Chapitre 10 : Des comptes à rendre

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 10 : Des comptes à rendre

« Pourquoi nous avoir invités ici, père ? »

C’était maintenant Elise qui avait pris la parole. Les deux enfants restaient non-loin d’elle et Tery. Les autres membres royaux étaient placés devant l’empereur, attendant qu’il prenne la parole, chose qui ne tarda pas.

« Je voulais simplement que vous fassiez plus ample connaissance entre vous. Vous êtes ma famille et comme une nouvelle membre est présente, il est normal de se présenter ? »

« Père … Plus sérieusement, pourquoi nous avoir tous invités ici ? Vous avez sûrement une idée en tête, n’est-ce pas ? Pourquoi tergiverser ? »

C’était Lylé qui avait pris la parole et visiblement, elle était plutôt mécontente à ce sujet. Elle regarda Elen avec dédain, disant aussitôt :

« Elle n’est pas de sang pure. Elle n’est qu’à moitié démone et vivra aussi peu longtemps que les êtres de la surface. Pourquoi l’avoir emmenée ici ? »

« C’est plutôt l’inverse : c’est elle qui est venue ici. Et je te prierais d’utiliser un autre ton en ma présence, Lylé. Ce n’est pas toi qui a réussi à briser les barrières qui nous retenaient sous la surface depuis des millénaires. C’est Elen et Tery qui en sont responsables. »

« Humpf ! Ca ne change rien à ses origines ! »

Tery se tourne vers Elise mais celle-ci reste imperturbable. Elle n’en a rien à faire. Elle vaut bien mieux que ça et elle le fait savoir en regardant la personne en face d’elle. Si elle est jalouse, tant pis pour elle, n’est-ce pas ?

« ASSEZ ! Me suis-je bien fait comprendre ? Pourquoi ne prends-tu pas exemple sur ta jeune sœur et ton jeune frère ? Ils sont heureux de la voir !  Ou alors, caches ton animosité en public. Ce n’est pas la première fois que je te reproches ça. »

« Pardonnez-moi, père. Disons que c’est la surprise … de voir une nouvelle membre de notre famille parmi nous, voilà tout. »

Humpf ! Il voyait parfaitement le genre de cette femme. C’était vraiment … le genre détestable. Une noble tout ce qu’il y avait de pire ! Pour autant, il évita de faire une remarque à voix haute, restant de marbre en attendant la suite des événements.

« Pour l’occasion, je vais faire un banquet pour fêter ces retrouvailles. Bien entendu, je veux voir tout le monde à table lors de ce dernier. »

« Sommes-nous vraiment obligés, père ? »

« Vous l’êtes et la discussion est close à ce sujet. Vous pouvez vous séparer maintenant. Nous nous retrouverons tous à l’heure du dîner. »

« Enfin une réaction normale de la part d’un empereur. »

Il avait chuchoté cela à Elen qui eut un petit rire qu’elle tenta de cacher aux deux enfants présents. Pour autant, les deux félémons miniatures les regardèrent avec de grands yeux.

« Dites, pourquoi est-ce que vous rigolez tous les deux ? Y a une blague ? »

« Non non, nullement. Ne vous en faites pas, tous les deux. Enfin, vous voulez peut-être vous promener avec nous ? Pour mieux apprendre à nous connaître ? »

Tery avait proposé cela mais il y avait encore des grognements et des murmures de mécontentent. Qu’est-ce qu’ils avaient encore ? Ils voulaient vraiment se battre ? Zalek, le plus jeune, le regarda avant de s’exclamer :

« C’est la première fois qu’une personne nous parle comme ça ! »

« Ah bon ? Pourtant, ça ne sera pas la dernière fois ! Vous venez tous les deux ? »

Il a finalement compris ce qui emmerde ces types. Le fait qu’il parle comme si de rien n’était au jeune prince et à la jeune princesse. Il jeta juste un œil à l’empereur, comme pour avoir son approbation à ce sujet ou non.

Celui-ci ne fit qu’un simple hochement de tête mais c’était plus que suffisant pour Tery. Il observa maintenant Wandy avec de grands yeux ronds. Pourquoi est-ce qu’elle lui tendait la main ? Est-ce que … Bon bah … D’accord hein ? Il fit un léger baiser sur le dos de la main mais celle-ci eut un léger rire, disant :

« Mais non ! C’était pour que vous la preniez, messire Tery ! Vous allez vous promener avec nous, n’est-ce pas ? Quoi de plus normal que vous me guidiez ? »

« Ah … Euh … D’accord ! Désolé, désolé, je n’avais pas pensé à ça ! »

Et oui, des fois, ça lui arrivait de s’excuser. Oh … Elle avait vraiment une petite main. C’était lui qui avait grandi ou alors, il n’avait plus l’habitude ? Il fallait dire qu’à part celle d’Elise, c’était très rare qu’il fasse ça. Bon ! Il n’y avait aucun souci hein ?

« Allons-y alors, Elise. Ne perdons pas de temps. »

Et il était clair qu’il sentait l’animosité qui suintait complètement des personnes présentes dans la salle du trône. Déjà qu’il n’était pas très apprécié, il était maintenant certain que cela allait être un sentiment renforcé dans le futur.

« Et bien, pas mécontente d’être partie de cet endroit, Tery. Pas toi ? »

« Oh que si … Ils avaient tellement envie de me tuer que cela se voyait dans leurs regards. »

« Toutes les personnes présentes sont plus ou moins affiliées à mon grand frère ou à l’une de mes grandes sœurs. C’est pourquoi ils n’apprécient pas ce que vous faites. »

« C’est donc ça, Wandy ? Je ne me trompes pas de prénom, n’est-ce pas ? » dit Tery en se tournant vers la petite félémon qui avait un sourire ravi aux lèvres.

« Vraiment, ce n’est pas une erreur. Vous ne me donnez jamais de princesse ou autres ! »

« Pourquoi ? Est-ce que je le dois ? Car sincèrement, ce n’est pas mon genre. Elise peut confirmer, nous connaissons une reine et un prince et je leur parle comme je te parle maintenant, hein ? Mais si tu préfères avec du mademoiselle … »

« Non non ! C’est bon ! C’est très bon ! Ca me convient parfaitement ! » dit Wendy en commençant à bafouiller, un peu gênée et confuse visiblement.

« Hahaha ! Wandy, elle est toute rouge ! Wandy, elle est toute rouge ! »

« Mais chut, Zalek ! Sinon, je vais te pincer les joues très fort et tu vas voir que je suis sûre que tu vas pas aimer du tout hein ? Tu veux qu’on essaie pour voir ? »

« Hiiii ! Grande sœur Elise, grande sœur Elise ! Elle veut me faire mal ! Sauves-moi ! » s’exclama le plus jeune de la famille, tournant autour d’Elise pour se cacher dans son dos.

« Les enfants, arrêtez donc … Vous risquez de vous faire mal. Et si vous me racontiez plutôt ce qui se passe de bien chez vous ? Vous vivez où ? Vous apprenez l’histoire et autres ? Je ne connais pas du tout comment marche le monde souterrain, je comptes sur vous hein ? »

« Je veux bien tout vous raconter mais en échange, je veux que messire Tery et toi, vous nous parliez de la surface, d’accord ? C’est possible ? »

« Hum, ça me semble être une bonne idée ! Enfin, je ne vous dirais pas tout car bon, il y a des choses que les oreilles innocentes ne devraient jamais avoir à entendre mais pourquoi pas ? Qu’est-ce que tu en dis, Tery ? C’est possible ? »

« Même si je disais non, tu le ferais quand même hein ? Tu crois que je ne te connais pas, Elise ? Mais bref, pourquoi pas ! Trouvons donc un petit banc où nous installer ? »

Et voilà qu’il faisait la visite des lieux. Bien entendu, tout le monde connaissait le château à force de le visiter tous les jours ou presque mais qu’importe, il faisait semblant d’être un guide touristique, signalant les différentes pièces sur son passage.

« Les félémons ne réagissent vraiment pas comme vous, messire Tery. Je ne comprends pas pourquoi ils ne veulent pas rire et s’amuser avec nous. Tu ne trouves pas, Zalek ? »

« C’est pas drôle … avec les autres. Mais avec vous, ça l’est déjà plus ! »

« Je note que tu as un certain charisme envers les enfants, Tery. Peut-être que tu seras un bon père dans le futur, qu’est-ce que tu en dis ? »

« Ohla … Tu rentres dans un domaine dans lequel je ne peux pas affirmer ou infirmer et tu le sais parfaitement, n’est-ce pas ? »

Elle ne lui répondit pas mais elle attendait visiblement bien plus de la part du jeune homme aux cheveux bruns. Et en voyant le regard des deux enfants, ils espéraient qu’il continue à en parler, comme visiblement très intéressés par le sujet.

« Me regardez pas comme ça, vous trois ! Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? Je sais juste que si j’ai des enfants, je m’en occuperais pour être sûr qu’ils soient fiers de leur père. C’est tout … J’ai pas envie qu’ils vivent en pensant que leur père est un échec permanent ou quelque chose du genre, il en est hors de question. »

« Vous seriez donc un bon père, messire Tery. Toujours auprès de ses enfants ? »

« C’est exact. On va dire que le mien n’a jamais été réellement là pour moi … et m’a grandement déçu. C’est pour ça que je veux éviter … »

« Pardonnez-nous, nous ne voulions pas vous embarrasser. »

Voilà que la jeune félémon à la chevelure émeraude l’observait avec gêne. Elle semblait vraiment embêtée d’avoir posé une question aussi indiscrète mais il tapota doucement le sommet de son crâne, lui disant d’une voix douce :

« Ne t’en fait pas, va. C’est juste un mauvais souvenir. Tu n’es pas responsable de ça. »

« Vous savez que ce geste familier est interdit, n’est-ce pas ? Vous ne devriez pas le faire devant autant de monde, non ? »

Pour autant, il ne s’arrêta pas dans son geste, visiblement peu impressionné par le fait qu’il risquait d’avoir des problèmes. Il vint lui chuchoter dans l’oreille :

« Ca sera alors notre petit secret à tous les deux, n’est-ce pas ? »

Il arrivait vraiment à plaire à une adolescent ? Car elle était vraiment rouge pivoine en le regardant, baissant les yeux en balbutiant quelques mots :

« Euh … D’accord, je ne dirais rien … mais euh … on peut se promettre de toujours se parler, messire Tery ? Et que vous veillerez autant sur moi et mon petit frère que sur Elise. »

« Hmm … C’est une promesse un peu difficile, non, tu ne crois pas ? Je ne peux pas vous protéger en permanence, hein ? »

Il s’était juste accroupi un peu pour être à la hauteur de l’adolescente. Bon, dans cette position, elle était un peu plus grande que lui mais qu’importe. Il la regarda avec douceur, lui faisant un petit sourire tendre avant de reprendre :

« Après, il est sûr et certain que si deux enfants aussi adorables que vous nécessitent ma protection et ma présence, je ne pourrais rien leur refuser. »

« Je ne suis plus une enfant ! Je suis une jeune demoiselle en devenir ! » dit subitement Wandy sur un ton légèrement boudeur, gonflant les joues.

