Chapitre 57 : La Sainte Violence

Chapitre 57 : La Sainte Violence

« Ah … Ah … Je commence à fatiguer réellement. J’ai mal aux pieds. »

« De quoi tu te plains ? On a à peine fait six heures de marche aujourd’hui ! Alors, tu te bouges et plus vite que ça ! » s’écria Katérina.

Une tortionnaire. C’était une véritable tortionnaire depuis une semaine. Depuis le moment où il avait essayé de « jouer » avec elle. Il récoltait le fruit de son arrogance. Il ne pouvait pas la combattre sur son domaine et maintenant, il le savait.
« On ne peut pas faire une pause ? Car tu parles de six heures mais on ne s’est pas arrêté un seul instant ! Katérina ! S’il te plaît ! » implora l’adolescent.


Oh bordel ! D’accord ! D’accord ! Elle lui donna un coup de poing dans le visage, sans réelle force, juste de quoi le faire arrêter de geindre. Il poussa un petit cri de surprise avant qu’elle ne le pousse contre un arbre. Elle vint s’asseoir sur lui, lui interdisant de bouger ou de ne faire ne serait-ce qu’un geste déplacé.

Dans cette position, il savait qu’il valait mieux ne pas agir. Elle était du genre à faire très mal dans les endroits les plus délicats de l’anatomie masculine. Néanmoins, il tenta un petit mouvement, plaçant ses mains autour du ventre de Katérina en rougissant. Elle posa son regard sur les mains avant de dire :

« T’as pas compris quoi, Kéran ? Tu veux que je te les brise un par un ? »

« Non … Non … C’est juste que j’ai peur que tu tombes de mes jambes si je les bouge un peu. C’est juste pour éviter ça. Je te le promets. »

Elle tourna son visage vers lui, posant ses yeux dorés sur sa personne pour l’observer avec suspicion. De qui se moquait-il ? Il pensait être crédible dans ses paroles ? Il n’en était rien du tout. Néanmoins, elle ne fit rien, détournant le regard pour observer devant elle. Avec lenteur, après quelques minutes, elle murmura :

« Il y a d’autres personnes … pas trop loin d’ici. Elles doivent être à cent ou deux cents mètres au grand maximum, Kéran. »

« Hum ? Hein ? Comment est-ce que tu sais ça ? Tu as des oreilles plus que développées ? Mais c’est pas la première fois … »

« Ecoute tout simplement que je dis et arrête d’essayer de penser par toi-même, tu sais que tu te fais plus de mal qu’autre chose d’accord ? Si je te dis qu’il y a des types pas trop éloignés, c’est qu’il y en a ! Qu’est-ce que l’on fait ? On va leur dire bonjour et on les égorge ? »

« HEIN ?! Les égor … Les égorger ?! » demanda-t-il plus que surpris par les propos de Katérina. Il en était hors de question !


Hors de question d’égorger qui que ce soit ! Il hocha la tête négativement, la serrant un peu plus contre lui avant qu’elle ne soulève légèrement son corps avant de le rabaisser. Il serra les dents quand elle retomba, lui faisant atrocement mal.

« Katérina … On y va, on y va … Mais pas de morts, s’il te plaît. »

Encore un s’il te plaît ? Il devenait bien poli visiblement. C’était un peu étonnant de sa part mais ce n’était pas forcément déplaisant. L’adolescente se redressa, invitant Kéran à faire de même. Bon … Même s’il pensait beaucoup à Sélia ces derniers temps, il n’y avait que peu de chances qu’il la retrouve là, à cent mètres de lui. Sauf si le destin était sacrément joueur … Dommage mais il était convaincu du contraire.

« Allons-y alors, Katérina. » répondit-il, serrant ses épées.
Depuis la scène de la semaine dernière, il préférait ne pas s’adresser à Swar. Question de … gêne. Il aurait bien dit de moralité mais non, c’était de la gêne et de la honte. Savoir que son épée l’avait vu se masturber plusieurs fois, c’était tout simplement ridicule et pitoyable. Il comprenait enfin ce qu’avait voulu dire l’épée après tout ce temps.


