Chapitre 54 : Pour la paix

Chapitre 54 : Pour la paix

« Royan, je ne suis pas certaine que ça soit une bonne idée. »

« Je pense que si … Pouvoir t’enlacer est tout ce qui me suffit en ce moment. »

Oui mais … est-ce qu’il n’oubliait pas quelque chose ? Ils étaient dans un couloir. D’accord, il était désert mais rien empêchait les gardes de passer par là et de les voir, enlacés dans les bras de l’un et l’autre. Elle ne disait pas non aux marques d’affection, loin de là.

« Après tout ces mois passés sans toi, je veux rattraper le temps perdu, Elise. »

« Bon, ça me semble être un argument raisonnable et légitime. Viens donc dans mes bras, Royan. Ou alors, tu préfères l’inverse ? »

« Qu’importe … Oh … et puis, puisque j’ai proposé, c’est moi qui t’attrape. »

Ils avaient fini de discuter avec Manelena et les autres. Oh, bien entendu, ils n’avaient pas pu parler de toutes les choses qui se déroulaient dans le monde souterrain. Enfin, s’étaient déroulé plutôt. Mais pour le moment, elle s’était niché dans ses bras, prenant une profonde respiration tout en souriant tendrement bien qu’elle ne montrait pas son visage au jeune homme aux cheveux bleus.

« Elise, qu’est-ce que tu dirais de te promener demain ? Uniquement toi et moi ? »

« Je pense que cette proposition est des plus intéressantes. Maintenant que je sais que Wandy et Zalek sont en sécurité dans le château, j’imagine que je pourrais les laisser seuls. »

« Oh … Tu es certaine de laisser Wandy seule ? »

« Par rapport à Manelena ? Je pense que cette dernière est assez adulte pour ne pas faire de bêtises, n’est-ce pas ? Et tu as vraiment envie que je fasses une promenade avec toi ou non ? Car tout ce que est en train de dire m’incite plus à rester auprès de Wandy. »

Elle était taquine, lui tirant doucement la langue alors que le jeune homme aux cheveux bleus paraissait maintenant bien embêté. C’est vrai que tout cela allait se retourner contre lui. Pourquoi est-ce qu’il n’avait pas chercher à se taire plutôt ? Quel idiot. Il était un peu déboussolé et c’était uniquement de sa faute.

« Pardon, Elise. Je pensais juste … enfin … »

« Ne t’en fait pas, ce n’est pas un souci. Et puis, c’est bon que Wandy ait une rivale. Même si j’aurai préféré que ça ne soit pas avec Manelena. »

« Elle est encore jeune et il faut avouer que sa cible est particulière. Comment est-ce que Tery a réussi ce petit tour de passe-passe ? »

« De la même façon qu’avec Elen et Manelena : il est resté lui-même. Comme quoi, ça suffit pour certaines demoiselles. Je ne vais pas l’empêcher d’avoir des émotions et sentiments à l’encontre de Tery. Je l’estime assez mature quand même. »

« Si jeune et pourtant si adulte. Il faudra m’expliquer ce qui s’est passé concrètement. »

Oh … Pour cela, ils ont pas mal de temps devant eux non ? Et ils ont beaucoup de choses à se dire donc qu’il ne s’en fasse pas, ils allaient parler tous les deux. Ils allaient parler de beaucoup de choses, oh que oui.

Les heures s’écoulèrent et surtout, comme elle se le répétait tant de fois, ils pouvaient enfin souffler réellement. Zalek était souvent aux côtés d’Elise et de la mère de Tery, les deux femmes, avec leur aura maternelle semblant avoir les faveurs de l’enfant. Wandy, quant à elle, avait demandé l’autorisation de se rendre dans la bibliothèque royale, si bien entendu, il y en avait une, ce qui était le cas.

Nactor et Hyzeut, quant à eux, avaient tout simplement demandé à pouvoir s’entraîner avec les soldats de Traslord. Cela était un bon exercice et surtout se battre sans risquer leurs vies, c’était une bonne chose pour se garder en forme. Chacun avait plus ou moins trouvé sa place dans cet endroit en attendant que les journées se passent. Chaque soir, ils se retrouvaient tous ensemble autour de la table, qu’importe si Nactor et Hyzeut étaient de « simples » mercenaires, Manelena n’y tenait guère compte.

Et Elise racontait alors différentes anecdotes et histoires avec Tery. Que ça soit leurs débuts dans le monde souterrain, avec la guilde et tout le reste. Les créatures monstrueuses qui habitaient dans ces endroits et tout le reste. Des choses toujours aussi surprenantes mais qui continuaient de faire plaisir à Elen et aux autres, du moins, tant qu’il n’était pas question d’histoires qui mettaient en danger Elise et Tery.

« Mais bon, après tout, la vie n’est pas un long fleuve tranquille et les démons peuvent vraiment poser de gros problèmes si on ne fait pas attention. »

« Ah ça … C’est sûr que pour beaucoup de démons proches de la surface, ils n’ont pas tellement de choix. Certains se dévorent entre eux et deviennent complètement fous. Si en plus, ils sont en liberté, autant dire que le résultat n’est pas très joyeux. »

« Plus une famille est noble, plus il est aisé pour elle de garder le contrôle de son corps malgré le fait de dévorer d’autres démons. »

« Dévorer d’autres démons, c’est du cannibalisme. Est-ce que … »

« Tery et moi ? Jamais. Nous n’avons jamais ressenti le besoin de manger d’autres démons. Peut-être est-ce parce que nous n’avons jamais été ainsi dès le départ ? Je n’en sais trop rien mais les faits sont là. »

« Et pour vous autres ? » demanda Manelena en regardant Wandy et les autres démons présents. Les deux enfants hochèrent la tête négativement, Wandy disant :

« En tant que membres de la famille royale, nous ne pouvons pas nous permettre de manger n’importe quel démon. De même, il faut être dans un âge correct pour cela. Beaucoup de démons mangent la chair des leurs bien trop tôt et perdent la raison, finissant par errer dans les environs. Du moins, c’est ce que j’ai appris quand j’étais plus jeune. Zalek a été souvent emmené auprès d’Haiktos donc je ne crois pas qu’il avait commencé à apprendre cela. »

« Oui mais quand même, grande sœur, je sais lire et écrire hein ! »

« Je n’ai pas prétendu le contraire, simplement, tu avais d’autres priorités. Et ta lecture n’était pas forcément elle qu’un enfant de ton âge devait avoir. »

Il ne pouvait pas nier ce qu’elle disait. Il était un peu déconfit par tout ça et cherchait tout simplement à bien se mettre en valeur, comme Wandy et Elise. Mais bon, il n’y arrivait pas et était maintenant un peu attristé.

« Par rapport à ce … cannibalisme, qu’est-ce que cela apporte ? Vous récupérez l’intégralité des pouvoirs du démon que vous dévorez ? »

« Si c’était aussi simple et efficace, beaucoup de démons passeraient leurs existences à cela. Non, non, c’est plus compliqué que ça. » commença à expliquer Wandy, comme le ferai un professeur à ses élèves.

« Et bien, qu’est-ce que tu attends pour nous expliquer ? » signala Manelena tout en l’invitant d’un mouvement de la main à continuer.

« Je le pourrais mais tout est aussi une question de « cohabitation ». Il faut que les pouvoirs d’un démon concordent avec ceux du démon qui la concorde. Deux pouvoirs qui s’opposent, il n’y a aucune chance ou presque qu’ils puissent être dans un même corps. Bon, si tel est le cas, le résultat peut donner quelque chose de merveilleux … ou alors désastreux. »

« D’accord et tu parlais de perdre le contrôle, c’est fréquent ? »

« Pas dans la capitale mais ça arrive plus souvent qu’on ne le croit. Même s’il n’y a pas perte de contrôle totale, il arrive que des fois, certains démons ont des accès de folie, sans prévenir. Ils sont prêts à tout ravager et détruire sur leur chemin. »

« Merveilleux … comme si nous n’avions pas besoin de ça auparavant. »

« A côté, comme signalé, c’est plus fréquent dans les communautés de démons proches de la surface. Etant plus faibles que ceux qui vivent dans la capitale, ils tentent de tout accomplir pour espérer survivre un jour de plus. »

« Les faibles qui s’entre-dévorent. Rien de plus classique. Et ensuite ? »

« Ensuite ? Qu’est-ce que je peux dire de plus ? C’est difficile à expliquer, vous savez. »

« Est-ce que dans la royauté, ceux qui sont morts sont dévorés par les autres ? »

« Bien sûr que non ! » s’exclama Wandy aux paroles d’Elen, presque choquée qu’on puisse imaginer ça de leur part. « Nous avons déjà assez de problèmes … dans notre famille pour que nous commencions à nous dévorer. Enfin, normalement, ça ne se fait pas … puisque qu’en tant que membre d’une même famille, nous pourrions aisément récupérer les pouvoirs des autres membres de la famille et ça ne serait pas bien vu, pas bien du tout. Donc il vaut mieux éviter pour eux, s’ils ne veulent pas de problèmes. »

« C’est sûr que si tu vois une personne que tu connais utiliser les pouvoirs d’une autre personne que tu connais, ça risque de ne pas faire plaisir aux repas de famille. »

« Bon, parlons d’autres choses ! Maintenant que nous allons mieux, il faut peut-être réfléchir à l’éventualité de revenir dans le monde souterrain, non ? »

Elise avait pris la parole, tournant son visage vers les autres démons présents. Wandy avait repris sa place, l’air de rien tandis que Zalek semblait ravi à cette idée. Pourtant, Nactor hocha la tête négativement avant de prendre la parole :

« C’est déconseillé, princesse Elise. Quand votre frère et votre sœur apprendront que vous êtes encore vivantes comme vos deux cadets, il y a de très fortes chances que de nombreux démons vous attendent pour en terminer avec vous. »

« Je le sais bien mais je ne peux pas rester là, les bras croisés, sans rien faire non plus ! »

« Je n’ai pas dit cela, princesse Elise. Simplement, il va falloir prendre des précautions. Nous ne pouvons pas nous y rendre sans aucune préparation ou autre. »

« Bien entendu, je ne comptais pas partir dans la journée. »

« Et je ne comptais pas te laisser partir après tout ce temps. » compléta Royan alors qu’Elise avait un petit sourire aux lèvres, comme amusée par les propos du jeune homme. Elle n’en doutait pas un seul instant, loin de là, hein ?

