Chapitre 22 : Un refus catégorique

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 22 : Un refus catégorique

« Bon … Il y a un autre souci auquel nous n’avons pas pensé tout de suite et … cela risque d’être assez problématique à vrai dire. »

« Lequel, Manelena ? Ca a l’air de beaucoup te contrarier à première vue. De quoi est-ce qu’il s’agit exactement ? » demanda Royan, les têtes se tournant vers elle.

« Les Gnomolds. On ne doit pas les oublier. Ils ont été vraiment très utiles mais … ils haïssent les démons. Il va falloir que l’on discute avec Ernold ou alors … le membre de la famille de ce gnomold que Tery déteste. Je ne sais plus son nom. »

« Rokar, Manelena, Rokar. Je ne devrais même pas acceptée que vous lui parliez en ma présence … surtout en vue de ce qu’il a fait à mon mari mais … vu que le sort du monde en dépend, je dois prendre sur moi-même. »

« Vous êtes une grande femme et vous le savez. J’espère que le cousin ou le frère ou je ne sais quelle affiliation il a ce gnomold par rapport à Rokar, j’espère juste qu’il acceptera la discussion car sinon, nous serons dans une impasse. »

« C’es pas faux. Tu préfères que l’on voie avec Ernold ? Mais je ne sais pas s’il a vraiment une figure d’autorité par rapport aux autres gnomolds. »

« L’autre est assez excité en un sens … et je ne suis pas certaine qu’il nous laissera lui adresser la parole dès qu’il apprendra le sujet mais bon … Ernold, ça ne serait pas avant quelques semaines pour que nous puissions le voir. »

« Et nous ne nous pouvons pas nous permettre de perdre trop de temps, c’est exact. » compléta Royan tandis qu’Irna et Hérik restaient silencieux. Elen sembla songeuse, bordant son enfant malgré le sérieux de la situation.

« Pourquoi ne pas voir quand même avec ce gnomold ? Peut-être qu’il pourrait vous en dire plus sur la haine et la rage des gnomolds envers les démons, non ? »

« C’est bizarre que cette idée vienne de toi, Elen, tu sais ? »

Pour toute réponse à Manelena, la femme aux cheveux blonds ne fit que sourire comme si les paroles de Manelena ne la dérangeaient guère. Celle-ci soupira doucement. Elle avait l’impression de s’en prendre à une personne bien trop gentille et honnête, ce qui ne collait pas du tout avec comment Elen se comportait auparavant. Mais voilà, tout avait changé avec la naissance de sa fille et ce n’était pas à ignorer.

« Bon … Allons voir le membre de la famille de Rokar. Rézar si je ne me trompes pas. »

« Il vaut mieux que l’on se rappelle de son prénom si on veut espérer pouvoir discuter avec lui. Pas certain qu’il apprécierait qu’on l’appelle « Le gnomold », Manelena. »

« Ne fait donc pas d’esprit maintenant, Royan. Faut déjà voir s’il est encore dans les environs. Que je sache, tu les as autorisé à se disperser non ? Il y a peu de chances qu’il soit en ville, j’imagine. Ah … Je viens d’y penser maintenant.3

« Y a peu de chances car oui, ils ont eut mon autorisation pour pouvoir se promener librement dans le royaume tant qu’ils n’agressent pas des citoyens. Et ils ont une récompense s’ils retrouvent des démons et qu’ils nous les ramènent. J’imagine que l’on peut attendre sa future arrivée. Cela ne devrait trop tarder. »

Et pourtant, il fallut bien attendre deux semaines pour qu’on lui signale que des Gnomolds arrivaient depuis les environs. Royan fit la remarque à Manelena, celle-ci étant à ses côtés lorsque Rézar et sa troupe se présentèrent à eux, des bourses déjà dans les mains.

« On a fait notre petite livraison habituelle. On a réussi à trouver quelques démons qui ne se sont pas laissés faire. Tant pis pour eux, ils savaient se battre, ils sont morts. Bref ! J’ai entendu que vous vouliez nous voir ? »

« Plutôt toi … Pas que tes compagnons sont inintéressants mais vu que tu es le chef de la troupe, il faudrait que tu nous accompagnes. Nous avons à te parler en privé. »

Le gnomold haussa un sourcil, visiblement peu convaincu par les propos de Royan. Pour autant, il fit un geste à ses compagnons pour signaler qu’ils ont quartier libre. Depuis que l’armée des gnomolds coopérait avec celles de Traslord et Shunter, il n’était plus si rare que ça de voir quelques gnomolds écumer les bars et autres.

« Bon … Qu’est-ce que vous me voulez ? A voir vos mines, c’est pas vraiment pour prendre de mes nouvelles, j’imagine hein ? »

« On voudrait savoir … quelque chose par rapport aux démons. Certains sont naturellement mauvais, de par leur nature profonde, nous sommes d’accord ? »

« Ouais et … ? Vous voulez en venir où avec tout ça ? Les trucs philosophiques, je préfère prévenir que c’est clairement pas mon genre, d’accord ? »

« On voudrait savoir ce que les gnomolds pensent des démons … en général. »

« Des trucs qu’il faut buter. Si on commence à faire la différence, on va pas s’en sortir. Y a une autre question ou pas ? Savoir si on perd notre temps. »

« D’accord. Peut-être qu’il faudrait que je sois plus précis. Par rapport aux citoyens démoniaques, qui n’ont aucune influence sur la guerre, les combats contre les gens de la surface et autres, quelles sont vos actions à leurs présences ? »

« On les crève. C’est la guerre et on a pas le temps de réfléchir à tout ça. Ils sont là au mauvais endroit, au mauvais moment. C’est comme ça pour toutes les guerres. Et comme y a pas de vrai roi ou autre des gnomolds, chaque gnomold agit comme il le faut. Et puis, ce sont des démons, qu’ils crèvent, ça ne pose pas de problème. »

Ah … Vraiment, la discussion allait être très difficile. Un bref regard en direction de Royan et Manelena comprenait parfaitement que même le roi de Traslord était un peu désemparé par rapport à cette franchise de la part du gnomold.

« Et si nous vous disions d’arrêter d’attaquer ces démons innocents ? »

« On vous dira d’aller vous faire voir, royauté ou non. »

Déjà deux gardes se préparaient à réagir. Une telle insulte en leur présence, c’était plus qu’un crime de lèse-majesté ! Ca cherchait les ennuis ! Pour autant, Royan leur signala de ne rien faire du tout, observant comment Manelena allait réagir.

« Ah … Cela veut dire que la relation entre les gnomolds et les nations n’aura pas duré très longtemps. J’imagine qu’Ernold risque d’être grandement déçu à ce sujet mais bon, on ne peut pas lui en vouloir. Il fait son maximum dans tous les cas. »

« Le foutez pas dans cette histoire. C’est quoi cette blague avec les démons ?! Vous avez maintenant une morale par rapport à ces derniers ?! »

Il suffisait juste de prononcer le nom d’Ernold pour que le gnomold s’emporte, ce qui voulait dire que même s’il n’était pas le chef de ces derniers, l’archimage devait être quand même une figure d’autorité ou presque. Intéressant à savoir ou presque …

« Simplement, on veut laisser une chance aux démons non-belliqueux … comme on en laisse une par rapport aux gnomolds. Mais bon, on veut comprendre aussi d’où vient cette haine viscérale par rapport aux démons que les gnomolds portent. »

« Tsss ! Vous avez pas à le savoir ! C’est pourtant pas compliqué comme ça ! Quand je vais devoir expliquer ça à Rokar et les autres, ça va être un putain de bordel. Ca vous amuse de rendre tout ça bien plus difficile hein ?! »

« Non, ça ne nous amuse pas et on ne voit pas pourquoi ça le serait. Simplement, on ne peut pas tout résoudre par la guerre et la et violence. »

« AH ! Quelle blague ! Surtout de la part de la femme qui a participé à toutes ces guerres pendant des années ! Maintenant qu’on devient reine, on se sent poussé des responsabilités qu’on avait pas envie d’avoir auparavant hein ?! »

Cela commençait à devenir critique, bien trop critique et Royan allait devoir intervenir. Pour autant, Manelena gardait un certain calme, presque olympien tandis qu’elle serrait simplement les poings en observant le gnomold.

« C’est exact … et c’est pourquoi je dois changer et vous aussi. Sans une bonne raison pour continuer à agresser tous les démons, je ne vois pas pourquoi nous devrions faire une telle chose. Alors … Donnez-nous des raisons et nous verrons en conséquence. »

« Depuis des siècles voire des millénaires, c’est comme ça. Ca changera pas ! C’est pourtant pas compliqué à comprendre ! C’est pourtant pas difficile à cerner non ?! »

« Ca l’est justement. On a bien vu que malgré les millénaires, certains démons ne sont pas naturellement mauvais. Et il en est de même pour les gnomolds lorsque nous avons appris qu’Ernold était l’entité liée à la magie la plus respectée dans le monde. C’est pourquoi nous devons apprendre et comprendre ce qui vous lie aux démons. »

« Vous avez qu’à lui demander à Ernold puisque c’est comme ça ! Il vous dira rien ! »

« C’est bien ce que nous comptons faire … mais le temps que nous nous rendions jusqu’à lui, cela va prendre un peu de temps. Ca serait beaucoup plus simple et nous faciliterait l’existence si vous décidiez d’emprisonner les démons que vous trouvez et que vous nous les ramenez. »

« Tsss ! Vous faites une effroyable erreur ! Ces démons sont des putains d’aberrations ! Ils ne reculeront devant rien pour arriver à leurs fins ! »

« Tu n’as sûrement pas tort, je suis même certaine qu’il y a une part de vérité dans tout ça mais … qu’importe, les démons ne sont pas tous néfastes et en tant que … »

« Pour un bon démon, combien y en qui serons prêts à tout ravager ?! »

« Tant qu’il y a une part qui est bonne, cela veut dire que des innocents risquent de mourir pour les actions de leurs congénères. Que pensez-vous de la réaction des citoyens des différentes nations lorsque nous avons autorisé les armées gnomolds à rejoindre les nôtres ? Ils ont exactement eut la même réaction. »

« CE N’EST PAS PAREIL ! ON EN A RIEN A FAIRE DES HUMAINS ! »

« Alors ce que l’on va faire des démons ne devrait pas vous concerner non ? Pourtant, moi-même, le roi Royan, ses deux ambassadeurs de deux clans importants d’Honoros et bientôt le gouvernement de Claudiska, nos quatre nations vont oeuvrer à ce qu’une partie des démons puisse venir à la surface sans se sentir en danger. »

« Putain, putain, putain ! » commença à hurler le gnomold, sortant ses cimeterres, Manelena posant une main sur la garde de sa lame. Même si elle gagnait contre lui, elle ne s’en sortirait pas indemne, elle le savait parfaitement.