Accompagnant Katérina là où elle avait entendu du bruit, il se trouvait déjà plus qu’anxieux. Des humains d’après ce qu’elle avait dit. Pourquoi ? Car elle avait parlé de personnes et non de pokémons. Des voix et non des cris. Bref, il était un peu anxieux mais ce n’était pas la première fois qu’il en était ainsi. Ah … Se calmer … Rester calme et serein.

Finalement, elle le stoppa alors qu’elle lui chuchotait de se taire. Adossée à un arbre, elle jeta un bref regard avant de sauter brusquement sur une branche. Elle lui signala de ne pas faire un seul mouvement car sinon, c’en était foutu de la discrétion. Qu’est-ce qui se passait ? Qu’est-ce qui se passait donc ?

« Visiblement, elle est partie … Et je ressens des puissances ténébreuses, Kéran. » murmura calmement l’épée alors qu’il était un peu surpris de l’entendre.

Bien sûr qu’il était surpris ! Depuis une semaine, il n’avait plus entendu sa voix et il avait cru que le spectre avait quitté son arme. Pas que ça aurait été un problème, loin de là même … Mais que Swar parte sans même le prévenir, ce n’était pas pour lui plaire. Bon … Il pouvait jeter aussi un œil à la situation ? Surtout si Swar avait raison par rapport aux ténèbres.

Il voyait différentes personnes. Elles devaient être cinq ou six, surtout portant des armures ou des tenues blanches … avec des emblèmes représentant la Sainte Alliance. Des emblèmes ? Oui, un cercle avec un bouclier en son centre. L’intérieur du cercle était de couleur bleue tandis que le bouclier était argenté. Sur le bouclier, en lettres dorées étaient inscrit S.A. Ce qui représentait la Sainte Alliance. D’ailleurs, le blanc des tenues de ces personnes était … taché de sang, de beaucoup de sang.

« Assez … Assez … Ces enfants n’ont rien faits. Ils sont à peine nés. »

« Les suppôts démoniaques n’ont pas le droit à la parole ! » s’écria l’une des personnes en réponse à une voix féminine et faible.

Une longue entaille sur la hanche de la créature, l’adolescent pouvait apercevoir une sorte de chien de couleur noir avec des cornes blanches qui partaient en arrière. Un Démolosse … Ou une Démolosse dans ce cas précis. Et derrière elle, des petits chiots Malosses glapissaient d’effroi, se cachant les yeux. Les personnes de la Sainte Alliance n’utilisaient pas de pokémons d’après ce qu’il pouvait voir mais Kéran s’était déjà mis à trembler.

« Veuillez les laisser vivre. Ils ne comprennent même pas ce qui leur arrive ! » s’écria la Démolosse avec colère.

« Pour qu’ils deviennent plus tard de nouvelles engeances ténébreuses ? HORS DE QUESTION ! TUEZ-LES TOUS ! »

« JAMAIS ! » hurla la Démolosse, crachant une violente déflagration en direction des membres de la Sainte Alliance. Elle avait tout misé sur ces flammes. Plusieurs noigrumes furent jetés au sol, une imposante tortue avec des canons venant arroser les flammes pour les éteindre, accompagné par une créature tentaculaire de couleur bleue et rouge et diverses autres pokémons. Les flammes furent éteintes avant même de toucher leurs cibles. La Démolosse trembla de tout son corps, ses jambes la supportant à peine. « Fuyez … Fuyez … mes petits. » murmura-t-elle en direction des Malosses.


Elle s’écroula au sol, tuée par l’effort qu’elle avait produit dans cette déflagration. Les petits chiots poussèrent des glapissements de tristesse, leurs museaux venant frotter le corps sans vie de la Démolosse. Il devait les arrêter … les arrêter ! Attendez un peu ! Ce n’était pas normal qu’ils fassent ça ! Ils n’étaient pas dangereux ! Ça se voyait dans leurs regards ! STOP ! IL FALLAIT LES ARRËTER !

« Kéran … Reste-ici. » ordonna l’épée.

