Chapitre 30 : Une victime

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 30 : Une victime

« J’ai fait un peu de ménage, empereur Malark. Pardonnez-moi d’avoir mis votre fille en danger sans vous prévenir. »

« Première et dernière fois que cela se produit, Tery Vanian. J’accepte tes excuses car ma fille n’a pas été blessée … et la personne qui l’accompagnait non plus. Mais ne t’avise plus de recommencer un tel geste sinon, je t’en ferais payer le prix. »

« Je le sais parfaitement. Votre fille se repose dans sa chambre. Quant à trouver la personne qui a tenté d’envoyer des assassins sur elle, je n’ai pas réussi à les faire parler. Il semblerait que … je me suis emporté plus que de raison et cela a été un gros problème. »

« Hmm … Je vois de quoi tu veux parler plus exactement. Au sujet de cette … renifleuse. »

« Oui ? Qu’est-ce qu’il y a avec elle ? Je peux promettre qu’elle n’est pas dangereuse. Il s’agit de la personne qui a permis de découvrir la royauté d’Elise. Quant à moi, cela n’a rien changé malheureusement. Elle est très douée et … »

« La prochaine fois, tu l’emmèneras au château. Il me faut la remercier personnellement et je ne l’ai toujours pas fait malgré ces derniers mois. »

« Je note cela même si elle m’en veut aussi pour ce qui s’est passé. »

« Tu n’es franchement pas très doué avec les femmes, Tery Vanian. Néanmoins, les démones ont beaucoup de caractère, ce qui fait qu’il est difficile de ne pas avoir de soucis avec elles. »

Il ne pouvait pas prétendre le contraire en voyant tout simplement ce qui se passait. Enfin, avec son vécu et tout le reste, hahaha ! Pour autant, il se redressa seulement quand l’empereur lui indiqua que c’était possible.

« Quant à ton enquête, ne t’en fait pas, j’ai retrouvé la personne responsable de tout cela. Mais je dois attendre qu’elle rentre à la capitale. Cela ne saurait trop tardé. »

« Qui … Qui est-ce donc ? Si vous avez alors un nom ? »

« Non. Je ne peux rien révéler. Des oreilles indiscrètes seraient tentées de prévenir cette personne. De toute façon, il vaut mieux pour elle qu’elle se présente à moi. Si elle refuse cette ordre, elle le regrettera pour le reste de son existence. »

Hmm … Quand c’était dit ainsi, il valait mieux ne pas trop le provoquer et plutôt patienter. C’était beaucoup mieux s’il ne voulait pas avoir de soucis. Il s’inclina une nouvelle fois devant l’empereur, demandant la permission de quitter la pièce.

« Repasses donc vers la chambre de ma fille et il vaut mieux que tu tentes de te faire pardonner. Tu es bien la seule personne à qui elle a confiance … du moins, avait totalement confiance avant que tu ne commettes cette bêtise. »

« J’imagine qu’il va falloir que je trouve un moyen de m’excuser envers elle. Bon, ça ne sera pas très simple mais ça devrait passer. »

Et le voilà maintenant parti de la salle du trône. C’était lassant, vraiment très lassant. Il avait l’impression de faire uniquement des aller et retour depuis des semaines. Après tout, c’était exactement le cas mais l’aventure lui manquait grandement.

« Qu’est-ce que je donnerais pour être sur le terrain une nouvelle fois. »

Pas que c’était ennuyeux d’avoir à surveiller Elise mais bon … Il aurait préféré autre chose de son côté, il devait avouer. Il fit craque son cou, arrivant devant la porte de la chambre d’Elise. Clari était déjà avec elle, comme convenu mais il toqua à la porte.

« Elise, c’est moi … Est-ce que je peux rentrer ou alors, cet accès est privé dorénavant ? »

« Si tu viens avec de quoi te faire pardonner, tu peux rentrer. Sinon, tu peux toujours rêver. J’ai envie d’une pâtisserie. A toi de voir laquelle. Bonne chance car je ne t’ouvrirais pas avec n’importe quoi. Tu as dix minutes. »

Dix minutes ? Elle plaisantait ? Il poussa un profond soupir, visiblement très fatigué avant de faire demi-tour. Mais avant même qu’il ne s’éloigne, la porte s’ouvrit, une main finissant par l’attraper pour l’attirer à l’intérieur. Une main de pierre qu’il reconnaissait aisément.

