Enfin bon … » murmura Fulgé d’une voix assez triste.

Le second homme avait une peinture noire sur le front, blanche sur les joues, bleus au niveau des lèvres supérieures ainsi que blanche au niveau du menton et des lèvres inférieures. Encore un visage tribal ? Il semblait un peu plus petit qu’Aranor.

« Ronak. Visiblement … Il semblerait que vous soyez nos adversaires, n’est-ce pas ? » annonça Rina sur un ton neutre.

Enfin, le dernier homme avait une taille entre Ronak et Aranor. Là encore, son visage était peint de façon tribale. Mais chez lui, tout était beaucoup plus simple … La moitié supérieure était totalement bleue tandis que celle d’en bas était complètement blanche.

« Et le dernier mais pas le moindre … Quélan. » termina Lasty avant de se positionner devant Personne et Metsubi. Les trois femmes ne semblaient guère vouloir qu’ils combattent.

« Vous vous êtes lancées dans une quête éperdue, mesdemoiselles. » reprit Aranor, observant les trois femmes : « Vous êtes tombées dans la gueule du loup. »

« Bien entendu, bien … Tu penses sincèrement que nous avons fait cela en ne sachant pas qu’on allait recevoir de la visite ? » répondit Fulgé sur un ton provocateur.

Ils étaient nombreux, beaucoup trop nombreux même. Enfin … Trois légendaires … Cela risquait d’être plus que problématique quand il y réfléchissait. C’était bizarre … Mais en les regardant ainsi, il avait l’impression de voir des animaux. Peut-être était-ce des oiseaux comme les trois femmes ? Il s’adressa à Lasty :

« Dis-moi … Ce sont des pokémons légendaires, sans aucun doute … Mais vous les connaissez donc ? Enfin … Plus que la normalité ? »

« Ce sont les chiens légendaires … Entei, Raikou et Suicune. Ils sont au service de Ho-Oh … Ou chez nous … Il est appelé Horos … Horos était très proche de notre mère. »

C’était donc ça … Alors, elles connaissaient les trois hommes ainsi que leur chef. Leur chef connaissait très bien Elugabeth. Lorsqu’il avait entendu ce nom, il avait remarqué les réactions de Fulgé et Rina. Les deux femmes avaient tourné la tête vers lui comme pour bien montrer que ce n’était pas terminé de ce côté. La rancune … était tenace, très tenace même.

Là … Il attendait la réaction des hommes … Et des femmes. Metsubi elle-même se préparait à combattre. Ce n’était qu’une question de temps … Et l’église était encore loin … Bien loin. Il devait y aller avant qu’il ne soit trop tard ! Il amorça un mouvement pour avancer mais s’arrêta aussitôt avant qu’une flamme ne tente de l’atteindre. Fulgé se plaça devant lui, s’écriant en direction d’Aranor :

« Même pas en rêve ! Tu ne le toucheras pas ! BON ! Personne ! Tu sais ce que tu vas faire ?! Tu veux que je te donne un indice ?! »

« Euh … Ca serait sympathique … Mais arrête de crier Fulgé, cela donne mal aux oreilles. »

« Ne t’en fais pas, Personne … Ce que Fulgé veut dire … C’est que tu vas avancer sans nous, voilà tout. Nous allons nous occuper d’eux trois, c’est pourtant bien simple non ? La survie de Crusaé passe avant tout. On ne peut pas rester là en attendant que les autres légendaires rappliquent. Tu as parfaitement compris ? » dit Rina en s’adressant à lui, envoyant un éclair en direction d’Aranor alors que Ronak se positionnait devant son frère pour le protéger.


Ca ne servait à rien du tout … Chacun protégeait l’autre … Dès l’instant où l’un envoyait un éclair, l’un des adversaires le subissait sans aucune blessure. C’était ainsi … C’était un triangle impossible à combattre. Ah … Bon … Mais ils avaient l’avantage ! S’il décidait de combattre ainsi que Metsubi, alors ils pouvaient facilement dominer ces trois hommes !