« C’est vrai, je suis sûr et certain. Et certainement une future magnifique princesse démone, n’est-ce pas ? Oui ? Elise ? Qu’est-ce qu’il y a ? »

« Je ne te savais vraiment pas aussi charmeur envers les filles, Tery. »

Aussi … charmeur ? Vraiment ? C’est l’impression qu’il donnait ? Il cligna des yeux en regardant tout simplement les deux enfants. Bon, d’accord, il était vrai qu’il avait un peu poussé la gentillesse envers Wandy mais à ce point ?

« Je crois que tu exagères un petit peu, Elise. Ce n’est pas comme si c’était le cas … Et puis bon, Wandy est une adolescente, non, désolé, une demoiselle en devenir. »

« C’est exact ! Attention à ne pas vous tromper une nouvelle fois, messire Tery, sinon, je risquerais de me fâcher un peu ! »

« Oh ? Juste pour voir ce visage se mettre en colère, c’est peut-être une bonne chose à essayer, n’est-ce pas ? AHEM ! Non, on a dit qu’on évitait. Je vais finir par croire qu’Elise a raison. »

« J’ai toujours raison, Tery. Tu devrais le savoir à force, n’est-ce pas ? » dit-elle avec une petite insolence propre à sa personne.

« Messire Tery, messire Tery ! » demanda le petit Zalek avec de grands yeux, Tery se tournant vers lui, se mettant à genoux pour le regarder.

« Oui, qu’est-ce qu’il y a ? Tu veux me demander quelque chose ? »

« Dites, est-ce que vous savez vous battre ? Comme mon grand frère Haiktos ? »

« Bien entendu, je suis même dans l’armée de ton père, tu sais ? »

« Ah bon ? C’est vrai ? Et vous vous battez comment ? Avec quelle arme ? »

« Hum … Des griffes ! Comme celles des monstres, tu vois de quoi je veux parler ? »

Ah zut, il venait de le tutoyer. C’était peut-être un peu trop ? Mais en même temps, le jeune prince le vouvoyait. Hum … C’était vraiment compliqué les protocoles des fois, hein ? Il devait avouer qu’il n’était pas certain de la tournure des événements à cette allure. D’ailleurs, le sourire de l’enfant était toujours présent :

« Dites, dites, entre vous et mon grand frère, vous pensez que c’est qui le plus fort ? »

BON SANG ! Il s’y attendait ! Il en était convaincu ! Pourquoi ça ? Car il posait le même genre de questions stupides à son âge ! ARGL ! Il détourna le regard, n’osant pas vraiment tenir face à celui de l’enfant, disant lentement :

« J’en ait aucune idée. Ton grand frère est doué dans certains domaines, moi dans d’autres. C’est comme ça et pas autrement ! Enfin, je crois. Elise ? »

« J’avoue que je n’en sais trop rien. Je ne connais pas la force d’Haiktos mais il semble très doué dans l’art du combat. C’est un général militaire ou autre, Wandy ? »

« Il a participé à de très nombreuses batailles et il en est toujours revenu vivant ! En plus, il est dit qu’il n’a jamais mangé d’autres démons ! Ou alors, qu’il a toujours réussi à se contrôler pour garder une forme parfaitement humaine ! Comme mes grandes sœurs ! »

« Oh … Je vois … C’est donc vraiment impressionnant. Il faut que tu comprennes que moi et Tery, nous ne connaissons rien par rapport à tout ça. Ca nous est jamais venu à l’idée de venir dévorer autrui. C’est donc si impressionnant que ça ? »

« Bien sûr que oui ! Enfin, nous, nous sommes trop jeunes pour ça, mais il paraîtrait que dévorer les autres démons ou les monstres, ça nous renforce. »

En voyant les regards captivés de Tery et Elise sur sa personne, Wandy détourna un peu le regard, visiblement gênée. D’habitude, c’était à peine si on lui jetait un œil. Que des personnes s’intéressent à ce qu’elle dit, surtout sa propre sœur et le jolie démon qui l’accompagne, elle était aux anges mais elle devait éviter de le montrer.

« Essayez de ne jamais avoir besoin de ça, d’accord ? » déclara Tery tout en posant ses mains sur les épaules de la jeune princesse.

« Hein ? Mais … Mais … Et … La force ? Et la puissance, dans tout ça ? »

« Regardez-moi et regardez votre sœur Elise, est-ce que nous donnons l’impression de ne pas être forts, elle et moi ? Et pourtant, qu’importe ce qui se passe, nous n’avons jamais dévoré d’autres êtres vivants humanoïdes ou de gros monstres pour obtenir leurs pouvoirs. »

« Mais vous avez pourtant mangé de la viande et tout, non ? C’est un peu pareil. Vous avez mangé des animaux et tout pour vous nourrir. Indirectement, ils vous ont rendu plus forts et plus puissants, non ? C’est pas comme ça ? »

Ils la regardèrent avec perplexité. Dans les faits, manger de la viande leur permettait d’avoir tout ce dont ils avaient besoin comme nutriments et autres mais … non, ils ne possédaient pas leurs pouvoirs ! Déjà, ils n’en possédaient pas à la base.

« On va plutôt mettre ça sur le dos d’une culture différente entre les démons et la surface, d’accord ? Et je ne vous forcerais pas à ne pas manger … mais réfléchissez juste, d’accord ? »

« D’accord, d’accord ! C’est promis ! Je suis sûre que c’est compréhensible et que certains démons ne le font pas. » s’exclama Wandy avec un peu de joie.

« Oui mais ce sont des démons trop faibles pour chasser, non ? C’est ce que grand frère Haiktos disait. Ceux qui ne se nourrissent pas du corps de leurs ennemis ne sont que des faibles et des pleutres. »

« Et bien, ton grand frère devra apprendre de nouveaux concepts, c’est tout ! Nous sommes la preuve vivante, moi et ta sœur, que nous n’avons pas eut besoin d’avoir recours à ça. »

« Vraiment … Les enfants, je crois qu’il va falloir que je vous surveilles un peu maintenant que vous êtes là tous les deux. Y a visiblement bien plus à savoir que ce votre grand frère et vos grandes sœurs ont bien voulu vous apprendre. »

« D’accord … Mais alors, je comptes sur toi et messire Tery hein ? » s’exprima Wandy en regardant le démon nommé, un peu de rouge aux joues. « J’espère que vous nous donnerez des cours et autres … mais pour ça, il faudra que père accepte. »

« Je suis sûre que si vous me laissez en discuter avec lui, il n’y aura aucun problème ! »

« Vraiment ? Tu veux vraiment essayer, grande sœur ? »

Zalek est déjà dans les bras d’Elise, celle-ci lui caressant sa chevelure avec un petit sourire aux lèvres, finissant par murmurer :

« Je vais faire de mon mieux mais je saurais le convaincre. Ca ne doit pas être trop difficile, empereur ou non. Il reste mon père, hein ? »

Tery préférait ne rien dire. C’était la première fois qu’il voyait Elise signaler ouvertement qu’elle considérait l’empereur Malark comme son père. C’est pourquoi il souriait intérieurement, voulant éviter de trop le montrer. Oui, Elise changeait aussi … et ça lui faisait du bien. A côté, il restait toujours un peu peiné … par rapport à toute cette histoire.

« Tery, tu as une mine un peu effrayante. Tu vas leur faire peur. »

« Il est vrai que … vous semblez réjoui pour quelque chose dont on ne sait rien, messire Tery. Avez-vous appris une bonne nouvelle ? Pourtant, personne n’est venu nous voir, non ? »

« Oh non, c’est juste que ça m’arrive des fois. Je fais si peur que ça ? »

« Vous aviez même le sourire de l’un de ces nobles qui tournent autour de mes grandes sœurs. C’est vraiment déplaisant, vous savez … »

« Euh … Je vais éviter de le refaire, par mesure de précaution. Ce n’était vraiment pas mon but et ne vous en faites pas, je suis tout ce qu’il y a de plus normal. »

« Enfin, vous en faites pas, les enfants, la normalité chez Tery, c’est un concept assez saugrenu. AH ! Tery ! Et si tu faisais apparaître des golems pour eux ? »

Oui, tiens, d’ailleurs, c’était étrange. Il n’avait pas vu Clari et … Ah ! Euh … La femme Golem était présente, mais à une distance telle qu’on remarquait à peine sa présence, sauf si on se tournait exprès vers elle. Ah … Euh … Wow … D’accord ? Mais pourquoi autant de distance ? Il ne comprenait pas vraiment où elle voulait en venir.

« Hum … Je pourrais déjà leur présenter Clari, non ? Clari ! Tu peux venir, s’il te plaît ? »

C’était vraiment étrange qu’elle se comporte de la sorte. Il avait du mal à saisir comment réagissait la femme-golem mais celle-ci se rapprocha, les deux enfants démons la regardant avec émerveillement, des étoiles dans les yeux.

« Waaaaah … C’est un vrai golem ? Mais on dirait une démone ! »

« Mais elle n’a pas de cornes … C’est vraiment un golem ? »

Hahaha. Il en fallait vraiment peu pour impressionner les enfants, n’est-ce pas ? Pour autant, il était plutôt satisfait de leur réaction. C’était largement suffisant par rapport à ce qu’il attendait. Mais vraiment, ces enfants lui avaient fait une très bonne impression.

Chapitre 9 : La famille impériale

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 9 : La famille impériale

« Tu … me regardes vraiment tout le temps même quand je dors ? »

C’est sûr qu’avec une telle … femme à ses côtés, c’était difficile de trouver le sommeil mais maintenant, à force de la voir tous les jours à ses côtés, il avait finit par accepter la présence de la femme-golem à ses côtés.

Il fallait dire qu’il avait compris qu’elle était plus bénéfique qu’autre chose. Elle lui avait rendu sa magie … alors qu’il se sentait si mal … et c’était vraiment une apparence comme Clari. Il avait l’impression que c’était Clari.

« Tu sais, ce n’est vraiment pas si mal que ça de t’avoir à mes côtés, hahaha ! » dit-il en rigolant au final comme s’il arrivait à faire une discussion avec elle.


