Chapitre 22 : Arrivée de renforts

Chapitre 22 : Arrivée de renforts

« C’est bien plus problématique que prévu. »

Je parle en même temps que la femme à l’écran sur la télévision. Il faut dire que je me tiens au courant des dernières informations et elles ne sont pas joyeuses. Bien entendu, il y a des journalistes de terrain mais ce n’est pas ça le problème.

« Ric … Ces explosions et ces attentats … au sein même de l’armée … Est-ce que ça veut dire ce que je pense ? » me demande Lania avant que je n’hoche la tête.

« Il semblerait que ça soit très mal parti si tu veux tout savoir. Du moins, que ça ne soit pas aussi simple que ça. Même si l’armée internationale arrive, le gros problème sont les pokémons humanisés. Ils sont vraiment capables de faire bien mieux que ce que je ne le pensais … Ils ont pu apercevoir un homme aux cheveux verts avec des fleurs sur le crâne. D’après la description, j’en ai déduit que c’était un Joliflor. »

« Ce n’est pas un pokémon plante ? Comme l’Haydaim ? »

« C’est pourtant le cas. Je dois t’avouer que ça ne me rassure pas du tout. »

Mais je ne sais pas vraiment ce que je peux faire d’autre. Pour le moment, même si ça ne fait qu’une journée, je dois encore me reposer. Après les évènements de la dernière fois, c’est la moindre des choses même si je suis un peu pressé de retourner sur le terrain. Car oui, je veux régler cette histoire et retourner en Fronse. J’aimerai aussi en terminer définitivement avec la Triafa mais je ne dois pas rêver. Je ne suis qu’un homme et rien d’autre.

« Lania ? Si tu es prête, je vais contacter l’armée pour que nous nous rendions là-bas. »

« Si tu penses que c’est le meilleur moyen … Je suis prête depuis le début. »

« Tant mieux alors. » souffle-je avant de soupirer légèrement. Je ne me sens pas rassuré le moins du monde avec toute cette histoire. Je manque de confiance, ce n’est pas normal.

Pas normal du tout mais je ne peux pas l’expliquer. Je regarde Lania, celle-ci me faisant un petit sourire. Je me lève du lit sur lequel je m’étais couché, réfléchissant à la situation. Qu’est-ce que je dois faire ? Ah oui … Passer un appel. Peut-être que Casior a quelque chose à m’apprendre ? Je commence à le contacter, attendant qu’il décroche mais ce n’est pas lui mais Alphonse qui me répond.

« Ric ? Qu’est-ce qu’il y a ? J’ai appris au sujet de la Calambie. »

« Ce n’est pas très joli, je le sais parfaitement. Mais bon, c’était surtout pour savoir si tu avais des nouvelles à nous donner ou non. »

« Des nouvelles ? Pas forcément des bonnes si tu veux tout savoir. J’ai appris au sujet de la base de la FAPC. Nous avons envoyé des hommes sur le terrain. Enfin, pas moi personnellement mais la Fronse. »

« Et donc, ce n’est pas une bonne nouvelle ? J’ai du mal à te comprendre. »

« Ce n’est pas là où je voulais en venir. » déclare la voix d’Alphonse dans le portable alors que j’hausse un sourcil, invisible pour lui puisque je ne l’ai pas en face.

« J’y viens justement. Je veux te prévenir que malheureusement, il semblerait que des mouvements suspects de la Triafa se sont fait voir dernièrement. Plusieurs avions sont partis en direction de la Calambie. »

« Des renforts aussi pour eux ? Je ne pensais pas que la FAPC était aussi importante pour eux que ça … Même si dans le fond … Ca ne m’étonne pas. »

« Tu devrais plutôt être étonné, Ric … car il y a des chances que ça ne soit pas pour la FAPC qu’ils viennent mais pour toi. »

Heureusement que Lania n’entend pas ce qu’Alphonse dit. Heureusement qu’il ne parle pas trop fort et que je n’ai pas de quoi mettre un haut-parleur sur mon portable. Moi ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Je sais bien que je suis un peu visé mais quand même …

« Est-ce que tu es sûr de ça, Alphonse ? Pourquoi ? »

« Nous avons pu écouter une conversation et la retranscrire. C’est ce qui a été signalé, je ne te fais que rapporter ce que j’ai entendu. Je suis désolé mais il faut que tu fasses extrêmement attention, d’accord ? Il se peut qu’ils aient envoyé plusieurs de ces … pokémons humanisés pour venir te chercher et t’éliminer. »

« Ils peuvent toujours courir. Je ne suis pas du genre à me laisser faire. »

« Ric ? De quoi est-ce que tu parles ? » me demande subitement Lania, se levant pour venir me rejoindre. Et merde ! J’ai fait une connerie là !

