Chapitre 54 : Pour la paix

Chapitre 54 : Pour la paix

« Royan, je ne suis pas certaine que ça soit une bonne idée. »

« Je pense que si … Pouvoir t’enlacer est tout ce qui me suffit en ce moment. »

Oui mais … est-ce qu’il n’oubliait pas quelque chose ? Ils étaient dans un couloir. D’accord, il était désert mais rien empêchait les gardes de passer par là et de les voir, enlacés dans les bras de l’un et l’autre. Elle ne disait pas non aux marques d’affection, loin de là.

« Après tout ces mois passés sans toi, je veux rattraper le temps perdu, Elise. »

« Bon, ça me semble être un argument raisonnable et légitime. Viens donc dans mes bras, Royan. Ou alors, tu préfères l’inverse ? »

« Qu’importe … Oh … et puis, puisque j’ai proposé, c’est moi qui t’attrape. »

Ils avaient fini de discuter avec Manelena et les autres. Oh, bien entendu, ils n’avaient pas pu parler de toutes les choses qui se déroulaient dans le monde souterrain. Enfin, s’étaient déroulé plutôt. Mais pour le moment, elle s’était niché dans ses bras, prenant une profonde respiration tout en souriant tendrement bien qu’elle ne montrait pas son visage au jeune homme aux cheveux bleus.

« Elise, qu’est-ce que tu dirais de te promener demain ? Uniquement toi et moi ? »

« Je pense que cette proposition est des plus intéressantes. Maintenant que je sais que Wandy et Zalek sont en sécurité dans le château, j’imagine que je pourrais les laisser seuls. »

« Oh … Tu es certaine de laisser Wandy seule ? »

« Par rapport à Manelena ? Je pense que cette dernière est assez adulte pour ne pas faire de bêtises, n’est-ce pas ? Et tu as vraiment envie que je fasses une promenade avec toi ou non ? Car tout ce que est en train de dire m’incite plus à rester auprès de Wandy. »

Elle était taquine, lui tirant doucement la langue alors que le jeune homme aux cheveux bleus paraissait maintenant bien embêté. C’est vrai que tout cela allait se retourner contre lui. Pourquoi est-ce qu’il n’avait pas chercher à se taire plutôt ? Quel idiot. Il était un peu déboussolé et c’était uniquement de sa faute.

« Pardon, Elise. Je pensais juste … enfin … »

« Ne t’en fait pas, ce n’est pas un souci. Et puis, c’est bon que Wandy ait une rivale. Même si j’aurai préféré que ça ne soit pas avec Manelena. »

« Elle est encore jeune et il faut avouer que sa cible est particulière. Comment est-ce que Tery a réussi ce petit tour de passe-passe ? »

« De la même façon qu’avec Elen et Manelena : il est resté lui-même. Comme quoi, ça suffit pour certaines demoiselles. Je ne vais pas l’empêcher d’avoir des émotions et sentiments à l’encontre de Tery. Je l’estime assez mature quand même. »

« Si jeune et pourtant si adulte. Il faudra m’expliquer ce qui s’est passé concrètement. »

Oh … Pour cela, ils ont pas mal de temps devant eux non ? Et ils ont beaucoup de choses à se dire donc qu’il ne s’en fasse pas, ils allaient parler tous les deux. Ils allaient parler de beaucoup de choses, oh que oui.

Les heures s’écoulèrent et surtout, comme elle se le répétait tant de fois, ils pouvaient enfin souffler réellement. Zalek était souvent aux côtés d’Elise et de la mère de Tery, les deux femmes, avec leur aura maternelle semblant avoir les faveurs de l’enfant. Wandy, quant à elle, avait demandé l’autorisation de se rendre dans la bibliothèque royale, si bien entendu, il y en avait une, ce qui était le cas.

Nactor et Hyzeut, quant à eux, avaient tout simplement demandé à pouvoir s’entraîner avec les soldats de Traslord. Cela était un bon exercice et surtout se battre sans risquer leurs vies, c’était une bonne chose pour se garder en forme. Chacun avait plus ou moins trouvé sa place dans cet endroit en attendant que les journées se passent. Chaque soir, ils se retrouvaient tous ensemble autour de la table, qu’importe si Nactor et Hyzeut étaient de « simples » mercenaires, Manelena n’y tenait guère compte.

