Chapitre 40 : Une petite piqûre

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 40 : Une petite piqûre

« Cela fait déjà trois jours. Nous sommes donc bientôt arrivés, c’est cela ? »

« C’est exact, Tery. Vous devriez même bientôt voir ce dont je parlais depuis le début. J’imagine que vous allez être assez époustouflés par le spectacle. Il faut dire que certains se damneraient rien que pour y jeter un œil. »

« Hahaha, je ne sais pas comment il faut prendre cela mais autant donc que ça soit avec le sourire alors, n’est-ce pas ? Mais bon, je note, je note ! »

« Pourquoi en serait-il autrement ? Ce n’est pas comme si je le cachais, n’est-ce pas ? »

Héraisty avait raison. Elle n’avait jamais essayé de leur mentir à tous les deux. Mais bon, ces trois jours avaient été bien moins épuisants qu’il ne le pensait. Comme quoi … Tout pouvait être une bonne surprise si on faisait attention ! Mais à quoi allait ressembler cette ville merveilleuse dont elle parlait à chaque repas ?

« J’espère que je ne serais pas déçu après les présentations données. »

« Hey, cela reviendrait à dire que j’ai raconté des inepties. Ce n’est pas du tout mon genre, sachez-le Tery. Je suis presque déçue que vous pensiez cela de moi, vous voyez. »

« Alors, je n’ai qu’à m’excuser maintes fois pour mes paroles. Ca ne sera pas la première fois à votre encontre, ni la dernière, j’imagine bien. » dit le jeune homme aux cheveux brun alors que la démone souriait, comme amusée par ses répliques. En trois jours, elle avait déjà bien appris à le connaître au niveau comportemental.

« Ca ne sera pas aussi simple cette fois, jeune homme. Je pense que vous avez donc une dette envers moi pour vos paroles déplacées. Nous verrons cela en temps et en heure lorsque nous serons arrivés. Vous comprendrez que … »

« Hum, au cas où, n’essayez pas de profiter de notre possible position dans cette strate pour vous attirer quelques faveurs, hein ? » coupa Elise en regardant Héraisty droit dans les yeux Celle-ci remit correctement ses lunettes, répondant :

« Et pourtant, c’est ce que je dois essayer. Il faut comprendre que si cela peut me donner quelques avantages sociaux, je ne vois pas pourquoi je ne l’accomplirai pas. Vous n’êtes pas les premiers démons que je découvre … même si tous oublient complètement qui je suis après que l’on apprends de quelle lignée ils sont. »

« Je sais pas pourquoi mais ça me rend un peu triste d’entendre ça. » dit Tery, évitant alors à Elise de continuer à grogner comme à son habitude pour montrer son mécontentement.

« Oui, Tery. C’est triste, vraiment triste. Suffit de voir le visage d’Héraisty à ce sujet. Il est parcouru par la tristesse et les larmes. »

« Elise, ce n’est pas en étant désobligeante que ça va améliorer nos relations. Même si elle fait ça uniquement pour son travail et obtenir quelques faveurs, elle le fait bien et ça reste une démone assez agréable dans le fond. Donc … pourquoi pas ? Elle fait rien de mal, oui. »

Héraisty était comme surprise par les propos de Tery, le regardant, un peu décontenancée par ses propos. Visiblement, même si elle s’attendait à de telles paroles, elle n’avait aucune idée de comment réagir à ces dernières et était maintenant un peu songeuse.

« Je suis certaine que vous deux, vous allez permettre une nouvelle ère pour les démons. »

« Hum ? Qu’est-ce que vous avez dit, mademoiselle Héraisty ? » demanda Tery alors que la démone à lunettes hochait la tête. Avait-elle parlé à voix haute ou presque ? Elle signala que ce n’était rien de bien important et qu’ils allaient bientôt arriver à destination.

Vrai … Ils pouvaient maintenant voir les imposants cristaux qui flottaient dans le « ciel ». Difficile de vraiment parler de ciel lorsque l’on vivait sous terre mais en même temps, difficile que cela se passe autrement en un tel lieu. Ah … Ils pouvaient voir tellement de critaux lumineux. Cela donnait l’impression d’être dans une ville remplie de lumières. Et puis, ces murs ! Ils étaient encore plus haut et grands que ceux de l’autre ville. D’ailleurs, la ville était si grande, comme établie sur plusieurs étages que Tery regarda vers le plafond avant de cligner des yeux. Il ne rêvait pas ?

« Oh … Vous l’avez tout de suite remarqué, n’est-ce pas ? C’est exact. La capitale du monde souterrain et démoniaque s’établit sur plusieurs niveaux qui sont creusés à même dans le plafond. Ainsi, malgré les apparences, cela revient à … »

« Depuis le début, on pouvait se rendre dans la capitale démoniaque mais j’imagine que son accès dans les strates supérieures est très réglementée et qu’il ne faut pas espérer y rentrer ? »

« C’est exact, Tery. Disons que l’on peut y vivre, que ceux qui y sortent peuvent revenir mais qu’il ne faut pas espérer rentrer si vous êtes quelqu’un de l’extérieur. C’est pourquoi son existence est comme inconnue dans les strates supérieures. »

Bon sang … Sur le coup, il était complètement cloué par la surprise. Dire que tout ça se trouvait depuis si longtemps à la strate supérieure, du moins, celle où ils avaient vécu, lui et Elise, pendant des mois, comment est-ce qu’ils avaient put être aussi aveugles ?

« Et il y a un accès à la surface ? Enfin, maintenant qui est ouvert ? »

« Et bien, vous semblez très intéressés par cette réponse, n’est-ce pas ? Ce n’est pas à moi de vous répondre à ce sujet. Des fois, certaines informations doivent restées confidentielles aux personnes extérieures. A vous de vous débrouiller pour mériter ces informations ! »

Pourquoi est-ce qu’une telle réponse ne l’étonnait même pas ? Car peut-être qu’à force, il avait aussi appris à connaître cette démone sans s’en rendre compte ? Oh bien entendu, il ne se faisait pas d’illusions. Elle avait sûrement bon nombre de secrets bien enfouis au fond d’elle mais … ce n’était pas à lui de les dévoiler.
Au moins, ce qui était rassurant, c’est qu’ils « connaissaient » quelqu’un dans cette ville où où ils allaient se rendre. D’ailleurs, vue la taille de celle-ci, pouvaient-ils encore parler de ville ? Il y pensait mais en cherchant à comparer avec Omnosmos, les deux villes devaient être de même taille. Oh, alors qu’Omnosmos, c’était plus sur le rayon qu’elle s’étalait, cette ville là, c’était sur la hauteur, d’après ce qu’avait dit Héraisty.

« Hum, à ce sujet, es-ce que la capitale démoniaque a un nom ? En y réfléchissant bien, je ne crois pas que vous ayez donné son nom, n’est-ce pas ? »

« Maintenant que vous m’y faites penser, il est vrai que j’ai aussi oublié ce petit détail alors que je n’avais aucune raison de vous le cacher. Ainsi, je peux tout simplement vous dire que cette capitale s’appelle Imnilaxi. C’est là que réside les familles les plus puissantes parmi les nobles chez les démons mais aussi la royauté. »

« Oh … La royauté, on va dire que j’ai quelques soucis avec cette dernière. Ca dépendait des différents pays mais en même temps, je … »

« Hum ? C’est vrai ça ? J’avais cru comprendre le contraire avec cette princesse déchue nommée Manelena, c’est bien ça ? Enfin, plus si déchue. Elle est la reine de votre pays « natal », c’est bien ça, Tery ? Ou alors, je me trompes ? »

« Ahem, moi aussi, je préfère éviter de rentrer dans certains détails donc je vais tout simplement éviter de vous répondre. Ca sera beaucoup mieux pour tout le monde. » dit-il en détournant légèrement la tête. Il … n’avait pas envie d’en parler. Manelena, c’était Manelena. Une femme comme on en rencontrait qu’une fois dans une vie. Et Elen, c’était pareil. Mais surtout, avec tous ces voyages souterrains, le simple espoir de les revoir diminuait au fil des heures qui s’écoulent. Ah … Plus que quelques heures, c’est ça ? Il se tourna vers Elise, celle-ci étant toute aussi songeuse que lui.

« D’ici le milieu de journée, nous arriverons enfin dans la capitale. Bien entendu, vous êtes conviés à me suivre pour éviter de créer des soucis avec l’ordre public. »

« Euh, ce n’était pas mon genre et ça ne le sera jamais. Si parfois, il y a quelques problèmes, ce n’est pas parce que je le désire. Ou alors, c’est vraiment très rare. »

« Vous devez comprendre qu’en écoutant vos différents récits, c’est parfois difficile de vous croire à ce sujet, n’est-ce pas hein ? »

Le jeune homme aux cheveux bruns toussa un peu, comme embêté par de tels propos. Il faut dire qu’en même temps, il venait tout simplement d’expliquer qu’il causait quelques soucis assez conséquents à Manelena donc bon … pfiou … Mieux vaut fermer les yeux et ne plus réfléchir à grand-chose. Il était anxieux et cela se voyait.
Il sentait une main se poser sur la sienne, le forçant à ouvrir brièvement l’oeil gauche pour voir à qui elle appartenait même s’il n’y avait guère de doute à ce sujet. Elise, n’est-ce pas ? Enfin bref … Même s’il ne lui avait toujours pas pardonnée pour le repas, oui, il pouvait être du genre très rancunier, il accepta pleinement la main, croisant ses doigts avec les siens.

« Vous donneriez presque l’impression d’être un couple. » chuchota Héraisty en coupant le silence, Tery répondant calmement :

« C’est une bonne impression. C’est celle que nous voulions donner depuis le début. Enfin, entre un grand frère et une petite sœur assez proches pour leur donner des idées. »

« Au moins, comme ça, nous n’étions pas dérangés. C’est mon grand frère. »

Et comme pour bien montrer que cela ne sera pas différent, loin de là, elle vint tout simplement poser sa tête sur l’épaule gauche de Tery. Celui-ci retira sa main de celle d’Elise avant de la poser sur la propre épaule gauche d’Elise, l’emmenant à lui. Voilà, maintenant, cela devait encore faire jaser. Patience, patience et patience.
Ce fut lui qui descendit en premier lorsque le carosse s’arrêta. Oh, bien entendu, l’un des soldats avait ouvert la porte mais c’était lui qui tendit la main à Elise pour l’inviter à descendre avant de faire de même avec Héraisty. Celui-ci eut un léger sourire, disant :

« Et bien, malgré vos origines « paysannes » comme vous me l’avez bien si souvent répété, il faut avouer que vous avez quelques notions de noblesse, n’est-ce pas ? »

« C’est plutôt qu’un tel acte est assez commun. Même pour quelqu’un comme moi, je sais ce que je dois faire. Après, si vous n’êtes pas contente, je peux vous laisser des … »

« OUPS ! Je tombe ! » s’exclama Héraisty avant de s’écrouler dans les bras de Tery. Euh … Elle était drôlement menue, non ? Voire même fragile. Un peu comme une poupée de porcelaine. C’est vrai qu’il n’avait jamais jeté trop de détails à son corps mais hmm … Euh … C’était vraiment assez étonnant, la différence entre elle et les autres femmes qu’il connaissait. Assez étonnant au point de le perturber.

« Hey, vous deux, je peux savoir ce que vous êtes en train de faire ?! »

« Je suis tout simplement tombée. Tery n’a fait que me réceptionner, n’est-ce pas, Tery ? »

C’était lui ou alors, elle était en train de lui faire un sourire des plus provocateurs. Comment est-ce qu’il devait répondre à ça ? Elle voulait vraiment qu’il ait des ennuis, n’est-ce pas ? Le jeune homme aux cheveux bruns repoussa doucement Héraisty, toussotant un peu :

« Bref, faites attention à vous lorsque vous descendez. Des fois, on oublie une marche et des fois, la chute est tout simplement inévitable. »

« C’est exact. Il suffit juste alors d’avoir quelqu’un pour nous réceptionner en toute sécurité. Vous voulez bien me suivre ? A partir de là, si vous me perdez de vue, vous risquez de … »

« AH ! Héraisty ! Vous voilà enfin ! Vous avez quelques jours de retard ! » coupa une voix masculine, Héraisty perdant son sourire avant de baisser les yeux derrière ses lunettes.

« Pardonnez-moi, messire Jyanos. » murmura faiblement Héraisty alors que Tery et Elise tournaient leurs visages vers la voix qui venait de prendre la parole.

Hum, contrairement à Héraisty, il semblait bien plus âgé non ? Il devait bien avoir une quarantaine voire une cinquantaine d’années. Il avait encore une chevelure noire qui collait bien sur son crâne et des vêtements bien distingués. Lui aussi avait une paire de lunettes devant ses yeux verts qui étudiaient déjà les deux démons devant lui.

« Quels sont vos noms à tous les deux ? Oh et puis, peu importe ! Nous allons tout de suite voir si les rumeurs sont vraies ! Suivez-moi. Héraisty, tu peux te retirer et retourner auprès des autres renifleurs. Ta présence n’est plus nécessaire. Tu n’es qu’une débutante. »

Hey, c’était lui ou alors l’ambiance était vraiment déplaisante maintenant ? Il n’était pas certain de pouvoir apprécier cela. Il toussa légèrement, prêt à prendre la parole mais ce fut Elise qui fut bien plus rapide que lui, déclarant :

« Mademoiselle Héraisty a signalé que mon odeur est assez spéciale. Il en est de même pour mon compagnon, c’est pourquoi nous aimerions qu’elle nous accompagne. Il serait normal qu’elle ait autant que vous la primeur de la confirmation de ses hypothèses, non ? »

Ouch ! Elle venait d’utiliser un langage dont il n’avait pas l’habitude d’entendre sortir de sa bouche. On aurait vraiment cru qu’elle parlait comme l’un de ces nobles un peu trop intellectuels et il la regarda, bouche bée, ne sachant pas vraiment quoi dire maintenant. Un peu comme Jyanos qui était songeur tandis qu’Héraisty s’était immobilisée.

