Chapitre 53 : Retour à la maison

Chapitre 53 : Retour à la maison

« Pfiou … Je suis un peu anxieuse quand même. »

« Pourquoi ? Par rapport à Manelena ? » demanda Royan alors qu’Elise avait la chance de pouvoir être installée sur la même monture que lui, ses mains autour du ventre du jeune homme tandis qu’il avait demandé à ne pas grimper dans le carrosse royal. Oui, les deux enfants pouvaient aisément en profiter.

« Pas qu’elle … mais en partie, oui. Disons simplement que nous ne sommes pas séparés en bons termes, loin de là. »

« C’est du passé ou presque. Tu vas devoir t’excuser mais en même temps, on ne peut pas y faire grand-chose hein ? Mais le plus important, c’est que tu sois sincère quand tu vas t’exprimer. Après, ça passera aisément pour tout le reste. »

« Je l’espère vraiment, Royan. Sinon, nous étions obligés d’être sur la même monture ? C’est un peu gênant, tu ne crois pas ? »

« Je ne crois pas non. Pourquoi ça le serait ? Il n’y a rien à cacher. »

« Je ne te savais pas … aussi … agressif ? »

Mais ce n’est pas pour lui déplaire. Il faut avouer qu’avant l’ouverture des portes démoniaques, c’était à peine s’ils osaient se tenir la main, discrètement, sans que personne ne puisse les remarquer. Mais maintenant, c’était différent.

« Agressif, agressif, c’est un bien vilain terme, tu ne trouves pas ? Comment se portent ton frère et ta sœur ? Vous ne vous ressemblez pas du tout. »

« Nous sommes tous de mère différente. C’est donc normal … et de mon côté, c’est encore plus … enfin, je pense que je te raconterai plus ou moins en détail comment ça s’est passé. »

« On a beaucoup de mois à rattraper, tu en as des choses à me dire et inversement. Comme tu as put entendre, j’ai décidé d’accepter mon titre de roi de Traslord. »

« J’ai cru entendre ça. Je suis contente pour toi mais ça ne risque pas de déranger pour … »

« Toi et moi ? Tu plaisantes, j’espère. Je te rappelle que ça ne risque pas de changer grand-chose. Et c’est même encore mieux que prévu. »

« Pourquoi cela ? Je ne suis pas … certaine de vraiment tout comprendre. »

« Et bien, tu n’as pas oublié un peu … ce que tu es maintenant ? Même si c’est du monde souterrain, tu restes une princesse, n’est-ce pas ? »

« Je ne pense pas que ça soit aussi simple que ça. Justement, le fait que je provienne du monde démoniaque risque de plus attirer les ennuis qu’autre chose. »

« Laisses le temps de tout se faire, d’accord ? Je n’aurai aucune hésitation, tu sais ? »s

« Je le sais parfaitement, Royan. C’est juste que … »

Elle ne savait pas comment exprimer exactement ce qu’elle ressentait à cet instant précis. Elle voulait le lui dire mais aucun mot ne sortait de sa bouche. Elle jeta un bref regard sur le carrosse royal derrière eux. Il était venu, quelques heures plus tard, dans la journée. Les chevaux avaient été exténué, obligés de prendre un rythme rapide pour pouvoir rejoindre le prince devenu roi qui était parti seul sans prévenir ou presque.

Tery … Comment est-ce qu’il allait ? Comment est-ce que tout cela se portait ? Elle en avait strictement aucune idée. Et les lettres ne passaient pas. Elle voulait lui donner des nouvelles pour Elen lorsqu’elle allait la voir. Car oui, bien entendu, il était hors de question qu’elle ne voit pas les autres. C’était d’ailleurs pour cela qu’ils voyaient actuellement, tous les deux. Bon, d’accord, ils étaient accompagnés par des soldats et par la petite troupe démoniaque et tout … mais en même temps hein … c’était normal. Elle n’allait pas laisser Hyzeut et Nactor en retrait alors qu’ils les accompagnaient depuis le début.

