Archives pour l'étiquette Tome 7

Chapitre 38 : De mauvaises intentions

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 38 : De mauvaises intentions

« De ce que j’ai cru comprendre, l’empereur Malark voudrait emmener ses derniers-nés à la surface pour servir d’ambassadeurs avec les races inférieures. »

« Qu’est-ce qui lui prend ? Après tout ce temps à déclarer que la guerre est la seule solution pour purger ces êtres qui nous ont banni pendant des siècles voire des millénaires, il décide de rebrousser chemin ? »

« C’est sa nouvelle fille … Enfin, celle qui vient d’arriver de la surface. »

« Elise, elle s’appelle. Même si elle n’est qu’à moitié-démone, ça ne change rien à son statut royal. On ne peut pas l’évoquer comme si elle n’était rien du tout. »

« Pour quelqu’un qui complote pour l’assassiner, je trouve que tu en fais beaucoup pour ne pas la froisser. Fais attention, on pourrait presque croire que tu fais double-jeu. »

« Je ne fais pas de double-jeu. Simplement, un membre de la famille royale reste de sang royal, qu’importe ses origines. Et ça, il ne faut pas l’oublier du tout. »

« D’accord, d’accord, j’ai rien dit. Je savais pas que tu te sentais aussi proche de la famille royale, quoi. Depuis quand ? »

« Je tiens à te signaler que je travaille pour l’un de ses membres et que toi de même. A partir de là, je ne te laisserai pas insulter une minute de plus. »

« Hey, hey … s’il te plaît, calmes-toi. Je disais ça comme ça. Je pensais pas que tu le prendrais de la sorte. Pardon … On devrait retourner à se focaliser sur Elise, non ? Enfin, la princesse Elise, si tu préfères que je l’appelle ainsi. »

« Je préfère, oui. On en revient donc au sujet principal. Pour la princesse Elise, de ce que tu m’as dit, elle sera donc accompagnée par son jeune frère et sa jeune sœur ? Depuis qu’elle est là, accompagnée de ce demi-démon nommé Tery, elle ne crée que des problèmes. Les deux enfants royaux se sont détournés de la voie qui est la leur. »

« Que devons-nous faire alors ? Préparer une escouade pour … »

« Non. Nul besoin d’une escouade pour en venir à cela. Nous allons placer quelques hommes parmi les troupes qui accompagneront ces … ambassadeurs si ce projet se concrétise. »

« Et pour les enfants ? Que devons-nous faire exactement ? Est-ce qu’il est vraiment nécessaire d’en venir … à les tuer ? »

« Si tel est le cas … qu’il en soit ainsi. Nous ne sommes pas là pour savoir ce qui est bon ou ce qui est mauvais dans nos actions. Nos actes œuvrent pour une bien plus grande cause, quitte à devoir faire quelques sacrifices pour arriver à ce résultat. »

« C’est exact. » termina de dire l’une des deux voix avant que des bruits de pas qui se séparent et une démone à lunettes qui déglutit, collée à un mur. Elle avait entendu une discussion qu’elle n’aurait jamais dût écouter.

Quelques jours plus tard, Tery était à nouveau dans la même pièce que le monarque et ses plus jeunes enfants. Mais cette fois-ci, Clari avait été « invité » à les rejoindre, à la demande de Tery. De base, ce n’était pas comme s’ils avaient une raison pour refuser sa présence. Tous savaient qu’elle n’écoutait que le démon aux cheveux bruns et le monarque pouvait aisément se défendre sans avoir besoin de ses gardes.

« Empereur Malark, si cela ne vous dérange pas, demain, j’aimerai plutôt avoir ma journée pour me promener dans la capitale. »

« Hmm … Y a t-il une raison particulière à cela ? Que je vois si je peux t’accorder cela ou non. Cela dépendra donc de ta réponse. »

« Je veux simplement rendre visite à Héraisty, c’est la renifleuse qui a réussi à nous retrouver, moi et Elise. Juste besoin de lui parler. »

« Je vois, je vois … Et d’après le regard de mes filles, cela ne semble pas leur convenir. »

« Pourtant, Elise sait parfaitement qu’elle n’a pas à s’en faire à ce sujet. Enfin, princesse Elise, je suis désolé, j’oublie mes manières ici. »

« Ce qui veut dire que lorsque je ne suis pas là, tu ne l’appelles que par son prénom, est-ce bien cela, Tery ? »

« Ahem … Je plaide coupable à ce sujet, oui. » avoua Tery en se grattant le derrière du crâne, un peu confus et gêné. Oui, bien entendu, il n’était pas parfait, loin de là. Et puis à côté, c’était oublier qu’il connaissait Elise depuis pas mal de temps.

« Qu’importe ce que je dirais, je ne peux pas vous retirer cela à tous les deux donc bon … Ce n’est pas si important que ça, j’imagine. »

Les deux plus jeunes enfants regardèrent leur père avec étonnement, Elise souriant à Tery. En un sens, c’était mieux d’avoir la confirmation du monarque qu’il pouvait continuer à tutoyer Elise comme auparavant.

« Ainsi, empereur Malark, est-ce que j’ai … néanmoins votre autorisation ou non ? »

« Tu l’as, Tery … mais seulement à partir de demain. Aujourd’hui, nous allons continuer à évoquer ces … Mékalarmiens. »

« Je ne sais pas ce qui vous intéresse réellement chez eux. Ils sont néfastes et mauvais. Sincèrement, ils sont une source de problèmes non négligeable. Vous devriez éviter de vous intéresser à eux, empereur Malark. »

« Vu qu’ils sont belliqueux envers toutes les autres espèces, il est bon de connaître l’ennemi dans ses moindres détails. Tu évoquais leurs écailles, non ? »

Oui ! Les écailles … C’était d’ailleurs le gros point faible des Mékalarmiens. Leurs écailles dévoilaient la magie élémentaire qu’ils utilisaient. Et non, impossible de la masquer à coup de grimage ou autre. La seule méthode était le vêtement ou l’armure intégrale pour cacher.

« Intéressant à savoir … et j’imagine que les Mékalarmiens ne sont pas de grands combattants, n’est-ce pas ? Du moins, ils ne sont pas tous capables de porter de lourdes armures. »

« Malheureusement pour eux, non, ce n’est pas le cas. Mais après, ils ont une intelligence supérieure à la moyenne et je sais qu’ils sont capables de créer des choses monstrueuses et colossales. Disons qu’ils sont très probl … »

« Problématiques, oui. Tu l’as si souvent répété, Tery. » corrigea le monarque alors que Tery se passait une main derrière le crâne, un peu confus et gêné.

« Désolé … Ce n’était pas voulu de ma part. »

C’était simplement que les Mékalarmiens, il les avait en horreur. Il ne pouvait plus les supporter après leurs derniers agissements. Oh, la réciproque était vraie. Les Mékalarmiens le haïssaient pour ce qui était arrivé aux deux derniers dirigeants de leur peuple. Après, oui, il savait clairement qu’il n’était pas tout blanc dans cette affaire. Ses actes criminels n’étaient pas à ignorer et on ne pouvait pas détourner la tête en faisant comme si rien de tout cela n’était arrivé. Ce n’était pas son genre.

Heureusement, la conversation se termina quelques minutes plus tard et le reste de la journée se passa tranquillement, sans anicroche ou autres. Le jeune homme aux cheveux bruns était un peu pressé d’être le lendemain pour retrouver Héraisty. Si la démone apprenait au sujet de ce qui venait de se passer, enfin depuis quelques jours, pas sûr qu’elle croirait ses propos.
Et pourtant, c’était la vérité ! Le lendemain, il était rapidement dans les rues, partant en direction de la guilde des renifleurs. Le souci, c’est qu’il ne s’était pas attendu à être percuté dès la troisième ruelle qu’il empruntait habituellement.

« Aie aie aie … Désolé … C’est de ma faute, je ne regardais pas devant moi. Je suis fautif. »

« Non, c’est de ma faute, j’étais pressée et … Tery ? C’est bien toi ? Tery ! »

Héraisty ? Et bien, euh … Il la regarda avec étonnement. La démone à lunettes avait toujours ces dernières sur le nez malgré le choc mais surtout, son regard était clairement inquiet. Et à la voir esquisser un geste pour aller dans ses bras puis éviter de le faire, il comprenait que la situation … était alarmant ? Ou quelque chose du genre ?

« Héraisty, tu veux que l’on ailles ailleurs pour discuter ? »

« Un endroit un peu discret si possible … Je … Je … Tu es en danger, Tery. Mais pas seulement toi, les deux princesses et le jeune prince aussi ! »

« Oh … Euh … Attends un petit peu, tu sais que commencer par ce genre de propos, c’est très mauvais pour une discussion hein ? »

« Je ne plaisantes pas, Tery ! Suis-moi ! Je sais où nous pourrons nous rendre. » dit-elle en lui prenant la main, le tirant derrière elle sans vraiment lui laisser la possibilité de refuser.

« Je ne plaisantais pas à ce sujet, c’est juste que … Tu devrais te calmer, j’ai une … »

« Je me calmerai seulement lorsque tu seras mis au courant de la situation. »

« Quelle situation ? Où est-ce que tu veux que l’on se rende pour discuter de tout ça ? »

C’était à son tour de poser la question mais les voilà dans l’auberge habituelle, là où ils se retrouvaient généralement tous les deux. Il poussa un léger soupir avant de s’installer à une table isolée dans un coin, accompagné d’Héraisty qui commandait déjà quelques consommations. Lorsqu’il la regarda plus longuement en détails, il pouvait voir quelques cernes aux yeux. Hmm … Sincèrement …

« Tu as eut du mal à dormir, n’est-ce pas ? »

« Et comment est-ce que j’aurais pu dormir dans une telle situation ? Jyaros … Tu connais Jyaros, n’est-ce pas ? Nous sommes d’accord hein ? »

« Bien entendu, on en parle assez souvent pour que je le connaisses presque aussi bien que toi, tu le sais, non ? »

« Ce n’est pas le moment de plaisanter, Tery. Je suis sérieuse … Jyaros … Il … Je devrais peut-être commencer par le début, pour être sûr que tu comprennes réellement la situation. »

Et voilà, il l’écoutait attentivement. Il ne chercha pas à l’arrêter. Elle lui expliquait que tout simplement, pendant qu’elle rangeait de nombreux dossiers dans une pièce normalement interdite à la majorité des employés, sauf elle en vue de ses dernières prestations, on lui avait donné une petite « promotion », elle s’était sentie obligée de se cacher lorsqu’elle avait entendu la voix de Jyaros avec celle d’une personne qu’elle ne reconnaissait pas.

« Et ensuite, qu’est-ce qui s’est passé exactement ? »

« Ils discutaient de diverses choses. Tu sais que … Jyaros … n’a pas été très heureux de ce que j’ai découvert en vous ramenant, toi et la princesse Elise. »

« Ne t’en fait pas, je crois que cela a été aisément remarqué par les soldats qui étaient autour de nous à cet instant précis, entre nous, si je peux me permettre de te dire ça. »

« Tu le peux … mais s’il te plaît, prends la situation au sérieux, c’est très dangereux et j’aimerai que tu comprennes ce que cela veut dire. »

« Je suis sérieux, Héraisty. Simplement … Je n’aime pas te voir aussi effrayée. Des menaces de mort et des tentatives d’assassinat, tu sais aussi bien que moi que cela m’est déjà arrivé non ? C’est pour ça que je ne prends pas ça de façon alarmante. »

« Tu devrais … car je suis au courant de votre projet d’aller à la surface avec des ambassadeurs … Et avec les trois derniers enfants de la famille impériale. »

« Hmm … Est-ce à cause de Jyaros et cette personne avec qui tu discutais ? »

« C’est exact, Tery. Tu vois que ce n’est pas à prendre à la légère, loin de là. » dit-elle en fronçant les sourcils comme pour bien montrer qu’elle était mécontente.

« Je ne te prenais pas à la légère mais là … cela veut dire que les soldats qui surveillent les portes des salles où nous nous rendons avec l’empereur, l’un d’entre eux a décidé de cracher le morceau et ça … j’aime beaucoup moins. »

« Qu’est-ce que vous allez faire exactement alors ? Car … vous n’allez pas rester là, les bras croisés sans rien faire, n’est-ce pas ? »

« Il en est hors de question. J’irais prévenir Elise et l’empereur Malark. Merci beaucoup, Héraisty. Si tu as peur pour ta vie, tu sais, je peux demander à Elise de te faire avoir une chambre dans le château impérial. »

« Ca serait la preuve parfaite que je sais quelque chose et que je sois ciblée par Jyaros et ses compagnons. Non, je vais faire comme si de rien n’était. »

« Tu es certaine à ce sujet ? Car je te rappelle que c’est quelque chose … enfin … C’est vraiment mortel, tu le sais, n’est-ce pas ? »

« Vraiment mortel ? Y a d’autres façons de mourir, Tery ? » dit-elle alors qu’elle avait un petit sourire qui se voulait rassurant. Elle venait d’inverser leurs positions. C’était à son tour de montrer que maintenant qu’il était au courant, elle n’avait plus à s’en faire.

« Mais non, ce n’est pas comme ça … Enfin, ce n’est pas ainsi. Enfin, ce n’est pas de la sorte … à laquelle je pensais, tu sais bien ! »

« Hahaha … Ne t’en fait pas, je sais que si j’ai un problème, je peux compter sur toi pour m’en sortir, n’est-ce pas ? Mais est-ce que tu crois que … »

« Je vais voir ce que je peux faire, Héraisty. Le monarque a à peine confiance en ce projet mais peut-être qu’avec l’appui d’Elise … car je n’ai pas oublié ce que tu voudrais faire. »

« Merci beaucoup, maintenant que nous sommes ici, mangeons un morceau et buvons … sauf si tu es pressé d’aller les prévenir. »

« Oh, tu sais, Elise et la princesse Wandy me font la tête quand j’ai signalé où je me rendais. »

« Oh ? C’est vrai que tu voulais me voir, je parlais, je parlais … mais toi, qu’est-ce que tu veux me dire exactement ? Ou alors, c’était … »

« Et bien, tu es déjà au courant en fait, tout simplement, hahaha. » dit-il en lui confirmant ce qu’elle pensait. C’était tout simplement ce qu’elle avait évoqué … même indirectement. Il s’agissait du projet d’ambassade à la surface.

« Est-ce que tu as une idée de comment tu vas faire exactement, Tery ? Pour y arriver ? De ce que tu m’as dit, la surface, tu n’es plus … vraiment apprécié, non ? »

« C’est pas faux … mais bon, malgré cela, je vais quand même tenter le coup. Je n’ai rien à perdre … et je ne pense pas que deux enfants devraient être la cible des gens de la surface. Du moins, des personnes que je fréquente. Le reste, je préfère me méfier quand même. On n’est jamais trop prudents … et je resterai sur mes gardes à ce moment précis. »

« De toute façon, tu ne seras pas seul … mais il te faudra prendre des personnes de confiance, tu le sais, non ? »

« Malheureusement, tu sais aussi bien que moi que ça ne sera pas possible. Ils vont se douter d’une chose si on fait ça … et donc, lorsque nous reviendrons, il y aura un comité d’accueil qui nous attendra … et nous aurons aucune chance d’en sortir vivants. »

« Alors, qu’est-ce que tu comptes faire ? Quelle idée est-ce que tu as en tête ? »

« Tout simplement … celle qui consiste à se prépare mentalement à la confrontation. Nous sommes au courant de leur projet … Et nous pourrons alors réagir en conséquence. Si on ne leur laisse aucune chance à cet instant précis, ils regretterotn d’être nés. »

« D’accord … donc on ne reste pas sans surveillance et protection mais en même temps, on fait comme si de rien n’était. »

« C’est à peu près ça, oui. Qu’est-ce que tu en dis ? Ca te semble raisonnable ? »

« Pas le moins du monde mais en même temps, en vue de la situation future sur laquelle on va tomber, ce n’est pas comme si nous avions tellement le choix … sauf si tu décides d’annuler ce projet mais je ne crois pas que ça soit à l’ordre du jour. »

« Pas le moins du monde, Héraisty. C’est pourquoi je ne m’en fais pas. Et puis, content surtout de voir l’idée d’Elise se concrétiser. Ah, le repas de l’auberge, ça me change de celui du château … et c’est une bonne chose. Des fois, trop raffiné, c’est … pas à mon goût. »

« Hahaha, monsieur est difficile mais pas dans le bon sens, c’est bien ça ? »

« Hey, je suis quelqu’un qui aime la nourriture simple, tu sais ? A la surface, je ne vivais pas dans le luxe, je suis le fils d’une paysanne qui vivait un peu isolée du reste du village. Je n’ai pas la tête à chercher ce qui est bon ou ce qui est mauvais, qu’est-ce que tu crois. »

A voir le sourire radieux d’Héraisty, il avait la sensation que discuter avec lui lui produisait le plus grand bien. La démone devait sûrement avoir besoin de décompresser mais maintenant, après toute cette agitation et surtout cette nouvelle, elle devait sûrement se sentir bien mieux maintenant.

« Et toi, ces repas à l’auberge, ils ne sont pas trop fades à force ? »

« Vu qu’il m’arrive parfois de changer d’auberge et de taverne suivant les jours, j’ai la chance de pouvoir avoir des repas différents et équilibrés. »

« C’est vrai qu’en même temps, je ne sais pas, je ne te vois pas tellement aux fourneaux. »

« Malheureusement, le travail de renifleuse m’en empêche grandement. »

« A ce sujet, rien de nouveau ? Car j’ai l’impression que depuis nous, tu n’as plus vraiment fait de trouvailles en tant que renifleuse. Est-ce que je me trompe ? »

« A cause de ma découverte, on peut dire clairement que je suis maintenant mise de côté … mais tu sais quoi ? Je pense que ce n’est pas bien grave. Je pense aisément que je peux m’en remettre. Et puis, je ne crois pas que je suis à plaindre, n’est-ce pas ? »

« Pas le moins du monde … enfin, de toute façon, même si c’était le cas, tu sais où me trouver. Je suis en partie responsable de tout ça, hein ? »

« L’ouverture des portes démoniaques, le contact avec la surface ? Oui, oui, je confirme que tout ça est de ta faute. Mais bon … »

« Je ne parlais pas vraiment de ça, Héraisty … mais … merci de ne pas en tenir compte. »

Il savait aisément qu’elle avait compris de quoi il parlait mais elle avait fait semblant d’ignorer complètement le sujet. C’est pourquoi il appréciait le geste. Le repas se termina calmement et ils marchèrent tous les deux pour digérer. Sur le chemin, ils parlaient maintenant de tout et de rien, comme d’habitude.

« Et bien, et bien … Merci pour la petite balade, Tery. C’était très sympathique de ta part. »

« Je ne vois pas en quoi, ça ne change pas d’habitude, non ? »

« Oh, disons que ça fait toujours plaisir de se faire accompagner, tu ne crois pas ? Prends soin de toi et j’attendrais de tes nouvelles, d’accord ? »

« C’est à moi de te dire de faire attention. Surtout avec la situation actuelle. Tu prends garde, d’accord, Héraisty ? Maintenant, je vais te laisser. »

« Pas de soucis. Rentres bien de ton côté, d’accord ? »

Il fit une petite salutation de la main pour dire que oui avant de s’éloigner de la guilde des renifleurs. C’était une journée habituelle et cela lui avait fait le plus grand bien. Avec toute cette histoire liée à cette future expédition, autant dire qu’il avait beaucoup à faire.

« Messire Tery, comment s’est passé cette rencontre ? »

« Oh … Princesse Wandy ! Je ne vous attendais pas ici ! » s’exclama le jeune homme aux cheveux bruns, surpris de voir l’adolescente au détour d’un couloir dans le château, et cela à peine deux minutes après être revenu.

« J’avoue que j’étais un peu impatiente d’avoir de vos nouvelles. »

« Oh, il n’y avait rien de si spécial par rapport à ça, vous savez. A ce sujet, j’ai d’ailleurs à parler à votre père mais aussi à votre sœur. Mais cela vous concerne aussi ainsi que votre petit frère. Est-ce que vous pouvez aller le chercher ? »

« Oh ! Euh … Ah oui … Bien entendu, messire Tery ! »

Elle ne s’était pas attendue à ce qu’il lui demande quelque chose et elle resta immobile, un peu bouche bée. Finalement, elle partit à sa suite, demandant à un garde d’aller chercher Elise et Zalek qui étaient ensemble. De quoi voulait parler Tery ?

Chapitre 37 : Un convoi royal

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 37 : Un convoi royal

« Ma fille, j’aimerai que nous parlions un plus de ce … jeune prince devenu roi. »

« Royan ? Oh … Euh … Si vous voulez mais pour quelle raison spécialement voulez-vous que l’on parle de lui ? Je veux dire, cela ne vous intéressez pas avant. »

« Et bien .. .Je veux en savoir plus à son sujet, est-ce un mal ? » demanda le monarque en regardant sa fille, celle-ci hochant la tête vivement avant de répondre :

« Non non ! Pas du tout ! Vous vous trompez complètement ! Je serais vraiment ravie de vous en parler. Je n’attendais que ça ou presque ! » dit-elle en posant une main sur son coeur comme pour le convaincre du bien fondé de ses propos.

« Je veux en savoir plus sur vos compagnons de la surface. Peut-être devrions nous inviter Tery aussi ? Qu’est-ce que tu en dis ? »

« Ca serait une excellente idée, père. Je suis certaine qu’il connaît bien mieux Royan et les autres membres que moi. Il pourra aussi vous parler de Clari, c’est à quoi ressemble le golem qui l’accompagne continuellement. »

« Clari … Hmm … C’est vrai qu’il ne faut pas oublier ça. Soit, nous allons faire ainsi. Tu peux aller chercher Tery et … Hmmm ? Un souci ? »

« Je viens de penser que Tery est depuis quelques jours entouré par Wandy et Zalek. Je me disais que peut-être … nous pourrions les faire venir avec nous ? Contrairement aux aînés, ils ont l’air de vraiment l’apprécier et puis, cela leur ferait du bien d’écouter plus d’histoires de la surface, pour qu’ils se forgent leurs propres idées sur la question. »

« Tu n’en démords pas … n’est-ce pas ? Bon, qu’ils viennent eux aussi. Mais peut-être devrions nous plutôt aller dans une autre salle pour discuter de tout cela. La salle du trône n’est pas faite pour cela. »

« C’est vrai ! Bon, je vais vite me dépêcher alors, hahaha ! »

Hahaha ? Est-ce qu’il avait dit quelque chose de drôle ? Il haussa un sourcil en regardant sa fille partir de la salle du trône, se levant de ce dernier pour faire quelques pas et quitter la pièce à son tour, signalant aux gardes de ne pas le suivre.

« C’est vrai qu’on peut vous accompagner ? Vous allez pas avoir des conversations d’adultes, c’est sûr ? Même moi ? »

« Oui, oui, Zalek. Même toi. Père a accepté que vous veniez. »

« Si cela avait été une conversation d’adultes, je sais que je n’y aurais pas eut le droit. Je ne suis pas encore une adulte aux yeux de beaucoup. » bougonna Wandy en faisant la moue, Tery disant d’une voix calme :

« Ah bon ? Pourtant, je vous trouve très mature pour votre âge, mademoiselle Wandy. C’est étrange. On dirait que je me suis donc trompé. »

« Hein ? Oh … Euh … Vous le pensez vraiment, messire Tery ? »

« Je n’ai aucune raison de mentir, pourquoi je devrais avoir recours à cela ? Je le penses vraiment, oui. Vous ne devriez pas avoir à vous inquiéter, loin de là. »

« Oh … Et bien … Euh … J’accepte cette vile flatterie de votre part, hihihi. »

Rougeur aux joues, l’adolescente démoniaque a les yeux baissés mais des étoiles dans ces derniers. Il semblerait que le compliment l’affectait bien plus qu’on ne pourrait le penser. Elise regarda Tery, celui-ci lui faisant un léger sourire. Ah oui … Bien entendu Elle comprenait qu’il avait fait cette remarque à dessein même s’il y avait une chance qu’il le pense vraiment. Un vrai manipulateur de femmes, tiens donc.

« Oh ? Nous n’allons pas dans la salle du trône aujourd’hui ? »

« Il semblerait que non ! Père a décidé que nous serions mieux dans une autre salle pour discuter de tout et de rien. En un sens, je peux le comprendre, il est vrai que nous utilisions un peu trop souvent la salle du trône pour nos banalités. »

« Ah ben ça … Faut avouer que votre père n’a pas tort à ce sujet. Même pour discuter tout simplement, nous nous rendions dans la salle du trône. Il est alors normal qu’il nous en fasse la remarque, n’est-ce pas ? »

Tous appuyèrent les propos du jeune homme aux cheveux bruns. Avec tout ça, ils étaient arrivés devant les portes d’un des nombreux salons du château impérial. Deux gardes étaient devant, le quatuor se présentant devant eux.

« L’empereur vous attends. Vous pouvez rentrer. »

L’un des gardes ouvrit les portes pour les laisser passer, Elise étant la première, suivie par Wandy, Zalek et enfin Tery qui fermait la marche. Tous pénétrèrent dans la pièce richement décorée, le monarque étant assis sur un fauteuil, un verre à la main contenant un liquide rouge. Elise haussa un sourcil, disant :

« Père, est-ce vraiment bon que de boire maintenant ? En pleine journée ? Je ne suis pas certaine que ça soit vraiment très recommandée, vous savez. »

« Je confirme tes propos, ma fille, mais je patientais jusqu’à ce que vous arriviez. Maintenant que c’est le cas, installez-vous donc. Tery, tu peux aussi t’asseoir, j’estime que tu en as assez fait pour mériter ce traitement. »

« Merci beaucoup, empereur Malark. Je suis honoré que vous m’accordiez cette faveur. Votre fille est venue nous chercher car vous étiez intéressés par les histoires de la surface ? Mais n’avions nous pas eut déjà cette conversation auparavant ? »

« C’est exact mais non pas sur quelques points plus précisément. Installes-toi tout d’abord et ensuite, nous allons pouvoir commencer à converser. Zalek, Wandy, je compte sur vous pour ne pas lui couper la parole, nous sommes bien d’accord ? »

« Il en va de soit, père. » murmura Wandy d’une voix lente et un peu trop neutre pour que cela paraisse naturel.

