Archives pour l'étiquette Tome 7

Epilogue : Un corps d’onyx, un coeur meurtri

Epilogue : Un corps d’onyx, un coeur meurtri

« C’était quoi ça ? C’était … la voix de Tery ? »

« Bien sûr que c’était la sienne, Elen ! Je sais pas ce qui s’est passé mais ce n’est pas bon signe ! Faut aller voir ce qu’il a et vite ! »

« Je vais m’en charger alors, Manelena ! Je ne pensais pas que les mékalarmiens seraient aussi problématiques. Avec cette nouvelle puissance, ils sont vraiment très dangereux ! »

« Tu vas plutôt rester avec Royan et les soldats de nos armées. Tu n’es pas capable de tenir le coup et je te rappelle que tu n’as rien fait pendant plusieurs mois. Je suis assez expérimentée ! Je peux facilement traverser les lignes ennemies et faire le détour ! »

« Mais je … » commença à dire Elen avant qu’elle ne soit interrompue par Manelena.

« Je n’ai pas le temps pour ces enfantillages, Elen ! J’y vais ! Royan, tu la surveilles pour qu’elle ne fasse pas de bêtises ! »

« D’accord, c’est noté ! Elen, s’il te plaît, je veux que tu restes à mes côtés ! »

« MAIS C’EST TERY ! JE NE PEUX PAS LE LAISSER SEUL ! »

Visiblement, le naturel revenait très vite au galop chez la jeune demoiselle aux cheveux blonds, celle-ci criant tout en prononçant le nom du jeune homme. Manelena, de son côté, s’était déjà mise à se déplacer à la vitesse de l’éclair, ignorant les mékalarmiens comme les démons. Elle ne pouvait pas passer à l’intérieur du campement des démons, risquant de compromettre la sécurité de ces derniers.


C’est pourquoi elle devait faire le tour et que cela risquait de prendre du temps. Dans quel foutu merdier Tery s’était-il encore foutu ?! Il n’arrêtait jamais ou quoi ?! Il se prenait pour quoi ?! Une princesse en détresse ?! C’était elle la princesse à l’époque, plutôt la reine ! Et même ainsi, elle n’avait jamais chercher à faire preuve de faiblesse !

Preuve de faiblesse. Hors de question … mais bordel ! Tery ! Vraiment ! La situation s’était presque calmée ! Elle avait presque réussi à le ramener de leur côté et voilà que les mékalarmiens et les gnomolds continuaient à les emmerde ! Foutus gnomolds ! Le jour où elle avait décidé de chercher à envisager une discussion avec eux, elle aurait mieux fait de se planter l’épée dans la gorge et profondément !

« Personne n’ira me le retirer. PERSONNE ! »

Pas cette fois-ci ! Trop de fois, ça s’était terminé de façon déplaisante ! Trop de fois, cela avait été un véritable désastre et … c’est quoi ça ?! Ces gnomolds écailleux ?! Des gnomolds qui provenaient de Mékalarma ?!

« Si les gnomolds se sont alliés avec les mékalarmiens, Ernold finira au bout d’une lance, lui mais aussi ses congénères ! »

Et ça, ce n’était pas une promesse en l’air ! Mais avant, il fallait atteindre Tery !

Et pour ça, elle avait une méthode ou plutôt un moyen de le retrouver très rapidement. Lequel ? Tout simplement Clari ! La femme-golem était d’une grande taille à la base et sa structure étant celle de la pierre, il était aisé de la différencier des démons et autres.

Et d’ailleurs, elle n’eut pas de mal à la retrouver mais … c’était quoi cette couleur ? Auparavant, elle ressemblait à Clari mais son corps était d’une couleur brune, comme de la roche que l’on voyait tous les jours. Mais ici, c’était totalement différent. Cette noirceur, les traits de son visage, de son armure, de son arme, chaque membre était encore plus détaillé qu’auparavant. C’était quoi ça ? Qu’est-ce que Tery avait accompli ?

« TERY VANIAN ! Où est-ce que tu es ?! »

« Manelena … MANELENA ! CLARI EST … »

« Clari est morte ! Faut que tu te foutes ça dans le crâne ! Mais t’as foutu quoi avec ton golem ?! Et où est-ce que … BORDEL ! TES YEUX ! »

C’était encore pire que prévu ! Qu’est-ce qu’il avait fait à ses yeux ?! Pourquoi du sang s’en écoulait ?! Et est-ce qu’il arrivait à voir ?! Et où était le casque du jeune homme ?! Normalement, il ne l’aurait jamais lâché en plein combat ! Un bref regard sur le côté et elle remarqua que le casque était posé au sol, fendu à deux de l’intérieur.

« Clari n’est pas morte, Manelena ! Elle l’était mais elle l’est plus ! Elle l’est encore moins ! Et … Ah … Ah … Ah … Où est Elen ? Et Royan ? Je ne veux pas que … »

« Ils vont bien mais comment se débrouille tes démons ? Bordel, il faut que tu restes à mes côtés ! Sincèrement, t’es vraiment un paquet de problèmes ! »

Mais ça, elle le savait depuis des années ! Et elle était prête à outrepasser ça ! Elle se plaça à côté de lui, observant son visage ensanglanté avant de passer son gantelet de métal noir dessus, cherchant à essuyer le sang bien que ça n’arrangeait rien.

« Tu as abusé de tes pouvoirs ! T’es vraiment … qu’un idiot. Bon, tu restes à mes côtés et on va faire le ménage. Comme auparavant. Et avec ton golem. »

Elle ne criait plus. Elle parlait doucement, très doucement, comme si toute colère venait de soudainement fondre au soleil. Non, elle allait le garder pour elle, comme prévu. Elle était maintenant à quelques centimètres de lui, observant ses griffes de pierre tandis qu’elle tenait fermement sa lame parcourue par l’électricité.

« Tu peux donner les consignes à Clari ? »

« Elle les connaît à force. En fait … elle est comme autonome. Je n’arrive pas à expliquer comment ou pourquoi mais c’est ça. »

Autonome ? Cela veut dire qu’il s’agissait d’un golem qui agissait par lui-même ? Est-ce qu’il comprenait ce qu’il était en train de dire ? Bref, non, en vue de son état, c’était peut-être mieux de ne pas chercher trop d’explications pour le moment. Si les gnomolds mékalarmiens étaient présents eux aussi, ce n’était que le début des véritables ennuis !

Saleté d’alliance ! A voir les armes et armures que portaient les gnomolds de Mékalarma, il n’y avait plus aucun doute à ce sujet : les Mékalarmiens avaient fourni l’équipement à ces sales bêtes humanoïdes !

Dès qu’ils en auront terminé avec cette bataille, elle allait devoir discuter d’un plan avec les autres nations. Et si par malheur, les clans dissidents d’Honoros commençaient à faire de même de leur côté, c’est à dire utiliser la puissance des démons contre eux, ils partaient vers une nouvelle guerre totale.

Non, ils devaient absolument éviter ça ! Assez ! Une erreur s’était déjà produite dans le passé, par son propre père ! Ce n’était pas pour que ça se répète ! Hors de question que ça finisse de la sorte ! Elle ne voulait pas ! Elle en avait assez !

Elle n’était pas partisane de la guerre à outrance ! Maintenant, en tant que reine, elle devait éviter que son peuple ne retombe dans la même histoire qu’avec son père ! C’était pour ça qu’elle était reine : pour éviter les mêmes erreurs que celles produites par son père !

C’est pourquoi elle était là ! Aux côtés de Tery alors que la situation avait pris un tour des moins favorables. Les démons, elle remarquait que certains d’entre eux tombaient au sol, ne se relevant qu’à peine. Elle avait déjà constaté cela auparavant : ils étaient vaillants et forts. Ils étaient tenaces et capables d’utiliser tous les éléments bien qu’ils avaient un élément de prédilection.
Ca en fait des êtres extraordinaires. Mais même en étant extraordinaires, ça ne changeait rien au fait qu’ils restaient mortels … et qu’en tant que tels, ils pouvaient décéder. Et c’est ce qu’elle constatait. Par contre, elle ne s’attendait pas à ce que certains … dévorent leurs compagnons et voient leurs corps se modifier. Des appendices dorsaux, comme un nouveau bras, une patte d’araignée, tout un pan de chair qui gonflait, rendant le corps difforme.

Mais pourtant, même ces êtres difformes se focalisaient sur les gnomolds, comme s’ils n’avaient qu’une seule idée ancrée en eux. Ces êtres difformes si puissants. Elle-même se demandait comment Tery avait fait pour survivre face à eux depuis tout ce temps. Elle lui posera la question plus tard !

Les minutes s’écoulaient et elle n’avait pas envisagé la possibilité de retourner auprès d’Elen et les autres. Tery n’accepterait pas d’abandonner les démons, de toute façon. Pas dans cet état. Pas maintenant alors que la situation était bien plus compliquée que prévue.

Elle émit un petit rictus de mécontentement alors qu’elle sentait la lame d’une hache en train de traverser son armure. Une hache qui relâcha un souffle gelé en même temps qu’elle venait arriver dans sa chair. Aussitôt, elle posa une main couverte par une gantelet sur la face du gnomold écailleux, lui en voyant un décharge électrique pour lui faire lâcher son arme.

« Ne me prend pas pour quelqu’un d’aussi faible que toi ! »

Qu’importe sir la brûlure causée par le gel lui tiraillait l’estomac, elle n’allait pas se laisser avoir par un imbécile comme lui. Elle émit un nouveau grognement avant de planter son arme dans le crâne du gnomold, à la verticale en passant par le menton. Voilà ! C’est comme ça qu’on se débarrassait d’un adversaire ! Et avec un coup de pied en prime !

Mais c’était éreintant. Et ça lui rappelait ce qui s’était passé il y a de cela quelques mois. Sauf que cette fois-ci, ils étaient tous les deux du même côté. Elle n’était pas du genre à être heureuse pour si peu … mais elle devait avouer que ça lui faisait plaisir.

Combien de temps le combat allait-il durer ? Les démons diminuaient en nombre … plus ou moins. Même ceux qui avaient dévoré leurs compagnons … finissaient par mordre la poussière. Sauf qu’elle ne s’attendait pas à ce que ces cadavres soient utilisés par d’autres démons qui avaient muté.

« Poussez… moi chez les autres ! Et … laissez moi … là-bas ! »

Hein ? Elle avait entendu l’une de ces aberrations en train de dévorer ses congénères s’exprimer. Mais pour quelle raison elle disait … Son regard ! Elle pouvait souffler un peu et se permettre d’observer ce démon difforme !

Il continuait d’ingurgiter des parts entières d’un autre démon difforme tombé au combat. Et ses yeux étaient devenus complètement rouges avant qu’un cri inhumain ne se fasse entendre. En même temps, plusieurs démons se positionnèrent en ligne face à lui … avant d’utiliser une puissante magie de vent pour le projeter au milieu des gnomolds.

Et cette fois-ci, le terme de carnage était approprié. Des corps volaient dans tous les sens, le démon n’avait plus rien d’humanoîde dans sa forme et même Tery s’était arrêté de combattre en même temps que d’autres démons, se plaçant non-loin de Manelena.

« C’est la première fois que je vois ça … de mes propres yeux. »

« Est-ce que tu as … déjà goûté à de la chair démoniaque ? »

« Ni moi, ni Elise. Nous ne sommes pas comme ça. Vu que nous sommes à moitié démon, il y a même de fortes chances que ça ne marche pas. Après, certains démons sont capables de rester eux-mêmes et de garder une forme physique. Du moins, c’est ce que j’ai cru comprendre bien que je n’ai jamais vu ça de mes propres yeux. »

« D’accord. D’accord. C’est bien. »

Souffler, ça serait une bonne chose. C’est d’ailleurs ce qu’elle faisait. Tery semblait être redevenu normal mais … combien de temps ? Elle n’eut pas la possibilité d’y réfléchir trop longtemps car d’autres cris se firent entendre, derrière eux cette fois.

« L’avant-poste prend feu ! Des gnomolds sont passés ! »

« MANELENA ! Désolé mais je dois retourner en arrière ! Si on touche à Héraisty, je crois que … je ne m’en remettrais pas ! »

« Tu crois vraiment que je vais te laisser y aller seul ?! »

Elle l’accompagnait ! Que ça lui plaise ou non, elle en avait rien à foutre ! Pas maintenant ! Elle observa Clari, sous cette nouvelle forme onyx qui se décidait à les suivre tous les deux. Les démons pouvaient plus ou moins tenir avec ce « monstre » de leur côté.

Quelques tentes étaient en proie aux flammes mais déjà, les démons restés à l’intérieur de l’avant-poste commencèrent à les éteindre … ou à fuir. Car oui, c’était vrai, les gnomolds étaient présents ! Mais il eut la mauvaise surprise de voir aussi des mékalarmiens. De vrais mékalarmiens ! Ces foutus êtres à moitié lézards !

« Démons … On va vous dépecer, héhéhé. On va vous dépecer et vous nous servirez de … »

« Même pas en rêve ! » hurla le démon aux cheveux bruns, cherchant à nicher ses griffes dans le corps du mékalarmien qui avait bloqué une démone dans un coin, sourire mauvais aux lèvres. Mais le temps que l’attaque arrive à son terme, voilà que le mékalarmien se retourne pour parer l’attaque avec ses propres griffes.

« T’es qui, toi ? Pour qui tu te prends ? Tu veux aussi te faire buter ? T’en fait pas, je vais arranger ça pour que ça soit le plus rapidement fait ! »

Et il comptait y arriver comment hein ? Car peut-être qu’il avait réussi à parer le coup mais ce n’était pas pour autant qu’il allait s’en sortir vivant ! Et qu’importe si ce foutu Mékalarmien sortait ce qui ressemblait à une dague … à la lame blanche.

Une dague dont il devait absolument se méfier. Il n’était pas stupide. Il avait parfaitement ressenti le fait que cette arme était des plus dangereuses ! C’était peut-être bien ça dont Manelena parlait auparavant. Une arme faite par leurs propres congénères qui possédaient les lignes de Zélisia.

« Vous n’avez aucune honte de ce que vous avez accompli. »

« HONTE ! HAHAHAHA ! Pourquoi devrions-nous avoir … »

Il n’eut pas la possibilité de finir sa phrase qu’une lame électrique venait de se planter à la verticale par le sommet de son crâne. Quelques gargouillis de surprise et le corps s’écroula au sol alors que Manelena se rapprochait de Tery, comme si de rien n’était, lui donnant une claque derrière le crâne.

« La prochaine fois que tu te décides à me laisser en arrière, je te le ferais regretter amèrement, compris, Tery ? »

« Qu’est-ce que tu as fait … avec ton arme ? »

« Hum ? Tout simplement la faire tomber sur son crâne. C’est bien beau de vérifier son arrière mais aussi son avant. Sauf que voilà, la majorité du temps, ils oublient complètement de vérifier par les cieux. Bon … Tu permets ? »

Et comme si de rien n’était, elle s’approcha du cadavre du mékalarmien, récupérant sa lame avant de faire un mouvement avec celle-ci. Ah oui, il s’était bien dit qu’il reconnaissait cette arme … c’était celle de la reine de Shunter.

« Tu ferais mieux de te mettre à l’abri avec les autres démons. Où est-ce qu’ils se trouvent ? »

« Certains sont déjà partis vers la grotte ! »

« Alors, ne fait pas la fière ! Un bâtiment, ça peut se reconstruire ! Des plantations, ça peut se cultiver une autre fois. Mais une vie, on en a qu’une ! Il faut que tu la protèges ! »

« O… Oui … d’accord ! D’accord, chef Tery ! » s’exclama la démone avant de s’éloigner de son champ de vision, Tery la regardant faire pour être sûr qu’elle ne fasse pas agresser en chemin et donc qu’il n’y ait pas de mauvaise surprise.

« Chef Tery. J’ai encore du mal à y croire. »

« Moi aussi et pourtant, ça fait depuis plusieurs semaines que c’est ainsi. Tu veux encore continuer à me suivre ou aller retrouver Elen et les autres ? »

« Tu as tant envie de te débarrasser de moi ou quoi ? »

« Non, non, c’est simplement que tu as ta propre armée et que tu as sûrement plus envie de la protéger qu’une bande de démons. »

« A l’heure actuelle et en vue de la situation, je suis du côté qui doit se défendre car ce dernier n’a rien fait pour subir une telle attaque de la part de deux races connues pour être parmi les plus belliqueuses de notre monde. »

« C’est noté. Je comptais me rendre près de la grotte et inciter un maximum de démons à se mettre à l’abri à l’intérieur voire à chercher des renforts. »

« Je vois ce que tu veux faire. Allons-y alors. »

Elle ne lui permettait pas de se débrouiller seul. En un sens, il n’allait pas s’en plaindre. C’était une bonne chose qu’elle soit là. Continuant à vagabonder dans le campement, il remarqua bien vite Héraisty … qui était en train de donner des consignes à divers démons. Tous lui obéissaient au doigt et à l’oeil alors que les démons récupéraient leurs matériaux et outils tout en … rentrant dans la grotte ?

« Héraisty ! » s’écria Tery en arrivant à sa hauteur, la démone aux cheveux verts faisant un grand sourire radieux en le remarquant.

« Tery ! Tu vas bien ! Ils sont … partout ! J’ai emmené tout le monde dans la grotte ! «

« Je vois surtout qu’ils t’obéissent sans rechigner. J’avais la même idée en tête. Comment ça se passe ? Vous avez beaucoup de morts ? »

« Non, quelques unes mais dès que les éclaireurs ont crié que l’avant-poste a été percé. Nous avons réagit assez rapidement et après, les pertes sont minimes mais l’avant-poste … »

« Je ne dis pas qu’il est perdu mais nous devons nous préparer au pire, Héraisty. Tu peux aller retrouver les autres dans la grotte, je vais me charger de sa protection. »

« Ce n’est pas possible ! Je dois retrouver d’autres personnes ! Je vais me dépêcher, ne t’en fait pas, Tery ! Je sais être discrète ! » dit-elle avant de partir sans lui laisser la possibilité de l’empêcher de se remettre en danger ! Pourquoi chacun n’en faisait qu’à sa tête ?!

Cela faisait combien de temps que le combat avait commencé ? Qu’ils livraient bataille sans pouvoir se reposer réellement ? Il n’avait pas compté les minutes, surtout qu’il devait continuellement être sur tous les fronts en vue de son statut de chef. Mais comme souvent, il était de plus en plus épuisé.

Il avait compris que permettre à Clari de se battre normalement utilisait ses propres ressources. Ce qui voulait dire qu’en étant deux à se battre, il se fatiguait deux fois plus vite que la moyenne et c’était bien pour ça qu’il était en moins bonne forme que Manelena qui l’avait bien remarqué.

« On a bien fait d’aller jeter un œil vers votre grotte. Cette idée d’avant-poste, vous allez la faire un peu partout ou … »

« Je ne l’ai fait que la proposer à l’empereur Malark. C’était le premier avant-poste … et vu les attaques que nous venons de subir, je ne sais pas si c’était une bonne idée. »

Manelena lui rétorqua que l’idée d’un avant-poste, c’était de pouvoir prendre la température autour de soi. L’unique problème, c’est qu’ils étaient arrivé dans un coin où ils étaient plus proches de la nature que de la civilisation de Shunter. La prochaine fois, ils se débrouilleront pour chercher un coin moins entouré par les gnomolds hein ?

Mais pour l’heure, ils étaient maintenant à l’intérieur de la grotte, donnant quelques consignes aux démons qui étaient déjà présents. Oui, ils étaient un bon paquet, plus d’une centaine au minimum et certains étaient blessés, d’autres en état de choc mais tous étaient rassurés de voir Tery.

« Vous allez revenir en arrière. Vous allez prévenir les démons, envoyer des messages vers la capitale et vous préviendrez que l’on va avoir besoin de nouveaux matériaux ! Hors de question d’abandonner cet avant-poste ! Compris ? »

Il se montrait rassurant, expliquant par là qu’ils allaient tenir bon et réussir à repousser les ennemis. Avec tout ça, ils pourront ensuite se reposer pendant quelques jours et se préparer à un prochain assaut. Oui, là, ils avaient eut la surprise … mais ils allaient très vite corriger le tir et ils seront prêts.

Ah … Bon, avec tout ça, il était plus ou moins rassuré pour la sécurité des travailleurs démoniaques. Maintenant, ils devaient ressortir de la grotte et aller retrouver Héraisty, la foutre dans la grotte avec les autres et … c’était quoi ce tremblement de terre ?! Toute la grotte s’ébranla, des pierres tombant du plafond, comme percuté de toutes parts.
Rapidement, il forma un dôme autour de lui, Manelena, Clari et des démons les plus proches de lui. Il hurla aux autres démons de faire de même sur leurs congénères avant qu’un éboulement ne se produise autour d’eux. En vue de la profondeur et de l’épaisseur de la grotte, il n’avait aucune idée de ce qui s’était passé … mais il devait tenir bon. Il avait la sensation qu’ils allaient manquer d’oxygène bien assez tôt.