Mais c’est le sol qu’il commença à taillader comme un fou, créant des entailles dans celui-ci sans même s’arrêter pendant cinq bonnes minutes. C’est simplement lorsque ses mains, à force de frapper, relâchèrent les armes qui tombèrent au sol, qu’il s’arrêta, essoufflé.

« Fais chier … Fais tellement chier ! C’est tellement … n’importe quoi ! Ce sont des putains de monstres ! C’est à cause d’eux que … C’est à cause d’eux … »

« C’est à cause d’eux quoi ? » demanda Manelena, gardant toujours une main sur la poignée de son arme. C’était étrange … mais Rézar … semblait presque en larmes ? C’était ignoble de voir un gnomold dans cet état, surtout un comme Rézar.

« J’ai pas à le dire ! Ca ne devrait même pas sortir … Fais chier … On leur pardonnera jamais ! Comme on ne peut pas pardonner que vous nous remplaciez ! Je vais aller prévenir les autres gnomolds, on va se barrer de là, c’est tout. »

« Hey ! Attendez un peu quand même. Vous n’êtes pas renvoyés de Traslord ! » déclara enfin Royan alors qu’il n’avait pas pris la parole depuis le début. « Vous pouvez toujours séjourner ici … et si … nous en savions plus à votre sujet, peut-être que … »

« Y a rien à savoir. C’est tout … Vous avez pas à savoir à notre sujet … Pas une question de mérite ou autre. C’est gravé dans nos mémoires, c’est tout. On leur pardonnera pas. »

« Il n’y a aucune chance pour cela ? Malgré si on fait quelques efforts ? »

« Les efforts, ça ne sert à rien dans cette situation. Y a peut-être de bons démons … mais ça ne changera rien, c’est tout. Je m’en vais. On verra comment réagir … Peut-être qu’Ernold vous en dira plus mais y a peu de chances. »

« Si vous ne cherchez pas à vous expliquer, on ne peut pas comprendre. »

Pourtant, le gnomold fit comme s’il n’avait rien entendu. Tous le regardèrent partir, attendant qu’il ne soit plus dans la pièce pour s’observer entre eux. Les réactions … du gnomold étaient étranges, plus qu’étranges mais pourtant …

« Il faut bien que l’on trouve une solution, n’est-ce pas ? Que faisons-nous exactement ? »

« On va faire ce qui était prévu, rien de plus, rien de moins. Vu qu’on ne sait pas pourquoi les gnomolds se comportent ainsi, on ne peut pas vraiment trouver une solution. »

« Je sais bien, Manelena … Mais c’était la première fois que … »

« Je ne veux pas de détails. J’ai vu aussi bien que toi et c’était vraiment laid. C’était pas prévu qu’il réagisse de la sorte. Je sais pas ce que les démons ont fait aux gnomolds mais une chose est certaine, ce n’était vraiment pas sympathique. »

« Je crois que le terme est très mal choisi mais oui … »

Ernold avait toutes les réponses qu’ils désiraient. Mais maintenant, est-ce que malgré tout, ils reportaient leurs actes par rapport aux démons ? C’était une réflexion à ne plus ignorer … et cela malgré leur motivation à résoudre ce problème ensemble.

« Il y a des chances qu’en agissant bien plus rapidement que prévu, nous allions peut-être au devant de nombreux gros ennuis. »

« Cela reste pourtant une idée viable mais avant d’agir dans la précipitation, il vaut mieux attendre que nous ayons obtenu des informations de la part d’Ernold. »

« Il vaut mieux pour lui qu’il parle surtout. Quitte à lui tirer les vers du nez. » termina de déclarer Manelena après les propos d’Hérik et Royan.


Dire qu’elle était mécontente était faible comme remarque. Elle pensait que tout cela allait dans le bon sens, que peut-être, qui sait, une part d’elle-même osait croire à l’idée que Tery allait revenir parmi eux dès qu’il apprendra à ce sujet. Oh bien entendu, Elise aussi hein ? Ce n’était pas comme si elle, personnellement, espérait que Tery revienne. Mais Tery, il y avait sa mère, ses grands-parents, Elen et sa fille qui l’attendaient.

Oui … C’est mieux comme ça. Tery ne devait pas oublier que des personnes espéraient son retour et cela le plus tôt possible. Manelena poussa un léger soupir. C’était dommage … mais la discussion était maintenant terminée. Chacun pouvait retourner à ses petites obligations et Manelena était partie la première, visiblement un peu agacée par la tournure des événements. Ca ne devait pas se passer ainsi et pourtant, c’était le cas ! Quelle imbécillité !

Une heure plus tard, elle avait décidé de s’asseoir sur un banc des jardins royaux du château de Royan. Les plantes et arbres de ce royaume étaient vraiment étranges, hein ? Maintenant qu’elle avait besoin de souffler et penser à autre chose, elle se faisait la remarque. Elle ne trouvait pas cela … laid … mais ça restait étrange ?

« Ah … Tu étais donc ici, Manelena ? » déclara une voix masculine. Facile de la reconnaître, il n’y avait que Royan dans son entourage masculin.

« Où voulais-tu que je sois ? En train de galoper sur mon cheval en direction d’Omnosmos pour tenter de retrouver Ernold et tirer tout ça au clair ? »

« Hum … Je n’y avais pas pensé mais bizarrement, l’idée ne me semble pas déplacée si elle te concerne directement. »

« Arrêtons la les blagues vaseuses. Qu’est-ce qu’il y a ? » lui demanda calmement la femme aux cheveux argentés. « Tu n’es pas là pour me faire un brin de causette, n’est-ce pas ? Ou alors, le roi de Traslord a vraiment peu de choses à faire de son temps. »

« Je ne sais pas trop quoi dire par rapport à la reine de Shunter qui délègue tout son travail à l’un de ces généraux. Tu n’as pas peur qu’il se rebelle ? »

« J’ai été très claire à ce sujet : si je lui permets de diriger pendant que je ne suis pas là, ce n’est pas par refus d’assumer mon rôle mais tout simplement car je l’estime de confiance. Je veux aussi que le peuple de Shunter, qui a beaucoup souffert depuis quelques années, puisse comprendre que l’un des leurs est là au sommet. »

« Ca reste un procédé assez dangereux, tu le conçois quand même ? »

« Je ne suis pas une idéaliste … donc oui, je le sais parfaitement. Comme je sais que … »

« Comme tu sais que si Tery se représente à la surface, dans le royaume de Shunter, il y a de fortes chances qu’il soit reconnu. »

Et donc que cela crée d’énormes problèmes. Elle n’était pas stupide, elle n’était pas idéaliste. Proposer une telle chose, cela se voyait comme le nez sur le visage qu’elle faisait cela à dessein … et pourtant, elle n’en éprouvait aucune honte.

« Comme si c’était simplement pour les démons que l’on faisait ça . C’est tellement peu crédible, n’est-ce pas ? »

« Tellement peu … comme tu le dis si bien, Royan. Je suis ridicule. »

« Si tu l’es, je suis alors encore moins bien placé pour te faire la remarque, tu t’en doutes, n’est-ce pas ? Je dirais pas que nous sommes ridicules. Simplement, nous avons des objectifs personnels qui ne sient pas à notre rang. »

« De base, je ne pensais pas devenir reine de Shunter un jour, tu sais ? »

« Et moi-même, mon statut de … prince me suffisait simplement mais bon … »

« Ah … Enfin bon, c’est la merde, pour ne pas changer. »

« C’est quoi ce langage, d’ailleurs ? Ca ne fait pas très reine de Shunter, tu sais ? »

« Cela fait très maréchale de l’armée donc ça devrait passer. » rétorqua aussitôt la femme aux yeux rubis, haussant les épaules, l’air de rien.

« Ah … D’ailleurs, est-ce qu’Elen est au courant pour toi et … Tery ? »

« Non, elle ne l’est pas. De toute façon, à part la bibliothèque, il n’y a rien eut d’autre donc à partir de là, je n’ai pas à m’en vouloir. »

« Je n’ai pas à juger sur ça de toute façon. Ce n’est pas à moi de te faire la morale ou autre. Enfin bref … Quand partons-nous vers Omnosmos ? »

« Pour aller voir Ernold ? Hum … J’imagine d’ici deux ou trois jours. Penses-tu que nous devrions emmener les deux honoriens avec nous ? »

Hmm … Cela méritait réflexion. Non pas qu’ils poseraient quelques ennuis mais en même temps, Ernold n’apprécierait peut-être pas la présence de personnes qu’il ne connaissait pas ? Surtout que s’ils se rendaient là-bas, c’était bel et bien pour une unique raison.

« On le prends avec nous, Royan. Ca sera mieux. Plus nous serons des membres de différentes nations, plus il comprendre l’importance de notre demande. »

« J’espère surtout qu’il ne nous jettera pas. C’est vraiment la dernière chose dont on aurait besoin en cette situation, tu te rends compte ? »

« Disons qu’avec les démons qui traînent un peu partout, si on peut régler cette situation … et j’aimerai éviter une guerre ouverte avec les gnomolds. »

« Ca serait vraiment la pire chose qui pourrait nous arriver. » soupira Royan après les paroles de Manelena. C’était … C’était … « Avoir des responsabilités avec le poids du monde sur les épaules, c’est vraiment si épuisant et éreintant. »

« Je ne te le fais pas dire. Pourtant, lorsque tu as été maréchale comme moi, tu as le poids de toutes ses vies qui t’entourent sur tes épaules. Ces hommes et femmes qui comptent sur toi pour les emmener à la victoire. Ici, c’est la même chose mais à un niveau plus global, c’est ainsi que je vois les choses. »

« Je vois, je vois … J’ai jamais regardé tout cela … de cette façon. »

« Il faut avoir avoir dirigé une armée pendant longtemps pour avoir une telle vision. Mais bon … Même en étant reine de Shunter, il semblerait que je sois bien trop faible. »

Elle avait fini par se relever, sans plus de paroles par rapport à ce qu’elle venait de prononcer. Royan la regarda lentement mais sûrement. C’est vrai … Il savait pertinemment de quoi elle parlait. Pour elle, montrer ses sentiments ou même les évoquer, c’était une preuve de faiblesse. A partir de là, cette petite discussion entre eux deux … était malvenue.