« Est-ce que … Manelena sera contente de me revoir ? »

« Tu n’es pas Tery mais bon, je pense qu’elle se « contentera » de toi si tu veux tout savoir. »

« Désolée de ne pas être un beau mâle aux cheveux bruns excentrique. »

« C’est exactement cette définition qui correspond à Tery. »

« On se moque, on se moque mais … » dit Elise sans pour autant terminer sa phrase. Dans ces moments-là, il valait mieux ne pas continuer.

Et bon, il suffisait de patienter et d’attendre, calmement, que tout se passe bien ou presque. Oui, quelque chose du genre. C’était mieux … dans une telle situation. Mais pour l’heure, ils avaient du chemin à accomplir et ce n’était pas à ignorer.

« Au sujet de ta petite sœur … Wandy, c’est bien ça ? Est-ce moi ou alors, dès que l’on parle de Tery, j’ai l’impression que … »

« Ce n’est pas une impression. Je dirai bien que c’est une amourette d’adolescente mais tu sais, les démons purs vivent plus d’un siècle, presque deux, de ce que j’ai cru comprendre avec mon père. Je sais pas s’ils grandissent comme nous ou non. »

« C’est vrai que tu n’es pas entièrement démone, ça n’a pas posé de problème ? »

« Par rapport à Wandy, Zalek ou mon père, l’empereur Malark, pas du tout. C’est plutôt par rapport aux aînés de la famille … Ah … Enfin, je te raconterai tout ça plus tard. Avec Manelena et les autres, tu verras, c’est passionnant. »

« Je ne sais pas si tu es ironique ou non. »

« Un petit peu … car ça l’est mais en même temps, c’est assez navrant. Tu comprendras bien assez vite quand on parlera tous les deux. Ah … Ca fait du bien de ne pas marcher sur le coup, je dois avouer, un vrai plaisir ! »

« Hahaha, tu dois avoir quelques ampoules aux pieds à force. Et ton petit frère et ta petite sœur semblent si tranquilles et calmes. »

« Ah ça, ce ne sont que des apparences. Le voyage les as exténué et aussi les événements. Ils ont assisté à la mort de nombreux démons et les combats contre les gnomolds, où ils devaient se cacher sans cesse … bref. »

« Donc quand nous serons définitivement en sécurité, dans le palais de Manelena … »

« Ils montreront leurs vrais visages de petits perturbateurs. Soyez prêts ! »

Royan eut un petit rire, rapidement rejoint par celui d’Elise. Bon ben, au moins, elle annonçait directement la couleur concernant son frère et sa sœur. C’était mieux que de ne rien prévoir. Enfin, par rapport à tout ceci.

« Wow … C’est autre chose que le petit village où nous avions été, grande sœur ! »

Elle se doutait un peu que Zalek réagirait de la sorte. Il était comme émerveillé par les rues bondées de Midès. Pour autant, ils évitaient de trop se faire remarquer bien que cela était assez difficile vu que Royan était parmi eux.

« Bon ben pour la discrétion, c’est un peu loupé. »

« Un petit peu, Royan ? Je remarque que ce n’est pas nous qu’ils observent mais l’actuel roi de Traslord. Comment ça se fait ? »

« Disons que … lorsque j’ai appris que vous étiez perdus dans Shunter, j’ai peut-être … levé un peu la voix et exprimé mes sentiments par rapport à tout ça. »

« C’est quoi un petit peu ? Hmmm ? » demanda t-elle en le regardant fixement dans les yeux alors qu’ils étaient juste en train de marcher maintenant. Monarque ou non, il n’était pas le genre de roi qui avait besoin d’une monture pour le moindre de ses déplacements.

« Disons que des rumeurs prétendent que … enfin, rien de bien spécial. »

« J’imagine que Manelena m’en dira plus à ce sujet, hein ? »

« Si on peut éviter de ramener ce sujet sur la table, Elise. Le plus important est que vous fassiez vos retrouvailles. Et surtout que tu vois une petite surprise concernant Elen. »

Une petite surprise ? Si c’est ce qu’elle pense, elle était déjà au courant depuis quelques temps hein ? Il n’oubliait pas un peu qu’elle … savait qu’elle était vivante ? Mais surtout ce qu’elle portait en elle ? Depuis le temps, l’enfant était né. Pour autant, elle se demandait surtout ce qui s’était passé pour que Royan soit aussi gêné.

