Chapitre 28 : IL

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 28 : IL

« Ah … Bon … Ce n’est pas tout ça mais ça fait du bien. »

Il était couché dans son lit. Il regardait le plafond. Elise n’avait plus besoin de sa présence. Elle avait reçu l’autorisation de s’en aller. Enfin, de pouvoir bouger. Mais maintenant, il fallait un peu de temps pour qu’elle puisse être rééduquée. Même si ça ne faisait qu’une dizaine, quinzaine de jours, ça ne changeait en rien ce qu’il pensait.

Cette histoire était vraiment absurde … et les comportements d’Elise et de l’empereur n’étaient pas franchement mieux. Pour autant, il cherchait à cerner le fond de cette histoire … pour essayer d’y trouver une part de faux et de vrai. Il n’avait pas envie que ça continue ainsi. Il n’avait pas envie … que ça se passe de la sorte. Il y avait un problème, il en était sûr et certain. Le truc, c’était juste … de trouver les solutions.

« Et la solution de me forcer à épouser Elise, ce n’est pas vraiment la meilleure qui soit. »

Bon, ce n’était pas tout ça mais il valait mieux se lever, faire sa toilette et aller retrouver Elise dans sa chambre. Comme d’habitude même si exceptionnellement, ce qui sonnait ironique dans sa tête, il avait juste laisser Clari avec elle. Une mesure de sécurité plus si exceptionnelle maintenant. Des précautions, voilà tout.

« Ah … J’espère que tout va bien de ce côté. »

Mais il refusait dorénavant de la laisser seule … sauf que dormir avec elle, cela risquait de déboucher sur des événements qu’il préférait éviter, tout simplement. Toquant doucement à la porte, il demanda à Elise si elle était réveillée. La voix de cette dernière de l’autre côté de la porte lui signala que oui et il pénétra à l’intérieur avant de s’arrêter puis de se retourner pour fixer le bois de la porte.

« Je vais finir par croire que tu le fais exprès sur le coup, j’espère me tromper. »

« Tu te trompes lourdement. Je voulais juste … voir si je peux me débrouiller seule … mais ça tire un peu sur les muscles et c’est assez épuisant, je dois avouer. »

Hmmm … Il pouvait la comprendre légèrement. Ce n’était pas une raison pour avoir la poitrine à l’air pour se laver. Généralement, les servantes étaient là pour ça non ? Encore qu’en vue de la situation, on ne pouvait même plus faire confiance aux servantes.

« Tu as besoin d’aide pour te rhabiller ou non ? »

« Hmmm … Et tu disais ne pas être intéressé par mon corps, est-ce que cette vue te plaisait plus que tu ne le veux l’avouer ? »

« S’il te plaît ! Ne raconte donc pas de bêtises … C’est assez déplaisant en soi. »

« Pourquoi est-ce que tu penses que je parle d’une bêtise ? Maintenant, tu vas presque croire que j’ai fait exprès de me trouver dans cette position pour t’attendre. »

« Si c’était le cas, ça serait franchement stupide si quelqu’un d’autre rentrait à ma place. »

« C’est exact même si normalement … personne n’est autorisé à me voir ou presque. Tu as bien vu que je n’ai même pas de garde du corps, non ? »

« Hmm … Tu risquerais de vexer Clari en parlant de la sorte, tu le sais hein ? »

« Oups ! C’est pas faux. Désolée, Clari. Ce n’était pas voulu. » dit Elise tout en rigolant, Tery finissant par se retourner … puis refaire demi-tour sur lui-même.

« Au lieu de proférer des bêtises, tu ne crois pas que tu pourrais faire quelque chose … pour tes vêtements ? Genre, je ne sais pas … t’habiller ? »

« Hmmm … Pourquoi ? Est-ce que la vue te dérange tant que ça ? J’en suis plutôt fière et … qu’est-ce que je racontes ? Ah … »

Elle avait plutôt honte de son corps là. Elle n’avait pas besoin de faire ça, loin de là ! Enfilant rapidement ses vêtements, elle poussa un petit gémissement de douleur avant de s’exclamer d’une voix enjouée :

« Ca pique un petit peu mais ça devrait aller ! Je suis prête, Tery ! On peut y aller ! »

« Tant mieux alors. Ne perdons pas plus de temps que ça donc. »

