Chapitre 39 : Passés inaperçus

ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 39 : Passés inaperçus

« Gauche, droite, haut, bas. »

« Tery, tu n’es pas obligé non plus de prendre toutes mes consignes au pied de la lettre non plus hein ? Mais oui, c’est la bonne méthode. »

« Je veux être certain de bien saisir tout ce que tu m’as dit hier. Je suis en train de vérifier si les cristaux changent « rapidement » de couleur ou s’il faut quand même une bonne distance en terme de hauteur pour que ça soit vérifié. »

Hahaha. Elle se retint de sourire en le regardant. Il avait parfaitement raison de se poser la question. Même si elle n’avait pas tout précisé, à dessein, hier, en agissant de la sorte, il pouvait alors commencer à calculer la hauteur des cristaux et autres. Grâce à cette donnée, il serait alors possible de vérifier la dite hauteur mais aussi de voir à quelle profondeur ils étaient plongés depuis le début. Enfin, depuis le début, il sera difficile de le calculer exactement puisqu’ils n’avaient pas pris cette donnée en compte lors de leur arrivée sous la surface il y avait maintenant plusieurs semaines… ou mois ?

Une autre donnée qu’elle n’avait pas pris en compte là aussi. Elle n’avait pas penser à calculer le nombre de jours depuis qu’ils étaient arrivés. Il fallait dire en même temps que les journées dans cette capitale n’avaient pas été des plus reluisantes et que malgré tout, elle avait sûrement chercher à effacer en partie celles-ci de sa mémoire. Bien que d’un autre côté, il y avait certains évènements qui la poussaient à apprécier la capitale. Des évènements bien plus plaisants à se rappeler. D’ailleurs, elle remarquait que malgré le fait qu’ils dormaient ensemble, Tery et elle ne faisaient rien de plus.

Pas que ça la dérangeait, elle n’était pas comme ses femmes qui se sentaient obligées sur l’homme qu’elles désiraient mais c’était vrai que maintenant qu’elle et Tery l’avaient fait, elle avait comme un feu qui la dévorait de l’intérieur. Ce n’était pas comme une sensation de manque, non, elle avait assez de contrôle de soi pour éviter que ça ne se termine ainsi mais… Peut-être avoir cette sensation de rattraper le temps perdu. Et en même temps, de vérifier toutes les façons que Tery avait de l’aimer.

En fait, elle comprenait aisément pourquoi et comment Elen pouvait le désirer, et pas seulement pour le comportement. Oh, elle n’avait aucune idée de comparaison et clairement, ce n’était pas son objectif mais ces instants avec Tery étaient gravés dans sa mémoire. Oui, elle avait la sensation qu’il pensait à elle et pas sa propre personne dans ces moments.

Était-il le meilleur des amants ? Elle n’en savait clairement rien. Par contre, ce dont elle était certaine, c’est qu’il était attentionné et pour une femme comme elle qui avait toujours vécu avec dureté et froideur, cela lui procurait un certain bien. Plongée dans ses pensées, elle ne remarquait qu’à peine qu’ils continuaient d’avancer et surtout écoutait peu les propos de Tery alors qu’elle ne faisait qu’hocher la tête positivement.

Pour une fois, elle pouvait bien se permettre de ne pas être sur ses gardes et de lui faire confiance, non ? Dans tous les cas, sa main qui était jointe à la sienne l’avait été de façon discrète et cela malgré qu’elle portait de son côté un gantelet noir métallique.

« Je me dis quand même que nous devrions trouver une sorte de petite montagne, Manelena. »

« Hum ? Hein ? Oh, oui, bien entendu, Tery. »

« Je me dis que si on utilise une montagne comme repère et si nous avons un peu de chance, nous pourrons trouver plusieurs cristaux de couleurs différentes. Maintenant, le gros souci, c’est de savoir si c’est régulier. Genre, si c’est tous les dix mètres de hauteur, ou alors cent, et si ça recommence en boucle et tout ça. »

« Cette histoire de cristaux te passionne vraiment, Tery. Tu sais qu’il n’y a pas que ça, hein ? Il faut aussi te concentrer sur le reste. »

« Je le sais bien mais bon… Ce qui est plaisant, c’est qu’Héraisty peut m’aider. »

« Hum, hein ? Comment ça ? » demanda Manelena perdant ses rêveries et son sourire sous son casque. « Comment peut-elle t’aider ? »

« Eh bien, en tant que renifleuse, cela reste une démone un peu intellectuelle et elle m’a confirmé tout simplement qu’elle est plus qu’apte à me renseigner sur les cristaux même si elle m’a signalé qu’elle préfère l’idée que je découvre par moi-même. »

« Tu n’étais pas non plus obligé de tout lui raconter, Tery Vanian. Il y a des choses qui ne se partagent pas avec autrui hein ? »

Hmm. Au revoir la bonne humeur et les rêveries. Merci le retour au monde réel par Tery. Des fois, elle se demande s’il ne le ferait pas un petit peu exprès pour l’embêter ? Si tel était le cas, elle se fera une joie de lui tirer les oreilles.

Enfin bon, au moins, ça occupait le jeune homme pendant l’ascension vers la surface. Une ascension un peu retardée par quelques monstres vu que finalement, certains démons avaient proposé de les attirer via quelques parfums et autres phéromones. Visiblement, certains avaient de la suite sur les idées. Par contre, aucun n’allait chercher à les dévorer, non. Ils étaient exterminés pour pouvoir ensuite chasser plus tranquillement quelques animaux souterrains comme ces imposants lézards rocailleux.

D’ailleurs, certains de ces lézards, plus gros que les autres, possédaient des cristaux sur leurs dos. Mais même s’ils étaient plus aisément repérables, Héraisty avait signalé à Tery qu’ils étaient aussi bien plus dangereux, ce qui expliquait qu’aucun prédateur ne venait les attaquer. Enfin, aucun ou presque. Ceux qui désiraient vraiment s’en prendre à eux ne s’inquiétaient pas pour cela.

Tant de petites choses à apprendre et pourtant, il fallait les retenir. Et maintenant qu’il en avait parlé avec Héraisty, celle-ci ne semblait pas se priver de lui donner des cours directement sur le terrain. Il avait aussi très bien compris que dans le fond, il aurait dû commencer par ça bien plus tôt.

« Chef, chef, chef ! Y a les éclaireurs qui veulent vous voir ! C’est urgent ! »

Hein ? Il avait été coupé dans ses pensées par la venue d’un soldat. Celui-ci était visiblement honorien en vue de sa taille et de ses oreilles. Tery lui laissa le temps de reprendre sa respiration, le soldat étant visiblement essoufflé par la course.

« Où sont les éclaireurs ? Comme je ne peux pas avoir une vision d’ensemble, je ne peux pas vraiment savoir d’où ils proviennent. On leur avait demandé un tour des environs. »

« Ils arrivent vers vous, c’est juste qu’ils sont un peu épuisés et que comme nous ne sommes pas tous ensemble, ils doivent encore faire un peu de chemin. »

Hmm, non pas qu’il trouvait ça étrange mais il était vrai qu’en se séparant en petits groupes, avec peu de distance entre chacun d’entre eux. L’être en face de lui était tout simplement un messager, aussi apte et rapide que les éclaireurs, nécessaire pour se déplacer à toute allure et faire les transmissions entre les différents groupes.

« Dès qu’ils se seront assez reposés, qu’ils viennent… même si le plus tôt sera le mieux si c’est vraiment urgent. Oh et puis non, je vais faire mieux. Je vais me déplacer. Manelena, Héraisty, vous pouvez gérer le groupe ? »

« Je voudrais plus être à tes côtés à cet instant précis mais non, je serais bien trop lente. On va donc éviter. Tu peux y aller. »

Cela ressemblait presque à une autorisation de sa part et il avait juste un petit sourire amusé aux propos de Manelena. Néanmoins, il avait décidé de suivre le messager, commençant à courir à toute allure sur la pierre. D’ailleurs, il utilisait cette dernière pour glisser le plus rapidement possible jusqu’à arriver aux éclaireurs.