Et Elise racontait alors différentes anecdotes et histoires avec Tery. Que ça soit leurs débuts dans le monde souterrain, avec la guilde et tout le reste. Les créatures monstrueuses qui habitaient dans ces endroits et tout le reste. Des choses toujours aussi surprenantes mais qui continuaient de faire plaisir à Elen et aux autres, du moins, tant qu’il n’était pas question d’histoires qui mettaient en danger Elise et Tery.

« Mais bon, après tout, la vie n’est pas un long fleuve tranquille et les démons peuvent vraiment poser de gros problèmes si on ne fait pas attention. »

« Ah ça … C’est sûr que pour beaucoup de démons proches de la surface, ils n’ont pas tellement de choix. Certains se dévorent entre eux et deviennent complètement fous. Si en plus, ils sont en liberté, autant dire que le résultat n’est pas très joyeux. »

« Plus une famille est noble, plus il est aisé pour elle de garder le contrôle de son corps malgré le fait de dévorer d’autres démons. »

« Dévorer d’autres démons, c’est du cannibalisme. Est-ce que … »

« Tery et moi ? Jamais. Nous n’avons jamais ressenti le besoin de manger d’autres démons. Peut-être est-ce parce que nous n’avons jamais été ainsi dès le départ ? Je n’en sais trop rien mais les faits sont là. »

« Et pour vous autres ? » demanda Manelena en regardant Wandy et les autres démons présents. Les deux enfants hochèrent la tête négativement, Wandy disant :

« En tant que membres de la famille royale, nous ne pouvons pas nous permettre de manger n’importe quel démon. De même, il faut être dans un âge correct pour cela. Beaucoup de démons mangent la chair des leurs bien trop tôt et perdent la raison, finissant par errer dans les environs. Du moins, c’est ce que j’ai appris quand j’étais plus jeune. Zalek a été souvent emmené auprès d’Haiktos donc je ne crois pas qu’il avait commencé à apprendre cela. »

« Oui mais quand même, grande sœur, je sais lire et écrire hein ! »

« Je n’ai pas prétendu le contraire, simplement, tu avais d’autres priorités. Et ta lecture n’était pas forcément elle qu’un enfant de ton âge devait avoir. »

Il ne pouvait pas nier ce qu’elle disait. Il était un peu déconfit par tout ça et cherchait tout simplement à bien se mettre en valeur, comme Wandy et Elise. Mais bon, il n’y arrivait pas et était maintenant un peu attristé.

« Par rapport à ce … cannibalisme, qu’est-ce que cela apporte ? Vous récupérez l’intégralité des pouvoirs du démon que vous dévorez ? »

« Si c’était aussi simple et efficace, beaucoup de démons passeraient leurs existences à cela. Non, non, c’est plus compliqué que ça. » commença à expliquer Wandy, comme le ferai un professeur à ses élèves.

« Et bien, qu’est-ce que tu attends pour nous expliquer ? » signala Manelena tout en l’invitant d’un mouvement de la main à continuer.

« Je le pourrais mais tout est aussi une question de « cohabitation ». Il faut que les pouvoirs d’un démon concordent avec ceux du démon qui la concorde. Deux pouvoirs qui s’opposent, il n’y a aucune chance ou presque qu’ils puissent être dans un même corps. Bon, si tel est le cas, le résultat peut donner quelque chose de merveilleux … ou alors désastreux. »

« D’accord et tu parlais de perdre le contrôle, c’est fréquent ? »

« Pas dans la capitale mais ça arrive plus souvent qu’on ne le croit. Même s’il n’y a pas perte de contrôle totale, il arrive que des fois, certains démons ont des accès de folie, sans prévenir. Ils sont prêts à tout ravager et détruire sur leur chemin. »

« Merveilleux … comme si nous n’avions pas besoin de ça auparavant. »

« A côté, comme signalé, c’est plus fréquent dans les communautés de démons proches de la surface. Etant plus faibles que ceux qui vivent dans la capitale, ils tentent de tout accomplir pour espérer survivre un jour de plus. »

« Les faibles qui s’entre-dévorent. Rien de plus classique. Et ensuite ? »

« Ensuite ? Qu’est-ce que je peux dire de plus ? C’est difficile à expliquer, vous savez. »

