Chapitre 4 : De simples objets

Chapitre 4 : De simples objets

« Tu veux que je me répète, fiston ? » reprit Mimi alors que Crusaé et Metsubi restaient là, sans bouger. Elles étaient statufiées ou presque par la réaction de l’adolescent.

« Je ne vois pas ce qui vous permet de m’insulter de la sorte, mère. » dit l’homme aux cheveux violets, passant une main dans ces derniers puis sur son visage dégoulinant de sueur.

« Oh … Et si tu réfléchissais un peu … Essaye voir de penser un peu aux sentiments de Luculos par rapport aux quatre clones qu’il a pu voir. »

Hum ? Il ne voyait pas du tout où était le problème personnellement. Il poussa un profond soupir, réfléchissant à ce qui s’était passé. Hum … Non … Ce n’était pas un problème … personnellement … Mais par rapport à Luculos ?

« L’attachement de l’adolescent envers les trois oiseaux légendaires ? Ce ne sont que des broutilles sans importance. Il n’y a rien à regretter. Elles sont mortes mais Arceus les ramènera à la vie et décidera alors de leur laver le cerveau. Je ne vois pas où est le mal dans mes actions. » dit l’homme tandis qu’elle passait à côté de lui, l’ignorant à moitié ou presque.

« Sincèrement … J’ai de la peine pour toi. Au final, tu l’as dit toi-même. Arceus va les ramener à la vie après que tout cela soit fini … Elle leur lavera le cerveau … Mais toi, tu ne fais guère mieux. Il en est de pareil pour tes actes. Dans le fond, tu es comme elle … Donc tu n’es guère mieux. Mais bon … On n’est ce que l’on est hein ? Je continuerai de t’aider car tu es mon fils mais ne pense plus à me voir comme ta mère, nous n’avons plus de relations. Tu sais … Ces fameuses relations dont tu en as rien à faire en tant que légendaire … Car tu estimes comme cette Arceus que cela est parfaitement inutile … Mais bref … Je ne vais pas perdre plus de temps avec ta personne, Gégé. Je vais aller m’occuper des deux filles qui ont surement plus besoin de moi que toi. » termina la fille aux cheveux roses, délaissant complètement l’homme qui restait immobile.

Hum … Elle lui lançait une longue tirade. C’était plutôt rare … voir unique en son genre. Avait-il vraiment fauté ? Et puis, elle venait de renier leur relation. Lui, à la base, d’après les principes même … Non … Il se tourna vers Mimi, répondant :

« Je suis néanmoins ton fils … De sang … »

« Mon fils ? Je ne crois pas. Tu t’es complètement trompé, Gégé. Tu es seulement un clone issu de ma chair, tu as peut-être mon code génétique mais tu n’es en rien mon fils. Un être comme toi ne le sera jamais. »

« Hum ? Ce que tu dis est véridique. Nous ne sommes pas fils et mère. Je ne suis que ton clone, je dois me le rappeler. » répondit l’homme avant de s’éloigner, retournant dans la base tandis que Mimi faisait une mine boudeuse.
Pfff … Elle espérait que cela lui serve de leçon. Elle-même avait déjà fait souffrir Luculos dans le passé et elle s’en voulait bien qu’elle n’allait pas le crier sur tous les toits. Lui, par contre … Gégé … Il était plus mature que les autres à cause de ses origines … Alors, pourquoi avait-il fait une telle chose ? Il le savait parfaitement que cela allait faire souffrir l’adolescent. Il n’avait aucun sens moral … et elle était en partie responsable de cela.

« Bon … Les filles … Il n’y a pas à s’en faire … Du moins, pas autant que ça … au point de se mettre dans cet état non plus hein ? »

Elle s’était rapprochée des deux adolescentes, celles-ci levant leurs yeux en sa direction. Ah … Bon … Qu’est-ce qu’elle pouvait faire ? Ah oui … Elle claqua des doigts, les téléportant toutes les trois dans la chambre de l’adolescent.