Pfiou ! Premier constat et soulagement : ils n’étaient pas blessés. Ils étaient principalement fatigués et usés jusqu’à la moelle. Second point : Ils étaient presque comme effrayés de quelque chose mais quoi ? Il n’allait pas tarder à le savoir.

« Chef… Chef vous vous êtes déplacés pour nous ? »

« Il le faut bien, non ? Surtout si c’est si urgent. Et vu que vous semblez être au bord de l’évanouissement, je ne vais pas prendre le risque. Dites-moi en une phrase les grandes lignes. Qu’est- ce qui s’est passé ? »

« Nous… Nous avons trouvé toute une escouade. D’après les armoiries visibles sur leurs armures, drapeaux et autres, il s’agit d’une escouade au service d’Haiktos. »

Armoiries et autres ? En y réfléchissant plus longuement, c’est vrai qu’Elise et lui, quand ils étaient accompagnés, n’avaient rien qui prouvait qu’Elise était une descendante légitime du roi. Oh, à part bien entendu la renifleuse dénommée Héraisty qui avait confirmé cela.

« Et est-ce qu’ils vous ont repéré ? Car si c’est le cas, vous venez de les emmener directement sur nous, mais je ne pense pas que vous ayez fait ceci, non ? »

« Non, non ! Pas du tout mais … En vue de leur nombre, l’un de nos groupes risque de tomber sur eux et il faudra réagir ! »

« Hmm… Merci beaucoup. Reposez-vous. Je vais sûrement prendre le messager de votre groupe en plus du mien. Comme ça, avec la décision prise, nous pourrons vous la transmettre le plus rapidement possible. Je vais retourner dans mon groupe, reposez-vous. »

Il s’était répété mais c’était bien parce qu’il voyait que les éclaireurs étaient vraiment épuisés. Maintenant, il avait repris la route pour retourner auprès de Manalena et Héraisty. C’était logique de leur demander des conseils.

« Si nous devons nous confronter à eux, les pertes seraient trop grandes de notre côté et je crois même que l’on risquerait de perdre. »

« Je le sais très bien, Manelena. Et vu que nous ne pouvons éviter la confrontation, autant dire que cela s’annonce très mal pour nous. Je ne suis pas certain que nous pourrons nous en sortir. Qu’est-ce qu’on va faire exactement ? »

« Et si… vous demandiez aux troupes non-démones de se mettre de côté, voire de se cacher pendant que nous autres, démons, nous parlerions avec eux. » déclara Héraisty alors que Tery clignait des yeux, s’exclamant :

« Mais c’est bien trop dangereux ! Héraisty ! S’ils savent qui tu es, tu es morte ! »

« Même s’ils savent qui je suis, je reste une renifleuse royale et je pense m’en sortir. Et puis, si je dois être condamnée, c’est mieux que nous tous, non ? Fais-moi confiance, tout va bien se passer, j’en suis sûre et certaine. »

Comment est-ce qu’elle pouvait être aussi confiante à cet instant précis ? Il n’en savait rien et ça ne le rassurait pas. D’ailleurs, il en tremblait un peu mais Manelena posa une main sur son épaule, regardant fixement Héraisty avant de dire :

« Tu es certaine de ce que tu fais, Héraisty ? Si tu en est convaincue, alors, il n’y a aucune raison de t’arrêter. Mais il faut que tu sois sûre à cent pour cent. »

« J’en suis sûre et certaine. Je sais ce que je dois dire et ce que je dois faire. »

Et lui dans tout ça ? Il ne pouvait pas dire ce qu’il pensait ? Est-ce qu’il devait juste attendre que ça se passe ? Et juste souffrir en silence ? Il eut un petit soupir de tristesse avant de murmurer à son tour :

« Fais simplement attention à toi, Héraisty. Je ne veux pas perdre une amie précieuse. »

« Ne t’en fait pas, tout va bien se passer. Si cela peut te rassurer, je sais exactement ce que je veux faire, hahaha. »

Ce qu’elle veut faire ? Comment est-ce qu’il pouvait vraiment croire ce qu’elle disait ? Mais pourtant, c’était ce qu’il devait faire. Il prit une profonde respiration une nouvelle fois avant de la laisser s’éloigner. Lui de son côté, il allait préparer les troupes.

Et rapidement, plusieurs minutes après, l’armée s’était divisée en deux. Il n’y avait pas autant de démons que de soldats de la surface et peut-être qu’elle allait s’en tirer ? Dans tous les cas, toute sa troupe était éparpillée de telle façon qu’il serait difficile de les repérer. Et lui ? Malgré tout ce qu’il avait dit, il avait voulu absolument voir au loin ce qui se passait.

« Ils sont tellement nombreux… »

Ce fut le premier constat qu’il avait remarqué en observant tout ça de sa « cachette ». Ils étaient tellement nombreux… tellement nombreux. Il se répétait cela alors qu’il déglutissait. Il arrivait à voir Héraisty qui avait « pris les commandes » du groupe en train de marcher vers un démon qui semblait être celui qui dirigeait l’armée d’Haiktos.

Impossible de les entendre, il était beaucoup trop loin. Il aurait pu venir avec elle mais… cela aurait été tout simplement une mauvaise idée. Il était connu comme le chevalier de la princesse Elise. Mais en même temps, Héraisty, elle n’avait pas de souci ? Elle ne risquait pas d’être reliée à eux ?

Pour le reste des démons du groupe, aucune crainte de ce côté mais ça ne changeait rien du tout vu qu’il suffisait juste que l’un soit reconnu pour que ça dégénère. Et ça, vraiment, ce n’était pas du tout ce qu’il espérait.

Combien de minutes s’étaient écoulées ? Car il avait l’impression que le temps venait de se stopper. Déglutissant, il voyait bien les soldats de l’armée d’Haiktos qui passaient parmi les membres du groupe dirigé par Héraisty.

Oui, ils étaient clairement en train de faire une inspection pour être certains qu’Héraisty ne mentait pas. Mais mentir sur quoi ? Sur le fait qu’ils n’y avaient que des démons ? Héraisty n’avait pas voulu parler de ce qu’elle comptait faire exactement..

Encore d’autres minutes, cela devait bien faire une demie-heure. Il en était sûr et certain maintenant. Pourquoi est-ce que ça prenait autant de temps ? Est-ce que les soldats d’Haiktos se doutaient de quelque chose ? Si c’était le cas, ils allaient vraiment tous mourir !

Il devait réagir ! Mais le temps qu’il arrive pour prévenir le reste de l’armée, ils allaient tous se faire tuer ! Pourquoi est-ce qu’il avait accepté la proposition d’Héraisty ? Il le regrettait totalement maintenant ! Elle allait mourir et les autres soldats aussi ! Pire encore, si parmi les démons du groupe d’Héraisty, il y avait des traîtres à la solde d’Haiktos ? Ou Halyza ?

Ils étaient alors au courant de toute l’histoire ! Ils allaient … Non. Vraiment. VRAIMENT ! Il ne devait pas y penser ! Cela n’allait pas se passer ainsi et… Pourquoi est-ce qu’il voyait certains soldats d’Haiktos qui semblaient rire avec d’autres démons dans le groupe ?

« Il y a des traîtres ! IL Y A DES TRAÎTRES ! »

Il veut hurler, c’est même presque le cas avec sa bouche qui s’ouvre mais il vient de forcer son poing dans sa bouche avant de cligner des yeux. Et il est vraiment en train de le mordre jusqu’au sang avant de finalement remarquer que l’armée d’Haiktos est en train de continuer son chemin, comme si de rien n’était.

« Terminé ? Ils s’en sont sortis ? Vraiment ? »

Il avait encore du mal à le croire. Il était incrédule par rapport à tout ça. C’était n’importe quoi. Il détestait être aussi peu confiant par rapport à la situation. Mais il devait attendre, encore une trentaine de minutes, surtout qu’Héraisty et son groupe avaient repris la route, l’air de rien. Normal d’agir de la sorte. Ils ne pouvaient pas les attendre. Cela serait beaucoup trop dangereux et stupide.