« Oui, père. » compléta Zalek sur le même ton. Hmm … Même si cela faisait déjà plusieurs jours depuis la mise à mort de leur grande sœur, il semblerait que leur rancune était plutôt tenace, contrairement à ce que Tery pensait. Enfin, il leur faudra du temps mais ils comprendront aisément que Lylé n’était pas une bonne grande sœur, contrairement à Elise. Et puis, intérieurement, il tentait d’être un membre de leur famille … pour leur permettre un meilleur avenir que celui prévu par les aînés de la famille royale.

« Tery, je ne vais pas y aller par quatre chemins. Ma fille n’a pas arrêté de me parler de la surface, encore et toujours. »

« Je sais qu’elle est très tenace quand elle a une idée en tête, je peux vous le promettre. »

« Oh que oui … Et disons que … je voudrais vraiment que tu m’en dises plus sur la surface. Dans les moindres détails, que ça soit les lignes d’Alzar, Zélisia, les différents royaumes, leur mode de vie, leurs habitants, leurs souverains. »

« Oh … Euh … Cela ne va pas prendre qu’une heure ou deux, empereur Malark. Je tiens à vous le dire avec honnêté. J’espère que vous comprenez. »

« Je le conçois parfaitement et je suis prêt à cela. Je n’ai pas peur … quitte à ce que cela dure plusieurs journées avec des pauses entre elles. A vous de me convaincre de mon choix. »

« Vous voulez dire que … pour la surface, vous voulez tenter … »

« Parles moins, Tery … et plus d’explications. Je te laisse commencer par la nation que tu désires ou par tes compagnons et autres. »

Ah ben … Zut … Il semblerait que l’interrogatoire venait de débuter. Enfin, qu’il allait devoir parler pendant des heures et des heures. C’est sûr que c’était autre chose qu’un entraînement et un combat, que ça lui changeait mais quand même …

Et à voir comment il parlait, ça semblait intéresser grandement les deux enfants. C’est vrai qu’il romançait un peu le tout mais bon … de là à être complètement absorbé par ses propos … voilà quoi. Mais bon, tant mieux en un sens, n’est-ce pas ?

« Hum … Euh … Cette Elen, messire Tery, à quoi est-ce qu’elle ressemble ? »

Il cligna des yeux à la question de Wandy, ses yeux se posant sur elle. Physiquement ? Il n’en avait pas parlé ? C’est vrai que ça serait plus intéressant. Surtout qu’elle avait changé depuis tout ce temps … en bien, physiquement.

« Bah, déjà, elle n’était pas très grande. Je ne m’estime pas vraiment grand mais elle l’était encore moins que moi, c’est dire ! Sinon, elle avait des cheveux blonds, un masque blanc, un justaucorps rouge … enfin, d’après mes souvenirs, ça fait plusieurs années. Elle a aussi des yeux bleus magnifiques mais voilà, suivant son humeur, ils peuvent virer au rouge, comme ceux des démons ou des utilisateurs des lignes d’Alzar. C’est vraiment une femme superbe et elle utilisait principalement un arc qu’elle créait entre ses mains. »

« Je vois, je vois … Hum … D’accord, merci, messire Tery. »

La jeune adolescente se renfrogna sur place, comme si elle venait d’apprendre une mauvaise nouvelle. Tery évita de la regarder plus longtemps, comprenant parfaitement ce qui se passait avant de recommencer à parler. En fait, il racontait toute son histoire, mais en décrivant bien plus les différents protagonistes.
Le petit truc problématique, c’est qu’en commençant à évoquer Manelena, Wandy avait décidé de relever son regard pour le poser sur lui, fronçant les sourcils. Est-ce qu’elle avait deviné quelque chose à son sujet ? Gloups … Enfin, non, il ne fallait pas mentir. Il regarda le monarque puis reprit :

« Pour Manelena, ma relation avec elle a été assez compliquée pendant des années … et depuis l’ouverture des portes démoniaques, je ne peux pas prétendre qu’elle se soit réellement arrangée, je dois avouer. »

« Que veux-tu dire par là ? Il s’agit de la reine de la nation dont tu viens, n’est-ce pas ? »

« L’actuelle reine mais à l’époque, ce n’était pas le cas. Elle était une simple maréchale … et personne ne savait qu’elle était la fille du roi. Elle l’a caché pendant des années et des années. Elle se faisait appeler la maréchale Nali et … »

« A quoi est-ce qu’elle ressemblait ? » demanda Wandy à nouveau, coupant la parole à Tery alors que l’empereur se tournait vers sa fille, visiblement agacé par son action. « Pardonnez-moi, père, mais j’estime que cela a son importance. »

« Grande, vraiment grande. Je dirais que par rapport aux démons, elle ferait dans la moyenne voire même en dépasserait une bonne partie. Au moins un bon mètre quatre-vingts dix. Elle a des cheveux couleur argent et des yeux rubis continuellement. Elle est vraiment très forte et expérimenté. On dirait qu’elle a un mauvais caractère mais il suffit de bien la connaître pour comprendre qu’elle est bien plus que ça. »

« Et … par rapport à elle ? Qu’est-ce que … vous en pensez exactement ? »

« Hmm … Disons que je parlerai d’elle un peu plus tard si vous me permettez, mademoiselle Wandy. On va dire que j’ai bien à l’évoquer … mais plus tard. »

Et à voir la légère rougeur aux joues, impossible d’ignorer que ce n’était pas rien ce qui allait se passer. Bon … ll devait aussi parler des médaillons, des créatures mythologiques et aussi des autres nations. L’empereur était vraiment intéressé par ce qu’il racontait, c’était étrange de se dire que cet homme qui l’écoutait avait tué sa fille de sang-froid.

« Y a t-il une nation plus problématique que les autres ? »

« Mékalarma ! Vraiment ! Ces êtres écailleux sont de vraies aberrations ! Ils haïssent le monde entier, qu’importe la race et c’est à se demander s’ils ne se détestent pas entre eux ! Bref, eux, ce sont vraiment les plus dangereux et il vaut mieux pas tenter quoi que ce soit ou espérer quelque chose de leur part. »

« Donc il est possible que tu n’aimes pas une race, c’est étonnant. »

« Euh … Empereur Malark, sauf votre respect, je ne suis pas que paix et amour. J’ai aussi des personnes que je n’apprécie pas. Mais bon, où est-ce que j’en étais ? Ah oui, les créatures légendaires. Vous savez, pour ouvrir les portes démoniaques, ce n’est vraiment pas aisé. »

Et voilà qu’il expliquait l’histoire des médaillons, l’aigle bicéphale, l’arme vivante et tout le reste. Il expliquait que tout cela brisait des sceaux sur les portes démoniaques se trouvant sous Omnosmos. Au nom de la ville, le monarque poussa un léger soupir :

« Cette ville est connue aussi dans nos bibliothèques. Elle était le centre du monde à la surface, tout était relié avec elle. Je vois qu’elle existe toujours … et il semblerait qu’elle ait gardé la même fonction, malgré tout ce temps. »

« Et Ernold est le grand archimage, la sommité la plus puissante et connue dans le monde. Tout le monde l’écoute ou presque. C’est dans la tour des archimages, dans son sous-sol, qu se trouvent les portes démoniaques. »

« Les portes démoniaques … les plus importantes … celles qui retenaient tous les démons sous terre pendant des siècles et des millénaires … »

Comme si tout cela était empreint de nostalgie, le monarque semblait avoir le regard un peu ailleurs, perdu au loin tandis que Tery s’était arrêté dans ses propos. Avec tout ça, il avait quand même parlé pendant un bout de temps. Peut-être qu’il faudrait mieux se reposer non ? Enfin, il finit par demander au monarque s’il voulait faire une pause.

« Cela vaut mieux. J’ai la gorge sèche et il est vrai que s’asseoir aussi longtemps en en faisant qu’écouter peut paraître assez laborieux. »

Comment est-ce qu’il doit s’exprimer sensément ? Il n’en sait trop rien. Le monarque signalait bien que la pause était nécessaire mais en même temps, était-ce vraiment suffisant ? Il parlait, parlait, parlait … mais il n’était pas certain de l’intérêt de tout ça dans le fond. Il regarda l’empereur Malark avant de reprendre :

« Empereur Malark, ce regain d’intérêt par rapport à la surface, qu’est-ce que … »

« Je te l’ai exprimé au départ … au sujet des propos de ma fille, non ? Elle voudrait … que nous voyons pour envoyer une délégation à la surface avec pour but de créer des liens amicaux avec les nations qui s’y trouvent. »

« Mais vous, est-ce que vous pensez que c’est une mauvaise idée ou non ? Qu’est-ce que vous envisagez réellement ? Est-ce que cette idée vous plaît à imaginer ou non ? »

« Au départ, j’étais très réticent. Je ne compte pas changer d’avis juste par de belles paroles. Simplement, ma fille est là pour me permettre d’ouvrir l’esprit et de montrer que je peux espérer bien plus que des guerres triviales. »

« C’est vrai, père ? Vous voudriez que nous entretenions des relations amicales avec les nations de la surface ? Comme celle où est né messire Tery ? » demanda Wandy, très intéressée par le sujet alors que son père lui répondait :

« C’est exact mais … attention. Je ne promets rien du tout, loin de là. Ne vous bercez pas d’illusions. Ma décision n’est pas prise. »

« Est-ce que … si on envoie des ambassadeurs à la surface, est-ce que moi et Zalek, nous pourrons en faire partie, père ? »

Il cligna des yeux, comme Tery et Elise, les trois adultes regardant l’adolescente avec étonnement. Visiblement, ils ne s’attendaient pas à une telle proposition de sa part et le monarque demanda :

« Pourquoi cette proposition, ma fille ? Qu’est-ce qui vous intéresse dans tout ceci ? »

« Me rendre utile pour vous mais aussi le peuple des démons. Nous sommes en âge de pouvoir utiliser notre influence pour vous épauler, père ! Et en même temps, cela nous permettra d’être plus indépendants et moins influençables en suivant nos aînés. »

« Tu oublies une chose : il y a de fortes chances qu’Elise vous accompagne si je décide de vous laisser faire, n’est-ce pas ? »

« Et j’imagine que vous préférez que nous soyons influencés par elle que par nos autres aînés, n’est-ce pas, père ? »

Un petit rictus se dessina sur les lèvres de l’empereur Malark. Même si cela n’avait pas été dit avec provocation, il fallait avouer que le ton utilisé par sa fille était un peu moqueur.

« Humpf … Il est vrai que cela serait beaucoup mieux. »

« Alors, si cela est décidé, vous pourrez penser à nous, père ? »

« J’y réfléchirais, oui. Peut-être que cela est possible … c’est exact. Bon … Tery, merci pour cette conversation. Nous la reprendrons un autre jour. »

« Comme vous le désirez, empereur Malark. Si mes histoires vous conviennent, je pourrais vous en raconter d’autres et … »

« Avant toute chose, j’ai une question qui me taraude. A toi d’y répondre si tu le désires. Mais dans ta voix, j’ai remarqué qu’elle changeait quand tu parlais de Clari … cette femme qui ressemble à ce golem qui t’accompagne. »

« Elle était un peu ma grande sœur. Toujours souriante et heureuse, elle ne rechignait jamais à me faire sourire même quand j’allais mal. On avait pas de liens de sang mais ça n’empêchait pas que je tenais énormément à elle. Enfin bon … Ca c’était avant. »

« Et par rapport à cette Manelena … Qu’est-ce que tu peux me dire à ce sujet ? Là encore, ta voix était différente, un peu comme celle que tu emploies lorsque tu parles de cette Elen. »

« Oh … Euh … J’ai d’abord une question : Qu’est-ce qui vous fait penser que ma voix est si différente quand je parle de ces deux personnes ? Je sais pas où vous voulez réellement en venir, je dois avouer. Vous pouvez me dire ? »

« Au fil des décennies, j’ai appris tout simplement à savoir qui me mens, qui a des émotions contraires et tout le reste. Donc … Manelena ? »

« Disons que … Je ne suis pas le meilleur des humains de ce côté-là. Je crois que je … l’aime autant qu’Elen. Je sais particulièrement que ce n’est pas très … »

« J’ai eut ma réponse, tu n’es pas obligé d’en dire plus à ce sujet, Tery. Allons-y. »

Comme il le désirait. Il voulait juste être sûr de ses sentiments par rapport à Manelena, c’est bien ça ? Mais qu’est-ce qu’il y gagnait à confirmer ça ? Il n’en savait trop rien. Néanmoins, comme cela faisait quelques heures qu’ils parlaient, il était maintenant temps de manger.

Tous assis autour d’une table, voilà qu’ils étaient en train de manger comme si de rien n’était. Pour l’heure, les discussions étaient terminées, du moins sur le sujet. Enfin, c’est ce qu’il aurait aimé croire mais il s’était trompé assez lourdement. Wandy était assise à sa droite et semblait vouloir faire la conversation à ce sujet.

« Messire Tery, vous n’auriez pas une représentation golémique de cette dame nommée Manelena mais aussi cette dame Elen ? »

« Euh … Je n’ai jamais réellement pensé à créer des golems pour qu’ils ressemblent à quelqu’un d’humain, je dois l’avouer. Pourquoi cette question ? »

« Oh … Je voulais juste voir à quoi elles ressemblaient, c’est tout. Mais alors, cette femme-golem nommée Clari, comment est-ce que vous avez réussi à la confectionner ? »

« Par accident, je ne dirais pas par erreur car c’est ma plus belle réussite … mais par accident. Je ne sais pas du tout comment ça se passe … enfin, comment j’ai réussi de ce côté. »

« D’accord, d’accord … donc c’est la réussite d’une vie. » rectifia Wandy alors qu’il se grattait le derrière du crâne avec un peu de confusion.

« On peut dire ça comme ça … j’imagine … hahaha. »

Il rigolait mais en un sens, il avait pas de quoi être fier. Il poussa un léger soupir comme légèrement fatigué par tout ça. Il était certain qu’elle lui avait posé cette question car elle voulait se faire une idée de son type de femmes. Sauf que voilà, Manelana et Elen, c’était vraiment le jour et la nuit dans tout ça.

« Quand même …Si on envoie une délégation à la surface, il faudra peut-être voir pour faire de même dans l’autre sens, non ? »

« Elise, ne nous pressons guère. Faire du zèle pourrait mener à de graves conséquences si nous ne faisons pas attention. »

« C’est vrai, père. Je pense que j’ai voulu aller trop vite … mais en même temps, comment expliquer cela … J’ai été si contente de savoir que vous approuviez mon idée. »

C’est bien pour cela qu’elle était pressée que tout cela se mette en place !

Chapitre 36 : La chair des dieux

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 36 : La chair des dieux

« Ma fille, je m’interroge sur une chose. »

Depuis la disparition de la grande sœur d’Elise, celle-ci était quotidiennement dans la salle du trône de son père, discutant avec lui assez souvent par rapport à tout ce qui les entourait. Elle le regarda, attendant la suite de sa question :

« Ces deux démons que tu évoquais, est-ce que tu connais leurs noms ? »

« Je ne suis plus sûre de m’en rappeler. Je pourrais demander à Tery au cas où mais je ne sais pas s’ils se sont présentés … Je crois qu’ils ne l’ont pas fait. »

« Cela m’interpelle et j’avoue que j’aimerai avoir plus d’informations à ce sujet. Dès que tu peux, si tu y arries, préviens moi, d’accord ? »

« Cela sera fait, père. Je vais même y aller de ce pas. Je crois qu’il est avec … »

« Wandy et Zalek, je suis au courant à ce sujet. Depuis cet événement, il est souvent à leur côté. Je sais qu’il ne pense pas à mal mais beaucoup se font des idées suite à ses préoccupations mais en même temps … »

« Vous n’avez pas vous en faire, père. Vous savez aussi bien que moi que Tery ne pense pas à mal et qu’il se fiche guère de ce que les gens pensent de moi. Enfin, la grosse majorité du temps … mais là, sur le coup, je ne pense pas que ça le dérange réellement. Je vais aller le voir maintenant, père. »

Il fit un petit mouvement de la tête, ayant bien remarqué que sa fille se répétait bien qu’il ne fit aucune remarque à ce sujet. Ce n’était guère le moment de l’embêter avec ce genre de petit désagrément. La démone aux cheveux auburn quitta la salle du trône, marchant dans les couloirs tout en saluant les gardes sur son passage.

Ce ne fut pas bien difficile de retrouver Tery. Ce dernier était visiblement en train de discuter avec Wandy, installé sur un banc tandis que Zalek jouait devant eux. Malgré le jeune âge de la démone, il était difficile de ne pas reconnaître élégance et la noblesse qui émanaient d’elle. Et puis, Elise reconnaissait aisément ce sourire et ce ri si particulier aux gens de la haute société. Ah oui, elle s’en rappelait.

A l’époque où elle n’était qu’une simple serveuse, les nobles restaient rares mais pas inconnus. Ceux qui s’arrêtaient dans l’auberge avaient toujours ce petit rire. C’était un rire qui donnait l’impression que l’on rigolait de ce que disait l’autre personne alors qu’il sonnait faux. Dans ce cas précis, elle avait la sensation que Wandy … riait réellement avec Tery.

« Dommage qu’elle soit arrivée beaucoup trop tard. »

Mais rien empêchait l’adolescente démone de continuer son numéro de charme. Et puis, elle ne se faisait pas oppressante. Oui, il était possible de la sauver … de la faire devenir quelqu’un de différent, quelqu’un qui n’était pas comme ses aînés.

« Oh ! Grande sœur, tu es là depuis quand ? »

Oh ? Vrai qu’elle s’était avancée sans même s’en rendre compte. Elle était un peu idiote, sur le coup vu qu’elle s’était décidée à les laisser un peu tranquilles mais elle sentit la présence de Zalek contre ses genoux.

« Grande sœur ! Bonjour ! Comment est-ce que tu vas ? »

« Je vais bien et toi ? Tu as bien dormi ? Qu’est-ce que tu faisais de beau ? »

« Bah … Euh … Je cherchais quelques bêtes dans les herbes. »

Les herbes ? C’est vrai. Elle ne s’était jamais réellement posé la question mais elle pouvait se demander comment était-ce possible qu’une végétation puisse naître ici ? Du moins, une végétation comme celle de la surface. Est-ce que les cristaux laissaient émaner une lueur pareille à celle de l’astre solaire ?

« Je vois, je vois … et tu as trouvé des choses intéressantes ? »

« Ah ben oui, un scarabée bifourchu ! L’est pas mignon ? » dit-il tout en présentant l’insecte dans sa main droite.

Un scarabée tout ce qu’il y avait de plus normal … ou presque … si on omettait son appendice nasal qui se disait en deux fourches, donc quatre petites pointes. Ah ! Et aussi la sorte de bave qui coulait de sa gueule. Une bave qui ne semblait guère déranger l’enfant démoniaque qui fit un grand sourire à Elise qui recula instinctivement.

« Euh … Vraiment magnifique, oui. Mais éloignes-le de moi s’il te plaît. »

« Tu n’aimes pas les insectes ? Pourquoi que toutes les filles n’aiment pas les insectes ? Je comprendrais jamais … sont pas méchants, enfin les petits. »

« C’est sûr que les gros, c’est autre chose, Zalek ! Je peux te l’avouer. D’ailleurs, le pire est quand ils sont à moitié démoniaques. »

« Vrai que certains démons dévorent leurs chairs et se transforment ! Mon grand frère m’en a montré et c’est vraiment pas beau du tout à voir. »

« Disons que les démons qui décident de perdre leur apparence originelle ne valent pas mieux que des bêtes. Ils ont un peu de lucidité mais leurs instincts primaires prennent le dessus. Est-ce que vous en avez déjà rencontrés, Tery ? J’imagine que oui, vu que vous venez de la surface et que vous êtes arrivés jusqu’ici. »

« C’est exact … Je ne sais plus si c’était une araignée ou autre … Enfin, un mélange vraiment glauque et pas du tout plaisant à regarder. »

« Tery ? Est-ce que je peux t’embêter deux minutes ? J’aimerai te poser une question, seule à seul, si ça ne te dérange pas trop. »

« Euh, oui, bien entendu. Mademoiselle Wandy, si vous voulez bien vous occuper de votre petit frère pendant que je discute avec Elise ? »

« Pourquoi est-ce qu’elle, elle a du Elise et moi, j’ai du mademoiselle ? » marmonna Wandy en croisant les bras à hauteur de poitrine alors que Tery s’éloignait avec Elise.

Une dizaine de mètres plus loin, Tery jetant un œil quand même aux deux enfants au cas où, il attendait qu’Elise lui pose la question qui la taraudait. A la voir, on aurait presque l’impression que tout cela la dérangeait … mais pourquoi ?

« Dis moi … Je n’aime pas remuer le couteau dans la plaie mais … Euh … Mon père me demandait si tu as un nom par rapport aux deux … démons. Tu sais, les deux vieux démons qui vous ont manipulé pour ouvrir les portes. »

« Euh … Wow … Je pensais que c’était vraiment quelque chose d’important en vue de ton regard mais euh, attends, faut juste que j’y réfléchisses et je te dis ça. »

Cela faisait un bout de temps et bien entendu, il devait s’en rappeler. Simplement, sa mémoire avait sûrement préféré mettre cette information de côté pour ne plus jamais y penser. Oui, c’était sûrement ça. Pour autant, il pencha la tête sur le côté, finissant par déclarer :

« Pas la moindre idée … En fait, je sais juste qu’ils s’appelaient l’Oracle et le Grand Prêtre. Mais à part ça, je n’ai jamais su à ce sujet. »

« Est-ce que tu crois qu’Elen en saurait quelque chose ou non ? »

« Je ne crois pas … Madame Liza, la femme qui s’occupait d’elle à l’époque de l’orphelinat, peut-être … mais elle est morte depuis longtemps. Désolé de ne pas pouvoir t’être plus utile. Si tu veux une description physique mais je pense que ça, tu t’en rappelles. »

« Plus ou moins vu qu’il s’agissait de deux jumeaux mais je ne suis pas sûre et certaine. Tu pourras revenir dans la salle du trône pour confirmer tout ça ? »

« D’ici quelques minutes, je vais encore passer un peu de temps avec Zalek et Wandy. »

« Fais attention, Wandy semble mécontente que je m’accapare ta présence un peu. »

« J’ai cru remarquer cela. Enfin bon, je ne suis pas là pour qu’elle se dispute inutilement. Je vais aller la retrouver alors. »

« Ahlala … Quel charmeur, Tery. Fais attention à ce que je t’ai dit. »

Il hocha la tête positivement. Elle n’avait pas besoin de lui faire la remarque à ce sujet. Ils avaient déjà discuté de tout ceci. Il laissa Elise retourner voir son père alors qu’il retournait au côté de Wandy, s’excusant de cette petite absence. L’adolescent fit la moue, détournant la tête d’un air boudeur alors que Zalek rigolait.

« A défaut d’être un fiancé, tu pourrais devenir leur grand frère … » murmura Elise pour elle-même en les regardant. Ils semblaient si apaisés, rien à voir avec leurs réactions en la présence des deux aînés de la famille royale. Bon, ce n’était pas tout ça mais elle devait évoquer ses projets avec son père et lui signaler que les deux démons, elle n’avait aucune information à part une brève description physique à lui donner.

« Père … Malheureusement, Tery n’en savait pas plus que moi à ce sujet. Nous ne connaissons que ce à quoi ils ressemblaient, outre le fait qu’ils étaient jumeaux. »

« Dans le monde démoniaque, les jumeaux sont rares, très rares. Généralement, vers l’adolescence ou le passage à l’âge adulte, l’un dévore l’autre pour lui prendre tous ses pouvoirs. C’est d’ailleurs l’un des rares cas où dévorer un autre démon est complètement sans risque puisqu’ils étaient fusionnels dès le début. »

« Ah oui, j’avais oublié cette option … Enfin bon, donc des démons jumeaux, si c’est si rare, ils doivent pas être si difficiles à trouver, non ? »

« Hmmm … Je ne sais pas … Et d’après ce que tu m’as donné comme description physique, ils ont l’air assez anciens. Normalement, je devrais être au courant mais le fait que je ne le sois pas n’est pas forcément très rassurant. »

« Est-ce qu’il y a une chance que … »

« Une chance ? Une forte probabilité plutôt. Je ne pense pas que ça soit une bonne chose et je vais devoir me mettre au courant de ces événements. Cela fait déjà plusieurs mois qu’ils sont là, comme vous, et aucune trace d’eux. Ce qui veut dire … Hmmm … Ma fille ? Quelque chose te tracasse ? » demanda l’empereur en voyant le visage soucieux de sa fille.