« Je te rappelle, Alphonse ! J’ai autre chose à régler ! »

« Hey ! Mais attends, je ne t’ai pas encore prévenu que … »

Je coupe la communication, me tournant vers Lania tout en souriant un peu nerveusement. Je vais avoir du mal, beaucoup de mal là. D’ailleurs, elle a déjà la main qui se tend vers moi, me souriant avant de dire :

« Est-ce que tu veux que je lise dans tes pensées ? Ou alors, tu vas me le dire ? »

« La Triafa a envoyé des renforts juste pour tenter de m’éliminer. »

« … … … Ce n’est pas très drôle. Tu n’as même pas essayé de résister ne serait-ce qu’un peu. » murmure-t-elle sur un petit ton déçu.

« Disons que ça ne servait à rien de me battre contre toi à ce sujet. Enfin … Voilà, tu es maintenant au courant. C’est tout ce que j’avais à te dire. Désolé, Lania. Ce n’est pas très joyeux mais bon, ça ne va pas m’empêcher d’y aller, je te préviens. »

« Et moi de t’accompagner. Tu les rappelles une nouvelle fois ? Du moins, cette fois-ci, tu appelles pour prévenir qu’on va sur le terrain nous aussi ? »

Ouf … Elle n’a pas fait de cinéma comme quoi c’est trop dangereux ou autre. Je suis aussi un peu déçu qu’elle ne se préoccupe pas plus que ça de ma santé. Je crois que je suis en train de faiblir psychologiquement. Ne plus être son centre d’intérêt m’attriste un peu. Je passe un coup de fil, des hommes viendront nous chercher dans quelques heures.

J’ai donc le temps de me préparer normalement. Je demande à Lania de faire de même mais au final, qu’est-ce que nous avons à préparer ? A part mes balles dans mon pistolet, voir si mes deux pokémons vont bien … et je suis prêt. Oh … Prêt mais anxieux en même temps. Je ne suis pas sûr de la démarche à suivre. Si je revois Séphyria, qu’est-ce que je suis sensé faire ? Si je revois Emairon aussi ?

Ces deux pokémons ressemblant parfaitement à des humains … Je ne sais pas … Je ne sais pas ! JE NE SAIS PAS ! Ca m’enrage intérieurement de ne rien savoir ! Je ne suis plus un policier ou quoi ? A la base, je suis là en quête d’informations ! Rien d’autre ! Et là … Je n’ai rien … Rien du tout. Je ne sais pas ce qui m’attends réellement.

« Ric ? Tu ne parles plus depuis que nous sommes montés dans l’avion. »

Cela fait maintenant quelques heures et je suis bel et bien dans l’hélicoptère, assis à côté de Lania. Elle a remarqué mon air préoccupé. Je ne peux pas lui mentir car ce n’est plus possible. Je peux donc juste faire autre chose …

« Ce n’est pas quelque chose qui te concerne, Lania. Je suis désolé mais je préfère ruminer mes pensées tout seul si ça ne te dérange pas plus. »

« Comme tu veux … Je ne vais pas te forcer à te confier à moi. »

Tant mieux, c’est une bonne chose. Je pense à Séphyria. C’est bête mais je pense à elle. J’aimerai vraiment pouvoir lui parler au calme … comme je peux le faire si souvent avec Lania. Mais ce n’est pas possible, c’est une ennemie.

C’est une ennemie … Une ennemie. Je me focalise sur cette idée. Nous ne sommes pas alliés ou autres. Peut-être que sa rune voulait me tuer ? Peut-être que sa rune lui permet de m’avoir sous son contrôle ? Et si sa rune se retirait, est-ce que le poison reviendrait en moi ? Il faut que j’envisage le pire. Je ne peux pas faire confiance à cette femme. Pas du tout. L’hélicoptère atterrit finalement, au beau milieu d’une zone déboisée pour permettre aux nouvelles troupes d’arriver. Il est temps d’en finir.

Laisser un commentaire