Finalement, il était retourné auprès de Manelena et les autres. Elle ne posa aucune question sur les traces de morsure sur le poing droit de Tery, demandant simplement si tout s’était bien passé. Il rétorqua :

« Je n’en sais rien ! Rien du tout ! Mais ils sont encore vivants. »

« C’est donc que tout s’est bien passé. Allons-y. Nous n’allons pas la faire attendre plus longtemps. Je ne pensais pas qu’elle y arriverait sans aucun souci mais excellente nouvelle. »

HEIN QUOI ?! Elle venait de dire ouvertement qu’elle n’avait pas confiance en Héraisty ou alors il venait de très mal entendre ?! Il la regarda, un peu interloqué, cherchant à voir si elle plaisantait ou non. Mais ce n’était pas possible hein ?
Après avoir réuni le groupe à nouveau, ils se remirent en marche pendant deux bonnes heures. Oui, il avait fallut deux heures complètes pour qu’un message démoniaque n’arrive à leur hauteur et déclare :

« Chef Tery ! Dame Héraisty m’a chargé de vous emmener jusqu’à notre point de ralliement. Bien que nous n’en n’avions guère, elle l’a appelé ainsi. »

« D’accord, d’accord. Ne perdons pas une minute de plus. Si nous attendons trop longtemps, qui sait ce qui pourrait se passer ? On va vous accompagner. »

Il voulait surtout parler avec Héraisty, se rassurer sur tout ça et être certain que tout allait se passer pour le mieux. Tant qu’il n’avait rien pour se convaincre qu’elle était en parfaite santé, son stress n’allait pas diminuer.

« Oh ? Vous voilà enfin ! Désolée, j’ai préféré m’éloigner et… HEY ! Eh bien ?! »

Elle s’était exclamée en sentant que Tery venait de se jeter sur elle pour l’enlacer. Pfiou. Elle ne s’était pas attendue à une telle accolade de la part du jeune homme, mais en voyant Manelena qui soupirait, elle comprenait que ça n’avait rien d’anormal.

« Qu’est-ce qui se passe donc ? On dirait que tu as presque vu un fantôme. »

« Ce n’est pas ça ! Tu es indemne… et les autres aussi ! Je vous observais de loin. J’ai vu que ça traînait et j’ai cru… que… enfin… »

« Que ça se passait mal ? Disons qu’ils se pensaient plus malins que nous et qu’on a juste joué le jeu, n’est-ce pas ? » dit Héraisty avant de se tourner vers trois soldats démoniaques qui se rapprochèrent d’eux en souriant.

« Ah ça… Comment est-ce qu’on s’appelle quand on trompe un groupe avec un autre ? »

« Double jeu ? » dit le second soldat au premier qui avait posé la question.

« Et quand on trompe le second groupe avec le premier groupe en lui faisant croire que l’on est du second groupe qui trompe le premier ? »

« Je sais juste que j’ai mal au crâne. » déclara le troisième démon en souriant, se massant les tempes alors que Manelena répondait :

« Agent triple, tout simplement. Vous êtes au service de l’empereur Malark, c’est bien ça ? »

« De base, on va dire qu’officiellement, nous sommes au service d’Haiktos. Mais en réalité, ce n’est pas trop ça. Mais pour un simple chef de troupe comme celui que nous avons rencontré, il ne peut pas vraiment deviner la tromperie. »

Pfiou… Pfiou… Le jeune homme aux cheveux bruns poussa plusieurs soupirs comme s’il venait enfin d’être soulagé d’un poids sur la conscience, regardant les démons.

« Et j’imagine que vous aviez interdiction de nous le dire, c’est ça ? Héraisty, tu étais au courant ou alors… tu l’as découvert ? »

« Je l’ai tout simplement découvert ces derniers jours. Certains soldats avaient une petite « aura » ou odeur un peu différente des autres. J’avais la sensation qu’ils étaient plus que de simples soldats. Et puis, en même temps, ils faisaient partie des nouveaux arrivants pour deux d’entre eux, n’est-ce pas ? »

« Oui, nous sommes venus apporter de l’aide à notre premier envoyé. Mais bon, maintenant que vous le savez, cela sera plus difficile de… »

« Je vais juste faire comme si je n’en savais rien. Me connaissant, il se pourrait que j’oublie ce genre de détails très rapidement si j’estime que ce n’est pas un danger pour moi-même et les personnes qui m’accompagnent. Je vous fais confiance. »

« Et si tu veux bien me relâcher, Tery ? C’est que tu me fais un peu mal, je dois avouer, hahaha. Même si c’est mignon de ta part. »

« AH ! Euh … Désolé … Ce n’était pas voulu ! Enfin, pas comme ça, je voulais dire. Je suis vraiment confus, pardon. »

Il tentait encore de s’excuser, une fois de plus, toujours une fois de plus… en espérant que cela conviendrait à la jeune femme cornue. Celle-ci avait le regard rieur derrière des lunettes alors qu’il avait enfin décidé de se détacher d’elle.

« Pardon.. .Vraiment. Et je suis désolé, j’étais vraiment inquiet. J’avais peur qu’ils vous encerclent tous pour vous exterminer. »

« Tu t’en fais beaucoup trop pour nous, Tery. Nous avons décidé de jouer le jeu et nous étions prêts aux conséquences. Cela aurait rendu votre tâche plus difficile mais nous étions conscients de ce que nous faisions. C’est pourquoi tu n’avais pas à t’en faire. Ah… Ils n’osent pas toucher aux renifleurs royaux et j’ai toujours mon badge avec moi et quelques armoiries liées à ma famille. S’ils se sont renseignés, ils savent alors ce que j’étais. »

Cela faisait beaucoup à apprendre sur le coup. Pour autant, il allait faire comme s’il avait tout compris. Il regarda Héraisty, souriant juste un peu. Elle cachait bien son jeu. Elle n’avait pas survécu dans ce monde hostile juste à cause de son métier. Il devait… vraiment faire plus confiance à de nouvelles personnes qui lui étaient proches.

Chapitre 38 : Des informations capitales

ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 38 : Des informations capitales

« Bon… Je tiens juste à terminer par un rappel de notre objectif premier : retrouver l’un des groupes de la surface qui se balade dans les souterrains. »

Et voilà. Il avait terminé un petit discours comme il le faisait chaque jour. Ce n’était pas qu’il en avait rien à faire, loin de là. Simplement, il voulait juste que leur mission principale soit bien ancrée dans le cerveau de chacun : il n’était pas question d’envisager de retourner à la surface. Du moins, ils allaient monter peu à peu mais ils allaient prendre leur temps pour y arriver, du temps qui allait être nécessaire pour explorer les environs.

« Même discours à la même heure au même endroit, Tery. Tu ne te lasses pas ? »

« Pas le moins du monde, Manelena. Il faut bien cela pour être certain que tout se passe bien. Ah… Nous y allons si lentement, nous n’avons pas encore rencontré de villes ou villages bien que ça fait déjà une semaine que nous sommes partis. »

« En même temps, nous évitons ces derniers, c’est donc normal de pas les trouver, non ? »

« Hin hin hin. Oui, je sais bien que j’ai dit ça de la sorte mais… ce que je veux dire, c’est que nous avons trouvé surtout des monstres et aucun démon. Je pensais vraiment que nous aurions quelques ennuis en partant mais il semblerait que non. »

« Ils ne veulent pas prendre plus de risque que cela. C’est compréhensible. Ils savent pertinemment que cela serait très ennuyeux pour eux que de se confronter à nous. Par contre, d’un autre côté, si nous tombons sur un contingent des deux autres membres de la famille royale, il risque d’y avoir du grabuge. »

« Je pensais plus ou moins à eux, oui. Mais bon… Est-ce que tu as déjà mangé ? »

Un petit sourire suffit à lui répondre que non et il l’invitait alors à prendre un morceau avant de marcher tout en dégustant leurs plats. Oui, cela ne serait pas très copieux et en même temps, il fallait éviter de manger trop lourd pour la marche.

La dite-marche ne tarda pas, dès qu’ils avaient fini de démonter les tentes et le reste et les voilà tous repartis pour plusieurs heures à monter et descendre des chemins de pierre, passant rarement par des coins boisés et parsemés par les herbes.

