Chapitre 21 : L’innocence des démons

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 21 : L’innocence des démons

« Normalement, mes éclaireurs devraient être bientôt là. »

« Ah ? C’est vrai que tu as communiqué avec un groupe d’hommes, il y a de cela une semaine. C’était pour cette raison alors ? Mais enfin, parti éclairer quoi ? »

« Et bien … Disons que je voulais juste obtenir quelques informations sur les démons, rien de plus, rien de moins. Après, ce n’est pas un souci hein ? Enfin, par rapport à ton royaume ? »

« Je ne vais pas dire que mon royaume est le tien mais vu que tes soldats ne causent aucun tort à mes citoyens, vous pouvez aisément vous déplacer sans que cela ne me cause de problème. Enfin, c’est pour quelle raison spécifique par rapport aux démons ? »

«J’ai … entendu quelques rumeurs. Je ne dirais pas qu’elles sont déplaisantes mais elles me font me poser quelques questions et c’est pourquoi je voudrais voir pour y mettre un peu d’ordre. Je pense que tu es au courant au sujet des … démons amicaux, non ? »

« Disons que nous avions Elise et Tery pour cela auparavant donc oui, je sais que ça existe … mais tu veux parler de ces démons qui sont sortis des grottes un peu partout et qui proclament qu’ils ne veulent pas se battre ? »

Manelena hocha la tête positivement. Vu qu’il en avait entendu parler, cela allait tout simplement faciliter leur conversation à tous les deux. Craquant son cou en le faisant pencher sur le côté droit, elle reprit la parole après quelques secondes :

« J’aimerai … savoir ce qu’ils veulent exactement. Auparavant, les démons, nous les enfermions dans nos prisons et nous … usions de différentes méthodes pour les faire parler. Vu qu’il s’agissait souvent de démons soldats entraînés, ce n’était pas trop grave … mais si maintenant, certains démons neutres, de simples citoyens, arrivent à la surface … »

« A ce sujet, ça ne serait pas mieux d’interroger le couple venu d’Honoros ? Ils n’avaient pas parlé de ça à un moment ? Ou peut-être que je me trompes, tout simplement. » dit Royan comme pour corriger un peu les propos de Manelena.

« Tu parles des deux là ? Maintenant que tu le dis … c’est vrai. »

« Différents clans faisaient du marchandage avec les démons, non ? Peut-être qu’ils pourraient en parler même s’ils ne sont pas concernés personnellement. Je vais demander aux gardes d’aller les chercher. »

Elle hocha la tête positivement, le jeune homme aux cheveux bleus se levant de son siège avant de se tourner vers l’un des rares qui surveillaient la salle du trône. Elen et la mère de Tery n’étaient pas présentes, la première veillant sur sa fille, la seconde veillant sur la première. C’était assez classique.


Le soldat vint obéir aux ordres de Royan, quittant la salle tandis que Royan observait Manelena. Devaient-ils attendre ici vu qu’il avait donné l’ordre ? Ou se promener dans les couloirs et les rencontrer sur le chemin ? Car inutile de chercher à en faire trop non plus … et que les oreilles indiscrètes obtiennent trop d’informations.

A raison, Manelena indiqua qu’il valait mieux ne pas trop lésiner sur la discrétion et ils se dirigèrent vers la sortie de la salle du trône. D’après ce qu’ils savaient, le couple d’honoriens était autorisé à se promener dans le château. Qui aurait crû qu’un jour, autant de nationalités différentes se retrouvaient en un même endroit, pour des raisons autres que la guerre entre les différentes nations ?

« Vos éclaireurs sont de retour, reine Manelena ! Et ils veulent vous voir absolument ! C’est vraiment important et urgent ! »

« Hmm ? Qu’est-ce que … Ce ne sont pas ceux des démons mais … Mékalarma ? »

C’est vrai. Elle avait envoyé d’autres troupes en direction de Mékalarma, non pas des éclaireurs mais des espions. Seulement, le soldat de Traslord ne pouvait pas vraiment faire la différence et elle ne pouvait pas lui en vouloir à ce sujet. Intimant Royan de la suivre car cela avait une certaine importance, elle se dirigea vers une petite salle pour s’y engouffrer. Il n’y avait bien qu’un bureau, quelques meubles contenant de nombreux livres et une chaise. Dans la pièce, trois personnes encapuchonnées étaient présentes.

