Archives pour l'étiquette La vilaine petite sirène

Epilogue : Devoirs et sentiments

Epilogue : Devoirs et sentiments

« Mes félicitations, Pete… Et à toi aussi, Elizabeth. »

Le jeune homme aux cheveux bleus, dans sa parure royale, venait de baiser la main de la nouvelle mariée aux cheveux blonds, celle-ci étant resplendissante. Elle portait une magnifique robe blanche, de nombreuses roses se trouvant sur son voile et sur la robe tandis qu’il retirait ses lèvres de sa main. Elle lui fit un grand sourire avant de dire :

« Merci à toi d’avoir eut le temps pour notre mariage. Je sais à quel point il était difficile pour toi d’être présent, surtout avec tout ce que tu fais mais … »

« Ne t’en fais donc pas, je n’aurai pas loupé cela, qu’importe si le monde devait s’écrouler. Pete, et bien … Tu as intérêt à rendre heureuse cette demoiselle … ou plutôt dame dorénavant. » répondit le jeune homme en se tournant vers celui qui portait un costard bleu :

« Je m’attèle à cette tâche depuis … la fin de la guerre. »

« Bien entendu, vous pouvez prendre du repos pour le mois à venir. De toute façon, mes deux généraux n’ont pas besoin de trop en faire actuellement. »

Héhéhé. Pete fit un grand sourire à son tour alors qu’Arnaud leur demandait de sortir pour aller se présenter devant le peuple qui n’attendait que ça. Une petite voix se fit entendre derrière lui tandis qu’il observait le nouveau couple :

« Arnaud ? Est-ce que je peux te parler ? S’il te plaît … »

« Je suis désolée, mademoiselle mais je dois retourner au palais. »

Il avait répondu aussitôt, faisant apparaître ses deux ailes de coton avant de quitter l’église en s’envolant. La même voix murmura avec une grande tristesse :

« Mais c’était … pour discuter … Arnaud … Je ne suis pas une … C’était Lily. »

… … … Elle était elle aussi dans une magnifique robe de couleur violette, celle-ci mettant en valeur son corps et sa poitrine. Elle avait plusieurs parures dans ses cheveux roses alors que ses épaules comme ses bras étaient nus. Elle avait pensé pouvoir lui parler … mais depuis un an, c’était à peine s’ils discutaient tout les deux.

« Snif … Ca … Ca ne fait rien … J’aurai bien une autre occasion. »

« Mademoiselle Lily ? Pourquoi est-ce que vous pleurez ? Pourquoi ? C’est de la faute à mon grand frère. » demanda d’une voix lente, un jeune garçon aux cheveux rubis dans son costard.

« Ce n’est rien, Icare. Ce n’est pas de la faute d’Arnaud. Ton grand frère est quelqu’un de très occupé … Beaucoup trop occupé pour pouvoir m’adresser la parole. »

« Alors la prochaine fois que je reviendrai de chez vous, vous restez avec moi ! C’est d’accord ? Comme ça, vous pourrez lui parler ! » répondit aussitôt le jeune garçon alors qu’elle lui souriait avec affection. Il était si mignon quand il parlait ainsi.

Cinq jours s’étaient écoulés … Et comme si cela était habituel, un petit convoi venait de pénétrer dans le château, les gardes l’ayant laissé passer. Lorsqu’il s’arrêta, le jeune garçon aux cheveux rouges prenait la main de la jeune femme, lui disant :

« Dépêchez-vous mademoiselle Lily ! Il ne pourra pas s’échapper ! »

« Icare … Je ne suis pas sûre que cela soit la meilleure idée, sincèrement … Tu devrais arrêter cela. Je vais dire les formalités à ton grand frère et je repars. Je retournerai te prendre dans deux jours et puis, c’est tout. »

Il fit une petite moue boudeuse, signe qu’il n’était pas du tout d’accord. Ils se dirigèrent à l’intérieur du palais, tout ayant été refait au fil des années. Les deux gardes royaux les laissèrent passer à l’intérieur de la salle du trône, Arnaud étant assis sur celui-ci, un sceptre à la main. Il y avait bien une dizaine de gardes de chaque côté du tapis rouge conduisant jusqu’au trône. Le jeune garçon relâcha la main de Lily, celle-ci s’apprêtant à repartir.

« Grand frère ! Grand frère ! Mademoiselle Lily a quelque chose à te dire ! »

« Si c’est au sujet de ton éducation, je pense qu’elle pourra en discuter avec ses parents. Merci Lily, les gardes pourront te raccompagner pour tout ce que tu as fait. »

« NON ! GRAND FRERE ! Lily a autre chose à te dire ! » s’écria le jeune garçon.

« Je n’ai pas le temps pour une discussion, Icare. Vas donc dans ta chambre. Gardes … »

« GARDES ! Veuillez laisser mon grand frère et mademoiselle Lily tout seul ! » s’écria à nouveau Icare alors que les soldats étaient interloqués. Arnaud avait haussé un sourcil, étonné par ce qu’il venait d’entendre, Lily l’étant tout autant. Comme pour accomplir son geste, il s’approcha d’un garde, essayant de le pousser pour le faire quitter le trône. Il bafouillait à voix basse :

« Laissez mon grand frère tranquille … Mademoiselle Lily veut lui parler. C’est un ordre royal ! Vous devez m’obéir car je suis le prince. »

… … … … Le garde l’observa avant de sourire devant la petite mine du prince, commençant à se diriger vers la sortie avant de demander aux autres de faire de même. Arnaud s’était aussitôt levé, criant de toutes ses forces :

« JE VOUS ORDONNE DE RESTER EN PLACE ! »

« Désolé roi Arnaud, nous ne pouvons obéir qu’à un ordre royal en même temps. »

« Je … Je … Je… » murmura le jeune homme en serrant les dents.

… … … … … Voilà qu’ils étaient seuls. Il n’y avait plus que lui et la jeune femme aux cheveux roses dans l’immense salle du trône. On ne pouvait pas entendre un bruit alors qu’Arnaud revenait s’asseoir, tapotant les côtés de son trône en observant Lily. Il attendait … Mais la jeune femme aux cheveux roses ne rougissait pas bien qu’elle était gênée. Elle commença à faire quelques pas vers lui avant qu’il ne dise :

« Bon… Pourquoi est-ce que tu es venue Lily ? Si tu as quelque chose à me dire, c’est le moment. Tu n’auras sûrement pas une autre occa…. »

« La ferme. » murmura t-elle avec lenteur alors qu’il s’arrêtait dans son petit geste.

« Waouh … J’ai cru mal entendre. Est-ce que tu peux répéter, Lily ? » demanda t-il une nouvelle fois alors qu’elle continuait de marcher vers lui, reprenant aussitôt :

« Je t’ai demandé de la fermer, Arnaud. C’est pourtant très simple. »

Hum ? Qu’est-ce qu’elle lui voulait ? Pourquoi est-ce qu’elle se montrait aussi agressive ? Elle arriva à sa hauteur, le jeune homme ne montrant aucun tremblement alors qu’elle se positionnait bien en face de lui.

« … … … … … Soit, je ne dis plus rien. Tu peux parler puisque ce n’est pas une discussion mais un monologue que tu vas me dire. »

« LA FERME, ARNAUD ! » s’écria t-elle avant de sangloter, reprenant aussitôt : « Tais-toi ! C’est bon ! Jusqu’à quand est-ce que tu vas me faire attendre ?! »

« Te faire attendre pour … » demanda t-il sur un ton neutre alors qu’elle serrait les dents avant de bafouiller : « Me dire que tu m’aimes ! ESPECE D’IDIOT ! Ca ne t’a rien fait du tout quand Pete et Elizabeth ont décidé de sortir ensembles ! Ca se voit que tu n’étais pas amoureux d’elle autant que tu le pensais ! Tu as fait ton choix et … »

« Mon choix est mon peuple. » répondit sur un ton sec et légèrement cassant alors qu’elle écarquillait les yeux. Elle approcha son visage du sien, des larmes aux yeux bien qu’elle avait arrêté de pleurer. Elle murmura :

« Tu… Tu peux me le redire ? S’il te plaît ? J’ai cru mal … entendre. »

« J’ai dit que mon choix était mon peuple. Je ne veux pas que les erreurs du passé se reproduisent. Je suis désolé mais il faut que tu ailles te trouver un autre homme. Je ne suis pas fait pour toi … » répondit-il, s’accoudant à une partie de son trône.

« JE SUIS LIBRE DE CHOISIR LA PERSONNE QUI EST FAITE POUR MOI ! »

« Et moi de ne pas répondre à ses sentiments. » dit-il aussitôt.

« … … … … … POURQUOI EST-CE QUE TU FAIS CA ?! Pourquoi ?! Hein ?! Pourquoi ?! Est-ce que tu ne crois pas que l’on a assez attendu ?! Ca fait treize années ! TREIZE ans Arnaud ! TREIZE ! Plus de la moitié de notre existence actuelle ! »

« … … … … Et ? Je ne vois pas ce que l’on doit attendre. » répondit-il sur un ton neutre.

« Tu as raison … Oui … Héhéhé… Tu as raison, Arnaud. Je crois qu’on a assez attendu. Peut-être même trop attendu … Désolée de t’avoir dérangé … Je pensais sincèrement que puisqu’Elizabeth était maintenant mariée, tu étais réellement libre. Mais bon … Les sentiments ne se contrôlent pas, n’est-ce pas ? »

Elle colla brièvement ses lèvres sur les siennes, les retirant aussitôt alors que le jeune homme aux cheveux bleus restait de marbre. Elle n’avait pas à rester ici. C’était bon … Elle allait retenir … Non … Elle n’allait pas retenir ses larmes en fin de compte. Pourquoi retenir ses sanglots alors que le jeune homme lui disait clairement …

« Désolé Lily, je suis un salopard. Tu ne mérites vraiment pas de … »

« On ne mérite pas l’autre en amour ! On le désire et on l’aime, c’est tout ! »

« … … … Si ce n’est qu’une question de sentiments alors … Je … t’ai… » commença t-il alors qu’elle s’arrêtait dans ses mouvements de départ. « Je t’aime, Lily. »

« Alors pourquoi est-ce que tu fais tout pour éviter ça ? »

« Car j’ai un peu peur de tout ça. J’ai déjà tant de responsabilités … Je dois régner sur un royaume alors que j’ai à peine vingt-et-un ans, je dois rendre heureux mon peuple alors que je fais pleurer celle qui m’est proche. Si ce n’était qu’une question … de sentiments … Il y aurait longtemps que je t’aurai épousé, Lily. Mais à côté … Tu es une Milobellus, tu ne peux pas vraiment vivre hors de l’eau, n’est-ce pas ? Et moi, il est impossible que je puisse vivre sous l’eau durant toute ma vie… Et toi-même … »

« … …. Je suis la future reine des Milobellus donc je dois régner sur mon royaume sans le quitter. Tu es le roi des Altarias donc tu dois régner sur ton royaume. Je vois … ce que tu voulais dire … Arnaud. J’ai finalement compris … »

« Je ne t’ai jamais … détesté, Lily. Sincèrement… Je t’aime tant. »

« Répètes-moi ça à nouveau. » murmura t-elle alors qu’elle revenait en face de lui, se mettant à genoux devant lui pour être à sa hauteur.

« Je t’aime, Lily. Je t’aime énormément … Je t’aime comme un fou, comme un damné, je ne pourrai jamais réellement me passer de toi mais je me fais souffrir chaque nuit en sachant que tu n’es pas à côté de moi. Je t’aime de tout mon cœur. »

Il s’était mis à pleurer lui aussi, ses deux mains sur les accoudoirs de son siège tremblantes d’émotion. Elle émettait un petit sourire attristée, venant l’embrasser longuement alors que le jeune homme prenait son visage à deux mains, fermant les yeux pendant le baiser.
Leurs langues se joignirent en même temps que leurs deux mains, le jeune homme se relevant du trône pour s’écrouler sur Lily. Ils commencèrent à s’enlacer à même le sol, le jeune homme caressant le corps de la jeune femme alors que celle-ci ne se débattait pas le moins du monde, l’invitant même à continuer. Pourtant, elle l’arrêta pendant le baiser, le regardant d’un air fiévreux. Elle demanda en murmurant :

« Arnaud … Tu n’as pas … une chambre ? Pour que l’on … »

« Tu es vraiment … sûre, Lily ? Je … Tu sais … Ca ne mènera à rien ce que l’on fait … Alors je … je… Je ne veux pas que tu regrettes tout … J’ai ma chambre… » murmura t-il alors qu’elle se relevait, lui prenant la main pour qu’ils puissent se diriger vers la sortie du trône.

Main dans la main, ils passèrent devant les soldats qui sourirent avant d’être un peu … étonnés. Même Icare qui avait attendu depuis le début semblait un peu confus. Ils se tenaient main dans la main alors pourquoi… Pourquoi est-ce qu’ils pleuraient ? Aucun n’osa poser la question alors que roi Arnaud murmurait :

« Mademoiselle Lily et moi-même allons discuter ailleurs. Signalez aux conseillers que je serai occupé pour le reste de la journée. »

« Je … Je … Ca sera fait, roi Arnaud. » répondit l’un des soldats, éberlué.

« Lily … Si tu veux bien me suivre. » dit l’homme aux cheveux bleus.

Elle hocha simplement la tête d’un air positif, ne se préoccupant pas des regards des autres personnes alors qu’il la guidait vers la chambre où il dormait. Dès qu’il referma celle-ci, tournant la clé tout en restant face à elle, la jeune femme fit un léger sourire. Sa robe tomba au sol alors qu’elle tendait les deux mains vers lui, soufflant :

« Toute la journée … C’est bien cela, Arnaud ? »

« Toute la journée, Lily. Toute … Pour que l’on ne l’oublie pas. » répondit-il en commençant à se dévêtir, la jeune femme le laissant faire. Puis chacun à leur tour, ils s’effeuillaient, retirant le reste des derniers vêtements jusqu’à ce qu’ils soient nus. Le jeune homme la fit tomber sur le lit, tombant avec elle alors qu’ils croisaient les doigts. Leurs visages à quelques centimètres l’un de l’autre, ils s’embrassèrent avec tendresse.
Le lit bougea sous leurs caresses, le drap se tachant légèrement de rouge la première fois alors que chacun murmurait des mots doux à l’autre dans le creux de l’oreille. Oreille qu’elle mordillait et suçotait tandis que le jeune homme caressait toute son anatomie tout en accélérant ses gestes.

La première fois avait duré une bonne demi-heure, la découverte du corps de l’autre, les petits frissons à chaque doigt qui se posait sur la chair mise à nue, et la tendresse qui émanait de chaque geste. Puis le moment … de la première fois où leurs corps s’unissaient et fusionnaient pour créer l’alchimie parfaite.
Et puis, plus le temps passait, plus ils avaient peur que ce dernier ne leur laisserait pas d’autres choix, ce qui avait été tendresse devenait passion, la jeune femme ne retenant plus les cris qui sortaient de sa bouche.

Elle l’aimait et elle sentait aussi qu’il l’aimait alors pourquoi … Pourquoi ? Pourquoi est-ce qu’ils ne pouvaient pas le montrer aux yeux de tous et de toutes ? Pourquoi est-ce qu’il fallait que leurs statuts … bien qu’ils soient les mêmes … Snif … Elle ne voulait plus y penser mais… couchée dans le lit, dégoulinante de sueur avec le jeune homme à ses côtés, elle murmura :

« Arnaud … Si je te proposais de quitter ton royaume … et moi le mien… De partir et de vivre en ermite … Est-ce que tu le ferais ? »

« Non, Lily. Si nous n’étions … que de simples personnes ayant un statut moyen … J’aurai accepté … Mais pas avec ceux que nous avons. »

Ca ne faisait rien … Car elle se doutait de la réponse du jeune homme. Plusieurs heures s’étaient écoulées. Combien ? Ils ne savaient pas … Mais ils avaient vu la nuit qui était tombée, le jour se lever … Et maintenant, à nouveau la nuit. Ils n’avaient pas eut faim de la journée, s’étant aimés pendant des heures entières, s’étant dévorés l’un par rapport à l’autre.

« … … … Lily, il va être l’heure… »

« Jusqu’à demain matin, s’il te plait, Arnaud. Demain matin… » murmura la jeune femme, sa tête posée contre le torse nu d’Arnaud.

« … … … Je le sais très bien … Je ne vais pas te faire sortir en pleine nuit. » répondit-il tout en reprenant aussitôt : « Mais je voulais que l’on se prépare … mentalement. »

Elle comprenait ce qu’il voulait dire mais là … Elle voulait simplement profiter de ces instants avec Arnaud. Elle embrassa son torse, le jeune homme lui caressant le dos alors qu’il baisait ses cheveux avec tendresse.

… … … Les dernières heures où ils pouvaient être ensembles … réellement ensembles … Mais là, ils ne faisaient rien… Rien du tout. Ils ne faisaient que dormir, l’un contre l’autre, enlacés tendrement tout en se murmurant quelques douces paroles.


La nuit s’était déroulée rapidement, trop rapidement à leurs goûts … Et au petit matin, ils s’étaient aimés une dernière fois, chacun venant habiller l’autre tout en le caressant. Ils avaient passé la plus merveilleuse des journées dans les bras de l’autre.

« Grand frère ? Pourquoi est-ce que mademoiselle Lily repart ? Pourquoi est-ce qu’elle ne reste pas avec toi ? Tu l’aimes non ? »

« Oui … Mais on ne peut pas … Enfin merci beaucoup, Icare… »

« De rien grand frère mais … Si tu l’aimes … et elle aussi, elle t’aime … Pourquoi vous ne faites pas comme mademoiselle Elizabeth et monsieur Pete ? »

« L’épouser ? Ah … J’aurai bien aimé … J’aurai vraiment beaucoup aimé, Icare mais tu vois … On ne peut pas toujours choisir ce que l’on désire. »

… … … Lily était en train de s’éloigner, d’un pas vraiment lent. On voyait bien qu’elle ne voulait pas partir, qu’elle n’avait pas envie de le quitter mais … Le jeune homme détourna le regard de la jeune femme, posant ses yeux sur son petit frère.

« … … Icare ? Tu veux savoir pourquoi je ne peux pas être avec elle ? »

« Hein ? Ben oui ! Je veux bien savoir, grand frère ! »

« D’accord, alors je vais commencer à te le dire … »

Il s’était mis à genoux pour se retrouver face à son petit frère et surtout à la même hauteur, lui faisant un petit sourire tendre et délicat. Oh … Il était triste … Mais il devait lui dire … Icare était quand même assez grand pour comprendre un peu de ce qu’il allait dire.

« Alors … Comment est-ce que je peux t’expliquer cela … Tu sais à l’école, tu as des devoirs à faire et à rendre, n’est-ce pas ? »

« Oui, oui, grand frère ! C’est bien ça ! Même que des fois, c’est vraiment embêtant. »

« Et bien, moi, en tant que roi, j’ai aussi des devoirs et je dois toujours rester au palais pour devoir les faire et les accomplir. Lily, c’est pareil, elle doit aussi faire ses devoirs et les accomplir mais dans son palais. Donc normalement, elle ne doit pas quitter son palais trop longtemps et retourner dans son royaume. »

« Je … ne comprend pas grand frère. »

« … … Je ne peux pas quitter le royaume car je dois faire mes devoirs et Lily ne peux pas quitter son royaume car elle doit faire ses devoirs. »

« Alors ne les faites pas ! C’est pas dur à ne pas faire ! »

« Les grandes personnes doivent faire leurs devoirs … Surtout un roi et une princesse car cela concerne les deux peuples… »

S’ils ne pouvaient pas ne pas faire leurs devoirs, alors il y avait sûrement un autre moyen. Le jeune garçon était en train de réfléchir alors qu’Arnaud reposait son regard sur Lily. Ah … Il devait la retenir … vraiment la retenir avant qu’il ne soit trop tard mais … Mais … Ah … Il ne pouvait pas… Il serrait les poings, tremblant de colère contre lui-même.

« Grand frère ? Si vous étiez dans le même royaume, est-ce qu’il serait possible que vous ayez les mêmes devoirs ? Comme ça, vous serez quand même ensembles non ? »

« … … Ce n’est pas aussi simple que … cela. »

« Mais si c’est très simple ! Vous n’avez qu’à être qu’un seul royaume et non deux ! Si tout le monde est ensembles, vous pourrez faire vos devoirs ensembles aussi ! »

« Oui mais … Je suis un Altaria, Icare. Et Lily est une Milobellus. »

« Y a beaucoup d’Altarias qui s’installent près de la plage … Et ils peuvent vivre très longtemps sous l’eau ! Moi aussi, grand frère ! »

« … … … Un seul royaume … Mais c’est trop difficile. »

« Les devoirs sont pas difficiles, grand frère ! PAS DU TOUT ! C’est toi qui fait croire que tout est difficile ! Même si je ne crois pas y arriver, j’essaye quand même ! »

« … … … … Oui … Tu as tout à fait raison. Tu as même entièrement raison ! Merci Icare, tu es un vrai petit ange ! » s’écria soudainement le jeune homme aux cheveux bleus.

Il vint enlacer son petit frère dans ses bras avant de se redresser, courant vers Lily tout en hurlant son nom. La jeune femme aux cheveux roses se tourna vers lui, étonnée de le voir aussi joyeux jusqu’à ce qu’il arrive à sa hauteur.

« Lily ! Je viens avec toi dans ton royaume ! »

« Hein ? Que ? Comment ça ? Pourquoi ça ? Arnaud ? Je ne comprend … »

« Tu verras quand je serais devant tes parents ! J’ai eu … Non ! Icare a eut une idée en tête et même si elle est complètement folle et stupide, j’ai envie de l’essayer ! »

« Hein ? De quoi ? Comment ça ? Tu ne veux pas m’expliquer ? »

« Signalez que je pars vers le royaume des Milobellus pour une mission de la plus haute importance ! » s’écria t-il aussitôt à ses soldats alors qu’il prenait la main de Lily pour la tirer dans le convoi et rentrer avec elle. A l’intérieur, elle continua de le questionner :

« De quoi est-ce que tu vas faire ? Enfin non … Ce n’est même pas bien parlé … »

« Tu verras bien, Lily … Mais … J’espère qu’ils accepteront. »

… Ils ? Qui ? Elle ne voyait pas … Ou alors peut-être qu’il parlait de ses parents à elle ? Qu’est-ce qu’il allait leur demander ? Elle tremblait légèrement d’une certaine excitation avant de reprendre la parole :

« J’espère que ce n’est pas une bêtise, Arnaud … Promets-moi que ce n’est pas une bêtise. »

« Ca dépend du point de vue, mais l’idée vient d’Icare ! »


Oui mais bon … Cette idée provenait d’un enfant … Un enfant quoi ! Ce n’était pas autre chose ! Ah … Elle était un peu inquiète de la suite des évènements mais le jeune homme semblait relativement motivé … Puisqu’ils étaient seuls dans ce convoi … Il vint se positionner en face d’elle, l’embrassant longuement alors qu’elle ouvrait en grand ses deux yeux :

« … …. … Humpf ! Hmmm … Hm… »

Elle se laissait finalement faire, passant ses mains dans ses cheveux bleus. Tout cela n’avait pas été un rêve éphémère et il venait lui prouver encore une fois. Le convoi tangua légèrement pendant qu’ils s’embrassaient, signe qu’il y avait un peu de mouvement à l’intérieur avant qu’il ne retire finalement ses lèvres :

« Ne t’en fait pas … Je suis sûr … que ça marchera. »

« Mais de quoi ? Dis-le-moi ! Je n’aime pas quand tu me caches des choses ! »

« Tututut ! Tu sauras tout dans quelques heures … Lily, je t’aime vraiment. »

« Ben … Et bien … Moi aussi, hein ? » balbutia t-elle, gênée.

Tout avait été si rapide. Pendant une année, elle avait patienté et là … En une journée, tout s’était accéléré à une vitesse telle prodigieuse qu’elle avait du mal à y croire mais… mais … Arnaud lui disait qu’il l’aimait et c’était tout ce qu’elle voulait … Tout ce qu’elle désirait … Ah … Oui … Elle était déjà heureuse rien qu’en entendant ces quelques mots.

« Madame la reine, monsieur le roi, je viens ici demande la main de votre fille en mariage. »

… …. … QUOI ?! Sans même attendre l’acquiescement de ses parents, elle se jeta à son cou, l’embrassant sur plusieurs parties de son visage avant de dire :

« Oui, j’accepte ! Je le veux, Arnaud ! Je le veux ! »

« Calme … Calme-toi, Lily. Ce n’est pas fini quand même. » répondit-il dans un grand sourire alors qu’elle venait se loger contre son torse, si heureuse.

« Hum ? Que veux-tu en plus, Arnaud ? » demanda le roi.

« J’aimerai vous faire une proposition … d’unifier nos deux royaumes en un seul. Bien entendu, vous seriez le souverain et la souveraine de ce dernier, ayant beaucoup plus d’expérience que moi-même dans ce domaine. L’idée est que … Les Milobellus et les Altarias puissent vivre ensembles et en communauté. Nous sommes tous des dragons et je suis sûr qu’au fil du temps, il n’y aura plus aucun problème entre nos deux peuples. Et puis … »

« Il y a quelque chose de plus personnel là-dessous, n’est-ce pas ? » dit la reine en lui souriant, le jeune homme aux cheveux bleus venant rougir.

« Oui … Cela me permettra de ne plus avoir aucune contrainte pour épouser Lily… et vivre avec elle … Comme elle est la princesse des Milobellus, elle doit rester près de son peuple. Comme je suis le roi des Altarias, je dois rester auprès du mien. Alors si nos deux peuples s’unissent … Nous pourrons nous voir quand nous le voulons … et vivre ensembles. »

« Hum … Tu sais bien qu’il est très difficile de faire ce que tu proposes n’est-ce pas ? »

« Oui mais … Je pense que ça vaut le coup d’essayer. Et vous savez … Ce n’est pas mon idée … Elle ne vient pas de moi. »

« Hum ? Et de qui vient-elle donc alors ? » demanda le roi.

« D’Icare. Vous savez, je suis sûr qu’il deviendra quelqu’un de très intelligent et de très bons conseils dans le futur. On ne dirait pas mais il fera un bien meilleur prince que moi dans l’avenir ! » répondit le jeune homme avec un grand sourire.

« Icare ? Ah mais bien, cela change tout, n’est-ce pas ma mie ? »

« Exactement … Soit … Arnaud, je pense que nous allons accepter ta proposition mais avant de penser à unifier nos deux peuples, n’y a-t-il pas autre chose à unifier avant ? »

« Ah ? Et quoi donc ? » demanda le prince en regardant le roi.

« Vous deux bien entendu. » dit le roi en observant sa fille avec l’homme qu’elle aimait.

Héhéhé … Oui … Bien entendu … Il allait oublier le plus important. La jeune femme aux cheveux roses était ivre de joie, le jeune homme la gardant contre lui. D’abord, ils allaient devoir s’unir officiellement. Il avait assez perdu de temps, il devait se l’avouer.

Voilà … Le temps s’était écoulé … Un mois était passé depuis le jour où le jeune homme et le roi des Milobellus avaient fait un discours devant des plusieurs dizaines de milliers de personnes. Un discours où ils prônaient les relations et l’unification de leurs deux royaumes en un seul. Et alors, aujourd’hui, pourquoi y avait-il autant de monde devant une magnifique église qui semblait avoir été faite sur mesure ? Toute de glace, elle brillait au soleil bien qu’elle ne semblait pas être capable de fondre.
Oui … Toute une foule réunie attendait en-dehors de l’église, quelques soldats surveillant quand même au cas où il y aurait quelques problèmes au sujet d’une petite folie de la part de ces personnes. Mais bon … Tous étaient calmes et très impatients.

« Alors, là, c’est carrément énorme ! D’abord nos deux généraux Altarias mais maintenant … CA ! Je veux que tout le monde crie de toutes ses forces quand ils sortent ! »

« D’ACCORDDDDDDDDDD ! » hurla la foule en écoutant l’une des personnes plus que douées pour haranguer comme il le fallait.

A l’intérieur de l’église, un jeune garçon aux cheveux rouges et en costard venait tendre une petite boîte contenant les deux alliances alors qu’une femme aux cheveux verts et portant une magnifique robe se trouvait derrière lui, lui murmurant de reculer. L’un après l’autre, les deux personnes en face d’eux venaient mettre un anneau au doigt de l’autre alors que la voix du prêtre se fit entendre :

« Je vous déclare mari et femme par les liens sacrés du mariage ! Vous pouvez embrasser la mariée. »

Le jeune homme aux cheveux bleus releva le voile de la jeune femme dans sa robe rose. Il déposa ses lèvres sur les siennes, un tonnerre d’applaudissements se faisant entendre à l’intérieur de l’église.

« BON LES GARS ! CA M’A L’AIR BON ! Préparez-vous ! »

Lorsqu’ils quittèrent l’église, le brouhaha causé par le peuple autour d’eux avait de quoi rendre sourds. Pourtant, ils souriaient et saluaient la foule, chacun tenant la main de l’autre alors qu’elle murmurait avec lenteur :

« La prochaine fois … Evite de mettre autant de temps, d’accord ? »

« J’essayerai, tu sais très bien que je n’ai jamais été très doué pour cela. »

« J’espère que tu l’es quand même bien plus lorsqu’il s’agit de former une famille. »

« Je le pense … et je m’appliquerai à cela. »

Il était légèrement rouge de gêne, la jeune femme aux cheveux roses étant de même bien qu’elle émettait un petit rire tendre. Ses doigts croisaient ceux de l’homme qu’elle aimait. Plus de treize ans s’étaient écoulés depuis leur première rencontre mais finalement, ils étaient ensembles. Et cela pour de nombreuses décennies voir de nombreux siècles … Oui, ils allaient être les créateurs d’un nouveau royaume où ils seraient deux à régner, unis pour la vie.

Chapitre 29 : Pour le peuple

Chapitre 29 : Pour le peuple

« Arnaud … Qu’est-ce que … » demanda Lily en le regardant d’un air étonné, toute autant que l’était les trois autres personnes avec eux deux.

« C’est pourtant clair. Il y a douze ans, Pete a été banni du royaume par Loïc et son père. Il a dût vivre une vie presque misérable pendant presque six ans alors qu’il a sûrement plus de sang noble en lui que dans cet être pourri en face de moi. Puisque je suis le prince de ce royaume, j’ai donc les obligations mais aussi les pouvoirs qui vont avec. Donc si cela n’est pas encore rentré dans la tête de Loïc, je vais le répéter. Loïc, tu es banni et exilé du royaume. A partir d’aujourd’hui, tu peux te considérer comme un Altaria renégat qui n’a d’Altaria que le nom puisque tu n’as même pas la carrure qu’il faut pour cela. »

« … … Attends un peu … Arnaud … Tu vas voir … Tu vas voir comme je vais te le faire regretter, tu vas vite comprendre ta douleur ! Je vais te faire souffrir comme auparavant ! »

« Bien entendu … Bien entendu … Toi-même ? Ou alors plutôt tes larbins ? »

… … … Pete comme les trois femmes ne savaient pas du tout ce qui se passait. Le jeune homme aux cheveux bleus avait radicalement changé de comportement dès l’instant où il avait entendu les paroles de Loïc et surtout le fait que ce dernier avait survécu.

« Et pendant ce temps, les minutes s’écoulent sans que tu ne fasses aucun mouvement. C’est bien ce que tu es … Tu attends tout simplement que tout te tombe dans les mains, Loïc, et cela depuis le début. Ton père a échoué dans ton éducation. Je ne l’appréciais pas et je sais parfaitement que ses actes étaient dictés par un souvenir du passé mais contrairement à toi, je pense que l’on pouvait éprouver de la peine et de la compassion pour lui. Oui … Pour toi, je ne ressens que de la pitié car tu l’es … Tu es pitoyable comme personne. »

« ASSEZ ! BUTEZ-LE MAINTENANT ! »

Les soldats s’élancèrent vers lui et le reste de son petit groupe mais déjà, il s’était mis à rayonner, Pete et Elizabeth écarquillant les yeux.

« Qu’est-ce … Prince Arnaud ?! Depuis quand est-ce … »

« Arnaud ! Qui t’a appris cela ?! Est-ce que c’est toi-même qui a … »

« Je ne voulais plus être un fardeau pour ceux qui m’entourent … Je ne voulais plus être incapable comme je l’étais il y a douze années de cela … Alors, je me suis entraîné, encore et encore … Jusqu’à l’épuisement … J’ai appris à me battre mais aussi les cours. Je voulais être cultivé et raffiné … Car je suis le prince de ce royaume … Je ne peux pas être un boulet pour mes citoyens … Et je n’hésiterai pas à utiliser tout ce que je peux. »

« Oui mais … Tout ça demande beaucoup trop de préparation ! Nous devons te protéger pendant ce temps ! » s’écria Pete alors que Lily et Phoebe comme les Milobellus ne savaient pas quoi répondre. Seuls les Altarias, que ça soit d’un groupe ou de l’autre semblaient étonnés. Loïc s’écria à nouveau :

« Arrêtez-le avant qu’il ne termine ! S’il fait cela, tout est fichu ! C’est bien clair ?! »

« Oui mais … Seule la famille royale et quelques rares … »

« JE M’EN FOUS ! Vous voulez mourir ou quoi ?! TUEZ-LE ! »

Depuis … Depuis quand est-ce ce blanc-bec avait appris à se battre de cette manière ?! Ce n’était plus le même gamin d’il douze ans. Il avait grandit … et il osait même lui tenir tête maintenant ! Quelle bonne blague ! Il allait lui régler son compte !

« PROTEGEZ A TOUT PRIX LE PRINCE ! »

Voilà que chaque camp recommençait à se battre et tout cela pour une unique personne. Une personne qui voletait légèrement au-dessus du sol, ses yeux fermés alors qu’il tendait les deux mains sur les côtés, semblant chercher sa respiration. Lily combattait d’un air distrait, observant Arnaud du coin de l’œil avant de s’adresser à Elizabeth.

« Qu’est-ce qui se passe avec lui ? Qu’est-ce qu’il est en train de faire ? »

« … … … C’est une technique que même les plus aguerris des Altarias ne sont pas capables d’utiliser … Je ne pensais pas qu’Arnaud en serait capable … C’est de ma faute … Visiblement, je ne lui faisais pas assez confiance … »

« Tu n’es pas la seule dans ce cas, Elizabeth. Moi-même, je n’aurais jamais pensé que le prince Arnaud en serait capable ! » s’écria Pete avant de pourfendre l’un des soldats, ayant quelques blessures sur le corps malgré son armure.

« Mais … Mais … Mais … Arnaud ? » dit la jeune femme aux cheveux roses en tournant son visage vers le prince, celui-ci murmurant :

« Je vais en terminer définitivement avec lui… quitte à ce que j’utilise jusqu’à mes dernières ressources. C’est bientôt bon … »

« MAIS QU’EST-CE QUE VOUS FOUTEZ ! Crachez tout ce que vous pouvez ! Blessez-le ! Empêchez-le de faire son attaque ! »

Il commençait à perdre une certaine contenance mais il avait de bonnes raisons. Si Arnaud arrivait à faire cela … C’était la preuve qu’il pouvait gouverner le royaume … qu’il était au-dessus des autres … ah … Dire que lui-même avait déjà essayé ces dernières années … Cela avait toujours été un échec retentissant.

Et lui … Lui… Il avait appris cette technique ?! Elle devait sûrement imparfaite ! OUI ! Elle l’était sûrement même ! Il était hors de question qu’un minable comme lui soit capable de pouvoir faire une telle chose ! IMPOSSIBLE !

« Et alors ?! Je ne le vois pas tomber ! Ca veut dire quoi ça ?! »

Il commençait sérieusement à perdre patience ! Ils étaient plus nombreux mais pourtant, aucun soldat n’avançait ou n’arrivait à atteindre Arnaud ! Qu’est-ce qu’ils foutaient ?! Ce n’était pas dur pourtant de tuer quelques rebelles et soldats ! Tsss ! ET … Il allait s’en occuper réellement de lui ! Et tout seul puisque c’était ainsi !

« Tu vas voir … Tu vas voir, Arnaud ! TU VAS VOIR ! »

« Donnez-moi deux épées, s’il vous plaît … Je n’ai pas l’habitude mais qu’importe … » murmura le jeune homme aux cheveux bleus en tendant ses mains en avant, Lily récupérant deux lames tout en arrêtant le combat pour les lui emmener.

« Arnaud … … … … … » souffla t-elle en lui tendant les deux lames.

« Oui, Lily ? Que se passe t-il ? Tu as un problème ? »

« Hein ? Que ? Oh non ! Je … Je ne sais pas trop … comment dire ça … Mais tu disais … souvent que tu ne méritais pas d’être le prince des Altarias. »

« C’est exact … Mais je pense personnellement que je ferais un meilleur prince que Loïc. »

« Non non ! Ce n’est pas ça que je veux dire … C’est juste que … »

« Vas-y, exprime-toi, Lily tant que tu le peux. »

« … … … Non rien, Arnaud. Reste en vie, c’est tout. » murmura t-elle en lui faisant un petit sourire qu’il ne pouvait pas voir avec ses deux yeux fermés.