Et le voilà quand même à la hauteur de la demoiselle. Il lui prend le bras, l’invitant à rester près de lui tout en regardant Clari. Il fait un petit mouvement de la tête, amusé avant de dire d’une voix plus enjouée qu’auparavant :

« Clari, tu veux bien nous accompagner ? On va faire les premiers pas avec Elise. J’imagine que tu ne veux pas rater ça, n’est-ce pas ? »

« Comme si elle allait te répondre, Tery. Ah … Et ne te moque pas d’une infirme ! »

Elle lui tapota doucement le bras de sa main libre mais poussa un petit gémissement plaintif. Elle était pas assez en forme pour ça alors qu’elle évite, non ? Mais bon, il faisait quand même attention, il se préoccupait réellement d’elle.

« Je n’ai pas envie que tu te fasses mal, d’accord ? Et si nous aillons voir ton père ? »

« Hmm. Il sera ravi de voir que je peux marcher donc pourquoi pas ! »

Elle avait prononcé cela sur un ton enjoué qui ne laissait pas de place au doute sur ses sentiments. Elle était vraiment heureuse de pouvoir enfin quitter cette chambre. Même s’il y avait des fenêtres, ça n’empêchait pas que prendre l’air par soi-même, non enfermée entre quatre murs, c’était vraiment une sensation grisante.

« Ca ne t’embête pas si on s’installe sur un banc pour quelques minutes ? Mon père a toute la vie devant lui et moi … j’ai envie de profiter du soleil artificiel … C’est beau comme invention mais sincèrement, ça me rend un peu triste. »

« C’est sûr que ça n’a rien à voir avec celui de la surface … qui peut être étouffant. »

« Hahaha ! Tu marques un point, Tery. Mais bon … Même si artificiel, ça fait du bien. »

Et autant en profiter longuement et pleinement. Ca ne pouvait qu’être appréciable. Ils restèrent ainsi pendant plusieurs minutes, Tery empêchant Elise de s’étirer plus que nécessaire. En vue de l’état de son corps, on allait éviter de trop tirer dessus hein ?

« Messire Tery ! Messire Tery ! L’empereur veut vous parler ! »

C’est étrange. Il n’avait pas déjà entendu cela dans le passé ? Il releva son regard vers le soldat qui semblait toujours aussi effrayé. A croire que c’était toujours le même et que le fait que l’empereur parle ou quémande quelque chose le mette dans tous ses états. Enfin bon, ce n’était pas l’heure de trop s’interroger sur ça.

« Est-ce que la princesse peut m’accompagner ? Ou il a demandé uniquement moi ? »

« Euh … Euh … Je n’en sais rien exactement. Je suis vraiment désolé … »

« Bon ben … Elise ? Allons voir ton père alors … Il sera sûrement heureux de te voir marcher et aller le rencontrer. Prends ma main ? »

Hmmm ? Elle le regarda avec un petit sourire amusé. Ce n’était pas lui qui voulait éviter que les gens se fassent des idées ? Alors qu’en demandant cela devant un soldat qui semblait du genre à lancer quelques phrases avec des sous-entendus sans s’en rendre compte, ils n’allaient pas vraiment arranger leurs affaires ? Hahaha !

« Puisque c’est proposé si gentiment, je ne vois pas pourquoi je refuserais cela. »

Et la voilà en train de s’aider de sa main pour se remettre debout. Par « inadvertance », elle tomba dans ses bras, Tery la réceptionnant en haussant un sourcil. Il demanda si elle allait bien, Elise murmurant qu’elle avait eut un léger vertige mais que ça venait de passer.

« Tant mieux alors … je ne veux pas que tu aies plus de problèmes, hein ? Nous pouvons y aller dès maintenant. Allons voir ce que ton père nous veut. »

Et les voilà tous les deux partis, suivant le soldat qui avait pris l’habitude de guider Tery jusqu’à la salle du trône. Encore qu’à force d’être convoqué, lui-même pouvait se repérer dans les couloirs du château sans aucun problème. Mais là n’était pas la question et il valait mieux ne pas faire trop traîner tout cela.

