Chapitre 32 : L’erreur de trop

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 32 : L’erreur de trop

« Si tu peux éviter de le crier sur tous les toits, ça serait parfait, Elise. »

« Hmmm … Qu’est-ce que je devrais éviter de crier, Tery ? Je peux savoir ? »

Elle se faisait un peu mutine mais elle voyait parfaitement de quoi il parlait. Leur petite nuit avait été assez unique et il y avait beaucoup de chances que si quelqu’un était passé pour les réveiller, il se serait posé des questions plus que nécessaire.

Il était plus que gêné et embêté par la situation. Il s’était accroché à Elise plus que nécessaire durant son sommeil. Mais vraiment accroché … genre, un peu comme ces animaux qui s’agrippaient à un arbre pour ne pas le lâcher. Autant dire qu’il avait bien ressenti tout le corps de la jeune femme démoniaque contre lui.

« Enfin bon, mon père voulait nous voir. J’imagine qu’il veut se tenir au courant de la situation. Tu as été mis en danger, juste après moi, j’imagine que tu restes quelqu’un d’assez important à ses yeux. Tu es quand même le « chevalier » de sa fille. »

« Je ne crois pas qu’il m’accorde autant d’importance comme toi … il ne faut pas exagérer. »

« Oh si tu savais … Nous sommes assez « frais » à ses yeux. Nous ne sommes pas corrompus par le pouvoir et tout le tralala, tu connais la chanson hein ? »

Il hocha la tête positivement. Ce n’était pas la première fois qu’ils avaient cette conversation, elle et lui. Le monarque Malark appréciait leurs présences car il était très aisé de voir qu’ils ne cherchaient pas à s’accaparer le trône, ce qui était une excellente chose aux yeux du souverain. En même temps, ils n’étaient vraiment pas là pour ça.

« Avec tout ça, peut-être que l’on pourra mettre en place le projet dont je te parlais. »

« Il vaut mieux éviter d’en parler. Nous arrivons devant la salle du trône. Il faut que tu te tiennes bien et que tu sois respectueux, tu connais le refrain. »

Oui, oui, il se rappelait de tout ce qu’il devait faire et tout le reste. Il n’était pas aussi stupide que ça hein ? Elle pouvait quand même avoir confiance en lui, non ? Lorsqu’il lui fit la remarque, elle eut un petit sourire qui disparut aussitôt en voyant les soldats devant la porte.

« Et bien … Qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi vous semblez terrorisés ? »

« Le … Le monarque … L’empereur … il … Il nous a demandé de vous ouvrir dès que … dès que vous étiez là. Ren… Rentrez s’il vous plaît. »

Ah ben zut alors … Il était carrément terrorisé. A croire que le monarque n’allait pas bien du tout. Elise regarda Tery d’un air soucieux et inquiet, les deux personnes finissant par rentrer dans la salle du trône. Elle était vide toute personne, sauf de l’empereur des démons en personne. Assis sur son trône, son visage laissait paraître quelques …

« Père ?! Vous êtes blessé ?! » s’exclama Elise avant de courir vers lui à toute allure, arrivant à sa hauteur tout en bredouillant : « Mais mais mais … qui … »

« Ah … Une expression sincère … vraiment sincère … »

« De quoi est-ce que vous parlez ? Qui a fait ça ? Comment est-ce possible ?! »

Elle voulait surtout des explications. Tery avait haussé un sourcil. Même si Elise avait pris l’habitude d’appeler l’empereur « père », c’était bien la première fois qu’il ressentait vraiment un lien entre eux deux. Auparavant, cela donnait plus l’impression de quelque chose de faux … mais là, à cet instant précis, il était aisé de voir qu’elle était réellement la fille de cet homme démoniaque installé sur son trône.

« Ne t’en fait pas, je vais bien et … »

« Qu’on ne me dise pas ça alors que Tery me balance le même genre d’excuses ! »

Couper la parole à l’empereur du royaume démoniaque, il n’y avait bien qu’elle pour faire cela. Quiconque aurait essayé serait ensuite mort de peur voire mort tout court. Pour autant, elle n’a pas l’air de s’en préoccuper, posant ses mains sur chaque joue pour regarder son père. Elle bafouilla une nouvelle fois :

« On dirait des égratignures … Qui … Qui a réussi cela ? »

« Quelques assassins. Visiblement, ils voulaient profiter de la confusion engendrée par l’attaque sur ta personne, Tery, pour tenter de se débarrasser de moi. »

« Je … Je suis désolé, c’est donc en partie ma faute. » murmura Tery, baissant les yeux et la tête. Dans les faits, il n’était en rien responsable mais dans la réalité, s’il avait fait plus attention à sa personne, rien de tout ça ne serait arrivé.

