Chapitre 51 : Sans aucun répit

Chapitre 51 : Sans aucun répit

« Désolée, les enfants. Il n’y a que des fruits. Il faut espérer qu’ils … »

« HEY ! Devinez quoi les petits loups ! On a de la viande pour ce soir ! »

« Quand on parle des démons, on en voit les cornes ! »

Elle n’avait pas terminé sa phrase mais un sourire se dessina sur ses lèvres. Alors que les deux enfants démoniaques faisaient un peu la moue en pensant qu’ils allaient encore devoir manger quelques fruits pour se sustenter, voilà que les deux démons mercenaires revenaient avec ce qui semblait être un imposant sanglier dont les défenses en spirale couvraient ses oreilles. Bien entendu, la créature était morte mais cela restait impressionnant.

« Et en plus, ça nous en fera pas mal pour les prochains jours. Du moins, si on avait de quoi garder la viande plus ou moins fraîche. Ca c’est autre chose … »

« Suffira simplement de faire cuire toute la viande possible. Ca sera mieux que rien. » répondit Elise. Vue qu’elle avait été serveuse pendant la majorit de sa vie, elle était plus ou moins au courant de comment tout cela fonctionnait.

« Ah oui, on pourra la garder plus longtemps vu que les microbes ou autres auront disparu. Enfin, je suis pas cuisinier mais j’ai compris plus ou moins ça. »

« On va dire que c’est correct. Mais bref, vas falloir éventrer la bête, couper les morceaux les plus juteux, virer un peu … Euh, Wandy, tu veux pas aller te promener un peu avec Zalek ? Mais attention à ne pas trop vous éloigner. »


Et oui, sincèrement, elle n’était pas très motivée à montrer un spectacle peu ragoûtant aux deux enfants. Autant, elle, elle y était habituée, autant, elle n’était pas enjouée à l’idée que les enfants, même s’ils avaient vu des morts de très près, voient un tel spectacle. Lorsqu’ils s’éloignèrent, Hyzeut murmura :

« Faudra vraiment que l’on trouve une rivière, enfin, plus qu’un petit coin d’eau pour se faire un brin de toilette. C’est pas gênant pour nous, on est des mercenaires mais vous … »

« Bah, même si on est de la famille royale, faut parfois savoir faire quelques sacrifices hein ? Mais à partir de là … Vous voulez de l’aide ? »

« Hey hey hey, on va pas vous laisser salir … oh et puis zut, venez nous aider ! »

Le démon est bien plus amusé qu’autre chose alors qu’il tend un coutelas à Elise qui le récupère, commençant le travail en première comme si de rien n’était. Les deux démons étaient plutôt surpris, Nactor sifflant d’admiration :

« Propre et efficace ! Enfin, propre, c’est un bien grand mot ! »

« On va dire que je n’ai pas peur de me salir. Mais sinon, vous aidez ? »

« Ah ! Euh oui, oui, princesse Elise ! On arrive tout de suite ! »

Il fallut bien une vingtaine de minutes pour qu’ils finissent par récupérer les meilleurs morceaux sur la bête mais brûle aussi la carcasse ainsi que les intestins et autres parties de la bête qu’ils ne pouvaient pas manger.

« Vraiment … Qu’est-ce qu’on a comme apparence, on ferait peur aux monstres de notre royaume. Ca fait combien de temps ? »

« Je crois bien que l’on se rapproche de la dizaine de jours voire depuis deux semaines. »

« Deux semaines sans se laver correctement, je comprends pourquoi on a une sacrée odeur. »

« Dure dure la vie de mercenaire mais sur le champ de bataille ou en mission, de mon côté, j’ai déjà tenu plus longtemps que ça. »

« Ah ben ouais, surtout quand tu dois te battre tous les jours, t’as pas le temps de penser à ta toilette, hahahaha ! »

« Bon, les deux porcs, c’est pas à celui qui s’est le plus roulé dans la boue et dans le sang hein ? Je vous jure, qu’est-ce que Zalek et Wandy vont penser de vous deux ? »

Oui, elle leur parle comme si elle les connaissait depuis longtemps. En un sens, elle n’avait aucune honte ou peur de leur adresser la parole. Ils étaient au même rang à l’heure actuelle. La question ne se posait même pas à ses yeux. Ils étaient de me^me rang aà l’heure actuelle. Ils devaient survivre, tous ensemble.