D’ailleurs, Tery était même un peu étonné de voir des arbres pousser dans un tel endroit mais avec les explications des démons, il avait fini par comprendre que même si c’était très rare, la végétation arrivait à se développer grâce aux cristaux qui parcouraient les zones. Ces cristaux lumineux et qui produisaient de la chaleur, utilisés aussi dans les villes, étaient vraiment très utiles.

Alzar avait vraiment eu une bonne idée en venant créer ce monde souterrain. Il avait prévu beaucoup de choses malgré le défaut principal de ne pas être à la surface pour voir fleurir les vertes prairies. Oui, dans sa jalousie, il était quand même assez intelligent. Alors vraiment, comment est-ce qu’ils en étaient arrivés à ce que ça dégénère autant ?

« Il faudra vraiment qu’on remette la main sur eux, Manelena. »

« Qui donc ? Si tu ne donnes pas de nom, je ne peux pas savoir, tu te doutes ? »

« Sérest et Séran. Ils en connaissent bien plus qu’ils ne le prétendaient et je veux des explications sur beaucoup de choses, dont le Dévoreur. »

« Je vois, je vois… enfin, je ne pense pas qu’ils te répondront ou alors de façon évasive. Enfin, je veux dire, tu étais pas conscient réellement à ce moment précis mais ils n’ont quand même pas eu vraiment d’hésitation à se sacrifier et à envisager la mort de leur fille non plus hein ? Je ne sais pas trop ce qui se passe dans leurs têtes, je dois avouer. »

« Ouais, je m’en doute. Je ne peux pas espérer grand-chose de plus de leur part de toute façon. » marmonna Tery.

Il avait juste chercher un sujet de conversation mais au final, le résultat était le fait qu’il s’énervait plus qu’autre chose. Et pour une raison vraiment stupide en plus. Car il ne fallait pas espérer mettre la main sur eux avant un bon bout de temps. Et de toute façon, il espérait plutôt retrouver Elen et les autres avant Sérest et Séran.


Pas qu’il n’appréciait pas Sérest et Séran mais le reste du groupe avait plus d’importance qu’eux. Oui, il n’avait même pas vu ne serait-ce que l’ombre du couple divin pendant ces dernières années donc bon…

Pendant qu’il était plongé dans ses pensées, il jetait quand même un œil autour d’eux. De toute façon, il avait aussi envoyé quelques éclaireurs et autres pour être sûr de ne pas tomber dans un piège sordide ou quelque chose du genre..

Oui, il touchait vraiment du bois car même s’il semblait se plaindre que de ne pas avoir rencontré d’autres personnes démoniaques. Ouais, franchement, il avait beaucoup de mal à accorder sa confiance à autrui s’ils rencontraient des démons qu’ils ne reconnaissaient pas.

« Tu as l’air assez tendu, Tery. Est-ce que tu veux en parler ? »

Avec ses réflexions internes, il n’avait pas remarqué que Manelena avait laissé sa place à Héraisty et que celle-ci s’était rapprochée pour se mettre à sa hauteur. Elle avait vraiment de jolis yeux derrière ses lunettes, hein ?

« Je ne vois pas tellement ce que je pourrais te dire de toute façon. Donc je pourrais t’en parler mais vu que je ne sais pas ce que je veux dire exactement, je ne crois pas que cela nous mènerait à quelque chose de toute façon. »

« Ou peut-être que cela pourrait te soulager un peu ? Même si c’est de tout et de rien, qu’est-ce que tu en dis ? »

« J’en dis que je n’en sais rien mais bon… Au point où j’en suis, hein ? Pourquoi ne pas essayer ? Bon… Qu’est-ce que je peux te raconter ? Simplement, que je pensais à des personnes que je connaissais avant d’arriver dans le monde souterrain ? »

« Tu peux dire leurs noms. Nous en avons si souvent parlé que je pourrais presque prétendre les connaître aussi bien que toi, hein ? » lui déclara Héraisty tout en souriant.

« Sérest et Séran. Ils en connaissaient bien plus qu’il n’y paraissait et au final, toute cette histoire avec le monde souterrain est en partie de leur faute. »

« De leur faute… ou grâce à eux, non ? Cela doit dépendre du point de vue, tu ne crois pas ? Cela reviendrait presque à dire que tu es triste de m’avoir rencontrée. »

« Ce n’est pas du tout ça ! Et disons que… L’objectif était bon, la méthode l’était beaucoup moins, c’est tout. Je suis plus dépité qu’autre chose. »

« Hahaha, c’est normal mais… Au moins, je ne peux qu’apprécier cette idée de leur part. Grâce à cela, j’ai pu enfin aller à la surface, ce n’était pas qu’une chimère inventée dans les livres. J’ai aussi rencontré les différentes espèces de la surface, et aussi la princesse demi-démone et un charmant jeune homme aussi. »

« Tiens, pour ce dernier, faudra me le présenter, je ne suis pas certain de le connaître. » dit-il dans un petit sourire qui se voulait amusé.

« Oh… Il a quand même son caractère. Difficile de savoir s’il est sociable ou non mais je pourrais en parler pendant des heures car c’est vraiment un sujet très intéressant. »

« Un simple sujet d’étude ? C’est assez triste pour lui, non ? Vous n’auriez pas de parole plus tendre envers sa personne ? »

« Oh… Il ne va pas s’en offusquer car il sait que c’est bien plus que ça. Comme il est provenu de l’extérieur, il en avait rien à faire de mes origines, de ma place dans la hiérarchie et toutes ces choses. C’est devenu mon ami naturellement. »

« Ohla, on va peut-être arrêter là, Héraisty. Je crois que je vais être gêné à force. »

Elle rigola doucement, lui murmurant ensuite qu’elle préférait qu’il soit gêné par ses paroles plutôt que maussade par les pensées qui l’habitaient. Grâce à cela, il était plus d’entrain pour discuter de ses projets avec Manelena, attendant qu’elle soit à nouveau dans son champ de vision pour se rapprocher d’elle.

« Manelena ? On peut converser, toi et moi ? »

« C’est déjà ce que nous faisons actuellement non ? Mais oui, on le peut. Tu me sembles d’un peu meilleure humeur. Je vais être un peu jalouse des capacités d’Héraisty à pouvoir réussir ceci alors que j’en suis incapable. »

« Ce n’est pas ça. Tu es très bien dans ce que tu fais, Manelena. Je voulais justement te parler d’une chose importante. Tu sais que j’ai dit que l’on devait éviter de rencontrer des villages et des démons sur notre route, non ? »

« Si c’est pour me dire que tu as changé d’avis, je serais plus que déçue. »

« Ce n’est pas vraiment ça. Simplement, je veux te parler du projet plus en détails. »

« Eh bien, comme je te l’ai dit, je t’écoute donc tu peux tout me dire, Tery. »

Ce n’était pourtant pas difficile et pourtant, il mettait plusieurs secondes avant de trouver les premiers mots. C’était juste une idée un peu folle mais par rapport à tout ce qu’il avait proposé, c’était pourtant si commun et banal.

