Chapitre 2 : Sous la protection du roi

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 2  : Sous la protection du roi

« Comment sont les nouvelles, Royan ? »

« Tu dois te douter que je ne vais pas te répondre qu’elles sont bonnes, Elen. »

« Je m’en doutais … et je n’ai même pas besoin de savoir au sujet de Tery, n’est-ce pas ? »

« Nous savons aussi bien, toi et moi, que Tery a la vie dure et qu’il n’est sûrement pas en danger. De même, il est visiblement bien accompagné. »

« Aucune trace de Manelena. J’imagine que tu veux dire ça par « bien accompagné ». déclara la jeune femme aux cheveux blonds avec une petite moue de dépit.

« C’est exact. Et de notre côté, nous avons capturé quelques démons. Ils sont néanmoins en sécurité pour éviter que des gnomolds ne tentent de les attaquer. »

« D’accord, c’est ce que Tery aurait voulu, du moins, j’imagine. »

Elle poussa un nouveau soupir de dépit. Oui, elle ne devait pas se laisser abattre mais il fallait reconnaître que lorsque le destin avait décidé de se mettre en travers de son chemin, il ne faisait pas semblant ! Elle émit un léger grognement avant de se tapoter les joues :

« Combien de temps faudrait-il pour balayer tout ce foutoir ? »

« Je ne suis pas certain que ça soit très utile mais plusieurs jours vont être nécessaires, car même avec la magie, il y a une chance que tout s’écroule et encore plus, si on ne fait pas attention à ce que nous faisons. »

« Il fallait bien s’en douter. Ah … Mais qu’est-ce que j’ai fait pour mériter un tel sort ? »

« Tu n’as pas besoin de prendre la pose, Elen, tu sais ? Tery va bien, c’est tout ce qui compte. Il est entre de bonnes mains. Tu sais aussi bien que moi, que malgré les apparences, Manelena ne cherchera jamais à le tuer, surtout plus maintenant. »

« Oh, à ce sujet, je n’ai aucun doute. »

Encore une petite pointe d’ironie de sa part mais il fallait qu’elle arrête. Se remettre à penser de la sorte, c’était plus ou moins ce qui avait emmené toute cette situation. En étouffant Tery de la sorte, elle n’avait pas chercher à l’écouter et à résoudre son problème de voix dans sa tête. A partir de là, il ne fallait pas se faire d’autres idées…

« Peut-être que si tu parles avec ces démons, tu auras quelques anecdotes sur Tery ? Ça vaut le coup d’essayer, tu ne crois pas ? »

« Je ne suis pas vraiment certaine que ça soit un réconfort mais pourquoi pas ? Enfin bon, avant tout ça, peut-être voir comment vont le frère et la sœur d’Elise et tout le reste. Tu as réussi à la retrouver et… »

« Elen, tu finiras par le retrouver. Vous finirez par être réunis, j’en suis certain. »

« C’est un peu triste que ça soit l’adolescent qui n’exprimait jamais ses sentiments qui cherche maintenant à me réconforter, tu ne trouves pas ? »

« Hey, si tu n’es pas heureuse, je peux tout de suite partir hein ? » dit le jeune homme aux cheveux bleus en haussant les épaules bien qu’il avait un léger sourire aux lèvres.

« Pardonne-moi, c’est juste que le moral n’est pas au mieux de sa forme en ce moment précis. Je voulais… j’espérais tellement… et voilà le résultat. »

« Je le sais, je le sais parfaitement. Bon ! Je vais arrêter de broyer du noir ! »

C’était bon ! Si elle recommençait à se morfondre, elle savait pertinemment où ça allait l’emmener et ça, il en était tout simplement hors de question ! C’est pourquoi elle n’allait pas se montrer de la sorte plus longtemps !