« Hum … Vous savez qu’à l’heure actuelle, vous n’êtes qu’une démone comme tant d’autres, n’est-ce pas ? Votre odeur ne vaut rien comme vos paroles. Ne l’oubliez pas. Mademoiselle Héraisty retournera à la maison des renifleurs et elle saura les résultats en même temps que les autres. De toute façon, une simple débutante ne devrait pas trop vous intéresser. »

« Je suis quand même d’accord avec Elise. » compléta Tery de son côté bien décidé à renchérir à ce sujet. « Mademoiselle Héraisty nous a tenu compagnie pendant plusieurs journées et nous avons longuement discuté avec elle, nous … »

« Elle n’avait pas à faire cela. Son seul objectif était de vous ramener ici pour confirmer les différentes analyses olfactives. Visiblement, certaines personnes dépassent un peu trop les limites de leur travail. » coupa Jyanos une nouvelle fois.

« Je vais retourner à la maison des renifleurs. Messire Tery, mademoiselle Elise, enchantée de vous avoir connus. Je pense que nous ne nous reverrons plus. »

Hum, il n’aimait pas de tels adieux mais la démone s’inclina poliment devant Tery et Elise, ces derniers lui rendant le geste. Grumpf … Ok, il était pas du genre à juger trop vite mais déjà, ce Jyanos venait de lui taper sur les nerfs.

« Maintenant, si vous voulez bien me suivre, nous n’avons pas de temps à perdre. Plus vite nous aurons les résultats, mieux ce sera. J’imagine que vous avez déjà été mis au courant ? »

« Au courant de quoi ? » demanda Tery sur un ton sec, ce qui ne gêna guère Jyanos.

« Que si vos odeurs ne correspondaient pas aux critères de la capitale, vous seriez tout simplement mis à mort. Il n’est pas trop tard pour reculer. »

« Après tout le chemin fait, de toute façon, même si je partais avec Elise, nous n’aurions sûrement aucune chance de survie dans les environs vu que l’on ne connaît rien des alentours donc bon … qu’est-ce que cela changerait réellement ? »

« Bien bien bien. Il en est de même pour vous ? » demanda Jyanos à Elise.

« Je l’accompagnerai jusqu’au bout. Je pensais que nous n’avions pas plus de temps à perdre, n’est-ce pas ? Alors, allons-y, que l’on voie quelle « odeur » sortira de chez nous. »

Oh, elle était encore plus véhémente que lui mais cela se comprenait parfaitement. Ce type avait réussi à leur taper sur les nerfs et cela dès le premier moment où il était apparu. Les deux personnes étaient déçues pour Héraisty mais ce n’était qu’à charge de revanche. S’ils devaient se déplacer jusqu’ici, c’était pour une bonne raison.

« Je vais vous emmener devant la chambre des conseillers. Là-bas, nous allons passer les dernières vérifications à votre sujet. »

Les dernières vérifications à leur sujet ? Bah, encore une séance de reniflage des plus douteuses. Le jeune homme aux cheveux bruns se laissa guider, finissant par prendre … ah ? Ils ne rentraient pas dans la ville directement ? Du moins, ils ne passaient pas par les imposantes doubles portes ? Qu’est-ce que ça voulait dire ? AH ! Il y avait non-loin d’autres portes, mais en pierre cette fois. Elles étaient gravées à même la roche qui composait les murs. Intéressant mais … à quoi cela consistait exactement ?

« Vous êtes sûr que vous nous emmenez voir ces fameux conseillers ? D’ailleurs, ce sont des conseillers comme ceux d’un roi ? Qui parlent avec lui de tout ce qui est économie et autre ? » demanda Tery en regardant Jyanos.

« Peut-être que c’est ainsi que marche ce concept chez vous mais dans ce monde, ce n’est pas le cas. Nos conseillers sont bien plus que ça. Vous le verrez par vous-mêmes. »

Le voir par eux-mêmes. Ils entendaient ça depuis quelques jours. En parlant d’entendre, il remarquait encore une fois que les gardes étaient toujours présents, ces fameux démons en lourde armure noire. Ils continuaient de le suivre comme si de rien n’était.

« Bien, nous y voilà. Installez-vous à cette table pendant que je vais les appeler. »

Encore moins chaleureux qu’avant. Au moins, Héraisty avait la décence d’avoir été sympathique. Cette table, cette salle austère, avec juste la lueur de quelques chandeliers, ils étaient presque plongés dans la pénombre. Ces murs étaient en pierre, comme le sol et il était clair que cela était vraiment déplaisant.

« C’est normalement notre dernière séance de reniflage, Tery. »

« Oui, je le sais bien … Vivement qu’on en soit débarrassées une bonne fois pour toutes, Elise. Par contre, je te parle mais ça ne veut pas dire que je te pardonnes. »

« Me pardonner ? A quel sujet ? De quoi est-ce que tu parles exactement ? Tery, ça me fait penser. Maintenant que l’on a un petit moment où on est tranquille, je … »

Elle s’immobilisa, ses paroles mourant entre ses lèvres alors qu’elle avait un soubresaut. Dans son cou, une aiguille venait de se planter, celle d’une seringue qui déversa son contenu. Tery se leva subitement mais il était déjà trop tard puisqu’il sentit une pointe se planter dans son cou. Il poussa un hurlement en se tournant vers une personne, celle-ci esquivant sa griffe faite de pierre qui était apparue aussitôt.

« C’EST QUOI CE BORDEL ?! QU’EST-CE QUE VOU NOUS AVEZ FAIT ?! »

« Un simple somnifère pour que vous soyez tranquilles et que ne tentiez pas de tromper votre sang en le modifiant. Vous ne seriez pas les premiers démons à tenter de nous manipuler par l’odeur ou le sang. Ces tests seront bien plus précis que tout le reste. »

« IL Y AVAIT D’AUTRES METHODES POUR CA ! »

« Hum ? La dose n’était pas suffisante ? » signala le démon à son compagnon en regardant sa seringue vide, Tery commençant à le haleter, son corps semblant si lourd.

« On en avait prévu que deux, une pour chacun. On s’attendait pas à ce qu’il en faille plus en vue de leurs gabarits. T’arrivera à t’en occuper pendant que je vais me charger d’en ramener une autre ? Voire plusieurs par mesure de précau … »

« WOUAAAAAAAAAAAAH ! C’est quoi ça ?! UN GOLEM ?! » hurla le démon à son compagnon qui n’avait pas eut le temps de terminer sa phrase. Il fallait dire qu’un golem de pierre venait d’apparaître devant Tery, celui-ci ayant posé un genou au sol, continuant d’haleter. Et le golem avait tout simplement cogné le démon pour l’envoyer contre un mur, le faisant s’évanouir sous le choc.

« Je vais … vous apprendre … à vous foutre de nous. Vous allez … vous allez … »

Puis plus rien. Le jeune homme aux cheveux bruns tomba au sol, inconscient alors que le golem avait arrêté de se mouvoir. Le démon encore conscient observa Tery puis le golem, faisant un pas. Le golem ne bougea guère de sa position tandis que le démon revenait vers son compagnon, le réveillant et l’aidant à se relever.

« Bon sang, on m’avait pas prévenu pour ça ! Faut dire que c’est bon, non ? »

« Pas certain. Y a ce golem. Normalement, il devrait se détruire seul, non ? Généralement, si la personne est inconsciente, le golem n’a plus aucun flux magique qui vient en lui et … »

« Protéger … » murmura une voix rocailleuse, les deux démons reculant sur le coup. Ils se regardèrent pendant quelques secondes avant de jeter un œil au golem :

« C’est … C’est pas lui hein ? Les golems ne parlent pas hein ? »

« On a fait notre boulot, on se barre de là. C’est pas à nous de gérer ça ! Je sais pas ce que sont ces deux démons et je crois qu’il vaut mieux ne pas poser de questions ! »

Les deux démons quittèrent la salle, laissant le golem, Tery et Elise, seuls dans la pièce. Quelques secondes plus tard, le golem s’était dirigé vers Tery, venant le soulever pour le mettre assis sur sa chaise. Peu de temps après, le corps du golem s’écroula au sol, perdant toute consistance pour ne devenir qu’un amoncellement de pierres.

« Ils ont signalé qu’il y avait un golem. Il faut faire gaffe et … »

« Qu’est-ce qu’ils ont raconté ? Ils sont juste inconscients, rien de plus. » dit un garde démoniaque en armure noire, rentrant en premier, rapidement rejoint par d’autres. Dans la pièce, le silence était maintenant complet. Les derniers tests pour savoir ce qu’étaient réellement Tery et Elise allaient enfin avoir lieu.

Chapitre 39 : Un statut particulier

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 39 : Un statut particulier

« Le repas vous a plu ? Qu’en pensiez-vous ? »

« C’est vraiment … différent de ce que l’on a mangé à l’auberge. Tout semblait avoir bien plus de goût, tout semblait si bon, si délicieux, si … »

« Si authentique et frais ? C’est normal et c’est voulu. Il en a toujours été ainsi. La strate où vous vous trouviez n’était pas la pire qui existe mais disons que son degré de pureté est vraiment loin d’être bon si vous voulez tout savoir. »

« Je veux bien vous croire mais … pour la route, nous étions obligés ? »

« Un souci avec cette diligence ? Il est vrai que vous n’avez sûrement pas connu de tels animaux pour vous tirer mais vous vous adapterez très vite. Par contre, comme signalé, nous en avons pour trois jours et donc … j’aimerai bien que vous me parliez plus en détails de votre existence à la surface, j’avoue que le sujet est assez intéressant. »

Assez intéressant ? Même les autres démons ne l’avaient guère réellement questionné à ce sujet mais à côté, il fallait dire qu’il n’avait rien fait pour le crier à voix haute … Et quand il avait enfin penser le parler, il avait le résultat maintenant ici. Son fessier installé sur une zone des plus appréciables, il souriait faiblement avant de répondre d’une voix amusée

« Si vous me posez quelques questions, j’y répondrai avec la plus grande franchise possible. Du moins, j’essayerai hein ? Je préfère ne rien promettre à ce sujet. »

« Hum, première question : comment cela se passait-il avec votre mère porteuse ? »

Première question et déjà, cette démone cherchait les ennuis, non ? A la regarder, avec ses petites lunettes, Tery préféra prendre ses précautions avant de répondre :

« Et bien, de mon côté, cela se passait très bien. C’était assez difficile mais j’ai perdu mon « père » très tôt, après quelques années. »

« Votre père, c’était bel et bien un démon, n’est-ce pas ? Est-ce qu’il vous avait mis au courant ou non ? Comment est-ce que cela se passait ? Et votre … mère ? »

« Non, non, et non. Enfin, avec ma mère, c’était assez compliqué mais … j’étais heureux, très heureux. Je n’ai rien appris par rapport à mes pouvoirs démoniaques avant mes vingt ans. »

« Vingt ans ? Vraiment ? Aussi tardivement ? Comment est-ce possible ? Et vous ? » demanda une nouvelle fois la démone à lunettes mais en se tournant vers Elise.

« Vers ma majorité, j’ai perdu le contrôle de mes pouvoirs … et j’ai rasé tout simplement l’auberge où j’ai été élevée. Je ne connais ni ma mère … porteuse, ni même le démon qui m’a fait naître. Je ne sais rien à ce sujet. »

« Perdre le contrôle ? Est-ce que cela veut dire que vous avez dévoré autrui ? »

« NON ! HORS DE QUESTION ! JAMAIS ! » s’exclama Elise avec colère et rage.

« Tu peux te calmer, Elise ? Nous sommes dans un carrosse si tu ne l’as pas remarquée. »

« Ce n’est pas ça, Tery. Pas du tout … et je croyais que tu voulais plus m’adresser la parole ? Pourquoi est-ce que tu le fais maintenant ? Enfin qu’importe. Je n’ai jamais dévoré quelqu’un et je ne compte pas le faire de mon côté ! Et vous hein ? »

« Hum, moi ? Et bien, cela m’est déjà arrivé de me sustenter quelques fois. Disons qu’il faut savoir se retenir et ne pas abuser des bonnes choses. » déclara Héraisty dans un léger sourire qui était un tant soit peu énigmatique en la regardant. « Mais nous ne sommes pas là pour parler de moi mais de vous deux. Je vais continuer à poser mes questions si cela ne vous dérange pas trop. Je vais me concentrer sur vous, Tery. »

« J’ai vraiment l’impression que je vais tout devoir dévoiler … ah … »

« Disons que cela ne fait qu’apporter plus de garanti à ce que je vais devoir présenter aux autres renifleurs mais aussi à certaines personnes. Une simple mesure de sécurité, j’imagine que vous comprenez de quoi je veux parler, n’est-ce pas ? »

« D’accord, d’accord. Continuez donc. Si je peux vous apporter des « garantis », je le ferais sans aucun problème alors. Qu’est-ce que j’ai à vous révéler ? »

« Maintenant, ce qui m’intéresse le plus à savoir, c’est … comment avez-vous réussi à venir ici si vous êtes de la surface ? Ce n’est normalement pas possible, vous êtes d’accord, non ? »

« Nous avons réussi à ouvrir les portes démoniaques qui se trouvent à Omnosmos. Omnosmos est la capitale du monde. Il est dit qu’elle est à égale distance des cinq capitales des cinq royaumes qui l’entourent. Aucun de ces cinq royaumes ne la contrôle. »

« Vraiment intéressant, très intéressant, oui. Je crois qu’en fait, je veux tout savoir de vous … depuis le début ! Heureusement que nous avons trois jours de voyage, n’est-ce pas ? J’imagine que cela ne serait même guère assez pour ce que j’ai à entendre. »

Hahaha. Elle était assez amusante en un sens cette démone. Pour autant, tout lui dire depuis le début, cela allait être très long mais il pouvait aussi omettre quelques détails ? Il n’était pas certain qu’il doive parler d’Elen même si cela le tente depuis le début.