« J’aimerai bien que ça soit le cas mais je ne peux rien promettre … comme d’habitude. »

Hum … Elle le savait parfaitement mais bon … Elle espérait tout simplement. A peine avait-elle reprise son arme que les paroles d’Arnaud se firent entendre :

« C’est bon … Je peux y aller … Poussez-vous maintenant. »

Il s’était encore mis à parler d’une voix neutre alors que les soldats et rebelles se poussaient, Pete et les trois femmes faisant de même. Arnaud était maintenant face à la petite armée de Loïc, les soldats étant blessés pour la plupart alors que Loïc s’était mis à trembler de rage.

Tout le corps du jeune homme aux cheveux bleus s’illuminait violemment, aveuglant la pièce avant qu’il ne trace un chemin droit devant lui, volant à une vitesse prodigieuse. Moins d’une seconde plus tard, il était penché en avant, à quelques centimètres de Loïc, du sang s’écoulant le long de ses deux lames avant qu’il ne murmure.

« C’est terminé … pour ton armée … et ton existence, Loïc. »

« Ah oui ? Je ne vois pas où ! Mon armée est encore debout ! » s’écria le jeune homme aux cheveux verts, des tremblements dans la voix, signe qu’il était impressionné par ce que venait de faire Arnaud.

Les soldats se retournèrent vers Loïc et Arnaud, prêts à tuer ce dernier avant que leurs armures ne se fissurent et que de nombreuses entailles parcourent leurs corps. Des giclées de sang volèrent un peu partout, les soldats s’écroulant les uns après les autres.

« … … … Il fallait s’en douter … » murmura Arnaud avant de poser un genou au sol, de la sueur s’écoulant de son front alors qu’il haletait.

Qu’est-ce … AH ! Il était exténué par ce qu’il venait de faire ! Sa technique n’était pas au point mais il avait quand même décidé de l’utiliser ! Et maintenant … Maintenant … Il était à la merci de Loïc.

« HAHAHAHA ! Idiot ! Tu as peut-être éliminé une partie de mon armée mais en fin de compte, tu seras celui qui va tomber de MES PROPRES MAINS ! »

Son épée en main, le jeune homme aux cheveux bleus à ses pieds, Loïc amorça un mouvement pour venir lui trancher la tête avant de crier de douleur.

« Je n’ai jamais dit … que je n’avais pas terminé ce que j’avais commencé. »

Qu’est-ce que … Deux profondes entailles vinrent parcourir les hanches de Loïc, lui faisant lâcher son arme alors qu’il se mettait à reculer.

« … Comment ça se fait … Comment ça se fait que tu arrives à me blesser ?! Alors que tu ne m’as même pas attaqué ! Tu es à genoux devant moi ! »

« Qui a dit que je ne t’avais pas attaqué avant que je ne m’écroule ? » murmura le jeune homme aux cheveux bleus avant de se redresser avec lenteur, bloquant le chemin à Pete et les femmes qui étaient venus pour tenter de l’aider. « Vous restez en arrière, vous quatre. »

« Qu’est-ce que … tu manigances, Arnaud ? Nous allons abréger son existence ! »

« C’est à moi … de m’en … OCCUPER ! »

Il venait de crier de toutes ses forces bien qu’il semblait exténué, le regard légèrement fiévreux. Cette technique …Voler en pique … était bien plus épuisant que prévu. Le jeune homme aux cheveux bleus prit l’épée que Loïc avait tenue, redéposant l’une des siennes avant de la lui envoyer à ses pieds. Le jeune homme aux cheveux verts le regarda avec étonnement, une main posée sur sa hanche droite alors qu’Arnaud reprenait :

« C’est quoi ce délire ? Qu’est-ce que tu fous ? »

« Pour les dernières minutes de ton existence … Essaye de te battre d’une façon honorable. »

« … … … TU TE FOUS DE MA GUEULE ?! HONORABLE ?! Ce n’est pas un foutu gamin comme toi qui va m’apprendre ce que c’est l’honneur ! Un gamin pleurnichard et braillard ! »

Pourtant, il récupérait son épée, le regardant d’un air haineux alors qu’Arnaud prenait une profonde respiration. Vraiment … Qu’est-ce que cela avait donné depuis toutes ces années…

« Terminons-en une bonne fois pour toutes. »

« Tu vas voir, espèce d’imbécile ! Ca sera la dernière erreur que tu commettras ! »

« Nous verrons cela. » répondit finalement Arnaud alors qu’il maintenait son épée avec difficultés dans sa main droite, observant Loïc qui avait un air rageur au visage.

Celui-ci s’était mis à courir vers lui, donnant un coup d’épée alors qu’Arnaud parait ce dernier. Il devait prendre l’ascendant sur le combat… Il devait le prendre … et le battre … Il était le prince d’un royaume déchu … D’un royaume qui avait tant souffert pendant six ans … Il était hors de question de ne plus rien faire ! Il n’en avait jamais assez fait !

Il fit reculer le jeune homme aux cheveux verts, évitant de gémir alors que les soldats et les quatre proches d’Arnaud restaient immobiles. Ils avaient envie de réagir … Ils en avaient tellement envie … La jeune femme aux cheveux roses faisait apparaître une petite flaque d’eau à ses pieds, celle-ci semblant se mouvoir pour se rendre vers Arnaud.

« TU FAIS CELA, LILY ET TU NE M’ADRESSES PLUS JAMAIS LA PAROLE ! »

« Hein ?! De … De … De quoi, est-ce que tu parles, Arnaud ? » dit-elle d’une voix faussement innocente mais surtout apeurée et étonnée.

« Ne fais pas semblant de ne pas avoir compris ce que je voulais dire ! »

« Tu devrais plutôt t’inquiéter de ce que tu as en face  de toi, PRINCE ! » s’écria Loïc en venant créer une entaille sur le bras du jeune homme, celui-ci serrant les dents.
AH ! Elle avait crié en voyant Arnaud se faire blesser mais là, elle n’allait pas rester là à ne rien faire ! Elle allait l’aider … Oui … Elle allait l’aider ! C’était le plus important à faire ! Ah… Comment dire … Elle allait … Non ? Pete venait de l’arrêter, tremblant lui aussi. Il voulait vraiment aller l’aider mais Arnaud n’aurait pas voulut.

« On doit rester là … et ne rien faire … »

« Et tu veux le laisser mourir, c’est ça ?! Tu as bien vu son état ?! »

« Est-ce que j’ai l’air de vouloir laisser mourir le prince, Lily ? » murmura Pete alors qu’elle voyait bien à quel point sa poigne était forte et puissante. Il enrageait intérieurement.

… … … Et alors ? Qu’est-ce qu’ils devaient faire ? Phoebe et Elizabeth n’avaient rien dit alors que les soldats tremblaient eux aussi. Pourquoi ce combat ridicule ?! Pourquoi est-ce qu’ils ne décidaient pas de tout simplement tous y aller ?! Quelques soldats s’avancèrent mais Pete s’écria :

« NE FAITES PAS UN SEUL MOUVEMENT ! »

« C’est complètement stupide ! On risque de perdre le prince à cause de sa vanité ! Ca ne sert à rien un tel combat ! Il n’a pas à se prendre pour un héros pour nous ! »

« Ce n’est pas une question d’héroïsme … ou de vanité … Mais simplement… de régler ses comptes. Ce n’est pas quelque chose qu’il a pensé sur le moment mais depuis des années ! Perdre maintenant est impossible pour lui ! » répondit Pete alors qu’il avait un tic nerveux. Depuis douze ans … Depuis tellement d’années … Arnaud avait ruminé de telles pensées … Il avait voulut régler cette ultime affaire … qui lui était bien plus personnelle que tous pensaient.

« Alors ?! On faiblit ?! Tu as toujours été affreusement faible ! Et cela depuis le début ! Tu veux jouer les grands et les durs mais tu t’es toujours caché derrière Pete ! »

« C’est pour cela … que je suis en face de toi aujourd’hui. »

« Hein ? Comment ça ? Tu veux dire que tu fais tout ça pour montrer que tu as changé ? HAHAHA ! IMBECILE ! Tu ne mérites vraiment pas d’être le prince ! Tu penses d’abord à tes sentiments personnels avant ceux de ton peuple ! »

Raison de plus pour lui prendre sa place ! Ses coups devenaient plus forts et puissants alors que depuis le début, Arnaud n’avait fait que parer les coups. Pourtant, le jeune homme aux cheveux bleus faisait quelques pas en reculant bien qu’il tournait autour de Loïc en même temps. Il y avait une chose que ce dernier n’avait pas remarqué … Une unique chose.

Pfff ! Mais qu’est-ce qu’il attendait pour crever ?! C’était pourtant pas si dur ! Il voyait bien que le jeune homme était en train de peiner ! Et lui, de son côté, il donnait des coups toujours plus puissants ! Alors pourquoi ?! Pourquoi il n’y arrivait pas ?! AH !

« Je sens que cela commence à faire effet … J’ai gagné, Loïc. »

« Ne raconte pas n’importe quoi, Arnaud ! Je ne suis pas terminé ! »

« Tu es exténué … Tu n’as même pas remarqué que je ne faisais que t’épuiser depuis le début. » continua le jeune homme en commençant à se déplacer plus rapidement qu’auparavant. Il ne semblait même pas être blessé ?!

Qu’est-ce que … Qu’est-ce … QU’EST-CE QUE CA VOULAI DIRE ?! Depuis quand est-ce qu’il était aussi intelligent ?! Non … Non … Ce n’était pas possible ! Ce n’était pas possible ! Il hurla de toutes ses forces avant de courir avec frénésie vers Arnaud, celui-ci prenant une profonde respiration avant de murmurer :

« C’est terminé, Loïc. Adieu. »

Aucun mouvement de la part d’Arnaud, il n’avait rien à craindre ! Ce n’était que de vaines paroles pour tenter de l’effrayer mais il n’était pas du genre à s’inquiéter pour rien ! NON ! Hors de question même ! HORS DE QUES…

Son épée tomba au sol, le jeune homme aux cheveux bleus ayant fait un pas sur la gauche. Une vilaine entaille sur sa hanche droite était apparue alors que sa lame s’était tout simplement plantée dans le cœur de Loïc. Il n’avait rien fait … C’était le jeune homme aux cheveux verts qui s’était empalé lui-même sur sa lame … Bien que cela n’avait pas été intentionnel. Loïc commença à cracher du sang, hurlant :

« POURQUOI ?! POURQUOI EST-CE QUE TU ES DEVENU COMME CA ?! »

« Je ne sais pas … Ce que j’ai vécu durant mon enfance et adolescence m’ont profondément changé. Si tout ce qui s’était déroulé avait pris une tournure différente, il y a de fortes chances que cela soit moi qui se trouverais à ta place. Mais ce n’est pas le cas … Et tu es l’un des acteurs de ces changements produits sur ma personne. »

« Sale… Saleté… Arnaud… Tu… Tu… Ah… Je… Je t’emporterai dans la tombe… Il est hors que toi… TOI… Toi… Tu arrives à me battre… »

« Et que comptes-tu faire ? Tu n’es plus en état de te battre. »

« Tu vas voir … Tu vas voir … JE VAIS TOUS VOUS ENTERRER AVEC MOI ! »

Il avait poussé un hurlement strident alors que toute la pièce s’était mise à trembler, le plafond se fissurant avant de partir en morceaux, laissant voir un ciel orangé.

« Ah… Ah… Il est vrai que … Que je n’ai pas réussi à apprendre cette foutue technique mais j’en ai dominé une autre ! UNE AUTRE BIEN PLUS PUISSANTE ! »

« Le météore … PARTEZ-TOUS D’ICI ! » hurla soudainement Arnaud avant que du sang ne s’écoule de ses lèvres, Loïc ayant planté à moitié sa main dans son ventre.

« ARNAUD ! » s’écria la jeune femme aux cheveux roses alors qu’il reprenait :

« NON ! Partez d’ici ! Pete ! Emmène-là avec toi ! Fais-là s’évanouir mais partez d’ici ! Prévenez toutes les armées ! Il est devenu complètement fou ! »

« Héhé… Héhéhé… Comme ça … Tu ne pourras plus… t’enfuir… » marmonna Loïc une dernière fois avant que ses yeux ne se ferment, un sourire ensanglanté aux lèvres. Il avait toujours sa main plantée dans le ventre d’Arnaud, celui-ci gémissant de douleur.

Pourtant … Les soldats comme le quatuor s’étaient approchés de lui, retirant la main enfoncée de Loïc dans son ventre alors qu’il les regardait avec neutralité. Ils n’avaient pas compris quoi ?! Et ils ne voyaient pas le gigantesque météore qui s’approchait ?! Ce n’était pas une banale attaque ! C’était une attaque qui avait coûté toute la vie de Loïc ! Toute une vite pour en détruire des milliers d’autres !

« Laissez-moi … Je vais m’occuper de ça … Je dois bien avoir assez de force … pour créer un second météore … pour contrer celui-là… et les faire exploser en milliers de morceaux inoffensifs pour nous tous. »

« Et comment est-ce que tu comptes faire ça, Arnaud ? » demanda Elizabeth en tremblant légèrement rien qu’à l’annonce de la plausible réponse.

« Tout simplement en l’imitant … Voilà tout. »

« HORS DE QUESTION ! » hurla Lily alors qu’elle s’apprêtait à le soigner. D’un coup sec, il la frappa dans le dos de la nuque, la faisant s’évanouir. Dommage qu’elle ait retiré son casque … Cela lui avait coûté cher.

« Je suis le prince Arnaud, il est de mon de voir de protéger mon peuple et de me sacrifier pour lui. Maintenant, disparaissez … Rebelles de mon ro… Non… Fiers soldats de mon royaume… Veuillez emporter la princesse des Milobellus avec vous… ainsi que les deux futurs généraux Pete et Elizabeth. De même, embarquez avec vous la générale Phoebe. Ceci est un ordre royal… que vous devez accomplir maintenant. »

… … … Les soldats se regardèrent longuement, que cela soit pour les Milobellus et les Altarias. Pete et Elizabeth se jaugèrent du regard avant de hocher la tête. Ils se dirigèrent vers Phoebe, murmurant quelque chose alors que la chaleur commençait peu à peu à monter à cause de l’approche de ce gigantesque météore.

« Vous êtes deux imbéciles … Et lui l’est encore plus. »

« Merci de nous dire ceci, Phoebe. Bon … Allez … Partons le plus loin d’ici. » répondit Pete alors qu’Arnaud observait le ciel en fronçant les sourcils :

« Environ une dizaine de minutes … Vous devriez avoir le temps de vous enfuir. »

« … … … Adieu, Arnaud. J’espère que tu le regretteras toute ta vie ce que tu as fait … Et ne me demande même pas de te faire pardonner pour Lily. »

« Je n’en pensais pas le moins du monde, Pete … Merci beaucoup. »

Tsss … Peu à peu, la salle du trône se vidait alors qu’il fronçait les sourcils … Il n’y avait plus que des cadavres autour de lui … Et il allait en devenir un lui aussi… La meilleure chose à faire était de créer un météore … Mais qui devait partir en direction du ciel … et non l’inverse… Cela allait être encore plus dur que prévu.

« Je dois le protéger … Je dois protéger mon royaume … Je dois le faire… Hahaha … Depuis quand est-ce que je suis aussi courageux hein ? »
Il s’était mis à rire nerveusement alors qu’il sanglotait. Il ne voulait pas mourir … Il ne voulait pas mourir du tout. Pas du tout … Ce n’était pas ce qu’il voulait… Il ne voulait pas mourir… Il n’avait pas envie… Mais bon… C’était son devoir… Déjà, le ciel orangé commençait à se zébrer d’éclairs, un météore quand même deux fois moins impressionnant que celui qui fonçait vers le château faisant son apparition.

« Ce n’est pas assez … Ce n’est pas assez … Il faut encore plus … Il faut … »

Il devait user plus de force ! Le sol continuait de trembler, la salle du trône se fissurant de partout alors que le plafond s’écroulait autour de lui, des éclats de pierres venant sur lui, l’entaillant un peu partout malgré son armure… Ah… Ah…

« JE VEUX PROTEGER MON PEUPLE ! » hurla t-il dans un sanglot bien qu’il sentait qu’il n’avait plus assez de force … Hein ? Pour… Pourquoi voyait-il trois météores de même taille contre celui de Loïc ?

« Et tu n’es pas le seul, prince idiot. » répondit une voix derrière lui alors qu’il tournait son visage … pour apercevoir Pete ? Et Elizabeth ? Les deux personnes lui souriaient, s’approchant de lui alors que la température était devenue impressionnante, de grosses coulées de sueurs glissant de leurs visages.

« … … … Nous le sommes autant que toi. » répondit Elizabeth aussitôt alors qu’ils se positionnaient à côté de lui, toujours en train de sourire. Oui… Ils étaient venus pour l’aider donc ils ne valaient pas mieux en fin de compte. Héhéhé.

… … Il ne répondit pas, les deux personnes à côté de lui. Il observa Pete puis Elizabeth, faisant un petit sourire triste avant de murmurer :

« C’est déjà trop tard pour nous trois … Vous le savez, n’est-ce pas ? Même si nous sauvons tout le monde … Il n’est pas possible … »

« … … On a mis un peu de temps, c’est de notre faute, Arnaud. » annonça Elizabeth.

« Et puis bon … Si je ne peux pas sauver le prince, pourquoi est-ce que je devrai encore vivre ? Je suis à ton service depuis tellement d’années … Il serait absurde que tu meures alors que je sois encore vivant. »

… … … Il ne lui répondit pas, fermant les yeux alors que le sol se fissurait peu à peu. Puis soudainement, une explosion se fit voir, puis une seconde et une troisième. Le gigantesque météore s’éloigna en même temps que les trois petits météores avaient été détruits par la puissance … Ils avaient …

« Réussi… Elizabeth… Pete… Nous avons… »

Il s’écroula sur le sol, observant le ciel orangé qui redevenait peu à peu bleu. Quelques secondes plus tard, deux corps venaient s’écrouler à côté de lui, chacun ayant un sourire aux lèvres. Ils avaient réussi … mais le ciel se constellait… de morceaux de petite taille … qui fonçaient à toute allure vers le château tout en s’enflammant. Des morceaux de météore qui allaient détruire tout ce qui se trouvait à l’intérieur du château … dont eux.

Comme une pluie d’étoiles, les météores tombaient sur le château, des pans entiers de pierre s’écroulant alors qu’il émettait un petit sourire. C’était fini… Il ferma les yeux, cherchant à discuter une dernière fois avec Elizabeth et Pete.

« Pete … Nous avons réussi … Nous avons vraiment réussi … »

« Oui, Arnaud … Prince Arnaud … Nous allons pouvoir … Non … Ils vont pouvoir enfin… »

« Elizabeth ? Comment vas-tu ? Pas trop fatiguée ? »

Aucune réponse de la part de la jeune femme aux cheveux blonds. Il tourna son visage vers elle, voyant ses yeux complètement clos, sa bouche légèrement ouverte. Elle l’était déjà ? Il commença à sangloter, bougeant faiblement sa main pour tenter de prendre la sienne alors qu’il faisait de même avec celle de Pete.

« Pete ? Merci … d’avoir été à mon service… pendant toutes ces années … »

« De rien, prince … De rien… Par contre, je vais … Un peu me reposer … si vous me le permettez … J’ai un peu sommeil… »

« Fais donc, Pete. Fais donc … Moi aussi, je crois que … »

Il ne répondit plus, aucun son ne sortant de ce qui restait de la salle du trône. C’était fini … pour eux … Complètement fini …. Ils n’avaient plus qu’à attendre.

Moins d’une heure plus tard, plusieurs équipes de Milobellus et d’Altaria commençaient à fouiller les ruines, dirigées par Lily.

« EXTIRPEZ-MOI TOUT SES CORPS ! ET VITE ! »

Elle ne voulait pas … Elle ne voulait pas y penser … Chaque corps retiré … lui faisait pousser un petit cri d’effroi … puis d’apaisement … Ce n’était pas celui d’Arnaud … Ni celui de Pete ou Elizabeth … Ce n’était pas l’un des trois … Puis vint le moment où ils extirpèrent le corps du général, Lily s’écriant avec force :

« QUE TOUS RASENT CETTE ZONE ! Ils doivent être vers là ! »

Oui … Oui ! Ils se trouvaient dans les gravats de la salle du trône donc dans la zone où Arnaud et les autres devraient se retrouver ! Le corps de Loïc … puis ceux de plusieurs rebelles et soldats … Ah … Ah … Ah…

« Mais qu’est-ce que … »

Un groupe de soldats avait du mal à extirper un corps, demandant de l’aide à plusieurs autres soldats avant de remarquer qu’il n’y avait pas qu’une main … mais plusieurs ! Ah … C’était sûrement Arnaud ! C’était … Non, c’était Pete … Il y avait Pete … Mais ah ! Dessous ! Il y avait Elizabeth … Et sous Elizabeth ? Le corps d’Arnaud ! Chacun s’était mis sur l’autre pour tenter de protéger les deux autres personnes alors que Lily s’était mise à sangloter. Rapidement, plusieurs personnes s’affèrent autour des trois corps, l’une d’entre elles disant :

« Ils respirent encore ! Ils sont vivants ! Venez vite emmener les soins ! »

Ils étaient sauvés ! Ils allaient être sauvés ! Sans même se soucier qu’il était dans un état grave, elle vint embrasser le jeune homme aux cheveux bleus, sanglotant en lui murmurant à quel point elle l’aimait et qu’elle était heureuse. Ah … Ah … Elle allait presque s’évanouir de joie. Tout était enfin terminé ! COMPLETEMENT terminé !

Voilà … … … Le temps s’était écoulé … Une année était passée depuis la mort du général et de son fils. Depuis la fin de cette tyrannie qui avait fait tellement de dégâts en plus de six ans … Et le château avait été reconstruit … Oui … Complètement reconstruit en moins d’une année ! Sauf qu’il ne fallait pas se rendre là pour retrouver une foule des plus nombreuses. Non … Ce n’était pas ici …

Que cela soit le peuple des Milobellus ou alors le peuple des Altarias … Tous étaient réunis en pleine ville … Entourant une magnifique et gigantesque église. Oui, la foule était si importante … et si imposante, comme si l’évènement à l’intérieur dépassait toute entendement.

« Ca va être vraiment merveilleux ! Dès que l’on entend ces mots, applaudissez ! »

Ces mots ? Oui, ils étaient tous d’accord. Il n’y avait rien d’autre à attendre de toute façon ! Déjà que tout le monde s’était réunit, que cela soit les soldats ayant participé à la bataille, les civils … Oui, tous et toutes étaient là. Puis vint le moment où dans l’église, une voix résonna :

« Je vous déclare mari et femme par les liens sacrés du mariage ! »

Chapitre 28 : Un royaume affaibli

Chapitre 28 : Un royaume affaibli

« Pete … Tu penses que je n’ai aucune chance, sincèrement ? » demanda Elizabeth alors qu’ils étaient à la queue du groupe pour surveiller les arrières des soldats avec Phoebe.

« Si tu veux parler d’Arnaud … Je ne sais même plus à quoi il joue. Je n’ai pas l’impression qu’il aime réellement quelqu’un quand je le regarde. Il n’a pas l’air de vouloir s’attacher complètement à une personne. »

« … … … Il n’a pas peur de mourir et il s’attend à un coup d’éclat du général. Il m’a même demandé de surveiller Icare pour qu’il devienne le futur roi des Altarias au cas où. » répondit Phoebe avec lenteur tandis que Pete et Elizabeth tournaient son visage vers elle.

« Cette idée absurde de mourir lui pourrit son existence ! Bon … Au cas où … Que l’on se réunisse … Et qu’on se prépare … Vous vous doutez bien de ce que je vais vous demander … Ne laissez pas Arnaud s’attaquer au général … On va devoir le protéger, de notre vie si cela s’avère nécessaire. Est-ce que vous êtes d’accord avec moi les filles ? » demanda Pete en regardant les deux femmes à côté de lui.

« … … … D’accord. On ne peut pas le laisser penser ça. S’il ne peut pas comprendre qu’il ne doit pas mourir, alors on va le lui faire comprendre. »

« … … … Je n’aime pas aider une rivale, surtout pour ce genre de choses… Mais il le faut bien car ça reviendrait à me faire mal si Arnaud devait mourir. » répondit Elizabeth après les paroles de Phoebe.

« Bon et bien … Tout est décidé alors. Nous formons la protection d’Arnaud sans qu’il ne le sache. Et … Elizabeth … Je suis désolé pour tes sentiments. » dit Pete.

« Ca ne fait rien, la bataille n’est pas perdue à ce niveau. C’est bien loin de tout ça même. »

Elle était encore motivée et combattante pour le cœur d’Arnaud ! Elle n’allait pas perdre la bataille aussi rapidement ! Et puis, si elle le protégeait, elle pouvait espérer que les sentiments d’Arnaud se tournent vers elle-même si … Même si … D’après les deux mains liées du jeune homme et de Lily, cela allait être très difficile.

« Je continuerai de me battre … même si … C’est complètement risible ! »

« De quoi est-ce que tu parles, Elizabeth ? Ca ne va pas ? » demanda Pete.

« Hein ? Si … Bien entendu … Enfin, c’est bizarre quand même. On dirait que j’ai un peu moins peur de toi … Je ne tremble même pas … Ca doit être grâce au sauvetage d’avant. Tu peux te classer dans la catégorie des rares hommes qui ne me font plus peur, Pete. »

« Je pense que je devrais m’en féliciter, non ? » répondit le jeune homme aux cheveux violets en émettant un petit rire, Phoebe souriant en les regardant.

Ils restaient tout les trois en arrière, discutant de tout et de rien alors qu’ils continuaient de marcher à travers les couloirs du château. Ah … Ils s’étaient tous mis d’accord alors bon … Ils n’avaient plus qu’à se préparer au dernier combat contre le général.

« Arnaud ? Est-ce que je peux te demander quelque chose ? »

« Tu le peux, Lily. Je ne vois pas pourquoi je refuserai de te parler. » dit-il avec lenteur sans même remarquer que sa main était avec celle de Lily au contraire de cette dernière.

« Quand tu te retrouveras en face du général … Recule d’accord ? »

« Hein ? Et pourquoi cela ? Je ne vais pas me cacher alors que je veux le tuer ! »

« … … Fais-le s’il te plaît ? Pour moi … » répondit la jeune femme en la regardant longuement, Arnaud tremblant légèrement d’émotion.

« … … Non, Lily. » dit-il avec lenteur alors qu’elle baissait la tête, murmurant aussitôt :

« Je te le demande … Car je ne veux pas que tu meures … à cause de tout ça. »

Il ne lui répondit pas cette fois, la jeune femme aux cheveux roses venant serrer sa main avec plus de force, le faisant gémir de douleur. Il voulut la retirer mais elle lui lançait un regard qui exprimait tellement de sentiments. La colère, la tristesse, l’amour … Tout était dans les yeux de Lily et lui … Il fuyait ce qu’il ressentait.

« Je ne compte pas mourir aussi facilement si c’est cela qui t’inquiètes. »

« … … … D’accord … … … De toute façon, tu ne pourras pas mourir avant moi. »

« Hein ? Mais qu’est-ce que tu racontes encore maintenant ? » répondit-il en la regardant avec un peu d’étonnement dans les yeux.

« … … … Tu ne pourras pas mourir avant moi … car même si tu ne veux plus rien ressentir pour moi, moi, je n’hésiterai pas un instant à te protéger. »

« Je te protègerai aussi … comme je protègerai mes soldats et mes amis … Le général est celui qui a tué mes parents, c’est à moi de l’éliminer. »

« Tu peux dire tout ce que tu veux, faire semblant de ne pas comprendre ce que je veux dire, ça ne changera rien du tout … Rien de rien, Arnaud. »

« … … … Ne commet pas de bêtises, Lily. Je tiens à te le dire en toute franchise. »

« Venant de quelqu’un qui se fait à l’idée de mourir pour son peuple, il est de mon devoir de me préparer à cette éventualité … pour moi aussi. »

« … … … … … Arrête tes bêtises. Ton peuple n’a pas besoin de souffrir et le mien non plus ! Tu restes en arrière et tu te tais ! »

HAHAHAHA ! Elle éclata de rire, retirant sa main finalement avant de s’éloigner un peu de lui sur le côté. Elle lui fit un léger sourire qui avait une petite lueur machiavélique qu’il ne pouvait pas comprendre. Elle préparait un mauvais coup ou quoi ? Il devait rester sur ses gardes … même si il était légèrement en colère, il le reconnaissait.

« … … Nous nous rapprochons de la salle du trône. Faites attention, elle sera sûrement bien mieux gardée que celle avec Loïc. »

Il venait d’annoncer la couleur tandis que le jeune homme ne s’adressait plus à Lily. En fait, celle-ci était retournée vers Elizabeth, Pete et Phoebe. Elle ne semblait pas très heureuse …

« Pourquoi as-tu rigolé, Lily ? » demanda Phoebe en s’adressant à elle.

« Est-ce que tu aurais préféré que je pleure, Phoebe ? » rétorqua Lily aussitôt avant de reprendre d’une voix lente : « Je préfère rire de tout ça plutôt que d’en pleurer. Arnaud n’arrête pas de penser qu’il va mourir … et je voulais savoir … si Elizabeth voulait bien mettre ses différends de côté pour s’unir avec moi … pour que l’on le protège. »

« Hum ? Tu arrives un peu en retard ma grande, c’est déjà prévu entre Phoebe, moi et Pete. Nous avons décidé de le faire bien avant toi … » dit Elizabeth en souriant.

« Est-ce que je peux vous rejoindre ? Dans cette minuscule organisation ? »

« Il n’y a aucun doute. Pourquoi est-ce que je refuserai une aide précieuse ? »

La jeune femme aux cheveux blonds lui faisait un petit sourire de circonstance. La hache de guerre n’était pas enterrée … mais mise de côté pour l’heure. Maintenant, ils étaient quatre à vouloir protéger le jeune homme … Il n’y avait aucune chance qu’Arnaud ne puisse mourir à l’heure actuelle. Oui ! C’était ça l’idée !

Finalement, après quelques minutes de marche, le palais étant immense, ils arrivèrent devant la double porte royale. Là … où avait siégé ses deux parents. Il s’imaginait à nouveau ses derniers … Ca faisait déjà six ans qu’ils avaient été assassinés … Six années … Et Icare en avait six aussi … Pfiou … Il donna un coup d’aile sur la double porte, l’ouvrant rapidement.

« Voilà … Le général doit se trouver devant nous. »

« Une voix qui m’est familière … Une ancienne voix même … Bien qu’elle soit différente. »

Le ton semblait assez lointain et distant alors qu’il pénétrait en premier dans la salle du trône. Autour d’eux et devant le trône, d’autres soldats se trouvaient présents, prêts à défendre le général alors que tout de suite, les rebelles et les soldats des Milobellus se plaçaient devant lui. Mais qu’est-ce que …

« … … L’âge ne vous a pas fait de cadeaux, général. »

« Elric … Tu peux m’appeler comme ça, Arnaud. Quel âge est-ce que tu pensais que j’avais à la base ? » répondit l’homme derrière ses soldats, presque invisible à cause du nombre impressionnant de personnes devant lui.

« J’aurais plutôt dit la trentaine bien finie … mais visiblement, je crois que je me suis trompé à votre sujet, Elric. » répondit le jeune homme aux cheveux bleus.

« J’ai dépassé la soixantaine d’années il y a de cela deux ans. »

Soixante-deux ans ? Il écarquilla les yeux d’un air étonné. Ca faisait quand même plus de dix ans de différence avec ce qu’il avait prévu. Les gardes se poussèrent légèrement, laissant voir l’homme qui avait été la cause de tous les méfaits… Les cheveux gris … Il avait des cheveux gris ? Et ces rides si importantes ?

« Comment se fait-il que le temps vous ait affecté à ce point là ? »

« Les dragons peuvent décider de laisser le flot du temps qui s’écoule ou non … Si nous le désirons, nous pouvons vivre des centaines d’années … Si nous le désirons, nous pouvons vivre que soixante-dix à quatre-vingt ans … Comme le serait une vie normale… »

« Vous ? Vous avez décidé ça ? J’ai du mal à croire que vous voulez vivre une vie normale après tout ce que vous avez fait ! Vous vous foutez de ma gueule ou quoi ?! »

« Je suis las de tout ça, Arnaud. Je pensais que la guerre prendrait des proportions plus importantes, plus imposantes … Que tout cela se ferait dans la haine et le sang mais regarde au final ce que cela a donné ? L’armée des Milobellus et celle des rebelles Altaria se trouvent en face de moi, prêtes à me tuer et à achever le travail que j’ai voulut accomplir. »

« C’est une sacrée ironie non ? Les deux peuples que vous avez voulut se faire affronter … se trouvent là, unis ! » s’écria Arnaud en gardant la parole.

« Ce n’est pas ironique … C’est simplement que j’ai échoué dans ce que je voulais faire … Ce que je voulais accomplir. Ah … C’est dommage. »

« Assez parlé, je pense qu’il est grand temps d’en terminer ! Loïc est déjà mort, vous allez le rejoindre bien assez tôt ! »

« Mon fils … est mort ? Ah … Il l’a peut-être enfin rejointe. »

« Rejointe ? De qui est-ce que vous parlez ? » demanda le jeune homme, restant sur ses gardes tout en suspectant une ruse de la part du vieil homme.

« Tu n’as pas besoin de le savoir. Je crois apercevoir la princesse avec toi, n’est-ce pas ? Et aussi le chef des rebelles, Pete … Hahaha … Si vous mourrez ici, on peut considérer que la bataille et la guerre sera terminée … même si je dois mourir ensuite. »

« Vous serez le premier à trépasser ! » s’écria une voix alors qu’Elizabeth se présentait devant Arnaud, son épée à la main.

« Je ne crois pas que je vous laisserai toucher à la princesse des Milobellus, vieillard. » répondit Phoebe en se présentant à côté d’Elizabeth, un trident à la main.

« De toute façon, à la base, ma vie est liée à celle du prince Arnaud. Qu’importe si je dois la sacrifier pour protéger celle du véritable souverain des Altarias. » annonça Pete en se positionnant à côté d’Elizabeth.

« Et puis … Oh et puis zut … Je ne suis pas faite pour les longs discours donc on va dire que je veux protéger celui que j’aime. » termina Lily en rigolant légèrement avant de se placer.

« Je vois … Je vois … Les Milobellus et les Altarias sont réunis… Soit… Que cette guerre s’achève avec la mort de l’un des deux camps. Combattez-vous maintenant. »

Le vieil homme leva la main avant de l’abaisser, signe que le dernier affrontement allait commencer. Tout de suite, la bataille eut lieu, les soldats des deux groupes venant se battre les uns contre les autres.

Lui ? Il restait parfaitement assis, une lance se trouvant dans sa main droite alors que le prince Arnaud et la princesse Lily livraient bataille. Les soldats étaient bien mieux entraînés que ceux de Loïc mais ce n’était pas suffisant pour réussir à contrer les mercenaires de Pete et les soldats de Lily.

« Essayez de forcer le passage, moi, je vais m’occuper de lui ! »

« Hors de question, Arnaud ! Empêchez-le d’arriver à la hauteur du général ! Il ne doit pas l’atteindre ! » hurla Lily aussitôt alors qu’elle crachait un peu d’eau pour repousser Arnaud en arrière, celui-ci semblant être furieux.

« QU’EST-CE QUI TE PREND DE FAIRE CA ?! »

« Tu peux toujours me crier dessus, il est hors de question que je te laisse te blesser ! »

« … … … Vous me prenez vraiment la tête là ! »

Mais ils étaient tous d’accord avec elle ! Qu’est-ce qu’il pouvait faire d’autre au final ?! Rien du tout ! Et ça le faisait enrager ! Ils continuèrent la bataille, celle-ci étant de plus en plus violente alors que lui-même ne combattait pas. Le général était à portée de main ! Celui qui était responsable de la mort de ses parents, de ses amis, de tellement de monde !

« Héhéhé ! Dommage, Lily ! »

« Que … Que quoi ?! ATTENDS UN PEU ! » hurla la jeune femme aux cheveux roses avant de projeter de l’eau en sa direction alors qu’il avait réussi à se faufiler entre la scène de combat. Héhéhé ! Dommage pour eux !

« Général Elric ! C’est l’heure de votre destinée ! »

« … … Je vois … Tu voulais m’affronter en combat singulier … Comme tu le désires. Il ne faut pas nier l’honorabilité de ton action. »

Le vieil homme s’était levé, prenant sa lance dans ses mains alors que le jeune homme avait déployé ses ailes pour s’envoler vers lui. Son trident … Il allait le planter avec son trident ! Pete, Phoebe, Elizabeth et Lily repoussèrent avec violence les soldats sur eux avant d’essayer de se diriger vers Arnaud mais c’était déjà trop tard.

« ARRÊTEZ-LE ! Le général est beaucoup trop fort pour lui ! On ne combat pas un homme d’expérience sans se préparer auparavant ! » hurla Phoebe.

« ARNAUD ! NON ! » s’écria la jeune femme aux cheveux blonds.