« Les deux tourtereaux, les effusions de la sorte, c’est en privé. »

Manelena avait émis un léger grognement de mécontentement, Elise et Royan arrêtant de se fixer dans les yeux, gardant néanmoins leurs sourires aux lèvres. Manelena prit une profonde respiration, pour ne pas se mettre en colère inutilement.

Elle n’avait rien à y gagner en agissant de la sorte. Même s’il était vrai qu’elle était … assez enclin à leur pourrir un peu l’existence. Non, elle était une reine maintenant. Celle de Shunter. Elle ne pouvait pas se laisser aller à de telles bassesses. Elle valait beaucoup mieux que tout ça hein ? Mais bon … Elle était quand même bien agacée.

« Avant de tirer des plans sur la comète, on va déjà régler le souci qu’il y a avec les mékalarmiens et les autres démons. »

« C’est vrai, Elise. Nous t’en avions un peu parlé ces derniers jours mais je ne sais pas si tu avais eut plus de détails pour les mékalarmiens. »

« Pas vraiment. Je sais juste que tu m’avais dit qu’il y avait des mékalarmiens aux écailles blanches qui cherchaient un refuge mais à part ça, rien de plus. »

« Je suis fautif, je n’ai pas assez bien expliqué. Manelena, tu pourras mieux leur dire ? »

« Humpf ! Pourquoi pas ? Ca nous changera du sujet démoniaque. Bon, alors, les données sur les Mékarlarmiens, qu’est-ce que nous avons ? Ah oui. »

Manelena avait décidé de se relever pour faire quelques pas, fouillant dans des papiers qu’elle ne gardait jamais loin d’elle. Des papiers assez importants, même si actuellement, ils étaient dans une salle où de base, il n’était nulle question de « travailler ». Mais bon, entre ce qu’ils comptaient faire et la réalité, c’était deux choses totalement différentes.

« Alors, d’après ce que les Mékalarmiens ont bien voulu nous apprendre malgré la terreur et la peur qui les animait, c’est que leur peuple a décidé de contacter tous les mékalarmiens qui possèdent des lignes de Zélisia. Même pas ceux d’Alzar. Bon, comme pour les autres mékarlamiens, il n’est pas difficile de les repérer. Ils possèdent des écailles blanches. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ils étaient assez nombreux. »

« Ah ? Cela voudrait dire que c’est la même pour Shunter et les autres ? »

« Il y a de fortes chances. Tout le monde ne crie pas sur les toits qu’il est porteur des lignes d’Alzar ou que son enfant les possède. Il en est de même pour Zélisia, vu que cela peut être utilisé à mauvais escient … un peu comme dans le cas de Mékalarma. »

« Comment ça, Manelena ? » questionna Elise avec attention, visiblement très concentrée sur le sujet, attendant le reste des réponses.

« Comme j’en avais peut-être déjà parlé, les mékarlarmiens fabriquent des armes et armures en arrachant tout simplement les pouvoirs magiques de leurs compagnons adeptes de Zélisia. Résultat : ces derniers souffrent atrocement avant de généralement mourir pour une « meilleure » cause comme ils aiment le dire. »

« Mais j’imagine que ces mékarlarmiens sacrifiés ne se sentent pas vraiment d’humeur à vouloir mourir pour ça, non ? »

« Surtout pas … vu que d’autres données récoltées par les éclaireurs signalement que les mékarlarmiens font aussi des expériences sur les démons pour fabriquer des arme et armures « vivantes » capables d’utiliser leur facultés d’absorption. C’est justement en partie pour cela que j’ai voulu confirmer tes propos, jeune fille. » dit Manelena tout en se tournant vers Wandy à qui elle venait de s’adresser.

« Jeune fille ? Je n’aime pas ce terme … mais y a plus grave que ça. Vous voulez dire … qu’il y a une race de la surface qui … transforme les démons en armes et armures ? Mais c’est monstrueux ! Et ils font ça avec leur propre race ?! »

« Après, vu que les démons s’adonnent au cannibalisme, je pense pas que vous êtes les mieux placés pour faire des remarques à ce sujet mais … oui, ça reste vraiment ennuyeux. Surtout que ceci explique pourquoi les Mékalarmiens sont sur le pied de guerre depuis déjà quelques semaines, c’est bien ça, Royan ? »

« Quand tu as demandé à envoyer plusieurs éclaireurs, j’ai fait de même de mon côté mais en évitant qu’ils ne rencontrent les tiens. Et oui, j’ai aussi prévenu Claudiska à ce sujet. »

« Tandis que je faisais de même avec certains clans d’Honoros. Ils sont prêts à ce qu’une nouvelle guerre ne débute … Moi aussi, je suis mal placée pour faire une remarque sur le fait qu’une nation déclare la guerre aux quatre autres. » soupira Manelena.

« Ah ça, ce n’était pas de ta faute spécifiquement, Manelena. »

« Ca ne sert à rien d’essayer de me remonter le moral, Elen. Ce qui est fait est fait, même si ça commence à dater, la guerre est encore dans le coeur de nombreuses personnes, par ma faute et celle de mon père. Bon … Nous étions partis sur quoi à la base ? »

« Une expédition pour le monde souterrain pour retrouver Tery. » soupira à son tour Elise. C’est vrai qu’ils avaient dérivé du sujet principal assez fortement, oui.

« Oui, c’est vrai. Et nous avions dit que ce n’était pas possible à l’heure actuelle. Du moins, vos deux mercenaires ont bien évoqué que ça serait trop dangereux. »

« C’est exact, reine Manelena. Mais bon, rien n’empêche de préparer le terrain pour ça. Et qui sait, peut-être que dans le futur, nous pourrons retourner là-bas sans avoir à risquer nos vis hein ? Avec le nombre croissant d’émigrants démoniaques, ces derniers seront autant de sources d’informations pour savoir si la situation dégénère de plus en plus ou s’améliore, non ? Qu’est-ce que vous en dites ? »

Hyzeut avait pris la parole malgré qu’il n’y était pas autorisé. Mais cela ne dérangeait pas les différentes personnes présentes, Manenela reprenant la parole :

« De toute façon, on n’a pas trop le choix. On a récupéré une des deux personnes que nous désirions, c’est mieux que rien. Par contre, le fait que vous soyez tous de la famille royale du royaume démoniaque, ça n’aide pas vraiment. »

« Surtout quand on sait à quel point mon père peut très vite faire un carnage. » chuchota faiblement Wandy, baissant les yeux. Elle se rappelait de la scène qui s’était déroulée avec … sa grande sœur, complètement annihilée par le monarque.

« Ce n’est pas … vraiment une bonne chose. »

« Wandy, ne te force pas à ravoir de mauvais souvenirs, c’est mieux. D’accord ? »

« Je voudrais bien, grande sœur mais à côté, c’est vraiment … » commença à dire la jeune demoiselle en baissant les yeux, presque honteuse d’être aussi faible.

« Ne t’en fait pas, Wandy. Je t’ai dit que ce n’était pas de ta faute et ça ne l’est pas. La seule fautive dans cette histoire, c’est Lylé. »

« De qui est-ce que vous parlez, toutes les deux ? Un autre membre de votre famille ? »

« Un ancien membre, qui a essayé de me tuer ainsi que Tery. Sauf qu’elle a fait une erreur de trop et que notre père, l’empereur Malark, a décidé de la punir par la mort. »

« Oh … Famille ou non, des fois, il faut faire des choix. » murmura Manelena, prenant une profonde respiration.

« C’est exact, Manelena. Notre père l’a fait en connaissance de cause. Ce n’était pas la première à agir de la sorte et ça ne sera pas la dernière. »

Autant le dire clairement à ce sujet. Il n’y avait aucune raison de cacher qu’ils avaient de nombreux fruits pourris dans le panier familial. D’après les dires de son père, ce n’était pas que cette génération qui était gangrenée mais depuis des siècles et des siècles. Bref, rien de bien fameux et rien d’appréciable à retenir.

« Pourquoi j’ai la sensation que cette réunion a été inutile ? » déclara Manelena après une bonne minute de silence assez pesante.

« Ca, c’est ton appréciation, Manelena. De mon côté, j’estime que nous avons évoqué pas mal de sujets assez importants. Maintenant, il faut juste que l’on voie ce que le futur prévoie pour nous. Ah … Hum … Bon, si ça ne dérange pas, je vais me promener. »

Elen avait fini par se lever, ayant parlé bien peu durant toute la discussion alors qu’elle s’éloignait comme si de rien n’était. La mère de Tery se leva à son tour, déclarant :

« Je vais l’accompagner. Malgré tout, elle est très contente de t’avoir revue, Elise. »

« Ah, ne vous en faites pas, ça, je suis au courant. Ca fait déjà quelques jours que nous sommes ici. J’ai eut l’occasion de lui parler. »

« Et j’imagine qu’elle n’a pas put s’empêcher de te questionner au sujet de Tery. »

« Pas qu’un peu … et je lui ai dit tout ce que je savais à son sujet, hahaha. »

« Et plus encore, je dois imaginer. Je vais aller la voir. Cela doit lui peser néanmoins. »

Bien qu’elle ne le montrait pas. Elise haussa un sourcil, un peu étonné d’apprendre cela bien qu’elle ne pouvait rien y faire en fin de compte. Surtout, qu’à force de continuer à parler de Tery, une seule question lui arrivait en mémoire :

« Je me demande vraiment comment ça se passe de son côté. »

« Si tu parles de Tery, le plus important, c’est qu’on sait qu’il est vivant. »

« C’est un constat qu’il est difficile à ignorer. Le souci, c’est que si on obtient pas plus d’informations au fil des semaines, on ne saura pas vraiment comment il va. »

Et les voilà tous repartis à discuter au sujet de Tery. Pourtant, cela ne dérangeait personne parmi les femmes présentes. Royan et les garçons ? Il demanda aux deux mercenaires et à Zalek s’ils voulaient plutôt voir du côté de l’entraînement militaire des soldats de Midès.

« Ah ben oui ! Vous pensez que je pourrais m’entraîner aussi, monsieur Royan ? » demanda Zalek avec quelques étoiles dans les yeux.