« Est-ce que dans la royauté, ceux qui sont morts sont dévorés par les autres ? »

« Bien sûr que non ! » s’exclama Wandy aux paroles d’Elen, presque choquée qu’on puisse imaginer ça de leur part. « Nous avons déjà assez de problèmes … dans notre famille pour que nous commencions à nous dévorer. Enfin, normalement, ça ne se fait pas … puisque qu’en tant que membre d’une même famille, nous pourrions aisément récupérer les pouvoirs des autres membres de la famille et ça ne serait pas bien vu, pas bien du tout. Donc il vaut mieux éviter pour eux, s’ils ne veulent pas de problèmes. »

« C’est sûr que si tu vois une personne que tu connais utiliser les pouvoirs d’une autre personne que tu connais, ça risque de ne pas faire plaisir aux repas de famille. »

« Bon, parlons d’autres choses ! Maintenant que nous allons mieux, il faut peut-être réfléchir à l’éventualité de revenir dans le monde souterrain, non ? »

Elise avait pris la parole, tournant son visage vers les autres démons présents. Wandy avait repris sa place, l’air de rien tandis que Zalek semblait ravi à cette idée. Pourtant, Nactor hocha la tête négativement avant de prendre la parole :

« C’est déconseillé, princesse Elise. Quand votre frère et votre sœur apprendront que vous êtes encore vivantes comme vos deux cadets, il y a de très fortes chances que de nombreux démons vous attendent pour en terminer avec vous. »

« Je le sais bien mais je ne peux pas rester là, les bras croisés, sans rien faire non plus ! »

« Je n’ai pas dit cela, princesse Elise. Simplement, il va falloir prendre des précautions. Nous ne pouvons pas nous y rendre sans aucune préparation ou autre. »

« Bien entendu, je ne comptais pas partir dans la journée. »

« Et je ne comptais pas te laisser partir après tout ce temps. » compléta Royan alors qu’Elise avait un petit sourire aux lèvres, comme amusée par les propos du jeune homme. Elle n’en doutait pas un seul instant, loin de là, hein ?

« Les deux tourtereaux, les effusions de la sorte, c’est en privé. »

Manelena avait émis un léger grognement de mécontentement, Elise et Royan arrêtant de se fixer dans les yeux, gardant néanmoins leurs sourires aux lèvres. Manelena prit une profonde respiration, pour ne pas se mettre en colère inutilement.

Elle n’avait rien à y gagner en agissant de la sorte. Même s’il était vrai qu’elle était … assez enclin à leur pourrir un peu l’existence. Non, elle était une reine maintenant. Celle de Shunter. Elle ne pouvait pas se laisser aller à de telles bassesses. Elle valait beaucoup mieux que tout ça hein ? Mais bon … Elle était quand même bien agacée.

« Avant de tirer des plans sur la comète, on va déjà régler le souci qu’il y a avec les mékalarmiens et les autres démons. »

« C’est vrai, Elise. Nous t’en avions un peu parlé ces derniers jours mais je ne sais pas si tu avais eut plus de détails pour les mékalarmiens. »

« Pas vraiment. Je sais juste que tu m’avais dit qu’il y avait des mékalarmiens aux écailles blanches qui cherchaient un refuge mais à part ça, rien de plus. »

« Je suis fautif, je n’ai pas assez bien expliqué. Manelena, tu pourras mieux leur dire ? »

« Humpf ! Pourquoi pas ? Ca nous changera du sujet démoniaque. Bon, alors, les données sur les Mékarlarmiens, qu’est-ce que nous avons ? Ah oui. »

Manelena avait décidé de se relever pour faire quelques pas, fouillant dans des papiers qu’elle ne gardait jamais loin d’elle. Des papiers assez importants, même si actuellement, ils étaient dans une salle où de base, il n’était nulle question de « travailler ». Mais bon, entre ce qu’ils comptaient faire et la réalité, c’était deux choses totalement différentes.