« Est-ce que nous pouvons revenir, grande sœur ? »

« Bien entendu, nous sommes déjà en train de cuire les morceaux. Vous ne voulez pas vos morceaux trop saignants, c’est bien ça ? »

« Ca ne me dérange pas de mon côté. Tant que c’est la viande ! » s’exclama le plus jeune du groupe de cinq démons avec joie.

Bien entendu, bien entendu. Hyzeut était comme amusé, commençant à couper sa viande tout en cherchant à se concentrer. Quelques secondes plus tard, alors que les lignes noires caractéristiques de l’utilisation de la magie, apparaissaient sur ses mains, le voilà en train de tenir ce qui semblait être une assiette de pierre, en faisant plusieurs pour tout le monde.

« Ca sera peut-être mieux pour manger plutôt que de nous comporter comme des animaux. »

« C’est un peu tard pour faire cette réflexion. »

« BAH ! Princesse Elise, c’est vrai qu’on est un peu crasseux mais bon … Ca pouvait être pire hein ? Bon, bon appétit ! Mangez bien les enfants ! »

« Merci beaucoup, monsieur Hyzeut ! »

« Pas de monsieur avec moi, prince Zalek. J’ai pas beosin de ça, hahaha ! » s’exclama le démon alors que l’enfant lui répondait aussitôt :

« Alors pas besoin de prince avec moi non plus ! »

« Hey ! Il a de la répartie, le petit ! »

Quelques petits rires de chacun, ça ne pouvait que faire du bien à la santé du groupe. Avec tous ces combats contre les gnomolds, ils en avaient bien besoin. Mais pour le moment, ils méritaient bien de tous se reposer.

Les heures défilèrent, les kilomètres aussi mais ils évitaient les chemins de terre, de peur de tomber sur quelques citoyens de Shunter ou pire encore, des soldats ! Bon, et dans le pire des cas, à nouveau des gnomolds. Avec un feu installé entre eux, les deux enfants dormaient déjà contre Elise, cette dernière faisant la conversation avec les deux autres démons.

« Je m’excuse, je ferais mon tour de garde en dernière. Je n’ai pas envie de les réveiller. La viande leur a fait le plus grand bien. »

« Je veux bien croire ça … ça nous a changé de ce ces derniers jours. Heureusement que l’alimentation à la surface est aussi bonne que celle de chez nous. Même s’il faut avouer que ça surprend un peu au goût. »

« La surface et le monde souterrain ne sont pas si différents que ça, vous savez. On en fait des tonnes mais au final, ça se ressemble bien plus qu’on ne le croit. »

« Ah oui ? A ce point ? C’est vrai que vous viviez là-bas pendant des années. C’est dommage que vous ne puissiez pas retourner là d’où vous venez. »

« Disons qu’il y a eut un incendie … qui a emporté mon père adoptif. »

« Ah … Euh … D’accord, désolé, je voulais pas remuer quelques mauvais souvenirs dans la plaie. » murmura Nactor, visiblement un peu embêté.

« Ce n’est pas grave. Ca commence à dater, vous ne pouviez pas vraiment savoir. Je ne vais pas le crier sur tous les toits, hein ? »

« C’est vrai … pour cette nuit, vous pouvez éviter de faire le tour de garde. Que vous soyez princesse ou non, ça change pas que ça serait mieux pour vous. Ils ont besoin de vous pour cette nuit, encore plus que les autres. »

Elle haussa un sourcil, sans vraiment comprendre pourquoi il parlait de Wandy et Zalek de la sorte. Encore plus ce soir que les autres ? Qu’est-ce qui était si différent ? Elle avait du mal à savoir exactement mais en même temps … elle ne voyait pas trop, vraiment.