« Clari ! Pourquoi est-ce que tu l’as ramené ici ?! »

Il s’en doutait. Mais … Comment ? Pourquoi ? Qu’est-ce qui avait poussé la femme golem a réagir de la sorte ? Et à voir la mine boudeuse d’Elise qui se cachait en grande partie derrière ses couvertures, il comprenait que ça ne venait pas d’elle.

« Vraiment ! Cette femme golem fait n’importe quoi ! Tery, tu lui as donné cet ordre, j’en suis sûr et certaine, ne ment pas hein ? »

« Non, non, je peux te certifier que ce n’est pas moi. C’est d’ailleurs étonnant. Elle a de plus en plus de réactions non prévues. Clari ? Donnes-moi la main. »

Et la femme golem s’exécuta sans autre chose geste, regardant simplement le jeune homme cornu en face d’elle, son visage vide d’expression comme à son habitude. Tery lui demanda de faire un tour sur elle-même, Elise finissant par soupirer :

« Hey, ce n’est pas un animal à qui tu apprends quelques tours, Tery. Et tu es peut-être dans ma chambre mais ça ne veut pas dire que je te pardonne pour tout ce que tu as fait. Tu m’as mise en danger … et Héraisty aussi ! Tu te rends compte de tes actes ? »

« Je le sais parfaitement et je me suis déjà excusé … »

« Ce n’est pas assez à mon goût. Je n’ai pas l’impression que tu veuilles vraiment te faire pardonner hein ? Pfff … C’était si ennuyeux de me prévenir avant ? »

« Si je l’avais fait, tu n’aurais pas été naturelle … et je ne pouvais pas laisser échapper cette occasion, Elise. Héraisty m’en veut aussi et … »

« Puis, tu étais vraiment dans un état horrible pendant le combat. Comme un monstre. »

Il s’arrêta dans ses gestes, la regardant doucement. Ce qu’elle venait de dire … Ah … Il pouvait juste comprendre où elle voulait en venir. Surtout qu’elle rajouta :

« Tu n’étais pas toi-même. Tu étais … comme enragé. Je n’ai pas aimé ça … pas du tout. »

« Je le sais bien mais … Je voulais leur faire payer ce qu’ils t’ont fait. Je ne pouvais pas laisser ça impuni. Il en était tout simplement hors de question et … »

« Tu peux me le dire … que tu fais plus que m’apprécier, Tery. Je ne vais pas te mordre. »

« Pfff … Tu sais aussi bien que moi que je te considère comme très proche de moi. Pas comme avec Elen … et Manelena mais … tu es pas qu’une simple amie. »

« J’ai pas eut cette impression … en un sens, c’était plaisant de se sentir tellement appréciée … quand … j’ai vu que tu te mettais dans cet état pour moi mais à côté … je ne sais pas … »

Et si elle venait tout simplement se faire enlacer ? Tery eut un grand sourire et se jeta sur elle pour la faire tomber sur le lit, la prenant dans ses bras et en la pressant contre lui. Voilà ! Il était certain que ça lui plaisait, n’est-ce pas ?

« Alors ? Est-ce que tu es motivée à te plaindre, Elise ? »

« Hmmm … pas le moins du monde en fait … Je ne crois pas … Hmmm … Je suis plutôt contente et satisfaite de la tournure des évènements. »

« Tant mieux alors … Tant mieux … C’est un peu le but de tout ça, n’est-ce pas ? »

Elle ne chercha pas à répondre alors qu’elle se collait bien à lui. Hum … Maintenant qu’elle était guérie, elle était en pleine forme, n’est-ce pas ? Elle chuchotera :

« Alors … Tery … Est-ce que tu veux discuter plus … de ton projet insensé ou non ? »

« Je ne sais pas si ça serait une bonne idée … Tu veux qu’on essaie quand même ? »

« J’aimerai en savoir plus, d’accord ? Mais on en discute seulement si je peux rester ici. Ca me manque … beaucoup … d’avoir quelqu’un à étreindre. »