« Désolé de vous avoir appeler ainsi, reine Manelena mais les informations sont d’ordre vital et nous devions vous en parler tout de suite. »

« Ce n’est pas bien grave. Calmez-vous et expliquez moi la situation. Vous avez été à Mékalarma, n’est-ce pas ? Hmm … D’ailleurs … Vous n’étiez pas cinq ? »

« C’est … exact … Deux de nos membres sont morts pendant une embuscade. Comme il était convenu, ils ont usé de nombreux sorts et artifices pour nous permettre de gagner du temps. Les Mékalarmiens sont vraiment dérangés et vos craintes se sont avéré fondées … »

« Sur ce point, rien de nouveau à l’horizon malheureusement. Et ensuite ? Qu’est-ce que tu peux me dire d’autre ? Je t’écoute. Par rapport aux démons … »

« Il y a bien eut des captures de démons de tous les côtés. Ces derniers sont enchaînés et torturés dans des cages, un traitement pire que des animaux. Les Mékalarmiens font des tests sur eux … mais aussi leur propre peuple. »

« Leurs propres citoyens ? Comment cela ? Qu’est-ce que tu veux dire par là ? »

« Et bien … De ce nous avons remarqué, il semblerait qu’ils arrachent des parties de leurs citoyens qui ont les lignes de Zélisia. »

Les lignes de Zélisia ? Qu’est-ce qu’ils pourraient faire avec ça ? Pendant un court instant, elle se met à réfléchir avant de finalement dire d’une voix lente :

« Est-ce que ça serait en relation avec ces fameuses armes anti-démons dont les Mékarlarmiens sont si fiers et arrogants ? »

« Il y a de très fortes chances que ça soit le cas. Nous avons d’ailleurs vu ces armes à l’oeuvre. Elles sont vraiment effroyables et pas seulement par rapport aux démons. Nous sommes certains que des dégâts considérables seraient aussi commis sur n’importe qui d’autre. »

« D’accord, d’accord … et ces mékalarmiens blessés ? »

« Ils sont simplement morts. Visiblement, ils n’ont pas une existence très longue après avoir été privé d’une partie de leurs corps. Il semblerait que les personnes hautes placées dans le pays utilisent ces parties de mékalarmiens adeptes de Zélisia pour façonner leurs armes. Et plus ou moins suivant la qualité de la partie, l’arme se brise ou non. Pareil pour la puissance, je dois vous avouer que ce spectacle n’incitait guère à le regarder plus en détail. »

« Compréhensible, parfaitement compréhensible. Ne vous en faites pas, je ne vous en veux pas. Je pense avoir obtenu ce que je désirais. Par rapport aux démons … »

« Là aussi, vous avez demandé des détails sur ces démons et on peut vous certifier qu’il n’y avait pas que des soldats ou des démons aptes à se battre. »

« Hey, tu n’aurais pas oublié un petit détail ? Les quelques honoriens de passage qui traînaient des cages remplies de démons ? » vint dire un second être encapuchonné en donnant un petit coup de coude dans la hanche du premier.

« Des honoriens ? » demanda maintenant Manelena en haussant un sourcil. C’était le genre de nouvelles dont elle préférait ne pas être occultée.

« Oui ! Il semblerait que ces honoriens faisaient du trafic de démons. Dans des cages, entassés les uns sur les autres, même à cette distance, on pouvait voir des enfants, des vieillards et autres. Même si ce sont des démons, c’était juste … horrible à regarder. »

« D’accord, d’accord … Cela risque donc de confirmer ce que le couple d’honoriens va nous dévoiler. Merci pour tout. Notez tout cela sur papier, si vous avez oublié quelques détails. Ensuite, vous pourrez vous reposer. »

« Merci à vous, reine Manelena. » dit le premier être encapuchonné, le troisième n’ayant pas pris la parole au final bien que cela ne dérangeait pas la femme aux cheveux argentés.