Il n’avait aucune idée de ce qui avait produit cela, trop concentré sur maintenir le dôme, et cela malgré son état de fatigue avancée. Mais rapidement, son dôme de pierre se fissura sous le poids de l’éboulement, éclatant en morceaux avant que le groupe ne disparaisse dessous.

Chapitre 59 : Tomber en morceaux

Chapitre 59 : Tomber en morceaux

« Quelles sont les nouvelles ? »

Tery avait grimpé à une tour malgré l’armure qu’il portait sur le dos. En voyant le démon qui était relativement inquiet, il comprenait donc qu’elles n’étaient pas franchement bonnes. Pour autant, il attendait une réponse qui tarda à peine :

« Chef, regardez au loin. Vous voyez ces arbres ? Il y en a de moins en moins. On n’arrive pas à voir leur nombre mais … »

« Oui, ils semblent assez nombreux mais en même temps, on a de quoi tenir. On a des renforts qui proviennent des autres nations aussi. »

« Est-ce que l’on peut vraiment … leur faire confiance, chef ? » demanda le soldat à côté de lui, de plus en plus soucieux.

« Ceux qui dirigent les armées, oui. Les armées en elles-mêmes, c’est comme partout, il y aura quelques unités dissidentes. A partir de là, il ne faudra pas vraiment se retenir … et rester méfiants. Si l’un d’entre eux cherche vraiment à vous tuer ou à épauler vos ennemis, vous vous en occupez, sans trop vous poser de questions. »

« D’accord, je … Enfin … J’aimerai bien survivre. »

« Pour cela, il va falloir que tu donnes tout ce que tu peux. Je n’en voudrais pas aux soldats s’ils décident de se réfugier dans la grotte … mais sachez que ça ne sera pas forcément apprécié des autres. Mais je suis certain que tu comprends, n’est-ce pas ? »

« Je … Je vais faire mon maximum, oui ! »

Voilà, c’était ça qu’il voulait entendre ! Bon, il avait eut un aperçu via cette tour … mais maintenant, l’autre ? Qu’est-ce que ça donnait ? Remarquant les gestes d’un soldat installé dans une tour à l’opposée, il répondit par d’autres gestes avant de descendre, Elen se trouvant face à lui, un peu soucieuse :

« Tery, nous devrions … enfin. Je peux aider ? »

« Bien entendu que tu peux. Même sans monter à l’autre tour, j’ai compris qu’ils vont nous prendre en tenaille. Les gnomolds d’un côté, les mékalarmiens de l’autre. Mais les gnomolds, ils n’ont pas décidé de vous trahir ? »

« C’est … plus compliqué que ça, Tery, tu sais ? Certains continuent de travailler avec nous, comme Ernold mais d’autres, plus sauvages, n’ont pas apprécié que les différents peuples tentent le rapprochement avec les réfugiés. »

« D’accord, je m’en doutais plus ou moins un peu mais … ça m’em… embête. »

« Et je sais très bien que tu n’apprécies pas du tout les gnomolds, loin de là. »

« C’est exact. Même si Ernold, ça partait bien … bon, ça va arriver bientôt. »

Ce n’était plus que l’affaire de quelques minutes. Il se dirigeait vers Manelana, Clari le suivant, toujours aussi silencieuse et calme alors qu’elle tenait fermement son épée en main. Même si elle ne s’exprimait pas, il avait la sensation qu’elle comprenait la situation.

« Tery, nous devons parler. Pour éviter le moindre acte de traîtrise dans nos armées, nous allons lancer nos propres forces contre la majorité de celles de Mékalarma. »

« Je vois. Comme ça, ceux qui n’ont rien contre les gnomolds se focaliseront sur les mékarlarmiens. Eux, qu’importe ce qui se passe, ils les attaqueront. Bon, d’accord, mais vous pouvez faire attention à vous quand même ? »

« Pour qui est-ce que tu nous prends ? Tu crois que pendant que tu faisais ton séminaire chez les démons pendant quelques mois, on se tournait les pouces ? On est peut-être au courant depuis à peine quelques semaines pour les mékarlarmiens mais on a déjà pris nos dispositions … et pourquoi est-ce que tu me regardes comme ça ? »

« Comment est-ce que tu peux voir ce que je ressens alors que j’ai le casque ? Enfin bon, juste … ce n’est pas trop grave pour les gnomolds ? »

« Les gnomolds sont stupides, hargneux et puants. Ils pourraient être de bons alliés voire des êtres agréables, s’ils s’en donnaient la peine. Mais vu qu’ils ne veulent pas expliquer pourquoi ils haïssent les démons et que si on est pas avec eux, on est contre eux, le choix a été vite fait. Je n’aime pas les extrêmes, ça finit rarement bien. »

« D’accord, d’accord. Fais quand même attention à toi, Royan et Elen, d’accord ? On va devoir gérer les gnomolds. On a plus l’habitude avec eux. »

« Et je te dis un truc. Ensuite, quand on en aura terminé, je vais te traîner jusqu’à Shunter et te botter le cul tellement fort jusqu’à ce que tu finisses à genoux pour nous demander pardon. J’espère que tu te rends compte de ce qui va t’attendre hein ? »

« Je m’en rend parfaitement compte, Manelena. Et je sais très bien que ce que ça veut dire. Enfin, il faudra voir suivant la situation. »

Ca faisait juste du bien … de pouvoir communiquer normalement. Communiquer normalement, c’était un bien grand mot et pourtant, ça avait toute son importance à cet endroit. Il était là, en train de converser avec Manelena, comme s’ils ne s’étaient jamais quitté. Il avait ressenti la même émotion avec Elen et un peu moindre avec Royan. Et oui, il ne fallait pas trop exagérer non plus hein ? Hahaha.

Bon … Il observa juste Manelena, remarquant qu’elle était immobile comme lui puis soudainement, elle lui donna une petite tape sur la joue avec son poing, le métal du gantelet rencontrant celui du casque avant qu’elle ne s’en aille en sortant sa lame. Elle lui tourna le dos, sans un mot, partant au loin tandis qu’il faisait de même avec ses propres griffes.

Pfiou … Le campement avait deux ouvertures si on ne comptait pas la grotte d’où provenait les démons. Une au sud et une au nord. Cela permettait dans le pire des cas d’avoir une seconde issue s’il y avait un gros problème avec la première. Mais il fallait espérer qu’ils n’arrivent pas à cette éventualité.


Les démons. Il était entouré par les démons. Il avait prévenu tout le monde. Il avait signalé aux démons qui ne combattaient pas de se mettre proche de la grotte. En agissant de la sorte, si dans le pire des cas, ça tournait au massacre unilatéral.
Oui, et là, il ne parlait pas des démons comme des vainqueurs. Rassurant ? Il ne l’était jamais. Pas quand il y avait tout cela en jeu. Il avait plus d’un millier de vies entre les mains. Comme si à chaque fois qu’il partait en groupe, il fallait que ça finisse mal. C’est bien pour cela qu’il regardait les gnomolds qui venaient d’apparaître en face de lui avec un peu de colère sourde. Oui … Pourquoi fallait-il qu’ils se présentent à eux ?

« Ne vous retenez pas face aux gnomolds. Ils veulent vous exterminer, vous devez leur rendre la pareille, compris ? »

« Le message est clair, chef ! Des ordres ou des consignes sur la façon dont on doit se battre ? » demanda l’un des soldats, visiblement plus expérimenté que les autres.

« Comme d’habitude, les archers en retrait, ceux qui portent les armures les plus lourdes en avant et … ah ! Un petit détail concernant les gnomolds : tentez de trancher leurs têtes si vous le pouvez. Ca sera la meilleure façon d’être sûr qu’ils soient morts, compris ? »

Il voulait que le message soit clair. Un gnomold n’était mort que lorsqu’il ne bougeait plus et que la tête n’était plus sur son corps. Car oui, un gnomold blessé même gravement, était du genre très tenace et pouvait provoquer de gros soucis.  Comme ceux qui se trouvaient en face de lui à cet instant précis. C’était une réelle bataille, pas une escarmouche comme celles depuis qu’il était rentré dans le royaume souterrain.

Et tout de suite, le premier gnomold qu’il rencontra fut transpercé par sa griffe droite. Il avait traversé la totalité du corps de la créature mais comme il s’en doutait, elle bougeait encore, cherchant à le frapper avec sa hache. Mais de sa griffe gauche, il frappa la tête du gnomold avec une telle violence qu’elle fut arrache du reste du corps.

« Comme ça qu’on fait ! Clari ! »

Oui, il criait le nom de la femme golem, celle-ci étant à ses côtés comme à son habitude. Sans une once d’hésitation, elle commença son œuvre elle aussi, les gnomolds reculant juste un peu en apercevant la demoiselle faite de pierre.

Mais bien rapidement, ils reprenaient leur course, cherchant à la frapper avec leurs armes. Il n’était pas bête, il le voyait parfaitement. Malgré leurs apparences primitives, ces armes valaient bien celles des forgerons des grandes cités. Elles étaient efficaces, certaines pouvaient passer outre les armures avec une grande facilité et d’autres étaient capables d’être utilisées avec de la magie par-dessus.

Autant dire que chaque gnomold à affronter pouvait très vite devenir une plaie si on n’était pas préparé à l’affrontement. Et que c’était bien pour cela qu’il était inquiet par rapport aux démons qui l’accompagnaient. Ils étaient valeureux et motivés … mais n’avaient jamais combattu de gnomolds ou des mékalarmiens.

« ILS ONT LA PEAU SOLIDE ! FAUT Y ALLER FRANCHEMENT ! » cria t-il.

Car oui, il remarquait bien que les démons ne donnaient pas leur maximum. Les gnomolds étaient du genre à réceptionner plus de coups qu’ils en donnaient, ce qui alors permettait d’avoir l’impression, fausse bien entendu, qu’ils étaient faciles à abattre.

C’était en voyant déjà trois démons tomber au loin face à la charge de plusieurs gnomolds sur chacun d’entre eux, leur bloquant les membres avant de les trucider. Oui, dans ce genre de situation, il n’y avait rien à faire, c’était trop tard … et c’était maintenant au tour des démons de commencer à craindre pour leurs vies.

« Ne vous laissez pas abuser par leurs apparences. Les gnomolds ne sont pas si forts que ça, loin de là. Simplement, ils sont tenaces ! »

Et puis, il ne fallait pas oublier qu’ils avaient des archers manipulant tous les éléments de leur côté. Un bref regard en l’air suffisait pour voir une pluie de différentes flèches élémentaires s’abattre sur leurs cibles. Oh, les flèches n’étaient pas aussi efficaces que des cibles classiques mais elles avaient le mérite de déranger les gnomolds et les déconcentrer, ce qui était parfait pour ce qu’il comptait faire.

Ce qu’il comptait faire ? Demander à Clari d’utiliser sa propre magie, celle du vent, pour lancer plusieurs lames faites d’air en direction de leurs adversaires. Comme il privilégiait la quantité à la qualité, il ne fallait pas espérer couper des parties des gnomolds mais créer des entailles assez profondes pour les incapaciter pendant quelques instants.


L’instant, c’était la clé entre la défaite et la victoire dans un combat. Il suffisait d’un instant pour renverser la situation. Et c’est bien dans ces instants où il était capable de briller ! Son seul souci, c’est qu’une ancienne émotion, qu’il pensait avoir éteinte depuis des mois, revenait de faire surface. Non … Quelle blague !

S’inquiéter pour Elen, Manelena et Royan ? Cela s’était transformé en une inquiétude constante pour Elise ! Jamais il n’avait pas pensé à la sécurité de ses compagnons ! Ici, c’était la même chose. Il avait empêché Héraisty de venir se mêler au combat. Il n’avait pas envie qu’elle soit blessée ou pire.

C’est pourquoi … c’est pourquoi … il pouvait combattre plus ou moins librement. Et c’est pourquoi il s’en donnait à coeur joie ! Oui ! En y réfléchissant bien, les démons affrontaient des être inconnus ! L’inconnu, c’était une chose qui pouvait perturber le plus vaillant des combattants ! Ne pas savoir comment réagir et autre ! Ils pouvaient être inquiets effrayés !

« CLARI ! J’ai besoin de ton support ! On va faire un coup d’éclat ! »

Et comment ça ? Il avait tout simplement une idée … même si elle allait être potentiellement dangereuse. Ce n’était pas la première fois qu’il utilisait sa magie élémentaire de la sorte … mais pas de cette façon ! Clari s’exécuta à sa demande, se concentrant … pour l’envoyer dans les airs. Sauf que cette fois-ci, contrairement à la précédente où il n’était pas préparé, le jeune homme regardait le sol sous lui. Que ça soit les démons ou les gnomolds, tous se demandaient exactement ce que faisait cet être en armure blanche dans les airs. Mais la réponse n’allait pas tarder vu que peu à peu, une épaisse carapace de pierre se forma autour de Tery, s’amplifiant, prenant une allure sphérique comme pour ressembler à un immense rocher parfaitement sphérique. Un rocher … qui alla tomber au beau milieu des gnomolds.

Mais l’atterrissage n’était pas la partie la plus dangereuse de cette technique. Continuant à rouler tout droit devant lui, un petit orifice dans la sphère permettait à Tery de voir vers où il se dirigeait, roulant sur les Gnomolds, les écrasant une once d’hésitation, broyant leurs corps et leurs os comme s’ils n’étaient que de simples pantins.

Mais voilà, cette attaque avait un défaut majeur et lorsqu’il sortit de la sphère, il avait du mal à rester correctement debout, frappant du pied sur le sol pour tenter de garder une certaine contenance et rester droit et fier. Voilà ! Comme ça … C’était beaucoup mieux ! Pfiou … Il n’était pas en pleine forme, il le savait bien … mais ce n’était pas pour autant que ça allait en s’améliorant. Hmm …

« Chef ! C’était génial ! Qu’est-ce que vous avez ? »

« La tête qui tourne. Ne vous déconcentrez pas ! Le combat n’est pas fini ! Il ne fait même que commencer ! Les gnomolds ont sûrement plusieurs tours dans leur sac ! »

Il ne pouvait pas s’empêcher d’exprimer une certaine anxiété par rapport à ce combat. Si la guerre était aussi simple que ça à résoudre, ça se saurait. Mais voilà … maintenant, qu’est-ce qu’il devait faire exactement ? Les démons semblaient un peu plus rassurés depuis qu’il avait fait preuve de violence envers les gnomolds mais ça ne sera pas suffisant.

Les gnomolds étaient nombreux, très nombreux … et il restait inquiet par rapport à Elen, Manelena et Royan. Comment ça se passait de leur côté ? Il ne pouvait pas abandonner les démons et démones qui comptaient sur lui. C’était ainsi et pas autrement !

Bon … Pfiou … Il allait mieux et il avait remarqué que les démons avaient continuer à se battre pour lui faire gagner du temps. Il allait bien, oui. Il était temps de retourner au combat ! Il poussa un petit cri avant de se joindre à la bataille, Clari à ses côtés.

Des morts ? Il y en avait des deux côtés. Ca ne servait à rien de se voiler la face. Mais ce qu’il remarquait et ce qu’il n’appréciait guère, c’est que certains démons étaient obligés d’en venir au cannibalisme. Comme si tout cela était l’ultime solution, la dernière chance ! C’était complètement aberrant !

Mais crier ça … ça n’irait pas rassurer les soldats déjà bien sur les nerfs. Non, le cannibalisme, ce n’était pas pour lui mais ça ne voulait pas dire qu’il devait changer le mode de vie et de pensée de toute une race ! Il fallait juste espérer que les démons pouvaient contrôler leurs pulsions et continuer à se focaliser sur les gnomolds.

Oui… C’était bien ça son problème. Que les démons qui venaient de dévorer leurs congénères soient incapables de faire la différence entre alliés et ennemis. Voilà … ce qu’il craignait le plus à l’heure actuelle. Et il y avait aussi autre chose qui le perturbait : Clari. Ce n’était qu’une mauvaise impression de sa part mais il avait l’impression de voir qu’elle avait des fissures sur son corps.

Les gnomolds usaient de magie et d’une sacrée violence avec leurs armes pour arriver à leurs fins … et lui qui pensait que Clari était intouchable, il avait le sentiment qu’il se trompait lourdement. Lorsque tout cela sera terminé, il allait devoir faire une vérification de l’état de Clari et voir s’il pouvait la réparer. Si elle devait disparaître … non, il ne devait pas y penser.

Elen, Manelena … et Royan. Encore une fois, il n’était pas concentré sur le combat. Pourtant, il savait où ça pouvait mener ce genre de pensées disparates ! Ca pouvait emmener à la mort ! Et ça, il ne pouvait pas se le permettre ! Pas alors qu’il avait retrouvé tout le monde !

Hors de question … Il en était tout simplement hors de question. Clari avait posé sa main de pierre sur son épaule, lui faisant un sourire. Peut-être était-ce huste une illusion car elle n’était qu’une femme golem mais c’était dans ces moments là qu’il avait l’impression qu’elle était près de lui.

« CHEF CHEF ! ILS NOUS REPOUSSENT ! ET ILS ATTAQUENT DE PARTOUT ! »

« N’ayez pas peur ! Ne montrez jamais votre dos à vos adversaires ! Combattez par groupe de deux ou plus ! Que l’un protège le dos de l’autre ! »

C’était une tactique des plus basiques mais que beaucoup oubliaient sur le moment ! C’est bien pour cela qu’il se chargeait de le répéter ! Et lui-même le faisait avec Clari ! Les gnomolds étaient trop nombreux. On en tuait un, trois autres arrivaient et sautaient par-dessus le cadavre du premier ! Dans ces conditions, comment est-ce qu’ils pouvaient espérer s’en sortir ? Impossible !

Non … Pas de mauvaise pensée. Ce n’était pas comme ça que tout allait s’arranger ! Bon sang … Il voulait savoir tellement au sujet des autres mais il ne pouvait pas ! Ils étaient occupés avec les mékalarmiens et …

« HEY ! C’EST QUOI CES GNOMOLDS ECAILLEUX ?! »

Gnomolds écailleux ?! Il connaissait pas de quoi criait le soldat ! Il se tourna vers l’origine des ces paroles, remarquant qu’il n’avait pas tort. Il y avait bien des gnomolds, mais ils semblaient écailleux sous leurs fourrures. Qu’est-ce que ça voulait dire … Et derrière eux, il y avait des mékalarmiens ?! Impossible !

« Ca ne veut pas dire que … non … quand même pas. »

Pas de mauvaise pensée ! Pas de mauvaise pensée ! Manelena et ses soldats n’avaient sûrement pas pu contenir tous leurs adversaires, voilà tout ! Pas grave ! Il prévint une partie des soldats de l’accompagner alors qu’ils allaient retenir ce nouveau flux.

« Ils ne sont pas si différents des autres gnomolds ! »

« Mais ils ont des écailles de toutes les couleurs ! Qu’est-ce que l’on fait, chef ?! »

« Leurs écailles sont leurs faiblesses justement ! Cela permet de deviner avec quel élément ils combinent leurs magies ! Le rouge pour le feu, le bleu pour l’eau et ainsi de… »

« Et ils décidaient de teindre leurs écailles ? On ne pourra pas devenir, chef ! »

Il eut un petit moment d’arrêt. La réplique du soldat démoniaque venait de faire mouche dans son crâne. Pourquoi … est-ce qu’il n’y avait jamais pensé auparavant ? Mais surtout, pourquoi les mékalarmiens n’avaient jamais utilisé une telle tactique ? Pourquoi ?

Ce n’était pas l’heure de se poser plus de question ! S’il ne voulait pas être submerger par leurs adversaires, il allait devoir se préparer au … WOW ! Il eut juste le temps de croiser ses bras avec ses griffes pour parer la déferlante enflammée qui venait de s’abattre sur lui.

C’ETAIT QUOI CA ?! Heureusement qu’il était capable de se protéger car sinon, il était cuit ! Et dans tous les sens du terme ! Mais d’où venait cette puissance ?! C’était les mékalarmiens ? Et c’était quoi ces armes horribles que les gnomolds possédaient ?

Rien à voir avec celles des autres gnomolds, ceux qu’ils affrontaient depuis déjà plusieurs longues minutes. Elles étaient comme sanguinolentes, difformes, et il avait même la sensation qu’elles étaient capables de hurler de douleur. Sinistre … C’était définitivement sinistre et horrible. C’était … quoi ça, exactement ?

Il avait à peine discuter avec Manelena et les autres mais ils avaient évoqué les méthodes de torture des mékalarmiens sur les démons et leurs congénères. Est-ce que ça voulait dire … que les gnomolds provenant de Mékalarma faisaient de même de leur côté ?

