Chapitre 22 : Un refus catégorique

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 22 : Un refus catégorique

« Bon … Il y a un autre souci auquel nous n’avons pas pensé tout de suite et … cela risque d’être assez problématique à vrai dire. »

« Lequel, Manelena ? Ca a l’air de beaucoup te contrarier à première vue. De quoi est-ce qu’il s’agit exactement ? » demanda Royan, les têtes se tournant vers elle.

« Les Gnomolds. On ne doit pas les oublier. Ils ont été vraiment très utiles mais … ils haïssent les démons. Il va falloir que l’on discute avec Ernold ou alors … le membre de la famille de ce gnomold que Tery déteste. Je ne sais plus son nom. »

« Rokar, Manelena, Rokar. Je ne devrais même pas acceptée que vous lui parliez en ma présence … surtout en vue de ce qu’il a fait à mon mari mais … vu que le sort du monde en dépend, je dois prendre sur moi-même. »

« Vous êtes une grande femme et vous le savez. J’espère que le cousin ou le frère ou je ne sais quelle affiliation il a ce gnomold par rapport à Rokar, j’espère juste qu’il acceptera la discussion car sinon, nous serons dans une impasse. »

« C’es pas faux. Tu préfères que l’on voie avec Ernold ? Mais je ne sais pas s’il a vraiment une figure d’autorité par rapport aux autres gnomolds. »

« L’autre est assez excité en un sens … et je ne suis pas certaine qu’il nous laissera lui adresser la parole dès qu’il apprendra le sujet mais bon … Ernold, ça ne serait pas avant quelques semaines pour que nous puissions le voir. »

« Et nous ne nous pouvons pas nous permettre de perdre trop de temps, c’est exact. » compléta Royan tandis qu’Irna et Hérik restaient silencieux. Elen sembla songeuse, bordant son enfant malgré le sérieux de la situation.

« Pourquoi ne pas voir quand même avec ce gnomold ? Peut-être qu’il pourrait vous en dire plus sur la haine et la rage des gnomolds envers les démons, non ? »

« C’est bizarre que cette idée vienne de toi, Elen, tu sais ? »

Pour toute réponse à Manelena, la femme aux cheveux blonds ne fit que sourire comme si les paroles de Manelena ne la dérangeaient guère. Celle-ci soupira doucement. Elle avait l’impression de s’en prendre à une personne bien trop gentille et honnête, ce qui ne collait pas du tout avec comment Elen se comportait auparavant. Mais voilà, tout avait changé avec la naissance de sa fille et ce n’était pas à ignorer.

« Bon … Allons voir le membre de la famille de Rokar. Rézar si je ne me trompes pas. »

« Il vaut mieux que l’on se rappelle de son prénom si on veut espérer pouvoir discuter avec lui. Pas certain qu’il apprécierait qu’on l’appelle « Le gnomold », Manelena. »

« Ne fait donc pas d’esprit maintenant, Royan. Faut déjà voir s’il est encore dans les environs. Que je sache, tu les as autorisé à se disperser non ? Il y a peu de chances qu’il soit en ville, j’imagine. Ah … Je viens d’y penser maintenant.3

« Y a peu de chances car oui, ils ont eut mon autorisation pour pouvoir se promener librement dans le royaume tant qu’ils n’agressent pas des citoyens. Et ils ont une récompense s’ils retrouvent des démons et qu’ils nous les ramènent. J’imagine que l’on peut attendre sa future arrivée. Cela ne devrait trop tarder. »

Et pourtant, il fallut bien attendre deux semaines pour qu’on lui signale que des Gnomolds arrivaient depuis les environs. Royan fit la remarque à Manelena, celle-ci étant à ses côtés lorsque Rézar et sa troupe se présentèrent à eux, des bourses déjà dans les mains.

« On a fait notre petite livraison habituelle. On a réussi à trouver quelques démons qui ne se sont pas laissés faire. Tant pis pour eux, ils savaient se battre, ils sont morts. Bref ! J’ai entendu que vous vouliez nous voir ? »

« Plutôt toi … Pas que tes compagnons sont inintéressants mais vu que tu es le chef de la troupe, il faudrait que tu nous accompagnes. Nous avons à te parler en privé. »

Le gnomold haussa un sourcil, visiblement peu convaincu par les propos de Royan. Pour autant, il fit un geste à ses compagnons pour signaler qu’ils ont quartier libre. Depuis que l’armée des gnomolds coopérait avec celles de Traslord et Shunter, il n’était plus si rare que ça de voir quelques gnomolds écumer les bars et autres.