Chapitre 21 : L’innocence des démons

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 21 : L’innocence des démons

« Normalement, mes éclaireurs devraient être bientôt là. »

« Ah ? C’est vrai que tu as communiqué avec un groupe d’hommes, il y a de cela une semaine. C’était pour cette raison alors ? Mais enfin, parti éclairer quoi ? »

« Et bien … Disons que je voulais juste obtenir quelques informations sur les démons, rien de plus, rien de moins. Après, ce n’est pas un souci hein ? Enfin, par rapport à ton royaume ? »

« Je ne vais pas dire que mon royaume est le tien mais vu que tes soldats ne causent aucun tort à mes citoyens, vous pouvez aisément vous déplacer sans que cela ne me cause de problème. Enfin, c’est pour quelle raison spécifique par rapport aux démons ? »

«J’ai … entendu quelques rumeurs. Je ne dirais pas qu’elles sont déplaisantes mais elles me font me poser quelques questions et c’est pourquoi je voudrais voir pour y mettre un peu d’ordre. Je pense que tu es au courant au sujet des … démons amicaux, non ? »

« Disons que nous avions Elise et Tery pour cela auparavant donc oui, je sais que ça existe … mais tu veux parler de ces démons qui sont sortis des grottes un peu partout et qui proclament qu’ils ne veulent pas se battre ? »

Manelena hocha la tête positivement. Vu qu’il en avait entendu parler, cela allait tout simplement faciliter leur conversation à tous les deux. Craquant son cou en le faisant pencher sur le côté droit, elle reprit la parole après quelques secondes :

« J’aimerai … savoir ce qu’ils veulent exactement. Auparavant, les démons, nous les enfermions dans nos prisons et nous … usions de différentes méthodes pour les faire parler. Vu qu’il s’agissait souvent de démons soldats entraînés, ce n’était pas trop grave … mais si maintenant, certains démons neutres, de simples citoyens, arrivent à la surface … »

« A ce sujet, ça ne serait pas mieux d’interroger le couple venu d’Honoros ? Ils n’avaient pas parlé de ça à un moment ? Ou peut-être que je me trompes, tout simplement. » dit Royan comme pour corriger un peu les propos de Manelena.

« Tu parles des deux là ? Maintenant que tu le dis … c’est vrai. »

« Différents clans faisaient du marchandage avec les démons, non ? Peut-être qu’ils pourraient en parler même s’ils ne sont pas concernés personnellement. Je vais demander aux gardes d’aller les chercher. »

Elle hocha la tête positivement, le jeune homme aux cheveux bleus se levant de son siège avant de se tourner vers l’un des rares qui surveillaient la salle du trône. Elen et la mère de Tery n’étaient pas présentes, la première veillant sur sa fille, la seconde veillant sur la première. C’était assez classique.


Le soldat vint obéir aux ordres de Royan, quittant la salle tandis que Royan observait Manelena. Devaient-ils attendre ici vu qu’il avait donné l’ordre ? Ou se promener dans les couloirs et les rencontrer sur le chemin ? Car inutile de chercher à en faire trop non plus … et que les oreilles indiscrètes obtiennent trop d’informations.

A raison, Manelena indiqua qu’il valait mieux ne pas trop lésiner sur la discrétion et ils se dirigèrent vers la sortie de la salle du trône. D’après ce qu’ils savaient, le couple d’honoriens était autorisé à se promener dans le château. Qui aurait crû qu’un jour, autant de nationalités différentes se retrouvaient en un même endroit, pour des raisons autres que la guerre entre les différentes nations ?

« Vos éclaireurs sont de retour, reine Manelena ! Et ils veulent vous voir absolument ! C’est vraiment important et urgent ! »

« Hmm ? Qu’est-ce que … Ce ne sont pas ceux des démons mais … Mékalarma ? »

C’est vrai. Elle avait envoyé d’autres troupes en direction de Mékalarma, non pas des éclaireurs mais des espions. Seulement, le soldat de Traslord ne pouvait pas vraiment faire la différence et elle ne pouvait pas lui en vouloir à ce sujet. Intimant Royan de la suivre car cela avait une certaine importance, elle se dirigea vers une petite salle pour s’y engouffrer. Il n’y avait bien qu’un bureau, quelques meubles contenant de nombreux livres et une chaise. Dans la pièce, trois personnes encapuchonnées étaient présentes.

« Désolé de vous avoir appeler ainsi, reine Manelena mais les informations sont d’ordre vital et nous devions vous en parler tout de suite. »

« Ce n’est pas bien grave. Calmez-vous et expliquez moi la situation. Vous avez été à Mékalarma, n’est-ce pas ? Hmm … D’ailleurs … Vous n’étiez pas cinq ? »

« C’est … exact … Deux de nos membres sont morts pendant une embuscade. Comme il était convenu, ils ont usé de nombreux sorts et artifices pour nous permettre de gagner du temps. Les Mékalarmiens sont vraiment dérangés et vos craintes se sont avéré fondées … »

« Sur ce point, rien de nouveau à l’horizon malheureusement. Et ensuite ? Qu’est-ce que tu peux me dire d’autre ? Je t’écoute. Par rapport aux démons … »

« Il y a bien eut des captures de démons de tous les côtés. Ces derniers sont enchaînés et torturés dans des cages, un traitement pire que des animaux. Les Mékalarmiens font des tests sur eux … mais aussi leur propre peuple. »

« Leurs propres citoyens ? Comment cela ? Qu’est-ce que tu veux dire par là ? »

« Et bien … De ce nous avons remarqué, il semblerait qu’ils arrachent des parties de leurs citoyens qui ont les lignes de Zélisia. »

Les lignes de Zélisia ? Qu’est-ce qu’ils pourraient faire avec ça ? Pendant un court instant, elle se met à réfléchir avant de finalement dire d’une voix lente :

« Est-ce que ça serait en relation avec ces fameuses armes anti-démons dont les Mékarlarmiens sont si fiers et arrogants ? »

« Il y a de très fortes chances que ça soit le cas. Nous avons d’ailleurs vu ces armes à l’oeuvre. Elles sont vraiment effroyables et pas seulement par rapport aux démons. Nous sommes certains que des dégâts considérables seraient aussi commis sur n’importe qui d’autre. »

« D’accord, d’accord … et ces mékalarmiens blessés ? »

« Ils sont simplement morts. Visiblement, ils n’ont pas une existence très longue après avoir été privé d’une partie de leurs corps. Il semblerait que les personnes hautes placées dans le pays utilisent ces parties de mékalarmiens adeptes de Zélisia pour façonner leurs armes. Et plus ou moins suivant la qualité de la partie, l’arme se brise ou non. Pareil pour la puissance, je dois vous avouer que ce spectacle n’incitait guère à le regarder plus en détail. »

« Compréhensible, parfaitement compréhensible. Ne vous en faites pas, je ne vous en veux pas. Je pense avoir obtenu ce que je désirais. Par rapport aux démons … »

« Là aussi, vous avez demandé des détails sur ces démons et on peut vous certifier qu’il n’y avait pas que des soldats ou des démons aptes à se battre. »

« Hey, tu n’aurais pas oublié un petit détail ? Les quelques honoriens de passage qui traînaient des cages remplies de démons ? » vint dire un second être encapuchonné en donnant un petit coup de coude dans la hanche du premier.

« Des honoriens ? » demanda maintenant Manelena en haussant un sourcil. C’était le genre de nouvelles dont elle préférait ne pas être occultée.

« Oui ! Il semblerait que ces honoriens faisaient du trafic de démons. Dans des cages, entassés les uns sur les autres, même à cette distance, on pouvait voir des enfants, des vieillards et autres. Même si ce sont des démons, c’était juste … horrible à regarder. »

« D’accord, d’accord … Cela risque donc de confirmer ce que le couple d’honoriens va nous dévoiler. Merci pour tout. Notez tout cela sur papier, si vous avez oublié quelques détails. Ensuite, vous pourrez vous reposer. »

« Merci à vous, reine Manelena. » dit le premier être encapuchonné, le troisième n’ayant pas pris la parole au final bien que cela ne dérangeait pas la femme aux cheveux argentés.


Et maintenant ? Et bien … Retour au trône sûrement. Car oui, pendant qu’ils discutaient, le duo d’honoriens avait sûrement été convié par le soldat à venir se rendre dans la salle du trône. Et cela ne loupa pas. Ce fût Royan qui s’adressa tout de suite aux deux personnes :

« Excusez notre absence, nous avons reçu un message urgent pour la reine Manelena et nous ne pouvions attendre. »

« Oh, vous n’avez pas à vous excuser, nous sommes vos invités, nous patienterons autant qu’il le faudra, bien entendu ! »

« Et si vous vouliez nous voir, c’est que cela devait être assez important aussi non ? »

« C’est exact mais ne vous inquiétez pas, rien ne presse. Tout d’abord, est-ce que le séjour chez nous se passe bien ? Etant bien différent d’Honoros, le territoire de Traslord, surtout la zone glaciale où se trouve mon trône, n’est sûrement pas des plus aisés. »

« Hahaha ! Si vous voulez tout savoir … c’est vraiment pas simple mais on tient bon. »

« Néanmoins, si vous avez besoin de confort, vous pouvez me le dire et mes servants feront tout en œuvre pour cela. Vous êtes mes invités, oui. »

« Ca devrait aller, roi Royan. Néanmoins, voulez-vous parler du sujet qui requiert notre présence auprès de vous ? »

« Ah … Nous voulions en apprendre un peu plus sur les démons qui parcourent vos terres. Nous avons reçu quelques informations que … Manelena, est-ce que nous pouvons leur en parler ? Vu que ça concerne les clans d’Honoros ? »

« Nous n’avons rien à y perdre, tout à y gagner … et ils ont montré leur bonne foi depuis déjà quelques temps à mon encontre, donc … aucun souci. » déclara la reine de Shunter, ses yeux posés sur le couple d’êtres aux oreilles pointues, bras croisés à hauteur de poitrine.

« Alors … Les espions de la reine Manelena ont trouver des informations sur les Mékalarmiens. Est-ce que vous étiez au courant que certains de vos clans faisaient du trafic d’esclaves démoniaques avec les mékalarmiens ? »

« HEIN ?! COMMENT CA ?! » s’écria Inna avec rage, Hérik cherchant à la calmer aussitôt tandis que Royan comme Manelena haussaient un sourcil. D’un rapide mouvement de la main, le jeune roi signala aux gardes que ce n’était rien.

« Il semblerait que certains clans n’hésitent pas à faire de la vente d’esclaves démoniaques. Même si ce sont nos ennemis, il y a certaines limites … et elles sont aisément franchies en agissant de la sorte. Vous comprenez ce que je veux dire, non ? » déclara Manelena, ayant pris la parole après les cris d’Inna tout en gardant son calme.