… … … … … Du sang s’écoula au sol alors que les combats entre tous et toutes venaient de s’arrêter. … … … … … Le jeune homme aux cheveux bleus regarda le général d’un air estomaqué avant de bafouiller :

« Qu’est-ce que … Qu’est-ce que ça veut … dire ? »

Il n’arrivait même plus à formuler correctement sa phrase alors que des murmures se faisaient entendre autour de lui. Ses yeux étaient révulsés par l’étonnement, le bruit d’une arme tombant au sol se faisant entendre.

« Pourquoi n’y ai-je pas pensé plus tôt ? » murmura le général avec lenteur.

Le trident s’extirpa du corps du vieil homme aux cheveux gris, le jeune homme semblant faire par ce geste arrêter la bataille. Le corps ensanglanté au niveau du torse du général vint s’asseoir sur le trône, sa respirant étant courte.

« C’est quoi ça ?! Pourquoi vous vous êtes laissé faire ?! »

« La victoire n’est pas ce qui le plus important actuellement ? Vous avez gagné … Vous devriez être fiers d’avoir mis un terme à ma folie … »

« Folie ?! Je ne vous crois pas vraiment fou ! Vous me semblez avoir toute votre tête, général Elric ! C’est quoi ça ?! Pourquoi vous vous êtes laissé faire ?! Répondez ! »

Il avait jeté son trident au sol, s’apprêtant à soulever le vieil homme par les habits mais s’arrêta juste avant. Me… MERDE ! Ca ne changerait rien ! Il était mortellement blessé donc ce n’était plus qu’une question de minutes !

« Soldats … Le combat est fini. Rendez-vous tranquillement pour avoir la vie sauve. »

Le général s’exprimait avec difficultés alors que les soldats s’exécutaient, jetant leurs armes au sol. Les rebelles et les Milobellus vinrent les entourer, les faisant prisonniers tandis qu’Arnaud était rapidement rejoint par le quatuor.

« C’est quoi cette vaste blague ? Pendant des années, vous avez décidé de diriger notre royaume et là, tout d’un coup, vous vous êtes laissé … planté ? »

« Je suis las … Et au final, plus rien ne me retient. C’était la meilleure chose à faire. »

« Las ? Plus rien ne me retient ?! Qu’est-ce que vous racontez encore ?! » hurla le jeune homme aux cheveux bleus alors qu’il tentait de se calmer sans y arriver.

« Arrête, Arnaud ! Laisse-le parler ! La guerre est terminée ! »

« Non, elle n’est pas terminée ! Elle ne le sera pas tant qu’il ne se sera pas expliqué ! »

« Pete ? As-tu une idée de comment étaient tes deux parents ? »

« Hein ? Non … Je ne me suis jamais posé la question … Je ne les ais jamais réellement connus de toute façon. » répondit le chef des rebelles d’un air étonné.

« Des personnes très sympathiques et agréables … Ta mère était une femme assez remarquable. Diable qu’elle était intelligente et raffinée, un véritable modèle de noblesse … Et elle n’était pas hautaine pour autant ! Quand à ton père, autant dire qu’il valait mieux ne pas le provoquer …Sauf si on voulait jouer au fou contre lui. Enfin, lui aussi était un homme très sympathique …C’était juste qu’il fallait ne pas le provoquer … Il n’aimait pas les disputes inutiles et préférait résoudre les conflits en parlant. Dommage que des fois, cela dérivait. » dit le vieil homme en crachant du sang.

« Co… Comment est-ce que vous savez tout ça ? »

« Ah… Ma femme… Ma femme était vraiment magnifique… Elle était si belle… et tendre… Je l’ai vraiment aimé… Pourquoi est-ce qu’il a fallut qu’elle se promène sur la plage ce jour de pluie ? Pourquoi est-ce qu’il a fallut qu’une tempête se produise ce jour-là ? Pourquoi est-ce qu’il a fallut … qu’ils soient emportés … En une journée … J’ai perdu mon meilleur ami, sa femme … et la mienne … Pourquoi est-ce qu’il a fallut que ça se passe ainsi ? Pourquoi … est-ce que j’ai fait passer mon devoir de général avant eux ? Si seulement … J’avais été là … Ils ne seraient pas morts … »

Est-ce qu’il avait perdu la tête ? Les cinq personnes se regardèrent avec un peu d’étonnement, Pete tremblant légèrement alors que quelques larmes s’écoulaient le long des joues du général. Elles allèrent se mêler au sang qui glissait le long de ses lèvres alors qu’il reprenait d’une voix lente :

« Pourquoi est-ce que les Barpaux et les Milobellus n’ont rien fait pour les sauver ? Pourquoi est-ce qu’il a fallut que pour le prince … Il soit sauvé ? Et non pas ma femme ? Mon meilleur ami ? Son fils s’est retrouvé orphelin sans avoir connu ses parents … Et Loïc n’a jamais eut de mère en fin de compte … J’en ai voulut pendant presque vingt ans à ces Barpaux et ces Milobellus … Je leur en aie tellement voulut. »

« C’est une raison purement égoïste qui vous a poussé à assassiner mes parents ? A devenir le roi de ce royaume ? A déclarer la guerre aux Milobellus ? » demanda le jeune homme aux cheveux bleus en tremblant à son tour.

« L’égoïsme … C’est exactement cela … J’ai été tellement égoïste … et je ne regrette pas mes actions … Je ne regrette pas ce que j’ai tenté de faire … Ce que j’ai échoué à faire … Pourquoi est-ce qu’il faudrait que vous soyez heureux alors que je ne le suis pas ? C’est une pensée … égoïste … Mais on m’a retiré celle que j’aimais … Mais maintenant, tout est fini … Et Loïc est mort aussi. Je vais pouvoir les rejoindre, c’est ce que j’aurais dut faire depuis longtemps mais je ne pouvais pas. Loïc n’était qu’un bébé, je ne pouvais pas partir en le laissant seul. Au final … Je crois que j’ai gagné, prince Arnaud. »

« Pauvre vieux fou … Tout ça pour une femme … » murmura le jeune homme en baissant la tête d’un air légèrement gêné.

« Quand on aime une personne … On est prêt à commettre les pires folies … même si cela doit blesser autrui … Héhéhé … J’aurais aimé … J’aurais aimé au moins … la revoir une dernière fois mais c’est impossible … Elle est au fond de l’océan maintenant. Prince Arnaud ? Tu feras un très bon prince, j’en suis sûr … Tu pourras même éviter que les erreurs du passé se reproduisent … Est-ce que tu veux écouter les dernières paroles d’un vieil homme ? Fais tout pour … que les Altarias ne se noient plus … Personne ne doit voir les personnes aimées disparaître … dans l’océan … Personne. »

Puis avec lenteur, la tête du général se baissa en avant, observant le sol alors qu’il poussait un dernier soupir. Arnaud serrait les dents, un petit tic nerveux apparaissant sur son visage :

« Tout ça pour ça ?! C’est ça ?! On s’est battu pendant plus de six années parce qu’un vieillard complètement sénile a perdu la raison après la mort de sa femme ?! »

« Arnaud ! Je sais très bien que … Mais le général … Son histoire … est triste. » bafouilla Lily en retirant son casque, Phoebe semblant réfléchir.

« Peut-être que … Princesse Lily, est-ce que vous avez déjà montré à Arnaud le temple des Enfouis ? Celui où se trouve les nombreuses … »

« Le temple des Enfouis ? Tu veux parler de celui que Lily m’a montré un jour ? Il y a pas mal de personnes mises dans des sortes de cristaux … mais je ne vois pas ce que tu veux dire. Ce sont des morts n’est-ce pas ? Des morts de votre peuple … »

Lily hocha la tête d’un air négatif pour répondre à Arnaud avant de s’écrier ! AH ! Elle voyait parfaitement ce que Phoebe voulait dire !

« Il y a surement les parents de Pete mais aussi la femme du général ! »

« C’est exact, Lily. Est-ce que tu penses à la même chose que moi ? » répondit Phoebe alors que les deux hommes et Elizabeth semblaient assez perplexes.

« On peut emmener le général sous la mer et le mettre dans un cristal à côté de sa femme ! »

« Wowowow ! Je vous rappelle qu’il était notre ennemi juré il y a encore quelques … Oh et puis zut … Je pense aussi que c’est une bonne chose. » murmura Arnaud en baissant la tête.

Il n’avait même plus envie d’être haineux envers le vieil homme. Celui-ci n’avait fait que ce qu’il pensait être bon pour lui … Non, ce n’était pas la vérité. Il avait simplement perdu la tête depuis le jour où sa femme était morte … Et Pete n’avait plus rien dit depuis l’annonce de ses deux parents … Savoir qu’il était noble avait dut lui faire une sacrée surprise.

« Bon… Et maintenant, qu’est-ce que l’on fait ? Pour les soldats prisonniers … Je pensais à un jugement mais après que tout soit terminé … Enfin, qu’on est prévenu le peuple et toutes ces choses. » répondit le jeune homme aux cheveux bleus.

« ARNAUD ! Maintenant que j’y pense … » murmura Lily avant de s’approcher de lui, venant l’enlacer subitement et avec une forte étreinte. « Tu es encore vivant ! Contrairement à ce que tu avais dit ! Tu vois bien que tu n’avais pas à t’en faire ! »

« Oh que si … Il en a à s’en faire. SOLDATS ! RELEVEZ-VOUS ET TUEZ-LES TOUS ! » s’écria une voix derrière eux, une voix qu’ils reconnurent facilement. Les soldats Altarias reprirent leurs armes, tuant une bonne partie de l’armée rebelle et des Milobellus.

« … … … Co… … Comment est-ce que tu as fait pour survivre ?! »

Le jeune homme aux cheveux bleus se tournait vers les soldats, remarquant Loïc qui avait une blessure cicatrisée au torse … à l’endroit où l’épée s’était logée.

« La prochaine fois, vous vérifierez si je suis bien mort. C’est votre plus grande erreur. »

… … … Mais le général l’était vraiment … Il ne restait plus que Loïc. Pourtant, l’envie de se battre n’était plus vraiment très présente alors que les soldats encore vivants revenaient se placer devant les cinq personnes et le cadavre du général.

« Dommage mais maintenant, vous êtes blessés et bien moins nombreux qu’auparavant. Puisque le vieux est mort, je suis donc dorénavant le nouveau roi de ce royaume ! »
« Ton père est mort … Montre-lui un peu plus de respect, Loïc ! » s’écria Arnaud avec de nouveau un peu de colère.
« Du respect ? Pour lui ? Pour cet homme qui n’a jamais eut la réelle ambition de gouverner ce royaume ? Tsss … Il aurait mieux fait de rester à son statut de général ! Dans ce monde, il y a deux types de personnes : Ceux qui gouvernent et ceux qui obéissent. On ne peut pas passer d’un type à un autre ! Mon père n’a jamais été fait pour gouverner contrairement à moi ! » dit Loïc avec un grand éclat de rire.
« Attends un peu que je m’occupe de toi définitivement, Loïc ! » hurla Elizabeth avant d’être arrêtée par Pete, celui-ci la retenant d’une main. « Lâche-moi Pete ! Lâche-moi ! »
« Ca serait courir au suicide, Elizabeth … »
« Oui mais non ! Je ne laisserai pas faire, Pete ! Lâche-moi ! »
« Qui a dit qu’on allait le laisser faire ? » répondit-il sur un ton sec en la tirant légèrement en arrière alors que déjà, chacun et chacune reprenait leurs armes en main.
« Il est hors de question de le laisser vivre plus longtemps. Je … Je n’arrive pas à croire mais je ressens un peu de compassion pour le général, maintenant. » bafouilla Arnaud alors que Lily lui faisait un léger sourire, disant à son tour :
« Il faut comprendre que malgré ses agissements complètement déments, il n’avait plus du tout toute sa tête après la mort de sa femme. »
« C’est pour cela que mes parents l’ont gardé … Maintenant, je comprends pourquoi … Ils n’ont jamais pensé à le renvoyer … Car ils savaient à son sujet … Par contre, toi … Loïc, tu me sembles avoir toute ta raison … Et je ne pense pas que j’aurai du remord quand tu seras définitivement devenu un cadavre ! » répondit Arnaud en pointant le trident en avant.
Loïc rigola une nouvelle fois alors que les cinq personnes étaient encore derrière leurs soldats Milobellus et Altaria. Ah … Ah … Il n’y avait pas vraiment d’issues maintenant … La seule possible était celle que Loïc et ses soldats bloquaient. Hum… Il n’y avait qu’une possibilité pour tout ça. Combattre ou mourir donc ?
C’était loin d’être un choix cornélien et ils se préparaient déjà tous à la dernière attaque. Pourtant, elle n’arrivait pas tout de suite, Loïc reprenant la parole :
« Qu’est-ce que cela fait de savoir qu’en fin de compte, tout ce que vous avez fait est définitivement inutile ? »
« Inutile ? Je n’en suis pas si sûr, Loïc. De toute façon, tu n’as jamais été un modèle d’intelligence donc je ne me vois même pas t’expliquer ce qui se passe ici. » répondit Pete avec un sourire aux lèvres.
« Si tu parles des deux armées qui se ramènent, ne t’en fait pas, ce n’est pas un problème. La véritable armée est sur le point d’arriver. »
Hum ? La véritable armée ? De quoi est-ce qu’il parlait ? Arnaud le regarda en haussant un sourcil. Il n’avait pas l’air de plaisanter donc … De quoi est-ce qu’il parlait ?
« Tu ne pensais quand même pas que mon père avait toute l’armée à son service non ? Pfff ! Mais quel idiot ! Les rares personnes présentes autour de mon père étaient ses plus fidèles sujets et amis ! Tous les autres se sont emmagasinés ailleurs. »
« Mais qu’est-ce que tu racontes ? Au final, tu es comme ton père, un peu fou. »
« HAHAHAHA ! C’est ce que tu dis mais même si tu tentes de t’échapper, tu ne pourras pas t’enfuir ! Mon armée t’attend de bien ferme ! Tu es encerclé ! Et vos deux armées aussi ! »
« C’est ce que nous verrons. » répondit le jeune homme aux cheveux bleus.
Il ne savait pas comment l’expliquer mais là … Il venait de le lasser définitivement. Cette guerre était fatigante … Vraiment très fatigante … Et il en avait assez … Il voulait se reposer … Et fermer ses yeux le plus longtemps possible.
« Assez parlé, Loïc. » murmura t-il finalement.
« Hum ? Qu’est-ce que tu as dit ? » dit l’homme aux cheveux verts.
« Je t’ai dit de te taire. Si tu as quelque chose à faire, ferme-là et agis. »
Il avait sortit ses deux ailes d’Altaria, balayant le sol avec lenteur tout en se mettant à voler à quelques centimètres du sol. Ses deux yeux dorés posés sur Loïc, il murmura avec dédain :
« Tu ne seras jamais le prince, tu n’as jamais été autre chose qu’un déchet. Pourquoi tu ne veux pas rentrer cela dans ta tête ? Celui qui veut gouverner un peuple doit être aussi fort que ses soldats. Tu ne fais que donner des ordres tout en restant en retrait, ça a toujours été comme ça. La dernière fois, ce fut Pete qui t’as mis une raclée, je me rappelle même que Lily aurait put t’en mettre une aussi. Tu es pathétique comme Altaria et je pense même qu’en tant que prince, je ferais mieux de rendre la monnaie de ta pièce par rapport à ce que tu as fait à Pete il y a de cela douze ans. Loïc, par décret royal, tu es maintenant exilé de mon royaume. »
La surprise défigura le visage de Loïc, celui-ci poussant un hurlement de rage. Ce salaud…

Chapitre 27 : La vengeance d’une femme

Chapitre 27 : La vengeance d’une femme

« … … … Arnaud ? Je sais bien que la situation n’est pas très grave mais … »

« Tu n’as pas à t’en faire à ce sujet … Ce n’est rien de bien important. »

« Mais quand même … Est-ce que j’ai mes chances ou non ? » demanda la jeune femme aux cheveux blonds alors qu’il hochait la tête d’un air positif.

« Je ne te promets rien car je ne veux rien promettre… Je m’attends à mourir à chaque instant … pendant cette guerre … C’est pourquoi je ne veux pas que tu espères quelque chose. »

« … … Mourir ? Hors de question que tu meures ! Il faudra d’abord me tuer et Pete aussi ! Voir tout les rebelles ! Tu ne peux pas mourir car tu es le Prince ! »

« … … Je ne suis que peu convaincu par ces arguments, Elizabeth, je suis désolé. »

« … … Pense ce que tu veux, Arnaud. C’est ce que j’ai dit et c’est ce que je ferais. Je vais prévenir Pete de cette idée absurde que tu as en tête. » dit-elle avant de l’abandonner dans la pièce dans laquelle il se trouvait … Une chambre bien austère, différente de celle qu’il avait dans le palais royal de Lily.

Mais bon … Il ne s’en souciait pas plus que ça en fin de compte … Loin de là même … Ah … Il poussa un profond soupir légèrement désabusé alors qu’il fermait les yeux … Il voulait être seul et tranquille … Car il pensait à la mort et ce n’était jamais une bonne chose.

Les minutes s’écoulèrent jusqu’à ce qu’Elizabeth revienne avec Pete et il se redressa sur le matelas, regardant les deux personnes devant lui. Il fronça légèrement les sourcils devant le regard accusateur du jeune homme aux cheveux violets :

« Un problème, Pete ? Ca n’a pas l’air d’aller réellement d’après ce que je crois voir. »

« Disons que j’ai déjà vu pire … Alors, c’est quoi cette idée absurde ? Te préparer à mourir ? Si tu te sens si triste au point de vouloir te suicider, retourne avec Lily mais ne commets surtout pas de bêtises, d’accord ?!  C’est bien clair, prince Arnaud ?! »

« … … Je n’ai jamais parlé de me suicider hein ? Tout simplement que j’ai des chances de mourir au combat, surtout quand ils me verront réellement … Je serais la première cible … »

« Moui … Tu n’as pas totalement tord mais si c’est ainsi, tu restes en arrière, voir tu ne combats pas du tout et ça sera une affaire très vite réglée. » dit Pete.

« Hein ? HORS DE QUESTION ! Je combats avec vous ! C’est bien clair ?! »

« Ce n’était qu’une proposition mais que visiblement, tu n’es pas prêt à accepter. »

« … … Comme si j’allais l’accepter, il est hors de question que je vous laisse combattre alors que je serais en sécurité … Je ne veux pas voir mes amis mourir, ça en fait déjà trop. »

Les deux autres personnes ne répondirent pas alors qu’il s’était mis assis, la tête baissée en direction du sol. C’était une bonne pensée mais … Ce n’était pas une raison pour se sacrifier de son côté hein ? Ce n’était pas ce genre de choses qu’on devait faire !

« … … … Fais comme tu veux bon sang ! Ca m’énerve quand tu parles comme ça, prince Arnaud ! Je te l’ai déjà dit et répété ! RAHHHH ! Ca me gonfle sérieusement ! »

Le jeune homme aux cheveux violets passa une main dans ses cheveux, pestant contre Arnaud alors que celui-ci le regardait faire. Il était désolé … Mais c’était comme ça et pas autrement malheureusement … Il reprit la parole d’une voix calme :

« Bon … Tu peux dire tout ce que tu veux mais dorénavant, tu ne seras plus en première ligne pendant les combats … Tu seras plutôt vers le fond. »

« Hein ? Mais pourquoi ?! Je suis aussi fort qu’un autre ! Voir même plus fort ! »

« Ton aspect suicidaire, je préfère encore éviter de le revoir, question de principe. »

« MAIS JE NE SUIS PAS SUICIDAIRE ! Pourquoi est-ce que tu dis ça ?! »

« … Elizabeth, je te confie Arnaud. Tu y fais très attention ? »

« Aucun souci, je m’en occupe dès maintenant. » répondit la jeune femme alors que Pete quittait la chambre, Arnaud émettant un grognement.

« Ne t’avise pas de me bloquer … Je ne voudrais pas te faire de mal, Elizabeth. »

« Fais donc, Arnaud … Fais donc … » dit la jeune femme en craquant les os de ses deux mains, Arnaud se mettant à trembler légèrement sur le coup.

« Euh… Tu ne vas rien me faire du mal hein ? »

« Si tu t’avises de ne pas écouter Pete, je crois que j’en serai bien obligée … On se fait du souci pour toi et moi encore plus que les autres … Tu le sais très bien ? »

« … … Je le sais … Pfff … Sincèrement, ce que vous pouvez être chiants … »

Il disait cela alors qu’elle émettait un petit rire amusé, le jeune homme ne trouvant pas cela très drôle en fin de compte. Non, pas du tout même. Elle vint l’enlacer tendrement, le gardant contre elle tandis qu’il fronçait les sourcils.

« Ce n’est pas avec ce genre de choses que tu vas me faire plaisir. »

« On essaye quand même un petit peu, n’est-ce pas ? »

« … … … … Je préfère ne pas répondre. » dit-il en fermant les yeux.


Pouquoi est-ce qu’il avait ouvert sa bouche en fin de compte ? Pfff … Elle le regardait avec affection, l’embrassant sur la joue bien qu’elle n’arrivait pas à comprendre pourquoi il avait dit de telles paroles … C’est vrai … Pourquoi de tels mots ? Aussi … tristes ?

« … … … … … »

« Quand est-ce mon grand frère revient, mademoiselle Lily ? » demanda le jeune garçon.

« Je ne sais pas du tout, Icare. Je ne sais pas du tout … Je ne faisais que passer de toute façon. » répondit-elle sur un ton assez nonchalant bien qu’elle ne voulait pas paraître trop brusque et distante envers le jeune garçon aux cheveux rouges.

« Vous allez repartir encore ? Mais … Mais … C’est moins drôle sans vous et grand frère… »

« Je suis désolée mais je te promets de te le ramener dès que possible, d’accord ? »

« Ah ! Votre papa et votre maman m’ont demandé de vous dire que vous devriez aller les voir avant que vous partiez ! Ils sont dans la salle du trône ! »

« Merci beaucoup, petit ange. Je vais y aller tout de suite. » répondit-elle en l’embrassant sur le front, Icare rougissant violemment.

Elle se dirigea vers la salle du trône, demandant aux soldats à voir ses parents. L’un d’eux pénétra à l’intérieur de la pièce, revenant après deux minutes pour lui dire que c’était bon.

Elle rentra dans la salle du trône, observant ses deux parents qui firent de même avec elle. Qu’est-ce qu’ils… lui voulaient ? Elle avait l’impression d’être jugée là … Et ça ne lui plaisait pas réellement. Ce fut sa mère qui prit la parole la première, murmurant :

« Lily ? Pouvons-nous te poser une question toute simple ? »

« Si c’est au sujet de … … … d’Arnaud … Je ne veux pas vous répondre, je tiens à vous le dire tout de suite avant que l’on commence à discuter de tout ça. »

« Non mais comment s’avance la guerre ? Nos généraux ne pouvant être que sur le terrain, les seules informations que nous obtenons sont celles des envoyés de guerre. »

« … … Hein ? Vous voulez savoir quoi à ce sujet ? Nous sommes en train d’entourer le château et nous allons bientôt gagner cette guerre. C’est vraiment qu’une question de jours ou de semaines. Sincèrement, il était temps … Plus de six ans … C’est vraiment très long. »

« … … … Soit … … … C’est donc une bonne nouvelle en fin de compte. Et maintenant, passons au sujet principal si tu le veux bien. Ta relation avec Arnaud. »

AH ! Elle en était sûre qu’ils allaient parler de ça ! Elle s’en était doutée dès le premier instant ! Elle les regarda en fronçant les sourcils, croisant les bras alors que son père se relevait de son trône aussitôt. Il n’appréciait guère ce regard :

« Evites de faire les gros yeux à tes parents, jeune fille. Nous sommes inquiets pour toi, voilà tout ! Alors, nous te conseillons de coopérer tranquillement ! »

« Je n’ai rien à vous dire à ce sujet ! Ce qui se passe entre Arnaud et moi ne concerne que moi et Arnaud ! Le reste, vous n’êtes pas concernés ! C’est bien clair ?! »

« LILY ! Je t’ordonne de rester ici ! LILY ! » s’écria le père avant de reprendre sur un ton légèrement irrité, semblant contraster avec son calme habituel : « Soldats ! Enfermez ma fille dans sa chambre ! Elle ne retourne pas sur le champ de bataille ! »

Elle s’arrêta de marcher, se tournant avec colère vers son père. Qu’est-ce… Qu’est-ce qu’il venait de dire là ? Sa mère s’était relevée, disant à son mari : « Mon amour … C’est un peu extrême … Lily se débrouille très bien … Et cela ne nous concerne pas … Elle a entièrement raison à ce sujet. »

« SI ! Ca nous concerne autant qu’elle ! C’est de notre enfant dont on parle ! »

« … … Ah … Laisse-là souffler un peu, bon sang … Lily, tu peux partir … Les gardes ne feront rien du tout. Quand à toi, chéri … Il va falloir te calmer. Tu ne voudrais pas effrayer le jeune Icare s’il te voyait ainsi, hein ? »

« … … Oui, tu as totalement raison … Hum … »

« Si vous voulez tout savoir … Arnaud et moi, nous ne sommes plus ensembles. » murmura la jeune femme aux cheveux roses, baissant la tête.

« Nous le savons très bien mais pourquoi ? Enfin non … Essaye de quand même parler avec lui ? De savoir si il y a une possibilité … »

« Non Maman … Il n’y a pas d’autres choix possibles. Je suis désolée. Je vais retourner à l’armée … Cela va prendre quelques heures … »

« Soit … Fais donc attention à toi, ma fille. » répondit le père alors qu’elle hochait la tête.


Les gardes étaient retournés à leurs places tandis qu’elle-même quittait la salle du trône. Ah… Elle était simplement venue pour prendre quelques affaires … La guerre ne reprenait pas chaque jour mais … bon … Elle n’aimait pas ça … C’était normal ! On n’arrêtait pas de la questionner au sujet d’Arnaud et elle ! C’était aussi évident et normal que ça ?

… … … … Elle l’aimait … Elle ne le cachait pas … Et contrairement aux dires du jeune homme, il serait le seul qu’elle aimerait tout au long de sa vie … Il n’y avait aucune possibilité d’imaginer autre chose …

« Je l’aime ! Je l’aime et puis c’est tout ! Qu’il se rentre ça dans le crâne ! »

Elle s’écriait toute seule dans l’eau, nageant pour retourner à la surface. Là-bas, des personnes l‘attendaient pour la transporter en direction de l’endroit où tous et toutes étaient réunies. L’une des personnes lui demanda avec lenteur :

« Nous pouvons partir maintenant, princesse Lily ? »

« Oui, oui … Nous pouvons y aller maintenant. Je vous suis. »


Elle disait cela alors qu’on commençait déjà à la guider hors de la plage. Elle était fatiguée de ces questions incessantes … au sujet d’elle … et Arnaud. Elle voulait être tranquille.

« Que tous et toutes se préparent au combat. Nous lancerons l’offensive dans environ une heure ! » s’écria l’un des généraux Milobellus tandis que Pete faisait de même avec les rebelles. Ils étaient réunis à environ un kilomètre du château, celui-ci ne semblant plus guère impressionnant maintenant qu’il était à leur portée.

« … … … … … … C’est enfin le moment. Enfin … Tant mieux … Il était temps. »

Le jeune homme était assis sur un tabouret, ses coudes posés sur ses genoux alors qu’Elizabeth était auprès de lui, dans son armure rouge et prête à se battre.

« Alors ? » demanda t-elle en le regardant avec un petit sourire tendre aux lèvres.

« Alors quoi, Elizabeth ? » dit-il avec interrogation en relevant son regard.

« Tu te sens comment, Arnaud ? Je comprendrais que tu sois un peu stressé … Je le suis … J’ai les mains moites … J’ai le cœur qui bat à cent à l’heure … »

« Tu n’as pas à t’en faire … Tu n’as pas à t’inquiéter, Elizabeth. On va régler cette histoire une bonne fois pour toutes. » annonça Arnaud en se relevant, voyant la jeune femme qui tremblait légèrement d’émotions. Il vint la serrer dans ses bras, reprenant : « On va tuer Loïc… Je n’ai aucun remord à le dire … Loïc … Ses amis … Son père … »

« On les tuera tous … Tous ceux qui n’ont pas hésité un instant à nous faire souffrir. »

« Oui … C’est exactement cela, Elizabeth. Bon … On se prépare ? Je vais aller voir les Barpau pour prendre des nouvelles de mon petit frère. »

Il disait cela bien qu’elle savait parfaitement où il allait. Quelques secondes après, il était déjà parti, marchant en direction des Barpau. Il vint se retrouver face à Lily, la regardant avec neutralité tout en hochant la tête pour la saluer.

« Bonjour Lily. Comment va mon petit frère ? » demanda t-il.

« Plutôt bien … Plutôt bien oui … Et toi ? Comment est-ce que vont les rebelles ? »

« Ah ? Euh … Ben… Disons que ça va quoi ? Je ne suis pas toujours derrière eux non plus. »

« Et Elizabeth ainsi que Pete ? Ils vont bien tout les deux ? »

Oui … Oui … Ils allaient bien … Ils se regardèrent pendant quelques secondes, chacun détournant le regard pour éviter de parler. S’ils ne se disputaient pas, ils disaient des futilités … S’ils disaient des futilités, ils n’osaient pas se regarder. Cette ambiance était vraiment gênante et ce fut elle qui coupa court à la discussion :

« Allez … Je dois me préparer … Bonne chance et … reste en vie hein ? »

Il murmura de même alors qu’il la regardait partir, baissant le regard. Voilà … Lui aussi retournait de son côté … Il allait être dans les airs … donc risquer sa vie … Bon ! Il devait réellement se préparer à rencontrer la mort maintenant …

« Faites attention à vous ! Attention à votre droite ! TOI ! FAIS GAFFE ! »

« Ecoutez Elizabeth et le prince ! Ils savent ce qu’il faut faire ! » hurla Pete après les paroles du jeune homme aux cheveux bleus, celui-ci donnant des consignes tout autour de lui.

« Faites attention à vous ! Je ne veux pas me répéter ! AH ! »

Il continuait de s’écrier tandis qu’il esquivait un jet de flammes de la part d’un Altaria ennemi. En réponse à cette attaque, ce fut Elizabeth qui envoya tout simplement son épée en direction de l’Altaria, celle-ci se plantant dans son cœur alors qu’elle se mettait à utiliser le vent. L’épée revint dans sa main, Arnaud la regardant avec un grand sourire. Il adorait vraiment quand elle faisait cela … Ca montrait à quel point elle était douée au combat.

« Bon … Ce n’est pas tout mais … TOUT LE MONDE ! Balancez vos plus puissantes attaques ! On va rentrer de force dans le château ! »

Dès que tout cela serait terminé, il allait de toute façon le rénover. Tous ouvrirent la bouche et tendirent les bras en même temps, de puissants rayons sortant d’eux en même temps. Ils se combinèrent pour n’en former qu’un seul, effaçant complètement des airs les quelques soldats qui avaient osé tenter de s’en prendre à eux.

Un trou se forma dans le château en son milieu, des acclamations venant du sol se faisant entendre alors que les Milobellus les félicitaient. Avec ce trou crée, les Altarias ennemis ne savaient pas comment réagir. Voilà qu’ils venaient de prendre l’ascendant !

« ARNAUD ! Il y a un problème ! Les soldats sont épuisés ! »

« Non… C’est tout à fait normal … Ils ont utilisé toutes leurs énergies … Qu’ils se reposent. De toute façon, rentrer dans le château n’a pas besoin d’eux. »

« Que tout ceux qui peuvent encore bouger et se battre nous suivent ! Nous allons commencer l’infiltration dans le château ! Ils vont comprendre qu’il est temps qu’ils débarrassent le plancher ! » cria Pete alors qu’une vingtaine de rebelles armurés les accompagnaient.

« LILY ! PHOEBE ! Vous vous occupez de rentrer de force par la porte, d’accord ?! On se rejoint dans la salle du trône ! »

« D’accord, Arnaud ! Fais attention à toi ! Je t’… » vint dire la jeune femme aux cheveux roses, s’arrêtant dans ses paroles alors que Phoebe lui donnait un petit coup de coude.

« La prochaine fois, tu ferais bien de terminer tes phrases, ma grande. »

« … … … Ce n’est plus comme ça. Continuons à nous battre. » répondit aussitôt Lily en faisant apparaître un puissant jet d’eau devant elle, frappant les Altarias qui tentaient de leur barrer le passage. Dommage pour eux … mais ils n’étaient pas assez puissants pour ça.

« Irrécupérables … Vous êtes tout les deux irrécupérables, voilà tout. » dit Phoebe avant de l’accompagner et de rester auprès d’elle pour une simple mesure de sécurité. Elle ne voulait pas que la princesse soit blessée par inadvertance non plus !

Héhéhé ! Aucun soldat n’osait leur tenir facilement tête … En fait, ils faisaient presque un carnage devant eux mais ce n’était pas le souci … Ils couraient dans les couloirs, allant à gauche et à droite tandis que les trois … chefs de la rebellions savaient où se rendre.

« Je ne pense pas que le bâtiment a trop changé à l’intérieur. Ca ne devrait pas être trop difficile, n’est-ce pas, prince Arnaud ? »

« Je suis tout à fait d’accord avec toi … Bon, continuons … »

« Arnaud ! Fais attention … Restes près de nous … Tu es une cible de choix ! »

Elizabeth s’était exclamée alors qu’elle venait de faire apparaître un souffle de feu à partir de sa bouche, crachant sur un soldat Altaria qui tentait d’envoyer des lames de vent. Il en était hors de question qu’elle le laisse se faire blesser !

Ils arrivèrent dans une immense salle mais malheureusement ce n’était pas celle du trône. Au beau milieu de celle-ci pourtant siégeait un jeune homme aux cheveux verts, les jambes croisées alors qu’il portait une armure grise recouvrant tout son corps. Sa tête soutenue par son coude, il fit un petit sourire en posant son regard émeraude sur ceux en face de lui :

« Arnaud … Elizabeth … et Pete, n’est-ce pas ? Les années sont passées. »

« … … … LOÏC ! » s’écria la jeune femme aux cheveux blonds avant de commencer à s’envoler vers lui pour tenter de l’attaquer.

«  ELIZABETH ! NON ! RECULE ! » hurla Arnaud en la tirant en arrière, des carreaux d’arbalète arrivant juste devant eux, passant comme des flèches.

« Désolé mais je n’allais pas vous accueillir tout seul … J’avais quand même prévu que vous arriviez près de nous … C’est pourquoi j’ai ramené quelques personnes pour vous accueillir. »

Quelques personnes ?! Ils étaient bien une trentaine et tous lourdement armurés ! C’était quoi ce délire ?! RAHHHH ! Saleté ! Pete fit un petit soupir tout en murmurant :

« Dommage Loïc … Ton physique peut changer mais ton caractère de merde reste le même. »

« Je n’ai pas vraiment à recevoir de leçons de la part d’un pauvre paysan comme toi. »

« Blablabla … Toujours à l’ouvrir, n’est-ce pas ? Enfin, qu’importe, ils peuvent être une cinquantaine que ça ne changera rien. »

Loïc resta parfaitement immobile sur son siège, un sourire aux lèvres tandis qu’il levait sa main en l’air pour l’abaisser ensuite. Plusieurs carreaux volèrent en direction d’Arnaud et des rebelles, les carreaux s’enflammant très rapidement.

« Dommage mais ce n’est pas comme ça que tu vas réussir à nous embêter, Loïc. »

« Je laisse la sale besogne se faire … Je ne suis pas là pour combattre. Occupez-vous d’eux et tuez-les tous. » répondit le jeune homme aux cheveux verts.

Les soldats lâchèrent leurs armes pour sortir leurs épées, courant vers Arnaud, Pete et Elizabeth ainsi que les rebelles. La bataille commença rapidement et violemment mais pourtant, malgré leurs armures, l’ascendant se faisait rapidement voir du côté des rebelles.

« Vous ne devriez avoir aucune difficulté contre eux ! »

« Ce sont tous des faibles ! Ils ne méritent même pas d’être soldats ! »

« C’est ça lorsque l’on s’engraisse et que l’on croit être capable de se battre … Dommage pour vous mais votre orgueil et votre choix vous emmèneront à la mort ! »

Chaque personne allait de son petit commentaire alors qu’Elizabeth se frayait un chemin à travers les soldats qui se réduisaient au fur et à mesure. Elle s’écria, arrivant à passer derrière eux tout en volant en direction de Loïc.

« JE VAIS TE TUER LOÏC ! »

« Tiens donc … Bien entendu … Sale petite femme, apprends ta place ! »

Le jeune homme aux cheveux verts s’était relevé, passant sa main derrière son siège avant d’en sortir une flamberge qu’il vint tenir à deux mains. Il attendit qu’Elizabeth arrive à sa hauteur pour parer le coup, un grand sourire aux lèvres :

« Toujours en colère pour la mort de ta sœur ? Dommage que les soldats n’aient pas eut le temps de passer sur elle … Par contre, tu es devenu comme elle. Ca sera un plaisir de te faire devenir une esclave de notre royaume ! »

« Notre royaume ?! MÊME PAS EN RÊVE ! Ce royaume appartient au peuple Altaria et au prince Arnaud ! Je vais te tuer et ton père aussi ! »

« Bien entendu mon père … Bien entendu … Dommage … Mais ce n’est pas prévu que vous me battiez … Héhéhé … »

« ON VERRA CELA ! DISPARAIS DE LA SURFACE ! » dit-elle avec énervement alors que son épée revint frapper contre la flamberge, le jeune homme n’ayant aucun souci à parer malgré l’arme plutôt grande.