Et maintenant ? Et bien … Retour au trône sûrement. Car oui, pendant qu’ils discutaient, le duo d’honoriens avait sûrement été convié par le soldat à venir se rendre dans la salle du trône. Et cela ne loupa pas. Ce fût Royan qui s’adressa tout de suite aux deux personnes :

« Excusez notre absence, nous avons reçu un message urgent pour la reine Manelena et nous ne pouvions attendre. »

« Oh, vous n’avez pas à vous excuser, nous sommes vos invités, nous patienterons autant qu’il le faudra, bien entendu ! »

« Et si vous vouliez nous voir, c’est que cela devait être assez important aussi non ? »

« C’est exact mais ne vous inquiétez pas, rien ne presse. Tout d’abord, est-ce que le séjour chez nous se passe bien ? Etant bien différent d’Honoros, le territoire de Traslord, surtout la zone glaciale où se trouve mon trône, n’est sûrement pas des plus aisés. »

« Hahaha ! Si vous voulez tout savoir … c’est vraiment pas simple mais on tient bon. »

« Néanmoins, si vous avez besoin de confort, vous pouvez me le dire et mes servants feront tout en œuvre pour cela. Vous êtes mes invités, oui. »

« Ca devrait aller, roi Royan. Néanmoins, voulez-vous parler du sujet qui requiert notre présence auprès de vous ? »

« Ah … Nous voulions en apprendre un peu plus sur les démons qui parcourent vos terres. Nous avons reçu quelques informations que … Manelena, est-ce que nous pouvons leur en parler ? Vu que ça concerne les clans d’Honoros ? »

« Nous n’avons rien à y perdre, tout à y gagner … et ils ont montré leur bonne foi depuis déjà quelques temps à mon encontre, donc … aucun souci. » déclara la reine de Shunter, ses yeux posés sur le couple d’êtres aux oreilles pointues, bras croisés à hauteur de poitrine.

« Alors … Les espions de la reine Manelena ont trouver des informations sur les Mékalarmiens. Est-ce que vous étiez au courant que certains de vos clans faisaient du trafic d’esclaves démoniaques avec les mékalarmiens ? »

« HEIN ?! COMMENT CA ?! » s’écria Inna avec rage, Hérik cherchant à la calmer aussitôt tandis que Royan comme Manelena haussaient un sourcil. D’un rapide mouvement de la main, le jeune roi signala aux gardes que ce n’était rien.

« Il semblerait que certains clans n’hésitent pas à faire de la vente d’esclaves démoniaques. Même si ce sont nos ennemis, il y a certaines limites … et elles sont aisément franchies en agissant de la sorte. Vous comprenez ce que je veux dire, non ? » déclara Manelena, ayant pris la parole après les cris d’Inna tout en gardant son calme.

« Pardonnez-là … Même devant les rois et reines, ou même les chefs de clan, elle se comporte assez sauvagement. Elle ne voulait pas vous insulter mais … l’Honneur est un concept qui vraiment la concerne beaucoup et apprendre à ce sujet … que certains qui étaient déjà prompts à faire preuve des plus grandes bassesses … ont décidé de récidiver et montrer qu’ils pouvaient encore tomber plus bas, cela l’enrage et … »

« Hey ! Je suis capable de parler toute seule comme une grande, Hérik ! »

« Est-ce que je peux donc te relâcher tout en espérant que ma main ne se fasse pas mordre ? » demanda t-il d’une voix lente bien que soucieuse. Il semblerait que la morsure ne soit pas une blague de sa part, Inna étant stoïque pendant quelques secondes.

« Oui … C’est bon, je suis calme. Et pardonnez-moi. Comme l’a si bien dit Hérik, je n’ai … je n’aime pas ce genre de réflexions sur un citoyen d’Honoros. Malheureusement, tous ne considèrent pas certaines vertus comme importantes … et n’hésitent pas à ternir notre race. Est-ce que vous pouvez nous en dire plus à ce sujet, je vous prie ? »

Malgré la colère qui était visible en vue de ses poings serrés, elle semblait réussir à garder à peu près son calme, ce qui était plutôt important. Manelena ne fit aucune remarque à ce sujet, se disant que des fois, elle réagissait pareil .. donc qu’elle n’était pas franchement mieux. Elle commença à raconter ce que les espions avaient signalé, que cela soit autant sur les honoriens que sur les mékalarmiens et leurs projets diaboliques.

« Je n’avais déjà pas Mékalarma dans mon coeur mais là … »

« Qu’est-ce que nous devons décider à ce sujet au final ? »

« Par rapport aux démons ? C’est assez compliqué. Ce n’est pas … seulement nous … » commença à dire Royan. « J’aimerais trouver une solution plus ou moins pacifique pour régler tout cela sans qu’il y ait une effusion de sang. Les différentes nations se sont livrées la guerre de nombreuses fois, et cela avec nos différences raciales et autres. Pour autant, cela ne veut pas dire que nous avons capturé et torturé les citoyens des autres nations pour notre bon plaisir. Oh, il y a sûrement eut quelques personnes qui ont agit de la sorte mais ce n’était pas sous les ordres directs de ceux qui régissaient ce monde. »

« Nous ne voulons pas communiquer avec les démons. Nos deux clans n’accepteront pas cela. » commença à dire Hérik d’une voix lente.

