Chapitre 23 : Pour eux

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 23 : Pour eux

« Quelle galère … mais quelle galère. »

« Ca n’a pas l’air d’aller fort, Manelena. La discussion avec Royan n’était pas si chouette que ça ? Je vous aie vus tous les deux dans les jardins. »

Manelena s’immobilisa. Vus ? Est-ce qu’elle avait aussi entendu la conversation ? Ses yeux rubis étudièrent le visage de la demoiselle à la chevelure blonde, cherchant à voir une réaction chez elle. De ce qu’elle remarquait, rien de rien.

« Disons que … nous avons eut fort à faire avec tout ce qui s’est passé. Mais bon, la solution finale n’est pas encore trouvée pour ne pas changer. »

« Ca a l’air franchement compliqué. Je n’ai pas eut tous les détails mais … de quoi parliez-vous tous les deux, je peux savoir ? »

« Hum … Rien de bien im… qu’est-ce que je racontes là ? » murmura Manelena en poussant un profond soupir. Même elle ne croyait pas ses propres paroles.

« Je ne sais pas ? Je ne suis pas dans ta tête, hein ? Mais vas-y, je veux bien t’écouter. Tu as l’air de vouloir te confesser, hein ? »

Se confesser ? Elle fronça les sourcils. Pourquoi utiliser ce terme en particulier et pas un autre ? Elle … n’aime pas ça. Elle a l’impression qu’Elen a tout entendu et veut se jouer d’elle. Est-ce que ça lui fait tellement plaisir ?

« Ce n’est pas une confession car je n’ai rien à me reprocher, Elen. Non, simplement, je réfléchissais par rapport à Elise et Tery, tout simplement. »

« Hum hum … Est-ce que tu veux … en parler ? Vu que ça concerne Tery, je suis quand même intéressée, tu sais ? »

Bien entendu qu’elle est intéressée. Pas besoin d’être une surdouée pour comprendre que dès que ça parle de Tery, elle voulait en savoir plus hein ? Manelena poussa un léger soupir de dépit avant de reprendre d’une voix calme :

« Qu’est-ce que tu veux savoir exactement ? On réfléchissait juste … à l’idée de pouvoir communiquer calmement et en paix avec les démons, c’est tout. »

« Et donc, permettre à Tery de revenir à la surface sans qu’il y ait un risque de se faire lyncher par les soldats et autres, non ? Mais … tu n’oublies pas une petite chose ? »

« Hmm ? Laquelle ? Tu sembles certaine de ce que tu vas avancer mais fais attention à ne pas raconter de bêtises. Je ne suis pas vraiment d’humeur pour cela. »

« Ca ne sera pas une bêtise puisque ça parle de Tery. Simplement, il ne faut pas oublier que c’est lui qui a ouvert les portes démoniaques. Et que les rumeurs partent vite, très vite, et se propagent à une vitesse folle. Avec Royan, pas de soucis, mais les autres nations ? Lorsqu’elles vont apprendre qui est le responsable de tout ça ? »

« Je vois où tu veux en venir mais en même temps, tu te tracasses pour pas grand-chose. J’ai déjà pris mes dispositions à ce sujet. »

« Ah bon ? » demanda Elen, visiblement surprise par les propos de la reine de Shunter. Celle-ci eut un petit sourire, comme si elle venait de gagner une bataille par rapport à la femme en face d’elle. Elle déclara doucement :

« Si Tery ne peut plus vivre dans une ville, il n’aura qu’à habiter isolé du reste du monde. Il n’aura pas besoin forcément d’être entouré par de nombreuses personnes mais quelques êtres pourront aller le retrouver et ainsi de suite. »

« Euh … Et donc, tu voudrais qu’il vive sans personne comme un paria ? Est-ce que tu réfléchis un peu à ce que tu dis ? C’est quand même monstrueux hein ! Tery ne mérite pas un tel sort ! Même s’il est vrai qu’il a eut quelques soucis dans le passé à cause de cette fichue voix dans sa tête, il n’a pas à être ainsi ! »

« Et tu as une meilleure idée donc ? Je t’écoute, vu que tu sembles si intéressée par ça. »

Oui, elle avait répondu avec ironie, n’appréciant guère le ton employé par Elen. Sincèrement, si elle avait une meilleure idée, elle n’attendait que ça ! Qu’elle la présente ! On ne pouvait pas faire toujours comme on voulait hein ? Qu’elle comprenne ça ! La vie n’était jamais rose ! Ce n’était pas aussi facile que dans les contes pour enfants !