« Bon … Qu’est-ce que vous me voulez ? A voir vos mines, c’est pas vraiment pour prendre de mes nouvelles, j’imagine hein ? »

« On voudrait savoir … quelque chose par rapport aux démons. Certains sont naturellement mauvais, de par leur nature profonde, nous sommes d’accord ? »

« Ouais et … ? Vous voulez en venir où avec tout ça ? Les trucs philosophiques, je préfère prévenir que c’est clairement pas mon genre, d’accord ? »

« On voudrait savoir ce que les gnomolds pensent des démons … en général. »

« Des trucs qu’il faut buter. Si on commence à faire la différence, on va pas s’en sortir. Y a une autre question ou pas ? Savoir si on perd notre temps. »

« D’accord. Peut-être qu’il faudrait que je sois plus précis. Par rapport aux citoyens démoniaques, qui n’ont aucune influence sur la guerre, les combats contre les gens de la surface et autres, quelles sont vos actions à leurs présences ? »

« On les crève. C’est la guerre et on a pas le temps de réfléchir à tout ça. Ils sont là au mauvais endroit, au mauvais moment. C’est comme ça pour toutes les guerres. Et comme y a pas de vrai roi ou autre des gnomolds, chaque gnomold agit comme il le faut. Et puis, ce sont des démons, qu’ils crèvent, ça ne pose pas de problème. »

Ah … Vraiment, la discussion allait être très difficile. Un bref regard en direction de Royan et Manelena comprenait parfaitement que même le roi de Traslord était un peu désemparé par rapport à cette franchise de la part du gnomold.

« Et si nous vous disions d’arrêter d’attaquer ces démons innocents ? »

« On vous dira d’aller vous faire voir, royauté ou non. »

Déjà deux gardes se préparaient à réagir. Une telle insulte en leur présence, c’était plus qu’un crime de lèse-majesté ! Ca cherchait les ennuis ! Pour autant, Royan leur signala de ne rien faire du tout, observant comment Manelena allait réagir.

« Ah … Cela veut dire que la relation entre les gnomolds et les nations n’aura pas duré très longtemps. J’imagine qu’Ernold risque d’être grandement déçu à ce sujet mais bon, on ne peut pas lui en vouloir. Il fait son maximum dans tous les cas. »

« Le foutez pas dans cette histoire. C’est quoi cette blague avec les démons ?! Vous avez maintenant une morale par rapport à ces derniers ?! »

Il suffisait juste de prononcer le nom d’Ernold pour que le gnomold s’emporte, ce qui voulait dire que même s’il n’était pas le chef de ces derniers, l’archimage devait être quand même une figure d’autorité ou presque. Intéressant à savoir ou presque …

« Simplement, on veut laisser une chance aux démons non-belliqueux … comme on en laisse une par rapport aux gnomolds. Mais bon, on veut comprendre aussi d’où vient cette haine viscérale par rapport aux démons que les gnomolds portent. »

« Tsss ! Vous avez pas à le savoir ! C’est pourtant pas compliqué comme ça ! Quand je vais devoir expliquer ça à Rokar et les autres, ça va être un putain de bordel. Ca vous amuse de rendre tout ça bien plus difficile hein ?! »

« Non, ça ne nous amuse pas et on ne voit pas pourquoi ça le serait. Simplement, on ne peut pas tout résoudre par la guerre et la et violence. »

« AH ! Quelle blague ! Surtout de la part de la femme qui a participé à toutes ces guerres pendant des années ! Maintenant qu’on devient reine, on se sent poussé des responsabilités qu’on avait pas envie d’avoir auparavant hein ?! »

Cela commençait à devenir critique, bien trop critique et Royan allait devoir intervenir. Pour autant, Manelena gardait un certain calme, presque olympien tandis qu’elle serrait simplement les poings en observant le gnomold.

