Epilogue : Accomplir ses désirs

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Epilogue : Accomplir ses désirs

« Tu… Tu… Tu… Attend un peu… »

« Quoi donc ? »

« Tu n’es plus la maîtresse de Sinnoh ? Mais qui ? Comment ? Quand ? »

« C’est vraiment tout ce qui t’intéresse ? Et moi dans tout ça ? »

Il était un peu confus et il bafouilla quelques excuses en prenant la main de Cynthia. Non, ce n’était pas ça qui l’intéressait, c’était simplement… elle. Il alla embrasser la main de la jeune femme aux cheveux blonds avec un petit sourire :

« Cela veut donc dire que… »

« Si tu le désires, nous pouvons vivre ensembles désormais. Tu peux aussi me dire que tu as quelqu’un d’autre dans ta vie mais si c’est le cas, je serais forcée de t’étrangler. »

« Non ! NON et NON ! Je n’ai personne d’autre ! »

« Alors prouve le moi. »

Elle fermait les yeux, attendant que le jeune homme fasse quelque chose vers elle. Il se pencha vers Cynthia, caressant ses cheveux blonds avant de la plaquer au sol. Elle ne faisait rien du tout, complètement immobile. Il alla l’embrasser tendrement pendant quelques secondes puis recommença d’une manière un peu plus passionnée. Lorsqu’il retira ses lèvres, elle se lécha les lèvres :

« Hum…Je pense que cela peut suffire comme preuve mais tu ne veux pas qu’on aille ailleurs ? Je ne sais pas trop. »

« Tu n’as aucune idée ? On pourrait aller se promener. »

« Si c’était simplement pour ça, je ne serais pas venue, Thierry. »

« Alors, nous pouvons aller… »

Il prit une profonde respiration, essayant de se concentrer et de se calmer. C’est sûr que maintenant, le mot qu’il allait dire avait une toute autre signification.

« A l’hôtel ? Enfin… Si tu veux. »

« Hum…. Ca peut être une bonne idée. Et qu’allons nous faire à l’hôtel ? »

« Ne… Ne me le fait pas dire ! »

« Hahaha ! Je te taquinais mon grand. Allons y alors. »

« Cynthia, tu ne regretteras pas ta vie passée ? »

Pour toute réponse, elle alla l’embrasser sur le front avant de se lever. Elle remit ses chaussures noires, attendant que Thierry se lève à son tour. Comme si elle pouvait regretter une vie où elle était ancrée la majeure partie du temps dans sa maison à la ligue pokémon. Aucune relation à part celle de sa famille et du conseil des quatre, non elle n’avait rien à regretter ! Dès qu’il se leva, elle colla son corps contre le sien avec tendresse. Le jeune homme posa ses mains sur son dos, marchant avec elle dans l’herbe.
Il leur fallut une trentaine de minutes pendant lesquelles ils se déplaçaient à travers la foule, recherchant un des meilleurs hôtels pour cette journée. Du moins, c’est ce qu’il pensait mais Cynthia le ramena à la réalité. Elle sortit ses pokéballs murmurant au jeune homme :

« Et si… D’abord, nous allions ramener nos pokémons au centre ? »

« Je suis entièrement d’accord. Tu voudrais éviter… une intrusion de Lapinette. »

« Exactement ! Tu comprends très vite. »

Elle rigola, Thierry plongeant ses mains dans ses poches pour sortir ses pokéballs à son tour. Avant de trouver l’hôtel, il fallait d’abord laisser leurs pokémons pour la nuit au centre. Ce fut chose accomplie après une dizaine de minutes, la pokéball rose et brune se mettant à trembler de colère tandis que Thierry disait :

« Ca ne sert à rien, Lapinette. Mademoiselle, occupez vous de nos pokémons s’il vous plaît. »

« Bien entendu. Pour combien de temps ? »

« Quelques jours ! »

Cynthia prononça ses paroles avec enthousiasme alors que Thierry la regardait d’un air légèrement étonné. Cela n’allait donc pas durer qu’une simple nuit, elle avait plusieurs projets pour les jours à venir. Laissant leurs pokémons au centre avec l’infirmière, les deux personnes pouvaient maintenant pleinement profiter d’un moment intime entre eux.

« On y va maintenant ? Ou tu préfères encore un peu de promenade avant ? »

« Hummmmm… Je ne sais pas trop. Je compte bien te garder près de moi toute la nuit mais peut-être que tu préfères attendre un peu… pour plus de romantisme ? »

« Je t’avoue que j’ai un peu le trac. »

« Et moi donc ? Je te rappelle que…Enfin bon, voilà ! Pour l’hôtel, il faudra retourner au mien même si ce n’est pas le grand luxe, ils ont mes affaires. »

« Chez moi ou chez toi ? »

Elle le regarda avec un grand sourire, un peu surprise d’entendre une telle question de la part de Thierry. Elle rigola à nouveau avant de lui pincer la joue :

« Mais c’est qu’il me demande de ces choses le vilain garçon. Ni l’un, ni l’autre. Pour cette nuit, on va loger dans un endroit parfait. Ce n’est qu’une petite ville mais… On va bien quitter celle-ci pour s’en diriger vers une plus grande ? Tu te sens d’attaque pour faire une longue marche bien fatigante ? »

« Si je peux me reposer ensuite… Toujours ! »

Il serra sa main dans la sienne, liant leurs doigts alors qu’ils se mettaient en route pour quitter la ville. Ils n’avaient aucun remords à abandonner leurs pokémons ne serait-ce que pour quelques jours. Après tout, elle et lui pouvaient bien se permettre ce genre de petite folie non ? Surtout pour la première fois !