« En espérant bien entendu que cela ne vous mette gère mal à l’aise, il en va de soi. »

Mettre mal à l’aise ? C’était si visible que ça qu’il était un peu gêné de tout raconter ? Il jeta un bref regard à Elise, voir si elle aussi l’avait remarqué. D’ailleurs, leurs regards se croisèrent, Tery voyant bien qu’elle aussi était … gênée ?

« Peut-être que je me suis montrée trop pressante. Nous allons attendre un petit peu plutôt. Nous avons tout notre temps avant d’arriver à notre objectif. »

« En vous écoutant, ça a l’air si simple … tellement simple. Je ne sais pas comment je dois le prendre réellement, vous pouvez me le dire ? »

« Et bien, non. Puisqu’il n’y a aucun piège, il n’y a donc aucune inquiétude, hein ? »

Aucune inquiétude. Ah … Pfiou … C’est surtout qu’il n’était jamais monté dans un carrosse et il ne savait pas trop comment réagir dans une telle situation. Pas qu’il était un peu embêté mais dans le fond, il l’était franchement pas mal. Après, le fait de parler d’Elen, il ne savait pas trop comment elle allait le prendre.

« Dites, je me posais la question, maintenant que j’y réfléchis mais … Alzar et Zélisia, est-ce que cela vous dit quelque chose ou non ? »

C’est vrai. Depuis le début, il n’avait JAMAIS cherché à voir s’ils croyaient en Alzar ou non. De ce qu’il savait, les démons avaient été créés par ce dernier, n’est-ce pas ? Est-ce qu’ils le vénéraient ou pas ? Comme un dieu ?

« Oh ? Alzar … Tiens donc, cela fait longtemps que je n’avais plus entendu ce nom. Vous êtes vraiment deux démons très peu ordinaires, n’est-ce pas ? La majorité des démons ne connaisse même plus le nom de leur créateur original. »

« Disons que là d’où on vient, posséder les lignes d’Alzar, c’est vraiment peu appréciable. On finit dans un triste état la majorité du temps. Il est dit que l’on perd le contrôle de notre corps si on se laisse submerger par nos sentiments. »

« Hum, cela voudrait dire que certains êtres possèdent les lignes d’Alzar aussi chez vous ? Mais comme ils ne savent pas les utiliser, ils en perdent la raison. C’est … vraiment très intéressant à savoir. Et vous-même, vous pensiez aux lignes d’Alzar ou vous étiez déjà au courant que vous étiez différent ? »

« Je n’ai jamais fait très attention à ça. Avant ma majorité, je ne m’intéressais pas vraiment à la magie et au reste. Au final, c’est en rencontrant Elen que je … »

Il s’arrêta dans ses paroles. Il venait de dire son prénom, c’était trop tard pour revenir en arrière. Il s’en voulait, il n’avait pas envie d’en discuter plus. Il ne voulait pas continuer sur cette voie mais Héraisty lui demanda :

« Et bien ? Qui est cette Elen ? Pour que vous vous arrêtiez de parler, il doit s’agir d’une personne très importante, n’est-ce pas ? »

« Elle l’est vraiment … elle est vraiment très importante, bien plus qu’on ne pourrait le croire. Il y en a d’autres, beaucoup d’autres mais une seule est à cette place avec elle. Elles sont juste toutes les deux et … hum … Pardon. »

« Pardon ? A quel sujet ? Courtiser deux femmes ou deux hommes n’a rien de si étonnant. Oh bien entendu, ce n’est pas bien vu, comme partout mais on va dire que certains nobles démons se fichent bien de ce que les autres pensent d’eux sur ce point. C’est un « luxe » que quelques démons peuvent se permettre. C’est … amusant de voir que même à la surface, des personnes agissent de la sorte. »

« Je n’agis pas comme ça ! Je ne veux pas jouer avec leurs sentiments ! Ne me faites pas dire ce que je ne penses pas ! Ah, voilà pourquoi je ne voulais pas en parler. »

« Nul besoin de s’emporter. Je ne suis pas là pour juger, ne vous inquiétez pas. »

C’est pas qu’il s’inquiétait de ce qu’elle pensait mais plutôt du reste. S’il indiquait qu’Elen était la fille de Zélisia et Alzar, elle allait sûrement avoir de … … … Non. Qu’est-ce qu’il était en train de penser ? Elen était morte. Il avait encore du mal à y croire et visiblement, son cerveau comme son coeur ne voulaient pas accepter cette horrible vérité.

« Pardon … Je vais me reposer un peu. J’en ait besoin. »

Il avait demandé l’autorisation dans un petit souffle. Il voulait juste dormir et éviter de repenser à cette femme … à qui il avait extirpé la vie sans même se poser de question. Tel le monstre qu’il était, il évitait de s’en rappeler mais aujourd’hui, elle était revenue, fraîche dans sa mémoire comme au premier jour.

« Comme vous le désirez, nous nous arrêterons pour installer quelques tentes dans la soirée de demain. Pour aujourd’hui, vu que nous sommes partis en pleine nuit, il est normal que le sommeil vous manque aussi, il est vrai. »

« Si vous pouvez éviter de continuer à parler, il est déjà en train de dormir. » marmonna Elise quelques secondes après les dernières paroles d’Héraisty. Celle-ci ne releva pas le côté légèrement dédaigneux et agressif de la jeune femme aux cheveux auburn, regardant Tery.

« C’est vrai .. Il est déjà plongé dans le sommeil … et cela en si peu de temps C’est vraiment très impressionnant. Vous ne seriez pas la seconde personne dont il parlait, par hasard ? »

« Non … Pas du tout. Je sais que je n’aurai jamais une telle position dans son cœur. »

« Vous semblez presque déçue, non ? Vous êtes deux démons très intéressants, vraiment. »

Pour toute réponse, Elise émit un grognement avant de signaler qu’elle allait dormir aussi de son côté. Que ça ne servait à rien d’espérer la déranger ou autre, elle s’en fichait complètement. Héraisty eut toujours le même sourire tandis qu’Elise fermait les yeux, plongeant dans le sommeil à son tour, tête posée sur l’épaule de Tery.

« Voyons voir ce que j’ai déjà comme note. » se dit la démone à lunettes pour elle-même avant de commencer à observer le bloc-notes qu’elle avait en main. « Cette Elise est vraiment une perle rare mais … ce Tery, c’est vraiment différent. De quelle lignée vient-il ? »

Et pourtant, son métier de renifleuse lui avait permis d’en connaître des centaines voire des milliers, de ces fameuses lignées de démons. C’est pourquoi ne pas retrouver l’odeur reliant Tery à l’une d’entre elles était vraiment étonnant.

« A quelle famille est-ce qu’il peut être reliée ? Si je ne le sais pas, peut-être que le maître renifleur connaîtra la réponse ? »

C’était là sa principale interrogation par rapport à toute cette histoire. Autant chez Elise, elle était sûre à 99%¨de ce qu’elle avait reniflé chez elle, autant chez Tery, cela restait un mystère des plus complets, ce qui rendait le tout encore plus intriguant.

« Peut-être est-il l’enfant d’une lignée disparue depuis longtemps ? Ah … Vous m’en faites poser des questions, tous les deux, vous le savez ? » finit-elle de dire en soupirant.

Lorsqu’ils se réveillèrent tous les deux, la nuit n’était déjà plus là depuis bien longtemps et ils étaient même sûrement en milieu de journée. Il était toujours très difficile de savoir exactement quelle heure il était quand on avait plus d’astre solaire dans les cieux mais juste de la roche à perte de vue, oh parfois un peu de végétation.

« Vous avez sûrement faim tous les deux, non ? Vous devriez manger un morceau. »

Les gardes, ils étaient toujours là, sauf qu’ils ne mangeaient pas. Ils étaient à une bonne distance tandis qu’Héraisty leur présentait déjà divers mets cuisinés. Il était possible de sentir une légère chaleur qui émanait de chacun d’entre eux, comme si une magie des flammes était constamment présente pour préparer les plats.

« Je ne pense pas que cela soit vous qui a cuisiné tout ceci, n’est-ce pas ? » dit Tery en cherchant un sujet de conversation avec la démone à lunettes. Celle-ci fit une petite mine offusquée, déclarant :

« Et bien, je sais qu’il y a de grandes chances que vous ne le croyez pas mais je suis parfaitement capable de cuisiner ces repas. Plus vous descendrez dans les strates, moins vous aurez confiance en l’extérieur. Lorsqu’il me faut me déplacer, je préfère cuisiner par moi-même pour être certaine que l’on n’empoisonne pas ma nourriture. »

« Aaaaaaaaaah ! Je suis désolé, vraiment désolé, je m’excuse mademoiselle Héraisty ! »

« Hum, je ne sais plus trop si j’ai vraiment envie de partager mon repas avec une personne qui n’a guère de considération pour mes qualités culinaires. Je crois que votre petite sœur appréciera bien plus ma nourriture que vous. »

« Vous allez vraiment me laisser mourir de faim ? » dit le jeune homme aux cheveux bruns, faisant une petite moue triste en direction d’Héraisty. Celle-ci cligna de ses yeux saphir, finissant par les poser sur Elise avant de dire :

« C’est dur de lui résister quand il fait cet air non ? Chez nous, il y a un terme pour définir un tel regard mais je ne pense pas que cela vous intéresse. »

« Oh, ses yeux là, ils vous implorent clémence. Ils cherchent de la bonté dans votre âme et espèrent que vous saurez lui pardonner. Si vous avez un coeur, n’hésitez-pas à l’ouvrir. »

Elise disait cela machinalement, comme si elle répétait un texte alors qu’elle rigolait un peu de ses propres paroles en voyant le regard implorant de Tery en direction d’Héraisty. La démone remit correctement ses lunettes avant de dire :

« Bon bon bon … Dans ma grande mansuétude, je pense que je peux lui pardonner quelques paroles un peu trop véloces et qui ont dépassé sa pensée. »

« Vous faites bien. Je suis sûr que Tery aura compris la leçon, n’est-ce pas ? »

« Oui oui, promis juré. Par contre, pourquoi est-ce que j’ai l’impression que vous vous êtes liguées toutes les deux contre moi ? J’ai fait quoi pour mériter un tel sort ? » déclara Tery sur un ton presque larmoyant bien que son visage exprimait le contraire.

« Vous êtes tous les deux de sacrés numéros. Je ne sais pas si vous vous rendez compte à quel point vos deux existences vont changer lorsque nous arriverons ? »

« Elles ont déjà changé le jour où nous avons ouvert les portes démoniaques. A partir de là, je crois qu’il est un peu tard pour se « morfondre » à ce sujet si vous voulez tout savoir. »

« Hum, c’est un argument valide, Tery. Mais je crois que vous ne savez pas ce qui vous attend réellement tous les deux. Votre vie va radicalement changer, surtout pour vous, mademoiselle Elise. Je veux être là pour voir votre visage à ce moment précis. »

« Et j’imagine que je n’ai pas le droit à un petit indice non ? » demanda Elise tout en commençant à manger, Héraisty rigolant faiblement en répondant :

« Vous en avez déjà un tous les deux. Nous allons à la strate la plus profonde du monde démoniaque. Il n’y aura pas de zone plus basse dans le monde souterrain. A partir de là, j’imagine que vous pourrez vous-même vous forger une idée sur cela ! »
Se forger leur propre idée. Le jeune homme aux cheveux bruns était plongé dans une intense réflexion. La plus basse strate, cela ne voulait dire qu’une chose : que les familles les plus nobles et la famille royale s’y trouvaient. Est-ce que ça pouvait être vraiment une magnifique capitale souterraine ? S’il n’y avait que l’élite qui était autorisée à y habiter ? C’était peut-être étrange comme réflexion mais cela venait de lui arriver de plein fouet, sans prévenir. Il se demandait juste si Elise pensait à la même chose que lui … et comment elle réagirait. Non ! Elle ne pouvait pas avoir les mêmes absurdités que lui en tête, c’était impossible.

« Alors, qu’est-ce que vous pensez du repas ? »

« Oh, c’est vraiment délicieux ! Je pensais déjà que le repas dans cette auberge était bien plus fameux que ce que nous avion à la strate supérieure mais encore là … Est-ce que ce sont les ingrédients qui font tout ? »

« C’est vrai que certains ingrédients se trouvent uniquement dans la strate la plus profonde du monde souterrain mais je crois que le talent de la cuisinière y est aussi pour quelque chose, non ? Vous ne trouvez pas tous les deux ? »

AH ! Il avait compris ! Elle attendait tout simplement un compliment de sa part ! Quel goujat des fois hein ? Il se gratta la joue, un peu confus et gêné avant de dire d’une voix enjouée :

« Si je n’ai pas évoqué ce détail, c’est que je pensais qu’il n’y en avait pas besoin dans une telle situation. Cela est naturel non ? »

« Hum … Ca sonne comme un compliment mais très mal mis en valeur. C’est vraiment dommage car le ton est sincère. Il n’est pas très doué avec les femmes, non ? »

« Pas le moins du monde, si vous saviez. » soupira Elise sur un ton fatigué. HEY ! Elles recommençaient toutes les deux à se mettre contre lui. Enfin, le plus étrange, c’est qu’il ‘était imaginé Héraisty comme une démone plutôt … coincée et imbue d’elle-même.