C’était franchement ridicule mais … mais ça ne l’était pas. Pas à ses yeux. Pas de cette manière. Il avait cette sensation que Clari le comprenait, enfin Clari Golem … Ah … Et à partir de là, il n’avait aucun mal à parler comme si de rien n’était. Des petits coups à la porte et voilà qu’il entendait la voix d’Elise.

« Hey … Tery, je peux rentrer ? Tu n’es pas en train de faire une chose glauque hein ? »

« Qu’est-ce que tu voudrais que je fasses hein ? Et c’est quoi cette remarque ? »

« Oh, donc je peux rentrer et … Hum, bonjour Clari. »

Elle ne faisait aucune remarque dédaigneuse ou autre. Simplement, à contrario de Tery, elle avait beaucoup de mal avec la femme-golem. Pas qu’elle n’arrivait pas … mais disons que voir Tery faire la conversation comme si de rien n’était, c’était juste spécial.

« Comment vas-tu, Elise ? Qu’est-ce qui t’emmène ? »

« Et bien, je n’ai pas le droit de prendre de tes nouvelles ? Cela fait déjà une semaine … mais je reste toujours un peu fatiguée et courbée. Il faut que je me mettes en meilleure forme pour tout ça … enfin bon ! »

« A ce point ? Il faut avouer que je sais que tu n’as pas la vie facile mais quand même … »

« Oui, à ce point … et toi ? Je parle de fatigue mais tu l’es sûrement encore plus que moi, n’est-ce pas ? Ou alors, je me trompes complètement à ce sujet. »

« Non, non, tu ne te trompes pas, pas du tout. Ah … Disons que j’ai encore un peu de mal mais ça va .. et sinon, plus sérieusement, pourquoi est-ce que tu es ici ? »

« Euh … Bon, je ne peux rien te cacher, n’est-ce pas hein ? L’empereur … enfin mon père … m’a dit que le reste de ma famille va venir et euh … Je ne suis pas très rassurée. Est-ce que tu ne voudrais pas m’accompagner s’il te plaît ? Ca serait beaucoup mieux, je dois t’avouer. »

« Bah … Bien entendu, Elise. Comment cela pourrait-il en être autrement ? Je ne vais pas te laisser seule, ne t’en fait pas, hahaha ! Pas du tout même ! »

« Merci beaucoup … car entre nous, je n’ai pas du tout confiance en ce qui risque de se passer là-bas, entre nous. Je ne suis pas certaine que ça soit de bonnes choses. »

« Il est vrai que d’après ce que nous avons appris en arrivant ici, tes frères … et sœurs ne sont pas vraiment ce que l’on peut appeler de joyeux lurons. »

« C’est de ça dont je voulais parler … Je préfère avoir quelqu’un de confiance avec moi. »

« Oh ? Je suis digne de confiance, mademoiselle ? »

Elle lui donna une légère petite tape sur l’épaule, comme pour lui signaler que ce n’était pas vraiment le moment de plaisanter. Même si elle appréciait ce petit trait d’humour à l’heure actuelle, ce n’était pas vraiment une raison pour ça.

« Donc … Tu veux bien te préparer ? Et aussi, je pense que tu peux venir avec elle. »

« De toute façon, elle … comment dire … ne me lâche pas d’une semelle. J’ai vraiment l’impression d’avoir une garde du corps spécialement pour moi. Ce n’est pas une mauvaise chose mais en même temps, ça impressionne un tout petit peu, je dois avouer. »

« Hohoho … On s’habituerait à la vie de noble, alors ? Moi-même, j’en ait un ! »

« Ah bon ? Euh … Depuis quand, Elise ? Je ne l’ai jamais vu, non ? » dit-il avec étonnement et surprise. Après, rien d’anormal. Elle était la fille de l’empereur.

« Et bien … Tu es vraiment un idiot ou tu le fais exprès ? A voir ta mine étonnée, je vais finir par croire que c’est un peu des deux. Je parlais de toi. »

Elle eut un grand sourire alors que Tery se donnait une petite claque sur le front, comme si l’évidence venait d’arriver enfin jusqu’à son cerveau. Bien entendu ! Ca ne pouvait être personne d’autre ! C’était d’une logique imparable !

« En vue de tous ces moments où je t’ai accompagnée, c’est normal. Mais bon … Normal … mais est-ce que c’est officiel tout ça ? »

« Aux yeux de mon … père, j’ai encore du mal avec ce mot, ça l’est, Tery. Dis-moi, on commence à avoir une bonne … base ici, non ? Tu ne crois pas que l’on devrait vraiment apprendre à vivre correctement à cet endroit ? Voir peut-être à … »

Peut-être à … ? Elle semblait avoir une idée en tête mais n’osait pas la déclarer. Pour autant, ce fut lui qui posa une main sur son épaule avant de lui sourire, l’incitant à se déclarer. Avec lenteur, elle finit enfin par lâcher :

« Et si … on essayait de voir pour une mission pacifique à la surface ? Sans arme ou autre. Je veux dire, on a bien réussi à survivre tranquillement non ? On peut rétracter nos cornes, ils ne sauront pas qui nous sommes, non ? Je … J’ai envie quand même de … »

« Revoir Royan ? Je m’en doutes et pas qu’un peu … Toi, je te l’ai toujours dit, n’est-ce pas, Elise ? Je suis toujours désolé … à ce sujet. »

Désolé de quoi ? Elle ne comprenait pas avant que cela ne finisse par monter à son cerveau. AH ! Elle lui avait déjà à ce sujet ! Elle lui avait déjà expliqué ! Elle tapota doucement contre le torse de Tery, marmonnant :

« Ne t’excuse pas à ce sujet ! C’est pourtant aussi simple que ça. »

« Ca ne change pas que … qu’en agissant correctement, je suis certain que je peux emmener tout le monde à ce que tu finisses heureuse là-bas … enfin voilà quoi. »

« Je n’ai pas envie de te laisser seul, Tery. Tu veuilles sur moi et inversement. Ca marche comme ça entre nous, non ? Tu ne crois pas que ça soit une meilleure idée ? »

Il ne répondit pas, ne faisant qu’un léger sourire. Bien entendu, ça serait une bonne chose d’avoir quelqu’un à ses côtés mais maintenant, il a Clari. Elle peut repartir à la surface, comme si de rien n’était. Il ne sera pas seul. Il ne sera pas isolé.

« Allons rencontrer cette terrifiante famille qu’est la tienne, d’accord ? »

« Je tiens à te prévenir, je ne les connais pas du tout. Je ne sais pas à quoi ils ressemblent et autres … Ils pourront sûrement causer des problèmes mais tu me protèges, hein ? »

« Question idiote, tu connais la réponse. Et puis, nous ne sommes plus seuls. Nous avons quelqu’un qui est là aussi. Une vraie terreur … bienveillante, n’est-ce pas Clari ? » dit-il dans un léger sourire en s’adressant à la femme golem qui ne fit qu’hocher doucement la tête, Elise sursautant sur le coup, étonnée en déclarant :

« Elle … Elle a vraiment répondu à tes paroles, Tery ! Qu’est-ce que … Enfin, c’est génial mais en même temps, c’est un peu effrayant aussi ! Mais … »

« Mais quoi, Elise ? Dis le fond de ta pensée, je suis sûr qu’elle la comprendra. »

« C’est génial … Ca donne vraiment l’impression qu’elle est de retour, Tery. » finit-elle par murmurer comme une certaine évidence.

« Plus que ça même … Je suis certain que c’est la vraie Clari. Hahaha ! »

« Tery, si c’était la vraie … cela voudrait dire que tu as le pouvoir de ramener les morts à la vie, est-ce que tu te rends compte exactement de ce que tu dis ? »

« Je sais bien que ça paraît vraiment invraisemblable mais … Je ne crois pas que ça marche comme ça mais … c’est vraiment Clari ! »

« Allons plutôt rencontrer ma famille, ça sera mieux, Tery. »

Elle avait un léger sourire aux lèvres, l’invitant à se déplacer au lieu de rester dans la chambre. Quelques secondes après, ils étaient tous les trois en train de se promener dans le couloir, Clari golem derrière Tery, comme son ombre.

« J’aime beaucoup le regard des soldats … Ils restent toujours aussi étonnés de la voir. »

« Disons que ce n’est pas souvent que l’on peut apercevoir un golem … et encore moins une femme golem … aussi bien dessinée que Clari. »

« Hum ? Attention à ne pas la draguer, Tery. Entre nous, je crois qu’elle a un coeur de pierre. » dit Elise en lui donnant un léger coup de coude dans la hanche.

« C’était vraiment très nulle comme blague, Elise mais … ça m’a fait rire. »

Et oui, heureusement pour elle, il était plutôt bon public. Bon ? Est-ce qu’ils devaient se rendre dans la salle du trône ou pas ? Il en avait aucune idée mais à suivre Elise qui le guidait, c’était visiblement le cas.

« J’espère vraiment qu’ils ne vont pas chercher à m’égorger tout de suite. »

« Hum ? S’ils tentent ne serait-ce qu’un seul mouvement mauvais envers toi, ils risqueront d’avoir une sacrée surprise … et elle ne sera pas bonne du tout. »

Bon … Par contre, il y avait de nombreux gardes qu’il ne reconnaissait pas. Ils avaient des armures différentes de ceux impériaux et à voir l’animosité dans leurs regards, il n’était pas difficile de se dire une chose : ces types étaient sûrement au service des différents membres de la famille d’Elise. De braves personnes, à ne point en douter.

C’était avec une petite ironie qu’il se disait cela dans le fond. Bon … Ce n’était pas tout ça mais il avait encore énormément de travail à accomplir hein ! Bien se tenir, ne pas avoir peur de ceux qu’il allait rencontrer et … pfiou. Il prit la main d’Elise dans la sienne, la serrant quelques secondes pour la rassurer.

« Tu vas mieux, Elise ? »

« Ca va, ça va … Je n’ai pas à m’inquiéter, je n’ai pas à m’en faire. Tu es là. »

Il était son soutien dans le monde des démons. Sans lui, elle était perdue … Et inversement. Bon ! Ils se présentèrent devant les portes de la salle du trône. Quoi de plus logique en fin de compte, n’est-ce pas ? Que de se rendre là-bas. C’était … normal, plus que normal.

« Pourquoi est-ce que je suis aussi craintive, Tery ? Pourquoi ? »

« Car parmis ces personnes, l’une d’entre elles a envoyé un homme pour tenter de te tuer ? C’est parfaitement normal que tu réagisses ainsi. »

« Je s… Je sais … Ah … Tu veux bien ouvrir la porte, s’il te plaît ? Enfin les … »

« Comme tu le désires, Elise. Pardonnez-moi. » dit-il en s’adressant aux gardes.