« Mais à côté, si on leur explique ce que … nos clans ennemis font comme marchandages avec Mékalarma, la traite des esclaves … Nous pourrions peut-être… »

« J’ai l’impression que nous avons tous la même idée en tête, n’est-ce pas ? » finit par murmure Manelena d’une voix lente.

Elle s’était mise à faire les cent pas. Comme plongée dans ses pensées, on voyait aisément qu’à l’heure actuelle, il n’y en avait qu’une seule qui trottait dans sa tête, une qui était partagée avec tous les autres présents en ce moment précis.

« Vous savez ce que cela veut dire, n’est-ce pas ? Nous avons … très mal accueillis ces démons dès qu’ils ont été capables d’atteindre la surface. »

« De même, ils sont venus avec des armées … ou plutôt des éclaireurs. Cela veut dire qu’ils partaient pour découvrir la surface, sans forcément chercher des actes belliqueux. » reprit Royan à la suite de Manelena.

« Pour autant, définir tout un peuple à cause de l’action de quelques particuliers, ce n’est pas ainsi que devrait régir une reine. Ce n’est pas comme cela que je veux paraître devant les citoyens de Shunter. »

« Il est vrai qu’au … moment de mon couronnement, j’ai eut quelques pensées mauvaises à l’encontre des démons mais il m’a fallut mettre de l’eau dans mon vin … et cela va mieux. »

« Et de notre côté, nous avons simplement vu comment les démons étaient accueillis par les autres clans. Nous n’avons même pas essayer de juger les démons en eux-mêmes et cela a été notre erreur. Nous savions que des citoyens démoniaques venaient à Honoros, espérant y commencer une nouvelle vie, et non celle d’une servitude. »

« A partir de là, j’imagine que cela va être très difficile de faire accepter une telle demande aux membres de nos clans … et à vos citoyens. Cela va prendre beaucoup de temps … mais … pensez-vous que c’est pour le mieux ? »

« Après des millénaires à être enfermés sous terre, nous n’avons qu’à essayer. »

« On peut bien voir … même si cela serait dans un coin … avec quelques ambassadeurs. Par contre, je ne sais pas trop comment faire pour amorcer tout ça. »

« Est-ce que l’on peut compter sur vous, Hérik ? Inna ? Je me disais qu’en vue de l’apparition assez importante des démons dans votre royaume, peut-être que vous seriez les mieux placés par rapport à tout ça. »

« Nous pourrions leur indiquer le royaume de Shunter celui de Traslord, c’est exact. »

« Comme ça, ils sauront où ils doivent se rendre s’il y a un souci, oui. On peut commencer ainsi. » compléta Inna après les propos d’Hérik à la suggestion de Manelena.

Alors c’était tout simplement parfait ! Puisque tout était fait, les personnes pouvaient donc se préparer à tout ça. Pour l’heure, maintenant qu’ils avaient réglé ceci, ils pouvaient discuter d’autre chose et c’est en entendant les servantes parler de Royan que Manelena eut un petit soupir amusé. La raison était très simple.

Les servantes parlaient du fait que depuis que Manelena revenait le voir, mais aussi avec l’apparition de ces différents invités, le roi semblait avoir retrouver son caractère d’antan, ce qui était bien plus plaisant. Et encore, il était juste … plus chaleureux, moins vindicatif, bref, tout était bon dans le meilleur des mondes et cela convenait à beaucoup de monde.

« Je me demandes si Elise et Tery savent tout ce que nous préparons pour eux … »

Elle se posait la question à voix basse mais elle n’était pas stupide. Il ne fallait pas se faire trop d’illusions à ce sujet. Tery était occupé dans le monde souterrain et Elise aussi . Si on rajoutait cette étrange femme golem ressemblant à Clari, il fallait juste espérer une chose.

Il fallait espérer que le message comme quoi les royaumes de Shunter et Traslord acceptaient les ressortissants démoniaques. Il en était de même pour les clans d’Honoros, enfin les bons clans, et ensuite … Hmm … Il faudra parler à Royan par rapport à Claudiska. Peut-être que ces derniers pouvaient aussi mettre la main à la patte dans toute cette histoire ?

