Chapitre 39 : Le convoi démoniaque

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 39 : Le convoi démoniaque

« Je n’arrive pas à le croire qu’on va aller à la surface, Wandy ! »

« Moi non plus, Zalek. Tu sais que nous sommes parmi les rares membres de la noblesse à nous y rendre ? Enfin, noblesse et royauté. »

« Et moi, je n’arrive pas à croire que votre père, l’empereur Malark, ait accepté cela. Même si cela a pris du temps. Il semble vraiment tenir à ce projet. »

« Vous devriez plutôt être heureux, messire Tery, non ? »

« Ne t’en fait pas, Wandy. Tery est juste un peu gêné. Il ne s’attendait pas à avoir autant de monde avec nous pour cette expédition à la surface. Par contre, Tery, tu as fait les quelques recommandations pour les lieux ? »

Un petit mouvement de la tête pour lui confirmer cela et voilà ! Bon, d’après ce qu’il avait remarqué, ils étaient environ une trentaine de démons. Parmi la trentaine, ils étaient une quinzaine, dont lui-même, qui était des soldats. Cela donnait presque l’impression que chaque … noble, car oui, il y avait des nobles pour les accompagner. Et divers coffres et trésors, rien que ça. Ah … Bon, plutôt des coffrets.


De ce qu’il comprenait, il s’agissait de divers présents et marchandises pour que les négociations puissent bien se placer. Il était juste un peu étonné de voir autant de personnes des strates les plus basses intéressées par la surface. Après, il ne fallait pas oublier les restrictions que le royaume démoniaque avait mis en place pour éviter tout ça.

Bref, c’était assez étonnant et plaisant … mais en même temps … il surveillait le tout. Car oui, il n’oubliait pas le message d’Héraisty à ce sujet. Parmi cette troupe, qui allait tenter de tuer les membres royaux ? C’était bien là la question. Il ne pouvait pas juger car il n’avait aucun indice sur la personne que ça pourrait être.

« Tery ? Ca ne va pas ? Tu ne parles pas du tout. »

« Si si, bien entendu, Elise. Je réfléchissais, tout simplement. » chuchota t-il à voix basse alors que les deux enfants continuaient à regarder sur les côtés. Ce n’était pourtant pas la première fois qu’ils voyageaient, non ?

« Si c’est ce à quoi je pense, ils ne seront pas assez fous pour agir maintenant. Ils attendront le bon moment, lorsque nous serons à la surface. »

« Nous sommes d’accord sur l’idée générale … mais je n’ai aucune idée justement … sur qui pourrait faire ceci. Et c’est un peu ça qui m’énerve, je dois t’avouer. »

« Ne t’énerve pas, ça ne servirait à rien de t’emporter, tu ne crois pas ? »

« Je le sais … ah … De toute façon, entre ce que je dis et ce que je ressens, ce sont deux choses complètement différentes. Ne t’en fait pas, ça va aller. »

« C’est plutôt à moi de te dire ça. Nous sommes préparés … et les deux petits aussi. »

Ah … Des petits ? Difficile à dire, Wandy commençait vraiment à avoir un caractère d’adulte même si ses réactions pouvaient paraître infantiles. Enfin bon, avec tout ça, ils étaient à peine partis. Et d’ailleurs, il s’attendait exactement à la question que venait de poser Zalek.

« Dites … Messire Tery, pour combien de jours allons-nous voyager ? »

« Oh …Y en a bien pour une semaine au minimum je dirais. Nous ne sommes pas autant qu’une troupe militaire mais nous aurons besoin de plus de pauses. »

« Ca va être long … Vous savez, si c’est à cause de nous, moi et Wandy, on peut facilement tenir le coup hein ? N’est-ce pas Wandy ? »

« Zalek a raison, vous n’avez pas à vous préoccuper de nous. Nous ne sommes pas aussi chétifs que vous le penseriez. Notre père nous a quand même inculqué quelques leçons pour mieux … survivre, comme il le disait si bien. »

« D’accord, d’accord, si on prend moins de pauses, j’imagine que l’on peut réduire le temps de deux voire trois jours environ. Mais il ne faut pas oublier que vous n’êtes pas seuls. »

« Vous parlez des nobles et autres diplomates qui nous accompagnent ? Je pense qu’ils comprendront que ça serait malvenu de retarder un convoi royal. »

« Mademoiselle Wandy, pas de cela avec moi, s’il vous plaît. Nous ne sommes pas en route pour montrer qui est la famille royale qui veut s’imposer mais en tant que diplomates. »

« Pardon … Ce n’était … pas où je voulais en venir. Excusez-moi … vraiment … messire Tery. Ce n’était … vraiment pas … »

« Ce n’est pas bien grave, va ! Y a pas mort d’homme, comme on dit chez moi. Ne vous en faites pas, je ne vous en veux pas si c’est ça qui vous inquiète. »

« Je … D’accord … Si vous me promettez que tout va bien et que tout va bien se passer, alors … je veux bien vous écouter. »

« Je ne veux rien promettre de la sorte … mais vous pouvez considérer que je vais donner mon maximum et même plus encore, pour que tout se passe de la meilleure façon. »

« J’y tiens vraiment hein ? Encore plus que ma grande sœur ? » dit-elle en tournant son regard vers Elise, Tery souriant légèrement :

« Il le faudra. Elise sait parfaitement se défendre, vous, j’en suis moins sûr et je ne vais pas attendre une confirmation ou non pour cela. »

« Donc attention, j’y tiens vraiment hein ! Si je suis en danger, je compte sur vous pour ça. »

« Pas d’inquiétude à avoir alors ! » dit-il en tapotant contre son torse, l’air un peu fier même s’il n’y avait pas de quoi l’être sur le coup.

« Ahlala … Tery qui fait le preux chevalier. Je te rappelle que tu as refusé pour moi. »

« Ah ça … Elise, j’ai juste signalé que ça ne me correspondait pas. Le reste, tu sais parfaitement que je te défendrais au péril de ma vie et qu’il en est de même pour Wandy et Zalek. La question ne se pose même pas. »

« Il fait un prix de famille, c’est bien ça, grande sœur Elise ? » demanda Wandy, un léger sourire aux lèvres alors qu’Elise répondait par le même sourire.

« C’est un peu ça … Mais ne t’en fait pas. On finit par s’y habituer à force, c’est Tery. »

« Si vous avez fini de vous moquer de moi, mesdemoiselles. Euh ? Pourquoi ce sourire encore plus grand, mademoiselle Wandy ? »

« Oh … Dommage. Je pensais que vous aviez retiré définitivement le « mademoiselle » de votre langage envers moi. »

« Il en est hors de question. Votre père risquerait de m’en vouloir grandement. Vous avez bien compris ce qu’il a dit, non ? Ca serait trop dangereux et … »

« Je peux vous promettre que rien ne sortira de cet endroit. J’ai tellement envie … que vous m’appeliez uniquement par mon prénom, messire Tery. S’il vous plaît … et je ferais de même à votre encontre, soyez en sûr. »

RAAAAAH ! Elle n’avait pas besoin de battre des cils de la sorte ! Ca donnait l’impression qu’elle allait s’envoler à cette allure ! Ah ! Il regarda maintenant Elise, celle-ci ne faisant qu’hausser les épaules.

« Bon … D’accord … Mais contrairement à Elise, ça ne sera qu’en privé, on est d’accord ? »

« Hmm … C’est pas la même chose qu’avec ma grande sœur mais c’est une bonne amélioration ! Je n’ai donc aucune raison de refuser ça ! Je suis d’accord, messi… euh Tery. »

« Est-ce que je peux moi aussi, dites, dites ? » demanda Zalek en sautillant presque sur place, comme excité de faire partie d’un petit secret.

« Au point où j’en suis, je pense bien que je peux aussi faire ça pour toi, Zalek. »

« Chouette ! Super ! Je peux aussi appeler monsieur Tery Tery ! »

Ah … Les enfants sont formidables. Vrai qu’à part eux deux, il n’avait jamais eut réellement l’habitude de pouvoir en côtoyer depuis qu’il était parti de son village. Oh … Cela faisait si longtemps … et il espérait pouvoir … voir … non. Ca ne servait à rien.

« Et bien, pourquoi cette moue, Tery ? Une mauvaise pensée ? »

« Rien de spécial, Elise. Je vais plutôt plonger dans le sommeil, en attendant que l’on s’arrête … mais promis, je ne dormirais que d’un œil. »

« Pas besoin de promettre. Je me chargerai de défendre Wandy et Zalek si y a un souci … mais comme nous l’avons dit, ils ne sont pas assez fous pour ça. »

Ca serait beaucoup trop dangereux. Ils feront ça discrètement pendant qu’ils seront à la surface. Là, il y a un risque que l’un des nobles ou diplomates tente de s’enfuir s’ils se font attaqués … sauf si … tout le monde à part … non, quand même pas ?

Il vaut mieux pour lui qu’il retire cette pensée absurde de son crâne. S’il commençait à s’imaginer que tout le monde cherchait à les tuer, il ne serait guère mieux que l’empereur Malark au sujet de l’absence de confiance envers autrui.

« Bon repos, Tery. Ne vous … Ne t’en fait pas, on veille sur ton sommeil. »

« J’espère vraiment que je n’en suis pas réduit à ça hein ? A devoir rester sous la surveillance de ceux que je dois protéger. Ah … Et puis zut, je ne vais pas dormir. »

« Oh que si, tu vas dormir. On utilisera la manière forte pour ça. Et je suis sûre que Wandy m’aidera. J’ai plusieurs solutions pour ça. Laquelle tu préfères ? »

« Il est toujours aussi réticent ? » demanda Wandy en regardant sa grande sœur, celle-ci hochant la tête positivement. « Ah oui, tu es une vraie tête de mule en fait ! »

« Et voilà à quoi ça emmène de laisser le tutoiement s’installer. » soupira Tery en marmonnant ensuite dans sa barbe, croisant les bras avant de fermer les yeux. « Contentes toutes les deux ? Satisfaites ? »

« Très, de mon côté, et toi, grande sœur ? »

« Je pense qu’en vue du résultat escompté … on peut être heureuses, oui. »

Il ne chercha même pas à rouvrir les yeux. Pas besoin d’être devin pour savoir qu’elles étaient en train de sourire toutes les deux. Zalek ne pouvait pas réellement comprendre ce qui venait de se passer, mais pourtant, il rigolait, lui aussi amusé.