Ces derniers se déplacèrent, Tery prenant une profonde respiration avant de concentrer la magie dans ses deux mains. Les lignes noires d’Alzar apparurent en même temps qu’il ouvrait en grand les deux portes avec une aisance certaine.

« Mademoiselle Elise et son garde du corps Tery vous saluent, empereur Malark ! »

Et voilà comment ils ont une rentrée remarquée. Il y a des soldats, des démons aux allures de nobles mais aussi diverses personnes devant l’empereur. Celui-ci d’ailleurs regarda Tery avec étonnement, ne s’étant visiblement pas attendu à une telle entrée.

« Tery … C’était … vraiment stupide. » lui chuchota doucement Elise.

« Je crois que je fais un crime royal en ayant crié de la sorte mais … tu penses que cela va lui plaire ou qu’il va chercher à me tuer ? »

« Je ne sais pas le moins du monde … mais ne t’en fait pas, je te défendrais si nécessaire … et encore merci, ça va beaucoup mieux maintenant. »

Elle a le sourire aux lèvres et c’était le plus important pour lui. Maintenant, est-ce qu’ils pouvaient avancer ou non ? Hmm … C’était visiblement à l’empereur de prendre la parole. Celui-ci toussota légèrement, nullement dérangé avant de dire :

« Je n’attendais plus que toi, ma fille. Il est temps pour toi de rencontrer les autres membres de ta famille. Comment vas-tu ? »

« Bien, mon père … Et vous, comment vous portez-vous ? »

« Très bien, très bien … Bon, commençons tout de suite. Haiktos, à toi de commencer. »

Haiktos … C’était visiblement l’un des plus âgés. Quel âge devait-il avoir ? La trentaine non ? Non … C’était plus compliqué que ça. Bien plus compliqué en y réfléchissant bien … De ce qu’il avait compris, les démons ne vieillissaient pas de la même façon à l’âge adulte. Ils mettaient bien plus de temps pour ça. Pour qu’un homme ait la trentaine ou à peu près, il devait avoir quel âge ? Soixante ? Soixante-dix ans en vrai ?

Mais surtout, le démon qui leur faisait face était clairement en train de les juger, bras croisés, s’étant placé devant Elise après avoir fini d’ignorer Tery. Bah, il avait l’habitude avec les nobles. Cet homme … Il n’avait pas de moustache mais qu’est-ce qu’il était grand. Pourquoi fallait-il toujours tomber sur des géants ? Il devait se rapprocher des deux mètres de hauteur, ses cheveux étaient aussi auburn que ceux de sa jeune sœur Elise, bien qu’ils partaient un peu partout … et s’allongeaient jusqu’à la nuque. Ses yeux saphir étudiaient Elise en même temps qu’il était possible de voir sur ses bras qu’il était musclé, très musclé. Sûrement un homme du terrain.

« Bien, on dirait que tout se passe bien. Halyza, c’est à ton tour, présentes-toi donc à ta jeune sœur qui ne savait pas qu’elle avait de la famille, il y a de cela encore quelques semaines. »

Seconde personne et cette fois-ci, il s’agissait d’une démone. Elle était sûrement à peine plus jeune qu’Haiktos mais cela ne changeait pas qu’elle était quand même bien plus âgée qu’Elise en ce moment précis. Est-ce qu’elle allait le regarder cette fois ? Il n’en était pas vraiment certain tandis qu’il la laissait se placer en face d’Elise.

« C’est donc toi qui a du sang d’un être sur la surface en plus, c’est bien ça ? »

« C’est exact. » répondit calmement Elise, clairement peu encline à baisser les yeux.

La femme était de la même taille que lui. Environ un mètre soixante-dix. Par contre, ses cornes étaient recourbées sur elle-même en arrière, un peu comme un bouc. Ses yeux rubis et sa chevelure blanche qui zigzaguait jusqu’au milieu de ses bras avait quelque chose d’assez hypnotique. C’était de très belles tresses.

Elle portait aussi une superbe robe bleue qui flottait au sol et aux bordures dorées. A voir la qualité du tissu, il était clair que ce n’était pas de la sous-marque mais bien un travail pour une princesse. D’ailleurs, c’était étrange d’appeler cette femme … princesse alors qu’elle était plus âgée que lui.

« Bien … C’est tout ce que je voulais savoir. Est-ce que cela vous convient, père ? »

« C’est suffisant. Lylé, à ton tour, je te pries. Ne te fait pas trop désirer non plus. »

« Comme vous le voulez, père. Ah … » soupira une autre voix féminine alors qu’Halyza se déplaçait pour laisser une femme cornue qui devait être à peine plus âgée que Tery.

Elle n’était clairement pas aussi motivée que les deux premiers. Il jeta un bref regard aux derniers membres restants. Hey … Ce n’était pas des adultes … mais deux enfants ? Oh … Ils devaient peut-être avoir une dizaine d’années, voire moins.

« Hum ? Ton garde du corps n’a pas l’air très intéressé par ma personne. Est-ce que je suis aussi déplaisante que ça, jeune démon ? »

« Hein que quoi ? Oh non, bien entendu que non … princesse Lylé. »

Pfiou ! Il avait faillit commettre une bêtise, une réelle bêtise cette fois. Bon, regardons à nouveau cette femme démone qui se tenait non-loin de lui et Elise. Oh, par contre, elle, elle devait bien faire dix centimètres de moins que lui. Sa coiffure noire comme l’ébène allait de pair avec ses yeux émeraude.

« Ah, c’est beaucoup mieux … et tu me sembles bien mignon d’ailleurs. »

AHEM ! Il ne chercha pas à répondre à tout cela. Par contre, contrairement à sa grande sœur, il était vrai que ses habits, tout aussi princiers que sa personne, mettaient d’ailleurs son corps en valeur. Ses cornes, par contre, partaient en deux pointes sur les côtés.

« Vous devriez éviter ce genre de mots envers mon garde du corps, grande sœur. »

« Oh … Chasse gardée ? Je note, je note … mais l’un empêche pas l’autre au final. Cela est même parfois plaisant … Enfin. »

« Lylé, ne provoques donc pas Elise pour cette première réunion familiale. Pour une fois que nous pouvons tous être réunis. »

« Pardonnez-moi, père. Je contrôlerais mes paroles la prochaine fois. » dit-elle tout en faisant un petit sourire narquois à Elise, allant retrouver ses aînés.

« Il ne reste plus que vous deux, les enfants. Allez donc vous présenter. »

« D’accord père ! On y va Zalek ! »

« Wi … Wi ! On y va Wandy ! »

Deux enfants de bas âge … Eux, c’était sûr qu’ils étaient plus jeunes qu’Elise et lui. La fille devait être déjà adolescente tandis que le garçon devait avoir une dizaine d’années. Ils s’approchèrent ensemble d’Elise, la regardant avec de grands yeux.

« Vous êtes donc notre sœur, c’est bien ça hein ? Enfin sœur aînée, Elise ! »

« Vous pouvez me tutoyer, tous les deux. Ca ne me dérange pas du tout. » déclara Elise tout en souriant aux enfants. C’était le jeune garçon qui avait pris la parole tandis que l’adolescente regardait Tery avec attention, disant :

« C’est ton petit ami au fait ou pas ? »

« Oh question qui dérange tout de suite mais non, ce n’est pas mon petit ami, mon fiancé ou autre. Pourquoi cela ? » demanda Elise tout en souriant à sa sœur cadette.

« Ben … Il est plutôt joli, non ? Donc bon … C’est un peu étonnant. J’ai donc mes chances avec lui ? D’ici quelques années ? »

Euh … Tery resta immobile pendant quelques secondes, Elise lui donnant un petit coup dans la hanche. Euh … Euh … Qu’est-ce qu’il devait répondre à ça ?

« Et bien, je ne pensais pas que tu aurais autant de charme aux yeux d’autrui, Tery. Tu devrais être heureux, n’est-ce pas ? »

« Elise … Ce n’est pas très drôle et … Wandy, c’est ça ? Je suis peut-être un peux vieux non ? Tu ne crois pas ? Et surtout, je suis à moitié humain, je ne vieillis pas de la même façon que vous. » dit Tery sagement tout en posant une main sur la chevelure émeraude de la démone. Elle était bien entendu plus petite que lui mais elle avait tout d’une demoiselle en devenir. Ses longs cheveux verts lui allaient jusqu’au bas du dos et ses yeux étaient de même couleur. Le point le plus important, c’était surtout la candeur et gentillesse qui émanaient d’elle.


Rien à voir avec les trois d’avant. D’ailleurs, ils le regardaient avec effarement. Qu’est-ce qu’il avait exactement ? Il n’avait pas commis un crime de lèse-majesté non ? D’ailleurs, tout le monde le regardait comme s’il venait de commettre une abomination. Et ce n’était pas le rouge aux joues de la démone qui allait l’aider.

« Hahaha, même père n’a jamais fait ça à Wandy. Wandy, t’es toute rouge ! »

« Mais chut, Zalek ! C’est pas drôle et puis monsieur Tery, c’est pas grave ça, ça veut dire que je vous rattraperais peu à peu ! »

Oh … Ah … Euh … Oui … Et le gamin à côté semblait des plus espiègles … comme le serait un enfant de son âge. Lui-même avait une chevelure auburn, comme Elise et Haiktos. Par contre, elle était parcourue par de nombreux pics et il était encore plus petit que sa sœur … et il avait des yeux rouges. D’ailleurs … Ce n’était pas étrange? Les yeux rouges ?

Chapitre 8 : Discuter en coeur à coeur

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 8 : Discuter en coeur à coeur

« Je vous jure … Ca n’arrive vraiment qu’à moi ces situations. »

« Mademoiselle Nali … Vous êtes sûre que vous ne voudriez pas arrêter de boire ? »

« Et pourquoi j’arrêterais ça ? Qu’est-ce qui vous dérange dans le fait que je bois, hum ? »

Elle a le regard mauvais mais pourtant encore bien lucide. Elle est parfaitement consciente que ce n’est pas du tout raisonnable ce qu’elle fait … et pourtant, elle est là. Elle a encore une chope à la main avant de reprendre la parole :

« Pourquoi faut-il toujours que ça soit les autres et jamais moi ? Pourquoi hein ? »

« Je ne peux pas répondre à cette question, malheureusement. Je suis désolé. Inna non plus. »

« Vous pouvez pas ? Vous vous foutez de moi ? Vous êtes toujours ensemble, tous les deux. Vous m’avez même dit que vous vous connaissiez depuis longtemps, non ? Alors pourquoi vous arriveriez pas à répondre ? C’est quoi le souci avec moi, hein ? »

« Je ne peux malheureusement guère répondre à cette question. Est-ce que … vous êtes sûre que cela n’a eut aucun effet sur lui ? »

« Sûre et certaine ! Rien de rien ! Enfin … Je crois … C’était dans la bibliothèque. »

Elle en était réduit à raconter cette scène dans la bibliothèque. Ce moment où elle avait osé dévoiler une partie de ses sentiments. Le gros souci, c’est qu’elle était en train d’en parler à un couple de personnes qu’elle connaissait à peine.