« Alors, d’après ce que les Mékalarmiens ont bien voulu nous apprendre malgré la terreur et la peur qui les animait, c’est que leur peuple a décidé de contacter tous les mékalarmiens qui possèdent des lignes de Zélisia. Même pas ceux d’Alzar. Bon, comme pour les autres mékarlamiens, il n’est pas difficile de les repérer. Ils possèdent des écailles blanches. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ils étaient assez nombreux. »

« Ah ? Cela voudrait dire que c’est la même pour Shunter et les autres ? »

« Il y a de fortes chances. Tout le monde ne crie pas sur les toits qu’il est porteur des lignes d’Alzar ou que son enfant les possède. Il en est de même pour Zélisia, vu que cela peut être utilisé à mauvais escient … un peu comme dans le cas de Mékalarma. »

« Comment ça, Manelena ? » questionna Elise avec attention, visiblement très concentrée sur le sujet, attendant le reste des réponses.

« Comme j’en avais peut-être déjà parlé, les mékarlarmiens fabriquent des armes et armures en arrachant tout simplement les pouvoirs magiques de leurs compagnons adeptes de Zélisia. Résultat : ces derniers souffrent atrocement avant de généralement mourir pour une « meilleure » cause comme ils aiment le dire. »

« Mais j’imagine que ces mékarlarmiens sacrifiés ne se sentent pas vraiment d’humeur à vouloir mourir pour ça, non ? »

« Surtout pas … vu que d’autres données récoltées par les éclaireurs signalement que les mékarlarmiens font aussi des expériences sur les démons pour fabriquer des arme et armures « vivantes » capables d’utiliser leur facultés d’absorption. C’est justement en partie pour cela que j’ai voulu confirmer tes propos, jeune fille. » dit Manelena tout en se tournant vers Wandy à qui elle venait de s’adresser.

« Jeune fille ? Je n’aime pas ce terme … mais y a plus grave que ça. Vous voulez dire … qu’il y a une race de la surface qui … transforme les démons en armes et armures ? Mais c’est monstrueux ! Et ils font ça avec leur propre race ?! »

« Après, vu que les démons s’adonnent au cannibalisme, je pense pas que vous êtes les mieux placés pour faire des remarques à ce sujet mais … oui, ça reste vraiment ennuyeux. Surtout que ceci explique pourquoi les Mékalarmiens sont sur le pied de guerre depuis déjà quelques semaines, c’est bien ça, Royan ? »

« Quand tu as demandé à envoyer plusieurs éclaireurs, j’ai fait de même de mon côté mais en évitant qu’ils ne rencontrent les tiens. Et oui, j’ai aussi prévenu Claudiska à ce sujet. »

« Tandis que je faisais de même avec certains clans d’Honoros. Ils sont prêts à ce qu’une nouvelle guerre ne débute … Moi aussi, je suis mal placée pour faire une remarque sur le fait qu’une nation déclare la guerre aux quatre autres. » soupira Manelena.

« Ah ça, ce n’était pas de ta faute spécifiquement, Manelena. »

« Ca ne sert à rien d’essayer de me remonter le moral, Elen. Ce qui est fait est fait, même si ça commence à dater, la guerre est encore dans le coeur de nombreuses personnes, par ma faute et celle de mon père. Bon … Nous étions partis sur quoi à la base ? »

« Une expédition pour le monde souterrain pour retrouver Tery. » soupira à son tour Elise. C’est vrai qu’ils avaient dérivé du sujet principal assez fortement, oui.

« Oui, c’est vrai. Et nous avions dit que ce n’était pas possible à l’heure actuelle. Du moins, vos deux mercenaires ont bien évoqué que ça serait trop dangereux. »

« C’est exact, reine Manelena. Mais bon, rien n’empêche de préparer le terrain pour ça. Et qui sait, peut-être que dans le futur, nous pourrons retourner là-bas sans avoir à risquer nos vis hein ? Avec le nombre croissant d’émigrants démoniaques, ces derniers seront autant de sources d’informations pour savoir si la situation dégénère de plus en plus ou s’améliore, non ? Qu’est-ce que vous en dites ? »

Hyzeut avait pris la parole malgré qu’il n’y était pas autorisé. Mais cela ne dérangeait pas les différentes personnes présentes, Manenela reprenant la parole :

« De toute façon, on n’a pas trop le choix. On a récupéré une des deux personnes que nous désirions, c’est mieux que rien. Par contre, le fait que vous soyez tous de la famille royale du royaume démoniaque, ça n’aide pas vraiment. »

« Surtout quand on sait à quel point mon père peut très vite faire un carnage. » chuchota faiblement Wandy, baissant les yeux. Elle se rappelait de la scène qui s’était déroulée avec … sa grande sœur, complètement annihilée par le monarque.