Les gnomolds évoluaient … pour le pire. Mais surtout, maintenant, il était complètement désemparé. Comment est-ce qu’il … allait faire ? Comment est-ce qu’il allait se préparer ? Comment pouvait-il agir ? C’était juste inconvenable. Il avait complètement … Ah ! C’était horrible mais ce n’était pas la première fois que les mékarlarmiens se montraient horribles.

C’est juste qu’il se sentait … une nouvelle fois encore complètement impuissant et incapable de se battre. A chaque fois qu’il pensait pouvoir gérer cette situation, voilà qu’on venait le faire se confronter à une nouvelle montagne.

Et c’était encore une fois le cas aujourd’hui. On le forçait … à se tenir face à une troupe de gnomolds encore plus dangereux que la moyenne. Comme s’il n’en avait pas déjà assez avec celle habituelle. Il … était parfois très fatigué, prêt à abandonner et …

« Attention, Tery. »

Une voix. Comme celle d’auparavant. Une voix qu’il n’entendait qu’à peine maintenant. La voix de Clari. Elle s’était placé devant lui alors que de nombreuses lames lumineuses fonçaient vers lui, prêts à le trancher en morceaux encore plus efficacement que les lames d’air. Mais sur le corps de Clari.

Non … Il … Il devait ouvrir la bouche, lui ordonner de s’enfuir ! De partir ! Il ne voulait pas une nouvelle fois ! Il ne voulait pas qu’elle disparaisse une nouvelle fois car il faisait preuve de faiblesse ! IL NE VOULAIT PAS ! Pourtant, c’était bien des pans entiers de roche qui tombaient au sol.

IL DEVAIT REAGIR ! Pas cette fois ! Il ne pouvait pas accepter qu’elle disparaisse une nouvelle fois ! NON ! Finalement, sa voix quitta ses lèvres, un cri rauque émanant de son corps, comme l’appel d’une bête furieuse et enragée, ses yeux rubis laissant s’écouler du sang alors que tout ce qui était de pierre brune du corps de Clari tomba au sol. Mais elle était toujours là. Le même corps … mais avec encore plus de détails … mais surtout une roche noire, sombre, composait son corps. Comme si des millénaires de fossilisation venaient de s’accomplir en quelques secondes. Et Tery haletait, comme une bête sanguinaire.

Chapitre 58 : Guerre totale

Chapitre 58 : Guerre totale

Il n’avait pas ouvert la bouche après cela. Il était immobile, fixe, n’osant pas prendre la parole pour faire face à Elen. Elle portait le même justaucorps que la première fois qu’il l’avait vue. Elle avait aussi ses épaulières en métal, elle était … radieuse.

« Tery ? Qu’est-ce que tu attends pour venir me serrer dans tes bras ? »

« Je ne suis pas certain que ça soit la meilleure des choses à faire en cet instant précis, Elen. Je suis vraiment désolé … surtout après ce que j’ai commis. »

« Si je suis là, c’est que je pense t’avoir compris non ? Avec cette voix dans ta tête et tout le reste, tu te doutes que je … »

« Ce n’est pas ça. Je ne veux pas que tu me pardonnes aussi aisément. Entendre une voix et agir comme ça, en faisant … comme si de rien n’était, ça ne passe pas. Pas du tout. Tu ne peux pas me pardonner en faisant comme si de rien n’était. »

Il se répétait mais c’était bien parce qu’il était troublé. Elen voulait lui pardonner alors qu’il l’avait presque tuée. C’était un acte horrible. Et que dire de l’enfant ? Lui aussi avait faillit y passer ! A cause … de … C’était juste de la chance. C’était juste grâce à la chance que l’enfant avait survécu et Elen aussi.

« Disons simplement que c’est parce que je suis bien décidée à te reconquérir, Tery. »

« Arrête tes bêtises ! Ce n’est pas aussi simple que tu le crois ! Tu le sais parfaitement ! »

« Je le sais, oui. Mais le seul qui a vraiment du mal à se pardonner, c’est toi. Tu penses sincèrement que Manelena ne veut pas que tu reviennes, malgré ce que tu as fait ? »

« Evitez de me mêler à vos histoires d’amour foireuses, ok ? Je veux pas être mélangé avec vous par rapport à tout ça. »

Manelena rétorquait comme si tout cela la répugnait mais heureusement qu’elle gardait son casque noir sur son crâne, comme Tery. Et Elen avec son masque, elle aussi, il était impossible de voir son visage. De plus en plus de démons agglutinaient derrière Tery, cherchant à savoir ce qui se passait.

Et là, il réfléchissait à ce qu’il devait faire. Il y avait une armée derrière Manelena. Qu’importe ce que l’on pensait, ce n’était pas très rassurant. L’avant-poste avait pris plus ou moins une forme correcte et était capable de contenir quelques assauts. Enfin, cela dépendait de ce qu’ils auraient en face.

« Est-ce que vous êtes venus en tant qu’ennemis ou non, Manelena ? »

« A toi de deviner la réponse à cette question. Tu ne crois quand même pas que je vais réfléchir à ta place, n’est-ce pas ? »

« J’aurai préféré que tu me le dises ouvertement au lieu de tourner autour du pot, Manelena. Ca ne m’aide en rien dans ce que je dois décider. »

« D’ailleurs, Tery, c’est vraiment toi le chef de toute la base ? »

Elen qui lui posait une question des plus innocentes. Qu’est-ce qu’il devait répondre à cet instant précis ? Il en avait … aucune idée. Le jeune homme aux cheveux bruns, sous cette armure, pouvait bien lui dire la vérité. Ca ne lui ferait pas de mal. Il n’avait pas de honte à reconnaître ça. Il devait même en être fier.

« C’est exact, Elen. Et vous autres, Manelena, Royan, comment est-ce que cela se fait que … vous êtes venus avec des soldats d’Honoros et Claudiska ? »

« Ah ça, c’est tout simplement parce que … »

« Elen, tu es priée de ne rien dire. C’est à moi de répondre. Tery, si tu veux en savoir plus, c’est aussi à toi de nous dire pour quelle raison exacte les démons ont eut besoin de créer un avant-poste dans Shunter. Vous êtes dans mon royaume. Mon royaume, mes règles. Est-ce que je me suis bien faite comprendre à ce sujet ? »

« Pas besoin d’être aussi agressive. Si notre but était de s’en prendre à Shunter, nous l’aurions déjà faits depuis longtemps. Mais avec tes paroles, tu me donnes une raison de plus de me méfier. Je ne vais pas … »

« Ah ! Tu me fatigues ! Encore et toujours ! T’es toujours comme ça. Bon … Vu que vous êtes là, tu vas pouvoir me répondre : est-ce que les mékarlarmiens ou les gnomolds sont venus dans les environs ou non ? »

Gnomolds ? Mékalarmiens ? Bon, c’était plus ou moins logique que les mékalarmiens n’étaient pas présents mais … pour les gnomolds ? De ce qu’il avait compris ou remarqué, la dernière fois, ils étaient présents … mais pas aujourd’hui ?

« Pourquoi cette question, Manelena ? Qu’est-ce qu’ils ont fait ? »

« C’est moi qui pose les questions, Tery. Toi, tu te contentes d’y répondre. »

« Seulement si je connais la raison à cette dernière. Tu ne m’es pas supérieure, Manelena. Il va falloir que tu te rentres ça dans le crâne. »

« Si tu veux faire le malin, tu n’as qu’à sortir ton arme et on réglera ça tous … »

« Manelena ! Nous ne sommes pas là pour ça ! Il faut que tu expliques la situation à Tery ! Je n’ai pas envie qu’il lui arrive quoi que ce soit ! Et c’est la même pour les démons ! »

Elen avait coupé la parole à Manelena. Bien que cela était assez fréquent dans le passé, ce n’était pas à cause d’une jalousie … mais d’une réelle inquiétude d’après le ton qu’elle avait utilisé en s’exprimant à la reine de Shunter.

« C’est vrai. Le fait que les gnomolds n’ont pas donné signe de vie ou presque depuis plusieurs semaines est problématique. Et pour les mékalarmiens, ils … »

« Manelena ! Elen ! Qu’est-ce que ça veut dire ?! Et j’ai aussi des questions à vous poser ! »

« Bon sang … Pourquoi faut-il toujours qu’on rende ça plus compliqué ?! »

« C’est pas sur moi que tu dois t’énerver, Manelena. » rétorqua le jeune homme en armure blanche, bras croisés en attendant d’avoir plus d’explications.

« Tu ferais mieux de la boucler, Tery. C’est en partie de ta faute, que tu le veuilles ou non, compris ? Rah … Bon … On va arrêter les bêtises. »

Les bêtises ? Qu’est-ce qu’elle voulait dire par là ? Elle leva la main en l’air avant de faire un geste vers l’avant. Aussitôt, les soldats commencèrent à se déplacer et Tery prenait une position défensive. Elle voulait vraiment se battre en fin de compte ?

« C’était donc ça ? Je ne pensais pas que tu agirais de la sorte, Manelena. »

« Je t’ai dit de la fermer, Tery. C’est pourtant pas compliqué ! »

« Je n’ai aucune raison qui doit me pousser à me faire. Tu vas devoir m’expliquer ce que tu veux en fin de compte ! Et d’ailleurs, j’ai une question pour vous : Est-ce que vous avez vu Elise ou non ? Elle était accompagnée de deux enfants au minimum. »

« Nous n’avons pas à te répondre, Tery Vanian. »

Encore une fois, c’est Manelena qui prend la parole en empêchant les autres de communiquer. Mais pourtant, il a jeté un bref regard à Royan. Comme le jeune homme aux cheveux bleus n’est pas masqué, celui-ci a eut une petite réaction, comme un soubresaut, en entendant le prénom d’Elise. Mais ce n’était pas de l’inquiétude qui parcourait son visage. D’accord … Au moins, le plus important était là.

« Vous ne pourrez pas passer, Manelena. Ordonne à ton armée de rester en retrait et de ne pas faire ne serait-ce qu’un seul mouvement. Merci bien. »

« Sinon quoi, Tery Vanian ? Qu’est-ce que tu comptes faire ? Nous arrêter ? »

« Tu peux justement stopper ces bêtises ? Ce n’est pas la marque d’une reine que de se comporter de la sorte. Tu vaux bien mieux que ça. »

Oui, c’était clairement une petite pique de la part de Tery en direction de Manelena mais en même temps, il le pensait sincèrement. Elle était assez impulsive la grosse majorité du temps mais ça ne changeait pas le fait qu’en réalité, elle était une fine stratège. Si elle était là, c’était pour une bonne raison. Si elle avait décidé de l’attaquer, elle l’aurait fait depuis bien longtemps … mais ce n’était pas le cas justement.

D’ailleurs, quelque chose le perturbait. Elle avait évoqué les mékalarmiens et les gnomolds, non ? Pourquoi ? Pour quelle raison précisément ? C’était bien là la question qui le taraudait depuis maintenant quelques minutes. Est-ce que cette armée était là pour une raison qu’il ne connaissait pas ? Pour autre chose ?

« Elen, je peux te demander quelque chose ? Si tu es apte à me répondre, bien entendu. » questionna le jeune homme en s’adressant à la demoiselle masquée.

« Je ne sais pas trop, tu ne cherches même pas à me prendre dans tes bras après tout ce temps. Je suis assez vexée sur le coup, je dois t’avouer. »

« Nous sommes en public, Elen. Et … pfiou … ce n’est pas pareil et … »

Et surtout, il n’a pas le droit, surtout pas après tout ce qui s’est passé. Pourquoi pourrait-il prendre Elen dans ses bras et l’embrasser ? Oui, il faut être correct. Il faut être logique. Il ne le mérite pas. Ce n’est pas possible. Il ne peut même plus la considérer comme sa femme. Mais à force de rester devant l’entrée de l’avant-poste, il finit par murmurer :

« Manelena, toi et ton armée, je veux savoir précisément : est-ce que vous êtes belliqueux ou non ? Si tel est le cas, dites-le moi. »

« Pourquoi devrais-je te le dire ? Tu n’es pas capable de savoir si c’est un piège ? »

C’est bien parce qu’elle utilisait Elen et Royan qu’il n’en était pas certain .C’était bien parce qu’il n’avait pas l’étoffe d’un chef qu’il ne pouvait pas protéger correctement les démons de cet avant-poste. C’était bien à cause d’un tas de choses … qu’il était incapable de faire tout ceci. C’est bien … pour cela qu’il était immobile à l’heure actuelle.

« Ce n’est pas un piège, Tery. » vint dire une voix à côté de lui, le faisant un peu sursauter sur le coup. Il avait complètement oublié la présence d’Héraisty.

« Ah … Ah bon ? Qu’est-ce qui te fait dire ça ? »

« Qu’est-ce que tu imagines, Tery ? Je suis une renifleuse royale, hein ? Ce qui veut dire que grâce aux phéromones et autres que peuvent produire les humains et autres espèces évoluées suivant leurs états, je suis capable de deviner ce qu’ils pensent plus ou moins. Et cette demoiselle en armure noire que tu appelles Manelena, si tu veux tout savoir, ce n’est pas vraiment le désir de conquête qui l’anime. C’est plus une autre sorte de dé… »

« Si elle ne la ferme pas maintenant, Tery Vanian, je n’hésiterai pas à la tuer. »

La femme en armure noire avait coupé la parole à la démone à lunettes, celle-ci ayant un petit sourire de vainqueur. Elle avait parfaitement calmé la situation et c’était maintenant eux qui avaient plus ou moins l’avantage. Il fallait en profiter.

« Notre avant-poste est assez petit et les démons ne sont pas aussi ouverts que moi. Je ne pourrais qu’accepter une petite partie de vos troupes à l’intérieur. »

« Ce n’est pas bien grave, Tery. Le plus important est que nous puissions parler. » déclara Royan, prenant la parole à la place de Manelena qui avait décidé de plonger dans son mutisme après sa simili-agression.

« D’accord, bon … Pfiou, j’imagine que vous trois ainsi qu’une troupe d’une vingtaine de soldats, ça devrait être suffisant. Mais pour votre armée, qu’est-ce que vous comptez faire ? Vous allez la laisser là ou lui dire de s’en aller ? »

« Ils vont rester en entourant l’avant-poste. Tu peux prévenir tes tours de garde ? »

Les prévenir que ce n’est pas dangereux et qu’il n’y a pas à s’inquiéter ? Oui, pas de problèmes, tant que c’est parce qu’il ne les mettra pas en danger, ça devrait passer. Il ne fait qu’un petit hochement de tête positif, signe qu’il allait accomplir ce qu’elle demandait.

« Ca ne sera pas très long mais … suivez-moi. »

Oui, il était temps qu’ils viennent à l’intérieur. Ah … Il demanda simplement à ce qu’on leur emmène de quoi boire et manger. Et enfin, il retira son casque ainsi que Manelena et Elen, cette dernière déposant son masque à côté d’elle.

« Vous préférez de l’alcool ou plutôt quelque chose de frais ? »

« Vu que nous sommes en train de parler d’un sujet important, évitons l’alcool. Pareil pour la nourriture, je ne veux pas que cela me tape dans le ventre inutilement. »

Il avait posé la question mais il ne s’attendait pas vraiment à ce que Manelena lui réponde aussi … distinctement. Enfin, que ça soit elle qui prenne la parole. Il devait se retenir de sourire inutilement. Ce n’était pas une bonne chose.

« Passons tout de suite au sujet principal : je veux savoir pourquoi vous êtes ici … et je ne parle pas que de ma lettre. Vous auriez pu y répondre sans avoir besoin de ramener une armée. Qu’est-ce qui se passe exactement ? »

« Manelena, si ça ne te dérange pas, je vais le lui dire, ça sera beaucoup mieux que de tourner autour du pot car on n’a aucune idée de quand est-ce qu’ils vont venir attaquer cet endroit. »

« Attaquer cet endroit ?! » s’exclama Héraisty, la démone ayant eut le droit de rester aux côtés de Tery pour cette conversation.

« Tu vois, tu ne sais pas prendre des pincettes, Royan. Maintenant, ils vont se poser cinquante questions pour essayer de comprendre ce que tu veux dire par là. »

« Je préfère qu’ils soient au courant le plus vite possible plutôt que de tergiverser à ce sujet. Mais oui, vous allez être attaqués, Tery. »

« Et … par qui ? » demanda calmement le jeune homme démoniaque, posant son regard sur Royan avant de le glisser vers Manelena. Vu que les deux personnes étaient au courant, elles allaient bien lui expliquer la situation, n’est-ce pas ?

« Les gnomolds ou les mékalarmiens, Tery. Les deux veulent la mort de votre espèce. »

« Ah ? Ce n’est plus votre cas ? » ironisa légèrement Tery avant de soupirer. « Enfin, je dis ça mais nous n’étions pas franchement mieux de notre côté … donc bon … »

« Et je ne pense pas que ça soit le bon moment pour faire de l’ironie, Tery, surtout quand des centaines de vies sont en jeu de ton côté. »

« Je le sais parfaitement mais bref … les gnomolds qui nous en veulent, ça, c’est compréhensible mais les mékalarmiens ? Qu’est-ce qu’ils ont de leur côté ? »

« Depuis quelques semaines déjà voire même plusieurs mois, les mékalarmiens capturent les démons pour extraire leur puissance magique et autres. Pour cela, ils ont capturé bon nombre de démons et n’otn pas hésité à les torturer et à leur faire sûbir les pires sévices pour arriver à leurs fins. Ca ne s’arrête pas qu’à là. De ce que nous savons aussi, ils n’hésitent pas à mutiler et tuer leurs congénères ayant les lignes de Zélisia pour créer des armes et armures capables d’éliminer encore plus aisément les démons. »

« Quelle bande de tarés. On le savait déjà un peu … mais visiblement, ils ne se sont pas améliorés depuis le temps. Et ceci explique cela au sujet de nombreux démons qui sont portés disparus … enfin entre ceux-là et ceux qui sortent dans les autres nations, on n’a aucune nouvelle à leur sujet. J’en reviens … au sujet d’Elise. Est-ce que vous … »

« Elle va bien mais elle n’est pas venue avec nous, par mesure de précaution. » stoppa aussitôt Royan, petit sourire aux lèvres alors que Tery poussait un profond soupir de soulagement.

« Tant mieux … vraiment tant mieux. Et elle était seule ou … »

« Son frère et sa sœur sont présents eux aussi … et il y avait deux autres démons qui les accompagnaient. Ils vont bien tous les cinq. »

« C’est vraiment une excellente nouvelle. Tu vois, Héraisty ? »

« Oui, oui, j’ai bien entendu. En voilà une nouvelle rassurante. Mais j’imagine que s’ils ne sont pas là, c’est qu’ils ne comptent pas revenir voir l’empereur Malark, c’est ça ? Ca permettrait pourtant de calmer sa fureur de plus en plus dévastatrice. »

« Je ne sais pas trop. Vous n’avez aucune preuve qu’Elise est vivante, n’est-ce pas ? » demanda Tery alors que Royan hochait la tête négativement.

« A part croire nos paroles, malheureusement, il y en a aucune, désolé. »

« Moi, ça me suffit amplement mais … l’empereur ne pourra pas se satisfaire de ça. Mais bon, pour les mékalarmiens et les gnomolds, vous avez des données … sur quand ils vont attaquer ou pas ? Car au final, ça serait mieux si … »

« Normalement, ça devrait être dans la journée. » déclara simplement Manelena, comme si de rien n’était, Tery se redressant :

« J’espère que c’est une blague. Et que si ça en est une, sincèrement, elle n’est pas drôle ! »

« Ce n’est pas une blague, est-ce que tu crois que je me prête à de l’humour, Tery ? »

« Et … ah ! Bon sang ! Il faut que j’aille prévenir tous les autres ! » s’exclama le jeune homme en armure, quittant aussitôt la tente alors que Manelena soupirait. Héraisty demanda :

« Pourquoi nous prévenir ? Vous êtes considérés comme nos ennemis et réciproquement, n’est-ce pas ? Alors pourquoi ? »

« Tu n’es plus d’actualité. Les démons sont plus ou moins acceptés maintenant. »

« Plus ou moins acceptés ? »

Elle n’avait pas chercher à relever l’ironie dans la voix de Manelena. Elle avait très vite compris que c’était le genre de la femme aux cheveux argentés … et aux yeux rubis. A la regarder plus longuement, elle donnait l’impression d’être comme elle : une démone. Ca ne devait pas être facile à vivre tous les jours, normalement.

Tery était parti depuis déjà quelques minutes et du mouvement se faisait entendre et ressentir autour de la tente dans laquelle ils avaient pris place pour discuter. Normal, ils étaient tous dans le branle-bas de combat, surtout s’ils allaient se faire attaquer. Manelena soupira légèrement, finissant par se relever à son tour.