« Pardonnez-là … Même devant les rois et reines, ou même les chefs de clan, elle se comporte assez sauvagement. Elle ne voulait pas vous insulter mais … l’Honneur est un concept qui vraiment la concerne beaucoup et apprendre à ce sujet … que certains qui étaient déjà prompts à faire preuve des plus grandes bassesses … ont décidé de récidiver et montrer qu’ils pouvaient encore tomber plus bas, cela l’enrage et … »

« Hey ! Je suis capable de parler toute seule comme une grande, Hérik ! »

« Est-ce que je peux donc te relâcher tout en espérant que ma main ne se fasse pas mordre ? » demanda t-il d’une voix lente bien que soucieuse. Il semblerait que la morsure ne soit pas une blague de sa part, Inna étant stoïque pendant quelques secondes.

« Oui … C’est bon, je suis calme. Et pardonnez-moi. Comme l’a si bien dit Hérik, je n’ai … je n’aime pas ce genre de réflexions sur un citoyen d’Honoros. Malheureusement, tous ne considèrent pas certaines vertus comme importantes … et n’hésitent pas à ternir notre race. Est-ce que vous pouvez nous en dire plus à ce sujet, je vous prie ? »

Malgré la colère qui était visible en vue de ses poings serrés, elle semblait réussir à garder à peu près son calme, ce qui était plutôt important. Manelena ne fit aucune remarque à ce sujet, se disant que des fois, elle réagissait pareil .. donc qu’elle n’était pas franchement mieux. Elle commença à raconter ce que les espions avaient signalé, que cela soit autant sur les honoriens que sur les mékalarmiens et leurs projets diaboliques.

« Je n’avais déjà pas Mékalarma dans mon coeur mais là … »

« Qu’est-ce que nous devons décider à ce sujet au final ? »

« Par rapport aux démons ? C’est assez compliqué. Ce n’est pas … seulement nous … » commença à dire Royan. « J’aimerais trouver une solution plus ou moins pacifique pour régler tout cela sans qu’il y ait une effusion de sang. Les différentes nations se sont livrées la guerre de nombreuses fois, et cela avec nos différences raciales et autres. Pour autant, cela ne veut pas dire que nous avons capturé et torturé les citoyens des autres nations pour notre bon plaisir. Oh, il y a sûrement eut quelques personnes qui ont agit de la sorte mais ce n’était pas sous les ordres directs de ceux qui régissaient ce monde. »

« Nous ne voulons pas communiquer avec les démons. Nos deux clans n’accepteront pas cela. » commença à dire Hérik d’une voix lente.

« Mais à côté, si on leur explique ce que … nos clans ennemis font comme marchandages avec Mékalarma, la traite des esclaves … Nous pourrions peut-être… »

« J’ai l’impression que nous avons tous la même idée en tête, n’est-ce pas ? » finit par murmure Manelena d’une voix lente.

Elle s’était mise à faire les cent pas. Comme plongée dans ses pensées, on voyait aisément qu’à l’heure actuelle, il n’y en avait qu’une seule qui trottait dans sa tête, une qui était partagée avec tous les autres présents en ce moment précis.

« Vous savez ce que cela veut dire, n’est-ce pas ? Nous avons … très mal accueillis ces démons dès qu’ils ont été capables d’atteindre la surface. »

« De même, ils sont venus avec des armées … ou plutôt des éclaireurs. Cela veut dire qu’ils partaient pour découvrir la surface, sans forcément chercher des actes belliqueux. » reprit Royan à la suite de Manelena.

« Pour autant, définir tout un peuple à cause de l’action de quelques particuliers, ce n’est pas ainsi que devrait régir une reine. Ce n’est pas comme cela que je veux paraître devant les citoyens de Shunter. »

« Il est vrai qu’au … moment de mon couronnement, j’ai eut quelques pensées mauvaises à l’encontre des démons mais il m’a fallut mettre de l’eau dans mon vin … et cela va mieux. »

« Et de notre côté, nous avons simplement vu comment les démons étaient accueillis par les autres clans. Nous n’avons même pas essayer de juger les démons en eux-mêmes et cela a été notre erreur. Nous savions que des citoyens démoniaques venaient à Honoros, espérant y commencer une nouvelle vie, et non celle d’une servitude. »

« A partir de là, j’imagine que cela va être très difficile de faire accepter une telle demande aux membres de nos clans … et à vos citoyens. Cela va prendre beaucoup de temps … mais … pensez-vous que c’est pour le mieux ? »

« Après des millénaires à être enfermés sous terre, nous n’avons qu’à essayer. »

« On peut bien voir … même si cela serait dans un coin … avec quelques ambassadeurs. Par contre, je ne sais pas trop comment faire pour amorcer tout ça. »

« Est-ce que l’on peut compter sur vous, Hérik ? Inna ? Je me disais qu’en vue de l’apparition assez importante des démons dans votre royaume, peut-être que vous seriez les mieux placés par rapport à tout ça. »

« Nous pourrions leur indiquer le royaume de Shunter celui de Traslord, c’est exact. »

« Comme ça, ils sauront où ils doivent se rendre s’il y a un souci, oui. On peut commencer ainsi. » compléta Inna après les propos d’Hérik à la suggestion de Manelena.

Alors c’était tout simplement parfait ! Puisque tout était fait, les personnes pouvaient donc se préparer à tout ça. Pour l’heure, maintenant qu’ils avaient réglé ceci, ils pouvaient discuter d’autre chose et c’est en entendant les servantes parler de Royan que Manelena eut un petit soupir amusé. La raison était très simple.

Les servantes parlaient du fait que depuis que Manelena revenait le voir, mais aussi avec l’apparition de ces différents invités, le roi semblait avoir retrouver son caractère d’antan, ce qui était bien plus plaisant. Et encore, il était juste … plus chaleureux, moins vindicatif, bref, tout était bon dans le meilleur des mondes et cela convenait à beaucoup de monde.

« Je me demandes si Elise et Tery savent tout ce que nous préparons pour eux … »

Elle se posait la question à voix basse mais elle n’était pas stupide. Il ne fallait pas se faire trop d’illusions à ce sujet. Tery était occupé dans le monde souterrain et Elise aussi . Si on rajoutait cette étrange femme golem ressemblant à Clari, il fallait juste espérer une chose.

Il fallait espérer que le message comme quoi les royaumes de Shunter et Traslord acceptaient les ressortissants démoniaques. Il en était de même pour les clans d’Honoros, enfin les bons clans, et ensuite … Hmm … Il faudra parler à Royan par rapport à Claudiska. Peut-être que ces derniers pouvaient aussi mettre la main à la patte dans toute cette histoire ?

Néanmoins, Elen était enfin revenue pour voir où tout ça en était, portant son enfant dans ses bras, Inna et Herik le regardant avec tendresse. Ils demandèrent où était le père, Elen étant la plus rapide à répondre, déclarant :

« Il est en voyage mais il devrait revenir bientôt. Si ce n’est pas le cas, je viendrais le récupérer en le tirant par la peau des fesses. »

« C’est comme ça que ça fonctionne avec les garçons, je confirme ! Y a pas d’autres méthodes pour qu’ils comprennent ! D’ailleurs, Hérik … »

« Oui Inna ? Qu’est-ce qu’il y a ? Je n’aime pas le regard que tu as, tu sais ? » dit-il d’une voix légèrement inquiète, le corps se mettant à trembler alors qu’Inna le regardait avec un sourire un peu mauvais aux lèvres.

« Je te rappelles une chose. J’en veux cinq hein ? Alors, vas peut-être falloir que tu commences à te bouger car ça va pas attendre toute la vie ! »

Il toussota violemment, comprenant parfaitement l’allusion de la jeune femme aux oreilles pointues, Royan restant imperturbable, Manelena détournant la tête en soupirant. Seule Elen avait le même sourire qu’Inna, reprenant la parole :

« C’est bien. C’est comme ça qu’il faut leur expliquer. C’est comme ça qu’ils comprennent la chose. Des fois, sinon, ça ne veut pas rentrer ! »

« Héhéhé … On dirait que ton homme aussi a besoin de comprendre un peu sa place. Je ne dis pas que c’est fréquent en Honoros mais parfois, certains hommes pensent qu’ils sont « naturellement » plus forts que les femmes. Pour ce type précisément, je me charges d’un bon coup de pied et ils retournent voir leurs mères. Heureusement pour Hérik, il n’est pas du tout comme ça … même s’il lui arrive d’avoir un petit côté « animal » pas déplaisant du tout. »

« Ooooh … Je vois, je vois ! Enfin bon, ça me fait plaisir de parler avec d’autres personnes à part Manelena, Royan et la mère de Tery. »

« Enchantée, on va dire ! Et elle a donc quel âge ? Elle me semble ne même pas avoir un an. Ce n’est pas trop épuisant ? De devoir s’en occuper ? »

« Tous les jours, c’est épuisant ! Puis après, je la regarde et zou, la fatigue disparaît complètement. On n’a pas le temps d’être épuisée quand on a un enfant. Puis surtout quand c’est le premier. Ils sont si mignons et si beaux. Et puis, c’est la preuve que Tery et moi, nous nous sommes aimés. »

« Hum hum … Et quelle sera l’arme qu’elle utilisera lorsqu’elle sera en âge d’en porter une ? »

… … … Tous se tournèrent vers Inna, Hérik plaçant une main sur son visage comme pour se demander s’il ne venait pas de rêver en entendant Inna. Pour autant, il finit par soupirer et dire d’une voix lente et fatiguée :

« Inna, la culture de l’entraînement à la sauce honorienne … se fait en Honoros, pas dans les autres nations. Je ne crois pas qu’à … Shunter, c’est bien ça ? Je ne crois pas qu’à Shunter, ils apprennent aux enfants à se battre dès qu’ils sont en âge. »

« Disons que cela dépend de la famille. »

Manelena avait pris la parole, les regards se posant sur elle. Elen eut un petit toussotement, voyant parfaitement pourquoi elle disait une telle chose. En vue de son histoire avec son père, c’est vrai qu’elle avait commencé assez tôt.

« D’accord, d’accord. Et puis, après tout, le monde n’est pas régit que par les armes ! » finit par déclarer Inna en haussant les épaules le plus naturellement possible.

« C’est exact, j’espère en faire une intellectuelle car que ça soit du côté de sa mère ou de son père, j’aspire à lui permettre une vie plus calme que la nôtre. »

Et là encore, les paroles avaient été dites avec un tel naturel que cela pouvait choquer. Pour autant, pour retrouver Tery, il fallait que ce projet discuté entre les deux monarques et les deux ambassadeurs d’Honoros porte ses fruits. Et pour ça … Ils ne pouvaient que patienter.