« Il faut que Tery soit reconnu comme un symbole de paix entre les démons et le monde de la surface. Déjà qu’il était pas très apprécié à cause de ses actions pour te sauver. »

« Je le sais bien mais c’est ça ton idée de génie ? J’espère que tu plaisantes car ça n’a rien de bien fameux, tu le sais ? Car c’est ce que nous avions déjà prévus même s’il n’est pas possible pour nous d’interagir sur le choix des ambassadeurs. Il faut juste espérer que Tery soit assez malin pour envisager ça avec Elise. »

« Tery n’est pas plus bête qu’un autre. Je te rappelle qu’il y a quelques années, il habitait dans un village perdu non-loin d’une montagne de Shunter. Aujourd’hui, je crois que son nom est assez connu dans le monde entier … et je suis certaine que même sous la surface, dans le royaume démoniaque, il doit être très connu. De ce que tu m’as dit, il dirigeait une armée non ? Donc à partir de là … »

Ce n’est pas une discussion de sourdes mais elle a l’impression que c’est toujours la même chose, qu’importe la personne en face ou le sujet final. Pour autant, elle ne cherche plus à être exaspérée, ça ne mènerait à rien de bon.

« Ce n’est pas parce qu’il est connu que les gens vont lui pardonner. C’est bien ce que je pensais, tu ne vois qu’avec des yeux candides. Tu n’as aucune idée de tout ce qui s’est passé pendant ces mois où tu étais isolée du reste du monde. »

« Je dirais bien « la faute à qui » mais vu que c’était pour mon enfant avec Tery, je ne peux pas t’en vouloir. Pour autant, ce n’est pas une raison pour m’insulter comme ça. J’essaie aussi de trouver des solutions pour ramener le père de mon enfant, tu es priée de ne pas l’oublier, Manelena. La petite fille qui dort paisiblement est celle de mon union avec Tery. »

C’était elle ou alors, elle n’arrêtait pas d’appuyer sur la relation entre elle et Tery ? Elle donnait … vraiment … l’impression d’avoir entendu la discussion avec Royan. Si tel était le cas, elle arrivait à se contrôler bien mieux qu’auparavant, ce qui était tout à son honneur. Par contre, le sien, celle de la reine de Shunter, difficile d’en dire grand-chose.

« Sinon, pour les démons, si on veut quand même faire attention à ce que l’on risque de faire, y a peut-être une autre solution mais … je ne sais pas trop quoi en penser. »

« Dis toujours ? Je ne sais pas trop ce qui nous attends donc bon … Il vaut mieux pour toi que tu poses la question, non ? »

« Au lieu de laisser les démons s’installer en liberté, pourquoi ne pas les mettre dans un environnement fermé ? Ca fait … un peu cruel … comme ça mais en même temps, ça ne veut pas dire qu’on ira les maltraiter hein ? Simplement, on installera quelques barrières et autres, on leur dire qu’ils peuvent vivre ici mais qu’ils ne doivent pas sortir de cet endroit. »

« Il n’y a que peu de chances qu’ils écoutent et obéissent, tu t’en rends compte ? »

« Je … le sais bien mais bon, on ne peut pas faire comme si de rien n’était hein ? Je faisais que proposer une idée, moi. Et puis, je sais bien que ça va les embêter pas mal car ils auront l’impression d’avoir quitté ce monde souterrain pour se retrouver à nouveau enfermés mais il vaut mieux faire par étape que tout d’un coup, surtout quand on ne sait pas du tout ce qui risque de nous attendre en face, tu ne trouves pas ça logique et normal ? »

« Hum hum … Si … Si … Je suis d’accord avec toi. C’est juste étrange que ça soit toi qui ait imaginé ça, c’est tout. Je suis plutôt surprise. »

« Tu peux éviter d’être aussi insultante en me le disant en face comme ça ? C’est vraiment vexant, tu sais hein ? Enfin bon … Qu’est-ce que tu en dis ? »

« Ce n’est pas une mauvaise idée. Contrôler les flux de démons, leur permettre un endroit où vivre mais sous surveillance, c’est une bonne chose. Et puis, cela évitera les débordements. En même temps, il va falloir établir quelques règles. »

« Ah bon ? Quelles règles ? » demanda Elen qui n’avait peut-être pas imaginé tout ça plus loin qu’il ne le fallait en fin de compte.