« Royan, nous devrions nous préparer nous aussi. Comme si nous n’avions pas assez de problèmes, hein ? C’est vraiment triste. »

« Quand tu t’exprimes sans aucune émotion, difficile de croire que tu es triste. »

« Je sais, je sais … bon … Elen, tu es prête aussi ? Pour ton retour sur le terrain, on te propose une guerre complète. »

« Beaucoup reprennent avec un peu de chasse, moi, avec vous comme compagnons, on me mets directement dans les ennuis jusqu’au cou. »

Mais bon ! Elle n’allait pas s’en plaindre. Elle avait retrouvé Tery et maintenant, rien n’allait pouvoir les séparer ! Rien du tout ! Cette fois-ci, les précautions étaient prises et ils en avaient discuté avec Manelena et Royan.

Et pour ça, ils s’étaient alors préparé à capturer Tery et à le ramener auprès d’eux. S’occuper des démons, c’était vraiment le point le moins important dans toute cette histoire. Ah … Par contre, en sortant de la tente, entendre une voix crier :

« ALERTE ! ALERTE ! DES ARBRES TOMBENT A L’HORIZON ! »

C’était une alerte un peu unique en soi mais elle n’était pas à prendre à la légère ! Elen observa Manelena qui serra les dents :

« Les mékarlarmiens. Ils en ont rien à faire de la végétation. C’est leur méthode pour arriver à leur fin. Il va falloir que l’on se prépare au combat. Nos troupes sont déjà prêtes mais ça ne change pas qu’il va falloir les prévenir de ne pas combattre les démons. »

« Il y a des chances que nos soldats s’allient avec les gnomolds. Comment vas t-on faire, Manelena ? » demanda Royan alors que Manelena répondait aussitôt :

« Si ces derniers décident de nous trahir, on les éliminera de nos propres mains. Les ordres sont les ordres. Et pour le moment, les démons ne sont pas une menace. »

Du moins, moindre que celle des gnomolds et celles des mékalarmiens. Avec ces derniers qui avaient annoncé leur but consistant à lancer une guerre globale et en ayant les moyens d’arriver à leurs fins, autant dire que cela allait être très vite dégénérer comme d’habitude !

Chapitre 57 : Des retrouvailles

Chapitre 57 : Des retrouvailles

Une semaine s’était écoulée. Une longue semaine où il patientait ardemment pour espérer des nouvelles de la part du groupe d’éclaireurs qu’il avait rapidement formé. Des soldats en qui il avait confiance. Oui, il n’avait pas seulement jugé sur l’effort physique via les entraînements mais aussi pour être certain qu’il n’y ait pas de nouveaux coups en traître. Il ne pouvait pas se permettre ceci une nouvelle fois. Il en était hors de question.

« Chef Tery ! Chef Tery ! La troupe d’éclaireurs sont de retour ! »

Il s’était aussitôt redressé sur son siège. Oui, pour l’occasion, c’était une journée de repos pour tout le monde. Les soldats, les renifleurs, les forgerons, cuisiniers, et tout. Chacun pouvait vaguer à ses occupations habituelles. Bien entendu, tant que cela ne provoquait pas de dégâts et problèmes dans les alentours. Lui ? Il avait tout simplement décidé de lire un bouquin qu’Héraisty avait pris pour le voyage.

« Dans quel état sont-ils ? Blessés ou non ? »

« Quel état ? Euh et bien … Ils ont l’air un peu fatigués mais à part ça, ça semble aller. »

« Cela veut dire que les nouvelles sont bonnes. Faites les venir par ici et vite ! »

Oui, il était pressé de savoir ce qui s’était passé. Pour ça, il fallait que les démons éclaireurs se ramènent le plus vite possible ! Pfiou … Bon, il devait rester debout mais bien se tenir quand même. Et oui, il allait recevoir une troupe fatiguée et exténuée. Il n’avait pas à se comporter comme un enfant sur le coup !

« Tery ? Est-ce que je peux venir ou non ? »

« Héraisty ? Ce n’est pas vraiment toi que j’attendais mais bon … oui, bien entendu. »

Vu qu’elle attendait avec autant d’impatience les nouvelles des éclaireurs, il était alors normal qu’elle soit présente. La démone à la chevelure verte passa à travers l’ouverture de la tente, venant se placer à côté de lui avec un petit sourire.

« Bon et bien … Qu’espères-tu entendre, Tery ? »

« De bonnes nouvelles, bien entendu. Tu voudrais que je sois du genre à apprécier quand on m’annonce quelque chose de mauvais ? »

« Roh, ce n’est pas ça que je voulais dire mais … c’était bien une lettre pour la reine de Shunter, non ? Manelena, si je ne me trompe pas. »

« Tu voudrais savoir si j’espère qu’elle a répondu positivement ? Oui, c’est exact. En même temps, les démons ne sont pas estropiés et ne sont pas blessés. Ce qui veut dire que s’ils sont de retour, c’est qu’ils ont accompli leur mission et que celle-ci s’est plus ou moins bien déroulée. Enfin, sauf si Manelena leur a laissé la vie sauve pour une autre raison. »

Et voilà. Merci Héraisty ! A cause d’elle, il se faisait maintenant du souci pour cette lettre. Si Manelena … avait refusé la communication, tout ce qu’il espérait … serait voué à disparaître.

« Chef Tery, l’équipe des éclaireurs est de retour. Nous venons faire notre rapport mais aussi vous apporter la réponse que vous désiriez ! »

« Rentrez dans la tente, n’ayez donc pas peur. »

Il avait juste levé la voix pour qu’ils puissent l’entendre mais à part ça, aucune animosité ou colère. Pourquoi est-ce qu’il le serait à l’heure actuelle ? Il n’avait aucune raison pour ça. Loin de là même. Les cinq démons éclaireurs pénétrèrent dans la tente mais tout de suite, il remarqua une chose étrange. Ils semblaient comme … gênés.

« Vous pouvez vous exprimer librement ici. Il y a un souci ? »

« Oh, non, non, pas du tout, chef. Nous avons fini par trouver un village comme vous le désiriez et nous avons transmis cette lettre. »

« Comment cela s’est passé comme premier contact ? Ils n’ont pas été menaçants ou autres ? Ils n’ont pas chercher à vous attaquer ? »

« Oh pas du tout ! Loin de là ! Ils étaient encore assez effrayés mais pas belliqueux. Vous avez bien fait de nous prévenir de ne pas s’en prendre à eux. »

« Par contre, vous semblez avoir mis du temps à revenir. Est-ce à cause de l’attente ? »

« C’est plus ou moins ça, chef. Disons qu’il a fallut attendre la réponse et y avait une seconde lettre pour nous plus exactement. Enfin, tenez la vôtre. »

« Une lettre … pour vous ? » commença à dire Tery, tout de suite assez suspicieux. Ces démons étaient gênés, voire embarrassés … et peut-être aussi un peu confus.

« Oui, oui, en fait, c’était en réponse à votre lettre et nous en avions une spécialement pour nous. Enfin, tenez la vôtre. »

Le « chef » des éclaireurs tend encore une fois la lettre. Tery la récupère d’un mouvement vif de la main avant de l’ouvrir. Il reconnaît aisément l’écriture qui se trouve à l’intérieur. Ce n’est pas n’importe laquelle. Il s’agit de celle de Manelena. C’est donc bien elle … Il tente de ne pas montrer sa joie, la contenant à l’intérieur alors qu’Héraisty lui demandait :

« Qu’est-ce qui est écrit dedans, Tery ? De bonnes nouvelles donc ? »

« J’aimerai croire ça … vous autres. Qu’est-ce qu’elle a marqué dans votre lettre ? » demanda Tery subitement en s’adressant aux démons en face de lui. Tous vinrent se raidir, comme pris en défaut alors que les yeux émeraude de Tery étaient dardés sur eux.

« Je … Euh … Je crois que c’était justement ce qu’elle attendait. Tenez, chef. »

Ah. Comment ça ? Ils donnaient la seconde lettre ? Il commençait à être plongé dans une certaine incompréhension sur le coup. Il n’était pas cerné de ce qui allait suivre mais si ça allait continuer, il n’allait pas forcément apprécier la tournure des événements. Ou alors, peut-être que si ? Il s’était mis à lire la seconde lettre à voix haute :

« J’arrive pas à croire ce qu’elle me demande … c’est quoi cette blague ? Bonjour, Tery, quand tu liras cette lettre, cela veut dire que la première a déjà été lue par tes soins. Il semblerait que tu te sois décidé à sortir de ta tanière. Je ne sais pas trop comment je dois réagir à cette petite provocation de ta part. Surtout en vue du contenu de la lettre que tu m’as envoyée. Comme pour me confirmer que tu étais bien celui qui l’avait écrite. Je note que tu es toujours prompt à réagir de la sorte et c’est bien pour cela que je vais jouer le jeu. »

Jouer le jeu ? Il reprenait son souffle, haussant un sourcil à la lecture des premières lignes. Là aussi, par ces mots, elle confirmait qu’il s’agissait bien d’elle et non pas de quelqu’un d’autre qui écrivait ces mots. Hmm, par contre, c’était lui ou alors, il y avait une odeur qui flottait dans les airs. Une bonne odeur. En relevant le nez de la lettre, il remarquait que les personnes présentes reniflaient elles aussi.

« Je vais reprendre alors : Tu te demandes sûrement quelle a été ma réponse à cette lettre, n’est-ce pas ? Te connaissant, j’imagine que tu as aussitôt envisager le meilleur car j’ai laissé vivre tes compagnons démoniaques. Si tu veux être rassuré, je ne compte pas te tuer. Néanmoins, si par bonheur ou malheur, cela dépend du point de vue, je te mets la main dessus, tu dois comprendre que tu vas sérieusement en baver, hein ? Car oui, je ne vais pas te pardonner aussi facilement pour tout ce que tu as commis. »

« On dirait une querelle d’amoureux. » remarqua Héraisty avec un petit air dédaigneux qu’on ne pouvait pas ignorer. Elle renifla un bon coup, regardant autour d’elle comme pour trouver l’origine de ce parfum si particulier mais si bon.

« Merci bien, Héraisty. Bon, j’en étais où ? Ah oui, là. Tu te demandes aussi sûrement comment vont Elen et Royan, ainsi que ta mère et tes grands-parents, n’est-ce pas ? Si tu comptes sur moi pour te donner de leurs nouvelles, tu te fourres le doigt dans l’oeil. Tu n’as qu’à venir par toi-même. Néanmoins, j’ai appris d’après diverses sources, que tu avais réussi à te mettre dans les ennuis jusqu’au cou. Un cas classique en ce qui concerne un idiot de jeune freluquet qui pensait tenir tête à la maréchale de son pays il y a de cela quelques années hein ? Les années passent mais l’idiot reste. »

Pfiou … C’était sa journée ou quoi ? Car elle ne se privait pas pour en rajouter une belle quantité. Il avait vraiment la sensation qu’elle lui en voulait. Oh … Il devait tourner la page maintenant ! Pfiou … Bon, d’après ce qu’il voyait, la page n’était pas complète de ce côté là. Bon, bon, bon … Finissons cette lettre et zou !

« Tu est donc de l’autre côté de la lettre. C’est bien, cela prouve que tu as au moins lu la première page ou que tu ne t’es pas préoccupée de celle-ci. Mais si tu veux tout savoir, je vais te conseiller de sortir de ta petite forteresse démoniaque car tu vas avoir de la visite dans les minutes qui suivent. »

« Hein ? Qu’est-ce qu’elle veut dire par quelques minutes qui suivent ? »

Il cligna des yeux, cherchant lui aussi à comprendre la dernièr remarque dans la lettre de Manelena. Héraisty avait posé la question mais les autres démons n’avaient aucune idée d’où elle voulait en venir. Ils étaient comme eux deux. Soudainement, comme si une révélation venait d’avoir lieu, il s’exclama :

« Vous autres ! Vous avez une bonne vue non ?! Grimpez sur les tours de guet et faites vite votre rapport ! Prévenez ceux qui sont déjà dans ces dernières de faire attention ! »

Aussitôt, il s’était alarmé. C’était instinctif, il ne pouvait pas faire autrement. Le jeune homme aux cheveux bruns s’était tourné vers Héraisty qui le regardait, un peu incrédule :

« Je ne sais … pas ce qui se passe réellement, tu veux bien m’expliquer ? »

« Connaissant Manelena, ça veut dire ce que ça veut dire ! Elle n’aurait quand même pas manigancé une telle chose ?! »

Fichue question rhétorique dont il connaissait déjà la réponse ! Il était sûr et certain de ce que ça voulait dire ! Cette odeur, il savait maintenant pourquoi ça sentait le parfum ! C’était un piège depuis le début ! Et à cause de lui, tous les démons étaient tombés dedans !

Quelques instants après que les démons éclaireurs aient quitté la tente, lui-même était sorti avec à sa suite Héraisty qui cherchait à comprendre la portée des paroles de Tery. Le démon était déjà en train de grimper au sommet d’une tour de guet, se plaçant à côté de deux autres.

« Qu’est-ce que ça donne ? C’est bien ce que je redoutais ? »

« C’est … c’est … On voit du mouvement, c’est sûr ! On ne peut pas voir nos tours de guet grâce à notre magie mais nous, on peut les observer et y a pas mal de mouvement. Qu’est-ce que ça veut dire, chef ?! »

« Qu’il faut se préparer à recevoir quelques personnes plutôt importantes ! Laissez-moi faire ! » s’exclama Tery avant de descendre aussitôt de la tour de guet, passant à côté d’Héraisty tout en demandant aux démons qui gardaient les portes d’ouvrir ces dernières.

« Chef ? Qu’est-ce que vous faites ? »

« Je fais le comité d’accueil. Je suis certain qu’elle est là. »

C’est Manelena. Ce n’est pas n’importe qui. Ce n’est pas une personne lambda. Il s’agit de la reine de Shunter, de l’ancienne maréchale de son armée … mais surtout d’une amie très proche. Une amie à qui il tenait énormément malgré tout ce qu’il avait fait.

Et c’est pour cela qu’il voulait l’attendre. Les bras croisés, il patientait. Qu’importe les minutes qui s’écoulaient. Quelques soldats posaient la question mais il ne répondait pas. Nombreux étaient ceux qui s’arrêtaient dans leurs tâches. Seule Héraisty était à côté de Tery, murmurant au bout d’une dizaine de minutes :

« Tu es certain que c’est une solution ? »

« C’est la meilleure que j’ai en ce moment précis. J’espère juste que ce n’est pas … le début des problèmes. Du moins, pas ce que je pense. »

« Tery, c’était une bêtise ce que tu as fait, tu t’en rends compte ? »

« Je ne peux pas prétendre que ça n’en est pas une. »

« Je ne veux pas mourir, Tery. »

« Tu ne mourras pas. S’ils veulent ma tête, ils l’auront … mais je ne laisserai pas vous autres être en danger. Bon … Elle fait quoi ? »

Car oui, il en avait assez de patienter. C’était sûrement à cause des nerfs mais voilà quoi. Ca ne se faisait pas de le faire attendre comme ça ! Il était assez anxieux, enfin, du moins, encore assez pour trembler. Il voulait la revoir !

« Je peux savoir ce que tu attends, Tery ? »

Il sursauta sur le coup, Héraisty faisant de même alors que la voix qui s’adressait à lui était proche, vraiment très proche. Il déglutit en sentant une lame se poser sur sa gorge en même temps qu’il avait l’impression de voir un mirage en face de lui.

« C’était ingénieux d’utiliser la magie du vent pour troubler notre perception mais tu oublies que l’on peut être deux à jouer à ce petit jeu. »

« Manelena … quel plaisir de te revoir, n’est-ce pas ? »

Même s’il portait son armure sur lui et qu’il n’y avait que peu de chance que la lame ne l’affecte réellement, il ne pouvait pas nier que la voir apparaître sous ses yeux avait quelque chose de terrifiant. Les secondes s’écoulèrent et peu à peu, il pouvait apercevoir la fameuse armure noire qu’était celle de Manelena, en face de lui.

« Ingénieux, oui, que de cacher cette base de démons sur mon territoire, sans que nous le remarquions. Après tout, les démons peuvent utiliser tous les éléments, il était normal que certains soient doués dans cela. »

« Bonjour, Manelena. Je pense que l’on peut commencer par ça, n’est-ce pas ? »

« Hmm, c’est vrai. Tu as raison. Bonjour, Tery, je vois que depuis la dernière fois, tu as l’air de mieux te porter. C’est pour me ressembler que tu as pris cette armure ? »

« Pas vraiment, simplement pour me protéger vu que mes dernières sorties se sont soldées par quelques échecs. J’imagine que tu n’es pas venue seule. »

« Tu t’en doutes bien, je préfère prendre mes précautions. Bref, ta lettre était charmante. Mais passons aux choses sérieuses : tu crois vraiment que je vais laisser les démons faire un campement dans les environs ? Surtout un campement militaire. »

« Un avant-poste et comme tu l’as sûrement remarqué, nous n’avons pas fait d’effusion dans les environs. Notre but n’est pas la destruction. »

« Tu me permets d’en douter en vue du nombre de démons que vous êtes ? »

« Je la trouve bien impertinente pour une reine. C’est vraiment elle, Tery ? » demanda Héraisty alors que Manelena finissait par tourner son visage vers elle, semblant finalement la remarquer après cette courte discussion.

« Ca l’est. L’ancienne maréchale de l’armée de Shunter, le plus haut grade militaire de notre royaume mais maintenant l’actuelle reine de Shunter. »

« Une reine … C’est donc elle. Mais elle semble très familière. »

« Je t’ai plus ou moins tout raconté à son sujet en ce qui nous concerne, elle et moi. »

« Oh, je vois, Tery. Tu parles de notre histoire à n’importe quelle démone. Intéressant. Et qu’est-ce qu’elle sait donc au sujet de nous deux ? »

Il remarquait bien le ton légèrement irrité dans la voix de Manelena. Qu’est-ce qu’il y avait ? Ils ne faisaient que parler, lui et Héraisty. Et bon, la discussion n’était pas forcément d’un niveau très élevé non plus hein ?

Enfin bref, avec tout ça, maintenant, il observait juste derrière Manelena, comme s’il s’attendait à quelque chose. N’ignorant pas son regard, elle leva la main gauche en l’air, faisant un autre mouvement de celle-ci comme pour signaler que c’était bon.

« De toute façon, en vue du contenu de ta lettre, tu espérais secrètement que je ne vienne pas seule, n’est-ce pas ? »

« On ne peut rien te cacher après tout ce temps, Manelena. »

« Evites donc l’ironie avec moi, Tery. Comme je l’ai dit, je ne t’ai pas pardonné … mais d’autres personnes aimeraient te voir. »

D’autres personnes ? Oh … bor … del. Comme si un troupeau d’animaux venait de galoper en sa direction, il se retrouvait maintenant face à une armée. Une armée composée de différentes races. Cela lui rappelait des souvenirs.

Pas vraiment des bons d’ailleurs. Quand l’armée de Shunter avait tenté de résister aux autres races, cela s’était mal fini. Et là, aujourd’hui, il avait la même sensation. Comment pouvait-il en être autrement ? Il voyait des soldats dont les origines étaient de Claudiska, d’Honoros et de Traslord. Et il ne fallait pas oublier ceux de Shunter.

Il évita de poser la question en ce qui concernait les Mékalarmiens et les Gnomolds. Sincèrement, il ne voulait pas savoir où ils étaient. Simplement, il remarqua un jeune homme parmi les soldats de Traslord. Oh … Il y avait Royan. Celui-ci le regardait avec un air neutre mais il voyait aisément le petit sourire sur ses lèvres.

« Simplement une question : Pourquoi cette armée, Manelena ? »

« Une simple mesure de précaution. On ne peut pas juger une espèce à l’un de ses représentants … mais ça veut pas dire que la confiance est aisément acquise. Surtout quand cette dernière a été brisée. »

« Humpf … Je vois, je vois. Mais avec une telle armée, tu te doutes aussi que nous allons rester sur la défensive. Si nous sommes ici, c’est bien pour nous installer plus ou moins et avoir une base à la surface. »

« Entre les paroles et les actes, il y a tout un monde de différence. Pourquoi devrais-je croire tes paroles, tu peux me le dire ? »

« Je n’ai pas à t’inciter à croire à mes paroles ou non. Je veux juste que tu comprennes que nous ne sommes pas là pour des actes belliqueux … malgré tout. »

« Difficile de te donner du crédit. Enfin bon … » commença à soupirer Manelena avant de faire un nouveau mouvement de la main, comme pour inviter quelqu’un à avancer. Et ce quelqu’un vint faire raidir Tery sur place.

« E… El… Elen. »

Il était comme un enfant à cet instant précis. Il ne rêvait pas. La personne en face de lui, c’était celle qu’il pensait avoir tuée il y a de cela quelques mois, peut-être une année. Une longue année à se tourmenter. Elle portait un masque blanc, comme en hommage à ce qu’elle avait été au tout début de leur aventure.