Comme convenu, son sommeil fût assez léger mais réparateur. Ce ne fût pas Elise mais Wandy qui vint le secouer doucement pour le réveiller, Tery ayant la surprise de voir le visage de l’adolescente bien trop près par rapport au sien. Il n’avait pas chercher à la repousser avec violence mais la demoiselle devait apprendre à se contenir.

« Merci beaucoup, Wandy. Où sont les autres ? »

« Ils sont déjà dehors, en train de préparer le campement. C’est étrange … D’habitude, nous trouvions toujours une auberge ou un endroit où nous reposer mais ici, nous dormons en pleine nature. Ce n’est pas trop difficile ? »

« Haiktos ne vous menait pas la vie dure ? Je pensais que si … C’est vraiment étrange en fin de compte. Comme quoi, je pensais que … »

« Et bien, en fait … de mon côté, Haiktos ne voulait pas que je vienne. Il considérait que j’étais … trop jeune pour l’accompagner. Le souci, c’est qu’il venait chercher Zalek pour l’emmener avec lui … alors qu’il était bien plus jeune que moi. Enfin, je n’ai pas chercher à lui en vouloir, je crois que ça serait complètement inutile. »

« Tu as bien fait, les confrontations inutiles, c’est une vraie plaie si on ne fait pas attention. »

« Surtout, on s’y embourbe et on en ressort jamais. Tout devient un prétexte à une dispute et je pense que ce n’est pas une bonne chose, loin de là. »

« C’est exact ! Je suis certain que tu seras une grande princesse, hahaha. »

« Vous … Tu le penses vraiment, Tery ? Vraiment ? »

« Bien entendu, pourquoi est-ce que je dirais ça pour rire ? Je n’ai aucune raison de mentir, loin de là. Il faut juste que les peuples de la surface soient en paix avec celui des démons. Mais pour ça, on va y travailler, n’est-ce pas ? »

« C’est … C’est vrai ! On va se donner à fond pour y arriver ! »

Elle avait retrouvé des couleurs tandis que Tery ne faisait que lui sourire doucement. Bon, au moins, avec tout ça, les tentes étaient installées et tout … et d’ailleurs, Tery avait le droit à sa tente personnelle. Il pensait qu’il allait dormir avec les autres gardes des nobles mais il semblerait qu’Elise en avait décidé autrement.

« Je préfère que tu sois dans une tente proche de la nôtre, Tery. Je vais dormir avec mon frère et ma sœur par mesure de précaution. »

« Pas de soucis, c’est parfaitement compréhensible. Et je ne dormirais que d’un œil. »

« Où est-ce que j’ai déjà entendu ça ? » dit-elle dans un sourire alors qu’il balayait la réflexion d’un mouvement de la main.

Néanmoins, ils n’eurent pas à s’inquiéter plus que de nature car visiblement, aucun problème à l’horizon. Comme il l’avait imaginé, personne n’avait osé ne faire ne serait-ce qu’un mouvement belliqueux envers les trois membres de la famille royale. Passant sa tête dans la tente royale, il vint dire :

« Il est l’heure de se réveiller, Elise. »

Oups … Il avait un peu oublié que Wandy et Zalek dormaient aussi avec elle. Hum … Et à voir le regard surpris, choqué et rougi de l’adolescente, il comprenait qu’elle n’avait pas l’habitude de voir un homme la réveiller.

« Ahem … Je vais plutôt attendre dehors, si ça ne vous dérange pas. »

Et zoup ! Même s’il n’était pas intéressé par elle, ça ne changeait pas que ça devait être grandement gênant pour Wandy. Bon, Zalek par contre, semblait continuer à dormir de ce qu’il avait remarqué. Ahlala …

« Et bien, Tery, tu rentres dans les tentes des jeunes demoiselles ? Tu devrais voir Wandy, elle est en train de refaire sa coiffure, de se pouponner et autre. Tu as intérêt à lui faire un joli compliment lorsqu’elle sortira, d’accord ? »

« Message parfaitement compris, mademoiselle Elise. » dit-il en souriant alors que la jeune femme aux cheveux auburn était sortie la première.

Zalek avait fait de même, se frottant un peu les yeux. Ah ben voilà le prince du royaume démoniaque. C’était du propre ! Et quelques minutes plus tard, ce fût Wandy qui jeta un regard furtif à gauche et à droite en ayant juste sortie la tête au préalable de la tente. Lorsque le reste du corps vint la rejoindre, Tery était non-loin, disant :

« Et bien, Wandy, tu es rayonnante, aujourd’hui. Je tenais à le signaler. »

Rester le plus naturel possible pour ne pas effrayer la jeune demoiselle. Celle-ci le regarda avec interrogation, comme pour lire dans ses yeux avant de dire d’une voix faible, baissant son visage vers le sol :

« Mer … Merci beaucoup … Tery. C’est très gentil de vo … ta part. Tu … Vous … Enfin, tu le penses sincèrement, hein ? »

« Je n’ai aucune raison légitime de mentir donc bon, je ne vois pas pourquoi tu … »

« Aucune raison ? Est-ce vrai ? Je ne sais … pas … comme se faire pardonner d’être rentré dans la chambre de la princesse … enfin la tente … enfin, tu as compris ce que je voulais dire par là. Je suis sûre que c’est Elise qui t’a dit de dire ça pour te faire pardonner et … »

« Ah, je préfère arrêter ça tout de suite. Elle m’a bien dit de m’excuser pour ma maladresse mais jamais d’être sincère dans mes propos. Ce que je viens de dire, je le pense réellement, Wandy, si cela peut te rassurer. »

« Cela ne me rassure … enfin non, ça me rassure beaucoup de voir que tu fais des efforts. »

« Hahaha … Enfin, est-ce que tu as réussi à bien dormir ? » demanda t-il sur un ton un peu soucieux. « Je ne pense pas avoir besoin de poser la question pour Zalek. »

« Pour lui, je ne crois pas que ça soit nécessaire, c’est exact, hahaha ! »

Au moins, elle était de bonne humeur et c’était toujours une excellente chose. Il ne restait plus qu’à confirmer cela pour le reste de la journée ! Heureusement pour toute la troupê, le voyage se passa sans encombre, jusqu’à se retrouver devant un poste de garde grandement protégé. Tery haussa un sourcil, se rapprochant des soldats pour demander quelques explications. D’habitude, il n’y avait pas besoin d’autant de personnes.

« Ordres impériales. Il semblerait qu’à la surface, cela tente de pousser de plus en plus pour capturer quelques uns d’entre nous. Vous êtes certains de vouloir prendre ces portes ? Même si vous êtes un nombre restreints, si vous vous faites repérés … »

« Si je ne me trompe pas, cela nous emmène dans le royaume de Shunter, non ? »

« D’après nos informations, c’est bien le nom de l’endroit qui est relié à ce passage. Enfin, ce passage et tant d’autres. Simplement, celui-ci est parfois attaqué par des créatures étranges de petite taille et recouvertes de poils. »

« Les gnomolds. Je sais comment les gérer, vous n’avez pas à vous en faire. »

« Vous êtes en petit nombre, vous serez alors plus discrets mais … en même temps, il y a bien plusieurs membres de la famille impériale avec vous, non ? Vous devriez prendre une autre route, ça serait beaucoup mieux. »

« Il ne vaut mieux pas. Cela emmènerait beaucoup trop de retard. Et je connais en grande majorité le royaume de Shunter. Je saurais nous repérer par rapport à ça. »

« Bon … Et bien, vous faites comme vous voulez. Moi, j’ai juste tenu à signaler que ça n’allait pas être vraiment très joyeux. Ensuite, je ne peux rien faire de plus hein ? »

Le soldat avait haussé les épaules et maintenant, Tery était en train de se demander si c’était vraiment une bonne idée ce qui était en train se de produire. Hmm … Il se tourna vers Elise, celle-ci se rapprochant pour se placer à côté de lui.

« J’en prend l’entière responsabilité de ce convoi et des ambassadeurs qui le composent. Vous pouvez maintenant ouvrir les portes. »

« C’est comme vous le désirez. Je vais pas vous forcer si vous êtes décidés. »

« Alors, n’ayez pas peur … et laissez-nous passer. Tery … Tu mènes la troupe ? » demanda Elise alors qu’il acceptait d’un mouvement de tête.


La surface était proche, très proche … vraiment très proche. C’était l’affaire de quelques heures au grand maximum. Généralement, ces avant-poste étaient placés non pas non-loin après l’entrée des grottes mais assez en profondeur. Le but n’était pas d’être visible non plus hein ? Il fallait jouer quand même la discrétion.

« On va vraiment arriver à la surface. » murmura Wandy, encore émerveillée à cette idée.

« C’est pour bientôt mais il faut que vous restiez tranquilles tous les deux, d’accord ? »

« Promis juré. On va être sages comme des images, n’est-ce pas, Zalek ? »

« Je sais pas trop, moi … J’ai pas fait de promesse … bon ! D’accord ! Mais ensuite, on pourra se promener dans les environs et tout ? » demanda Zalek alors que Tery était en train de réfléchir, Elise finissant par répondre à sa place :

« Pas tout de suite. On fera un périmètre de sécurité mais après, vous pourrez vous balader en étant accompagnés de Tery. Qu’est-ce que vous en dites ? »

« Bah ! C’est mieux que rien, je crois ! » s’exclama le plus jeune de la famille impériale, Tery levant les yeux vers le ciel … ou plutôt le plafond de pierre.

« Hahaha, désolée, Tery. Parfois, Zalek aime se comporter comme un enfant. »

« C’est ce qu’il est … donc à la base, c’est une bonne chose. » corrigea le jeune homme aux cheveux bruns. Ils oubliaient presque ce qu’ils étaient … au départ. Mais depuis qu’il les connaissait, il faisait pour changer ça … et il comptait bien y arriver.