Surement une embrouille ou autre. Enfin non, c’était un peu exagéré. Royan n’était pas du genre à vouloir se montrer menaçant. Enfin, c’était ça … avant l’époque où ils s’étaient séparés. Elle avait alors remarqué un autre visage, loin de celui de glace qu’il arborait habituellement. Plutôt comme un torrent qui se déchaînait.

Et finalement, ils étaient emmené dans le palais royal. On ne leur posa pas de question, on les laissa passer comme si de rien n’était. Wandy regardait à gauche et à droite, comme si elle était anxieuse. Elise posa sa main sur son épaule, lui souriant :

« Tu n’as pas à t’en faire. Manelena n’est pas si monstrueuse que ça. »

« Ce n’est pas ça … grande sœur. Je veux juste dire que … »

« C’est vrai que c’est une rivale mais tu vas en avoir deux en face de toi. Tiens-toi droite, bombe la poitrine et montre que tu n’as pas peur. »

« C’est … C’est vrai ! Père aurait honte de moi si je n’arrivais pas à m’imposer devant d’autres races ! Tu as raison, grande sœur ! »

Elle n’était pas vraiment certaine qu’elle avait compris tout ce qu’elle venait de dire mais bon, elle avait retrouvé la motivation et le sourire. Hmm … C’était pas vraiment un sourire ça. Plutôt comme si elle était résolue ? Qu’est-ce que ça voulait … Oooh ! Pourquoi est-ce qu’elle sentait que les ennuis allaient tomber sur leur nez sans même qu’elle ne puisse y faire grand-chose ? Oui, son instinct féminin venait de s’éveiller !

« Où nous nous dirigeons exactement ? »

« Vers la salle de repas. Comme j’ai demandé à Royan, vous avez sûrement faim et soif après ce long voyage et en même temps, un vrai repas ne vous fera pas de mal. Il en est de même pour nos deux compagnons, ils le méritent tout autant. »

« Bien entendu, bien entendu. Tu as entendu Zalek ? On va manger comme la reine de ce peuple. Pressé un petit peu ? »

« Baaaaaaaah ! Faut voir car c’était bon à l’auberge hier ! »


Hahaha ! Elle ne fit aucune remarque à ce sujet mais en même temps, elle dirait bien qu’après avoir passé presque une dizaine de jours en mangeant de la viande trop cuite, de la mixture de fruits sur du pain sans goût et autre, tous les repas devaient être bons. Pas qu’elle mettait en doute la qualité du repas de l’auberge mais normalement, ici, ça devrait être sensiblement différent … normalement.

« La reine Manelena vous attend. » vint dire l’un des deux soldats gardant la salle des repas, l’autre commençant à ouvrir la double porte pour les laisser rentrer.

Elle passa en première, aux côtés de Royan. Zalek et Wandy vinrent les suivre tandis que les deux mercenaires qu’étaient Nactor et Hyzeut terminèrent la marche. Des visages qu’elle reconnaissait. Elle ne voulait pas soupirer de soulagement mais …

« Manelena … Elen … Madame Vanian. »

Oui, même la mère de Tery était là. C’était peut-être ça la surprise ? Ou alors plutôt le charmant petit bambin que tenait Elen dans ses bras en regardant Elise et Royan avec un sourire, visiblement heureuse de revoir Elise.

« Qui … est Manelena ? » murmura doucement Wandy, Elise tournant son visage vers la femme aux cheveux argentés qui semblait patienter, l’air de rien.

« La voilà, Wandy. Pourquoi est-ce que tu me demandes ça ? »

« Vous êtes la reine Manelena ? » demanda Wandy avant de se diriger vers la femme aux cheveux argentés, celle-ci la toisant de son regard rubis, croisant les bras.

