Chapitre 5 : Le désespoir est partout

Chapitre 5 : Le désespoir est partout

« Madame Déusia … Répondez … Répondez-moi … » chuchota mentalement la jeune fille aux cheveux blonds alors qu’elle restait en arrière. Déusia était couchée sur le sol, les yeux grands ouverts alors que son corps ne bougeait plus.

« … … J’aurai préféré mourir tout de suite. Désolée, Jéwaly. » répondit-elle à Jéwaly, sa respiration semblant de plus en plus difficile alors qu’elle tournait son visage vers Hélys. Les morceaux de métal sur le corps de l’adolescente étaient en train de tomber les uns après les autres. L’adolescente titubait, se dirigeant vers Arceus, les larmes aux yeux.

« Maman … Maman … Ca brûle en moi … Ca brûle ! Je ne … Je ne sais pas ce que cette femme a fait mais ça fait mal ! Maman ! »

« N’as-tu donc pas écouté ce qu’elle a dit ? Tu n’écoutes jamais rien de toute façon. » murmura Arceus sur un ton légèrement irrité, s’étant levé de son trône. Elle ne semblait guère avoir apprécié le petit tour de passe-passe de la part de Déusia. D’ailleurs, son regard était tourné vers la jeune femme, la fixant longuement. « Vous êtes pathétiques … tellement pathétiques que cela en devient plus qu’énervant … Vous me fatiguez et vous me lassez … Toujours avec ces relations qui n’ont aucun sens entre des créatures légendaires. Depuis quand doit-on laisser les sentiments prendre le dessus, n’est-ce pas ? Tu voulais mourir … Je vais donc exaucer ton souhait. »

La femme aux cheveux gris pointa un doigt en direction de Déusia, un pieu de pierre sortant du sol, la transperçant en plein torse. Néanmoins, l’irritation de la déesse ne semblait pas avoir disparu, celle-ci murmurant entre ses dents :

« Tsss … Elle était déjà morte avant même de recevoir mon coup. »

« Maman … Maman … Ca fait si mal … Maman … MAMAN ! » s’écria Hélys, arrivant à la hauteur d’Arceus. Son visage était en sueur, sa peau craquetant comme si elle pelait. Elle haletait fortement, sa main droite tirant un peu sur la robe d’Arceus.

« Hum ? Hélys ? Je pensais que tu allais être plus efficace que cela. Et résultat ? Tu n’as emmené aucune personne dans la mort. Est-ce tu es au final aussi pitoyable que les autres ? »

« Pardon Maman … Pardon … Mais, mais … Cette femme m’a fait … m’a fait si mal … Je n’ai pu termi … » bafouilla l’adolescente avant de se prendre une baffe de la part d’Arceus.

« Arrête tes excuses. Tu n’as servi à rien. Pourquoi t’ai-je donné une partie de mes pouvoirs si c’est pour que tu me déçoives de la sorte ? Comme les autres, il semblerait que ton temps se soit écoulé. Je vais récupérer ce qui m’appartient alors … avec quelques bonus. »

« Maman … Maman … Tu me fais peur … » balbutia Hélys alors qu’Arceus s’approchait d’elle, une main dirigée vers son visage. Déjà une forte lueur orange apparaissait autour de la main d’Arceus, l’adolescente étant incapable de bouger.

« Je ne peux vraiment pas te permettre cela. »

Mistria s’était téléportée pour faire face à Arceus, la femme retirant sa main alors qu’Hélys ne savait pas quoi dire. Pour … Pourquoi est-ce que cette femme venait se mettre entre elle et sa mère ? Pourquoi ? De toute façon … Sa mère n’oserait pas lui faire du mal. Sa mère n’était pas comme ça, pas du tout. Arceus chuchota :

« Je pensais que tu étais quelqu’un de raisonnable … Tu devrais plutôt attendre ton tour. »

« Et te laisser tuer Hélys sans rien faire ? Tu es vraiment un échec … Que ça soit en tant que déesse, en tant que femme et en tant que mère. Tu ne seras jamais l’égale de l’ancienne Arceus. » murmura Mistria, Arceus restant imperméable à ses paroles.

« Peut-être devrai-je au final d’abord m’occuper de toi avant que tu n’ouvres encore plus grand cette bouche qui se permet de proférer de telles paroles. »

« Si tu voulais te montrer effrayante, c’est raté, Arceus. Tu ne toucheras pas à un cheveu d’Hélys tant que je serai là. » annonça Mistria, ses yeux devenant complètement roses.