Plusieurs heures, cinq au total et pourtant, ni l’un, ni l’autre ne semblait éprouver de fatigue. Le fait d’être ensemble suffisait à passer outre leurs pieds endoloris par la marche. Finalement, ils arrivaient dans une grande ville, dix fois plus grande que la précédente où ils avaient laissé leurs pokémons. En y réfléchissant, ils auraient bien put y aller sur le dos de leurs créatures et les laisser dans cette ville mais… Ca n’aurait pas été pareil.

« Fatigué, Thierry ? Ca serait dommage… »

Pour toute réponse, il l’enlaça en l’embrassant tendrement. Elle se laissa faire, goûtant à ce baiser avec délectation. Maintenant, ils n’avaient plus qu’à se diriger vers un hôtel… La nuit était déjà tombée et il devait être plus de vingt-deux heures. Il fallait maintenant trouver un endroit où dormir. Cela ne dura pas très longtemps puisqu’un magnifique hôtel de plusieurs dizaines de mètres de hauteur se tenait devant eux. Ils ne tardèrent pas à demander le prix d’une des chambres les plus luxueuses, montant comme deux amants dans l’ascenseur.

« Tu as un peu le trac, Thierry ? »

« Je crois… que le coup de la douche, je vais devoir y passer. »

« Hihihi… C’est sûr qu’après cette marche, il vaut mieux être propre. Tu le prends en premier ou tu me laisses la chance d’y aller ? »

« Si… Enfin… Voilà… Tu peux y aller maintenant ! J’attendrais mon tour. »

Ils étaient rentrés dans la magnifique suite qu’ils avaient louée. Le prix était exorbitant mais pour ce moment si précieux, ils se fichaient pas mal du coût. Regardant le décor autour de lui, il voyait le magnifique lit double.

« Donc je disais, tu peux aller prendre la douche en premier, Cynthia. »

« Pas besoin de douche. Je ne vois pas à quoi ça va servir au final. »

Il se retourna pour avoir la jeune femme en face de lui. Celle-ci vint l’embrasser longuement, le plaquant sur le lit tandis qu’il avait les yeux exorbités par le spectacle devant lui. La jeune femme était poitrine nue contre lui, une simple culotte de dentelle noire recouvrant son intimité alors qu’elle continuait de l’embrasser avec envie. Sans même comprendre ses propres gestes, ses deux mains venaient se placer sur le dos de Cynthia, descendant jusqu’à ses fesses nues pour les caresser avec envie.
Elle arrêta de l’embrasser, venant mordiller son oreille puis sa nuque avant de commencer à le déshabiller. Elle semblait réellement déchaînée et on pouvait se demander si c’était bien la même femme que d’habitude. Il se retrouva rapidement en caleçon, la main gourmande de Cynthia venant fouiner à l’intérieur pour voir l’état d’excitation du jeune homme devant lui.

« Je n’ai jamais fait ça mais…Tout s’apprend et je compte bien apprendre avec toi ! »

« Oui mais… Ah… Et pour la… Oh et puis… zut ! »

Il n’avait plus aucune réticence maintenant ! Si elle le voulait tant ardemment, c’était à lui de le prouver que c’était aussi son cas ! Alors qu’elle s’affairait dans son caleçon, il passa sa main dans le dos du crâne de Cynthia, ramenant sa tête vers lui pour l’embrasser d’une façon plus que provocante. Les deux amants sortaient leurs langues en-dehors de leur bouche, joignant celles-ci dans une danse sensuelle. Son autre main empoignait le sein droit de la jeune femme, plaçant le téton entre deux doigts pour le tirer légèrement.


Elle poussa un petit râle de plaisir sur le coup, sentant la chaleur faire pointer de désir ses petits morceaux de chair. Si il commençait à cette allure, elle devait suivre le rythme. C’était à son tour de prendre le sexe du jeune homme, le sentant durcir entre ses doigts alors qu’elle suivait un rythme régulier et rapide. C’était ce qu’il y avait à l’intérieur qui l’intéressait ! C’était ça qui allait lui procurer encore plus de plaisir.