« Hmm … Je peux donc accepter cette condition. Alors, tout d’abord … Clari ? Dis-moi, est-ce que tu arriverais à faire la même chose que l’empereur ? Je t’en ait parlé un peu mais je ne sais pas si tu en serais vraiment capable. »

« Qu’est-ce que tu veux qu’elle fasse ? Sincèrement, c’est … risqué, non ? »

« Pas si risqué que ça, je veux juste qu’elle coupe tout son qui proviendrait de l’intérieur comme ça, personne ne peut nous entendre. Ton père y arrive. »

« Mais c’est parce que c’est mon père. Tu ne peux pas demander à un golem de réussir ce tour de force comme si de rien n’était ! » s’exclama t-elle avant de sentir un léger vent se former. Des lignes vertes étaient apparues sur le corps de la Clari de pierre.

« Et voilà, j’ai l’impression que c’est fait. Je ne vais pas voir si c’est réalisé ou non. »

« Bon, ce n’est pas grave ! Maintenant, tu peux parler ! Alors, dis moi exactement ce qui se passe hein ? Je ne vais pas tomber dans ce piège. »

« J’ai … envie que tu retournes à la surface. J’ai envie que tu revois Royan et que tu y restes. Tu as compris cela, n’est-ce pas ? »

« Je ne suis pas aussi stupide que ça … mais à part ça ? Quoi d’autre ? Comment est-ce que tu veux y arriver réellement, tu peux me le dire ? »

« Tu ne te rappelles pas ce que je t’ai dit auparavant ? »

« Que tu voulais me faire passer pour morte mais c’est impossible … et c’est beaucoup trop risqué. Est-ce que tu as une simple idée de ce que cela risque d’emmener ? »

« Cela risquerait de très mal se finir, oui … mais c’est le genre de risque qu’il faut prendre au cas où … car dans le pire des cas, qui sait ce qui pourrait nous attendre?3

« S’il te plaît, ne fait pas de discours formaté de la sorte. Je ne suis pas le genre à tomber dans un piège aussi grossier hein ? Pourquoi est-ce que tu veux vraiment faire ça ? »

« Car je veux que tu sois en sécurité … tu devrais pourtant le savoir, non ? Avec ce qui s’est passé, j’ai peur de te perdre … et je ne peux pas me permettre cela. Je le refuses. »

Elle se pressa encore plus contre lui. Le jeune homme aux cheveux bruns eut un petit sourire, comme s’il était ému par ce geste. Pour autant, elle chuchota d’une voix faible :

« Mais … Toi ? Qu’est-ce que tu feras alors ? Si je vais là-bas ? »

« Tu n’as pas à te préoccuper de ma personne, saches-le. Ce que je comptes faire ne regarde que moi. Mais tu te sens prête à abandonner cette nouvelle vie ? Ici, tu es une princesse. A la surface, tu n’es pas autant, tu le comprends, non ? »

Elle releva son visage, faisant un petit mouvement de la tête pour signaler que le message était très bien passé chez elle. Il prit une profonde respiration, cherchant maintenant ses mots comme s’il avait bien plus de mal que prévu.

« Pour ma part, il est tout simplement impossible que je reviennes à la surface en même temps que toi. Si je le fais, ils se poseront des questions, ils penseront que je t’ai kidnappée. »

« Si tu veux, je pourrais rendre cela plus crédible en poussant des cris et autres hein ? »

« Je te l’interdis ! Ce n’est pas drôle, Elise ! Tu n’as pas l’air de saisir ce que je viens de te dire hein ? Je parle … du fait que si les gens pensent ça, mes proches sous la surface seront tous mis en danger ! Je ne peux pas laisser Héraisty se faire tuer par ma faute. J’ai déjà commis assez d’erreurs ces dernier jours ! Pas besoin de les reproduire ! »

« C’est ça qui te différencie de beaucoup, Tery. Malgré tout … tu penses aux autres. »

« Merci bien, je ne sais pas si c’est voulu pour me réconforter mais par principe, je te remercies beaucoup, Elise. »

« Car peut-être que je pense aux autres aussi ? Enfin, surtout toi ? Tu es la seule personne qui me reste donc bon … »

Roh … Quand elle parlait ainsi, c’était un peu triste, elle s’en rendait compte ? Enfin bref … De toute façon, il était pas là pour faire dans le mélodrame non plus. Mais bon, en même temps … ils se répétaient cela depuis des semaines.

