Chapitre 12 : Pris au piège

Chapitre 12 : Pris au piège

« Première demie-heure, rien à signaler. Nous avons fait un tour d’horizon sans trouver âme qui vive. C’est étrange, ça ne devait pas être plus peuplé normalement, la surface ? »

« D’après les légendes, il est dit que plusieurs peuples vivent sur la surface et qu’ils ont des caractéristique très différentes des nôtres. »

« Certains auraient des oreilles pointues, d’autres des ailes pour voler. Enfin, chez eux, ça serait naturel, sans qu’ils aient besoin de manger autrui ou un monstre. »

« Ouais, j’ai entendu ça ! D’ailleurs, par contre, paraîtraient qu’ils dominent qu’un seul élément. Enfin, ils savent en utiliser qu’un. »

« Oui, mais pas lié à leurs races. Les races peuvent utiliser tous les éléments mais juste un seul. C’est ce que j’ai cru comprendre, moi, de mon côté ! »

En fait, si ce n’était pas à cause de ce foutu chef, il apprécierait la présence des autres démons. Ces types ne semblaient pas mauvais dans le fond, simplement, ils étaient complètement perdus. De ce qu’il avait compris, cela voulait dire que les démons, depuis tous ces siècles enfermés sous la surface, voire des millénaires, n’avaient aucne connaissance de la surface. Comment est-ce qu’ils devaient s’imaginer ce monde ? Ah …

« Ils sont presque trop mignons, tu ne trouves pas, Elise ? »

« Evite de dire cela devant eux, Tery. Je ne crois pas que des êtres comme eux apprécieraient ce terme. Par contre, tu peux l’utiliser pour moi. »

« Mais oui, elle est vraiment trop mignonne, ma sœur adorée. » dit-il en tapotant le sommet du crâne de la jeune demoiselle, celle-ci rigolant en se laissant faire.

« Fais attention, il lui arrive de mordre, tu le sais ? »

« Hahaha ! Si ce n’était que ça son souci avec elle, je serais bien soulagé. »

« HEY ! Mais qu’est-ce que tu es en train d’insinuer ? Je peux savoir ? »

Pour toute réponse, elle en obtint aucune. Le jeune homme gardait juste le sourire avant que le chef de la troupe ne finisse par s’adresser à tous :

« Bon, inutile de tourner en rond. Je ne pensais pas que l’on devrait partir tout de suite aussi loin mais vous allez m’accompagner. On va trouver l’endroit où était normalement localisée la précédente patrouille. Ca fait une semaine que nous sommes sans nouvelle à son sujet. »

Il allait demander si c’était vraiment une bonne idée que d’aller retourner à l’endroit exact où se trouvait normalement l’ancienne patrouille. Enfin bon, il avait surtout compris le message qui consistait à se taire et ne rien dire pour ne pas faire que le chef s’emporte. Bon, de toute façon, il avait juste à se concentrer sur sa protection et celle d’Elise. Les autres pouvaient très bien se débrouiller seuls, sans qu’ils aient besoin de s’en mêler, non ? C’était comme ça que ça allait marcher, n’est-ce pas ? Et bien entendu, le golem sera que de leur côté.

Enfin, le golem n’était pas encore apparu, il avait préféré ne pas l’invoquer tout de suite. Pas qu’il se sentirait épuisé, loin de là, simplement, il valait mieux garder l’effet de surprise au cas où une agression devait arriver. En parlant à ce sujet, ce n’était pas uniquement ça … mais il avait vraiment le sentiment que quelque chose de néfaste était en train d’arriver mais quoi ? Qu’est-ce qui était réellement en train de se passer ?

« HE… HEY ! Là-bas ! » s’exclama l’un des démons en désignant droit devant eux, un peu sur la droite. Hum ? Tous se tournèrent vers la direction du doigt pointé. Une odeur nauséabonde vint envahir leurs narines, Tery faisant une petite mimique de dégoût.

« Il semblerait que nous ayons retrouvé la précédente patrouille. »

Ton nonchalant, comme si tout cela ne l’intéressait guère Tery évita de faire une remarque à ce type, ne voulant pas provoquer d’ennuis. C’était vrai, il y avait une dizaine de cadavres, à moitié dévorés, baignant dans un sang séché maintenant que des jours s’étaient écoulés depuis cette agression. Le pire était le fait qu’ils n’étaient pas si loin de l’entrée qu’ils avaient empruntée, non ? Pour autant, le chef de la troupe avait mis pas mal de minutes avant de les décider à les emmener jusqu’ici. A quoi est-ce qu’il jouait ?

