Chapitre 13 : Une lourde décision

Chapitre 13 : Une lourde décision

« Sephyria, les ordres sont les ordres. Dorénavant, vous avez une interdiction de quitter la ville tant que l’on ne vous en donne pas l’autorisation. De même, nous allons mettre des membres de la Triafa dans les pièces voisines et … »

« Ca ne serait pas plutôt déjà le cas ? Tu parles comme si ce n’était pas déjà fait … mais je ne suis pas dupe et Emairon non plus. Vous nous espionnez depuis le début. »

« Hahaha … Oui ! C’est exact ! Tu es déjà surveillée depuis le début, Sephyria mais il faut dire que tu es … problématique depuis quelques temps … En fait, depuis ton passage en Inglaterre pour être précise. Emairon, vous deux, laissez-moi seul avec elle, j’ai à lui parler en tête à tête. Il faut qu’elle comprenne … »

Il avait dit cela sur un ton faussement mielleux mais qui sonne surtout plus que sinistre. Emairon semblait plus que réticent tandis que les deux hommes quittent déjà l’appartement. Néanmoins, Sephirya regarde son frère, hochant la tête pour lui dire que ce n’était pas bien grave. Qu’il se rassure. Finalement, Emairon quitta la pièce à son tour, Loïc posant ses yeux dans ceux saphir de la jeune femme.

« Sais-tu ce que tu as fait exactement ? Est-ce que tu comprends exactement ? »

« Est-ce que je dois me répéter pour que cela rentre dans ton crâne Loîc ? Ce n’est pas parce que tu as un poste privilégié que je vais mâcher mes mots par rapport à ta pathétique personne. Oui, tu es pathétique, note-ça dans ton crâne. »

« Hahaha ! Mais qu’est-ce qui a pu changer en quelques mois pour que tu sois aussi rebelle ? Auparavant, tu ne commettais pas ce genre d’idioties, non ?  Hum … Qu’est-ce qui s’est passé en plusieurs mois ? Qui aurait pu te faire changer d’avis ? J’ai peut-être ma petite idée … Mais qu’importe … Je pense que tu t’en doutes, n’est-ce pas ? »

« … … … Tu te trompes lourdement. Et pas un peu … mais de beaucoup. »

« Oh ? Je me trompe donc si je prononce ce nom ? Ric Auré ? Le fameux fils de celle qui t’a mise au monde grâce à ses progrès génétiques ? Et pourtant … Ah … Vraiment … Je pensais que tu voulais le tuer mais au final, tu te lies d’amitié avec … Oh non ! Je sais particulièrement bien ce que tout ça veut dire, n’est-ce pas ? »

Elle commence à trembler de rage. Qu’il se la ferme ! Elle ne pense à rien de tout ça ! Elle a toujours … envie de trouer la peau de Ric ! Oui ! Elle veut le tuer !

« Je vais te le dire clairement pour que cela montre ce que tu es : tu as envie de copuler avec lui, tu as envie de te reproduire, malgré tout ce que tu annonces clairement, malgré cette haine des humains. Tu le sais parfaitement que tu ne peux pas t’empêcher d’avoir ce feu qui t’anime dans ton bas ventre, n’est-ce pas ? »

Il est vulgaire, très vulgaire, il emploie les mots qui ne cessent de la rabaisser. Et il semble s’en satisfaire plus que tout. Il est heureux … très heureux de la faire souffrir comme ça. Elle … Elle qui n’a jamais supporté les humains depuis plus de vingt ans ou presque ! Elle … Elle … Elle se laissait amadouer par Ric ! Mais elle ne savait même pas pourquoi !

« Peut-être est-ce que tu as un sentiment étrange en le voyant ? Peut-être est-ce tout simplement cela ? Comme si tu le connaissais depuis des années ? Hahaha ! Peut-être non ? Mais sache une chose … Tu ne pourras jamais être comblée, jamais … car avec tes derniers agissements, la Triafa a décidé de sévir. Dorénavant, tu vas avoir un maître d’office, que tu le désires ou non. Tu n’auras guère le choix. Prépare-toi d’ici quelques jours … Il en sera de même pour Emairon bien que lui, cela peut attendre. Tu iras rejoindre ta sœur et tu sauras alors à quel point elle souffre. Oh … Si tu ne veux pas souffrir, tu peux toujours tenter de t’enfuir, n’est-ce pas ? Mais est-ce que tu aurais assez de cran pour cela ? La réponse, tu la connais si bien … Ta famille … Ceux que tu considères comme ta famille, tu ne peux pas les laisser seuls, non ? Pense donc à elle … Cette pauvre petite fille dont le corps n’a jamais grandi à cause des sévices … »