« C’est exact … et c’est pourquoi je dois changer et vous aussi. Sans une bonne raison pour continuer à agresser tous les démons, je ne vois pas pourquoi nous devrions faire une telle chose. Alors … Donnez-nous des raisons et nous verrons en conséquence. »

« Depuis des siècles voire des millénaires, c’est comme ça. Ca changera pas ! C’est pourtant pas compliqué à comprendre ! C’est pourtant pas difficile à cerner non ?! »

« Ca l’est justement. On a bien vu que malgré les millénaires, certains démons ne sont pas naturellement mauvais. Et il en est de même pour les gnomolds lorsque nous avons appris qu’Ernold était l’entité liée à la magie la plus respectée dans le monde. C’est pourquoi nous devons apprendre et comprendre ce qui vous lie aux démons. »

« Vous avez qu’à lui demander à Ernold puisque c’est comme ça ! Il vous dira rien ! »

« C’est bien ce que nous comptons faire … mais le temps que nous nous rendions jusqu’à lui, cela va prendre un peu de temps. Ca serait beaucoup plus simple et nous faciliterait l’existence si vous décidiez d’emprisonner les démons que vous trouvez et que vous nous les ramenez. »

« Tsss ! Vous faites une effroyable erreur ! Ces démons sont des putains d’aberrations ! Ils ne reculeront devant rien pour arriver à leurs fins ! »

« Tu n’as sûrement pas tort, je suis même certaine qu’il y a une part de vérité dans tout ça mais … qu’importe, les démons ne sont pas tous néfastes et en tant que … »

« Pour un bon démon, combien y en qui serons prêts à tout ravager ?! »

« Tant qu’il y a une part qui est bonne, cela veut dire que des innocents risquent de mourir pour les actions de leurs congénères. Que pensez-vous de la réaction des citoyens des différentes nations lorsque nous avons autorisé les armées gnomolds à rejoindre les nôtres ? Ils ont exactement eut la même réaction. »

« CE N’EST PAS PAREIL ! ON EN A RIEN A FAIRE DES HUMAINS ! »

« Alors ce que l’on va faire des démons ne devrait pas vous concerner non ? Pourtant, moi-même, le roi Royan, ses deux ambassadeurs de deux clans importants d’Honoros et bientôt le gouvernement de Claudiska, nos quatre nations vont oeuvrer à ce qu’une partie des démons puisse venir à la surface sans se sentir en danger. »

« Putain, putain, putain ! » commença à hurler le gnomold, sortant ses cimeterres, Manelena posant une main sur la garde de sa lame. Même si elle gagnait contre lui, elle ne s’en sortirait pas indemne, elle le savait parfaitement.

Mais c’est le sol qu’il commença à taillader comme un fou, créant des entailles dans celui-ci sans même s’arrêter pendant cinq bonnes minutes. C’est simplement lorsque ses mains, à force de frapper, relâchèrent les armes qui tombèrent au sol, qu’il s’arrêta, essoufflé.

« Fais chier … Fais tellement chier ! C’est tellement … n’importe quoi ! Ce sont des putains de monstres ! C’est à cause d’eux que … C’est à cause d’eux … »

« C’est à cause d’eux quoi ? » demanda Manelena, gardant toujours une main sur la poignée de son arme. C’était étrange … mais Rézar … semblait presque en larmes ? C’était ignoble de voir un gnomold dans cet état, surtout un comme Rézar.

« J’ai pas à le dire ! Ca ne devrait même pas sortir … Fais chier … On leur pardonnera jamais ! Comme on ne peut pas pardonner que vous nous remplaciez ! Je vais aller prévenir les autres gnomolds, on va se barrer de là, c’est tout. »

« Hey ! Attendez un peu quand même. Vous n’êtes pas renvoyés de Traslord ! » déclara enfin Royan alors qu’il n’avait pas pris la parole depuis le début. « Vous pouvez toujours séjourner ici … et si … nous en savions plus à votre sujet, peut-être que … »

« Y a rien à savoir. C’est tout … Vous avez pas à savoir à notre sujet … Pas une question de mérite ou autre. C’est gravé dans nos mémoires, c’est tout. On leur pardonnera pas. »

« Il n’y a aucune chance pour cela ? Malgré si on fait quelques efforts ? »

« Les efforts, ça ne sert à rien dans cette situation. Y a peut-être de bons démons … mais ça ne changera rien, c’est tout. Je m’en vais. On verra comment réagir … Peut-être qu’Ernold vous en dira plus mais y a peu de chances. »