« Ils se sont fait attaqués par d’autres personnes. Il suffit de regarder leurs cadavres. Ils ont des marques de lames et un peu de magie. Il y a des brûlures. »

« Un vrai détective, n’est-ce pas ? On n’a pas besoin de détails à ce sujet. Il nou faudra simplement signaler qu’ils sont tous morts et rien de plus. »

« Et rien de plus ? Ils n’ont aucune famille ? On ne tente pas de trouver de quoi les identifier ? Qu’est-ce qu’on va faire d’eux ? »

« On n’a pas de temps à perdre avec des idioties de la sorte. Ils sont morts en sachant ce qu’ils venaient faire et ce qu’ils allaient affronter à la surface. A partir de là, leurs sorts ne nous concernent plus maintenant qu’ils sont morts. »

… … … Vraiment, il détestait ce type. Mais il n’allait pas se laisser faire sur le coup. Bien qu’il remarquait qu’Elise cherchait à l’arrêter, il demanda une nouvelle fois :

« Ils savaient ce qu’ils allaient affronter à la surface ? Mais nous-mêmes, nous n’en avons aucune idée. Est-ce que vous auriez oublier de nous informer à ce sujet ? »

« Tu cherches vraiment les ennuis, toi, n’est-ce pas ? Tu as vraiment une tête à claques et si tu continues comme ça, ça ne sera pas la surface qui va mettre un terme à ta vie. »

« Mettre un terme à ma vie ? Je ne veux que me renseigner, rien de plus. Comme ça, je suis sûr que notre groupe aura plus de chance de survie si on sait ce sur quoi on va tomber. »

« Il a pas tort sur le coup. J’ai pas signé pour une mission suicidaire, moi. »

« Pareil de mon côté. Je savais que ça allait être dangereux mais si on a une possibilité de s’en sortir plus aisément, je dirais pas non. HEY ! Vous pouvez bien nous en dire plus non ? Vous êtes visiblement déjà au courant de pas mal de choses, ça serait une bonne idée, ça ! »

« FERMEZ VOS GUEULES ! Si vous n’êtes pas contents, vous pouvez bien dispara… »

Une flèche se planta dans la gorge du chef des démons, celui-ci hoquetant alors que du sang coulait de ses lèvres. Les yeux révulsés, il extirpa la flèche avant de pousser un cri de rage, regardant pour voir d’où provenait la flèche. Tery lui donna un coup de pied dans le dos, le renvoyant au loin alors qu’une pluie de flèches se dirigeait droit vers eux, de tous les côtés.

« QUE CHACUN ME REJOIGNE ! ET VITE ! »
C’était étrange comment il avait réussi à s’habituer à faire ça. Rien à faire du dôme ! Il regarda les démons qui étaient intrigués par sa demande. Seuls cinq d’entre eux se placèrent autour de lui alors qu’il posait ses mains sur le sol, formant un dôme de pierre autour des sept personnes, Elise compris. Plusieurs coups puissants et explosions se produisirent autour d’eux mais Tery était visiblement capable de tenir le coup.

« Une … Une attaque ? On se fait attaqués par quoi ? Qui … C’est quoi ça ? »

« Tery, pourquoi est-ce que tu as poussé notre chef ? » demanda Elise, un peu intriguée par le comportement du jeune homme, celui-ci marmonnant :

« Il était inutile et je ne l’aimais pas vraiment. Il nous a emmené dans un guet-apens en pensant sûrement s’enfuir une nouvelle fois. Je me rappelles de leurs dires pendant l’épreuve : Ceux qui fuyent doivent mourir. Je ne fais que respecter leurs consignes. »

Elle eut un sourire un peu désabusé. Ce n’était pas vraiment la réponse attendue mais bon … elle ne pouvait pas vraiment lui en vouloir de détester ce type qui avait été infâme depuis le début. Tery regarda les autres démons, disant d’une voix plus calme :

« Préparez-vou à la contre-attaque, ils vont avoir une mauvaise surprise. »

Il frappa du poing sur le sol, son dôme se brisant en morceaux avant que des débris ne décollent et volent dans tous les sens, des cris se faisant entendre dans les environs. Voilà une bonne chose qui était faite ! Il cria :

« SORTEZ DE LA ! Vous ne pourrez plus nous atteindre avec vos flèches ridicules ! »

En fait, il était certain du contraire mais autant jouer sur la provocation. Il jeta un bref regard au chef de leur groupe qui avait le corps criblé de flèches. Son visage trahisait un mélange de haine et de surprise. Quant aux deux autres démons, eux-mêmes n’avaient que le visage parcouru par l’effroi bien qu’ils étaient mort eux aussi.