Chapitre 38 : De mauvaises intentions

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 38 : De mauvaises intentions

« De ce que j’ai cru comprendre, l’empereur Malark voudrait emmener ses derniers-nés à la surface pour servir d’ambassadeurs avec les races inférieures. »

« Qu’est-ce qui lui prend ? Après tout ce temps à déclarer que la guerre est la seule solution pour purger ces êtres qui nous ont banni pendant des siècles voire des millénaires, il décide de rebrousser chemin ? »

« C’est sa nouvelle fille … Enfin, celle qui vient d’arriver de la surface. »

« Elise, elle s’appelle. Même si elle n’est qu’à moitié-démone, ça ne change rien à son statut royal. On ne peut pas l’évoquer comme si elle n’était rien du tout. »

« Pour quelqu’un qui complote pour l’assassiner, je trouve que tu en fais beaucoup pour ne pas la froisser. Fais attention, on pourrait presque croire que tu fais double-jeu. »

« Je ne fais pas de double-jeu. Simplement, un membre de la famille royale reste de sang royal, qu’importe ses origines. Et ça, il ne faut pas l’oublier du tout. »

« D’accord, d’accord, j’ai rien dit. Je savais pas que tu te sentais aussi proche de la famille royale, quoi. Depuis quand ? »

« Je tiens à te signaler que je travaille pour l’un de ses membres et que toi de même. A partir de là, je ne te laisserai pas insulter une minute de plus. »

« Hey, hey … s’il te plaît, calmes-toi. Je disais ça comme ça. Je pensais pas que tu le prendrais de la sorte. Pardon … On devrait retourner à se focaliser sur Elise, non ? Enfin, la princesse Elise, si tu préfères que je l’appelle ainsi. »

« Je préfère, oui. On en revient donc au sujet principal. Pour la princesse Elise, de ce que tu m’as dit, elle sera donc accompagnée par son jeune frère et sa jeune sœur ? Depuis qu’elle est là, accompagnée de ce demi-démon nommé Tery, elle ne crée que des problèmes. Les deux enfants royaux se sont détournés de la voie qui est la leur. »

« Que devons-nous faire alors ? Préparer une escouade pour … »

« Non. Nul besoin d’une escouade pour en venir à cela. Nous allons placer quelques hommes parmi les troupes qui accompagneront ces … ambassadeurs si ce projet se concrétise. »

« Et pour les enfants ? Que devons-nous faire exactement ? Est-ce qu’il est vraiment nécessaire d’en venir … à les tuer ? »

« Si tel est le cas … qu’il en soit ainsi. Nous ne sommes pas là pour savoir ce qui est bon ou ce qui est mauvais dans nos actions. Nos actes œuvrent pour une bien plus grande cause, quitte à devoir faire quelques sacrifices pour arriver à ce résultat. »

« C’est exact. » termina de dire l’une des deux voix avant que des bruits de pas qui se séparent et une démone à lunettes qui déglutit, collée à un mur. Elle avait entendu une discussion qu’elle n’aurait jamais dût écouter.

Quelques jours plus tard, Tery était à nouveau dans la même pièce que le monarque et ses plus jeunes enfants. Mais cette fois-ci, Clari avait été « invité » à les rejoindre, à la demande de Tery. De base, ce n’était pas comme s’ils avaient une raison pour refuser sa présence. Tous savaient qu’elle n’écoutait que le démon aux cheveux bruns et le monarque pouvait aisément se défendre sans avoir besoin de ses gardes.

« Empereur Malark, si cela ne vous dérange pas, demain, j’aimerai plutôt avoir ma journée pour me promener dans la capitale. »

« Hmm … Y a t-il une raison particulière à cela ? Que je vois si je peux t’accorder cela ou non. Cela dépendra donc de ta réponse. »

« Je veux simplement rendre visite à Héraisty, c’est la renifleuse qui a réussi à nous retrouver, moi et Elise. Juste besoin de lui parler. »

« Je vois, je vois … Et d’après le regard de mes filles, cela ne semble pas leur convenir. »

« Pourtant, Elise sait parfaitement qu’elle n’a pas à s’en faire à ce sujet. Enfin, princesse Elise, je suis désolé, j’oublie mes manières ici. »

« Ce qui veut dire que lorsque je ne suis pas là, tu ne l’appelles que par son prénom, est-ce bien cela, Tery ? »

« Ahem … Je plaide coupable à ce sujet, oui. » avoua Tery en se grattant le derrière du crâne, un peu confus et gêné. Oui, bien entendu, il n’était pas parfait, loin de là. Et puis à côté, c’était oublier qu’il connaissait Elise depuis pas mal de temps.

« Qu’importe ce que je dirais, je ne peux pas vous retirer cela à tous les deux donc bon … Ce n’est pas si important que ça, j’imagine. »

Les deux plus jeunes enfants regardèrent leur père avec étonnement, Elise souriant à Tery. En un sens, c’était mieux d’avoir la confirmation du monarque qu’il pouvait continuer à tutoyer Elise comme auparavant.

« Ainsi, empereur Malark, est-ce que j’ai … néanmoins votre autorisation ou non ? »

« Tu l’as, Tery … mais seulement à partir de demain. Aujourd’hui, nous allons continuer à évoquer ces … Mékalarmiens. »

« Je ne sais pas ce qui vous intéresse réellement chez eux. Ils sont néfastes et mauvais. Sincèrement, ils sont une source de problèmes non négligeable. Vous devriez éviter de vous intéresser à eux, empereur Malark. »

« Vu qu’ils sont belliqueux envers toutes les autres espèces, il est bon de connaître l’ennemi dans ses moindres détails. Tu évoquais leurs écailles, non ? »

Oui ! Les écailles … C’était d’ailleurs le gros point faible des Mékalarmiens. Leurs écailles dévoilaient la magie élémentaire qu’ils utilisaient. Et non, impossible de la masquer à coup de grimage ou autre. La seule méthode était le vêtement ou l’armure intégrale pour cacher.

« Intéressant à savoir … et j’imagine que les Mékalarmiens ne sont pas de grands combattants, n’est-ce pas ? Du moins, ils ne sont pas tous capables de porter de lourdes armures. »

« Malheureusement pour eux, non, ce n’est pas le cas. Mais après, ils ont une intelligence supérieure à la moyenne et je sais qu’ils sont capables de créer des choses monstrueuses et colossales. Disons qu’ils sont très probl … »

« Problématiques, oui. Tu l’as si souvent répété, Tery. » corrigea le monarque alors que Tery se passait une main derrière le crâne, un peu confus et gêné.

« Désolé … Ce n’était pas voulu de ma part. »

C’était simplement que les Mékalarmiens, il les avait en horreur. Il ne pouvait plus les supporter après leurs derniers agissements. Oh, la réciproque était vraie. Les Mékalarmiens le haïssaient pour ce qui était arrivé aux deux derniers dirigeants de leur peuple. Après, oui, il savait clairement qu’il n’était pas tout blanc dans cette affaire. Ses actes criminels n’étaient pas à ignorer et on ne pouvait pas détourner la tête en faisant comme si rien de tout cela n’était arrivé. Ce n’était pas son genre.

Heureusement, la conversation se termina quelques minutes plus tard et le reste de la journée se passa tranquillement, sans anicroche ou autres. Le jeune homme aux cheveux bruns était un peu pressé d’être le lendemain pour retrouver Héraisty. Si la démone apprenait au sujet de ce qui venait de se passer, enfin depuis quelques jours, pas sûr qu’elle croirait ses propos.
Et pourtant, c’était la vérité ! Le lendemain, il était rapidement dans les rues, partant en direction de la guilde des renifleurs. Le souci, c’est qu’il ne s’était pas attendu à être percuté dès la troisième ruelle qu’il empruntait habituellement.

« Aie aie aie … Désolé … C’est de ma faute, je ne regardais pas devant moi. Je suis fautif. »

« Non, c’est de ma faute, j’étais pressée et … Tery ? C’est bien toi ? Tery ! »

Héraisty ? Et bien, euh … Il la regarda avec étonnement. La démone à lunettes avait toujours ces dernières sur le nez malgré le choc mais surtout, son regard était clairement inquiet. Et à la voir esquisser un geste pour aller dans ses bras puis éviter de le faire, il comprenait que la situation … était alarmant ? Ou quelque chose du genre ?

« Héraisty, tu veux que l’on ailles ailleurs pour discuter ? »

« Un endroit un peu discret si possible … Je … Je … Tu es en danger, Tery. Mais pas seulement toi, les deux princesses et le jeune prince aussi ! »

« Oh … Euh … Attends un petit peu, tu sais que commencer par ce genre de propos, c’est très mauvais pour une discussion hein ? »

« Je ne plaisantes pas, Tery ! Suis-moi ! Je sais où nous pourrons nous rendre. » dit-elle en lui prenant la main, le tirant derrière elle sans vraiment lui laisser la possibilité de refuser.

« Je ne plaisantais pas à ce sujet, c’est juste que … Tu devrais te calmer, j’ai une … »

« Je me calmerai seulement lorsque tu seras mis au courant de la situation. »

« Quelle situation ? Où est-ce que tu veux que l’on se rende pour discuter de tout ça ? »

C’était à son tour de poser la question mais les voilà dans l’auberge habituelle, là où ils se retrouvaient généralement tous les deux. Il poussa un léger soupir avant de s’installer à une table isolée dans un coin, accompagné d’Héraisty qui commandait déjà quelques consommations. Lorsqu’il la regarda plus longuement en détails, il pouvait voir quelques cernes aux yeux. Hmm … Sincèrement …

« Tu as eut du mal à dormir, n’est-ce pas ? »

« Et comment est-ce que j’aurais pu dormir dans une telle situation ? Jyaros … Tu connais Jyaros, n’est-ce pas ? Nous sommes d’accord hein ? »

« Bien entendu, on en parle assez souvent pour que je le connaisses presque aussi bien que toi, tu le sais, non ? »

« Ce n’est pas le moment de plaisanter, Tery. Je suis sérieuse … Jyaros … Il … Je devrais peut-être commencer par le début, pour être sûr que tu comprennes réellement la situation. »

Et voilà, il l’écoutait attentivement. Il ne chercha pas à l’arrêter. Elle lui expliquait que tout simplement, pendant qu’elle rangeait de nombreux dossiers dans une pièce normalement interdite à la majorité des employés, sauf elle en vue de ses dernières prestations, on lui avait donné une petite « promotion », elle s’était sentie obligée de se cacher lorsqu’elle avait entendu la voix de Jyaros avec celle d’une personne qu’elle ne reconnaissait pas.

