Chapitre 26 : Sur fond de guerre

Chapitre 26 : Sur fond de guerre

« Prince Arnaud ?! C’est vraiment le prince Arnaud ?! »

Pour une surprise, les rebelles l’étaient vraiment. Aucun ne s’était attendu à voir le prince en face de soit, surtout que le jeune garçon était devenu un jeune homme maintenant.

« C’est exact. Je dois vous remercier pour tout ce que vous faites pour notre royaume. Mais je tiens à vous signaler que je ne suis plus le prince dorénavant. Vous pouvez m’appeler tout simplement Arnaud. » murmura t-il d’une voix calme et lente alors qu’il observait les personnes présentes. Des jeunes hommes, d’autres plus vieux, il y avait quelques personnes plutôt âgées mais qui semblaient avoir une grande expérience. Bien entendu, il y avait aussi des femmes et des enfants.

« Nous ne pouvons pas vous retirer ce titre. Vous le méritez autant que vos deux parents… Et puis … Si nous sommes là, c’est que nous pensons que vous êtes le prince… Sinon, pourquoi combattrions-nous ? De même, vous avez bien grandi. Quel âge maintenant ? »

« Une vingtaine d’années approximativement » dit-il en baissant un peu la tête, gêné par toute cette attention qu’il avait sur lui. Depuis toutes ces années, il n’aimait guère sur le devant de la scène, il avait bien changé sur ce côté.

« Nous allons donc vous préparer une tente pour que vous puissiez dormir. Êtes-vous… »

« Je ne suis plus le prince ! Je ne fais pas exception au reste d’entre vous ! »

« Ne vous en faites pas, il n’aime guère qu’on l’appelle ainsi. » annonça Pete alors que le jeune homme aux cheveux bleus s’éloignait, les joues rougies par tout ceci. Pete posa son regard sur Elizabeth, faisant un petit geste de la tête pour lui demander d’accompagner Arnaud. Elle hocha la tête d’un air positif, s’approchant d’Arnaud qui avait mis un peu de distance avec les autres :

« Arnaud ? Ca ne sert à rien de se voiler la face hein ? Dès que l’on aura tué le général et ses larbins, tu redeviendras le prince. »

« Je le sais très bien … Mais pour l’instant, je ne suis qu’un homme comme les autres. Et je n’ai jamais mérité mon titre de prince de toute façon. »

« … Ne dit pas ça car tu sais très bien que ce n’est pas vrai… AH ! » s’écria t-elle soudainement en rougissant, le jeune homme lui demandant :

« Que se passe t-il ? Il y a un souci ? Tu rougis pour rien ? »

« N… Non… Je … Je crois que j’ai quelque chose à demander aux autres femmes. Attends-moi d’ici deux ou trois heures ! »

Elle venait de penser à quelque chose qui allait surement le ravir. Oui ! Auparavant, ça ne lui était pas venu en tête mais maintenant … La jeune femme était partie comme transportée par quelque chose qu’il ne voyait pas ce que cela pouvait être. Il la regarda avant de hausser les épaules, cherchant à mettre encore le plus de distance entre les rebelles et lui.

Il voulait être seul… et il s’était trouvé une grosse pierre contre laquelle il s’était assis, croisant les bras tout en fermant les yeux. Plusieurs personnes passèrent pendant les deux heures qu’Elizabeth lui avait demandées.

« Oui, ne vous en faites pas, je vais très bien. »

« Ne vous inquiétez pas, je réfléchis à la situation. »

« Non, mais merci quand même, je n’ai pas très faim. »

C’était quelques unes des nombreuses réponses qu’il avait formulées, voulant éviter à tout prix de communiquer avec les autres. Il était en train de réfléchir mais nullement à la situation… Il pensait plutôt à Lily … Pfff … Qu’est-ce qu’il avait fait comme choix ? Il ne devait pas regretter… tout ça… Il ne le devait pas … Il en était hors de question.

… … … Les heures s’étaient écoulées et il s’était finalement endormi contre ce rocher austère … C’était bizarre mais il y était arrivé. Il n’avait plus envie de penser à quoi que ce soit … Il voulait seulement dormir et rien que cela … Rien du tout d’autre … Il gardait ses yeux fermés, voulant penser à Lily dans ce monde des rêves.