« Ah … Sincèrement, qu’est-ce que tu vas faire sans moi, Tery ? »

« Je n’en sais rien du tout. Je ne sais pas du tout où ça va me mener toute cette histoire donc bon … à partir de là … je suis assez perdu et perplexe. »

Il disait cela tout en se libérant finalement de l’étreinte de la jeune demoiselle. Concentration, concentration ! Il ne devait que se concentrer et rien faire d’autre. Bon ! Bon bon bon ! Maintenant qu’elle savait au sujet de son plan, ils pouvaient continuer alors ?

« Comment est-ce que tu comptes y arriver, Tery ? Tu as sûrement déjà réfléchit un peu non ? A quel point ça va être difficile ? »

« Pour ça, ça va l’être sans y arriver réellement … Disons qu’en un sens, je me dis … que peut-être … il faudrait réussir à contacter la surface. »

« Qu’est-ce que … Mais tu es fou ? C’est tout simplement impossible ! Les lettres ne passent par ici, elles se feraient déchiquetées ! Et puis, pour avoir un contact à la surface, il faut que certains démons s’y trouvent. Ils ont peut-être d’autres moyens ? »

C’est vrai que malgré tous ces mois, ils ne s’étaient pas posés de savoir comment est-ce que les démons communiquaient à distance. Après, il ne s’intéressait pas à ça personnellement vu qu’il ne connaissait personne. A partir de là …

« Elise … Juste, il faut que tu comprennes ce que cela implique ce que l’on va faire. »

« Hmm ? Oui ? Qu’est-ce que tu veux dire par là, Tery ? Qu’est-ce que cela implique ? »

« Et bien … Un aller sans retour. Tu ne pourras pas redescendre sous la surface après ça, tu le conçois hein ? Tu seras considérée comme morte. »

« Malgré les apparences, je tiens quand même … à mon père. »

« Je n’ai pas prétendu le contraire … et j’ai compris que l’empereur était un démon remarquable … mais usé par le temps et les trahisons … Les familles nobles des démons sont encore pires que celles de la surface. »

« Merci bien. Mon corps confirme tes propos, Tery. » dit-elle avec un peu d’ironie en se plaçant une main sur le cou. Bien entendu, bien entendu ! Il comprenait parfaitement où elle voulait en venir. Hmm … Bon, il avait eut le temps de discuter avec elle.

« Maintenant que nous avons tous les deux parler correctement, que veux-tu faire de ta journée ? Tu as une petite idée ou non ? »

« Hmmm … Sincèrement, j’aimerai bien … me promener … mais pas hors de la ville cette fois, est-ce que je me suis bien fait comprendre ? »

« Hmm … D’accord, d’accord mais … est-ce que tu veux bien que j’invite Héraisty ? Comme ça, je me fais pardonner pour les deux ? »

« Tsss ! D’accord, j’accepte sa présence mais bien parce qu’elle a été aussi déçue de toi. »

Hey ! Quand elle parlait ainsi, ça donnait vraiment l’impression qu’il était coupable ! Bon, d’un autre côté, c’était pas une impression. Il était vraiment responsable de tout ce qui s’était passé donc à partir de là, il pouvait pas lui en vouloir de lui en vouloir.

« Tant mieux alors. Bon, vu que j’ai une paye que je n’utilise jamais, j’imagine qu’elle va fondre comme du sucre, n’est-ce pas ? »

« T’as pas idée, mon pote ! » dit-elle sur un ton ironique. Pourquoi est-ce qu’il pressentait un très mauvais moment à passer ? Hohohoho !

« Je vais aller chercher ma bourse. J’imagine qu’il va falloir te préparer et te pouponner, c’est bien ça ? Est-ce que j’attends pour une heure ou deux ? »

« Si tu fais autant le fier, je te le ferais regretter amèrement, tu le sais, non ? »

« Je le sais, c’est bien pour ça que je me prépare mentalement au pire. Allez ! Je te laisse t’habiller et ensuite, on y va et … »

« Tu peux rester hein ? Vu que tu as déjà tout vu … et que ça ne me dérange plus si c’est toi qui regarde, ce n’est pas un souci. »

Et non merci ! Elle connaissait pourtant la réponse mais elle tentait d’y arriver ! Visiblement, elle avait retrouvé la forme hein ? Et il n’était pas homme à s’en plaindre. Par contre, elle était déjà en train de se déshabiller en lui tournant le dos et autant le spectacle pourrait lui plaire, autant il n’avait pas à rester là.