« Et ensuite, qu’est-ce qui s’est passé exactement ? »

« Ils discutaient de diverses choses. Tu sais que … Jyaros … n’a pas été très heureux de ce que j’ai découvert en vous ramenant, toi et la princesse Elise. »

« Ne t’en fait pas, je crois que cela a été aisément remarqué par les soldats qui étaient autour de nous à cet instant précis, entre nous, si je peux me permettre de te dire ça. »

« Tu le peux … mais s’il te plaît, prends la situation au sérieux, c’est très dangereux et j’aimerai que tu comprennes ce que cela veut dire. »

« Je suis sérieux, Héraisty. Simplement … Je n’aime pas te voir aussi effrayée. Des menaces de mort et des tentatives d’assassinat, tu sais aussi bien que moi que cela m’est déjà arrivé non ? C’est pour ça que je ne prends pas ça de façon alarmante. »

« Tu devrais … car je suis au courant de votre projet d’aller à la surface avec des ambassadeurs … Et avec les trois derniers enfants de la famille impériale. »

« Hmm … Est-ce à cause de Jyaros et cette personne avec qui tu discutais ? »

« C’est exact, Tery. Tu vois que ce n’est pas à prendre à la légère, loin de là. » dit-elle en fronçant les sourcils comme pour bien montrer qu’elle était mécontente.

« Je ne te prenais pas à la légère mais là … cela veut dire que les soldats qui surveillent les portes des salles où nous nous rendons avec l’empereur, l’un d’entre eux a décidé de cracher le morceau et ça … j’aime beaucoup moins. »

« Qu’est-ce que vous allez faire exactement alors ? Car … vous n’allez pas rester là, les bras croisés sans rien faire, n’est-ce pas ? »

« Il en est hors de question. J’irais prévenir Elise et l’empereur Malark. Merci beaucoup, Héraisty. Si tu as peur pour ta vie, tu sais, je peux demander à Elise de te faire avoir une chambre dans le château impérial. »

« Ca serait la preuve parfaite que je sais quelque chose et que je sois ciblée par Jyaros et ses compagnons. Non, je vais faire comme si de rien n’était. »

« Tu es certaine à ce sujet ? Car je te rappelle que c’est quelque chose … enfin … C’est vraiment mortel, tu le sais, n’est-ce pas ? »

« Vraiment mortel ? Y a d’autres façons de mourir, Tery ? » dit-elle alors qu’elle avait un petit sourire qui se voulait rassurant. Elle venait d’inverser leurs positions. C’était à son tour de montrer que maintenant qu’il était au courant, elle n’avait plus à s’en faire.

« Mais non, ce n’est pas comme ça … Enfin, ce n’est pas ainsi. Enfin, ce n’est pas de la sorte … à laquelle je pensais, tu sais bien ! »

« Hahaha … Ne t’en fait pas, je sais que si j’ai un problème, je peux compter sur toi pour m’en sortir, n’est-ce pas ? Mais est-ce que tu crois que … »

« Je vais voir ce que je peux faire, Héraisty. Le monarque a à peine confiance en ce projet mais peut-être qu’avec l’appui d’Elise … car je n’ai pas oublié ce que tu voudrais faire. »

« Merci beaucoup, maintenant que nous sommes ici, mangeons un morceau et buvons … sauf si tu es pressé d’aller les prévenir. »

« Oh, tu sais, Elise et la princesse Wandy me font la tête quand j’ai signalé où je me rendais. »

« Oh ? C’est vrai que tu voulais me voir, je parlais, je parlais … mais toi, qu’est-ce que tu veux me dire exactement ? Ou alors, c’était … »

« Et bien, tu es déjà au courant en fait, tout simplement, hahaha. » dit-il en lui confirmant ce qu’elle pensait. C’était tout simplement ce qu’elle avait évoqué … même indirectement. Il s’agissait du projet d’ambassade à la surface.

« Est-ce que tu as une idée de comment tu vas faire exactement, Tery ? Pour y arriver ? De ce que tu m’as dit, la surface, tu n’es plus … vraiment apprécié, non ? »

« C’est pas faux … mais bon, malgré cela, je vais quand même tenter le coup. Je n’ai rien à perdre … et je ne pense pas que deux enfants devraient être la cible des gens de la surface. Du moins, des personnes que je fréquente. Le reste, je préfère me méfier quand même. On n’est jamais trop prudents … et je resterai sur mes gardes à ce moment précis. »

« De toute façon, tu ne seras pas seul … mais il te faudra prendre des personnes de confiance, tu le sais, non ? »

« Malheureusement, tu sais aussi bien que moi que ça ne sera pas possible. Ils vont se douter d’une chose si on fait ça … et donc, lorsque nous reviendrons, il y aura un comité d’accueil qui nous attendra … et nous aurons aucune chance d’en sortir vivants. »

« Alors, qu’est-ce que tu comptes faire ? Quelle idée est-ce que tu as en tête ? »

« Tout simplement … celle qui consiste à se prépare mentalement à la confrontation. Nous sommes au courant de leur projet … Et nous pourrons alors réagir en conséquence. Si on ne leur laisse aucune chance à cet instant précis, ils regretterotn d’être nés. »

« D’accord … donc on ne reste pas sans surveillance et protection mais en même temps, on fait comme si de rien n’était. »

« C’est à peu près ça, oui. Qu’est-ce que tu en dis ? Ca te semble raisonnable ? »

« Pas le moins du monde mais en même temps, en vue de la situation future sur laquelle on va tomber, ce n’est pas comme si nous avions tellement le choix … sauf si tu décides d’annuler ce projet mais je ne crois pas que ça soit à l’ordre du jour. »

« Pas le moins du monde, Héraisty. C’est pourquoi je ne m’en fais pas. Et puis, content surtout de voir l’idée d’Elise se concrétiser. Ah, le repas de l’auberge, ça me change de celui du château … et c’est une bonne chose. Des fois, trop raffiné, c’est … pas à mon goût. »

« Hahaha, monsieur est difficile mais pas dans le bon sens, c’est bien ça ? »

« Hey, je suis quelqu’un qui aime la nourriture simple, tu sais ? A la surface, je ne vivais pas dans le luxe, je suis le fils d’une paysanne qui vivait un peu isolée du reste du village. Je n’ai pas la tête à chercher ce qui est bon ou ce qui est mauvais, qu’est-ce que tu crois. »

A voir le sourire radieux d’Héraisty, il avait la sensation que discuter avec lui lui produisait le plus grand bien. La démone devait sûrement avoir besoin de décompresser mais maintenant, après toute cette agitation et surtout cette nouvelle, elle devait sûrement se sentir bien mieux maintenant.

« Et toi, ces repas à l’auberge, ils ne sont pas trop fades à force ? »

« Vu qu’il m’arrive parfois de changer d’auberge et de taverne suivant les jours, j’ai la chance de pouvoir avoir des repas différents et équilibrés. »

« C’est vrai qu’en même temps, je ne sais pas, je ne te vois pas tellement aux fourneaux. »

« Malheureusement, le travail de renifleuse m’en empêche grandement. »

« A ce sujet, rien de nouveau ? Car j’ai l’impression que depuis nous, tu n’as plus vraiment fait de trouvailles en tant que renifleuse. Est-ce que je me trompe ? »

« A cause de ma découverte, on peut dire clairement que je suis maintenant mise de côté … mais tu sais quoi ? Je pense que ce n’est pas bien grave. Je pense aisément que je peux m’en remettre. Et puis, je ne crois pas que je suis à plaindre, n’est-ce pas ? »

« Pas le moins du monde … enfin, de toute façon, même si c’était le cas, tu sais où me trouver. Je suis en partie responsable de tout ça, hein ? »

« L’ouverture des portes démoniaques, le contact avec la surface ? Oui, oui, je confirme que tout ça est de ta faute. Mais bon … »

« Je ne parlais pas vraiment de ça, Héraisty … mais … merci de ne pas en tenir compte. »

Il savait aisément qu’elle avait compris de quoi il parlait mais elle avait fait semblant d’ignorer complètement le sujet. C’est pourquoi il appréciait le geste. Le repas se termina calmement et ils marchèrent tous les deux pour digérer. Sur le chemin, ils parlaient maintenant de tout et de rien, comme d’habitude.

« Et bien, et bien … Merci pour la petite balade, Tery. C’était très sympathique de ta part. »

« Je ne vois pas en quoi, ça ne change pas d’habitude, non ? »

« Oh, disons que ça fait toujours plaisir de se faire accompagner, tu ne crois pas ? Prends soin de toi et j’attendrais de tes nouvelles, d’accord ? »

« C’est à moi de te dire de faire attention. Surtout avec la situation actuelle. Tu prends garde, d’accord, Héraisty ? Maintenant, je vais te laisser. »

« Pas de soucis. Rentres bien de ton côté, d’accord ? »

Il fit une petite salutation de la main pour dire que oui avant de s’éloigner de la guilde des renifleurs. C’était une journée habituelle et cela lui avait fait le plus grand bien. Avec toute cette histoire liée à cette future expédition, autant dire qu’il avait beaucoup à faire.

« Messire Tery, comment s’est passé cette rencontre ? »

« Oh … Princesse Wandy ! Je ne vous attendais pas ici ! » s’exclama le jeune homme aux cheveux bruns, surpris de voir l’adolescente au détour d’un couloir dans le château, et cela à peine deux minutes après être revenu.

« J’avoue que j’étais un peu impatiente d’avoir de vos nouvelles. »

« Oh, il n’y avait rien de si spécial par rapport à ça, vous savez. A ce sujet, j’ai d’ailleurs à parler à votre père mais aussi à votre sœur. Mais cela vous concerne aussi ainsi que votre petit frère. Est-ce que vous pouvez aller le chercher ? »

« Oh ! Euh … Ah oui … Bien entendu, messire Tery ! »

Elle ne s’était pas attendue à ce qu’il lui demande quelque chose et elle resta immobile, un peu bouche bée. Finalement, elle partit à sa suite, demandant à un garde d’aller chercher Elise et Zalek qui étaient ensemble. De quoi voulait parler Tery ?