Chapitre 20 : Juste à la surface

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 20 : Juste à la surface

« Tu peux me raconter alors tout ce que tu sais de la surface ? »

« Tu es intéressée à ce point à ce sujet ? Pourtant, je veux dire, tu dois être déjà un peu au courant de tout ce qui s’y trouve, non ? »

« Euh … Pas vraiment, Tery. Déjà, les démons qui reviennent de la surface, on peut les compter sur les doigts d’une main. D’ailleurs, il y a des chances que ton groupe, d’après ce que tu m’as dit, ait été le premier à avoir été confronté aux personnes de la surface et à en être revenu. C’est pour te dire à quel point c’est rare. Et puis, les livres ne m’aident pas trop. »

« C’est vrai que leurs informations … datent un petit peu. » compléta le jeune homme aux cheveux bruns, observant juste la démone. Ils marchaient tous les deux dans les rues, côte à côte. Après le repas, il était normal de digérer et surtout, au moins, cela leur faisait une petite balade. Il poussa un petit soupir avant de dire : « Je vais tout d’abord parler de Shunter alors. Tu te rappelles de ce que j’avais dit ? »

« Qu’il s’agit du royaume où tu es né et connu principalement pour sa manipulation de l’élément terrestre, c’est bien ça, non ? »

« C’est exact ! Tu as vraiment une excellente mémoire, Héraisty. »

« Arrêtons là les compliments, d’accord ? Nous n’obtiendrons rien en agissant de la sorte, vous ne croyez pas ? Et si tu continuais ? Alors, avec Shunter ? »

« Et bien, c’est une royauté qui … »

Et le voilà maintenant parti pour parler de tout ce qu’il savait sur Shunter. Dès le départ, il s’excusa car comme il lui avait signalé, il n’était pas vraiment un intellectuel et que de base, il ne savait pas tellement comment en parler hein ? D’un mouvement de la main elle réfuta ses excuses, disant à la suite :

« Ne t’en fait donc pas. Même si ce sont que quelques parcelles, rien qu’en apprendre un peu plus sur tout ce qui nous entoure à la surface, ça me convient parfaitement. »

« Alors, pour Shunter, je peux aussi te parler de sa capitale, Midès. Mais aussi du précédent roi … enfin, je peux t’en dire plus. »

« Et bien, je t’écoute. Je n’attends que ça depuis le début. Tu te perds dans tes paroles. »

Hahaha ! C’est vrai ! Il le savait parfaitement ! Enfin bon, Midès, il pouvait expliquer au sujet de la guilde, puis aussi l’auberge où … AH ! Pourquoi ne pas raconter comment il avait rencontré Elen avant toute chose ?


A force de parler de tout et n’importe quoi, il s’était complètement perdu dans ses explications, Héraisty s’arrêtant dans sa marche pour se placer en face de lui. D’une pichenette du doigt sut le front, il stoppa net ses propos pour crier un petit peu.

« Hey ! Mais ça fait mal ! Pourquoi est-ce que tu as fait ça ? »

« Car tu pars dans tous les sens. Fais comme moi. Prends une profonde inspiration. »

Il s’exécuta, ne sachant guère où elle voulait en venir. Voilà, une profonde inspiration et ensuite ? Il devait expirer ? Bon ben, même lui pouvait y arriver hein ! Il recommença deux fois, comme elle le désirait avant qu’elle ne dise :

« Tu ne vas pas beaucoup mieux maintenant ? Tu ne te sens pas plus calme ? »

« Si … Mais pourquoi m’inciter à faire ça ? Je veux dire, qu’est-ce que cela rapporte exactement ? Enfin … Je n’arrive pas à savoir pourquoi. »

« Et bien, maintenant, tu vas pouvoir reprendre là où tu en étais. Tu me racontais une histoire avec cette personne masquée. C’est elle qui t’a donné envie de partir à l’aventure hein ? Tu sais ce qui est bien avec toi, Tery ? C’est que tu racontes avec tellement de passion qu’on ne doute pas un seul instant que tout ce que tu dis est vrai. Je suis sûre et certaine que tout s’est vraiment passé comme tu l’as dit, surtout que tu n’omets aucun détail. »

« Ah ben, si je suis nul et fautif, je préfère le signaler pour que les gens comprennent que je ne suis pas parfait mais que je cherche à m’améliorer, tout simplement. »

« C’est honnête comme sentiment mais … je ne sais pas trop. Tu veux bien reprendre ? »

« Oui, oui, il n’y a pas de soucis à ce sujet. Alors, j’en étais où. Tu es prête ? »

Car cette fois-ci, ils ont réussi à trouver un banc et surtout, il ne comptait pas s’arrêter en si bon chemin. Assis à côté d’elle, voilà qu’il lui racontait tout ce qu’il avait vécu, dans les moindres détails, sauf les plus intimes. Il ne savait plus s’il en avait déjà parlé avec elle lorsqu’ils avaient été emmené à la capitale du royaume démoniaque mais qu’importe s’il se répétait, ce n’était pas bien grave.


Et visiblement, il en avait des choses à dire. Lorsqu’il se rappelait de tout ce qu’il avait vécu, il devait s’avouer que cela avait été une sacrée aventure. Comment était-ce possible d’avoir survécu à autant de dangers et autres événements importants ? Pour autant, il n’oublia pas de signaler … la mort de Clari. A cet instant précis, il avait décidé de faire une pause et elle ne chercha pas à l’inciter à continuer.

Après la mort de Clari, il expliquait au sujet d’Omnosmos, sans rentrer plus dans les détails. Oui, il ne voulait pas, il ne savait pas pourquoi, il voulait éviter à tout prix que ça se passe de la sorte, du moins, qu’elle puisse apprendre une quelconque information qui mettrait la surface en danger parce qu’il n’avait pas fait attention à ses dires.

« Et si on se focalisait maintenant sur les golems ? C’est un tout autre sujet mais peut-être que nous pourrions trouver une piste, non ? »

« Ah bon ? Tu penses vraiment, Héraisty ? Et bien … Je peux te parler de mon premier livre, puis de tout le reste et de ce que cela a donné ensuite. »

« Oui, ça me semble être un excellent sujet. » dit-elle avec un certain entrain alors qu’il lui souriait doucement. Il se sentait plutôt bien en ce moment. Une personne l’écoutait.

« Alors, je vais tout d’abord te parler de mon premier golem puisque c’est décidé. »

« C’est avec le premier livre que tu as obtenu, non ? Est-ce qu’un livre suffit à invoquer un golem ? C’est aussi simple que ça ? »

« Simple, simple, je ne sais pas trop. Je pense aussi qu’il faut savoir un peu maîtriser l’élément de la terre. Après, il est vrai que les démons peuvent maîtriser tous les éléments. »

« Je ne pensais que ce n’était que des rumeurs mais … c’est donc vrai ? Vous ne pouvez pas utiliser tous les éléments à la surface ? »

« Sauf ceux qui possèdent les lignes d’Alzar ou de Zélisia. Ces personnes sont un peu comme des élues et peuvent alors maîtriser les différents éléments bien qu’ils ont quelques prédispositions dans un élément plutôt qu’un autre. Ainsi, même deux adeptes de Zélisia ou Alzar ne seront pas forcément égaux sur un même élément. »

« Est-ce que la région ou la race influencent sur l’élément dominant dans tout ça ? Et sur le seul élément que les gens de la surface peuvent utiliser ? »

« Hmm … Je ne me suis jamais posé la question dont je ne peux pas te répondre exactement. Je sais juste que j’ai de la chance mais sinon, si tu veux dire que si je viens de Shunter, je serais obligatoirement lié à l’élément de la terre, non, ce n’est pas le cas. Manelena maîtrise l’élément de la foudre et … j’avais une très … enfin, quelqu’un, qui était plus que douée avec l’élément du vent. C’est .. pas lié au royaume, j’imagine que c’est le destin. »

« Oh … D’accord. Reprenons au sujet du golem. Tu disais qu’une prédisposition à la terre serait une bonne chose pour appeler un golem, c’est ça ? »

« A mes yeux, ça me semble nécessaire même si, au fur et à mesure, on peut faire d’autres golems. Certains sont même vraiment glauques. Pour te dire, j’en ait crée un via … les cadavres des ennemis en plein combat entre deux armées. C’était un golem fait de chair et de sang. Une véritable horreur à laquelle je n’aimerai pas redonner vie. »

« Euh … C’est vrai ce que tu me dis, là ? Je crois pas avoir lu de livres à ce sujet. »

« Ce n’est pas le genre de golems avec lesquels on parade dans les rues, si tu veux tout savoir. Je pouvais aussi en créer une bonne dizaine ou quinzaine de taille humaine et de force à peu près équivalente au lieu d’un plus grand. J’en ai aussi à en créer un géant et … »

« Ah ! Celui géant, je crois que j’en ai entendu parler, c’est récent non ? C’est avec les démons que tu as fait ce golem, n’est-ce pas ? »

« C’est exact. Comme quoi, les rumeurs partent vraiment trop vite à mon goût, ah … »

Il disait cela dans un petit soupir mais elle pouvait aisément comprendre que de base, ça ne le dérangeait guère. Le jeune homme aux cheveux bruns craqua son cou, jetant juste un petit regard à la femme golem non loin derrière lui.

« Quant à elle … Je dois avouer ma complète incompréhension à ce sujet. »

« C’est vrai qu’elle semble vraiment unique en son genre. Aucun livre ne l’évoque. »

« Après, comme tu l’as si bien dit auparavant, même tes livres ne parlaient pas du golem de chair, qui, bien qu’il soit monstrueux, ne doit pas être si rare. »

« Ahem … Les golems sont déjà une rareté en soi. On en parle comme si on racontait une histoire à un enfant, tu sais ? »

« A ce point ? Tu ne vas quand même pas me dire que … Clari, c’est … »

« Et bien si, c’est la première golem que je rencontre et ça doit être le cas pour la grosse majorité de la population démoniaque. »

Hmm … Vraiment ? Elle n’aurait aucune raison de se moquer de lui, c’est juste que ça le perturbe un peu plus que nécessaire, c’est ça qui le dérange légèrement, il doit avouer. Le jeune homme aux cheveux bruns s’étire un peu, reprenant la parole :

« Bon enfin bref, par rapport aux golems, je t’ai dit un peu tout ce que je savais. »

« Je vois, je vois … Il n’y a rien d’autre à savoir alors ? D’ailleurs, nous n’avons pas dérivé un peu du sujet principal ? A la base, nous devions … »

« Parler des golems puis nous sommes partis sur le sujet des royaumes et nous sommes revenus sur celui des golems. Comme une sorte de boucle, hahaha. »

Il disait cela dans un grand sourire, comme si c’était l’évidence même mais autre chose venait de passer dans son esprit. Cela faisait combien de temps qu’il était avec Héraisty ? Comme il était … plutôt difficile de se rapporter au Soleil pour deviner l’heure, quand on se trouvait dans un espace souterrain, il n’avait aucune indication temporelle.