« Des monstres. Ce sont des monstres cornus ! Ce sont des démons ! Il y en a d’autres ! »

« Ne soyez pas étonnés ou surpris. Faites comme d’habitude et vous verrez que ça ne sera pas très difficile de les abattre. Ils ont simplement un coup de chance ! »

Le timbre des différentes voix ne laissait pas de place au doute : ils étaient bien dans Traslord mais ce n’était pas ça le souci. Il y avait bien une petite troupe autour d’eux. Ils étaient quoi ? Une trentaine d’hommes et femmes portant des armures bleues.

« Rien que ça … Vous êtes de la garde royale de Traslord ? »

« Comment est-ce que ce démon est au courant de notre existence ? »

De surprise en surprise. Il sentait qu’en venant de s’adresser à eux de cette manière, il venait de marquer un point. Les démons appréhendaient le geste à suivre maintenant qu’il n’y avait plus de chef de leur côté. Et les soldats de Traslord ? Ils étaient visiblement bien équipés, que ça soit avec des lances, des arcs, des épées courtes et longues. Mais surtout, leurs armures semblaient comme impénétrables.

« Comme je vous l’ai déjà dit, ne vous souciez pas de ça. Ce n’est pas grave ou important. Il fut simplement que nous les éliminions ! »

Si la vie était aussi simple que ça, ça se saurait, n’est-ce pas ? Ces soldats n’arrivaient pas à le reconnaître ? En même temps, il avait quasiment en permanence ses cornes sur le sommet du crâne et il en était de même pour Elise. A partir de là, il ne devait pas oublier qu’il n’était pas une célébrité dans ce monde non plus. Peut-être que dans Shunter, certains soldats auraient réussi à le connaître mais ici ? Non, il ne fallait pas espérer.

« On fait quoi ? On tente de les tuer comme les autres ? Après les avoir interrogés ? »

« Ils n’ont pas l’air très coopératifs. Ce ne sont que des bêtes sauvages assoiffées de sang. Eliminez-les comme les autres. »

« Les ordres sont les ordres … et donc, on devrait poser néanmoins la question. Ils ont l’air de ne pas vouloir tout de suite nous attaquer. »

« Pas faux … Bon, on va le faire très disctinctement pour qu’ils nous comprennent bien : Est-ce que vous connaissez une dénommée Elise ? »

Aussitôt, Tery plaça une main devant la jeune femme pour qu’elle se taise. Il valait mieux ne rien dire. Pourquoi est-ce qu’ils la cherchaient ? Est-ce qu’elle avait fait quelque chose de mal ? Est-ce qu’ils avaient une idée en tête ou quoi ? La méfiance était de rigueur, surtout quand on n’avait aucune indication et idée de tout ça.

« On n’a pas à répondre à des types comme vous ! Vous pensez quoi ? Qu’on va vous parler bien gentiment alors que vous nous agressez ? »

« OUAIS ! Ils se prennent pour qui ces types ? On peut les comprendre ces enfoirés mais on va vite leur montrer qu’on est pas des démons pour rien ! »

Les démons autour de Tery et Elise étaient excités et enragés. Normal. Trois d’entre eux venaient de mourir et ensuite, les soldats voulaient les interroger avant de vouloir les tuer ? Logique qu’ils ne soient pas très coopératifs.