« C’est exact. Pourquoi cette question ? »

« Tout d’abord, enchantée de vous rencontrer et merci encore pour tout ce que vous avez fait pour nous. » déclara l’adolescente avant de s’incliner respectueusement devant la reine. Celle-ci répondit par un petit mouvement de la main pour dire que ce n’était pas grand-chose. « Et je tenais à dire que je me battrais jusqu’au bout pour le coeur de Tery. »

… … … NON ?! Qu’est-ce qu’elle venait de dire ?! Elise resta bouche bée, comprenant pourquoi elle avait eut un mauvais pressentiment auparvant. Qu’est-ce qui venait de prendre à Wandy de se comporter de la sorte ?!

« Je vois qu’elle a un peu d’humour, ta petite sœur, Elise. »

« Je suis plus que sérieuse ! Que vous soyez la reine de Shunter n’y changera rien ! »

« T’as l’air d’avoir oublié ta réelle rivale pour Tery. Elle se trouve là-bas. »

Un petit signe du pouce, sans même un regard vers Elen bien qu’elle la désignait. Pour autant, la femme aux cheveux blonds ne sembla guère être embêtée par tout ceci, faisant juste un léger sourire avant de prendre la parole.

« Wandy, c’est bien cela ? Je m’appelle Elen. Enchantée de te rencontrer. »

« E… Elen … Vous êtes alors … Enfin … Et … dans vos bras ? »

« Malgré les mois qui passent, je sais que c’est stupide, mais elle ne possède pas encore de prénom. Je veux attendre qu’il revienne à moi pour que nous puissions le choisir ensemble. »

« Ah … mais … Ah ! Enfin, je ne me laisserais pas faire ! »

Elle s’était exclamée, comme pour signaler qu’elle n’était guère d’accord avec ce qui venait de se passer. Pour autant, elle ne semblait pas comprendre qu’elle devenait légèrement ridicule bien qu’elle montrait une conviction très forte pour son âge.

« Bon au moins, elle a le cran de vouloir me tenir tête dans mon pays, dans mon château, dans l’une de mes salles. Maintenant, est-ce qu’elle tiendra bon en plus de me tenir tête ? »

La femme aux cheveux argentés avait fini par se lever, Elise se plaçant devant sa petite sœur bien que celle-ci fit un pas de côté. Elle passa une main dans ses cheveux verts tout en faisant quelques autres pas mais en avant. Quinze ans, c’était beaucoup trop jeune pour mourir ! C’était de la folie ! Surtout qu’ils venaient à peine d’arriver !

« Pardonnes-lui, Manelena. S’il te plaît, je n’ai pas envie que tout dégénère. »

« Pourquoi est-ce que cela dégénérerait ? Est-ce qu’elle m’a offensé ? »

Un petit sourire aux lèvres se dessina chez Manelena tandis qu’elle avait gardé ses yeux posés sur Wandy. Mais surtout, les deux personnes étaient maintenant face à face. La différence de taille était flagrante même si Wandy pouvait paraître plutôt grande pour son âge. Et pourtant, elle continuait de fixer Manelena, levant la tête pour lui faire face.

« Sincèrement, certaines personnes sont comme des animaux. Elles n’ont pas conscience du danger sauf quand il est trop tard. »

« Je ne suis pas un animal mais je sais reconnaître parfaitement qui est problématique ou non. Et pour l’heure, c’est vous l’antagoniste principal. »

« Ah ben voyons donc. Antagoniste principal. On pourrait presque croire que je passe pour la méchante de service. Je note ça, c’est très intéressant. »

« Je crois que je vais abandonner. Ca sert à rien d’essayer de vous faire entendre raison à toutes les deux. Ah … Sincèrement, j’avais espéré que ça ne se passerait pas ainsi. Visiblement, je me suis trompée assez salement. »

Elise poussa un soupir fatigué mais elle gardait un petit sourire en voyant qu’Elen ne semblait guère inquiète par la tournure des événements. Il en était de même pour la mère de Tery tandis que Zalek restait caché derrière Elise. Les deux mercenaires ? Ils observaient la situation, l’air de rien, comme si tout cela ne les concernait pas, ce qui était totalement vrai dans le fond même s’ils ne le pensaient pas de vive voix.

« Et si nous partagions plutôt un repas, qu’est-ce que vous en dites ? » déclara Royan tout en coupant le silence pour éviter que ça ne dégénère encore un peu plus.