« Il faudrait la calmer … Pete, tu peux t’en occuper ? »

« Et toi, prince Arnaud ? Qu’est-ce que tu comptes faire ? »

« Ca ne se voit pas ? Je vais aider nos soldats à éliminer les autres ! VAS-Y ! Je te crée une issue ! » hurla le jeune homme aux cheveux bleus en faisant tournoyer son trident avant de la planter dans un soldat ennemi. Il le souleva, l’envoyant sur d’autres soldats alors que Pete venait s’infiltrer pour aller rejoindre Elizabeth.

« Bon … Les gars … Vous avez compris ? On va les tuer et on s’occupe du fiston du général ! Ensuite, on s’en prend à celui qui a crée tellement de misères depuis six ans ! » hurla Arnaud en extirpant son trident, des cris fusant tout autour de lui, comme un seul ralliement.

« … … … Ils sont vraiment inutiles. Il n’y a rien d’autre à dire. »

« Un peu comme toi depuis le début de ton existence, Loïc ! Tu ne sers à rien ! Tu n’aurais jamais dût naître ! Ca me fait penser … Je n’ai jamais vu ta mère au passage. »

« Ma mère ? Qui a besoin d’une femme dans la famille ? Mon père l’a jetée comme une malpropre quelques mois après ma naissance ! Il n’avait besoin que d’un descendant, pas d’une traînée et une catin ! »

« … Quelle belle vision de la femme que tu as, Loïc ! » s’écria Elizabeth tout en tentant à chaque fois de donner un coup toujours plus fort et puissant.

Malheureusement, cela ne semblait pas être suffisant puisque le jeune homme aux cheveux verts continuait à parer les coups les uns après les autres… puis à la repousser peu à peu ?! Hey… Hey… Depuis quand est-ce qu’il savait se battre ?!

« Tu penses que j’ai passé six années à vous attendre ? En espérant que vous veniez me tuer ?! Et puis quoi encore ?! Bande de trouffions ! Je suis le prince Loïc ! Je mérite tout autant ce statut que ce foutu prince ! »

« … … NE PARLE PAS D’ARNAUD COMME CA ! »

Elle voulait lui exprimer toute sa colère mais ça ne servait à rien. Il arrivait toujours à parer ses coups ! Puis soudainement, son épée vola dans les airs, atterrissant au loin derrière elle alors qu’elle se retrouvait sans arme et sans défense.

« Tu vois ? Tu n’es qu’une faible femme… Et qu’importe la rage que tu as, ça ne changera rien à ce qui devait se passer. Va rejoindre ta sœur en enfer ! »

Alors qu’il allait porter le coup de grâce, la double porte sortit de ses gongs, un puissant torrent d’eau faisant son apparition, rapidement accompagné d’une foule de soldats Milobellus gérée par un général ainsi que Lily et Phoebe.

Profitant de la confusion crée, Elizabeth voulut rechercher son épée mais le jeune homme la remarqua aussitôt, battant des ailes vers elle pour la faire s’éloigner le plus rapidement possible. Oui … Elle n’allait pas avoir son épée ! Et elle allait mourir ! Sa flamberge dans ses deux mains, il était à portée d’Elizabeth, s’écriant :

« Dommage pour toi mais ce n’est pas ça qui va te sauver ! »

Elle s’était déjà apprêtée à mourir, plaçant sa main pour une défense complètement risible devant son corps. Mais elle n’avait pas peur … Elle n’avait pas peur d’aller rejoindre sa sœur … Elle n’avait pas à s’en faire … Si elle devait mourir … Alors, c’était le destin qui avait voulut ça … Elle ferma les yeux, entendant un bruit de métal qui tombe alors qu’elle décidait de les rouvrir, remarquant une lame plantée dans le torse de Loïc :

« Que … Que … Merde … Co… Comment… Pete … Enfoiré … »

« Je t’avais pourtant prévenu … que si tu me cherchais pendant ces dernières années, tu allais me trouver … Et malheureusement, c’est le cas aujourd’hui. »

L’objet qui était tombé était la flamberge de Loïc, celui-ci s’écroulant au sol en crachant du sang alors qu’elle tournait son regard vers Pete. Le jeune homme aux cheveux violets était essoufflé, sa main tendue en avant. Il avait récupéré l’épée d’Elizabeth pour la projeter en direction de Loïc et le tuer.

« Une bonne affaire qui est réglée ! »

« Si vous ne voulez pas mourir, vous avez intérêt à vous rendre ! Le fils de ce foutu général est mort et il va bientôt le rejoindre ! Ne faites pas les imbéciles ! »

Le jeune homme aux cheveux bleus avait pris la voix sur un ton puissant et autoritaire, plantant son trident dans le sol alors que les soldats se regardaient. Ils déposèrent les armes au sol, Lily s’approchant d’Arnaud, Pete et Elizabeth.

« … … Vous n’aviez visiblement pas besoin de nous. On s’est un peu perdus. »

« Ce n’est pas de votre faute et si … Sans vous, Elizabeth serait morte. » répondit Arnaud.

« Merci… Lily … Et merci aussi Pete. Sans vous deux, je serais surement… »

« On n’a pas le temps de pavoiser si vous voulez tout savoir ! » répondit Pete alors qu’il reprenait l’épée du corps de Loïc, la tendant à Elizabeth. Il dit : « Tiens … Ton épée… Ca sera elle qui aura portée le coup de grâce à Loïc. »

« Je ne me sens pas encore complètement soulagée … Je veux voir le général mourir … Et enfin, je serais calmée et apaisée … »

Elle disait cela tout en passant sa main sur le sang comme pour le retirer bien que c’était inutile. Le jeune homme aux cheveux bleus observa Lily du coin de l’œil, reprenant d’une voix calme et lente :

« Comme je connais parfaitement ce château, je vais aussi guider les troupes des Milobellus. »

« Comme tu le désires … Général, ça vous pose un problème ? » demanda Lily.

« Aucun souci personnellement. Mieux vaut être dirigé par quelqu’un qui sait où l’on va. »

« Alors tout est réglé… Arnaud … Pour la dernière bataille, tu prends le commandement. »

« … … C’est un grand d’honneur que d’avoir à dirigé les Milobellus et les Altarias pour cet ultime combat. Mettons un terme à la folie de cet homme ! »

Il aurait bien voulut lever son trident en l’air pour faire pousser des cris d’acclamations mais ce n’était pas son genre. Instinctivement, sa main vint chercher celle de Lily alors que les deux personnes quittaient cette salle pour se rendre dans celle où normalement le général se trouvait … Oh bien entendu, ils étaient accompagnés … Lourdement accompagnés … Le dernier affrontement allait avoir lieu … cette histoire se clore.

Chapitre 26 : Sur fond de guerre

Chapitre 26 : Sur fond de guerre

« Prince Arnaud ?! C’est vraiment le prince Arnaud ?! »

Pour une surprise, les rebelles l’étaient vraiment. Aucun ne s’était attendu à voir le prince en face de soit, surtout que le jeune garçon était devenu un jeune homme maintenant.

« C’est exact. Je dois vous remercier pour tout ce que vous faites pour notre royaume. Mais je tiens à vous signaler que je ne suis plus le prince dorénavant. Vous pouvez m’appeler tout simplement Arnaud. » murmura t-il d’une voix calme et lente alors qu’il observait les personnes présentes. Des jeunes hommes, d’autres plus vieux, il y avait quelques personnes plutôt âgées mais qui semblaient avoir une grande expérience. Bien entendu, il y avait aussi des femmes et des enfants.

« Nous ne pouvons pas vous retirer ce titre. Vous le méritez autant que vos deux parents… Et puis … Si nous sommes là, c’est que nous pensons que vous êtes le prince… Sinon, pourquoi combattrions-nous ? De même, vous avez bien grandi. Quel âge maintenant ? »

« Une vingtaine d’années approximativement » dit-il en baissant un peu la tête, gêné par toute cette attention qu’il avait sur lui. Depuis toutes ces années, il n’aimait guère sur le devant de la scène, il avait bien changé sur ce côté.

« Nous allons donc vous préparer une tente pour que vous puissiez dormir. Êtes-vous… »

« Je ne suis plus le prince ! Je ne fais pas exception au reste d’entre vous ! »

« Ne vous en faites pas, il n’aime guère qu’on l’appelle ainsi. » annonça Pete alors que le jeune homme aux cheveux bleus s’éloignait, les joues rougies par tout ceci. Pete posa son regard sur Elizabeth, faisant un petit geste de la tête pour lui demander d’accompagner Arnaud. Elle hocha la tête d’un air positif, s’approchant d’Arnaud qui avait mis un peu de distance avec les autres :

« Arnaud ? Ca ne sert à rien de se voiler la face hein ? Dès que l’on aura tué le général et ses larbins, tu redeviendras le prince. »

« Je le sais très bien … Mais pour l’instant, je ne suis qu’un homme comme les autres. Et je n’ai jamais mérité mon titre de prince de toute façon. »

« … Ne dit pas ça car tu sais très bien que ce n’est pas vrai… AH ! » s’écria t-elle soudainement en rougissant, le jeune homme lui demandant :

« Que se passe t-il ? Il y a un souci ? Tu rougis pour rien ? »

« N… Non… Je … Je crois que j’ai quelque chose à demander aux autres femmes. Attends-moi d’ici deux ou trois heures ! »

Elle venait de penser à quelque chose qui allait surement le ravir. Oui ! Auparavant, ça ne lui était pas venu en tête mais maintenant … La jeune femme était partie comme transportée par quelque chose qu’il ne voyait pas ce que cela pouvait être. Il la regarda avant de hausser les épaules, cherchant à mettre encore le plus de distance entre les rebelles et lui.

Il voulait être seul… et il s’était trouvé une grosse pierre contre laquelle il s’était assis, croisant les bras tout en fermant les yeux. Plusieurs personnes passèrent pendant les deux heures qu’Elizabeth lui avait demandées.

« Oui, ne vous en faites pas, je vais très bien. »

« Ne vous inquiétez pas, je réfléchis à la situation. »

« Non, mais merci quand même, je n’ai pas très faim. »

C’était quelques unes des nombreuses réponses qu’il avait formulées, voulant éviter à tout prix de communiquer avec les autres. Il était en train de réfléchir mais nullement à la situation… Il pensait plutôt à Lily … Pfff … Qu’est-ce qu’il avait fait comme choix ? Il ne devait pas regretter… tout ça… Il ne le devait pas … Il en était hors de question.

… … … Les heures s’étaient écoulées et il s’était finalement endormi contre ce rocher austère … C’était bizarre mais il y était arrivé. Il n’avait plus envie de penser à quoi que ce soit … Il voulait seulement dormir et rien que cela … Rien du tout d’autre … Il gardait ses yeux fermés, voulant penser à Lily dans ce monde des rêves.

« Arnaud ? Arnaud ? Arnaud ? Réveille-toi, Arnaud. » murmura une voix dans ses rêves alors qu’il sentait une main le secouer légèrement. Hein ? Il ne voulait pas être réveillé…


Lorsqu’il ouvrit les yeux, la première chose qu’il vit, ce fut une fleur… Une fleur dorée … Où est-ce qu’il avait déjà vu … ça ? Il levait les yeux en l’air, ouvrant en grand la bouche alors qu’il apercevait la jeune femme aux cheveux blonds qui rougissait.
Elle … Elle … Elle portait la robe de sa mère … De sa défunte mère … Ah … Elle avait gardé la robe de la reine ! Mais elle était plus petite normalement, non ? Enfin, elle était pour une adolescente, non pour une …

« J’ai demandé à ce que l’on fasse quelques retouches. Il y a des Altarias très douées de l’ancienne noblesse … qui ont fait ça … Comment est-ce que tu me trouves ? »

« … … … Je … Comment dire … Je … Et bien … Je … »

« Tu peux être sincère Peut-être qu’elle ne me va plus. Je n’ai plus porté une telle chose … depuis des années mais quand je t’ai vu, je ne pouvais pas te laisser comme ça. »

Il lui fit un petit sourire en réponse à ses paroles. C’était bien Elizabeth … malgré son regard … Malgré ses changements physiques … Malgré les années qui passent … Ah … Il tendit sa main vers elle, la jeune femme l’aidant à se relever alors qu’il reprenait :

« Il n’y a pas de musique malheureusement … Est-ce que cela te dérange ? »

« Pas le moins du monde. On peut toujours se l’imaginer dans la tête, n’est-ce pas ? »

Oui. Il hocha la tête, fermant les yeux alors que la jeune femme et lui-même s’étaient mis à danser peu à peu avec lenteur. Un, deux, trois, un, deux, trois … Et voilà, c’était comme cela.

« Tu as continué à danser, Elizabeth ? Pendant que je n’étais pas là ? »

« Pas le moins du monde, pourquoi cela ? » demanda t-elle tout en rougissant.

« Je sais pas … Ca m’a l’air de venir naturellement avec toi. Tu n’as pas oublié le moins du monde les pas … Et moi-même, je n’ai dansé que très rarement … Lors des anniversaires … de … Non rien du tout. »

Elle ne lui répond pas, fermant les yeux alors qu’elle se laissait bercer par le jeune homme aux cheveux bleus. Ah … Ca lui avait manqué … Beaucoup manqué … Ils n’entendirent pas les murmures de quelques soldats et soldates, tous observant en cachette les deux jeunes gens.

« Hey… Je ne savais pas que la vice-cheffe Elizabeth était aussi jolie … »

« Normal, elle n’a jamais réellement retiré son armure … Et même si elle a peur des hommes … Enfin, tu sais, c’est ce qu’on dit … »

« Mouais, si elle a peur des hommes là, je crois qu’elle se fout de nos gueules. »

Arnaud et Elizabeth s’arrêtèrent de danser sans la musique, la jeune femme aux yeux dorés posant son regard sur les personnes qui la gênaient. Un regard vraiment très … menaçant. Tout de suite, ils partirent en courant, Arnaud rigolant légèrement.

« Hahaha ! Vice-cheffe Elizabeth ? Et bien, si je m’attendais à ça … »

« Les mercenaires sont comme tout le monde … Ils aiment les potins. »

« Mouais … Je vois ça, je vois ça … Hum … Et qu’est-ce qu’ils peuvent bien penser ? »

« Que nous sommes ensemble alors que ce n’est pas du tout vrai, n’est-ce pas ? »
… … … Ce n’était même pas une affirmation ou une question, c’était loin de ça même. Mais bon … Il baissa la tête, rougissant légèrement avant de dire :

« Rien n’est confirmé, loin de là même. Je préfère que l’on soit patient si ça ne te dérange pas trop, Elizabeth … Je pense encore à elle comme je pense à toi. »

« Je serais patiente, d’accord ? Mais avant, j’ai envie de faire quelque chose qui me perturbe depuis déjà plusieurs années … Et que j’aurais dût faire depuis tout ce temps. »

« Et qu’est-ce que … »

Il s’arrêta de parler alors qu’elle venait l’embrasser longuement, ses lèvres posées sur les siennes. Elle fermait les yeux, tremblant de tout son corps avant de retirer ses lèvres

« Hihihi… J’ai affreusement … J’ai affreusement peur d’être déçue … Je tremble car je n’ai jamais été aussi … Aussi proche de quelqu’un que toi … Et tu es un homme … Comme ceux qui ont essayé … Ah ! Je ferais mieux de m’en aller ! » s’écria t-elle en sanglotant tout en souriant, le jeune homme ne sachant pas quoi dire pour l’arrêter.

… … Trois jours étaient passés et ils se trouvaient sur le terrain de combat. Dos à dos, la jeune femme et le jeune homme en armure semblaient se connaître parfaitement, ayant pleinement confiance en l’autre tandis que les corps s’amassaient autour d’eux.

« Ils sont impossible à arrêter ! Ils sont même plus forts que le chef ! »

« Hého ! Ne dit pas ça quand même ! Ils sont forts, oui mais quand même … »

« Je dis que la vérité mon gars ! Regarde-les ! »

C’est vrai qu’ils étaient tout simplement divins. L’un tenait son trident, l’autre son épée… Et ils se protégeaient mutuellement. Plusieurs heures s’écoulèrent alors que le château était maintenant à la vue de tous et de toutes. Le jeune homme aux cheveux bleus retira son casque, prenant une profonde respiration avant de dire :

« Ca fait si longtemps que je ne l’avais plus vu … »

« Il n’a pas beaucoup changé… Sauf peut-être qu’il semble beaucoup plus armé. »

« Je confirme tes dires, Elizabeth … Ah … Tu as un peu de sang sur le visage… Comment est-ce que tu as fait… AH ! Mais tu es vraiment blessée ?! »

« Hein ? Oh … Mais je ne ressens rien du tout. » dit-elle sans sembler se soucier du sang qui coulait sur son front. Pourtant, lui, semblait s’en inquiéter énormément !

Il lui prit la main, criant à tous et à toutes de trouver un médecin pour la jeune femme. Pfiou ! Il n’avait pas besoin d’en faire autant non plus hein ? Il ne remarqua pas le regard de certains Milobellus qui observaient le jeune homme avec Elizabeth. Oui, ils avaient tous participé à la bataille mais … Bon …

« Voilà … Ce n’était pas bien grave, juste une légère ouverture, on le voit à son front. »

« … … Ah … D’accord, je suis vraiment soulagé. »

« Je t’avais pourtant dit que c’était pas grave. Tu t’inquiètes vraiment pour un rien. » murmura la jeune femme aux cheveux blonds en rigolant, un petit bandage sur le front.

« Oui mais bon, on ne savait pas … Enfin, je n’étais pas sûr et je préfère prendre mes précautions. » annonça t-il alors qu’elle l’embrassait sur les joues.

« Je préfère quand tu t’inquiètes pour moi, ça me donne l’impression d’être … spéciale. »

« Tu l’es … Comme beaucoup de personnes à mon cœur. Ah … Je me demande comment va Icare. J’espère qu’il écoute bien à l’école ! »

« Je ne sais pas du tout, Arnaud… Tu veux peut-être retourner chez les Milobellus ? »

Elle demandait cela avec un peu de tristesse mais tout en lui souriant. Elle n’allait pas le forcer à rester ici … loin de là. Il avait son unique famille là-bas… et elle savait que c’était plus qu’important … Une famille … Avec Arnaud. Elle y avait souvent pensé … mais justement, les pensées d’Arnaud étaient occupées par une autre personne …

« … … … Non, c’est bon. Icare est entre de bonnes mains. J’irais lui rendre visite après la fin de la guerre, on n’est pas si loin de ça non ? »

« Les Altarias désertent peu à peu le palais royal … Il ne reste plus que les plus fanatiques du général, enfin, sa garde proche … On va dire que ce n’est même plus une question de mois mais de semaines … C’est donc une bonne chose. »

« On va la venger, Elizabeth. On va la venger … On va tous les venger. »

Il tendit ses deux mains vers Elizabeth, la jeune femme s’enfonçant dans ses bras bien qu’ils étaient encore ensanglantés par le liquide des morts ennemies. … … … Elle ne pouvait pas avoir son cœur n’est-ce pas ? C’était impossible à l’heure actuelle.

« Je ne me suis toujours pas excusée … pour ce baiser … J’en avais trop envie … »

« Trop envie … D’accord, je te pardonne. Enfin, je n’ai même pas à te pardonner car je n’ai rien à te rapprocher. Enfin … Euh … Non … Rien à te reprocher ! »

« Je vois que l’on m’oublie vite … » murmura une voix derrière eux, laissant paraître Lily qui semblait relativement furieuse sous son armure.

« Lily ?! Mais qu’est-ce que tu fais là ?! Enfin non … Tu étais dans la bataille mais… »

« … … Je venais tout simplement te voir. J’ai demandé à quelques rebelles de me dire où tu te trouvais pour que l’on puisse discuter mais visiblement … Tout est dit. »

Il voulut se retirer des bras d’Elizabeth mais celle-ci le gardait contre elle, l’empêchant de partir. Pourtant, ce fut le jeune homme aux cheveux bleus qui cria le premier :

« Oui ! Tout est dit ! Vas t-en avant même que l’on puisse discuter ! C’est de toute façon, toujours ainsi ! NON ! Je ne nie pas que j’aie quelques sentiments pour Elizabeth ! Elle a été là quand j’en avais besoin il y a douze ans ! Tu sais, la fois où tu as décidé de ne plus jamais venir me parler alors que j’avais décidé de changer ! Ben oui, j’ai changé ! Et Elizabeth m’a aidé à cela ! Qu’est-ce que tu crois ?! Que tu es toute seule au monde ?! Que parce que je t’aime, je ne dois plus pouvoir avoir de contacts avec les autres ?! C’est quoi ce délire ! VAS-Y ! BARRE-TOI ! Elizabeth est restée la même dans le fond mais elle a montré qu’elle n’était plus aussi candide qu’auparavant ! Toi, c’est juste de la jalousie mal-placée ! Je suis sûr que j’aurai la même chose si je te voyais avec un autre homme ! »

« … … Et tu me balances tout ça alors que tu penses ça ? Bon et bien, je vais te trom… »

« Per avec un autre homme, comme ça, tu comprendras, c’est bien ça ? Mais nous n’avons même pas couchés ensembles ! C’est quoi ce délire ?! »

« C’est quoi ce délire ?! Mais tu le fais exprès ma parole ! Ce n’était même pas une question de jalousie à la base ! JE TE RAPPELLE TES PROPRES MOTS ?! Tu as dit que tu n’étais pas sûr de tout ça ! Que tu préférais peut-être que les Altarias restent entre eux et les Milobellus aussi ! Alors pourquoi est-ce que tu devrais être jaloux si ça ne te gêne pas que je sois avec un Milobellus hein ?! »

« C’est pas toi qui le fait exprès par hasard ?! HEIN ?! BORDEL ! »

Elizabeth retira ses bras, le laissant se présenter en face de Lily bien qu’il était moins grand qu’elle. Ah … Elle n’avait rien à dire … ni à faire … Ils devaient se séparer définitivement si elle voulait pouvoir avoir une chance avec lui … mais elle n’avait pas à se mêler de tout ça.

« Tu comprends pas que moi aussi, j’aimerais en avoir rien à faire de tout ça mais est-ce que tu t’imagines un peu me faire respirer chaque journée dans l’eau juste par pur plaisir de vivre avec une Milobellus ?! »

« Si c’était uniquement ça le problème, on peut vivre à la surface ! On pourra même vivre dans ton palais, y a aucun problème à ça ! AUCUN ! Tu comprends ?! »

« Ca sert à rien, c’est un dialogue de sourds ! Disparais ! »

« NE M’ORDONNE SURTOUT PAS DE FAIRE QUOI QUE CE SOIT ! »

Elle faisait apparaître une sphère d’eau autour du jeune homme, celui-ci commençant à se mouvoir pour tenter d’en sortir. M… M… MERDE ! Avec son armure, il n’allait pas pouvoir s’en sortir ! Elizabeth courut vers Arnaud, tentant de le sortir alors que Lily reprenait :

« Ne t’approche surtout pas de lui ! C’est pour le punir ! »

« Espèce d’idiote ! C’est comme ça que tu aimes une personne ?! En la faisant souffrir ?! »

« De la part d’une femme qui a planté celui qu’elle aime, ça me fait bien rire ! »

« C’était un accident ! Sur la colère ! Je ne veux que le bonheur d’Arnaud contrairement à toi qui ne pense qu’à ta petite personne pour être heureuse ! »

« … … … … … Je vais te le faire regretter amèrement ! »

La sphère aqueuse autour d’Arnaud disparut pour se retrouver autour du corps d’Elizabeth, celle-ci poussant un cri dans l’eau, des bulles sortant de sa bouche. Arnaud était haletant, reprenant son souffle avant d’hurler à Lilu :

« Arrête ça tout de suite ! Elle risque de se noyer ! »

« C’est ce que je vais faire … Comme ça au moins, tu ne te poseras plus de questions, n’est-ce pas ? Qu’est-ce que tu en penses, Arnaud ? Et je suis calme… Très calme … Mais je suis une dragonne aussi … Donc parfois, j’ai un peu de sang chaud… »

«  Je te laisse trente secondes … et ensuite … Je promets que tu le regretteras toute ta vie. Arrête ça dès maintenant ou … »

Il avait ouvert la bouche, prêt à cracher des flammes en direction de Lily. Il… Il n’oserait pas hein ? Il n’oserait pas … Mais elle était sûre qu’il … le ferait en fait … Elle retira la sphère, Elizabeth toussant et crachant de l’eau, ne s’étant pas préparée à ça.

«  … … … … … Lily … Ah … Sincèrement, Lily. »

La jeune femme aux cheveux roses baissa le regard, ne murmurant rien du tout pendant plusieurs secondes alors qu’elle semblait en proie à une très grande tristesse. Elle murmura :

«  … … … J’abuse … Je le sais très bien … Je sais très bien que je dépasse les bornes. »

« Je ne suis pas mieux non plus en fin de compte … Je t’ai limite jetée … Et là, je le regrette vraiment … Et sincèrement aussi … Enfin … On ne peut pas revenir en arrière … »

« Non, Arnaud, non … On ne peut pas revenir en arrière … Comme d‘habitude. »

« … … … Qu’est-ce que l’on fait alors ? Tu veux vraiment patienter ? »

« J’aimerai réfléchir à tout ça … Tu me manque, Phoebe me manque, Icare me manque, tes parents me manquent … J’ai vécu six années avec vous et je ne peux pas les oublier, je ne veux pas les oublier … C’est simplement que … »

« Tu veux prendre ton temps, Arnaud. Tu veux prendre ton temps. Pfff … Quels imbéciles nous sommes… On se dispute comme ça … et à cause de tout ceci. »

Elle s’approcha de lui, tendant avec lenteur sa main droite alors que le jeune homme détournait le regard, comme gêné. Il prit sa main, la serrant avec tendresse en lui faisant un petit sourire. Il reprit sur un ton lent :

« Pardon, Lily. Je pensais en être certain … vraiment certain … »

« Mais oui … Mais oui … Tout le monde est sûr et certain de tout ceci. Arnaud ? Que veux-tu que l’on fasse ? Je ne veux pas que l’on se dispute même si … Même si tu n’es plus certain de tes sentiments, on peut rester … Enfin, tu peux encore venir chez nous hein ? »

« On reste amis bien entendu ! Il est hors de question de se crêper le chignon ! C’était une erreur ce qui s’est passé ces derniers temps ! »

«  … … Plus besoin de s’emporter, Arnaud. Plus besoin du tout. »

Elle disait cela alors qu’il plongeait dans son mutisme, la main de Lily toujours posée sur la sienne. Elizabeth arrêtait de cracher de l’eau, ne faisant rien du tout. En un sens, elle l’avait méritée … cette punition par rapport à la gifle qu’elle avait donnée à Lily.

« Bon … Et bien … Je vais retourner voir les autres alors ? Retourner chez les Milobellus. »

« Attends un peu ! » s’écria t-il alors qu’elle avait amorcé un mouvement pour retirer sa main, le regardant avec émotion. Elle espérait quelque chose n’est-ce pas ? « Comment est-ce qu’Icare va ? Est-ce qu’il va bien ? Et l’école avec lui ? »

« Ah… Icare … Et bien … Tu lui manques un peu. Il espère que tu reviendras très rapidement que tu ne feras pas de bêtises … Enfin non … Il a un peu peur pour tout ce qui se passe. »

« Prends vraiment soin de lui, Lily, il est ce que j’ai de plus important au monde. »

« Ne t’en fait pas, il sera en sécurité avec moi, tu es un grand garçon, non ? »

Il hocha la tête d’un air positif alors qu’elle lui souriait. L’ambiance était totalement différente d’il y avait une quinzaine de minutes. Il prit son autre main, la jeune femme aux cheveux roses restant immobile alors qu’elle sentait qu’il la tirait légèrement vers lui. Elle comprit ce qu’il voulait faire et se laissa emmener près du jeune homme, l’un comme l’autre se serrant mutuellement et avec tendresse. Tout ceci dura une bonne minute, chacun ayant les yeux fermés avant que Lily ne se retire de ses bras.

« Allez ! On va arrêter ça et on va se dire au revoir. On se reverra de toute façon ! »

« D… D’accord, Lily … On se reverra sur le terrain alors ? »

« Et je te soignerai si tu es blessée. Il n’y a aucun souci. Par contre … Toi… Elizabeth. » dit la jeune femme en s’adressant à l’Altaria aux cheveux blonds. « Si il te choisit, tu as intérêt à le rendre heureux car sinon, tu risquerais d’avoir affaire à moi. »

Elle disait sans méchanceté ni menace mais pourtant, le ton était impérial et royal. L’autorité qu’elle venait de faire preuve avait quelque chose de vraiment … imposant. La jeune femme embrassa Arnaud sur les joues avant de s’éloigner, ne lui permettant pas de voir la tristesse qui se lisait sur son regard. Ils venaient de se briser le cœur.

« Arnaud ? Arnaud ? » demanda Elizabeth alors qu’il s’approchait d’elle, aidant la jeune femme aux cheveux blonds à se relever.

« Oui ? Que y a-t-il, Elizabeth ? Un problème ? »

« Non … Non … Pas du tout … Pas pour moi … Mais toi ? Comment est-ce que … »

« Je vais bien … Je vais très bien, Elizabeth. De toute façon, ce n’est pas définitif et nous nous retrouverons avec Lily et moi … Comme d’habitude. »

Pourtant, il était déjà en train de pleurer légèrement et elle le vint serrer fortement contre elle, le jeune homme se mettant à sangloter sur son épaule. Il… Il n’avait pas voulut ça … Il avait tout fait échouer comme d’habitude.

« Pourquoi … Pourquoi je suis aussi stupide … Elizabeth ? Pouquoi ? »

« Tu n’es pas stupide, tu as juste … beaucoup de mal à montrer ce que tu ressens. »

« … … … … … Elizabeth, est-ce que tu comprends que … »

Oui, elle comprenait mais elle serait patiente … Car il était hors de question d’abandonner ce combat personnel. HORS DE QUESTION OUI ! Elle allait se battre pour l’amour qu’elle portait au jeune homme aux cheveux bleus… Oui … Elle allait continuer le combat.

Voilà … Même si ils n’étaient plus ensembles, ils avaient fait la paix et la guerre semblait se passer bien mieux. La meilleure chose dans cette histoire était quand même le fait que le château était à portée de vue, qu’il y avait de moins en moins de soldats ennemis tandis que leurs propres rangs grandissaient au fur et à mesure.

« Bon … Les nouvelles sont franchement très bonnes. Ce n’est plus qu’une question de jour voir un mois tout au plus. »

Ils étaient tous réunis à une table ronde, les chefs de l’armée des rebelles et de l’armée des Milobellus se trouvant ici. Au total ? Ils étaient environ une dizaine. Du côté des rebelles, Arnaud, Elizabeth et Pete étaient présents tandis que Phoebe était là avec … Lily. Oui, il était normal que la princesse qui participait à la guerre soit présente … Surtout qu’elle combattait divinement bien. Elle était parfaite …

« Le mieux sera de séparer nos deux armées … en deux champs d’attaque. Même si cela semble logique, tous les Altarias présents iront par la voie des airs. Nous savons nous battre au sol mais nous ne le ferons pas. Pendant ce temps, les Milobellus iront assiéger le château dans le sol. Après, pour la séparation des effectifs à l’intérieur même des armées, c’est libre court aux généraux de ces deux armées. »

« … … Je vais réfléchir à une possibilité d’attaquer sur tout les fronts … » répondit Pete alors qu’Arnaud annonçait aussitôt :

« Le mieux serait quand même de faire attention à tout ceci justement. La voie des airs est problématique … Nous n’avons aucun endroit où nous cacher. »

« C’est exact … Malheureusement … C’est plutôt compliqué mais nous trouverons bien une solution. L’attaque se fera dans deux jours. Pendant ce temps, que toutes les troupes se reposent. » annonça Pete en se levant de son siège.


Tout de suite, Arnaud et Lily se levèrent, sortant chacun de leur côté ou du moins voulurent essayer … Sauf que Phoebe s’était approchée d’Arnaud tandis que Pete faisait de même avec Lily. Chacun avait arrêté la personne à qui il voulait s’adresser.

« Lily ? Il est possible de te parler un peu ? »

« Hein ? Bien sûr, Pete. Qu’est-ce que je peux faire pour toi ? »

« Arnaud ! Ramène un peu tes fesses par là mon mignon. Vas falloir qu’on discute, toi et moi. » s’écria Phoebe tandis que le jeune homme avait légèrement sursauté.

« Oui… oui… Un souci, Phoebe ? En quoi est-ce que je peux t’être utile ? »

… … … Phoebe et Pete se retournèrent en même temps, se regardant droit dans les yeux. Ces deux imbéciles … Ils le faisaient exprès, n’est-ce pas ? Ils allaient les mettre en colère !

« BON ! Lily ! Suis-moi ! On sort d’ici ! C’est bien clair ?! »

« Oui oui ! Mais ne me tire pas par la main ! Qu’est-ce qui te prend ?! » s’écria Lily alors qu’ils quittaient la tente, Phoebe faisant de même avec Arnaud.

L’un comme l’autre, l’Altaria et la Milobellus discutaient avec Lily te Arnaud sans qu’ils ne puissent entendre ce qu’ils se disaient.

« Alors ? Qu’est-ce qui se passe avec Arnaud et toi ? Vous vous parlez à peine. »

« Rien de bien grave, il n’y a pas à s’en faire. Nous sommes toujours amis ! Ce n’est pas ça le plus important ? Tu ne trouves pas ? »

« … … … Faites comme vous le voulez en fin de compte. Je voulais discuter avec toi pour essayer de régler ce problème mais rien qu’à t’entendre, ça me démotive complètement. »

Le jeune homme aux cheveux violets fit apparaître ses ailes, délaissant complètement la jeune femme qui le regardait s’éloigner sans un mot. … … … C’était très dur pour elle aussi hein ? Mais c’était le mieux à faire … en attendant que la situation s’améliore.

« J’ai envie de me comporter comme une femme et de te baffer. De l’autre côté, j’ai envie de me comporter comme un homme et de te foutre mon poing dans la gueule. Qu’est-ce que tu choisis, Arnaud ? Je te laisse trente secondes. »

« Il n’y a pas un moyen de discuter de tout ça ? »

« Et est-ce que j’ai une tête à avoir envie de discuter alors que toi et Lily, vous vous adressez à peine la parole, faisant semblant d’être bons copains ? »

« Nous sommes bons copains comme je le suis avec toi, Phoebe. »

« MAUVAISE REPONSE ! » hurla la jeune femme aux cheveux verts avant de le frapper au visage, le faisant tomber en arrière. Elle reprit aussitôt : « Ce n’est pas le même genre de relations entre toi et moi qu’entre toi et Lily ! »

« Ah bon ? Et pourquoi cela ? Nous sommes amis, c’est tout. »

« … … BORDEL ! TU ME GONFLES, ARNAUD ! »

Elle disait cela en criant, le jeune homme se relevant en se massant la joue, la jeune femme aux cheveux verts semblant fulminer.

« Ca vous sert à quoi d’être aussi bornés l’un que l’autre ?! Ca vous sert à quoi hein ?! Qu’est-ce que ça vous apporte à tout les deux ?! Rien du tout, n’est-ce pas ?! »

Il ne lui répondit pas, la jeune femme serrant les dents tandis qu’il murmurait avec lenteur :

« C’est ainsi que ça doit se passer … et nous devons réfléchir … »

« Réfléchir, réfléchir ! Mon œil ! Vous me fatiguez autant l’un que l’autre ! »

Et voilà … Elle était partie elle aussi, laissant seul le jeune homme… Seul comme Lily.

Chapitre 25 : L’approche de la dernière bataille

Chapitre 25 : L’approche de la dernière bataille

« … … … Elizabeth. » murmura Lily en croisant les bras alors qu’Arnaud revenait avec la jeune femme aux cheveux blonds, celle-ci ayant remise son armure.

« Lily … … … Désolée pour la claque … J’ai perdu le contrôle de moi-même. »

« Bien entendu, bien entendu. Arnaud, reviens par ici. » dit la jeune femme aux cheveux roses sur un ton sec, posant son regard sur sa blessure au ventre. Il bafouilla quelques paroles incohérentes avant de se diriger vers Lily, celle-ci posant sa main sur le ventre, reprenant la parole : « Visiblement, certaines personnes ont beaucoup de mal à se contrôler. »

« … … … Pete, tu veux les guider ? Puisqu’au final, tu n’avais pas confiance en moi et que tu es venu… Cela veut donc montrer que tu as envie de les guider. »

« Hein ? Mais… Elizabeth tu restes ici aussi hein ? » demanda Arnaud en la regardant.

