Chapitre 39 : Passés inaperçus

ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 39 : Passés inaperçus

« Gauche, droite, haut, bas. »

« Tery, tu n’es pas obligé non plus de prendre toutes mes consignes au pied de la lettre non plus hein ? Mais oui, c’est la bonne méthode. »

« Je veux être certain de bien saisir tout ce que tu m’as dit hier. Je suis en train de vérifier si les cristaux changent « rapidement » de couleur ou s’il faut quand même une bonne distance en terme de hauteur pour que ça soit vérifié. »

Hahaha. Elle se retint de sourire en le regardant. Il avait parfaitement raison de se poser la question. Même si elle n’avait pas tout précisé, à dessein, hier, en agissant de la sorte, il pouvait alors commencer à calculer la hauteur des cristaux et autres. Grâce à cette donnée, il serait alors possible de vérifier la dite hauteur mais aussi de voir à quelle profondeur ils étaient plongés depuis le début. Enfin, depuis le début, il sera difficile de le calculer exactement puisqu’ils n’avaient pas pris cette donnée en compte lors de leur arrivée sous la surface il y avait maintenant plusieurs semaines… ou mois ?

Une autre donnée qu’elle n’avait pas pris en compte là aussi. Elle n’avait pas penser à calculer le nombre de jours depuis qu’ils étaient arrivés. Il fallait dire en même temps que les journées dans cette capitale n’avaient pas été des plus reluisantes et que malgré tout, elle avait sûrement chercher à effacer en partie celles-ci de sa mémoire. Bien que d’un autre côté, il y avait certains évènements qui la poussaient à apprécier la capitale. Des évènements bien plus plaisants à se rappeler. D’ailleurs, elle remarquait que malgré le fait qu’ils dormaient ensemble, Tery et elle ne faisaient rien de plus.

Pas que ça la dérangeait, elle n’était pas comme ses femmes qui se sentaient obligées sur l’homme qu’elles désiraient mais c’était vrai que maintenant qu’elle et Tery l’avaient fait, elle avait comme un feu qui la dévorait de l’intérieur. Ce n’était pas comme une sensation de manque, non, elle avait assez de contrôle de soi pour éviter que ça ne se termine ainsi mais… Peut-être avoir cette sensation de rattraper le temps perdu. Et en même temps, de vérifier toutes les façons que Tery avait de l’aimer.

En fait, elle comprenait aisément pourquoi et comment Elen pouvait le désirer, et pas seulement pour le comportement. Oh, elle n’avait aucune idée de comparaison et clairement, ce n’était pas son objectif mais ces instants avec Tery étaient gravés dans sa mémoire. Oui, elle avait la sensation qu’il pensait à elle et pas sa propre personne dans ces moments.

Était-il le meilleur des amants ? Elle n’en savait clairement rien. Par contre, ce dont elle était certaine, c’est qu’il était attentionné et pour une femme comme elle qui avait toujours vécu avec dureté et froideur, cela lui procurait un certain bien. Plongée dans ses pensées, elle ne remarquait qu’à peine qu’ils continuaient d’avancer et surtout écoutait peu les propos de Tery alors qu’elle ne faisait qu’hocher la tête positivement.

Pour une fois, elle pouvait bien se permettre de ne pas être sur ses gardes et de lui faire confiance, non ? Dans tous les cas, sa main qui était jointe à la sienne l’avait été de façon discrète et cela malgré qu’elle portait de son côté un gantelet noir métallique.

« Je me dis quand même que nous devrions trouver une sorte de petite montagne, Manelena. »

« Hum ? Hein ? Oh, oui, bien entendu, Tery. »

« Je me dis que si on utilise une montagne comme repère et si nous avons un peu de chance, nous pourrons trouver plusieurs cristaux de couleurs différentes. Maintenant, le gros souci, c’est de savoir si c’est régulier. Genre, si c’est tous les dix mètres de hauteur, ou alors cent, et si ça recommence en boucle et tout ça. »

« Cette histoire de cristaux te passionne vraiment, Tery. Tu sais qu’il n’y a pas que ça, hein ? Il faut aussi te concentrer sur le reste. »

« Je le sais bien mais bon… Ce qui est plaisant, c’est qu’Héraisty peut m’aider. »

« Hum, hein ? Comment ça ? » demanda Manelena perdant ses rêveries et son sourire sous son casque. « Comment peut-elle t’aider ? »

« Eh bien, en tant que renifleuse, cela reste une démone un peu intellectuelle et elle m’a confirmé tout simplement qu’elle est plus qu’apte à me renseigner sur les cristaux même si elle m’a signalé qu’elle préfère l’idée que je découvre par moi-même. »

« Tu n’étais pas non plus obligé de tout lui raconter, Tery Vanian. Il y a des choses qui ne se partagent pas avec autrui hein ? »

Hmm. Au revoir la bonne humeur et les rêveries. Merci le retour au monde réel par Tery. Des fois, elle se demande s’il ne le ferait pas un petit peu exprès pour l’embêter ? Si tel était le cas, elle se fera une joie de lui tirer les oreilles.