« Si vous ne cherchez pas à vous expliquer, on ne peut pas comprendre. »

Pourtant, le gnomold fit comme s’il n’avait rien entendu. Tous le regardèrent partir, attendant qu’il ne soit plus dans la pièce pour s’observer entre eux. Les réactions … du gnomold étaient étranges, plus qu’étranges mais pourtant …

« Il faut bien que l’on trouve une solution, n’est-ce pas ? Que faisons-nous exactement ? »

« On va faire ce qui était prévu, rien de plus, rien de moins. Vu qu’on ne sait pas pourquoi les gnomolds se comportent ainsi, on ne peut pas vraiment trouver une solution. »

« Je sais bien, Manelena … Mais c’était la première fois que … »

« Je ne veux pas de détails. J’ai vu aussi bien que toi et c’était vraiment laid. C’était pas prévu qu’il réagisse de la sorte. Je sais pas ce que les démons ont fait aux gnomolds mais une chose est certaine, ce n’était vraiment pas sympathique. »

« Je crois que le terme est très mal choisi mais oui … »

Ernold avait toutes les réponses qu’ils désiraient. Mais maintenant, est-ce que malgré tout, ils reportaient leurs actes par rapport aux démons ? C’était une réflexion à ne plus ignorer … et cela malgré leur motivation à résoudre ce problème ensemble.

« Il y a des chances qu’en agissant bien plus rapidement que prévu, nous allions peut-être au devant de nombreux gros ennuis. »

« Cela reste pourtant une idée viable mais avant d’agir dans la précipitation, il vaut mieux attendre que nous ayons obtenu des informations de la part d’Ernold. »

« Il vaut mieux pour lui qu’il parle surtout. Quitte à lui tirer les vers du nez. » termina de déclarer Manelena après les propos d’Hérik et Royan.


Dire qu’elle était mécontente était faible comme remarque. Elle pensait que tout cela allait dans le bon sens, que peut-être, qui sait, une part d’elle-même osait croire à l’idée que Tery allait revenir parmi eux dès qu’il apprendra à ce sujet. Oh bien entendu, Elise aussi hein ? Ce n’était pas comme si elle, personnellement, espérait que Tery revienne. Mais Tery, il y avait sa mère, ses grands-parents, Elen et sa fille qui l’attendaient.

Oui … C’est mieux comme ça. Tery ne devait pas oublier que des personnes espéraient son retour et cela le plus tôt possible. Manelena poussa un léger soupir. C’était dommage … mais la discussion était maintenant terminée. Chacun pouvait retourner à ses petites obligations et Manelena était partie la première, visiblement un peu agacée par la tournure des événements. Ca ne devait pas se passer ainsi et pourtant, c’était le cas ! Quelle imbécillité !

Une heure plus tard, elle avait décidé de s’asseoir sur un banc des jardins royaux du château de Royan. Les plantes et arbres de ce royaume étaient vraiment étranges, hein ? Maintenant qu’elle avait besoin de souffler et penser à autre chose, elle se faisait la remarque. Elle ne trouvait pas cela … laid … mais ça restait étrange ?

« Ah … Tu étais donc ici, Manelena ? » déclara une voix masculine. Facile de la reconnaître, il n’y avait que Royan dans son entourage masculin.

« Où voulais-tu que je sois ? En train de galoper sur mon cheval en direction d’Omnosmos pour tenter de retrouver Ernold et tirer tout ça au clair ? »

« Hum … Je n’y avais pas pensé mais bizarrement, l’idée ne me semble pas déplacée si elle te concerne directement. »

« Arrêtons la les blagues vaseuses. Qu’est-ce qu’il y a ? » lui demanda calmement la femme aux cheveux argentés. « Tu n’es pas là pour me faire un brin de causette, n’est-ce pas ? Ou alors, le roi de Traslord a vraiment peu de choses à faire de son temps. »

« Je ne sais pas trop quoi dire par rapport à la reine de Shunter qui délègue tout son travail à l’un de ces généraux. Tu n’as pas peur qu’il se rebelle ? »

« J’ai été très claire à ce sujet : si je lui permets de diriger pendant que je ne suis pas là, ce n’est pas par refus d’assumer mon rôle mais tout simplement car je l’estime de confiance. Je veux aussi que le peuple de Shunter, qui a beaucoup souffert depuis quelques années, puisse comprendre que l’un des leurs est là au sommet. »