« Arnaud ? Arnaud ? Arnaud ? Réveille-toi, Arnaud. » murmura une voix dans ses rêves alors qu’il sentait une main le secouer légèrement. Hein ? Il ne voulait pas être réveillé…


Lorsqu’il ouvrit les yeux, la première chose qu’il vit, ce fut une fleur… Une fleur dorée … Où est-ce qu’il avait déjà vu … ça ? Il levait les yeux en l’air, ouvrant en grand la bouche alors qu’il apercevait la jeune femme aux cheveux blonds qui rougissait.
Elle … Elle … Elle portait la robe de sa mère … De sa défunte mère … Ah … Elle avait gardé la robe de la reine ! Mais elle était plus petite normalement, non ? Enfin, elle était pour une adolescente, non pour une …

« J’ai demandé à ce que l’on fasse quelques retouches. Il y a des Altarias très douées de l’ancienne noblesse … qui ont fait ça … Comment est-ce que tu me trouves ? »

« … … … Je … Comment dire … Je … Et bien … Je … »

« Tu peux être sincère Peut-être qu’elle ne me va plus. Je n’ai plus porté une telle chose … depuis des années mais quand je t’ai vu, je ne pouvais pas te laisser comme ça. »

Il lui fit un petit sourire en réponse à ses paroles. C’était bien Elizabeth … malgré son regard … Malgré ses changements physiques … Malgré les années qui passent … Ah … Il tendit sa main vers elle, la jeune femme l’aidant à se relever alors qu’il reprenait :

« Il n’y a pas de musique malheureusement … Est-ce que cela te dérange ? »

« Pas le moins du monde. On peut toujours se l’imaginer dans la tête, n’est-ce pas ? »

Oui. Il hocha la tête, fermant les yeux alors que la jeune femme et lui-même s’étaient mis à danser peu à peu avec lenteur. Un, deux, trois, un, deux, trois … Et voilà, c’était comme cela.

« Tu as continué à danser, Elizabeth ? Pendant que je n’étais pas là ? »

« Pas le moins du monde, pourquoi cela ? » demanda t-elle tout en rougissant.

« Je sais pas … Ca m’a l’air de venir naturellement avec toi. Tu n’as pas oublié le moins du monde les pas … Et moi-même, je n’ai dansé que très rarement … Lors des anniversaires … de … Non rien du tout. »

Elle ne lui répond pas, fermant les yeux alors qu’elle se laissait bercer par le jeune homme aux cheveux bleus. Ah … Ca lui avait manqué … Beaucoup manqué … Ils n’entendirent pas les murmures de quelques soldats et soldates, tous observant en cachette les deux jeunes gens.

« Hey… Je ne savais pas que la vice-cheffe Elizabeth était aussi jolie … »

« Normal, elle n’a jamais réellement retiré son armure … Et même si elle a peur des hommes … Enfin, tu sais, c’est ce qu’on dit … »

« Mouais, si elle a peur des hommes là, je crois qu’elle se fout de nos gueules. »

Arnaud et Elizabeth s’arrêtèrent de danser sans la musique, la jeune femme aux yeux dorés posant son regard sur les personnes qui la gênaient. Un regard vraiment très … menaçant. Tout de suite, ils partirent en courant, Arnaud rigolant légèrement.

« Hahaha ! Vice-cheffe Elizabeth ? Et bien, si je m’attendais à ça … »

« Les mercenaires sont comme tout le monde … Ils aiment les potins. »

« Mouais … Je vois ça, je vois ça … Hum … Et qu’est-ce qu’ils peuvent bien penser ? »

« Que nous sommes ensemble alors que ce n’est pas du tout vrai, n’est-ce pas ? »
… … … Ce n’était même pas une affirmation ou une question, c’était loin de ça même. Mais bon … Il baissa la tête, rougissant légèrement avant de dire :

« Rien n’est confirmé, loin de là même. Je préfère que l’on soit patient si ça ne te dérange pas trop, Elizabeth … Je pense encore à elle comme je pense à toi. »

« Je serais patiente, d’accord ? Mais avant, j’ai envie de faire quelque chose qui me perturbe depuis déjà plusieurs années … Et que j’aurais dût faire depuis tout ce temps. »

« Et qu’est-ce que … »

Il s’arrêta de parler alors qu’elle venait l’embrasser longuement, ses lèvres posées sur les siennes. Elle fermait les yeux, tremblant de tout son corps avant de retirer ses lèvres

« Hihihi… J’ai affreusement … J’ai affreusement peur d’être déçue … Je tremble car je n’ai jamais été aussi … Aussi proche de quelqu’un que toi … Et tu es un homme … Comme ceux qui ont essayé … Ah ! Je ferais mieux de m’en aller ! » s’écria t-elle en sanglotant tout en souriant, le jeune homme ne sachant pas quoi dire pour l’arrêter.