« Et si vous racontiez plutôt tout depuis le début, non ? »

« Le début ? Le début ? Il était catastrophique, à son image, pour ne pas changer ! »

« Oh ? Racontez-donc ! Je suis sûre que cela va vous faire du bien ! »

Il n’y avait bien qu’une femme pour comprendre les paroles d’une autre. Hérik se leva, déclarant qu’il allait commander de quoi manger, pas forcément un repas mais plutôt accompagner la boisson des deux femmes.

« Qu’est-ce que j’aurais à raconter ? Je l’ai connu lorsqu’il a décidé de rentrer dans l’armée de Shunter. Je me demandais c’était quoi son souci à l’époque. Midès, c’était pas pour les gamins comme lui, il y avait plus de fils à papa qu’autre chose. »

« Je vois, je vois … Et lui, il venait d’où exactement ? »

« D’un village perdu au fond des montagnes. Bon, peut-être exagéré mais c’est le genre de villages que tu ne retrouves pas sur toutes les cartes. Isolé et autre, il avait fini par s’enfuir de chez lui à la majorité. Il ne voulait pas devenir un combattant ou autre, traumatisme et tout. »

« D’accord, d’accord, je crois voir … et ensuite ? Son introduction dans tout ça ? »

« Catastrophique … ou presque, on va dire ça. »

Bon gros soupir de la part de Manelena. Elle s’en rappelait comme si c’était hier. Les nobles qui se moquaient de lui, lui-même qui comprenait qu’à moitié la situation dans laquelle il avait réussi à se fourrer et tout le reste.

« Une bagarre entre lui et un noble … pour ne pas changer. Et surtout, il me parlait comme si j’étais son égale dans la hiérarchie. Un idiot comme on en fait plus. »

« Mais est-ce qu’il comprenait la différence de position ? Etait-ce simplement pour provoquer ? Ou même pas ? C’était autre chose ? »

« Il ne connaissait rien à la vie, rien du tout. Cet idiot n’avait aucune idée de ce qu’était la vie de soldat. Il n’avait pas sa place parmi eux ! »

« Et pourtant, il s’est accroché à ça, non ? Mais pourquoi voulait-il absolument rejoindre l’armée de Shunter ? »

« Tout ça à cause d’une personne masquée. Il n’avait aucune idée à l’époque qu’il s’agissait d’une femme … mais il m’a expliqué que c’était cette personne qui avait réussi à le faire survivre dans ce monde hostile. »

« Oh ? Et il lui était redevable non ? Pourquoi est-ce qu’ils se sont séparés si tel était le cas ? Il y avait autre chose derrière tout ça, n’est-ce pas ? »

« Les lignes d’Alzar … Voilà ce qu’il y avait réellement dans le fond. » marmonna Manelena, remerciant du regard Herik qui revenait avec de nouvelles boissons, encore, et un peu à grignoter pour faire éponge dans l’estomac de Manelena.

« Il est vrai que les lignes d’Alzar portent malheur, selon les légendes. Elles rendent les êtres qui les possèdent comme des bêtes sauvages et … Euh … Attendez un peu, que je ne me trompes pas, normalement, vous devez aussi les posséder, non ? »

« C’est exact … et il y a une méthode très simple pour les contrôler. Du moins, très simple si on arrive à rester concentré sur une seule chose. Il suffit de focaliser la haine que l’on ressent autour de soi sur un seul être, même si ce n’est que dans une pensée, pas forcément sur l’être en face de soi. Ah … J’ai le gosier qui se dessèche. »

« Ne buvez pas plus que nécessaire, vous avez encore beaucoup à me raconter, non ? »

Son souci, c’est pourquoi est-ce qu’elle raconte ça à des personnes complètement inconnues ? Cette pensée la taraude mais elle a le sentiment qu’elle devait se confier à ses personnes. Elle n’en avait strictement aucune idée … et c’était peut-être ça qui l’ennuyait dans le fond.

« Humpf … Je sais qu’il l’a rencontrée une nouvelle fois pendant une expédition pour récupérer un médaillon. Y avait aussi les gnomolds et tout le reste … Mais il a commencé surtout à se faire connaître lorsque je l’ai envoyé avec un groupe d’autres personnes dont Clari pour récupérer les médaillons dans les autres royaumes comme Honoros. Oui … Je me rappelles même que c’était à ce moment que je me suis … déguisée en Manelena. »

« Manelena qui est votre … véritable apparence en fin de compte, non ? »

« C’est ça … Sauf qu’ils ne le savaient pas à l’époque. Si on rajoute le fait que je restais … extravertie exprès pour être dans un autre personnage, il n’a vu que du feu. Simplement, il a fallut qu’à Claudiska, il rencontre à nouveau Elen. »

Elle émettait un petit grognement de mécontentement. L’alcool désinhibait tous ses sentiments et cela montrait clairement que le nom d’Elen n’était pas forcément relié à quelque chose de positif, loin de là. Elle marmonna :

« Vu qu’il voulait lui donner les médaillons et tout le reste, je me suis révélée … et je l’ai emporté avec moi. C’est pas .. .comme ça que vous faites … à Honoros ? »

« Euh … Comment ça ? Vous voulez penser au fait qu’on utilise la force pour avoir la personne que l’on désire ? C’est une vision un peu … primitive, non ? » dit Inna en clignant des yeux, Manelena ne semblant guère gênée par cela.

« Et alors ? Pourquoi pas ? Si ça peut marcher ? De toute façon, à l’époque, personne ne savait même sauf quelques très rares personnes, que le roi avait une fille. Un secret bien gardé … puis il y a eut cet instant où il avait décidé de faire une guerre totale contre toutes les autres nations. Vraiment une idée stupide … car il pensait que les autres royaumes allaient rester là sans rien faire ou quoi ? Vraiment un imbécile. »

« Euh … Attendez, vous parlez du roi … mais vous vous rappelez que … »

« Qu’il s’agit de mon père ? Bien entendu, je ne suis pas stupide à ce point. Je le sais parfaitement, tsss … Mais ça ne change rien à ce que je pensais de lui. Bref, avec tout ça, les débâcles et autres, je pouvais néanmoins voir les progrès de Tery. Rien à redire sur sa puissance. C’est à se demander comment il fait réellement dans le fond. »

« J’ai cru entendre des rumeurs à ce sujet. Un jeune homme de Shunter qui manierait la magie golémique avec une telle efficacité que même nos shamans le craindraient. »

« Ce n’est même pas une exagération sur sa puissance … Enfin bon … Cet idiot s’était décidé à ne pas m’abandonner le jour où j’étais prête à me sacrifier pour Shunter. »

« Là aussi, j’ai eut vent de nombreuses rumeurs. Comme quoi, la princesse de Shunter était la maréchale du royaume depuis le début mais qu’elle a été kidnappée par un être à moitié humain, moitié démon … enfin à l’époque, on ne parlait pas de démons. »

« Humpf … Ouais, un « enlèvement ». On va plutôt dire qu’il m’a sauvé la vie et plus encore que ça … bien plus. »

Elle avait peut-être un peu chaud aux oreilles mais elle n’était pas ivre. Elle n’avait pas besoin de signaler à ces personnes qu’il lui avait donné une raison de vivre. Que sans lui, même si elle avait survécu ce jour-là, elle n’aurait sûrement … pas été capable de tenir très longtemps. Humpf …

« Et puis, il y a eut les créatures légendaires. Pas besoin de donner de détails pour elles. »

« Pas le moins du monde. Mais comment tout ça s’est passé exactement ? Et avec Elen ? Et vous aviez d’autres compagnons, non ? »

« Comme le prince de Traslord ou Clari, oui … Il y a eut aussi Sérest et Séran, un couple … de personnes dont je préfère ne pas parler. »

Pas parce qu’elle était mécontente d’évoquer leurs noms mais plutôt le fait qu’ils étaient les deux divinités de ce monde, réincarnées dans des corps au sexe opposé à leur première existence. Oui … Pas besoin qu’ils sachent ça, tous les deux.

« Mais reprenons sur Tery, non ? Avec les créatures légendaires, Omnosmos et tout le reste, vous aviez normalement fort à faire, n’est-ce pas ? Et puis, en même temps, avec les golems et tout le reste … Enfin, c’était plutôt compliqué. »

« Hum … Plus que compliqué même. Je vais vous expliquer mais évitez de me couper la parole. Bon sang, j’ai faim maintenant. »

Grognement à nouveau de la part de Manelena. Elle avait faim et n’avait aucune raison pour ça. Peut-être parce qu’elel avait trop bu ? C’était la seule explication à peu près raisonnable qui lui arrivait au crâne. Grumpf … Elle grognait encore et toujours.