« Et bien, je sais juste que les deux vieux démons … ne me connaissaient pas. Ils avaient l’air surpris en voyant mes flammes capables de me régénérer. »

« Hmm … Ce sont donc deux démons qui ont réussi à passer il y a de cela plusieurs décennies … comme pour préparer le terrain, sûrement. Malgré tout ce qui était dit, les portes démoniaques laissaient en de très rares moments passer un démon ou deux, mais cela peut-être une fois tous les cinq ou dix ans. Ces événements étaient très rares. »

« C’est bien comme ça que tu as réussi à me faire naître à la surface. »

« Je voulais … que ça soit mon propre enfant qui arrive à nous rouvrir la voie vers la surface, je sais que c’est assez compliqué mais … »

« Je ne demande pas des raisons ou des explications … mais je voulais savoir : si vous étiez si intéressé par la surface, père … pourquoi ne pas vous y rendre ? »

« Cela serait le meilleur moyen pour subir une tentative d’assassinat. Je ne peux pas m’y rendre tant que nous n’aurons pas quelques zones sécurisées. »

« Oh d’accord … Mais … en même temps, c’est dommage. Je suis sûre qu’avec de bons arguments et les bonnes personnes, vous pourriez vous entendre avec quelques royaumes. »

« Ne sois donc pas si idiote, ma fille. Cela n’est pas possible et pour cause. Cette haine est millénaire et ancestrale et … »

« Père … La grande majorité de la surface n’était même pas au courant de l’existence des démons avant que les portes ne s’ouvrent. C’est justement le moment de tendre la main ! »

Elle avait osé couper la parole à son père mais cela était pour une bonne cause. Elle était en train de chercher à le convaincre de faire un premier geste pour un climat de paix avec … Shunter et les autres nations. Bon d’accord, Mékalarma, il ne fallait pas trop rêver … mais Traslord et Shunter ? Ils avaient Royan et Manelena de leur côté !

« Je ne sais pas trop, ma fille … Cela me semble trop abrupt … »

« Réfléchissez-y. Je suis certaine que ça serait la solution à bon nombre de problèmes. Je suis certaine que si vous interrogez quelques domaines, même ceux proches de la surface, certains se montreront intéressés à l’idée de rencontrer les gens de la surface dans un climat de paix. »

« Peut-on vraiment faire confiance à ces démons qui n’hésitent pas à se dévorer entre eux ? »

« Que je saches, certains démons de la capitale ou ceux entre aux strates supérieures ne sont pas franchement mieux à ma connaissance, non ? »

« Tu marques un point à ce sujet … Certains ne sont vraiment guère mieux … et cela ne les dérange pas. Ah … Pourquoi veux-tu absolument tout faire pour que la surface et notre royaume soient en paix entre eux ? Nous … n’avons rien en commun avec eux … et après des millénaires, nos races continueront de s’opposer et de se battre entre elles. »

« Ca, c’est ce que vous pensez. Je suis sûr et certain qu’il est possible de s’entendre. »

« Tu parles car tu as vécu avec eux pendant presque vingt ans, ma fille. Ce n’est pas pareil pour ceux qui sont nés sous la surface. Tu ne peux pas considérer ton expérience comme crédible aux yeux des autres. »

« Pour autant, cela est à prendre en considération car nos compagnons de route étaient au courant de notre race et cela ne les as pas dérangés. De base, si nous avions su, nous aurions alors put nous débrouiller pour ouvrir les portes démoniaques sans … ça. »

« Ca ? Que veux-tu dire par là exactement ma fille ? »

« Vous le savez non ? Enfin, je veux parler du fait que Tery a ouvert les portes démoniaques à cause d’une voix dans sa tête qui l’a manipulé depuis le début. Sans cela, tout ça ne serait jamais arrivé … loin de là. »

« Est-ce qu’il regrette ce geste ? » demanda Malark à sa fille, observant la réaction de celle-ci avant de lui répondre avec honnêteté :

« Il le regrette car cela lui a coûté l’amitié voire plus d’une personne proche de lui mais aussi l’amour de celle qui parcourait sa vie depuis des années. Il en a été de même pour moi avec le roi actuel de Traslord. »

« C’est vrai … Vous connaissez le roi de Traslord et la reine de Shunter. Et cela depuis quelques années, de ce que j’ai compris. Et je comprends parfaitement que toutes tes paroles sont à dessein par rapport à tes sentiments … envers ce jeune roi. »

« Je n’ai jamais chercher à le cacher. Après pour Tery, je tenais … juste à dire … »

« Hmmm ? Oui ? Qu’est-ce qu’il y a par rapport à lui ? »

« Et bien, comment dire … exactement à ce sujet. J’ai dit qu’il le regrette … mais en même temps, je pense que l’expérience souterraine lui plaît énormément. La majorité des démons sont comme les autres races, celles qui vivent à la surface. Il y a juste des êtres mauvais partout mais cela n’a aucune relation avec la race. »

« Ton discours résonne comme celui d’une enfant. D’une extrême candeur … est-ce que tu te rends compte de ce que tu dis, Elise ? »

« Je le sais parfaitement père … Et je ne le regrette pas. Je ne regrette pas du tout cela. Je voulais juste vous exprimer mon intérêt par rapport à tout ceci … et d’ailleurs, je tiens à vous signaler une chose. Elen, la femme de Tery, est l’enfant de Zélisia et Alzar. »

Peut-être était-ce la première fois depuis qu’ils étaient plongé dans le royaume démoniaque mais la surprise était totalement gravée sur le visage de son père au moment où elle avait terminé sa phrase. Ah … Quelle idiotie de sa part. Elle ne pouvait pas se taire ? Car elle n’était pas certaine que Tery aurait apprécié qu’elle dévoile cela.

« Est-ce vrai, Elise ? Tu ne chercherais pas à me mentir, n’est-ce pas ? »

« Je … n’ai aucune raison de vous mentir, Père. Je n’aurai rien à gagner en agissant de la sorte, vous le savez aussi bien que moi, n’est-ce pas ? »

« Hmm … C’est à moi d’en décider, Elise. Ainsi, les deux divinités ont mis au monde un enfant. Un seul et unique enfant, tu es sûre de cela ? »

« Je ne sais pas s’ils ont eut d’autres enfants mais Elen est leur fille, c’est tout ce que je peux vous dire à ce sujet. »

« D’accord, d’accord, c’est très important ce que tu viens de m’apprendre. Est-ce que tu te te rends compte de ce que tu me signales ? »

« Je … le sais et elle est vivante. Mais je ne veux pas que vous lui fassiez du mal. Tery l’a déjà faite assez souffrir en la plantant en plein coeur. Elle a le droit de vivre heureuse. »

« Je ne pensais pas à cela … mais l’enfant des dieux. Leur propre chair … a été la responsable de l’ouverture des portes démoniaques. En un sens, c’est assez ironique, tu ne trouves pas ? »

« Je ne sais pas trop quoi penser par rapport à toute cette histoire, je dois avouer. »

« Si tu t’inquiètes de l’état de santé de cette … engeance, tu … »

« Ne l’appelez pas ainsi, je vous en prie. Elle est aussi .. comme vous et moi. »

« Non, elle ne l’est pas. Ce qui a été conçu par les dieux possède des pouvoirs dépassant l’entendement, Elise. Il faut que tu comprennes que la place de cette … femme, n’est pas parmi nous et il en est de même pour la surface. Elle est préparée pour régner pendant des siècles voire des millénaires. »

« Mais elle va vieillir comme les autres ! Pourquoi en serait-il autrement ? Tery m’a dit qu’il la trouvait encore plus belle qu’au premier jour, qu’au fil des années, elle semblait avoir des traits plus adultes, alors qu’elle était à peine une jeune adulte comme lui à l’époque. »

« Hmmm … C’est sûrement son imagination. Tu es encore trop jeune pour en savoir à ce sujet mais saches néanmoins que les démons avaient aussi une divinité. Du moins un être proche de la divinité. Et à la base, il n’était qu’un simple démon ; »

C’était au tour d’Elise d’écarquiller les yeux sous la surprise. Une troisième divinité ? Mais qui ? Comment ? Pourquoi ? En voyant l’étonnement dans le regard d’Elise, le monarque eut un léger sourire, murmurant :

« Et c’est lui le responsable de notre scellement sous terre. Alzar et Zélisia n’ont pas apprécié ce qu’il tentait de faire et ils ont décidé de sceller notre peuple qu’ils trouvaient trop arrogants. Bien que dans les faits, Alzar a tout simplement décidé d’abandonner le peuple qu’il avait crée pour satisfaire les caprices de cette déesse. »

« Encore une histoire d’amour qui tourne mal. Mais n’était-il pas réellement dangereux pour aussi les démons, ce … pseudo-dieu démoniaque ? »

« Il l’était … C’est bien pour cela que je parlais d’abandon de notre peuple. Il n’a même pas chercher à nous défendre, ils ont décidé de nous abandonner, sans même penser à nous et … »

« Mais ils ont compris leurs erreurs ! Pour ouvrir les portes démoniaques, il fallait leurs sangs à tous les deux et ils ont décidé de se sacrifier. Ils avaient compris que … »

« Cela fait trop d’informations à assimiler en une seule journée. S’il te plaît, ma fille … Est-ce que tu peux me laisser tranquille ? »

« Comme … vous le désirez, père. »

Elle ne s’était pas attendue à ce qu’il lui parle ainsi. Elle le regarda pendant quelques secondes, le monarque se massant le front comme pour chercher à extirper une information ou à mettre de l’ordre à ses idées.

Bon ben … Son petit plan de convaincre son père par rapport à la surface, elle avait l’impression qu’il s’était retourné contre elle. Autant dire qu’elle était plutôt maussade et morose maintenant … Vraiment …

Elle s’en voulait. Elle avait l’impression qu’elle venait de tout gâcher par son geste. Pourquoi est-ce qu’elle ne pouvait pas tout faire correctement pour une fois ? Ah … Ce n’était pas maintenant qu’elle allait y arriver. Elle passa à nouveau près des jardins, Tery étant comme tétanisé et immobile, Wandy dormant sur une de ses épaules, Zalek faisant de même sur l’autre. Et il ne bougeait plus d’un poil. Elle voulait sourire à cela mais elle préféra continuer son chemin.

Ah … Ce n’était pas encore aujourd’hui qu’ils allaient pouvoir retrouver Royan et Manelena … mais aussi Elise. Pourtant, elle voulait espérer à cette chimère, elle avait envie d’y croire ! Elle voulait retourner à la surface avec Tert pour retrouver les autres.

Chapitre 35 : Quelques questions

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 35 : Quelques questions

« Père, est-ce que nous pouvons reparler, je vous prie ? »

« Est-ce par rapport à hier, ma fille ? Encore ? » demanda le monarque alors qu’ils étaient le lendemain dans la matinée, l’empereur observant la jeune fémone aux cheveux auburn.

« C’est exact … J’aimerai vous parler un peu de certaines personnes de la surface. »

Il haussa un sourcil aux propos d’Elise, ne voyant guère où elle voulait en venir visiblement. Pour autant, Tery restait muet, comme à son habitude. Il avait décidé de l’accompagner mais elle se tourna vers lui, disant :

« Je suis désolée, Tery … mais … j’aimerai lui parler en tête-à-tête, c’est possible ? »

« Hum ? Euh … Oh … Euh … D’accord, d’accord. Y a pas de souci. Je m’y attendais pas, c’est tout, je dois avouer. Bon ben … Empereur Malark, princesse Elise. »

Il s’inclina poliment, encore un peu surpris par la demande d’Elise. Il n’avait pas prévu ça, surtout qu’elle comptait parler des personnes de la surface. A voir le visage étonné de l’empereur Malark, il comprenait que lui aussi ne voyait pas de quoi elle allait lui parler.

« Bon ben … Zut … Me voilà dehors. »

« Hahaha ! Pour une fois que ça vous arrive, messire Tery ! Comme quoi … J’espère que c’est rien de grave. L’empereur était plutôt grognon … »

Les deux soldats qui gardaient la double porte impériale. Ah … C’est vrai. Hier, ils en menaient pas large mais là, aujourd’hui, ça semblait aller mieux. Et surtout, ce sont les mêmes qu’hier. Au moins, ils ne sont pas morts hein !

« Disons que j’ai connu mieux … et que j’ai connu pire, aussi ! Mais voilà … Et l’empereur va bien mieux. Il est en train de parler avec sa fille. »

« C’est une vraie perle, cette princesse Elise. Elle donne l’impression que le rang et la statut n’ont aucune influence sur elle. C’est merveilleux. »

« C’est sûr qu’il en existe pas deux comme elle. C’est pourquoi il faut absolument la protéger. Vous êtes de simples soldats, non ? Je veux dire, vous avez peut-être quelques titres de noblesse et autres … mais … »

« Oui, c’est un peu ça. Nous sommes au plus bas de la hiérarchie dans la capitale. Y a pas de honte, on est quand même plus haut que la majorité des démons des strates supérieures. »

« Vous le prenez plutôt bien … Après, j’imagine que servir directement l’empereur, ça reste une fierté assez personnelle. »

« Ah ben ça, difficile de prétendre le contraire ! Même si ça reste un métier à risque hein ? »

« Ah ben ça … » commença à dire le second garde sans terminer sa phrase.

Ah ben ça … Le pensant au lieu de le dire, il regarda tout simplement les imposantes doubles portes derrière les deux gardes. Oui … En vue de comment pouvait se comporter le monarque, il était aisé de comprendre que ça inquiétait pas mal de personnes. Enfin bon, ce n’était pas l’heure de se poser de questions !

« Je vais aller me promener. Si la princesse Elise quitte la salle du trône et me demande, vous pourrez lui dire que je suis parti en ville et que je reviendrais dans quelques heures ? »

« Pas de problèmes, le message sera bien transmis, messire Tery. Vous en faites pas ! »

Bon ben … Il ne s’était pas attendu à ce qu’il passe le reste de la journée seul mais pourquoi pas ? D’ailleurs, peut-être qu’il pouvait aller revoir sa renifleuse préférée ? Bon, après tout, c’était la seule qu’il connaissait donc à partir de là hein …

Dans la salle du trône, le monarque était seul avec sa fille. Installé sur son trône, il la regardait longuement, attendant qu’elle prenne la parole, chose qui ne tarda pas lorsqu’elle fit quelques pas en sa direction :

« Père, nous pourrions discuter plus longuement du sujet d’hier ? »

« Nous nous sommes déjà tout dit. Continuer sur cette voie inciterait à m’emporter et … nous ne voudrions pas que cela arrive, n’est-ce pas ? »

« Et pourtant, il va le falloir … même si j’aimerai plutôt vous parler d’une autre famille qui a eut sa dose d’assassins sur son dos. La famille de Royan. »

« Royan … J’ai déjà entendu ce nom quelque part. »

« C’est le jeune homme d’Honoros dont je vous ai souvent parlé, père. Celui qui … »

Elle ne termina pas sa phrase sur le coup, baissant les yeux. Un peu honteuse ? Difficile à dire … mais elle ne le regardait plus, finissant par reprendre, après quelques instants :

« C’est la personne de la surface que j’aime, père … mais je veux plutôt vous raconter tout ce que je sais à son sujet, ça sera mieux. »

« Je ne suis pas certain que je veuilles savoir l’intérêt qu’à ma fille envers un être de la surface, loin de là. Est-ce vraiment important ? »

« Ca l’est à mes yeux, père. Je veux vous raconter son histoire, vous faire comprendre vos erreurs, comment réparer tout cela. »

« C’est bien à cause de tes paroles d’hier que je veux écouter celles d’aujourd’hui. Tu peux t’exprimer dès maintenant. »

Et la voilà qui commençait à raconter tout ce qu’elle savait exactement sur Royan, que ça soit de la propre bouche du nouveau roi de Traslord ou alors de celles de ses anciens compagnons. Elle avait tellement à raconter à son sujet, elle allait être intarissable ! Peut-être que son père comprendrait alors tout le bien qu’elle pensait de la surface ? Qui sait ?

« Mademoiselle Héraisty ? Vous avez un peu de temps libre ? »

« TERY ! ENFIN ! On ne me laissait pas vous voir ! Je suis si heureuse de vous trouver en bonne santé ! Si heureuse ! »

Ah ben, cela fait toujours plaisir de se sentir apprécié ainsi. Mais peut-être pas à ce point ? Il se retrouve étreint par la démone, ne s’y étant pas du tout attendu. Elle n’était pas si expressive que ça d’après ses souvenirs.

« Ah … Quand j’ai appris que tu avais été … Enfin … presque … »

« Euh, je vais bien, Héraisty. Faut pas s’en faire. Je suis une vieille carne. On ne peut pas se débarrasser de moi comme ça, hahaha ! »

Il tentait de la rassurer du mieux qu’il le pouvait mais il n’était pas certain d’y arriver. Avec juste un petit sourire, est-ce que ça allait passer ? Il en avait strictement aucune idée … mais il espérait que si car bon, sinon, impossible pour lui de se mouvoir comme il le désirerait.

« Est-ce que je peux encore respirer un petit peu ? »

« Oh … Euh … Oups, hahaha. Pardon, pardon. »

Voilà qu’elle le libérait un peu. Et surtout, elle avait le rouge aux joues. Au moins, il pouvait reconnaître qu’être apprécié autant d’une démone à part Elise, ça faisait plaisir. Bon, d’accord, Wandy, c’était aussi le cas et Zalek, la même … mais pas pareil ?

« Tu vas encore m’emporter avec toi, aujourd’hui ? » demanda sur un ton un peu étrange, comme si elle désirait qu’on la libère de cet endroit au plus vite.

« Je ne sais pas trop … et puis en fait, je sais maintenant. La réponse est oui ! »

« Pfiou ! Tant mieux alors … Je prends quelques affaires et on y va ! J’en peux plus ! »

Elle n’en pouvait plus ? Il aurait bien demandé quelques explications mais il n’était pas vraiment certain qu’elle veuille lui en donner. Il la regarda repartir dans une autre pièce pour revenir quelques minutes plus tard.

« Hey ! Héraisty, tu te pouponnes pas un peu trop ? »

« Ne racontes donc pas n’importe quoi, Sélès ! J’ai que le strict minimum pour une démone qui va sortir comme si de rien n’était ! »

« Hahaha ! Profites donc de ta journée, t’as pas eut le temps de souffler ces derniers temps ! Vas falloir qu’on s’occupe de la crise. »

« La crise ? De quoi est-ce qu’elle parle ? » demanda Tery alors qu’elle lui faisait juste une sourire, l’embarquant hors de la guilde des renifleurs.

« Disons juste que y a eut un aspect … positif à tout cela … même si je prônes pas ça. »

Hum ? Il pencha la tête sur le côté, pas vraiment certain de bien tout comprendre mais bon … Où est-ce qu’elle voulait en venir exactement ? Car pour l’heure, il n’avait strictement aucune idée de ce qu’elle voulait dire par là. Pour autant, il ne tarda pas à comprendre de quoi elle voulait parler lorsqu’ils s’installèrent à la terrasse d’un café :

« Si tu veux tout savoir, le petit souci permanent qui m’entourait … a été résolu. »

« Euh … Petit souci, tu veux parler de qui je penses ? Enfin … »

« Oui oui … Je veux bien parler de Jyanos. Il semblerait qu’il était l’un des nombreux partisans … de Lylé. Et qu’avec tout ça, soit il subissait le même sort qu’elle, soit il était exclus de la guilde des renifleurs. »

« Vu le courage que je lui connais, même si je ne le connais qu’à peine, j’imagine qu’il a préféré la seconde option, c’est ça ? »

« C’est exact. Depuis, plus aucune nouvelle de lui et je dois avouer que ça me soulage grandement. Ca devenait invivable ces dernières semaines. Je pense qu’il se savait pris au piège mais qu’il ne pouvait rien y faire. Enfin, je ne vais pas le plaindre. »

« Je ne te savais pas aussi vindicative. Comme quoi, on ne connaît jamais réellement une personne avant qu’elle ne se dévoile. Hmm, ma phrase sonne bizarre, j’ai l’impression. »

« Et bien, disons simplement que cela me soulage et fait du bien de voir qu’un type comme lui ne causera plus de tort dans le futur, c’est tout, hahaha ! »

Ca lui semblait être un bon argument au final. Enfin, il allait pouvoir discuter de tout et de rien avec elle. Enfin, c’est ce qui était prévu au départ mais visiblement, elle avait une autre idée en tête, semblant plutôt soucieuse avant de dire d’une voix lente :

« Tery, sinon, tu peux m’en dire plus … par rapport à ce qui s’est passé ? J’étais vraiment morte d’inquiétude. Je sais que je ne devrais pas … car tu es un noble et moi, disons que je le suis bien moins que toi … et voilà. »

« Euh, tu sais aussi bien que moi que je ne juge jamais là-dessus, n’est-ce pas ? »

« Je le sais parfaitement … mais tu es l’exception … comme la princesse Elise. De base, la majorité des personnes qui se découvrent un titre de noblesse le vantent et le mettent en avant. Vous êtes si différents tous les deux, c’est peut-être pour ça que je vous aime bien. »

« C’est réciproque pour l’affection. » dit-il tout simplement alors qu’elle faisait un geste négatif de la main, reprenant la parole :

« Et si nous arrêtions là les petites discussions déviées ? Si tu me disais plutôt ce qui s’est passé, je suis sûre que ça me permettrait de me rassurer. »

« Disons que j’ai reçu la visite d’un assassin quelques temps après Elise et que ça a faillit mal se passer mais ma garde du corps, je n’ai plus besoin de te la présenter, était là pour l’arrêter. Mais sans elle, je serais sûrement mort à l’heure où je te parle. »

« Tu le prends plutôt bien et … Oh … Euh … Désolée. »

Elle n’avait pas remarqué tout de suite les mains qui tremblaient de Tery. Elle avait principalement vu son sourire au départ … mais ce n’était plus le cas. Elle posa doucement sa main sur la sienne, le regardant avec un peu de tendresse :

« Je suis soulagée … Et Elise va bien ? Il s’agissait de sa sœur, hier. J’étais là … »

« Disons que c’est plus difficile qu’il n’y paraît, même quand il s’agit d’un membre de votre famille qui tente de vous assassiner. »

« D’accord, d’accord, j’imagine que je pose trop de questions à ce sujet. »

« Vous n’en posez pas, mademoiselle Héraisty, loin de là. Ah … Bon, j’ai un petit creux ! Pas vous ? Je fais les commandes ? »

Il leva la main pour appeler la serveuse, signalant ce qu’il désirait manger tandis qu’il attendait qu’Héraisty fasse de même. Et oui, qu’elle s’inquiète pas, c’était lui qui invitait sur le coup. Il se demandait juste si la discussion entre Elise et son père se passait bien. Il n’avait qu’à espérer cela … car sinon, ça serait très problématique.

« Tu as l’air quand même un peu songeur, Tery. »

« Disons que j’ai un peu la tête remplie d’idées et autres … pas forcément bonnes mais bon, il faut faire avec, comme on dit, n’est-ce pas ? »

« Et au passage, tu peux éviter d’alterner le vouvoiement et le tutoiement ? C’est assez perturbant, tu sais ? Je pense que l’on commence à bien se connaître. »

« Pour le meilleur mais surtout pour le pire en vue de ce qui m’arrive dans les environs. Enfin, tant que tu n’es pas mise en danger, c’est une bonne chose. »

« Parlons d’autres choses. Hmmm … Dis-moi, c’est peut-être risqué mais … j’y pensais … et je me demandais. Est-ce que la prochaine fois que tu vas à la surface, tu … »

Il l’arrêta d’un mouvement de la main. Il voyait parfaitement où elle voulait en venir et sincèrement, il n’était pas très motivé par ça. Les plats et boissons arrivaient mais il valait mieux lui répondre verbalement :

« En vue de la situation actuelle, c’est vraiment très risqué, ce que tu me demandes, tu sais ? »

« Je le sais parfaitement … mais à force de vous écouter, toi et la princesse Elise … je me disais que j’aimerai bien voir les gens de la surface de mes propres yeux. »

« Depuis que nous sommes considérés comme des humains, on va dire que ce n’est pas vraiment une bonne idée. Les gens ne pensent pas vraiment très bien de notre part, tu sais ? »

« Je le sais bien … et qu’importe ce qu’ils pensent, j’aimerai pouvoir … voir la surface. J’ai vraiment envie … tu sais ? »

« Hmm … C’est plutôt compliqué. Je n’ai aucune idée de tes capacités à te défendre, c’est donc bien là le problème. »

« Oh, ça devrait aller. Je ne suis pas aussi forte qu’un des soldats du royaume mais il ne faut pas oublier que chaque démon doit savoir se défendre un peu quand même hein ? »

C’était pas tellement ça le problème. C’était juste qu’il savait qu’il allait devoir la protéger encore plus. Peut-être qu’il était temps qu’ils envoient une véritable armée à la surface ? Ou du moins, qu’ils tentent d’envoyer des personnes pour discuter. Mais bon, en vue des récents événements, c’était sûrement pas prévu pour tout de suite.

« J’imagine que l’on pourra voir … mais je ne pense pas qu’il faut que tu te fasses des illusions. Il n’y a que peu de chances que ça se passe ainsi. »

« A ce point, Tery ? Je sais bien que la situation n’est pas reluisante mais quand même … »

« Et bien, comment est-ce que je pourrais te dire tout ça ? Même si ça commence à faire quelques temps depuis la session à la surface. »

Et il lui expliquait à nouveau, car il était certain de l’avoir déjà fait, la situation à la surface. Une situation peu reluisante, compliquée, là où il n’y avait que des affrontements avec les soldats des différentes nations. Il allait continuer mais Héraisty l’arrêta, lui disant :

« Euh … A ce sujet, je me suis un peu renseignée et il semblerait que plusieurs démons vont à la surface. Ils payent des droits de passage mais il semblerait que les gardes diverses portes les laissent passer. Je ne sais pas si c’est vrai ou faux mais … enfin, tu vois. »

« Euh … En clair, tu veux dire que certains démons, non-armés, vont à la surface ? Et euh … Ils en reviennent ou non ? »

« Malheureusement, de ce côté, j’en sais rien du tout … et si je n’en sait rien, il vaut mieux ne pas se faire trop d’illusions à ce sujet. »

C’est bien ce qu’il pensait. Il était un peu stupide mais pas à ce point. Logique que les gens de la surface ne cherchent pas à les laisser revenir. Surtout en sachant que les démons cherchaient à en apprendre de plus en plus sur les équipements et autres des différents royaumes. Plusieurs millénaires de différence … ah.