… … Trois jours étaient passés et ils se trouvaient sur le terrain de combat. Dos à dos, la jeune femme et le jeune homme en armure semblaient se connaître parfaitement, ayant pleinement confiance en l’autre tandis que les corps s’amassaient autour d’eux.

« Ils sont impossible à arrêter ! Ils sont même plus forts que le chef ! »

« Hého ! Ne dit pas ça quand même ! Ils sont forts, oui mais quand même … »

« Je dis que la vérité mon gars ! Regarde-les ! »

C’est vrai qu’ils étaient tout simplement divins. L’un tenait son trident, l’autre son épée… Et ils se protégeaient mutuellement. Plusieurs heures s’écoulèrent alors que le château était maintenant à la vue de tous et de toutes. Le jeune homme aux cheveux bleus retira son casque, prenant une profonde respiration avant de dire :

« Ca fait si longtemps que je ne l’avais plus vu … »

« Il n’a pas beaucoup changé… Sauf peut-être qu’il semble beaucoup plus armé. »

« Je confirme tes dires, Elizabeth … Ah … Tu as un peu de sang sur le visage… Comment est-ce que tu as fait… AH ! Mais tu es vraiment blessée ?! »

« Hein ? Oh … Mais je ne ressens rien du tout. » dit-elle sans sembler se soucier du sang qui coulait sur son front. Pourtant, lui, semblait s’en inquiéter énormément !

Il lui prit la main, criant à tous et à toutes de trouver un médecin pour la jeune femme. Pfiou ! Il n’avait pas besoin d’en faire autant non plus hein ? Il ne remarqua pas le regard de certains Milobellus qui observaient le jeune homme avec Elizabeth. Oui, ils avaient tous participé à la bataille mais … Bon …

« Voilà … Ce n’était pas bien grave, juste une légère ouverture, on le voit à son front. »

« … … Ah … D’accord, je suis vraiment soulagé. »

« Je t’avais pourtant dit que c’était pas grave. Tu t’inquiètes vraiment pour un rien. » murmura la jeune femme aux cheveux blonds en rigolant, un petit bandage sur le front.

« Oui mais bon, on ne savait pas … Enfin, je n’étais pas sûr et je préfère prendre mes précautions. » annonça t-il alors qu’elle l’embrassait sur les joues.

« Je préfère quand tu t’inquiètes pour moi, ça me donne l’impression d’être … spéciale. »

« Tu l’es … Comme beaucoup de personnes à mon cœur. Ah … Je me demande comment va Icare. J’espère qu’il écoute bien à l’école ! »

« Je ne sais pas du tout, Arnaud… Tu veux peut-être retourner chez les Milobellus ? »

Elle demandait cela avec un peu de tristesse mais tout en lui souriant. Elle n’allait pas le forcer à rester ici … loin de là. Il avait son unique famille là-bas… et elle savait que c’était plus qu’important … Une famille … Avec Arnaud. Elle y avait souvent pensé … mais justement, les pensées d’Arnaud étaient occupées par une autre personne …

« … … … Non, c’est bon. Icare est entre de bonnes mains. J’irais lui rendre visite après la fin de la guerre, on n’est pas si loin de ça non ? »

« Les Altarias désertent peu à peu le palais royal … Il ne reste plus que les plus fanatiques du général, enfin, sa garde proche … On va dire que ce n’est même plus une question de mois mais de semaines … C’est donc une bonne chose. »

« On va la venger, Elizabeth. On va la venger … On va tous les venger. »

Il tendit ses deux mains vers Elizabeth, la jeune femme s’enfonçant dans ses bras bien qu’ils étaient encore ensanglantés par le liquide des morts ennemies. … … … Elle ne pouvait pas avoir son cœur n’est-ce pas ? C’était impossible à l’heure actuelle.