« M’appeler monsieur alors que je n’ai même pas la vingtaine, j’ai mal. »

Les paroles n’étaient pas tombées dans l’oreille d’une sourde, Elise éclatant de rire alors que le jeune homme aux cheveux bleus rougissait. Bon ! On verra ça pour l’entraînement avec les soldats ! Ils allaient s’y rendre avant qu’il ne se rende encore plus ridicule.

Chapitre 53 : Retour à la maison

Chapitre 53 : Retour à la maison

« Pfiou … Je suis un peu anxieuse quand même. »

« Pourquoi ? Par rapport à Manelena ? » demanda Royan alors qu’Elise avait la chance de pouvoir être installée sur la même monture que lui, ses mains autour du ventre du jeune homme tandis qu’il avait demandé à ne pas grimper dans le carrosse royal. Oui, les deux enfants pouvaient aisément en profiter.

« Pas qu’elle … mais en partie, oui. Disons simplement que nous ne sommes pas séparés en bons termes, loin de là. »

« C’est du passé ou presque. Tu vas devoir t’excuser mais en même temps, on ne peut pas y faire grand-chose hein ? Mais le plus important, c’est que tu sois sincère quand tu vas t’exprimer. Après, ça passera aisément pour tout le reste. »

« Je l’espère vraiment, Royan. Sinon, nous étions obligés d’être sur la même monture ? C’est un peu gênant, tu ne crois pas ? »

« Je ne crois pas non. Pourquoi ça le serait ? Il n’y a rien à cacher. »

« Je ne te savais pas … aussi … agressif ? »

Mais ce n’est pas pour lui déplaire. Il faut avouer qu’avant l’ouverture des portes démoniaques, c’était à peine s’ils osaient se tenir la main, discrètement, sans que personne ne puisse les remarquer. Mais maintenant, c’était différent.

« Agressif, agressif, c’est un bien vilain terme, tu ne trouves pas ? Comment se portent ton frère et ta sœur ? Vous ne vous ressemblez pas du tout. »

« Nous sommes tous de mère différente. C’est donc normal … et de mon côté, c’est encore plus … enfin, je pense que je te raconterai plus ou moins en détail comment ça s’est passé. »

« On a beaucoup de mois à rattraper, tu en as des choses à me dire et inversement. Comme tu as put entendre, j’ai décidé d’accepter mon titre de roi de Traslord. »

« J’ai cru entendre ça. Je suis contente pour toi mais ça ne risque pas de déranger pour … »

« Toi et moi ? Tu plaisantes, j’espère. Je te rappelle que ça ne risque pas de changer grand-chose. Et c’est même encore mieux que prévu. »

« Pourquoi cela ? Je ne suis pas … certaine de vraiment tout comprendre. »

« Et bien, tu n’as pas oublié un peu … ce que tu es maintenant ? Même si c’est du monde souterrain, tu restes une princesse, n’est-ce pas ? »

« Je ne pense pas que ça soit aussi simple que ça. Justement, le fait que je provienne du monde démoniaque risque de plus attirer les ennuis qu’autre chose. »

« Laisses le temps de tout se faire, d’accord ? Je n’aurai aucune hésitation, tu sais ? »s

« Je le sais parfaitement, Royan. C’est juste que … »

Elle ne savait pas comment exprimer exactement ce qu’elle ressentait à cet instant précis. Elle voulait le lui dire mais aucun mot ne sortait de sa bouche. Elle jeta un bref regard sur le carrosse royal derrière eux. Il était venu, quelques heures plus tard, dans la journée. Les chevaux avaient été exténué, obligés de prendre un rythme rapide pour pouvoir rejoindre le prince devenu roi qui était parti seul sans prévenir ou presque.

Tery … Comment est-ce qu’il allait ? Comment est-ce que tout cela se portait ? Elle en avait strictement aucune idée. Et les lettres ne passaient pas. Elle voulait lui donner des nouvelles pour Elen lorsqu’elle allait la voir. Car oui, bien entendu, il était hors de question qu’elle ne voit pas les autres. C’était d’ailleurs pour cela qu’ils voyaient actuellement, tous les deux. Bon, d’accord, ils étaient accompagnés par des soldats et par la petite troupe démoniaque et tout … mais en même temps hein … c’était normal. Elle n’allait pas laisser Hyzeut et Nactor en retrait alors qu’ils les accompagnaient depuis le début.

« Est-ce que … Manelena sera contente de me revoir ? »

« Tu n’es pas Tery mais bon, je pense qu’elle se « contentera » de toi si tu veux tout savoir. »

« Désolée de ne pas être un beau mâle aux cheveux bruns excentrique. »

« C’est exactement cette définition qui correspond à Tery. »

« On se moque, on se moque mais … » dit Elise sans pour autant terminer sa phrase. Dans ces moments-là, il valait mieux ne pas continuer.

Et bon, il suffisait de patienter et d’attendre, calmement, que tout se passe bien ou presque. Oui, quelque chose du genre. C’était mieux … dans une telle situation. Mais pour l’heure, ils avaient du chemin à accomplir et ce n’était pas à ignorer.

« Au sujet de ta petite sœur … Wandy, c’est bien ça ? Est-ce moi ou alors, dès que l’on parle de Tery, j’ai l’impression que … »

« Ce n’est pas une impression. Je dirai bien que c’est une amourette d’adolescente mais tu sais, les démons purs vivent plus d’un siècle, presque deux, de ce que j’ai cru comprendre avec mon père. Je sais pas s’ils grandissent comme nous ou non. »

« C’est vrai que tu n’es pas entièrement démone, ça n’a pas posé de problème ? »

« Par rapport à Wandy, Zalek ou mon père, l’empereur Malark, pas du tout. C’est plutôt par rapport aux aînés de la famille … Ah … Enfin, je te raconterai tout ça plus tard. Avec Manelena et les autres, tu verras, c’est passionnant. »

« Je ne sais pas si tu es ironique ou non. »

« Un petit peu … car ça l’est mais en même temps, c’est assez navrant. Tu comprendras bien assez vite quand on parlera tous les deux. Ah … Ca fait du bien de ne pas marcher sur le coup, je dois avouer, un vrai plaisir ! »

« Hahaha, tu dois avoir quelques ampoules aux pieds à force. Et ton petit frère et ta petite sœur semblent si tranquilles et calmes. »

« Ah ça, ce ne sont que des apparences. Le voyage les as exténué et aussi les événements. Ils ont assisté à la mort de nombreux démons et les combats contre les gnomolds, où ils devaient se cacher sans cesse … bref. »

« Donc quand nous serons définitivement en sécurité, dans le palais de Manelena … »

« Ils montreront leurs vrais visages de petits perturbateurs. Soyez prêts ! »

Royan eut un petit rire, rapidement rejoint par celui d’Elise. Bon ben, au moins, elle annonçait directement la couleur concernant son frère et sa sœur. C’était mieux que de ne rien prévoir. Enfin, par rapport à tout ceci.

« Wow … C’est autre chose que le petit village où nous avions été, grande sœur ! »

Elle se doutait un peu que Zalek réagirait de la sorte. Il était comme émerveillé par les rues bondées de Midès. Pour autant, ils évitaient de trop se faire remarquer bien que cela était assez difficile vu que Royan était parmi eux.

« Bon ben pour la discrétion, c’est un peu loupé. »

« Un petit peu, Royan ? Je remarque que ce n’est pas nous qu’ils observent mais l’actuel roi de Traslord. Comment ça se fait ? »

« Disons que … lorsque j’ai appris que vous étiez perdus dans Shunter, j’ai peut-être … levé un peu la voix et exprimé mes sentiments par rapport à tout ça. »

« C’est quoi un petit peu ? Hmmm ? » demanda t-elle en le regardant fixement dans les yeux alors qu’ils étaient juste en train de marcher maintenant. Monarque ou non, il n’était pas le genre de roi qui avait besoin d’une monture pour le moindre de ses déplacements.

« Disons que des rumeurs prétendent que … enfin, rien de bien spécial. »

« J’imagine que Manelena m’en dira plus à ce sujet, hein ? »

« Si on peut éviter de ramener ce sujet sur la table, Elise. Le plus important est que vous fassiez vos retrouvailles. Et surtout que tu vois une petite surprise concernant Elen. »

Une petite surprise ? Si c’est ce qu’elle pense, elle était déjà au courant depuis quelques temps hein ? Il n’oubliait pas un peu qu’elle … savait qu’elle était vivante ? Mais surtout ce qu’elle portait en elle ? Depuis le temps, l’enfant était né. Pour autant, elle se demandait surtout ce qui s’était passé pour que Royan soit aussi gêné.

Surement une embrouille ou autre. Enfin non, c’était un peu exagéré. Royan n’était pas du genre à vouloir se montrer menaçant. Enfin, c’était ça … avant l’époque où ils s’étaient séparés. Elle avait alors remarqué un autre visage, loin de celui de glace qu’il arborait habituellement. Plutôt comme un torrent qui se déchaînait.

Et finalement, ils étaient emmené dans le palais royal. On ne leur posa pas de question, on les laissa passer comme si de rien n’était. Wandy regardait à gauche et à droite, comme si elle était anxieuse. Elise posa sa main sur son épaule, lui souriant :

« Tu n’as pas à t’en faire. Manelena n’est pas si monstrueuse que ça. »

« Ce n’est pas ça … grande sœur. Je veux juste dire que … »

« C’est vrai que c’est une rivale mais tu vas en avoir deux en face de toi. Tiens-toi droite, bombe la poitrine et montre que tu n’as pas peur. »

« C’est … C’est vrai ! Père aurait honte de moi si je n’arrivais pas à m’imposer devant d’autres races ! Tu as raison, grande sœur ! »

Elle n’était pas vraiment certaine qu’elle avait compris tout ce qu’elle venait de dire mais bon, elle avait retrouvé la motivation et le sourire. Hmm … C’était pas vraiment un sourire ça. Plutôt comme si elle était résolue ? Qu’est-ce que ça voulait … Oooh ! Pourquoi est-ce qu’elle sentait que les ennuis allaient tomber sur leur nez sans même qu’elle ne puisse y faire grand-chose ? Oui, son instinct féminin venait de s’éveiller !