Comment est-ce qu’il devait se comporter ? Comment est-ce qu’il devait réagir ? Comment est-ce qu’il devait faire ? Il en avait strictement aucune idée. Il était anxieux, plus qu’anxieux et n’avait aucune idée sur le moment. Il respirait bruyamment, cela inquiétant Héraisty qui lui demanda presque en chuchotant :

« Tery, qu’est-ce qu’il y a ? Tu as l’air en panique. »

« Elen … C’est Elen. La femme masquée. C’est elle … Et dans la même tenue qu’auparavant. Pourquoi ? Pourquoi … que … je pensais juste que Royan et Manelena seraient là. »

« Elen, c’est donc elle. C’est vrai … qu’elle est bien faite de sa personne. »

Ce n’était pas vraiment le genre de propos qu’il aurait cru entendre de la part d’Héraisty mais il ne pouvait que confirmer ce qu’elle disait. Surtout qu’après tout ce temps, même un an plus tard, elle n’avait pas changé … ou presque. Elle était encore plus belle que dans ses souvenirs, plus … féminine aussi. Pourtant, il n’y avait pas d’enfant dans ses bras mais son corps était définitivement devenu celui d’une femme, non plus d’une jeune demoiselle.

« Manelena, pourquoi … est-ce qu’elle est ici ? Pourquoi ? »

« Hmm ? Pourquoi ? Tu n’auras qu’à lui poser la question, n’est-ce pas ? »

Et pourquoi fallait-il ramener une armée par ici ? C’était bien là son interrogation à cet instant précis. Encore que pour l’heure, il voulait juste … s’adresser à Elen. Mais celle-ci n’avançait qu’à peine, Manelena finissant par dire :

« Tu te dépêches, oui ou non ? Bon sang, quelle empotée. Vraiment, pas l’un pour rattraper l’autre. Je te rappelle que tu as laissé ta fille à ta belle-mère pour l’occasion. »

« Oui … Oui, je viens, je viens. C’est l’émotion, Manelena. »

L’émotion. Une émotion qui lui réchauffait le coeur. Tery était là, devant elle.

Chapitre 56 : L’avant-poste

Chapitre 56 : L’avant-poste

« Qu’est-ce que tu en penses, Tery ? »

« Je t’avoue que la dernière fois que j’étais dans l’armée de Shunter, nous n’avions jamais fait d’avant-poste ou autre. C’était plutôt sobre … juste installer des tentes et autres. Mais là, c’est vraiment radicalement différent. »

« En bien ou en mauvais ? » demanda une nouvelle fois Héraisty alors qu’il se grattait le menton comme pour réfléchir à la question avant de déclarer :

« En bien ! Je n’arrive pas à croire que c’est vraiment nous qui avons monté tout ça. Et puis, sincèrement, je m’attendais pas à une telle préparation. »

« Oh ? Comment ça ? Tu veux parler du cuisinier ? Je pense que chaque armée doit au moins en avoir un, ça ne doit pas être si étonnant. »

« Pas un seul cuisinier, mais bien une dizaine. Et pas seulement, un forgeron, un armurier et tout le reste ! J’ai l’impression d’être dans une sorte de petite ville qui se balade. Enfin, si tu vois ce que je veux dire à peu près ? »

« Oui, oui, je vois parfaitement. Mais bon, ce n’est pas si étonnant. Ils font tout pour que ça se passe pour le mieux. Surtout quand nous sommes coordonnés. »

« Oui, oui, enfin bon … Bref, tu as compris où je voulais en venir. C’est donc franchement pas mal. Et pour le moment, nous ne sommes pas dérangés par les gnomolds. »

« Tu en as souvent parlé aux autres soldats. Ils sont VRAIMENT si effrayants que ça ? »

« Disons que tomber dessus quand tu n’es pas préparé mentalement, sincèrement, ce n’est pas une bonne chose. Ce ne sont pas des prix de beauté et ils cherchent vraiment à vous éliminer, qu’importe qui vous êtes. Mais j’ai remarqué qu’ils ont une rancune assez tenace par rapport aux démons, je ne sais pas du tout pourquoi par contre. »

« Si tu as dit qu’ils détestaient toutes les races, peut-être qu’une nouvelle est encore moins à leur goût ? Qui sait ? »

« Il doit y avoir de ça. Il y a quelques gnomolds sympathiques mais la grosse majorité sont juste des créatures bonnes à te tuer à se faire tuer. »

« On va arrêter d’en parler. Je sais que c’est moi qui a lancé le sujet mais vraiment, ils ont l’air très antipathiques. Je ne suis pas certaine que ça soit plaisant de continuer à les évoquer. Tu vas faire quoi là en attendant ? »

« Même si c’est moi … qui dirige ce beau monde, ça ne veut pas dire que je ne dois pas ignorer la tâche. Je vais aller aider les autres. »

« Et puis, voir que ta femme golem fait aussi sa part de travail, ça serait honteux que tu te reposes sur elle pour faire croire que toi aussi, tu travailles, c’est ça ? » rétorqua Héraisty tout en souriant, le jeune homme faisant de même bien qu’elle ne le voyait pas.

« Bon, je vais y aller avant de me faire taper sur les doigts par une main de pierre. »

« Et j’imagine que ça ne doit pas faire du bien, n’est-ce pas ? »

« Je n’ai jamais essayé de vérifier donc bon … et sincèrement, l’idée ne me passe pas du tout par la tête. A partir de là, je ne peux pas vérifier. Je pourrais peut-être faire planer cette menace aux soldats tire-au-flanc. »

« Et voilà, faites place à Tery le tortionnaire ! »

Une nouvelle fois, voilà qu’elle rigolait avec amusement. Son rire était communicatif, il fallait l’avouer mais il était vraiment temps qu’il se mette au travail. Il fit un petit mouvement de la main en direction de la demoiselle aux cheveux verts avant de faire demi-tour.

« Bon travail, Tery ! On tentera de se retrouver après la pause pour déjeuner ensemble ? »

« Tu ne devrais même pas proposer si tu connais la réponse ! »

Et oui, il était clair à ce sujet. Bon … Qu’est-ce qui l’attendait ? Certains fabriquaient des palissades, avec des morceaux de bois mais aussi du métal. Oui, comme ils avaient parcouru pas mal de chemin dans la grotte, il avait été déclaré qu’ils récupéraient un maximum de matériel en plus au cas où.

« Nous devrions voir pour faire une pierre plus solide et avec des mélanges de métal et de bois. Pour faire une fondation solide, vous en pensez quoi, Tery ? »

« Je ne suis pas architecte et vous êtes plus qualifié que moi. De base, je vous fais confiance et nous pourrons toujours retourner dans la grotte. Il faut éviter juste de trop de ravager le paysage autour de nous si c’est possible. »

« C’est bien noté. Utilisation des matériaux nécessaires mais avec parcimonie. Nous devons en laisser aux autres sections de l’avant-poste. »

« C’est bien ça. Les forgerons auront peut-être besoin du métal. Le cuisinier pour le bois et ainsi de suite. Mais je ne pense pas avoir besoin d’un dessin à faire. »

« C’est exact. Merci encore pour vos réponses et choix des plus rapides. »

« Il n’y a pas de quoi. L’avant-poste est fait pour perdurer, rien de plus. Nous ne pouvons pas faire un travail bâclé. Ca serait des problèmes pour le futur. »

Oui, il devait envisager plus loin, beaucoup plus loin qu’on ne le voudrait. C’est pourquoi il cherchait une solution à tout prix ou presque. Pour l’heure, les fondations de l’avant-poste étaient le plus important. Ensuite, il verra quoi faire.

Alors qu’il commençait à soulever seul un imposant morceau de bois pour la palissade, utilisant sa magie terrestre pour tenir ça avec des griffes de pierre, il marmonnait pour lui-même qu’il n’avait pas l’étoffe d’un chef. Que l’empereur Malark était un peu fou d’avoir espérer qu’il puisse faire quelque chose de son côté. Vraiment de la folie.

Mais voilà, les heures s’écoulèrent et malgré la fatigue car il voulait absolument porter l’armure pendant qu’il faisait ceci, le jeune homme était vraiment en nage quand il termina d’aider. C’était maintenant l’heure du repos.

Et comme convenu, il était juste en face d’Héraisty. Celle-ci l’avait attendu avec le sourire habituel, ayant déjà pris les deux plats pour elle et lui. Elle déposa le tout sur la table entre eux deux, ils mangeaient seuls mais pas parce que Tery en avait envie mais simplement par pure habitude. Il retira son casque, Héraisty faisant une petite moue tout en disant :

« La prochaine fois que tu viens à table, tu éviteras de le faire avec ton visage couvert de sueur. Pourquoi est-ce que tu n’as pas retiré ton armure pour les travaux ? »

« Je veux garder un poids constant sur moi, ça me permet de renforcer mon corps et … »

« Faux, il faut parfois que tu reposes tes muscles. Ce n’est pas en contraignant tout le temps ton corps qu’il va aller mieux. »

« C’est noté. Je crois que j’étais déjà au courant mais vu que je veux éviter d’être balayé une nouvelle fois, je me disais qu’avec un poids comme ça, ça sera plus difficile. »

« Si une personne maniant le vent veut te faire quitter le sol, ne t’en fait pas que qu’importe le poids que tu mets sur ton corps, tu ne pourras pas y faire grand-chose. »

« C’est ma journée ? Ou alors, tu m’en veux pour quelque chose dont je ne suis pas au courant ? Tu peux me le dire hein ? Je ne prendrais pas la mouche. »

« Ce n’est pas une question de prendre la mouche ou non, Tery. Simplement, tu te démènes beaucoup trop alors qu’il souffler de temps en temps. Un peu comme sur notre repas trop chaud, il serai temps que l’on souffle et que l’on commence à manger. »

Elle marquait un point sur le coup. Finalement, le repas fût consommé par les deux jeunes gens démoniaques, Tery prenant son temps comme Héraisty. Rien ne pressait. Enfin, oui et non. C’était à peine l’après-midi, ils avaient encore du boulot.

« Bon, je vais tout de suite retourner bosser, je peux pas laisser les autres … Héraisty ? »

« Tu n’es pas à cinq minutes près. Il faut que tu digères. Bon sang, Tery. J’ai l’impression d’avoir un enfant qui veut impressionner les autres. Tu peux regarder autour de toi ? Est-ce que tu crois qu’ils sont pressés de retourner travailler ? Ils soufflent, eux aussi. »

« Oui mais … » commença à dire Tery avant qu’elle ne le coupe aussitôt :

« Pas de mais. Tu peux arrêter de chercher des arguments à m’opposer ? Tu acceptes simplement ce que je t’ai dit et ça suffit. »

« Pfiou. Depuis quand est-ce que tu es aussi autoritaire ? »

« Depuis qu’il faut que je te surveille pour que tu ne t’uses pas la santé, Tery. Qu’est-ce que tes amis penseraient s’ils te voyaient faire du zèle ? »

« Bah, Manelena me crierait sûrement dessus. Et je ne parle même pas des autres. »

« Alors, pourquoi est-ce que tu ne m’écoutes pas ? Ou alors, j’imagine que c’est comme je le pensais, tu ne me vois pas comme une amie ? »

« Tu es bien la seule que je peux appeler ainsi parmi les démons, Héraisty. »

« Alors, tu peux écouter ton amie ? » dit-elle une nouvelle fois tandis qu’il venait juste lui faire un petit sourire amusé tout en disant à son tour :

« C’est le cas mais pendant que nous parlions, le temps s’est passé et nous devons alors maintenant vraiment retourner au travail, que tu le veuilles ou non. »

Elle poussa un petit cri de rage et de colère, se redressant pour finir par se pencher en avant. Elle le pointa d’un doigt furieux avant de s’exclamer :

« Sincèrement, tu as intérêt à être prêt ce soir car je ne vais pas te lâcher une seule fois, compris ? Tu vas très vite le regretter et amèrement ! »

« Et je sais que ce ne sont pas des paroles en l’air. Tiens, c’est assez étrange. Ca me rappelle une conversation, hahaha. »

Elle fait une petite moue dépitée avant de partir sans même répondre à sa légère provocation. S’il ne comprenait pas qu’elle faisait ça pour lui, elle ne pouvait rien faire de plus. Mais sincèrement, elle avait envie de le cogner et pourtant, elle n’était pas du genre à être violente mais ça la démangeait dans ces moments-là.

Un bon coup derrière le crâne pour lui remettre les idées en place, c’est bien tout ce qu’il méritait à cet instant précis. Bon, elle devait garder son calme. Ce n’était pas une bonne chose. Les autres renifleurs comptaient sur elle. Pour quelle raison ? Simplement parce qu’elle étai la personne la plus proche de l’actuel chef de cet avant-poste. Oh, elle avait remarqué que bon nombre de soldats ou autres avaient du mal à accepter Tery comme chef et que ce dernier lui-même ne se voyait pas en tant que tel mais ça … c’était avant.

Au fil des journées qui s’écoulèrent après le début du voyage, Tery avait continué à être lui-même. Pas de chef trop prétentieux, pas de personne trop proche des soldats, il ne le remarquait pas mais elle-même ne pouvait pas l’ignorer. Il restait un chef droit dans ses bottes mais proches de ses compagnons.
Et cela … semblait instinctif. Oui, elle avait bien remarqué qu’il ne se forçait pas à agir de la sorte avec les autres. Oui, son travail par contre, il se l’infligeait et c’était affligeant. C’était bien pour ça qu’elle était obligée de lever la voix. Pour qu’il puisse comprendre que ça inquiéterait autant les soldats qu’elle-même. Car oui, il était le seul type à porter son armure pendant la tâche. Le seul imbécile présent, c’était lui !

Ne pas s’énerver, ça ne mènerait à rien. Elle n’aurait rien à y gagner. Tout ça était de la faute à Tery. Elle salua que brièvement les autres renifleurs, se remettant au travail sans faire trop de commentaires sur le boulot des autres. De toute façon, ils n’étaient pas là pour se prendre la tête hein ? Enfin, pas de la sorte. Elle était en colère contre Tery, pas les autres.

Mais la colère vint disparaître aussi vite qu’elle était venue. Elle ne pouvait pas en vouloir définitivement au jeune démon, plutôt au jeune homme. Car oui, pendant qu’ils étaient juste tous les deux, il s’amusait à faire disparaître ses cornes.


Lorsqu’elle lui avait demandé comment il faisait cela, il avait juste expliqué qu’il n’en savait trop rien. Qu’à la base, c’était venu la première fois qu’il avait vraiment ressenti une forte haine et rage envers autrui. Mais maintenant, c’était juste comme ça. Il avait signalé que cela était sûrement à cause du fait qu’il avait eut une mère humaine et qu’il était donc un demi-démon. Ce qui empêchait donc la majorité des êtres démoniaques de faire disparaître les cornes comme si de rien n’était.

Enfin, c’était comme ça qu’il voyait les choses et qu’il cherchait à les envisager. Si c’était vrai ? Si c’était réaliste ? Il n’en savait rien du tout ! Depuis, elle n’avait pas chercher à s’intéresser plus longtemps à ça. Elle trouvait ça étrange d’avoir un crâne dénué complètement de cornes, surtout que les cornes d’un démon pouvaient différencier d’un crâne à un autre. Oui !

« Tery, si tu me dis que tu n’as pas retiré ton armure maintenant que tu en as fini pour la journée, je te promets que tu vas le regretter ! »

Oui, elle était venue le chercher pour aller manger ce soir, comme à leur habitude. Et surtout, elle le menaçait continuellement avec cette armure, surtout qu’elle n’était pas aveugle. Elle avait bien remarqué que Tery avait mal un peu partout à force de se trimballer cette carcasse métallique. Bon, d’accord, elle exagérait sur le terme carcasse pour définir l’armure vu qu’elle était d’une qualité rare mais … bon.

« Je suis prêt, Héraisty. Comme au premier jour, comme au second, comme au troisième. »

« Si tu commences sur cette voie en me disant chaque jour depuis que nous sommes ici, je ne suis pas sûre d’apprécier le fait que tu te moques de moi, Tery. »

« Vu que je ne me moques pas de toi, ça devrait passer alors … non ? Quatrième j… Je vais arrêter là, ce n’est pas très drôle. »

Et puis, il avait faim. C’était bien pour ça qu’il arrêtait le sujet et qu’il venait accompagner Héraisty jusqu’à la cantine. Oui, c’était la même pour tous, là aussi. Que ça soit le repas du midi ou du soir, pas de différence. Et ça ne dérangerait pas Héraisty. Il avait d’ailleurs remarqué que personne n’était embêté à l’idée de manger tous ensemble, que ça soit les divers architectes, les renifleurs, forgerons et autres.

« Bon bon bon, heureusement que nous avons des cuisiniers doués. »

« A ce sujet, Tery, j’ai remarqué que malgré tout, tu cherchais aussi à aider les cuisiniers ? Tu peux arrêter de trop en faire ? Tu risques de t’écrouler d’épuisement. »

« La faune et la flore ne sont pas les mêmes sous la surface et à la surface de Shunter. A partir de là, il faut bien les guider, non ? »

« Ce n’est pas une question de les guider ou pas, mais de surmenage. »

Il ne fit qu’hausser les épaules. Oui, sincèrement, pas envie de se lancer dans ce débat. Le jeune homme aux cheveux bruns replongea dans ses propres réflexions. L’avancée des palissades était vraiment très rapide et à cette allure, ils allaient finir rapidement cette dernière. Et puis, les installations étaient déjà bien avancées aussi.

Sa seule préoccupation, c’est qu’il n’avait pas encore envoyé tout de suite des éclaireurs dans les alentours. Cela faisait bientôt une semaine, voire une dizaine de jours qu’ils étaient à la surface. Ils avaient un peu rasé les alentours de la grotte dont ils étaient sortis. Elle était même au beau milieu du campement.

Mais surtout, aucune présence de Gnomold ou de soldats de Shunter et ça, c’était assez étrange. Surtout qu’il s’attendait parfaitement à ce que les Gnomolds viennent créer du trouble, vu qu’ils étaient des démons. Mais … ce n’était pas arrivé. Du moins, pour le moment et il croisait les doigts pour que ça continue ainsi.

Ah … En plus, avec cet avant-poste, il pensait que ça serait assez visible par tous et toutes. Que des soldats ou du moins des citoyens de Shunter allaient arriver par hasard mais même pas ça. A croire qu’ils étaient perdu au milieu de nulle part. Sauf que cette fois-ci, il faisait tout pour éviter que ça ne dégénère comme la précédente fois.

Oui … Il ne voulait pas que les erreurs se répètent une nouvelle fois. Il voulait des nouvelles d’Elise mais … si rien n’avait changé ? Enfin, qu’elle était toujours perdue avec Zalek et Wandy ? Et les autres ? Si il y en avait d’autres ? Il n’avait aucune idée à ce sujet. Rien du tout … et il avait une boule dans la gorge à force de s’inquiéter pour tout ça.

Maintenant qu’il était à nouveau à la surface, il n’en discutait pas avec Héraisty mais … impossible d’ignorer ce sentiment qui était revenu. Il voulait des nouvelles des trois membres de la famille royale. Il voulait savoir comment ils allaient, s’ils étaient en bonne santé, s’ils pouvaient revenir, bref tout …

Mais rien de tout ça ne sera exaucé. Il ne devait pas se bercer d’illusions. Si c’était aussi simple que ça que de retrouver quelques démons dans un endroit où les Gnomolds pullulaient, ça se saurait. Mais … il voulait y croire. Puis zut, aux grands maux, les grands remèdes. Il allait faire une annonce demain matin.

Oui, il était temps d’envoyer un démon des plus agiles et rapides pour une mission en tant que messager. Devant le silence qu’il continuait d’arborer, Héraisty l’observait, cherchant à deviner ce qu’il pensait. N’y arrivant pas, elle finit par déclarer :

« Bon, ça me fatigue un peu, Tery. Qu’est-ce que tu es en train de t’imaginer ? Tu veux bien me le dire, s’il te plaît ? »

« Je ne veux pas le dire devant les autres sur le coup. Ca sera une mission pour demain. »

« Alors, terminons le repas et tu me raconteras. »

Elle ne lui laisserait pas un peu de répit hein ? Elle devait sûrement s’imaginer que ça allait être encore un truc farfelu de sa part. Hmm … Depuis quand Héraisty était aussi collante ? Non, ce n’était pas vraiment le terme auquel il devait penser. Ce n’était pas collant …

Plutôt, elle prenait de la place auprès de lui. Elle voulait qu’il la considère comme importante à ses yeux car elle avait sûrement ressenti que sans Elise, il n’y avait plus personne à qui s’attacher. Elle ne cherchait pas une relation amoureuse, loin de là.

Le lendemain matin, à peine l’aube venant de se lever, il regardait droit devant lui. La majorité des soldats était présents. Il valait mieux de toute façon puisque dans cinq minutes, l’entraînement quotidien allait débuter. Mais tous se demandaient pourquoi il avait insisté pour que chacun soit présent et puisse l’entendre.