« Bah … Tu comprends donc que ces démons imprudents risquent leurs vies stupidement, n’est-ce pas ? Il vaut mieux donc éviter cela. »

« C’est … pas pareil, Tery. Je sais ce qui m’attend, je ne veux pas me faire d’illusions. Je ne suis pas stupide, tu sais ? »

« Je n’ai pas dit ça. Ah … Je n’ai pas envie de me disputer, tu sais ? Donc si tu préfères, on va parler d’autres choses, ça sera mieux. »

« Oh ! Ce n’était pas mon but, Tery. Mangeons plutôt ! » dit-elle, un peu confuse et gênée. Au moins, ils étaient tous les deux ensemble, cela faisait de la bonne compagnie pour chacun.

De retour dans la salle du trône, l’empereur Malark était visiblement encore en discussion avec sa fille. Contrairement à ce qu’il pensait au début, la conversation était bien meilleure qu’il ne l’imaginait bien que sa fille lui posait quelques questions étranges.

« Au final, père, je me demande toujours pourquoi vous avez accepté d’envoyer deux démons à la surface et surtout, comment vous avez réussi cela ? »

« Deux démons ? Comment cela ? Enfin, non, les démons les plus faibles, peuvent réussir à atteindre la surface malgré les barrières à l’époque … mais cela qu’en de très rares moments. »

« Je veux parler de deux démons assez âgés. Ils étaient au courant par rapport aux doubles portes, savaient comment les ouvrir et ont réussi à ravager les différentes nations par leurs actes. Ce sont eux qui ont … enfin tué l’ancien roi de Shunter, fait assassiné la famille de Royan et bien d’autres choses. »

« Ce que tu me dis est assez étrange, je ne me rappelles pas avoir donner de telles consignes. Le plus important pour moi avait été que certains de mes « futurs » enfants naissent à la surface pour réussir un jour à ouvrir les doubles portes. Je n’avais pas pour but de tout ravager là-bas. Comme tu l’as remarqué, il y a déjà assez de problèmes dans le royaume souterrain. »

« Je le sais bien, père, je le sais bien. Mais si ce n’est pas vous, de qui pourrait-il s’agir ? »

« Hum … S’ils sont là depuis deux ou trois décennies, la liste se raccourcie. Par contre, de ce que tu m’as dit, je n’ai aucune nouvelle au sujet de ces deux démons. Il va falloir donc que je me renseigne à leur sujet. »

« Ca serait beaucoup mieux, je crois que je viens de ramener un nouveau problème à l’horizon. Je suis vraiment désolée, père. »

« Oh, ne t’excuse pas, ma fille. Je crois que tu en as fait bien plus que n’importe quel autres membre de ta famille et cela malgré le fait qu’ils soient présents depuis des décennies. »

« J’ai juste … une dernière question : les mères de Zalek et Wandy, est-ce qu’elles … »

« Il n’y en avait qu’une seule. Malheureusement, elle a été enlevée quelques mois après la naissance de Zalek. Elle semblait si heureuse d’avoir donné deux enfants. Lorsqu’elle a été retrouvée, elle n’était plut que l’ombre d’elle-même. Elle avait été gavée de la chair de ses suivantes et autres proches qui l’accompagnaient. J’ai préféré être celui qui a mis un terme à son existence. J’en ait jamais parlé à Wandy et Zalek. J’estime qu’il vaut mieux pour eux qu’ils pensent que chaque mère a été une personne désirant le pouvoir. »

« Père … pardon d’avoir ravivé quelques mauvais souvenirs. Je ne pensais pas que … »

« Si cela était un mauvais souvenir, j’aurai tout fait pour l’oublier … mais ces quelques années avec elle étaient parmi les meilleures qui soit. Simplement … Ah … »

Il lui demanda de bien vouloir le laisser seul et il la remercia. Seul dans la salle du trône … Il n’y avait pas besoin de lui préciser les raisons de cet enlèvement, qui en avait été responsable … qui avait été puni. Les fratricides et autres … c’était le lot quotidien de sa vie.

Chapitre 34 : Des générations de meurtres

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 34 : Des générations de meurtres

« Comment est-ce qu’ils vont, Elise ? »

« Plutôt mal, je dirais … mais ça n’a rien d’anormal en vue de la situation. Ils dorment … enfin … ils ont enfin réussi. »

« Merci, Elise. Ils dorment dans ta chambre ? Dire qu’ils étaient au courant, qu’on pensait pouvoir leur apprendre ça … mais qu’ils ont assisté à une telle scène. »

« Je ne sais pas ce qui s’est passé par la tête de mon père pour qu’il pense que c’était une bonne idée mais je vais lui dire un truc : ce n’était pas une bonne idée. »

« Ne va pas le provoquer. Tu as bien vu la magie qu’il utilise ? Je n’arrive pas à savoir de quel élément il s’agit, c’est juste … d’aucun élément ! »

« Ca doit être sûrement relié à Alzar, Tery. N’oublie pas que tous les démons sont reliés à ce dernier, ce qu iveut dire que ça ne serait pas étonnant en un sens. »

C’est vrai. Il baissa un peu la tête, déconfit. Il aurait tellement voulu … enfin non … Lylé est morte à cause de ses actions. Il n’a pas à trouver cela triste. C’est simplement pour les deux enfants qu’il se sent vraiment mal.

« Qu’est-ce que nous allons faire, Tery ? Est-ce que tu as une idée ? »

« Pas le moins du monde … et encore moins avec ce que je t’ai proposé, il y a de cela quelques jours. Je … ne sais pas si c’est une bonne chose. »

« Il est hors de question que tu restes ici si tu veux continuer avec cette idée. T’abandonner ici, sous la colère de mon père, cela reviendrait à du suicide ! »

« C’est bien pour ça que je ne suis pas du tout motivé à l’idée de refaire ce plan … sans aucune précaution. Ca serait beaucoup trop dangereux. »

« Et même avec des précautions, je veux que tu trouves un autre moyen. Peut-être en parlant avec lui, de ton projet et tout ? »

« Je ne crois pas qu’il ait envie de m’écouter. Le fait que Lylé t’aie agressée n’a vraiment pas plu à ton père et il est sûrement sur les nerfs constamment. C’est beaucoup trop dangereux, on risque beaucoup trop gros sur le coup. Je ne sais pas … comment faire. »

« Alors, tu ne fais rien ! On est pas pressé ! Ce n’est pas un projet qui doit voir le jour dans les jours qui suivent, non ? J’ai pas envie que tu meures, tu comprends ? »

« Et moi non plus, je n’ai pas envie de mourir. Comme ça, nous sommes deux à avoir cette idée, comme quoi, on peut être d’accord. »

« Ne fait pas trop le fanfaron, s’il te plaît. Ce n’est pas drôle du tout. Et puis, tu ne veux pas rendre les enfants tristes, n’est-ce pas ? Wandy et Zalek comptent vraiment sur toi, tu t’en rends compte, j’espère hein ? Dis-moi que tu t’en rends compte. »

« Oui, oui, je m’en rends compte. Et j’y suis attaché. Je suis trop faible … Ca paraît bête mais ça ressemble à un petit frère et une petite sœur. Tu sais bien que je suis fils unique et … peut-être que j’ai été un petit peu jaloux de ta relation avec eux. Pas avec tes aînés par contre, ça, tu vois, je m’en passerai volontiers. »

Un petit peu d’humour ne pouvait pas faire de mal hein ? Il eut un léger sourire alors qu’Elise se massait le front, bien qu’elle ne cachait pas son sourire elle aussi. Vraiment ? Ce n’était ni le moment, ni la situation, ni le lieu. Enfin bon, elle le remercia du regard.

« J’imagine qu’il va falloir que j’ai une petite discussion avec mon père. Tu veux venir ? »

« Il vaut mieux au cas où. J’ai aussi à parler même si je ne le ferais que s’il m’y autorise. Car bon, on ne sait pas trop ce qui pourrait nous attendre quand même … »

« C’est sûr que si tu te mets à parler sans son autorisation, en vue de ce qui s’est passé … »

Pour autant, ils sont rassurés. De ce qu’ils ont compris, l’un et l’autre, l’empereur semble les apprécier, ce qui est une chose assez rare pour qu’elle soit signalée. Enfin bon, ce n’était pas vraiment le moment de sourire à tout ça. Les deux jeunes gens quittèrent le banc sur lequel ils étaient installés depuis plusieurs minutes, partant en direction de la salle du trône.

« L’empereur Malark n’est guère présent, princesse Elise. Il semblerait qu’après son jugement, il ait signalé qu’il désirait se reposer dans sa chambre. »

« Oh … D’accord, je vais aller le voir alors. Merci beaucoup pour le renseignement. »

« Euh, vous devriez éviter. Vous savez, dans ces moments-là … »

« C’est bien parce que nous sommes dans ces moments-là, que je dois aller le retrouver. »

Elle avait rétorqué cela avec douceur au soldat, comme si c’était une simple évidence. Le soldat resta un peu bouche bée, étonné par ses propos alors que Tery revenait auprès d’Elise, continuant de la suivre jusqu’à la chambre de l’empereur. Elle toqua à la porte, ignorant les deux soldats qui tentèrent de l’en dissuader.

« Père ? Nous devons parler, vous et moi. »

« J’ai pourtant signalé que je ne voulais voir personne. Qui a mal transmis mon message ? » déclara une voix de l’autre côté de la porte, caverneuse et sombre … et irritée.

« Personne. Ils ont fait de l’excellent travail mais je suis là de ma propre initiative. Puis-je rentrer accompagnée de Tery ou non ? »

« Rentrez donc … mais il vaut mieux pour vous que cela soit pour une bonne raison. »

« Ca l’est … vu qu’il s’agit de votre santé. » dit-elle avec une petite pointe d’arrogance et ironie avant d’ouvrir la chambre, les soldats étant en sueur alors que Tery n’en menait pas vraiment large. Cette demoiselle n’avait strictement rien à voir avec celle qu’il avait connue à leurs débuts … celle qui avait été dévorée à moitié par ses lignes d’Alzar à l’époque.

Hmmm … la chambre était plongée dans l’obscurité ou presque. Les rideaux ne recouvraient pas les fenêtres et seule la lueur des cristaux parcourant la capitale souterraine éclairait la pièce, le monarque étant assis sur un fauteuil, son visage tourné vers l’horizon.

« Que me veux-tu alors, ma fille ? Je n’ai guère l’humeur à parler. »

« Vous parler de ce qui s’est passé cette après-midi. J’espère … que ce n’est pas fréquent. Est-ce que vous avez entendu les paroles de Wandy et Zalek ? »

« Qu’ils me haïssent pour ce que j’ai fait ? Comme les autres membres de ma progéniture. Cela ne changera pas grand-chose à ce qui m’arrive habituellement. Toi même, je suis certain que tu ne penses guère mieux de ma personne. »

« Vous n’êtes pas dans ma tête, père, vous n’avez donc pas à penser pour moi. »

« Et tu n’es pas la reine de ce royaume, ma fille, fais donc attention à ton langage, surtout quand je suis dans mes mauvais jours. »

« Et qu’est-ce qui se passera sinon ? Dites-moi plutôt ce qui vous tracasse ? »

« Je ne suis pas tracassé, simplement fatigué, comme cela est toujours le cas lorsque l’un des membres de ma famille décide de venir s’en prendre ouvertement à ma personne. »

« Alors, il faut vous reposer … et … ce n’est pas la première fois, n’est-ce pas ? »

« Que voudrais-tu que je te dise, ma fille ? N’as-tu jamais remarqué une chose étrange après tout ce temps ? As-tu déjà vu une impératrice à mes côtés ? »

« C’est vrai … que je n’ai jamais remarqué une telle présence. Comment cela se fait ? »

« Et bien, elles sont mortes, les unes après les autres. En tant que souverain, je peux avoir autant de femmes que je le désires … mais vu que chacune décide, à un moment ou un autre, de venir me trahir et me poignarder dans le dos, elles disparaissent. »

« J’imagine que j’ai été chanceuse d’être née à la surface. Je n’aurai pas assisté à ça . »

« Tu es plus que chanceuse. Certains de mes enfants me haïssent à cause de ce que je fais à leurs mères … mais visiblement ils ne comprennent pas … et font tout pour obtenir le pouvoir. Enfin … C’est ainsi et pas autrement. »

« C’est facile de comprendre à quel point vous êtes las … mais n’oubliez pas tout cela. N’oubliez pas … ce que vous avez été … ou alors … je voulais savoir une chose, père … mais cela remonte à très longtemps et vous n’êtes pas obligé de répondre. »

« Poses donc ta question, je verrais alors si j’y répondrais ou non. »

« Est-ce qu’à votre époque … vous avez fait de même ? »

« Je veux que tu me développes cette question … plus en détails. Pour être certain. »

Hmmm … C’était lui ou l’ambiance venait subitement de s’alourdir ? Il toussa légèrement, se demandant où allait en venir Elise alors qu’il cherchait à comprendre. Il avait une petite idée mais comme le monarque l’avait demandé, il n’en était plus aussi sûr quoi.

« Est-ce que vous avez tué votre famille et votre père pour arriver là où vous êtes aujourd’hui ? Comme auparavant, je ne jugerais pas. »

« C’est exact … et c’est pour cela que je ne cherche pas à me dédouaner de mes actions. Me débarrasser de ma propre chair, je l’ai déjà fait depuis des décennies. Mes frères, mes sœurs, mes parents, ils se sont tous mis en travers de mon chemin. Mais lorsque tu arrives au sommet, tu comprends à quel point tu es isolé et sans protection. »

« Je m’y attendais en un sens … mais ça fait un peu mal. »

Elle avait murmuré cela, baissant doucement les yeux tandis que Tery passait une main dans son dos, comme pour chercher à la rassurer. Pour autant, elle releva quelques instants après son regard, se plaçant bien face à son père, obstruant sa vue par rapport à la lumière du cristal. Elle reprit la parole :

« De toute façon, je décide ce que je veux faire. Et à l’heure actuelle, en vue de la situation et même après, je ne suis pas intéressée par ces histoires royales. Je ne veux pas devenir la reine du royaume démoniaque, père. »

« Et pourtant, c’est ce que je désire, moi. Mais pour cela, il me faut faire une purge … pour être certain que nul ne tentera de te tuer. »

« Je ne veux pas de ça, c’est pourtant clair ! Pourquoi est-ce que je voudrais devenir reine ? J’ai pas une tête à contrôler les gens ! »

« Je le veux. C’est pour le bien de ce peuple. Non, à qui vais-je faire croire cela ? Je ne le veux pas pour mon peuple. Je le ne veux pas pour ma famille. Je veux … simplement que ce cycle s’arrête. Je veux que tout cela se termine. »

« Alors pourquoi ne pas mettre Wandy ou Zalek ? Ils ne sont pas comme les deux autres ! »

« Ils le seront … c’est dans leur sang. Toi, tu as un côté … humaine … »

Elle ne répondit pas. Elle comprenait parfaitement où son père voulait en venir. Et pendant ce temps, Tery ne parlait pas. Ce n’était pas à lui de se mêler de cette conversation. Mais voilà que le monarque se met à parler à nouveau :

« C’est ce côté humain qui te rend si différente des autres. »

« Pas autant que vous le voudriez … Tery peut vous le confirmer, père. »

« C’était au tout début, Elise. Depuis, tu arrives à contrôler ton humeur et tout le reste. Ne te dévalorise pas, s’il te plaît. Ce n’est pas vraiment le bon moment pour ça. »

« C’est pas une question de bon moment ou autre … simplement … je ne veux pas. »

Elle ne voulait pas de cette situation. Elle ne voulait pas que ça se produise ainsi. Elle ne voulait pas de tout ça. Elle regarda tout simplement droit devant elle, par la fenêtre maintenant, observant le cristal.

« Elise … Est-ce que tu as peur des assassins qui sont à tes trousses ? »

« Je mentirais si je disais que ce n’est pas le cas … mais qu’est-ce que ça changerait que j’ai peur ou non ? Qu’est-ce que ça influencerait réellement ? »

« Et bien, le fait que tu continues à refuser ma proposition malgré tout. »

« Vous êtes mon père avent l’empereur et ce n’est pas par votre titre que je vous obéis mais simplement par respect de votre personne. Je suis heureuse de savoir que j’ai une famille, des frères, des sœurs, un père, même si apprendre tout ça sur ma famille a de quoi me dégoûter grandement … mais il me faudra faire avec non ? »

« Malheureusement, c’est exact. Tous ne sont pas si mauvais … au départ, ils sont presque attendrissants mais très vite, ils grandissent trop vite. Et ils sont si malléables … si manipulables. Il est facile d’en faire de futurs tueurs. »

Tery haussa un sourcil aux propos de l’empereur. Est-ce qu’il se rendait un peu compte de ce qu’il était en train de dire ? Pas cezrtain que ça soit le cas … mais c’était vraiment effrayant et sinistre hein ? C’était pas du tout le genre de parole qui se voulait réconfortante. Elise frappa du poing contre le mur, faisant face à son père, s’écriant :

« Alors ne les laissez pas aux côtés d’Haiktos et Halyza ! C’est pourtant pas si compliqué à faire non ? Qu’est-ce qui vous en empêche ? »

« Les réactions des petits à ma propre personne. Comme s’ils allaient m’obéir maintenant. »

« Et bien, si ce n’est que ça, je peux vous rassurer sur un point : Wandy et Zalek seront sûrement prêts à nous écouter, moi et Tery. D’ailleurs, si Wandy était un peu plus âgée, du genre, mon âge, je suis certaine qu’elle tenterait quelques manœuvres sur Tery. »

« Oh … Ceci explique donc cela. » murmura l’empereur, visiblement songeur, comme si un souvenir venait de refaire sur face. Elise pencha la tête sur le côté tout en le regardant, semblant attendre quelque chose qui n’arrivait pas. Elle finit par demander :

« Mais de quoi est-ce que vous parlez exactement ? »

« Ils sont rares les moments où Wandy ou Zalek viennent me voir pour me poser quelques questions ou obtenir de mes conseils mais … je trouvais cela bizarre. Elle est venue, il y a de cela quelques semaines, avant son petit voyage, me demander si un sort existait. Un sort pour vieillir plus vite. Sur le coup, je me suis demandé si elle voulait essayer de devenir plus vite adulte pour espérer pouvoir accéder au trône et participer à cette course détestable. Je lui ait signalé que cela n’existait pas et elle a été très décue. Cela m’a vraiment étonné … et donc, j’ai maintenant l’explication à ce sujet. »

« Disons qu’un certain bourreau des coeurs ne sait pas le pouvoir qu’il possède. »

« Si tu peux arrêter de parler de moi de cette façon, on irait presque croire que je manipule le coeur des femmes et ce n’est clairement pas mon genre ou style. »

« Je n’ai pas dit cela, Tery. Par contre, père, il faut que vous arrêtiez de penser que tous vos enfants veulent votre mort. Je sais que vous devez surveiller les actes et autres des aînés mais les plus jeunes ne sont pas encore pervertis et … »

« Lorsque tu auras vécu des décennies de cette façon, tu comprendras que ce n’est pas en disant simplement cela que tout va s’arranger. »

« Je ne peux pas prétendre le contraire … Et donc, par rapport à ma proposition ? »

« Simplement s’ils sont d’accord, et je veux que cela soit de leurs propres voix. J’attendrais donc demain leurs réponses. Peut-être qu’il est possible de les sauver … »

« Il l’est … mais il faut faire des efforts pour cela. Vous êtes épuisé, père. Dormez bien et reposez-vous. Et sachez que vos trois derniers enfants ne vous en veulent pas. Vous avez fait ce qui était nécessaire, aussi horrible et barbare soit cette mthode. Bonne nuit. »

Elle l’embrassa sur les joues, à la grande surprise du monarque qui parut déconcenancé par cet acte. Il la regarda partir, les yeux baissés. Il était vraiment très fatigué, se dit Tery avant de le saluer respectueusement, quittant la chambre à la suite d’Elise. Dans les couloirs, lorsqu’ils étaient seuls, il demanda :

« Comment est-ce que tu vas réussir à les convaincre de t’écouter, Elise ? »

« Ce n’est pourtant pas très difficile. Wandy, je lui dirais que ça lui permettra de passer un maximum de temps avec toi et peut-être de gagner quelques points à ton coeur. Ensuite, pour Zalek, je jouerai aussi sur la carte de la sensibilité. Les autres membres impériaux peuvent avoir Zalek tout le temps alors pourquoi pas moi ? Passer un peu de temps avec lui, ça ne peut faire que du bien. Nous voyagerons et tout. »

« Tu sais que tu es une sacrée manipulatrice. Je ne sais pas si je dois applaudir ou non. »

« Je ne suis pas une manipulatrice. Je pense juste à ce qui est le mieux pour mes propres. Je me dis seulement que j’ai eut de la chance de vous connaître, toi et les autres. Sans vous, qu’est-ce que je serais devenue à la surface ? Je veux donc faire profiter de cette chance aux personnes qui me sont proches. »

« C’est … très noble de ta part … mais ça te correspond bien. Promis, si on revoit Royan, je lui glisserais quelques mots en ta faveur dans l’oreille. »

« Ah … Espèce d’idiot. Je n’ai pas besoin de toi pour ça, tu le sais, hein ? »

« Je le sais parfaitement mais ça ne doit pas m’empêcher de venir t’embêter à ce sujet. »

« Hmm … J’accepte cet argument même si je le trouve sacrément douteux, je dois avouer. »

« Hey … Tant qu’il fonctionne, je ne vais pas m’en plaindre, tu t’en doutes ? »

« Je n’en doute pas un seul instant, Tery. Pas un seul instant. On va dormir ? »

« Hmm, d’accord. Pas de soucis. Bon ben, je vais aller dans ma chambre. »

« Je te rappelle qu’elle a été ravagée ou presque. » dit-elle en le tenant par la manche, Tery haussant les épaules en répondant :

« Oui mais à côté, je tiens à signaler qu’ils m’en ont déjà donné une autre. Ils sont plutôt rapides pour ça, tu sais ? Tu n’as pas à t’en faire et … »

« Je préfère que tu dormes avec moi, Tery. C’est un ordre impérial de la seconde princesse du royaume démoniaque. Et oui, plus la troisième. Enfin, je ne sais pas trop comment ça fonctionne, je dois t’avouer que je ne me suis jamais posé la question. »

Elle a un petit sourire amusé mais il sent les petits tremblements dans l’être de la jeune femme cornue aux cheveux auburn. Oui, c’est vrai. Ils ont eut leurs doses d’émotion aujourd’hui. C’est donc pour cela qu’il fait un petit mouvement de la tête et que malgré son soupir, il murmure :

« D’accord, d’accord. Je respecte votre ordre, princesse Elise. Allons-y. »

« Ca a une certaine utilité que de profiter et abuser de son autorité sur autrui. »

« Ne commence donc pas à exagérer hein ? Je ne suis pas sûr de pouvoir tolérer trop longtemps ces petits abus. Bon, je te suis. »

Et c’est ainsi qu’il retrouva la couche royale. Une couche somptueuse, comme à son habitude mais surtout dans laquelle il prit place sans trop attendre. Quelques instants plus tard, Elise était déjà à ses côtés, calfeutrant sa tête contre son torse.

« Rien ne vaut une autre présence avec soi dans ce genre de moments. »

« Je ne peux pas m’en plaindre non plus, je dois avouer. »

« Hey ! Tu dis ça comme si c’était une horreur ! Je ne sais pas trop si je dois bien le prendre ou non. Tu ne veux pas me le dire ? »

« Hmm, tu n’as pas à t’en faire, ne t’inquiète pas ! Viens donc dans mes bras, toi. »

Oui, il se montrait plus doux et chaleureux que d’habitude. En un sens, il se disait que si Wandy voyait tout ce qu’il faisait pour Elise, elle risquait d’être très jalouse. Mais surtout, y en avait une qui le serait carrément ! Elen … lui manquait. Même si elle avait été parfois plus qu’horrible dans ces moments, trouvant sa jalousie exagérée et déplacée, ça ne changeait pas qu’il aimait la jeune femme aux cheveux blonds.

« J’aimerai tellement la revoir … moi aussi. »

D’après Manelena, c’était le cas. Elle était vivante … ou alors, elle avait voulu jouer avec ses sentiments … Mais ce n’était pas normalement son genre. Ah … Il valait mieux dormir.

Chapitre 33 : Haine et dégoût

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 33 : Haine et dégoût

« Bonjour, Elise. Est-ce que tu as réussi à dormir ? »

« Plus ou moins … On va dire que j’espérais le plus … et que j’ai obtenu le moins. »

Un petit rictus de dépit se lisait sur les lèvres de la jeune femme aux cheveux auburn. Il tapota doucement son crâne et embrassa ses joues. Aujourd’hui était le grand jour … cela n’avait pas tellement duré mais en même temps, ils avaient juste eut la possibilité de voir les deux enfants impériaux. Ils n’étaient pas au courant.

« J’imagine qu’il ne veut pas les prévenir. C’est encore plus monstrueux. »

« Je n’ai pas mon mot à dire … et même si je t’ai dit que j’étais encline à ce qu’elle meure, maintenant, je le suis un peu moins … depuis que je suis calmée. »

« C’est bien ce que je pensais. Tu as dit ça sur le coup de la colère mais maintenant que ça va arriver, tu n’es carrément plus motivée. Et impossible de donner raison à ton père, il ne nous écoutera pas. On ne va pouvoir que regarder et constater tout ça. »

Elle hocha la tête positivement, venant se calfeutrer dans ses bras. Il la laissa faire, caressant son dos doucement avant de se mettre en route avec elle. Le petit déjeuner était en compagnie des autres membres de la famille. Bien entendu, il ne mangeait pas à la même table qu’eux, surtout avec les deux aînés qui étaient présents. Il n’était pas d’humeur à entendre leurs répliques acerbes et autres. Il avait bien mieux à faire.