« Où nous nous dirigeons exactement ? »

« Vers la salle de repas. Comme j’ai demandé à Royan, vous avez sûrement faim et soif après ce long voyage et en même temps, un vrai repas ne vous fera pas de mal. Il en est de même pour nos deux compagnons, ils le méritent tout autant. »

« Bien entendu, bien entendu. Tu as entendu Zalek ? On va manger comme la reine de ce peuple. Pressé un petit peu ? »

« Baaaaaaaah ! Faut voir car c’était bon à l’auberge hier ! »


Hahaha ! Elle ne fit aucune remarque à ce sujet mais en même temps, elle dirait bien qu’après avoir passé presque une dizaine de jours en mangeant de la viande trop cuite, de la mixture de fruits sur du pain sans goût et autre, tous les repas devaient être bons. Pas qu’elle mettait en doute la qualité du repas de l’auberge mais normalement, ici, ça devrait être sensiblement différent … normalement.

« La reine Manelena vous attend. » vint dire l’un des deux soldats gardant la salle des repas, l’autre commençant à ouvrir la double porte pour les laisser rentrer.

Elle passa en première, aux côtés de Royan. Zalek et Wandy vinrent les suivre tandis que les deux mercenaires qu’étaient Nactor et Hyzeut terminèrent la marche. Des visages qu’elle reconnaissait. Elle ne voulait pas soupirer de soulagement mais …

« Manelena … Elen … Madame Vanian. »

Oui, même la mère de Tery était là. C’était peut-être ça la surprise ? Ou alors plutôt le charmant petit bambin que tenait Elen dans ses bras en regardant Elise et Royan avec un sourire, visiblement heureuse de revoir Elise.

« Qui … est Manelena ? » murmura doucement Wandy, Elise tournant son visage vers la femme aux cheveux argentés qui semblait patienter, l’air de rien.

« La voilà, Wandy. Pourquoi est-ce que tu me demandes ça ? »

« Vous êtes la reine Manelena ? » demanda Wandy avant de se diriger vers la femme aux cheveux argentés, celle-ci la toisant de son regard rubis, croisant les bras.

« C’est exact. Pourquoi cette question ? »

« Tout d’abord, enchantée de vous rencontrer et merci encore pour tout ce que vous avez fait pour nous. » déclara l’adolescente avant de s’incliner respectueusement devant la reine. Celle-ci répondit par un petit mouvement de la main pour dire que ce n’était pas grand-chose. « Et je tenais à dire que je me battrais jusqu’au bout pour le coeur de Tery. »

… … … NON ?! Qu’est-ce qu’elle venait de dire ?! Elise resta bouche bée, comprenant pourquoi elle avait eut un mauvais pressentiment auparvant. Qu’est-ce qui venait de prendre à Wandy de se comporter de la sorte ?!

« Je vois qu’elle a un peu d’humour, ta petite sœur, Elise. »

« Je suis plus que sérieuse ! Que vous soyez la reine de Shunter n’y changera rien ! »

« T’as l’air d’avoir oublié ta réelle rivale pour Tery. Elle se trouve là-bas. »

Un petit signe du pouce, sans même un regard vers Elen bien qu’elle la désignait. Pour autant, la femme aux cheveux blonds ne sembla guère être embêtée par tout ceci, faisant juste un léger sourire avant de prendre la parole.

« Wandy, c’est bien cela ? Je m’appelle Elen. Enchantée de te rencontrer. »

« E… Elen … Vous êtes alors … Enfin … Et … dans vos bras ? »

« Malgré les mois qui passent, je sais que c’est stupide, mais elle ne possède pas encore de prénom. Je veux attendre qu’il revienne à moi pour que nous puissions le choisir ensemble. »

« Ah … mais … Ah ! Enfin, je ne me laisserais pas faire ! »

Elle s’était exclamée, comme pour signaler qu’elle n’était guère d’accord avec ce qui venait de se passer. Pour autant, elle ne semblait pas comprendre qu’elle devenait légèrement ridicule bien qu’elle montrait une conviction très forte pour son âge.

« Bon au moins, elle a le cran de vouloir me tenir tête dans mon pays, dans mon château, dans l’une de mes salles. Maintenant, est-ce qu’elle tiendra bon en plus de me tenir tête ? »

La femme aux cheveux argentés avait fini par se lever, Elise se plaçant devant sa petite sœur bien que celle-ci fit un pas de côté. Elle passa une main dans ses cheveux verts tout en faisant quelques autres pas mais en avant. Quinze ans, c’était beaucoup trop jeune pour mourir ! C’était de la folie ! Surtout qu’ils venaient à peine d’arriver !

« Pardonnes-lui, Manelena. S’il te plaît, je n’ai pas envie que tout dégénère. »

« Pourquoi est-ce que cela dégénérerait ? Est-ce qu’elle m’a offensé ? »

Un petit sourire aux lèvres se dessina chez Manelena tandis qu’elle avait gardé ses yeux posés sur Wandy. Mais surtout, les deux personnes étaient maintenant face à face. La différence de taille était flagrante même si Wandy pouvait paraître plutôt grande pour son âge. Et pourtant, elle continuait de fixer Manelena, levant la tête pour lui faire face.

« Sincèrement, certaines personnes sont comme des animaux. Elles n’ont pas conscience du danger sauf quand il est trop tard. »

« Je ne suis pas un animal mais je sais reconnaître parfaitement qui est problématique ou non. Et pour l’heure, c’est vous l’antagoniste principal. »

« Ah ben voyons donc. Antagoniste principal. On pourrait presque croire que je passe pour la méchante de service. Je note ça, c’est très intéressant. »

« Je crois que je vais abandonner. Ca sert à rien d’essayer de vous faire entendre raison à toutes les deux. Ah … Sincèrement, j’avais espéré que ça ne se passerait pas ainsi. Visiblement, je me suis trompée assez salement. »

Elise poussa un soupir fatigué mais elle gardait un petit sourire en voyant qu’Elen ne semblait guère inquiète par la tournure des événements. Il en était de même pour la mère de Tery tandis que Zalek restait caché derrière Elise. Les deux mercenaires ? Ils observaient la situation, l’air de rien, comme si tout cela ne les concernait pas, ce qui était totalement vrai dans le fond même s’ils ne le pensaient pas de vive voix.

« Et si nous partagions plutôt un repas, qu’est-ce que vous en dites ? » déclara Royan tout en coupant le silence pour éviter que ça ne dégénère encore un peu plus.

Pour autant, l’adolescente et la femme aux cheveux argentés continuaient de s’observer en chiennes de faïence, prêtes à montrer les crocs. Elise poussa un second soupir avant de placer une main sur l’épaule droite de Wandy :

« Wandy, tu as entendu Royan, non ? Tu t’installes à côté de moi à table. »

« … … … D’accord. Puisque c’est toi qui me le demande, grande sœur. »

« On pourra parler pendant des heures de Tery, vu tout ce que nous avons vécu avec lui. » commença à dire Manelena, Elen déclarant aussitôt :

« Manelena, ne soit pas aussi taquine envers elle, s’il te plaît. »

« Oh, je ne suis pas taquine. Je suis tout ce qu’il y a de plus sérieuse en ce qui la concerne. Néanmoins, à elle de voir … ce qui peut se passer ou non. »

« Je n’hésiterai pas à relever les défis que l’on me lance. » rétorqua Wandy. Elise leva les yeux vers le plafond, se demandant comment est-ce qu’ils avaient put arriver à ce résultat.

Mais voilà, contrairement à ce qu’elle s’était inquiété, tout se passa bien plus calmement qu’elle ne le pensait. Wandy et Zalek étaient de chaque côté d’Elen, semblant abandonner complètement Elise qui était à côté de Royan, lui-même à côté d’Hyzeut tandis que Nactor était non-loin de Manelena et de la mère de Tery.

« Vous êtes donc la mère de Tery, le chevalier protecteur d’Elise ? »

« C’est exact. Est-ce que mon fils vous a crée du tort ? »

« Euh en fait, pas vraiment. On va dire que je ne l’ai pas connu réellement. Juste que son nom est très connu dans le royaume souterrain. »

« Ah ça, tout le contraire de son enfance et son adolescence. Depuis qu’il est devenu adulte et qu’il a rencontré Elen, on va dire qu’il a changé radicalement de vie. Qu’est-ce qu’il devient ? »

« Je ne suis pas le mieux placé à ce sujet pour en parler malheureusement. Ni moi, ni les autres, nous avons été séparés depuis cette agression. »

« Enfin, du peu qu’on puisse dire vu qu’on a passé quelques journées avec lui, c’est qu’il était très amical, pas prise de tête sur les conventions. Même si y avait quelques diplomates donc des personnes de haut rang, il ne faisait pas attention aux classes sociales. »

« Ca lui correspond bien, ça. Contente de voir … que ce côté là n’a pas changé malgré l’incident qui l’a emmené à venir dans le monde souterrain. »

« Elise a sûrement d’autres anecdotes à vous raconter. C’est avec elle qu’il a vécu pas mal de temps. Ils sont venus tous les deux et tout, non ? »

« C’est exact mais si je commence à raconter tout ce qui s’est passé depuis le début, ça risque de prendre quelques heures. »

« Nous avons tout notre temps maintenant, Elise. Ca nous fera des choses à dire pendant les prochains repas, non ? »

Royan avait raison sur le coup. Ils n’étaient guère pressés. Ils avaient tout le temps qu’il fallait. Aucune raison de chercher à se presser. Pour l’occasion, le jeune homme aux cheveux bleus put sentir qu’une main se glissait vers la sienne, sous la table alors qu’il sursautait légèrement, tournant son visage vers Elise tout en souriant.

« Bon ben, c’est décidé alors. Je vous raconterai les mésaventures de Tery et vu la quantité qu’il y a, je ne vais pas manque d’anecdotes pour le mois à venir. »

« Tout ce qui se rapporte de près ou de loin à Tery m’intéresse, Elise. »

Elen n’avait pas besoin de s’exprimer pour qu’Elise le sache. Un peu comme Manelena qui était resté muette par rapport à ce nouveau sujet. Pas difficile de savoir qu’elle aussi désirait avoir un maximum d’informations au sujet du jeune homme bien qu’elle évitait de le crier de vive voix. Enfin bon, elle était de retour parmi le groupe et il ne manquait plus qu’une personne pour qu’il soit complet. Vivement qu’il se dépêche !