« Comme vous le désirez, si vous me promettez que ce n’est pas à cause de mon statut. »

« Promis sur … Et bien, je ne sais pas sur quoi exactement mais c’est promis. »

Elle a un léger sourire avant de fermer les yeux. Ses mains caressèrent les chevelures de son frère cadet et de sa sœur cadette. Elle allait donc pouvoir se reposer mais bon … elle espérait que les deux derniers démons qui les accompagnaient n’allaient pas mourir … eux aussi.

Le lendemain matin, elle eut la surprise de sentir une bonne odeur titiller ses narines, lui faisant ouvrir les yeux et bouger en même temps que les deux autres membres de sa famille. Elle écarquilla un peu les yeux, regardant devant elle tout en disant :

« Qu’est-ce qui sent si bon ? »

« Hahaha ! Il voulait vous faire une petite surprise. » déclara Nactor en désignant Hyzeut. Ce dernier avait le sourire aux lèvres, semblant préparer une étrange mixture dans une casserole faite de pierre.

« C’est quand même génial ce que l’on peut faire comme mélange avec les différents fruits. Je pense que ça va ressembler à une sorte de confiture … avec quelques pépins mais hey, ça devrait pouvoir gonfler nos estomacs pour la matinée. »

« Et pour le coup, vu que je crois pas que la viande, ça soit la meilleure idée du siècle, pour la matinée, peut-être que … »

« Dites, vous deux, vous oubliez pas une chose ? Même si de base, ça n’a aucun goût et que ça remplit à peine l’estomac, je pense qu’avec vos mélanges, ça devrait combler. »

Hein ? Les deux démons se regardèrent alors qu’Elise se concentrait, faisant apparaître ses lignes noires d’Alzar sur ses mains. Quelques secondes plus tard, voilà que des pains se formaient entre ses doigts. Elle les déposa dans un autre bol de pierre, déclarant :

« On avait abandonné cette idée car ça ne remplit pas vraiment les estomacs mais bon … C’est mieux que rien hein ? Pareil avec l’eau, ça ne fait pas disparaître cette sensation. Mais si on fait un petit mélange, ça compense et ça peut servir de repas consistant ! »

Et oui ! Les quatre autres démons la regardèrent avec émerveillement, Nactor donnant un petit coup d’épaule à Hyzeut, celui-ci s’activant pour rapprocher la mixture des pains qu’ils ouvrirent les uns après les autres.

« Bon si ce n’est pas bon, on le saura mais hey, faut bien expérimenter ! »

Jamais elle ne chercha à douter des deux démons. Ces derniers étaient comme ravis des expériences qu’ils étaient en train de mener sur la nourriture et elle avait bien vite compris que malgré tous les désagréments qu’ils subissaient en ce moment même, ils étaient heureux de découvrir ce nouveau monde.

« Bon ben … Bon appétit hein ? »

« Je vais tester le premier pour savoir si ce n’est pas empoisonné ! » s’exclama Nactor avant de croquer dans le pain recouvert de la substance gélatineuse et odorante.

« Alors, résultat ? Est-ce que tu vas t’écrouler au sol et baver ? »

« Hmmm … C’est assez visqueux … à avaler … y a l’air d’avoir encore quelques pépins. »

« Hey, je t’ai pas dit que j’allais te préparer un plat de roi ! Oups désolé, princesse Elise. »

« Ne t’en fait pas, je crois que pour cette comparaison, on peut accepter, n’est-ce pas ? »

Elle s’était tourné vers son frère et sa sœur, les deux ayant le sourire aux lèvres à cause de la remarque d’Hyzeut. Et maintenant ? Et bien, bon appétit ! La gelée de fruits n’était pas la plus délicieuse qui soit mais elle arrivait aisément à caler l’estomac de chacun.