« Il me faudra raconter toutes ses péripéties amoureuses, je suis sûre que ça serait amusant. »

« Je crois que je n’aurai guère assez d’une vie pour vous parler de tout ça. »

« Oh, une vie, c’est justement ce qui va vous attendre dorénavant. Et vous n’aurez même plus à vous inquiéter de votre futur à tous les deux. »

A croire que c’était enfin le jour où ils allaient pouvoir se reposer et souffler, sans avoir à craindre ce qui les attendait le lendemain. Etait-ce vraiment ce qu’elle leur promettait ? Tout en finissant le repas, Tery posa la question. La démone retira ses lunettes, les frottant doucement avec un mouchoir avant de reprendre :

« Non, vous ne serez pas définitivement en sécurité mais vous aurez un avenir dans ce monde souterrain. Avec vos connaissances de la surface mais aussi votre sang, je suis sûre et certaine que vous allez mener la race des démons à une nouvel âge d’or depuis ce jour où notre race fut scellée par ces deux divinités. »

« J’imagine donc qu’Alzar n’est définitivement pas apprécié dans le coin, c’est ça ? »

« Vous vous trompez légèrement à ce sujet. Un courant religieux lui vouant un culte existe toujours parmi les démons, même les plus nobles. Certains prétendent que c’est la volonté d’Alzar que de les tester depuis des millénaires en les forçant à vivre sous terre. Enfin bon, chacun ses croyances. »

« Pour quelques personnes, c’est leur seule possibilité pour rester connectées à la réalité. Et encore, « à leur réalité » serait bien plus juste comme terme. »

Voilà que la jeune femme aux cheveux auburn discutait avec celle à lunettes de la religion du dieu Alzar. S’il s’était attendu à ça, il n’y aurait jamais cru en fin de compte. Pour autant, il ne chercha pas à se mêler de cette histoire. Cela ne le regardait pas tellement dans le fond et surtout, chacun et chacune était libre de ses croyances.

« Et vous disiez que vous étiez qu’une servante lorsque vous ne connaissiez pas vos pouvoirs, c’est bien ça ? Pourtant, vous me semblez … instruite. »

« Celui qui était comme un père pour moi a cherché à m’éduquer. Il me disait qu’il me trouverait un bon parti plutôt que de me forcer à rester dans cette auberge miteuse. Pourtant, elle me suffisait amplement … mais j’ai fini par m’instruire encore plus auprès de quelqu’un d’autre après la destruction de l’auberge. »

« D’accord, d’accord, cela reste un sujet visiblement un peu fâcheux mais ne vous inquiétez pas. Là où nous nous rendons, je suis certaine que vous aurez chacun un statut bien différent de celui que vous aviez auparavant. »

« Si c’est ce que vous pensez, on ne peut que vous croire hein ? »

Tery avait décidé de ne pas se mêler de la conversation entre les deux femmes. Prétextant qu’il allait nettoyer les couverts, il avait juste chercher un petit coin d’eau, évitant de croiser les regards de ces démon en armure lourdes. Vraiment, Héraisty leur vendait du rêve, c’était beaucoup trop beau pour être vrai ou alors … est-ce qu’il estimait qu’ils ne pouvaient pas être chanceux après l’acte horrible qu’ils avaient commis tous les deux ?

Chapitre 38 : Une présence bien trop forte

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 38 : Une présence bien trop forte

Depuis qu’il avait passé cette session en arène en tant que spectateur, ce n’était pas la grande forme. Oh, pas qu’il voulait l’avouer à Elise mais ça ne lui plaisait guère que de voir des types se battre comme du bétail. Ca lui rappelait simplement à quel point les nobles, même parmi les démons, s’amusaient de ceux qui étaient inférieurs à eux pour leur plus grand plaisir. Il avait été déjà confronté à ça dans le passé avec l’armée de Shunter, du moins, ses débuts et c’était uniquement grâce à Manelena qu’il avait réussi à tenir le coup.
Mais voilà, de nouvelles journées s’écoulèrent et un moment, Elise lui avait dit qu’elle voulait se promener seule. Lorsqu’elle était revenue, elle avait put tenter de tout faire mais impossible d’effacer cette forte odeur de sang qui émanait d’elle. Il n’avait pas poser de questions, il voyait parfaitement où elle avait été.

Et pourtant, pas besoin de l’enguirlander, il n’était pas là pour la materner. Elle avait été se battre en arène ? Bien lui en fasse. Visiblement, elle avait combattu avec d’autres vêtements vu qu’il ne remarquait aucune déchirure dessus. Lui-même, il s’était remis à la lecture au sujet de ses golems. Cela faisait depuis bien longtemps et ne rien avoir à faire pendant quelques jours était un loisir des plus appréciables qu’il reconnaissait parfaitement.

« Tery, tu ne veux pas prendre l’air dehors ? Il faisait si bon ! Tu ne vas pas rester enfermé toute la journée quand même, non ? »

« Il y a des chances que si, Elise. Ces chapitres sont vraiment intéressants sur les golems, je ne m’attendais pas à ça en ce qui les concerne. Comme quoi … »

« Tu devrais quand même sortir un peu. Est-ce que tu m’en veux ? Tu boudes ? Tu m’as à peine adressé la parole depuis trois jours. J’ai l’impression que tu es en colère ou déçu. »

« Hein ? Je donne vraiment cette impression, Elise ? Non, non, tu n’as pas à t’inquiéter pour si peu, je te promets que je vais très bien. Si ce n’était pas le cas, je te préviendrais, d’accord ? Qu’est-ce que tu en dis ? Ca te conviendrait ? »

« Non, ça ne me conviendrait pas. Jai juste envie que tu me dises si y a un problème ou si je t’ai fait du tort. On s’est quand même promis de tout se dire, non ? »

« Huhum. » répondit le jeune homme en hochant la tête positivement, replongeant dans son livre comme si de rien n’était. Ils s’étaient promis ça. Enfin, c’était pas une promesse liée à deux personnes qui s’aiment hein ? Simplement, que ça soit elle qui parle de ça, c’était juste un peu ridicule dans le fond, vraiment très ridicule.

« Je … vais ressortir. Je reviendrais vers le repas du midi, d’accord ? On mange ensemble ? »

« Pas de soucis. N’oublie donc pas l’heure du repas et ça sera parfait, Elise. Bonne route. »

« Bonne route, Tery. » soupira la jeune femme aux cheveux auburn, refermant la porte derrière elle. Le jeune homme la regarda partir par la fenêtre, sans un mot, songeur. Elle allait sûrement encore retourner à ces combats, n’est-ce pas ?

« Et si un jour, elle ne reviendra pas, comment est-ce que je ferais, moi ? »

Elle ne comprenait donc pas ? Qu’elle était sa seule attache ? Qu’à partir de là, le fait qu’elle ne lui dise pas toute la vérité, c’était considéré pas forcément comme une trahison mais … autre chose ? Enfin, que c’était plus profond que ça ? Ah … Il eut un nouveau soupir, pointant une main en direction d’un pot de fleurs.
Ses lignes noires firent leur apparitions avant que le pot de fleur ne se mette à trembler. Quelques secondes plus tard, un golem miniature se trouvait non-loin de lui. La différence, c’est que sur le sommet de son crâne … se trouvait des fleurs. Oui, bon, c’était juste pour s’entraîner là, hein ? Il allait le remettre dans le pot comme si de rien n’était, après.

« J’ai pas envie que l’aubergiste me hurle dessus par rapport à ça non plus. »

C’en était déjà assez donc s’il pouvait éviter d’autres problèmes, il n’allait pas refuser ça. Ah … Normalement, ce n’était pas aujourd’hui que la délégation devait se présenter ? Et à partir de là, ils allaient pouvoir enfin découvrir qui ils étaient ? Une bonne semaine, il y avait sûrement l’aller-retour, n’est-ce pas ?

« Ou alors, ils ont été les chercher au centre du monde, ce n’est pas possible autrement. »

Remarque anodine mais pas forcément stupide. Cela revenait à dire que les « renifleurs » qui allaient se présenter à eux … devaient être parmi les meilleurs du monde souterrain. Avec eux, il était tout simplement impossible qu’ils se trompent à leur sujet.

« Peut-être que j’appréhende ce qu’ils vont dire à mon sujet. »

C’était sûrement ça. Et s’il apprenait que dans le fond, il n’avait rien de spécial ? Mais que pour Elise, c’était tout le contraire ? Comment est-ce qu’il réagirait ? Est-ce qu’il la laisserait partir ? Avec ça, elle aurait sûrement une vie de luxe, non ? Elle serait largement plus heureuse qu’en passant sa vie à ses côtés

Oui, c’était exactement ça. D’ailleurs, le fait qu’elle ne soit pas là à l’heure du repas, quelques heures plus tard, comme convenu, ne faisait que confirmer ce qu’il pensait depuis déjà depuis quelques temps. Il couvait Elise car elle avait des cornes comme lui, car elle était une démone comme lui, il avait une forte affection pour elle , il ne pouvait pas le cacher. Que ça soit lorsqu’ils étaient à la surface ou maintenant. Mais … Elise était une jeune adulte. Elle avait appris à se contrôler grâce à Royan. Maintenant que Royan n’était plus là, difficile de pouvoir vraiment éviter qu’elle ne provoque des dégâts.

« Oh ? Elle n’est donc pas là ce midi ? C’est vraiment étrange de sa part. Ce n’est pas dans ses habitudes, n’est-ce pas ? Vous ne vous inquiétez pas ? »

« Pas le moins du monde. C’est une grande fille. Elle est libre de faire ce qu’elle veut. Je ne peux pas être toujours derrière elle non plus. »

« Je ne voulais pas vous offusquer, vous savez ? Donc, vous mangez seul ? »

Pas besoin de parler pour confirmer ça, non ? Il ferma les yeux tout en hochant la tête positivement. Oui, il allait manger seul. C’était … dommage mais Elise n’avait même pas réussi à tenir ce simple engagement. Est-ce qu’elle … avait eut des ennuis ?

… … … Il avait déjà terminé son repas et il était retourné dans leur chambre commune. Oh, bien entendu, il ne laissait pas vraiment trop de temps s’écouler. Il attendait de digérer et ensuite, il allait partir dans cette zone de combat. Il allait tout simplement …

« Euh … Messire Tery ? Les soldats sont là. Ils m’ont dit de vous prévenir de leur arrivée. Il semblerait que les personnes que vous attendiez sont présente. »

Les renifleurs sont là ? Et Elise ne l’est pas ? Ca ne va pas être possible. Il n’a pas envie d’y aller seul, loin de là. La situation ne lui plaît clairement pas. Non, non et non. Il en est tout simplement hors de question ! Pour autant, il se présente devant les gardes, ces derniers lui demandant s’il est prêt et s’il a pris ses affaires.

« Vous n’êtes pas deux à la base ? Où est donc la jeune femme qui vous accompagnait d’habitude ? Normalement, c’est deux démons que nous sommes venus chercher. »

« J’en ait tout simplement aucune idée. Je ne suis pas son … »

« Ah ah ah … Attendez moi ! Je suis là ! Je suis là ! » s’écria une voix féminine derrière les gardes, Elise faisant son apparition, un peu essoufflée. Hum, ce n’était pas vraiment une position correcte que de se pencher en avant pour reprendre son souffle, surtout avec un tel décolleté mais bon, il n’allait rien dire.

« D’accord. Essayez de récupérer vos affaires car vous devez nous suivre. Les renifleurs royaux sont là. Nous ne pouvons pas les faire attendre plus longtemps. »

« Renifleurs royaux ? Vous avez fait déplacer ces derniers spécialement pour nous ? Ce n’est pas un peu trop exagéré ? » demanda Tery, plutôt étonné d’un tel choix alors que les deux soldats se regardèrent pendant quelques instants.

« Pas vraiment … Si la situation l’exige, c’est que cela est nécessaire. »

« Pas faux. S’ils se sont déplacés, c’est que ça doit être sacrément important de toute façon. »

« D’accord, d’accord. Bon, je vais chercher mes affaires. » dit Tery avant de recommencer à grimper à l’étage, Elise s’exclamant :

« Ah ! Je vais faire de même de mon côté ! »

C’est vrai. Il venait d’oublier une chose : il avait déjà ses affaires avec lui. Il resta planté là, dans les escaliers, pendant quelques secondes avant de redescendre. Le sourire qu’Elise avait aux lèvres la quitta presque aussitôt en voyant le regard du jeune homme.

« Euh, Tery, tu voulais pas m’aider pour mes affaires ? Elles sont nombreuses, tu sais ? »

« J’ai déjà les miennes sur le dos, Elise. Je pense que tu y arriveras seule. »

Il avait appuyé un peu sur le mot « seule » comme pour bien montrer qu’il était plutôt mécontent de la situation. Après, voilà tout, hein ? Il passa à côté d’elle, celle-ci le regardant un peu interloquée, incapable de voir quelle mouche lui prenait.

Voilà, elle aussi était prête quelques minutes plus tard. Sans un mot, il avait agrippé une partie de ses bagages, la jeune femme retrouvant le sourire tandis qu’ils sortaient de l’auberge, suivant les deux soldats qui l’emmenèrent à travers la ville. Il y avait plus de bagages qu’auparavant ou c’était lui ? Hum … Visiblement, la jeune femme aux cheveux auburn avait acheté plus qu’il ne le pensait.

« Euh, ils ne ressemblent pas vraiment à des renifleurs, ceux-là, non ? »

Elle avait eut une remarque tandis qu’ils se retrouvaient devant ce qui semblait être une bonne dizaine de soldats mais pas du tout du même genre que ceux qui parcouraient cette ville. Ils étaient lourdement armés, recouverts d’armures de plaques noires et ne bougeaient pas d’un fil. Hum … Ils étaient vraiment pas commodes, hein ?

« Oh vous voilà donc, tous les deux … C’est donc vous qui avez forcé les membres les plus imminents de la ville à venir nous contacter ? Vous devez avoir une sacrée odeur pour que cela nous oblige à nous déplacer. »

Oh ? Euh …Wow … Euh … Zut. Il était un peu perturbé là. Il y avait vraiment une démone très mignonne. Elle avait une petite paire de lunettes sur les yeux, une chevelure émeraude assez claire lui allant jusqu’au cou et une tenue qui la mettait en valeur sans en montrer trop. Et puis, elle avait vraiment une certaine allure. A travers ses lunettes, ses yeux bleus s’étaient posés sur le jeune homme en même temps qu’un léger sourire se dessinait sur ses lèvres.