« Dé… Dégage … Sinon … Je te promets … Je te promets que mes flammes iront jusqu’à consumer tes os, Loïc ! »

« Oh … Maintenant que tu es prévenu, je n’ai plus aucune raison de rester. »

« Tu es fier de toi hein ? Tu es fier de toi hein ? »

La jeune femme aux cheveux bleus peste contre le vieil homme alors que celui-ci se lève, un sourire aux lèvres. Un sourire de vainqueur … Elle le regarde partir de l’appartement, de nombreux pas se faisant entendre. Elle le hait … Elle hait cet homme … Elle hait tous les hommes et toutes les femmes ! Elle les hait tous ! ELLE VEUT LES VOIR DISPARAITRE ! TOUS ! Sauf …. Peut-être Emairon qui vient de revenir auprès d’elle.

« Pensée. » dit-elle tout simplement, Emairon hochant la tête positivement. Le message est très clair. La conversation se fera dans la tête de chacun.

« Qu’est-ce qui s’est passé, Sephyria ? Tu as l’air toute chamboulée. »

« … … … Si je quitte la Triafa, est-ce que tu veux bien m’accompagner ? »

« Qu’est-ce que … Soeurette … Pourquoi est-ce que tu penses ça ? Pourquoi ? »

« C’est ça … ou je préfère encore me donner la mort plutôt que de servir un homme que je hais complètement ! »

« Est-ce que Loic t’a fait quelque chose, Sephyria ? Enfin, il t’a dit quelque chose ? Est-ce que ça concerne Ric ? Mais tu ne détestes pas Ric, non ? »

« CA N’A RIEN A VOIR AVEC CA ! Est-ce que tu m’accompagneras ou pas ? »

« Je … Je ne sais pas trop … Je ne veux pas les laisser toute seules, Sephyria. Surtout pas elle … Je sais bien que Roubé n’aura aucun souci à se débrouiller car elle est aussi une forte tête comme toi … mais … quant à elle … »

« Je n’ai pas envie de la laisser seule non plus mais je n’ai pas le choix, Emairon. C’est ça ou alors, je me retrouve forcée à être liée à quelqu’un que je ne supporterai pas. Je ne veux pas perdre le contrôle de mon corps et suivre aveuglément une personne ! »

« Sephyria, pourquoi est-ce que tu n’irais pas voir Ric ? Ca serait déplaisant d’être liée à lui ? Pourtant, vous aviez l’air de bien vous entendre tous les deux non ? » demande le Gallame alors qu’elle émet un grognement.

« J’ai pas le temps de penser à des stupidités de la sorte ! Tu m’accompagneras ou non ?! Je veux que tu retrouves Lania. Au moins, vous serez définitivement réunis tous les deux. »

« Je … ne sais pas … Je dois y réfléchir. »

Qu’il réfléchisse et vite. Elle ne va pas perdre trop de temps. D’ici demain ou après-demain, elle quitte cet endroit et que la Triafa tente de l’arrêter ! Ils risquent d’être surpris, très surpris même ! Mais ça ne sera pas de façon amicale. Elle est prête à me battre. Ah oui … Elle ne doit pas m’enfuir selon Loïc ? Qu’il aille au diable, cet homme ! Il pense vraiment pouvoir lui donner des leçons ou lui faire une remarque ? Il rêve !

« Sephyria … Est-ce que nous chercherons quand même … »

« Ca me parait évident de mon côté. Je ne compte pas l’abandonner. Et ils en ont besoin donc ils … ne la tueront pas. Mais elle risque de souffrir. D’ailleurs, je ne l’ai plus vue depuis tout ce temps. Je me demande ce qu’elle devient … »

« Tu te rappelles comment elle murmure nos noms ? Ca me fait si mal de l’entendre à chaque fois … J’espère qu’elle trouvera sa forme adulte … un jour … D’ailleurs, c’est quoi le dernier nom ? Je ne m’en rappelle plus. »

Le dernier nom ? Ah oui … C’est vrai. Ah ben zut … Elle ne s’en rappelle plus elle aussi. Enfin, ça ne doit pas être si important que ça quand même. Mais elle a pris sa décision … Maintenant, elle doit la mettre en application le plus rapidement possible.

Laisser un commentaire