Chapitre 37 : Un convoi royal

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 37 : Un convoi royal

« Ma fille, j’aimerai que nous parlions un plus de ce … jeune prince devenu roi. »

« Royan ? Oh … Euh … Si vous voulez mais pour quelle raison spécialement voulez-vous que l’on parle de lui ? Je veux dire, cela ne vous intéressez pas avant. »

« Et bien .. .Je veux en savoir plus à son sujet, est-ce un mal ? » demanda le monarque en regardant sa fille, celle-ci hochant la tête vivement avant de répondre :

« Non non ! Pas du tout ! Vous vous trompez complètement ! Je serais vraiment ravie de vous en parler. Je n’attendais que ça ou presque ! » dit-elle en posant une main sur son coeur comme pour le convaincre du bien fondé de ses propos.

« Je veux en savoir plus sur vos compagnons de la surface. Peut-être devrions nous inviter Tery aussi ? Qu’est-ce que tu en dis ? »

« Ca serait une excellente idée, père. Je suis certaine qu’il connaît bien mieux Royan et les autres membres que moi. Il pourra aussi vous parler de Clari, c’est à quoi ressemble le golem qui l’accompagne continuellement. »

« Clari … Hmm … C’est vrai qu’il ne faut pas oublier ça. Soit, nous allons faire ainsi. Tu peux aller chercher Tery et … Hmmm ? Un souci ? »

« Je viens de penser que Tery est depuis quelques jours entouré par Wandy et Zalek. Je me disais que peut-être … nous pourrions les faire venir avec nous ? Contrairement aux aînés, ils ont l’air de vraiment l’apprécier et puis, cela leur ferait du bien d’écouter plus d’histoires de la surface, pour qu’ils se forgent leurs propres idées sur la question. »

« Tu n’en démords pas … n’est-ce pas ? Bon, qu’ils viennent eux aussi. Mais peut-être devrions nous plutôt aller dans une autre salle pour discuter de tout cela. La salle du trône n’est pas faite pour cela. »

« C’est vrai ! Bon, je vais vite me dépêcher alors, hahaha ! »

Hahaha ? Est-ce qu’il avait dit quelque chose de drôle ? Il haussa un sourcil en regardant sa fille partir de la salle du trône, se levant de ce dernier pour faire quelques pas et quitter la pièce à son tour, signalant aux gardes de ne pas le suivre.

« C’est vrai qu’on peut vous accompagner ? Vous allez pas avoir des conversations d’adultes, c’est sûr ? Même moi ? »

« Oui, oui, Zalek. Même toi. Père a accepté que vous veniez. »

« Si cela avait été une conversation d’adultes, je sais que je n’y aurais pas eut le droit. Je ne suis pas encore une adulte aux yeux de beaucoup. » bougonna Wandy en faisant la moue, Tery disant d’une voix calme :

« Ah bon ? Pourtant, je vous trouve très mature pour votre âge, mademoiselle Wandy. C’est étrange. On dirait que je me suis donc trompé. »

« Hein ? Oh … Euh … Vous le pensez vraiment, messire Tery ? »

« Je n’ai aucune raison de mentir, pourquoi je devrais avoir recours à cela ? Je le penses vraiment, oui. Vous ne devriez pas avoir à vous inquiéter, loin de là. »

« Oh … Et bien … Euh … J’accepte cette vile flatterie de votre part, hihihi. »

Rougeur aux joues, l’adolescente démoniaque a les yeux baissés mais des étoiles dans ces derniers. Il semblerait que le compliment l’affectait bien plus qu’on ne pourrait le penser. Elise regarda Tery, celui-ci lui faisant un léger sourire. Ah oui … Bien entendu Elle comprenait qu’il avait fait cette remarque à dessein même s’il y avait une chance qu’il le pense vraiment. Un vrai manipulateur de femmes, tiens donc.

« Oh ? Nous n’allons pas dans la salle du trône aujourd’hui ? »

« Il semblerait que non ! Père a décidé que nous serions mieux dans une autre salle pour discuter de tout et de rien. En un sens, je peux le comprendre, il est vrai que nous utilisions un peu trop souvent la salle du trône pour nos banalités. »

« Ah ben ça … Faut avouer que votre père n’a pas tort à ce sujet. Même pour discuter tout simplement, nous nous rendions dans la salle du trône. Il est alors normal qu’il nous en fasse la remarque, n’est-ce pas ? »

Tous appuyèrent les propos du jeune homme aux cheveux bruns. Avec tout ça, ils étaient arrivés devant les portes d’un des nombreux salons du château impérial. Deux gardes étaient devant, le quatuor se présentant devant eux.

« L’empereur vous attends. Vous pouvez rentrer. »

L’un des gardes ouvrit les portes pour les laisser passer, Elise étant la première, suivie par Wandy, Zalek et enfin Tery qui fermait la marche. Tous pénétrèrent dans la pièce richement décorée, le monarque étant assis sur un fauteuil, un verre à la main contenant un liquide rouge. Elise haussa un sourcil, disant :

« Père, est-ce vraiment bon que de boire maintenant ? En pleine journée ? Je ne suis pas certaine que ça soit vraiment très recommandée, vous savez. »

« Je confirme tes propos, ma fille, mais je patientais jusqu’à ce que vous arriviez. Maintenant que c’est le cas, installez-vous donc. Tery, tu peux aussi t’asseoir, j’estime que tu en as assez fait pour mériter ce traitement. »

« Merci beaucoup, empereur Malark. Je suis honoré que vous m’accordiez cette faveur. Votre fille est venue nous chercher car vous étiez intéressés par les histoires de la surface ? Mais n’avions nous pas eut déjà cette conversation auparavant ? »

« C’est exact mais non pas sur quelques points plus précisément. Installes-toi tout d’abord et ensuite, nous allons pouvoir commencer à converser. Zalek, Wandy, je compte sur vous pour ne pas lui couper la parole, nous sommes bien d’accord ? »

« Il en va de soit, père. » murmura Wandy d’une voix lente et un peu trop neutre pour que cela paraisse naturel.

« Oui, père. » compléta Zalek sur le même ton. Hmm … Même si cela faisait déjà plusieurs jours depuis la mise à mort de leur grande sœur, il semblerait que leur rancune était plutôt tenace, contrairement à ce que Tery pensait. Enfin, il leur faudra du temps mais ils comprendront aisément que Lylé n’était pas une bonne grande sœur, contrairement à Elise. Et puis, intérieurement, il tentait d’être un membre de leur famille … pour leur permettre un meilleur avenir que celui prévu par les aînés de la famille royale.

« Tery, je ne vais pas y aller par quatre chemins. Ma fille n’a pas arrêté de me parler de la surface, encore et toujours. »

« Je sais qu’elle est très tenace quand elle a une idée en tête, je peux vous le promettre. »

« Oh que oui … Et disons que … je voudrais vraiment que tu m’en dises plus sur la surface. Dans les moindres détails, que ça soit les lignes d’Alzar, Zélisia, les différents royaumes, leur mode de vie, leurs habitants, leurs souverains. »

« Oh … Euh … Cela ne va pas prendre qu’une heure ou deux, empereur Malark. Je tiens à vous le dire avec honnêté. J’espère que vous comprenez. »

« Je le conçois parfaitement et je suis prêt à cela. Je n’ai pas peur … quitte à ce que cela dure plusieurs journées avec des pauses entre elles. A vous de me convaincre de mon choix. »

« Vous voulez dire que … pour la surface, vous voulez tenter … »

« Parles moins, Tery … et plus d’explications. Je te laisse commencer par la nation que tu désires ou par tes compagnons et autres. »

Ah ben … Zut … Il semblerait que l’interrogatoire venait de débuter. Enfin, qu’il allait devoir parler pendant des heures et des heures. C’est sûr que c’était autre chose qu’un entraînement et un combat, que ça lui changeait mais quand même …

Et à voir comment il parlait, ça semblait intéresser grandement les deux enfants. C’est vrai qu’il romançait un peu le tout mais bon … de là à être complètement absorbé par ses propos … voilà quoi. Mais bon, tant mieux en un sens, n’est-ce pas ?

« Hum … Euh … Cette Elen, messire Tery, à quoi est-ce qu’elle ressemble ? »

Il cligna des yeux à la question de Wandy, ses yeux se posant sur elle. Physiquement ? Il n’en avait pas parlé ? C’est vrai que ça serait plus intéressant. Surtout qu’elle avait changé depuis tout ce temps … en bien, physiquement.

« Bah, déjà, elle n’était pas très grande. Je ne m’estime pas vraiment grand mais elle l’était encore moins que moi, c’est dire ! Sinon, elle avait des cheveux blonds, un masque blanc, un justaucorps rouge … enfin, d’après mes souvenirs, ça fait plusieurs années. Elle a aussi des yeux bleus magnifiques mais voilà, suivant son humeur, ils peuvent virer au rouge, comme ceux des démons ou des utilisateurs des lignes d’Alzar. C’est vraiment une femme superbe et elle utilisait principalement un arc qu’elle créait entre ses mains. »

« Je vois, je vois … Hum … D’accord, merci, messire Tery. »

La jeune adolescente se renfrogna sur place, comme si elle venait d’apprendre une mauvaise nouvelle. Tery évita de la regarder plus longtemps, comprenant parfaitement ce qui se passait avant de recommencer à parler. En fait, il racontait toute son histoire, mais en décrivant bien plus les différents protagonistes.
Le petit truc problématique, c’est qu’en commençant à évoquer Manelena, Wandy avait décidé de relever son regard pour le poser sur lui, fronçant les sourcils. Est-ce qu’elle avait deviné quelque chose à son sujet ? Gloups … Enfin, non, il ne fallait pas mentir. Il regarda le monarque puis reprit :

« Pour Manelena, ma relation avec elle a été assez compliquée pendant des années … et depuis l’ouverture des portes démoniaques, je ne peux pas prétendre qu’elle se soit réellement arrangée, je dois avouer. »

« Que veux-tu dire par là ? Il s’agit de la reine de la nation dont tu viens, n’est-ce pas ? »

« L’actuelle reine mais à l’époque, ce n’était pas le cas. Elle était une simple maréchale … et personne ne savait qu’elle était la fille du roi. Elle l’a caché pendant des années et des années. Elle se faisait appeler la maréchale Nali et … »

« A quoi est-ce qu’elle ressemblait ? » demanda Wandy à nouveau, coupant la parole à Tery alors que l’empereur se tournait vers sa fille, visiblement agacé par son action. « Pardonnez-moi, père, mais j’estime que cela a son importance. »

« Grande, vraiment grande. Je dirais que par rapport aux démons, elle ferait dans la moyenne voire même en dépasserait une bonne partie. Au moins un bon mètre quatre-vingts dix. Elle a des cheveux couleur argent et des yeux rubis continuellement. Elle est vraiment très forte et expérimenté. On dirait qu’elle a un mauvais caractère mais il suffit de bien la connaître pour comprendre qu’elle est bien plus que ça. »

« Et … par rapport à elle ? Qu’est-ce que … vous en pensez exactement ? »

« Hmm … Disons que je parlerai d’elle un peu plus tard si vous me permettez, mademoiselle Wandy. On va dire que j’ai bien à l’évoquer … mais plus tard. »

Et à voir la légère rougeur aux joues, impossible d’ignorer que ce n’était pas rien ce qui allait se passer. Bon … ll devait aussi parler des médaillons, des créatures mythologiques et aussi des autres nations. L’empereur était vraiment intéressé par ce qu’il racontait, c’était étrange de se dire que cet homme qui l’écoutait avait tué sa fille de sang-froid.