« Je vois, je vois … Bon, bon, bon. Commençons dès maintenant, non ? Suivez-moi, je vais me charger de vous deux. »

Il n’y avait qu’une renifleuse donc ? Et surtout, pourquoi est-ce que cette démone lui prenait la main comme si de rien n’était ? Ils étaient pas vraiment proches ! Il ne connaissait même pas son nom ! Par contre, pas besoin d’être devin pour sentir qu’elle était forte, terriblement forte, rien à voir avec les soldats en armure noire. Elle devait vraiment être … spéciale. Il fit semblant de ne pas entendre le grognement d’Elise derrière lui alors qu’ils étaient emmenés dans la même pièce que la dernière fois.

« Bon, commençons par la demoiselle. J’imagine que ça ne vous dérange pas, hein ? »

« Si, ça me dérange. » marmonna Elise entre ses dents alors que la démone à lunettes était déjà en train de faire son office, son nez se mettant à renifler Elise au niveau de la chevelure, du visage, de sa poitrine, son dos, ses deux bras mais aussi ses jambes.

« Etrange, vraiment étrange … Je vais recommencer voir. Je crois que ce n’est pas possible … mais si cela se confirme, mon déplacement est bien la moindre des choses qui importe. »

« Rien de grave,j’es… » commença à dire Tery avant de se taire lorsque la démone fit un mouvement de la main pour l’inciter à ne pas ouvrir la bouche.

« Vous savez, je ne suis pas un morceau de viande hein ? »

« Oh que non, vous êtes bien loin d’être simplement ça, mademoiselle. » s’exclama la démone à lunettes après les propos d’Elise, celle-ci ne sachant plus quoi dire.

« Hum, hein ? Qu’est-ce que ça veut dire exactement, Tery ? »

« Chut, Elise. J’imagine que tu auras ta réponse très bientôt mais pour ça, il va juste falloir que tu ne parles pas trop et que tu attendes. »

Il lui disait cela sans vraiment sourire ou parler sur un ton sympathique. La femme aux cheveux auburn plongea dans son mutisme, ne parlant plus jusqu’à ce que la renifleuse ait terminé son office. Et maintenant ? Au tour de Tery !

« Bon, avec vous, je crois que je ne suis pas au-delà de mes surprises. Déjà que cette démone est … vraiment unique en soit, qu’est-ce que cela va être avec vous ? »

« A vous de me le dire, je ne connais pas la réponse à votre place hein ? » répondit le jeune homme en haussant un peu les épaules, faisant un petit sourire à la démone à lunettes.

« C’est exact. Voyons dès maintenant ce que votre odeur va me dévoiler. »

Pfiou … Elle était quand même très proche non ? Peut-être plus qu’avec Elise, n’est-ce pas ? Ou alors, ce n’était qu’une impression qu’il se faisait. Il se trompait lourdement peut-être ? Cela arrivait et il ne pouvait rien y faire non plus. Il attendait tranquillement que le reniflage se termine tandis que la démone paraissait un peu désabusée.

« Et bien ? Euh … Ce n’est pas une bonne chose ? Qu’est-ce qui se passe ? Vous en faites une drôle de tête, ce n’est pas bon ? »

« C’est pas vraiment ça mais … il faut que je recommence, une simple mesure de précaution. Enfin, je crois … Je ne suis pas certaine. »

D’accord, là, c’était doublement inquiétant, est-ce qu’elle s’en rendait compte ? Il se laissa faire une nouvelle fois tandis qu’elle avait son nez qui se rapprochait même de ses cheveux. Oui, on dirait bien un animal sauvage tandis qu’Elise marmonnait :

« Non mais … Elle est pas obligée de le coller non plus hein ? Faut pas pousser. »

« Tais-toi, s’il te plaît, Elise. Ca ne va rien arranger si tu commences à parler. »

« Je me tais seulement si j’en ait envie et là j’en ait pas envie. » répliqua Elise, croisant les bras pendant que la démone terminait son travail. Elle poussa un profond soupir, fixant Tery avant de murmurer d’une voix lente :

« Il va falloir que vous nous accompagniez … tous les deux. Bien entendu, ce n’est pas une offre, ni une proposition. J’imagine que vous allez coopérer. »

« Nous allons devoir nous rendre où ? Vous pouvez nous le dire, non ? » questionna Tery en observant les réactions de la démone à lunettes.

« Plus bas … encore plus bas. Votre place n’est pas parmi ces démons inférieurs. »

« Démons inférieurs ? Est-ce que … ça serait une blague ? »

Il avait posé la question mais il connaissait déjà la réponse. La mine sérieuse de cette femme ne laissait planer aucun doute à ce sujet. Comment est-ce qu’il pouvait être rassuré ? Tout d’abord, la démone se tourna vers Elise, lui disant :

« Vous, autant dire que vous êtes une sacrée surprise. Je crois que personne ne s’attendra à votre présence, surtout pas eux. »

« Et j’imagine qu’on ne peut pas nous donner plus de détails, n’est-ce pas, hein ? » rétorqua Elise en croisant les bras au niveau de la poitrine.

« Autant garder la surprise pour chacun, n’est-ce pas ? Que l’on voie le visage des démons et le vôtre lorsque l’on donnera la nouvelle en ce qui vous concerne. Quant à vous … »

Maintenant, elle s’adressait à Tery, grand sourire aux lèvres, haussant les épaules comme si elle ne savait pas vraiment quoi dire devant cette situation. Elle soupira presque en disant :

« Je ne sais pas le moins du monde quand je pourrais évoquer mes hypothèses malheureusement. Et oui, pas besoin de me regarder comme ça, hein ? »

« On va dire que dans le cas d’Elise, vous êtes certaine tandis que dans le mien, c’est juste le brouillard complet. Je peux connaître les hypothèses ou non ? » demanda Tery alors qu’elle faisait un mouvement négatif de la tête.

« Je ne voudrais pas avoir de problèmes si je me trompe. Question de sécurité. »

Question de sécurité. C’était quoi cette blague douteuse ? Comment est-ce qu’elle pouvait laisser faire ça ? Il avait l’impression d’être le dindon de la farce ou presque. Néanmoins, pour Elise, ses épaules s’affaissèrent alors qu’il répondait :

« Bon ben si vous savez tout à mon sujet, je n’ai aucune raison de rester ici. Enfin, tout, ça dépend du point de vue. Elise vous accompagnera aussi. Quand est-ce que l’on part ? »

« D’ici ce soir, normalement. Nous voyagerons de nuit. La route sera très longue. Il y en a bien pour trois jours, j’espère que vous êtes prêts. »

Pas vraiment. Il faut dire qu’ils ne s’attendaient pas à devoir quitter cette ville où ils s’étaient « installés » depuis à peine une semaine hein ? Le jeune homme aux cheveux bruns passa une main sur son front, comme pour l’éponger avant de regarder Elise. Et elle, dans tout ça, qu’est-ce qu’elle en pensait exactement ?

« Je ne sais pas trop si je dois … accepter de venir. Déjà qu’ici, nous n’avons vraiment été accueillis correctement au début. Il a fallut attendre les renifleurs pour ça. Qu’est-ce qui nous dit que là-bas, ils ne vont pas nous regarder de la même façon ? »

« Oh que non … S’ils me voient à vos côtés, ils vont bien se poser des questions. Et encore plus là où je vous emmènerais. Mais pour ça, il va falloir m’accompagner. » dit la démone à lunettes en retrouvant le sourire, Tery finissant par la questionner :

« Et à qui est-ce que nous avons affaire ? Puisque nous allons voyager ensemble. »

« Oh ? Vous voulez mon prénom, n’est-ce pas ? C’est vrai que je suis un peu malpolie sur le coup, surtout en vue de vos origines. »


De leurs origines ? Avec ce mot, elle venait déjà de faire hausser un sourcil à Tery qui ne faisait qu’attendre plus d’informations à ce sujet. Pour autant, elle n’était pas prête à en dévoiler plus, comme il s’en doutait bien qu’elle leur accorda son prénom :

« Je m’appelle Héraisty. Enchantée de vous rencontrer. »

« Pareil de mon côté. Et Elise ? Il en est de même, non ? » dit le jeune homme aux cheveux bruns, se tournant vers Elise qui continua de grogner.

« Je tiens à préciser qu’il s’agit de mon grand frère, pas du vôtre, compris ? Je pense que le message est très bien passé, n’est-ce pas ? »

« Oh, bien entendu. Qui suis-je pour juger les relations entre deux démon consentants ? Disons que même sur ce point, vous me surprenez … dans le bon sens. »

Surprendre dans le bon sens ? Il fallait considérer ça comment ? Enfin bon, l’heure n’était pas à se poser quelques questions de la sorte. Héraisty tapa dans ses mains avant de s’exclamer d’une voix enjouée :

« Ce soir, vous êtes tous les deux mes invités. Il serait parfaitement stupide de vous renvoyer dans une auberge déplorable alors que vous partez avec moi dès ce soir. »

Déplorable, déplorable, elle était plutôt pas mal à la base hein ? Enfin, il n’avait pas à se plaindre de tout ça de son côté. Par contre, il était encore assez rancunier envers Elise même si celle-ci ne comprenait pas pourquoi.
Bah … Ce n’était pas bien important, oui, pas bien important. Tery accepta l’invitation, aucune raison de la refuser tandis qu’Elise s’agrippait à lui ou presque. Bien qu’avec douceur, il la repoussa, faisant un mouvement de la main vers Héraisty :

« Vu qu’on a rien de mieux à faire, pourquoi se l’interdire, non ? »

« Héhéhé, c’est exact. Vous avez tout à y gagner, rien de plus ou moins. »

« Vous avez fini tous les deux ou c’est bon ? Car sinon, le repas va refroidir, non ? »

« Elle est très attachée à vous, n’est-ce pas ? » dit Héraisty en regardant Elise, s’adressant à Tery qui haussa les épaules, fixant la jeune femme aux cheveux auburn de ses yeux verts :

« Je ne crois pas. Une personne qui l’était réellement n’oublierait pas certaines choses. »

« Hum ? De quoi est-ce que vous parlez ? » demanda Héraisty, évitant de trop le questionner en voyant le regard amer du jeune homme.

Ce qui se passait ? Hum … C’était à Elise de comprendre le souci, pas à une personne extérieure. Grumpf … Bon, ils allaient manger, tous les trois, non ?

Chapitre 37 : Comme des nobles

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 37 : Comme des nobles

« Ca fait déjà deux jours que nous sommes ici, Elise. Tu as remarqué des changements ? »

« A part le fait que les soldats sont venus nous voir pour nous donner une bourse contenant quelques pierres précieuses, j’avais autre chose à remarquer ? »

« Je sais pas. Je me demande si c’est ta tenue mais j’ai l’impression que les autres nous regardent un peu différemment. Après, je me fais sûrement des idées, je dirais. »

Ils étaient tous les deux dans la chambre. La délégation mettait du temps à venir et de ce qu’ils avaient compris, tous les deux devaient patienter environ une semaine. Autant signaler que ça n’allait pas être vraiment la joie non plus par rapport à l’attente.

« Je ne crois pas ! J’ai remarqué ça aussi de mon côté. C’est étrange mais je ne sais pas … Les regards sont pas juste vers moi hein ? Certaines démones t’observent aussi. Ils ont juste l’air … bien moins belliqueux que je ne le pensais. »

Belliqueux ! Voilà le terme qu’il cherchait exactement. Alors qu’ils étaient arrivés dans cette ville, la majorité des nobles démons donnait l’impression de vouloir leur tête au bout d’une lance. Ainsi, ce n’était pas vraiment très rassurant. Mais là, hier, après avoir décidé de continuer à explorer un peu la ville, ils avaient réagit autrement.

« Tu sais aussi bien que moi que je ne suis pas intéressé par les démones, Elise. Et toi aussi, de ton côté, tu n’éprouves aucun intérêt envers les démons. »

« Euh … Je me posais la question mais est-ce que tu crois que … ça pourrait être par rapport à avant-hier ? Avec le vendeur qui n’avait pas envie que tu partes malgré que j’étais prête depuis déjà une bonne demie-heure. »

Hahaha ! Rien qu’en y repensant, il avait encore le sourire aux lèvres. C’est vrai ce que disait Elise. Le vendeur n’avait pas voulu le lâcher, complètement plongé dans ses paroles. Oui, il buvait ses phrases par rapport aux golems. Jamais il ne remettait en question les informations qu’il lui donnait. Oh, ce n’était pas si secret que ça et de toute façon, même avec les connaissances, il fallait obligatoirement les livres pour réussir à invoquer les golems.

« Et encore, je n’oublie pas qu’il voulait que je lui fasses une démonstration. Malheureusement, j’ai préféré éviter. Faudrait que je trouve un terrain où m’entraîner. Ça fait quelques temps que je n’ai pas fait d’invocation. Je voulais éviter les ennuis. »

« Tu as bien fait mais je me dis que peut-être que le vendeur a parlé à d’autres clients. Puis le bouche à oreille a fait son office et ainsi de suite. Peut-être que les gens vont s’imaginer que dans le fond, tu es être un démon surpuissant, capable d’invoquer des centaines de golems ? »

« Ne plaisantons pas sur un sujet aussi sérieux que ça, voyons. Je crois que je pourrais en invoquer une dizaine, au grand maximum. Enfin, maintenant … et je ne sais pas s’ils auraient quelques spécificités. Enfin bref … »

« Ne te préoccupe pas trop de tout ça, Tery. Tant qu’ils ne te le demandent pas directement, il vaut mieux éviter de trop en faire. Au moins, on peut se promener tranquillement. »

C’était bien la meilleure chose à retenir de cette journée d’hier. Bon, il était temps de repasser la majorité de leur journée à arpenter les rues. Souriant à la femme aux cheveux auburn dans sa belle robe bleue. Oui, elle lui allait vraiment bien.