« Visiblement, je ne suis pas appréciée après ce que j’ai fait et c’est normal. »

« Si tu comprends, alors c’est tant mieux, ça règle beaucoup de problèmes. » répondit aussitôt Lily alors qu’Arnaud se retirait des bras de celle-ci en criant : « Elle avait ses propres raisons et je les comprends parfaitement ! Alors arrête de réagir comme ça, Lily ! »

Elizabeth fit un petit sourire entre l’amusement et la tristesse avant de faire apparaître ses ailes. Elle murmura avec lenteur : « Nous nous reverrons sur le terrain, Arnaud. »

Il la regarda partir en tremblant légèrement avant de pousser un profond soupir. Lorsque Lily s’approcha de lui pour commencer à le soigner, il la repoussa avec un peu de violence :

« J’ai pas besoin que tu me soignes, je vais demander à quelqu’un d’autre, merci bien. »

« Mais mais mais… Je suis la meilleure soigneuse si tu le désires ! »

« J’ai dit que j’allais prendre quelqu’un d’autre. » répondit-il sèchement alors qu’il s’éloignait d’elle pour se diriger vers une tente. Il avait des gouttes de sueur au front, sa main posée sur sa blessure au ventre. Oh le sang s’arrêtait de couler ou presque mais là, cela commençait à prendre un peu trop de temps… Il rentra dans une tente, s’écroulant sur un lit alors que déjà, deux soigneurs s’affairaient autour de lui

« Mais qu’est-ce qu’il lui a pris ? Il est énervé parce que j’ai parlé ainsi à Elizabeth ? Mais elle a essayé de le tuer ! Et je ne vais pas la remercier de m’avoir baffée non plus ! »

« Non non… Je pense plutôt que c’est dût au fait que tu l’as complètement rejetée… Et je pense aussi que c’est parce qu’Arnaud a appris ce qui est arrivé à Elizabeth il y a environ six ans… Juste après la mort de ses parents. » murmura Pete d’une voix calme.

« Et qu’est-ce qui s’est passé ? » demanda t-elle en se tournant vers le jeune homme aux cheveux violets, celui-ci poussant un léger soupir.

« Rien de bien joli… Rien du tout même… Dans le fond… Enfin, je vais tout te raconter. »

Une bonne heure plus tard, une ombre pénétrait dans la tente où le jeune homme aux cheveux bleus se reposait, des bandages autour du ventre alors qu’il était torse nu. L’ombre s’approcha de lui, posant sa tête sur son torse alors qu’il gémissait légèrement dans son sommeil. Il passa une main dans les cheveux de la personne, celle-ci murmurant :

« Pardon… Arnaud… Je ne savais pas au sujet… d’Elizabeth. »

Il ouvrit avec lenteur ses deux yeux dorés, apercevant le visage de Lily avant de lui sourire. Elle voulait s’excuser, c’était ça ? Les excuses étaient acceptées… Et lui-même s’était un peu comporté sèchement, il fallait le reconnaître. Il murmura d’une voix douce et calme :

« Ca ne fait rien… Moi non plus, je ne savais pas et tu as vu à quel point j’ai été méchant et odieux avec elle. Ca ne doit pas être simple… A part Fanny… Elle n’avait personne… sauf moi… Et je l’ai abandonnée pendant toutes ces années. »

« Ce n’est pas vrai. Tu n’étais pas au courant ! Tu ne pouvais pas savoir ! Ne t’accable pas inutilement ! Mais moi… J’ai été méchante… car je la considère comme une menace. »

« … … … Lily, tu n’as jamais aimé quelqu’un d’autre ? » demanda t-il sur un ton neutre alors qu’elle ouvrait en grand ses yeux, un peu intriguée par cette question.

« Je ne crois pas … Ca ne m’est jamais arrivé, je pense… Pourquoi tu me demandes ça ? »

« Je ne sais pas… Je te demandais ça… Car je ne t’ai jamais vue avec des Milobellus mâles… Pourtant, tu as beaucoup de personnes qui doivent t’aimer en secret. »

« Où… Où est-ce que tu veux en venir, Arnaud ? Tu me fais un peu peur là… » demanda t-elle d’une voix légèrement tremblante.

« Oh… Rien… Rien du tout… Ce n’est pas très grave. » murmura t-il en se mettant de côté, lui tournant le dos alors qu’elle était un peu apeurée par la situation.

« Arnaud… Je veux savoir… Tu n’as quand même pas l’intention de me quitter hein ? »

« Non non… C’est juste que… Qu’en fin de compte… Tu es une Milobellus et moi un Altaria… Et quand tout sera terminé… Le mieux serait que chacun soit avec ceux de son espèce… Le mélange des genres n’est pas forcément une bonne chose. »

« … … … Tu n’as pas intérêt à m’abandonner, c’est tout ! Tu… Tu… »

« Je n’ai jamais dit ça, Lily ! S’il te plaît… Ne pense pas à mal, c’est juste que… Je suis troublé par le retour d’Elizabeth et que ça me fait rappeler à quel point, j’étais amoureux du professeur Sanga quand je n’étais qu’un enfant. Je suis un Altaria et toi, une Milo… »

Il aurait bien hurlé de douleur alors qu’elle s’asseyait sur lui, en plein sur son ventre. Ca faisait horriblement mal mais elle semblait n’en avoir rien à faire. Elle l’embrassait avec passion, dévorant ses lèvres alors qu’il avait des larmes de douleur aux yeux. Mais qu’est-ce… AH ! Mais qu’est-ce qu’elle faisait ?! Elle… Elle n’arrêtait pas son baiser, joignant leurs deux langues jusqu’à ce qu’elle se stoppe finalement au bout de deux minutes.

« Ca faisait vraiment mal, Lily ! Qu’est-ce qui t’a pris ?! »

« Je m’en fous de nos deux races ! Je m’en fiche royalement ! Si il faut que l’on aille vivre dans un coin isolé où il n’y aurait que toi et moi, tu crois que tu t’attacherais à nos deux races ? NON ! Tu t’en ficherais royalement ! »

« … … … C’est pour ça que tu m’as sauté dessus ? Et que tu m’as affreusement mal ? »

« Oui ! Et je continuerai s’il le faut, Arnaud. Ne t’en vas pas et ne te force pas à aimer Elizabeth si tu ne l’aimes pas ! Moi, je ne me force pas du tout ! »

« … … … Et si je devais aller vers Elizabeth en étant conscient de mes sentiments ? Et que tout ce que je ressentais pour toi n’était que du vent pour combler ce gouffre sentimental après avoir pensé que j’avais perdu Elizabeth ? »

Elle le regardait avec un peu d’effroi alors qu’il semblait bien sérieux. Elle… Elle n’avait pas envisagé cela mais le jeune homme se mettait assis avant de poser sa main sur la sienne.

« Je ne sais pas du tout où j’en suis actuellement. J’ai actuellement besoin de réfléchir et de penser à tout ça … Je ne sais pas où tout cela va me mener exactement… Mais… »

« J’ai compris… Besoin de réfléchir… Besoin de réfléchir… Mon œil. C’est tout. Tu veux tout simplement me dire que tu me quittes sauf que tu n’as pas le courage de me le dire en face. Voilà tout… Heureusement que tu ne m’as pas dit ça dit demain… Sinon, j’aurais gâché mon corps pour quelqu’un qui ne le vaut pas. »

« Hein ? Mais de quoi ? Mais attends, Lily ! Attends ! »

La jeune femme était partie alors qu’il tentait de se relever, gémissant de douleur en posant une main sur son ventre. Non… Ca ne servait à rien, il ne pouvait pas avancer plus loin. Mais non ! Il n’avait jamais dit ça ! C’est juste qu’Elizabeth… C’était Elizabeth… Il ne pouvait pas nier … que la jeune femme aux cheveux blonds était importante pour lui.

« C’est trop compliqué… cette histoire… »
Et il n’avait rien fait pour tout arranger d’un autre côté. Il poussa un profond soupir, restant dans le lit qu’on lui avait donné alors qu’il observait le plafond en toile. Il ne voulait pas voir Lily pleurer… Non… Pas du tout… Ca serait trop affreux… Ah… Rien que de l’imaginer pleuré, ça lui brisait le cœur. Et il l’aimait non ?

« Je l’aime … J’en suis sûr mais alors… Pourquoi ? »

Pourquoi est-ce qu’il ressentait aussi de l’amour envers Elizabeth. Etait-ce d’abord de l’amour ou de la pitié ? De la souffrance pour elle qui avait été torturée ? Puis ses cicatrices… Il voulait les apaiser… De l’autre côté, il avait perdu ses parents, Lily deux de ses amies, Pete avait perdu celle qu’il l’aimait… Et Elizabeth, sa sœur… AHHHHH ! Il en avait marre de se torturer avec tout ça ! Il vint enfouir sa tête dans le traversin, ne voulant plus réfléchir à tout ça. Fatigué, il était complètement fatigué ! Et avec ses blessures, il ne pourrait même plus combattre aujourd’hui !

« … … … … … C’est complètement vide ou quoi ? »

Il disait cela alors qu’il était sorti de la tente après trois heures de sommeil. Il n’y avait plus personne ou presque… Les tentes avaient disparu pour une grande majorité, seule une quinzaine-vingtaine étant encore présentes.

« On peut me dire… où sont les autres ? »

« Ils sont partis avec Pete et la princesse. Il paraitrait qu’ils doivent livrer bataille en ce moment-même… Enfin bon, vous dormiez, Arnaud et donc, il valait mieux que vous vous reposiez après votre blessure. »

« Hein ?! Vous avez laissé seule la princesse ?! »

« Bien entendu… Elle a dit qu’elle voulait combattre… Et elle semblait vraiment remontée, je dois vous l’avouer… Je ne sais pas ce qui s’est passé mais ça n’avait rien à voir avec son arrivée ce matin… On aurait dit une autre personne. »

Une autre personne ? Avec ce qui s’était passé, il se sentait maintenant très mal à l’aise. Ah… Quel idiot mais quel idiot… Il commença à faire les cent pas, le soldat lui demandant s’il avait un problème et s’il devait appeler les soigneurs. Il signala qu’il n’y avait pas besoin de cela alors qu’il continuait ses petites marches incessantes.

« Dans combien de temps est-ce qu’ils comptent revenir ? »

« S’il y a une bataille, ça peut prendre encore d’autres heures voir plus d’une journée … De l’autre côté, normalement, nous devrions nous déplacer pour nous rendre sur le terrain dès que le combat sera terminé… Enfin, si nous sommes vainqueurs. »

« … … Ne dites pas de choses comme si nous sommes vainqueurs ! Nous le serons ! C’est tout ! Ne pensez pas à la défaite ! »

Il n’avait pas envie de penser qu’ils ne pouvaient pas revenir… M… M… Merde ! Il n’avait pas… NON ! Il faisait apparaître ses deux ailes mais le soldat l’immobilisa au sol, lui disant de se calmer car il ne devait pas bouger !

« Vous allez ouvrir votre blessure, Arnaud ! Calmez-vous et soyez patient ! »

« Pourquoi je le serais ?! Elle est peut-être en danger ! Elle ne sait pas se battre ! »

« Mais elle est protégée ! Il y a ce chef des rebelles, puis cette femme en armure rouge, il y a aussi nos soldats et même… Phoebe, je crois ! Elle est bien protégée ! »

« Oui… Oui… C’est vrai… C’est vrai ce que tu dis… »

Il avait parfaitement raison ce soldat. Lily ne serait pas en danger … Elle était très bien entourée… Elle n’allait pas souffrir ou avoir mal… Ah… Ah… Il se sentait un peu soulagé… Légèrement soulagé mais pas plus que cela… Surtout après leur courte mais importante dispute. Ah ! Mais vraiment, qu’est-ce qui lui prenait de dire de telles choses ?!

« … … Ca commence à être vraiment long. On devrait aller les rejoindre. »

« Si vous vous sentez mieux, je vais voir avec les autres blessés si ils sont transportables ou non. » répondit l’un des soldats alors qu’il était anxieux.

Heureusement pour lui, tous étaient transportables et les dernières tentes furent démontées tandis que les soldats allaient se diriger vers l’endroit où normalement se trouvait la bataille… Enfin, sûrement la fin de la bataille.

Après deux bonnes heures perdues à mon goût, ils arrivèrent à un sinistre paysage puisque le terrain était ravagé et détruit en de nombreux endroits. Mais bon… Il y avait aussi des cadavres de Milobellus et de Barpaux ainsi que de nombreux morts du côté des Altarias et des Tyltons … A chaque cadavre, il avait peur de découvrir celui de Pete, Elizabeth ou Lily… Il se faisait peur à chaque instant.

Néanmoins, il n’y avait aucune trace de survivants donc une seule idée arrivait à sa tête. Ils n’étaient plus présents, il allait falloir les trouver tout d’abord. Les soldats Milobellus ainsi que lui-même commencèrent à fouiller dans les horizons, le jeune homme et la petite armée restant sur leurs gardes. Il valait mieux éviter de se faire attaquer par surprise.


Ce fut lorsqu’ils entendirent des cris que quelques soldats partirent en éclaireur, les autres dont Arnaud restant en arrière. Vingt minutes après, les soldats revinrent, un sourire aux lèvres avant de leur demander de les suivre. L’armée des Milobellus était en fait située à un bon kilomètre de la zone de bataille.

Ils furent guidés à un attroupement où des tentes avaient été rapidement mises tandis que d’autres étaient construites. Tout de suite, il s’était mis à chercher la jeune femme aux cheveux roses, espérant le retrouver alors qu’il entendait des nombreux cris. Encore ? Non mais… Il semblait que l’on félicitait ou applaudissait quelqu’un.

« Ca ! C’est notre princesse ! Une vraie Milobellus ! »

« Comment elle a réussi à tous les repousser ! C’était impressionnant ! »

« Faut dire que c’est notre princesse ! Elle deviendra notre future reine ! »

Hum ? Un attroupement autour de la princesse Lily. Celle-ci était dans son armure … mais était surtout tachée de sang. Elle avait l’impression d’être une véritable guerrière quand on la regardait… Elle était vraiment très impressionnante.

« HEY ! Arnaud ! Tu sais quoi ?! Pendant que tu étais blessé, elle… Elle a fait un véritable carnage ! On ne savait pas que la princesse était aussi forte ?! Tu le savais ?! »

« J’ai déjà put voir… ses pouvoirs à l’œuvre oui … » murmura t-il d’un air légèrement gêné.

« T’en as de la chance d’avoir une aussi jolie femme que ça. Belle, puissante, gentille, ouais, je suis sûr que tu fais des jaloux. »

« Oui… J’ai énormément de chance mais je ne le vois jamais. »

« Ben, tu attends quoi pour la féliciter ? HEY ! LES GARS ! Laissez-le passer ! »

Il fut légèrement bousculé en avant, le jeune homme se disant qu’il n’avait pas mérité ça alors qu’on lui laissé un peu de place pour rentrer à travers la foule. Finalement, il tomba presque au sol, gémissant un peu de douleur alors qu’il se retrouvait presque à genoux devant elle.

« … … … … Oui ? Qu’est-ce qu’il y a, Arnaud ? » demanda t-elle sur un ton neutre.

« Euh… Mes félicitations, Lily … Je t’ai mal … jugée … J’aurai aimé être là. »

« Ah bon ? Tu es sûr de ce que tu dis, Arnaud ? »

… … … Peut-être qu’aux yeux des autres, cela semblait être une discussion tendre mais lui ne se trompait pas. Elle lui en voulait terriblement pour ce qui s’était passé hein ? Elle reprit sur un ton lent et assez neutre :

« Tu peux te relever, Arnaud. Sinon, je suis désolée d’arrêter les festivités pour la victoire de cette bataille mais je pense que je dois aller me laver sinon le sang risque de trop sécher. »

Il se releva, la jeune femme aux cheveux roses passant à côté de lui d’un air qui voulait dire qu’elle l’ignorait complètement. Les soldats se poussèrent, le jeune homme voulant accompagner Lily jusqu’à la tente où elle pourrait se laver.

« Lily ? Est-ce que l’on peut parler ? Ou non ? » dit-il en marchant à côté d’elle.

« Second choix, Arnaud. » répondit-elle alors qu’elle accélérait légèrement le pas.

« Non mais, j’y ai réfléchit pendant que tu n’étais pas là et j’étais mort d’inquiétude. Je ne pensais pas que tu allais te battre et que tu allais… »

« Risquer ma vie ? Il faut risquer sa vie pour que tu puisses aimer quelqu’un ? Tu es du genre à penser que plus une femme est en danger et à souffert, plus elle a besoin d’être aimée ? Tu te prendras donc pour un héros, c’est bien ça ? Et bien, sans moi. »

« Mais mais mais … Je ne pensais pas à ça, Lily ! »

« Laisse-moi tranquille, bon sang ! Dorénavant, ce n’est pas à moi de faire quelque chose mais à toi ! Dorénavant, c’est toi qui devras me mériter ! Merci et au revoir ! »

Elle disait cela alors qu’elle s’enfonçait dans une tente, le laissant seul. Le jeune homme baissa la tête, déçu et attristé tandis qu’il murmurait :

« Mais ce n’était pas du tout ça … Lily … »

Elle était complètement différente de ce matin. Il voulait se faire pardonner et puis, il avait déjà fait son choix ! La preuve, il était venu vers elle, sans même penser à Elizabeth ! Il suffisait simplement que Lily lui parle pour qu’il oublie Elizabeth. Pourquoi est-ce qu’elle ne lui avait pas laissé le temps de s’exprimer ? Pff … Il ne devait pas montrer qu’il était triste… Ce n’était pas lui du tout … Pas du tout lui. Pourtant, la main de Phoebe se posa subitement sur son épaule, le faisant légèrement sursauté. Il se retourna, balbutiant quelques paroles incompréhensibles alors qu’elle le regardait.

« Tu peux me dire tout ce qui s’est passé ? Je ne me rappelle pas avoir connu une telle boucherie chez nos ennemis depuis longtemps. Presque depuis que je suis dans l’armée… Et ça fait déjà quelques années, Arnaud. »

« Je… Je… Je ne peux pas te l’expliquer, je ne sais pas complètement ce qui s’est passé non plus. » bafouilla t-il tandis qu’elle soupirait en reprenant :

« Oui mais non. Tu sais parfaitement ce qui s’est passé avec Lily. Alors tu vas être un gentil garçon et tout m’expliquer, d’accord ? Sinon, je pourrais devenir très méchante. »

« D’acc… D’accord, je veux bien … De toute façon, je n’ai pas vraiment le choix. »

« Pas du tout si tu veux rester en vie, Arnaud. »

Ils se dirigèrent vers un coin où ils seraient tout les deux tranquilles, le jeune homme et la jeune femme se faisant arrêtés par Elizabeth. Celle-ci observait les deux personnes avec un léger regard assez inquiet alors qu’elle murmurait :

« Est-ce que je peux venir avec vous ? Enfin si ça ne vous dérange pas trop … J’ai l’impression que c’est moi qui suis responsable de ce qui est arrivé à Lily. »

« Viens donc, je crois que ça te concerne aussi, n’est-ce pas, Arnaud ? »

Il n’avait pas envie de mêler Elizabeth à tout ça mais Phoebe ne lui laisserait pas le choix et elle avait malheureusement une sacrée poigne. La jeune femme aux cheveux blonds se fit prendre par le bras en même temps qu’Arnaud alors qu’ils étaient emmenés à un endroit où ils seraient seuls. Comme pour les juger, Phoebe se trouvait devant Arnaud et Elizabeth qui étaient l’un à côté de l’autre, debout.

« Bon, tu vas tout me raconter, Arnaud ? Car je n’ai clairement pas envie de perdre mon temps, je tiens à te le signaler. »

« … … … Tu me fais peur Phoebe … » bafouilla t-il d’une voix lente.

« Et essaye de deviner pourquoi ? Je n’ai jamais vu une telle rage dans le regard de Lily. Si nous l’avions laissée, il y a de fortes chances que l’armée ennemie soit simplement balayée par elle. C’était peut-être une bonne idée puisqu’elle est bien plus forte que nous tous mais elle n’est pas du genre à vouloir utiliser ses pouvoirs … »

« Elle ne l’a jamais été … Elle n’aime pas la violence. » dit le jeune homme aux cheveux bleus en baissant le regard, légèrement gêné.

« Et donc, tu sais très bien que ce n’est pas normal ce qui s’est passé. Donc, j’espère pour toi que tu as une bonne explication car je n’ai pas envie de perdre mon temps, je tiens à te le signaler, Arnaud. Alors ? Qu’est-ce que tu vas me dire ? »

« … … … J’aimerai courir et m’enfuir si c’était possible. »

« Avec ta blessure, je te le déconseille grandement. » répondit Phoebe.

« Arnaud ? Si tu n’as pas envie de parler, ne parle pas, d’accord ? Je sais très bien que c’est moi qui suis la raison du problème entre Lily et toi. »

« C’est le cas oui … Je suis désolé, Elizabeth. » dit le jeune homme en s’adressant à elle, lui faisant un petit sourire triste. Il reprit aussitôt : « Je ne voulais pas en arriver là … Mais je lui ai dit que depuis que tu es revenue, ça me trouble et qu’il fallait que je réfléchisse à tout ça. »

« Que tu réfléchisses à tout ça ? Tout ça quoi ? » demanda Phoebe en le jugeant du regard.

« A notre relation ! Je ne veux pas commettre de bêtises avec elle ! Je l’aime… vraiment… Mais depuis qu’Elizabeth est revenue, ce n’est plus la même chose. »

La jeune femme aux cheveux blonds détourna légèrement le regard, ne sachant pas où se mettre tandis qu’il reprenait la parole :

« Puis voilà … C’est ça … Je n’ai pas réellement apprécié comment elle a réagit quand Elizabeth est revenue avec moi. Lui dire de partir et toutes ces choses … Oh, elle n’était pas au courant mais je crois que j’ai jeté un froid dans mes relations avec Lily. Et puis, je lui ai parlé de nos différences raciales … »

« Vos différences raciales ?! Qu’est-ce que tu racontes par là ?! »

« Je suis un Altaria et elle une Milobellus. Elizabeth est une Altaria elle aussi. N’est-ce pas dans l’ordre des choses que les uns restent avec les autres ? Et puis, je ne pourrais pas vivre éternellement sous l’eau, Icare non plus d’ailleurs. »

« … … Ca ne t’a pas gêné pendant six ans alors ne me sors pas d’excuses vaseuses ! »

« Et un jour, que je sache, elle risquerait d’oubliait et comment cela va se passer ? Je serais mort noyé ! C’est comme ça que ça va se passer ! »

« Mais BORDEL ! Si tu l’aimes, tu fais des sacrifices et elle en fera aussi ! Quand nous devenons des Milobellus, nous pouvons vivre tranquillement hors de l’eau ! Pareil quand nous sommes des Barpaux ! Il nous suffit de boire et de nous rincer quelques fois ! Que je sache, si tu ne bois pas, tu ne peux plus vivre hein ? Ben nous aussi tiens ! Alors essaye de te dire que vous n’êtes pas si différents que ça ! »

« … … Tu ne comprends pas hein ? Est-ce que tu le fais exprès, Phoebe ? »

« Je pourrais te retourner la question ! Elizabeth, pousse-toi ! » hurla la jeune femme dans son armure alors qu’elle courrait en direction d’Arnaud.
Elizabeth se poussa aussitôt avant que Phoebe ne frappe Arnaud dans le ventre, celui-ci hurlant de douleur avant de s’écrouler au sol en gémissant. Tout de suite, son bandage s’ensanglanta alors que Phoebe disait :

« Purée ! T’es vraiment trop con ! Je me dis que oui, c’est peut-être mieux qu’elle ait décidé de se mettre en colère car tu me fous en rogne ! Tsss ! Je voulais t’aider pour Lily mais je n’en vois plus l’intérêt maintenant, monsieur « L’Altaria ». »

Elle s’éloigna sans rien dire d’autre, laissant seuls le jeune homme et la jeune femme aux cheveux blonds. Celle-ci avait le regard assez dur tout en étant triste, donnant un léger contraste quand on y réfléchissait bien.

« Arnaud, tu as l’air d’avoir fait une grosse bêtise, n’est-ce pas ? »

« Plus que grosse même si tu veux tout savoir, je crois que je viens de blesser mes des meilleures amies depuis des années. »

« … … … Arnaud ? Au sujet des Altarias et des Milobellus … Est-ce que tu pensais sincèrement ce que tu as dit ? » murmura la jeune femme aux cheveux blonds.

« … … … Je le pensais sincèrement, Elizabeth. »

« Je devrais être contente non ? Que tu te poses des questions à cause de moi … Mais de l’autre côté, je n’ai pas à être contente car tu te forces. »

« Je me force ? Et à quoi donc est-ce que je me forcerais ? » dit Arnaud en se positionnant en face d’Elizabeth, une main sur son ventre avec son bandage ensanglanté.

« … … … A aimer une Altaria tout simplement à cause de sa race. Est-ce parce que tu es le prince que tu dois réagir ainsi ? »

« Hein ? Mais non ! Ce n’est pas une question de royauté ou autre ! Je trouve ça tout simplement plus … naturel qu’un Altaria vive avec les siens plutôt qu’avec les Milobellus, voilà tout. C’est normal, tout simplement. »

« … … Normal quand on se force, je ne trouve pas cela normal. De même, je n’ai pas parlé de vivre parmi sa race mais d’aimer une personne à cause de sa race. Est-ce que Pete pense pareil que toi ? Je ne crois pas le moins du monde. »

« Pete est Pete ! Ne commence pas à te mettre contre moi non plus, Elizabeth ! »

« Je ne le ferais pas, Arnaud. Je t’aime énormément mais cela depuis des années. Tu es le seul homme que je peux réellement approcher depuis que j’ai souffert… Même Pete n’y arrive pas… Mais je ne veux pas que tu aimes cette Altaria tout simplement parce qu’elle est de ta race alors qu’il y a une autre femme qui t’aime énormément malgré vos deux races. »

«  … … … Tu veux me dire que je ferais mieux de faire quoi en fin de compte ? »

« Réfléchir à tout ça et réellement … Je ne veux pas de ce genre de relations. »

La jeune femme aux cheveux blonds allait le laisser là, en plan… Mais elle ne pouvait pas. Elle l’aida à marcher, le jeune homme étant encore plus blessé depuis que Phoebe l’avait frappé dans le ventre. Pourtant, pendant le court chemin, aucun des deux n’ouvrit la bouche, aucun son ne sortant de celle-ci … Surtout le jeune homme qui restait muet.

« … … … Lily ? »

Il s’était présenté devant la tente où se trouvait la jeune femme. Même après la discussion, il semblait que Lily ait continué de se laver et de prendre un bain … Ah … Bien entendu, il y avait des personnes qui surveillaient mais bon … Il voulait rentrer dans la tente.

« Ne t’avise même pas de pénétrer à l’intérieur, Arnaud. »

« … Mais je veux tout simplement discuter, Lily. Est-ce que je le peux ? »

« Non, tu ne peux pas discuter, surement pas même. Laisse-moi tranquille et retourne parmi les tiens. Pourquoi est-ce que tu es encore avec nous ? Tu ferais mieux de te rendre chez les rebelles, ça vaut mieux en fin de compte. »

« … … C’est ce que tu veux réellement, Lily ? Et Icare ? »

« A toi de voir mais pense d’abord à son bonheur avant le tien. Il est très attaché à mes parents, cela lui ferait énormément de mal de les abandonner. »

« D’accord … J’ai parfaitement compris. Bon ben… C’est tout alors. »

« C’est tout. Au revoir, Arnaud. » murmura la jeune femme à travers la tente.

« Au revoir, Lily. Tu t’occuperas bien d’Icare donc. »

Il disait cela en poussant un profond soupir de tristesse, passant une main dans ses cheveux. Il aurait aimé que ça n’arrive jamais mais en fin de compte, il ne pouvait rien y faire visiblement. Il voulut dire quelque chose à Lily mais cela semblait déjà être trop tard.

Il s’éloigna de la tente, n’entendant pas les quelques sanglots de la jeune femme aux cheveux roses alors qu’il se dirigeait vers Elizabeth et Pete. Les deux personnes servaient encore d’intérimaires pour le camp des rebelles. Devant le regard assombri d’Arnaud, ils ne dirent rien. Ils attendaient juste qu’il prenne la parole.

« Je vous accompagne. » dit-il d’un air neutre.

« Hein ? Co… Comment ça, Arnaud ? » demanda Elizabeth, ayant l’air d’avoir mal compris.

« Je vous accompagne, je ne reste plus avec les Milobellus. »

« Qu’est-ce que c’est que cette bêtise, encore, Arnaud ? » dit Pete en le jugeant du regard.

« Ce n’est pas une bêtise, c’est ce que j’ai décidé et c’est ce que Lily a décidé elle aussi. Icare restera avec ses parents car il est très attaché à ces derniers et il est hors de question qu’il paye pour les bêtises que j’ai commises. Nous pouvons partir quand vous l’aurez décidé. »

… … … Soit, c’était à lui de voir. Ils n’allaient rien dire à ce sujet. Les relations amoureuses entre Arnaud et Lily étaient visiblement très compliquées, une chose qui ne changeait pas malgré les années qui s’écoulaient entre eux. Oui… Rien ne changeait dans le fond.

Chapitre 24 : Préparer toutes les troupes

Chapitre 24 : Préparer toutes les troupes

« Ahhhhh… » soupira la jeune femme aux cheveux roses alors qu’Arnaud était assis sur une chaise, semblant être en train d’écrire quelque chose de relativement important.

« Que se passe t-il, Lily ? Ca fait une heure que tu es comme ça. J’ai des difficultés à écrire avec quelqu’un qui soupire à côté de moi. »

« C’est Elizabeth… Maintenant que tu m’as menti, j’ai encore moins confiance en moi. Qui te dit qu’elle n’est pas devenue quelqu’un de vraiment magnifique ? Elle est peut-être… »

« Peut-être qu’elle est morte aussi… Je tiens à te le signaler au cas où. »

« … … Ca ne sert à rien de faire la personne désintéressée par tout ce qui se passe autour d’elle, je ne tomberais pas dans le piège, Arnaud. »

« Je ne fais pas la personne désintéressée… Je suis juste en train de réfléchir à ce que l’on va faire demain… Je risque de partir une semaine… »

« NOUS risquons de partir une semaine. » rectifia t-elle alors que le jeune homme hochait la tête d’un air positif bien qu’il ne semblait pas s’en soucier réellement.

« Tu pourrais au moins faire semblant de m’écouter ? » dit-elle à nouveau alors que le jeune homme terminait d’écrire, posant son stylo. Il se leva avec lenteur, se mettant en face d’elle pour toujours juger la différence de taille.

« Je fais semblant de t’écouter. Que disais-tu ? Arrête avant de me frapper. » répondit-il alors qu’elle s’apprêtait à lui donner un petit coup de poing sur le sommet du crâne. Il reprit d’une voix calme : « Elizabeth est Elizabeth. Je suis presque fiancé à toi alors que je me vois mal aller avec quelqu’un d’autre après toutes ces années. Même si elle me disait qu’elle m’aimait réellement, il me faudrait lui briser son cœur et je suis sûr que cela te ferait énormément plaisir car tu aimerais la faire souffrir, n’est-ce pas ? »

« … … Je n’ai jamais dit ça et ne me donne pas le mauvais rôle non plus hein ?! »

« Calme-toi, ça ne sert à rien que tu t’emportes. Je ne disais pas cela méchamment. »

Bon ! Il s’étira longuement, passant à côté de Lily comme pour l’ignorer alors qu’il venait s’écrouler sur son lit, couché sur le ventre. Il tourna sa tête sur le côté, fermant les yeux à moitié alors qu’il reprenait d’une voix lente en murmurant :

« Je suis vraiment exténué et il n’est même pas l’heure de se coucher… Ah… Quel idiot… Ca m’a épuisé toutes ces choses… Ah… Et je me demande ce que Pete va faire… »

« Il te l’a dit pourtant. Tu n’écoutes jamais hein ? »

Ce n’était pas du tout ça hein ? Pfff… Il sentit que la jeune femme s’écroulait à côté de lui avant de venir l’enlacer tendrement. Pfff… Si elle parlait d’Elizabeth et lui aussi, cela allait toujours se finir en drame. Ah… Pourquoi est-ce qu’il y repensait maintenant hein ? Pourquoi maintenant et pas auparavant ? C’était vraiment trop… compliqué.

Le lendemain matin, ce fut par un petit baiser sonore qu’il fut réveillé, la jeune femme semblant s’être montrée encore plus câline que d’habitude. Bizarre… Bizarre… Ou alors, elle voulait un peu se faire pardonner pour hier ? Ca l’étonnerait mais bon… Enfin, il ne fallait pas s’en soucier plus que cela pour l’heure actuelle.

« Tu peux tenter de te dépêcher, Lily ? On doit être prêt d’ici une heure au grand maximum… Enfin, on doit être sur le terrain là-bas. Tu comptes environ une demi-heure pour s’y rendre, ça nous laisse une autre demi-heure pour nous préparer et manger un petit truc. »

« D’accord, d’accord. Donc tu préfères que je me déshabiller ici pou éviter de perdre du temps ? » demanda t-elle sur un ton neutre.

« Oui, ça serait bien mi… EUH NON ! » s’écria t-il soudainement bien que c’était déjà trop tard, la jeune femme se retrouvant en sous-vêtements devant lui. Le rouge monta à ses joues complètement tandis qu’elle émettait un petit rire.

« Idiot… Tu devrais me regarder maintenant… Car un jour, sans fausse pudeur, ça sera à toi de me les retirer, je te signale. »

« Ce jour n’est pas encore arrivé, alors s’il te plaît, habilles-toi vite ! »

Elle éclata de rire alors qu’il gardait les yeux fermés, ne voyant pas que la jeune femme fonçait vers lui avant de sauter dans ses bras. Il poussa un cri de surprise, sentant tout ce qu’il y avait à sentir chez elle. Elle souffla dans le creux de son oreille :

« Quelle drôle de réaction de la part de ce jeune homme… Et si je décidais de… »

« De t’arrêter maintenant ? Hein ? C’est bien ça ? Lily… AH ! »

Il venait lui-même la serrer dans ses bras, s’écroulant sur le lit avec elle au-dessus de lui. Maintenant, c’était au tour de Lily de rougir alors qu’il commençait à lui caresser le dos. He… Hey… Elle pensait que cela n’allait qu’être un diverti… Peut-être pas en fin de compte et elle n’allait pas nier qu’elle apprécierait plus que nécessaire tout ceci.

Ils commencèrent à s’embrasser alors qu’elle lui relevait son haut, prête à lui retirer. Puis quelques instants plus tard, elle s’arrêtant, le rhabillant correctement. Elle se releva, s’habillant comme il l’avait désiré alors qu’il la regardait d’un air étonné.

« Et bien… Je… Qu’est-ce que tu fais Lily maintenant ? » demanda t-il.

« Oh ? Moi ? Rien du tout… Rien de rien… Il faut que l’on se prépare, Arnaud. »

« Mais attends un peu… D’abord, tu te mets en sous-vêtements puis ensuite… »

« Oh ? Ca… Et bien… Juste pour voir ta réaction… Et visiblement, elle est très plaisante… Ce qui veut dire que pour le moment, rien du tout… Mais d’ici ce soir… »

Ah ! Elle allait le payer ! Elle venait tout simplement de jouer avec lui ! Lorsqu’il comprit cela, elle rigola, le laissant seul tandis qu’il fulminait contre elle. Grrr ! Elle lui payera !

Trente minutes plus tard, ils étaient sur le champ de bataille, enfin, en train de marcher à travers les tentes tandis qu’un futur combat allait se préparer. On ne transformait pas une débutante en machine de guerre… mais… il avait confiance en Lily sur ce point.

« Bon… Les gars… et les filles bien entendu… On va essayer d’avancer plus loin grâce à l’aide de nos nouveaux alliés. Enfin, nouveaux, vous savez très bien de qui je veux parler. »

Ah… Le général Milobellus avait prit la parole et visiblement, il semblait plutôt content de cette nouvelle. Une alliance avec les rebelles… Ces derniers allaient revêtir des armures rouges, bien différentes de celles des ennemis… Ainsi, la différence serait bien plus facile à voir et il n’y avait que peu voir aucune chance qu’ils se trompent à ce sujet.

« Donc bon… Préparez-vous car d’ici la journée, un envoyé des rebelles viendra nous chercher et nous signaler que tout est bon. »

D’accord ! D’accord ! Ils allaient tous se préparer, c’était bon ! Ils avaient parfaitement compris ! Il se répétait ou quoi ? Pfffiouuu ! Enfin bon… Ils ne pouvaient rien dire d’autre. Phoebe, Arnaud et Lily allèrent ensembles dans un coin, Phoebe comme Arnaud servant de maîtres d’armes à la jeune femme aux cheveux roses.