Néanmoins, Elen était enfin revenue pour voir où tout ça en était, portant son enfant dans ses bras, Inna et Herik le regardant avec tendresse. Ils demandèrent où était le père, Elen étant la plus rapide à répondre, déclarant :

« Il est en voyage mais il devrait revenir bientôt. Si ce n’est pas le cas, je viendrais le récupérer en le tirant par la peau des fesses. »

« C’est comme ça que ça fonctionne avec les garçons, je confirme ! Y a pas d’autres méthodes pour qu’ils comprennent ! D’ailleurs, Hérik … »

« Oui Inna ? Qu’est-ce qu’il y a ? Je n’aime pas le regard que tu as, tu sais ? » dit-il d’une voix légèrement inquiète, le corps se mettant à trembler alors qu’Inna le regardait avec un sourire un peu mauvais aux lèvres.

« Je te rappelles une chose. J’en veux cinq hein ? Alors, vas peut-être falloir que tu commences à te bouger car ça va pas attendre toute la vie ! »

Il toussota violemment, comprenant parfaitement l’allusion de la jeune femme aux oreilles pointues, Royan restant imperturbable, Manelena détournant la tête en soupirant. Seule Elen avait le même sourire qu’Inna, reprenant la parole :

« C’est bien. C’est comme ça qu’il faut leur expliquer. C’est comme ça qu’ils comprennent la chose. Des fois, sinon, ça ne veut pas rentrer ! »

« Héhéhé … On dirait que ton homme aussi a besoin de comprendre un peu sa place. Je ne dis pas que c’est fréquent en Honoros mais parfois, certains hommes pensent qu’ils sont « naturellement » plus forts que les femmes. Pour ce type précisément, je me charges d’un bon coup de pied et ils retournent voir leurs mères. Heureusement pour Hérik, il n’est pas du tout comme ça … même s’il lui arrive d’avoir un petit côté « animal » pas déplaisant du tout. »

« Ooooh … Je vois, je vois ! Enfin bon, ça me fait plaisir de parler avec d’autres personnes à part Manelena, Royan et la mère de Tery. »

« Enchantée, on va dire ! Et elle a donc quel âge ? Elle me semble ne même pas avoir un an. Ce n’est pas trop épuisant ? De devoir s’en occuper ? »

« Tous les jours, c’est épuisant ! Puis après, je la regarde et zou, la fatigue disparaît complètement. On n’a pas le temps d’être épuisée quand on a un enfant. Puis surtout quand c’est le premier. Ils sont si mignons et si beaux. Et puis, c’est la preuve que Tery et moi, nous nous sommes aimés. »

« Hum hum … Et quelle sera l’arme qu’elle utilisera lorsqu’elle sera en âge d’en porter une ? »

… … … Tous se tournèrent vers Inna, Hérik plaçant une main sur son visage comme pour se demander s’il ne venait pas de rêver en entendant Inna. Pour autant, il finit par soupirer et dire d’une voix lente et fatiguée :

« Inna, la culture de l’entraînement à la sauce honorienne … se fait en Honoros, pas dans les autres nations. Je ne crois pas qu’à … Shunter, c’est bien ça ? Je ne crois pas qu’à Shunter, ils apprennent aux enfants à se battre dès qu’ils sont en âge. »

« Disons que cela dépend de la famille. »

Manelena avait pris la parole, les regards se posant sur elle. Elen eut un petit toussotement, voyant parfaitement pourquoi elle disait une telle chose. En vue de son histoire avec son père, c’est vrai qu’elle avait commencé assez tôt.

« D’accord, d’accord. Et puis, après tout, le monde n’est pas régit que par les armes ! » finit par déclarer Inna en haussant les épaules le plus naturellement possible.

« C’est exact, j’espère en faire une intellectuelle car que ça soit du côté de sa mère ou de son père, j’aspire à lui permettre une vie plus calme que la nôtre. »

Et là encore, les paroles avaient été dites avec un tel naturel que cela pouvait choquer. Pour autant, pour retrouver Tery, il fallait que ce projet discuté entre les deux monarques et les deux ambassadeurs d’Honoros porte ses fruits. Et pour ça … Ils ne pouvaient que patienter.

Laisser un commentaire