« Tu n’as pas à t’excuser. Ma fille, je vais bien … même si cela m’a fatigué plus que nécessaire. Je dois me reposer un peu … et … »

« Qu’est-ce que vous faites ? Pourquoi vous me cachez vos manches ?! Qu’est-ce que ça veut dire ?! » s’exclama Elise, prenant les bras de son père pour tirer sur les manches.

Elle avait tout de suite remarqué que quelque chose clochait chez lui. Pire que tout, il avait essayé de le cacher. Et en vue du résultat, même à distance, il remarquait les nombreuses entailles sur les bras de l’empereur.

« Disons qu’ils ont été assez … virulents cette fois. »

« Je me contrefiches de ce qui s’est passé comme ça ! Combien de fois ? Mais en même temps … Qu’est-ce que ça veut dire exactement ? »

« Les attaques se sont amplifiées depuis quelques semaines. Le gros problème réside principalement dans le fait que cela s’est accentué à partir de la tentative d’assassinat sur Elise. Vu qu’ils ont échoué une première fois, ils ont essayé en continu de s’en prendre à moi. Généralement, ils n’ont pas le temps de faire un mouvement mais … à force … »

« Dorénavant, je veux que vos gardes restent avec vous, père ! Vous n’avez pas été … »

« Elise demande si vous avez été empoisonné ou non ? Car l’assassin qui m’a été envoyé possédait une dague qui … je ne sais pas encore, les tests n’ont pas été fait mais bref, qui aurait laissé de sacrées marques sur mon corps. »

« Non, aucun n’a tenté de m’empoisonner. Il faut dire que mon corps peut soigner la grande majorité de ces poisons. Depuis des décennies, il s’est habitué à cela. »

Des années ? Ah … A l’écouter, ça semblait être vraiment rude. Il avait de la peine pour le monarque mais il valait mieux ne pas le dire à voix haute. Oui, c’était ainsi et pas autrement, voilà tout. Il poussa un léger soupir avant de reprendre après les propos de l’empereur.

« Comment est-ce que l’on peut faire pour vous aider ? »

« Vous ne pouvez pas … mais restez donc ici … Vous allez très vite comprendre pourquoi il ne faut pas se confronter à moi. »

Hein ? Comment ça ? Il cligna des yeux, n’étant pas vraiment sûr de bien saisir les propos de l’empereur Malark. A l’entendre, cela risquait de chauffer d’une minute à l’autre. Elise resta aux côtés de son père, celui-ci déclarant :

« D’ici quelques minutes, cette histoire sera du passé … et je devrais alors être tranquille pour quelques mois ou années … ou définitivement. »

Son regard se posa sur Elise puis Tery. Par de tels propos, Tery voyait parfaitement où voulait en venir le monarque. Il voulait leur faire rappeler la petite discussion qu’ils avaient eut tous ensemble mais … non. Il n’était toujours pas décidé à ça.

« Mais lâchez-moi ! Vous ne savez pas qui je suis ?! Et pourquoi je dois être scellée ?! »

Une voix féminine, arrogante. Tery la reconnaissait entre milles. Mais surtout, cette voix haute perchée arrivait à traverser la salle entière mais surtout les imposantes double porte qui permettaient d’y avoir accès.

« Vos têtes tomberont, je vous le promets ! Vous me le payerez ! »

« Ah … Qu’est-ce qu’elle fait ici ? Sauf si … Père, ce n’est quand même pas … »

Elise eut comme une illumination, regardant son père d’un air incrédule puis la double porte qui s’ouvrit pour laisser paraître Lylé, son aînée. Celle-ci avait des menottes aux pieds et aux bras … et à voir l’état des soldats, griffés en de nombreux endroits, on pouvait se dire que cela avait été âpre et rude. D’ailleurs, il y avait bien une dizaine de soldats, encore mieux protégés que ceux que Tery connaissait habituellement.