Une demie-heure plus tard, comme prévu pour l’attente, elle était finalement prête et cette fois-ci, elle était vraiment ravissante. Il ne pût s’empêcher de la contempler et la complimenter, lui déclarant qu’il la trouvait très jolie, ce qui fit rougir la jeune femme qui bredouilla quelques mots :

« Et bien … Et bien … Je préfère quand tu es honnête, Tery. »

« Je le suis toujours, Elise, tu le sais bien, non ? » répliqua t-il alors qu’elle faisait une petite moue, finissant par dire d’une voix douce :

« Tu me permets d’en douter à ce sujet après les derniers événements ? »

Ouch. Ca faisait toujours un peu mal. Surtout quand elle appuyait à cet endroit précis. Il n’était pas certain de mériter un tel sort de sa part mais en même temps … si. Après qu’ils soient sortis avec Clari qui les suivait, ils se dirigèrent vers la guilde des renifleurs.

« Je n’étais pas motivée à venir … en vue des derniers événements mais vu que c’est un ordre de la princesse, me voilà donc … »

« Ne t’en fait pas, Héraisty. Même si je sais que tu n’aime pas trop ça, du peu que je te connaisses, tu vas vite apprendre à faire craquer Tery. »

« Craquer Tery ? Comment ça ? De quelle façon ? » demanda Héraisty, un peu surprise mais surtout sur ses gardes. Elise remarqua le changement de ton dans la voix de la démone.

« Et bien … Il a une bourse plutôt remplie vu qu’il ne fait aucun achat avec sa paye de soldat et de protecteur de la princesse. Sauf qu’aujourd’hui, on va tout faire pour qu’elle soit vide. Ca lui fera regretter d’avoir profité de deux jeunes démones innocentes comme nous. »

« Hey ! Tu peux éviter de parler de la sorte, Elise ? Les gens vont s’imaginer des choses. Surtout venant de la part de la princesse du royaume ? Un peu de tenue ! »

« Oh que non … Pas aujourd’hui, aucune retenue, je vais vraiment te faire souffrir. »

« Il n’y a pas besoin d’y aller à de telles extrémités, princesse Elise, vous savez. »

AH ! Héraisty était de son côté ! Elise pouvait donc comprendre que c’était vraiment exagéré ce qu’elle comptait faire à son sujet. Un peu de retenue ! Mais voilà que la démone aux cheveux couleur feu posa sa main sur l’épaule droite d’Héraisty, disant :

« Nous n’allons pas exagérer non plus. Simplement, il faut lui faire regretter ce qu’il nous a fait, tu ne trouves pas ? Et pour ça, il faut marquer le coup. »

« Il est vrai que … Tery a grandement abusé de ma gentillesse à son égard. Je ne suis pas habituée à perdre mon temps avec ces familiarités … et peut-être que j’ai été un peu trop ouverte à son encontre. »

« Tu comprends donc ce que je ressens, n’est-ce pas ? A partir de là, il est de notre devoir de bien marquer le coup pour que Tery saches que ce qu’il a fait, ce n’était clairement pas une bonne chose, loin de là. »

« C’est exact … C’est exact. Messire Tery, il semblerait que votre journée soit vraiment très mauvaise pour les prochaines heures. »

« Oh que oui ! OOOOOH QUE OUI ! On va faire la tournée des boutiques ! Princesse ou non, hors de question que je zappe un magasin aujourd’hui ! »

Et la voilà en train de prendre le bras de Tery, l’empêchant de s’enfuir. Elle observa Héraisty qui s’arrêta quelques secondes avant de faire de même de son propre côté. Bon ben, y avait un côté positif dans tout ça, n’est-ce pas ? Même s’il sentait que ça allait être une longue journée, très longue journée, il n’avait pas vraiment à se plaindre de la situation actuelle. Bon … Allez, il avait à se faire pardonner pour le reste de la journée !


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/27/d423514113/htdocs/chibi/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405

Laisser un commentaire