« Personne … S’il te plaît … Ce n’est pas à toi de les combattre mais à nous … Tu peux me faire confiance, n’est-ce pas ? »

Voilà que la jeune femme aux cheveux bleus venait de s’adresser à lui sur un ton étrangement doux, vraiment très doux même. Il tremblait légèrement, se rapprochant d’elle alors qu’elle lui tournait le dos. Il vint subitement l’enlacer, ses deux mains se plaçant juste au-dessous de sa poitrine. Il marmonna d’une voix lente :

« J’ai grandit … Lasty … J’ai vraiment grandit … «

« Tu es devenu un bel adolescent … Et c’est pour que tu deviennes un brave adulte dans quelques années que je me bats pour toi. »

« Je n’ai pas envie de devenir un adulte … Si il n’y a plus personne autour de moi. »

« Tu auras toujours Metsubi et Crusaé avec toi, ne l’oublie pas. »

« Je ne veux pas qu’elles alors … Vous avez intérêt … d’accord ? » chuchota l’adolescent tandis qu’elle hochait la tête positivement, lui disant :

« Je te le te promet, petit homme. Tu n’as pas à t’inquiéter. »

« Est-ce que tu me pardonnes … pour Elugabeth ? » demanda t-il subitement alors qu’elle paraissait surprise. Au final, personne ne semblait les déranger, ni les sœurs de Lasty, ni Metsubi, ni les chiens légendaires.

« Tu es parfois un vrai simplet, n’est-ce pas ? C’est fait depuis longtemps … Même si je souffre, tu es tout pardonné, Personne. »

Il retira finalement ses mains du corps de Lasty. Tant mieux … alors … Vraiment … Il semblait soulagé, se tournant vers Metsubi. Il fit un petit geste de la tête comme pour lui dire d’avancer tandis qu’il commençait à courir.
Aussitôt, les trois hommes réagirent mais furent percutés par les trois femmes. Des éclairs, des aiguilles de glace, des trombes d’eau et des éclairs parcoururent les alentours alors que Personne soulevait Metsubi, déployant les ailes de Lasty pour prendre le pas. Et voilà … Qu’ils étaient loin … Bien trop loin …

« Personne … Pourquoi est-ce que tu pleures ? »

« Pour rien … Metsubi … Pour rien … »

Il avait répondu sur un ton lent aux paroles de l’adolescente. Il ne … voulait pas s’exprimer là-dessus. Il ne voulait pas … expliquer pourquoi. Il ne voulait pas du tout … Ah … Non … Pas du tout … Voilà qu’il était mélancolique, plus que mélancolique même. Il devait retrouver Crusaé et se dépêcher ! Si il ne perdait pas de temps alors …

« Il vaut mieux que tu t’arrêtes tout de suite. »

La voix avait été dite sur un ton neutre avant qu’un mur de flammes ne l’empêche d’atteindre l’Eglise. Celle-ci devait être à cinq cent mètres. Mais là … Les flammes venaient de le stopper tandis qu’une forme humaine apparaissait à travers elle.

« J’aimais Elugabeth … Je l’aimais passionnément … Je n’ai jamais réussi à lui avouer … C’est bête, n’est-ce pas ? Lorsqu’on aime une personne, on se doit de l’annoncer. Nous étions deux pokémons célestes … Il n’y avait que nous pour convenir à l’autre … Je pense qu’Elugabeth était au courant … Non, j’en suis même certain. Mais … Elle contrôlait la terre alors que je contrôlais le ciel … Nous étions deux surveillants. »

L’homme qui se présentait devant eux était assez … bizarre. Enfin non … Ses habits étaient magnifiques … Et sa parure … Il portait une coiffe dorée, comme une couronne alors qu’il avait une robe aux longues manches. La robe était rouge-orange alors qu’à partie des coudes et des genoux, elle passait au vert. Enfin, au niveau des poignets et à peine au-dessus des pieds, elle était blanche. Par contre … Le regard orange de l’homme était inquiétant.