« Y a t-il une nation plus problématique que les autres ? »

« Mékalarma ! Vraiment ! Ces êtres écailleux sont de vraies aberrations ! Ils haïssent le monde entier, qu’importe la race et c’est à se demander s’ils ne se détestent pas entre eux ! Bref, eux, ce sont vraiment les plus dangereux et il vaut mieux pas tenter quoi que ce soit ou espérer quelque chose de leur part. »

« Donc il est possible que tu n’aimes pas une race, c’est étonnant. »

« Euh … Empereur Malark, sauf votre respect, je ne suis pas que paix et amour. J’ai aussi des personnes que je n’apprécie pas. Mais bon, où est-ce que j’en étais ? Ah oui, les créatures légendaires. Vous savez, pour ouvrir les portes démoniaques, ce n’est vraiment pas aisé. »

Et voilà qu’il expliquait l’histoire des médaillons, l’aigle bicéphale, l’arme vivante et tout le reste. Il expliquait que tout cela brisait des sceaux sur les portes démoniaques se trouvant sous Omnosmos. Au nom de la ville, le monarque poussa un léger soupir :

« Cette ville est connue aussi dans nos bibliothèques. Elle était le centre du monde à la surface, tout était relié avec elle. Je vois qu’elle existe toujours … et il semblerait qu’elle ait gardé la même fonction, malgré tout ce temps. »

« Et Ernold est le grand archimage, la sommité la plus puissante et connue dans le monde. Tout le monde l’écoute ou presque. C’est dans la tour des archimages, dans son sous-sol, qu se trouvent les portes démoniaques. »

« Les portes démoniaques … les plus importantes … celles qui retenaient tous les démons sous terre pendant des siècles et des millénaires … »

Comme si tout cela était empreint de nostalgie, le monarque semblait avoir le regard un peu ailleurs, perdu au loin tandis que Tery s’était arrêté dans ses propos. Avec tout ça, il avait quand même parlé pendant un bout de temps. Peut-être qu’il faudrait mieux se reposer non ? Enfin, il finit par demander au monarque s’il voulait faire une pause.

« Cela vaut mieux. J’ai la gorge sèche et il est vrai que s’asseoir aussi longtemps en en faisant qu’écouter peut paraître assez laborieux. »

Comment est-ce qu’il doit s’exprimer sensément ? Il n’en sait trop rien. Le monarque signalait bien que la pause était nécessaire mais en même temps, était-ce vraiment suffisant ? Il parlait, parlait, parlait … mais il n’était pas certain de l’intérêt de tout ça dans le fond. Il regarda l’empereur Malark avant de reprendre :

« Empereur Malark, ce regain d’intérêt par rapport à la surface, qu’est-ce que … »

« Je te l’ai exprimé au départ … au sujet des propos de ma fille, non ? Elle voudrait … que nous voyons pour envoyer une délégation à la surface avec pour but de créer des liens amicaux avec les nations qui s’y trouvent. »

« Mais vous, est-ce que vous pensez que c’est une mauvaise idée ou non ? Qu’est-ce que vous envisagez réellement ? Est-ce que cette idée vous plaît à imaginer ou non ? »

« Au départ, j’étais très réticent. Je ne compte pas changer d’avis juste par de belles paroles. Simplement, ma fille est là pour me permettre d’ouvrir l’esprit et de montrer que je peux espérer bien plus que des guerres triviales. »

« C’est vrai, père ? Vous voudriez que nous entretenions des relations amicales avec les nations de la surface ? Comme celle où est né messire Tery ? » demanda Wandy, très intéressée par le sujet alors que son père lui répondait :

« C’est exact mais … attention. Je ne promets rien du tout, loin de là. Ne vous bercez pas d’illusions. Ma décision n’est pas prise. »

« Est-ce que … si on envoie des ambassadeurs à la surface, est-ce que moi et Zalek, nous pourrons en faire partie, père ? »

Il cligna des yeux, comme Tery et Elise, les trois adultes regardant l’adolescente avec étonnement. Visiblement, ils ne s’attendaient pas à une telle proposition de sa part et le monarque demanda :

« Pourquoi cette proposition, ma fille ? Qu’est-ce qui vous intéresse dans tout ceci ? »

« Me rendre utile pour vous mais aussi le peuple des démons. Nous sommes en âge de pouvoir utiliser notre influence pour vous épauler, père ! Et en même temps, cela nous permettra d’être plus indépendants et moins influençables en suivant nos aînés. »

« Tu oublies une chose : il y a de fortes chances qu’Elise vous accompagne si je décide de vous laisser faire, n’est-ce pas ? »

« Et j’imagine que vous préférez que nous soyons influencés par elle que par nos autres aînés, n’est-ce pas, père ? »

Un petit rictus se dessina sur les lèvres de l’empereur Malark. Même si cela n’avait pas été dit avec provocation, il fallait avouer que le ton utilisé par sa fille était un peu moqueur.

« Humpf … Il est vrai que cela serait beaucoup mieux. »

« Alors, si cela est décidé, vous pourrez penser à nous, père ? »

« J’y réfléchirais, oui. Peut-être que cela est possible … c’est exact. Bon … Tery, merci pour cette conversation. Nous la reprendrons un autre jour. »

« Comme vous le désirez, empereur Malark. Si mes histoires vous conviennent, je pourrais vous en raconter d’autres et … »

« Avant toute chose, j’ai une question qui me taraude. A toi d’y répondre si tu le désires. Mais dans ta voix, j’ai remarqué qu’elle changeait quand tu parlais de Clari … cette femme qui ressemble à ce golem qui t’accompagne. »

« Elle était un peu ma grande sœur. Toujours souriante et heureuse, elle ne rechignait jamais à me faire sourire même quand j’allais mal. On avait pas de liens de sang mais ça n’empêchait pas que je tenais énormément à elle. Enfin bon … Ca c’était avant. »

« Et par rapport à cette Manelena … Qu’est-ce que tu peux me dire à ce sujet ? Là encore, ta voix était différente, un peu comme celle que tu emploies lorsque tu parles de cette Elen. »

« Oh … Euh … J’ai d’abord une question : Qu’est-ce qui vous fait penser que ma voix est si différente quand je parle de ces deux personnes ? Je sais pas où vous voulez réellement en venir, je dois avouer. Vous pouvez me dire ? »

« Au fil des décennies, j’ai appris tout simplement à savoir qui me mens, qui a des émotions contraires et tout le reste. Donc … Manelena ? »

« Disons que … Je ne suis pas le meilleur des humains de ce côté-là. Je crois que je … l’aime autant qu’Elen. Je sais particulièrement que ce n’est pas très … »

« J’ai eut ma réponse, tu n’es pas obligé d’en dire plus à ce sujet, Tery. Allons-y. »

Comme il le désirait. Il voulait juste être sûr de ses sentiments par rapport à Manelena, c’est bien ça ? Mais qu’est-ce qu’il y gagnait à confirmer ça ? Il n’en savait trop rien. Néanmoins, comme cela faisait quelques heures qu’ils parlaient, il était maintenant temps de manger.

Tous assis autour d’une table, voilà qu’ils étaient en train de manger comme si de rien n’était. Pour l’heure, les discussions étaient terminées, du moins sur le sujet. Enfin, c’est ce qu’il aurait aimé croire mais il s’était trompé assez lourdement. Wandy était assise à sa droite et semblait vouloir faire la conversation à ce sujet.

« Messire Tery, vous n’auriez pas une représentation golémique de cette dame nommée Manelena mais aussi cette dame Elen ? »

« Euh … Je n’ai jamais réellement pensé à créer des golems pour qu’ils ressemblent à quelqu’un d’humain, je dois l’avouer. Pourquoi cette question ? »

« Oh … Je voulais juste voir à quoi elles ressemblaient, c’est tout. Mais alors, cette femme-golem nommée Clari, comment est-ce que vous avez réussi à la confectionner ? »

« Par accident, je ne dirais pas par erreur car c’est ma plus belle réussite … mais par accident. Je ne sais pas du tout comment ça se passe … enfin, comment j’ai réussi de ce côté. »

« D’accord, d’accord … donc c’est la réussite d’une vie. » rectifia Wandy alors qu’il se grattait le derrière du crâne avec un peu de confusion.

« On peut dire ça comme ça … j’imagine … hahaha. »

Il rigolait mais en un sens, il avait pas de quoi être fier. Il poussa un léger soupir comme légèrement fatigué par tout ça. Il était certain qu’elle lui avait posé cette question car elle voulait se faire une idée de son type de femmes. Sauf que voilà, Manelana et Elen, c’était vraiment le jour et la nuit dans tout ça.

« Quand même …Si on envoie une délégation à la surface, il faudra peut-être voir pour faire de même dans l’autre sens, non ? »

« Elise, ne nous pressons guère. Faire du zèle pourrait mener à de graves conséquences si nous ne faisons pas attention. »

« C’est vrai, père. Je pense que j’ai voulu aller trop vite … mais en même temps, comment expliquer cela … J’ai été si contente de savoir que vous approuviez mon idée. »

C’est bien pour cela qu’elle était pressée que tout cela se mette en place !