« Lylé, mes gardes personnels n’ont-ils pas prévenu que je voulais te voir ? »

« Père ! Ce n’est pas une façon de traiter votre fille comme une criminelle ! »

« Et comment une fille doit-elle traiter son père alors ? » demanda sèchement l’empereur Malark en se levant de son trône, un froid glacial s’installant aussitôt.

« Qu’est-ce que … Qu’est-ce que vous voulez dire par là, père ? »

« Depuis quelques semaines, Elise et ma propre personne subissent de nombreuses agression ou plutôt tentatives d’assassinat. »

« Mais c’est affreux ! N’êtes vous pas protégés en permanence ?! » s’exclama Lyzé, Tery clignant des yeux. Ah ben zut … A voir ses grands yeux ouverts, était-ce vraiment elle qui … non … dans le fond, l’empereur s’était peut-être trompé et …

Il avait amorcé un mouvement mais Elise posa son regard sur Tery, lui ordonnant de ne pas faire ne serait-ce qu’un geste. C’était beaucoup mieux. Dans une telle situation, il risquait juste d’envenimer les choses et de rendre tout ça encore plus compliqué que prévu. Qu’il se taise par pitié !

« Tu devrais pourtant le savoir, ma fille, non ? Toi qui a envoyé tous ces assassins sur Elise, ma propre personne mais aussi son chevalier. »

« Qu’est-ce … Qu’est-ce que vous racontez là ? »

« Oh … Voyons bon … Tu crois que je suis incapable de soutirer quelques informations à ces personnes qui tentent de me retirer la vie ? »

« Mais ce sont des affabulations ! Des mensonges pour tenter de me traîner dans la boue ! Ne les écoutez pas, père ! Vous … »

« ASSEZ ! Que penses-tu que j’ai fait depuis ces dernières semaines ?! »

On aurait dit un rugissement bestial, celui d’un animal prêt à tout déchiqueter entre ses griffes et ses crocs pour arriver à ses fins. Et Tery n’osait plus faire ne serait-ce qu’un seul mouvement. Un mauvaise geste de sa part et il pouvait se considérer comme mort, n’est-ce pas ? Mais pourtant, il avait envie de parler, de défendre … Lylé. C’était étrange, pourquoi est-ce qu’il voulait faire ça ? Et même les soldats semblaient prompts à réagir.

« Je … Je ne sais pas, père. Pouvez-vous me le dire ? »

« Je vais te le dire vu que tu as l’affront de te moquer de ma personne. Peut-être que ces assassins n’avaient aucune preuve écrite … mais ils parlaient, qu’importe la méthode pour y arriver. Et ils ont parlé … ils ont parlé. Cela a pris du temps, beaucoup de temps mais chacune de tes relations a finit par s’exprimer. »

Lylé déglutit, Tery ayant ses yeux fixés sur elle, comme pour tenter de lire dans ses yeux … mais rien à faire, il n’y arrivait pas. Cela semblait tout à fait impossible. Qu’est-ce que ça voulait dire ? Qu’est-ce qui se passait réellement ?

« N’as-tu pas remarqué à quel point il était difficile ces derniers temps de communiquer avec ceux qui t’étaient proches ? Que chacun de tes liens était défait subitement, sans aucune explication ? Certains sont encore vivants … mais traumatisés à vie. Je me suis chargé de leur expliquer ce qu’il leur en coûtait de s’en prendre à moi. »

« Mais mais mais … De quoi est-ce que vous parlez ? »

« Tu veux jouer l’innocente jusqu’au bout, Lylé, n’est-ce pas ? »

Il avait amorcé un premier pas, puis un second et un troisième. L’ambiance était vraiment devenue pesante et Tery n’osait plus faire un seul mouvement. Un bref regard chez les autres et il comprenait qu’il en était de même. Pour autant, lorsque le monarque arriva à la hauteur, les soldats se déplacèrent pour le laisser seul avec sa fille.

« C’est toujours ainsi que cela a été … Manipulation, utilisation de tes charmes, tu es très douée pour embrouiller les personnes qui t’entourent. »

« Je … Je ne sais pas de quoi vous voulez parler, père. »

« Allons, allons … Qui est le dénommé Skytos parmi vous ? » demanda Malark en se tournant vers sa garde personnelle. Aussitôt, la majorité fit un pas en arrière, reculant pour ne laisser qu’un seul soldat en avant. « Bien bien bien … Tu vois, Lylé ? Tu as parfaitement raison, c’est normal de toujours protéger ses arrières. »

La main gauche de Malark se pointa vers le soldat, celui-ci commençant à balbutier, semblant comprendre la fatalité qui allait s’abattre sur lui.