« Bon, ce n’est pas tout ça … mais je dois me préparer pour cette après-midi. »

« Il y a quoi, grande sœur Elise ? » questionna l’adolescente, Elise posant son regard sur son père et les autres. Vraiment ? S’ils comptaient sur elle pour prévenir l’adolescente, ils se trompaient lourdement.

« Tu sauras en temps et en heure. Tu veux venir avec moi ? Que les servantes s’occupent de nous en même temps, ça ne serait pas génial ? »

« C’est vrai ! Et pour Zalek ? Il vient aussi ? Encore que non. Monsieur Tery ? Vous allez vous occuper de Zalek, dites ? » questionna la jeune demoiselle cornue en rougissant un peu. Ah ! Il a toujours du mal à croire qu’il fait de l’effet à une adolescente.

« S’il veut bien, je ne vois pas de raison de refuser. Est-ce que vous êtes intéressé, prince Zalek ? A passer du temps avec moi ? »

« Ah ben oui alors ! Ca fait longtemps ! Et puis, on a bon nombre de choses à se raconter. Vous avez sûrement d’autres histoires à me dire sur la surface. »

« C’est pas faux ! Mais avant, terminez donc votre petit déjeuner, non ? Ca serait mieux. »

Même s’il n’était pas sûr de cette affirmation. Si les deux enfants voyaient ce qui allait se passer, pas certain qu’ils ne rendent pas leur repas. D’un autre côté, ils ne sont pas posés la question au sujet de leur grande sœur qui n’est pas venue.

C’était mieux en un sens … pour le moment. Mais sur le moment venu ? Ca ne faisait que reporter les vraies problèmes qui allaient leur tomber dessus. Et Elise ne l’avait franchement pas aidé sur le coup. Il était pourtant prêt à attendre Zalek et à l’emmener discuter avec lui. De quoi ? Il n’en savait trop rien.

« Alors monsieur Tery, c’est vrai que vous avez été presque assassiné ? »

Oh … Euh. C’était pas vraiment la question à laquelle il s’était attendu sur le coup et donc, il resta un peu bouche bée lorsqu’il se retrouva seul avec l’enfant démoniaque, se grattant un peu le menton, un peu confus et embêté.

« Euh … Et bien, c’est le cas mais qui t’a prévenu à ce sujet ? »

« Wandy ! Elle se tient vraiment au courant à votre sujet, monsieur Tery ! Je crois qu’elle est amoureuse mais elle veut pas le dire. En fait, elle voulait vous parler depuis que nous sommes arrivés mais elle doit se retenir. Elle a dit qu’elle a ça comme devoir vu qu’elle est quand même une princesse et tout. »

« Hahaha … Euh … J’ai l’impression de ne plus avoir tellement de secrets avec tout ça. Mais bon, c’est exact mais en même temps, la question ne se pose pas. Et il vaut mieux ne pas trop en parler. Bon, qu’est-ce que je peux te raconter aujourd’hui ? Peut-être à quoi ressemble les créatures légendaires de la surface ? »

« Ouiiii ! Je savais même pas que ça existait ! Racontez, racontez ! »

Youpi. Changement de sujet parfaitement réussi. Il pouvait être fier de lui sur le coup. Mais est-ce que ça allait être suffisant ? Il en avai strictement aucune idée ! Mais voilà, le plus important, c’était le fait que l’enfant l’écoutait attentivement.

« C’est vrai … cet aigle géant à deux têtes ? Mais attendez, un aigle, c’est quoi exactement ? Un oiseau, c’est ça ? Avec des plumes et tout ? »

Ah bien entendu, il avait oublié ce petit détail singulier. Le fait qu’il n’y avait pas la même faune et flore sous la surface qu’à la surface. C’était bête mais c’était donc pas mal de travail. Autant dire qu’il n’allait pas en finir de si tôt.

« Bon avec tout ça, on risque d’être en retard. Vous ne deviez pas vous préparer non plus ? »

« J’en ait pas vraiment envie. De toute façon, ce n’est pas plaisant ce qui va arrriver. »

Qu’est-ce qu’il voulait dire par là ? Il était quand même pas au courant hein ? Qui avait … Non. Il était beaucoup trop jeune pour ça ! Pour autant, en vue du visag surpris qu’il offrait à l’enfant, celui-ci déclara :

« Vous n’avez pas été informé ? Ca serait étonnant, messire Tery. Il s’agit de ma grande sœur Lylé. C’est elle la responsable des différentes tentatives d’assassinat sur vous. Père veut lui offrir une leçon en public. Ca sera la première fois que je verrais ça de mes propres yeux. »

« Je ne suis pas sûr que ça soit un spectacle que l’on doit montrer à des enfants. »

« Grand frère m’a dit que c’est cela qui arrive quand on en fait beaucoup trop et qu’assister à ça me permettra de devenir plus rapidement un homme. »

« Ton grand frère ne pense pas avec le cerveau d’un enfant. Un enfant ne devrait pas assister à une telle chose, c’est moi qui te le dit car si tu veux tout savoir, j’ai assisté à la mort de mon père et de nombreux hommes. Devant mes yeux, ils sont morts. »

Il s’était mis à genoux devant le jeune garçon démoniaque, posant ses mains sur ses épaules. Il le regardait attentivement, avec le plus grand sérieux qui soit, finissant par reprendre :

« Les gnomolds attaquaient notre village. Les gnomolds, je te dirais ce qu’ils sont exactement mais tu comprendras à quel point ils sont horribles. »

« Mais mais mais … Euh … Pourquoi mon frère me dirait cela ? Pourquoi ? »

« Même s’il ne pense pas à mal, ça ne veut pas dire qu’il comprend exactement tout ce que cela implique. Ce n’est pas forcément de sa faute … mais en même temps … Enfin bref, les gnomolds attaquaient notre village et j’ai vu de mes propres yeux mon père supplier les gnomolds de s’en prendre à moi pour avoir la vie sauve. Est-ce que tu comprends ce que j’ai ressenti à ce moment précis ? »

« Pourquoi … est-ce qu’il a fait ça ? Si c’était votre père … il devrait vous aimer non ? »

« Si c’était aussi simple que ça … ça se saurait mais ce n’était pas le cas. Il ne m’aimait pas, il n’a pas aimé ma mère, c’est plus compliqué … que le fait d’aimer ou pas. »

Il était certain que l’enfant comprendrait pas … et il ne pouvait pas lui en vouloir sur le coup. Il voulait juste lui dire que non, assister à la mort d’un proche, ce n’était pas une bonne chose, qu’importe les raisons qui devaient pousser à cela.

« En même temps, c’est à vous de décider … mais je voulais juste vous mettre en garde. »

« Merci beaucoup, messire Tery, c’est vraiment très gentil de votre part. Ce n’est pas grave que vous ayez perdu contre mon grand frère. Moi, c’est comme Wandy ! »

« C’est à dire ? Où voulez-vous en venir ? »

« Ben, ça veut juste dire que je vous aime bien pour ce que vous êtes, voilà tout. »

Ce qu’il était. Au moins, y avait un compliment, ou plutôt une remarque gentille et sympathique de la part de l’enfant même si ce n’était pas forcément voulu de sa part. Enfin, pas de cette manière ! Il lui répondit :

« C’est réciproque et il en est de même pour votre grande sœur. »

« Laquelle ? Elise ou Wandy ? » demanda l’enfant sur un ton un peu espiègle, Tery souriant de toutes ses dents, comprenant où il voulait en venir :

« Mais les deux, bien entendu. Comment pourrait-il en être autrement ? »

« Beuh ! Vous n’êtes pas drôle ! Vous avez compris où je voulais en venir ! »

« C’est exact ! C’est pour ça que je ne suis pas tombé dans ton piège, Zalek ! »

Un gros grand sourire se dessina sur ses lèvres, un sourire qui vint disparaître quand il remarqua Elise qui venait vers eux, accompagnée par Wandy. Ah oui, les demoiselles étaient vraiment très belles … mais y avait-il vraiment besoin de s’habiller aussi bien ? Surtout pour un évènement dont ils se passeraient bien tous les quatre ?

« Est-ce qu’elle … a été mise au courant, Elise ? » chuchota t-il en désignant Wandy du regard, cette dernière se faisant complimenter par son petit frère.

« Pire que tout, elle l’était déjà avant même que je lui en parle. Et de ton côté ? »

« Pas franchement mieux, je dois avouer … mais bon … on ne peut rien y faire. Je sais pas du tout comment la situation va tourner mais je peux juste te dire que ça ne va pas être plaisant. »

« Je sais pas ce qui se passait par leurs têtes à tes aînés mais j’aurai bien deux mots à leur dire … si cela ne risquait pas de m’emmener à une mort certaine. »

« On va plutôt tenter de les prendre à leurs propres jeux. On va juste continuer à nous occuper de Wandy et Zalek, qu’est-ce que tu en dis ? »

« Que tu peux compter sur moi à ce sujet. On va les avoir. »

Hmm ? Qu’est-ce qui se passait ? Il remarquait aisément les regards des deux jeunes gens en sa direction, Wandy rougissant lorsqu’elle vit qu’il était là, en train de les observer. Ah bon, ben, en vue de sa réaction, pas difficile de se dire que ça devait surement le concerner.

« Oh ! Vous êtes là ! Princesse Elise, princesse Wandy, prince Zalek ? Votre père, l’empereur Malark, m’a chargé de venir vous chercher pour vous emmener à la place où aura lieu l’exécution publique. »

Aux derniers mots, Tery voit aussitôt que les deux jeunes gens se raidirent. S’approchant lentement mais sûrement d’eux, il tendit doucement ses mains vers chacun, leur faisant un petit sourire rassurant tout en disant :

« Ne vous inquiétez pas, votre sœur et moi-même, nous sommes là. Vous êtes en sécurité et s’il le faut, je dévouerai autant à protéger les vôtres que celle d’Elise. »

« Est-ce … une promesse, messire Tery ? »

« Ca l’est, princesse Wandy. Nous y allons maintenant ? »

Maintenant, il les sent un petit peu plus courageux. Il faut dire qu’une telle situation n’est pas vraiment des plus plaisantes. Pour autant, s’il peut soulager les peines et la tristesse de chacun, il le fera. C’est ce qui comptait le plus à l’heure actuelle à ses yeux.

« Restez à nos côtés, tous les deux, d’accord ? N’allez pas rejoindre vos aînés. »

Un petit hochement de tête positif et il était certain que le message était bien passé. Oui, la seule aînée dont ils devaient écouter les paroles était celle qui était présente actuellement. Bon … Ils devaient quitter le château ? Pour se rendre où ?

En vue de la foule qui commençait à se réunir, il comprenait que le chemin ne sera pas difficile à trouver … mais ils se dirigeaient bien hors de la ville. Qu’est-ce que ça voulait dire exactement ? Où est-ce qu’ils allaient réellement se rendre ? Il n’en avait strictement aucune idée pour être poli. Il n’était pas certain que ça soit une bonne chose … mais en même temps, on n’allait pas tellement lui laisser le choix hein ?

« Vous allez pouvoir prendre place aux côtés du reste de votre famille. Quant à vous … » commença à dire le soldat en se tournant vers Tery.

« Il reste avec moi, c’est mon chevalier personnel. Les chevaliers personnels peuvent rester auprès de nous même dans une telle situation. »

« C’est exact … soit … mais si votre père, l’empereur, vous fait la remarque, pourriez-vous signaler que je ne suis pas responsable de ça ? »

« J’imagine que vous avez peur de perdre votre tête et ça se comprend. Ne vous inquiétez pas à ce sujet, loin de là. Vous aurez encore la vie sauve. »

Le soldat s’inclina en poussant un léger soupir de soulagement. Facile de comprendre qu’en vue du caractère de son père, l’empereur, le soldat n’était guère rassuré par la tournure des évènements. Tery ne l’était guère plus dans le fond.

« Vraiment … Faut-il que ça soit public ? »

Surtout lorsque l’empereur vint se présenter, prenant la parole pour un discours. Il tenta d’ignorer ce qui se disait mais lorsqu’il commençat à évoquer Lylé, difficile de faire comme si tout cela passait dans une oreille pour sortir de l’autre.

« Maintes fois dans notre royaume, des démons et des démones sont morts dans d’atroces souffrances, poignardés dans le dos par ceux qu’ils pensaient être leurs confidents ou proches amis. La famille royale n’a pas été différente sur ce point. Nous aussi avons eut notre lot de trahison et aujourd’hui, l’une d’entre elles se présente à vous. Vous la connaissez bien, Lylé était peut-être la membre de la famille royale que vous voyez le plus parcourir le monde démoniaque. Aujourd’hui, elle est coupable de nombreuses tentatives à l’encontre des autres membres de la famille royale. Ma propre personne mais aussi mon autre fille, Elise. »

Ah ben oui, il la désignait. Celle-ci resta imperturbable, Tery faisant de même. Ce n’était pas le moment de se mettre en valeur … surtout pas … pas dans une telle situation. Et dire qu’il trouvait les actes de l’empereur détestables étaient une chose.

« Maintes fois, elle a usé de ses charmes pour arriver à ses fins. Maintes fois, ce sont bon nombre de ses courtisans qui ont fait ses basses besognes. Tout cela pour que nous ne puissions arriver jusqu’à elle. Mais elle a fait une erreur et une autre, et ainsi de suite, une purge a été lancée sur tous ceux qui ont été proches de sa personne. La purge n’est pas complète mais sachez que si vous avez oeuvré pour elle, vous serez très vite retrouvés. »

Et nul besoin d’expliquer ce qui allait arriver alors dans une telle situation, n’est-ce pas ? Tery jeta un bref regard dans la foule, voyant certains démons et démones qui commençaient à reculer. Ah ben oui … la fameuse purge.

Pour autant, dès qu’ils s’étaient déplacés et mis en retrait, des mains se posèrent sur leurs épaules et leurs bouches, les faisant disparaître dans les ruelles. Savoir si certains allaient revenir, c’était bien le moindre de ses soucis. L’empereur n’avait visiblement pas terminé son discours mortel, loin de là.

« Pour elle, il n’y a qu’une seule punition : l’exécution. Un jugement ? Il n’y en aura pas. Les preuves se cumulent et la justice impériale sublime celles des nobliaux que vous êtes. Maintes fois, nombreux sont ceux qui ont espéré réussir à me tuer. Maintes fois, ma propre famille a tenté de prendre ma place. Et le résultat fût toujours le même : un échec complet. Aujourd’hui, la sentence va s’appliquer et que cela soit gravé dans vos mémoires pour que vous compreniez ce qu’il en coûte de s’en prendre à la famille royale même si vous en faites partie. Emmenez-la, que chacun et chacune puisse graver cet instant dans sa mémoire. »

Vrai qu’il n’avait pas encore remarqué Lylé … mais cela ne tarda pas. Deux soldats étaient présents, ramenant une femme qui avait un sac de toile sur la tête, des habités en lambeaux, ayant perdu leur splendeur d’antan. Le sac fût retiré, dévoilant le visage fatigué et larmoyant de la démone impériale qui se mit à hurler :

« PERE ! JE VOUS EN PRIE ! NE FAITES PAS CELA ! C’ETAIT UNE ERREUR ! »

« Une erreur ? C’est exact … Une erreur que je dois corriger. Celle de t’avoir donné vie. »

« NON ! S’il vous plaît ! Ecoutez-moi!Ce n’est pas ce que je désirais ! Je n’ai fait ça que pour … pour … s’il vous plaît. »

« En manque d’arguments, ma fille ? Je ne sais plus si je peux même t’appeler ainsi. »

« Ils ne sont pas mieux. »

« Hmmm ? De qui donc, ma fille ? Fais attention puisqu’il s’agit de tes dernières paroles. »

« Haiktos ! Halyza ! Ils ne sont pas mieux ! Ils cherchent aussi à obtenir le trône ! Pourquoi moi et pas eux ?! POURQUOI ?! »

« Car ils n’ont pas encore commis d’impairs … du moins, visibles aux yeux de tous ou à mes yeux. Mais ne t’en fait pas, ils viendront te rejoindre bien assez tôt … dès l’instant où ils feront une simple erreur. Commençons la sentence. Ne t’en fait pas, tu resteras consciente jusqu’au bout … malgré ce que je te prépare. »

« Père ! S’il vous plaît ! Ne la tuez pas ! Mettez-la en prison ! Faites lui perdre son titre mais ne la tuez pas ! Ne rentrez pas dans le même cercle qu’eux ! »

Wandy ? Tery cligna des yeux, ne s’étant pas attendu à ce que la plus jeunes des sœurs d’Elise prenne la parole, avançant en direction de l’empereur. Celui-ci la regarda d’un air las, comme si tout n’était plus que fatigue et usure.

« Je suis déjà dans ce cercle depuis des décennies, Wandy. Ne te ridicule pas devant ton peuple. Lylé, grâce à ta sœur … je te laisse choisir ta façon de mourir. Veux-tu mourir en un instant ou lentement ? »

« Père … pardonnez-moi … si vous avez encore la force de … »

« Visiblement, ça sera lentement. Soit, nous allons commencer. » déclara l’empereur d’une voix nonchalante. Un seul mouvement et voilà que l’intégralité d’une jambe vint disparaître du corps de Lylé, comme avalée par une force obscure. Un cri horrible et déchirant quitta les lèvres de la démone mais aucune goutte de sang n’était présente malgré l’horrible blessure.

Et cela continua ensuite … sur l’autre jambe … puis un bras … et un autre bras. Il ne restait plus que le tronc et la tête. Pour autant, elle était encore éveillée, en larmes, choquée, balbutiant quelques paroles incompréhensibles. Tout cela s’était produit en cinq petites minutes et Tery serrait Wandy et Zalek contre lui, tentant de leur cacher ce spectacle horrible. Pourtant, rien n’y faisait.

« Achevons ce travail … Et que cela soit gravé dans la mémoire de chacun. »

Un dernier acte d’une extrême cruauté … malgré la personne qui subissait cela. Un dernier acte salvateur, pour enfin mettre un terme à tout ça. La tête et le corps de Lylé disparurent tous les deux, ne laissant plus rien paraître.

« Vous pouvez maintenant vous disperser. Espérons que cette exécution soit la dernière sous mon règne … même si je ne me fais pas d’illusions à ce sujet. »

Un bref regard sur les deux aînés parmi ses enfants et le voilà qui partait en direction du château impérial. Wandy et Zalek continuaient de pleurer dans les bras de Tery, celui-ci leur caressant le crâne, préférant ignorer les propos des deux enfants.

« Je le hais. Je le hais. Y avait pas besoin d’en arriver à ça ! »

« Grande sœur … Grande sœur Lylé est morte … snif … même si elle le méritait … c’était ma grande sœur … snif … »

« Elise ? On devrait rentrer aussi … avec les autres. Elise ? »

Elle restait imperturbable. Elle devait rester de marbre … comme ils l’avaient été, eux … les deux aînés. Ils n’avaient pas réagit aux accusations de Lylé. Ils n’avaient pas été offusqués ou autres … comme s’ils étaient pleinement conscients de la situation. Elle sursauta un peu en sentant la main de Tery sur son épaule.

« Elise ? On rentre … non ? C’est mieux pour eux. »

« Oui, tu as parfaitement raison, Tery. J’avais la tête ailleurs un peu. »

Il comprenait parfaitment sa réaction mais … il fallait avancer. Lui-même avait beaucoup de mal à assumer ce qu’il venait de voir. Cela avait été horrible, si horrible … et pourtant, le peuple démoniaque n’avait pas été plus horrifié que ça. Une nouvelle facette de ce monde.

Chapitre 32 : L’erreur de trop

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 32 : L’erreur de trop

« Si tu peux éviter de le crier sur tous les toits, ça serait parfait, Elise. »

« Hmmm … Qu’est-ce que je devrais éviter de crier, Tery ? Je peux savoir ? »

Elle se faisait un peu mutine mais elle voyait parfaitement de quoi il parlait. Leur petite nuit avait été assez unique et il y avait beaucoup de chances que si quelqu’un était passé pour les réveiller, il se serait posé des questions plus que nécessaire.

Il était plus que gêné et embêté par la situation. Il s’était accroché à Elise plus que nécessaire durant son sommeil. Mais vraiment accroché … genre, un peu comme ces animaux qui s’agrippaient à un arbre pour ne pas le lâcher. Autant dire qu’il avait bien ressenti tout le corps de la jeune femme démoniaque contre lui.

« Enfin bon, mon père voulait nous voir. J’imagine qu’il veut se tenir au courant de la situation. Tu as été mis en danger, juste après moi, j’imagine que tu restes quelqu’un d’assez important à ses yeux. Tu es quand même le « chevalier » de sa fille. »

« Je ne crois pas qu’il m’accorde autant d’importance comme toi … il ne faut pas exagérer. »

« Oh si tu savais … Nous sommes assez « frais » à ses yeux. Nous ne sommes pas corrompus par le pouvoir et tout le tralala, tu connais la chanson hein ? »

Il hocha la tête positivement. Ce n’était pas la première fois qu’ils avaient cette conversation, elle et lui. Le monarque Malark appréciait leurs présences car il était très aisé de voir qu’ils ne cherchaient pas à s’accaparer le trône, ce qui était une excellente chose aux yeux du souverain. En même temps, ils n’étaient vraiment pas là pour ça.

« Avec tout ça, peut-être que l’on pourra mettre en place le projet dont je te parlais. »

« Il vaut mieux éviter d’en parler. Nous arrivons devant la salle du trône. Il faut que tu te tiennes bien et que tu sois respectueux, tu connais le refrain. »

Oui, oui, il se rappelait de tout ce qu’il devait faire et tout le reste. Il n’était pas aussi stupide que ça hein ? Elle pouvait quand même avoir confiance en lui, non ? Lorsqu’il lui fit la remarque, elle eut un petit sourire qui disparut aussitôt en voyant les soldats devant la porte.

« Et bien … Qu’est-ce qui se passe ? Pourquoi vous semblez terrorisés ? »

« Le … Le monarque … L’empereur … il … Il nous a demandé de vous ouvrir dès que … dès que vous étiez là. Ren… Rentrez s’il vous plaît. »

Ah ben zut alors … Il était carrément terrorisé. A croire que le monarque n’allait pas bien du tout. Elise regarda Tery d’un air soucieux et inquiet, les deux personnes finissant par rentrer dans la salle du trône. Elle était vide toute personne, sauf de l’empereur des démons en personne. Assis sur son trône, son visage laissait paraître quelques …

« Père ?! Vous êtes blessé ?! » s’exclama Elise avant de courir vers lui à toute allure, arrivant à sa hauteur tout en bredouillant : « Mais mais mais … qui … »

« Ah … Une expression sincère … vraiment sincère … »

« De quoi est-ce que vous parlez ? Qui a fait ça ? Comment est-ce possible ?! »

Elle voulait surtout des explications. Tery avait haussé un sourcil. Même si Elise avait pris l’habitude d’appeler l’empereur « père », c’était bien la première fois qu’il ressentait vraiment un lien entre eux deux. Auparavant, cela donnait plus l’impression de quelque chose de faux … mais là, à cet instant précis, il était aisé de voir qu’elle était réellement la fille de cet homme démoniaque installé sur son trône.

« Ne t’en fait pas, je vais bien et … »

« Qu’on ne me dise pas ça alors que Tery me balance le même genre d’excuses ! »

Couper la parole à l’empereur du royaume démoniaque, il n’y avait bien qu’elle pour faire cela. Quiconque aurait essayé serait ensuite mort de peur voire mort tout court. Pour autant, elle n’a pas l’air de s’en préoccuper, posant ses mains sur chaque joue pour regarder son père. Elle bafouilla une nouvelle fois :

« On dirait des égratignures … Qui … Qui a réussi cela ? »

« Quelques assassins. Visiblement, ils voulaient profiter de la confusion engendrée par l’attaque sur ta personne, Tery, pour tenter de se débarrasser de moi. »

« Je … Je suis désolé, c’est donc en partie ma faute. » murmura Tery, baissant les yeux et la tête. Dans les faits, il n’était en rien responsable mais dans la réalité, s’il avait fait plus attention à sa personne, rien de tout ça ne serait arrivé.

« Tu n’as pas à t’excuser. Ma fille, je vais bien … même si cela m’a fatigué plus que nécessaire. Je dois me reposer un peu … et … »

« Qu’est-ce que vous faites ? Pourquoi vous me cachez vos manches ?! Qu’est-ce que ça veut dire ?! » s’exclama Elise, prenant les bras de son père pour tirer sur les manches.

Elle avait tout de suite remarqué que quelque chose clochait chez lui. Pire que tout, il avait essayé de le cacher. Et en vue du résultat, même à distance, il remarquait les nombreuses entailles sur les bras de l’empereur.