« Si seulement vous aviez évité de terminer votre entraînement hier… par cela… Elle aurait été presque prête en une journée… hein ? N’est-ce pas Arnaud ? »

« Tais-toi un peu, Phoebe. Ce n’est pas uniquement de ma faute ! Elle ne fait que me provoquer ! Encore aujourd’… Mais non, ça ne te concerne pas. »

« Ohhhh ! Qu’est-ce que tu as fait, Lily ? Il est encore plus rouge que d’habitude. »

« Oh rien du tout ! Rien du tout ! Mais ce que je vais lui faire ce soir… »

« … … … MAIS TAIS-TOI ! PUREE ! C’est personnel ! »

Elle éclata de rire alors que Phoebe s’approchait d’elle, lui demandant de lui souffler ce qu’ils allaient faire dans la soirée. La jeune femme aux cheveux roses lui murmura quelque chose dans le creux de l’oreille, Phoebe rougissant avant de dire d’une voix faussement outrée bien qu’elle ne paraissait nullement gênée :

« Princesse Lily ! Ce vocabulaire n’est pas de votre lignée ! »

« Blablabla, Phoebe. C’est toi qui m’a demandée, je tiens à te le rappeler. » dit Phoebe avant de regarder Arnaud, lui faisant un grand sourire : « Bon et bien, j’espère que tu t’es bien préparé pour ce soir, Arnaud, hein ? »

« De… … LILY ! Pourquoi est-ce que tu as parlé de ce qui s’est passé ce matin ?! »

« Moi ? Je n’ai pas parlé de ce matin mais de ce qui va se passer ce soir. » dit la jeune femme en venant se coller contre lui, leurs armures l’une contre l’autre. Pfff ! Maintenant, il était complètement rouge à cause d’elle ! Quelle idiote ! Ca ne se disait pas en public ce genre de choses ! Pas du tout même… Ah… Ah… Non mais vraiment… Quand même… Sincèrement…

Pfff… Maintenant, il n’avait plus que cette idée en tête… D’après les paroles de Phoebe et ce que Lily n’arrêtait pas de faire… Il avait l’impression que ce soir… Elle et lui… Ils allaient… AH ! Il repoussa légèrement la jeune femme aux cheveux roses avant de dire :

« Lily ! Je pense que pour ce soir, il vaut mieux que tu ailles dormir dans ta chambre. Je crois qu’Icare risque de venir dans la soirée… Je ne sais pas, une prémonition. »

« J’ai déjà demandé à Icare de ne pas venir nous déranger ce soir, mon cher. Je lui ai dit que s’il a besoin d’aller dans le lit de quelqu’un, il pourra aller dans celui de mes parents. Ils sont si heureux avec lui qu’ils le considèrent comme leur propre fils. »

« … … … … … D’accord. » murmura t-il avec lenteur.

« Tu n’y couperas pas, Arnaud… Ou alors, tu préfères éviter… que ça soit avec moi ? »

Elle fit une petite moue triste, ses yeux roses semblant briller alors qu’il arrêtait tout de suite ses paroles, la gardant contre lui avant de bafouiller :

« Non ! Non ! Je serais très heureux, Lily ! Vraiment très heureux ! »

« … … C’est vrai ? Tu veux bien qu’on soit seul ce soir ? » murmura t-elle avec tristesse, roulant un doigt sur l’armure du jeune homme.

« … … … Oui, je veux bien. De toute façon, ça deviendra une habitude alors bon… »

« Merci beaucoup, Arnaud… Je t’aime. » souffla t-elle une dernière fois alors qu’il soupirait, ayant l’impression de s’être fait manipulé depuis le début comme un bleu.

Il ne remarqua pas le sourire de la jeune femme aux cheveux rose, Phoebe lui octroyant le même. Oui… Elle avait été victorieuse sur ce coup… Et Arnaud s’était fait avoir comme un débutant… Mais c’était pour ça qu’elle l’aimait.

« … … …. Je me suis fait avoir, n’est-ce pas ? »

« Exactement, Arnaud… Mais merci… Enfin, je ne devrais même pas avoir à te remercier pour ça… n’est-ce pas ? » dit-elle en réponse à ses paroles.

« Non, je ne pense pas… C’est juste que… J’aurais aimé attendre un peu… C’est trop rapide à mes yeux… Mais après, tu as attendu assez longtemps d’un autre côté. »

« C’est toi qui m’a fait patienter autant de temps, Arnaud, je tiens à te le rappeler. »

« Exactement… Alors, même si ce n’est pas un devoir ou une obligation… Je veux bien… Juste… Essaye d’être douce hein ? »

« C’est à moi de dire ça, Arnaud ! » s’écria t-il en rigolant alors que Phoebe souriait, se disant qu’elle avait été ignorée depuis déjà quelques minutes. Ah… C’était pas si mal que ça des fois la vie de couple… quand elle regardait Arnaud et Lily.

« … … … Cette personne en met du temps. »

« Cela fait déjà une heure qu’elle aurait dût arriver… Je vous conseille de rester sur vos gardes au cas où. On ne sait pas vraiment ce qui peut nous attendre là. »

Oui… Plus il y avait du retard, plus il fallait se poser des questions. Le jeune homme avec les deux jeunes femmes étaient dans un coin tandis qu’ils attendaient tous l’apparition de la personne qui allait les guider.

« … … … … … Hey. C’est quoi cette ombre dans le ciel ? »

Hum ? Il releva son regard en même temps que les autres alors qu’ils apercevaient une créature dans le ciel… Enfin une créature… C’était un Altaria d’après les ailes… Un Altaria avec une imposante armure rouge qui recouvrait la totalité de son corps. L’Altaria vint atterrir sur le sol, provoquant un léger tremblement de terre alors qu’une voix féminine sortait de l’armure, prenant la parole :

« Vous êtes bien les Barpaux et Milobellus que le chef Pete m’a demandé de guider ? »

« C’est exact… Et qui êtes-vous mademoiselle ? » demanda le général des Milobellus.

« Vous n’avez pas besoin de le savoir. Vous n’avez même pas besoin de m’adresser la parole, cela vaut mieux pour votre armée. » répondit-elle aussitôt.

« Qu’est-ce qui vous prend de vous adresser à eux de cette façon ? » s’écria aussitôt le jeune homme aux cheveux bleus en s’avançant, plusieurs têtes se tournant vers lui. Il reprit tout de suite d’une voix légèrement énervée : « Il n’y a pas besoin de se faire d’illusions. Vous nous détestez alors pourquoi est-ce que Pete vous a envoyée ? Si vous ne voulez pas nous adresser la parole, tant mieux, alors vous feriez mieux de vous taire et de vous exécuter ! »

« Tiens… Voilà donc le traître Altaria… » murmura d’une voix lente la femme dans l’armure rouge alors que le jeune homme se sentait rougir de honte. « Je n’ai pas à recevoir de conseils de la part d’une telle personne, tu ferais mieux de t’abstenir de m’adresser la parole. »

« Non mais pour qui elle se prend ?! » reprit le jeune homme avant que Lily ne l’agrippe dans son armure, disant d’une voix un peu hasardeuse : « Arnaud ! Calme-toi ! Tu n’as pas à écouter cette personne ! Tu sais très bien que tu n’es pas apprécié par tout le monde. Ce n’est pas la première fois, tu dois t’en douter alors calme-toi… »

« Oui mais je m’attendais à ce que Pete choisisse un peu mieux ses compagnons. Visiblement, il y a toujours des erreurs dans ses choix. On ne peut pas lui en vouloir quand on voit ce qui se trouve en face de nous. » murmura le jeune homme avant de soupirer, semblant s’être aussitôt calmé grâce à Lily.

La femme en armure rouge s’approcha du couple ainsi que de Phoebe, les jugeant du regard. Puis soudainement, sans même prévenir, la femme vint cogner Lily, la princesse s’écroulant sous le puissant coup donné. Tout de suite, l’Altaria en armure rouge vint s’envoler alors que les Milobellus semblaient fous de rage par le geste commis.

« COMMENT OSEZ-VOUS FAIRE CA A LA PRINCESSE ?! »


Elle n’avait rien à craindre du geste qu’elle venait de commettre. Sauf peut-être de la seule personne capable de voler parmi les Barpau et Milobellus ? Le jeune homme aux cheveux bleus avait pris son trident dans ses mains, le pointant vers la femme en armure rouge.

« Il y a des choses que je ne cautionne pas du tout… Et ce genre d’actes, que tu sois une alliée, ça ne changera rien du tout ! Excuse-toi et fais-toi pardonner pour ce que tu viens de faire ! »

« Je ne vois pas de raisons de m’excuser, que cela plaise ou non. »

« … … … Alors Pete devra me pardonner d’avoir tué son émissaire ! »

Attaquer Lily était la dernière chose à faire ! Surtout de la part d’une soi-disante alliée ! Tout de suite, il fonça vers la femme en armure rouge, s’apprêtant à planter son arme en elle. Pourtant, dès qu’il fut à portée, ce fut la lame d’une épée qui tenta de se planter dans sa tête, la lame passant à côté de son casque.

« Tsss ! C’est tout ce que le prétendu prince a dans le ventre ?! »

« Je ne suis plus prince des Tyltons et des Altarias ! Je suis dorénavant et uniquement le fiancé de la princesse Lily ! Mon ancien titre n’existe plus ! »

« L’ancien prince n’existe plus ?! C’est ce que je pensais avoir remarquée ! »

Elle se battait bien la bougresse ! Il fallait se l’avouer ! C’était peut-être quelqu’un de très important parmi les rebelles ? Mais ça n’excusait pas son geste ! Il commença à battre des ailes, créant des courants d’airs très puissants alors qu’elle ne semblait avoir aucun souci à les contenir… Oui… Elle restait parfaitement immobile, comme si de rien n’était.

« … … … C’est tout ce que tu as ? Et tu veux te prétendre un Altaria ? »

« Je ne me prétends plus être de cette race que je haïs ! J’aurais préféré ne pas naître comme un Altaria si c’était pour voir mon peuple se déchirer ainsi ! »

« … … … Tu renies en plus tes origines ! TU ES PATHETIQUE ! » hurla la femme avant de venir loger son épée dans le ventre d’Arnaud, celui-ci se mettant à cracher du sang.

« ARNAUD ! » s’écria la princesse alors que du sang tombait entre les Barpau et Milobellus, les soldats ne pouvant intervenir à cause de la trop grande hauteur.

« Tsss ! Je ne renierai jamais ce que je suis ! Simplement, j’aurai aimé ne pas avoir à subir tout ça pendant des années ! J’ai perdu mes parents, j’ai perdu mes amis, j’ai tout perdu car j’étais un Tylton et parce que j’étais le prince ! »

« Tu aimerais que je te plaigne ? Tu n’es pas le seul à souffrir alors arrête de penser qu’à ta petite personne, prince Arnaud ! »

Tsss ! Cette femme lui prenait vraiment la tête ! Et avec son ventre blessé, le combat allait être bien plus difficile… Mais… Mais… Hors de question qu’une telle personne reste auprès de Pete ! Ca serait beaucoup trop dangereux pour le jeune homme aux cheveux violets !

« Je n’ai jamais demandé à ce que l’on me plaigne ! N’inventez pas ce genre de choses ! »

« … … … Tsss … … … Nous pouvons nous comprendre… »

Hein ? Le ton était beaucoup moins dur et sec qu’auparavant. Qu’est-ce que ça voulait dire ? Il ne comprenait pas du tout ce qui se passait mais avec sa blessure au ventre… Ah… Il était hors de question de laisser cette personne prendre le dessus !

Armé de son trident, il n’hésitait plus. Ce n’était pas une alliée, ce n’était pas une simple rebelle, c’était une ennemie ! Une ennemie qui risquerait d’attenter à la vie de Pete et des autres ! Et surtout… Surtout elle avait baffé Lily !

Il ouvrit la bouche, crachant plusieurs souffles de flammes violettes alors que la femme dans son armure rouge semblait les esquiver avec une légère difficulté. Des flammes draconiennes ? Tss… Il était devenu tout à fait sérieux, n’est-ce pas ? Alors elle aussi !

La lame de son épée percuta le trident d’Arnaud, le jeune homme n’étant qu’à quelques centimètres de la femme en armure rouge. Des yeux dorés… Il apercevait des yeux dorés à travers le casque de la jeune femme en armure rouge.

« Ne pas rester sur ses gardes causera ta perte, prince Arnaud ! »

« Tu peux toujours parler, Altaria ! De nous deux, le plus grand traître est toi ! »

« … … … Moi ? Une traîtresse ? Moi ?! MOI ?! MOI ?! C’EST A MOI QUE TU OSES ME DIRE CA ?! C’EST A MOI ?! »

Elle venait de perdre toute contenance, le ciel s’assombrissant alors que des nuages apparaissaient… Qu’est… Qu’est-ce… Qu’est-ce… Qu’est-ce… Hahaha… C’était quoi cette blague ?! Il entendait des murmures et aussi des éclairs.

« La plus puissante attaque des Altarias… Je vais te la montrer … Je vais te montrer ce qu’il en coûte de vouloir me traiter ainsi ! Surtout venant de toi ! »

La voix était irritée et enrouée, il entendait presque des sanglots sous l’armure rouge. Mais… Mais… Il n’était pas le méchant dans cette histoire ! Qu’est-ce qu’il avait fait ?! Une forte lumière se présentait dans le ciel alors qu’elle pointait le doigt en direction du jeune homme. Elle bafouilla d’une voix légèrement troublée :

« Et si je brisais tout ce que tu aimes ? Qu’est-ce que tu en dis ? Si j’enterrais vivante Lily, qu’est-ce que tu en penserais hein ? »

« … … … Je t’en empêcherai avant ! Quitte à mourir pour elle ! »

« … Et mourir pour moi ? C’est impossible, n’est-ce pas ? »

Hein ? Il ne comprit pas ce qu’elle voulait dire alors qu’il apercevait le début d’une… gigantesque météorite qui se profilait dans le ciel ?! Ce n’était pas un petit rocher de deux mètres ça ! Il était vraiment immense ! Il ne connaissait pas ce genre de techniques !

« ELIZABETH ! Arrête-toi maintenant ! »

La voix de Pete… Il baissa le regard, apercevant le jeune homme aux cheveux violets alors qu’il reposait son regard sur la femme en armure rouge. Les nuages disparaissaient ainsi que le météore… mais… mais… Mais…

« Elizabeth ? … … … C’est toi ? Elizabeth ? »

« Disparais de ma vue ! » hurla t-elle avant de se retourner, s’envolant à l’opposée tandis qu’il la poursuivait, malgré sa blessure. Les deux personnes disparurent dans le ciel, Pete se présentant à Lily ainsi qu’aux autres personnes.

« Pete ! Tu veux bien nous raconter ce qui se passe ici s’il te plaît ?! » hurla la princesse.

« Ah… Oui… Bien entendu… Je pensais faire une petite surprise à Arnaud qui voulait des nouvelles d’Elizabeth… Mais je ne pensais pas qu’elle allait réagir ainsi. »

« T’as vraiment fait le con sur ce coup, Pete ! Je ne pensais pas ça de toi ! » reprit-elle sur un ton légèrement énervé alors qu’il poussait un petit soupir.

« Pardon… Pardon et encore pardon… Et maintenant, je ne sais pas ce qu’Elizabeth va faire… Et le prince aussi. Je suis revenu car j’avais l’impression que quelque chose clochait avec Elizabeth… Mais pas à ce point ! Pfff… Mais quel idiot ! » se dit-il en se donnant une claque sur le front, ne pouvant s’en vouloir qu’à lui-même.

… … … Elle volait drôlement vite ! Mais malgré ses blessures, il était encore plus rapide ! Il la vit descendre en piqué, la femme en armure rouge lui hurlant d’arrêter de la suivre. Pourtant, lorsqu’elle vint atterrir non loin de quelques arbres, elle se tourna vers lui, pointant son épée avant de la jeter au sol.

« Va t’en ! Disparais de ma vue ! Et ne te remontre plus ! »

« Elizabeth ? C’est… C’est… Elizabeth ? C’est toi ? Vraiment toi ? Je suis si… »

« NE T’APPROCHE PAS DE MOI, SALE TRAÎTRE ! »

Il jetait son trident aussi, ayant reculé un peu sous les cris mais il revenait faire quelques pas en direction d’Elizabeth. Alors derrière ce casque… Il y avait bien Elizabeth ? Il devait la voir… Ah non ! Pas la voir ! Il se jeta sur elle, la serrant dans ses bras malgré leurs armures alors qu’elle cherchait à la repousser de toutes ses forces.
Ce n’était même pas pour … Non… Ce n’était pas de la colère mais de la peur… Elle avait peur de lui ? Il restait sur elle, gémissant et criant de douleur alors qu’elle le frappait dans le ventre au niveau de sa blessure… Il fallut plusieurs minutes avant qu’elle ne se calme, entendant quelques sanglots de sa part avant qu’elle ne murmure :

« Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi est-ce qu’il a fait ça ? Il… Il sait très bien… que je ne laisse… plus aucun homme… Snif… Mais je ne peux pas… refuser… le prince… Snif… Je suis devenue plus forte exprès… Car je voulais combattre tout ça. »

« Elizabeth… C’est bien toi ? C’est vraiment… »

« Tu vas le répéter combien de fois ?! Oui, c’est bien moi ! » hurla t-elle alors que le jeune homme arrêtait d’être sur elle, la laissant se relever.

La femme en armure rouge retira son casque, laissant paraître ses deux yeux dorés… mais aussi son visage. … … … Elle avait totalement changé pendant toutes ces années. Ses cheveux blonds lui allaient jusqu’au milieu du cou mais elle gardait sa frange. Mais son visage avait les marques de la guerre. Il n’était plus aussi doux et chaleureux qu’auparavant.

« Qu’est-ce qui s’est passé, Elizabeth ? Qu’est-ce… Qu’est-ce que tu fais ? »

Après, le casque, c’était au tour de l’armure qui recouvrait le haut de son corps. Il pouvait voir qu’elle avait plutôt bien grandit de ce côté-là sous le haut de tissu qu’elle portait. Bien… Bien… Qu’est-ce qu’elle faisait ?! Il détourna le regard, rougissant alors que le haut de toile tombait au sol. Il entendit sa voix lente :

« Tu peux te retourner… C’est bon, Arnaud. »

« Pas tant que tu ne porteras rien sur toi. »

« Tais-toi et retourne-toi au lieu, s’il te plaît… » murmura t-elle sur le même ton.


D’ac… D’accord… Il se retourna, poussant un petit cri alors qu’elle lui montrait son dos. C’ét… C’était affreux ! Tout de suite, il vint près d’elle, regardant d’un air stupéfait les nombreuses cicatrices dans son dos.

« Elizabeth ?! Comment est-ce que tu t’es fait ça ?! »

« Ce n’est pas tout… prince Arnaud… ou Arnaud. »

Elle se mit correctement en face de lui, cachant ses seins en croisant ses bras. Même si ils étaient volumineux, ce n’était pas ça qui l’intéressait le plus… Mais les deux cicatrices qui traçaient une croix sur le creux de ses seins, c’était autre chose.

« … … Depuis quand est-ce que c’est là ? Depuis quand ? »

« Depuis des années maintenant … Quand tes parents ont été tués… Nous n’avions pas eut le choix… Puisque nous étions des personnes proches de la famille royale et que tu étais encore en vie, ils ont essayé de nous torturer… »

« Ils ? Tu parles du général ? Je vais lui faire regretter définitivement ça ! Mais attends, tu dis nous… Ca veut dire que Fanny… euh le professeur Sanga aussi ? »

« Ma grande sœur est morte pour me sauver … »

« J’ai cru très mal entendre, Elizabeth. » murmura t-il comme si il venait de mal comprendre ce que la jeune femme aux cheveux blonds venait de dire. Pourtant, elle baissait la tête, ayant arrêtée de pleurer depuis déjà plusieurs minutes.

« Un moment, les gardes ont voulut aller plus loin que la simple torture… Ma grande sœur était plutôt belle… mais toujours du côté du roi et de la reine. Nous sommes redevables à jamais à tes parents… car sans eux, nous n’aurions jamais put vivre comme cela… Mais ma grande sœur… Ils ont essayé de … de… de… la vio… »

« Ne le dit pas, je comprends parfaitement. Mais pourquoi ? Et comment ? »

« Ma grande sœur … Elle méritait son titre de professeur car… Le roi et la reine savaient pour ses capacités. Pourtant, elle a toujours été contre la guerre, elle a toujours montré que malgré la puissance, il ne fallait pas l’utiliser à outrance. Quand ils ont essayé… de s’en prendre à nous… d’un autre côté que la torture… Même moi… Elle a perdu la raison et a décidé d’utiliser cette attaque… La prison a complètement perdu un pan de son bâtiment… »

« Cette attaque ? Est-ce que c’est celle que… »

Elle hocha la tête d’un air positif alors qu’il lui tendait le haut qu’elle portait. Il ferma les yeux, la jeune femme se rhabillant en gémissant un peu. Elle reprit la parole après quelques secondes, ses yeux dorés fixés sur Arnaud :

« Je t’en veux… C’est de ta faute si maintenant, j’ai peur que les hommes me touchent… C’est de ta faute… si ma grande sœur est morte… C’est de ta faute si je suis devenue comme ça… Tout est de ta faute ! Pourquoi Arnaud ?! Pourquoi est-ce que tu n’es pas venue nous chercher quand tu t’es enfui de ton palais ?! Pourquoi est-ce que tu n’es pas venue me chercher parmi les rebelles il y a six ans ?! Pourquoi est-ce que tu m’as laissée devenir comme ça hein ?! Pourquoi ?! Pour… quoi… est-ce je t’aime encore alors que tu me fais souffrir ? Pourquoi il a suffit… que tu… reviennes… devant moi… pour que mon cœur rebatte à nouveau intensément ? Pourquoi est-ce que tu es si heureux avec elle alors que je suis si malheureuse sans toi ? Pourquoi ? »

… … … Il ne savait pas du tout quoi répondre là. Le regard de la jeune femme s’était mis à briller tandis qu’il continuait de la fixer. Lui aussi… avait son cœur qui battait terriblement vite. Il avait réussi à retrouver Elizabeth… et elle était devenue une femme vraiment très belle… mais qui souffrait… Et pendant toutes ces années, il n’avait pas put la voir alors que de l’autre côté, il ne pouvait nier que les instants avec Lily avaient été joyeux et tendres… Ces moments où ils élevaient ensembles son petit frère.

« Elizabeth ? C’est pour ça que tu as essayé de me tuer ? »

« Non… J’étais tout simplement jalouse… Car vous aviez l’air si heureux… C’est pathétique… de penser comme ça… »

« Un petit peu alors… Mais quand même… Ouille… J’y pensais plus mais… »

Il posa une main sur son ventre, se disant qu’il était quand même blessé à cet endroit. Il avait complètement oublié sa blessure mais maintenant, elle revenait et même si elle faisait une mine effarée, il lui répondait par un sourire. Elle l’aida à se lever, lui annonçant qu’elle allait l’emmener dans un endroit où il pourrait se faire soigner. Il lui murmura qu’il préférait se rendre chez les MIilobellus et les Barpau, ces personnes étant capables de le soigner plus que bien et avec une certaine facilité. Elle acquiesça, s’envolant tout en le portant.

Chapitre 23 : Le chef de la résistance

Chapitre 23 : Le chef de la résistance

« … … … Allez, je dois partir sur le terrain. »

« Fais attention à toi, Arnaud. » murmura d’une voix douce la jeune femme.

« Fais toi pas de bobo, grand frère ! » vint dire le jeune garçon aux cheveux rouges alors qu’Arnaud passait une main dans ses cheveux avec affection.

« Ne t’en fait pas, il ne m’arrivera rien de mal. Je te le promets comme je te le promets à Lily car sinon, je crois qu’elle risquerait de me faire encore plus mal que les soldats ennemis. »

Elle lui fit un petit sourire évocateur alors qu’il haussait les épaules. Il valait mieux qu’ils se taisent. Elle risquait vraiment de lui faire mal à force. Ou non ! Il demanda à son petit frère de partir se préparer pour l’école alors qu’ils se retrouvaient seuls. Dès qu’il quitta la pièce, elle s’approcha d’Arnaud, le regardant dans les yeux tout en murmurant :

« Alors… Il semblerait que je risque de te faire mal, n’est-ce pas ? »

« C’est exact… Je ne sais pas quelle diablerie tu utiliseras pour cela mais je suis sûr et certain que cela me fera très très mal, n’est-ce pas ? »

Tss tss tss ! Elle rigola légèrement avant de poser un doigt sur son nez, s’abaissant légèrement pour que leurs visages soient à la même hauteur. Elle l’embrassa délicatement et rapidement sur le bout des lèvres avant de reprendre sur le même ton qu’auparavant :

« Je crois que je vais participer moi aussi à la guerre… Cela vaut mieux. Avec ma puissance, je pense que je peux aider fortement à tout ceci. »

« Hein ? Mais je refuse ! Tu n’as pas à te mettre en danger pour ça ! Il en est hors de question, Lily ! Et la discussion est close avant même d’avoir commencée ! »

« Hahaha ! Tu peux dire tout ce que tu veux, ça ne changera rien. Au revoir, mon amour. Nous nous reverrons sur le champ de bataille. »

Elle l’embrassa une nouvelle fois avant de partir, le laissant seul, déboussolé par ce qui venait de se passer. Lily sur le terrain ? HORS DE QUESTION ! Il devait l’arrêter mais la jeune femme s’était déjà déplacée dans le palais en nageant au lieu de marcher ! AH !

« Mais qu’est-ce qui lui prend de se comporter comme ça ? Pfff ! Elle va se mettre en danger et je vais me faire enguirlander par le roi et la reine. »

Pourquoi elle faisait cela ? Ah… Il ne le saurait surement pas avant que ça n’arrive. De toute façon, entre ce qu’elle dit et ce qu’elle fait, c’est bien différent. Il n’avait rien à craindre… n’est-ce pas hein ? Il n’avait rien à craindre… Il n’en était pas du tout convaincu en fin de compte en y réfléchissant bien. Pas du tout même…
Enfin bon… Les minutes s’écoulaient et il ne la revit pas, retournant à la surface. Aujourd’hui, il était temps de se battre ! OUI ! Lorsqu’il vint atterrir sur la plage, il décolla aussitôt pour s’éloigner. Depuis déjà plusieurs années, les combats ne se trouvaient plus ici mais en pleine prairie… Un léger problème pour les Milobellus mais heureusement, ils étaient capables de créer de l’eau.

« AH ! Arnaud ! Te voilà enfin ! Tu es déjà revenu de tes vacances ? Enfin, de tes moments de repos ? Et dire que Phoebe est comme toi… Elle ne sait pas se reposer. »

« Nous sommes trop habitués à nous battre pour cela malheureusement. »

« Héhéhé… Je vois, je vois… Enfin bon… Nous t’attendions avec impatience. » vint dire l’un des commandants alors qu’il avait rejoint une partie de l’armée sur la plaine. Encore une fois, des tentes avaient été installées mais cette fois-ci, les armures, les armes, tout l’équipement semblait grandement ouvragé… Oui… Il faisait partie maintenant de la principale armée du royaume… Celle des Milobellus.

« Ah ! Arnaud, Arnaud, Arnaud… Tu es donc là… »

Il se retourna pour voir le visage souriant de Phoebe alors que la jeune femme à la frange verte s’avançait vers lui pour l’embrasser sur les deux joues. Elle reprit aussitôt, amusée :

« J’ai cru entendre de part les citoyens et les soldats du palais qu’un certain jeune homme avait finalement accepté les sentiments d’une princesse. Est-ce un mensonge ? »

« … … … … Je ne suis pas obligé de répondre, hein ? »

« Cela vaudrait mieux pour toi que tu me répondes. » répliqua t-elle, toujours aussi amusée par la situation alors qu’elle le voyait rougir comme l’enfant qu’il avait été.

« Oui… On est bien ensembles… Enfin… Elle est quand même devenue très belle… Mais j’ai accepté ses sentiments… Elle semblait un peu énervée ou je ne sais quoi quand elle est devenue une Milobellus et donc enfin… Voilà quoi, Phoebe. Tu ne l’as pas encore vue, n’est-ce pas ? Elle est vraiment magnifique. »

« Je le sais très bien… puisqu’elle est tout simplement ici. LILY ! Tu peux venir ! »

« Hein ?! » s’écria t-il avec surprise alors qu’il voyait une jeune femme fortement armurée qui avançait vers lui. Malgré que son visage fût caché par un imposant casque doré, on voyait ses longs cheveux roses qui sortaient… Et l’armure aussi était dorée ? Wow… Wow… Et la lance qu’elle avait dans la main… C’était une lance d’un côté… mais un trident de l’autre ? Et elle aussi était parcourue de runes ?!

« Qu’est-ce que tu fais ici, Lily ?! Et pourquoi est-ce que tu es autant… »

« Car je vais participer à la future bataille, je te l’avais pourtant dit ! »

« Je croyais que tu blaguais… Ah… Je devrais… te prendre plus au sérieux… Mais tu ne sais même pas te battre ! Tu vas risquer ta vie ! »

« Alors tu n’as qu’à apprendre à me battre, voilà tout. » répliqua t-elle d’un ton légèrement sec alors qu’il soupirait. Oui… Il allait faire ça… Pfff… Il prit sa main, demandant à Phoebe de prévenir les soldats qu’il allait faire un entraînement particulier avec Lily.

« Alors… Tu vas me montrer ce que tu sais faire tout simplement. Essayes de me blesser et surtout d’avoir l’idée de vouloir me tuer. Une main faible ne pourra jamais combattre les Tyltons et les Altarias. »

« J’ARRIVE ! » hurla t-elle avec entrain alors qu’elle pointait son arme dorée en avant.

« Trop zélée. » murmura t-il d’une voix lente avant de faire un pas de côté, faisant un croche-pied à la jeune femme qui s’écroula au sol. Avant même qu’elle ne puisse se relever, l’arme d’Arnaud était pointée sur son cou, prête à se planter dedans.

« Tu devrais vraiment faire attention, Lily… Moi, je ne suis pas réellement ton ennemi… Mais une telle chose et si l’adversaire est un tant soit peu intelligent, tu es morte… »

« D’a… D’accord… Je… Je… Est-ce que tu peux retirer ça ? »

Elle lui posait la question d’une voix un peu tremblante alors que le jeune homme arrêtait de la pointer de son arme. Elle se releva avec lenteur, ayant observé les yeux dorés du jeune homme pendant qu’il lui avait parlé. Plutôt froids… et insensibles…

« Tu veux reprendre ? Ou tu préfères rentrer au palais et m’attendre tranquillement ? »

« … … … Maintenant, tu te moques de moi ! Je suis sûre ! Tu vas voir ! »

Elle dirigeait sa main vers lui, se concentrant avant de lui envoyer une violente projection d’eau qui le fit virevolter en arrière. Le jeune homme se retrouva allongé sur le sol, Lily assise sur lui alors qu’elle le regardait à travers son casque doré.

« Ne redit plus jamais ça, d’accord ?! J’ai décidé de combattre avec toi et c’est ce que je ferais ! Si je ne sais pas me battre avec des armes, j’utiliserais alors mes pouvoirs ! »

« D’accord, d’accord ! C’est bon mais calme-toi Lily ! Ce n’est qu’un entraînement ! »

« Ce n’est pas qu’un simple entraînement… Je sais très bien que je risque de mourir… à chaque instant… Mais je ne veux pas rester assise les bras croisés en t’attendant. »

« … … C’est une intention louable, Lily… Vraiment… Mais moi aussi, je ne veux pas que tu te blesses alors qu’il est possible justement de ne pas te blesser. »

… … Elle ne lui répondit plus rien tandis qu’elle restait assise sur lui, pensive. Il poussa un petit gémissement de douleur, la jeune femme lui demandant ce qui se passait.

« Lily… Tu sais… Avec cette armure, tu es quand même très lourde. »

« AH ! Pardon, pardon, pardon ! » s’écria t-elle tout en se levant, le jeune homme rigolant légèrement tandis qu’il faisait de même de son côté. Il reprit son trident dans ses mains, se remettant en position de combat tout en murmurant :

« Si on recommençait maintenant ? Déjà, avant que tu n’attaques, on va t’apprendre les rudiments pour te défendre avec ton arme. Ca sera une première étape. »

D’accord. Elle hochait la tête d’un air positif, prête à l’écouter dès qu’elle le pouvait. Elle avait soif d’apprendre avec le jeune homme et elle savait parfaitement que ce qu’il faisait était bon. Déjà, les coups étaient plus précis mais loin d’être puissants. Son but ? Elle devait essayer de les parer bien que cela était très facile vue la vitesse à laquelle ils allaient.

« Tu ne te moques pas de moi, hein ? Je sais très bien que… »

« Mais non… Arrête de parler et continue de parer plutôt. »

Elle ne remarquait même pas que les coups étaient un peu plus puissants et surtout plus rapides… Il accélérait vraiment faiblement mais peu à peu, les coups étaient bien plus importants qu’auparavant… et elle arrivait à parer le tout.

Après une quinzaine de minutes, ils s’arrêtèrent, la jeune femme retirant son casque et le haut de son armure alors qu’elle était en sueur. Elle remarqua qu’il était en train de rougir, ayant lui-même retiré son casque et le haut de son armure.

« Qu’est-ce qu’il y a, Arnaud ? Tu as l’air complètement rouge… Ce n’est pourtant pas très fatiguant ce que l’on a fait… Enfin, pas au point d’être exténué de la sorte. »

« Non… Non… Ce n’est pas ça… Pas du tout… C’est juste que… Enfin non… Je n’ai pas à le dire car ce n’est pas très correct de ma part. »

« Dis-le-moi ! Sinon je n’aimerais pas te forcer… Alors, tu as intérêt à… »

« C’est juste que ton haut… est un peu plus moulant que d’habitude… à cause de la sueur. »

Hein ? C’était pour ça ? Elle baissa la tête pour s’observer, rougissant à son tour bien qu’elle souriait. C’était donc pour ça… Elle reprit d’une voix lente :

« En fait, tu es quand même très intéressé par les femmes, n’est-ce pas ? »

« Hein ? Pourquoi est-ce que tu dis ça ? Je ne vois pas de quoi tu parles. »

« Il suffit de remarquer où ton regard se pose pour comprendre ce que je veux dire, n’est-ce pas ? » continua t-elle alors qu’elle s’avançait vers lui, ses solerets de métal émettant du bruit à chaque pas envers Arnaud. Le jeune homme n’osait pas véritablement bouger.

« Hum… Nous sommes seuls, nous pouvons nous entraîner… Et puis… Nous pouvons nous reposer, n’est-ce pas ? » dit-elle alors qu’il semblait savoir où elle voulait en venir.

« Oui mais peut-être pas après quinze minutes d’entraînement quand même non ? »

« Oh… On s’en fiche un peu. On va se reposer et ensuite… On verra. De toute façon, là… J’ai juste envie de dormir contre toi sur de l’herbe… Ca nous changera du monde sous-marin ou de la plage… C’est comme si c’était la première fois que… Je visite ailleurs. »

Elle disait cela avec un petit sourire triste, sourire qui l’empêcha de réfléchir correctement. AHHHH ! Mais quel idiot hein ? Il tendit ses bras tout en se couchant sur le sol, l’invitant à venir se loger dans ces derniers. Elle s’exécuta avec tendresse, fermant rapidement ses yeux.

« … … … … … Vous me dites si je vous dérange hein ? »

Hum ? Lily ouvrit ses yeux roses, voyant le visage de Phoebe qui était accroupie avec un grand sourire aux lèvres. Arnaud voulut se relever subitement mais Lily l’en empêcha, ne voulant pas tomber de lui.

« Visiblement, il y en a une que ça ne dérange pas du tout, n’est-ce pas Lily ? »

« Bien entendu, Phoebe. Qu’est-ce que tu veux ? En quoi est-ce que nous pouvons t’aider ? »

« Hum… Je ne sais pas trop… Peut-être que vous n’avez guère de temps à m’accorder ? Vous semblez vraiment occupés, je ne voudrais pas m’immiscer. »

Elle restait accroupie en les regardant longuement, les dévisageant comme si cela était normal pour elle. AH ! Elle allait arrêter ou quoi ?! Ca ne se faisait pas ! Et puis, c’était quand même très gênant en fin de compte. Avec un petit peu d’énervement, Lily se releva, Arnaud faisant de même. Finalement, Phoebe se redressa tout en disant :

« Vous avez du temps à m’accorder maintenant ? Ou alors, c’est bon ? Car je suis venu vous chercher… Enfin, principalement Arnaud puisqu’ils ne sont pas au courant que Lily a rejoint l’armée maintenant. Enfin bref… Vous verrez vous-même de vos propres yeux. »

« Qui est-ce qui m’attends, Phoebe ? Je ne pense pas que ça soit un général de chez nous non ? » répondit-il aussitôt alors qu’elle hochait la tête d’un air négatif.

« Pas du tout ! Pas le moins du monde, Arnaud… C’est tout simplement la résistance. »

« Hein ?! Qu’est-ce qu’ils nous veulent ? C’est bien la première fois qu’ils tentent réellement de se mettre en contact avec nous. »

« Je ne sais pas du tout mais ils ont demandé à te voir. Il paraîtrait qu’il y a même le chef de la résistance donc bon… Tu ferais mieux de venir très rapidement ! »

« Oui, oui ! C’est bon ! C’est bon ! J’ai parfaitement compris ! Et ils pourront même voir la nouvelle princesse Lily ! »

« Et leur signaler que nous sommes ensembles ? » demanda la jeune femme aux cheveux roses avec un petit sourire aux lèvres.