« Peut-être devrions nous écouter la conversation ? Non ? Vous n’avez pas l’air d’aller très bien et je ne suis pas sûre que cela soit une bonne chose si on apprend qui vous êtes. »

« Hein ? Vous comptez pas vous débiner maintenant hein ? J’en viens au plus important. Maintenant qu’ils étaient en couple, elle arrêtait pas d’être agressive envers les autres femmes et autres. Elle semblait pas tellement saisir ce qui se passait. »

« Et est-ce que vous en avez profité alors ? Ca serait bête de ne pas le faire, n’est-ce pas ? »

« Pfff ! Profiter … Vous croyez que je suis comme ces femmes qui se jettent sur un homme dès la première occasion ? Non … Ca ne marche pas comme ça. Pas du tout … Pfff … »

Et maintenant, elle avait légèrement sommeil. Elle avait parlé, parlé, parlé, sans même se rendre compte de tout ce qu’elle racontait. Elle soupira, marmonnant ensuite :

« Y a eut tellement de choses qui se sont passées … dont la mort du roi de Shunter par les démons … deux démons qui s’étaient infiltrés parmi les autorités de ce monde. Tsss … y a eut aussi la mort de Clari, c’est ça qui a tout fait chambouler. C’est ça … qui m’a montré que malgré tout ce que Tery a fait, il restait un homme comme les autres … et pas un être démoniaque dénué de sentiments. »

« C’est … joliment dit. C’est à ce moment que vous avez compris que … »

« Hein ? Ca date de bien avant ! Simplement, je … Je considérais que je pouvais pas faire comme si j’ignorais sa souffrance. Il tentait de la masquer mais c’était impossible Il y avait cette voix dans sa tête qui le rendait peu à peu dingue. »

« Une voix ? Vous n’en aviez jamais parlé auparavant, n’est-ce pas ? »

Sûrement, y a de grosses chances que ça soit ça. Elle n’avait pas daigné en parler auparavant car elle estimait que ce n’était pas nécessaire. Mais maintenant que c’était fait, elle marmonna d’une voix lente :

« Juste que Tery entendait une voix qui serait reponsable de l’état dans lequel il se trouvait … C’est aussi simple que ça et c’est compréhensible. Il a souvent eut des accès de faiblesse qui laissaient entrevoir une porte ouverte dans son esprit. »

« Et il n’y avait aucune possibilité de renforcer ça ? C’est étrange non ? Et triste … »

« C’est pas une question d’étrangeté ou tristesse, loin de là. Simplement, il était peut-être possédé et nous avons toujours fait comme pour ignorer ça … en considérant que ça allait disparaître avec le temps. MERDE ! »

Elle venait frapper du poing sur la table, faisant trembler celle-ci alors que quelques regards se tournèrent vers leur table, Manelena reprenant :

« C’est à cause de cette connerie que tout ça est arrivé. Tout ça parce qu’on a préféré se voiler la face, balançant un : ça va s’améliorer ! Sauf que ça ne s’est pas amélioré ! Ca a empiré ! Pire que ce que l’on pensait … »

Tout ça parce qu’elle n’avait pas compris à quel point les blessures de Tery étaient bien plus graves et profondes qu’elle ne le pensait. Tout ça … Parce qu’elle n’avait pas saisi … L’importance de Clari dans le coeur de Tery. Cette femme avait été un rayon de soleil dans la vie de tout le monde mais personne n’avait compris à quel point.

« Tout ça parce que nous n’avons pas eut les yeux assez ouverts sur la réalité. »

« Mademoiselle Nali. Nous allons devoir vous laisser. Nous avons pris une chambre dans l’auberge et il s’avère qu’Herik est un peu fatigué. »

« Ouais … Ouais … Ouais … Je crois que je vais m’en aller aussi. »

De toute façon, les consommations étaient payées depuis le début, non ? Alors, la question ne se posait même pas. Un petit grognement se fit entendre, de mécontentement tandis qu’elle se redressait. Elle fit juste un bref mouvement de la main avant de s’éloigner. Pfiou … malgré le nombre de verres ingurgités, elle se tenait toujours droite et fière.

Du moins en apparence. Quelques mètres plus loin, son bras posé contre un mur, sa tête était tournée vers le sol alors qu’elle serrait les poings. Mal … Cette saloperait lui faisait bien plus mal que mille poignards dans le corps.

« Fais chier … Pourquoi t’es pas là dans le fond ? T’as pas vu dans l’état que je me fous à cause de tes conneries ? En plus, t’as une femme et une fille maintenant. Serait peut-être tant de revenir, non ? Alors, ramènes ta fraise … Dépêches-toi, merde. »

Elle se parlait à elle-même mais le message était clairement adressé à un homme qui n’allait jamais pouvoir l’entendre. Après ce qui s’était passé, il était tout simplement impossible qu’ils se revoient. Le destin ne pouvait pas être aussi cruel … ou clément.

« Je ferais mieux d’éviter de me présenter devant dame Jésiana et les autres. »

Que ça soit la mère de Tery, Elen ou les grands-parents de Tery, valait vraiment mieux qu’elle ne se présente pas à eux … sous cette forme. C’était tout simplement aberrant et horripilant. Elle regarda autour d’elle, finissant par dire :

« Faut que je trouve une fontaine … de quoi me remettre à peu près correctement. »

C’était la meilleure chose à accomplir en ce moment précis. Si elle tentait autre chose, c’était tout simplement fichu, complètement fichu. Elle passa une main sur son front, commençant à l’éponger de sa sueur. Quelle idée … de parler autant. Est-ce qu’elle avait une tête à se confesser à autrui ? Qu’est-ce que ces deux … honoriens allaient penser d’elle maintenant ?

« Bah, de toute façon, ce qu’ils pensent de moi, j’en ait rien à foutre. »

Elle a finit par s’asseoir sur un banc. Il commençait à faire nuit, non ? Cela faisait combien de temps qu’elle avait discuté avec le couple ? Sûrement trop à son goût, elle en est certaine. Elle recommença à grommeler. Elle était vraiment d’une humeur de chienne.

« Allons trouver un coin où dormir et où il ne fait pas trop froid. »

Elle se releva, recommençant à marcher comme si de rien n’était. Elle avait encore pas mal à faire mais qu’importe, c’était vraiment le dernier de ses soucis à l’heure actuelle. Et d’ailleurs, ce que les gens penseraient de la reine de Shunter qui dormait dehors au lieu dans une chambre luxurieuse ? Rien à faire aussi ! Exactement !

C’était comme ça et pas autrement. Elle pouvait s’en vouloir qu’à elle-même … de cette absurdité qui consistait tout simplement à avoir parler de Tery. Elle était … si ridicule de parler de la sorte du jeune homme aux cheveux bruns. Enfin, du démon … vu que c’en était un. D’ailleurs, elle avait encore du mal à croire ce qu’elle avait … vu. Ce fichu … golem. Cette femme-golem, c’était exactement Clari.

Ah … A ce sujet, elle pouvait peut-être interroger à nouveau dame Jésiana et sir Périk. Peut-être qu’ils avaient obtenu de nouvelles informations à ce sujet ? C’était le mieux quelle puisse faire … et encore …. Zut … Fallait qu’elle retrouve un endroit où s’asseoir, elle se sentait vraiment moyen dans le fond.

Est-ce que l’alcool finissait par taper au final ? Que c’était … risible. Elle devait tenir bon … encore un peu … juste un petit peu. Oh … Elle était … vraiment ridicule. Elle avait une constitution du tonnerre mais pourtant … Elle ne tenait pas l’alcool ? Non … Ce n’était pas ça. C’était juste que ses pensées remontaient à la surface.

« Il … me fait chier. Tout ça, c’est parce qu’il est revenu dans ma mémoire ! »

Elle en avait assez. Elle allait le retrouver, cette fois-ci, contrairement aux autres fois, elle assumait pleinement le fait de vouloir revoir Tery. Elle allait le capturer la prochaine fois qu’ils se verront. Elle allait le capturer, le mettre en cage et le cacher à la vue de tous et de toutes. Comme pour Elen et la mère de Tery, elle allait trouver un coin tranquille qu’elle seule connaissait et elle viendra le voir et … Ah …

Bête. Elle était bête comme femme. Depuis quand est-ce qu’elle faisait preuve d’autant de féminité ? De sentiments de la sorte ? Est-ce tout simplement parce qu’elle avait perdu ce qu’elle désirait ? Dire qu’à côté, Elen avait … muri.

« J’ai l’impression d’être la gamine entre nous deux. »

Et c’était une pensée vraiment détestable. Le genre qui lui nouait l’estomac en deux. Perdre face à Elen ? C’était … ridicule … et le pire, c’est qu’elle trouvait cela infantile. Elle réagissait comme une enfant qui n’avait pas réussi à obtenir ce qu’elle désirait.

« Comment est-ce que je peux me présenter … de cette façon ? C’est … vraiment pathétique. Ce n’est pas normal … que je réagisses de la sorte. »

La faute à cet alcool. Comme c’est Omnosmos, les prix sont aberrants mais l’alcool est d’une qualité indéniable. A partir de là, difficile de savoir si c’est à cause d’elle-même ou de l’alcool qu’elle réagit de la sorte. C’est … stupide, tellement stupide et ridicule.

Grumpf … Au lieu d’aller dormir, elle allait marcher, plutôt. Marcher pendant quelques minutes ou quelques heures. Elle allait s’aérer l’esprit et voir plus tard quoi faire. D’ailleurs, elle allait marcher vers la sortie d’Omnosmos.

« Qu’est-ce que vous faites ? Il y a un couvre-feu, vous êtes interdite de sortie de la ville à ces heures. Nous sommes désolés, reine Manelena. »

« Ouais … Vous faites votre boulot, c’est tout. Si on commence à vous reprocher ça, ça ne va pas le faire … ouais. Vous en faites pas, c’est pas grave. »

Bon et bien, elle n’allait pas sortir alors. Elle qui pensait prendre un peu d’air frais. Au final, ce n’était même pas le cas. Le monde entier était contre elle ce soir, n’est-ce pas ? Grumpf … Les mains dans les poches, elle reprit la route.

Au final, pas tellement le choix, elle allait devoir se diriger tout simplement vers l’endroit initial : La bibliothèque … C’était là qu’elle avait prévu de rentrer … et elle devait être encore ouverte à cette heure-ci. Du moins, c’est ce qu’elle imaginait. Elle n’avait pas chercher à préciser à quelle heure elle rentrait et autre.

« De toute façon, ce n’est pas comme si quelqu’un attendait mon retour au final. »

Elle … était risible, non ? Risible de penser de la sorte. Risible de montrer autant de faiblesse que ça, non ? Tellement … risible et pathétique. Elle était si faible, si incapable, c’était à se demander comment elle faisait pour s’en sortir.

« Faut vraiment que tu ressaisisses jeune fille. »

C’était pas en traînant les pieds et en étant aussi mollassonne qu’elle allait récupérer Tery. Boire n’arrangeait jamais rien et elle ne voulait pas finir comme les autres. Simplement, parler de Tery pendant toute une soirée, elle … en avait chaud aux oreilles. Ce n’était pas dans ses habitudes de parler autant, surtout de ses sentiments envers un être qui n’était plus à ses côtés. Peu à peu, on allait finir par se rapprocher de l’année de séparation.