Enfin bon, au moins, ça occupait le jeune homme pendant l’ascension vers la surface. Une ascension un peu retardée par quelques monstres vu que finalement, certains démons avaient proposé de les attirer via quelques parfums et autres phéromones. Visiblement, certains avaient de la suite sur les idées. Par contre, aucun n’allait chercher à les dévorer, non. Ils étaient exterminés pour pouvoir ensuite chasser plus tranquillement quelques animaux souterrains comme ces imposants lézards rocailleux.

D’ailleurs, certains de ces lézards, plus gros que les autres, possédaient des cristaux sur leurs dos. Mais même s’ils étaient plus aisément repérables, Héraisty avait signalé à Tery qu’ils étaient aussi bien plus dangereux, ce qui expliquait qu’aucun prédateur ne venait les attaquer. Enfin, aucun ou presque. Ceux qui désiraient vraiment s’en prendre à eux ne s’inquiétaient pas pour cela.

Tant de petites choses à apprendre et pourtant, il fallait les retenir. Et maintenant qu’il en avait parlé avec Héraisty, celle-ci ne semblait pas se priver de lui donner des cours directement sur le terrain. Il avait aussi très bien compris que dans le fond, il aurait dû commencer par ça bien plus tôt.

« Chef, chef, chef ! Y a les éclaireurs qui veulent vous voir ! C’est urgent ! »

Hein ? Il avait été coupé dans ses pensées par la venue d’un soldat. Celui-ci était visiblement honorien en vue de sa taille et de ses oreilles. Tery lui laissa le temps de reprendre sa respiration, le soldat étant visiblement essoufflé par la course.

« Où sont les éclaireurs ? Comme je ne peux pas avoir une vision d’ensemble, je ne peux pas vraiment savoir d’où ils proviennent. On leur avait demandé un tour des environs. »

« Ils arrivent vers vous, c’est juste qu’ils sont un peu épuisés et que comme nous ne sommes pas tous ensemble, ils doivent encore faire un peu de chemin. »

Hmm, non pas qu’il trouvait ça étrange mais il était vrai qu’en se séparant en petits groupes, avec peu de distance entre chacun d’entre eux. L’être en face de lui était tout simplement un messager, aussi apte et rapide que les éclaireurs, nécessaire pour se déplacer à toute allure et faire les transmissions entre les différents groupes.

« Dès qu’ils se seront assez reposés, qu’ils viennent… même si le plus tôt sera le mieux si c’est vraiment urgent. Oh et puis non, je vais faire mieux. Je vais me déplacer. Manelena, Héraisty, vous pouvez gérer le groupe ? »

« Je voudrais plus être à tes côtés à cet instant précis mais non, je serais bien trop lente. On va donc éviter. Tu peux y aller. »

Cela ressemblait presque à une autorisation de sa part et il avait juste un petit sourire amusé aux propos de Manelena. Néanmoins, il avait décidé de suivre le messager, commençant à courir à toute allure sur la pierre. D’ailleurs, il utilisait cette dernière pour glisser le plus rapidement possible jusqu’à arriver aux éclaireurs.

Pfiou ! Premier constat et soulagement : ils n’étaient pas blessés. Ils étaient principalement fatigués et usés jusqu’à la moelle. Second point : Ils étaient presque comme effrayés de quelque chose mais quoi ? Il n’allait pas tarder à le savoir.

« Chef… Chef vous vous êtes déplacés pour nous ? »

« Il le faut bien, non ? Surtout si c’est si urgent. Et vu que vous semblez être au bord de l’évanouissement, je ne vais pas prendre le risque. Dites-moi en une phrase les grandes lignes. Qu’est- ce qui s’est passé ? »

« Nous… Nous avons trouvé toute une escouade. D’après les armoiries visibles sur leurs armures, drapeaux et autres, il s’agit d’une escouade au service d’Haiktos. »

Armoiries et autres ? En y réfléchissant plus longuement, c’est vrai qu’Elise et lui, quand ils étaient accompagnés, n’avaient rien qui prouvait qu’Elise était une descendante légitime du roi. Oh, à part bien entendu la renifleuse dénommée Héraisty qui avait confirmé cela.