« Si … Si vous voulez bien rentrer, merci. »

Rah. Ce soldat avait vraiment besoin de se sentir plus rassuré. Le roi n’allait pas le foudroyer sur place s’il n’avait rien faire de mal. Pénétrant dans la salle du trône, accompagné par Elise, Tery vint tout simplement avancer en même temps que la voix de Malark se faisait entendre dans l’imposante salle où encore une fois, les gardes n’étaient pas présents :

« Vous voilà … Je m’attendais exactement à ce que ma fille t’accompagne, Tery. »

« Hahaha, empereur Malark, je voulais qu’elle se montre à vous pour prouver sa santé. »

« C’est une bonne idée. Je l’approuve … et je suis heureux de voir que tu vas bien, ma fille. Cela a été assez rude et je sais … pertinemment que ces assassins sont partis avec l’idée de vouloir te ôter la vie. Mais je tiens à te rassurer, mes enquêtes avancent vite et bien. Nous allons trouver le responsable de tout ça … et sa punition sera publique. »

« Euh … D’accord, père. Mais vous savez, était-ce pour cela que vous vouliez parler à Tery une nouvelle fois ? Enfin, ça me semblerait étrange. »

« Non, ce n’est pas cela. Je veux … savoir sa réponse par rapport à ma proposition. Je lui ait laissé un peu de temps pour y réfléchir. »

« Et ma réponse sera la même, empereur Malark. Je ne peux pas faire cela avec votre fille que je considère comme ma sœur après tout ce temps passé ensemble. »

« Hum … C’est vraiment … ennuyeux, tu sais ? »

Et même s’il appuyait sur le ennuyeux, ça ne changerait pas sa réponse. Même s’il ressentait un certain effroi en voyant l’empereur se lever de son trône, il tiendrait bon. C’était tout simplement inconcevable.

« Je le sais parfaitement mais bon … Je vous ait expliqué hier qu’à la surface, un jeune prince de Traslord attend Elise. Ils sont amoureux tous les deux. »

« Elise … Je veux la vérité à ce sujet. Est-ce que tu penses à ce dénommé Royan dont nous avons parlé, toi et moi ? »

Un ton neutre, peut-être trop … et un regard froid … Pourtant, comme lui, Elise le soutient sans broncher. Elle n’est pas le genre de demoiselle à se laisser marcher sur les pieds.

« Il est vrai qu’avoir un enfant avec Tery ne me dérangerait pas … mais … mes sentiments envers Royan se sont renforcés lorsque nous nous sommes rencontrés à nouveau sur le champ de bataille. Il en est de même pour Tery de son côté. Et … Tery m’a appris au sujet de mes frères et sœurs … et ce que vous comptiez faire des deux derniers. Vous aviez omis ce petit détail, père. Pourquoi cela ? »

« J’ai remarqué aisément que tu étais attaché à eux. Te parler de Wandy et Zalek me semblait parfaitement inutile dans une telle situation. »

« Pourtant, vous parliez … de leur retirer la vie. Ce n’est pas inutile. Je ne peux pas accepter cela. Zalek et Wandy sont encore jeunes. Ils peuvent devenir des démons très respectables. Il suffit juste d’un bon entourage. »

« Il n’y a pas de bon entourage. Ces deux enfants sont parasités par leurs aînés. D’ici quelques années, ils seront comme eux et ne penseront qu’au trône, n’hésitant pas à poignarder quiconque se mettra en travers de leur chemin. »

« Ca, c’est si je ne m’en mêle pas … et si Tery non plus. D’ailleurs, si vous voulez un membre de la famille royale qui semble avoir des sentiments pour Tery, ce n’est pas de mon côté qu’il faut aller voir mais de celui de Wandy, n’est-ce pas, Tery ? »

« Elise ! Tu … Tu n’es pas obligé de parler de ça d’accord ? »

« Wandy … et Tery ? Mais elle est un peu jeune pour cela. Mais surtout … est-ce vrai, Tery ? Que la plus jeune de mes filles porte des sentiments à ton encontre ? »

Et comment est-il sensé répondre à cela ?! Oui bien sûr ? C’était complètement stupide ! Pour autant, comme souvent, il vaut mieux ne pas détourner la vérité et la tête lorsque le monarque du royaume s’adressait à vous.

« J’ai bien remarqué cela aussi de mon côté … mais après, elle est très jeune et je pense plutôt qu’elle ne s’attendait pas à rencontrer un demi-démon comme moi, c’est tout. Je suis sûr et certain que ça lui passera. »

« Il faut que jeunesse se fasse. Quant à Zalek, qu’est-ce qu’il pense de toi exactement ? » demanda une nouvelle fois le monarque. Mais zut ! C’était un interrogatoire ou quoi ?!