« Je ne me suis toujours pas excusée … pour ce baiser … J’en avais trop envie … »

« Trop envie … D’accord, je te pardonne. Enfin, je n’ai même pas à te pardonner car je n’ai rien à te rapprocher. Enfin … Euh … Non … Rien à te reprocher ! »

« Je vois que l’on m’oublie vite … » murmura une voix derrière eux, laissant paraître Lily qui semblait relativement furieuse sous son armure.

« Lily ?! Mais qu’est-ce que tu fais là ?! Enfin non … Tu étais dans la bataille mais… »

« … … Je venais tout simplement te voir. J’ai demandé à quelques rebelles de me dire où tu te trouvais pour que l’on puisse discuter mais visiblement … Tout est dit. »

Il voulut se retirer des bras d’Elizabeth mais celle-ci le gardait contre elle, l’empêchant de partir. Pourtant, ce fut le jeune homme aux cheveux bleus qui cria le premier :

« Oui ! Tout est dit ! Vas t-en avant même que l’on puisse discuter ! C’est de toute façon, toujours ainsi ! NON ! Je ne nie pas que j’aie quelques sentiments pour Elizabeth ! Elle a été là quand j’en avais besoin il y a douze ans ! Tu sais, la fois où tu as décidé de ne plus jamais venir me parler alors que j’avais décidé de changer ! Ben oui, j’ai changé ! Et Elizabeth m’a aidé à cela ! Qu’est-ce que tu crois ?! Que tu es toute seule au monde ?! Que parce que je t’aime, je ne dois plus pouvoir avoir de contacts avec les autres ?! C’est quoi ce délire ! VAS-Y ! BARRE-TOI ! Elizabeth est restée la même dans le fond mais elle a montré qu’elle n’était plus aussi candide qu’auparavant ! Toi, c’est juste de la jalousie mal-placée ! Je suis sûr que j’aurai la même chose si je te voyais avec un autre homme ! »

« … … Et tu me balances tout ça alors que tu penses ça ? Bon et bien, je vais te trom… »

« Per avec un autre homme, comme ça, tu comprendras, c’est bien ça ? Mais nous n’avons même pas couchés ensembles ! C’est quoi ce délire ?! »

« C’est quoi ce délire ?! Mais tu le fais exprès ma parole ! Ce n’était même pas une question de jalousie à la base ! JE TE RAPPELLE TES PROPRES MOTS ?! Tu as dit que tu n’étais pas sûr de tout ça ! Que tu préférais peut-être que les Altarias restent entre eux et les Milobellus aussi ! Alors pourquoi est-ce que tu devrais être jaloux si ça ne te gêne pas que je sois avec un Milobellus hein ?! »

« C’est pas toi qui le fait exprès par hasard ?! HEIN ?! BORDEL ! »

Elizabeth retira ses bras, le laissant se présenter en face de Lily bien qu’il était moins grand qu’elle. Ah … Elle n’avait rien à dire … ni à faire … Ils devaient se séparer définitivement si elle voulait pouvoir avoir une chance avec lui … mais elle n’avait pas à se mêler de tout ça.

« Tu comprends pas que moi aussi, j’aimerais en avoir rien à faire de tout ça mais est-ce que tu t’imagines un peu me faire respirer chaque journée dans l’eau juste par pur plaisir de vivre avec une Milobellus ?! »

« Si c’était uniquement ça le problème, on peut vivre à la surface ! On pourra même vivre dans ton palais, y a aucun problème à ça ! AUCUN ! Tu comprends ?! »

« Ca sert à rien, c’est un dialogue de sourds ! Disparais ! »

« NE M’ORDONNE SURTOUT PAS DE FAIRE QUOI QUE CE SOIT ! »

Elle faisait apparaître une sphère d’eau autour du jeune homme, celui-ci commençant à se mouvoir pour tenter d’en sortir. M… M… MERDE ! Avec son armure, il n’allait pas pouvoir s’en sortir ! Elizabeth courut vers Arnaud, tentant de le sortir alors que Lily reprenait :

« Ne t’approche surtout pas de lui ! C’est pour le punir ! »

« Espèce d’idiote ! C’est comme ça que tu aimes une personne ?! En la faisant souffrir ?! »

« De la part d’une femme qui a planté celui qu’elle aime, ça me fait bien rire ! »