« Alors… Pfiou… Tu sais, j’ai dit de ne pas aller chercher des démons mais en même temps de ne pas aller à la surface. Pourtant, j’ai déjà réfléchis à bien plus tard et je me dis que j’aimerais bien que l’on creuse des galeries vers la surface. »

« C’est quoi cette idée saugrenue ? Une galerie vers la surface ? Et pour quoi faire ? »

« Non non. Je veux dire, si on y réfléchis bien. Les grottes qui mènent à la surface, ce sont sûrement des grottes naturelles car si tu observes bien, lorsque nous en sortons, on se retrouve bien trop souvent dans la campagne ou en plaine forêt ou même dans une prairie quoi. »

« Mais c’est pourtant facile à expliquer, ça, Tery. Dis-toi que ces grottes sont là depuis des millénaires, non ? Ce qui veut dire qu’à cette époque, ces grottes devaient sûrement être bien plus utiles et surtout non-éloignées de plusieurs villes. »

« Oui mais maintenant, ce n’est plus le cas puisque le monde à la surface a évolué non ? Je n’y avais pas pensé sur le coup mais tu as parfaitement raison. Mais voilà, je voulais surtout me dire… si on se rapproche des démons, on pourrait envisager de créer des entrées vers le monde souterrain non-loin de quelques villes de Shunter. »

« Tu es beaucoup trop gentil, stupide et candide. Et oui, tu es tout ça à la fois. Tu as vraiment une vision de ce monde totalement différente des autres. »

« Je ne le fais pas exprès. Et pourtant, en vue de ce qui s’est passé, je sais parfaitement que ça pourrait donner un résultat des plus horribles mais… »

« Tu ne peux pas t’empêcher de le proposer. C’est dans ta nature la plus profonde, je le sais très bien, Tery. C’est pour cela que tu es vraiment adorable. »

« Adorable… Je ne sais pas si c’est flatteur. Mais bon, j’imagine que pour un tel compliment, il me faut mettre ma virilité de côté, c’est ça ? »

« Exactement. Ce n’est pas comme si je ne l’avais pas vue fréquemment ces derniers temps hein ? Mais bon, par rapport à ton idée, elle mérite d’être creuser et prise en réflexion mais tu sais, ça ne se fera pas comme ça. Peut-être déjà qu’il vaudrait mieux travailler sur une route partant d’une grotte démoniaque pour guider jusqu’à un village. Cela sera déjà une première étape. On ne peut pas brûler ces dernières. »

« Donc cela reste quand même une idée intéressante ? »

« Bien entendu. Pourquoi je prétendrais le contraire ? C’est quand même une belle chimère mais si personne ne s’accroche à ces dernières, bon nombre d’inventions n’auraient jamais vu le jour. Donc oui… Même si on prétend que tu n’es qu’un rêveur, tu dois t’accrocher à tout ça pour qu’un jour, ça se réalise. »

« Quand tu parles ainsi, je crois ne pas être le seul à rêver, Manelena. »

« Disons que j’ai rencontré quelqu’un qui m’a offert un avenir alors qu’auparavant, je n’avais jamais envisagé la possibilité que cela me soit possible. »

C’était aussi simple que ça. Le jeune homme était cette personne mais ça, il devait s’en douter. Par contre, elle n’allait pas être trop sentimentale non plus. Bien qu’elle arborait un sourire, elle était déjà en train de réfléchir plus longuement à la proposition de Tery.

Bien entendu, tout cela était dans sa tête et méritait d’être travaillé. Déjà, cela serait difficile d’envisager une telle chose tant qu’il y aura encore les deux factions des enfants de l’empereur Malark. Haiktos et Halyza, si elle ne se trompait pas dans les noms.

Oui, il ne fallait pas se mentir. S’ils tentaient quelque chose, ces deux-là allaient leur mettre des bâtons dans les roues et autant dire qu’ils n’allaient pas vraiment avancer. Même si on mettait ce problème de côté, d’autres restaient présents. Il suffisait de voir comment elle avait été obligée de vivre en arrivant dans la capitale.

Les démons… étaient effrayants sur bien des plans. Ils vivaient d’une façon bien différente de la leur par rapport aux différentes classes sociales. Encore que non, elle ne devait pas se leurrer. Si à la surface, les nobles avaient la possibilité de dévorer autrui pour posséder plus de force, ils n’hésiteraient pas une seule seconde.

C’était ancré dans l’histoire des puissants, le fait d’assouvir encore plus ceux qui étaient sous leurs jougs. C’était pourquoi il y avait tant de précautions à prendre. Elle-même, en position de force, elle pouvait aisément briser ceux qu’elle désirait mais… ce n’était pas ce qu Tery voudrait, n’est-ce pas ? Oui… Si elle se retenait autant, c’était bien parce que Tery était à ses côtés, qu’elle avait changé grâce à lui.
Mais dans le fond, elle n’oubliait pas sa place dans le monde… et en même temps, elle savait parfaitement que son rôle n’était pas de montrer ne serait-ce que la moindre faiblesse face aux nobles et aux citoyens de base. Certains être, dans ce monde, avaient besoin d’être dirigés. Sans cela, ils étaient complètement perdus et incapables de survivre.


Tout était une question d’équilibre et elle était certaine que Tery n’était pas apte à cela. Non, il aspirait à une vie tranquille, comme à ses débuts, lorsqu’il avait voulu quitter le village de Leskar. Mais avec la force des éléments et du destin, le voici encore maintenant au centre de tout. Était-ce par ce qu’elle savait qu’il n’était pas à sa place qu’elle voulait le protéger ?

À cause de son caractère si particulier ? Elle… allait l’aider dans ses objectifs, dans ses rêves. Bien qu’il n’était pas réellement candide, une partie de Tery gardait cette innocence. Elle pouvait trouver tellement d’explications à tout ça mais ce n’était pas le moment de penser à ça.

Car oui, à force de marcher, marcher, marcher, tout en pensant à l’idée de Tery, ils avaient fini par devoir une pause et elle ne comprit cela que lorsque Tery posa une main sur son épaule pour la secouer doucement et lui dire :

« Manelena ? Je sais bien que tu serais capable de marcher toute la journée sans interruption mais tout le monde n’a pas forcément notre endurance non plus. Ils ont besoin de souffler un petit peu, d’accord ? Tu as l’air un peu ailleurs. »

« Pour une fois que c’est moi et pas l’inverse, n’est-ce pas ? »

Il pouffa un peu à la réflexion de Manelena. Sur le coup, il l’avait franchement bien mérité mais bon… il ne le prenait pas mal du tout, loin de là. Puis bon, le repos, c’était pour les braves et des braves, il en avait tout autour de lui.

Heureusement que les sessions actuelles ne posaient aucun problème. Ils ne se plaignaient pas et se déplaçaient sans qu’il n’y ait de soucis. Dans tous les cas, ils étaient maintenant tous assis, en train de boire un petit coup et de manger un morceau. Installé à côté de Manelena, c’était assez tranquille et paisible, pas de quoi se prendre la tête.

Au moins, il avait parlé de ce qu’il pensait à Manelena donc il était plutôt soulagé. Oh, pas trop d’illusions non plus. Avec les paroles de l’ancienne maréchale, il savait pertinemment qu’elle avait voulu lui mettre de l’eau dans son vin pour qu’il ne s’imagine pas déjà avoir accompli son idée comme si de rien n’était.

« Dans tous les cas, j’ai quand même la sensation étrange que nous avançons plutôt bien, non ? Tu ne trouve pas, Manelena ? »

« Même si nous faisons quelques détours, j’ai remarqué des petites nuances dans les cristaux suivant le nombre de mètres que nous descendons ou montons. »

« Ah oui ? Comment ça ? Je n’ai jamais vraiment remarqué autre chose qu’un changement de coloration mais à part ça… »

« C’est déjà pas mal que tu aies vu ceci, je dois t’avouer. D’habitude, c’est à peine si tu t’intéresses à ce qui t’entoure, à part les personnes. Oui, il y a une différence de couleurs. Sans être une femme de science, tu sais les couleurs de l’arc-en-ciel, non ? »

« Bien sûr que oui. Rouge, orange, jaune, bleu, vert, indigo et violet. Si c’est bien ça. »

« Et dans l’ordre en plus, tu m’épates vraiment sur le coup, Tery. »

Il ne savait pas du tout si elle était en train de se moquer de lui ou non. Dans tous les cas, il n’allait pas s’en plaindre et allait considérer que c’était un compliment de sa part.

« Mais bref, j’ai vu que suivant si nous montons ou nous descendons, les cristaux ne sont pas de même couleur. Cela permet alors de définir des hauteurs différentes et donc de localiser où nous sommes. Savoir si nous sommes plus descendus que montés ou l’inverse. »

« Je pense que les démons sont déjà au courant à ce sujet, non ? »

« Je ne suis pas certaine. J’imagine que certains, qui travaillent dans la cartographie, doivent travailler dessus mais à part ça, je pense que la majorité considère simplement que ce sont de jolis cristaux de couleur. »

« Comment est-ce que tu peux en arriver à cette conclusion, Manelena ? »

« Sur le fait que personne parmi les démons avec nous nous en a parlé. »

Ah ? Oui… C’est vrai. Maintenant qu’elle le disait, aucun démon n’avait évoqué le fait que les cristaux pouvaient servir de repères. Enfin, pas juste de repère visuelle par rapport à leur lueur mais aussi la coloration.