Quelques minutes plus tard, au beau milieu du campement, dans une tente plus grande que les autres, une femme aux cheveux auburn et aux cornes sorties de son crâne, s’exprimait avec une certaine tendresse :

« Royan, merci vraiment … d’avoir accepté une telle chose. Je sais bien que peut-être que j’en demandais un peu trop mais… »

« Non, ce n’était pas trop. Comme nous avions convenu avec Manelena, Honoros et Claudiska de travailler en commun pour accepter les démons qui se montraient pacifiques, il était alors normal de réagir de la sorte. »

« Oui mais… merci encore une fois. Je sais bien que tout le monde ne pense pas que tout les démons sont mauvais mais voilà … cela reste une grosse majorité, surtout avec ce qui s’est passé et aussi le fait que… »

« Tu n’as pas besoin d’en dire plus, Elise. Tu dois juste savoir que je n’ai pas fait cela spécialement pour toi mais pour le futur de ce monde. »

Elle le regarda, un peu interloquée avant de faire une petite moue boudeuse, Royan clignant des yeux en se demandant pourquoi la raison d’une telle réaction. Il demanda :

« Est-ce que j’ai dit quelque chose qu’il ne fallait pas, Elise ? »

« Tu devrais y réfléchir par toi-même, non ? Tu ne crois pas ? Cela te permettrait d’apprendre à être plus conscient des personnes qui t’entourent. Je suis certaine que ça serait une excellente leçon de ma part. Je vais faire ça, tiens, oui. »

« S’il te plaît, Elise, je préfère que tu m’expliques pour ne pas avoir à recommencer cette erreur plus tard. Tu veux bien ? »

Voilà qu’il utilisait un ton des plus doux pour la jeune femme. Celle-ci le regarda avant de prendre une profonde respiration, un sourire tendre aux lèvres. Elle se rapprocha de Royan, venant s’installer sur ses genoux, qu’il soit roi de Traslord ou non, avant de se mettre à l’embrasser tendrement mais sûrement.

« On va dire que lorsque tu balances que tu ne fais pas ça spécialement pour moi, cela veut dire que cela ne t’a même pas traversé l’esprit. Même si c’est peut-être vrai, il ne faut pas dire ça devant la personne ciblée. »

« D’accord, c’est noté pour les prochaines fois. Je suis encore désolé, Elise. »

Elle posa un doigt sur son nez, l’air de lui dire qu’il était déjà pardonné mais simplement s’il venait faire quelque chose. Comme s’il avait enfin compris le message, il vint l’embrasser rapidement sur les lèvres, bien que légèrement rouge aux joues.

« Bon, les deux tourtereaux, ça va aller ? Pas besoin que je tienne la chandelle non plus ? »

« Désolée, désolée, Elen. Mais qu’est-ce que tu faisais ici ? »

« Hum ? Tu as l’air d’oublier que tu me demandais de t’accompagner pour que tu puisses ensuite m’emmener vers les prisonniers démoniaques ? Tu as l’air d’avoir oublié ce que tu m’as dit il y a même pas cinq minutes. »

« Hahaha, disons que j’ai eu un petit « accident » sur le chemin. »

« Je trouve que Royan a bien poussé en quelques années. Il n’a plus rien de petit, si je peux me permettre cette remarque, Royan. »

« Permission accordée de la part du roi de Traslord. » déclara Royan en faisant un petit geste de la main bien qu’il était aisé de voir qu’il en plaisantait plus qu’autre chose.

« Vous êtes bien bon, roi de Traslord. » répondit alors Elen, s’inclinant respectueusement bien que d’une façon assez exagérée de la part de la jeune femme aux cheveux blonds.

« Bon, c’est pas tout ça mais allons donc voir les démons. Comme me l’a dit Royan, ils sont bien traités et nourris. »

« Enfin, autant que les soldats de mon armée et celle de Shunter, Elise. Ça serait étrange que des « prisonniers » soient mieux nourris que nos propres armées. »

« Oui, oui, je ne vais pas trop en demander non plus, ne t’en fait pas, Royan. Tu peux juste me dire où ils ont été installés ? Et surtout, ils ne posent pas de problème ? »

« Pour l’heure, non. Il semblerait que le fait que la princesse Elise soit présente a réussi à les rassurer. Et en même temps, de ce que j’ai compris, Tery a tellement parlé d’une paix entre les démons et les peuples de la surface que la grosse majorité des soldats de cette armée sont pour celle-ci et ne cherchent pas les confrontations inutiles. »

« Héhéhé, il fallait bien que mon charme opère un jour ou l’autre. »

« Tu ne prends pas un peu la grosse tête, Elise ? » questionna Elen en haussant un sourcil. Pour autant, le sourire qui l’accompagnait montrait bien par là que cette discussion était bon enfant et qu’il n’y avait pas du tout à s’en faire, loin de là. Mais maintenant, les trois personnes quittèrent la tente en même temps. Il était l’heure de rencontrer les « prisonniers ».