« BON ! J’imagine qu’il y a certains retardataires mais on va faire comme s’ils étaient présents ! Je vais demander à une troupe de cinq soldats, les plus agiles et rapides d’entre vous, de traverser les environs pour trouver au plus tôt un village d’humains. Vous ne devez pas chercher la confrontation et donc éviter tout conflit. Ainsi, les entraînements de la matinée permettront de vous départager. »

« Chef ! Qu’est-ce que nous devrons faire lorsque nous aurons trouvé ce … village ? »

« Bonne question. Merci de l’avoir posée. Vous remettrez tout simplement une lettre à la garde ou la milice qui protège le village en expliquant que c’est un message des plus importants et à transmettre aux personnes hautes-placées. D’autres questions ? »

« Y a quoi dans cette lettre, chef ? »

« Petit malin, si tu penses que je vais te le dire, tu te fourres le doigt dans l’oeil jusqu’au cou. »

Quelques petits éclats de rire puis il tape dans ses mains. Il était temps de se mettre en action et le plus vite possible ! La matinée ne faisait que débuter et bien entendu, il avait prévu quelques courses d’obstacles et autres. Héraisty se plaça à côté de lui, encore à moitié endormie. Il n’y avait pas besoin qu’elle se lève en même temps que les soldats mais bon …

« Tery, est-ce que c’est par rapport à … tes projets ? »

« Ca sera beaucoup plus simple si … on ne se met pas à dos l’armée de Shunter. J’ai envie de croire que c’est possible de résoudre tout ça sans conflit. »

« Je préfère quand tu penses de la sorte. Tu redeviens normal. »
Redevenir normal ? Comment ça ? Il n’avait pas l’impression d’avoir changé. Il avait plutôt du mal à saisir où elle voulait en venir. Malgré qu’il portait son casque, elle remarquait aisément qu’il semblait dubitatif, surtout au son de sa voix :

« Qu’est-ce que tu es en train de raconter ? »

« J’avais juste l’impression que depuis que tu avais cette armure, tu avais formé une carapace autour de ton coeur. Il s’avère que je me suis trompée donc je suis contente. »

Contente de s’être trompée ? C’était un principe qu’il avait du mal à comprendre sur le coup mais bon … Elle semblait avoir retrouvé un peu de joie et ça, c’était vraiment important à ses yeux. Bref ! Que les entraînements commencent !

Chapitre 55 : Supérieur dans l’armée

Chapitre 55 : Supérieur dans l’armée

« Hey, Tery, l’empereur t’appelle, encore une fois. »

« Je m’en doutais. J’imagine qu’il veut être mis au courant des dernières nouvelles. »

Un lourd bruit métallique se fit entendre après les propos du jeune homme aux cheveux bruns. Celui-ci n’avait aucun morceau de chair nue visible, que cela soit au niveau du visage, des bras, des jambes, du corps. Tout. Tout était recouvert d’une épaisse armure métallique de couleur blanche, brillante de mille éclats.

« Je ne vais pas tarder alors. Je n’aimerai pas l’avoir sous son mauvais jour. »

« Ah ça, c’est pas comme si c’était constamment comme ça depuis quelques semaines. »

Tery ne fit aucune remarque à ce sujet. Pourquoi une telle armure ? Il ne savait pas vraiment. Pour se protéger ? Sûrement. Est-ce que ce n’était pas trop lourd ? Un peu. Est-ce que c’était nécessaire ? Il n’en savait trop rien. Est-ce que c’était vital ? Pas vraiment.

« Bonne chance, je dirais que tu vas en avoir besoin. »

Bah ! Haussement d’épaules, ce qui fit grincer un petit peu l’armure qu’il portait bien que cela ne l’affectait pas le moins du monde. Oui hein, il était pas là pour cracher sur le dos de l’empereur Malark. Heureusement, depuis quelques temps, sa folie purgatrice s’était plus ou moins calmée même s’il fallait bien considérer que les ruelles semblaient bien vides.

« Bah … Au moins, y a moins de risques que je subisses une nouvelle tentative d’assassinat. »

Dire qu’il prononçait ces paroles avec une petite pointe d’ironie. C’était assez risible d’en arriver là mais qu’est-ce qu’il pouvait y faire réellement et concrètement hein ? C’était ainsi et pas autrement. Enfin, direction la salle du trône où siégeait l’empereur Malark. Il avait une petite idée de la raison qui poussait ce dernier à l’appeler. Cela faisait quelques semaines mais les préparations étaient bientôt terminées.

« Empereur Malark, je suis arrivé. »

« Tu peux rentrer, Tery Vanian. Ce n’est pas comme si ta présence n’était pas attendue. »

Ce n’était pas pour autant qu’il évitait de respecter le protocole. L’empereur Malark était du genre à réagir encore plus violemment que Manelena. Ah … Manelena, ce n’était pas le moment d’avoir des pensées aussi absurdes que ça. Ce n’était pas pour ça … qu’il était ici. Il était là pour empêcher que tout dégénère.

« Empereur Malark. Vous m’avez appelé. »

« C’est exact. Comment ton armure se porte t-elle ? Je t’ai conseillé le meilleur forgeron du royaume démoniaque et expliqué que tu pouvais venir le voir en portant le sceau royal. »

« Cette armure, malgré son épaisseur, est bien plus légère qu’il n’y paraît. Cela surprend mais dans le bon sens, empereur Malark. Je m’y sens bien. »

« Tant mieux … car aujourd’hui, je vais te lancer en expédition avec un groupe de soldats. »

« Nous allons retourner à la surface, empereur Malark ? »

« C’est exact. » déclara l’imposant démon siégé sur son trône tandis que Tery attendait quelques secondes avant de poser la question qui lui brûlait les lèvres :

« Qu’est-ce que nous allons y faire, empereur Malark ? Quelle est notre mission ? »

« Envahir le territoire autour de la grotte de laquelle vous allez sortir. »

Il prit une profonde respiration. Il aurait aimé mal entendre mais il n’était pas certain que cela améliorerait la situation. Il voulait espérer que ses oreilles lui fassent défaut mais il n’y avait aucune chance que ça soit le cas.

« Est-ce que je peux vous … proposer quand même autre chose, empereur Malark ? »

« Assez, Tery Vanian. Je t’interdis d’envisager une autre solution que d’envahir ce territoire et de récupérer peu à peu ce qui nous revient. Si mes … enfants sont encore vivants, ils finiront par revenir jusqu’à nous. Le royaume souterrain est bien trop dangereux pour eux. »

Trop dangereux pour eux ? Il voulait dire quelque chose mais s’arrêta dans ses propos. Les paroles de l’empereur. Même … si … oui … Malgré tout ce qui s’était passé, malgré cette vindicte contre les familles nobles qui œuvraient contre lui, il gardait une pensée constante : celle qui espérait qu’Elise, Wandy et Zalek soient encore vivants.

« Soit … mais je peux vous proposer justement, puisque vous parlez d’envahir … de préparer plutôt un avant-poste autour de cette grotte. Un espace fortifié où nous serons sûrs que nous pourrons maintenir l’endroit et le protéger. »

« Et pourquoi cela, Tery ? »

« Je ne pense pas que j’ai besoin de vous expliquer cela car vous avez participé à bien plus de guerres que moi mais en faisant un avant-poste, nous aurons un point central où les démons pourront se réunir. Mais si nous envahissons sans avoir de terrain principal, nous allons nous disperser et nous ne pourrons pas maintenir notre avancée. »

« Il me faut d’abord te corriger, Tery. Malgré mon apparence, saches que je n’ai pas participé à autant de guerres que tu aimerais le croire. »

« Ah bon ? Mais comment est-ce … »

« Je ne suis pas pacifique mais le royaume démoniaque étant enfermé sur lui-même pendant des millénaires, les seules batailles concernaient principalement des familles nobles qui tentaient de se rebeller ou de vouloir un pan de terre hors de la juridiction royale. Oh, et bien entendu, aussi si un membre de la famille royale formait une armée pour tenter de me renverser. Ah … Des idées qui ne traverseraient pas l’esprit d’Elise. »

« Je vois, je m’excuse d’avoir imaginé de telles choses. Mais que pensez vous de mon idée ? »

« Je te fais confiance à ce sujet. Néanmoins, cela va donc requiert bien plus de moyens que prévu, n’est-ce pas ? Il va vous falloir quelques architectes aussi, non ? »

« Je ne sais pas si des architectes sont vraiment nécessaires mais au moins des personnes compétentes pour pouvoir créer un avant-poste. »

« Cela doit se trouver. Tu annonceras ces préparations au reste de ton groupe de soldats et tu transmettras ces consignes aux autres gradés militaires qui vous accompagneront. »

« Combien prenons-nous environ d’hommes et de femmes pour cet avant-poste ? »

« Environ cinq cents ou mille, cela devrait suffire pour débuter, non ? »

« Vu que je ne suis pas habitué à tout cela, je pense que le nombre devrait être suffisant. Enfin, j’imagine. Il va falloir préparer des rations et autres. »

« Combien de temps estimes-tu avoir besoin pour lancer cette expédition pour l’avant-poste ? » demanda une nouvelle fois le monarque alors que le jeune homme dans l’armure blanche réfléchissait à la question.

« Peut-être une semaine ou deux, au grand maximum. Vu que nous devons préparer tout l’équipement nécessaire, faire les ravitaillements et tout le reste. »

« Bien, je veux que tu me préviennes lorsque vous partirez. S’il vous faut d’autres personnes, à part des ouvriers pour construire l’avant-poste, signales-le maintenant. »

« Peut-être qu’une troupe de renifleurs serait utile. Qui sait ? Si certains enfants démoniaques sont à la surface depuis avant l’ouverture des portes, cela pourrait être utile. Même si je ne pense pas que ça soit une réussite, de ce côté. »

« Renifleurs … J’imagine que c’est pour être accompagné de cette renifleuse avec qui tu discutes fréquemment, c’est bien cela ? »

Tery ne fit aucune remarque à ce sujet. Il pouvait paraître surpris mais non. Ca n’avait rien d’étonnant à bien y réfléchir. Il avait sûrement jugé bon de l’observer et le surveiller. C’était bien pour cela qu’il ne faisait pas de réflexion.

« C’est exact, empereur Malark. C’est elle qui, au final, a bien fini par nous remarquer, moi et la princesse Elise. Elle a été déniée assez fréquemment par le renifleur qui … travaillait pour un autre membre de la famille royale mais maintenant, elle peut dévoiler son véritable potentiel. Je suis sûr qu’elle serait un atout remarquable. »

« Tu as carte blanche pour cela aussi. Tu es celui qui dirigera cette petite troupe. »

« Malgré le fait qu’il y ait d’autres gradés avec moi ? Vous êtes certain ? Il leur faudra plus que des paroles pour qu’ils acceptent ceci. »

« Je vais préparer la création d’une lettre écrite de mes propres mains pour que le message soit bien clair et transmis à tous. Tu pourras revenir dans deux heures environ. »

Le temps qu’il puisse prévenir Héraisty et aussi lui proposer de l’accompagner. C’était parfait ! Enfin simplement si elle acceptait, bien entendu. Il retrouva la démone très rapidement, celle-ci l’attendant comme à son habitude.

« Vraiment, je n’arrive pas à … me dire que c’est toi sous cette armure, Tery. »

« Moi-même, j’ai toujours un peu de mal à y croire et pourtant, c’est bien moi. »

« Tu pourrais quand même retirer ton casque quand tu m’adresses la parole non ? Et pourquoi est-ce que tu portes encore celle-ci ? Tu es en service ? »

« Oui et non, disons que je suis venu te voir pour une raison spécifique. Mais peut-être que ça serait mieux autour d’une table car c’est assez long à expliquer. »

« Tout ça pour aller manger un morceau. Je te rappelle qu’il te faudra quand même retirer ton casque pour manger hein ? »

Qu’est-ce qu’elle avait avec son casque ? C’était quand même assez saugrenu de se focalsier sur ce dernier hein ? Mais bon, il ne voyait pas pourquoi elle agissait de la sorte. Enfin, pourquoi elle cherchait absolument à le voir sans son casque. Il vint le soulever pour le retirer, poussant un léger soupir avant de dire :

« Est-ce que cela convient à mademoiselle Héraisty ou non ? »

« Bien entendu, bien entendu. Allons-y maintenant, je n’aurai pas l’impression de parler à un soldat sans émotions de l’armée des démons. »

« Hey, ça va, ça va ! Pas besoin de dire ça comme ça non plus hein ? Je suis tout ce qu’il y a de plus normal, tu devrais l’avoir remarqué à force, non ? »

« Hmmm … La normalité est un concept un peu perdu dernièrement, tu sais ? » dit-elle avec un petit sourire amusé alors qu’il le lui rend. Bah ! Qu’ils se rendent plutôt dans leur taverne habituelle pour manger un morceau et qu’ils puissent discuter du projet qu’il a.

Quelques minutes plus tard, ils étaient tous les deux assis à une table et il avait déjà commencé à parler du projet du roi. Mais surtout, il avait lancé sa proposition à la démone à lunettes qui releva ces dernières :

« Tu veux … que j’aille sur le terrain, Tery ? Vraiment ? »

« Vraiment, Héraisty. Mais à toi de voir, je veux que tu y réfléchisses, c’est assez dangereux, ça reste la surface et aussi, enfin bon … »

« Bien entendu que j’accepte ! Pouvoir aller à la surface ! Je t’ai pourtant déjà dit plusieurs fois que c’était ce que j’aimerai faire ! »

« Alors, je peux te considérer comme membres de l’expédition ? Mais j’ai une réclamation : est-ce que tu arriverais à trouver d’autres personnes aussi motivées que toi pour tout ça ? Car il nous en faudrait quatre ou cinq environs. Tu comprends ? »

« Je vais faire ma petite enquête à ce sujet mais considères que c’est comme fait ! »

« Merci beaucoup, Héraisty et … je suis content d’avoir quelqu’un avec moi que je connais bien. Sincèrement, ça me fait plaisir. »

« Bien entendu ! C’est réciproque mais je comptes sur toi pour me protéger ! »

Elle répondait avec un grand sourire mais ce dernier disparut aussi vite qu’il s’était présenté. La cause était devant elle. Lorsqu’elle avait évoqué la protection, un voile s’était dessiné sur le visage de Tery. Comprenant son erreur, elle posa rapidement avec confusion une main sur celle de Tery, lui disant :

« Ne t’en fait pas, je sais me tenir correctement, Tery. Je ne ferais pas de folie, d’accord ? »

« Ce n’est pas vraiment une question de folie, pas du tout. C’est même assez différent … enfin, je crois que c’est assez différent, je ne suis pas sûr. »

Comment peut-il expliquer correctement ce qu’il ressent à cet instant précis ? Même si ce n’était pas désiré par Héraisty, il avait reçu un petit coup de poignard en plein coeur. Le jeune homme avait légèrement baissé les yeux, un peu honteux.

« Je ferais de mon mieux pour te protéger, c’est tout … ce que je peux te dire. »

« Pas besoin de promesses, Tery. Je suis certaine que tout va bien se passer avec toi. Sûre et certaine, je n’ai rien à craindre à tes côtés. »

« J’aimerai être aussi convaincu que toi. Bon, j’ai passé le message, on a terminé de manger et je vais retourner aller voir les autres. »

« Nous n’avons pas fini, Tery. Tu peux rester dix minutes de plus non ? Je ne crois pas que tu sois en service. Je commence à connaître horaires. »
Héraisty est sa bouée de sauvetage dans ce monde souterrain. Maintenant qu’il était seul, sans Elise à ses côtés, chaque journée était très difficile. Avoir de la compagnie, autre que la femme golem qui l’accompagnait, c’était quelque chose de très précieux.

« Tu pourrais me faire un petit sourire, tu ne crois pas ? Ou alors, ma compagnie te déplaît tant que ça, Tery ? »

« Tu sais aussi bien que moi que ce n’est pas du tout le cas. Simplement … »

« Simplement, tu fais un peu la moue à cause de toute cette histoire. Je te conseille plus de prendre la chose du bon côté : aller à la surface te permettre t’interroger les autres espèces que tu rencontreras là-bas. Avec de la chance, tu auras des informations non ? »

« Ca, c’est si je ne me prends pas un coup de dague dans le dos une nouvelle fois. »

« Y a de ça … mais réfléchis quand même à ce que je t’ai dit, Tery. C’est pour ton bien que je prononce de telles paroles, il faut que tu le saches. »

« Ne t’en fait pas, je le sais. Bon … » dit-il tout en s’étirant longuement. Pour l’occasion, le repas était vraiment terminé cette fois.

Il paya sa part, ne voulant pas laisser Héraisty envisager cette possibilité alors qu’elle se levait à son tour, prête à s’en aller avec lui. Dehors, quelques regards étaient tournés vers eux. Rien d’étonnant vu que le jeune homme aux cheveux bruns portait à nouveau son armure en intégralité, ayant remis son casque sur le crâne.

« Bon, ben, je vais y aller, Héraisty. Passe une bonne journée. »

« A toi aussi, Tery. Et s’il faut encore une fois te rappeler de ne pas t’en faire, je peux te promettre que ce casque ne sera pas suffisant des coups que je vais te donner. »

« La promesse est bien notée. Et bizarrement, contrairement aux autres, j’ai la sensation que celle-ci risque d’être tenue. »

Elle éclata de rire aux propos de Tery, celui-ci restant imperturbable. Elle donna un petit coup sur le casque avant de prendre le chemin de la guilde des renifleurs, lui-même partant à l’opposé. Il n’avait pas besoin de l’accompagner sur le coup. Depuis que le monarque avait fait une purge de bon nombre de familles nobles, beaucoup hésitaient maintenant à faire ne serait-ce que le moindre pas de travers.

Surtout qu’en y réfléchissant bien, les soldats étaient vraiment sur le qui-vive, certains diront même sur les nerfs mais bon … ça, c’était bien parce que beaucoup craignaient pour leurs vies s’ils désobéissaient à l’empereur. Il pouvait comprendre qu’avoir une épée de Damoclès en permanence sur la crâne, c’était effrayant mais lui-même, à force, il avait fini par s’y habituer. Voilà, fin de l’histoire.

Enfin, fin de son histoire liée à l’effroi que provoque l’empereur Malark. Il revint au château de ce dernier, saluant simplement les soldats d’un geste de la main avant de recommencer à se promener dans les couloirs. Il n’y avait que peu de chances que l’empereur ait déjà terminé la fameuse missive qui servirait d’argument par rapport aux autres gradés de l’armée.

« Oh ! Messire Tery, vous voilà donc ? Les autres soldats s’impatientaient ! Ils avaient peur qu’il n’y avait pas d’entraînement, aujourd’hui. »

« Je ne faisais que prendre ma pause et mon repas. Pourquoi pas d’entraînement ? Vous pensez vraiment que je vais vous faire éviter une session ? Et puis, cela serait dommage alors que Clari s’impatientait de vous affronter. »

« Ah bon ? Les golems ressentent ce genre de chose ? » demanda le soldat qui s’était positionné en face de lui. Il portait un attirail métallique pas aussi reluisant que le sien mais on pouvait voir que la qualité était présente. Il portait aussi un casque, ce qui rendait impossible de voir ses émotions peintes sur son visage. Il était aussi grand que lui et Tery avait déjà remarqué que les autres n’étaient pas forcément plus grands que lui.

« Disons que Clari est une femme golem un peu spéciale, voilà tout. »

« Oooh, d’accord ! Je vais alors prévenir les autres que l’entraînement va débuter ! »

Difficile de croire qu’il était à la tête d’une petite troupe. Bon d’accord, la troupe était composée d’une centaine de démons mais oui, c’était bien lui qui donnait les ordres et directions à cette troupe. Et la grosse majorité ne lui était pas hostile. Oui, c’était bon de le remarquer alors qu’il suivait le soldat qui allait prévenir les autres de son arrivée.


Bon … Ils allaient commencer par un peu de course, pour ne pas changer. Et en armure, ce qui rendait la tâche assez difficile. Lui-même ne supportait pas trop ça mais il fallait bien le faire pour renforcer l’endurance des démons. Le jeune homme aux cheveux bruns y participait lui aussi, par principe. Il serait anormal qu’il ne fasse rien pendant que les autres trimaient. Autant être un peu sérieux, non ?

Et c’est ce qu’il faisait. Il prenait son rôle très au sérieux. Après la course, ils allaient faire d’autres exercices physiques, tout aussi épuisants mais il notait que la majorité adorait une chose en priorité : le combat contre Clari. Oui, c’était un combat des plus basiques … sauf que les soldats adoraient se confrontaient à elle.

Il n’avait pas vraiment compris leurs raisons mais ils se déménaient à l’affronter bien qu’étrangement, elle arrivait à tous les maîtriser. Oui, une « simple » femme-golem était capable de mettre à mal des soldats aguerris et qui étaient chargés de la protection du royaume démoniaque.