« Pas grand-chose, je dirais. Le fait que j’ai perdu contre son grand frère l’a sûrement déçu donc bon … ça se comprend en un sens aussi. »

« Tu te trompes complètement, Tery. J’ai discuté avec Zalek et il a trouvé ça génial que quelqu’un puisse tenir aussi longtemps contre Haiktos. C’est pour ça qu’il te soutient complètement en espérant que tu arriveras à le battre la prochaine fois. »

« Je comprendrais jamais les enfants … après, je n’étais pas très social quand j’étais plus jeune, je suis pas vraiment le mieux placé, il faut avouer. »

Il eut un petit sourire triste. C’était pas vraiment la période la plus reluisante de son existence … encore que le reste, à base de combats et autres, ce n’était pas réellement mieux. Qu’est-ce qu’il avait fait concrètement pour ce monde ?

« Ce prince … ou roi de la surface, d’après la description de ma fille, il est très sérieux, est-ce que tu confirmes cela, Tery ? »

« C’est exact … Je dirais même peut-être un peu trop. Il faut comprendre qu’il a perdu ses parents il y a très longtemps et qu’il régnait sur une partie du royaume de Traslord il y a encore quelques années. Malheureusement, ses frères se sont faits assassinés et en tant qu’unique survivant de la famille royale, il a été obligé de se replier sur lui-même. Pour tout vous dire, lorsque nous l’avons rencontré à la surface, il était comme fou à lier … et vouait une haine sans merci envers les démons. »

« Tery ! Tu ne m’aides pas vra … » commença à dire Elise, choquée par les propos du jeune homme aux cheveux bruns. Pour autant, elle fût arrêtée d’un mouvement de la main par son père, Tery reprenant la parole :

« Il m’en voulait car j’avais enlevé Elise indirectement. Je dois vous avouer que j’ai l’impression parfois de perdre la tête et d’entendre une voix. Mais bref, pour retourner sur le sujet, lorsqu’il a revu Elise, je crois qu’il est redevenu comme avant … et je suis sûr et certain que si nous prenions le temps de discuter avec le royaume de Traslors et de Shunter, il serait possible de trouver un arrangement. Sincèrement … ça serait une bonne chose. »

« Il faut que j’y réfléchisses … La pureté de la lignée … est en jeu. »

« Empereur Malark, je vous rappelle que c’est vous qui avez désiré que … vous préfériez éviter que cette lignée reste trop pure … en vue des dégâts qu’elle a causé. »

« C’est exact … mais en même temps … je pensais plus à une relation entre deux demi-démons qu’avec … un étranger. Et en même temps, prince ou non, cette personne provient de la surface. Pourquoi devrais-je ternir mon sang avec lui ? »

« Royan est un jeune homme bien sous tous les rapports. Alors que bon nombre de nobles, rois et autres, préféreraient rester chez eux, à l’abri, bien au chaud, il n’a pas hésité un seul instant à voyager avec nous et à se mettre en danger. Il en est de même pour la reine de Shunter. Sincèrement … Il … »

« Assez, Tery. Je sais que cela te déplaît grandement d’épouser ma fille mais tu deviens très voire trop pressant, cela en est exaspérant. »

« Pardonnez-moi, ce n’était pas désiré … simplement … »

« Ah … Cela me fait penser qu’IL ne serait pas heureux de la tournure des évènements. IL n’accepterait pas que ça se passe ainsi. »

Tery haussa un sourcil, remarquant que le monarque appuyait bien sur le IL dans ses propos. De qui parlait-il ? Enfin, qui était ce fameux IL ? Surtout que le roi Malark le regardait précisément lorsqu’il prenait la parole :

« IL est notre raison … et SES paroles nous ont permis de tenir le coup. »

« Pardonnez-moi, empereur Malark mais de qui parlez-vous exactement ? » questionna doucement le jeune homme, cherchant à obtenir une réponse précise.