Chapitre 52 : Tout est terminé

Chapitre 52 : Tout est terminé

« Et voilà, Zalek. »

« Mais euh ! C’est juste un peu de terre, rien de plus. Y a pas besoin de frotter autant ! »

« Tu plaisantes ? On a enfin trouvé un endroit pour se laver plus ou moins correctement, je vais continuer jusqu’à ce que ta peau brille à force de la frotter ! »

BEUH ! L’enfant fait une petite moue de dépit alors qu’il finit par abandonner la bataille. Ca ne servait à rien de lutter contre deux femmes face à lui, surtout quand elles étaient plus âgées et aptes à l’empêcher de se mouvoir.

« Pfff … Et pourquoi est-ce qu’eux, ils se lavent pas ? »

« Les deux grands gaillards ? T’en fait pas qu’ils vont aussi y passer mais ils sont assez grands et adultes pour se laver seuls. Du moins, il vaut mieux pour eux car sinon, ça risque de chauffer. » vint dire Elise tout en finissant par lever la voix vers la dernière phrase, comme pour prendre un air bien menaçant. Oui, le message avait été transmis au duo de mercenaires, pas besoin de faire comme s’ils n’étaient pas au courant ou qu’ils n’avaient pas entendu ! Elle ne se fera pas avoir !

Et voilà ! Bon, ça avait vraiment pris une bonne heure mais elles étaient avec une apparence correcte et même Zalek était propre comme un sou neuf. Chacune pouvait être heureuse du résultat. Bon d’accord, les cheveux trempés, ce n’était pas vraiment la meilleure idée du siècle et Elise avait utilisé ses flammes pour faire sécher ça plus rapidement, faisant quand même attention à ne pas brûler la chevelure de sa sœur cadette.

« BON ! HYZEUT ! NACTOR ! A votre tour ! Et que l’eau finisse par devenir brune à force de frotter, compris ?! »

« Et c’est elle qui voulait qu’on évite de l’appeler princesse Elise, c’est ça, Hyzeut ? »

« Ouais, visiblement, ça n’a duré qu’un temps hein ? Comme quoi ! »

« Hey, vous deux, si vous avez le temps de dire de telles sottises, utilisez-le plutôt pour aller vous laver, bande de malpropres ! »

Et les voilà partis tous les deux. Heureusement, ils mettent bien moins de temps à se laver que les membres de la famille royale. Bon visiblement, c’était bien parce qu’il restait quelques taches sur leurs corps mais ils allaient pas faire les difficiles hein ?

« Moui, ce n’est pas vraiment génial mais on va faire avec ! »

« Hey, de toute façon avec nos habits crasseux, pas sûr que les gens s’intéresseront à savoir si nous sommes propres dessous ! »

« Oui et non, on va pas commencer à penser de la sorte sinon, je risque d’être très mécontent hein ? Et vous n’avez pas envie que les gens pensent que tous les démons sont des types qui se roulent dans la boue et incapables de bien se tenir et se conduire hein ? »

Ahlala ! C’est sûr et certain ! Faut déjà qu’ils évitent les groupes ! La dernière fois, ils ont réussi à éviter une rencontre face à face mais qui sait ? Ils n’auront peut-être pas autant de chance la prochaine fois.

Mais c’est surtout que plus ils avançaient, plus ils étaient certains qu’ils se rapprochaient de la civilisation. Le royaume de Shunter était assez grand mais au final, avec les récentes guerres, il fallait avouer que certains terrains étaient déserts. En un sens, cela avait été parfait au départ pour éviter les ennuis mais maintenant … c’était regrettable.

Ils voulaient trouver de la civilisation tout en cherchant à la fuir. C’était l’ironie de la situation et ils étaient vraiment très mal placés. Pourquoi est-ce qu’ils se comportaient aussi stupidement ? C’était une bonne question. Il faudra vraiment qu’ils se décident à aller à la rencontre des citoyens de Shunter ou soldats.

C’était sur cette idée qu’elle s’était fixée l’intention de réellement faire quelque chose pour ça. Le souci ,c’est qu’elle ne s’attendait pas à ce que ça soit aussi vite que ça. Car oui, mauvais coup du sort, erreur de leur part, les voilà en face d’une troupe de soldats. Une dizaine d’hommes pour deux femmes mais l’heure n’est pas à l’inégalité des sexes. Ils sont autant surpris qu’eux. Mais surtout, ils sortent déjà leurs armes.

« On a pas le choix, pas cette fois ! S’il vous plaît ! On peut … »

« NE BOUGEZ PAS ! Ne faites pas ne serait-ce qu’un seul mouvement ! Vous confirmez être des démons, oui ou non ? »

« Hey, attends un peu … Y a un truc qui cloche. »

Elle n’avait même pas eut la possibilité de terminer sa phrase. Deux soldats avaient pris la parole mais voilà que l’une des deux femmes observa Elise avec attention. Puis elle commença à fouiller l’une de ses poches, en extirpant un papier avant de l’ouvrir.

« C’est bien ce que je pensais ! C’est elle ! On l’a trouvée ! »

« Mais avant, qui êtes-vous ? Les autres ! Je veux dire, les autres démons ! » répondit le premier soldat qui avait commencer les hostilités.

« Il s’agit de ma petite sœur Wandy, de mon petit frère Zalek et de deux compagnons qui nous ont protégé. Hyzeut et Nactor, ce sont leurs noms. »

« Ils peuvent venir avec nous. Les ordres sont formels, il s’agissait principalement de vous, Elise, que nous devions emmener. Les autres n’étaient pas nécessaires mais il semblerait que le roi de Traslord, Royan, a signalé de faire le maximum pour vous ramener en vie. »

« Royan … Il m’attendait donc. » murmura la jeune femme aux cheveux auburn avec une douceur qui vint surprendre ses compagnons démoniaques.

« Les rumeurs évoqueraient même le fait qu’il dans le royaume de Shunter, caché parmi une troupe d’éclaireurs. » compléta la femme soldate alors qu’elle s’apprêtait déjà à les guider vers un endroit plus sécurisé … mais surtout plus civilisé !

« VOUS NE BOUGEREZ PAS ! »

Les soldats s’immobilisèrent en même temps que les démons, le cri provenant de leur droite. Un cri qui était à moitié animal et pour cause, une bonne dizaine de gnomolds sortirent d’entre les arbres, armés et prêts à en découdre.

« On ne doit laisser aucun démon en vie ! Poussez-vous les humains ! »

« Hors de question. Les ordres royaux passent avant vos menaces, les gnomolds ! »

« Si vous avez un petit accident, faudra pas s’en plaindre ! »

Tout ça allait finir au pugilat. Les démons s’étaient mis eux aussi à se préparer au combat bien qu’ils n’étaient guère motivés. En même temps, devoir se battre alors qu’ils pensaient que la situation venait enfin de leur sourire, c’était assez triste en un sens.

« Nous ne vous laisserons pas faire. Vous en prendre à ces démons en particulier, c’est vous en prendre directement à la reine Manelena et au roi Royan. Vous voulez vraiment vous mettre deux nations à dos ? Alors que depuis quelques mois, ça s’est presque apaisé ? »

« La reine Manelena et le roi Royan ? Si c’est le cas … »

« NON ! Faut pas la croire ! Elle bluffe ! Comme tous les humains ! Eliminons ces démon set on laisse les humains en vie, on aura qu’à les blesser ! »

« OUAIIIIS ! On va tous les écraser … enfin presque tous ! »

« On devrait peut-être éviter, des démons, y en a d’autres … et ils sont que cinq. Sont pas bien dangereux s’ils ont besoin d’humains pour les protéger. »

« Ouais, c’est pas faux ! Paraîtrait qu’il y a toute une troupe de démons, qui doivent être au moins vingt ou trente ! Ils ont tué pas mal de gnomolds dans les environs ! »

« Ca peut pas être eux. Suffit de voir leur état ! Tsss ! On vous laisse la vie sauve à vous cinq mais si on vous retrouve sans les humains, la prochaine fois ! »

Un signe au niveau de la gorge pour bien indiquer quel serait le programme et ce n’était guère jovial. La femme aux cheveux auburn émit un rictus, attendant que les gnomolds partent et s’éloignent avant de se tourner vers les soldats de Shunter.

« Et maintenant ? Qu’est-ce que nous allons faire exactement ? Vous pouvez nous dire ? »

« C’est très simple : comme prévu. On vous ramène en sécurité et d’ici quelques jours, vous serez à Midès pour aller voir le roi Royan et la reine Manelena. »

« D’accord, d’accord. Tant mieux … alors … je crois. Oh … Je crois que je suis un peu fatiguée par tout ça. »

« C’est le contrecoup, princesse Elise. Vous en faites pas. » signala Hyzeut.

C’était bien sympathique de sa part de vouloir la rassurer. Elle ne pouvait pas lui en vouloir. Mais bon, finalement, le plus important, c’est à la fin de la journée, ou plutôt du voyage. Ils se retrouvent tous dans ce qui semble être une auberge qui sert de point de relais pour les soldats de Shunter. La soldate emporte Wandy et Elise en déclarant :

« Toutes les deux, on va avoir du boulot. C’est pas parce qu’on est dans l’armée qu’on a pas le droit de se faire coquette. Et j’ai cru entendre « princesse »? »

« Disons que … c’est assez compliqué. » commença à s’exprimer Elise sans pour autant chercher à cacher ses origines. La femme soldat regarda Wandy ensuite avant de dire d’une voix lente et calme :

« Pas bien grave, bon ! Allons-y avant qu’il ne soit trop tard, ça sera mieux. »

« Euh, mais vous allez nous emmener où exactement ? »

« Tout simplement faire quelques emplettes. Pourquoi j’ai la sensation que ma paye va en prendre un coup ? Ah … Je vous jure … »

« Oh, ne vous en faites pas, nous avons un peu d’argent même si … » commença à dire Wandy alors qu’Elise l’arrêtait quelques instants après.