« N’insulte … N’insulte pas MAMAN ! » hurla Hélys bien que sa voix était plus que faible. Autant que la petite flammèche qu’elle envoya dans le dos de Mistria, lui arrachant un petit râle de douleur. La jeune femme se tourna vers l’adolescente avachie sur le sol.

« Je tente de t’aider et c’est ainsi que tu comptes me remercier ? Arceus ne mérite pas une adolescente aussi expressive envers sa mère ! Je tente de … »

« Pourquoi la sauver ? Elle est destinée à mourir, que tu le désires ou non. Le virus de Déusia la consume de l’intérieur, peu à peu, sans qu’elle ne puisse le combattre. »

QUE … Elle n’avait pas oublié Arceus mais ce petit instant d’inattention allait lui être … Elle se retourna avant que la main d’Arceus ne se pose sur son visage, la soulevant d’une trentaine de centimètres au-dessus du sol.

« Tu es dans mes mains, Mistria. Tu ne peux pas t’enfuir ou utiliser tes pouvoirs psychiques … Il est enfin temps que tu débarrasses le plancher. Tu as été la pire adversaire qui soit pour moi. Qu’est-ce que l’ancienne Arceus avait en tête en mettant au monde une créature comme toi ? Capable de tout apprendre, de tout connaître, de tout utiliser ? Etait-ce pour donner une fausse divinité à cette planète ? »

« Maman … Maman … Ah … Ah … J’ai … »

La voix d’Hélys était de plus en plus faible, son corps tremblant alors qu’elle n’arrivait même plus à garder les yeux grands ouverts. Un petit filet de bave s’écoulait de ses lèvres tandis que sa peau craquelée tombait en morceau, dévoilant certaines parties de sa chair à vif.

« Tu me lasses, Hélys. Terminons-en avec toi. »

« Ma… Maman ? » souffla Hélys avant que le sol ne se fissure à ses pieds pour s’ouvrir, l’engloutissant et la brisant de toutes parts. Des gerbes de sang furent projetés hors des fissures alors que l’adolescente n’était plus.

« Maintenant, reprenons là où nous en étions, tu veux bien ? »

La main droite de Mistria se posa sur le visage d’Arceus bien que celle-ci souriait. Ailleurs, les autres femmes étaient venues en aide aux membres de l’Ultime Elément. Mais elles restaient toujours vigilantes et prêtes à aider Mistria. Là … Pour l’instant, avec ce qui venait de se passer, il valait mieux ne pas se mêler de cette bataille personnelle.

« Que comptes-tu faire ? Me blesser ? Avec tes frêles pouvoirs ? »

« Mes frêles pouvoirs … Mes frêles pouvoirs ? Je suis une femme très versatile … capable d’être forte comme d’être endurante … Capable des meilleures choses comme les pires. Tu penses que je ne suis pas capable de plier une fausse déesse ? Je vais te le montrer dès maintenant. Tu comprendras alors que je te ferai regretter ce que tu as fait à Hélys … A Gégé … A Luculos … A tellement de personnes. »

Hum ? Et elle pensait qu’elle allait la laisser faire ? Déjà, les deux femmes commencèrent à charger une énergie démentielle chacune de leur côté. Pourtant, ce fut Mistria qui fut la plus rapide, surement à cause de l’adrénaline gagnée par la mort d’Hélys. Une vague psychique renvoya Arceus au loin, la faisant rouler sur plusieurs mètres et percuter de nombreux rochers tout en les détruisant sur son passage.

« Et ce n’est que le début, Arceus. Maintenant, il n’y a plus personne pour te protéger. »

« Me protéger ? Penses-tu que j’ai besoin de protection ? Alors que tu m’as à peine affectée ? » murmura la femme avec sérénité en se relevant. Malgré sa robe blanche tachée de sang, aucune blessure n’était présente sur son corps.

« Les plaques divines … Ce sont elles qui te permettent … »

« D’absorber tes attaques ? De me soigner ? Deux bonnes réponses. Tu ne peux plus me battre … Vous ne pouvez plus me battre … Il faudrait briser mes plaques … être à l’intérieur même de mon corps pour réussir à m’éliminer. Mais vous avez perdu trop de temps … beaucoup trop ! Vous auriez dû m’affronter tant que je n’avais pas ces plaques ! MAINTENANT, IL EST TROP TARD POUR VOUS ! »

Des lianes vinrent entourer Mistria, la tirant en arrière alors que Sarila lui demandait si tout allait bien. Mistria la remercia pour cette aide alors qu’Arceus faisait maintenant quelques pas en leur direction. Elle marchait avec une telle lenteur, l’air impériale comme si rien ne pouvait l’arrêter ou l’empêcher d’avancer. Crusaé, Metsubi et Perrine étaient revenues auprès de Mistria. Ce fut la Carchacrok qui prit la parole :