« Il … Il n’a pas apprécié ce que Gégé a fait. Nous aussi, ça nous choque … » commença à dire Crusaé tandis que Metsubie restait muette :

« Pas forcément … choquée … pour ma part. Je m’en doutais à force d’être présente dans l’Ultime Elément depuis quelques années. »

« Que vous soyez choquées ou non … Ca ne change rien à l’histoire. Je pense que ce qui vous gêne le plus à l’heure actuelle, c’est la réaction de Luculos. Pour ma part, je la comprends parfaitement. » répondit la fille aux cheveux roses.

Qui ne pouvait pas la comprendre ? Elle … Crusaé … Elle … Elle ne pouvait pas réellement la comprendre … Elle ne savait pas ce qui s’était passée pendant cinq ans … Cinq longues années … Elle ne connaissait pas plus que cela l’histoire en rapport avec Oméra, les oiseaux légendaires, toutes ces personnes. En cinq ans, tout avait tellement changé … Elle s’était assise sur le lit, ramenant ses jambes vers son visage tout en disant :

« Sa relation … Tout ce qu’il a vécu … C’était si important que ça ? »

« Plus que tout, Crusaé. Sache que Luculos a perdu sa famille à l’âge de cinq ans … Cinq ans … Et il a vu ses parents mourir devant lui. A côté, il a essayé de s’attacher à toutes les personnes qu’il côtoie et cela depuis des années. Pourtant, malgré tout cela, il remarque qu’on n’a pas arrêté de se servir de lui comme d’un objet, que cela soit d’un côté en tant « qu’élu » tandis que de l’autre, il fait « ramasseur » de cadavres légendaires. Enfin, toutes les personnes autour de lui sont mortes et sont considérées dans le même état que lui … Objets, outils, tous et toutes sont uniquement des êtres dont ceux supérieurs à vous peuvent se débarrasser d’un claquement de doigts. Metsubi elle-même sait de quoi je parle puisqu’elle l’a vécu personnellement … A côté, Crusaé … Toi-même, emprisonnée pendant cinq ans, tu sais la vérité … Tu sais que tu n’es qu’une « face » d’Arceus, n’est-ce pas ? »

« Je le sais parfaitement … Pas besoin de me le rappeler hein ? » marmonna l’adolescente sans rien dire de plus tandis que Metsubi était complètement muette.

« Dans le fond … Voir des clones de celles qu’il a perdues, cela ferait mal à n’importe qui … Surtout pour quelqu’un comme Luculos qui est très fragile psychologiquement. »

« … … … Je le sais très bien mais … Nous devrions l’attendre alors si j’ai bien compris. » murmura Metsubi à son tour.

L’attendre ? Et l’accueillir comment ? Après ce qui s’était passé … Cette sauvagerie … Elle-même ne la connaissait pas … D’habitude … Il tuait discrètement … Enfin, non, ce n’était pas la même chose. Ce n’était pas pareil ! Ce qui s’était passé … C’était différent, vraiment différent du reste. Ah … Elles devaient se préparer toutes les deux à le recevoir.

Il venait d’atterrir au beau milieu de la forêt, un genou au sol alors que les ailes disparaissaient les unes après les autres, ne laissant plus que celles de Lasty. Avec lenteur, il se redressa, caressant les plumes de ses ailes. Il s’était un peu perdu … Mais il suffisait après de se rendre dans les airs … pour retrouver son chemin mais … Il ne voulait pas rentrer.

« A quoi ça leur sert … De faire une telle chose ? A quoi ? La vie n’est-elle pas plus importante que ça à leurs yeux ?! Et l’éthique ?! Et la morale ?! »

Il tapa du poing contre le sol, celui-ci se gelant sur environ deux mètres de diamètre alors qu’il sanglotait. Lasty … Il avait revu Lasty … Elle avait parlé … Mais ce n’était plus la même … Il voulait obtenir … lui aussi ce pouvoir … les faire revenir à la vie … Mais il n’en avait pas la capacité. Si … Peut-être qu’avec les pouvoirs d’Arceus … Lorsqu’il sauverait Crusaé, il pouvait bien lui demander ça ? Non ?