« Pour éviter un drame ou autre. Je ne veux pas qu’on nous compare à ce que les mékarlarmiens font ou même certains clans d’Honoros d’après ce que les ambassadeurs ont dit à ce sujet. Nous les acceptons, nous les tolérons, mais nous ne devons pas commencer à les réprimer ou à les considérer plus bas que terre. »

« Oh ! Tu veux dire, les considérer comme nous autres, des êtres normaux ? Après tout, Tery, à part ses cornes, pareil pour Elise, ils sont pas différents, hein ? »

« C’est exact … mais tu as plus ou moins compris ce que je voulais dire. Ah … Qu’est-ce qu’on ferait pas pour essayer de retrouver ces deux imbéciles. D’ailleurs, Elen, je me suis toujours posé une question. A toi de voir si tu veux y répondre franchement ou non, je ne t’empêcherais pas de ne pas vouloir me donner de réponses. »

« Ne fait donc pas durer le suspens. Si tu as une idée en tête, il vaut mieux que tu me le dises tout de suite non ? Plutôt que de tourner autour du pot. »

« Et bien, j’ai l’impression de me répéter mais … tu n’en veux pas à Tery pour ce qu’il a fait ? Son but était vraiment de te tuer, tu sais ? Et je ne crois pas qu’il était au courant pour l’enfant … mais en même temps, il l’a mis en danger elle aussi. »

« Bien entendu que je lui en veux … et même terriblement mais en même temps, qu’est-ce que je peux penser d’autres ? Tery a été un imbécile qui a encore écouté une voix plutôt que ses amis. J’aimerai surtout pouvoir le soigner … et trouver une solution par rapport à cette voix mais je ne sais pas si c’est possible de régler ça. »

Ah non ! Pas de regard triste de la sorte. Pas que cela l’affectait … mais elle n’aimait pas ça. Surtout qu’elle savait pertinemment qu’Elen avait bien changé depuis le jour où justement Tery l’avait attaquée … comme si elle comprenait qu’elle aussi avait dépassé les bornes depuis longtemps. La femme aux cheveux blonds baissa les yeux, murmurant :

« Mais après … Tery est l’unique homme que j’ai aimé, c’est mon premier amour et n’importe quelle femme un peu sensée aurait été voir ailleurs après une attaque de la sorte mais … je ne peux pas m’empêcher de me dire que … je veux qu’il s’explique, je veux qu’il se fasses pardonner, je veux qu’il se mette à genoux et déclare qu’il ne recommencera plus. »

« Je vais finir par avoir de la peine pour Tery si c’est vraiment tout ce que tu veux, tu sais ? Le pauvre ne mérite peut-être pas un tel sort, non ? »

« Oh que si … Mais après, je ne comptes pas le martyriser. Juste le forcer à exprimer ouvertement ses erreurs et à ne plus jamais recommencer, c’est tout. »

« Hmm … Tu es plutôt dominatrice comme femme, Tery le sait ? »

Pour toute réponse, Elen ne fit qu’un petit sourire. C’était juste … sa façon à elle d’exprimer son amour envers Tery. Elle n’allait plus l’étouffer comme auparavant, simplement, il fallait mettre les points sur les i et pour cela, il fallait que le jeune homme revienne.

« Bref, Manelena, je veux que dorénavant, si y a un projet par rapport aux démons, je veux en être, d’accord ? C’est possible ? »

« Tu sais que « vouloir » quelque chose et l’exprimer face à la reine de Shunter, on pourrait en pendre ou guillotiner pour moins que ça, hein ? »

« On pourrait, on pourrait mais on ne le fera pas, n’est-ce pas ? Tu n’as aucune réelle raison pour cela et puis, je crois que quelques personnes t’en voudraient. »

Humpf ! Elle ne répliqua pas à cette remarque car … elle était véridique, tout simplement. Pour autant, cela ferait du bien de rappeler à Elen leurs positions sociales … mais … après tout, elle n’avait jamais chercher à profiter de son statut de reine auparavant, ce n’était pas pour que ça soit le cas maintenant.

« Si tu veux, tu n’as qu’à m’accompagner, je dois expliquer ton idée à Royan. »

Et pas uniquement à ce dernier. Il fallait aussi que sur le chemin, elle évoque le cas des gnomolds à Elen. Celle-ci les connaissait un peu, non ? Qu’est-ce qu’elle penserait de leurs réactions et de tout le reste. C’était plutôt important à savoir et à ne pas oublier.

Quelques minutes s’écoulèrent et elles étaient toutes les deux dans la salle du trône. Inna et Hérik étaient déjà présents. Par contre, pas de traces de Rézar, est-ce qu’il était vraiment parti ? Après la scène d’hier, c’était compréhensible … mais c’était tout autant dommage.