« Hmmm … Vraiment délicieuse quand même ! Je ne savais pas que l’on pouvait produire une telle chose en aussi peu de temps. »

« Oui et non. En étant mercenaire, faut réussir à se débrouiller vite et bien. Si on ne sait pas cuisiner ou être ingénieux rapidement, on risque de mal finir … genre avec des crampes d’estomac. En plus, il faut aussi se méfier de ce qui peut nous tomber dessu en terme d’animaux sauvages ou alors de champignons souterrains. »

« Ah oui, ces fameux champignons toxiques ou qui donnent des hallucinations. »

« On dirait bien que la surface et les souterrains ne sont pas si différents que ça. Nous aussi, on a notre dose de champignons. Mais il suffit de les cuisiner d’une façon spécifique pour qu’ils perdent leurs effets. »

« Bien entendu ! Un exemple : le champignon sublumineux, vous connaissez non ? » commença à dire Hyzeut sur un ton plus scientifique qu’on ne pourrait le croire au départ. « Je pense que je ne surprendrai personne en signalant que la lumière provient principalement de la tête n’est-ce pas ? C’est là que contient son poison aussi. Il suffit de percer doucement la tête avec une pointe et de tapoter la base du champignon pour qu’une poudre s’en écoule. Le champignon perdra de sa lumière et dès qu’il sera complètement éteint, il sera bon à cuisiner. C’est plus ou moins comme ça qu’on peut les manger. »

« Je ne pensais pas à un cours culinaire en pleine forêt. Comme quoi, on peut parfois s’attendre à tout et être quand même surpris ! »

Nouveaux éclats de rire. Ils avaient eut de la chance, vint se dire Elise dans ses pensées. Les deux derniers démons qui les accompagnaient étaient adorables. Rien à voir avec les nobles prétentieux qui tentaient d’obtenir ses faveurs lorsqu’elle se trouvait au château. C’était même pour cela qu’elle restait si souvent avec Tery à l’époque.

« Malheureusement, pour ces champignons avoisinants, je préfère ne pas tenter le démon et on évitera de les manger sauf si la prin … Elise s’y connaît. »

« Je peux vérifier, je peux vérifier. Ca donnera un autre goût à la viande. On peut aussi voir pour quelques herbes sur le chemin ! »

« Et bien, on commence comme ça et on finit par vivre en communion avec la nature. Dommage que les voisins soient aussi poilus et agressifs. »

Même dans ces instants précis, ils arrivaient à rire des gnomolds alors que ces derniers avaient emporté les autres mercenaires, il n’y avait à peine que deux jours. Il valait mieux réagir de la sorte plutôt que de désespérer. Oui ! Et ils allaient trouver une civilisation qui voulait bien d’eux. Ca sera difficile mais bon … D’ailleurs, elle y réfléchissait.

« Vous pensez que malgré mon état, je pourrais rentrer en ville ? Comme je peux faire disparaître mes cornes, je pourrais peut-être … »

« Entre les blessures, les vêtements déchirés et autres, je ne sais pas trop. Ca peut se tenter mais en même temps, tu ne pourras pas emmener ton frère et ta sœur avec toi. »

« C’est exact, je ne l’ai pas oublié, ne vous en faites pas. Mais à côté, je sais qu’avec vous deux, ils seront bien protégés. »

« Euh … C’est trop d’honneur, princesse Elise, sur le coup. On a fait que ce qui nous semblait bien, vous savez ? Je veux dire … »

« Je crois qu’on va tenter cette méthode ! Il faut juste que j’arrive à me trouver un véritable cours d’eau pour au moins me décrasser. »

Car oui, la magie du pain et de l’eau, c’était vraiment inutile en fin de compte. Le liquide était aussi translucide que de l’eau mais nettoyait guère. Après, elle pouvait bien utiliser la magie aqueuse … mais vu qu’elle ne la maîtrisait pas réellement, elle risquait de commettre une effroyable erreur et elle préférait éviter cela.

« C’est comme tu veux, Elise ! Mais bon, on y est pas encore. Faudra déjà trouver de la civilisation auparavant … et une qui n’est pas agressive si possible. »

« Un petit village d’une centaine d’habitants sera suffisant. Généralement, ils ont peut-être trois ou quatre soldats pour les protéger et encore. »

« Oui, comme ça, s’ils réagissent mal, tu pourrais t’enfuir. »

C’était exactement pour cette raison. Qu’ils soient sur la même longueur d’ondes était une excellente chose. Au moins, la cohésion du petit groupe leur permettait de ne pas perdre trop de temps sur des détails du genre.