Oh, il faisait attention à ce qu’elle ne soit pas abîmée mais depuis le jour où il avait réussi à l’invoquer sans s’en rendre compte, c’était à peine s’il arrivait à voir ne serait-ce qu’une simple fissure sur son corps. Il n’avait aucune explication raisonnable à ça. Il ne voyait pas ce qu’il pouvait faire de toute façon.

« Hop hop hop ! Attention, je tiens à rappeler que vous devez vous entraîner entre vous aussi. Clari, c’est bien joli, tout ça, mais elle ne fait que réagir à vos attaques et à mes ordres. Ca veut dire que par rapport à un vrai soldat, elle n’a pas les mêmes réactions. Donc, chacun se met par paire et si vous allez aussi faire quatre groupes de dix soldats. Je veux que vous fassiez une mêlée en n’utilisant que vos armes. Votre but sera de faire un peu de stratégie et donc de combattre à plusieurs. Prenez l’ascendant sur l’autre groupe, cherchez à voir qui est le plus faible parmi les adversaires, trouvez qui pourrait tenir face à plusieurs ennemis, n’hésitez pas aux coups dans le dos et bien entendu, évitez de vous blesser plus que nécessaire ! »

Et voilà, c’était ses dernières recommendations alors que le jeune homme aux cheveux bruns observait le tout. Pour l’occasion, il ne participait pas aux entraînements. Il ne pensait pas être au-dessus des soldats démoniaque au tout début mais il avait très vite remarqué qu’il était largement au-dessus d’une majorité de ces derniers.

Mais … pourquoi est-ce qu’il avait été aussi faible par rapport à lui ? Haiktos ? Il ne comprenait pas comment il avait réussi à perdre aussi bêtement face à lui. Est-ce qu’Haiktos avait dévoré de nombreux démons dans sa famille ? Dans d’autres familles ? Mais il arrivait à garder une forme humanoïde parfaite ? Peut-être était-ce lié aux démons royaux ? Il n’en avait aucune stricte idée. Ce n’était que des suppositions.

« Bon, Clari, tu veux bien me servir de partenaire ? »

Il valait mieux s’occuper à autre chose. Il avait un autre objectif actuellement.

Chapitre 54 : Pour la paix

Chapitre 54 : Pour la paix

« Royan, je ne suis pas certaine que ça soit une bonne idée. »

« Je pense que si … Pouvoir t’enlacer est tout ce qui me suffit en ce moment. »

Oui mais … est-ce qu’il n’oubliait pas quelque chose ? Ils étaient dans un couloir. D’accord, il était désert mais rien empêchait les gardes de passer par là et de les voir, enlacés dans les bras de l’un et l’autre. Elle ne disait pas non aux marques d’affection, loin de là.

« Après tout ces mois passés sans toi, je veux rattraper le temps perdu, Elise. »

« Bon, ça me semble être un argument raisonnable et légitime. Viens donc dans mes bras, Royan. Ou alors, tu préfères l’inverse ? »

« Qu’importe … Oh … et puis, puisque j’ai proposé, c’est moi qui t’attrape. »

Ils avaient fini de discuter avec Manelena et les autres. Oh, bien entendu, ils n’avaient pas pu parler de toutes les choses qui se déroulaient dans le monde souterrain. Enfin, s’étaient déroulé plutôt. Mais pour le moment, elle s’était niché dans ses bras, prenant une profonde respiration tout en souriant tendrement bien qu’elle ne montrait pas son visage au jeune homme aux cheveux bleus.

« Elise, qu’est-ce que tu dirais de te promener demain ? Uniquement toi et moi ? »

« Je pense que cette proposition est des plus intéressantes. Maintenant que je sais que Wandy et Zalek sont en sécurité dans le château, j’imagine que je pourrais les laisser seuls. »

« Oh … Tu es certaine de laisser Wandy seule ? »

« Par rapport à Manelena ? Je pense que cette dernière est assez adulte pour ne pas faire de bêtises, n’est-ce pas ? Et tu as vraiment envie que je fasses une promenade avec toi ou non ? Car tout ce que est en train de dire m’incite plus à rester auprès de Wandy. »

Elle était taquine, lui tirant doucement la langue alors que le jeune homme aux cheveux bleus paraissait maintenant bien embêté. C’est vrai que tout cela allait se retourner contre lui. Pourquoi est-ce qu’il n’avait pas chercher à se taire plutôt ? Quel idiot. Il était un peu déboussolé et c’était uniquement de sa faute.

« Pardon, Elise. Je pensais juste … enfin … »

« Ne t’en fait pas, ce n’est pas un souci. Et puis, c’est bon que Wandy ait une rivale. Même si j’aurai préféré que ça ne soit pas avec Manelena. »

« Elle est encore jeune et il faut avouer que sa cible est particulière. Comment est-ce que Tery a réussi ce petit tour de passe-passe ? »

« De la même façon qu’avec Elen et Manelena : il est resté lui-même. Comme quoi, ça suffit pour certaines demoiselles. Je ne vais pas l’empêcher d’avoir des émotions et sentiments à l’encontre de Tery. Je l’estime assez mature quand même. »

« Si jeune et pourtant si adulte. Il faudra m’expliquer ce qui s’est passé concrètement. »

Oh … Pour cela, ils ont pas mal de temps devant eux non ? Et ils ont beaucoup de choses à se dire donc qu’il ne s’en fasse pas, ils allaient parler tous les deux. Ils allaient parler de beaucoup de choses, oh que oui.

Les heures s’écoulèrent et surtout, comme elle se le répétait tant de fois, ils pouvaient enfin souffler réellement. Zalek était souvent aux côtés d’Elise et de la mère de Tery, les deux femmes, avec leur aura maternelle semblant avoir les faveurs de l’enfant. Wandy, quant à elle, avait demandé l’autorisation de se rendre dans la bibliothèque royale, si bien entendu, il y en avait une, ce qui était le cas.

Nactor et Hyzeut, quant à eux, avaient tout simplement demandé à pouvoir s’entraîner avec les soldats de Traslord. Cela était un bon exercice et surtout se battre sans risquer leurs vies, c’était une bonne chose pour se garder en forme. Chacun avait plus ou moins trouvé sa place dans cet endroit en attendant que les journées se passent. Chaque soir, ils se retrouvaient tous ensemble autour de la table, qu’importe si Nactor et Hyzeut étaient de « simples » mercenaires, Manelena n’y tenait guère compte.

Et Elise racontait alors différentes anecdotes et histoires avec Tery. Que ça soit leurs débuts dans le monde souterrain, avec la guilde et tout le reste. Les créatures monstrueuses qui habitaient dans ces endroits et tout le reste. Des choses toujours aussi surprenantes mais qui continuaient de faire plaisir à Elen et aux autres, du moins, tant qu’il n’était pas question d’histoires qui mettaient en danger Elise et Tery.

« Mais bon, après tout, la vie n’est pas un long fleuve tranquille et les démons peuvent vraiment poser de gros problèmes si on ne fait pas attention. »

« Ah ça … C’est sûr que pour beaucoup de démons proches de la surface, ils n’ont pas tellement de choix. Certains se dévorent entre eux et deviennent complètement fous. Si en plus, ils sont en liberté, autant dire que le résultat n’est pas très joyeux. »

« Plus une famille est noble, plus il est aisé pour elle de garder le contrôle de son corps malgré le fait de dévorer d’autres démons. »

« Dévorer d’autres démons, c’est du cannibalisme. Est-ce que … »

« Tery et moi ? Jamais. Nous n’avons jamais ressenti le besoin de manger d’autres démons. Peut-être est-ce parce que nous n’avons jamais été ainsi dès le départ ? Je n’en sais trop rien mais les faits sont là. »

« Et pour vous autres ? » demanda Manelena en regardant Wandy et les autres démons présents. Les deux enfants hochèrent la tête négativement, Wandy disant :

« En tant que membres de la famille royale, nous ne pouvons pas nous permettre de manger n’importe quel démon. De même, il faut être dans un âge correct pour cela. Beaucoup de démons mangent la chair des leurs bien trop tôt et perdent la raison, finissant par errer dans les environs. Du moins, c’est ce que j’ai appris quand j’étais plus jeune. Zalek a été souvent emmené auprès d’Haiktos donc je ne crois pas qu’il avait commencé à apprendre cela. »

« Oui mais quand même, grande sœur, je sais lire et écrire hein ! »

« Je n’ai pas prétendu le contraire, simplement, tu avais d’autres priorités. Et ta lecture n’était pas forcément elle qu’un enfant de ton âge devait avoir. »

Il ne pouvait pas nier ce qu’elle disait. Il était un peu déconfit par tout ça et cherchait tout simplement à bien se mettre en valeur, comme Wandy et Elise. Mais bon, il n’y arrivait pas et était maintenant un peu attristé.

« Par rapport à ce … cannibalisme, qu’est-ce que cela apporte ? Vous récupérez l’intégralité des pouvoirs du démon que vous dévorez ? »

« Si c’était aussi simple et efficace, beaucoup de démons passeraient leurs existences à cela. Non, non, c’est plus compliqué que ça. » commença à expliquer Wandy, comme le ferai un professeur à ses élèves.

« Et bien, qu’est-ce que tu attends pour nous expliquer ? » signala Manelena tout en l’invitant d’un mouvement de la main à continuer.

« Je le pourrais mais tout est aussi une question de « cohabitation ». Il faut que les pouvoirs d’un démon concordent avec ceux du démon qui la concorde. Deux pouvoirs qui s’opposent, il n’y a aucune chance ou presque qu’ils puissent être dans un même corps. Bon, si tel est le cas, le résultat peut donner quelque chose de merveilleux … ou alors désastreux. »

« D’accord et tu parlais de perdre le contrôle, c’est fréquent ? »

« Pas dans la capitale mais ça arrive plus souvent qu’on ne le croit. Même s’il n’y a pas perte de contrôle totale, il arrive que des fois, certains démons ont des accès de folie, sans prévenir. Ils sont prêts à tout ravager et détruire sur leur chemin. »

« Merveilleux … comme si nous n’avions pas besoin de ça auparavant. »

« A côté, comme signalé, c’est plus fréquent dans les communautés de démons proches de la surface. Etant plus faibles que ceux qui vivent dans la capitale, ils tentent de tout accomplir pour espérer survivre un jour de plus. »

« Les faibles qui s’entre-dévorent. Rien de plus classique. Et ensuite ? »

« Ensuite ? Qu’est-ce que je peux dire de plus ? C’est difficile à expliquer, vous savez. »

« Est-ce que dans la royauté, ceux qui sont morts sont dévorés par les autres ? »

« Bien sûr que non ! » s’exclama Wandy aux paroles d’Elen, presque choquée qu’on puisse imaginer ça de leur part. « Nous avons déjà assez de problèmes … dans notre famille pour que nous commencions à nous dévorer. Enfin, normalement, ça ne se fait pas … puisque qu’en tant que membre d’une même famille, nous pourrions aisément récupérer les pouvoirs des autres membres de la famille et ça ne serait pas bien vu, pas bien du tout. Donc il vaut mieux éviter pour eux, s’ils ne veulent pas de problèmes. »

« C’est sûr que si tu vois une personne que tu connais utiliser les pouvoirs d’une autre personne que tu connais, ça risque de ne pas faire plaisir aux repas de famille. »

« Bon, parlons d’autres choses ! Maintenant que nous allons mieux, il faut peut-être réfléchir à l’éventualité de revenir dans le monde souterrain, non ? »

Elise avait pris la parole, tournant son visage vers les autres démons présents. Wandy avait repris sa place, l’air de rien tandis que Zalek semblait ravi à cette idée. Pourtant, Nactor hocha la tête négativement avant de prendre la parole :

« C’est déconseillé, princesse Elise. Quand votre frère et votre sœur apprendront que vous êtes encore vivantes comme vos deux cadets, il y a de très fortes chances que de nombreux démons vous attendent pour en terminer avec vous. »

« Je le sais bien mais je ne peux pas rester là, les bras croisés, sans rien faire non plus ! »

« Je n’ai pas dit cela, princesse Elise. Simplement, il va falloir prendre des précautions. Nous ne pouvons pas nous y rendre sans aucune préparation ou autre. »

« Bien entendu, je ne comptais pas partir dans la journée. »

« Et je ne comptais pas te laisser partir après tout ce temps. » compléta Royan alors qu’Elise avait un petit sourire aux lèvres, comme amusée par les propos du jeune homme. Elle n’en doutait pas un seul instant, loin de là, hein ?

« Les deux tourtereaux, les effusions de la sorte, c’est en privé. »

Manelena avait émis un léger grognement de mécontentement, Elise et Royan arrêtant de se fixer dans les yeux, gardant néanmoins leurs sourires aux lèvres. Manelena prit une profonde respiration, pour ne pas se mettre en colère inutilement.

Elle n’avait rien à y gagner en agissant de la sorte. Même s’il était vrai qu’elle était … assez enclin à leur pourrir un peu l’existence. Non, elle était une reine maintenant. Celle de Shunter. Elle ne pouvait pas se laisser aller à de telles bassesses. Elle valait beaucoup mieux que tout ça hein ? Mais bon … Elle était quand même bien agacée.

« Avant de tirer des plans sur la comète, on va déjà régler le souci qu’il y a avec les mékalarmiens et les autres démons. »

« C’est vrai, Elise. Nous t’en avions un peu parlé ces derniers jours mais je ne sais pas si tu avais eut plus de détails pour les mékalarmiens. »

« Pas vraiment. Je sais juste que tu m’avais dit qu’il y avait des mékalarmiens aux écailles blanches qui cherchaient un refuge mais à part ça, rien de plus. »

« Je suis fautif, je n’ai pas assez bien expliqué. Manelena, tu pourras mieux leur dire ? »

« Humpf ! Pourquoi pas ? Ca nous changera du sujet démoniaque. Bon, alors, les données sur les Mékarlarmiens, qu’est-ce que nous avons ? Ah oui. »

Manelena avait décidé de se relever pour faire quelques pas, fouillant dans des papiers qu’elle ne gardait jamais loin d’elle. Des papiers assez importants, même si actuellement, ils étaient dans une salle où de base, il n’était nulle question de « travailler ». Mais bon, entre ce qu’ils comptaient faire et la réalité, c’était deux choses totalement différentes.

« Alors, d’après ce que les Mékalarmiens ont bien voulu nous apprendre malgré la terreur et la peur qui les animait, c’est que leur peuple a décidé de contacter tous les mékalarmiens qui possèdent des lignes de Zélisia. Même pas ceux d’Alzar. Bon, comme pour les autres mékarlamiens, il n’est pas difficile de les repérer. Ils possèdent des écailles blanches. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ils étaient assez nombreux. »

« Ah ? Cela voudrait dire que c’est la même pour Shunter et les autres ? »

« Il y a de fortes chances. Tout le monde ne crie pas sur les toits qu’il est porteur des lignes d’Alzar ou que son enfant les possède. Il en est de même pour Zélisia, vu que cela peut être utilisé à mauvais escient … un peu comme dans le cas de Mékalarma. »

« Comment ça, Manelena ? » questionna Elise avec attention, visiblement très concentrée sur le sujet, attendant le reste des réponses.

« Comme j’en avais peut-être déjà parlé, les mékarlarmiens fabriquent des armes et armures en arrachant tout simplement les pouvoirs magiques de leurs compagnons adeptes de Zélisia. Résultat : ces derniers souffrent atrocement avant de généralement mourir pour une « meilleure » cause comme ils aiment le dire. »

« Mais j’imagine que ces mékarlarmiens sacrifiés ne se sentent pas vraiment d’humeur à vouloir mourir pour ça, non ? »

« Surtout pas … vu que d’autres données récoltées par les éclaireurs signalement que les mékarlarmiens font aussi des expériences sur les démons pour fabriquer des arme et armures « vivantes » capables d’utiliser leur facultés d’absorption. C’est justement en partie pour cela que j’ai voulu confirmer tes propos, jeune fille. » dit Manelena tout en se tournant vers Wandy à qui elle venait de s’adresser.

« Jeune fille ? Je n’aime pas ce terme … mais y a plus grave que ça. Vous voulez dire … qu’il y a une race de la surface qui … transforme les démons en armes et armures ? Mais c’est monstrueux ! Et ils font ça avec leur propre race ?! »

« Après, vu que les démons s’adonnent au cannibalisme, je pense pas que vous êtes les mieux placés pour faire des remarques à ce sujet mais … oui, ça reste vraiment ennuyeux. Surtout que ceci explique pourquoi les Mékalarmiens sont sur le pied de guerre depuis déjà quelques semaines, c’est bien ça, Royan ? »

« Quand tu as demandé à envoyer plusieurs éclaireurs, j’ai fait de même de mon côté mais en évitant qu’ils ne rencontrent les tiens. Et oui, j’ai aussi prévenu Claudiska à ce sujet. »

« Tandis que je faisais de même avec certains clans d’Honoros. Ils sont prêts à ce qu’une nouvelle guerre ne débute … Moi aussi, je suis mal placée pour faire une remarque sur le fait qu’une nation déclare la guerre aux quatre autres. » soupira Manelena.

« Ah ça, ce n’était pas de ta faute spécifiquement, Manelena. »

« Ca ne sert à rien d’essayer de me remonter le moral, Elen. Ce qui est fait est fait, même si ça commence à dater, la guerre est encore dans le coeur de nombreuses personnes, par ma faute et celle de mon père. Bon … Nous étions partis sur quoi à la base ? »

« Une expédition pour le monde souterrain pour retrouver Tery. » soupira à son tour Elise. C’est vrai qu’ils avaient dérivé du sujet principal assez fortement, oui.

« Oui, c’est vrai. Et nous avions dit que ce n’était pas possible à l’heure actuelle. Du moins, vos deux mercenaires ont bien évoqué que ça serait trop dangereux. »

« C’est exact, reine Manelena. Mais bon, rien n’empêche de préparer le terrain pour ça. Et qui sait, peut-être que dans le futur, nous pourrons retourner là-bas sans avoir à risquer nos vis hein ? Avec le nombre croissant d’émigrants démoniaques, ces derniers seront autant de sources d’informations pour savoir si la situation dégénère de plus en plus ou s’améliore, non ? Qu’est-ce que vous en dites ? »

Hyzeut avait pris la parole malgré qu’il n’y était pas autorisé. Mais cela ne dérangeait pas les différentes personnes présentes, Manenela reprenant la parole :

« De toute façon, on n’a pas trop le choix. On a récupéré une des deux personnes que nous désirions, c’est mieux que rien. Par contre, le fait que vous soyez tous de la famille royale du royaume démoniaque, ça n’aide pas vraiment. »

« Surtout quand on sait à quel point mon père peut très vite faire un carnage. » chuchota faiblement Wandy, baissant les yeux. Elle se rappelait de la scène qui s’était déroulée avec … sa grande sœur, complètement annihilée par le monarque.

« Ce n’est pas … vraiment une bonne chose. »

« Wandy, ne te force pas à ravoir de mauvais souvenirs, c’est mieux. D’accord ? »

« Je voudrais bien, grande sœur mais à côté, c’est vraiment … » commença à dire la jeune demoiselle en baissant les yeux, presque honteuse d’être aussi faible.

« Ne t’en fait pas, Wandy. Je t’ai dit que ce n’était pas de ta faute et ça ne l’est pas. La seule fautive dans cette histoire, c’est Lylé. »

« De qui est-ce que vous parlez, toutes les deux ? Un autre membre de votre famille ? »

« Un ancien membre, qui a essayé de me tuer ainsi que Tery. Sauf qu’elle a fait une erreur de trop et que notre père, l’empereur Malark, a décidé de la punir par la mort. »

« Oh … Famille ou non, des fois, il faut faire des choix. » murmura Manelena, prenant une profonde respiration.

« C’est exact, Manelena. Notre père l’a fait en connaissance de cause. Ce n’était pas la première à agir de la sorte et ça ne sera pas la dernière. »

Autant le dire clairement à ce sujet. Il n’y avait aucune raison de cacher qu’ils avaient de nombreux fruits pourris dans le panier familial. D’après les dires de son père, ce n’était pas que cette génération qui était gangrenée mais depuis des siècles et des siècles. Bref, rien de bien fameux et rien d’appréciable à retenir.

« Pourquoi j’ai la sensation que cette réunion a été inutile ? » déclara Manelena après une bonne minute de silence assez pesante.