« J’ai cru mal entendre … Un pokémon céleste ? Tu es aussi un pokémon céleste ? »

Pour toute réponse, l’homme hocha la tête positivement. Un pokémon céleste … en face de lui. Ce n’était plus pour de rire … C’était même son premier combat contre l’un d’entre eux. Elugabeth … Il ne l’avait pas combattue. Mais cet homme … Pourquoi l’attaquait-il s’il aimait Elugabeth ? Ce n’était pas normal … Ce n’était pas logique ! Il allait devoir se méfier de lui … Car cela était vraiment très étrange.

Chapitre 23 : Entre la terre et le ciel

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 23 : Entre la terre et le ciel

« Est-ce que nous pouvons y aller maintenant ? »

Il avait dit cela sur un ton légèrement irrité et énervé. Il fallait le comprendre, cela faisait plusieurs semaines que normalement, ils auraient dû partir mais Mimi repoussait toujours au dernier moment l’envol. Et là … Il commençait à perdre sérieusement patience.

« Il vaut mieux éviter que tous les légendaires soient réunis là-bas. Je ne pense pas que tu sois capable de les combattre tous en même temps, n’est-ce pas ?  Alors il vaut mieux que tu te restreignes et te calmes, d’accord ? »

Mimi était présente, assise sur un poteau en bois, bien au-dessus de lui. Elle le regardait avec un petit air amusé, chose qu’il n’appréciait guère. Ils n’étaient pas là pour faire les fous mais pour aller récupérer Crusaé ! Or … Ils perdaient trop de temps avec toutes les bêtises de cette gamine ! ET NON ! Il n’était pas sur les nerfs !

« Personne … Essaye de te calmer un peu, ça ne sert à rien de s’emporter. » murmura soudainement Lasty alors qu’il paraissait surpris. C’était si facile de voir qu’il était en colère ? Bon sang … Pfff … Il était un peu énervé … oui … La femme aux cheveux bleus lui fit un léger sourire tendre. Ah … Bon sang ! Il ne pouvait pas se mettre en colère quand elle faisait ça ! Il marmonna entre ses dents :

« Je veux juste qu’on aille la sauver … C’est tout. Je n’ai pas de temps à perdre avec des enfantillages. Me signaler qu’on sait où elle est et perdre plus d’un mois pour tout préparer, ça me met les nerfs en pelote. »

« T’excite pas pour rien, Personne ! On va aller la sauver ta Crusaé ! » répondit Fulgé en lui tapotant le sommet du crâne. Depuis le temps, il était presque devenu aussi grand qu’elle. En fait, c’était même déjà le cas. Plus rien à voir avec le petit garçon d’il y a quelques années. Pff … C’est que ça grandissait vite ces petites bêtes.

« Mademoiselle Mimi. Je suis d’accord avec Personne sur ce point. Nous sommes là pour le protéger donc il n’y a pas à s’en faire si il se trouve face à quelques légendaires. Nous pourrons le défendre si cela s’avère nécessaire. »

C’était au tour de Rina de prendre la parole tandis qu’elle s’adressait à la jeune fille. Celle-ci fit une petite moue dubitative, comme si elle réfléchissait à quelque chose avant de sauter. Elle atterrit sur le sol, regardant la jeune femme aux cheveux blonds avant de lui dire :

« Est-ce que tu es sérieuse, Electhor ? Tu penses vraiment qu’avec ces corps, vous pourrez le défendre ? Tu es l’aînée des trois, je me doute que … »

« Nous sommes toutes au courant de ce que cela veut dire depuis le jour où nous l’avons fait. » coupa aussitôt Lasty en même temps que Fulgé répondait :