« Comment est-ce que cela s’annonce ? J’ai cru … voir Hélys … »

« Se faire tuer, je confirme. Cette femme est une erreur de la nature. Elle n’aurait jamais dû voir le jour. Mais il a fallu que l’ancienne Arceus doute d’elle pour la faire naître. Il faut absolument que l’on élimine cette femme. »

« Morte des mains de sa propre mère … qui ne l’a jamais considérée comme sa fille. Ah, vraiment. Hélys n’a pas eu de chances. Il lui aurait fallu une véritable famille. Des légendaires capables de l’aimer pour ce qu’elle est. Mais maintenant, il est trop tard. » chuchota Crusaé alors qu’elle s’apprêtait comme les quatre autres femmes à combattre Arceus.

« Qu’attendez-vous donc pour venir m’affronter ? »

Arceus s’arrêta au milieu de son avancée, tendant les mains vers les cinq femmes. Peu à peu, une sphère se forma entre ses mains. Composée des couleurs ressemblant à celles de l’arc-en-ciel, la sphère s’était mise à grandir avant qu’elle ne l’explose entre ses doigts. Plusieurs arcs élémentaires volèrent dans les airs avant de retomber sur les membres de l’Ultime Elément.

« NON ! Je ne pourrais pas tous les protéger ! » s’écria Léty, de nombreuses personnes et pokémons s’écroulant ou disparaissant sous les attaques d’Arceus.

Pourtant, une majorité d’entre eux furent sauvés par Mistria, la jeune femme aux cheveux roses utilisant ses pouvoirs psychiques pour les combiner à ceux des deux éons légendaires.

« L’odeur de la mort … est si forte à cet endroit. Si délicieuse, si délicate, un doux parfum émane de cette montagne. Quelle délectable saveur … »

D’où provenait cette voix maintenant ? Aussitôt, les cinq femmes se réunirent, formant un cercle, chacune tournant le dos aux autres pour ne laisser aucun angle mort. Pourtant, ce fut bien au milieu qu’une ombre se forma, prenant peu à peu l’apparence d’une femme. D’un geste doux mais sinistre, elle caressa les cheveux de Crusaé.

« Tu as tellement grandie … Toi et Metsubi, vous êtes devenues deux femmes magnifiques, Crusaé. Ta beauté est aussi somptueuse que celle de l’ancienne Arceus. »

« Qu’est-ce que … AH ! QUI ÊTES VOUS ?! » s’écria Crusaé, se retournant après avoir senti les doigts dans ses cheveux. Aussitôt, les cinq femmes vinrent entourer celle-ci qui se trouvait au milieu d’elles. Des cheveux bouclés de couleur gris, deux yeux bleus et une tenue rayée de noir et de bleu. Elle ressemblait étrangement à quelqu’un … sans l’être exactement.

« Hum ? On est présente pendant plusieurs millénaires voir bien plus … Mais dès que l’on part quelques années, on nous oubli ? Peut-être que mon nom vous dit quelque chose ? »

« Gérine ? Pourquoi avoir mis autant de temps à revenir ? Tu es la seule légendaire capable de mourir deux fois si elle le désire … » murmura Arceus.

« Oh ? Cela ? Et bien, je n’ai aucune explication raisonnable à donner. Je voulais juste voir de plus en plus de morts rejoindre mon royaume de l’autre monde. Visiblement, vous avez fait de l’excellent travail depuis toutes ces années. Et donc, je suis venu le terminer maintenant qu’il ne reste plus grand-chose ? Ce sont eux les derniers remparts de ce monde ? Ca n’a pas l’air d’être grand-chose. » murmura la jeune femme avant de déployer ses ailes noires aux pointes bleues. Elle s’envola, observant la situation alors que les combats ne s’arrêtaient pas malgré son apparition. Arceus la regarda, remarquant le changement de couleurs chez la jeune femme. Qu’est-ce que cela voulait dire ? Elle ne lui connaissait pas … une telle apparence.

« Arceus, vous vous occupez de Mistria et ses amies tandis que je me charge de tous les membres de l’Ultime Elément ? Je pense que ça peut aller comme marché non ? »

Comme marché ? Pour qui est-ce que cette légendaire se prenait-elle ? Néanmoins, se partager le travail n’était pas une mauvaise idée. Hélys morte, une nouvelle personne l’aidait.

Laisser un commentaire