« Empereur Malark ! Je ne voulais pas ! Je n’ai fait que dire les faits et gestes des soldats ! Je ne voulais pas vous mettre en dan… »

« Malheureusement, à force de chercher à trop me rapprocher pour trouver une faiblesse, tu as fini par commettre plusieurs erreurs. »

Il n’avait pas laissé la possibilité au soldat de se défendre, sa main donnant vie à une sphère noire qu’il envoya en sa direction. Le corps du soldat commença à se distordre dans tous les sens, semblant se faire avaler par la sphère alors que ses cris s’éteignaient peu à peu. Il ne restait plus rien de ce soldat, l’empereur Malark se tournant vers Lylé.

« Vois-tu … Devant une mort certaine, bon nombre n’hésitent pas à parler. D’autres doivent subir de nombreuses tortures pour espérer qu’on les libère enfin. Tu as fait plusieurs erreurs mais bien souvent, personne ne cherche à les comprendre et les réparer. Ta principale erreur a été de vouloir m’assassiner. Oh, ton frère et ta sœur ne sont pas mieux mais c’est là ta seconde erreur. Avec l’apparition d’Elise, tu as commencé à être beaucoup trop active … et à vraiment essayer par tous les moyens de l’abattre ainsi que Tery, son chevalier. A force de trop en faire, tu as fauté. Tu t’es lourdement trompée … mais vas-tu reconnaître tes fautes ? »

« Père ! Je vous le promet ! Je vous le jure ! Ce n’est pas moi ! C’est un complot d’Halyza ou Haiktos ! Ou les deux ! Je vous en prie ! »

« Ah … Jusqu’au bout, tu n’assumes pas tes erreurs. Jusqu’au bout, il faut que tu te caches derrière autrui … Ah … C’est vraiment lassant. Emmenez-là, attachez-là et empêchez-là d’utiliser ses pouvoirs. Bien entendu, aucune nourriture démoniaque ne lui sera donnée, d’accord ? Maintenant, qu’elle disparaisse de ma vue. »

« PERE ! S’IL VOUS PLAÎT ! NE ME FAITES PAS CA ! PERE ! »

Et malgré les cris déchirants de cette femme que Tery avait trouvé belle, il y a de cela quelques semaines, le silence revint dans la salle du trône, salle où il se retrouvait seul avec le monarque et Elise. Qu’est-ce qu’il devait dire ?

« Je peux vous répondre à tous les deux. Il s’agira d’une exécution publique. »

Que quoi ?! Il avait pas … mal entendu, n’est-ce pas ? Il venait bien .. enfin … d’entendre ce qu’il pensait ? Une exécution … publique ? Vraiment ? Mais mais mais … Enfin, il savait que l’empereur était du genre très expéditif mais à ce point ? C’était, enfin, c’était sa fille mais quand même ! Enfin …

« Si vous estimez que c’est le meilleur choix, père. »

« J’étais certain que tu comprendrais, ma fille. Il faut absolument que cela serve de leçon à tes aînés. Celui ou celle qui voudra m’enterrer de force pour prendre mon trône n’est pas encore né. Je ne le lui laisserais pas sans combattre. »

« Pardon … mais est-ce que Lylé ne peut pas être emprisonnée, empereur Malark ? »

« C’est une manipulatrice … et surtout une démone de sang royal. S’il s’avérait qu’elle arrivait à mettre la main sur quelques chairs démoniaques, qui sait ce que cela pourrait donner. De plus, elle arriverait à convaincre les geôliers de l’aider. Tery, tu as put voir de tes propres yeux qu’elle avait réussi à retourner un membre de ma garde proche contre moi. Voilà ce dont elle est capable … et en vue de ses derniers agissements, c’est moi ou elle … et elle s’en est prise à Elise, ce que je ne pardonnerai jamais. »

Le fait qu’il évoque Elise montrait clairement l’attachement qu’il avait envers la nouvelle princesse. Tery ne fit pourtant aucune remarque à ce sujet, s’inclinant respectueusement devant le monarque avant de chercher à s’exprimer bien que l’empereur l’arrêta.