« Ah… Ah… Depuis quand tu vises mes points faibles ? Tu es sûr de n’avoir vraiment connu personne, Thierry ? »

« Et toi donc ! Ce… mouvement peu orthodoxe ! Tu veux m’achever avant même d’avoir commencer ! »

« Résiste ! Je t’ordonne de résister, Thierry ! »

Elle retira d’un coup sec le caleçon du jeune homme, laissant apparaître son membre de chair tendu apparaître devant ses yeux. Une hampe divine… qu’elle avait envie d’embrasser. Rien que le fait de la voir arrivait… Oh non ! Elle était déjà en train de mouiller. Si Thierry le remarquait…

« Hiiiiiiaaaaaaa… »

Elle poussa un profond soupir de plaisir. Il avait remarqué… Deux doigts venaient de se frotter contre sa vulve trempée à travers le léger tissu noir. Elle n’allait pas le laisser prendre les devants maintenant ! Sa langue vint se poser sur la base du manche de Thierry, remontant cette dernière de la même façon qu’elle léchait une glace. Il s’arrêta subitement de la caresser, lui retirant son string noir. Ils étaient entièrement nus et il passa un doigt sur le bouton d’amour de Cynthia, venant le titiller.

« A… Arrête ça ! C’est mesquin de … ta part ! »

« Cynthia ! Je ne peux pas me retenir plus longtemps ! »

Il la prit par le bras, la tirant contre lui pour la faire tomber sur son corps. D’un geste vif et rapide, il la retourna pour se retrouver sur elle, un petit sourire sur ses lèvres. C’est vrai qu’ils s’étaient laissés un peu emportés par l’émotion mais maintenant… Ils étaient autant intimidés l’un que l’autre. D’une voix presque inaudible, elle lui murmura :

« Et bien… Tu… attends… mon accord ? Tu l’as… Mais après ça… Ne me trahit ou ne m’abandonnes pas… sinon… Je te promets de te le faire payer… pour le restant de ta vie. »

Elle avait détourné son regard argenté, n’osant pas le voir alors qu’elle savait qu’il allait répondre positivement. Elle ne lui avait même pas demandé d’être doux ou délicat pour cet instant… Elle voulait simplement qu’il reste avec elle à partir de maintenant. Il déposa un tendre baiser sur sa joue, collant ensuite son visage contre le sien. Il rapprochait son pénis des lèvres vaginales de la jeune femme. Celle-ci s’était mise instinctivement à placer ses mains sur son dos, prête à le griffer. Il rentra lentement en elle, jusqu’à arriver à l’hymen, espérant arriver à la combler à partir de maintenant.
D’un coup sec, il déchira la membrane qui obstruait partiellement le vagin de la jeune femme, un léger filet de sang sortant de ce dernier pour salir les draps. Elle n’avait pas planté ses ongles dans la peau de Thierry, lui demandant simplement d’accélérer le rythme maintenant. Puisqu’elle le voulait tant, les coups de reins furent donnés avec vélocité, le jeune homme aux cheveux bruns lui murmurant à plusieurs fois à quel point il aimait Cynthia.
Elle lui répondait seulement par des feulements, elle serait presque retournée à l’état animal, complètement ivre par ce qu’elle subissait comme assaut de la part de l’homme qu’elle aimait. Il n’était pourtant pas très puissant ou très doué mais qu’est-ce qu’elle adorait ça ! C’était SON homme ! A elle ! Et à personne d’autre ! Et elle était SA femme !

« Cyn… Cynthia ! Je… »

Elle avait tout de suite compris ce qu’il voulait dire et il allait se retirer. Rapidement, les deux pieds de la jeune femme entourèrent le dos de Thierry, le forçant à rester en elle, rentrant en grande partie le membre sexuel du jeune homme. Elle poussa un long cri, sentant Thierry qui éjaculait en elle. Oui ! Ce liquide chaud et blanc, elle le sentait le remplir de l’intérieur ! Elle n’allait plus tenir très longtemps de son côté et quand il se retira, elle poussa un nouveau cri, jouissant d’un puissant orgasme, trempant le tissu sur lequel ils dormaient.

Il s’écroula à ses côtés, les deux personnes étant couchées sur le dos, regardant le plafond. Ils n’osaient pas parler mais ils savaient que maintenant, ils venaient de sceller leur amour. En la regardant de plus près, il remarquait qu’elle avait encore ses rubans noirs dans les cheveux. D’un geste doux, il vint les caresser de sa main droite. De sa main gauche, il désignait cinq doigts à la jeune femme, celle-ci lui émettant un grand sourire avant de n’en montrer que deux.
Deux minutes ? Il n’allait pas tenir la cadence à cette allure ! Il eut un petit rire amusé, roulant pour venir se calfeutrer contre elle. Elle lui avait dit son point faible, il allait donc la distraire de cette façon. Il plaça ses lèvres sur le téton droit, venant le mordiller tendrement alors qu’elle gémissait de plaisir. Maintenant que leur premier ébat venait d’être accompli, ils allaient pouvoir se livrer à tous les jeux qui leur venaient à l’esprit. Il arrêta de jouer avec le téton de la jeune femme, retirant ses lèvres pour remonter le long de son cou jusqu’à arriver à ses lèvres, l’embrassant tendrement en la serrant contre lui.

Laisser un commentaire