« De toute façon, on peut pas revenir en arrière et ce qui est fait est fait ! Bon … Qu’est-ce que l’on attend ?! Je ne suis pas sûre que ça soit bon de patienter. »

« Mon petit Gégé me fait dire qu’il ne participera pas au combat. Il trouve que ce n’est qu’une pure folie de votre part. De mon côté, je n’y participerai pas non plus. Je vais vous indiquer la direction à suivre mais je vous attendrai à l’ultime élément. »

AH ! ENFIN ! Mimi avait terminé de parler et ils allaient ENFIN pouvoir partir ! Il fit apparaître une paire d’ailes, celles ressemblant à Lasty. Un petit sifflement admiratif de la part de Fulgé et la Sulfura s’approcha de lui, touchant ses ailes.

« On dirait vraiment celles de ma grande sœur … »

« Lasty est là pour moi depuis le kidnapping de Crusaé. C’est une personne vraiment importante pour moi. Il est alors normal que je le lui montre par la plus belle des façons. » annonça l’adolescent, souriant à Fulgé. C’est bête mais il suffisait de leur reparler pour qu’il se calme aussitôt. Ah … Vraiment, vraiment, vraiment … « Metsubi ? Tu peux venir ? T’accrocher à moi ? Car comme tu n’es pas capable de voler … »

Aussitôt demandé, aussitôt fait. La jeune demoiselle passa ses bras autour du cou de l’adolescent, se collant bien contre lui tandis qu’il commençait à batte des ailes. Quelques secondes plus tard, les trois oiseaux légendaires firent de même, Mimi passant devant eux. Il était enfin temps ! Il avait trop patienté ! Ils s’envolèrent tous ensembles, parcourant les cieux tandis que Metsubi semblait émerveillée.

« Vivement que j’ai des ailes … moi aussi … C’est bien plus beau quand c’est vu d’en haut ! »

« Et ce n’est que le début … Enfin … Tu sais que tu es la première personne que je prends dans mes bras dans les airs ? Tu devrais te sentir flattée. »

« Je le suis parfaitement, Personne. » répondit l’adolescente, logeant sa tête contre son cou.

« Bon ! Les deux tourtereaux, vous avancez ?! » s’écria Fulgé en stationnant dans les airs, créant une petite flamme pour la projeter derrière Personne. Celui-ci se dépêcha d’accélérer le rythme, le feu se rapprochant de ses fesses tandis que l’adolescente aux ailes de flammes rigolait fortement.

Elle trouvait ça drôle ? Ah bon ? Enfin … Il n’allait pas prétendre le contraire. Lui aussi semblait amusé par ses actes. Ca allait mieux … beaucoup mieux depuis qu’ils volaient. Depuis qu’ils ne se disputaient plus … Ah … Enfin bon …

« Bon, les enfants, vous êtes bien gentils mais vous n’avez plus besoin de moi. » dit subitement Mimi en s’arrêtant dans les airs, tout le monde faisant de même.

« Nous ne sommes pas encore arrivés … Je pensais que tu allais nous accompagner jusqu’au bout … Visiblement, je me suis trompé sur toi, Mimi. » répondit l’adolescent aux cheveux noirs alors qu’elle fit un petit geste négatif de la main.

« Non non ! De toute façon, je l’ai décidé depuis bien longtemps. Débrouillez-vous seuls ! Allez tout droit et vous trouverez ce monde dont je vous parle. Enfin … Cet endroit où loge la petite princesse Crusaé ! Allez ! Je m’en vais ! »

« Non mais attends un … »

Il n’avait pas eut le temps de terminer sa phrase qu’elle s’était téléportée, laissant seules les cinq personnes présentes. Il regarda autour de lui, personne ne semblant vouloir prendre le commandement de la petite troupe. Il poussa un soupir, murmurant :

« Bon et bien … Suivez-moi … On avance sans elle puisqu’elle ne vient pas. »

Toutes hochèrent la tête tandis qu’il faisait le premier pas. Bon … Aller tout droit … C’était bien ça non ? Enfin, il l’espérait car il ne voulait pas se tromper. Une bonne heure de voyage plus tard, l’adolescent étant épuisé car il devait porter Metsubi, ils arrivèrent à ce qui semblait être un nuage gigantesque. Avec précaution, il atterrit le premier, remarquant qu’il ne traversait pas la masse nuageuse. Lasty et ses deux sœurs firent de même tandis qu’il déposait Metsubi sur le nuage, observant les alentours.