« Et tu veux que je les laisse les tuer ? Swar. Un peu de bon sens ! Je ne peux pas … »

Des glapissements et c’en était terminé. Pendant qu’il s’était adressé à son épée, les membres de la Sainte Alliance avaient terminé leur travail. Jonchant le sol, les cadavres des Malosses et du Démolosse étaient réunis. Un Grolem fit son apparition devant les membres de la Sainte Alliance, ces derniers s’éloignant. Le Pokémon commença à briller fortement avant de créer une violente explosion, les cadavres disparaissant dans celle-ci, des morceaux des créatures venant tapisser les alentours.

« Je … Je … »

Il n’eut pas la possibilité de parler, une main devant sa bouche bien qu’elle n’empêcha pas un liquide jaune d’en sortir. Les larmes aux yeux, Kéran était en train de dégobiller sur le sol, sanglotant en même temps. C’était quoi ce qui venait de se passer ? La Sainte Alliance ? Elle venait de faire quoi ? Qu’est-ce qu’il avait de Saint ? C’était juste de la brutalité à l’état pure ! Rien d’autre ! Cette Demolosse avait voulu protéger ses enfants ! Ses enfants ! Elle n’avait rien demandé ! Rien … Ah … Ah …
Et Sélia ? Sélia avait rejoint une telle organisation ? Est-ce qu’elle savait comment cela se passe là-bas ? Une telle violence dans les actes ? Ce n’était même pas du combat, juste de l’extermination.
Ah … Ah … Une ombre vint atterrir devant lui alors que les personnes de la Sainte Alliance avaient disparu en emportant le Grolem. Lui ? Il regardait Katérina, les yeux rougis par les larmes, la main dégueulassée par le vomi qu’il avait eu avec le haut le cœur en voyant ce spectacle répugnant.

« Ben qu’est-ce qu’il y a encore ? Putain, tu t’es fait dégueulé dessus … Me dit pas que c’est à cause de ce que tu as vu ? Tu croyais quoi ? Que la Sainte Alliance était pure et blanche comme la neige ? Mais arrête un peu tes conneries et … »

« Katérina … Katérina … Ils … Ils ne voulaient pas de mal. Pas du tout. Elle voulait juste protéger ses enfants. Je … Je voulais réagir mais … Je n’en avais pas le courage. Je voulais les arrêter. Ce n’est pas hu … humain de faire ça ! »

« Ouais, ouais et qu’est-ce que tu veux que ça me fasse ? T’aurais voulu les affronter tous les cinq en même temps, c’est ça ? »

Il ne savait pas … Il ne savait pas ce qu’il aurait voulu faire … Mais il était maintenant totalement abattu par ce qu’il venait de voir. Il ne pouvait pas croire que Sélia ait rejoint une telle organisation, aussi violente dans ses actes et … Il détourna la tête, la baissant pour observer le sol en reniflant. Pourquoi est-ce qu’il s’était mis à pleurer ? Pour des pokémons inconnus ? Et pour des créatures ténébreuses donc maléfiques ? Snif …

« Bon sang, tu vas pas continuer à chialer, j’espère ? Bordel ! Je m’en vais pour dix minutes, tu me prends la tête ! »

« Non mais reste ici ! Katérina ! S’il te plaît ! NON ! » cria-t-il sur un ton désespéré alors qu’elle sautait à nouveau sur une branche pour disparaître au loin.

C’était de sa faute … C’était de sa faute si elle était partie … Si elle n’allait pas revenir. Il n’avait pas pût s’empêcher de se comporter comme un gamin. Mais … Il aurait tellement voulu réagir, les combattre … Mais … Mais …

Mais, il explosa en sanglots, se recroquevillant contre un arbre après s’être effondré contre lui. Les jambes ramenées au niveau du visage, il continua de pleurer. De pleurer pour des créatures qui ne le connaissaient même pas. De pleurer car Katérina le trouvait tellement ridicule et énervant, de pleurer à cause de tout cela. A cause que Sélia se trouvait dans une organisation aux mœurs aussi dangereuses que celles dans laquelle il était. Il en avait assez, tellement assez de tout ça. Ce n’était pas la vie qu’il voulait !