« Quand même… Manelena, qu’on le veuille ou non, c’est vraiment surprenant ce que tu me dis. Comment est-ce que tu as pu deviner ça ? »

« Simplement en réfléchissant, je t’ai déjà dit. Quand tu dois te méfier de tout ton entourage, tu es obligée d’avoir l’oeil sur tout. »

« C’est un peu triste, dis comme ça. Tu aurais d’autres choses à m’apprendre ? »

« Mieux vaut tard que jamais, n’est-ce pas ? Que tu me proposes de t’apprendre des petits choses élémentaires pour survivre dans ce monde hostile, c’est appréciable. »

« Hey… C’est bon hein ? Pas besoin de me ridiculiser non plus. Je ne voulais pas… »

« Je ne peux pas prétendre le contraire. C’était plaisant de m’amuser à tes dépends mais soyons donc un peu plus sérieux. Je vais te dire ce que j’ai remarqué d’autre durant notre voyage, d’accord ? Qu’est-ce que tu en dis ? »

« Tant qu’il n’y a pas d’autres piques du genre, je pense que je peux m’en remettre. »

Il avait terminé de dire ça en soupirant. Pas que ça soit lassant mais voilà. Ah… Elle allait lui expliquer des petites choses pourtant vitales et importantes. Enfin, surtout le lui rappeler car oui, elle n’hésitait pas à lui dire que s’il avait écouté à l’époque où il était dans l’armée de Shunter, elle n’aurait pas eu à répéter ça plus tard.

« Y a péremption à ce sujet. Comme si je pouvais me rappeler de tout… »

« Tery Vanian. » murmura t-elle d’une voix qui lui faisait bien rappeler celle autoritaire d’il y avait maintenant plusieurs années. « Je n’aime pas vraiment que l’on plaisante sur cela. Ces connaissances sont très importantes, je tiens à te prévenir. »

« Je le sais bien, pardon, Manelena. Je t’écoute maintenant. »

Et c’était mieux pour lui qu’il l’écoute, oui ! Dans tous les cas, ils allaient pouvoir retourner, non pas en enfance, mais à une époque où ils n’étaient pas égaux, où elle était la cheffe et lui le simple soldat. Une époque qu’elle appréciait visiblement.

De bons petits souvenirs pour elle et lui. Mais là, vu qu’il lui fallait un professeur, elle n’allait pas s’amuser. Vu qu’il voulait avoir quelques piqûres de rappel, elle allait exécuter cette tâche avec appréciation.

« Peut-être que tu veux t’installer sur mes genoux pour écouter, Tery ? »

Bah ! C’est si gentiment proposé ! Il plaça sa tête sur les genoux de Manelena, comme si de rien n’était. Elle ouvrit la bouche, interloquée… avant de ne rien dire, du moins par rapport à ce geste. Elle l’avait cherché. Elle allait commencer le cours.

Chapitre 37 : Assauts à la surface

ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 37 : Assauts à la surface

« Qu’est-ce que vous me dites ?! »

« Dé… Désolé mais c’est ce que les éclaireurs viennent de dire ! Mékalarma est en train de lancer diverses attaques sur les autres royaumes. »

« Quels sont les royaumes touchés ? Ceux qui ont des frontières communes à Mékalarma ? Ou alors, ils se sont enfoncés plus profondément ? »

Mauvaise nouvelle. Et il fallait que la reine Manelena ne soit pas là. Ce n’était pas de la faute à cette dernière. Il savait parfaitement que si elle voulait retrouver Tery, ce n’était pas forcément qu’une question de sentiments mais aussi parce que ce dernier avait été vital ces dernières années et en rapport avec les évènements qui avaient parcouru le royaume.

« Bon, pour la situation actuelle, quelles sont les informations chez nous ? »

Il avait repris la parole alors que l’homme devant lui, un genou au sol, tête baissée, n’osait pas lever cette dernière. Il tremblait mais non pas à cause d’Hémurion mais des nouvelles qu’il apportait, guère bonnes.

« Nous n’avons pas eu vent de groupes de Mékalarma dans notre empire mais Claudiska est touchée de plein fouet bien qu’ils ont de quoi tenir. De même, pour Honoros, il semblerait que les armées mékalarmiennes peuvent passer dans certaines régions là-bas sans aucun souci, ce qui semble correspondre au fait que des clans travaillent avec eux. »

« Il fallait s’en douter pour Honoros. Certains clans travaillent avec des démons, donc pourquoi pas d’autres avec Mékalarma. »

« Ils doivent avoir de sacrés moyens, si je peux me permettre. Vous savez aussi bien que moi que les Mékarlarmiens ne font que rarement confiance aux espèces autres qu’eux-mêmes. »

« Oui, on parle d’une relation de confiance. Mais là, s’ils ont eu un quelconque commerce ou autre, ils n’auraient aucun souci pour cela. De même, certains Mékalarmiens peuvent aisément gérer ce point de vue. »

Mais cela restait une nouvelle vraiment déplaisante. Et comment faire pour prévenir la maréchale ? Enfin, la reine de Shunter ? Les lettres ne pouvaient être transmises dans le monde souterrain. En même temps, il n’y avait pas que ça. Continuant de fixer l’homme qui lui avait transmis ces informations, il reprit :

« Pour les Mékalarmiens, est-ce que Claudiska a donné plus de détails sur eux ? »

« Je n’ai fait que transmettre les informations que j’ai reçues mais si vous voulez plus à leur sujet, je peux peut-être me renseigner. »

« Je voudrais savoir comment les Mékalarmiens comptent se battre, la manière, les méthodes, l’armement utilisé. Toute information utile dans une guerre. »

« Ça… Ça sera fait dans les plus brefs délais ! »

Et le voilà maintenant parti, laissant Hémurion seul. Ce dernier quitta aussi bien rapidement la salle du trône, là où il prenait les messages normalement destinés à la reine. Il avait besoin de décompresser et de réfléchir un peu à la situation.


Dans une telle situation, la première consigne était d’obtenir un maximum d’informations via des éclaireurs. D’un autre côté, il devait commencer à faire une inspection de tout le royaume pour être sûr qu’il n’y avait pas des couches de traîtres ou de mékalarmiens prêts à attaquer Shunter de l’intérieur. En rajoutant aussi le fait de mettre quelques défenses aux frontières du royaume, cela devrait déjà être une bonne base.

« Il ne reste plus qu’à aller donner ces différentes consignes. »

C’était étrange comme depuis le fait qu’il n’était plus le chef des rebelles, il trouvait que donner des ordres, ce n’était plus aussi plaisant. Peut-être à cause du fait qu’il n’avait plus à se déplacer autant qu’auparavant ? Manelena avait le bon rôle quand même.

Elle lui donnait tous les devoirs et autres à faire pendant qu’elle allait se la couler douce ailleurs. Enfin, il exagérait. Il savait pertinemment qu’elle ne menait pas une partie de plaisir, loin de là. Dire qu’elle avait été enlevée par les démons… encore que Tery était parmi ces derniers. Cela devrait bien se passer normalement..

Oui. Il n’était pas aveugle et personne ne l’était dans l’entourage de la reine. Mais étrangement, cela ne dérangeait personne. Qu’elle soit amoureuse d’un roturier qui n’avait aucun titre de noblesse, c’était bien là le moindre mal de sa part. Ensuite, il était vrai que les nobles qui n’avaient pas été très « satisfaits » de la tournure des évènements n’étaient plus vraiment là pour poser problème.

Oui, lui et ses hommes s’étaient chargés d’être certains qu’ils ne chercheraient pas à préparer un coup d’état ou autre. Une simple mesure de précaution. Et puis, ils travaillaient dans le milieu, ils savaient donc comment tout ça commençait et donc comment couper le mal à la racine avant qu’il ne soit trop tard ou que le dit-mal soit trop développé.