« PERSONNE ! PERSONNE ! Regarde ! »

Metsubi s’était écriée avec joie, désignant le bord du nuage … mais surtout ce qu’ils voyaient au-dessous. C’était la terre ? C’était magnifique ! Ils regardèrent ensemble pendant plusieurs minutes le décor avant de remarquer que l’adolescente respirait plus lentement que d’habitude mais aussi plus fortement. Comme si …

« L’oxygène est plus rare à cette hauteur. Je pense néanmoins que dans nos conditions, vous n’avez pas à vous inquiéter tous les deux à ce sujet. »

C’était donc ça ? Les deux adolescents se retournèrent. Rina était en train de regarder les alentours pour être sûr qu’il n’y avait aucun problème tandis que Fulgé voletait à quelques mètres au-dessus du nuage. Bon … Maintenant qu’ils étaient là-dessus … C’était bien simple … Il n’y avait qu’un endroit à rejoindre. Celui qui se trouvait au loin, plusieurs kilomètres devant eux : Une église gigantesque. Mais le problème allait être pour l’atteindre. Ils ne savaient pas ce qui allait les attendre.

Chapitre 22 : Avant de passer à l’acte

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 22 : Avant de passer à l’acte

« Personne … Personne … Tu dors ? » murmura une petite voix avant que la porte de la chambre ne s’ouvre discrètement. Une ombre à la robe noire s’infiltra dans la pièce où un corps se soulevait au gré de sa respiration.

Elle referma la porte derrière elle, tremblant un peu. Après la petite discussion, elle avait été un peu inquiète, elle devait le reconnaître. Et là … Elle avait envie de passer du temps avec lui, sous la couette. Elle se rapprocha du lit, tirant un peu la couverture. L’adolescent aux cheveux noirs était proche d’elle … très proche d’elle … Elle le voyait et il la voyait … Il la voyait ?! Elle se cacha subitement sous la couette, bafouillant :

« Tu es réveillé depuis quand, Personne ? Je … Je pensais que tu dormais. »

« Et est-ce que tu pensais que j’arriverai à dormir avec tout ce qui se passe ? Pas le moins du monde. Mais toi … Pourquoi est-ce que tu es venue ? Ca ne va pas ? »

Sans un mot, elle se glissa jusqu’à lui, ses deux yeux dorés l’observant longuement. Il vint déglutir … Il adorait le regard de l’adolescente. Ce regard doré était vraiment superbe. Elle se déplaça un peu plus, collant sa poitrine contre le torse de Personne, lui répondant :

« Je n’arrivais pas à dormir moi non plus … Avec toute cette histoire. Est-ce que je peux dormir avec toi ce soir ? »

« Même si je répondais non, je suis sûr que tu ne m’écouterais pas alors bon … Viens donc. »

Hey ! Elle se calfeutra bien contre lui, sa tête collée contre celle de l’adolescent. Elle semblait en profiter non ? Et lui aussi en un sens puisque ses deux mains étaient descendues vers le bas du dos de l’adolescente. Il ne faisait rien d’autre, signalant :

« Dès demain … Nous partirons … J’irai rechercher Crusaé et enfin, nous serons tranquilles et heureux. Elle doit m’attendre depuis si longtemps … Vraiment trop longtemps … »

« Moi aussi, je t’ai attendu, Personne. Tu ne m’oublieras pas hein ? Quand je ne serai plus la seule à te sauter dessus et à t’aimer. »