« De vraix animaux .. Bon, faites comme convenu. Laissez-en un en vie pour qu’il puisse transmettre ce message de la part du roi Royan : Que les démons doivent leur livrer la dénommée Elise, vive ou presque morte, s’ils ne veulent pas finir éradiqués en globalité. A patience a des limites et elles sont proches d’être franchies. »

Encore une fois, il posa son regard sur Elise. Le roi Royan ? Plus le prince ? En quelques mois, il avait décidé d’accepter son couronnement ? Il remarqua une pointe de tristesse dans le regard d’Elise, celle-ci chuchotant :

« Normalement, nous avions … prévu de le faire après … la fin des monstres légendaires. »

« Il y a sûrement une bonne raison, comme le fait qu’il te recherche, Elise. Ne penses pas à mal de toi, ce n’est pas bon du tout. »

« C’est facile pour toi de dire cela … Tery. Ces soldats veulent nous tuer et on ne sait même pas pourquoi exactement. Tu veux m’empêcher de leur dire que … »

« Je préfère éviter. Par mesure de précaution, ces quatre mois sous la surface m’ont rendu très méfiant et il faut avouer que toi et moi, nous avons encore beaucoup de mal à … enfin tu vois de quoi je veux parler, n’est-ce pas ? »

« Je le vois même si je n’acceptes pas le moins du monde ce que l’on fait actuellement. »

Elle n’était pas la seule mais … il ne voulait pas se faire avoir. Il attendait simplement de voir les réactions de part et d’autre. Il était convaincu que cela allait bientôt tourner au carnage. D’ailleurs, à voir les arcs bandés, le doute n’était plus vraiment permis.

« Pourquoi est-ce que le roi Royan veut rechercher cette Elise ? »

« Cela ne vous regarde pas, démons ! Nous ne faisons que suivre les ordres de notre monarque bien que son couronnement officiel n’ait pas encore eut lieu. »

« Et bien, vous dites que vous voulez rechercher une Elise qui se trouve parmi les démons mais vous n’êtes pas vraiment très coopératifs, vous savez ? »

« Nous n’avons pas à travailler en coopération avec des monstres comme vous. Le roi Royan a été clair à ce sujet : éradiquez tout ce qui se rapporte aux démons, sauf celle qui se fait appelée Elise. On en laissera qu’un seul d’entre vous vivant … pour qu’il puisse transmettre le message aux autres. »

« Vraiment … Bon, j’imagine que le pri… roi Royan vous a mis au courant au sujet des capacités des démons, n’est-ce pas ? »

Il était le seul à parler dans son groupe. Bien entendu, Elise n’avait pas pris la parole mais les autres démons ne faisaient que grogner, leurs yeux rouges fixant les soldats autour d’eux. Un seul faux mouvement et l’assaut pourra être lancé. Ou plutôt le massacre. Il avait confiance en la puissance des démons mais en même temps, il était clair qu’il y avait … une chose étrange qui émanait de ces types, n’est-ce pas ?

Car oui, il n’oubliait pas qu’ils avaient été capables de battre les autres patrouilles démoniaques. Est-ce qu’il y avait des possesseurs des lignes de Zélisia ? D’Alzar ? D’ailleurs, pourquoi est-ce qu’il envisageait OBLIGATOIREMENT le fait de devoir se battre contre eux ? Car bon, s’il pouvait éviter un nouvel affrontement et surtout obtenir des informations sur le monde à la surface depuis ces derniers mois, il ne dirait pas non.

« Tu croi pouvoir nous surprendre, avorton ? Nous sommes plus qu’au courant des pouvoirs que possèdent ceux de ton espèce. Nous n’avons aucune crainte à avoir de ta personne et de ceux qui te suivent ! »

« Nous sommes plutôt du genre à travailler en solo si vous voulez tout savoir … bien que je me doutes en un sens que vous en avez normalement rien à faire, n’est-ce pas ? »

Provocation sur provocation. Il savait que les soldats de Traslord espéraient les attaquer mais ils attendaient juste le bon moment pour cela. En même temps, il cherchait à gagner un peu de temps pour que les démons puissent se préparer à la contre-attaque … ou plutôt au moyen de s’en sortir … car ils étaient bien tombé dans un guêpier.

« Toi, visiblement, tu seras pas le survivant de ce petit groupe. On va se faire plaisir par rapport à ta personne. Vous le garderez en vie ! Du moins … pour quelques minutes de plus. Comme ça, celui qui aura la vie sauve pourra narrer ce que l’on fait de ses compagnons. »

C’était vraiment des soldats ça ? Ils avaient plus l’allure de bouchers à parler ainsi. Du moins, des bouchers, des brigands ou des psychopathes. Ils semblaient un peu tout ça alors que le jeune homme aux cheveux bruns tentait de garder son calme. Ils pouvaient sourire en face, ce n’était pas ça qui allait améliorer leurs situations.