Chapitre 7 : Réunion avec Honoros

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 7 : Réunion avec Honoros

« Bon … Maintenant qu’on en a fini de discuter avec Ernold, je vais partir pour une autre réunion. Malheureusement, il semblerait que j’ai plus à faire que prévu. »

« C’est ça la fameuse lettre que tu viens de recevoir, Manelena ? Tu seras là pour le repas ? »

La mère de Tery regarda la femme aux cheveux argentés, celle-ci sembla songeuse pendant quelques secondes, observant Jésiana et Elen avant de finalement répondre :

« Je pense que oui de ce côté … Enfin, ça devrait aller. Je vais me rendre disponible mais j’ai intérêt tout simplement à me dépêcher au lieu. »

Elle fit un petit mouvement de la main pour saluer le reste du groupe. Ce n’était pas dans ses habitudes d’accomplir de tels mouvements envers autrui mais qu’importe. Elle savait pertinemment qu’elle avait changé depuis tout ce temps … et que c’était pour le mieux. Sa rencontre et ses dernières années avec Tery et les autres l’avaient changé … en bien. Elle était heureuse à l’époque … mais aujourd’hui, depuis les évènements des portes démoniaques, tout avait changé … et elle avait encore un peu de mal avec tout ça.

« Bon … Je ne m’attendais pas à ce qu’ils viennent directement à Omnosmos. D’habitude, les honoriens n’apprécient pas trop la capitale mais bon … »
C’était donc assez étonnant de voir ce qui allait lui arriver exactement. Pour autant, elle ne vint pas en tenir ombrage. De ce qu’elle avait lu dans cette missive, il y avait deux émissaires de deux clans unis en un qui voulaient parler avec la reine de Shunter. Bien entendu, de base, elle n’aurait pas accepté cela aussi aisément mais vu qu’elle était de passage, elle ne pouvait pas se restreindre à ses fonctions royales.

« Bon … Par contre, ça se voit qu’ils viennent d’Honoros. »

Avoir donner rendez-vous dans une auberge. Il n’y a bien qu’eux pour s’imaginer que cela est un endroti parfait pour une réunion avec un membre de la royauté. Heureusement, elle n’allait pas en tenir ombrage. Cela … pouvait s’avérer divertissant. Simplement, munie d’une cape et capuche, elle avait caché sa chevelure et son visage … en partie.

« Bon … C’est par là, l’adresse. Deux honoriens, ça doit être assez rare pour que je les repère aussitôt. J’espère qu’ils ne vont pas être trop ridicules. »

Plutôt, qu’ils ne vont pas gueuler comme des animaux. Les honoriens ont une voix qui porte assez loin … et s’ils décidaient de crier de qui il s’agissait, elle était certaine que sa couverture serait tout simplement bonne à jeter. Oui … C’était vraiment le genre des honoriens … et c’était bien pour ça qu’elle était un peu méfiante, il fallait avouer.

« Bon … Rentrons à l’intérieur avant que l’on ne trouve ça suspect. »

Oui, une personne encapuchonnée, dans la capitale, dans de tels moments troubles, certains pouvaient être prompts à réagir. Jetant un œil dès qu’elle passa le double porte, elle chercha du regard où pouvait se trouver les deux honoriens. Ce ne fut pas bien difficile. C’était vraiment deux grandes perches et pourtant, elle-même était grande base .

« Hum … Vous êtes … Inna et Hérik, c’est bien ça ? »

« Et vous êtes la reine de … » commença à répondre l’homme parmi les deux avant qu’elle ne lui coupe la parole :

« Je suis celle que vous recherchiez. Je préfère que vous évitiez de prononcer mon nom à voix haute. Vous allez pouvoir me dire ce que vous me voulez. Je peux m’asseoir, non ? »

« Bien entendu ! On ne va pas vous refuser cette place, loin de là. Enfin, nous sommes déjà plus qu’heureux que vous ayez accepté de vouloir nous rencontrer. »

« Je ne suis pas des plus sympathiques non plus … mais bon, vous vouliez me parler des relations entre Shunter et Honoros ? Pourtant, nous nous étions déjà concertés à ce sujet, n’est-ce pas ? Ou alors, par rapport à cette idée de fusionner vos clans ? Nous n’avons aucune envie de faire de l’ingérence dans vos actes. »

« Ce n’est pas totalement ça, en fait … c’est un peu plus compliqué quand même. »

« Et bien, vu que je suis là, je vous écoutes. Que voulez-vous me dire exactement ? »

« Tout d’abord, vous n’avez pas un peu soif ? C’est nous qui invitons ! »

« Vous … savez que vous vous adressez à la reine de Shunter ? Enfin bon, je ne suis pas très portée sur l’alcool mais j’imagine que vous ne vous contenterez pas d’une cruche d’eau. »

Pour toute réponse, elle eut un grand sourire de la part des deux habitants d ‘Honoros. Ah … Il n’y avait pas de doute à se faire sur la relation entre eux deux. Même s’ils semblaient être de puissants guerriers, les deux … étaient amoureux, c’était certain.

La boisson arriva mais elle toucha à peine à son gobelet. Elle était là, en train d’attendre qu’ils prennent la parole et lui raconte donc la raison de leur visite, plus en détails. Est-ce qu’elle était jalouse de ce couple ? Cela ne lui traversa même pas l’esprit au final. Elle veut juste … ah … des informations.

« Visiblement, vous n’êtes pas très loquaces donc je vais commencer … Comme je le dis à chaque ambassadeur des clans d’Honoros qui viennent me rencontrer, les actes de mon père doivent être derrière nous. Vous ne devez pas oublié ce qui a été commis et je ferais de même. Pour autant, je ne veux pas que vous pensiez que nous avons mis cela de côté. »

« Chaque clan a ses propres relations avec les différentes nations. On en a même qui ont un semblant de dialogue amical avec Mékalarma, c’est pour vous dire les disparités. Mais à l’heure actuelle, le plus important, ce sont nos relations avec Shunter et Traslord dans la chasse aux démons. C’est pourquoi nous sommes là. » répondit l’honorienne du nom d’Inna.

« D’accord, d’accord … et qu’est-ce que vous voulez savoir exactement à ce sujet ? Du moins, que proposez-vous exactement ? Par contre, si vous pensez me faire boire pour que je baisse ma garde, vous comprendrez tout de suite que c’est inutile. »

« Hahaha, ce n’est pas du tout l’idée que nous avions en tête, loin de là ! »

« Alors … quelle idée avez-vous exactement ? »

« Vous promettez de ne pas en rire ? Je vous avoues que cela reste un peu intimidant de vous parler. Beaucoup de rumeurs parlent de vous et il faut avouer qu’elles sont avérées. »

« Qu’est-ce que vous me baragouinez ? Je ne sais pas de quoi vous parlez exactement … »

« Et bien, en fait, dans l’idée, il faut juste avouer que … AIE ! » s’écrit l’honorien, s’étant pris un coup de hanche de la part d’Inna qui lui coupa la parole :

« Il faut avouer, il faut avouer, il faut avouer, on croirait que tu es en train de te confesser devant l’un des nos shamans. Tu as des choses à te reprocher ou quoi ? Pardonnez-le. Il a du mal à exprimer ses sentiments et … il fut difficile pour moi d’arriver à obtenir les siens. Disons que les rumeurs parlent de vous comme d’une femme froide et impitoyable, capable de combattre sans hésitation sur le champ de bataille, ne laissant aucun place au doute dans ses actions. J’estime qu’ils exagèrent un peu dans leurs propos mais bon … »

« Oh ? Ils exagèrent ? Pourquoi ? Vous pensez différemment d’eux ? »

Intéressant en un sens. Avoir l’opinion des autres … races et peuples était toujours intéressant à apprendre. Elle les regarde tous les deux, attendant que cette dénommée Inna reprenne la parole, ce qui ne tarde pas trop :

« Et bien … Lorsque vous nous avez vu tous les deux, j’ai aussitôt réussi à lire pendant un bref regard une petite lueur de jalousie. »

Heureusement qu’elle n’a pas encore porté son gobelet aux lèvres car elle toussota violemment aux propos d’Inna. De la jalousie ?! Elle se foutait de sa gueule ou quoi ?!

« Vous avez tout de suite compris pour nous deux … tout en sachant pertinemment que nous sommes des êtres aguerris au combat. Vous avez montré juste une lueur envieuse … mais bon, on rentre dans un domaine qui ne concerne pas notre rencontre, n’est-ce pas ? »

« Pas le moins du monde. On va retourner au sujet principal et tout de suite, compris ? »

« Pas de soucis, reine … Euh, comment devrions-nous appeler plus exactement ? Car cela va être difficile de communiquer avec vous sinon. »

« Vous pouvez m’appeler … hmm … Appelez-moi Nali, tiens. Je pense que ça sera une bonne chose de ce côté. Ca sera amplement suffisant. »

Et cela faisait très longtemps qu’elle n’avait pas utilisé ce terme. Elle regarda les deux personnes qui semblèrent étonnées avant qu’elles ne se mettent à murmurer entre elles :

« Nali … J’ai déjà entendu ce nom quelque part mais où ? »

« J’étais assez jeune à l’époque … mais on parlait d’un monstre dans l’armée de Shunter. Une sorte d’être que nul ne pouvait atteindre dans son armure noire et … »

Oh bon sang. Sa personne est connue à quel point dans Honoros ? Car à les écouter, elle avait tout l’air d’être une créature de légende que l’on racontait aux enfants guère sages pour qu’ils dorment la nuit. Manque plus qu’on signale qu’elle crachait des flammes par son casque et ça serait le pompon dans cette histoire !

« Est-ce que c’est … aussi vous donc ? »

En y réfléchissant bien, combien de temps s’est écoulé depuis qu’elle connaît Tery ? Quatre ? Cinq ans ? Elle n’a pas compté tellement les mois mais Tery n’est plus un jeune adulte qui a découvert le monde. Elle-même a vieilli … oh, elle n’est pas défraîchie non plus !

« Oh … Au final, vous buvez donc, Nali. »

Sans même s’en rendre compte, elle a ramené son gobelet à ses lèvres. Oui, elle boit car visiblement, cela ne peut que lui faire du bien. En vue de la situation, de toute façon, c’est la meilleure chose à faire. Elle a besoin de boire, de se sentir un peu plus libre … et elle fait un mouvement de la main pour les inciter à parler. Comment s’appelle l’homme déjà ? Hérik ? Oui, il se présenta une nouvelle fois vu qu’elle lui posa la question.

« Alors, nous voudrions communiquer au sujet des clans qui sont considérés comme reliés aux démons ou qui collaborent avec eux. »

« Vous savez … aussi bien que moi que ce n’est pas aussi simple que ça, n’est-ce pas ? Qui me prouve que ce ne sont pas des tentatives pour que Shunter se débarrasser des clans qui vous sont rivaux pour pouvoir prendre une position plus importante dans Honoros ? »

Ce n’était pas avec un verre qu’elle allait être incapable de réflexion. D’ailleurs, Inna et Hérik ne devaient pas s’attendre à ce qu’elle parle de la sorte, surtout sans une once de délicatesse. Elle allait droit au bout.