Comme convenu par Royan, les prisonniers ne pouvaient être réellement considérés comme tels. Comme de simples soldats, ils étaient installés dans une tente à part, avec tout l’attirail du parfait petit soldat démoniaque.

En un sens, rien d’anormal, il suffisait de récupérer ce qui avait tenu le coup pendant la bataille dans le campement démoniaque et de les utiliser. Ainsi, même si l’intérieur différait un peu en terme d’objets utilisés, l’ambiance restait plus ou moins la même. Les démons n’étaient guère inquiets malgré la situation.

« Princesse Elise ! Vous voilà ! » s’exclama un soldat en se tournant vers la nouvelle arrivante, se levant aussitôt. De nombreux regards convergèrent aussitôt vers elle, la démone aux cheveux auburn semblant un peu gênée.

« Doucement, doucement, je ne vais pas disparaître, ne vous inquiétez pas. Je suis heureuse de voir que vous allez tous bien. »

« Et nous donc ! Messire Tery ne faisait que répéter que vous étiez en vie avec votre frère et votre sœur mais même, malgré ses paroles, il était difficile d’y croire, sans aucun preuve. »

« C’est normal, c’est plus que normal. Mais même, j’étais sur le terrain pendant la confrontation. C’est à moi de vous demander comment vous allez en vue de la situation. »

Les démons se regardèrent, un peu embarrassés, comme s’ils n’osaient pas trop parler de tout ça, celui qui s’était levé en premier vers elle finissant par couper le silence :

« On a connu pire même si nous avons été séparés du reste de l’armée, ce qui est plutôt ennuyeux, princesse Elise. »

« Je le sais bien. Nous n’avons aucune nouvelle de Tery ou de la reine de Shunter, Manelena. Ils sont sûrement tombés de l’autre côté de l’éboulement. »

« Messire Tery est très solide ! Je suis certain qu’il s’en est sorti avec cette reine ! »

Au moins, cela était rassurant de voir que les soldats avaient une grande confiance dans le jeune homme aux cheveux bruns. Comme quoi, il n’y avait pas forcément besoin à chaque fois d’en venir à de telles bassesses, comme les aînés de la famille royale pour se faire comprendre et écouter de la part des soldats.

« Et de toute façon, il n’est pas seul. Bon nombre d’entre nous dont demoiselle Héraisty sont avec lui. Et s’il y a des soldats de cette reine, il y a de fortes chances qu’ils soient donc en bon nombre. Mais… Qu’allons-nous faire maintenant, princesse ? »

« Il n’est pas possible d’attendre que nous retirions les gravats. Si ça ne dérange pas Royan, nous allons partir avec son armée pour retourner à Traslord. Là-bas, nous pourrons discuter plus tranquillement de tout ceci. »

« Il nous faudra quelques jours de repos et de marche mais oui, c’était mon idée à la base. Ça ne doit pas être si inconcevable que ça. Nous partirons d’ici deux ou trois jours, le temps que tout le monde se remettre de ces émotions. Et… il y a d’autres soucis à régler. »

Et sans rajouter plus de détails, ses dernières paroles s’adressaient à Elise comme pour lui dire qu’il était temps de saluer les soldats et de partir. Ils avaient besoin de régler quelque chose de tout aussi urgent. Quelques minutes plus tard, ils étaient tous sortis de la tente, Royan murmurant :

« On doit discuter avec les gnomolds par rapport à tout ceci. »

« Ils haïssent complètement les démons, Royan. Je ne suis pas certaine que ça soit conseillé que de chercher à converser avec eux pour le moment. »