Pendant plusieurs minutes, il ne bougea pas, étant de marbre par rapport à tout ce qui se passait autour de lui. Même Swar était muet, signe que l’épée ne s’intéressait pas à lui. Les yeux fermés, il bloquait tout bruit extérieur. Il était dans son monde … dans son monde où rien de tout cela ne se serait passé.

Un monde dont il fut extirpé brutalement par un coup de pied sur le côté du crâne, le faisant tomber à la renverse mais surtout crier de douleur. Katérina était là, les bras croisés à hauteur de sa poitrine bien qu’elle tenait ses deux lames dans ses mains.

« Katé … rina ? Je pensais que tu étais partie. » bredouilla-t-il.

« Je suis partie … et je suis revenue. Par contre, je vais devoir aller me laver. »

C’est vrai. Elle était tachée de sang … de partout. Qu’est-ce qu’elle avait fait pour se retrouver dans un tel état ? Elle avait un grand sourire démoniaque aux lèvres alors qu’il se relevait. Il se jeta dans ses bras, la serrant fortement contre lui en disant :

« Ne t’en va plus, Katérina ! Ne t’en va plus ! Tu es blessée ? »

« Mais non bordel ! Ce n’est pas mon sang ! Tu crois vraiment que je vais être blessée ? Lâche-moi au lieu de me coller ! »

Pourtant, il la serrait de telle façon qu’elle fut obligée de lâcher ses deux armes qui tombèrent au sol. Une telle étreinte et une telle force, c’était quoi ce qui se passait avec ce foutu puceau ? Il ne pouvait pas la lâcher ? Elle ne pouvait même pas lui donner un coup dans les couilles ! Elle cria :

« Kéran, si tu ne me relâches pas maintenant, je te promets que tu vas finir eunuque ! »

« Ce sang … D’où … D’où est-ce qu’il vient ? » bredouilla l’adolescent avant de finalement arrêter son étreinte. Elle passa ses mains sur ses bras comme pour les masser sans lui répondre. Elle vint récupérer ses armes, les remettant autour de la taille. D’ailleurs, c’était à se demander comment cela se faisait que le tissu arrivait à soutenir ces armes.

« T’as pas à le savoir. T’arrête d’être triste pour un rien et tu bouges ton gros cul. A force de bouffer de la viande, il commence à devenir énorme ! »

« D’accord, je ne t’en demanderai pas plus. » murmura l’adolescent en lui faisant un petit sourire. Il se faisait peut-être des idées … et ce n’était pas forcément des bonnes mais … peut-être qu’elle avait fait quelque chose de très regrettable. Mais … Il devait alors lui dire : « Merci beaucoup, Katérina. »

« Ouais, y a pas de quoi. » répondit-elle sèchement.

« J’espère que Sélia ne deviendra jamais comme eux … » souffla l’adolescent.

« C’est peut-être déjà le cas … ou alors, elle l’était peut-être même avant que tu ne le dises. »

C’était à son tour de ne pas vouloir lui répondre. Il ne voulait pas croire que Sélia ferait une telle chose. Ça ne correspondait pas à Sélia. Katérina l’observa quelques instants, poussant un profond soupir avant d’annoncer :

« Bon, pour la douche, je pense que ça sera plus tard. »

« Le sang … J’ai l’habitude d’en voir sur toi. Ça ne me dérange pas, Katérina. » annonça l’adolescent aux cheveux argentés.

« Ouais et ? Tu crois que moi ça me dérange pas ? Je suis peut-être fringuée comme une catin, pas pour ça que j’aime baigner dans le sang et être sale. Y a différentes façons d’être sale, ça, par contre, tu peux le noter dans ton petit crâne. »

Oui, d’accord. C’était bien inscrit dans sa tête. Il hocha celle-ci alors qu’ils se remettaient en mouvement. Ce genre de « rencontres », il aurait préféré ne jamais les avoir. Maintenant, il était plus que perturbé par l’idée de Sélia qui abattait des pokémons innocents. Sachant qu’elle haïssait les pokémons ténébreux et spectraux, il n’arrivait pas à se retirer cette idée de la tête. Et si … C’était ce qu’elle faisait ?

Laisser un commentaire