« Et bien, nous avons ramené quelques papiers … et … »

« Il est facile de falsifier ces données … Humpf … Plutôt que de me donner envie d’attaquer d’autres clans, expliquez-moi plutôt pourquoi je devrais croire au vôtre. De ce que je crois remarqué, vous … êtes du même clan mais ça a a l’air plus compliqué que ça. »

« Ca ne l’est pas tellement. Nous étions deux clans rivaux mais pas ennemis. Elle faisait partie du clan des Skarpos et moi du clan des Ragnans. Nous avions une histoire commune et ancestrale avant que l’on se sépare en divers clans. Beaucoup de nos anciens alliés se sont retournés contre nous. Ils veulent obtenir la puissance à tout prix … qu’importe les sacrifices à faire pour ça ou les marchés. »

« Je connais Hérik depuis mon enfance. Comme nous sommes issus de deux clans rivaux, cela n’empêchait pas d’avoir quelques contacts amicaux entre les deux clans. Nous étions souvent ensemble et nous avons toujours tout fait pour que nos deux clans s’entendent à nouveau. »

« Ensemble … depuis l’enfance … Ouais … Je vois … Continuez donc tous les deux. Je vous écoute … Je crois bien que c’est ce que je fais, oui. » dit-elle en marmonnant quelques paroles, faisant bouger légèrement son gobelet. Ouais … Ils l’ont l’air bien … ensemble.

« D’accord … Donc certains clans ont décidé de combattre les démons, d’autres de les ignorer pour se focaliser sur Honoros et certains de s’allier avec eux. En vue de la situation, les démons sont trop dangereux pour rester là à ne rien faire. »

« C’est exact et c’est pourquoi nous agissons depuis déjà plusieurs mois contre ces derniers. »

« Le problème dans Honoros, c’est le fait que certains clans profitent de leur alliance avec les démons pour attaquer ceux qui peinent déjà à résister contre ces derniers. Il est très difficile pour nous de leur tenir tête et … »

« C’est bon, j’ai parfaitement saisi le message, vous en faites pas. J’ai compris que vous en baviez complètement face à ces types. Pas besoin de dessins. »

« Vous ne mâchez vraiment pas vos mots … C’est assez surprenant en un sens mais les rumeurs à votre sujets sont vraies. »

« Bah … Qu’est-ce que les gens peuvent médire sur mon dos, cela m’importe peu. »

« Oh non, non ! C’était même plutôt le contraire. Ils se demandaient si vous n’aviez pas du sang d’honorien à force de toujours vous battre en avant, en première ligne et de participer à toutes les batailles et guerres possible. »

Elle soupira légèrement. Ce n’était pas qu’une telle discussion la mettait mal à l’aise mais … Elle ne se sentait pas tellement à sa place. Pourquoi est-ce qu’elle avait accepté une telle proposition hein ? Ce n’était pas dans ses habitudes normalement.

« D’ailleurs, est-ce que l’on peut vous poser une question, Nali ? » demanda Hérik, ne sachant guère comment il devait lancer la conversation avec elle. Elle le jaugea du regard, ne répondant pas, lui signalant par là qu’il pouvait continuer. « Nous avons envoyé des messagers dans les divers royaumes comme Traslord et Claudiska mais aussi … Omnosmos. Néanmoins, nous aimerions … savoir ce qu’il en est de tout ça. »

« Qu’est-ce que vous voulez savoir plus exactement ? Soyez plus précis, non ? »

« Juste ce que compte faire Omnosmos par rapport à toute cette histoire. Ils ont parmi les plus puissants mages de ce monde. Leur magie pourrait aisément lutter contre les démons, non ? »

« Les démons sont malheureusement partout. Dans le cas de Mékalarma, je n’ai entendu que de vagues rumeurs à ce sujet mais elles ne sont guère plaisantes. »

« Ne me dites pas … qu’ils … tentent … de s’allier avec eux ? » déclara Inna, subitement inquiète par la tournure des événements. Manelena balaya cette idée d’un mouvement de la main, répondant avec lenteur :

« Pas le moins du monde. J’ai plus entendu des rumeurs … comme quoi, ils n’hésitent pas à torturer les démons, tout simplement. »

« Hum … Certains clans s’adonnent à ceci et je crois savoir que les royaumes de Shunter et Traslord ne sont pas tout blancs non plus sur le sujet, non ? »

Inna qui mettait les pieds dans le plat. Les deux femmes se regardèrent longuement mais sûrement, Hérik se demandant s’il était vraiment à la bonne place avant que ça ne dégénère. Pour autant, il ne bougea pas de sa position, Manelena répondant à l’honorienne :

« C’est exact … mais il y a différentes sortes de torture. Nous torturons pour obtenir des informations et savoir comment lutter contre eux. Il y a torture et barbarie … et de ce que nous avons appris, ils utiliseraient leurs propres hommes pour tout ça. »

« Leurs propres hommes ? Qu’est-ce que vous voulez dire par là exactement ? »

« Et bien … Vous êtes au courant au sujet des lignes de Zélisia et Alzar, n’est-ce pas ? Ses termes ne devraient pas être inconnus. »

« Nous n’en possédons que deux ou trois dans nos deux clans … et nous sommes pourtant parmi les plus grands de tout Honoros. Ces êtres sont célèbres pour leurs actes et il s’avère que celui d’Alzar est connue pour sa violence … mais contrôlée. C’est toujours étrange d’ailleurs. Mais oui, nous sommes au courant. »

« Imaginez alors tout simplement que tous ceux qui possèdent des lignes de Zélisia sont torturés eux aussi. Je ne sais pas si cela est vrai mais les Mékalarmiens ont souvent fait preuve de cruauté dans le passé, même envers leur propre espèce. La raison ? Nous n’en savons pas plus exactement mais cela aurait un rapport avec les démons. »

Elle allait murmurer le mot intéressant mais non … ce n’était pas le cas. C’était plutôt inquiétant d’en arriver à de telles extrémités, non ? Bref, elle baissa les yeux, faiblement, finissant par murmurer d’une voix lente :

« Les mékalarmiens sont vraiment un peuple étrange. »

« Il faut reconnaître que Shunter n’a rien fait pour rentrer dans leurs bonnes grâces ces dernières années. Nous leurs devons la mort de leurs deux dirigeants. D’ailleurs, je ne crois pas avoir appris au sujet d’un troisième. Peut-être qu’ils ont abandonné cette idée. »

« Nous n’en savons rien … pas du tout, oui. Simplement … »

Inna n’arrivait pas à terminer sa phrase. Pas qu’elle était intimidée par Manelena, juste, la conversation avait un peu dérivé et surtout, tout cela était bien plus compliqué qu’elle ne le pensait. Elle sentit une main se poser doucement sur la sienne, sous la table. Elle sursauta sur le coup, remarquant le léger sourire d’Hérik. Heureusement qu’il était là.

« Bref, revenons-en à nos moutons. Pour Honoros et Shunter, vous n’avez pas à vous en faire. Vos clans sont bien entendu acceptés dans notre royaume, vous pouvez aller et venir et … »

« Nous aimerions surtout une chose : pouvoir participer aux prochaines batailles contre les démons à vos côtés. Nous avons besoin d’en apprendre plus sur tout cela. »

« Vous deux ou alors vous parlez de vos clans ? »

« Nous parlons de nos clans … Nous aimerions savoir à ce sujet, plus exactement. »

« Hum …Cela sera assez compliqué. Vous dites que vous êtes parmi les plus grands clans de tout Honoros, n’est-ce pas ? Il nous faudra des données chiffrées à ce sujet. Honoros est très grand mais est-ce que vos clans ont des branches mineures ? Composées de nombreux honoriens ? Des branches qui savent se battre ? »

« Bien entendu ! Nous parlons de plusieurs dizaines de milliers de personnes dans nos clans. Si nous venons combattre les démons, ça ne sera pas avec un groupe de dix, vous savez ! »

« Une simple mesure de précaution de ma part. On va dire que … des fois, j’ai eut affaire à une certaine personne qui était idéaliste, beaucoup trop. Un vrai idiot. »

C’était ce genre d’idiots qui avait réussi à l’emmener au stade où elle en était aujourd’hui. Elle avait apporté son gobelet à ses lèvres une nouvelle fois, souriant faiblement par rapport à tout ça. Elle … n’était pas triste, n’est-ce pas ? Elle ne devait pas … l’être.

« Mademoiselle Nali ? Vous devriez … » commença à dire Inna mais c’était déjà trop tard, le reste du contenu du gobelet disparaissant dans la gorge de Manelena.

« Hum ? Quoi ? Ne pas boire ? Faut pas s’en faire, c’est pas ça qui va m’allonger sur le sol. »

« D’accord, vous faites comme vous voulez, je ne vais pas vous en empêcher. » compléta Inna en la laissant terminer son verre.

« Je crois que je vais plutôt commander un second alcool … C’est pas vraiment ça qui va me permettre de m’hydrater. Quant à vous deux … »

Son regard rubis fixa Inna puis Hérik. Visiblement, il était hors de question pour les deux gens originaires d’Honoros d’envisager de partir maintenant.

« Vous êtes ensemble depuis quand ? Vous avez l’air de deux jeunes … jouvenceaux qui viennent de se dévoiler l’un à l’autre depuis peu de temps. Et tentez pas de mentir, compris ? »

Qui elle était pour les forcer à lui parler ? Tout simplement la reine de Shunter. Il ne fallait pas oublier cette position … bien qu’elle ne la mettait pas si souvent que ça en valeur. Elle ronchonna légèrement, le nouveau verre d’alcool arrivant à ses doigts :

« Bon, je vous écoutes, vous avez intérêt à parler, n’est-ce pas ? »

Elle leur avait demandé cela tout en fronçant les sourcils. Hors de question … de rester les bras croisés à ne rien faire. D’ailleurs, elle attendait vraiment qu’ils parlent tous les deux. Et pourquoi est-ce qu’ils sont aussi gênés ?

« Vous vous êtes connus enfants, n’est-ce pas hein ? »

C’était pas tout ça … pas du tout. Il n’y avait pas que ça. La femme aux cheveux argentés émit un léger grognement de mécontentement. Ca ne lui convenait pas. Pourquoi … fallait-il absolument que ça soit les autres qui soient heureux ? Elle n’avait pas le droit ? Ah … L’alcool commençait doucement à lui tapter sur les nerfs. C’était pas vraiment bon signe en un sens, pas du tout même. Grumpf … Et ils … avaient peur d’elle ou quoi ?