« Je préfère encore les gnomolds aux mékalarmiens. Ces derniers, de ce que j’ai cru comprendre, n’ont pas hésité à faire bien pire… et ça, je ne pourrais pas pardonner. »

« Tery n’était pas trop au courant. Il a été surpris comme tout le monde à ce sujet. J’imagine que c’est normal, en vue de la situation. »

« Qu’ils n’hésitent pas à utiliser leurs propres citoyens pour leurs expériences tordues anti-démones. Ils ont été beaucoup trop loin. Le peuple n’a pas à être sacrifié par ses dirigeants. »

Le jeune homme serrait fortement le poing, des veines bleues apparaissant alors qu’Elise posait sa main sur la sienne. Quelques secondes après, les veines n’étaient plus présentes, comme si elles n’avaient jamais existé.

« Nous avons récupéré quelques citoyens mékalarmiens mais aussi quelques soldats. J’imagine qu’on va aller les faire se confronter pour avoir leurs points de vue. »

« C’est vraiment conseillé ? »

Elise semblait guère convaincue par les propos de Royan mais ne chercha pas à l’arrêter pour autant. Elle savait qu’il agissait ainsi car il avait une idée en tête. Pour autant, elle préférerait qu’ils se focalisent sur les démons.

« C’est ennuyeux que Manelena ne soit plus là. C’est moi qui doit gérer tout cela maintenant. Encore que pour son royaume, si j’ai compris, elle a un chancelier ou un maréchal. »

« Tu parles de ce chef de l’ancienne rébellion, c’est ça ? Je n’arrive plus à me rappeler de son nom mais oui, Manelena m’avait déjà prévenu qu’elle l’avait mis à un poste haut gradé. »

« Et que cela ne plaisait pas vraiment aux différentes classes de la noblesse. Par contre, malgré cela, personne n’a jamais essayé de l’assassiner. »

« Disons qu’il faudrait être sacrément bien préparé pour cela et surtout être prêt aux représailles si tu te loupes. »

Et le sourire qu’Elise avait aux lèvres n’avait rien à voir avec ceux précédents. C’était un sourire mauvais, signe qu’en terme de mauvais coups, elle avait eu son quota depuis qu’elle était dans le monde souterrain. Mais maintenant qu’elle avait retrouvé l’extérieur, elle comptait bien en profiter et retrouver ce qu’elle avait perdu pendant ces derniers mois. Elle espérait juste que Tery fasse de même, qu’importe là où il est.

Les premières journées passèrent rapidement, trop rapidement au goût d’Elen. Comme ils n’avaient aucune nouvelle des démons et du monde souterrain, elle ne savait pas du tout comment faire pour réussir à contacter Tery. En plus, après une discussion avec Elise, elle avait compris que cela ne servait à rien … s’ils ne pouvaient pas envoyer de messager.

« De toute façon, il y a de fortes chances que les membres du groupe de mon frère aîné ou de ma sœur aîné gèrent les différentes sorties. A partir de là, transmettre ne serait-ce qu’un simple courrier est une mission impossible. »

« Pourtant, si nous y arrivions, Elise, est-ce que… »

« La première chose serait de montrer à mon père que je suis bien vivante, avec une lettre écrite de ma main et de celles de Wandy et Zalek. »

« Je vois, comme ça, il n’a pas à s’inquiéter sur votre santé et vous pouvez alors continuer à lui écrire. Mais et pour Tery ? »

« Avec mon père calmé, il y a des chances qu’il écoute plus Tery. Déjà que cette expédition était une sacrée surprise, dans le bon sens, cela veut dire que mon père avait encore confiance en Tery. Je ne sais pas vraiment pourquoi… mais peut-être à cause de l’odeur qui émane de lui. Nous avons jamais réussi à savoir à quoi elle correspond. »

Odeur ? Elen cligna des yeux, l’air de ne pas comprendre tandis qu’Elise se grattait la joue. Ah oui, c’est vrai que l’histoire des renifleurs royaux, elle évitait d’en parler plus que nécessaire. Il valait mieux alors lui donner plus de détails.