Quelques minutes plus tard, il sortait d’une autre pièce dans les longs dédales du château. Il avait fait ce qu’il y avait à faire. Est-ce qu’il pouvait espérer se détendre un peu ? Il n’en était pas totalement certain malheureusement. Il avait encore beaucoup à accomplir et il n’y avait que peu de chance qu’on lui laisse ces minutes de répit.

« Pourquoi est-ce qu’ils attaquent maintenant ? Est-ce qu’ils veulent profiter de la confusion actuelle avec les démons pour récupérer des territoires ? »

Mais pourtant, Mékalarma n’était pas guidée par des êtres stupides. Non, c’était tout le contraire. Les Mékalarmiens étaient plutôt intelligents, ils n’agiraient pas simplement pour obtenir plus de terres.

« Quelle idée saugrenue ont-ils en tête ? »

Mais pour ça, il faudrait interroger des membres de cette espèce, quitte à les… « forcer » à parler, d’une façon ou d’une autre. Hmm… Là, il imaginait trop de choses en si peu de temps. Cela pouvait devenir une autre source d’ennuis. Patience était le maître mot.

Ailleurs, dans un autre pays, lui-même divisé en trois régions bien distinctes, d’autres personnes s’affairaient dans une salle du trône vacante de son propriétaire.

« Quelles étaient les consignes du roi Royan à ce sujet ? Il avait prévu que ça se passerait non ? Donc il doit sûrement avoir une idée ! »

« Épauler du mieux qu’on le peut la nation qui se fait agressée par Mékalarma. Dans le cas actuel, il s’agirait d’aider Claudiska. »

« Alors préparons plusieurs de nos troupes pour cela. De plus, si nous ne faisons rien, il faut savoir que nous serons les prochains sur la liste. »

« Et pour Shunter ? Nous ne plaçons personne aux frontières ? » demanda un homme après les propos prononcés par les trois autres personnes.

« Nous n’avons rien à craindre d’eux. La reine de Shunter n’est pas présente actuellement et l’homme qui se charge des affaires du royaume n’est pas belliqueux. »

« Vous êtes certain ? J’ai cru comprendre que c’était un ancien chef rebelle, non ? »

« Et si un chef rebelle s’est retrouvé à cette position alors que la reine actuelle de Shunter était connue pour ses actes militaires, c’est qu’il a certainement fait ses preuves. Bref, que l’on vienne rapatrier toutes les troupes aux frontières de Shunter, nous transmettrons un message à cet homme nommé Hémurion pour lui faire part de cette information et lui donner les explications nécessaires à la situation. »

« C’est le mieux à faire oui, dans une telle situation. »

« Nous sommes donc tous d’accord, c’est bien ça ? » demanda l’un des hommes présents, les autres venant acquiescer d’un hochement de tête positif.

Au moins, ils avaient trouvé une solution rapide à ce problème. Maintenant, un autre était à l’ordre du jour, tout aussi important et très vite, les discussions reprirent.

« Au sujet du roi Royan, est-ce que nous avons des informations sur l’endroit où il se trouve ? Est-ce qu’ils sont déjà plongés dans les souterrains démoniaques ? Il est dit que les lettres ne peuvent pas circuler librement là-bas. »

« Normalement, de ce que j’ai compris, ils prévoient d’envoyer un éclaireur à chaque fois pour qu’il retourne à la surface. Ils se font transmettre des messages les uns après les autres jusqu’à ce que le dernier soit à la surface et puisse alors envoyer une lettre. »

« C’est un système assez compliqué mais en même assez ingénieux. Enfin, je crois que c’était ainsi que les gens communiquaient à longue distance auparavant. »

« Oh, dans certains villages reculés, ils continuent d’appliquer cette méthode mais ce n’est pas là le sujet de la réunion. Donc, le roi Royan n’a pas encore envoyé de message. Hum… Ce n’est pas forcément bon signe mais en même temps, il est bien accompagné. Entre sa… future femme. »

À ce terme, les différents hommes et femmes se regardèrent comme pour confirmer ce qui venait de se dire. À leurs yeux, il n’y avait aucun doute que l’actuel roi de Traslord allait se marier avec cette démone.

« Ah… Dire qu’au départ, nous pensions qu’il était devenu fou. »

« Oh mais il l’était, n’oubliez pas lorsqu’elle n’était pas là ! C’est plutôt elle qui arrive à le calmer. Mais en même temps, après la mort de ses parents et de ses frères, nous pensions qu’il allait rester figé comme une statue de glace jusqu’à la fin de sa vie. »

« Avoir une descendance royale est une merveilleuse nouvelle et nous devons embrasser cette dernière, oui. Qu’importe qu’elle soit d’origine à moitié démone. Cette jeune femme, bien qu’elle semble avoir des origines un peu honoriennes, nous a bien montré qu’elle ne tenait guère compte des royaumes et autres. »

« Pour elle, le plus important était Royan… et c’est peut-être pour cela que notre jeune roi en est tombé amoureux. Une personne comme elle, ce n’était pas à la surface que nous l’aurions trouvée. Non, c’est elle qui a trouvé Royan. »

« Et puis, avez-vous déjà discuté avec Elise ? » demanda l’une des femmes du conseil. « Vous devriez l’écouter. Malgré les apparences, elle a bien précisé que pour elle, ce n’était pas pour son sang royal qu’elle aimait notre roi mais pour ce qu’il était. Elle a même tenu à dire qu’elle était elle-même issue de la famille royale de ce monde souterrain. Bien que nous ne pouvons pas le confirmer ou l’affirmer, il est vrai qu’il y a une certaine prestance qui émane d’elle. »

« Et elle sait se faire apprécier. Elle m’a expliqué de mon côté, qu’avant de devenir une démone, ou du moins de savoir qu’elle l’était, elle travaillait en tant que serveuse dans une auberge. Malheureusement, et elle n’a pas cherché à le cacher, quand elle a découvert ses pouvoirs, elle a tout incendié par accident et a causé la mort de l’homme qui l’élevait mais aussi des clients. »

« Oh par Zélisia, que c’est triste. » « Mais maintenant, ses pouvoirs, elle les contrôle ? » « Quel drame, elle doit terriblement s’en vouloir. »

« Elle a précisé aussi que sans Tery et ses compagnons, elle aurait sûrement perdu la tête et aurait continué à tout ravager sans même s’en rendre compte. »

« Au moins, nous pouvons dire qu’elle a le sang chaud, n’est-ce pas ? » dit l’un des hommes du conseil alors que certains rires se firent entendre, bien vite étouffés.

« Un peu de sérieux, je vous prie. Nous sommes réunis ici car la situation n’est pas à prendre à la légère. Nous ne devrions pas parler de cela. »

C’était vrai. Ils étaient dans une situation presque de crise et faire comme si de rien n’était, n’allait rien arranger à la dite situation. Il y avait sûrement des espions mékalarmiens dans Traslord. Sinon, comment expliquer que Mékalarma décide d’attaquer alors que les deux royautés de Shunter et Traslord ne sont pas présentes ? Tout cela était bien trop suspicieux pour ne pas être pris en compte. Et ils allaient devoir chacun contacter les différentes familles de Traslord des trois régions pour tirer cela au clair.