« Et est-ce qu’ils vous ont repéré ? Car si c’est le cas, vous venez de les emmener directement sur nous, mais je ne pense pas que vous ayez fait ceci, non ? »

« Non, non ! Pas du tout mais … En vue de leur nombre, l’un de nos groupes risque de tomber sur eux et il faudra réagir ! »

« Hmm… Merci beaucoup. Reposez-vous. Je vais sûrement prendre le messager de votre groupe en plus du mien. Comme ça, avec la décision prise, nous pourrons vous la transmettre le plus rapidement possible. Je vais retourner dans mon groupe, reposez-vous. »

Il s’était répété mais c’était bien parce qu’il voyait que les éclaireurs étaient vraiment épuisés. Maintenant, il avait repris la route pour retourner auprès de Manalena et Héraisty. C’était logique de leur demander des conseils.

« Si nous devons nous confronter à eux, les pertes seraient trop grandes de notre côté et je crois même que l’on risquerait de perdre. »

« Je le sais très bien, Manelena. Et vu que nous ne pouvons éviter la confrontation, autant dire que cela s’annonce très mal pour nous. Je ne suis pas certain que nous pourrons nous en sortir. Qu’est-ce qu’on va faire exactement ? »

« Et si… vous demandiez aux troupes non-démones de se mettre de côté, voire de se cacher pendant que nous autres, démons, nous parlerions avec eux. » déclara Héraisty alors que Tery clignait des yeux, s’exclamant :

« Mais c’est bien trop dangereux ! Héraisty ! S’ils savent qui tu es, tu es morte ! »

« Même s’ils savent qui je suis, je reste une renifleuse royale et je pense m’en sortir. Et puis, si je dois être condamnée, c’est mieux que nous tous, non ? Fais-moi confiance, tout va bien se passer, j’en suis sûre et certaine. »

Comment est-ce qu’elle pouvait être aussi confiante à cet instant précis ? Il n’en savait rien et ça ne le rassurait pas. D’ailleurs, il en tremblait un peu mais Manelena posa une main sur son épaule, regardant fixement Héraisty avant de dire :

« Tu es certaine de ce que tu fais, Héraisty ? Si tu en est convaincue, alors, il n’y a aucune raison de t’arrêter. Mais il faut que tu sois sûre à cent pour cent. »

« J’en suis sûre et certaine. Je sais ce que je dois dire et ce que je dois faire. »

Et lui dans tout ça ? Il ne pouvait pas dire ce qu’il pensait ? Est-ce qu’il devait juste attendre que ça se passe ? Et juste souffrir en silence ? Il eut un petit soupir de tristesse avant de murmurer à son tour :

« Fais simplement attention à toi, Héraisty. Je ne veux pas perdre une amie précieuse. »

« Ne t’en fait pas, tout va bien se passer. Si cela peut te rassurer, je sais exactement ce que je veux faire, hahaha. »

Ce qu’elle veut faire ? Comment est-ce qu’il pouvait vraiment croire ce qu’elle disait ? Mais pourtant, c’était ce qu’il devait faire. Il prit une profonde respiration une nouvelle fois avant de la laisser s’éloigner. Lui de son côté, il allait préparer les troupes.

Et rapidement, plusieurs minutes après, l’armée s’était divisée en deux. Il n’y avait pas autant de démons que de soldats de la surface et peut-être qu’elle allait s’en tirer ? Dans tous les cas, toute sa troupe était éparpillée de telle façon qu’il serait difficile de les repérer. Et lui ? Malgré tout ce qu’il avait dit, il avait voulu absolument voir au loin ce qui se passait.

« Ils sont tellement nombreux… »

Ce fut le premier constat qu’il avait remarqué en observant tout ça de sa « cachette ». Ils étaient tellement nombreux… tellement nombreux. Il se répétait cela alors qu’il déglutissait. Il arrivait à voir Héraisty qui avait « pris les commandes » du groupe en train de marcher vers un démon qui semblait être celui qui dirigeait l’armée d’Haiktos.

Impossible de les entendre, il était beaucoup trop loin. Il aurait pu venir avec elle mais… cela aurait été tout simplement une mauvaise idée. Il était connu comme le chevalier de la princesse Elise. Mais en même temps, Héraisty, elle n’avait pas de souci ? Elle ne risquait pas d’être reliée à eux ?