« Bien entendu… Je ne vois pas pourquoi ils ne seraient pas au courant… S’ils posent la question, je leur signalerai, Lily. » répondit-il aussitôt.

Elle aimait bien apprendre ce genre de choses ! Ca lui plaisait bien plus ! Elle prit la man du jeune homme dans la sienne, celui-ci suivant Phoebe qui les emmenèrent au campement des Barpaux et des Milobellus. C’est vrai qu’ils entendaient pas mal de bruit… Il y avait tout un attroupement autour d’une vingtaine de personnes. Hum ?

« Voilà ! Arnaud est bien ici. Vous pouvez lui dire ce que vous vouliez lui annoncer. »

« … … … … … Et la charmante jeune femme à ses côtés doit être la princesse Lily, n’est-ce pas ? » murmura l’une des personnes avant de reprendre : « Je dois me présenter. Je suis le chef de la rébellion envers le royaume des Tyltons et des Altarias. Nous ne sommes pas là pour nous combattre ou pour vous proposer une alliance, simplement un pacte de non-agression bien réel. Auparavant, cela n’était que par des dires… Mais maintenant que nos armées avancent vers le château royal, il nous faut prendre quelques précautions. »

« Nous voyons… Enfin, je ne suis pas général mais seulement commandant dans l’armée des Barpaux et des Milobellus. Je ne suis même pas l’un d’entre eux. »

« Je le sais très bien, prince Arnaud. » vint dire une seconde fois la voix avant que les soldats rebelles ne se poussent enfin pour montrer une personne aux cheveux violets, un petit sourire aux lèvres. Il avait des yeux de même couleur, une queue-de-cheval aux cheveux tandis qu’Arnaud le regardait longuement. Il lui rappelait quelqu’un mais qui ?

« Hum ? Y a-t-il un souci avec ma personne ? »

« Je ne sais pas… J’ai une drôle d’impression depuis le début… »

« J’ai la même que toi, Arnaud. Je ne sais pas mais… AH ! Mais je sais qui c’est ! » hurla soudainement Lily avant de foncer dans les bras du chef des rebelles tout en éclatant de rire. Plusieurs murmures se firent entendre tandis qu’elle reprenait : « Tu ne vois pas qui c’est ?! C’est tout simplement Pete ! C’est vraiment Pete ! »

« Je vois que le prince n’est toujours pas une grande lumière, héhéhé… »

« Hein ? C’est Pete ? Mais qu’est-ce que tu fais ici ?! » hurla le jeune homme à son tour alors que nul ne comprenait exactement ce qui se passait… sauf Phoebe et quelques rares soldats des Barpaux qui s’avançaient vers Pete.

« Mon dieu ! Qu’il a grandit ! Ce n’est plus un petit garçon ! »

« Et puis il est devenu si… imposant… enfin musclé ! Dommage que j’ai dix ans de plus que lui. Mais alors, tu es le chef des rebelles ? »

« Depuis deux années environ, c’est exact. » vint dire le jeune homme aux cheveux violets tout en continuant de sourire, demandant d’une voix calme : « Est-ce que vous pouvez vous pousser ? Que je puisse vous expliquer et vous raconter quelques petites choses. »

« Bien entendu ! Bon ! Vous pouvez tous venir ! »

C’était presque l’euphorie dans ce petit groupe et la joie semblait communicative puisque même les soldats qui ne connaissaient pas Pete semblaient rapidement l’apprécier… Enfin, les rebelles le suivaient comme de parfaits soldats, signe qu’ils l’obéissaient au doigt et à l’œil. Mais ce n’était pas forcément le plus important… Enfin là… Sur le coup, quand il avait vu Lily dans les bras de Pete pour le saluer… Ah ! Maintenant, ils se retrouvaient tous autour d’une table imposante, Lily à côté d’Arnaud, lui-même à côté de Pete, Phoebe se trouvant de l’autre côté du jeune chef des rebelles.

« Alors… Comment ça s’est passé ? Tu dois tout nous raconter, Pete ! »

« Ohla, ohla… Calmons-nous, calmons-nous. Pas besoin de s’exciter pour ça, prince Arnaud. » vint dire le jeune homme à la queue-de-cheval.

« Au moins… Il y a certaines habitudes qui elles, ne changent pas du tout. » répliqua Arnaud en souriant, remarquant que Pete passait une main derrière ses cheveux.

« On n’oublie pas des années… comme ça … aussi. Ce n’est pas aussi simple. »

« Allez, je te taquine mon grand ! Ne t’en fait pas, ça ne me dérange pas du tout ! »

« Bon… Alors… Par quoi est-ce que … Hum ? Ca ne vous gêne pas si je ne commence pas par le début ? Enfin, le tout début ? »

Hein ? Tout de suite, le jeune homme et les jeunes femmes réfléchirent à la raison avant de hocher la tête. Bien entendu ! Il était même hors de question qu’il se rappelle ce très mauvais souvenir pour tout le monde… Oh oui… Personne n’avait envie de se rappeler de ça…

« Merci beaucoup… Donc, il y a environ six ans… Après certains évènements, j’ai décidé d’arrêter de suivre les Barpau pour combattre seul les Tyltons du royaume, mû par la rage qui habitait le fond de mon cœur. Je vous avoue que cela n’a pas été très facile pendant ces quelques jours ou quelques semaines jusqu’à ce qu’une certaine personne accompagnée de plusieurs autres viennent me chercher dans l’un des rares endroits où je me cachais. »

« L’ancien chef des rebelles, c’est cela ? » dit le jeune homme aux cheveux bleus.

« C’est exact… Il voulait m’avoir dans son groupe car il semblait me connaître. Avec bon nombre de réticences, j’ai finalement accepté et pendant des années, j’étais avec les rebelles qui vous aident lors de votre guerre contre ce général. »

« Et dire que je ne t’ai jamais remarqué au combat ! Pfff ! C’est un peu énervant. »

« Disons que ni toi, ni moi, n’avions de chance n’est-ce pas ? Nous ne pouvions pas combattre ensembles puisqu’il fallait éviter les pertes accidentelles. De l’autre côté, je ne voulais pas vous revoir… Ne le prenez pas mal mais c’est simplement qu’avec les évènements… Je préférais ne parler à personne que je connaissais. » répondit Pete avec lenteur.

« Oui mais pas pendant des années quand même, Pete ! Pffff ! » vint dire aussitôt Arnaud avant de rigoler légèrement. La joie l’emportait sur la très légère colère.

« Et vous ? De votre côté ? J’ai l’impression que je ne suis pas le seul à avoir changé… n’est-ce pas ? Tes yeux reflètent ta véritable royauté, prince Arnaud. »

« Hein ? De quoi ? Mes yeux ? Tu veux dire que cela est normal ? » demanda le jeune homme avec un peu de surprise alors que Pete hochait la tête, murmurant : « Il paraîtrait que ce sont les plus grands rois des Altarias qui ont leurs yeux dorés… Vous êtes devenu un Altaria ? »

« Exactement… Et toi donc ? Ca se voit à ton allure mais bon… »

Héhéhé. Bien entendu, lui aussi… On ne devenait pas chef des rebelles en restant un simple Tylton… Comme pour bien se démarquer, les deux jeunes hommes se levèrent ensembles, faisant apparaître leurs magnifiques ailes de coton.

« Oh… Encore plus belles que les miennes. Je m’incline… Mais maintenant, passons aux choses sérieuses si tu le veux bien… »

« Bien entendu… Je t’écoute. » annonça Arnaud d’une voix lente et un peu étonnée.

« Depuis quand cette superbe demoiselle est-elle devenue ainsi ? » dit-il en désignant la jeune femme aux cheveux roses, celle-ci rougissant faiblement devant le compliment.

« AHEM ! Lily n’est malheureusement plus disponible. »

« OH ! Lily ! Il a enfin osé ? Le prince a enfin réussi à se bouger les fesses ?! »

Il paraissait légèrement surpris bien qu’on voyait qu’il exagérait quand même. La jeune femme se releva, s’approchant du prince Arnaud avant de passer ses bras autour du cou.

« Depuis quelques jours à peine… Même pas une semaine… Et ça fait autant de temps que je suis devenue une Milobellus. Visiblement, les critères d’Arnaud ne lui permettaient pas d’aimer quelqu’un qui n’était qu’une simple Barpau. »

« Que… Que… Que… Mais quoi ?! Ne dit pas n’importe quoi, Lily ! Je ne penserais jamais comme ça ! Tu le sais très bien que ce n’est pas à cause de ton physique que je t’a… »

Elle se colla contre le dos du jeune homme, émettant un grand sourire avant de dire à Pete :

« Tu remarqueras que sa timidité est encore très présente. C’est moi qui a dut prendre les devants encore une fois… Je me suis infiltrée dans son lit quand je suis devenue une Milobellus… Et je dois t’avouer qu’il embrasse très bien. »

PFFFFFFFF ! Le jeune homme eut une soudaine bouffée de chaleur alors qu’il rougissait violemment, Lily éclatant de rire ainsi que Phoebe et Pete. Quelques soldats sourirent simplement, n’étant pas aussi proches que ces quatre personnes.

« Ah… Tant mieux alors… Tout est bien qui finit bien pour vous deux. Au moins, il y a quand même de bonnes choses qui nous arrivent à tous. »

« Bonne bonne… Oui… C’est sûr que ça me fait plaisir quand même. » murmura Arnaud sur un ton neutre alors que Lily restait accrochée à lui d’un air ravi.

Maintenant que Pete était là… Il allait peut-être pouvoir le questionner au sujet de quelque chose… Lui était peut-être au courant puisque des années s’étaient écoulées mais il était toujours proche des Tyltons et des Altarias… Oui… Il y avait une légère chance, n’est-ce pas ? Enfin… Qui ne tentait rien n’a rien… Mais il ne devait pas prévenir Lily sinon elle risquait de mal le prendre… bien qu’il n’aimait qu’elle depuis ces dernières années.

Une trentaine de minutes plus tard, les deux jeunes hommes marchaient côte à côte sur la prairie, étant seuls. Arnaud voulut lui parler mais ne savait pas quoi dire… ou comment y aller plus exactement… Il y avait une question qui le taraudait depuis des années… Il n’avait jamais put la poser car il n’en avait jamais eut la possibilité… et maintenant…

« Pete ? Est-ce que… Enfin… Peut-être que tu es au courant… »

« Vas-y, tu peux me questionner. Je vais voir si je peux te répondre tout simplement. »

« … … … Lily me tuerait si je te demandais ça. Je ferais mieux d’éviter d’y penser. »

« Hum… Plus tu parles comme ça, plus tu m’intéresses… Alors, prince Arnaud, poses cette question qui te fait si mal au cœur. »

« C’est au sujet de … d’Elizabeth et de Fanny… Enfin… mademoiselle… »

« Je ne peux pas répondre à cette question, j’en suis vraiment désolé. »

La réponse n’avait pas tardé à venir alors qu’il le regardait avec étonnement… Puis avec un peu de tristesse. Ah… Il en était sûr… Pourquoi Pete serait au courant d’une telle chose ?

« Ca ne fait rien, merci quand même d’avoir bien voulut me répondre. »

« Tu ne l’as pas oubliée, n’est-ce pas ? Enfin… Tu ne les as pas oubliées… »

« C’est plutôt difficile… Puisque je me sens responsable d’elles… Surtout d’Elizabeth… Ah… Je me demande ce qu’elle… est devenue. Il y a quand même une chance qu’elle soit vivante non ? Et Fanny aussi… Enfin, professeur Sanga… »

« Il y a une chance, oui … Mais cela fait des années, il ne faut pas se faire d’espoir au cas où… Enfin, ne pas avoir de trop grands espoirs non plus. »

Oui… Ca ne servait à rien de se leurrer à ce sujet… Ah… Rien du tout même. Il devait quand même espérer un petit peu au fond de son cœur qu’Elizabeth… et Fanny soient vivante, n’est-ce pas ? Que les deux femmes qui étaient aussi importantes que Lily dans sa vie soient… encore vivantes… C’est tout ce qu’il voulait pour l’instant.

« On ferait mieux de rentrer car sinon, Lily risquerait de croire que je vais dire certaines choses dans son dos… Enfin, elle n’est pas comme ça mais tu vois le genre. »

« Je n’arrive toujours pas à y croire… C’est presque comme un rêve. »

« Que quoi ? Que… Que moi et Lily soyons ensembles ? »

« Bien sûr ! Je ne pensais pas que cela pouvait arriver un jour bien que j’y ai souvent pensé… Mais bon… Après toutes ces années… Je suis vraiment content et heureux pour toi… prince Arnaud… Car tu es toujours notre prince à nos yeux. »

« Pourtant, je n’ai rien fait pour mériter ce statut à mes yeux. » murmura le jeune homme aux cheveux bleus alors que Pete ne lui répondait pas. Même si cela faisait plus de six ans qu’ils ne s’étaient pas vus, il devait savoir parfaitement ce qu’il pensait de tout ça.

Alors qu’ils retournaient en direction du campement des Milobellus, ils remarquèrent que Lily croisait les bras en attendant Arnaud. Néanmoins, elle s’approcha de Pete, observant ses yeux violets longuement avant de dire d’une voix calme :

« Vous avez parlé d’une fille, n’est-ce pas ? Ca se lit sur ton visage, Pete. »

« Je ne vois pas de quoi tu veux parler, Lily. » répondit le jeune homme aussitôt en détournant le regard alors qu’elle reprenait aussitôt :

« Et en plus, ce n’est pas de moi car sinon, tu oserais me regarder en face. »

« Nous avons parlé d’Elizabeth et du professeur Sanga. » dit le jeune homme aux cheveux bleus aussitôt alors qu’il venait serrer Lily contre lui.

« … … … … Elizabeth … Je pensais que c’était terminé avec elle. »

« Ca l’est, c’est juste que je voulais me renseigner Est-ce que tu voudrais savoir qu’elle est morte pour que tu sois apaisée ? »

« Je n’ai pas dit cela du tout. Ne me fait pas passer pour la méchante de service, Arnaud ! » vint dire la jeune femme aux cheveux roses alors que Pete disait d’une voix lente :

« Je crois que je vais vous laisser tranquilles, les deux amoureux. »

Comme il le désirait… Lorsqu’ils furent seuls, elle positionna son visage au niveau de celui d’Arnaud, le regardant longuement et avec insistance tout en murmurant :

« Je croyais que tu ne pensais plus à elle… du tout. Tu m’as menti, Arnaud. »

« Je t’ai menti… et je l’affirme complètement… Je veux juste savoir où se trouve Elizabeth et mademoiselle Fanny si elles sont encore vivantes. »

« Et si Elizabeth est encore vivante, qu’est-ce que tu feras ? » demanda t-elle d’une voix légèrement inquiète alors qu’il haussait les épaules tout en soufflant :

« Je crois que je devrais alors te présenter en tant que ma fiancée ? Ou alors, tu préfères que je te quitte maintenant pour que je retourne auprès d’Elizabeth ? »

« Tu n’as pas intérêt… Pas sans que je ne vienne me battre contre elle si cela est nécessaire. »

« … … … … Idiote. »

Il la serra avec plus d’insistance contre lui, lui faisant ressentir tout l’amour qu’il avait pour elle. On ne pouvait pas effacer après tant d’années les sentiments qu’il avait envers elle. Et même si… Elizabeth était encore vivante… Ca ne changerait rien… Du moins, il l’espérait car il … n’en était même pas vraiment convaincu lui-même en fin de compte.

Chapitre 22 : Couple confirmé

Chapitre 22 : Couple confirmé

« C’est vraiment la princesse Lily ? Elle est… si différente. »

« Elle est devenue une Milobellus comme ses parents. »

Pfff… Qu’est-ce qui lui avait pris d’accepter ça ? De faire un petit tour en ville alors qu’ils n’étaient que le matin. Et elle lui tenait le bras avec ses deux mains tandis qu’elle posait sa tête contre son épaule. Il n’avait pas refusé… à cause de son regard rose.

« Lily, tout le monde nous regarde. C’est vraiment gênant cette fois. » murmura t-il d’une voix lente alors que la jeune femme ne semblait pas s’en préoccuper plus que cela.

« Ils n’ont qu’à nous regarder… De toute façon, bizarrement, ça ne te gênait pas de tenir la main de Phoebe alors pourquoi avec moi ? Nous ne sommes pas aussi proches que cela ? »

« Tu n’as même pas attendu que tes parents te voient … Et je n’ai pas eut le temps de dire bonjour à mon petit frère. Ah… Tu exagères vraiment des fois, Lily. Enfin bon… Faisons cette petite balade que tu désires tant comme ça, tu arrêtes de me coller, d’accord ? »

« … … … Puisque tu le prends ainsi, tu peux t’en aller. »

Elle venait de se retirer près de lui, faisant quelques pas en s’éloignant alors qu’il restait interloqué. Qu’est-ce qu’elle faisait ?! HEY ! Elle était vraiment en train de partir ou quoi ?! Il commença à courir vers elle, reprenant sa main dans la sienne tout en disant :

« Qu’est-ce qui te prend de te comporter comme ça ?! J’ai dit qu’on allait se balader ! »

« Si tu n’es pas motivé et que ma présence te dérange, alors autant arrêter les frais maintenant, c’est bon, non ? C’est toi qui n’a pas envie de… marcher avec moi. »

« J’ai jamais dit ça ! Je veux… Oh et puis zut… Pourquoi est-ce que tu ne comprends jamais rien ? Tu n’arrives pas à saisir le fait que… Que… Tu sois devenue vraiment… »

« Vraiment quoi ? Finit tes phrases s’il te plaît ! Je veux savoir ce que tu penses… »

« Si jolie… et belle… Et puis bon… J’ai encore un peu honte moi… »

« Un peu honte pourquoi ? Qu’est-ce que tu as fait ? » demanda t-elle d’un air un peu intrigué bien que légèrement ravie que le jeune homme lui dise qu’elle était belle.

« Je sais pas… J’ai l’impression que je… Enfin bon… Non… Il y a Icare avant toute chose donc il vaut mieux ne rien dire et ne rien penser… »

« Dis-le-moi ! Dis-le-moi avant qu’il ne soit trop tard ! »
Elle ne voulait pas qu’il tourne autour du pot ! C’était plus que frustrant ! Elle le regardait longuement, attendant qu’il reprenne la parole alors qu’il rougissait violemment. Oh… Cela devait être vraiment gênant à dire, n’est-ce pas ? Les secondes défilaient au fur et à mesure alors qu’il reprenait en baissant la tête :

« Enfin… Même si tu n’étais pas devenue comme ça … Dès que la guerre… est terminée… Si tu veux bien, on pourra sortir ensembles… Enfin, aller plus loin que de se tenir la main. »

« C’est vrai ce mensonge ? Ou alors tu es très sérieux cette fois-ci ? Fais attention, Arnaud… Ce que tu dis restera ancré dans ma mémoire. »

« … … … Je le pense sincèrement, Lily. Je… Tu sais bien que moi aussi… Enfin je… »

« Je… Je… Je… t… Allez… Tu peux le dire, Arnaud ! »

Non, il n’y arrivait pas. Il n’y arrivait vraiment pas. Il était complètement rouge alors qu’il prenait la main de Lily dans la sienne, croisant ses doigts très rapidement tandis qu’elle souriait comme en signe de victoire. Le jeune homme avait déjà succombé, c’est cela ?

Ils retournèrent en direction du palais, les soldats les laissant passer tandis que le jeune homme quittait la jeune femme… Enfin… C’est ce qu’il aurait aimé faire mais elle avait terriblement envie de se montrer à ses parents aux bras du jeune homme. Toquant à la porte du salon royal pour signaler leurs présences, ils pénétrèrent à l’intérieur alors que la reine annonçait d’une voix douce :

« Et bien… Rentre donc ma fille. Les soldats et les servants étaient en exaltation. Il paraitrait… OH ! Mais tu es tout simplement magnifique ! »

La reine s’était aussitôt levée pour prendre sa fille dans ses bras, le roi faisant de même alors qu’il les laissait seuls et tranquilles. Il valait mieux pour lui qu’ils soient en fa… Ah… Il y avait Icare aussi. Le jeune garçon observait Lily avec étonnement :

« C’est qui cette dame ? » demanda t-il avec interrogation alors que Lily lui souriait.

« Tu ne me reconnais pas ? C’est moi… Lily… »

« Lily ? C’est vraiment mademoiselle Lily ? Vous êtes bien différente ! »

« Et est-ce que c’est un compliment ou non ? Ton grand frère ne sait pas en faire ! »

« Oui ! Vous êtes très jolie ! Je veux me marier avec vous quand je serais grand ! »

Elle éclata subitement de rire alors que ses parents faisaient de même. Seul Arnaud détournait le regard, légèrement rougit et un peu énervé par la situation tandis qu’il préférait ne pas répondre. Elle tapota doucement le crâne d’Icare tout en disant :

« Alors grandit vite, d’accord ? Sinon, quelqu’un d’autre risquerait de prendre ta place… Enfin, s’il en a le courage. Douze ans, c’est assez long à attendre. »

« Ca ne fait rien ! Je serais patient ! » vint dire le jeune garçon avant de retourner à table pour finir son petit déjeuner. C’est vrai… qu’ils étaient partis assez tôt.

Sans rien dire, le jeune homme aux cheveux bleus s’approcha furtivement de Lily, celle-ci le laissant faire alors qu’il cherchait furtivement ses doigts. Elle était à lui… rien qu’à lui.

« Je suis désolé, petit homme mais ma fille semble indisponible. » répondit le roi avec un peu d’amusement en lui désignant du doigt les deux mains liées.

« Pfff ! Grand frère ! C’est pas du jeu ! Tu as pris mademoiselle Lily ! »

« Désolé Icare… Mais ne t’en fait pas, je suis sûr et certain qu’il y aura une jolie Barpau pour toi quelque part dans le royaume. Moi, il m’a fallut des années… pour la trouver… »

Il disait cela sans regarder Lily, n’osant rien faire tandis que la jeune femme restait parfaitement immobile. L’ambiance était assez tendue tout en étant calme… C’était assez contradictoire mais c’était lui qui se mettait dans tous ses états alors que les autres personnes étaient amusées, sauf Icare qui ne comprenait pas réellement la portée de la chose.

Soudainement, la jeune femme aux cheveux roses se tourna vers Arnaud, posant ses deux mains sur les siennes avant de lui murmurer dans le creux de l’oreille d’une voix douce :

« Et bien ? Qu’est-ce que tu attends pour me prouver tout cela ? Devant mes parents ? »

« … … … Je n’ose pas. Tu sais très bien que je n’y arriverai pas. »

« Ferme les yeux et approche tes lèvres, tout simplement. »

Approcher ses lèvres ? Et fermer les yeux… … … Il s’exécuta, tremblant de partout alors qu’elle souriait. C’était quand même bizarre que ça soit à elle de faire le premier pas non ? Elle ferma les yeux elle aussi alors que le jeune homme rapprochait ses lèvres des siennes. Pendant un moment très bref, à peine une seconde voir moins, leurs lèvres se joignirent avant qu’Arnaud ne recule, bafouillant :

« Désolé ! Je dois faire quelque chose ! Je dois m’en aller ! Icare, travaille bien ! »

… … … Il était parti aussi rapidement que possible, rouge de gêne alors que le roi et la reine rigolaient ensembles, Icare ayant une petite mine dégoûtée. En tant qu’enfant, il était un peu répugné par l’idée de faire des bisous sur la bouche…

« Hum… Il est vraiment très timide ce jeune homme… Ah… Je ne peux pas me lasser de le voir rougir à chaque fois que tu es près de lui, Lily. »

« Moi aussi, Papa… Moi aussi… » murmura t-elle avec lenteur comme sujette à plusieurs sentiments différents au fond d’elle.

C’était bizarre… Ce petit baiser… Enfin, elle savait que le jeune homme l’aimait mais… Il avait réagit bizarrement dès le baiser… Comme si… Il avait quelque chose à cacher.

« Maman, Papa, je vais aller rejoindre Arnaud avant qu’il ne soit parti. »

« Fais donc ma fille… Fais donc. » murmura sa mère alors que la jeune femme venait embrasser Icare sur la joue en lui disant d’être gentil à l’école. Le jeune garçon hocha la tête d’un air positif tandis qu’elle quittait la pièce à son tour. Autant régler ce problème tout de suite avant que le jeune homme ne s’en aille trop loin !

Elle le rattrapa aussitôt alors que le jeune homme allait quitter le palais, le serrant dans ses bras par derrière en rigolant légèrement. Il se laissa faire, s’immobilisant et se statufiant sans rien dire. Il avait peur… de lui dire ce qui pouvait se passer…

« Arnaud, tu peux tout me dire, tu sais ? Tu n’as pas à avoir peur… Raconte-moi tout. »

« Lily… Ah… Non rien. Ne t’en fait pas, ce n’est rien de grave ou important, je te le promets. » dit-il en murmurant, se retournant pour la serrer contre lui.

« Tu étais parfois si distant… Arnaud… Auparavant… Mais maintenant que je suis devenue comme ça, tu veux te rapprocher mais tu n’y arrives pas, quel est le problème ? »

« … … … Pardonne-moi Lily… C’est simplement que je ne prévoyais pas… que tu deviennes aussi jolie… Et je, enfin… Comment te dire… »

« Tu m’aimes, n’est-ce pas ? Dis-moi simplement que tu m’aimes et ça me suffit. »

« Je t’aime, Lily… Je t’aime vraiment. Mais je ne veux pas penser à tout ça pendant qu’il y a la guerre, je ne veux pas me dire que je risquerais de te rendre triste si j’étais blessé… »

« Oh… Je ne serais pas triste mais furieuse contre ceux qui t’auront fait cela… Mais je me chargerais de te soigner personnellement voir un peu plus maintenant… »

Il vint rougir violemment à la fin de ces paroles, des soldats toussant alors qu’elle remarquait qu’ils étaient en train de parler devant l’entrée du palais, gardée par les soldats. Oups ! Le rouge monta à ses propres joues avant qu’elle ne rigole.

« Allons-y… On va prendre un peu l’air… »

Elle disait cela tout en transformant ses pieds en queue de poisson, lui prenant délicatement la main. Ils nagèrent en direction de la surface, arrivant sur la plage où ils s’étaient rencontrés. Ah… Douze ans hein ? Douze ans s’étaient écoulés ?

« Le temps passe vite, tu ne trouves pas, Arnaud ? »

« Trop vite à mon goût je dirais… Mais bon… C’est ainsi que ça se passe et on ne peut rien y faire. » dit-il avec une légère nonchalance alors qu’elle lui souriait délicatement.

« Hum… Trop vite… Je confirme… Bon… Maintenant que nous sommes seuls… Pourquoi ne pas en profiter, toi et moi ? » dit-elle avec amusement avant de le pousser légèrement pour le faire tomber sur le sol.

Sans aucune gêne, elle vint s’asseoir au niveau de son ventre, le jeune homme la regardant en rougissant. Il passait ses deux mains sur les hanches sans rien faire tandis qu’elle lui murmurait de profiter au maximum de ce petit instant de tranquillité. De toute façon, ils étaient seuls en cet endroit… Et il valait mieux alors qu’ils s’unissent définitivement… Peu à peu, elle se couchait sur lui, l’embrassant longuement alors que le jeune homme acceptait ce baiser. Il devait… agir lui aussi… Car peut-être qu’il ne le pourrait plus jamais à l’avenir. Il commença à glisser ses mains le long de son dos avant qu’une voix ne se fasse entendre :

« Qu’est-ce que des Barpau font ici ? »

Ils se relevèrent aussitôt, le jeune homme se mettant devant Lily bien que celle-ci se positionnait aussitôt à côté de lui. Il ne fallait pas oublier une chose : Elle était bien plus puissante que lui-même même si elle n’utilisait pas ses pouvoirs… Enfin, de l’autre côté, le jeune homme avait quelque chose qu’elle n’avait pas : L’expérience.

« Qui êtes-vous et que voulez-vous ? » demanda t-il sur un ton neutre. Autant leur faire croire qu’il était aussi un Barpau… Car il ne se considérait plus comme un Tylton depuis très longtemps. Ah… Vraiment… Et ces personnes en face d’eux ?

« Tu les connais, Ar… » commença t-elle alors qu’il lui mettait une main devant la bouche pour lui dire de se taire. Ils ne savaient pas qu’elle était devenue une Milobellus et ils n’étaient pas au courant que lui-même était devenu un Altaria. Ah… Ces personnes en face de lui… Toutes avec des ailes de coton… Mais nullement habillées comme des soldats.

« Qu’est-ce que la résistance fait ici ? » demanda t-il une nouvelle fois d’une voix calme.

« Nous sommes tout simplement là car notre chef nous l’a demandé. Je vous rappelle que l’on ne vous déteste pas contrairement au royaume des Tyltons. »

« Nous le savons très bien mais nous ne pouvons pas vous considérer comme des alliés non plus. Vous devriez être au courant de cela, n’est-ce pas ? »

« C’est exact… Nous n’allons pas vous déranger plus longtemps de toute façon. Nous ne sommes là qu’en reconnaissance pour vérifier que nous ne nous rencontrions pas sur les prochains champs de guerre. De toute façon, vous sembliez occupés. »

« Merci beaucoup de votre compréhension. » dit-elle d’une voix neutre alors que les Tyltons et Altarias s’envolaient en les abandonnant sur la plage.

« C’est donc cela la résistance ? Je m’attendais à des personnes surentraînées, et toutes ces choses… Enfin non, je ne suis pas déçue, je te le promets. »

« Ils sont là depuis des années… En fait, depuis la mort de mes parents. »

« Et ils viennent faire quoi ? D’après ce que je connais, ils veulent éliminer le général, comme nous, c’est cela ? Alors pourquoi est-ce que tu as dit qu’ils n’étaient pas des alliés ? »

« Car ce sont des Tyltons… Et pendant une guerre, si des personnes se ressemblent, nous risquerions de les confondre… Imagine pendant une bataille que nous tuons un Tylton de la résistance au lieu d’un Tylton au service du général ? Et ainsi de suite… Pour éviter tout incident diplomatique, il vaut mieux encore tout faire pour que cela ne se produise pas. »

« Je vois… Je vois… Mais tu sais pourquoi ils étaient là ? Leurs paroles étaient assez bizarres, je dois te l’avouer. Je ne sais pas… Je trouvais que cela sonnait faux. »

« Hum ? Tu as remarqué aussi ? Je ne sais pas ce qui se trame ici mais cela ne me dit rien qui vaille si tu veux mon avis personnel. Nous devrions retourner au palais. Je dois aller prévenir Phoebe et le reste des troupes. »

« Arnaud… Je pensais que nous allions rester un petit peu plus longtemps ici. »

« Hum ? Si c’est au sujet… de ce que nous étions en train de faire… Je pense que c’était une mauvaise idée, Lily… Pas ici… Et puis bon… Il ne faut pas que ça soit trop rapide. »

« Trop rapide ? Trop rapide ? Je pense que toi et moi, nous avons attendu assez longtemps, Arnaud. » dit-elle d’une voix douce en lui caressant le cou.

Il ne devait pas réagir et lui répondre sinon… Il se créerait de gros problèmes, il le présentait… Il le sentait… Oui… Mais là… Elle était quand même plus que jolie… Mais de l’autre côté, ce qu’il avait dit à Phoebe lui trottait dans la tête. Alors qu’elle s’approchait de lui pour l’embrasser une nouvelle fois, il l’en empêcha avant de dire :

« Nous ne devrions pas… Pas maintenant, Lily. »

« Arnaud, sois sincère… Tu m’aimes ou tu ne m’aimes pas ? »

« … … … Pourquoi cette question, encore ? Lily ? »

« Si tu m’aimes, tu peux me le dire, d’accord ? Je te jure que je ne serais pas gênée car on dirait que ça t’embête plus que tout de me dire que tu m’aimes. »

« … … … Je n’ai jamais dit cela, Lily. C’est juste que je suis plus préoccupé par autre chose actuellement, est-ce que j’en ai le droit ou non ? »

Il disait cela avec un peu d’ironie alors qu’elle tremblait légèrement de colère. Non. Il n’en avait pas le droit ! Car elle voyait parfaitement qu’il était préoccupé par le fait qu’il l’aimait ! Il lui cachait quelque chose mais elle sentait que ce n’était pas pour la rendre jalouse, il n’irait jamais la tromper ! Il n’en avait pas le courage !

Ah… Mais bon… De l’autre côté, elle avait envie qu’il dise clairement à tout le monde qu’il était avec elle. Ou alors… Peut-être que… Non… Il n’y avait aucune chance hein ? Maintenant, elle était en proie à l’incertitude. Et si pendant des années, le jeune homme…

« Arnaud ? Est-ce que tu penses toujours à elle ? »

« Hein ? Elle ? De qui est-ce que tu parles maintenant ? »

« … … … … D’Elizabeth bien entendu. » dit-elle avec tristesse alors que le jeune homme semblait réellement surpris par les paroles de Lily.

« Pourquoi cette question ? Je ne sais même pas sûr qu’elle… Enfin… Je n’ai aucune nouvelle d’elle depuis des années… Voilà tout. »

« Mais est-ce que tu penses encore à elle ? Ou tu l’as quasiment oubliée ? » demanda t-elle une dernière fois pour avoir une confirmation sur les sentiments du jeune homme.

« J’évite d’y penser majoritairement… Ca ne sert à rien de se rappeler de mauvais souvenirs… Même si ils nous permettent de ne pas oublier ce qui nous a fait. »

« … … … D’accord, Arnaud. Je ne t’embêterai plus avec ça, je te le promets. C’était simplement pour être sûre de quelque chose. Il faut que je me montre patiente même si ça me fait très mal rien qu’au fait d’y penser. »

« Pourquoi cela ? Pourquoi est-ce que tu dis une telle chose ? »

« Oh… Pour rien, pour rien… Arnaud ? Est-ce que ce soir… Enfin maintenant… On peut dormir ensembles ? Toi et moi ? »

Elle disait cela avec neutralité alors qu’il rougissait. C’était quand même assez osé non ? De demander une telle chose mais… Mais… Mais…

« Je… Pourquoi pas ? Enfin… Il faut juste que les autres ne soient pas au courant. Mais si Icare vient ? Qu’est-ce que tu feras ? »

« On réagiras en conséquence, ne t’en fait pas ! Merci beaucoup, Arnaud ! »

Le remercier pour une telle chose avait quelque chose d’assez insultant quand on y pensait… Mais il fit semblant de ne pas s’y intéresser, lui prenant la main alors qu’ils retournaient dans l’eau. Lorsqu’ils revinrent au palais, plusieurs heures s’étaient déjà écoulées finalement. Le temps passait si vite en bonne compagnie ?

La nuit arriva bien rapidement, la jeune femme l’ayant regardé pendant toute la soirée avec un petit sourire indescriptible aux lèvres. Et finalement, il fut l’heure de se coucher. Il n’osait pas le montrer mais il était plutôt anxieux. Alors qu’il refusait de l’embrasser assez… souvent… Enfin… De l’embrasser tout court… Là, il avait accepté quelque chose d’encore plus indécent à ses yeux.

« Coucou… Arnaud… Je suis prête. Je me suis habillée. »

« Je… Je… Je l’espère, oui ! Il est hors de question que tu ne sois pas dans cette tenue pour dormir ! Si… Icare devait arriver… Ah… Euh… Euh… »

Il sentit la couverture qui se soulevait alors que la jeune femme aux cheveux roses venait se loger contre son dos. Avec tendresse, elle se colla bien contre lui, le jeune homme se retournant pour l’avoir en face. Ah… Elle était vraiment jolie… Vraiment très belle.

« Arnaud… Est-ce que je peux quand même avoir un baiser ? Pour bien dormir ? »

« … … … … … … … … D’accord. »

Il s’approcha d’elle, collant ses lèvres sur les siennes en rougissant alors qu’elle se laissait embrasser. Ils n’étaient plus des enfants… Non… Ils étaient maintenant adultes et il était normal pour eux de s’aimer de cette manière. Elle passait ses mains dans son dos pour qu’il se loge bien mieux contre elle, continuant leur baiser jusqu’à s’arrêter au bout d’une trentaine de secondes. Ils se regardèrent pendant quelques instants avant de fermer les yeux.

Pendant la nuit, la porte s’ouvrit alors qu’ils dormaient l’un contre l’autre, une petite ombre s’infiltrant dans la chambre en silence… ou presque… Les yeux d’Arnaud s’étaient ouverts alors qu’il entendait la petite voix d’Icare qui murmurait :

« … Qui … Qui… C’est made… moiselle Lily ? »

« Attends un peu, Icare… Je vais me pousser. »

Hein ? Lily était aussi réveillée ? La jeune femme quitta les bras d’Arnaud, le jeune garçon aux cheveux de feu s’installant entre elle et lui. Ils se regardèrent avec un petit sourire aux lèvres, les soupirs d’Icare se faisant entendre après cinq minutes, le jeune garçon s’étant endormi dans les bras de Lily. Elle murmura à Arnaud :

« Tu n’es pas un peu jaloux de sa position ? »

« Un peu… Si… Mais un peu… » dit-il en détournant les yeux.