« Bon, par contre, c’est pas tout ça mais vu que le petit déjeuner est terminé, on va peut-être se remettre en route. Si on reste trop longtemps au même endroit, je suis certain que ces sales bêtes humanoïdes et poilues vont vouloir nous faire la peau. »

« Ah ça, la question ne se pose même pas ! Tu as tout à fait raison ! Allons-y les enfants ! »

Autant ne pas perdre de temps et surtout ne pas tenter le diable sur le coup. Elise se tourne vers Wandy et Zalek, les regardant en leur faisant un grand sourire. Zalek a encore un peu de gelée sur le coin des lèvres, Wandy se léchant le pouce pour l’essuyer.

« C’est bon pour nous, grande sœur. » confirma l’adolescente après avoir nettoyé le visage de son petit frère. Ils … le prenaient bien.

Ils allaient bien. Elle n’avait pas à s’en faire. Elle savait que c’était très difficile pour eux mais ils ne se plaignaient pas. Etait-ce à cause des aînés qui avaient sûrement déjà entraîné les deux enfants, plus ou moins, à se comporter de la sorte ? Elle n’en savait rien … mais les deux enfants royaux n’étaient pas de simples gamins. Encore aujourd’hui, elle le voyait.

Ils s’étaient remis en marche. Ils ne pouvaient faire que ça. Elle regarda tout simplement ce qui se trouvait autour d’eux. Des arbres, des buissons, des animaux sauvages qui fuyaient. C’était le lot quotidien des aventuriers de l’extrême qu’ils étaient.

Tout se passa plutôt bien pour les premières heures. Comme à leur habitude depuis cet incident, ils étaient sur leurs gardes et rien ne pouvait espérer passer dans leur champ de vision sans qu’ils ne le remarquent. La démone aux cheveux auburn était même sur le qui-vive, ne voulant laisser rien échapper à sa vue.

« Bon, ça a l’air sécurisé dans les environs. Je pense que l’on peut y aller. »

« Il vaut mieux de toute façon, hahaha ! »

« Euh … Les gars … et les filles, bien entendu. Je veux pas dire mais y a un truc qui pose plus problème là. Faut que vous veniez voir. »

Hyzeut était accroupi au sol, devant ce qui semblait être des traces de pas. Ce n’était pas les leurs, ils en étaient certains. Elise se rapprocha, étudiant les traces de pas à son tour avant de finir par dire d’une voix soucieuse :

« Nous ne sommes pas seuls … et ce sont des humains. Ce sont des traces de solerets. Il suffit de voir la profondeur des pas pour comprendre que ce sont des bottes de métal qui ont fait ça ou alors … il s’agit de … »

« De personnes qui ont une ossature sacrément lourde. »

Encore une fois, de l’humour. Bon, sur le coup, ce n’était peut-être pas le meilleur moment pour ça mais elle ne pouvait pas lui en vouloir. Le souci, c’est que contrairement aux villageois, les soldat de Shunter voulaient leurs morts.

« Qu’est-ce que nous faisons si on tombe dessus ou inversement ? »

« On verra sur le moment. Le mieux, ça serait que ça ne se produise pas. On ne va pas risquer nos vies, surtout s’il s’agit d’un groupe préparé à combattre les démons. »

« Ne pensons pas au pire avant le meilleur, Elise. »

C’est vrai. Nactor avait parfaitement raison. C’était pas le moment d’être pessimiste. Il fallait juste envisager que les soldats, s’ils se retrouvaient face à face, seraient d’accord pour discuter. De toute façon, vu l’état vestimentaire déplorable dans lequel le groupe de cinq était, il n’y avait aucun doute qu’ils n’étaient pas aptes à se battre.

Dans le pire des cas, s’ils devaient se battre, ils pourront les prendre par surprise … mais elle ne voulait pas cela à ce moment précis. Ce n’était pas ce qu’elle désirait. Elle espérait pouvoir résoudre tout ceci calmement. Ils en avaient assez fait.

Aujourd’hui, la sécurité de ses deux cadets importait plus que tout le reste. Elle savait que Nactor et Hyzeut feraient de leur mieux aussi … mais elle refuserait qu’ils se sacrifient pour eux. S’ils tombaient sur les soldats, ils régleront le souci … d’une manière ou une autre.

Laisser un commentaire