« C’était un accident ! Sur la colère ! Je ne veux que le bonheur d’Arnaud contrairement à toi qui ne pense qu’à ta petite personne pour être heureuse ! »

« … … … … … Je vais te le faire regretter amèrement ! »

La sphère aqueuse autour d’Arnaud disparut pour se retrouver autour du corps d’Elizabeth, celle-ci poussant un cri dans l’eau, des bulles sortant de sa bouche. Arnaud était haletant, reprenant son souffle avant d’hurler à Lilu :

« Arrête ça tout de suite ! Elle risque de se noyer ! »

« C’est ce que je vais faire … Comme ça au moins, tu ne te poseras plus de questions, n’est-ce pas ? Qu’est-ce que tu en penses, Arnaud ? Et je suis calme… Très calme … Mais je suis une dragonne aussi … Donc parfois, j’ai un peu de sang chaud… »

«  Je te laisse trente secondes … et ensuite … Je promets que tu le regretteras toute ta vie. Arrête ça dès maintenant ou … »

Il avait ouvert la bouche, prêt à cracher des flammes en direction de Lily. Il… Il n’oserait pas hein ? Il n’oserait pas … Mais elle était sûre qu’il … le ferait en fait … Elle retira la sphère, Elizabeth toussant et crachant de l’eau, ne s’étant pas préparée à ça.

«  … … … … … Lily … Ah … Sincèrement, Lily. »

La jeune femme aux cheveux roses baissa le regard, ne murmurant rien du tout pendant plusieurs secondes alors qu’elle semblait en proie à une très grande tristesse. Elle murmura :

«  … … … J’abuse … Je le sais très bien … Je sais très bien que je dépasse les bornes. »

« Je ne suis pas mieux non plus en fin de compte … Je t’ai limite jetée … Et là, je le regrette vraiment … Et sincèrement aussi … Enfin … On ne peut pas revenir en arrière … »

« Non, Arnaud, non … On ne peut pas revenir en arrière … Comme d‘habitude. »

« … … … Qu’est-ce que l’on fait alors ? Tu veux vraiment patienter ? »

« J’aimerai réfléchir à tout ça … Tu me manque, Phoebe me manque, Icare me manque, tes parents me manquent … J’ai vécu six années avec vous et je ne peux pas les oublier, je ne veux pas les oublier … C’est simplement que … »

« Tu veux prendre ton temps, Arnaud. Tu veux prendre ton temps. Pfff … Quels imbéciles nous sommes… On se dispute comme ça … et à cause de tout ceci. »

Elle s’approcha de lui, tendant avec lenteur sa main droite alors que le jeune homme détournait le regard, comme gêné. Il prit sa main, la serrant avec tendresse en lui faisant un petit sourire. Il reprit sur un ton lent :

« Pardon, Lily. Je pensais en être certain … vraiment certain … »

« Mais oui … Mais oui … Tout le monde est sûr et certain de tout ceci. Arnaud ? Que veux-tu que l’on fasse ? Je ne veux pas que l’on se dispute même si … Même si tu n’es plus certain de tes sentiments, on peut rester … Enfin, tu peux encore venir chez nous hein ? »

« On reste amis bien entendu ! Il est hors de question de se crêper le chignon ! C’était une erreur ce qui s’est passé ces derniers temps ! »

«  … … Plus besoin de s’emporter, Arnaud. Plus besoin du tout. »

Elle disait cela alors qu’il plongeait dans son mutisme, la main de Lily toujours posée sur la sienne. Elizabeth arrêtait de cracher de l’eau, ne faisant rien du tout. En un sens, elle l’avait méritée … cette punition par rapport à la gifle qu’elle avait donnée à Lily.

« Bon … Et bien … Je vais retourner voir les autres alors ? Retourner chez les Milobellus. »

« Attends un peu ! » s’écria t-il alors qu’elle avait amorcé un mouvement pour retirer sa main, le regardant avec émotion. Elle espérait quelque chose n’est-ce pas ? « Comment est-ce qu’Icare va ? Est-ce qu’il va bien ? Et l’école avec lui ? »

« Ah… Icare … Et bien … Tu lui manques un peu. Il espère que tu reviendras très rapidement que tu ne feras pas de bêtises … Enfin non … Il a un peu peur pour tout ce qui se passe. »

« Prends vraiment soin de lui, Lily, il est ce que j’ai de plus important au monde. »