« Mademoiselle, la princesse, si vous voulez bien me suivre. » déclara Tery en faisant quelques menues courbettes à Elise, celle-ci lui donnant une petite tape sur le derrière du crâne tout en disant doucement :

« Si tu peux arrêter de te moquer de moi, ça serait bien mieux. Je ne suis pas si bête que ça non plus hein ? Je sais très bien que tu me trouves ridicule dans cette tenue. »

« Hein ? Mais pas du tout. Là, tu t’inventes des insultes. Je suis sérieux ! Tu es à ravir. C’est vraiment juste que je n’ai pas l’habitude, c’est tout. Rien de plus, rien de moins ! »

« Hum hum … Tu peux me le redire en face de moi ? Hum ? »

Hey … Mais quoi ! Bon, d’accord, le haut de sa robe faisait un peu bustier et il était certain que quelques démons regardaient par là mais lui, il avait franchement bien mieux à faire que d’observer sa poitrine. Surtout que l’un comme l’autre n’avaient pas cette idée en tête.

« Tu es vraiment une belle femme. Tu n’as pas à t’inquiéter à ce sujet … et tu as réussi à réchauffer le coeur de Royan, ce qui n’était pas une mince affaire vu qu’il vient de Traslord et qu’il s’occupait de la partie glacée de son royaume. Est-ce que tu es maintenant satisfaite de ma réponse, Elise ? Est-ce que ça te convient ? »

« Oui, cela me convient très bien, monsieur Tery. C’est juste que je n’ai pas apprécié le terme de princesse, c’est tout. J’ai l’impression que tu mets la charrue avant les bœufs. Encore que c’est à se demander comment serait l’expression ici. Tu t’es rappelé du vendeur ? Avec sa phrase ? J’avoue que j’ai eut du ma à saisir sur le coup ! »

Hmm, pas faux. Mais bon, c’était un tout autre monde sous terre et ça, ils ne devaient pas l’oublier tant qu’ils se trouvaient ici. D’ailleurs, cela ne l’étonnerait pas qu’en plus, ça soit encore différent entre les démons de la strate inférieure et ceux de la strate supérieure. Enfin, pas comme s’il n’y avait que deux strates non plus hein ?

Et maintenant ? Est-ce qu’ils pouvaient descendre au rez-de-chaussée, manger un morceau et s’en aller ? En réponse au petit sourire moqueur qu’il fit, Elise leva sa tête d’un air hautain qui lui allait plutôt bien en fin de compte.

Oui, il ne le pensait pas sur le coup mais c’était assez mignon quoi. Le petit déjeuner passa tranquillement et les voilà dehors peu de temps après que le matinée ait commencé, comme depuis deux jours. Bon … Avec tout ça, qu’est-ce qu’il allaient prévoir de faire aujourd’hui ? AH OUI ! Il l’avait dit ! Se tournant vers Elise, il dit :

« On tente de trouver un terrain d’entraînement ? J’imagine que pour des êtres comme nous, il y a sûrement des endroits où on peut mettre en valeur nos pouvoirs magiques ou nos capacités à combattre. Que l’on voie un peu comment certains vont dire que nous sommes rustres et toutes ces choses, n’est-ce pas, hein ? »

« Si tu tiens tant que ça à te faire insulter par les autres et à te donner en spectacle, pourquoi pas ? Mais ça ne sera pas mon cas par contre ! »

« Je ne pensais pas ainsi, Elise. Simplement, vu qu’ils veulent voir à quoi ressemblent des golems, je crois que ça ne serait pas une mauvaise chose, non ? »

« Si tu es prêt à abattre tes cartes sans aucune stratégie, pourquoi pas ? Je sais bien qu’on dirait presque qu’on est appréciés ici … mais ces personnes voulaient notre mort ou presque il y a deux jours de là. Ces types ne sont pas très stables. »

Bien entendu, il n’avait pas plus confiance en eux qu’elle mais voilà, il fallait quand même qu’ils puissent essayer de se faire une petite place par ici hein ? Même si ce n’était qu’une semaine, autant que le séjour soit des plus agréables hein ? Ca ne serait pas une bonne chose, non ? Il pencha la tête sr le côté, regardant Elise qui poussa un soupir accompagné d’un grognement de mécontentement.

« Tu pourrais faire apparaître les golems les plus basiques mais ça s’arrêterait là non ? Qu’est-ce que tu en dis ? Est-ce que ça te convient ? »

« Bah ! C’est ce que je pensais faire. Et peut-être leur proposer une petite séance de combat où ils pourraient tester leurs capacités face à mes golems. »

« Hum … C’est peut-être un peu trop, ça, par contre, Tery. Si tu ne les rends pas assez forts, ils vont finir par croire que les golems sont trop faibles. Si tu les rends trop costauds, ça sera le contraire et ils vont se donner à fond … et peut-être abuser de leurs pouvoirs. »

Hey ! Qu’est-ce qu’il pouvait y faire hein ? Il allait peut-être jauger un peu la force de chacun et voir pour proposer quelques golems un peu différents suivant la personne, voilà tout. Enfin, ce n’était pas encore préparé et donc, peut-être que tout cela n’allait pas arriver. Déjà, ils allaient sortir maintenant qu’ils avaient fini de prendre le petit-déjeuner.
Dehors, il faisait plutôt frais. C’était quand même spécial un tel climat alors qu’ils étaient plusieurs dizaines de mètres sous terre. Comme s’il n’y avait aucune différence par rapport à la surface. A se demander si enfermer les démons avait été vraiment nécessaire ? Enfin, ce point de vue, il savait que très peu le partageait.

Bon, maintenant qu’ils étaient dehors, quel chemin ils allaient prendre aujourd’hui ? Avant-hier, il avait pris celui de gauche. Hier, celui de droite. Et bien, il ne restait plus qu’à regarder devant soi et prendre la première ruelle non ? Il indiqua le chemin à Elise qui haussa simplement les épaules avant de marcher.

Qu’importe le chemin pris, vu la marche qu’ils avaient faite hier ainsi que celle d’avant-hier, ce n’était pas comme s’ils allaient découvrir que de nouveaux lieux. Ils avaient franchement pas mal déjà vu de la ville ces deux derniers jours.

« Tu ne voudrais pas plutôt faire les boutiques, Tery ? Avec ce qu’ils nous ont donné, on devrait pouvoir en profiter un petit peu non ? »

« Je préfère ne rien utiliser de ce que les soldats nous ont passé dans cette bourse. Simple mesure de précaution, ça peut être un simple test. »

Un test ? Elle lui demanda en quoi alors qu’il répondait le plus calmement possible que cela permettrait aux soldats de voir s’ils étaient dépensiers ou non. En un sens, si cet abus de richesse leur montait à la tête et pourrait les trahir. Trahir par rapport à quoi ? Des origines faussées peut-être ? Enfin, des raisons capillotractées pour pouvoir les juger en leurs âmes et consciences. Mouais … Devant l’air désabusé d’Elise, il répondit à nouveau :

« Tu veux que je te dise quoi ? Certains ont une imagination débordante, voilà tout. »

« Ouais, un peu trop débordante à mon goût. Qu’ils évitent de se rapprocher de moi sinon, je crois bien que j’irais les cramer. »

Oui, ils allaient néanmoins éviter ça hein ? Ça risquerait de créer plus de problèmes qu’il n’en faut. Pour l’heure, ils devaient plutôt se préparer à ce que le jeune homme cherchait. Où est-ce qu’ils pouvaient trouver un terrain d’entraînement ? Il fallait juste tendre l’oreille, non ? Avec des grognements et autres, ça sera bien plus simple.

Après, même au bout d’une heure, il ne trouvèrent rien de la sorte. Ils pouvaient toujours interroger autrui mais vu qu’ils étaient de parfaits inconnus aux yeux de tous, c’était peut-être mieux qu’ils évitent de poser de telles questions ? Encore qu’en s’adressant à un soldat, ça serait peut-être possible, non ? Devant l’air ébahi d’Elise, il comprit qu’elle s’en voulait de ne pas y avoir pensé plus tôt. Bon ben, zou !

« Pardonnez-moi ? Est-ce que nous pouvons nous déranger ? Nous aurions besoin d’un simple petit renseignement de votre part, je vous prie. »

« Hum ? Ah ! Attendez, vous êtes les deux … Euh oui, je peux vous répondre, bien entendu. C’est quoi vos questions ? Après, je sais pas si j’aurai les bonnes réponses hein ? »

« Ce n’est pas bien grave. J’aimerai juste savoir s’il existe un endroit comme un terrain d’entraînement pour les militaires ou alors une zone de combat, enfin un lieu où on pourrait s’entraîner à notre magie ou au combat. »

« Hum … Euh … C’est pas commun ce que vous me dites là mais ça existe bel et bien. Certains d’entre nous s’y rendent parfois en fin de soirée. On va dire que la solde ne suffit pas tout le temps. Suivez-moi, ça ne sera pas très long bien qu’à cette heure-ci, normalement, vous ne devriez pas avoir trop de monde. »

Le suivre ? Ah complètement ? Et son travail ? Il ne posa pas la question mais il se doutait que le soldat devait être content de pouvoir faire autre chose que son train-train habituel. Après, c’était pas à lui ou Elise de lui faire la morale et de lui reprocher son absence de sérieux dans son métier.

« En même temps, certains font des paris, d’autres se confrontent, certains s’entraînent. Enfin, vous verrez, y en a quelques uns qui sont des habitués. Entre les chasses aux alentours et les combats par ici, certains sont de vraies teignes. »

« Je ne sais pas si je dois considérer cela comme rassurant ou non. » dit Tery en rigolant.

« Certains n’ont pas d’autres moyens que ça pour survivre, Tery. Un peu comme nous. »

« Exactement. Après, on est pas plus idiot que les autres hein ? Toi, tu sais cuisiner, entretenir une maison et autres. Certains pensent que c’est simple mais non. »

« Héhéhé et toi alors ? Malgré ton apparence, tu es quelqu’un qui aime beaucoup lire et réfléchir, non ? Tu pourrais aisément t’occuper de la bibliothèque de tes grands-parents. »

« Hum … C’est quand même une sacrée bibliothèque mais oui … »

En fait, l’idée n’était franchement pas déplaisante à imaginer. S’il le pouvait, il le ferait volontiers mais … ah … C’était une chimère maintenant. Voilà qu’après quelques minutes à suivre le garde, le duo avait finit par arriver devant une double porte où de longs murs de pierre se faisaient voir de part et d’autres.

« Et bien, c’est gigantesque … mais ça va jusqu’à où en fin de compte ? Comment est-ce que qu’on a put oublier ça pendant nos visites ces derniers jours ? »

« Non, non, Tery. On a déjà visité cet endroit, enfin, on a longer ces murs. Juste, on pensait que c’était un autre poste de garde, voilà tout. »

« Ah oui ! Maintenant que tu me le fais rappeler, c’est vrai … Ca y ressemble étrangement. C’est donc par ici que se trouve … quoi exactement ? »

« Oh, différentes arènes et autres zones pour s’affronter. Vous verrez bien par vous-mêmes. Je vous accompagne pour vous présenter. Comme ça, ils ne se poseront pas plus de questions que nécessaire hein ? »

Pourquoi pas ? Ca lui semblait légitime comme raisonnement. Il se tourna vers Elise pour avoir son consentement, celle-ci faisant un mouvement positif de la tête avant qu’ils ne finissent par rentrer par ces imposantes portes. Aussitôt, des cris, des hurlements et une forte odeur de sang arrivèrent à mettre tous leurs sens à ébullition.

« J’ai l’impression que tout vient de changer ou presque … Comme si on découvrait l’autre côté de la ville, c’est pas déplaisant. »

« Pas déplaisant, Elise ? Euh … Y a un côté brutal et violent mais bon, dire que ce n’est pas déplaisant … et je croyais qu’il y avait peu de monde ce matin ? »

« Oh, d’habitude, oui, sauf quand y a quelques têtes d’affiche. Vous savez, la célébrité, chez certains démons … D’ailleurs, parfois, en récompense, on offre le démon mort à l’autre pour qu’il puisse s’en nourrir. Cela ne fait que renforcer son rôle de champion. Le souci, c’est qu’après quelques démons dévorés, le champion perd la raison et devient tout de suite plus facile à abattre pour le prochain adversaire et ainsi de suite … »

« Donner le cadavre en récompense à l’autre ? Mais si la famille veut le récupérer ? »

« Oh, généralement, ces personnes qui s’affrontent en arène sont sans liens affectifs. A côté, ils sont bien souvent considérés comme inutiles par leur propre famille s’ils perdent ce combat. Enfin, ne vous inquiétez pas, certains matchs sont plus tranquilles. »

Plus tranquilles ? C’est vraiment rassurant. Il n’était pas certain que ça soit vraiment leur place ici. Pour autant, Elise était presque enjouée en écoutant les propos du soldat. Elle n’était quand même pas en train de s’imaginer que tout ce combat et le reste, ça allait se passer comme si de rien n’était hein ? Enfin …

« Elise, tu n’espères pas quand même … en dévorer hein ? Regardes-moi quand je te parle, je te prie. Tu peux me le dire ? »

« Hein ? Mais non ! Simplement, j’ai envie de tester ma force face à certains démons. Tu te rappelles de ceux de notre groupe quand j’ai été à la surface avec toi ? Ils se moquaient bien de moi hein ? Bon, ben, maintenant, ils en payent le prix mais … je veux tout de suite leur faire comprendre que je ne suis pas à prendre à la légère ! »

« Wowow ! Zen zen zen ! Euh merci, je pense que ça suffit pour nous. Nous n’avons pas besoin de plus. Merci encore pour nous avoir guidés. »

Le soldat inclina la tête comme pour les saluer, Tery poussant un profond soupir. Ah ben oui … bien entendu. Si c’était vraiment aussi simple que cela, il le saurait, n’est-ce pas ? Le jeune homme aux cheveux brun regarda tout autour de lui. Il était venu ici simplement pour s’occuper, pas pour livrer des combats à mort.

Ah … Rien que le fait d’y penser, ça le fatiguait déjà bien plus que le reste mais bon … Au moins, il ne fallait pas trop s’en faire, n’est-ce pas ? Encore que là, avec Elise non-loin, il préférait quand même surveiller la jeune démone. Il avait remarqué qu’elle était vraiment devenue plus âpre de combats depuis l’évaluation.