« Je ne pense pas que votre argent soit utile chez nous. Nous n’avons pas réellement les mêmes monnaies que vous mais ne vous inquiétez pas. Tant que vous ne me mettez pas sur la paille, ça devrait aller. »

Simplement, il était vrai qu’elle ne s’était pas attendu à ce qu’elle doive accomplir une telle chose. Comme quoi, le monde pouvait être bien étonnant quand il le désirait. Et les deux démons ainsi que Zalek ? Elles ne pouvaient pas laisser l’enfant seul, non ?

« Ne vous en faites pas, grandes sœurs ! Je vais rester avec messires Hyzeut et Nactor ! »

« Oui, tu ferais bien de les surveiller, Zalek. On te fait confiance, n’est-ce pas Wandy ? » répondit Elise alors que l’adolescente à ses côtés hochait la tête positivement, amusée.

« Ah ben alors, je veillerai sur eux ! »

« Je crois qu’il y a une inversion des rôles, Nactor. Tu ne trouves pas ? »

« Je ne te le fais pas dire, Hyzeut. Ces demoiselles royales se moquent ouvertement de nous. Pour la peine, ce soir, on va faire boire le gamin ! »

« HEY ! » s’écria Elise en les regardant fixement alors que les deux démons s’immobilisaient. Rapidement, ils expliquèrent qu’ils étaient en train de blaguer. Bien entendu qu’ils n’allaient pas faire consommer de la boisson à un enfant. Un peu de sérieux !

« Vous feriez mieux d’éviter l’humour absurde sur Zalek ! C’est encore qu’un enfant hein ? »

« Je dirais bien que les soldats pourraient les surveiller … mais ils ne sont pas mieux. »

D’ailleurs, la seconde femme soldat venait de rejoindre la première avec Elise et Wandy. A les entendre soupirer en concert, on pouvait se douter qu’elles avaient beaucoup à médire sur les différents soldats et les trois démons dont un très jeune.

Pour autant, pour la première fois depuis longtemps, ils pouvaient enfin souffler et ne pas avoir à s’inquiéter de la nuit qu’ils allaient passer. D’ailleurs, aprês être passé une nouvelle fois dans un bain, Zalek s’était aussitôt endormi sur le lit, complètement épuisé tandis que Wandy tenait à peine sur sa chaise, cherchant à rester consciente pendant qu’Elise, Hyzeut et Nactor discutaient avec les soldats.

« Ainsi, la reine Manelena et le roi Royan cherchent à rencontrer des démons ? »

« Non, ce n’est pas exactement ça. De ce que nous avons compris, de nombreux démons sont en train de fuir les régions souterraines dont ils sont issus. Il paraîtrait que c’est une vraie guerre civile en bas. Enfin, ça exagéra surement. »

Aussitôt, un voile passa devant les yeux d’Elise mais surtout Wandy. Bien qu’elle était à moitié endormie à cause de la fatigue et de soulagement, l’adolescente s’était légèrement crispée sur son siège en pensant à Tery.

« On en sait pas plus de notre côté, on est que des soldats mais bon, en clair, vous êtes pas les premiers démons que l’on rencontrent et ça commence à en faire un petit nombre. Simplement, dans Honoros, les clans ne sont pas tous en faveur des démons et donc, les démons ne savent pas s’ils peuvent y aller ou non. Quant à Claudiska, c’est un royaume trop en hauteur. De base, les grottes d’où sortent les démons, aucune ne relie à Claudiska. »

« Et pour Mékalarma, comment ça se … passe avec eux ? »

« Oh … Euh … Là, j’en sais trop rien mais paraîtrait que c’est un sujet brûlant à l’heure actuelle. Faudra demander à la reine Manelena quand vous la verrez. »

« Ca sera fait. Mais pour ça, il faut déjà que nous retournions à Midès mais en même temps … qu’est-ce que les gens pensent de la venue des démons ? »

« Il ne faut pas oublier que pour la majorité, vous êtes principalement des légendes. Malgré les mois passés, rares sont les démons qui sont venus à la surface et surtout qui ont été vus. A partir de là, vous êtes considérés comme une race comme les autres. »

« Je ne sais pas si je dois être vexée ou soulagée d’apprendre ça. Wandy ? Tu ferais bien d’aller dormir dans la même chambre de Zalek. »

« Mais au sujet de Tery et … » commença à dire l’adolescente, inquiète.

« On ne peut rien y faire et tu sais aussi bien que moi qu’il n’est pas du genre à se laisser faire. S’il y a bien une personne capable de calmer notre père, c’est lui. »

« Si seulement … Si seulement. » chuchota Wandy en finissant par se saluer, s’inclinant poliment pour souhaiter la bonne nuit à toutes les personnes présentes. Quelques secondes plus tard, elle avait disparu à l’étage pour aller plonger dans le sommeil avec Zalek.

Et elle-même ? Et bien, elle n’allait pas tarder. Elle était tout autant exténuée que ses cadets mais elle cherchait à rester éveillée. Elle avait encore du mal à croire que tout allait être résolu comme si de rien n’était… ou presque. Du moins, si seulement ça marchait de la sorte. Pour l’heure, elle avait … pfiou.

« Où est-ce que nous sommes exactement ? »

« Par rapport à Midès ? Je dirais une cinquantaine ou soixantaine de kilomètres. Demain ou après-demain, nous pourrons nous y rendre en fin de journée. »

« Si proche que ça ? Je ne pensais pas que c’était le cas. » vint dire Elise, un peu surprise de savoir qu’en continuant, ils auraient pu s’y rendre d’eux-mêmes.

« Et pourtant, en quelque sorte, dans votre malheur, vous avez eut de la chance. »

« Tout est relatif, j’imagine. Bon, je vais aussi aller monter me coucher. Si ça ne vous dérange pas trop, évitez de nous réveiller jusqu’à ce qu’on le fasse par nous-mêmes. Ils ont vraiment besoin de repos, d’accord ? »

«  Évitez de trop tarder néanmoins. Si nous partons en pleine fin d’après-midi, je ne suis pas certaine que nous arriverions à Midès dans la journée. »

« Oh … Pas de soucis. Au grand maximum alors, midi, d’accord ? »

La soldate vint hocher la tête positivement, signe que le message était bien passé. Elise alla rejoindre son frère et sa sœur dans un même lit, blottie contre eux Un lit pour trois était peut-être un peu serré mais qu’importe.

Sous la couette, elle pouvait serrer son petit frère contre elle, Wandy ayant visiblement eut la même idée de son côté. Le sommeil allait être très lourd, elle le sentait … mais ce n’était pas un problème. C’était un sommeil réparateur, le sommeil du juste, plus exactement.

« Dormez bien, les enfants. »


Des paroles inutiles puisqu’ils ne pouvaient pas les entendre. Pour autant, elle ne se privait pas de les prononcer avant de nicher sa tête contre la chevelure de son petit frère qui lui tournait le dos. Ils étaient devenus si précieux en si peu de temps. Elle qui n’avait jamais eut de famille sauf de celle de son père de coeur, elle se sentait soulagée et heureuse dans ces moments là. Elle ne pouvait qu’espérer qu’ils perdurent à jamais.

Le lendemain matin, des bruits de pas très vifs se firent entendre, comme si quelqu’un montait à l’étage à toute allure. Aussitôt, Elise, qui avait décidé de garder un sommeil assez léger, par mesure de précaution se redressa dans le lit avant ue la porte ne s’ouvre à la volée.

« Qu’est-ce que … » dit-elle avant que l’être qui venait de pénétrer dans la chambre ne crie :

« ELISE ! C’EST BIEN TOI ! »

« Je … euh oui mais … HEY ! Attends un peu, Ro … »

Elle n’eut pas le temps de terminer sa phrase que deux bras vinrent l’étreindre et l’extraire du lit. Même s’il avait bien grandi depuis les premiers jours où il avait décidé de suivre Elen, il fallait avouer que la jeune femme aux cheveux auburn restait surprise par cette preuve de force de la part du jeune homme aux cheveux bleus en face d’elle.

« Royan, je suis très heureuse aussi de te revoir et … »

« Ne parle pas, s’il te plaît. Après tout ce temps, avec les portes, les démons, Tery. »

Elle pouvait sentir qu’il était essoufflé. Mais d’ailleurs, pourquoi est-ce qu’il était là exactement ? Comment ? Elle … ne savait pas tellement. Elle sentait juste la forte étreinte du jeune homme contre la sienne, surtout que Wandy et Zalek allaient se réveiller bientôt.

« Royan, je ne suis pas seule … S’il te plaît, c’est un peu gênant. »

« Je n’ai pas passé plusieurs heures à cheval pour te lâcher maintenant, compris ?! »

Plusieurs heures ? Mais un bref regard par la fenêtre lui signalait que le soleil était à peine levé. Il … avait voyagé de nuit ? Quel sombre idiot. Mais c’était ce genre d’actions qui ne pouvait que rendre plus fort ce qu’elle ressentait pour lui.

« Hmm … Grande sœur … De qui … est-ce qu’il s’agit ? »

« Wandy, Zalek, je me dois de vous présenter l’actuel roi de Traslord : Royan. »

« Royan ? C’est donc lui qui … » commença à dire l’adolescente, se frottant un peu les yeux, encore à moitié endormie, un peu comme son petit frère sur le moment.

« C’est bien lui. Nous sommes vraiment en sécurité, maintenant. »

« Quand j’ai reçu la lettre de cette troupe d’éclaireurs, qui nous annonçait qu’ils avaient fini par te trouver, je n’ai pas perdu de temps et … »

« Je pense que sur le coup, si tu peux plutôt me libérer, que je me fasses un brin de toilette, que je sois plus présentable mais surtout que nous ne sommes pas seuls, Royan, tu ne crois pas que ça serait beaucoup mieux pour nous deux. »

« Euh … oh … Euh ! Oui, c’est vrai ! »

Comme s’il venait à peine de remarquer ce qui se passait, il toussota légèrement avant de rougir. Il signala qu’il comprenait parfaitement, libérant Elise avant de lui voler un baiser. Oui, il avait attendu ça depuis si longtemps, qu’importe que ça soit devant les yeux de quelques soldats de Shunter, du frère et de la sœur d’Elise.