Quelques instants après, Elen semblait comme dubitative après avoir écouté les paroles d’Elise, se demandant si c’était une vague plaisanterie. À voir le visage d’Elise, il n’y avait aucun doute de la sincérité de ses paroles mais …

« Quand même, j’ai beaucoup de mal à y croire, tu sais ? »

« J’ai eu la même pensée jusqu’à ce qu’ils sentent mon odeur. Il paraîtrait que la lignée royale a une odeur bien spéciale de son côté. »

« Et tu me dis que pour Tery… » commença à reprendre Elen, rapidement interrompue par Elise qui fit un petit mouvement de la main :

« Rien qui ne soit confirmé mais son odeur n’était reliée à aucune famille noble ou même la famille royale. En un sens, ça m’aurait perturbé de savoir qu’il serait un frère disparu depuis si longtemps ou toutes ces choses. »

« Disons que si tu… avais décidé de mettre la main dessus car il était un démon comme toi, cela aurait été très problématique, oui. »

« Mais hey, qu’est-ce qui te fait imaginer une telle chose ? »

« Je ne sais pas trop, mon instinct féminin, j’imagine. Après, peut-être que je trompe lourdement. Ce n’est pas ton genre, n’est-ce pas ? »

Autant omettre les tentatives de l’époque donc ! Ce n’était pas un sujet qu’il était bon de développer en présence de la jeune femme aux cheveux blonds en face d’elle. Par contre, elle devait sûrement aussi se poser quelques questions au sujet de … hmm ?

« Pourquoi est-ce que tu as ce regard, Elen ? »

Un visage étrangement ferme et sérieux de la part de la demoiselle au justaucorps rouge. Celle-ci avait même le regard qui se fronçait avant d’hocher négativement la tête, finissant par déclarer plus pour elle-même que pour Elise :

« Ce n’est pas bien important ! De toute façon, le mieux est que je vois par moi-même ce qui se passera à cet instant précis, hahaha ! »

« Tu es sûre que ça va bien, Elen ? Tu ne veux pas en parler ? »

« Hmm ? Bien entendu que je vais bien. Disons que cette histoire d’odeur et toutes ces choses, ce n’était franchement pas banal, tu dois comprendre, non ? »

« Oui, oui, comme je te l’ai dit, j’ai eu du mal à y croire mais au final, il y a même une guilde des renifleurs royaux et tout. C’est du sérieux. »

« Je cherchais juste à savoir quelle odeur émanerait de Tery et je crois que dans le fond, j’en ai rien à faire de ses origines. Je veux pouvoir le sentir contre moi, de tout son être. C’est juste une réflexion un peu bête, tu ne trouves pas ? »

« Je ne trouve pas. Disons qu’après tout ce temps sans l’avoir vu, c’est normal que d’en avoir rien à faire de tout ça et que tu veux juste le retrouver même si… »

« Même si avec ce qui s’est passé à Omnosmos, je ne devrais pas. Mais … Ah … C’est bête d’être amoureuse, non ? On fait des bêtises alors qu’on ne devrait pas. C’est difficile de contrôler ses émotions et ses sentiments, hein ? »

« Hahaha, je ne vais pas pouvoir nier ça. Ah… Je veux que l’on soient tous réunis comme auparavant. Nous étions si proches, encore une fois. »

« Oui, si proches… mais comme d’habitude, il a fallut que certains s’en mêlent alors que ça ne les concernait pas. »

Un craquement sonore se fit entendre, Elen venant de pencher son cou sur le côté, laissant paraître quelques veines noires brièvement sur ce dernier. Elise cligna des yeux, se demandant si elle venait de rêver mais déjà, les lignes n’étaient plus présentes.

« Ah … Un jour, les gens comprendront de ne pas se mêler de ce qui ne les regarde pas. Malheureusement, ce jour n’est pas encore prêt d’arriver. »

« Pour le moment, essayons déjà de calmer la situation par rapport aux démons, mékalarmiens et gnomolds, Elen. Ensuite, on trouvera une solution pour Tery et Manelena. »

Sur ces points, elles étaient toutes les deux en accord. Juste… que ça ne soit pas trop long.

Laisser un commentaire