Pour le reste des démons du groupe, aucune crainte de ce côté mais ça ne changeait rien du tout vu qu’il suffisait juste que l’un soit reconnu pour que ça dégénère. Et ça, vraiment, ce n’était pas du tout ce qu’il espérait.

Combien de minutes s’étaient écoulées ? Car il avait l’impression que le temps venait de se stopper. Déglutissant, il voyait bien les soldats de l’armée d’Haiktos qui passaient parmi les membres du groupe dirigé par Héraisty.

Oui, ils étaient clairement en train de faire une inspection pour être certains qu’Héraisty ne mentait pas. Mais mentir sur quoi ? Sur le fait qu’ils n’y avaient que des démons ? Héraisty n’avait pas voulu parler de ce qu’elle comptait faire exactement..

Encore d’autres minutes, cela devait bien faire une demie-heure. Il en était sûr et certain maintenant. Pourquoi est-ce que ça prenait autant de temps ? Est-ce que les soldats d’Haiktos se doutaient de quelque chose ? Si c’était le cas, ils allaient vraiment tous mourir !

Il devait réagir ! Mais le temps qu’il arrive pour prévenir le reste de l’armée, ils allaient tous se faire tuer ! Pourquoi est-ce qu’il avait accepté la proposition d’Héraisty ? Il le regrettait totalement maintenant ! Elle allait mourir et les autres soldats aussi ! Pire encore, si parmi les démons du groupe d’Héraisty, il y avait des traîtres à la solde d’Haiktos ? Ou Halyza ?

Ils étaient alors au courant de toute l’histoire ! Ils allaient … Non. Vraiment. VRAIMENT ! Il ne devait pas y penser ! Cela n’allait pas se passer ainsi et… Pourquoi est-ce qu’il voyait certains soldats d’Haiktos qui semblaient rire avec d’autres démons dans le groupe ?

« Il y a des traîtres ! IL Y A DES TRAÎTRES ! »

Il veut hurler, c’est même presque le cas avec sa bouche qui s’ouvre mais il vient de forcer son poing dans sa bouche avant de cligner des yeux. Et il est vraiment en train de le mordre jusqu’au sang avant de finalement remarquer que l’armée d’Haiktos est en train de continuer son chemin, comme si de rien n’était.

« Terminé ? Ils s’en sont sortis ? Vraiment ? »

Il avait encore du mal à le croire. Il était incrédule par rapport à tout ça. C’était n’importe quoi. Il détestait être aussi peu confiant par rapport à la situation. Mais il devait attendre, encore une trentaine de minutes, surtout qu’Héraisty et son groupe avaient repris la route, l’air de rien. Normal d’agir de la sorte. Ils ne pouvaient pas les attendre. Cela serait beaucoup trop dangereux et stupide.

Finalement, il était retourné auprès de Manelena et les autres. Elle ne posa aucune question sur les traces de morsure sur le poing droit de Tery, demandant simplement si tout s’était bien passé. Il rétorqua :

« Je n’en sais rien ! Rien du tout ! Mais ils sont encore vivants. »

« C’est donc que tout s’est bien passé. Allons-y. Nous n’allons pas la faire attendre plus longtemps. Je ne pensais pas qu’elle y arriverait sans aucun souci mais excellente nouvelle. »

HEIN QUOI ?! Elle venait de dire ouvertement qu’elle n’avait pas confiance en Héraisty ou alors il venait de très mal entendre ?! Il la regarda, un peu interloqué, cherchant à voir si elle plaisantait ou non. Mais ce n’était pas possible hein ?
Après avoir réuni le groupe à nouveau, ils se remirent en marche pendant deux bonnes heures. Oui, il avait fallut deux heures complètes pour qu’un message démoniaque n’arrive à leur hauteur et déclare :

« Chef Tery ! Dame Héraisty m’a chargé de vous emmener jusqu’à notre point de ralliement. Bien que nous n’en n’avions guère, elle l’a appelé ainsi. »

« D’accord, d’accord. Ne perdons pas une minute de plus. Si nous attendons trop longtemps, qui sait ce qui pourrait se passer ? On va vous accompagner. »

Il voulait surtout parler avec Héraisty, se rassurer sur tout ça et être certain que tout allait se passer pour le mieux. Tant qu’il n’avait rien pour se convaincre qu’elle était en parfaite santé, son stress n’allait pas diminuer.