« Nous allons prendre le petit-déjeuner ensemble et ensuite, nous partirons vers Midès ! »

C’était une bonne proposition, qu’elle acceptait complètement. Elle était pressée de pouvoir revoir Manelena, Elen et les autres. Il ne manquera plus que Tery mais ça … elle se promettait de le ramener le plus rapidement possible !

Chapitre 51 : Sans aucun répit

Chapitre 51 : Sans aucun répit

« Désolée, les enfants. Il n’y a que des fruits. Il faut espérer qu’ils … »

« HEY ! Devinez quoi les petits loups ! On a de la viande pour ce soir ! »

« Quand on parle des démons, on en voit les cornes ! »

Elle n’avait pas terminé sa phrase mais un sourire se dessina sur ses lèvres. Alors que les deux enfants démoniaques faisaient un peu la moue en pensant qu’ils allaient encore devoir manger quelques fruits pour se sustenter, voilà que les deux démons mercenaires revenaient avec ce qui semblait être un imposant sanglier dont les défenses en spirale couvraient ses oreilles. Bien entendu, la créature était morte mais cela restait impressionnant.

« Et en plus, ça nous en fera pas mal pour les prochains jours. Du moins, si on avait de quoi garder la viande plus ou moins fraîche. Ca c’est autre chose … »

« Suffira simplement de faire cuire toute la viande possible. Ca sera mieux que rien. » répondit Elise. Vue qu’elle avait été serveuse pendant la majorit de sa vie, elle était plus ou moins au courant de comment tout cela fonctionnait.

« Ah oui, on pourra la garder plus longtemps vu que les microbes ou autres auront disparu. Enfin, je suis pas cuisinier mais j’ai compris plus ou moins ça. »

« On va dire que c’est correct. Mais bref, vas falloir éventrer la bête, couper les morceaux les plus juteux, virer un peu … Euh, Wandy, tu veux pas aller te promener un peu avec Zalek ? Mais attention à ne pas trop vous éloigner. »


Et oui, sincèrement, elle n’était pas très motivée à montrer un spectacle peu ragoûtant aux deux enfants. Autant, elle, elle y était habituée, autant, elle n’était pas enjouée à l’idée que les enfants, même s’ils avaient vu des morts de très près, voient un tel spectacle. Lorsqu’ils s’éloignèrent, Hyzeut murmura :

« Faudra vraiment que l’on trouve une rivière, enfin, plus qu’un petit coin d’eau pour se faire un brin de toilette. C’est pas gênant pour nous, on est des mercenaires mais vous … »

« Bah, même si on est de la famille royale, faut parfois savoir faire quelques sacrifices hein ? Mais à partir de là … Vous voulez de l’aide ? »

« Hey hey hey, on va pas vous laisser salir … oh et puis zut, venez nous aider ! »

Le démon est bien plus amusé qu’autre chose alors qu’il tend un coutelas à Elise qui le récupère, commençant le travail en première comme si de rien n’était. Les deux démons étaient plutôt surpris, Nactor sifflant d’admiration :

« Propre et efficace ! Enfin, propre, c’est un bien grand mot ! »

« On va dire que je n’ai pas peur de me salir. Mais sinon, vous aidez ? »

« Ah ! Euh oui, oui, princesse Elise ! On arrive tout de suite ! »

Il fallut bien une vingtaine de minutes pour qu’ils finissent par récupérer les meilleurs morceaux sur la bête mais brûle aussi la carcasse ainsi que les intestins et autres parties de la bête qu’ils ne pouvaient pas manger.

« Vraiment … Qu’est-ce qu’on a comme apparence, on ferait peur aux monstres de notre royaume. Ca fait combien de temps ? »

« Je crois bien que l’on se rapproche de la dizaine de jours voire depuis deux semaines. »

« Deux semaines sans se laver correctement, je comprends pourquoi on a une sacrée odeur. »

« Dure dure la vie de mercenaire mais sur le champ de bataille ou en mission, de mon côté, j’ai déjà tenu plus longtemps que ça. »

« Ah ben ouais, surtout quand tu dois te battre tous les jours, t’as pas le temps de penser à ta toilette, hahahaha ! »

« Bon, les deux porcs, c’est pas à celui qui s’est le plus roulé dans la boue et dans le sang hein ? Je vous jure, qu’est-ce que Zalek et Wandy vont penser de vous deux ? »

Oui, elle leur parle comme si elle les connaissait depuis longtemps. En un sens, elle n’avait aucune honte ou peur de leur adresser la parole. Ils étaient au même rang à l’heure actuelle. La question ne se posait même pas à ses yeux. Ils étaient de me^me rang aà l’heure actuelle. Ils devaient survivre, tous ensemble.

« Est-ce que nous pouvons revenir, grande sœur ? »

« Bien entendu, nous sommes déjà en train de cuire les morceaux. Vous ne voulez pas vos morceaux trop saignants, c’est bien ça ? »

« Ca ne me dérange pas de mon côté. Tant que c’est la viande ! » s’exclama le plus jeune du groupe de cinq démons avec joie.

Bien entendu, bien entendu. Hyzeut était comme amusé, commençant à couper sa viande tout en cherchant à se concentrer. Quelques secondes plus tard, alors que les lignes noires caractéristiques de l’utilisation de la magie, apparaissaient sur ses mains, le voilà en train de tenir ce qui semblait être une assiette de pierre, en faisant plusieurs pour tout le monde.

« Ca sera peut-être mieux pour manger plutôt que de nous comporter comme des animaux. »

« C’est un peu tard pour faire cette réflexion. »

« BAH ! Princesse Elise, c’est vrai qu’on est un peu crasseux mais bon … Ca pouvait être pire hein ? Bon, bon appétit ! Mangez bien les enfants ! »

« Merci beaucoup, monsieur Hyzeut ! »

« Pas de monsieur avec moi, prince Zalek. J’ai pas beosin de ça, hahaha ! » s’exclama le démon alors que l’enfant lui répondait aussitôt :

« Alors pas besoin de prince avec moi non plus ! »

« Hey ! Il a de la répartie, le petit ! »

Quelques petits rires de chacun, ça ne pouvait que faire du bien à la santé du groupe. Avec tous ces combats contre les gnomolds, ils en avaient bien besoin. Mais pour le moment, ils méritaient bien de tous se reposer.

Les heures défilèrent, les kilomètres aussi mais ils évitaient les chemins de terre, de peur de tomber sur quelques citoyens de Shunter ou pire encore, des soldats ! Bon, et dans le pire des cas, à nouveau des gnomolds. Avec un feu installé entre eux, les deux enfants dormaient déjà contre Elise, cette dernière faisant la conversation avec les deux autres démons.

« Je m’excuse, je ferais mon tour de garde en dernière. Je n’ai pas envie de les réveiller. La viande leur a fait le plus grand bien. »

« Je veux bien croire ça … ça nous a changé de ce ces derniers jours. Heureusement que l’alimentation à la surface est aussi bonne que celle de chez nous. Même s’il faut avouer que ça surprend un peu au goût. »

« La surface et le monde souterrain ne sont pas si différents que ça, vous savez. On en fait des tonnes mais au final, ça se ressemble bien plus qu’on ne le croit. »

« Ah oui ? A ce point ? C’est vrai que vous viviez là-bas pendant des années. C’est dommage que vous ne puissiez pas retourner là d’où vous venez. »

« Disons qu’il y a eut un incendie … qui a emporté mon père adoptif. »

« Ah … Euh … D’accord, désolé, je voulais pas remuer quelques mauvais souvenirs dans la plaie. » murmura Nactor, visiblement un peu embêté.

« Ce n’est pas grave. Ca commence à dater, vous ne pouviez pas vraiment savoir. Je ne vais pas le crier sur tous les toits, hein ? »

« C’est vrai … pour cette nuit, vous pouvez éviter de faire le tour de garde. Que vous soyez princesse ou non, ça change pas que ça serait mieux pour vous. Ils ont besoin de vous pour cette nuit, encore plus que les autres. »

Elle haussa un sourcil, sans vraiment comprendre pourquoi il parlait de Wandy et Zalek de la sorte. Encore plus ce soir que les autres ? Qu’est-ce qui était si différent ? Elle avait du mal à savoir exactement mais en même temps … elle ne voyait pas trop, vraiment.

« Comme vous le désirez, si vous me promettez que ce n’est pas à cause de mon statut. »

« Promis sur … Et bien, je ne sais pas sur quoi exactement mais c’est promis. »

Elle a un léger sourire avant de fermer les yeux. Ses mains caressèrent les chevelures de son frère cadet et de sa sœur cadette. Elle allait donc pouvoir se reposer mais bon … elle espérait que les deux derniers démons qui les accompagnaient n’allaient pas mourir … eux aussi.

Le lendemain matin, elle eut la surprise de sentir une bonne odeur titiller ses narines, lui faisant ouvrir les yeux et bouger en même temps que les deux autres membres de sa famille. Elle écarquilla un peu les yeux, regardant devant elle tout en disant :

« Qu’est-ce qui sent si bon ? »

« Hahaha ! Il voulait vous faire une petite surprise. » déclara Nactor en désignant Hyzeut. Ce dernier avait le sourire aux lèvres, semblant préparer une étrange mixture dans une casserole faite de pierre.

« C’est quand même génial ce que l’on peut faire comme mélange avec les différents fruits. Je pense que ça va ressembler à une sorte de confiture … avec quelques pépins mais hey, ça devrait pouvoir gonfler nos estomacs pour la matinée. »

« Et pour le coup, vu que je crois pas que la viande, ça soit la meilleure idée du siècle, pour la matinée, peut-être que … »

« Dites, vous deux, vous oubliez pas une chose ? Même si de base, ça n’a aucun goût et que ça remplit à peine l’estomac, je pense qu’avec vos mélanges, ça devrait combler. »

Hein ? Les deux démons se regardèrent alors qu’Elise se concentrait, faisant apparaître ses lignes noires d’Alzar sur ses mains. Quelques secondes plus tard, voilà que des pains se formaient entre ses doigts. Elle les déposa dans un autre bol de pierre, déclarant :

« On avait abandonné cette idée car ça ne remplit pas vraiment les estomacs mais bon … C’est mieux que rien hein ? Pareil avec l’eau, ça ne fait pas disparaître cette sensation. Mais si on fait un petit mélange, ça compense et ça peut servir de repas consistant ! »

Et oui ! Les quatre autres démons la regardèrent avec émerveillement, Nactor donnant un petit coup d’épaule à Hyzeut, celui-ci s’activant pour rapprocher la mixture des pains qu’ils ouvrirent les uns après les autres.