« Disons qu’ils ont été assez … virulents cette fois. »

« Je me contrefiches de ce qui s’est passé comme ça ! Combien de fois ? Mais en même temps … Qu’est-ce que ça veut dire exactement ? »

« Les attaques se sont amplifiées depuis quelques semaines. Le gros problème réside principalement dans le fait que cela s’est accentué à partir de la tentative d’assassinat sur Elise. Vu qu’ils ont échoué une première fois, ils ont essayé en continu de s’en prendre à moi. Généralement, ils n’ont pas le temps de faire un mouvement mais … à force … »

« Dorénavant, je veux que vos gardes restent avec vous, père ! Vous n’avez pas été … »

« Elise demande si vous avez été empoisonné ou non ? Car l’assassin qui m’a été envoyé possédait une dague qui … je ne sais pas encore, les tests n’ont pas été fait mais bref, qui aurait laissé de sacrées marques sur mon corps. »

« Non, aucun n’a tenté de m’empoisonner. Il faut dire que mon corps peut soigner la grande majorité de ces poisons. Depuis des décennies, il s’est habitué à cela. »

Des années ? Ah … A l’écouter, ça semblait être vraiment rude. Il avait de la peine pour le monarque mais il valait mieux ne pas le dire à voix haute. Oui, c’était ainsi et pas autrement, voilà tout. Il poussa un léger soupir avant de reprendre après les propos de l’empereur.

« Comment est-ce que l’on peut faire pour vous aider ? »

« Vous ne pouvez pas … mais restez donc ici … Vous allez très vite comprendre pourquoi il ne faut pas se confronter à moi. »

Hein ? Comment ça ? Il cligna des yeux, n’étant pas vraiment sûr de bien saisir les propos de l’empereur Malark. A l’entendre, cela risquait de chauffer d’une minute à l’autre. Elise resta aux côtés de son père, celui-ci déclarant :

« D’ici quelques minutes, cette histoire sera du passé … et je devrais alors être tranquille pour quelques mois ou années … ou définitivement. »

Son regard se posa sur Elise puis Tery. Par de tels propos, Tery voyait parfaitement où voulait en venir le monarque. Il voulait leur faire rappeler la petite discussion qu’ils avaient eut tous ensemble mais … non. Il n’était toujours pas décidé à ça.

« Mais lâchez-moi ! Vous ne savez pas qui je suis ?! Et pourquoi je dois être scellée ?! »

Une voix féminine, arrogante. Tery la reconnaissait entre milles. Mais surtout, cette voix haute perchée arrivait à traverser la salle entière mais surtout les imposantes double porte qui permettaient d’y avoir accès.

« Vos têtes tomberont, je vous le promets ! Vous me le payerez ! »

« Ah … Qu’est-ce qu’elle fait ici ? Sauf si … Père, ce n’est quand même pas … »

Elise eut comme une illumination, regardant son père d’un air incrédule puis la double porte qui s’ouvrit pour laisser paraître Lylé, son aînée. Celle-ci avait des menottes aux pieds et aux bras … et à voir l’état des soldats, griffés en de nombreux endroits, on pouvait se dire que cela avait été âpre et rude. D’ailleurs, il y avait bien une dizaine de soldats, encore mieux protégés que ceux que Tery connaissait habituellement.

« Lylé, mes gardes personnels n’ont-ils pas prévenu que je voulais te voir ? »

« Père ! Ce n’est pas une façon de traiter votre fille comme une criminelle ! »

« Et comment une fille doit-elle traiter son père alors ? » demanda sèchement l’empereur Malark en se levant de son trône, un froid glacial s’installant aussitôt.

« Qu’est-ce que … Qu’est-ce que vous voulez dire par là, père ? »

« Depuis quelques semaines, Elise et ma propre personne subissent de nombreuses agression ou plutôt tentatives d’assassinat. »

« Mais c’est affreux ! N’êtes vous pas protégés en permanence ?! » s’exclama Lyzé, Tery clignant des yeux. Ah ben zut … A voir ses grands yeux ouverts, était-ce vraiment elle qui … non … dans le fond, l’empereur s’était peut-être trompé et …

Il avait amorcé un mouvement mais Elise posa son regard sur Tery, lui ordonnant de ne pas faire ne serait-ce qu’un geste. C’était beaucoup mieux. Dans une telle situation, il risquait juste d’envenimer les choses et de rendre tout ça encore plus compliqué que prévu. Qu’il se taise par pitié !

« Tu devrais pourtant le savoir, ma fille, non ? Toi qui a envoyé tous ces assassins sur Elise, ma propre personne mais aussi son chevalier. »

« Qu’est-ce … Qu’est-ce que vous racontez là ? »

« Oh … Voyons bon … Tu crois que je suis incapable de soutirer quelques informations à ces personnes qui tentent de me retirer la vie ? »

« Mais ce sont des affabulations ! Des mensonges pour tenter de me traîner dans la boue ! Ne les écoutez pas, père ! Vous … »

« ASSEZ ! Que penses-tu que j’ai fait depuis ces dernières semaines ?! »

On aurait dit un rugissement bestial, celui d’un animal prêt à tout déchiqueter entre ses griffes et ses crocs pour arriver à ses fins. Et Tery n’osait plus faire ne serait-ce qu’un seul mouvement. Un mauvaise geste de sa part et il pouvait se considérer comme mort, n’est-ce pas ? Mais pourtant, il avait envie de parler, de défendre … Lylé. C’était étrange, pourquoi est-ce qu’il voulait faire ça ? Et même les soldats semblaient prompts à réagir.

« Je … Je ne sais pas, père. Pouvez-vous me le dire ? »

« Je vais te le dire vu que tu as l’affront de te moquer de ma personne. Peut-être que ces assassins n’avaient aucune preuve écrite … mais ils parlaient, qu’importe la méthode pour y arriver. Et ils ont parlé … ils ont parlé. Cela a pris du temps, beaucoup de temps mais chacune de tes relations a finit par s’exprimer. »

Lylé déglutit, Tery ayant ses yeux fixés sur elle, comme pour tenter de lire dans ses yeux … mais rien à faire, il n’y arrivait pas. Cela semblait tout à fait impossible. Qu’est-ce que ça voulait dire ? Qu’est-ce qui se passait réellement ?

« N’as-tu pas remarqué à quel point il était difficile ces derniers temps de communiquer avec ceux qui t’étaient proches ? Que chacun de tes liens était défait subitement, sans aucune explication ? Certains sont encore vivants … mais traumatisés à vie. Je me suis chargé de leur expliquer ce qu’il leur en coûtait de s’en prendre à moi. »

« Mais mais mais … De quoi est-ce que vous parlez ? »

« Tu veux jouer l’innocente jusqu’au bout, Lylé, n’est-ce pas ? »

Il avait amorcé un premier pas, puis un second et un troisième. L’ambiance était vraiment devenue pesante et Tery n’osait plus faire un seul mouvement. Un bref regard chez les autres et il comprenait qu’il en était de même. Pour autant, lorsque le monarque arriva à la hauteur, les soldats se déplacèrent pour le laisser seul avec sa fille.

« C’est toujours ainsi que cela a été … Manipulation, utilisation de tes charmes, tu es très douée pour embrouiller les personnes qui t’entourent. »

« Je … Je ne sais pas de quoi vous voulez parler, père. »

« Allons, allons … Qui est le dénommé Skytos parmi vous ? » demanda Malark en se tournant vers sa garde personnelle. Aussitôt, la majorité fit un pas en arrière, reculant pour ne laisser qu’un seul soldat en avant. « Bien bien bien … Tu vois, Lylé ? Tu as parfaitement raison, c’est normal de toujours protéger ses arrières. »

La main gauche de Malark se pointa vers le soldat, celui-ci commençant à balbutier, semblant comprendre la fatalité qui allait s’abattre sur lui.

« Empereur Malark ! Je ne voulais pas ! Je n’ai fait que dire les faits et gestes des soldats ! Je ne voulais pas vous mettre en dan… »

« Malheureusement, à force de chercher à trop me rapprocher pour trouver une faiblesse, tu as fini par commettre plusieurs erreurs. »

Il n’avait pas laissé la possibilité au soldat de se défendre, sa main donnant vie à une sphère noire qu’il envoya en sa direction. Le corps du soldat commença à se distordre dans tous les sens, semblant se faire avaler par la sphère alors que ses cris s’éteignaient peu à peu. Il ne restait plus rien de ce soldat, l’empereur Malark se tournant vers Lylé.

« Vois-tu … Devant une mort certaine, bon nombre n’hésitent pas à parler. D’autres doivent subir de nombreuses tortures pour espérer qu’on les libère enfin. Tu as fait plusieurs erreurs mais bien souvent, personne ne cherche à les comprendre et les réparer. Ta principale erreur a été de vouloir m’assassiner. Oh, ton frère et ta sœur ne sont pas mieux mais c’est là ta seconde erreur. Avec l’apparition d’Elise, tu as commencé à être beaucoup trop active … et à vraiment essayer par tous les moyens de l’abattre ainsi que Tery, son chevalier. A force de trop en faire, tu as fauté. Tu t’es lourdement trompée … mais vas-tu reconnaître tes fautes ? »

« Père ! Je vous le promet ! Je vous le jure ! Ce n’est pas moi ! C’est un complot d’Halyza ou Haiktos ! Ou les deux ! Je vous en prie ! »

« Ah … Jusqu’au bout, tu n’assumes pas tes erreurs. Jusqu’au bout, il faut que tu te caches derrière autrui … Ah … C’est vraiment lassant. Emmenez-là, attachez-là et empêchez-là d’utiliser ses pouvoirs. Bien entendu, aucune nourriture démoniaque ne lui sera donnée, d’accord ? Maintenant, qu’elle disparaisse de ma vue. »

« PERE ! S’IL VOUS PLAÎT ! NE ME FAITES PAS CA ! PERE ! »

Et malgré les cris déchirants de cette femme que Tery avait trouvé belle, il y a de cela quelques semaines, le silence revint dans la salle du trône, salle où il se retrouvait seul avec le monarque et Elise. Qu’est-ce qu’il devait dire ?

« Je peux vous répondre à tous les deux. Il s’agira d’une exécution publique. »

Que quoi ?! Il avait pas … mal entendu, n’est-ce pas ? Il venait bien .. enfin … d’entendre ce qu’il pensait ? Une exécution … publique ? Vraiment ? Mais mais mais … Enfin, il savait que l’empereur était du genre très expéditif mais à ce point ? C’était, enfin, c’était sa fille mais quand même ! Enfin …

« Si vous estimez que c’est le meilleur choix, père. »

« J’étais certain que tu comprendrais, ma fille. Il faut absolument que cela serve de leçon à tes aînés. Celui ou celle qui voudra m’enterrer de force pour prendre mon trône n’est pas encore né. Je ne le lui laisserais pas sans combattre. »

« Pardon … mais est-ce que Lylé ne peut pas être emprisonnée, empereur Malark ? »

« C’est une manipulatrice … et surtout une démone de sang royal. S’il s’avérait qu’elle arrivait à mettre la main sur quelques chairs démoniaques, qui sait ce que cela pourrait donner. De plus, elle arriverait à convaincre les geôliers de l’aider. Tery, tu as put voir de tes propres yeux qu’elle avait réussi à retourner un membre de ma garde proche contre moi. Voilà ce dont elle est capable … et en vue de ses derniers agissements, c’est moi ou elle … et elle s’en est prise à Elise, ce que je ne pardonnerai jamais. »

Le fait qu’il évoque Elise montrait clairement l’attachement qu’il avait envers la nouvelle princesse. Tery ne fit pourtant aucune remarque à ce sujet, s’inclinant respectueusement devant le monarque avant de chercher à s’exprimer bien que l’empereur l’arrêta.

« Non, elle ne pourra pas mourir en un instant. Je la ferais souffrir comme il se doit. »

« N’est-ce pas trop cruel, em … Non, ce n’est pas à moi de vous conseiller à ce sujet. »

« Rien n’est trop cruel. Si je ne laisse ne serait-ce qu’un espace pour exprimer ma faiblesse, tu peux être certain qu’ils en profiteront. De même, j’ai demandé à ce que le reste de la famille royale revienne aussitôt. »

« Attendez un peu, vous n’allez quand même pas faire ça devant … »s

« Wandy et Zalek ? C’est pourtant le cas. Ils doivent comprendre ce qu’il adviendra d’eux s’ils décident de se rebeller et de vouloir attenter à ma vie. »

Non … C’est un spectacle bien trop horrible pour deux enfants ! C’était tout simplement n’importe quoi ! Il fallait l’arrêter ! Mais … Non … C’était l’empereur. Il baissa les yeux, finissant par murmure d’une petite voix :

« Je vais me retirer, empereur Malark. J’imagine que vous nous appellerez lorsque cela arrivera le moment de cette mise à mort en public, n’est-ce pas ? »

« C’est exact. Vu que tu as été une cible, tu seras obligatoirement présent. Je ferais aussi un discours pour prévenir les futures tentatives. »

D’accord. D’accord. D’accord. Il jeta un œil à Elise. Est-ce qu’elle allait venir avec lui ? A voir la jeune femme se déplacer en sa direction, il comprit que oui, Elise se plaçant à ses côtés avant qu’ils ne quittent la salle du trône. Les soldats qui gardaient la salle n’étaient plus présents et les couloirs étaient comme vides.

« J’ai l’impression qu’il a commencé à faire une purge … ou alors, peut-être que je me trompes. Qu’est-ce que … tu crois ? »

« Je ne peux pas te dire, Tery. Lylé mérite ce qu’elle va subir. C’est étrange mais je n’exprime aucune tristesse de savoir que l’une de mes sœurs va mourir. Elle a essayé de me tuer, elle doit en payer le prix, c’est aussi simple que ça, tu ne crois pas ? »

« Je … ne sais pas vraiment. Ce n’est pas ce à quoi je pensais, je dois t’avouer. »

« Tu croyais que j’allais dire que c’était trop horrible et tout ? Je n’ai plus la tête à penser à ça. Quand ça concernait juste ma personne, je crois que je pouvais pardonner … mais en te touchant … en s’en prenant à toi, elle a signer son arrêt de mort. Et j’aurai la même réaction si elle touchait à Wandy et Zalek. »

« Je veux bien te croire vu que ce sont des enfants mais moi … tu sais quand même que je suis un adulte, hein ? Je vois pas pourquoi, tu … »

« En vue de tes tremblements dans mes bras hier, et j’imagine que je n’étais pas mieux, on est juste des personnes normales avec des réactions normales. On est pas des dieux ou autres, on a des réactions logiques … et mes réactions m’incitent tout simplement à défendre ceux qui me sont chers et à tout faire pour qu’ils ne soient plus en danger. »

« Je le sais bien … enfin je crois … je … »

« Je te dirais simplement de penser à Clari, Tery. Est-ce que tu te rappelles comment tu as réagit ? Tu avais … tué ton premier ami, tu nous avais dit. Enfin, ton ami dans l’armée. »

« … … … Je sais où tu veux en venir, Elise. Je le sais. Préparons-nous alors. Il faudrait que l’on voie ton frère et ta sœur pour les préparer. »

Qu’importe ce qu’elle disait. Qu’importe ce qu’elle pensait. Le jeune démon aux cheveux bruns n’était vraiment pas motivé à laisser tout cela se passer comme si de rien n’était. Il ferma simplement les yeux alors qu’il percutait subitement une paroi de pierre ? Poussant un gémissement, il se frotta les yeux, levant ces derniers pour apercevoir la femme-golem. Et ben ? Qu’est-ce que … ça voulait dire ?

« On dirait presque qu’elle veut te … »

Elise ne termina pas sa phrase, Tery se retrouvant coincé contre la poitrine de pierre. Euh … En plein couloir ? Comme ça ? Mais surtout, devant Elise ? C’était lui ou la femme-golem était … un peu plus expressive que d’habitude ces derniers temps ?

Chapitre 31 : Nouvelle tentative

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Troisième axe : Vivre sa vie à la surface

Chapitre 31 : Nouvelle tentative

Depuis qu’il a envisagé cette idée, celle-ci lui trotte dans la tête sans interruption. Il ne sait pas comment faire autrement mais il sent que cette pensée est la plus importante à l’heure actuelle. Avec toutes les idées stupides qu’il a depuis le début, il doit avouer que celle-ci obtient le premier prix, et de loin, même.

« Ah … Qu’est-ce que tu en penses Clari ? Est-ce que … c’est juste aberrant ? Ou alors, cela correspond à mes habitudes ? »

Il posait la question, encore et toujours, pour ne pas changer. Même s’il n’obtiendra pas la réponse de la part de la femme-golem, il veut tenter de lire dans ses yeux de pierre, chercher une réponse, obtenir ce qu’il désire … ah …

« Ce n’est pas grave, je suis le seul fautif dans tout ça. J’ai juste voulu … qu’Elise sache ce que j’avais en tête, qu’elle comprenne que ce n’est pas une folie de ma part. »

Il y a une chance que les démons soient acceptés à la surface, au moins Elise. Lui, il ne se fait vraiment pas d’illusions à son sujet. Hmm … Couché dans son lit, voilà qu’il se fait tout simplement à fermer les yeux. Juste trouver le sommeil, il verra ensuite ce qu’il devait faire exactement un autre jour.

« Tu veux bien surveiller que tout va bien se passer, Clari ? »

De toute façon, il a pleinement confiance en la femme-golem. C’est une simple mesure de sécurité pour ne pas changer. Ses yeux sont enfin complètement clos alors qu’il sombre dans un sommeil réparateur. Ces derniers jours ont été assez éreintants, surtout avec cette idée saugrenue qui trotte dans sa tête depuis le début.

« Qu’est-ce que … »

Il s’était redressé aussitôt, quelques heures plus tard, en entendant le fracas d’une vitre qui venait de se briser. Le problème, c’est que c’était la sienne de vitre ! Il s’était redressé dans le lit, observant rapidement l’être qui lui faisait face.

Un regard, un simple regard permettait de comprendre que la personne en face était un démon, même encapuchonné. Femme ou homme ? Il en savait rien mais c’était plutôt l’arme qu’il avait en main dont il devait se méfier réellement.

« Une dague … Une simple dague … »

Sauf que malgré ses propres paroles, il n’était pas stupide. La dague suintait d’un liquide verdâtre au bout de la lame, prête à faire son office. Même s’il ne se faisait qu’égratigner, il comprenait qu’il passerait un sale moment bien assez tôt. Le genre de moments dont justement, on aimerait éviter de le subir.

« Si tu penses que je vais me laisser planter sans réagir, tu te trompes sale … »

Wow ! Ce démon était sacrément rapide ! Il avait à peine le temps de réagir que le démon fonçait déjà vers lui. Fouu assassin ! Normal qu’il soit aussi rapide sinon, ça serait pas un type envoyé pour tuer autrui !

« Merde, je vais pas pouvoir me … »

Défendre à temps. Pour autant, la lame de la dague se brisa devant ses yeux, tombant au sol alors qu’il entendait un cri de surprise de la part du démon en face de lui. La raison était la personne qui venait de se placer entre eux deux.

« Clari … » chuchota le jeune homme aux cheveux bruns avec une petite pointe d’étonnement. Son chuchotement fût rapidement remplacé par le bruit d’une lourde lame de pierre qui vint frapper le sol avec une violence inouïe, tranchant le démon en deux comme si de rien n’était.

Le démon venait d’être tranché en deux … avec une telle facilité que c’en était vraiment aberrant. Il avait du mal à y croire et pourtant … c’était le cas. L’ennemi venait tout simplement d’être éradiqué, comme si de rien n’était.

« Merci … Clari, c’est tout ce que je peux dire à ce sujet. »

« Pas de quoi, petit frère. » vint dire une voix féminine dans un murmure alors qu’il clignait des yeux. Il venait pas de rêver ! Il était certain d’avoir entendu Clari s’exprimer !

« Clari ! Tu es capable de … »

« SIR TERY ! SIR TERY ! » hurlèrent plusieurs voix depuis l’autre côté de la porte avant que celle-ci ne soit frappée plusieurs fois.

« Ca va … Je vais ouvrir. » répondit le jeune homme aux cheveux bruns, ouvrant la porte pour laisser rentrer trois soldats.

« Pardonnez-nous mais nous avons entendu du bruit et votre fenêtre était brisée et … »

« Vous devriez plutôt installer plusieurs soldats non-loin de la chambre de la princesse Elise. Je viens de subir une tentative d’assassinat de la part d’un démon … mais il en est mort. »

« Ah ben ça, pour être mort, il l’est complètement. Il s’est passé quoi exactement ? »

« Attendez deux minutes, je vais vous expliquer, je pense que ça sera bien plus rapide comme ça. Bon … Disons juste que j’étais en train de dormir, y a un type qui a voulu me tuer, il s’était pas attendu à ce que Clari réagisse et il est décédé. »

« Ah ben ça … Pour être décédé, il l’est complètement. »

Il haussa un sourcil aux propos du second soldat. C’était un peu le genre de personne qui prônait l’évidence, non ? Car à part se répéter, inlassablement, il voyait pas autrement à quoi il servait. Pour autant, il ne fit aucune remarque à ce sujet, disant simplement :

« Bref … Vous devriez aller voir la princesse Elise, surveiller les alentours et tout. »

Lui-même venait de subir le contrecoup de l’adrénaline. On avait attenté à sa vie … C’était pas la première fois, il vivait dans un monde dangereux, surtout en raison des nombreux actes passés et ceux présents mais quand même … Il ne pouvait plus dormir tranquillement.

« Qu’est-ce que … nous devons faire pour vous ? Par rapport à l’empereur ? »

« Je lui ferais mon rapport demain même s’il sera court et concis, ne vous en faites pas. »

« D’accord … et pour dormir ? Vous avez besoin d’une autre pièce ? Il y en a sûrement d’autres disponibles, vous savez. »

« C’est vrai qu’il fait un peu froid mais ne vous inquiétez pas, le lit n’est pas tâché. Ne touchez pas au corps, ni à l’arme. Que personne ne rentre jusqu’à demain, compris ? »

Les soldats le regardèrent, un peu étonnés de sa demande. C’est sûr qu’en vue de l’état de la chambre, personne de sensé irait dormir dedans mais bon, ils étaient pas là pour juger. Ils quittèrent les lieux, quelques instants plus tard, laissant seuls Tery et Clari.

« Ah … Clari, je ne suis pas sûr que ça se passe bien. »

Maintenant qu’il était juste seul, avec la femme-golem, il en avait les bras qui tremblaient. Pourtant, une tentative d’assassinat, ce n’était pas si rare non ? Pas dans ce monde … pas dans cet endroit. Mais en même temps, il avait été comme enragé quand il avait appris qu’Elise avait été gravement blessée … alors pourquoi est-ce qu’il tremblait pour lui ?

« C’est pas normal, c’est pas logique … ou alors, est-ce que parce que je sais que c’est fait pour me cibler moi ? C’est juste absurde … complètement absurde. »

Il ne devait pas se laisser absorber par la peur. Dans sa folie douce, il avait bien tenu quelques propos en direction de Manelena à une lointaine époque, alors qu’elle était maréchale. Plusieurs fois, il en avait sérieusement bavé à cause de ses paroles … alors pourquoi s’en inquiéter maintenant ? Pourquoi s’en faire aujourd’hui ?

« C’est tout … simplement n’importe quoi. »

Tout simplement ridicule et risible. Il ferait mieux de se concentrer sur quelque chose de plus correct et concret … mais ce n’est pas vraiment le moment pour ça. Il sent que ça va bientôt arriver et que …

« TERY VANIAN ! » hurla une voix féminine avant que la porte ne soit ouverte d’un coup de pied, laissant apparaître Elise qui était comme enragée.

« Je vais bien, Elise, je vais bien, tu n’as pas à t’en faire et … »

« Je suis la seule à décider que tu vas bien ou non ! Montres-moi maintenant ton corps ! Je veux être sûre que tu n’es pas blessé, compris ?! »

« Je crois que tu ne me laisserais même pas m’exprimer … enfin bon … » dit-il en soupirant, retirant son haut bien qu’un peu gêné de devoir se dévoiler de la sorte.

« C’est à moi d’en décider, t’écoutes pas ce que je t’ai dit ou tu le fais exprès ? »

« Tu n’es pas obligée d’être aussi véhémente non plus hein ? Hum … Par contre, désolé, je ne retire pas mon bas et Clari m’a défendu. Et les gens vont se poser des questions … Et visiblement, en plus d’avoir la fenêtre ouverte, j’ai aussi la porte … Je sens que je vais très bien dormir, on dirait bien. »

« Ah mais ça, toute façon, il est hors de question que tu dormes seul. On va faire comme avec moi, tu vas venir dans ma chambre, quitte à ce qu’on mettre un autre lit si ça te dérange tant que ça. Et ensuite, on se reposera. »

Il n’avait clairement pas voix au chapitre. Elle ne lui laissait pas la possibilité de s’exprimer. Il écoutait simplement ce qu’elle disait, finissant par remettre son haut comme si de rien n’était avant de tout simplement murmurer :

« Puisque je n’ai pas le choix, autant t’obéir alors … mais Clari m’accompagne, tu sais ? »

« Je le sais parfaitement et ce n’est pas un problème à mes yeux. Je veux juste que tu ne restes pas seul. Lorsqu’un soldat est venu me voir en pleine nuit pour me prévenir, tu peux pas savoir à quel point j’étais morte d’inquiétude ! »

Oh que si, elle était dans le même état que lui au moment où il avait appris à son sujet. C’est pourquoi il ne cherchait pas à la repousser. Pour autant, le jeune homme aux cheveux bruns devait quand même envisager de la calmer.

« Je vais bien, tu n’as pas à t’en faire, d’accord ? Mais … Je vais te suivre. Je vais juste prendre quelques affaires, rien de plus. »

Rien de plus ? C’était quoi cette réplique ! Il avait vraiment envie qu’elle s’énerve hein ? Car c’était tout ce qu’il allait gagner à agir de la sorte ! Il avait pas l’air de saisir à quel point elle était comme enragée et à cet instant précis.