« Est-ce que tu t’ennuies à mes côtés, Tery ? Je te vois regarder autour de toi. »

« Hein ? Euh non, pas du tout, qu’est-ce qui te fait dire ça ? Tu te trompes complètement … Ce n’est pas du tout ça. Je me dis juste que je recommence à avoir un petit creux et un peu soif, rien de plus. »

« D’accord, d’accord. Je sais que je ne suis pas vraiment … exubérante comme démone, que je ne suis pas du genre à vouloir m’amuser ou autre. On peut me trouver très facilement lassante … mais promis, je tentes de faire des efforts à chaque fois, tu sais ? »

« Oh mais tu n’as pas à t’excuser. C’est moi, tu as un peu raison. Je cherchais à savoir quelle heure il était car j’ai l’impression que nous avons passé toute l’après-midi ensemble. Je crois qu’Elise va me passer un sacré savon. »

« Mais je pensais que vous n’étiez pas ensemble ? Tu m’aurais menti sur ce point ? »

« Ah non, je ne te mens pas. Simplement, j’ai comme une relation frère sœur avec elle. Nous nous entendons tous les deux très bien et puis … Nous avons passé beaucoup de temps ensemble donc voilà, faire comme si de rien n’était, ce n’est pas possible. »

« Je vois, je vois … mais … c’est peut-être indiscret mais … jamais rien eut ? »

« Rien de rien ! » dit-il avec affirmation sans même réfléchir. Heureusement, il cherchait à éviter de rougir trop violemment à cette question. Pas besoin de se rappeler les propos d’Elise de la dernière fois devant l’empereur Malark.

« D’accord, c’est tout à ton honneur, en vue de la relation que tu as normalement avec cette femme nommée Elise, n’est-ce pas ? »

« Tout n’est pas aussi beau que ça malheureusement. Je ne dis pas que c’est une erreur mais d’autres évènements … et l’ouverture des portes démoniaques. Ah ! Tu n’as pas vu l’heure ? On parle, on parle, le compteur tourne et on en oublie complètement tout ce qui nous entoure. Tu ne veux pas que je te raccompagnes jusqu’à la guilde ? »

« Comme tu le dis si bien, vue l’heure, c’est même plutôt chez moi qu’il faut m’emmener. Cela ne te dérange pas ? C’est assez loin mais bon, la marche, c’est la santé. »

« Pourquoi pas ! Il est du devoir de tout démon que d’être sûr qu’une démone soit emmenée en sécurité jusqu’à chez elle, n’est-ce pas ? »

« Je dirais bien que c’est un concept ridicule vu qu’ici, tout le monde se fiche de tout le monde. Les forts écrasent les faibles … et certaines démones sont bien plus fortes que des démons. Enfin bon … J’aime bien ce concept néanmoins. »

« Alors, allons-y ! Par contre, c’est à toi de me guider, tu dois t’en douter, non ? »

Elle ne répondit pas, se mettant tout simplement en marche tandis que Tery la suivait, étant à ses côtés. C’est vrai, même s’il n’y avait pas tellement d’indice temporelle pour savoir l’heure, il avait appris depuis déjà pas mal de temps que les cristaux de lumière qui illuminaient la ville étaient plus ou moins radieux suivant les heures de la journée. Il n’avait juste pas vérifié si c’était les mêmes heures qu’à la surface ou pas. Difficile à connaître de toute façon. Il faudrait percer un trou en direction du ciel pour qu’un rayon de soleil n’apparaisse ici. Autant dire que c’était relativement difficile.

« Tu parles beaucoup moins depuis que nous marchons. Est-ce que j’ai réussi à épuiser tes différents sujets, Tery ? »

« Non, non ! Pas du tout, loin de là. » déclara Tery un peu confus. Pourquoi est-ce qu’elle lui posait une telle question ? « Je réfléchissais simplement à savoir quand est-ce que je pourrais vous revoir une prochaine fois. »

« Ce n’est pas trop difficile à savoir … MAIS … On va éviter demain ou les prochains jours, d’accord ? Sinon, on va croire que je fais tout pour éviter de travailler. »

Elle accompagna ses paroles d’un petit rire qui lui allait plutôt bien, surtout qu’elle n’avait pas l’habitude de pouvoir sourire et sortir aussi aisément. Sans qu’il ne comprenne pourquoi il fit ceci, voilà qu’il posa une main sur le sommet du crâne de la démone, lui tapotant doucement dessus avant de dire sur un ton enjoué :

« Soit ! C’est donc noté pour la prochaine fois ! Si je ne suis pas reparti à la surface, je tenterais de passer d’ici deux semaines, d’accord ? »

« Est-ce une promesse ? J’aime bien … les promesses, tu sais ? Car il faut éviter absolument de les briser. Et euh … Depuis quand est-ce que tu es aussi familier avec moi ? Une journée à parler ensemble et aussitôt, on est dans le contact ? »

« Tu veux que je retire ma main, Héraisty ? Ca n’incite en rien hein ? C’est juste ce que je ferais à une personne que je considère comme une amie. »

« De bien belles paroles que voilà … mais bon … je ne dis pas non. Ca me fait quand même une sensation bizarre que de sentir une main dans mes cheveux. Je ne suis pas vraiment habituée, je dois avouer … et je t’interdis de te moquer. »

« Je ne comptais pas me moquer. Je ne suis pas comme ça. Je ne sais pas pourquoi tu penses ça de moi, c’est plutôt … mesquin et triste. Je ferais mieux de retirer ma main. » dit-il en amorçant le mouvement pour cela, la main d’Héraisty l’arrêtant dans son geste.

« J’ai pourtant dit que tu n’avais pas besoin de la retirer. Pourquoi est-ce que tu n’as pas compris ça ? Ah … On a encore un peu de chemin à faire. »

« C’est exact, Héraisty. D’ailleurs, on s’éloigne de plus en plus du palais et même de la guilde des renifleux royaux, tu habites si loin que ça ? Ce n’est pas trop épuisant ? »

« Tous les jours ? De marcher pendant une demie-heure ou presque ? Et bien, il faut faire avec. Nous n’avons pas toujours le choix dans notre vie. »

C’est vrai. Il en savait quelque chose … sauf que de son côté, il avait décidé de briser cette loi qui cherchait à le restreindre. Résultat ? Et bien, il était ici et pas ailleurs. C’est pourquoi il ne se préoccupait pas le moins du monde de tout ça. La marche était plus tranquille que prévue et il avait quand même fini par retirer sa main du crâne de la demoiselle démone. Et oui, il ne pouvait pas rester ainsi pendant des heures non plus hein ?

Par contre, elle l’emmenait dans ce qui semblait être un quartier des classes moyennes, ce qui voulait dire relativement pauvre dans la capitale. Ca ne payait pas tant que ça les renifleurs ? Enfin, ce n’était pas à lui de faire la remarque mais ils arrivèrent après quelques minutes encore devant une porte en bois. Ouais, c’était plutôt modeste comme endroit. Disons que ça ressemblait plus à ce qu’il pensait d’une demeure d’une démone seule … un peu dans le même genre quand il habitait à Leskar, bien qu’il n’y avait pas de démon là bas.

« Et bien, nous y voilà, Tery ! Merci d’avoir accompagné la frêle démone que je suis. »

« Il n’y a pas de quoi, Héraisty. C’était avec un grand plaisir. Maintenant, le plus important, ça va être de refaire le chemin inverse pour me diriger vers le palais. Je vais subir sûrement un interrogatoire comme j’en ait jamais connu. »

« J’imagine que c’est à ce moment que je dois m’excuser de t’avoir gardé aussi longtemps ? » dit-elle alors qu’il balayait l’argument d’un geste de la main.

« C’est exact ! Enfin bon … Passes une bonne soirée, Héraisty. »

Il n’allait pas attendre qu’elle l’invite chez elle. Ca ne se faisait pas hein ? Il lui fit un petit geste de la main pour la saluer, se demandant s’il devait prendre la sienne … hmm ! Pourquoi pas, tiens ! Sans prévenir, il prit la main d’Héraisty et vint la baiser. Elle retira aussitôt sa main, surprise, bredouillant :

« Mais qu’est-ce … Qu’est-ce qui te prend, Tery ?! »

« Et bien, j’honore simplement une belle démone pour lui souhaiter une bonne soirée. Ce n’est pas comme cela que l’on fait ? »

« Je n’ai pas de sang noble en moi. Je ne suis qu’une démone de basse constitution et … Désolée, je dois vraiment rentrer chez moi et … Euh bonne nuit à toi. »

« Bonne nuit, je ne voulais pas te vexer ou autre, si tu veux tout savoir. Ce n’était pas mon but, je trouvais juste … cela amusant, pardon. »

« Ce … Ce n’est pas grave, ce n’est pas voulu mais si tu veux te faire pardonner, il y a bien une chose que tu pourras faire … mais tu peux refuser. »

« Dis toujours, Héraisty ? » demanda le jeune homme, remarquant que la gêne chez la félémon n’était toujours pas partie, loin de là.

« Et bien, la prochaine fois que tu partiras à la surface, tu pourras m’emmener ? J’ai … vraiment envie de découvrir cet endroit. »

Oh. Euh … Ah … Ce n’était pas vraiment ce à quoi il s’attendait, il fallait avouer. Pour autant, il aurait du mal à lui refuser ça en un sens. Mais il avait besoin de clarifier la situation avant que ça ne soit trop tard.

« Pas de soucis … mais pas quand j’irais avec l’armée. Lorsqu’il sera possible d’aller à la surface, même avec des restrictions, tu seras la première personne que je viendrais voir. »

« … … … Et c’est tout ? Tu ne me fais pas du chantage ? Tu ne me demandes rien en échange ? Rien de rien ? Tu sais … J’ai passé une excellente journée et il se pourrait que … enfin … Ce n’était pas déplaisant en un sens mais voilà … »

« Je ne vois pas pourquoi je ferais ça. Allez, je vais me répéter mais bonne soirée, Héraisty. Et merci encore pour les informations sur les golems mais surtout le Dévoreur. Dès que j’en aurai plus, je t’en donnerais. Bye bye. »

« Bonne soirée à toi aussi, Tery. J’espère que les explications ne seront pas trop difficiles à donner à Elise ! Enfin, la princesse Elise ! »

« Ah ça … Je préfère ne rien promettre. Si tu ne me revois plus, c’est que je suis mort ! »

Elle fait une mine effarée, comme si elle le prenait au sérieux mais l’homme aux cheveux bruns lui sourit doucement. Elle n’a pas à s’en faire, va ! Par contre, c’est vrai qu’il risque de subir un véritable interrogatoire. Et d’ailleurs, comme à son habitude, la femme golem a continué de le suivre en silence. Elle est vraiment très discrète … et muette !