Il n’était pas vraiment certain que ça soit rassurant et pour le mieux mais il ne voulait pas lui en parler plus que nécessaire. Bon, s’ils jetaient un œil en tant que public ? Pour voir ce que ces fameux combats donnaient ? Au moins, cela leur permettrait de se faire une idée de ce qui allait les attendre non ? C’était pas si mal, n’est-ce pas ?

« Tery ? Ce n’est pas toi qui voulait les affronter ou au moins leur montrer comment tu es efficace avec tes golems ? Ca serait l’endroit parfait pour ça ! »

« Oui oui, sûrement, sûrement, mais bon, en même temps, ce n’est pas tout de faire ça hein ? Je veux dire, on peut aisément juste regarder auparavant. »

Se comporter comme des démons d’une certaine noblesse ? Vu qu’ils étaient à peu près ça non ? Avec leur « odeur ». En voyant la mine dépitée d’Elise, il comprenait qu’elle avait voulu essayer de tout faire pour qu’il aille sur le terrain mais non.
Prenant place dans les tribunes, quelques têtes se tournèrent vers eux sans pour autant attirer plus que ça l’attention. C’était donc un combat à mort dans l’arène, non ? Et il n’y avait pas qu’un démon face à un autre. Non, ils étaient plusieurs, presque une bonne dizaine. En regardant les gradins, il était possible de voir que certains murs translucides protégeaient les spectateurs des attaques magiques ou autres.

« De simples mesure de précaution, il n’y a rien d’anormal à ça, oui. »

« Mouais, si c’était moi ou toi, pas sûr que les murs supporteraient notre force. »

« Je n’ai pas envie de tester voir si c’est vrai ou non. »

« Tu n’es vraiment pas très drôle, Tery, tu le sais ? Qu’est-ce que cela t’en coûte ? »

« De passer pour un type qui ne sait que se battre. Je te rappelle comment le vendeur me regardait à ce moment ? J’ai pas envie de voir les gens se moquer de moi. »

Et depuis quand est-ce qu’il se préoccupait de ça hein ? Hum … Tout ça parce qu’il fallait avoir une allure noble ou quelque chose du genre hein ? C’était tout simplement ridicule. Bougonnant de mécontentement, elle préféra ne rien dire de plus vu que ça ne servait à rien. Le combat dans l’arène était vraiment brutal, comme il s’en était douté.

Il n’y avait que deux démons survivants … et le combat s’était arrêté là. Il y avait aussi une durée de l’affrontement ce qui restait des corps au sol ne donnait vraiment pas envie de se mêler de tout ça. Non, c’était bien. Cela les occupait pour quelques minutes et il s’apprêtait déjà à partir mais Elise ne bougeait pas.

« Elise ? Faudrait peut-être que l’on commence à partir non ? »

« Tu n’as pas remarqué que la majorité reste ? Ce qui veut dire qu’il va y avoir d’autres combats. C’est bon non ? On peut rester quelques heures ? »

« Quelques heures ? A regarder des démons se donner la mort ? » marmonna le jeune homme en reprenant position à côté d’elle. C’était comme ça ?
Bon, le second combat était un peu plus à son goût que le précédent. Il s’agissait bien de démons mais cette fois-ci, ils affrontaient quelques monstres issus des entrailles des strates supérieures et inférieures. Tiens, il reconnaissait ce scarabée-scorpion ! Et aussi ces foutus gorilles. Oh … A ce sujet, le démon qui affrontait les gorilles se débrouillait asse bien, jusqu’à ce qu’il fut tout simplement écartelé. Dommage.

« On dirait bien que ces gorilles sont vraiment une plaie pour tous. »

« A se demander comment ils ont réussi à les capturer et … Ah ben, on a finalement l’explication, on dirait bien. »

Elise n’avait pas terminé sa phrase que plusieurs démons, lourdement armés, étaient déjà en train de projeter divers filets et autres sur les gorilles. En voyant de l’électricité parcourir leurs corps, il comprit tout de suite que ces objets étaient là pour annihiler toute envie aux gorilles de désobéir mais … surtout les affaiblir pour les remettre en cage.

« Et tu voulais vraiment que je fasses ça, Elise ? Je serais surtout mort à l’heure actuelle. »

« Pas avec tes golems, tu aurais largement fait le ménage. »

Elle lui accordait bien plus de force qu’il n’en possédait mais bon … Au moins, cette nouvelle journée lui permettait de voir que cette ville avait aussi un côté bien moins reluisant que tous ces démons habillés comme des nobles. Mais voilà, visiblement cela ne semblait pas trop déplaire à Elise … et il était relativement inquiet, il devait se l’avouer.

Chapitre 36 : En attente de la délégation

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 36 : En attente de la délégation

« Bonjour, Elise, est-ce que tu as bien dormi ? » demanda Tery alors qu’il avait déjà ouvert les yeux depuis quelques minutes, son visage tourné vers la jeune femme couchée dans le même lit que lui. Ils avaient peut-être une chambre plus que décente mais elle ne contenait qu’un lit. Après, ce n’était pas la première fois qu’il dormait ave celle et ils avaient passé l’âge de rougir comme deux gamins pris sur le fait.

« Je me demande si tout ce que j’ai vécu est un rêve ou non, Tery … C’est tout. Enfin, pas plus que ces derniers jours ou ces derniers mois. »

« C’est pourtant la réalité, Elise. Je sais qu’elle est un peu difficile à croire mais bon … »

« Non non, y a pas besoin de me convaincre, je le sais bien. J’espère que je t’ai tenu chaud pendant la nuit. Depuis que l’on est ici, j’ai remarqué que je produis une certaine chaleur sans m’en rendre compte. Tu n’es pas en sueur ? »

« Ca peut aller, j’imagine que c’est la force de l’habitude. Tu pars te laver en première ? Et dès que tu as fini, j’y vais à mon tour. Aucun souci par rapport à ça ? »

Elle fit un petit mouvement de la main pour dire que non, se levant ensuite avant de disparaître dans la pièce à côté. C’était une bonne auberge, oui. Rien que le fait qu’il y ait deux pièces différentes, l’une pour se laver, c’était déjà une excellente chose. Ils n’allaient pas trop en demander non plus hein ?

Il patienta tranquillement, s’extirpant du lit à son tour. Dormir dans un tel lieu, c’était inespéré depuis le départ de la strate supérieure. Maintenant qu’ils étaient là, peut-être qu’il était déjà assez tard dans la journée ? Encore que le concept de journée dans un tel endroit était plutôt ridicule, il fallait l’avouer.

« Je suis pas à ça près en ce qui me concerne … Hum. »

Le truc, c’est que surtout, il avait aucune idée de ce qui l’attendait exactement avec Elise maintenant qu’ils étaient là. Les démons avaient évoqué qu’ils devaient patienter en restant dans la ville. Oui, une ville dont ils ne pouvaient pas partir.

« Un peu comme si nous étions prisonniers en fin de compte, hein ? »

Ce n’était même pas ironique comme mode de pensée. C’était juste … la réalité, comme il l’avait si bien dit à Elise. Maintenant, il devait juste attendre que ça se passe et espérer que tout ne tourne pas en leur défaveur. Hum …

« Tery ? Tu peux y aller ! L’eau est assez chaude, je t’avoue que ça fait un bien fou. »

« Elise, je tiens à te rappeler que même si on prétend être frère et sœur, il y a une certaine tenue à respecter en ma présence. »

« Hum ? Je vois pas le souci. Je suis un peu trempée, ça me colle au corps mais à part ça, hein ? Je suis habillée que je saches. Et je sais très bien que tu ne me feras rien donc à partir de là, de quoi devrais-je m’inquiéter, hein ? »

« De la décence … tout simplement. Pourquoi j’ai l’impression que tu veux juste jouer avec mes nerfs pour voir si je vais craquer ou pas en te regardant, hum ? »

« Car si c’était le cas, je serais bien plus douée pour ça et je me mettrais bien plus en valeur. Et faut avouer … que pfiou … non rien, Tery. »

Hum ? Bon, ce n’était pas bien grave. Il n’allait pas chercher à savoir ce qu’elle avait en tête. Il était parti se laver, appréciant de pouvoir avoir de l’eau chaude sur son corps tandis qu’il entendait les soupirs d’Elise de l’autre côté. Bon, ce n’était pas tout ça mais ils allaient explorer un peu cette ville puisque c’était leur prison dorénavant. Il était assez intéressé par ces cristaux géants. Dans la strate supérieure, cela coûtait une fortune pour avoir un cristal de petite taille, capable de produire de la lumière en y insufflant un peu de magie. L’avantage d’un tel objet ? Il produisait aussi de la chaleur. Ainsi, cela permettait un double usage.

« Ah … Faut avouer que ça fait vraiment beaucoup de bien. »

« Tu me dis de faire attention mais ce n’est pas moi qui sort de de la douche, torse nu et dégoulinant d’eau hein ? Tu veux appâter de la démone ? »

« Arrêtes donc tes bêtises, Elise. Si c’était le cas, je n’utiliserai pas une méthode aussi ridicule hein ? Bon … Tu as l’air un peu plus sèche qu’auparavant, c’est bien. »

« Vu le temps que tu as passé à te doucher, oui, je suis sèche. »


Etait-ce une complainte d’Elise ? A voir le sourire, elle était plutôt en train se moquer ouvertement de lui. Rah … Qu’est-ce qu’il allait faire d’elle, hein ? Pour toute répone, il lui rendit son sourire avant de dire :

« Et si nous allions voir ce que le petit-déjeuner nous réserve, Elise ? Comme hier, nous sommes arrivés assez tard nous n’avons pas eut à dîner, autant se rattraper, non ? »

« Bien, bien … mais tu mets un haut, hein ? » dit-elle en lui désignant son torse. Oui ! Bien entendu, la question ne se posait même pas ! Zoup ! Quelques secondes après, il était déà rhabillé alors qu’elle venait lui prendre le bras, toute guillerette à l’idée de passer un peu plus de temps avec lui. Ce n’était que le petit-déjeuner, hein ?

Néanmoins, le petit-déjeuner était aussi bon que la surprise. Oui, c’était tout simplement délicieux, savoureux, et surtout une boisson chaude, qu’est-ce que ça faisait du bien. Il ny avait pas à avoir peur de s’empoisonner ou de tomber malade. Oh, il ne chercha pas à discuter avec l’aubergiste, celui-ci étant souriant bien que c’était à se demander si ce n’était pas un sourire forcé. En regardant Elise, il lui demande si elle avait une idée d’un endroit qu’elle voulait visiter ou autre dans la ville. Sinon, il proposait de simplement se renseigner un peu sur où ils étaient et d’avoir plus de détails par rapport à ces … renifleurs.

« Moins j’en sais, mieux je me porte, Tery. Je ne veux rien avoir affaire avec eux. Je crois que pour l’année à venir, j’ai eut ma dose de renifleur. » s’exclama t-elle alors qu’il laissait échapper un petit rire. Oui mais bon, elle devait se douter quand même qu’elle n’avait pas vraiment le choix, n’est-ce pas ? Pour avoir de plus amples informations sur ce qu’ils étaient au sein même de la caste des démons, ils … devaient se faire renifler.

Enfin, dehors, ils pouvaient respirer. Hum … Bon, en ne faisant qu’un seul pas, ils voyaient les regards surpris, parfois dégoûtés, des autres démons. Ah ben, il comprenait pourquoi on évoquait le fait que dans les strates inférieures, les démons étaient plus nobles. Ils avaient tous, même ceux qui portaient des habits communs, une certaine prestance indéniable. A partir de là, impossible pouvoir les ignorer. Ces types … Ah …

« J’ai l’impression de ne pas être du même monde, pas toi, Elise ? »

« Ils peuvent me regarder comme ils veulent, je m’en fiche. Ce n’est pas comme si cela avait vraiment une importance. Nous n’allons sûrement pas rester ici. »

Le jeune homme aux cheveux bruns rigola légèrement avant de ui dire de le suivre. Ils allaient faire un peu de marche. Il fallait juste espérer qu’aucun ne cherche à les déranger. De toute façon, après quelques minutes, il avait bien compris qu’ils étaient surveillés, Elise venant prendre son bras en grognant légèrement.

« Ils peuvent pas nous laisser souffler un peu hein ? Ca serait trop leur demander. »

« Il ne faut pas compter dessus, Elise. J’imagine qu’ils tentent d’être discrets mais en même temps, ils se plantent en beauté. On a pas survécu depuis ces derrniers mois sans jeter un regard derrière nous. Enfin, laissons-les croire qu’on ne sait rien et ignorons-les. »

« Tout ça parce qu’ils pensent que l’on veut quitter la ville alors qu’après tout ce temps, on se réjouit plutôt d’avoir un toit sur notre tête et surtout de pouvoir nous reposer à l’oeil. »

« A t’écouter, Elise, on dirait que tu apprécies ce petit coin. Enfin, je comprend que tu n’aies pas envie de partir de là. »

« Peut-être pas tout de suite mais dans quelques jours, pourquoi pas ? De toute façon, c’est ce que l’on va devoir faire, non ? Patienter quelques jours. J’espère juste que nos journées ne vont pas se résumer uniquement à marcher pendant des heures en ville. J’ai besoin d’un peu d’activité, moi ! En plus, on ne peut pas s’éloigner, ne serait-ce qu’un peu, de la ville. »

Et voilà qu’un bon gros soupir se fit entendre de la part d’Elise. Héhéhé, il n’y avait qu’un petit problème. Il fouilla ses poches, regardant s’il avait sa bourse. Ah ! Oui, tant mieux. Bien entendu, leurs armes avaient été confisquées mais à côté, vu qu’ils étaient des démons, ce n’était pas comme s’ils étaient obligés de se battre avec.
Ils avaient assez de force et d’imagination pour faire de leurs corps des armes mortelles. Bon, c’était mieux de ne pas penser ainsi. Ils n’étaient pas là pour créer des problèmes. Il n’y avait qu’un petit souci mineur car il ne savait pas si … cela allait être bon.