Loin, bien plus loin, dans les régions qui formaient Honoros, un clan était déjà en ébullition à cause des évènements liés à Mékalarma. Pour autant, la personne assise devant un bureau était songeuse et un peu agacée. Des cheveux auburn bien que les pointes étaient vertes, elle était aussi imposante que les membres de sa race. Ses yeux bleus fixaient divers papiers posés sur le bureau tandis que deux hommes se trouvaient de l’autre côté, semblant attendre ses consignes qui arrivèrent bien rapidement :

« Envoyez des messages le plus vite possible à nos différents alliés ! »

« Ça sera comme fait, cheffe ! Est-ce qu’on doit aussi prévoir des messagers pour être certains qu’ils soient transmis ? »

« Hmm… Deux précautions valent mieux qu’une ! Faites comme ça, oui ! Il faut absolument que nous formions une coalition ou du moins, que l’on tente de repousser les mékalarmiens ! Vérifiez aussi quel clan n’a pas été attaqué par les mékalarmiens alors que ces derniers ont passé leurs terres, cela nous permettra de savoir qui sont des traîtres ou non ! »

« Comme il sera fait, cheffe ! Nous y allons alors ! »

« Attendez quand même que j’écrive le contenu des messages ! Un excès de zèle ne nous emmènera que plus d’ennuis ! Il faut qu’ils comprennent la situation et donc qu’ils comprennent à quel point cela peut être très dangereux s’ils décident de se ne pas se réunir avec nous. Mais il ne faut pas que cela soit perçu comme une menace. »

« Cela se voit que c’est vous la cheffe, cheffe. »

« Et pas besoin de tenter de me complimenter ! Ah… Sincèrement, je trouve que tout ça est bien plus usant que le reste. Sincèrement, vous me fatiguez, rien que d’y penser. »

« C’est pas voulu, cheffe ! Promis, juré ! C’est juste que vu que ça a été décidé que ça serait vous qui irez gérer les relations diplomatiques extérieures, eh bien, on doit vous appeler ainsi. C’est ce qu’à dit le chef, cheffe ! »

« Ah… Vous êtes pas des lumières mais au moins, vous êtes serviables, hein ? Tout le monde ne peut pas forcément être aptes à ça. Aaaah ! Je me demande quand même comment se débrouille Hérik de son côté. Il me manque. »

« Est-ce que vous voulez aussi lui envoyer un message ? » demanda l’un des deux hommes alors que la femme était songeuse avant de faire un mouvement négatif de la main :

« On va éviter, je risque de mélanger travail et vie privée. Pour le moment, on va se concentrer sur nos missives d’alliance, ça sera bien mieux. »

AH ! Une alliance ! Si on lui avait dit un jour qu’elle serait à l’origine d’autres alliances à part celle avec le clan des Ragnans, elle ne l’aurait jamais cru. Mais voilà, c’était pourtant ce qui était en train de se passer devant ses yeux. On lui avait confié une tâche bien trop importante pour elle qui préférait être sur le terrain.

« Dites, vous auriez pas un texte pour m’aider ? Enfin des paroles ou un truc du genre ? »

« Un texte ? Ohlala… Vous l’avez pourtant bien dit, cheffe. C’est pas vraiment nous qui sommes faits pour cela hein ? »

« Oui mais vous êtes plutôt sincères et directs dans vos propos. Si vous deviez proposer une alliance à un autre clan alors que la situation est grave avec une armée ennemie venue de l’extérieur, qu’est-ce que vous diriez ? »

« Euh… Eh bien, qu’on va faire une bonne bagarre puis après qu’on va faire une bonne bouffe ? Ouais, j’imagine que ça va être un truc comme ça. »

« Bon, marquons qu’il est envisagé de faire un festin après nos victoires contre l’envahisseur mékalarmien. Ensuite ? Toi ? Des idées ? » demanda t-elle au second homme, celui-ci étant en train de réfléchir grandement. Malgré qu’ils n’étaient pas vraiment des plus « éclairés », les deux hommes étaient plus que concentrés à la tâche.

« Ben moi, je dirais un truc sur l’honneur que de combattre à leurs côtés pour un ennemi commun. Que ça serait merveilleux que si on doit mourir, ça soit aux côtés d’un frère de race et toutes ces choses. »

« Mince, vous êtes plus doués qu’on pourrait le croire. Merci les gars, je crois que je vais finir par avoir des idées ! Je vais continuer à écrire, merci bien ! »

« Tant mieux, cheffe ! Vous voulez que l’on reste le temps que vous écriviez ? »

« Non non, allez vous chercher un truc à boire et à manger, vous l’avez bien mérité. Dites bien que c’est en mon nom. »

« Oh, c’est vrai ? Merci cheffe ! Vraiment ! » s’exclamèrent les deux hommes en choeur avant de partir de la tente, tout guillerets. Elle poussa un soupir légèrement amusé, il en fallait vraiment peu pour plaire aux mâles hein ?

Pour autant, elle n’avait pas menti. Leurs propos lui avaient permis d’y voir plus clair dans ce qu’elle allait écrire. Avec ça, elle était certaine que les lettres passeraient bien plus facilement car écrites avec le… coeur ? Cela pouvait paraître étrange de penser de la sorte mais non.

En Honoros, les émotions et les sentiments mis dans les différentes tâches pour servir le clan étaient plus forts que chez les autres races. Oui, on se battait avec le coeur et on mettait du coeur à l’ouvrage. Autant de dires pour exprimer tout l’entrain et la motivation des Honoriens pour servir le clan.

Oui, c’était pour ça qu’elle avait demandé leurs avis. Car elle savait pertinemment qu’ils pensaient avec le coeur et que dans ces moments précis, c’était le plus important. Et voilà que sa plume dessinait divers mots sur une première lettre, puis une seconde quelques minutes plus tard et ainsi de suite.

Lorsqu’elle avait terminé, elle se massa le poignet droit, marmonnant que c’était plus épuisant que de se battre pendant des heures contre autrui. Mais voilà, c’était fait et avec ça, tout allait se mettre en marche, elle en était certaine.

« Je me demande comment ça se passe à la surface. »

« Bah, Royan, tu sais aussi bien que moi que tes conseillers sont très doués. Tu crois qu’ils faisaient comment quand tu n’étais pas là ? »

« Je sais bien mais en même temps, tout a tellement changé ces dernières années. On ne sait pas trop ce qui peut nous attendre hein ? »

« Je veux bien que tu t’inquiètes pour un rien mais quand même… »
Elise posa délicatement une main sur l’épaule de Royan, lui faisant un petit sourire. Oui, il s’en faisait beaucoup trop pour son peuple et elle avait bien vite découvert lorsqu’ils s’étaient rencontrés, qu’il était beaucoup plus empathique qu’il ne le montrait.

« Si vraiment il y a un problème, ne t’en fait pas, nous pourrons réagir en conséquence mais là, continuons notre projet, non ? »

« D’accord, d’accord, tu as parfaitement raison, je le sais bien mais… pfiou. Je ne sais pas, je suis un peu anxieux quand même. J’ai un mauvais pressentiment, c’est tout. »

« Mauvais pressentiment, mauvais pressentiment. Ah… Dès que nous serons plus ou moins bien installés, on verra pour envoyer du courrier. En plus, tu as bien saisi que nous allons commencer par créer des routes avec quelques villages isolés parmi les souterrains démoniaques, et enfin, nous pourrons envoyer du courrier pour avoir des contacts à la surface. Cela te convient, Royan ? »

« Bien sûr, Elise. Bien sûr. Hmm… Je me fais sûrement des idées, tu as raison. »

Il ne voyait que ça de toute façon pour expliquer la situation actuelle. Il prit une profonde respiration, un peu dépité. Oui, il se faisait sûrement des idées. Il valait mieux continuer les travaux même s’il savait qu’Elen préférait continuer à cherche des informations pour retrouver Tery. Il ne pouvait pas lui en vouloir.

« Heureusement que nous laissons Elen explorer les environs. »

« Oh, je ne suis pas folle. La retenir pour rien et l’inciter à rester ici, ça nous causerait plus de problèmes qu’autre chose. Tant qu’elle laisse sa fille ici, je sais à quel point les souterrains démoniaques sont traîtres et peuplés de créatures monstrueuses. Je ne voudrais pas qu’il y ait un accident par erreur. »

« Surtout que si accident il y a, je ne préfère pas être là quand Tery l’apprendrait. »

« Pour ça, il faut déjà que l’on mette le grappin sur lui mais aussi Manelena. »

Humpf ! Mais elle préférait ne pas dire à voix haute ce qu’elle pensait du fait que les deux personnes étaient seules de leur côté. Impossible d’ignorer les sentiments de l’actuelle reine de Shunter à l’encontre de Tery. Et vu qu’ils étaient seuls tous les deux, il y avait de fortes chances que Manelena cherche à mettre le grappin sur Tery si ce n’était pas déjà fait. Bah ! Ce n’était pas à elle de gérer cette relation, elle avait déjà tant à faire avec la sienne !