Chapitre 19 : Le Dévoreur

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 19 : Le Dévoreur

« Alors, qu’est-ce que cela donne de ton côté ? »

« Et bien, je savais que c’était un travail de titans mais … je ne pensais pas que ça le serait autant. J’avoue qu’en vue de ce qu’il y a … c’est vraiment … important. »

Hahaha ! Il se retenait de rire car ils étaient dans une bibliothèque mais bon … Elle pouvait se douter en vue de son sourire qu’il était amusé par la situation. Il reprit d’une voix un peu enjouée bien que faible pour ne pas être trop entendue :

« Disons que je dois te remercier pour tout ça … Je crois que sans toi, je n’aurai jamais fini. »

« Ca ne me dérange pas le moins du monde, Tery. Et puis, je trouve ça vraiment intéressant. C’est un domaine que je n’avais jamais exploré. Disons que pour nous autres, démons, les golems restent des légendes comme tant d’autres. »

« A la surface, il en est de même, tu sais hein ? » dit-il alors qu’elle clignait des yeux. Elle paraissait gênée mais il ne chercha pas plus loin. Elle avait ses raisons de ne pas trop parler et ce n’était pas à lui de s’en mêler.

« La surface … ça doit être un bel endroit quand même. »

« Disons qu’il y a une gigantesque boule de feu qui brille dans le ciel pendant quelques heures. On appelle ça le Soleil et … »

« Est-ce que tu te moques de moi, Tery ? Je sais ce qu’est le Soleil. Même si pour beaucoup, c’est autant une chimère que le reste mais oui … lorsque les démons vivaient à la surface, certains profitaient de la puissance de ce dernier pendant les heures où il était dans le ciel. »

« Hum ? En profiter pour quelle raison ? »

« Tout simplement pour créer des sorts bien plus amplifiés pour tout ce qui était lié aux flammes. Du moins, c’est ce que je pense. Après, ce sont des dires de récits qui datent depuis des siècles voire des millénaires. »

Il hocha la tête positivement aux propos d’Héraisty. Est-ce qu’il avait vexé la démone à lunettes ? Il se posait réellement la question mais non, son visage était à nouveau impassible alors qu’elle se focalisait à nouveau sur le livre dans lequel elle était plongée. Il fit de même de son côté. Concentration optimale ! Rien d’autre !

Concentration … concentration. Hum … D’ailleurs. Ah … Il voulait retourner à la surface. Les dires de Manelena l’avaient choqué à l’époque … et maintenant qu’il reparlait de la surface, il pensait à nouveau … à Elen. Il avait envie de retourner là-bas et de s’excuser envers elle. Il avait envie de la serrer dans ses bras et de l’embrasser.

Le souci, c’est qu’il avait envie de se faire pardonner aussi envers Manelena mais ça, c’était encore une autre histoire. Vu qu’ils s’étaient affrontés, il n’était pas certain que le femme à la chevelure d’argent veuille lui pardonner ou s’excuser. Autant ne pas se faire trop d’illusions. C’était juste pathétique de sa part … de s’attacher à tout ça, n’est-ce pas ?

« Tery ? Tery ? Hey … Tery … Tu vas bien ? »

Il ne remarqua que maintenant la main sur son épaule. Ah … ça faisait un peu de bien de sentir quelqu’un se préoccuper de lui, à part Elise. Il se tourna vers la démone à lunettes, regardant Héraisty avant de lui dire :

« Oui, oui, j’étais juste en train de réfléchir. Rien de bien important ou autre. Il y a un souci ? Un problème ? Tu as trouvé quelque chose de bien ? »

« Justement, non, et de ton côté ? Bien qu’à te voir ainsi, je ne crois pas que tu aies trouvé quelque chose de bien, n’est-ce pas ? »

« Pas le moins du monde … et pourtant, j’ai essayé et … Non. Désolé, je n’ai pas chercher aussi bien que toi. Je tiens à m’excuser. »

« Et si tu me disais plutôt ce qui te passe par la tête ? Enfin … Je sais bien qu’on est pas assez intimes voire amis pour ça mais … si tu veux parler, je suis là. »

« Euh, tu sais, je te considères comme mon amie, hein ? La question ne se pose même pas à ce sujet. Tu n’as pas à t’en faire, tu es mon amie, ça c’est sûr et certain. »

Elle se retint de sourire grandement. Rien que le fait d’apprendre ça de la part du démon en face d’elle, elle se sentait un peu toute chose. C’est vrai que dans la guilde des renifleurs, vue qu’elle était encore une petite nouvelle et la tête de turc de l’autre … et bien, elle n’avait pas vraiment beaucoup d’amis. Non, plutôt, soyons honnêtes, elle en avait aucun.

« Alors, si je suis ton amie, tu peux me dire tout ce qui te passe par la tête, d’accord ? »

« Je repensais simplement à la surface, rien de plus, rien de moins. C’est aussi stupide que ça. Voilà tout … la surface me manque. J’aimerai bien y retourner. »

« C’est si mauvais que ça d’habiter chez nous ? Après, c’est vrai que … enfin bon … comment dire exactement. Tu vivais à la surface pendant deux décennies, c’est ça ? Tu as le mal du pays et même après tout ce temps ? »

« C’est ça … et puis, il y a des personnes qui m’attendaient là-bas. Enfin, c’est compliqué et je ne crois pas que ça soit le bon endroit pour en parler. Désolé, je vais me focaliser sur le livre, ça sera mieux. Tu en as encore d’autres à lire, non ? »

« C’est exact mais bon … j’espère quand même qu’on ne va pas faire chou blanc, ça serait vraiment dommage. Au moins que l’on ait une petite piste. »

Il comprenait parfaitement ce sentiment. D’ailleurs, c’était un fait amusant qu’ils aient la même expression pour dire que malgré les recherches, ils ne trouveront aucune information. Enfin, dans le pire des cas, hein ?

C’est pourquoi il ne fallait pas voir ça du mauvais côté mais juste se dire qu’ils ne faisaient que débuter leur enquête. Mais vraiment, il pensait quand même que des informations sur les golems seraient un peu plus aisées à trouver. Il s’était trompé lourdement.

Elen … Elen était vivante. Manelena aussi. Sa mère aussi. Ses grands-parents. Il y avait aussi Royan. Et il y avait tellement de monde ! L’archimage Ernold n’était pas à oublier non plus. Voilà son gros souci, il y a tellement de personnes dont il se préoccupait, même si c’était que relativement pour certaines d’entre elles mais … voilà.

Ah … Héraisty était encore en train de le regarder pour voir s’il allait bien ou non. S’il prétendait que c’était le ca,s elle allait l’interroger. S’il signalait que ça ne l’était pas, elle allait quand même l’interroger. Dans tous les cas, il était relativement fichu … sauf s’il se focalisait sur son livre.

Hmm … C’était vraiment des légendes très anciennes, ça, non ? D’ailleurs, l’une d’entre elles était très glauque ou c’était lui ? Il cligna des yeux, continuant de se concentrer sur son livre en se demandant s’il n’était pas en train de rêver. Il releva son regard du livre, le montrant à Héraisty avant de dire d’une voix étonnée :

« Hey … Tu savais au sujet du Dévoreur ou je suis le seul qui n’était pas au courant ? »

« Le Dévoreur ? Pourquoi est-ce que tu lis ça ? Ca n’a aucun rapport avec les golems, tu sais ? Si tu veux te concentrer, vaut mieux ne pas trop te détourner du sujet. »

« Non mais … Je veux dire, quand même … C’est quoi ce dévoreur ? Il est vraiment tordu et horrible. D’où est-ce que ça vient ? »

« Bah … Je peux t’en parler, si tu veux. Vu que je me suis renseignée à son sujet lorsque j’étais plus jeune, je peux te dire un peu ce que je sais. »

« Je veux bien. Dis-moi en plus et comme ça, ça nous fera nous reposer un peu de nos recherches. Qu’est-ce que tu peux me dire ? »

« Et bien, tout d’abord, comme tu dois t’en douter, il s’agit tout simplement d’un démon. » dit-elle pour débuter, Tery hochant la tête positivement. Jusque là, il avait parfaitement compris mais bon, ce n’était pas bien difficile hein ? Alors … C’était juste un démon mais ensuite ?

« Est-ce que je dois te poser des questions ou non, »

« Et bien, si tu en as envie, pourquoi pas ? Je ne sais pas trop comment ça se passe, je n’ai jamais vraiment fait tout ça, tu sais ? »

« Et bien … Euh … A quoi est-ce qu’il ressemblait exactement ? On a une idée ? Un portrait ou autre ? Enfin quelque chose qui permettrait de le décrire ? »

« C’est un peu plus compliqué que ça, Tery. On n’a aucune description exacte mais on sait plutôt pourquoi il s’appelait ainsi. »

« C’est sûr qu’avec un tel surnom, ça ne devait pas être pour des actes bienveillants. »

Elle le regarda doucement, soupirant un petit peu à ses propos alors qu’il baissait les yeux. Désolé … Il s’excusait vraiment pour son humour qui était vraiment particulier des fois. Est-ce qu’elle voudra bien lui pardonner de tels propos ?

« Bon, où est-ce que j’en étais exactement ? Il doit son surnom de Dévoreur pour une seule raison que tu as sûrement deviné. »

« Il dévore tout sur son passage. Mais … Euh … Les démons font ça un peu non ? »

« Oui, c’est exact mais le Dévoreur était vraiment différent. Il ne faisait aucune différence entre un animal, un démon, les autres races, vu que ça se passait à l’époque où nous habitions encore à la surface à l’époque. »

« Oui mais de là à … l’appeler comme ça ? Ce n’est pas un peu exagéré quand même ? »

« Pas d’après les livres. Les chiffres étaient si grands que l’on se pouvait se demander si cela n’était pas un simple tissu de mensonge. Bien entendu, rien ne peut le confirmer. »

« Et rien ne peut l’infirmer. C’est facile comme argument. »

Ils étaient d’accord sur ce point mais bon, ça ne changeait pas grand-chose à tout ça. L’heure n’était pas tellement à confirmer … mais plus à savoir exactement la suite. Il avait envie de savoir comment ça se terminait hein ?

« Tu peux me dire quoi d’autre sur lui ? Car il y en a sûrement des choses à dire non ? Je ne sais pas … comme enfin … son existence quoi. »

Son existence quoi ? C’était quoi comme remarque justement ça ? La démone aux cheveux émeraude le regarda avec un petit étonnement, comme si elle cherchait à savoir à quoi il pensait exactement en parlant de la sorte. Pour autant, il ne semblait pas avoir remarqué son petit langage si particulier sur le moment.