« Non … Non … On ne peut pas … Il ne faut pas refaire vivre … juste pour le plaisir … Cela pourrait procurer de nouvelles souffrances … Non … Non … Et non ! »

NON ET NON ! Il ne voulait pas ! Il voulait ! Il ne savait plus quoi penser ! Est-ce que Gégé avait ramené Omera et les autres à la vie aussi ?! Ca n’avait pas été un rêve ces quelques fois où il avait aperçu les personnes qu’il aimait devant ses yeux ?! En pleine ville ?! Il pouvait … demander une telle chose … Il pouvait demander à Gégé de ramener Omera … Omera … OMERA ! La Luxray ! Revoir la Luxray en chair et en os ! Revoir la jeune femme … Ah … Ah … Et puis, il avait grandit depuis le temps ! Il était devenu un adolescent ! Il avait bientôt seize ans non ?! La différence d’âge était risible ! Ah … Ah …

« OMERAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA ! »

Il s’écroula à genoux. Omera … Revoir Omera … La revoir … La Luxray … Elle aussi avait été utilisée comme un objet par son ancien maître … Puis jetée, maltraitée … Il y avait tellement de choses. Mais pourquoi est-ce qu’il était tombé amoureux d’elle ? Il n’arrivait pas à comprendre sur le moment mais après … Quand il y pensait plus sérieusement. D’abord … Cela avait été son corps … Puis il y avait aussi son franc-parler … Le langage qu’elle avait utilisé envers lui … Et puis, peu à peu, il y avait eut de plus en en plus de petites choses insignifiantes pour autrui mais si importantes pour lui. La découverte de son passé, puis l’acceptation d’être son « dresseur » alors que ça n’a jamais été le cas réellement … Puis, la scène dans le lit, celle du pendentif, les petits repas en tête à tête … Il s’en rappelait … Puis les mini-scènes de jalousie malgré le fait qu’elle soit deux bien plus âgée que lui … Quand Metsubi était trop près ou alors une autre femme … Puis, quand elle lui essuyait la bouche quand il mangeait comme un petit Spoink. Ah … Ah … Est-ce que c’était normal … d’aimer une personne plus âgée que soi ? De continuer à l’aimer tout en vieillissant … De continuer à aimer même quand elle n’était plus là ? De vouloir espérer qu’elle revienne ?

« Je … Je … Ah … Crusaé et … Metsubi … Elles sont si importantes … Peut-être qu’elles me feront oublier un jour Omera ? »

Il hocha la tête négativement. Ce n’était pas bon de penser à ça … tant qu’il n’avait pas la confirmation qu’Omera était morte … Non … Il la revoyait, accompagnée de Cassy … Il revoyait son regard désolé et triste malgré le sourire qu’elle arborait … quand il fut projeté au-dehors de la caverne avant qu’elle ne s’écroule. Pourquoi maintenant ? Pourquoi il continuait de penser à ça ? Car il … pensait aux clones ? Cloner … Omera ?

« Te voilà enfin … Luculos. »

Hein ? Il arrêta d’observer le sol, tournant son visage vers l’origine de la voix. Une voix masculine, sombre, lugubre et pourtant dénuée d’émotion. Il était là ? Qu’est-ce que … Rokan faisait ici ? Il sécha ses larmes, balbutiant :

« Rokan ? Où est-ce que … Qu’est-ce que tu fais là ? Et Ariné ? Attends un peu … »

Il était recouvert de sang, ses vêtements étaient tachés par le liquide rouge. Mais … En plus, il semblait séché … comme si il l’avait sur lui depuis des jours. A côté, il semblait salement blessé, surtout au torse mais en même temps, si vif … Comme si il ne ressentait rien.

« Ariné est morte. Tu vas la rejoindre, Luculos. »

Qu… Quoi ? Il fit un saut en arrière, s’envolant alors qu’une lame d’eau venait tracer une entaille dans le sol sur plusieurs mètres de longueur. Qu’est-ce qui lui prenait ?! Cette affaire n’avait-elle pas été réglée ?! Ce n’était pas normal. Quelque chose … clochait.

Laisser un commentaire