« Tu as intérêt à te dépêcher avant que je ne change d’avis. »

Hmm … De très mauvais poil aussi, c’est normal dans une telle situation mais en même temps, il ne peut pas lui en vouloir. Comment est-ce que ça pourrait se passer autrement hein ? Enfin bon … Ce n’était pas l’heure de commencer à déblatérer à ce sujet. Il a juste un petit sourire aux lèvres, posant sa main sur l’épaule de Clari :

« Merci beaucoup … Je me sens vraiment mieux maintenant. »

« Pourquoi ? Tu ne te sentais pas bien ? Tu es donc blessé quelque part. Dis-moi où tu l’es et … Hey ! Tery ! C’est toi qui disait que … »

Il n’avait pas laissé la possibilité à la jeune demoiselle à la chevelure auburn de fuir. Il avait tout simplement enlacé la demoiselle, l’air de rien, celle-ci ayant poussé un petit cri de surprise même si elle se laissait faire.

« Et bien … Et bien … Et bien … On dirait que j’ai réussi à te couper le sifflet. »

« Ca n’a rien de drôle … Tery. Tu as encore risqué ta vie … avec ce genre d’idioties. Faut … que tu comprennes que ça peut pas se passer … aussi simplement que ça, hein ? »

« Je le sais parfaitement, tu n’es pas la seule qui pense ainsi. Et je n’ai pas risqué ma vie, j’étais tranquille dans mon lit quand on est venu m’agresser. Je dormais paisiblement … mais Clari a veillé sur moi … comme la dernière fois. »

Hmmm … Ce n’était pas bon de s’en rappeler. Pas maintenant, pas de la sorte. Ce n’était ni le bon moment, ni le bon endroit. Il jeta juste un œil à la femme-golem avant d’enfin suivre Elise après l’avoir libéré de son étreinte.

Le voilà maintenant, quelques minutes plus tard, dans la chambre de la demoiselle. Pas besoin de lui faire visiter les lieux, il connaissait cet endroit. Elise tapota doucement le lit sur lequel il était assis, l’incitant à s’asseoir à ses côtés. Il ne valait pas mieux espérer qu’il commence à parler, il était … pas franchement d’humeur pour ça hein ? Donc qu’elle ne se fait pas trop d’illusions, il était pas motivé.

« Bon, de quoi est-ce que tu veux parler ? »

« Et bien … De ce qui s’est passé. Ce démon, comment est-ce qu’il est venu jusque là ? Qu’est-ce qui … enfin tout ! Les soldats n’étaient pas très éloquents à ce sujet. »

« Y a pas grand-chose à dire, il a tenté de me tuer, Clari a stoppé le coup de dague et l’a tout simplement tranché en deux, fin de l’histoire. »

« Mais à part ça ! Il n’a rien dit ? Du genre, il travaillait pour qui ? »

« Si tu es un assassin et que tu donnes le nom de ton employeur, un conseil, il vaut mieux changer de métier, Elise. Mais non … A part Clari qui m’a dit une phrase, j’ai encore du mal à comprendre comment c’est possible mais bon … en même temps, je ne suis plus à ça près donc je ferais mieux de ne pas trop m’en préoccuper, j’imagine. »

« Bien sûr que si ! Et qu’est-ce qu’elle a dit alors ? Si elle parle vraiment ? »

« C’est juste ridicule … et sûrement tiré de mon imagination. Je préfère mieux éviter de trop y croire, ça paraît si ridicule à bien y réfléchir … Ce n’est pas bien grave. »

« Mais non, ce n’est pas ridicule. Tu peux tout me dire, tu le sais, n’est-ce pas ? »

« Juste que … Enfin, pas de quoi, petit frère. Comme si elle avait répondu à ma réplique, c’est tout. Voilà … C’est juste ça que je voulais dire. »

« C’est vraiment étrange. Elle est dotée d’une conscience propre ? J’ai toujours du mal à y croire. J’arrive pas à savoir exactement ce qu’elle vaut quoi … C’est un peu surprenant … et un peu déplaisant mais en même temps … On sait aussi bien l’un que l’autre que tu es tout pour elle mais comment elle fait pour réagir sans tes ordres ? »

« C’est une question que je me pose assez souvent, je dois t’avouer. J’en ai strictement aucune idée mais bon, je tente de faire avec. Je n’ai pas à m’en plaindre, ça me sauve la vie. »

« C’est pour ça que je m’interrogeais à son sujet mais si toi-même, tu n’en sais rien, on va dire que je suis pas vraiment aidé non plus. »

« Et si on allait plutôt terminer la nuit ? Car … Il est tard … ou tôt … et qu’avec tout ça, j’avoue que j’aimerai bien compléter ma soirée. »

Elle le regarda, clignant des yeux pour voir s’il plaisantait. En vue du regard qu’il lui lançait, elle comprit bien rapidement que ce n’était pas le cas. Le jeune homme aux cheveux bruns s’était déjà couché au-dessus des couvertures, tête posée sur un oreiller.

« Aller, bonne nuit, Elise. J’espère que tu dormiras bien. »

« Vu que tu viens de me chiper ma place, je n’en suis pas certaine mais bon … Je vais faire comme si ce n’était pas bien grave, hein ? »

« Oh … Si vraiment tu préfères dormir de ce côté, ce n’est pas un souci. Je peux me pousser et on inverse nos places hein ? »

« C’est bon, c’est bon, je pense que je peux m’en remettre. Ne t’en fait donc pas à ce sujet, Tery. Dors bien … et tu peux venir contre moi si tu as peur. »

Sauf qu’elle ne s’attendait pas à ce qu’il le fasse. Le jeune homme s’était calfeutré dans les bras d’Elise et bien qu’il était plus grand qu’elle, elle le sentait de tout son être contre sa personne. Elle caressa ses cheveux, chuchotant :

« Euh … et bien … Tery … Qu’est-ce qui te prend exactement ? »

« S’il te plaît … Je préfère que tu ne me poses pas de question. C’est tout ce que je te demande … On peut rester ainsi quelques minutes ? »

Disons que là où il nichait sa tête, et cela malgré le fait qu’il soit plus grand qu’elle, c’était assez … voire très gênant à bien y réfléchir. Mais en même temps, elle n’avait aucune raison de refuser ça sachant qu’elle avait un peu chercher ce genre de scènes.

« Ce n’est pas un problème. Tu peux rester aussi longtemps que tu le désires, Tery. J’espère juste que l’oreiller est à ta convenance. »

« Normalement … dans cette situation, je n’aurai même … pas chercher à te répondre mais je n’ai pas la force ou le courage. C’est bizarre, Elise. J’ai … peur quand même. J’ai vraiment peur … et je ne sais pas pourquoi. »

« Toi ? Avoir peur ? Comment est-ce que c’est possible ? » demanda t-elle avec un peu d’étonnement. Considérer que Tery avait peur de quelque chose, c’était des plus surprenants. Pour autant, elle voulait bien le croire en sentant les petits tremblements contre sa poitrine.

« C’est pas la première fois … que ma vie est en danger. Ca ne sera pas la dernière fois … mais c’est pas pareil. D’habitude, c’était parce que je combattais. Là, c’est mes instants de repos … quand je dors. Je comprends pas, ça fait des années que je ne mène plus vraiment une vie tranquille … et pourtant … pourtant, là, aujourd’hui … »

« Aujourd’hui, c’est différent, hein ? J’ai eut la même sensation … Tery. »

La même sensation lorsqu’elle avait été obligée de tout faire pour survivre. Ressentir la mort à chaque coin de rue, ne pas savoir si la personne en face voulait sa mort ou non. Savoir si on pouvait lui faire confiance ou non. Et elle commençait à comprendre son père.

« Mon père … Enfin, l’empereur … Enfin mon père … Tu imagines s’il vit ça tous les jours depuis des décennies ? Il doit devenir fou. »

« Il n’y a sûrement pas que lui … il y a aussi les enfants. »

« J’aimerai bien que les deux plus jeunes n’aient pas à s’inquiéter d’une telle chose. » chuchota Elise alors qu’il finissait par relever la tête te quitter ce carquois de douceur.

« J’aimerai … faire quelque chose pour eux aussi mais au final, je suis incapable de me défendre moi-même. Je me connais, je ne sais pas être sur le qui-vive en permanence. Je suis certain que ça va m’être fatal, j’en suis convaincu. »

« Mais non, mais non, ne t’en fait pas. Vu qu’ils ont échoué, ils ne vont pas tenter de si tôt une nouvelle fois. Cela serait stupide, surtout avec la sécurité renforcée qu’il va y avoir. »

« Qui sait … s’il y en aura vraiment ? Si on veut ma mort, on pourra aisément l’obtenir, ils ne sont pas si stupides que ça, non ? »

« Pour obtenir ce qu’ils désirent, certains sont prêts à tout. Je vais tenter de fermer les yeux … désolé si je ne vais plus te répondre. »

Il allait tenter de dormir. Le sommeil allait être difficile à obtenir. Il n’était pas convaincu que ça marche. Pourquoi est-ce qu’il avait réussi à se mettre dans cet état  ? Comment ? Elle qui le pensait presque invincible … alors qu’elle savait en même temps que ce n’était pas vraiment le cas. Ah …

« Je crois que ma décision est prise. »

Elle avait encore Tery contre elle alors que ses mains continuaient de caresser la chevelure brune du jeune homme. Elle … allait devoir réfléchir à un moyen de forcer Tery à rester à la surface, comme elle. Vu qu’il était décidé à vouloir la ramener auprès de Royan, elle allait faire de même avec Manelena, voilà tout.

« On va s’en sortir … et on emmènera ceux que l’on apprécient. »

Elle se disait ça pour elle-même. Elle aimerait réussir à emmener sa sœur cadette et le benjamin parmi les membres de la famille. Elle savait que c’était complètement stupide comme idée mais pourtant, elle allait faire de son mieux pour y arriver.

Finalement, malgré les dires de Tery, celui-ci avait bien vite trouver le sommeil. Peut-être que les événements avaient été bien plus éprouvants qu’il ne le croyait ? Elle n’allait pas dormir tout de suite. Ses yeux se posèrent d’abord sur la porte de sa chambre puis sa fenêtre. Que quelqu’un tente de venir ce soir … et il risquait vraiment de le regretter.

Chapitre 30 : Une victime

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 30 : Une victime

« J’ai fait un peu de ménage, empereur Malark. Pardonnez-moi d’avoir mis votre fille en danger sans vous prévenir. »

« Première et dernière fois que cela se produit, Tery Vanian. J’accepte tes excuses car ma fille n’a pas été blessée … et la personne qui l’accompagnait non plus. Mais ne t’avise plus de recommencer un tel geste sinon, je t’en ferais payer le prix. »

« Je le sais parfaitement. Votre fille se repose dans sa chambre. Quant à trouver la personne qui a tenté d’envoyer des assassins sur elle, je n’ai pas réussi à les faire parler. Il semblerait que … je me suis emporté plus que de raison et cela a été un gros problème. »

« Hmm … Je vois de quoi tu veux parler plus exactement. Au sujet de cette … renifleuse. »

« Oui ? Qu’est-ce qu’il y a avec elle ? Je peux promettre qu’elle n’est pas dangereuse. Il s’agit de la personne qui a permis de découvrir la royauté d’Elise. Quant à moi, cela n’a rien changé malheureusement. Elle est très douée et … »

« La prochaine fois, tu l’emmèneras au château. Il me faut la remercier personnellement et je ne l’ai toujours pas fait malgré ces derniers mois. »

« Je note cela même si elle m’en veut aussi pour ce qui s’est passé. »

« Tu n’es franchement pas très doué avec les femmes, Tery Vanian. Néanmoins, les démones ont beaucoup de caractère, ce qui fait qu’il est difficile de ne pas avoir de soucis avec elles. »

Il ne pouvait pas prétendre le contraire en voyant tout simplement ce qui se passait. Enfin, avec son vécu et tout le reste, hahaha ! Pour autant, il se redressa seulement quand l’empereur lui indiqua que c’était possible.

« Quant à ton enquête, ne t’en fait pas, j’ai retrouvé la personne responsable de tout cela. Mais je dois attendre qu’elle rentre à la capitale. Cela ne saurait trop tardé. »

« Qui … Qui est-ce donc ? Si vous avez alors un nom ? »

« Non. Je ne peux rien révéler. Des oreilles indiscrètes seraient tentées de prévenir cette personne. De toute façon, il vaut mieux pour elle qu’elle se présente à moi. Si elle refuse cette ordre, elle le regrettera pour le reste de son existence. »

Hmm … Quand c’était dit ainsi, il valait mieux ne pas trop le provoquer et plutôt patienter. C’était beaucoup mieux s’il ne voulait pas avoir de soucis. Il s’inclina une nouvelle fois devant l’empereur, demandant la permission de quitter la pièce.

« Repasses donc vers la chambre de ma fille et il vaut mieux que tu tentes de te faire pardonner. Tu es bien la seule personne à qui elle a confiance … du moins, avait totalement confiance avant que tu ne commettes cette bêtise. »

« J’imagine qu’il va falloir que je trouve un moyen de m’excuser envers elle. Bon, ça ne sera pas très simple mais ça devrait passer. »

Et le voilà maintenant parti de la salle du trône. C’était lassant, vraiment très lassant. Il avait l’impression de faire uniquement des aller et retour depuis des semaines. Après tout, c’était exactement le cas mais l’aventure lui manquait grandement.

« Qu’est-ce que je donnerais pour être sur le terrain une nouvelle fois. »

Pas que c’était ennuyeux d’avoir à surveiller Elise mais bon … Il aurait préféré autre chose de son côté, il devait avouer. Il fit craque son cou, arrivant devant la porte de la chambre d’Elise. Clari était déjà avec elle, comme convenu mais il toqua à la porte.

« Elise, c’est moi … Est-ce que je peux rentrer ou alors, cet accès est privé dorénavant ? »

« Si tu viens avec de quoi te faire pardonner, tu peux rentrer. Sinon, tu peux toujours rêver. J’ai envie d’une pâtisserie. A toi de voir laquelle. Bonne chance car je ne t’ouvrirais pas avec n’importe quoi. Tu as dix minutes. »

Dix minutes ? Elle plaisantait ? Il poussa un profond soupir, visiblement très fatigué avant de faire demi-tour. Mais avant même qu’il ne s’éloigne, la porte s’ouvrit, une main finissant par l’attraper pour l’attirer à l’intérieur. Une main de pierre qu’il reconnaissait aisément.

« Clari ! Pourquoi est-ce que tu l’as ramené ici ?! »

Il s’en doutait. Mais … Comment ? Pourquoi ? Qu’est-ce qui avait poussé la femme golem a réagir de la sorte ? Et à voir la mine boudeuse d’Elise qui se cachait en grande partie derrière ses couvertures, il comprenait que ça ne venait pas d’elle.

« Vraiment ! Cette femme golem fait n’importe quoi ! Tery, tu lui as donné cet ordre, j’en suis sûr et certaine, ne ment pas hein ? »

« Non, non, je peux te certifier que ce n’est pas moi. C’est d’ailleurs étonnant. Elle a de plus en plus de réactions non prévues. Clari ? Donnes-moi la main. »

Et la femme golem s’exécuta sans autre chose geste, regardant simplement le jeune homme cornu en face d’elle, son visage vide d’expression comme à son habitude. Tery lui demanda de faire un tour sur elle-même, Elise finissant par soupirer :

« Hey, ce n’est pas un animal à qui tu apprends quelques tours, Tery. Et tu es peut-être dans ma chambre mais ça ne veut pas dire que je te pardonne pour tout ce que tu as fait. Tu m’as mise en danger … et Héraisty aussi ! Tu te rends compte de tes actes ? »

« Je le sais parfaitement et je me suis déjà excusé … »

« Ce n’est pas assez à mon goût. Je n’ai pas l’impression que tu veuilles vraiment te faire pardonner hein ? Pfff … C’était si ennuyeux de me prévenir avant ? »

« Si je l’avais fait, tu n’aurais pas été naturelle … et je ne pouvais pas laisser échapper cette occasion, Elise. Héraisty m’en veut aussi et … »

« Puis, tu étais vraiment dans un état horrible pendant le combat. Comme un monstre. »

Il s’arrêta dans ses gestes, la regardant doucement. Ce qu’elle venait de dire … Ah … Il pouvait juste comprendre où elle voulait en venir. Surtout qu’elle rajouta :

« Tu n’étais pas toi-même. Tu étais … comme enragé. Je n’ai pas aimé ça … pas du tout. »

« Je le sais bien mais … Je voulais leur faire payer ce qu’ils t’ont fait. Je ne pouvais pas laisser ça impuni. Il en était tout simplement hors de question et … »

« Tu peux me le dire … que tu fais plus que m’apprécier, Tery. Je ne vais pas te mordre. »

« Pfff … Tu sais aussi bien que moi que je te considère comme très proche de moi. Pas comme avec Elen … et Manelena mais … tu es pas qu’une simple amie. »

« J’ai pas eut cette impression … en un sens, c’était plaisant de se sentir tellement appréciée … quand … j’ai vu que tu te mettais dans cet état pour moi mais à côté … je ne sais pas … »

Et si elle venait tout simplement se faire enlacer ? Tery eut un grand sourire et se jeta sur elle pour la faire tomber sur le lit, la prenant dans ses bras et en la pressant contre lui. Voilà ! Il était certain que ça lui plaisait, n’est-ce pas ?

« Alors ? Est-ce que tu es motivée à te plaindre, Elise ? »

« Hmmm … pas le moins du monde en fait … Je ne crois pas … Hmmm … Je suis plutôt contente et satisfaite de la tournure des évènements. »

« Tant mieux alors … Tant mieux … C’est un peu le but de tout ça, n’est-ce pas ? »

Elle ne chercha pas à répondre alors qu’elle se collait bien à lui. Hum … Maintenant qu’elle était guérie, elle était en pleine forme, n’est-ce pas ? Elle chuchotera :

« Alors … Tery … Est-ce que tu veux discuter plus … de ton projet insensé ou non ? »

« Je ne sais pas si ça serait une bonne idée … Tu veux qu’on essaie quand même ? »

« J’aimerai en savoir plus, d’accord ? Mais on en discute seulement si je peux rester ici. Ca me manque … beaucoup … d’avoir quelqu’un à étreindre. »

« Hmm … Je peux donc accepter cette condition. Alors, tout d’abord … Clari ? Dis-moi, est-ce que tu arriverais à faire la même chose que l’empereur ? Je t’en ait parlé un peu mais je ne sais pas si tu en serais vraiment capable. »

« Qu’est-ce que tu veux qu’elle fasse ? Sincèrement, c’est … risqué, non ? »

« Pas si risqué que ça, je veux juste qu’elle coupe tout son qui proviendrait de l’intérieur comme ça, personne ne peut nous entendre. Ton père y arrive. »

« Mais c’est parce que c’est mon père. Tu ne peux pas demander à un golem de réussir ce tour de force comme si de rien n’était ! » s’exclama t-elle avant de sentir un léger vent se former. Des lignes vertes étaient apparues sur le corps de la Clari de pierre.

« Et voilà, j’ai l’impression que c’est fait. Je ne vais pas voir si c’est réalisé ou non. »

« Bon, ce n’est pas grave ! Maintenant, tu peux parler ! Alors, dis moi exactement ce qui se passe hein ? Je ne vais pas tomber dans ce piège. »

« J’ai … envie que tu retournes à la surface. J’ai envie que tu revois Royan et que tu y restes. Tu as compris cela, n’est-ce pas ? »

« Je ne suis pas aussi stupide que ça … mais à part ça ? Quoi d’autre ? Comment est-ce que tu veux y arriver réellement, tu peux me le dire ? »

« Tu ne te rappelles pas ce que je t’ai dit auparavant ? »

« Que tu voulais me faire passer pour morte mais c’est impossible … et c’est beaucoup trop risqué. Est-ce que tu as une simple idée de ce que cela risque d’emmener ? »

« Cela risquerait de très mal se finir, oui … mais c’est le genre de risque qu’il faut prendre au cas où … car dans le pire des cas, qui sait ce qui pourrait nous attendre?3

« S’il te plaît, ne fait pas de discours formaté de la sorte. Je ne suis pas le genre à tomber dans un piège aussi grossier hein ? Pourquoi est-ce que tu veux vraiment faire ça ? »

« Car je veux que tu sois en sécurité … tu devrais pourtant le savoir, non ? Avec ce qui s’est passé, j’ai peur de te perdre … et je ne peux pas me permettre cela. Je le refuses. »

Elle se pressa encore plus contre lui. Le jeune homme aux cheveux bruns eut un petit sourire, comme s’il était ému par ce geste. Pour autant, elle chuchota d’une voix faible :

« Mais … Toi ? Qu’est-ce que tu feras alors ? Si je vais là-bas ? »

« Tu n’as pas à te préoccuper de ma personne, saches-le. Ce que je comptes faire ne regarde que moi. Mais tu te sens prête à abandonner cette nouvelle vie ? Ici, tu es une princesse. A la surface, tu n’es pas autant, tu le comprends, non ? »

Elle releva son visage, faisant un petit mouvement de la tête pour signaler que le message était très bien passé chez elle. Il prit une profonde respiration, cherchant maintenant ses mots comme s’il avait bien plus de mal que prévu.

« Pour ma part, il est tout simplement impossible que je reviennes à la surface en même temps que toi. Si je le fais, ils se poseront des questions, ils penseront que je t’ai kidnappée. »

« Si tu veux, je pourrais rendre cela plus crédible en poussant des cris et autres hein ? »

« Je te l’interdis ! Ce n’est pas drôle, Elise ! Tu n’as pas l’air de saisir ce que je viens de te dire hein ? Je parle … du fait que si les gens pensent ça, mes proches sous la surface seront tous mis en danger ! Je ne peux pas laisser Héraisty se faire tuer par ma faute. J’ai déjà commis assez d’erreurs ces dernier jours ! Pas besoin de les reproduire ! »

« C’est ça qui te différencie de beaucoup, Tery. Malgré tout … tu penses aux autres. »

« Merci bien, je ne sais pas si c’est voulu pour me réconforter mais par principe, je te remercies beaucoup, Elise. »

« Car peut-être que je pense aux autres aussi ? Enfin, surtout toi ? Tu es la seule personne qui me reste donc bon … »

Roh … Quand elle parlait ainsi, c’était un peu triste, elle s’en rendait compte ? Enfin bref … De toute façon, il était pas là pour faire dans le mélodrame non plus. Mais bon, en même temps … ils se répétaient cela depuis des semaines.

« Ah … Sincèrement, qu’est-ce que tu vas faire sans moi, Tery ? »

« Je n’en sais rien du tout. Je ne sais pas du tout où ça va me mener toute cette histoire donc bon … à partir de là … je suis assez perdu et perplexe. »

Il disait cela tout en se libérant finalement de l’étreinte de la jeune demoiselle. Concentration, concentration ! Il ne devait que se concentrer et rien faire d’autre. Bon ! Bon bon bon ! Maintenant qu’elle savait au sujet de son plan, ils pouvaient continuer alors ?

« Comment est-ce que tu comptes y arriver, Tery ? Tu as sûrement déjà réfléchit un peu non ? A quel point ça va être difficile ? »

« Pour ça, ça va l’être sans y arriver réellement … Disons qu’en un sens, je me dis … que peut-être … il faudrait réussir à contacter la surface. »

« Qu’est-ce que … Mais tu es fou ? C’est tout simplement impossible ! Les lettres ne passent par ici, elles se feraient déchiquetées ! Et puis, pour avoir un contact à la surface, il faut que certains démons s’y trouvent. Ils ont peut-être d’autres moyens ? »

C’est vrai que malgré tous ces mois, ils ne s’étaient pas posés de savoir comment est-ce que les démons communiquaient à distance. Après, il ne s’intéressait pas à ça personnellement vu qu’il ne connaissait personne. A partir de là …

« Elise … Juste, il faut que tu comprennes ce que cela implique ce que l’on va faire. »

« Hmm ? Oui ? Qu’est-ce que tu veux dire par là, Tery ? Qu’est-ce que cela implique ? »

« Et bien … Un aller sans retour. Tu ne pourras pas redescendre sous la surface après ça, tu le conçois hein ? Tu seras considérée comme morte. »

« Malgré les apparences, je tiens quand même … à mon père. »

« Je n’ai pas prétendu le contraire … et j’ai compris que l’empereur était un démon remarquable … mais usé par le temps et les trahisons … Les familles nobles des démons sont encore pires que celles de la surface. »

« Merci bien. Mon corps confirme tes propos, Tery. » dit-elle avec un peu d’ironie en se plaçant une main sur le cou. Bien entendu, bien entendu ! Il comprenait parfaitement où elle voulait en venir. Hmm … Bon, il avait eut le temps de discuter avec elle.

« Maintenant que nous avons tous les deux parler correctement, que veux-tu faire de ta journée ? Tu as une petite idée ou non ? »

« Hmmm … Sincèrement, j’aimerai bien … me promener … mais pas hors de la ville cette fois, est-ce que je me suis bien fait comprendre ? »

« Hmm … D’accord, d’accord mais … est-ce que tu veux bien que j’invite Héraisty ? Comme ça, je me fais pardonner pour les deux ? »

« Tsss ! D’accord, j’accepte sa présence mais bien parce qu’elle a été aussi déçue de toi. »

Hey ! Quand elle parlait ainsi, ça donnait vraiment l’impression qu’il était coupable ! Bon, d’un autre côté, c’était pas une impression. Il était vraiment responsable de tout ce qui s’était passé donc à partir de là, il pouvait pas lui en vouloir de lui en vouloir.

« Tant mieux alors. Bon, vu que j’ai une paye que je n’utilise jamais, j’imagine qu’elle va fondre comme du sucre, n’est-ce pas ? »

« T’as pas idée, mon pote ! » dit-elle sur un ton ironique. Pourquoi est-ce qu’il pressentait un très mauvais moment à passer ? Hohohoho !