« Hum … A part le fait qu’il a dévoré tellement de choses que ça en devient effrayant et effarant, je ne sais pas trop s’il y a d’autres à déclarer. »

« Je ne sais pas. Est-ce qu’il a dévoré des personnalités importantes ou autres ? »

« Hmm … Pas à ma connaissance, pas du tout ! Pourquoi cela ? Tu as vraiment des questions étranges et saugrenues, est-ce que tu le sais ? »

« Je le sais bien … mais bon … Mais à part, qu’est-ce … ah si, j’ai une question sérieuse cette fois. Hey, me regardes pas comme si je me moquais de toi. Je suis vraiment sérieux, là. Est-ce que ce Dévoreur … savait ce qu’il faisait ? J’en ait pas rencontré tellement plus que ça mais les démons qui dévorent leurs congénères deviennent plus … monstrueux, non ? »

« C’est exact mais dans le cas du Dévoreur, il n’était pas fou … De ce que j’ai lu dans divers livres, il semblait focalisé et fixé sur un objectif que nul ne pouvait réellement comprendre. On ne sait pas ses origines, on ne sait pas son but mais il était sûr et certain qu’il avait un projet en même temps qu’il dévorait tout sur son passage. »

« Comment est-ce qu’il a été battu ? Enfin, si c’est une légende, elle se finit bien ? »

« Hmm … Tu devrais être au courant, normalement. Zélisia et Alzar, les deux dieux. »

AH ! Il se redressa dans sa chaise à l’évocation de ces deux noms. Elle venait vraiment de dire Sérest et Séran ? Enfin, non, pas les deux prénoms là mais … Alzar et Zélisia ? En le voyant agir de la sorte, Héraisty lui demanda :

« Un … souci ? Qu’est-ce qu’il y a ? »

« Est-ce que tu peux continuer ? Qu’est-ce qu’ils ont fait de spécial et tout ? »

« Et bien, c’est pourtant la base même de l’histoire des démons. C’est à cause du Dévoreur que nous avons été enfermés, d’après ces livres. Zélisia et Alzar ont utilisé leurs pouvoirs pour emprisonner la race des démons sous terre et se sacrifier pour sceller à jamais le Dévoreur, au plus profond de ce monde. »

« D’accord, d’accord, je ne savais pas … Je ne pensais pas que ça se passerait ainsi. Enfin, que c’était à cause de ce fameux Dévoreur. Tu penses qu’il existe vraiment ? »

« Souvent, nous cherchons un coupable pour nos actes passés. Je ne dis pas qu’il n’a jamais existé … mais qu’il n’est sûrement pas le seul fautif dans toute cette histoire. »

« D’accord, d’accord. C’est vrai que sûrement les démons de l’époque en ont peut-être un peu trop fait, mais d’un autre côté, ça ne change pas … que vous ne devez pas payer les erreurs de vos ancêtres. Je me dis que l’ouverture des portes démoniaques est une bonne chose. »

« Tu dis cela simplement parce que tu es un démon, Tery, comme nous autres. »

« Pas le moins du monde. Je le dis car je le penses, tout simplement. De quel droit peut-on forcer des générations dans le futur à payer le prix de ce que leurs ancêtres ont fait ? Nous avons sûrement tout autant produits des choses effroyables à la surface mais j’imagine qu’on préfère occulter cela et faire comme si cela n’avait jamais existé. »

« C’est … plaisant à entendre, je crois. » dit-elle après quelques secondes de réflexion, Tery la regardant en écarquillant les yeux. Plaisant ? « Est-ce que je peux te poser une question, Tery ? Mais cela n’a aucun rapport avec les livres ou le Dévoreur ou les golems. »

« Euh, oui, bien entendu mais … donc tu veux qu’on ailles ailleurs ? » dit-il après quelques secondes de réflexion, comme s’il avait un peu peur de la réponse de la demoiselle.

« Comment est-ce que c’est à la surface ? »

Il cligna des yeux, se demandant s’il avait mal entendu ou non. Pour autant, vu qu’elle continuait de l’observer à travers ses lunettes, il n’avait pas rêver. C’était … ça sa question ? Bien entendu, sa première réaction serait de se moquer d’elle mais non, elle était plus que sérieuse et rapidement, ses pensées vinrent se joindre entre elles. Quel imbécile.

« Si tu veux, on peut en parler ailleurs. Il y a beaucoup à dire à ce sujet, Héraisty. »

« Tu veux en discuter à une table ? Tout cela m’a ouvert un peu l’appétit, je t’avoues. »

« Pas de problèmes. Rangeons ces livres et partons. Encore que … »

« Oui, tu peux en emprunter un ou deux, tout simplement. »

« Je vais le faire alors. Même si ce ne sont pas ce que nous recherchions, ça reste très intéressant à lire. J’aimerai bien en savoir plus sur ce Dévoreur. »

« Enfin, ça reste un peu saugrenu d’avoir envie de se renseigner sur lui mais … D’ailleurs, en voyant ton physique, on ne penserait pas que … non. Je suis désolée, c’est dépalcée de ma part et je ne devrais pas dire de telles choses. Pardon. »

« Non mais tu as raison de le penser. A la base, je ne venais que d’un village un peu perdu dans le royaume de Shunter. L’intelligence n’est pas ce qui prime chez moi bien que je me disais bien que c’était étrange que ma mère soit lettrée. »

« Je crois que tu as beaucoup de choses à me dire mais … euh … tout d’abord, on va aller parler de la surface, d’accord ? Comme convenu ? »

Elle lui reposait la question comme pour être sûre qu’il n’allait pas de débiner. C’était étrange. Est-ce que c’était si intéressant que ça d’en savoir plus au sujet de la surface ? Il ne savait pas trop mais bon … Ce n’était pas vraiment à lui de poser toutes ces questions hein ? Il avait juste accepté de lui répondre.

Les voilà tous les deux assis en face à face à une table dans une taverne. Ils avaient commandé un repas chacun mais elle semblait à peine toucher à son assiette. Est-ce qu’elle était vraiment si pressée que ça de parler de la surface ?

« Avant de te répondre, j’ai moi aussi une question, Héraisty. Pourquoi ? »

« Pourquoi quoi ? » dit-elle, penchant la tête sur le côté, se demandant tout de suite où il voulait en venir en l’interrogeant ainsi.

« Pourquoi est-ce que ça t’intéresse autant d’en savoir au sujet de la surface ? »

« Et bien, c’est très simple. Je suis maintenant de la génération de démons qui aura vu l’ouverture des portes démoniaques après des millénaires d’emprisonnement. Tu devrais plutôt demander aux autres pourquoi ils ne sont pas intéressés. »

« Je crois qu’ils sont bien contents avec leur petite vie tranquille, si tu veux tout savoir. »

Elle haussa les épaules comme pour signaler que si tel est le cas, ce n’est donc pas à elle de s’intéresser à eux. Elle amorça un mouvement pour manger, Tery faisant de même. Sans qu’ils ne prennent la parole l’un ou l’autre pendant plusieurs minutes, Tery ne jetait qu’un œil autour de lui. Il entendait bien quelques murmures … et cela les concernait ?

« Dites ? Vous avez vu ? C’est pas la petite de la guilde des renifleurs royaux ? »

« Pas la première fois qu’elle vient ici mais c’est toujours seule. D’ailleurs, le type qui l’accompagne, ça serait pas le favori de la nouvelle princesse ? Elise non ? »

« Ouais, c’est bien le nom de la princesse mais donc … il va pas avoir des soucis ? »

« Ohla, je préfère ne pas m’en mêler à ce côté là. Ca va m’attirer des ennuis. »

« C’est pas faux. Enfin bon … Ils ont l’air d’à peine se regarder et parler. Peut-être qu’ils sont de la même famille, c’est tout. »

Hum ? De la même famille ? Lui et Héraisty ? Elle avec ses cheveux verts, lui avec sa chevelure brune ? Pas vraiment certain qu’il y ait un petit air de ressemblance. Par contre, il remarque que la demoiselle ne semble même pas s’intéresser ne serait-ce qu’un seul instant aux propos des autres. Ah bien entendu … mais quand même.

« Ils sont trop loquaces. Ils ne savent pas se retenir. Parfois, il vaut mieux se taire, tu ne crois pas, Tery ? » chuchota t-elle sans pour autant le regarder, l’air de rien.

« Disons que j’y suis habitué mais après tout, ce ne sont que des rumeurs et autres. Par contre, j’imagine qu’Elise ne va pas arrêter de m’embêter avec ça pour les prochains jours. Mais bon … Le repas est pas mauvais, non ? »

« Oui, c’est exact mais … moi qui voulait parler tranquillement de la surface avec toi, je crois que je vais devoir patienter. Pour la digestion, est-ce qu’une marche te conviendrait ? »

« Bien entendu, Héraisty. On parlera de tout ça alors à ce moment. » finit-il de conclure avant de se concentrer sur son repas, la démone à lunettes faisant de même.

Et dire qu’il allait passer toute une journée en sa compagnie, une bonne compagnie d’ailleurs. Mais … Est-ce que les propos d’Elise n’étaient pas un peu trop justes ? Il était sur une corde raide, non ? Bien qu’il ne pensait à rien de « spécial » avec Héraisty.

« Hmmm … Qu’on le veuille ou non, sincèrement, c’est bien mieux quand c’est tranquille tout autour de soi, y a vraiment rien de meilleur. »

« C’est un peu étrange de t’entendre t’exprimer aussi clairement … »

« Clairement ? Comme si j’étais si étrange que ça. Tu risques de me vexer, fais un peu attention à tes paroles, Tery. Et je ne sais pas ce que je dois penser de ta personne, moi. Tu ne veux pas me donner un petit indice ? »

« Bien sûr que si. La réponse est : Rien de spécial. »

« Hmmm, pourtant, ton odeur quand je t’ai reniflé, elle était vraiment unique en soi. Même celle de la famille royale n’était pas aussi forte. »

« Et quand tu parles ainsi, c’est assez vexant et gênant. Ca donne l’impression que je ne me suis pas lavé depuis des semaines voire de mois, tu t’en rends compte ? »

Elle s’arrêta au beau milieu de la rue, ne se préoccupant plus des démons qui passaient à côté d’eux. A voir le rouge monter à ses joues, elle ne s’était jamais … réellement posé la question, n’est-ce pas ? Et à la voir aussi vivement gênée, il ne pouvait qu’approuver le fait qu’elle était plutôt mignonne comme tout … et en même temps, cela tenait juste à confirmer que peut-être, il commettait une bêtise … et qu’il valait mieux faire attention.