Chapitre 36 : La chair des dieux

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 36 : La chair des dieux

« Ma fille, je m’interroge sur une chose. »

Depuis la disparition de la grande sœur d’Elise, celle-ci était quotidiennement dans la salle du trône de son père, discutant avec lui assez souvent par rapport à tout ce qui les entourait. Elle le regarda, attendant la suite de sa question :

« Ces deux démons que tu évoquais, est-ce que tu connais leurs noms ? »

« Je ne suis plus sûre de m’en rappeler. Je pourrais demander à Tery au cas où mais je ne sais pas s’ils se sont présentés … Je crois qu’ils ne l’ont pas fait. »

« Cela m’interpelle et j’avoue que j’aimerai avoir plus d’informations à ce sujet. Dès que tu peux, si tu y arries, préviens moi, d’accord ? »

« Cela sera fait, père. Je vais même y aller de ce pas. Je crois qu’il est avec … »

« Wandy et Zalek, je suis au courant à ce sujet. Depuis cet événement, il est souvent à leur côté. Je sais qu’il ne pense pas à mal mais beaucoup se font des idées suite à ses préoccupations mais en même temps … »

« Vous n’avez pas vous en faire, père. Vous savez aussi bien que moi que Tery ne pense pas à mal et qu’il se fiche guère de ce que les gens pensent de moi. Enfin, la grosse majorité du temps … mais là, sur le coup, je ne pense pas que ça le dérange réellement. Je vais aller le voir maintenant, père. »

Il fit un petit mouvement de la tête, ayant bien remarqué que sa fille se répétait bien qu’il ne fit aucune remarque à ce sujet. Ce n’était guère le moment de l’embêter avec ce genre de petit désagrément. La démone aux cheveux auburn quitta la salle du trône, marchant dans les couloirs tout en saluant les gardes sur son passage.

Ce ne fut pas bien difficile de retrouver Tery. Ce dernier était visiblement en train de discuter avec Wandy, installé sur un banc tandis que Zalek jouait devant eux. Malgré le jeune âge de la démone, il était difficile de ne pas reconnaître élégance et la noblesse qui émanaient d’elle. Et puis, Elise reconnaissait aisément ce sourire et ce ri si particulier aux gens de la haute société. Ah oui, elle s’en rappelait.

A l’époque où elle n’était qu’une simple serveuse, les nobles restaient rares mais pas inconnus. Ceux qui s’arrêtaient dans l’auberge avaient toujours ce petit rire. C’était un rire qui donnait l’impression que l’on rigolait de ce que disait l’autre personne alors qu’il sonnait faux. Dans ce cas précis, elle avait la sensation que Wandy … riait réellement avec Tery.

« Dommage qu’elle soit arrivée beaucoup trop tard. »

Mais rien empêchait l’adolescente démone de continuer son numéro de charme. Et puis, elle ne se faisait pas oppressante. Oui, il était possible de la sauver … de la faire devenir quelqu’un de différent, quelqu’un qui n’était pas comme ses aînés.

« Oh ! Grande sœur, tu es là depuis quand ? »

Oh ? Vrai qu’elle s’était avancée sans même s’en rendre compte. Elle était un peu idiote, sur le coup vu qu’elle s’était décidée à les laisser un peu tranquilles mais elle sentit la présence de Zalek contre ses genoux.

« Grande sœur ! Bonjour ! Comment est-ce que tu vas ? »

« Je vais bien et toi ? Tu as bien dormi ? Qu’est-ce que tu faisais de beau ? »

« Bah … Euh … Je cherchais quelques bêtes dans les herbes. »

Les herbes ? C’est vrai. Elle ne s’était jamais réellement posé la question mais elle pouvait se demander comment était-ce possible qu’une végétation puisse naître ici ? Du moins, une végétation comme celle de la surface. Est-ce que les cristaux laissaient émaner une lueur pareille à celle de l’astre solaire ?

« Je vois, je vois … et tu as trouvé des choses intéressantes ? »

« Ah ben oui, un scarabée bifourchu ! L’est pas mignon ? » dit-il tout en présentant l’insecte dans sa main droite.

Un scarabée tout ce qu’il y avait de plus normal … ou presque … si on omettait son appendice nasal qui se disait en deux fourches, donc quatre petites pointes. Ah ! Et aussi la sorte de bave qui coulait de sa gueule. Une bave qui ne semblait guère déranger l’enfant démoniaque qui fit un grand sourire à Elise qui recula instinctivement.

« Euh … Vraiment magnifique, oui. Mais éloignes-le de moi s’il te plaît. »

« Tu n’aimes pas les insectes ? Pourquoi que toutes les filles n’aiment pas les insectes ? Je comprendrais jamais … sont pas méchants, enfin les petits. »

« C’est sûr que les gros, c’est autre chose, Zalek ! Je peux te l’avouer. D’ailleurs, le pire est quand ils sont à moitié démoniaques. »

« Vrai que certains démons dévorent leurs chairs et se transforment ! Mon grand frère m’en a montré et c’est vraiment pas beau du tout à voir. »

« Disons que les démons qui décident de perdre leur apparence originelle ne valent pas mieux que des bêtes. Ils ont un peu de lucidité mais leurs instincts primaires prennent le dessus. Est-ce que vous en avez déjà rencontrés, Tery ? J’imagine que oui, vu que vous venez de la surface et que vous êtes arrivés jusqu’ici. »

« C’est exact … Je ne sais plus si c’était une araignée ou autre … Enfin, un mélange vraiment glauque et pas du tout plaisant à regarder. »

« Tery ? Est-ce que je peux t’embêter deux minutes ? J’aimerai te poser une question, seule à seul, si ça ne te dérange pas trop. »

« Euh, oui, bien entendu. Mademoiselle Wandy, si vous voulez bien vous occuper de votre petit frère pendant que je discute avec Elise ? »

« Pourquoi est-ce qu’elle, elle a du Elise et moi, j’ai du mademoiselle ? » marmonna Wandy en croisant les bras à hauteur de poitrine alors que Tery s’éloignait avec Elise.

Une dizaine de mètres plus loin, Tery jetant un œil quand même aux deux enfants au cas où, il attendait qu’Elise lui pose la question qui la taraudait. A la voir, on aurait presque l’impression que tout cela la dérangeait … mais pourquoi ?

« Dis moi … Je n’aime pas remuer le couteau dans la plaie mais … Euh … Mon père me demandait si tu as un nom par rapport aux deux … démons. Tu sais, les deux vieux démons qui vous ont manipulé pour ouvrir les portes. »

« Euh … Wow … Je pensais que c’était vraiment quelque chose d’important en vue de ton regard mais euh, attends, faut juste que j’y réfléchisses et je te dis ça. »

Cela faisait un bout de temps et bien entendu, il devait s’en rappeler. Simplement, sa mémoire avait sûrement préféré mettre cette information de côté pour ne plus jamais y penser. Oui, c’était sûrement ça. Pour autant, il pencha la tête sur le côté, finissant par déclarer :

« Pas la moindre idée … En fait, je sais juste qu’ils s’appelaient l’Oracle et le Grand Prêtre. Mais à part ça, je n’ai jamais su à ce sujet. »

« Est-ce que tu crois qu’Elen en saurait quelque chose ou non ? »

« Je ne crois pas … Madame Liza, la femme qui s’occupait d’elle à l’époque de l’orphelinat, peut-être … mais elle est morte depuis longtemps. Désolé de ne pas pouvoir t’être plus utile. Si tu veux une description physique mais je pense que ça, tu t’en rappelles. »

« Plus ou moins vu qu’il s’agissait de deux jumeaux mais je ne suis pas sûre et certaine. Tu pourras revenir dans la salle du trône pour confirmer tout ça ? »

« D’ici quelques minutes, je vais encore passer un peu de temps avec Zalek et Wandy. »

« Fais attention, Wandy semble mécontente que je m’accapare ta présence un peu. »

« J’ai cru remarquer cela. Enfin bon, je ne suis pas là pour qu’elle se dispute inutilement. Je vais aller la retrouver alors. »

« Ahlala … Quel charmeur, Tery. Fais attention à ce que je t’ai dit. »

Il hocha la tête positivement. Elle n’avait pas besoin de lui faire la remarque à ce sujet. Ils avaient déjà discuté de tout ceci. Il laissa Elise retourner voir son père alors qu’il retournait au côté de Wandy, s’excusant de cette petite absence. L’adolescent fit la moue, détournant la tête d’un air boudeur alors que Zalek rigolait.

« A défaut d’être un fiancé, tu pourrais devenir leur grand frère … » murmura Elise pour elle-même en les regardant. Ils semblaient si apaisés, rien à voir avec leurs réactions en la présence des deux aînés de la famille royale. Bon, ce n’était pas tout ça mais elle devait évoquer ses projets avec son père et lui signaler que les deux démons, elle n’avait aucune information à part une brève description physique à lui donner.

« Père … Malheureusement, Tery n’en savait pas plus que moi à ce sujet. Nous ne connaissons que ce à quoi ils ressemblaient, outre le fait qu’ils étaient jumeaux. »

« Dans le monde démoniaque, les jumeaux sont rares, très rares. Généralement, vers l’adolescence ou le passage à l’âge adulte, l’un dévore l’autre pour lui prendre tous ses pouvoirs. C’est d’ailleurs l’un des rares cas où dévorer un autre démon est complètement sans risque puisqu’ils étaient fusionnels dès le début. »

« Ah oui, j’avais oublié cette option … Enfin bon, donc des démons jumeaux, si c’est si rare, ils doivent pas être si difficiles à trouver, non ? »

« Hmmm … Je ne sais pas … Et d’après ce que tu m’as donné comme description physique, ils ont l’air assez anciens. Normalement, je devrais être au courant mais le fait que je ne le sois pas n’est pas forcément très rassurant. »

« Est-ce qu’il y a une chance que … »

« Une chance ? Une forte probabilité plutôt. Je ne pense pas que ça soit une bonne chose et je vais devoir me mettre au courant de ces événements. Cela fait déjà plusieurs mois qu’ils sont là, comme vous, et aucune trace d’eux. Ce qui veut dire … Hmmm … Ma fille ? Quelque chose te tracasse ? » demanda l’empereur en voyant le visage soucieux de sa fille.