« Je vais aller chercher ma bourse. J’imagine qu’il va falloir te préparer et te pouponner, c’est bien ça ? Est-ce que j’attends pour une heure ou deux ? »

« Si tu fais autant le fier, je te le ferais regretter amèrement, tu le sais, non ? »

« Je le sais, c’est bien pour ça que je me prépare mentalement au pire. Allez ! Je te laisse t’habiller et ensuite, on y va et … »

« Tu peux rester hein ? Vu que tu as déjà tout vu … et que ça ne me dérange plus si c’est toi qui regarde, ce n’est pas un souci. »

Et non merci ! Elle connaissait pourtant la réponse mais elle tentait d’y arriver ! Visiblement, elle avait retrouvé la forme hein ? Et il n’était pas homme à s’en plaindre. Par contre, elle était déjà en train de se déshabiller en lui tournant le dos et autant le spectacle pourrait lui plaire, autant il n’avait pas à rester là.

Une demie-heure plus tard, comme prévu pour l’attente, elle était finalement prête et cette fois-ci, elle était vraiment ravissante. Il ne pût s’empêcher de la contempler et la complimenter, lui déclarant qu’il la trouvait très jolie, ce qui fit rougir la jeune femme qui bredouilla quelques mots :

« Et bien … Et bien … Je préfère quand tu es honnête, Tery. »

« Je le suis toujours, Elise, tu le sais bien, non ? » répliqua t-il alors qu’elle faisait une petite moue, finissant par dire d’une voix douce :

« Tu me permets d’en douter à ce sujet après les derniers événements ? »

Ouch. Ca faisait toujours un peu mal. Surtout quand elle appuyait à cet endroit précis. Il n’était pas certain de mériter un tel sort de sa part mais en même temps … si. Après qu’ils soient sortis avec Clari qui les suivait, ils se dirigèrent vers la guilde des renifleurs.

« Je n’étais pas motivée à venir … en vue des derniers événements mais vu que c’est un ordre de la princesse, me voilà donc … »

« Ne t’en fait pas, Héraisty. Même si je sais que tu n’aime pas trop ça, du peu que je te connaisses, tu vas vite apprendre à faire craquer Tery. »

« Craquer Tery ? Comment ça ? De quelle façon ? » demanda Héraisty, un peu surprise mais surtout sur ses gardes. Elise remarqua le changement de ton dans la voix de la démone.

« Et bien … Il a une bourse plutôt remplie vu qu’il ne fait aucun achat avec sa paye de soldat et de protecteur de la princesse. Sauf qu’aujourd’hui, on va tout faire pour qu’elle soit vide. Ca lui fera regretter d’avoir profité de deux jeunes démones innocentes comme nous. »

« Hey ! Tu peux éviter de parler de la sorte, Elise ? Les gens vont s’imaginer des choses. Surtout venant de la part de la princesse du royaume ? Un peu de tenue ! »

« Oh que non … Pas aujourd’hui, aucune retenue, je vais vraiment te faire souffrir. »

« Il n’y a pas besoin d’y aller à de telles extrémités, princesse Elise, vous savez. »

AH ! Héraisty était de son côté ! Elise pouvait donc comprendre que c’était vraiment exagéré ce qu’elle comptait faire à son sujet. Un peu de retenue ! Mais voilà que la démone aux cheveux couleur feu posa sa main sur l’épaule droite d’Héraisty, disant :

« Nous n’allons pas exagérer non plus. Simplement, il faut lui faire regretter ce qu’il nous a fait, tu ne trouves pas ? Et pour ça, il faut marquer le coup. »

« Il est vrai que … Tery a grandement abusé de ma gentillesse à son égard. Je ne suis pas habituée à perdre mon temps avec ces familiarités … et peut-être que j’ai été un peu trop ouverte à son encontre. »

« Tu comprends donc ce que je ressens, n’est-ce pas ? A partir de là, il est de notre devoir de bien marquer le coup pour que Tery saches que ce qu’il a fait, ce n’était clairement pas une bonne chose, loin de là. »

« C’est exact … C’est exact. Messire Tery, il semblerait que votre journée soit vraiment très mauvaise pour les prochaines heures. »

« Oh que oui ! OOOOOH QUE OUI ! On va faire la tournée des boutiques ! Princesse ou non, hors de question que je zappe un magasin aujourd’hui ! »

Et la voilà en train de prendre le bras de Tery, l’empêchant de s’enfuir. Elle observa Héraisty qui s’arrêta quelques secondes avant de faire de même de son propre côté. Bon ben, y avait un côté positif dans tout ça, n’est-ce pas ? Même s’il sentait que ça allait être une longue journée, très longue journée, il n’avait pas vraiment à se plaindre de la situation actuelle. Bon … Allez, il avait à se faire pardonner pour le reste de la journée !

Chapitre 29 : Une idée absurde

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 29 : Une idée absurde

« Pourquoi est-ce qu’il a fallut que j’en parle ? Mais pourquoi ?! »

Il était en train de faire les cent pas dans sa chambre. C’est vrai. Maintenant qu’il avait évoqué cette idée à Elise, celle-ci cherchait absolument à savoir de quoi il parlait. Le problème, c’est que cette idée était risquée … très risquée.

« Elle comprend pas que je joue ma vie hein ? »

Elle n’a aucune idée des embrouilles dans lesquelles ils risquent de plonger en agissant de la sorte. Pour autant, en un sens, il veut lui faire plaisir. Il veut la rendre heureuse … et pour ça, il n’y a pas cinquante six solutions.

« Si l’empereur apprend que je suis responsable de tout ça … »

Et puis, il n’a pas encore donné les détails à Elise. Il lui a simplement dit qu’il y avait une chance qu’elle puisse retrouver Royan définitivement. D’un côté, ça lui facilitait aussi la vie à lui. Il n’aura pas penser à cette imbécillité de mariage.

« Pas qu’Elise ne soit pas une jolie fille … mais non. Ca ne se fait pas et je ne veux pas. »

C’était aussi simple que ça ! Elise était en couple avec Royan. Et voilà le fin mot de l’histoire. Plus besoin de tergiverser à ce sujet ! Il eut un petit rictus de dépit, se disant que ça ne serait pas une bonne chose dans le fond. S’il présentait son idée d’une mauvaise façon, à Elise, en privé, bien entendu, elle risquait de refuser, déclarant que ça serait trop dangereux et tout le reste. Bref, il ne voulait pas l’entendre, c’était tout.

Enfin ! Maintenant, il est l’heure de sortir et prendre un peu l’air. Et le voilà qui décide de quitter le château. Hmm … Bien entendu, il s’était promis de ne pas abandonner Elise mais … il avait besoin aussi de souffler un peu. Se préparant à quitter le château, voilà que deux mains vinrent empoigner son bras.

« Et bien, et bien … Où est-ce que tu comptais aller, Tery, tu peux me le dire ? »

« Elise … J’avais envie de me balader un peu hors du château. Je ne te l’ai pas proposé pour justement éviter les soucis. Tu as l’air d’avoir une bien meilleure mine par rapport à hier. »

« Roh … Vil flatteur que tu es ! Tu sais parler aux démones, toi, n’est-ce pas ? Plus sérieusement, j’ai réussi à dormir paisiblement maintenant que je vais mieux. Rien que la petite marche des derniers jours suffit à me fatiguer. »

« Alors, pourquoi tu ne vas pas te reposer ? Si je t’emmène en ville, je ne suis pas certain que ça va être très bon pour les rumeurs … mais aussi pour ton corps. »

« Il faut que je me forces et puis, tu as sûrement quelque chose à me dire, non ? »

Non. Pas en pleine ville, pas dans les ruelles ! Elle est complètement folle ou quoi ? Il la regarde en clignant des yeux. Le pire est quand elle est sérieuse comme maintenant ! Ca rend le tout complètement … aberrant. Pour autant, il fait un petit mouvement de la tête.

« Suis moi alors … et s’il te plaît, ne prends pas mon bras. Les démons vont vraiment se poser des questions. Surtout si des servantes ou soldats ont entendu nos conversations avec l’empereur. J’espère que non … en vue de ce qui a été dit. »

« Hahaha, pour ça, tu peux être sûr et certaine que personne n’a entendu. Mon père m’a déjà avoué qu’en fait, il est capable de créer une zone de silence autour de nous. Ainsi, personne ne peut entendre ce que l’on se dit mais par contre, l’inverse est possible. »

« C’est un pouvoir excellent ! Il a vraiment … de ces sorts qui sont utiles. »

« Héhéhé ! Je le sais, je le sais. Je trouve ça génial aussi mais bon … Disons qu’il y a tellement eut de soucis qu’il faut avoir recours à ce genre de stratagème malheureusement. »

« Pas besoin de plus de détails, Elise. Je crois que j’ai parfaitement compris ce que tu voulais dire. Hmm … j’espère que je pourrais retourner à la surface bientôt. »

Il n’avait aucune idée de quand la prochaine expédition aura lieu. A partir de là, il devait juste patienter … et surtout, est-ce qu’il sera pris ? Car ça ne s’était jamais réellement bien passé les précédentes fois hein ? Il préférait ne pas se faire trop d’illusions.

« Si ça pouvait tarder un petit peu … car j’aimerai bien y participer. »

« Je ne sais pas si c’est vraiment recommandé dans ton état, Elise. Mais bon, j’imagine que je parle dans le vent, n’est-ce pas ? »

« Hmm … Oui ? Qu’est-ce que tu disais ? Tu peux répéter ? » murmura t-elle tout en faisant un grand sourire en sa direction. C’était exactement ça.

« Fais donc la fière. Ah … Bon ben … Tu veux que l’on ailles voir Héraisty ? Ca fait assez longtemps … j’aimerai bien la tenir au courant … sans rentrer dans les détails. »

« Hmm, tu ne peux pas te passer d’elle, hein ? Bon … Allons-y alors. »

C’était tout simplement pour la tenir au courant, rien de plus, rien de moins. Il ne fallait pas s’imaginer des choses saugrenues, comme … il ne savait pas quoi exactement mais voilà, comme des choses comme ça, quoi !

Heureusement, Héraisty était plutôt contente de le voir, même si elle était étonnée de le voir accompagné avec Elise. La démone aux cheveux auburn fit un petit sourire accompagné d’une salutation, Héraisty venant les rejoindre, prenant sa pause.

« Tu peux te mettre absente quand tu le désires ? C’est pas mal du tout ça ! »

« Et encore, c’est juste parce que c’est Tery et vous, princesse Elise. Normalement, je ne peux pas quitter mon poste aussi aisément que ça. »

« Hahaha … Comme quoi, y a du bon à être une princesse dans le fond, non, Tery ? »

« Hmm … Disons que si c’est que pour ce genre d’avantages, je ne sais pas trop quoi penser. »

« Vous vous entendez bien … comme les rumeurs le signalent. Pour autant, Tery m’a toujours déclaré qu’il n’y avait rien entre vous. C’est vrai, n’est-ce pas ? »

« Oh ? Et pourquoi cela t’intéresses t-il, Héraisty ? » demanda aussitôt Elise avec un petit sourire mauvais, comme si elle s’amusait aux dépends de la démone.

« Simplement pour me renseigner. Cela reste une rumeur persistante … et en plus, d’autres évoquent le fait que le roi voudrait marier sa fille le plus tôt possible. J’ai cru entendre des rumeurs évoquer de nombreux nobles qui voudraient tenter leur chance. »

« Et bien, qu’ils continuent de tenter car je suis pas du tout intéressé par leurs petits jeux. J’ai beaucoup mieux à faire de mon côté ! »

Et voilà ! Elle se renfrognait sur place tandis que le jeune homme lui passait une main sur le sommet du crâne comme pour lui signaler que ce n’était pas bien grave. Bon ben, ils se mettaient en route ? Et s’ils s’éloignaient un peu de la ville.

« Si y a un petit souci, vous en faites pas, je pense que je tenterais de vous protéger. »

« Tu penses que tu tenteras ? Tu n’as pas plus rassurant dans le fond ? »

« Pas le moins du monde, Elise ! Mais bon, vous en pensez quoi ? Héraisty, tu es repartie en mission depuis que tu es venue nous chercher ? »


Il remarqua aussitôt le petit voile dans les yeux de la démone. Ah … Sujet peut-être un peu déplacé. Pourtant, il ne pensait pas à mal, comme d’habitude mais bon … Ce n’était sûrement pas suffisant. Il vint pourtant se rapprocher d’elle, léger sourire aux lèvres, lui tapotant à elle aussi le sommet du crâne en disant :

« Je m’excuse, ma question était sûrement déplacée … pour ne pas changer. »

« Non, non ! Ce n’est pas toi, Tery ! Simplement ,je sais parfaitement que … comme souvent, dès que j’ai fait un truc qui est bien, les autres n’apprécient que moyennement. Si tu veux tout savoir, je suis juste enfermée jour et nuit dans les bureaux, remplissant des dossiers sans en jamais voir réellement la fin. On sait parfaitement que c’est mon flair qui a réussi à vous retrouver mais cela ne plait pas du tout et voilà tout … »

« Ils devaient s’imaginer sûrement que c’était encore une bêtise et ils ont envoyé une « débutante prometteuse » pour qu’elle se plante. » complèta Tery comme s’il trouvait tout cela évident. « Dommage pour eux, ça s’est retourné contre leur personne et ton nom doit être sur toutes les lèvres depuis tout ce temps hein ? »

« Disons que j’ai ma part de célébrité mais que j’aimerai bien m’en passer. »

« Hahaha ! Je vois, je vois … Bref, mesdemoiselles, je vous promets de vous protéger si nous sortons un peu de la ville. De toute façon, on sait parfaitement que certains vont nous attendre, n’est-ce pas, Elise ? »

« AH ! Euh … Oui … C’est … vrai. Tu es certain, Tery ? »

Elle posait la question mais elle n’était clairement pas rassurée par tout cela maintenant qu’il en parlait. Pour autant, le jeune homme était là, en face des deux femmes à cornes. Il tapa du poing contre sa poitrine, déclarant :

« Si je vous dis que personne ne vous fera de mal, vous pouvez me faire confiance. »

« Je ne sais pas pourquoi tu veux absolument aller hors de la capitale … mais bon, d’accord. »

« Il en est de même pour moi, Tery. » compléta Héraisty. Il tapa dans ses mains avant de dire d’une voix enjouée :

« Alors, c’est parfait ! Ne perdons pas plus de temps que nous n’en avons. On va faire quelques petits achats si on a faim sur la route et zou ! »

S’il était motivé ? Bien entendu … Mais ses motivations étaient bien différentes de ce qu’il montrait aux deux femmes. Il avait envie de faire une petite purge et il comptait bien sur cet événement pour y arriver. Il savait que certains en voulaient à Héraisty pour son « ascension » et il avait même entendu l’empereur parler de récompenser la renifleuse responsable de cette découverte. Il avait alors évoqué l’idée de patienter un petit peu.

Quant à Elise, il n’était pas stupide. Il sentait parfaitement le regard de certains démons dans les rues. Et pas forcément des bons. Oui … Même parmi la populace de « base », certains avaient tout simplement envie que la princesse disparaisse une bonne fois pour toutes. Autant dire que ce n’était pas très appréciable comme nouvelle mais qu’il fallait pour autant s’y faire sans trop se poser de questions hein ?

Pour sortir, ce ne fut pas bien difficile mais plutôt long. Cela se voyait que ça commençait à dater le fait qu’il n’ait pas quitté la capitale depuis quelques temps. A la sortie, les soldats haussèrent un sourcil en voyant la princesse mais celle-ci fit un petit geste de la main pour signaler qu’il n’y avait aucun problème.

« Au moins, tout le monde ne veut pas te tuer dans les environs. »

« Tu peux arrêter avec tes paroles morbides, s’il te plaît ? C’est pas rassurant du tout quand tu t’exprimes comme ça, tu le sais pourtant, hein ? »

Il le savait mais cela ne le dérangeait pas le moins du monde. Un petit sourire aux lèvres et voilà qu’il prenait les devants par rapport aux deux femmes cornues. BON ! Mais en même temps, il restait sur ses gardes. Bien entendu, il avait pris ses armes et même si elle mettait un peu de distance avec eux … Clari, ou du moins la femme-golem, était dans les environs. C’est pourquoi il se sentait quand même un peu en confiance.

« C’est … toujours aussi différent … de sortir en y allant à pied qu’en utilisant un véhicule de locomotion. » murmura faiblement Héraisty sans pour autant se plaindre.

« Comme on dit chez nous : « La marche, c’est la santé ! » Ca ne peut faire que du bien à tes petits pieds que de faire quelques pas pour muscler tout ça. »

« Hey, ne me fais pas passer pour quelqu’un qui reste assis toute la journée sur un siège. »

« Tu sais parfaitement que ce n’est pas mon genre. »

Par contre, quelques minutes à marcher dans les environs et il s’arrêta tout simplement avant de pousser un léger soupir. Plaçant ses mains sur le sol, il murmura :

« Si vous voulez bien éviter de bouger, mesdemoiselles. Nous sommes arrivés à l’endroit que j’avais prévu. Bon bon bon … Clari … »

« Clari ? » questionna Elise en lui demandant ce qui se passait. Plusieurs cris fusèrent de tous les côtés en même temps qu’une bourrasque vint les entourer, faisant lever les chevelures d’Héraisty et Elise qui poussèrent des cris de surprise.

Plusieurs corps décolèrent dans les airs en même temps que Tery faisait sortir de nombreuses pointes de pierre, celles-ci quittant le sol pour venir se loger dans les corps sauf deux qui réussirèrent à éviter au dernier instant les attaques.

« Visiblement, y en a deux qui sont plus doués que les autres … mais vouloir absolument terminer votre boulot commencé … en ne faisant même pas attention aux alentours, je crois que vous me jugez vraiment très mal … Donc une leçon va s’imposer. »

« Sal … Salopard ! Depuis quand est-ce que tu le savais ?! »

« Qu’est-ce que vous pensiez que je faisais depuis le début ? Depuis que vous avez tenté de tuer Elise ?! Que je me tournais les pouces ?! Que j’allais vous laisser essayer une nouvelle fois ?! Je me suis renseigné, j’ai tendu l’oreille, j’ai écouté les rumeurs. Je ne sais pas quel membre de sa famille est responsable de cette attaque mais je finirais bien par le trouver … et vous allez m’y aider. »

« Tery … Tu commences un peu à me faire peur … tu sais ? »

« Elise … Je te promets que je vais te ramener à la surface. Ce monde ne te mérite pas et il vaut mieux que tu restes aux côtés de Royan. On te fera passer pour morte … ou capturée … mais il vaut mieux un mensonge que la réalité. »

Craquement d’os. Il a penché la tête sur le côté et il a le sourire mauvais … celui des jours où il valait mieux ne pas se lever. Il n’entend aucune voix mais cette rage que Manelena lui avait dit, il y a de cela des années, de focaliser sur une seule personne, cette rage était maintenant animée envers les deux assassins démoniaques qui se présentaient à eux trois.

« Je ne vais pas vous laisser échapper. Vous ne pourrez pas vous enfuir. »

« Nous enfuir ? HAHAHA ! Tu as été incapable de faire quelque chose de correct et c’est bien parce que tu n’étais pas là qu’elle a faillit y passer. On va juste réparer cette erreur et terminer le travail. Dommage pour la renifleuse, elle s’est entourée de mauvaises personnes. »

« Tery … Je voulais te demander … Est-ce que j’étais vraiment prévue pour ce piège ou non ? Fais attention à ce que tu vas dire. »

« Vu que c’est Elise qui voulait te rencontrer, la réponse est non … et désolé pour tout ça. »

« Tu n’as pas à l’être. Bon … Je ne crois pas être capable de me battre correctement, Tery. Je ne suis pas … vraiment faite pour ça … mais je devrais pouvoir me défendre. »

« Et je ne comptes pas attendre qu’ils viennent m’agresser, Tery. Tu peux compter sur moi. »

Pas besoin d’elles. Héhéhé. Il en était hors de question. Il venait de dire ouvertement son projet en ce qui concernait Elise. Même si le roi risquait de le haïr pour ça … même si l’empereur Malark allait sûrement chercher à le tuer ensuite, Elise allait retourner à la surface. Il s’en était fait une promesse … mais pour ça … MAIS POUR CA … Il fallait absolument briser cette envie de l’assassiner, même si ce n’était que temporaire.

Il poussa un grognement de mécontentement avant de se mettre à courir à toute allure vers son premier adversaire. Il ne devait pas attendre plus longtemps ! Ses mains étaient devenues des griffes de pierre alors qu’il cherchait aussitôt une ouverture sur son adversaire.

« Tsss ! Dire que ça devait se passer autrement ! Comme d’habitude, c’est moi qui va devoir tout arranger ! Je vous jure, ils sont incapables de se débrouiller seuls. »

Hum ? Le jeune démon aux cheveux bruns fit un mouvement sur le côté, esquivant au dernier instant ce qui semblait être un fil argenté … avec au bout une pointe ? C’était comme ça qu’ils se battaient ? C’est vrai … rapide et efficace si ça ciblait bien.

Sauf que ce n’était pas le cas actuellement qu’ils allaient se planter lourdement ! Il n’allait pas se laisser faire, loin de là ! Il était juste en train d’observer qu’Elise et Héraisty n’étaient pas en danger pas sa faute. Une erreur de sa part et ça pouvait très vite dégénérer … ce qu’il ne voulait pas du tout, loin de là.

« Finissons en dès maintenant. »

En fait, il n’avait pas à réfléchir. Il voulait juste exterminer ces types, non ? Alors, la question ne se posait pas. Il s’arrêta subitement avant qu’un pieux de pierre ne sorte du sol, imposant et énorme, le faisant grimper en direction du plafond de pierre.

« Tu crois vraiment que tes singeries vont pouvoir me stopper ?! »

« Pas le moins du monde … mais ça devrait permettre aisément de faire un peu de nettoyage de tout ça. Bye bye. »

Il avait posé une main sur le pieu de pierre sur lequel il se trouvait, celui-ci se fissurant avant que Tery ne fasse un saut pour se diriger vers le second assassin qui s’était déjà élancé en direction des deux démones.

Lorsque le pieu de pierre s’était brisé après le saut de Tery, voilà qu’une pluie d’aiguillons tombait du plafond, venant se planter de toutes parts dans le corps du démon qui ne put esquiver cela, mettant un terme à sa courte vie sans même qu’il ne puisse réagir et s’enfuir.

« NE BOUGES PAS DE LA, TOI ! CLARI ! »

« D’accord … Tery. » déclara une voix féminine, le jeune homme secouant la tête.

Il n’avait pas le temps de se demander s’il venait de rêver ou non. Alors qu’il remarquait que l’assassin cherchait à l’éviter avant qu’il ne tombe au sol, une lame d’air vint le trancher en deux. Et devant ses yeux grands ouverts, la pointe d’une griffe de Tery se logea dans son crâne, en terminant encore plus avec son existence.

« Merci … Clari. » chuchota simplement Tery, comprenant qu’en ayant agit de la sorte, elle l’avait tout simplement aidé. Mais il avait donné un ordre … et elle y avait répondu. Le truc, c’est que c’était exactement ce qu’il voulait.

Le problème … C’est qu’il avait bel et bien entendu une voix féminine lui adresser la parole. Pour autant, il se redressa, se tournant vers Elise et Héraisty. Dommage pour elle mais elles n’auront pas à se battre … que ça leur plaise ou non.

« Vous allez bien les filles ?! » cria Tery avant de se positionner face au cadavre tranché en deux du démon le plus proche de lui.

Fichu assassin, il n’avait eut que ce qu’il méritait de toute façon. Mais l’heure n’était pas venu au crachat sur ce cadavre. La femme golem … Clari … Il n’avait pas rêvé. Elle avait pris la parole, n’est-ce pas ? Pour autant, en venant vers elle, il murmura :

« J’imagine que tu ne va pas m’adresser la parole … hein ? Tu peux juste me signaler où sont ceux qui ont été attaqué par surprise ? Il y en a peut-être un encore en vie. »

Et voilà que la femme golem désigna un endroit d’un doigt de pierre. Sans se préoccuper plus d’Elise et Héraisty, le jeune homme cornu se dirigea vers la zone pointée du doigt, poussant un léger marmonnement en regardant les corps au sol.

« Ca sert à rien, ils sont complètement morts. Pff … Bien entendu ! Il fallait s’en douter dans le fond … Tsss …Bon … Pas grave. »

Il valait mieux retourner auprès des deux démones même si en voyant le regard d’Elise, il comprenait qu’elle n’appréciait pas du tout ce qui venait de se passer. Pour autant, il balaya l’argument non-dit d’un mouvement de la main :

« Tu pourras m’en vouloir … mais ces assassins ne te poseront plus de soucis. Entre ceux-là et les précédents qui ont tenté de te faire du mal, ils éviteront de te chercher des noises dorénavant. Comme ça, c’est fait et ils vont très vite se calmer. »

« Ce n’est pas ça … J’aime pas être utilisée de la sorte, Tery. Je pensais que tu voulais te détendre un peu. Au final, tu m’as emmené directement dans un piège ! »

« Non … Je t’ai utilisée comme appât et j’en suis désolé … mais tant que je n’avais pas leurs morts, je n’aurai pas réussi à me calmer. Pardon. »

Il n’était pas réellement désolé … mais un peu soulagé. Il avait réussi à éliminer ces enfoirés. Cela ne voulait pas dire que c’était terminé … mais à côté, cela allait calmer le jeu pour quelques instants. Et puis, Elise n’avait pas évoqué encore ce qu’elle pensait de son plan. Il n’allait pas s’en plaindre. Et Héraisty dans tout ça ? Il n’en savait trop rien … mais il était maintenant d’une humeur de chien et elles aussi. Ah … Mauvaise journée que voilà.