« Non, elle ne pourra pas mourir en un instant. Je la ferais souffrir comme il se doit. »

« N’est-ce pas trop cruel, em … Non, ce n’est pas à moi de vous conseiller à ce sujet. »

« Rien n’est trop cruel. Si je ne laisse ne serait-ce qu’un espace pour exprimer ma faiblesse, tu peux être certain qu’ils en profiteront. De même, j’ai demandé à ce que le reste de la famille royale revienne aussitôt. »

« Attendez un peu, vous n’allez quand même pas faire ça devant … »s

« Wandy et Zalek ? C’est pourtant le cas. Ils doivent comprendre ce qu’il adviendra d’eux s’ils décident de se rebeller et de vouloir attenter à ma vie. »

Non … C’est un spectacle bien trop horrible pour deux enfants ! C’était tout simplement n’importe quoi ! Il fallait l’arrêter ! Mais … Non … C’était l’empereur. Il baissa les yeux, finissant par murmure d’une petite voix :

« Je vais me retirer, empereur Malark. J’imagine que vous nous appellerez lorsque cela arrivera le moment de cette mise à mort en public, n’est-ce pas ? »

« C’est exact. Vu que tu as été une cible, tu seras obligatoirement présent. Je ferais aussi un discours pour prévenir les futures tentatives. »

D’accord. D’accord. D’accord. Il jeta un œil à Elise. Est-ce qu’elle allait venir avec lui ? A voir la jeune femme se déplacer en sa direction, il comprit que oui, Elise se plaçant à ses côtés avant qu’ils ne quittent la salle du trône. Les soldats qui gardaient la salle n’étaient plus présents et les couloirs étaient comme vides.

« J’ai l’impression qu’il a commencé à faire une purge … ou alors, peut-être que je me trompes. Qu’est-ce que … tu crois ? »

« Je ne peux pas te dire, Tery. Lylé mérite ce qu’elle va subir. C’est étrange mais je n’exprime aucune tristesse de savoir que l’une de mes sœurs va mourir. Elle a essayé de me tuer, elle doit en payer le prix, c’est aussi simple que ça, tu ne crois pas ? »

« Je … ne sais pas vraiment. Ce n’est pas ce à quoi je pensais, je dois t’avouer. »

« Tu croyais que j’allais dire que c’était trop horrible et tout ? Je n’ai plus la tête à penser à ça. Quand ça concernait juste ma personne, je crois que je pouvais pardonner … mais en te touchant … en s’en prenant à toi, elle a signer son arrêt de mort. Et j’aurai la même réaction si elle touchait à Wandy et Zalek. »

« Je veux bien te croire vu que ce sont des enfants mais moi … tu sais quand même que je suis un adulte, hein ? Je vois pas pourquoi, tu … »

« En vue de tes tremblements dans mes bras hier, et j’imagine que je n’étais pas mieux, on est juste des personnes normales avec des réactions normales. On est pas des dieux ou autres, on a des réactions logiques … et mes réactions m’incitent tout simplement à défendre ceux qui me sont chers et à tout faire pour qu’ils ne soient plus en danger. »

« Je le sais bien … enfin je crois … je … »

« Je te dirais simplement de penser à Clari, Tery. Est-ce que tu te rappelles comment tu as réagit ? Tu avais … tué ton premier ami, tu nous avais dit. Enfin, ton ami dans l’armée. »

« … … … Je sais où tu veux en venir, Elise. Je le sais. Préparons-nous alors. Il faudrait que l’on voie ton frère et ta sœur pour les préparer. »

Qu’importe ce qu’elle disait. Qu’importe ce qu’elle pensait. Le jeune démon aux cheveux bruns n’était vraiment pas motivé à laisser tout cela se passer comme si de rien n’était. Il ferma simplement les yeux alors qu’il percutait subitement une paroi de pierre ? Poussant un gémissement, il se frotta les yeux, levant ces derniers pour apercevoir la femme-golem. Et ben ? Qu’est-ce que … ça voulait dire ?

« On dirait presque qu’elle veut te … »

Elise ne termina pas sa phrase, Tery se retrouvant coincé contre la poitrine de pierre. Euh … En plein couloir ? Comme ça ? Mais surtout, devant Elise ? C’était lui ou la femme-golem était … un peu plus expressive que d’habitude ces derniers temps ?

Laisser un commentaire