« Oh Elen ! Comment vas-tu ? Les lieux te conviennent ? Et ta fille ? » demanda Royan en venant l’apercevoir. « Désolé de ne pas pouvoir discuter avec vous plus souvent, que ça soit ou la mère de Tery mais … des obligations font que je n’ai pas tellement le choix malheureusement. J’espère que tu comprendras. »

« Pas de soucis, pas de soucis, Manelena m’a mise un peu au courant de votre projet et … bon … comme toi avec Elise, tu comprends que moi … avec Tery, je voulais me sentir concernée par tout ça. J’espère que ça ne te dérange pas donc que je viennes vous voir pour pouvoir discuter tous ensemble à ce sujet hein ? »

« Pas de soucis, c’est normal. Il s’agit de Tery … et c’est autant pour lui que pour Elise que l’on fait ça. Avant, est-ce ta fille se porte bien ? Enfin, mes nourrices ne causent aucun tort à cette dernière hein ? Car … Elles ont été très présentes pour moi après la mort de mes parents et je sais que mes frères les adoraient. Leurs familles s’occupent de celle royale depuis des générations, je ne voudrais pas qu’elles te rendent mécontentes. »

« Hahaha ! Oh que non, pas de souci. Elles sont parfaites et moi comme madame Vanian, on en apprend toujours un peu plus en les regardant faire. Ne t’en fait pas ! »

« D’accord, d’accord. Ce sont des femmes vraiment exceptionnelles, je tiens à te le dire. Elles savent comment s’en occuper … à la traslordienne. Mais comme chaque nation a aussi ses propres façons de s’occuper des enfants … »

« Je crois que tu te compliques la vie pour pas grand-chose, Royan. Tant que mon enfant dort paisiblement et est heureux, je le suis tout autant. »

« Pas de soucis alors … Je n’étais pas sûr et je préfère toujours demander au cas où. Disons que la dernière fois qu’elles se sont occupées de moi remonte à très longtemps. »

« Oh … Et tu penses que cela leur manque beaucoup ? »

« J’ai plus l’impression qu’elles pourraient faire du zèle et je ne veux pas que cela te porte préjudice. Enfin bon, passons à autre chose. Tu voulais discuter avec nous au sujet des démons, c’est bien ça ? J’imagine que Manelena t’a mise au courant. »

« C’est exact, c’est même pour cela que je suis ici actuellement. »

« Alors, tu peux t’installer. Vu que cela te concerne directement, c’est nécessaire que tu sois là. Nous étions en train de discuter par rapport aux Gnomolds. Nous avons quelques difficultés à essayer de trouver un terrain d’entente avec eux … par rapport aux démons. Il semblerait qu’ils aient une histoire assez compliquée avec eux. »

C’est ce qu’elle avait compris. D’ailleurs, les gnomolds n’étaient plus dans les environs. Ces derniers temps, elle avait bien remarqué, d’ailleurs, en arrivant dans la capitale de Traslord, du moins, l’une des trois, elle avait bien vu la présence de ces créatures.

« Qu’est-ce que l’on peut dire exactement à leur sujet ? Manelena m’a un peu raconté mais y a t-il plus de détails à savoir ? »

« Malheureusement, on en sait rien du tout. Les Gnomolds haïssent les démons encore plus que les humains et il semblerait que cette histoire date depuis très très longtemps. Pour autant, s’ils ne veulent pas parler, nous ne pouvons pas les aider. »

« Si on m’avait dit qu’un jour, on essayerait de faire une relation amicale avec les gnomolds. » marmonna Manelena, passant une main sur son visage. Elle était un peu exaspérée par la situation, surtout qu’elle ne pouvait rien y faire pour tenter d’arranger tout ça.

« Vu que nous avons rencontré Ernold, on sait parfaitement qu’ils ne sont pas tous inamicaux hein ? On va quand même pas leur en vouloir pour ça, n’est-ce pas ? »

« Disons que s’ils nous mettent des bâtons dans les roues, faudra réagir en conséquence, c’est tout, Royan. Notre idée n’est pas mauvaise et je ne veux pas l’abandonner à cause des gnomolds. Est-ce que les lettres sont parties ? »

« Pour Rokar et Ernold ? C’est fait, c’est fait. Même si je ne sais pas pourquoi tu voulais contacter Rokar, est-ce qu’il va vraiment être si utile que ça ? »