« Et bien, je sais juste que les deux vieux démons … ne me connaissaient pas. Ils avaient l’air surpris en voyant mes flammes capables de me régénérer. »

« Hmm … Ce sont donc deux démons qui ont réussi à passer il y a de cela plusieurs décennies … comme pour préparer le terrain, sûrement. Malgré tout ce qui était dit, les portes démoniaques laissaient en de très rares moments passer un démon ou deux, mais cela peut-être une fois tous les cinq ou dix ans. Ces événements étaient très rares. »

« C’est bien comme ça que tu as réussi à me faire naître à la surface. »

« Je voulais … que ça soit mon propre enfant qui arrive à nous rouvrir la voie vers la surface, je sais que c’est assez compliqué mais … »

« Je ne demande pas des raisons ou des explications … mais je voulais savoir : si vous étiez si intéressé par la surface, père … pourquoi ne pas vous y rendre ? »

« Cela serait le meilleur moyen pour subir une tentative d’assassinat. Je ne peux pas m’y rendre tant que nous n’aurons pas quelques zones sécurisées. »

« Oh d’accord … Mais … en même temps, c’est dommage. Je suis sûre qu’avec de bons arguments et les bonnes personnes, vous pourriez vous entendre avec quelques royaumes. »

« Ne sois donc pas si idiote, ma fille. Cela n’est pas possible et pour cause. Cette haine est millénaire et ancestrale et … »

« Père … La grande majorité de la surface n’était même pas au courant de l’existence des démons avant que les portes ne s’ouvrent. C’est justement le moment de tendre la main ! »

Elle avait osé couper la parole à son père mais cela était pour une bonne cause. Elle était en train de chercher à le convaincre de faire un premier geste pour un climat de paix avec … Shunter et les autres nations. Bon d’accord, Mékalarma, il ne fallait pas trop rêver … mais Traslord et Shunter ? Ils avaient Royan et Manelena de leur côté !

« Je ne sais pas trop, ma fille … Cela me semble trop abrupt … »

« Réfléchissez-y. Je suis certaine que ça serait la solution à bon nombre de problèmes. Je suis certaine que si vous interrogez quelques domaines, même ceux proches de la surface, certains se montreront intéressés à l’idée de rencontrer les gens de la surface dans un climat de paix. »

« Peut-on vraiment faire confiance à ces démons qui n’hésitent pas à se dévorer entre eux ? »

« Que je saches, certains démons de la capitale ou ceux entre aux strates supérieures ne sont pas franchement mieux à ma connaissance, non ? »

« Tu marques un point à ce sujet … Certains ne sont vraiment guère mieux … et cela ne les dérange pas. Ah … Pourquoi veux-tu absolument tout faire pour que la surface et notre royaume soient en paix entre eux ? Nous … n’avons rien en commun avec eux … et après des millénaires, nos races continueront de s’opposer et de se battre entre elles. »

« Ca, c’est ce que vous pensez. Je suis sûr et certain qu’il est possible de s’entendre. »

« Tu parles car tu as vécu avec eux pendant presque vingt ans, ma fille. Ce n’est pas pareil pour ceux qui sont nés sous la surface. Tu ne peux pas considérer ton expérience comme crédible aux yeux des autres. »

« Pour autant, cela est à prendre en considération car nos compagnons de route étaient au courant de notre race et cela ne les as pas dérangés. De base, si nous avions su, nous aurions alors put nous débrouiller pour ouvrir les portes démoniaques sans … ça. »

« Ca ? Que veux-tu dire par là exactement ma fille ? »

« Vous le savez non ? Enfin, je veux parler du fait que Tery a ouvert les portes démoniaques à cause d’une voix dans sa tête qui l’a manipulé depuis le début. Sans cela, tout ça ne serait jamais arrivé … loin de là. »

« Est-ce qu’il regrette ce geste ? » demanda Malark à sa fille, observant la réaction de celle-ci avant de lui répondre avec honnêteté :

« Il le regrette car cela lui a coûté l’amitié voire plus d’une personne proche de lui mais aussi l’amour de celle qui parcourait sa vie depuis des années. Il en a été de même pour moi avec le roi actuel de Traslord. »

« C’est vrai … Vous connaissez le roi de Traslord et la reine de Shunter. Et cela depuis quelques années, de ce que j’ai compris. Et je comprends parfaitement que toutes tes paroles sont à dessein par rapport à tes sentiments … envers ce jeune roi. »

« Je n’ai jamais chercher à le cacher. Après pour Tery, je tenais … juste à dire … »

« Hmmm ? Oui ? Qu’est-ce qu’il y a par rapport à lui ? »

« Et bien, comment dire … exactement à ce sujet. J’ai dit qu’il le regrette … mais en même temps, je pense que l’expérience souterraine lui plaît énormément. La majorité des démons sont comme les autres races, celles qui vivent à la surface. Il y a juste des êtres mauvais partout mais cela n’a aucune relation avec la race. »

« Ton discours résonne comme celui d’une enfant. D’une extrême candeur … est-ce que tu te rends compte de ce que tu dis, Elise ? »

« Je le sais parfaitement père … Et je ne le regrette pas. Je ne regrette pas du tout cela. Je voulais juste vous exprimer mon intérêt par rapport à tout ceci … et d’ailleurs, je tiens à vous signaler une chose. Elen, la femme de Tery, est l’enfant de Zélisia et Alzar. »

Peut-être était-ce la première fois depuis qu’ils étaient plongé dans le royaume démoniaque mais la surprise était totalement gravée sur le visage de son père au moment où elle avait terminé sa phrase. Ah … Quelle idiotie de sa part. Elle ne pouvait pas se taire ? Car elle n’était pas certaine que Tery aurait apprécié qu’elle dévoile cela.

« Est-ce vrai, Elise ? Tu ne chercherais pas à me mentir, n’est-ce pas ? »

« Je … n’ai aucune raison de vous mentir, Père. Je n’aurai rien à gagner en agissant de la sorte, vous le savez aussi bien que moi, n’est-ce pas ? »

« Hmm … C’est à moi d’en décider, Elise. Ainsi, les deux divinités ont mis au monde un enfant. Un seul et unique enfant, tu es sûre de cela ? »

« Je ne sais pas s’ils ont eut d’autres enfants mais Elen est leur fille, c’est tout ce que je peux vous dire à ce sujet. »

« D’accord, d’accord, c’est très important ce que tu viens de m’apprendre. Est-ce que tu te te rends compte de ce que tu me signales ? »

« Je … le sais et elle est vivante. Mais je ne veux pas que vous lui fassiez du mal. Tery l’a déjà faite assez souffrir en la plantant en plein coeur. Elle a le droit de vivre heureuse. »

« Je ne pensais pas à cela … mais l’enfant des dieux. Leur propre chair … a été la responsable de l’ouverture des portes démoniaques. En un sens, c’est assez ironique, tu ne trouves pas ? »

« Je ne sais pas trop quoi penser par rapport à toute cette histoire, je dois avouer. »

« Si tu t’inquiètes de l’état de santé de cette … engeance, tu … »

« Ne l’appelez pas ainsi, je vous en prie. Elle est aussi .. comme vous et moi. »

« Non, elle ne l’est pas. Ce qui a été conçu par les dieux possède des pouvoirs dépassant l’entendement, Elise. Il faut que tu comprennes que la place de cette … femme, n’est pas parmi nous et il en est de même pour la surface. Elle est préparée pour régner pendant des siècles voire des millénaires. »

« Mais elle va vieillir comme les autres ! Pourquoi en serait-il autrement ? Tery m’a dit qu’il la trouvait encore plus belle qu’au premier jour, qu’au fil des années, elle semblait avoir des traits plus adultes, alors qu’elle était à peine une jeune adulte comme lui à l’époque. »

« Hmmm … C’est sûrement son imagination. Tu es encore trop jeune pour en savoir à ce sujet mais saches néanmoins que les démons avaient aussi une divinité. Du moins un être proche de la divinité. Et à la base, il n’était qu’un simple démon ; »

C’était au tour d’Elise d’écarquiller les yeux sous la surprise. Une troisième divinité ? Mais qui ? Comment ? Pourquoi ? En voyant l’étonnement dans le regard d’Elise, le monarque eut un léger sourire, murmurant :

« Et c’est lui le responsable de notre scellement sous terre. Alzar et Zélisia n’ont pas apprécié ce qu’il tentait de faire et ils ont décidé de sceller notre peuple qu’ils trouvaient trop arrogants. Bien que dans les faits, Alzar a tout simplement décidé d’abandonner le peuple qu’il avait crée pour satisfaire les caprices de cette déesse. »

« Encore une histoire d’amour qui tourne mal. Mais n’était-il pas réellement dangereux pour aussi les démons, ce … pseudo-dieu démoniaque ? »

« Il l’était … C’est bien pour cela que je parlais d’abandon de notre peuple. Il n’a même pas chercher à nous défendre, ils ont décidé de nous abandonner, sans même penser à nous et … »

« Mais ils ont compris leurs erreurs ! Pour ouvrir les portes démoniaques, il fallait leurs sangs à tous les deux et ils ont décidé de se sacrifier. Ils avaient compris que … »

« Cela fait trop d’informations à assimiler en une seule journée. S’il te plaît, ma fille … Est-ce que tu peux me laisser tranquille ? »

« Comme … vous le désirez, père. »

Elle ne s’était pas attendue à ce qu’il lui parle ainsi. Elle le regarda pendant quelques secondes, le monarque se massant le front comme pour chercher à extirper une information ou à mettre de l’ordre à ses idées.

Bon ben … Son petit plan de convaincre son père par rapport à la surface, elle avait l’impression qu’il s’était retourné contre elle. Autant dire qu’elle était plutôt maussade et morose maintenant … Vraiment …

Elle s’en voulait. Elle avait l’impression qu’elle venait de tout gâcher par son geste. Pourquoi est-ce qu’elle ne pouvait pas tout faire correctement pour une fois ? Ah … Ce n’était pas maintenant qu’elle allait y arriver. Elle passa à nouveau près des jardins, Tery étant comme tétanisé et immobile, Wandy dormant sur une de ses épaules, Zalek faisant de même sur l’autre. Et il ne bougeait plus d’un poil. Elle voulait sourire à cela mais elle préféra continuer son chemin.

Ah … Ce n’était pas encore aujourd’hui qu’ils allaient pouvoir retrouver Royan et Manelena … mais aussi Elise. Pourtant, elle voulait espérer à cette chimère, elle avait envie d’y croire ! Elle voulait retourner à la surface avec Tert pour retrouver les autres.