« Bien sûr que non … Puis bon … Tu sais que tu es la première à mon cœur … Enfin, première à égalité avec Crusaé. Je ne vais pas te cacher la vérité. »

« Ca ne me dérange pas … Moi … Je suis au courant et je le sais parfaitement. Je l’accepte. » répondit-elle alors qu’il reprenait presque aussitôt pour mettre un terme à la conversation :

« Le problème, c’est de savoir comment elle va réagir. Je ne sais pas du tout et j’avoue que ça m’embête un peu personnellement. »

« Mais pendant qu’elle n’est pas là … On peut s’embrasser non ? » demanda l’adolescente en le regardant de ses yeux dorés. Rah ! SES YEUX ! SES DEUX YEUX ! Il n’arrivait pas à détourner le regard. Ils étaient si beaux … Si magnifiques … Il vint subitement l’embrasser, prenant son visage à deux mains alors qu’elle gardait ses yeux grands ouverts. Ceux de l’adolescent étaient fermés tandis qu’elle sortait sa langue, cherchant celle de Personne.

Elle la trouve facilement, les yeux de l’adolescent se rouvrant. Ah … Ils se regardaient pendant qu’ils s’embrassaient ? C’était plutôt gênant … Même si elle rougissait, ses yeux ne semblaient pas montrer une émotion différente alors que Personne retirait sa bouche.

« On est … pas trop jeunes pour se faire des baisers comme ça ? »

« On est jamais trop jeune si on s’aime, Personne ! » répondit-elle avec amusement bien qu’elle était aussi empourprée de que lui à cette idée.

« Si c’était aussi simple que ça hein ? Mais bon … On peut recommencer à s’embrasser. J’aime bien … Puis tu sais … J’adore te regarder avec tes yeux dorés ! »

« Tu les aimes vraiment ? Pourtant, certains dragons ont des … »

« Non ! Ce sont tes yeux … Les tiens ! A force de les voir noirs ou blancs … Mais là … C’est vraiment différent. Ca me donne vraiment envie de t’embrasser. »

Et bien ? Qu’est-ce qu’il attendait ? Qu’elle lui donne l’autorisation ? Elle rapprocha son visage du sien, l’adolescent semblant dévorer ses lèvres. C’était vraiment une chose qu’il adorait chez elle … Ses deux yeux étaient superbes. Il se retourna, se retrouvant sur elle pour recommencer à l’embrasser avec ardeur. Sauf que cette fois-ci, la jeune fille caressait ses hanches, passant ses mains sous sa chemise de nuit avec la ferme intention de la lui retirer. Pourtant, elle s’arrêtait à mi-chemin, comme perturbée par quelque chose. Il … Il était excité et elle le voyait … Du moins, elle le sentait … Elle aussi, elle n’était pas de marbre face à tout ça … Mais … Bon … ET ZUT ! Elle posa subitement sa main sur la bosse du pyjama de toile de Personne, commençant à faire quelques mouvements.

« AH ! Euh … Euh … Euh … Metsubi ?! »

Elle retira aussitôt sa main, bafouillant quelques excuses tandis qu’il avait arrêté de l’embrasser. Il roula sur le côté, marmonnant quelques mots :

« Je suis … désolé … Je me suis un peu emporté … Metsubi. Je ne pensais pas être … Enfin … C’est une réaction comme ça. Je ne vais pas te faire un dessin hein ? »

« Je suis contente … Très contente en fait. Moi aussi, je t’aime énormément, Personne. Et ça veut dire que tu m’aimes aussi si tu réagis comme ça. »

Pfff … Dis de cette façon, parler d’une érection avait une certaine candeur hein ? Mais bon … C’était aussi la vérité. Il poussa un petit soupir, n’osant plus prendre la parole. Il voulait dormir … Peut-être que … Si Metsubi et lui … jouaient ensembles, ça permettrait alors de trouver le sommeil ? AH ! Il poussa un petit cri de surprise, bafouillant en apercevant Metsubi qui serrait à nouveau son sexe à travers le tissu :