« Ca reste un procédé assez dangereux, tu le conçois quand même ? »

« Je ne suis pas une idéaliste … donc oui, je le sais parfaitement. Comme je sais que … »

« Comme tu sais que si Tery se représente à la surface, dans le royaume de Shunter, il y a de fortes chances qu’il soit reconnu. »

Et donc que cela crée d’énormes problèmes. Elle n’était pas stupide, elle n’était pas idéaliste. Proposer une telle chose, cela se voyait comme le nez sur le visage qu’elle faisait cela à dessein … et pourtant, elle n’en éprouvait aucune honte.

« Comme si c’était simplement pour les démons que l’on faisait ça . C’est tellement peu crédible, n’est-ce pas ? »

« Tellement peu … comme tu le dis si bien, Royan. Je suis ridicule. »

« Si tu l’es, je suis alors encore moins bien placé pour te faire la remarque, tu t’en doutes, n’est-ce pas ? Je dirais pas que nous sommes ridicules. Simplement, nous avons des objectifs personnels qui ne sient pas à notre rang. »

« De base, je ne pensais pas devenir reine de Shunter un jour, tu sais ? »

« Et moi-même, mon statut de … prince me suffisait simplement mais bon … »

« Ah … Enfin bon, c’est la merde, pour ne pas changer. »

« C’est quoi ce langage, d’ailleurs ? Ca ne fait pas très reine de Shunter, tu sais ? »

« Cela fait très maréchale de l’armée donc ça devrait passer. » rétorqua aussitôt la femme aux yeux rubis, haussant les épaules, l’air de rien.

« Ah … D’ailleurs, est-ce qu’Elen est au courant pour toi et … Tery ? »

« Non, elle ne l’est pas. De toute façon, à part la bibliothèque, il n’y a rien eut d’autre donc à partir de là, je n’ai pas à m’en vouloir. »

« Je n’ai pas à juger sur ça de toute façon. Ce n’est pas à moi de te faire la morale ou autre. Enfin bref … Quand partons-nous vers Omnosmos ? »

« Pour aller voir Ernold ? Hum … J’imagine d’ici deux ou trois jours. Penses-tu que nous devrions emmener les deux honoriens avec nous ? »

Hmm … Cela méritait réflexion. Non pas qu’ils poseraient quelques ennuis mais en même temps, Ernold n’apprécierait peut-être pas la présence de personnes qu’il ne connaissait pas ? Surtout que s’ils se rendaient là-bas, c’était bel et bien pour une unique raison.

« On le prends avec nous, Royan. Ca sera mieux. Plus nous serons des membres de différentes nations, plus il comprendre l’importance de notre demande. »

« J’espère surtout qu’il ne nous jettera pas. C’est vraiment la dernière chose dont on aurait besoin en cette situation, tu te rends compte ? »

« Disons qu’avec les démons qui traînent un peu partout, si on peut régler cette situation … et j’aimerai éviter une guerre ouverte avec les gnomolds. »

« Ca serait vraiment la pire chose qui pourrait nous arriver. » soupira Royan après les paroles de Manelena. C’était … C’était … « Avoir des responsabilités avec le poids du monde sur les épaules, c’est vraiment si épuisant et éreintant. »

« Je ne te le fais pas dire. Pourtant, lorsque tu as été maréchale comme moi, tu as le poids de toutes ses vies qui t’entourent sur tes épaules. Ces hommes et femmes qui comptent sur toi pour les emmener à la victoire. Ici, c’est la même chose mais à un niveau plus global, c’est ainsi que je vois les choses. »

« Je vois, je vois … J’ai jamais regardé tout cela … de cette façon. »

« Il faut avoir avoir dirigé une armée pendant longtemps pour avoir une telle vision. Mais bon … Même en étant reine de Shunter, il semblerait que je sois bien trop faible. »

Elle avait fini par se relever, sans plus de paroles par rapport à ce qu’elle venait de prononcer. Royan la regarda lentement mais sûrement. C’est vrai … Il savait pertinemment de quoi elle parlait. Pour elle, montrer ses sentiments ou même les évoquer, c’était une preuve de faiblesse. A partir de là, cette petite discussion entre eux deux … était malvenue.

Laisser un commentaire