« J’espère juste que nos différentes pierres précieuses valent quelque chose ici. C’est bien ça le souci de ne pas avoir une monnaie propre à tout un royaume. »

« Et bien, si on n’arrive pas à obtenir ne serait-ce qu’une bouchée de pain avec ce que nous avons, il va falloir retrousser nos manches. Je me demande comment tous ces types gagnent des richesses par ici. Aucun ne donne l’impression de savoir se battre et pour faire du troc, il faut pourtant avoir quelques objets. On ne peut pas créer à partir de rien. »

Et voilà où il voulait en venir. Elise avait parfaitement compris. Tout ce qui était couture, cuisine, armement, etc, on ne pouvait pas produire ça à partir de rien non ? En regardant à gauche et à droite, aucun de ces démons ne donnait l’impression de se salir les mains. C’était ça qui le rendait suspicieux par rapport à la situation. Il n’avait clairement aucune idée de comment tous ces types pouvaient avoir le luxe de ne pas travailler.

« Peut-être qu’ils ont quelques esclaves démoniaques ? »

« Hum ? Vu comment ils réagissent par rapport à nous, ça ne serait pas étonnant. Peut-être que les plus faibles démons qui arrivent à survivre jusqu’ici sont tués par les gardes, ceux qui n’ont pas de sang noble mais qui ont prouvé leur force, peuvent alors servir de main d’oeuvre. Oui, c’est une idée … même si elle ne me plaît pas vraiment. »

« Ca ne serait pas étonnant, Tery. Ce n’est pas comme si ce monde souterrain avait inventé la règle que les puissants dirigent les faibles, hein ? Même si ça reste déplaisant à entendre, je n’ai pas envie que l’on considère que je suis comme une moins que rien tout ça à cause de ce que j’étais auparavant. C’est derrière moi maintenant. »

« Hého, Elise. Tu étais une serveuse, j’étais juste un type provenant d’un village paumé. Je crois qu’avec tout ce que nous avons vécu ces dernières années, on n’a plus vraiment à nous rappeler de ce que nous étions auparavant hein ? »

« Village paumé, héhéhé … et même ainsi, avec ce que tu as appris au sujet de tes grands-parents maternels, on va dire que tu restes quand même bien mieux loti que moi. Je n’ai aucune idée de ce qui m’attend si je remonte à la surface un jour. »

C’était lui ou elle était presque un peu démoralisée ? Ca n’allait pas fort hein ? Voilà qu’il vint la récupérer contre lui, plaçant sa main sur son épaule pour bien l’attirer contre son coeur. Qu’elle ne s’en fasse pas. Il était hors de question qu’il l’abandonne s’ils revoyaient la lueur du soleil un jour car ça, ce n’était toujours pas sûr.

Bon, heureusement pour eux, même si le vendeur les regardait avec dédain, il avait changé de comportement en voyant les différents objets qu’ils présentaient dans leurs sacs. Il semblerait que ça ne soit pas de si mauvaise qualité que ça. Tant mieux.

« Qu’est-ce que l’on peut obtenir avec tout ça ? Essayez pas de nous gruger par contre. »

« Calme, calme, Elise. Ca ne sert à rien de s’emporter, hein ? »

« Oui oui, je suis calme, très calme. Simplement, je préfère mettre directement les points sur les i pour avoir alors une meilleure discussion avec le vendeur. En plus, nous ne sommes pas chez un vendeur alimentaire. »

Oui, il voyait où elle volait en venir mais pourquoi menacer à moitié le vendeur ? Dire que même ce dernier portait des habits plus élégants qu’eux. Tery se massa le front comme pour tenter de réfléchir. Au moins, le vendeur était moins antipathique maintenant qu’il avait vu les différents objets ou parties récupérées sur les diverses créatures et lieux où ils s’étaient rendu durant cette petite session entre les deux villes. Maintenant, le vendeur en lui-même, il était spécialisé dans la couture … mais il n’y avait pas ce fameux sac qui l’intéressait.

« Dites, c’est vraiment si rare ces sacs capables de contenir d’immenses quantités d’objets en leur sein ? Je pensais que par ici, cela serait plus aisé à trouver mais je vois que non. »

« Je vois de quel genre de sac donc vous parlez. On peut en faire mais les matériaux nécessaires sont très rares. Généralement, les personnes qui en ont besoin les ramènent d’elles-mêmes et ceux qui travaillent pour elles ne sont plus en état de marcher ou de bouger la majorité du temps. De même, le travail nécessaire à sa conception prend plusieurs semaines et il vous faut comprendre que même là, cela risque de coûter très cher. »

« J’espère au moins que ce sac ne se déchire pas … »

« Hum, même les plus puissants démon en sont généralement incapables. On va dire qu’il faut vraiment s’y mettre à plusieurs pour espérer y arriver. Et encore, généralement, il vaut mieux éviter car déchirer ce sac reviendrait à … créer une distorsion avec tout son contenu. Vous savez, ceux qui ont vraiment les moyens n’hésitent pas à piéger leurs possessions. Cela permet un résultat assez explosif. Il y a même quelques anecdotes qui évoquent la disparition complète d’un village via un sac dimensionnel. »

A l’écouter, on pourrait presque croire qu’un tel objet attirait les convoitises mais pas forcément pour les bonnes raisons. Tery hocha la tête positivement, comme pour montrer son intérêt avant de tout simplement dire :

« De mon côté, cela serait plus par rapport à mes nombreux livres golemiques. On va dire que le nombre commence à être assez important. »

« Livres … golemiques ? Vous en avez ? Vraiment ? Est-ce que je … peux en voir un ? »

Hum ? C’était quoi cette réaction étrange ? Ce n’était pas la première fois qu’il remarquait cet aspect chez les démons. Déjà à la surface, posséder un tel livre était un véritable luxe et attirait les convoitises. A la strate supérieure, ils avaient été surpris par l’invocation d’un golem par lui mais … ici aussi ? Tery ouvrit son sac, finissant par regarder avant de montrer l’un des livres à la couverture si spéciale et unique, la reliure semblant être faite comme de pierre. C’était le tout premier livre qu’il avait eut. D’ailleurs, il se demandait comment est-ce que la guilde à Midès avait fait … pour le lui donner, si c’était aussi important que ça ? Est-ce que la créature affrontée avait causé tellement de tort dans le passé ?

« Je n’arrive pas à lire son contenu, comme le veut les rumeurs. Mais vous, vous y comprenez quelque chose ? D’ailleurs, en tentant de lire, je vois bien que c’est le premier numéro. Vous en avez plusieurs, c’est ça ? Vous pouvez m’en montrer un autre ? »

« Si je peux récupérer le premier, pourquoi pas ? » dit le jeune homme cornu tout en souriant, tendant sa main vers le vendeur qui lui rendit son bouquin bien qu’il voyait le regard envieux de ce dernier. Il replongea la main dans son sac, en sortant un autre. Ah … Celui-là provenait de la petite « collection » de l’ancien dirigeant de Mékalarma. C’était bien grâce à lui qu’il avait compris qu’il était possible de faire des golems vraiment horribles.

« C’est vraiment prodigieux ! Là aussi, c’est exactement le même texte. Les légendes sont donc vraies à ce sujet. J’imagine que de votre côté, ça doit être un autre numéro, n’est-ce pas ? Ici, je n’arrive qu’à voir exactement les mêmes lignes incompréhensibles. Et vous ? »

« Hmm … De mon côté, ils évoquent le fait qu’il est possible de créer des golems non pas à partir d’un élément comme le feu, l’eau ou autres … mais d’autres choses, bien moins sympathiques, comme un cadavre. Et il s’agit du quatrième livre. »

« Oh … Je vois, je vois. J’ai entendu dire que certains de ces livres se sont perdus à la surface. Une perte vraiment effroyable. Vous savez, je suis peut-être couturier mais de tels bouquins, c’est vraiment connu partout chez nous. »

« Je veux bien vous croire … mais par rapport aux livres trouvés à la surface, j’en ait une bonne partie. Je ne sais pas combien il m’en manque et je ne sais rien par rapport à ceux qui se trouvent dans les strates inférieures. »

« Oh ça, je ne sais pas comment vous avez fait mais ici, il vaut mieux ne pas espérer. Les familles les plus puissantes les protègent jalousement. Des fois, ils se situent dans une maison à part lourdement gardées. Vous n’auriez aucune chance de les récupérer. Ah … Vous êtes donc vraiment deux démons qui proviennent de la surface. Je n’arrivais pas à le croire … mais ces livres sont authentiques et s’appellent entre eux. Et si vous arrivez à contrôler les golems crées grâce à ces livres, c’est que vous n’êtes pas des démons lambda, enfin, surtout vous hein ? Je ne sais pas trop quelles sont les capacités de mademoiselle. »

« Ne vous en faites pas, elle n’a rien à prouver de son côté elle aussi. Même si elle ne possède pas de capacités d’invocation de golems, elle fait le ménage. J’ai même l’impression de voir un phénix à mes côtés. Ses flammes paraissent éternelles. »

« Un … phénix ? Est-ce que vous avez dit cela pour une raison précise ? » questionna le vendeur, un peu surpris par Tery mais pas autant que ce dernier.

« Pas vraiment. C’est juste que l’une des créatures légendaires à la surface était un phénix … et je me rappelle que … hum … désolé, c’est un souvenir que j’aimerai éviter de ressasser. Pourquoi est-ce que vous me posez la question ? »

« Pour rien, pour rien … Mais si sa puissance équivaille à celle d’un phénix, je crois bien que votre amie est encore mieux placée que vous. Enfin, au final, revenons à nos grougnons. »

Grougnons ? Ah oui, il s’en rappelait. Il en avait déjà vu dans la strate supérieure. Il s’agissait de créatures laineuses mais très belliqueuses. En fait, elles avaient une corne sur le crâne, pointue et aiguisée. Les démons les élevaient pour leur laine et surtout, elles avaient un régime alimentaire particulier … puisqu’elles consommaient de la roche. Bref, c’était une expression qui ressemblait étrangement à celle de la surface.

« Nous en étions à voir ce que je peux vous proposer pour vos différents objets. Alors … »

« Ah, avec tout ce que nous avons appris, je crois bien que … Bon, pour faire bonne mesure, Elise, tu as vu un tissu qui t’intéresserait ? »

Il s’était tourné vers la jeune femme démoniaque aux cheveux auburn, celle-ci ayant laissé ses yeux vagabonder les environs. Il faut dire que le sujet des golems ne la concernait pas et qu’elle avait eut bien mieux à faire que de continuer à les écouter. En entendant son nom, elle ne se retourna pas tout de suite, étudiant les vêtements avant de dire :

« Je crois que j’en ai trouvé un. J’ai l’air vraiment différente par rapport aux autres dans les rues. Qu’est-ce que tu en dis, Tery ? »

Hum ? Vraiment ? Enfin, il remarquait qu’il s’agissait d’une belle robe, vraiment, au tissu brillant de couleur bleue. C’est vrai qu’il allait pouvoir plus la recouvrir que celui actuel. Mais par contre, combien est-ce que le vendeur allait en demander ?

« C’est pas l’article le plus cher du magasin mais ça a son petit prix quand même. Par contre, vous avez raison. Ici, si vous vous habillez de la sorte, certains pourraient croire que vous êtes une démone de petite vertu et vu votre … »

« Grand frère, on va dire ça comme ça. » compléta Tery bien qu’il s’empêchait de sourire et rigoler en voyant Elise qui fulminait sur place. Et oui, il lui avait déjà dit que sa tenue n’était pas vraiment très correcte, surtout le nombril à l’air hein ?

« Et bien, avec votre grand frère, je pense que cette tenue vous conviendrait bien. Bon sinon, que diriez-vous de m’échanger ces trois objets contre cette robe ? »

« Je ne chercherais même pas à marchander. Peut-être que ça me donnera l’air d’un pigeon mais en même temps, on va dire que ce n’est pas pour ça que je suis ici. »

Et voilà, il n’hésitait pas à donner les trois objets réclamés par le vendeur. Il y avait un peu de cuir ensanglanté, de la toile d’araignée mais aussi un beau morceau de viande conservé dans du tissu. A partir de là, Elise demanda s’il y avait un endroit où elle pouvait se changer, le vendeur lui montrant un coin dans l’arrière-boutique.

« Bon, je serais prête d’ici quelques minutes, Tery. Tu peux patienter ici ? »

« Je vais parler avec le vendeur de toute façon. J’imagine qu’il serait plus qu’intéressé d’en savoir plus par rapport aux golems, n’est-ce pas ? »

En voyant l’air ravi du vendeur, il venait de marquer un point. Hmm, à ce sujet, peut-être que les informations pouvaient avoir une certaine valeur marchande aussi, non ? Peut-être que oui. En faisant bien attention, il pouvait obtenir quelque chose en retour.

« Bon bon bon … Peut-être devrais-je vous raconter ce que je peux faire comme golems ? Comment ils fonctionnent et réagissent ? »

« Oui ! Attendez un peu. Pendant que votre … petite sœur se change, je vais prendre de quoi boire et manger. Quelques apéritifs ne vous dérangent pas ? »

Des apéritifs ? A boire ? Et surtout, le regard suspicieux du démon avait totalement disparu. Oh, il voyait bien qu’il n’appréciait pas ceux des strates supérieures … mais dès l’instant où Tery avait parlé des golems, il avait clairement senti que le démon ne lui était plus du tout agressif. Enfin bon, il n’allait pas refuser de la nourriture et boisson gratuite.

Néanmoins, il devait avouer que se sentir « important », cela lui procurait une certaine joie. Et lorsqu’Elise se présenta dans sa nouvelle robe, il fallait reconnaître qu’elle était vraiment belle comme une diablesse. Elle en fera tourner des têtes, il en était certain.