« Qu’est-ce … Qu’est-ce que … tu fais, Metsubi ? Ne fait pas ça … C’est … »

« Pers… Personne … Je … J’ai envie de te faire plaisir … Et puis, j’ai de plus en plus … chaud quand je la sens dans ma main … Personne ! » s’écria t-elle avant de lui prendre sa main avec celle qui était disponible. Elle la plaça sur son entrejambe avant qu’elle ne croise les jambes, empêchant Personne de la retirer.

« Metsubi ?! C’est plus que gênant là. C’est … C’est … »

« Mouillé … hein ? Je sais bien … » dit-elle en détournant le regard, arrêtant son geste de va-et-vient avec sa main sur le pénis de l’adolescent. « C’est parce que moi aussi, j’ai … »

« Metsubi … Sincèrement … Je … Je ne pense pas que ça soit une bonne idée. Tu ne trouves pas ça bizarre ? Comme on est que des enfants, on devrait pas … »

« On n’est plus des enfants ! TIENS ! » s’écria t-elle en baissant aussitôt son pantalon, laissant paraître un sexe tendu d’environ onze centimètres.

« Metsubi ! Ne fait pas ça ! Ca ne se fait … »

Quelques grognements se firent entendre au-dessus d’eux et à côté … Ils parlaient trop fort. Elle décroisa les jambes, permettant à Personne de retirer sa main alors qu’il remontait son pyjama. Il s’apprêtait à se lever mais Metsubi prit sa main, le forçant à rester.

« Personne … Dis … Tu as peur de tout ça ? » demanda t-elle avec lenteur.

« Qui n’aurait pas peur ?! On n’a que quinze ans, Metsubi ! »

« Pour les Pokémons … C’est le bon âge … Dès l’instant où nous pouvons procréer. Moi, je suis déjà prête à recevoir le mâle dominant …Je veux parler de toi, Personne. » souffla l’adolescente aux cheveux noirs, se mettant assise dans le lit, ses jambes ramenées vers son visage. Il marmonna entre ses dents :

« Mais je ne suis pas un pokémon … Moi … J’ai une vision différente de tout ça. »

« … … Tu n’aimes pas les pokémons femelles ? C’est vrai … Moi et Crusaé, nous ne sommes pas comme toi. On possède des attributs de pokémon … »

« Hein quoi ? Mais ce n’est pas du tout ça ! C’est juste que quand … Tu parles de mâle dominant, de procréation, ça me fait penser à toi comme à une pokémon. »

« Mais je suis une pokémon ! C’est tout ! Moi, je veux des enfants avec toi ! »

« On … On ferait mieux de dormir, Metsubi. » termina t-il, vivement gêné par les paroles de l’adolescente. Alors qu’il allait se coucher, Metsubi se sentit comme de trop. Visiblement, ils n’avaient pas les mêmes pensées. Elle voyait déjà plus loin que le simple désir sexuel. Tandis qu’elle s’apprêtait à se lever pour retourner dans sa chambre, il prit sa main, chuchotant : « Je pensais que nous allions dormir ensembles. »

Elle ne savait pas trop si … Après tout ce qui s’était passé … Et puis, ils avaient fait quelques attouchements sexuels. Peut-être que si ils dormaient plus … AH ! Elle se retint de crier alors qu’il la tirait vers lui, collant l’adolescente aux cheveux noirs contre lui. Il l’embrassa longuement sur les lèvres, quelques rougeurs apparaissant sur leurs joues alors qu’ils serraient l’un contre l’autre. Peu à peu, à cause de la dose d’émotions en une simple soirée, ils arrivèrent à s’endormir ensemble, les mains de l’un posées sur le ventre et le dos de l’autre.