« Ne t’en fait pas, il sera en sécurité avec moi, tu es un grand garçon, non ? »

Il hocha la tête d’un air positif alors qu’elle lui souriait. L’ambiance était totalement différente d’il y avait une quinzaine de minutes. Il prit son autre main, la jeune femme aux cheveux roses restant immobile alors qu’elle sentait qu’il la tirait légèrement vers lui. Elle comprit ce qu’il voulait faire et se laissa emmener près du jeune homme, l’un comme l’autre se serrant mutuellement et avec tendresse. Tout ceci dura une bonne minute, chacun ayant les yeux fermés avant que Lily ne se retire de ses bras.

« Allez ! On va arrêter ça et on va se dire au revoir. On se reverra de toute façon ! »

« D… D’accord, Lily … On se reverra sur le terrain alors ? »

« Et je te soignerai si tu es blessée. Il n’y a aucun souci. Par contre … Toi… Elizabeth. » dit la jeune femme en s’adressant à l’Altaria aux cheveux blonds. « Si il te choisit, tu as intérêt à le rendre heureux car sinon, tu risquerais d’avoir affaire à moi. »

Elle disait sans méchanceté ni menace mais pourtant, le ton était impérial et royal. L’autorité qu’elle venait de faire preuve avait quelque chose de vraiment … imposant. La jeune femme embrassa Arnaud sur les joues avant de s’éloigner, ne lui permettant pas de voir la tristesse qui se lisait sur son regard. Ils venaient de se briser le cœur.

« Arnaud ? Arnaud ? » demanda Elizabeth alors qu’il s’approchait d’elle, aidant la jeune femme aux cheveux blonds à se relever.

« Oui ? Que y a-t-il, Elizabeth ? Un problème ? »

« Non … Non … Pas du tout … Pas pour moi … Mais toi ? Comment est-ce que … »

« Je vais bien … Je vais très bien, Elizabeth. De toute façon, ce n’est pas définitif et nous nous retrouverons avec Lily et moi … Comme d’habitude. »

Pourtant, il était déjà en train de pleurer légèrement et elle le vint serrer fortement contre elle, le jeune homme se mettant à sangloter sur son épaule. Il… Il n’avait pas voulut ça … Il avait tout fait échouer comme d’habitude.

« Pourquoi … Pourquoi je suis aussi stupide … Elizabeth ? Pouquoi ? »

« Tu n’es pas stupide, tu as juste … beaucoup de mal à montrer ce que tu ressens. »

« … … … … … Elizabeth, est-ce que tu comprends que … »

Oui, elle comprenait mais elle serait patiente … Car il était hors de question d’abandonner ce combat personnel. HORS DE QUESTION OUI ! Elle allait se battre pour l’amour qu’elle portait au jeune homme aux cheveux bleus… Oui … Elle allait continuer le combat.

Voilà … Même si ils n’étaient plus ensembles, ils avaient fait la paix et la guerre semblait se passer bien mieux. La meilleure chose dans cette histoire était quand même le fait que le château était à portée de vue, qu’il y avait de moins en moins de soldats ennemis tandis que leurs propres rangs grandissaient au fur et à mesure.

« Bon … Les nouvelles sont franchement très bonnes. Ce n’est plus qu’une question de jour voir un mois tout au plus. »

Ils étaient tous réunis à une table ronde, les chefs de l’armée des rebelles et de l’armée des Milobellus se trouvant ici. Au total ? Ils étaient environ une dizaine. Du côté des rebelles, Arnaud, Elizabeth et Pete étaient présents tandis que Phoebe était là avec … Lily. Oui, il était normal que la princesse qui participait à la guerre soit présente … Surtout qu’elle combattait divinement bien. Elle était parfaite …

« Le mieux sera de séparer nos deux armées … en deux champs d’attaque. Même si cela semble logique, tous les Altarias présents iront par la voie des airs. Nous savons nous battre au sol mais nous ne le ferons pas. Pendant ce temps, les Milobellus iront assiéger le château dans le sol. Après, pour la séparation des effectifs à l’intérieur même des armées, c’est libre court aux généraux de ces deux armées. »

« … … Je vais réfléchir à une possibilité d’attaquer sur tout les fronts … » répondit Pete alors qu’Arnaud annonçait aussitôt :

« Le mieux serait quand même de faire attention à tout ceci justement. La voie des airs est problématique … Nous n’avons aucun endroit où nous cacher. »

« C’est exact … Malheureusement … C’est plutôt compliqué mais nous trouverons bien une solution. L’attaque se fera dans deux jours. Pendant ce temps, que toutes les troupes se reposent. » annonça Pete en se levant de son siège.