« Pour l’heure, tu n’as pas besoin d’en savoir plus. J’en ait eut la confirmation ces derniers mois, lorsque tu es arrivé aux côtés de ma fille. Et de ce que je comprends et conçois, il semblerait que ça soit bien ce que j’imaginais. »

« Et … quand est-ce que je pourrais en connaître plus sur ce fameux IL ? »

« Sache simplement une chose, tout est relié. Le fait que tu sois capable de donner vie aux golems d’une telle qualité est l’une des preuves les plus concrètes qui existe. »

« D’accord, d’accord. Je ne peux pas poser plus de questions … mais est-ce que vous allez réfléchir à ma proposition ? Je suis certain … que cela mérite de s’interroger. Peut-être devriez-vous en discuter avec quelques nobles pour savoir ce que les familles en pensent ? »

« Tery Vanian, évites donc de me dicter ma conduite. Cela pourrait mener à ta perte. » murmura le monarque, Tery s’immobilisant en déglutissant. Dire qu’il ne pensait pas à mal ! « De toute façon, pour l’heure, il me faut régler un premier problème … d’importance majeure. J’ai évoqué qu’il fallait un exemple … et je vais avoir besoin de toi, Elise. Tery, tu l’accompagneras à ce moment précis. Ca ne devrait plus être très long. »

Hochement de tête de la part de Tery et Elise. De toute façon, ils ne pouvaient pas refuser les propos de l’empereur. En vue de la situation actuelle, ça serait un peu trop risqué et dangereux que de chercher à le contredire. D’ailleurs, le ton utilisé par l’empereur était vraiment sombre … et assez sinistre en même temps.

« Père ? Est-ce que je peux parler avec Tery seule à seul maintenant ? Si cela ne vous dérange pas, bien entendu. Nous nous sommes tout dit, non ? »

« C’est exact. Je vous libère. Vous pouvez disposer maintenant. »

Nouvel hochement de tête et Elise prit la main de Tery pour l’emmener à part. Dès qu’ils furent assez éloignés, elle poussa un profond soupir de soulagement, le regardant droit dans les yeux avant de dire d’une petite voix :

« Ca m’a vraiment mise mal à l’aise la situation, pas toi, Tery ? Et puis, vu comment il était en train de réagir, j’ai préféré assurer le coup, je pense que tu l’as remarqué, n’est-ce pas ? »

« Oh que oui … Mais pourtant, ce n’était pas avec de mauvaises intentions, tu le sais, non ? »

« Je le sais … Je le sais … et j’ai vraiment envie de revoir Royan mais … je préfère me faire une raison. Tu as bien vu ses réactions, non ? »

« C’est sûr que j’ai connu bien plus enthousiaste entre nous, si tu veux tout savoir. » répond le jeune homme aux cheveux bruns, passant une main dans ces derniers d’un air embarrassé.

« Je ne sais pas le fin mot de l’histoire mais si c’est comme on le pense, il n’apprécie guère la surface à cause de cette histoire vieille de plusieurs millénaires, comme les nombreuses familles nobles qui se terrent au plus profond sous la surface, dans la capitale, ça va être très difficile de le faire changer d’opinion à ce sujet. »

C’est bien pour ça qu’il tentait dès maintenant de résoudre ce conflit. Plus tôt on s’y prenait, mieux ça sera … et surtout, plus vite ils trouveront des solutions correctes. Ah … Dans le pire des cas, il a une idée … mais il valait mieux la travailler.

« Tu as l’air songeur, Tery. A quoi est-ce que tu penses ? »

« Hmm … A un moyen pour retrouver Royan et les autres à la surface. Mais pour ça, autant dire que ça ne va pas être aisé. Je vais devoir te laisser aussi, Elise. »

« Euh … Bon ben, d’accord ? Si y a un problème, tu sais … où me trouver. Est-ce que tu peux me raccompagner quand même ? Dans ma chambre ? »

Il la regarda, remarquant qu’elle restait non-loin de lui. Ah oui … Bien entendu, elle était pas forcément prête à se balader toute seule, sans aucune surveillance. Doucement mais sûrement, il lui prit le bras, l’invitant à le suivre pour qu’ils puissent retourner dans la chambre de la demoiselle.

« Ne t’en fait pas … comme promis, je vais te protéger. » lui chuchota Tery, Elise lui faisant un petit sourire, les joues rougies par la gêne. Tant mieux. C’est ce qu’elle voulait entendre.


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/27/d423514113/htdocs/chibi/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405

Laisser un commentaire