Pour autant, l’adolescente et la femme aux cheveux argentés continuaient de s’observer en chiennes de faïence, prêtes à montrer les crocs. Elise poussa un second soupir avant de placer une main sur l’épaule droite de Wandy :

« Wandy, tu as entendu Royan, non ? Tu t’installes à côté de moi à table. »

« … … … D’accord. Puisque c’est toi qui me le demande, grande sœur. »

« On pourra parler pendant des heures de Tery, vu tout ce que nous avons vécu avec lui. » commença à dire Manelena, Elen déclarant aussitôt :

« Manelena, ne soit pas aussi taquine envers elle, s’il te plaît. »

« Oh, je ne suis pas taquine. Je suis tout ce qu’il y a de plus sérieuse en ce qui la concerne. Néanmoins, à elle de voir … ce qui peut se passer ou non. »

« Je n’hésiterai pas à relever les défis que l’on me lance. » rétorqua Wandy. Elise leva les yeux vers le plafond, se demandant comment est-ce qu’ils avaient put arriver à ce résultat.

Mais voilà, contrairement à ce qu’elle s’était inquiété, tout se passa bien plus calmement qu’elle ne le pensait. Wandy et Zalek étaient de chaque côté d’Elen, semblant abandonner complètement Elise qui était à côté de Royan, lui-même à côté d’Hyzeut tandis que Nactor était non-loin de Manelena et de la mère de Tery.

« Vous êtes donc la mère de Tery, le chevalier protecteur d’Elise ? »

« C’est exact. Est-ce que mon fils vous a crée du tort ? »

« Euh en fait, pas vraiment. On va dire que je ne l’ai pas connu réellement. Juste que son nom est très connu dans le royaume souterrain. »

« Ah ça, tout le contraire de son enfance et son adolescence. Depuis qu’il est devenu adulte et qu’il a rencontré Elen, on va dire qu’il a changé radicalement de vie. Qu’est-ce qu’il devient ? »

« Je ne suis pas le mieux placé à ce sujet pour en parler malheureusement. Ni moi, ni les autres, nous avons été séparés depuis cette agression. »

« Enfin, du peu qu’on puisse dire vu qu’on a passé quelques journées avec lui, c’est qu’il était très amical, pas prise de tête sur les conventions. Même si y avait quelques diplomates donc des personnes de haut rang, il ne faisait pas attention aux classes sociales. »

« Ca lui correspond bien, ça. Contente de voir … que ce côté là n’a pas changé malgré l’incident qui l’a emmené à venir dans le monde souterrain. »

« Elise a sûrement d’autres anecdotes à vous raconter. C’est avec elle qu’il a vécu pas mal de temps. Ils sont venus tous les deux et tout, non ? »

« C’est exact mais si je commence à raconter tout ce qui s’est passé depuis le début, ça risque de prendre quelques heures. »

« Nous avons tout notre temps maintenant, Elise. Ca nous fera des choses à dire pendant les prochains repas, non ? »

Royan avait raison sur le coup. Ils n’étaient guère pressés. Ils avaient tout le temps qu’il fallait. Aucune raison de chercher à se presser. Pour l’occasion, le jeune homme aux cheveux bleus put sentir qu’une main se glissait vers la sienne, sous la table alors qu’il sursautait légèrement, tournant son visage vers Elise tout en souriant.

« Bon ben, c’est décidé alors. Je vous raconterai les mésaventures de Tery et vu la quantité qu’il y a, je ne vais pas manque d’anecdotes pour le mois à venir. »

« Tout ce qui se rapporte de près ou de loin à Tery m’intéresse, Elise. »

Elen n’avait pas besoin de s’exprimer pour qu’Elise le sache. Un peu comme Manelena qui était resté muette par rapport à ce nouveau sujet. Pas difficile de savoir qu’elle aussi désirait avoir un maximum d’informations au sujet du jeune homme bien qu’elle évitait de le crier de vive voix. Enfin bon, elle était de retour parmi le groupe et il ne manquait plus qu’une personne pour qu’il soit complet. Vivement qu’il se dépêche !

Laisser un commentaire