« Il a une très forte influence dans son clan et parmi de nombreux gnomolds. J’imagine qu’il doit en exister d’autres, des gnomolds comme lui, dans le monde mais vu que je ne les connais pas, je ne vais pas m’intéresser à eux. »

« C’est vrai … Enfin bon … On va juste patienter et on verra ce que ça donnera donc d’ici quelques jours. J’espère qu’ils ne vont pas créer trop de problèmes. »

« Si cela doit arriver, ils entendront parler de moi, Manelena. Il y a des règles à respecter et les gnomolds ne font pas exception à la règle. »

« Si seulement … on a aucune nouvelle des autres hein ? C’est confirmé ? »

Il hocha la tête positivement pour signaler que oui, il n’y avait rien du tout. C’était triste mais bon … Ils ne pouvaient rien y faire pour le moment, il ne fallait pas que Manelena l’oublie. Pendant ce temps, Elen s’était rapprochée du couple d’honoriens, les regardant avec un petit sourire amusé avant de dire :

« Vous allez bien tous les deux ? Royan et Manelena ne vous embêtent pas trop ? »

Comme un peu étonné qu’elle parle aussi familièrement de deux personnalités royales comme si de rien n’était, Herik resta perplexe pendant quelques secondes avant de se prendre un coup dans la hanche de la part d’Inna :

« Tu pourrais répondre à la demoiselle hein ? Elle ne va pas te manger non plus. »

« Non mais enfin bon … Tu n’es pas obligée de me forcer de la sorte non plus hein ? »

« Il le faut bien, tu es toujours autant intimidé devant les autres. Dire qu’au combat et ailleurs, c’est tout le contraire, une vraie bête ! »

« Inna ! Ca ne se dit pas à voix haute ces choses là ! »

« Oh … Tu parles par rapport au combat ? C’est pas faux. » déclara la demoiselle en éclatant de rire, Elen ne faisant que sourire doucement, attendant qu’ils lui répondent. « Enfin bon, vous en faites pas, mademoiselle … Elen. Je le taquine un peu mais sinon, nous sommes très bien accueillis par le roi de Traslord. Nous nous attendions pas d’ailleurs à ce qu’il nous accepte aussi vite, on a été plus étonnés qu’autre chose. »

« Hahaha, je vois, je vois. C’est vrai que d’après ce que Manelena m’a dit, Royan a été assez … « difficile » ces derniers mois mais ça va beaucoup mieux maintenant. »

Petit sourire encore de la demoiselle aux cheveux blonds. Elle était visiblement très amusée par le couple … et jalouse un peu. Oh bien entendu, elle évitait de le montrer directement car ça ne se faisait pas. Ils étaient tous les deux agréables.

« Mais bientôt, nous allons devoir retourner dans nos clans respectifs, enfin notre clan maintenant vu qu’ils ont fusionnés. La seule inquiétude réside dans leurs réactions par rapport aux démons. Nous étions plutôt opposés à tout contact pacifique avec eux mais je pense que l’on pourra faire entendre nos voix par rapport à ce qui se passe. Nous voudrions juste avoir quelques nouvelles par rapport aux gnomolds avant de partir. »

« D’ici une grande semaine, je pense que vous aurez vos réponses. Ca fait déjà une semaine non ? Vous pouvez reporter votre départ d’une semaine encore, non ? »

« Je pense que c’est un peu plus compliqué que ça mais je laisses Hérik gérer tout ceci. Ce qui est plus ou moins intellectuel, c’est son domaine. »

Et voilà qu’elle repartait dans un rire de sa part. L’honorien passa une main derrière son crâne, se grattant le derrière de l’oreille droite d’un air gêné. Ah … Il finit par murmurer :

« Je m’excuse de la conduite de ma femme. Elle est vraiment … unique, dira t-on. AIE ! »

« Tu veux voir qui finira unique et seul s’il continue à parler de moi comme ça hein ? »

Ah … Oui, elle était vraiment jalouse en fin de compte. Une telle complicité dans ce couple, c’était un peu rageant mais bon … Ah ! Elle s’excusa, signalant qu’elle allait revoir sa fille. De toute façon, ce n’était pas comme s’ils avaient des choses à faire non ? Elle se dirigea vers la sortie de la salle du trône mais les double portes s’ouvrirent, un soldat alarmé s’écriant :

« ROI ROYAN ! ROI ROYAN ! Les gnomolds sont de retour ! »

« Excellente nouvelle mais … pourquoi cette peur dans la voix ? »

« Ils … Ils … Ils ont ramené des démons avec eux ! » termina de dire le soldat. Des démons !

Laisser un commentaire