« Ne t’en fait pas, tu pourras y être demain, il n’y a aucun problème. »

Il la remercia en soupirant et en levant les yeux au plafond. Bien entendu… C’était normal… Enfin… Ils devaient dormir non ? Elle tendit sa main gauche au-dessus d’Icare, invitant par là le jeune homme à la prendre. L’autre était posée sur le dos du garçon, celui-ci murmurant durant son sommeil :

« Maman… »

Elle eut un léger cri de surprise, se retenant d’aller plus loin avant de rougir. Maman ? Elle ? Elle observa le regard d’Arnaud, celui-ci semblant aussi étonné qu’elle. Elle donnait l’impression d’être une mère ? Mais elle n’avait que vingt ans et puis…

« Arnaud ? Tu crois qu’il… Enfin, tu penses que… Sincèrement ? »

Oui, il en était sûr et certain. Il hocha la tête d’un air positif, la jeune femme bafouillant quelques mots, restant rouge aux joues. D’accord… Si l’enfant la considérait comme ça, elle pouvait l’être pour lui… Pendant la nuit… Et puis, avec Arnaud, ce n’était pas cela à quoi elle devait s’attendre d’ici quelques années ?

« Bonne nuit, Arnaud… Fais de beaux rêves. »

« Je suis sûr qu’ils le seront, Lily… J’en suis sûr et certain. »

Hihihi ! Elle lui fit un léger sourire avant de fermer les yeux à son tour, s’endormant peu à peu. Elle n’avait pas remarqué le petit regard triste que lui lançait Arnaud alors qu’elle s’était endormie. Il baissa la tête, hochant la tête d’un air négatif. Même si… Il ne devait pas y penser, c’était bien plus dur que ça… Oh oui… Bien plus dur… Ah… Il tenta de trouver le sommeil à son tour, espérant de tout son cœur qu’il puisse continuer à vivre avec Lily et son petit frère… Même si… Phoebe était au courant de ce qu’il comptait faire… Quitte à ce que cela soit considéré comme tout simplement de la folie. Il devait reconquérir son royaume… et installer son petit frère en tant que futur roi des Tyltons et des Altarias.

Lorsqu’ils se réveillèrent, ce fut ensembles, Icare étant déjà parti pour les laisser seuls en tête à tête. Ils se regardèrent pendant de longues secondes, le temps semblant s’arrêter avant qu’il ne se mette à lui tourner le dos, rougissant tout en disant :

« Bonjour Lily… J’espère que tu as très bien dormi. »

« Très très bien… Mais… Arnaud ? Ca sera juste pour cette fois ? Ou alors… Tu veux bien que… Ca soit tout le temps comme ça ? »

« Hum ? Je ne dirais pas non personnellement… Mais tu as bien vu que je suis parfois dérangé par quelqu’un… Un petit garçon. »

« Hihihi… Ca ne fait rien… Ca ne fait rien du tout même. Mais par contre, ça n’a pas l’air d’aller, Arnaud… Et cela depuis hier… »

Elle venait de se rapprocher de lui, se collant contre le jeune homme aux cheveux bleus pour le serrer tout contre elle. Elle l’embrassa dans les cheveux, Arnaud soupirant légèrement comme si quelque chose semblait réellement le déranger dans tout ça en fin de compte. Elle murmura qu’il pouvait tout lui dire alors qu’il disait :

« C’est juste… Une chose que je me suis fixé… dans le passé et dont Phoebe est au courant. Si je te la disais, tu risquerais de m’en vouloir pendant longtemps. »

« Hum… Là, j’ai plus envie de t’en vouloir car tu ne me dis rien du tout. »

… … … Il se retourna, la regardant longuement de ses yeux dorés alors qu’elle lui faisait un petit sourire. Il avait accepté ses sentiments et il y avait répondu… Alors donc… Ils devaient maintenant partager leurs problèmes, non ? Cela la concernait aussi bien elle que lui… Qu’il le veuille ou non. Elle tendit ses lèvres, l’embrassant sur le front comme pour l’inciter à se dévoiler et à signaler quel était son problème.

« Est-ce que tu peux me promettre de ne pas te mettre en colère ? »

« Je veux bien essayer mais si tu ne me dis rien, je vais me mettre en colère… Alors dépêche-toi de me dire plutôt ce qui t’embarrasse depuis tout ce temps. »

« Et bien… Je… Je comment dire… Ah… Enfin bon… Voilà… Comment te l’expliquer calmement… Je ne compte pas vivre très longtemps. »

« Hein ?! Mais qu’est-ce que tu racontes comme bêtise ?! » dit-elle avec surprise alors qu’elle le serrait fortement pour qu’il ne puisse pas s’échapper, voulant qu’il s’explique.

« Je me suis dit qu’il se peut que je meure… pendant la guerre et que j’en ai strictement rien à faire… Car je me suis déjà préparé à cela… Et qu’il y a Icare si cela s’avère nécessaire de remettre un prince sur le trône. »

« Qu’est-ce que tu racontes comme bêtise ?! » répéta t-elle avant de l’embrasser longuement et avec ferveur, le jeune homme cherchant à se débattre pour arrêter ce baiser sans y arriver. Après quelques secondes, comme complètement possédé par la jeune femme, il la regardait d’un air presque vide tandis qu’elle reprenait :

« Tu ne vas pas mourir et je te l’interdis ! Nous devons nous marier et avoir des enfants ! C’est bien clair ? Ne pense plus jamais à ce genre de choses ! »

« J’en étais… sûr que tu allais te mettre en colère… C’est pour ça que je ne voulais pas que tu sois au courant… Phoebe était la seule à savoir. »

« Bien entendu que je suis en colère ! Je fais tout pour être ton égale… Pour que je sois… à ta hauteur… Que je te mérite et toi, tu penses à mourir… comme quelqu’un qui veut se suicider… Comment est-ce que je dois le prendre depuis toutes ces années hein ? Que tu en a rien à faire de tout ce que tu as vécu avec nous ? C’est ça ? »

« Non… Non… Lily… Je te promets que… »

« C’est bon, j’en ai assez entendu, Arnaud. Je fais des efforts mais ils ne sont pas récompensés et tout est unilatéral. » dit-elle tout en se levant du lit, s’apprêtant à quitter la chambre avant qu’il ne la retienne par le bras.

« Attends, Lily ! Attends s’il te plaît… Laisse-moi au moins la possibilité de me défendre… De te dire… Que… Que si je te le dit maintenant, c’est que je n’ai plus envie d’y penser. »

« … … Tu te moques de moi, Arnaud ? Avec les regards d’hier, ton comportement qui montre à quel point ça te triture l’esprit et… »

« Aide-moi, Lily. J’ai besoin de toi… pour me faire oublier tout ça. Me faire penser à autre chose… Je suis sûr que tu en es capable. Allons-nous balader ! Fais-moi juste découvrir ce qu’est une vie de couple ! »

Hum… Elle le regardait avec interrogation, essayant de voir s’il était sérieux ou non. Visiblement, oui… Bon… Elle pouvait bien lui donner une petite chance. Elle revint vers lui, le forçant à se coucher sur le lit alors qu’elle venait elle-même se coucher sur lui.

« Alors on va commencer par la base la plus simple. S’aimer. »

« Comment fait-on ? » dit-il avec un petit peu d’amusement dans la voix.

« On ferme la porte à clé, on s’embrasse et on se câline tout d’abord. Nous n’irons pas plus loin pour ce moment. Rien ne presse, d’accord ? »

« Je suis tout à fait d’accord avec toi, Lily… Tu veux que je commence ou… »

« Tu ne devrais même pas poser la question, Arnaud. »

Elle rapprocha son visage du sien, le jeune homme venant l’embrasser. Heureusement pour lui, il avait évité la dispute… Leurs mains se joignirent tandis qu’ils se calfeutraient bien dans le lit. Ils avaient complètement oublié de fermer la porte à clé mais qu’importe… Pour lui, il devait prouver à Lily qu’il l’aimait et c’était le plus important à l’heure actuelle à ses yeux, voilà tout. Ils allaient faire ceci pendant quelques minutes… voir une bonne heure.

Chapitre 21 : Une future cérémonie

Troisième partie : L’âge adulte

Chapitre 21 : Une future cérémonie

« Grand frère Arnaud ! Grand frère Arnaud ! »

Un garçon âgé de six ans courait vers lui, les cheveux rouges en bataille avec un grand sourire aux lèvres. Il fut réceptionné par un jeune homme aux cheveux bleus, celui-ci venant le serrer dans ses bras avec tendresse avant de dire :

« Qu’est-ce qu’il y a Icare ?  Ne me dit pas que tu as encore embêté ton oncle et ta tante hein ? Tu sais très bien qu’il ne faut pas faire cela. »

« Mais non ! Je te jure que je ne l’ai pas fait ! Je ne veux pas les embêter ! T’es enfin revenu ? Ca faisait longtemps ! Beaucoup longtemps ! Ca faisait… Euh… »

Le jeune garçon aux cheveux rouges comptait sur ses doigts avant de les montrer à Arnaud :

« Huit jours ! Ca fait longtemps huit jours ! Où est-ce que tu étais parti ? »

« Comme d’habitude… Ne t’en fait pas, ce n’est rien de bien grave. Je vais aller dire bonjour à ta tante et à ton oncle. Vas jouer avec les autres enfants. »

Ah… Malgré qu’il était un jeune Tylton, il avait été accepté parmi les enfants Barpau. Contrairement à ce qu’il aurait cru pendant ces instants de guerre, ils ne l’avaient pas refusé et il était vraiment heureux pour lui. Les soldats le saluèrent alors qu’il pénétrait dans le palais royal, se dirigeant vers la salle du trône avant de demander l’autorisation de voir le roi et la reine. Il s’inclina devant les soldats, ces derniers le laissant passer sans aucune réticence alors qu’il se retrouvait maintenant en face des membres royaux :

« Et bien, je vois que tu es revenu de cette campagne et en pleine forme. »

« Même si la guerre continue et bien que les deux royaumes ne semblent pas prendre l’avantage l’un sur l’autre, nous n’avons pas eut de problèmes à combattre nos adversaires actuellement, je dois le reconnaître. »

« Mais pourquoi est-ce que tu caches encore tes yeux sous ce demi-casque blanc ? »

« Je ne sais pas… J’ai pris l’habitude… J’ai un peu honte de mes yeux. Ils ont changé du jour au lendemain quand j’ai eut mes dix-huit ans… Et je les trouve si différents, ça me fait un peu peur en même temps. Je ne préfère pas les montrer. »

« Et pour combattre, cela est plus que gênant. Enfin, ils sont très beaux aussi. » répondit la reine alors qu’il hochait la tête d’un air positif bien qu’il n’était pas d’accord avec ses paroles. Il resta immobile pendant plusieurs secondes avant que le roi ne reprenne :

« Enfin bon… Tu ferais bien mieux de te reposer. Tu n’es pas forcé de participer à cette guerre et ceci est un ordre royal : Tu es congédié pour sept jours. Profites-en pour t’amuser avec ton petit frère, il doit être plus qu’heureux de te revoir. »

« C’est exact… J’espère qu’il ne vous mène pas la vie trop dure. »

« Oh ! Ne t’en fait pas, c’est un vrai petit ange et puis, nous avons déjà élevé une fille, je tiens à te le rappeler. Ce qui me fait penser qu’elle aimerait te voir… »

« Je vais aller lui rendre visite, cela fait dix jours quand même. Si vous voulez bien m’excuser de vous fausser compagnie. » dit-il en s’inclinant respectueusement.

Il quitta la salle du trône, faisant plusieurs pas en direction des couloirs jusqu’à se retrouver devant la porte de la princesse. Il toqua plusieurs fois, une faible voix se faisant entendre :

« Oui ? Qui est-ce ? Qui est là ? »

« Arnaud… C’est moi. Est-ce que je peux rentrer ou non ? » demanda t-il d’une voix calme en attendant la réponse de Lily qui ne tarda pas : « Bien sûr que tu peux. J’attendais avec impatience que tu reviennes, Arnaud. »

Il pénétra dans la chambre, haussant un léger sourcil alors qu’il ne voyait qu’une sorte de carcasse… géante d’un poisson vraiment laid…

« Qu’est-ce que ça veut dire ? C’est quoi ça, Lily ? »

« … … J’ai décidé de passer la cérémonie, Arnaud… … … Je veux devenir une Milobellus comme mes parents … Et pour que tu me voies autrement. »

« Ah… … … Lily, je me suis pourtant déjà exprimé à ce sujet, non ? »

Elle ne lui répondit pas alors qu’il s’approchait de la carcasse géante… Ca ressemblait à un poisson… Mais surtout à un Barpau s’il devait devenir ainsi. C’était vraiment très étrange… et très glauque en un sens… Voir un peu horrible même.

« Tu peux dire tout ce que tu veux, ça ne changera rien à la situation. Les années sont passées et je suis devenue de plus en plus horrible… Tu as bien remarqué avec les morceaux de peau qui partaient à nouveau… Et puis aussi le regard complètement effrayant… Et puis, ma perte de cheveux… avec des trous dedans… Je ne veux pas de ça. »

« … … … … … Tu resteras Lily, qu’importe ce que tu deviendras physiquement. »

« Mais est-ce que tu m’aimerais quand même ? Malgré ce que je serais devenue ? »

« Lily… Ca aussi, on en a déjà parlé. Tu sais très bien que… Qu’avec Icare à côté, je ne pense pas du tout à ça… Et cela… »

« Depuis six ans ! Six ans ! Tu ne comprends pas ?! Ca fait douze ans maintenant que l’on se connait ! Et jamais tu n’as fait une réelle approche vers moi ! C’est toujours moi qui ait tentée de … de… Snif… C’est bon… Laisse-moi seule… »

« Pardonne-moi, Lily. Je ne voulais pas te faire pleurer. »

Elle ne lui répondit pas, le jeune homme se relevant pour quitter la chambre. Il vint se diriger vers une servante, commençant à l’interroger d’une voix calme :

« Pardonnez-moi mais combien de temps est-ce qu’une cérémonie peut durer ? »

« Chez les Barpau, cela peut prendre des jours voir des semaines… Mais dans la famille royale, on a déjà entendu dire que cela pouvait durer presque une année… Je crois que la plus longue cérémonie a prise dix à quinze ans. »

« Et pendant tout ce temps, la personne à l’intérieur de ce poisson géant ne peut pas sortir ? »

« Si… Mais seulement pour cinq à dix minutes par jour. Elle doit dormir, vivre, se nourrir… Bref, comme si elle était dans ce poisson géant. »

« … … … … … Ca doit être horrible pour elle. »

« Oui, ça l’est, sincèrement, je suis peiné pour elle. Elle va vraiment souffrir pendant tout ce temps. Car elle sera plongée en pleine inertie ou presque. Je ne sais pas si vous avez idée de ce que cela représente de devenir une Milobellus. »

« Pas du tout, je suis un Tylton donc je ne suis pas concerné par tout cela. » murmura t-il d’une voix lente alors que la servante continuait son travail en reprenant :

« … … … Ne pas se mouvoir atrophie les muscles, ne pas parler, ne pas voir la lumière, rien du tout… Rien de rien… Il ne se passe rien… C’est un peu comme un cocon sauf qu’on n’hiberne pas et qu’on sent que le temps qui passe est long, très long… »

« Je vois je vois… Merci pour ces informations. »

« De rien, messire Arnaud ! Au plaisir de pouvoir vous aider une nouvelle fois. »

Elle s’inclina devant lui alors qu’il recommençait à vagabonder à travers les couloirs une nouvelle fois. Peut-être qu’il devait se rendre à nouveau sur le terrain ? Pourtant, lorsqu’il quitta le palais royal, une voix féminine s’adressa à lui :

« Je peux savoir où est-ce que tu vas, Arnaud ? Tu repars déjà au combat ? »

« Phoebe… Toi aussi, tu es en repos cette semaine ? »

Ah… Elle était devenue vraiment grande… Et elle était aussi devenue une Milobellus… Des cheveux verts assez courts avec une frange cachant son œil droit, elle portait une imposante armure à bandes bleue tandis qu’on pouvait voir qu’elle avait quelques formes généreuses au niveau de la poitrine. De l’autre côté, elle était plus grande que lui, bien plus grande. Une voir presque deux têtes de plus que lui.

« … … … … … … … Je hais d’être aussi petit, c’est complètement ridicule tout ça. »

Elle lui fit un léger sourire avant de transformer ses jambes en une queue de sirène, arrivant à sa hauteur alors qu’il poussait un profond soupir. Elle se moquait encore plus de lui quand elle faisait cela. Elle demanda si il voulait marcher, chose qu’il accepta calmement, ayant besoin de penser à autre chose de toute façon. C’est vrai qu’il ne s’était jamais renseigné sur comment était la cérémonie des Milobellus mais maintenant qu’il voyait Phoebe, il remarquait parfaitement que cela faisait apparaître la réelle beauté des enfants et des adolescents Barpau… lorsqu’ils devenaient des adultes. Oui, il le reconnaissait complètement : Phoebe était vraiment très belle quand il la regardait. Très belle… Mais aussi très forte, il ne fallait pas l’oublier… Elle était sa supérieure hiérarchique.

« Hum… Un terrain vague… Qu’est-ce donc l’idée que tu as en tête, Phoebe ? »

« Tu sais très bien que je ne vis que pour le combat… Mais avec tous ces hommes et femmes qui n’arrêtent pas de me complimenter à cause de mon jeune âge mais de ma force, je n’ai pas de temps à moi. Donc bon… Je me disais qu’avec toi, je pourrais en passer. »

« Tu veux porter une magnifique robe et toutes ces choses ? C’est bien ça que je crois comprendre, n’est-ce pas ? » dit-il avec un petit sourire aux lèvres.

« Peut-être que oui… Peut-être que non. Plutôt après si ça ne te dérange pas. »

Pour l’heure actuelle, elle avait une autre idée en tête. Très simple… Mais très efficace aussi ! Elle prit le trident qu’elle portait habituellement sur son dos avant de demander à Arnaud de faire de même. Ah… Non… Il voyait parfaitement ce qu’elle désirait :

« Bon… Je pense que je dois retirer mon demi-casque, c’est ça ? »

« C’est à toi de voir car tu sais très bien ce qui t’attends si tu ne fais pas attention. »

Pffff ! Il poussa un profond soupir amusé, rougissant légèrement alors qu’il retirait peu à peu son demi-casque tout en fermant ses yeux. Lorsqu’il les rouvrit, ce fut pour laisser paraître deux yeux complètement dorés.

« J’adore vraiment tes yeux, Arnaud. Ils ont l’air si… royaux… »

« Arrêtons-en là et battons nous, Phoebe. Je n’aime pas que l’on me parle de mes yeux. »

Héhéhé ! Elle rigola légèrement avant de refaire apparaître ses jambes et ses pieds, se mettant à courir en direction du jeune homme. Celui-ci esquiva le premier coup de trident, réagissant aussitôt pour faire de même envers Phoebe alors qu’elle disait :

« C’est sûr que cela est étonnant que tes yeux soient si différents de ceux que tu avais lorsque tu étais un adolescent mais je suis sûr que cela est à cause du sang princier en toi. Tu devrais accepter le fait que tu sois un prince et que ces yeux sont tout simplement magnifiques. »

« Arrête d’en parler, je t’ai demandé, Phoebe. Je ne veux plus que l’on discute de ça, merci… Ca me gêne et ça m’embête plus que tout. »

« C’est justement pour cela que je te parle, Arnaud. Pour t’embêter et t’embrouiller. »

Tsss ! Vilaine tactique de sa part ! Heureusement qu’elle était là pour le gêner, c’était plus amusant de la sorte ! Ils continuèrent de se combattre avec amusement pendant plusieurs minutes, ne se préoccupant pas des quelques enfants qui venaient les observer.

« Ah… Ah… Ah… Merci, Arnaud. » murmura t-elle d’une voix lente alors qu’ils étaient couchés sur le sol, haletants et exténués.

« De rien… De toute façon… On est toujours en train de s’entraîner… »

« Héhéhé… Toujours, oui… Je ne pense qu’à ça… Jour et nuit… Simplement à m’entraîner… depuis ce jour… C’est pour ça que je veux devenir forte. »

Il ne lui répondit pas, la regardant avec un peu d’amusement alors qu’elle lui souriait. Ils avaient les mêmes idéaux… et même si… Même si… Un jour, il devait… Ah…

« Au passage, Arnaud, au sujet de cette robe, tu veux te balader avec moi après ? »

« Hum… C’est si rare de te voir sans ton armure, Phoebe… Je pense que je peux facilement accepter cette proposition. A quelle heure est-ce que tu veux que je vienne ? »

« Quand tu le désires ! Ce n’est pas un souci ! Dommage que Lily ne soit pas disponible… Ca lui aurait fait du bien de sortir un peu aussi… »

« Bah… Dès qu’elle sera sortie de cette chose bizarre, on l’invitera ! Qu’est-ce que tu en penses, Phoebe ? Ce n’est pas une bonne idée ? »

« C’est une excellente idée ! Allez… Oups… Tu veux bien m’aider à me relever ? »

Elle disait cela en tendant sa main, le jeune homme poussant un léger soupir amusé avant de la prendre. C’est vrai qu’avec une telle armure, elle avait du mal à se relever. Elle lui sourit, le jeune homme répondant à ce dernier tandis qu’ils se regardaient pendant quelques secondes. Ce fut elle qui coupa le silence.

« Allez… On ferait mieux de se préparer pour ce soir ! Si tu veux, tu peux le dire à Lily. »

« Pour la forcer à sortir sous sa petite jalousie ? »

Héhéhé ! Il comprenait parfaitement ce qu’elle voulait faire. Ce n’était pas une mauvaise idée, n’est-ce pas ? Il hocha la tête d’un air positif tandis qu’elle rigolait. Elle l’abandonna en l’embrassant sur les deux joues, la jeune femme aux cheveux verts partant au loin de son côté tandis qu’il retournait au palais.

Il se dirigea vers la chambre de Lily, interrogeant auparavant les servantes au sujet de son petit frère. Il était en train de faire ses devoirs avec le roi et la reine ? Ah… Il en avait vraiment de la chance… Les deux parents de… Lily étaient formidables… Il leva la tête en direction du plafond, ayant un petit souvenir par rapport aux siens.

« Qu’ils reposent en paix… Un jour… Bientôt… Je les vengerais. »

Oui ! Mais pour l’instant, il devait parler avec Lily… Il toqua à la porte plusieurs fois, une petite voix faible se faisant entendre comme auparavant. Il était gêné et un peu intimidé car… Il avait l’impression de l’abandonner à chaque fois qu’il la voyait ainsi. Il pénétra dans la pièce, s’approchant avec douceur du corps de Barpau géant.

« Lily ? Est-ce que tu m’entends ? Lily ? Tu entends ma voix ? »

« Bien sûr… Je ne suis pas sourde, Arnaud. Que me veux-tu ? Où étais-tu passé ? »

« Je me suis entraîné avec Phoebe. Tu sais à quel point elle est devenue forte depuis le temps ? Vraiment très forte même… Je ne sais pas mais elle a de ces pouvoirs… »

« Est-ce vrai qu’elle est devenue une Milobellus ? Je n’ai plus vraiment bougé du palais depuis tout ce temps… »

« Lily ? Qu’est-ce qui t’arrive ? Depuis tout ce temps ? Ca fait simplement dix jours. »

« Dix jours, ça fait une éternité ! J’ai l’impression que lorsque je vais sortir, tout aura complètement changé ! Peut-être que mon royaume sera ravagé ?! Que tu seras mort ?! Qu’Icare aura peut-être vingt ou vingt-cinq ans ? »

« Ohla ! Tu comptes rester là-dedans pendant combien d’années ?! Je te conseille de sortir d’ici en moins d’un mois sinon, c’est moi qui vais me fâcher ! »

« Tu crois que c’est aussi simple ou quoi ?! Je ne peux pas sortir comme ça ! Je peux simplement m’en éloigner pendant cinq minutes ! Je dois éliminer toutes les impuretés de mon corps… Et de mon esprit… Car je suis la princesse de mon royaume et puis je… »

« Si tu ne veux pas te presser, libre à toi. De toute façon, ce n’est pas comme si nous nous aimions, n’est-ce pas ? Enfin… Si… Je sais que tu m’aimes mais je n’ai jamais dit l’inverse. Je t’apprécie énormément mais bon… »

« … …. Où est-ce que tu veux en venir, Arnaud ? » murmura t-elle d’une voix lente.

« Tout simplement que j’apprécie énormément Phoebe aussi… Et puis, elle sait se battre et je dois avouer qu’en Milobellus, elle est devenue vraiment très belle. Tu avais totalement raison, Lily. Les Barpau sont des personnes magnifiques… Car au fond d’elles, lorsqu’elles deviennent des Milobellus, leur véritable beauté apparaît… Alors que contrairement à nous, les Tyltons et les Altarias… Enfin bon ! Tout ça pour te dire que je suis peut-être… »

« Ne le dit pas, Arnaud… Ne le dit pas… s’il te plaît. »

« Je suis peut-être attiré par Phoebe en fin de compte. C’est bête mais ça peut m’arriver… Là, elle a décidé de retirer son armure et on va se balader. On s’était dit qu’on allait t’inviter mais comme tu n’es pas disponible et que tu ne sembles pas être pressée de quitter cette carcasse de poisson géant, alors bon… Allez, il faut que je me prépare ! »

« Attends ! Arnaud ! Attends s’il te plaît ! S’il… »

« Essaye de te motiver à devenir une magnifique Milobellus, Lily. »

Il quitta la pièce avec un petit sourire aux lèvres, faisant apparaître son demi-casque sur le crâne tout en réfléchissant à ce qu’il venait de faire. Ohla… Il allait au devant de graves ennuis, n’est-ce pas ? Héhéhé ! C’était une tentative… pour qu’elle sorte de là…

« Hummmmm ! Est-ce que tu penses que ça m’irait, Arnaud ? »

« Je suis sûr que tu seras ravissante dans cette robe, Phoebe. De toute façon, tu est toujours très belle alors bon… » dit-il en haussant les épaules avec un sourire.

« Oh… Rêverai-je donc ? Ou alors… Tu serais en train de me draguer par hasard ? C’est bien Arnaud qui est en train de faire ça ou il faut que je me pince ? »

« Je ne te drague pas, tu le sais très bien. Je ne fais que dire la vérité à ce sujet. »

Elle rigola légèrement alors qu’elle lui prenait la main chaleureusement. Oh, il n’y avait rien de spécial entre eux mais ils s’étaient rapprochés pendant toutes ces années. De simples amis, on pouvait maintenant les considérer comme confidents. Passant à travers les ruelles de la cité sous-marine, ils observaient tout autour d’eux alors qu’elle demandait :

« Et comment va Lily ? Je veux dire… Après que tu as décidé de la prévenir ? »

« … … … Pas vraiment folichon. Mais j’espère que tu ne m’en voudras pas pour le coup tordu que je lui ai fait. Tu veux que je t’explique avant que tu ne m’étrangles ? »

« Vas-y. » dit-elle en commençant à craquer ses doigts avec un grand sourire, le jeune homme reculant légèrement par mesure de précaution.

« Je lui ai fait croire que j’avais des sentiments pour toi… Et que depuis que tu étais une Milobellus, tu étais vraiment superbe… Enfin, attention, ne te fait pas de fausses idées ! Tu es vraiment très belle, Phoebe. Enfin, que ça soit avant ou après que tu sois devenue une Milobellus, tu es toujours très bien. »

« Oh comme il essaye de se rétracter… Alors donc… Je suis sensée répondre comment à ces fameux sentiments que tu as envers moi ? »

« D’aucune façon, Phoebe ! D’aucune façon ! On fait comme d’habitude, je crois que les personnes se posent déjà assez de questions comme ça. »

A quel sujet ? Celui-là ? Elle souleva leurs deux mains liées avec amusement alors qu’il hochait la tête d’un air positif. Oui, c’était exactement cela…

« Continuons plutôt à faire les boutiques. J’ai déjà si peu de temps à moi… Alors je ne veux pas en perdre trop à imaginer toutes ces choses. »

« Aucun souci… Je te laisse me guider. Tu es la femme entre nous deux. »

« Merci de l’avoir remarqué, Arnaud. Tu es un fin observateur. » répondit-elle dans un grand éclat de rire avant de se mettre à courir avec lui.

Oui, ils n’étaient pas aussi proches que tout le monde le pensait mais ce n’était pas un souci. Ils savaient pertinemment les sentiments de l’un envers l’autre et ça ne dépassait pas le stade de l’amitié et du réconfort. Surtout que chacun n’allait jamais plus loin que cela à cause de cette guerre… Leurs cœurs étaient scellés à cause de tout ceci…

« Et bien… Merci pour cette petite balade, Arnaud. C’était vraiment très agréable. »

« De rien… J’aime te rendre service. Et lorsqu’il faut que tu fasses des activités qui conviennent mieux à ce que tu es réellement, je suis là pour t’aider. »

« Ce que je suis réellement ? Tu parles du fait que je sois une femme, c’est cela ? »

« Exactement, Phoebe. Il ne faut jamais oublier qui on est réellement… Comme moi, je n’oublie pas que je suis un Altaria… Et donc que… »

Elle vint l’embrasser rapidement sur la joue, le faisant taire alors qu’il rougissait légèrement, un peu confus par le baiser. Elle le regarda longuement, posant un doigt sur son nez :

« Et bien… Visiblement, on dirait que je te fais quand même un petit effet, n’est-ce pas ? »

« … … … Pourquoi est-ce que tu as fait ça, Phoebe ? Qu’est-ce qui te prend ? »

« Tu allais encore penser que tu n’étais qu’un sale type qui voulait tout résoudre par la guerre, je te rappelle que je refuse complètement cette idée ! Tu es un Milobellus de cœur et même si je ne te demande pas de renier tes origines, ce n’est pas pour ça que tu es un monstre comme ce général ! Pffff ! Rien que d’y penser… Ca m’énerve… Six ans que la guerre dure… Et nous n’avons toujours pas réussi à prendre de l’avance sur eux. »

« Ne pense pas à tout ça… d’accord ? »

Il vint l’enlacer avec tendresse, la jeune femme aux cheveux verts rougissant à son tour alors qu’il avait sa tête sur le côté. Oui… Elle était trop grande par rapport à lui donc il valait mieux éviter de l’enlacer complètement car sinon… Enfin bon… Il valait mieux ne pas y penser. Ah… Phoebe poussa un léger soupir avant de dire :

« Ah… Et voilà ! Tout est oublié grâce au prince des Altarias ! Ca me fait penser… »

« Oui ? Qu’est-ce qu’il y a, Phoebe ? Tu sembles songeuse… »

« Tu voudras bien chanter ? Enfin chanter pour moi, Lily et les soldats ? »

« Hein ? Pourquoi cette question ? Pourquoi est-ce que tu veux ça maintenant ? »

« Je t’ai déjà… entendu chanter quand tu es seul… et que tu ne veux pas être dérangé… »

« Je pensais être seul… justement. » murmura t-il en retirant ses bras d’autour de Phoebe.

« Tu le voudras bien alors ? » demanda t-elle d’une voix douce.


Il verrait… Il verrait… Ils se séparèrent tout les deux alors qu’elle lui disait qu’ils se verraient le lendemain pour s’entraîner encore un peu. Ils étaient en congé mais cela se voyait à peine… Il retourna au palais, toquant une fois à la porte de Lily pour lui souhaiter la bonne nuit. Elle ne lui répondit pas avant qu’il ne retourne dans sa chambre. Il dormait seul depuis qu’Icare avait quatre ans, il alla s’enfouir dans son lit sans rien dire, fermant les yeux.

Pendant la nuit, plusieurs mouvements se fit sentir de la part de la carcasse de poisson géant. Puis peu à peu, elle s’ouvrait, une ombre en sortant alors qu’un flux de liquide s’écoulait le long de son corps. Regardant ses deux mains pour bien les étudier, l’ombre se déplaça avec lenteur hors de la carcasse de poisson.

« … … … … …. »

Elle ne disait rien du tout, quittant la chambre de la princesse avec une extrême furtivité… On n’entendait même pas un seul bruit de ses pas. Elle semblait se diriger vers un endroit bien précis… Un endroit qui était tout simplement la chambre du jeune homme aux cheveux bleus. Comme si la personne flottait au-dessus du sol, elle pénétra dans la pièce où dormait maintenant le jeune homme aux cheveux bleus tout seul.

« … … … … … Icare … … Je t’ai déjà dit de ne pas venir dans mon lit quand tu as peur de quelque chose … »

Oui, le jeune garçon faisait quelques cauchemars pendant qu’il dormait et il était venu en de nombreuses fois dans la chambre de son grand frère, trop apeuré par tout ça. Donc bon… Il était quand même un peu habitué à ce qu’un petit être s’insinue dans son lit.

« Fais juste un peu moins de bruit quand tu viens… »

Sans rien dire, la personne s’insinua dans le lit, le jeune homme lui tournant le dos comme si de rien n’était. Pendant plusieurs minutes, aucun ne fit un geste, jusqu’à ce qu’Arnaud sente quelque chose qui lui caressait la cuisse… Hey… Il y avait quand même quelque chose de bizarre. Le jeune garçon ne pouvait pas avoir d’aussi… grands… pieds… Avec une extrême lenteur, il se retourna, ouvrant un peu la bouche comme pour préparer une flamme qui lui permettrait de voir dans le noir. Deux yeux… roses… Deux yeux purs…

« … … … … … AHHHH ! »

Il referma aussitôt sa bouche, ne voulant pas cracher de flammes alors que la personne en face de lui mettait une main devant sa bouche pour lui dire de se taire. D’un geste simple et ample, un petit jet d’eau arriva en direction de l’interrupteur, éclairant la pièce pour qu’il puisse voir cette personne. Il recula aussitôt, tombant du lit alors qu’il était torse nu et en pantalon. Il bafouilla d’une voix émotive :

« Qui êtes vous ? Je ne crois pas vous connaître. Qu’est-ce que vous venez faire ?! »

« … … … … … C’est moi, Arnaud. Tu ne me reconnais pas ? »

« Non… Je ne crois pas vous reconnaître. Je ne vous ai même jamais vue personnellement. Quel est votre nom ? Ca sera plus facile si vous me le dites. »

« C’est moi… Lily. »

Il s’arrêta aussitôt de bafouiller, la désignant du doigt tout en ouvrant la bouche sans qu’aucun mot n’en sorte. C’était… Lily ? C’était véritablement Lily ? C’était impossible ! Lily ne ressemblait pas à ça ! Puis surtout, surtout… Il descendit le doigt, désignant un endroit tout en reprenant la parole :

« Lily n’avait pas ce genre de choses à ce niveau ! »

« Tout change… » murmura la personne alors qu’il pouvait mieux l’observer.


Au niveau de la longueur de ses cheveux roses, autant dire qu’ils étaient longs… TRES… longs… Vraiment très longs ! Ils atteignaient même le sol ! Elle avait deux longues pointes roses qui semblaient décrire un demi-arc de cercle… Un peu comme des sourcils gigantesques au niveau des yeux. De l’autre côté, elle semblait porter une tenue moulante couleur beige sur la globalité de son corps, moulant ses nouvelles formes non forcément plus que généreuses mais néanmoins fournies. Enfin, sur les bras, les jambes et autour du cou, il y avait une sorte d’habit d’écailles bleues. Enfin sur son crâne, elle semblait porter une coiffe de couleur beige tandis qu’il reprenait :

« Tu étais… obligée de t’habiller comme ça ? C’était vraiment nécessaire ? »

« Pourquoi est-ce que tu m’as dit cette après-midi ? C’était mesquin et bas… de ta part… A chaque fois qu’une personne accomplie la cérémonie, une tenue se forme en même temps que des changements physiques se font voir sur son corps … »

« Oui, c’est sûr que tu as clairement changé de ce côté… »

« … … … … … Tu penses quoi de moi maintenant, Arnaud ? »

« Moi, j’aimerai surtout savoir pourquoi tu es rentré dans mon lit ? »

Il lui posait aussitôt une question pour ne pas avoir à répondre à la sienne. Il rougissait violemment alors que la jeune femme s’approchait avec lenteur de lui, le jeune homme aux cheveux bleus s’immobilisant sur place. Elle passa avec lenteur ses deux bras autour de son cou, le jeune homme remarquant qu’elle était encore plus grande que lui.

« Tu ne m’as pas répondu, Arnaud… Est-ce que je suis plus belle que Phoebe ? »

« Je me contenterais de ne pas répondre à cette question… »

« … … … Je prends ça pour un oui. Maintenant, Arnaud, est-ce que tu veux bien … »

Elle commençait à fermer les yeux, tendant ses lèvres en avant pour demander un baiser. HEY ! Non ! Il n’allait pas l’embrasser ! Surtout pas alors qu’il était dans cet état émotionnellement… Elle était… Elle était beaucoup trop… jolie là.

Il voulut la repousser mais elle s’agrippa à lui, les deux jeunes gens atterrissant sur le lit. Sans rien répondre, il se dirigea tout de suite à l’intérieur des couvertures, Lily venant le rejoindre aussitôt en posant sa tête contre son dos.

… … … Elle n’allait pas le lâcher hein ? Elle était contente que cela ne prenne que dix jours… grâce à sa volonté. Il évita de trop penser à la jeune femme qui dormait contre lui, cherchant à s’endormir le plus rapidement possible dans cette situation.