Tout de suite, Arnaud et Lily se levèrent, sortant chacun de leur côté ou du moins voulurent essayer … Sauf que Phoebe s’était approchée d’Arnaud tandis que Pete faisait de même avec Lily. Chacun avait arrêté la personne à qui il voulait s’adresser.

« Lily ? Il est possible de te parler un peu ? »

« Hein ? Bien sûr, Pete. Qu’est-ce que je peux faire pour toi ? »

« Arnaud ! Ramène un peu tes fesses par là mon mignon. Vas falloir qu’on discute, toi et moi. » s’écria Phoebe tandis que le jeune homme avait légèrement sursauté.

« Oui… oui… Un souci, Phoebe ? En quoi est-ce que je peux t’être utile ? »

… … … Phoebe et Pete se retournèrent en même temps, se regardant droit dans les yeux. Ces deux imbéciles … Ils le faisaient exprès, n’est-ce pas ? Ils allaient les mettre en colère !

« BON ! Lily ! Suis-moi ! On sort d’ici ! C’est bien clair ?! »

« Oui oui ! Mais ne me tire pas par la main ! Qu’est-ce qui te prend ?! » s’écria Lily alors qu’ils quittaient la tente, Phoebe faisant de même avec Arnaud.

L’un comme l’autre, l’Altaria et la Milobellus discutaient avec Lily te Arnaud sans qu’ils ne puissent entendre ce qu’ils se disaient.

« Alors ? Qu’est-ce qui se passe avec Arnaud et toi ? Vous vous parlez à peine. »

« Rien de bien grave, il n’y a pas à s’en faire. Nous sommes toujours amis ! Ce n’est pas ça le plus important ? Tu ne trouves pas ? »

« … … … Faites comme vous le voulez en fin de compte. Je voulais discuter avec toi pour essayer de régler ce problème mais rien qu’à t’entendre, ça me démotive complètement. »

Le jeune homme aux cheveux violets fit apparaître ses ailes, délaissant complètement la jeune femme qui le regardait s’éloigner sans un mot. … … … C’était très dur pour elle aussi hein ? Mais c’était le mieux à faire … en attendant que la situation s’améliore.

« J’ai envie de me comporter comme une femme et de te baffer. De l’autre côté, j’ai envie de me comporter comme un homme et de te foutre mon poing dans la gueule. Qu’est-ce que tu choisis, Arnaud ? Je te laisse trente secondes. »

« Il n’y a pas un moyen de discuter de tout ça ? »

« Et est-ce que j’ai une tête à avoir envie de discuter alors que toi et Lily, vous vous adressez à peine la parole, faisant semblant d’être bons copains ? »

« Nous sommes bons copains comme je le suis avec toi, Phoebe. »

« MAUVAISE REPONSE ! » hurla la jeune femme aux cheveux verts avant de le frapper au visage, le faisant tomber en arrière. Elle reprit aussitôt : « Ce n’est pas le même genre de relations entre toi et moi qu’entre toi et Lily ! »

« Ah bon ? Et pourquoi cela ? Nous sommes amis, c’est tout. »

« … … BORDEL ! TU ME GONFLES, ARNAUD ! »

Elle disait cela en criant, le jeune homme se relevant en se massant la joue, la jeune femme aux cheveux verts semblant fulminer.

« Ca vous sert à quoi d’être aussi bornés l’un que l’autre ?! Ca vous sert à quoi hein ?! Qu’est-ce que ça vous apporte à tout les deux ?! Rien du tout, n’est-ce pas ?! »

Il ne lui répondit pas, la jeune femme serrant les dents tandis qu’il murmurait avec lenteur :

« C’est ainsi que ça doit se passer … et nous devons réfléchir … »

« Réfléchir, réfléchir ! Mon œil ! Vous me fatiguez autant l’un que l’autre ! »

Et voilà … Elle était partie elle aussi, laissant seul le jeune homme… Seul comme Lily.

Laisser un commentaire