Oui, ces types étaient juste des enfoirés assoiffés de sang … Qu’est-ce qui avait pris Royan de nommer de telles personnes comme soldats de l’armée royale ? Encore qu’il ne devait pas trouver ça étonnant. Il fallait de tout … tant qu’il savaient se battre. Ce n’était pas comme si c’était si surprenant en fin de compte.

« Bon, les gars, on a assez parlé, n’est-ce pas ? Vous connaissez la règle alors allez-y dès maintenant ! TUEZ-LES TOUS ! »

Ah ? C’était finalement l’heure de l’assaut ? Tery regarda droit devant lui, penchant la tête sur le côté pour voir comment les autres démons allaient réagir. A sa bonne surprise, ils avaient lancé l’attaque dès l’instant où le soldat de Traslord avait ordonné l’assaut.
Ils étaient une trentaine en face … et eux-mêmes étaient sept. Normalement, ils ne devaient avoir aucune difficulté à les battre. Chaque être démoniaque valait bien cent hommes voire mille hommes. Enfin bon, par mesure de sécurité, il allait juste créer un golem. Posant ses mains au sol, Tery demanda à Elise de se placer devant lui pour le protéger.

« Pas de soucis mais fais vite alors. J’ai l’impression que ça tourne au vinaigre. »

« Qu’est-ce que tu racontes ? Ce sont des démons, Elise ! Les trois autres sont morts par surprise mais eux, ils savent parfaitement ce qu’ils affrontent. Ils ne devraient donc pas avoir de … hein ? C’est quoi ça ? »

Comment s’exprimer correctement alors que devant lui apparaissait un golem d’une taille de trois mètres environ. Sauf que ce n’était pa ce qui se trouvait devant lui qui l’intéressait mais à sa droite. Pourquoi ? Pourquoi est-ce que ça tournait ainsi ?

« Pourtant, ils ne sont pas si faibles que ça, non ? C’est quoi cette blague ? »

« J’en sais rien, Tery … mais tu as fait ton golem ? Il faut y retourner et vite ! »

Y retourner ? Ce n’était pas comme s’ils avaient quitté le champ de bataille non plus. Ce n’était pas ça … mais simplement, il venait déjà de voir un démon tomber au combat. Il n’avait réussi qu’à apporter un soldat adverse en face de lui, la tête dans l’une de ses mains qui venait peu à peu lâcher son étreinte.

Mort … Il y avait déjà un mort. Ils n’étaient plus que six ? Et surtout, il remarquait les regards tournés vers lui, que cela soit de la part des démons mais aussi des soldats. Visiblement, ils n’appréciaient pas cette petite surprise qu’il venait de produire, n’est-ce pas ?

« HEY ! C’est super ! On va pouvoir facilement gagner maintenant ! Vas-y ! Ecrases-les tous ! Qu’on soit débarrassés de ces sales types ! »

Non, ce n’était pas le moment de croire que la victoire leur était acquise. Il n’avait aucune indication sur leur façon de se battre. Comme il s’était concentré sur son invocation, il n’avait pas vu comment ils s’étaient battus pour réussir à tuer l’un des démons.

« Tery, tu es en train de trembler ? Ne me dit pas que tu as peur ? »

« Non, ce ne sont pas des tremblements de peur, ne t’en fait pas. Ce ne sont pas des tremblements d’excitation. Simplement, je ne sais pas pourquoi … je me dis … que c’est étrange. Comment est-ce que la surface a changé à ce point ? »

« Je ne pourrais pas répondre à ta question, Tery. Peut-être que si on arrive à capturer l’un de ces hommes, on pourra le faire parler … »

« Tery, Tery, Tery, où est-ce que j’ai entendu ce nom, moi ? »

« C’est vrai que ça me dit quelque chose, je sais plus d’où ça vient. C’est ce type qui vient de faire un golem qui s’appelle ainsi ? »

« Je crois que le roi Royan en avait parlé mais je me rappelles plus de ses consignes à son sujet. Comment qu’on fait exactement ? »

2 réflexions sur “ Chapitre 12 : Pris au piège ”

  1. Tery ne les explosent plus en un seul coup 😮 les combats vont redevenir plus interressant 🙂 . Tery peut t’il encore faire disparaître ses cornes a volonté

Laisser un commentaire