« Bon si ce n’est pas bon, on le saura mais hey, faut bien expérimenter ! »

Jamais elle ne chercha à douter des deux démons. Ces derniers étaient comme ravis des expériences qu’ils étaient en train de mener sur la nourriture et elle avait bien vite compris que malgré tous les désagréments qu’ils subissaient en ce moment même, ils étaient heureux de découvrir ce nouveau monde.

« Bon ben … Bon appétit hein ? »

« Je vais tester le premier pour savoir si ce n’est pas empoisonné ! » s’exclama Nactor avant de croquer dans le pain recouvert de la substance gélatineuse et odorante.

« Alors, résultat ? Est-ce que tu vas t’écrouler au sol et baver ? »

« Hmmm … C’est assez visqueux … à avaler … y a l’air d’avoir encore quelques pépins. »

« Hey, je t’ai pas dit que j’allais te préparer un plat de roi ! Oups désolé, princesse Elise. »

« Ne t’en fait pas, je crois que pour cette comparaison, on peut accepter, n’est-ce pas ? »

Elle s’était tourné vers son frère et sa sœur, les deux ayant le sourire aux lèvres à cause de la remarque d’Hyzeut. Et maintenant ? Et bien, bon appétit ! La gelée de fruits n’était pas la plus délicieuse qui soit mais elle arrivait aisément à caler l’estomac de chacun.

« Hmmm … Vraiment délicieuse quand même ! Je ne savais pas que l’on pouvait produire une telle chose en aussi peu de temps. »

« Oui et non. En étant mercenaire, faut réussir à se débrouiller vite et bien. Si on ne sait pas cuisiner ou être ingénieux rapidement, on risque de mal finir … genre avec des crampes d’estomac. En plus, il faut aussi se méfier de ce qui peut nous tomber dessu en terme d’animaux sauvages ou alors de champignons souterrains. »

« Ah oui, ces fameux champignons toxiques ou qui donnent des hallucinations. »

« On dirait bien que la surface et les souterrains ne sont pas si différents que ça. Nous aussi, on a notre dose de champignons. Mais il suffit de les cuisiner d’une façon spécifique pour qu’ils perdent leurs effets. »

« Bien entendu ! Un exemple : le champignon sublumineux, vous connaissez non ? » commença à dire Hyzeut sur un ton plus scientifique qu’on ne pourrait le croire au départ. « Je pense que je ne surprendrai personne en signalant que la lumière provient principalement de la tête n’est-ce pas ? C’est là que contient son poison aussi. Il suffit de percer doucement la tête avec une pointe et de tapoter la base du champignon pour qu’une poudre s’en écoule. Le champignon perdra de sa lumière et dès qu’il sera complètement éteint, il sera bon à cuisiner. C’est plus ou moins comme ça qu’on peut les manger. »

« Je ne pensais pas à un cours culinaire en pleine forêt. Comme quoi, on peut parfois s’attendre à tout et être quand même surpris ! »

Nouveaux éclats de rire. Ils avaient eut de la chance, vint se dire Elise dans ses pensées. Les deux derniers démons qui les accompagnaient étaient adorables. Rien à voir avec les nobles prétentieux qui tentaient d’obtenir ses faveurs lorsqu’elle se trouvait au château. C’était même pour cela qu’elle restait si souvent avec Tery à l’époque.

« Malheureusement, pour ces champignons avoisinants, je préfère ne pas tenter le démon et on évitera de les manger sauf si la prin … Elise s’y connaît. »

« Je peux vérifier, je peux vérifier. Ca donnera un autre goût à la viande. On peut aussi voir pour quelques herbes sur le chemin ! »

« Et bien, on commence comme ça et on finit par vivre en communion avec la nature. Dommage que les voisins soient aussi poilus et agressifs. »

Même dans ces instants précis, ils arrivaient à rire des gnomolds alors que ces derniers avaient emporté les autres mercenaires, il n’y avait à peine que deux jours. Il valait mieux réagir de la sorte plutôt que de désespérer. Oui ! Et ils allaient trouver une civilisation qui voulait bien d’eux. Ca sera difficile mais bon … D’ailleurs, elle y réfléchissait.

« Vous pensez que malgré mon état, je pourrais rentrer en ville ? Comme je peux faire disparaître mes cornes, je pourrais peut-être … »

« Entre les blessures, les vêtements déchirés et autres, je ne sais pas trop. Ca peut se tenter mais en même temps, tu ne pourras pas emmener ton frère et ta sœur avec toi. »

« C’est exact, je ne l’ai pas oublié, ne vous en faites pas. Mais à côté, je sais qu’avec vous deux, ils seront bien protégés. »

« Euh … C’est trop d’honneur, princesse Elise, sur le coup. On a fait que ce qui nous semblait bien, vous savez ? Je veux dire … »

« Je crois qu’on va tenter cette méthode ! Il faut juste que j’arrive à me trouver un véritable cours d’eau pour au moins me décrasser. »

Car oui, la magie du pain et de l’eau, c’était vraiment inutile en fin de compte. Le liquide était aussi translucide que de l’eau mais nettoyait guère. Après, elle pouvait bien utiliser la magie aqueuse … mais vu qu’elle ne la maîtrisait pas réellement, elle risquait de commettre une effroyable erreur et elle préférait éviter cela.

« C’est comme tu veux, Elise ! Mais bon, on y est pas encore. Faudra déjà trouver de la civilisation auparavant … et une qui n’est pas agressive si possible. »

« Un petit village d’une centaine d’habitants sera suffisant. Généralement, ils ont peut-être trois ou quatre soldats pour les protéger et encore. »

« Oui, comme ça, s’ils réagissent mal, tu pourrais t’enfuir. »

C’était exactement pour cette raison. Qu’ils soient sur la même longueur d’ondes était une excellente chose. Au moins, la cohésion du petit groupe leur permettait de ne pas perdre trop de temps sur des détails du genre.

« Bon, par contre, c’est pas tout ça mais vu que le petit déjeuner est terminé, on va peut-être se remettre en route. Si on reste trop longtemps au même endroit, je suis certain que ces sales bêtes humanoïdes et poilues vont vouloir nous faire la peau. »

« Ah ça, la question ne se pose même pas ! Tu as tout à fait raison ! Allons-y les enfants ! »

Autant ne pas perdre de temps et surtout ne pas tenter le diable sur le coup. Elise se tourne vers Wandy et Zalek, les regardant en leur faisant un grand sourire. Zalek a encore un peu de gelée sur le coin des lèvres, Wandy se léchant le pouce pour l’essuyer.

« C’est bon pour nous, grande sœur. » confirma l’adolescente après avoir nettoyé le visage de son petit frère. Ils … le prenaient bien.

Ils allaient bien. Elle n’avait pas à s’en faire. Elle savait que c’était très difficile pour eux mais ils ne se plaignaient pas. Etait-ce à cause des aînés qui avaient sûrement déjà entraîné les deux enfants, plus ou moins, à se comporter de la sorte ? Elle n’en savait rien … mais les deux enfants royaux n’étaient pas de simples gamins. Encore aujourd’hui, elle le voyait.

Ils s’étaient remis en marche. Ils ne pouvaient faire que ça. Elle regarda tout simplement ce qui se trouvait autour d’eux. Des arbres, des buissons, des animaux sauvages qui fuyaient. C’était le lot quotidien des aventuriers de l’extrême qu’ils étaient.

Tout se passa plutôt bien pour les premières heures. Comme à leur habitude depuis cet incident, ils étaient sur leurs gardes et rien ne pouvait espérer passer dans leur champ de vision sans qu’ils ne le remarquent. La démone aux cheveux auburn était même sur le qui-vive, ne voulant laisser rien échapper à sa vue.

« Bon, ça a l’air sécurisé dans les environs. Je pense que l’on peut y aller. »

« Il vaut mieux de toute façon, hahaha ! »

« Euh … Les gars … et les filles, bien entendu. Je veux pas dire mais y a un truc qui pose plus problème là. Faut que vous veniez voir. »

Hyzeut était accroupi au sol, devant ce qui semblait être des traces de pas. Ce n’était pas les leurs, ils en étaient certains. Elise se rapprocha, étudiant les traces de pas à son tour avant de finir par dire d’une voix soucieuse :

« Nous ne sommes pas seuls … et ce sont des humains. Ce sont des traces de solerets. Il suffit de voir la profondeur des pas pour comprendre que ce sont des bottes de métal qui ont fait ça ou alors … il s’agit de … »

« De personnes qui ont une ossature sacrément lourde. »

Encore une fois, de l’humour. Bon, sur le coup, ce n’était peut-être pas le meilleur moment pour ça mais elle ne pouvait pas lui en vouloir. Le souci, c’est que contrairement aux villageois, les soldat de Shunter voulaient leurs morts.

« Qu’est-ce que nous faisons si on tombe dessus ou inversement ? »

« On verra sur le moment. Le mieux, ça serait que ça ne se produise pas. On ne va pas risquer nos vies, surtout s’il s’agit d’un groupe préparé à combattre les démons. »

« Ne pensons pas au pire avant le meilleur, Elise. »

C’est vrai. Nactor avait parfaitement raison. C’était pas le moment d’être pessimiste. Il fallait juste envisager que les soldats, s’ils se retrouvaient face à face, seraient d’accord pour discuter. De toute façon, vu l’état vestimentaire déplorable dans lequel le groupe de cinq était, il n’y avait aucun doute qu’ils n’étaient pas aptes à se battre.

Dans le pire des cas, s’ils devaient se battre, ils pourront les prendre par surprise … mais elle ne voulait pas cela à ce moment précis. Ce n’était pas ce qu’elle désirait. Elle espérait pouvoir résoudre tout ceci calmement. Ils en avaient assez fait.

Aujourd’hui, la sécurité de ses deux cadets importait plus que tout le reste. Elle savait que Nactor et Hyzeut feraient de leur mieux aussi … mais elle refuserait qu’ils se sacrifient pour eux. S’ils tombaient sur les soldats, ils régleront le souci … d’une manière ou une autre.