« Oh ? Vous voilà enfin ! Désolée, j’ai préféré m’éloigner et… HEY ! Eh bien ?! »

Elle s’était exclamée en sentant que Tery venait de se jeter sur elle pour l’enlacer. Pfiou. Elle ne s’était pas attendue à une telle accolade de la part du jeune homme, mais en voyant Manelena qui soupirait, elle comprenait que ça n’avait rien d’anormal.

« Qu’est-ce qui se passe donc ? On dirait que tu as presque vu un fantôme. »

« Ce n’est pas ça ! Tu es indemne… et les autres aussi ! Je vous observais de loin. J’ai vu que ça traînait et j’ai cru… que… enfin… »

« Que ça se passait mal ? Disons qu’ils se pensaient plus malins que nous et qu’on a juste joué le jeu, n’est-ce pas ? » dit Héraisty avant de se tourner vers trois soldats démoniaques qui se rapprochèrent d’eux en souriant.

« Ah ça… Comment est-ce qu’on s’appelle quand on trompe un groupe avec un autre ? »

« Double jeu ? » dit le second soldat au premier qui avait posé la question.

« Et quand on trompe le second groupe avec le premier groupe en lui faisant croire que l’on est du second groupe qui trompe le premier ? »

« Je sais juste que j’ai mal au crâne. » déclara le troisième démon en souriant, se massant les tempes alors que Manelena répondait :

« Agent triple, tout simplement. Vous êtes au service de l’empereur Malark, c’est bien ça ? »

« De base, on va dire qu’officiellement, nous sommes au service d’Haiktos. Mais en réalité, ce n’est pas trop ça. Mais pour un simple chef de troupe comme celui que nous avons rencontré, il ne peut pas vraiment deviner la tromperie. »

Pfiou… Pfiou… Le jeune homme aux cheveux bruns poussa plusieurs soupirs comme s’il venait enfin d’être soulagé d’un poids sur la conscience, regardant les démons.

« Et j’imagine que vous aviez interdiction de nous le dire, c’est ça ? Héraisty, tu étais au courant ou alors… tu l’as découvert ? »

« Je l’ai tout simplement découvert ces derniers jours. Certains soldats avaient une petite « aura » ou odeur un peu différente des autres. J’avais la sensation qu’ils étaient plus que de simples soldats. Et puis, en même temps, ils faisaient partie des nouveaux arrivants pour deux d’entre eux, n’est-ce pas ? »

« Oui, nous sommes venus apporter de l’aide à notre premier envoyé. Mais bon, maintenant que vous le savez, cela sera plus difficile de… »

« Je vais juste faire comme si je n’en savais rien. Me connaissant, il se pourrait que j’oublie ce genre de détails très rapidement si j’estime que ce n’est pas un danger pour moi-même et les personnes qui m’accompagnent. Je vous fais confiance. »

« Et si tu veux bien me relâcher, Tery ? C’est que tu me fais un peu mal, je dois avouer, hahaha. Même si c’est mignon de ta part. »

« AH ! Euh … Désolé … Ce n’était pas voulu ! Enfin, pas comme ça, je voulais dire. Je suis vraiment confus, pardon. »

Il tentait encore de s’excuser, une fois de plus, toujours une fois de plus… en espérant que cela conviendrait à la jeune femme cornue. Celle-ci avait le regard rieur derrière des lunettes alors qu’il avait enfin décidé de se détacher d’elle.

« Pardon.. .Vraiment. Et je suis désolé, j’étais vraiment inquiet. J’avais peur qu’ils vous encerclent tous pour vous exterminer. »

« Tu t’en fais beaucoup trop pour nous, Tery. Nous avons décidé de jouer le jeu et nous étions prêts aux conséquences. Cela aurait rendu votre tâche plus difficile mais nous étions conscients de ce que nous faisions. C’est pourquoi tu n’avais pas à t’en faire. Ah… Ils n’osent pas toucher aux renifleurs royaux et j’ai toujours mon badge avec moi et quelques armoiries liées à ma famille. S’ils se sont renseignés, ils savent alors ce que j’étais. »

Cela faisait beaucoup à apprendre sur le coup. Pour autant, il allait faire comme s’il avait tout compris. Il regarda Héraisty, souriant juste un peu. Elle cachait bien son jeu. Elle n’avait pas survécu dans ce monde hostile juste à cause de son métier. Il devait… vraiment faire plus confiance à de nouvelles personnes qui lui étaient proches.

Laisser un commentaire