Chapitre 3 : Pas bon ménage

Chapitre 3 : Pas bon ménage

« Alors ? Tu apprécies la petite balade ? »

« Bien sûr ! C’est … il fait un peu froid mais ce n’est pas un souci. »

La femme aux cheveux bleus le colle contre elle, un sourire aux lèvres. Voilà, ça allait mieux ? Il vient rougir faiblement, ne sachant pas trop où se placer alors qu’elle se mouvait avec lui, rigolant tendrement.

« Un peu gêné ? C’est ça ? »

« Un petit peu, je dois l’avouer. »

Mais … même si c’était gênant, ce n’était pas déplaisant. Il fait la part des choses et en ce moment, c’était plutôt l’inverse. Il se sentait bien … jusqu’à ce qu’il entende quelques cris. Tournant la tête à gauche puis à droite, il en cherche l’origine sans la trouver.

« Faldéla, tu n’entends rien ? »

« Non, pourquoi ? Qu’est-ce qu’il y a ? »

C’est étrange. Il entend un petit cri plaintif mais il est le seul ? Il cligne des yeux, murmurant à Meloetta de bien quitter ses bras. Il n’aime pas ces cris ! C’est quelque chose de douloureux à ses oreilles ! Quelqu’un souffre ! Ou quelque chose.

« PIAFABEC ! PIAFABEC ! »

Des oiseaux ! Et pas des plus sympathiques. Qu’est-ce qu’ils font là ? Ils dont bien trois, quatre à s’en prendre … à une pauvre créature végétale. Hein ? Mais ils l’agressent ! Qu’ils arrêtent ça tout de suite !

« Vous allez lâcher cette créature ?! »

Il a sorti rapidement un petit ocarina, celui qu’il utilise habituellement. L’emmenant à ses lèvres, il commence à en jouer, les pokémon oiseaux arrêtant leurs méfaits, comme hypnotisés par sa musique. Délaissant le pokémon qu’ils venaient d’agresser, les pokémon oiseaux s’éloignent sans même se retourner.

« Est-ce que tu vas bien ? »

« Mara … Maraca … » bredouille le pokémon vert. Maracachi ? Il cligne des yeux, se disant que ce n’est pas normal. Ce n’est pas le genre d’endroits où se trouve un tel pokémon. Qu’est-ce qu’il fait là ? Mais surtout …

« Normalement, un pokémon … comme toi devrait faire fuir les oiseaux non ? Pourquoi ? »

La réponse ne tarde pas à venir, le ventre du Maracachi émettant un léger grognement aigu. Ah bien sûr, avec une telle réponse, ça n’a rien de si étonnant. Le pauvre est tout simplement mort de faim. Euh … Zut de zut. Il n’a rien sur lui et …

« Meloetta ? Melo ? Melo meloetta ? Melo melo meloetta meloetta. »

Elle tient un sachet de nourriture pokémon dans sa main, s’étant téléportée pour pouvoir permettre au Maracachi d’être nourri. Faldéla se gratte la joue, se disant qu’Hémaltone et Meloetta sont vraiment uniques en soi.

« Est-ce que tu vas mieux ? Tu arrives à manger ? Attends un peu. »

« Maracachi, Mara maracachi, mara ! »

Le pokémon apprécie grandement que le jeune homme aux cheveux blonds ouvre le paquet, lui tendant un peu de nourriture. Dévorant ce qui se trouve dans ses mains, il déguste d’un bon appétit tout cela alors qu’Hémaltone murmure :

« Tu veux un peu de musique pour accompagner tout ça ? »

« Mara ? Maracachi ? » « Meloetta ! Melo melo ! Meloetta ! »

Au moins, il y a une personne qui est très motivée. Meloetta se place sur son épaule, commençant à chantonner alors qu’il porte l’ocarina à ses lèvres. Le Maracachi les regarde et écoute, dévorant sa nourriture avant de s’essuyer les lèvres.

« Comme tu peux le voir, petit Maracachi, tu as le droit à une représentation bien spéciale. Tu devrais les remercier quand tu auras le temps non ? »

Il hoche la tête positivement aux propos de Faldéla, contemplant ce qui se trouve devant lui, émerveillé. Cette musique si belle et si douce, elle est impossible à ignorer et ce n’est pas son intention. Il termine son repas puis finit par gesticulier.

« Maracachi, mara, maracachi ! Mara Maracachi ! »

« Oh ? Tu es décidé à les accompagner ? Soit, mais je vous préviens, tous les trois, il est tard et je ne pense pas qu’il soit bon que l’on soit arrêté pour tapage nocturne, n’est-ce pas ? »

« Oui, c’est vrai, je dois arrêter. Désolé, Maracachi. »

« Maracachi, Maracachi, Mara, Maracachi ! » répond le pokémon avec joie.

Et maintenant ? Qu’est-ce qu’ils vont faire tous ensemble ? Hum ? Le Maracachi semble aller mieux et puis, elle peut voir l’inquiétude dans le regard d’Hémaltone. Bon, visiblement, il n’osera pas ouvrir la bouche, c’est donc à elle de le faire.

« Hum ? Maracachi ? Est-ce que tu veux faire un peu de marche avec nous ? Je ne pense pas que cela dérangera Hémaltone ou Meloetta, n’est-ce pas ? »

Laisser un commentaire