« Ce n’est pas … vraiment une bonne chose. »

« Wandy, ne te force pas à ravoir de mauvais souvenirs, c’est mieux. D’accord ? »

« Je voudrais bien, grande sœur mais à côté, c’est vraiment … » commença à dire la jeune demoiselle en baissant les yeux, presque honteuse d’être aussi faible.

« Ne t’en fait pas, Wandy. Je t’ai dit que ce n’était pas de ta faute et ça ne l’est pas. La seule fautive dans cette histoire, c’est Lylé. »

« De qui est-ce que vous parlez, toutes les deux ? Un autre membre de votre famille ? »

« Un ancien membre, qui a essayé de me tuer ainsi que Tery. Sauf qu’elle a fait une erreur de trop et que notre père, l’empereur Malark, a décidé de la punir par la mort. »

« Oh … Famille ou non, des fois, il faut faire des choix. » murmura Manelena, prenant une profonde respiration.

« C’est exact, Manelena. Notre père l’a fait en connaissance de cause. Ce n’était pas la première à agir de la sorte et ça ne sera pas la dernière. »

Autant le dire clairement à ce sujet. Il n’y avait aucune raison de cacher qu’ils avaient de nombreux fruits pourris dans le panier familial. D’après les dires de son père, ce n’était pas que cette génération qui était gangrenée mais depuis des siècles et des siècles. Bref, rien de bien fameux et rien d’appréciable à retenir.

« Pourquoi j’ai la sensation que cette réunion a été inutile ? » déclara Manelena après une bonne minute de silence assez pesante.

« Ca, c’est ton appréciation, Manelena. De mon côté, j’estime que nous avons évoqué pas mal de sujets assez importants. Maintenant, il faut juste que l’on voie ce que le futur prévoie pour nous. Ah … Hum … Bon, si ça ne dérange pas, je vais me promener. »

Elen avait fini par se lever, ayant parlé bien peu durant toute la discussion alors qu’elle s’éloignait comme si de rien n’était. La mère de Tery se leva à son tour, déclarant :

« Je vais l’accompagner. Malgré tout, elle est très contente de t’avoir revue, Elise. »

« Ah, ne vous en faites pas, ça, je suis au courant. Ca fait déjà quelques jours que nous sommes ici. J’ai eut l’occasion de lui parler. »

« Et j’imagine qu’elle n’a pas put s’empêcher de te questionner au sujet de Tery. »

« Pas qu’un peu … et je lui ai dit tout ce que je savais à son sujet, hahaha. »

« Et plus encore, je dois imaginer. Je vais aller la voir. Cela doit lui peser néanmoins. »

Bien qu’elle ne le montrait pas. Elise haussa un sourcil, un peu étonné d’apprendre cela bien qu’elle ne pouvait rien y faire en fin de compte. Surtout, qu’à force de continuer à parler de Tery, une seule question lui arrivait en mémoire :

« Je me demande vraiment comment ça se passe de son côté. »

« Si tu parles de Tery, le plus important, c’est qu’on sait qu’il est vivant. »

« C’est un constat qu’il est difficile à ignorer. Le souci, c’est que si on obtient pas plus d’informations au fil des semaines, on ne saura pas vraiment comment il va. »

Et les voilà tous repartis à discuter au sujet de Tery. Pourtant, cela ne dérangeait personne parmi les femmes présentes. Royan et les garçons ? Il demanda aux deux mercenaires et à Zalek s’ils voulaient plutôt voir du côté de l’entraînement militaire des soldats de Midès.

« Ah ben oui ! Vous pensez que je pourrais m’entraîner aussi, monsieur Royan ? » demanda Zalek avec quelques étoiles dans les yeux.

« M’appeler monsieur alors que je n’ai même pas la vingtaine, j’ai mal. »

Les paroles n’étaient pas tombées dans l’oreille d’une sourde, Elise éclatant de rire alors que le jeune homme aux cheveux bleus rougissait. Bon ! On verra ça pour l’entraînement avec les soldats ! Ils allaient s’y rendre avant qu’il ne se rende encore plus ridicule.

Laisser un commentaire