« Ca, c’est ton appréciation, Manelena. De mon côté, j’estime que nous avons évoqué pas mal de sujets assez importants. Maintenant, il faut juste que l’on voie ce que le futur prévoie pour nous. Ah … Hum … Bon, si ça ne dérange pas, je vais me promener. »

Elen avait fini par se lever, ayant parlé bien peu durant toute la discussion alors qu’elle s’éloignait comme si de rien n’était. La mère de Tery se leva à son tour, déclarant :

« Je vais l’accompagner. Malgré tout, elle est très contente de t’avoir revue, Elise. »

« Ah, ne vous en faites pas, ça, je suis au courant. Ca fait déjà quelques jours que nous sommes ici. J’ai eut l’occasion de lui parler. »

« Et j’imagine qu’elle n’a pas put s’empêcher de te questionner au sujet de Tery. »

« Pas qu’un peu … et je lui ai dit tout ce que je savais à son sujet, hahaha. »

« Et plus encore, je dois imaginer. Je vais aller la voir. Cela doit lui peser néanmoins. »

Bien qu’elle ne le montrait pas. Elise haussa un sourcil, un peu étonné d’apprendre cela bien qu’elle ne pouvait rien y faire en fin de compte. Surtout, qu’à force de continuer à parler de Tery, une seule question lui arrivait en mémoire :

« Je me demande vraiment comment ça se passe de son côté. »

« Si tu parles de Tery, le plus important, c’est qu’on sait qu’il est vivant. »

« C’est un constat qu’il est difficile à ignorer. Le souci, c’est que si on obtient pas plus d’informations au fil des semaines, on ne saura pas vraiment comment il va. »

Et les voilà tous repartis à discuter au sujet de Tery. Pourtant, cela ne dérangeait personne parmi les femmes présentes. Royan et les garçons ? Il demanda aux deux mercenaires et à Zalek s’ils voulaient plutôt voir du côté de l’entraînement militaire des soldats de Midès.

« Ah ben oui ! Vous pensez que je pourrais m’entraîner aussi, monsieur Royan ? » demanda Zalek avec quelques étoiles dans les yeux.

« M’appeler monsieur alors que je n’ai même pas la vingtaine, j’ai mal. »

Les paroles n’étaient pas tombées dans l’oreille d’une sourde, Elise éclatant de rire alors que le jeune homme aux cheveux bleus rougissait. Bon ! On verra ça pour l’entraînement avec les soldats ! Ils allaient s’y rendre avant qu’il ne se rende encore plus ridicule.

Chapitre 53 : Retour à la maison

Chapitre 53 : Retour à la maison

« Pfiou … Je suis un peu anxieuse quand même. »

« Pourquoi ? Par rapport à Manelena ? » demanda Royan alors qu’Elise avait la chance de pouvoir être installée sur la même monture que lui, ses mains autour du ventre du jeune homme tandis qu’il avait demandé à ne pas grimper dans le carrosse royal. Oui, les deux enfants pouvaient aisément en profiter.

« Pas qu’elle … mais en partie, oui. Disons simplement que nous ne sommes pas séparés en bons termes, loin de là. »

« C’est du passé ou presque. Tu vas devoir t’excuser mais en même temps, on ne peut pas y faire grand-chose hein ? Mais le plus important, c’est que tu sois sincère quand tu vas t’exprimer. Après, ça passera aisément pour tout le reste. »

« Je l’espère vraiment, Royan. Sinon, nous étions obligés d’être sur la même monture ? C’est un peu gênant, tu ne crois pas ? »

« Je ne crois pas non. Pourquoi ça le serait ? Il n’y a rien à cacher. »

« Je ne te savais pas … aussi … agressif ? »

Mais ce n’est pas pour lui déplaire. Il faut avouer qu’avant l’ouverture des portes démoniaques, c’était à peine s’ils osaient se tenir la main, discrètement, sans que personne ne puisse les remarquer. Mais maintenant, c’était différent.

« Agressif, agressif, c’est un bien vilain terme, tu ne trouves pas ? Comment se portent ton frère et ta sœur ? Vous ne vous ressemblez pas du tout. »

« Nous sommes tous de mère différente. C’est donc normal … et de mon côté, c’est encore plus … enfin, je pense que je te raconterai plus ou moins en détail comment ça s’est passé. »

« On a beaucoup de mois à rattraper, tu en as des choses à me dire et inversement. Comme tu as put entendre, j’ai décidé d’accepter mon titre de roi de Traslord. »

« J’ai cru entendre ça. Je suis contente pour toi mais ça ne risque pas de déranger pour … »

« Toi et moi ? Tu plaisantes, j’espère. Je te rappelle que ça ne risque pas de changer grand-chose. Et c’est même encore mieux que prévu. »

« Pourquoi cela ? Je ne suis pas … certaine de vraiment tout comprendre. »

« Et bien, tu n’as pas oublié un peu … ce que tu es maintenant ? Même si c’est du monde souterrain, tu restes une princesse, n’est-ce pas ? »

« Je ne pense pas que ça soit aussi simple que ça. Justement, le fait que je provienne du monde démoniaque risque de plus attirer les ennuis qu’autre chose. »

« Laisses le temps de tout se faire, d’accord ? Je n’aurai aucune hésitation, tu sais ? »s

« Je le sais parfaitement, Royan. C’est juste que … »

Elle ne savait pas comment exprimer exactement ce qu’elle ressentait à cet instant précis. Elle voulait le lui dire mais aucun mot ne sortait de sa bouche. Elle jeta un bref regard sur le carrosse royal derrière eux. Il était venu, quelques heures plus tard, dans la journée. Les chevaux avaient été exténué, obligés de prendre un rythme rapide pour pouvoir rejoindre le prince devenu roi qui était parti seul sans prévenir ou presque.

Tery … Comment est-ce qu’il allait ? Comment est-ce que tout cela se portait ? Elle en avait strictement aucune idée. Et les lettres ne passaient pas. Elle voulait lui donner des nouvelles pour Elen lorsqu’elle allait la voir. Car oui, bien entendu, il était hors de question qu’elle ne voit pas les autres. C’était d’ailleurs pour cela qu’ils voyaient actuellement, tous les deux. Bon, d’accord, ils étaient accompagnés par des soldats et par la petite troupe démoniaque et tout … mais en même temps hein … c’était normal. Elle n’allait pas laisser Hyzeut et Nactor en retrait alors qu’ils les accompagnaient depuis le début.

« Est-ce que … Manelena sera contente de me revoir ? »

« Tu n’es pas Tery mais bon, je pense qu’elle se « contentera » de toi si tu veux tout savoir. »

« Désolée de ne pas être un beau mâle aux cheveux bruns excentrique. »

« C’est exactement cette définition qui correspond à Tery. »

« On se moque, on se moque mais … » dit Elise sans pour autant terminer sa phrase. Dans ces moments-là, il valait mieux ne pas continuer.

Et bon, il suffisait de patienter et d’attendre, calmement, que tout se passe bien ou presque. Oui, quelque chose du genre. C’était mieux … dans une telle situation. Mais pour l’heure, ils avaient du chemin à accomplir et ce n’était pas à ignorer.

« Au sujet de ta petite sœur … Wandy, c’est bien ça ? Est-ce moi ou alors, dès que l’on parle de Tery, j’ai l’impression que … »

« Ce n’est pas une impression. Je dirai bien que c’est une amourette d’adolescente mais tu sais, les démons purs vivent plus d’un siècle, presque deux, de ce que j’ai cru comprendre avec mon père. Je sais pas s’ils grandissent comme nous ou non. »

« C’est vrai que tu n’es pas entièrement démone, ça n’a pas posé de problème ? »

« Par rapport à Wandy, Zalek ou mon père, l’empereur Malark, pas du tout. C’est plutôt par rapport aux aînés de la famille … Ah … Enfin, je te raconterai tout ça plus tard. Avec Manelena et les autres, tu verras, c’est passionnant. »

« Je ne sais pas si tu es ironique ou non. »

« Un petit peu … car ça l’est mais en même temps, c’est assez navrant. Tu comprendras bien assez vite quand on parlera tous les deux. Ah … Ca fait du bien de ne pas marcher sur le coup, je dois avouer, un vrai plaisir ! »

« Hahaha, tu dois avoir quelques ampoules aux pieds à force. Et ton petit frère et ta petite sœur semblent si tranquilles et calmes. »

« Ah ça, ce ne sont que des apparences. Le voyage les as exténué et aussi les événements. Ils ont assisté à la mort de nombreux démons et les combats contre les gnomolds, où ils devaient se cacher sans cesse … bref. »

« Donc quand nous serons définitivement en sécurité, dans le palais de Manelena … »

« Ils montreront leurs vrais visages de petits perturbateurs. Soyez prêts ! »

Royan eut un petit rire, rapidement rejoint par celui d’Elise. Bon ben, au moins, elle annonçait directement la couleur concernant son frère et sa sœur. C’était mieux que de ne rien prévoir. Enfin, par rapport à tout ceci.

« Wow … C’est autre chose que le petit village où nous avions été, grande sœur ! »

Elle se doutait un peu que Zalek réagirait de la sorte. Il était comme émerveillé par les rues bondées de Midès. Pour autant, ils évitaient de trop se faire remarquer bien que cela était assez difficile vu que Royan était parmi eux.

« Bon ben pour la discrétion, c’est un peu loupé. »

« Un petit peu, Royan ? Je remarque que ce n’est pas nous qu’ils observent mais l’actuel roi de Traslord. Comment ça se fait ? »

« Disons que … lorsque j’ai appris que vous étiez perdus dans Shunter, j’ai peut-être … levé un peu la voix et exprimé mes sentiments par rapport à tout ça. »

« C’est quoi un petit peu ? Hmmm ? » demanda t-elle en le regardant fixement dans les yeux alors qu’ils étaient juste en train de marcher maintenant. Monarque ou non, il n’était pas le genre de roi qui avait besoin d’une monture pour le moindre de ses déplacements.

« Disons que des rumeurs prétendent que … enfin, rien de bien spécial. »

« J’imagine que Manelena m’en dira plus à ce sujet, hein ? »

« Si on peut éviter de ramener ce sujet sur la table, Elise. Le plus important est que vous fassiez vos retrouvailles. Et surtout que tu vois une petite surprise concernant Elen. »

Une petite surprise ? Si c’est ce qu’elle pense, elle était déjà au courant depuis quelques temps hein ? Il n’oubliait pas un peu qu’elle … savait qu’elle était vivante ? Mais surtout ce qu’elle portait en elle ? Depuis le temps, l’enfant était né. Pour autant, elle se demandait surtout ce qui s’était passé pour que Royan soit aussi gêné.

Surement une embrouille ou autre. Enfin non, c’était un peu exagéré. Royan n’était pas du genre à vouloir se montrer menaçant. Enfin, c’était ça … avant l’époque où ils s’étaient séparés. Elle avait alors remarqué un autre visage, loin de celui de glace qu’il arborait habituellement. Plutôt comme un torrent qui se déchaînait.

Et finalement, ils étaient emmené dans le palais royal. On ne leur posa pas de question, on les laissa passer comme si de rien n’était. Wandy regardait à gauche et à droite, comme si elle était anxieuse. Elise posa sa main sur son épaule, lui souriant :

« Tu n’as pas à t’en faire. Manelena n’est pas si monstrueuse que ça. »

« Ce n’est pas ça … grande sœur. Je veux juste dire que … »

« C’est vrai que c’est une rivale mais tu vas en avoir deux en face de toi. Tiens-toi droite, bombe la poitrine et montre que tu n’as pas peur. »

« C’est … C’est vrai ! Père aurait honte de moi si je n’arrivais pas à m’imposer devant d’autres races ! Tu as raison, grande sœur ! »

Elle n’était pas vraiment certaine qu’elle avait compris tout ce qu’elle venait de dire mais bon, elle avait retrouvé la motivation et le sourire. Hmm … C’était pas vraiment un sourire ça. Plutôt comme si elle était résolue ? Qu’est-ce que ça voulait … Oooh ! Pourquoi est-ce qu’elle sentait que les ennuis allaient tomber sur leur nez sans même qu’elle ne puisse y faire grand-chose ? Oui, son instinct féminin venait de s’éveiller !

« Où nous nous dirigeons exactement ? »

« Vers la salle de repas. Comme j’ai demandé à Royan, vous avez sûrement faim et soif après ce long voyage et en même temps, un vrai repas ne vous fera pas de mal. Il en est de même pour nos deux compagnons, ils le méritent tout autant. »

« Bien entendu, bien entendu. Tu as entendu Zalek ? On va manger comme la reine de ce peuple. Pressé un petit peu ? »

« Baaaaaaaah ! Faut voir car c’était bon à l’auberge hier ! »


Hahaha ! Elle ne fit aucune remarque à ce sujet mais en même temps, elle dirait bien qu’après avoir passé presque une dizaine de jours en mangeant de la viande trop cuite, de la mixture de fruits sur du pain sans goût et autre, tous les repas devaient être bons. Pas qu’elle mettait en doute la qualité du repas de l’auberge mais normalement, ici, ça devrait être sensiblement différent … normalement.

« La reine Manelena vous attend. » vint dire l’un des deux soldats gardant la salle des repas, l’autre commençant à ouvrir la double porte pour les laisser rentrer.

Elle passa en première, aux côtés de Royan. Zalek et Wandy vinrent les suivre tandis que les deux mercenaires qu’étaient Nactor et Hyzeut terminèrent la marche. Des visages qu’elle reconnaissait. Elle ne voulait pas soupirer de soulagement mais …

« Manelena … Elen … Madame Vanian. »

Oui, même la mère de Tery était là. C’était peut-être ça la surprise ? Ou alors plutôt le charmant petit bambin que tenait Elen dans ses bras en regardant Elise et Royan avec un sourire, visiblement heureuse de revoir Elise.

« Qui … est Manelena ? » murmura doucement Wandy, Elise tournant son visage vers la femme aux cheveux argentés qui semblait patienter, l’air de rien.

« La voilà, Wandy. Pourquoi est-ce que tu me demandes ça ? »

« Vous êtes la reine Manelena ? » demanda Wandy avant de se diriger vers la femme aux cheveux argentés, celle-ci la toisant de son regard rubis, croisant les bras.

« C’est exact. Pourquoi cette question ? »

« Tout d’abord, enchantée de vous rencontrer et merci encore pour tout ce que vous avez fait pour nous. » déclara l’adolescente avant de s’incliner respectueusement devant la reine. Celle-ci répondit par un petit mouvement de la main pour dire que ce n’était pas grand-chose. « Et je tenais à dire que je me battrais jusqu’au bout pour le coeur de Tery. »

… … … NON ?! Qu’est-ce qu’elle venait de dire ?! Elise resta bouche bée, comprenant pourquoi elle avait eut un mauvais pressentiment auparvant. Qu’est-ce qui venait de prendre à Wandy de se comporter de la sorte ?!

« Je vois qu’elle a un peu d’humour, ta petite sœur, Elise. »

« Je suis plus que sérieuse ! Que vous soyez la reine de Shunter n’y changera rien ! »

« T’as l’air d’avoir oublié ta réelle rivale pour Tery. Elle se trouve là-bas. »

Un petit signe du pouce, sans même un regard vers Elen bien qu’elle la désignait. Pour autant, la femme aux cheveux blonds ne sembla guère être embêtée par tout ceci, faisant juste un léger sourire avant de prendre la parole.

« Wandy, c’est bien cela ? Je m’appelle Elen. Enchantée de te rencontrer. »

« E… Elen … Vous êtes alors … Enfin … Et … dans vos bras ? »

« Malgré les mois qui passent, je sais que c’est stupide, mais elle ne possède pas encore de prénom. Je veux attendre qu’il revienne à moi pour que nous puissions le choisir ensemble. »

« Ah … mais … Ah ! Enfin, je ne me laisserais pas faire ! »

Elle s’était exclamée, comme pour signaler qu’elle n’était guère d’accord avec ce qui venait de se passer. Pour autant, elle ne semblait pas comprendre qu’elle devenait légèrement ridicule bien qu’elle montrait une conviction très forte pour son âge.

« Bon au moins, elle a le cran de vouloir me tenir tête dans mon pays, dans mon château, dans l’une de mes salles. Maintenant, est-ce qu’elle tiendra bon en plus de me tenir tête ? »

La femme aux cheveux argentés avait fini par se lever, Elise se plaçant devant sa petite sœur bien que celle-ci fit un pas de côté. Elle passa une main dans ses cheveux verts tout en faisant quelques autres pas mais en avant. Quinze ans, c’était beaucoup trop jeune pour mourir ! C’était de la folie ! Surtout qu’ils venaient à peine d’arriver !

« Pardonnes-lui, Manelena. S’il te plaît, je n’ai pas envie que tout dégénère. »

« Pourquoi est-ce que cela dégénérerait ? Est-ce qu’elle m’a offensé ? »

Un petit sourire aux lèvres se dessina chez Manelena tandis qu’elle avait gardé ses yeux posés sur Wandy. Mais surtout, les deux personnes étaient maintenant face à face. La différence de taille était flagrante même si Wandy pouvait paraître plutôt grande pour son âge. Et pourtant, elle continuait de fixer Manelena, levant la tête pour lui faire face.

« Sincèrement, certaines personnes sont comme des animaux. Elles n’ont pas conscience du danger sauf quand il est trop tard. »

« Je ne suis pas un animal mais je sais reconnaître parfaitement qui est problématique ou non. Et pour l’heure, c’est vous l’antagoniste principal. »

« Ah ben voyons donc. Antagoniste principal. On pourrait presque croire que je passe pour la méchante de service. Je note ça, c’est très intéressant. »

« Je crois que je vais abandonner. Ca sert à rien d’essayer de vous faire entendre raison à toutes les deux. Ah … Sincèrement, j’avais espéré que ça ne se passerait pas ainsi. Visiblement, je me suis trompée assez salement. »

Elise poussa un soupir fatigué mais elle gardait un petit sourire en voyant qu’Elen ne semblait guère inquiète par la tournure des événements. Il en était de même pour la mère de Tery tandis que Zalek restait caché derrière Elise. Les deux mercenaires ? Ils observaient la situation, l’air de rien, comme si tout cela ne les concernait pas, ce qui était totalement vrai dans le fond même s’ils ne le pensaient pas de vive voix.

« Et si nous partagions plutôt un repas, qu’est-ce que vous en dites ? » déclara Royan tout en coupant le silence pour éviter que ça ne dégénère encore un peu plus.

Pour autant, l’adolescente et la femme aux cheveux argentés continuaient de s’observer en chiennes de faïence, prêtes à montrer les crocs. Elise poussa un second soupir avant de placer une main sur l’épaule droite de Wandy :

« Wandy, tu as entendu Royan, non ? Tu t’installes à côté de moi à table. »

« … … … D’accord. Puisque c’est toi qui me le demande, grande sœur. »

« On pourra parler pendant des heures de Tery, vu tout ce que nous avons vécu avec lui. » commença à dire Manelena, Elen déclarant aussitôt :

« Manelena, ne soit pas aussi taquine envers elle, s’il te plaît. »

« Oh, je ne suis pas taquine. Je suis tout ce qu’il y a de plus sérieuse en ce qui la concerne. Néanmoins, à elle de voir … ce qui peut se passer ou non. »

« Je n’hésiterai pas à relever les défis que l’on me lance. » rétorqua Wandy. Elise leva les yeux vers le plafond, se demandant comment est-ce qu’ils avaient put arriver à ce résultat.

Mais voilà, contrairement à ce qu’elle s’était inquiété, tout se passa bien plus calmement qu’elle ne le pensait. Wandy et Zalek étaient de chaque côté d’Elen, semblant abandonner complètement Elise qui était à côté de Royan, lui-même à côté d’Hyzeut tandis que Nactor était non-loin de Manelena et de la mère de Tery.

« Vous êtes donc la mère de Tery, le chevalier protecteur d’Elise ? »

« C’est exact. Est-ce que mon fils vous a crée du tort ? »

« Euh en fait, pas vraiment. On va dire que je ne l’ai pas connu réellement. Juste que son nom est très connu dans le royaume souterrain. »

« Ah ça, tout le contraire de son enfance et son adolescence. Depuis qu’il est devenu adulte et qu’il a rencontré Elen, on va dire qu’il a changé radicalement de vie. Qu’est-ce qu’il devient ? »

« Je ne suis pas le mieux placé à ce sujet pour en parler malheureusement. Ni moi, ni les autres, nous avons été séparés depuis cette agression. »

« Enfin, du peu qu’on puisse dire vu qu’on a passé quelques journées avec lui, c’est qu’il était très amical, pas prise de tête sur les conventions. Même si y avait quelques diplomates donc des personnes de haut rang, il ne faisait pas attention aux classes sociales. »

« Ca lui correspond bien, ça. Contente de voir … que ce côté là n’a pas changé malgré l’incident qui l’a emmené à venir dans le monde souterrain. »

« Elise a sûrement d’autres anecdotes à vous raconter. C’est avec elle qu’il a vécu pas mal de temps. Ils sont venus tous les deux et tout, non ? »

« C’est exact mais si je commence à raconter tout ce qui s’est passé depuis le début, ça risque de prendre quelques heures. »

« Nous avons tout notre temps maintenant, Elise. Ca nous fera des choses à dire pendant les prochains repas, non ? »

Royan avait raison sur le coup. Ils n’étaient guère pressés. Ils avaient tout le temps qu’il fallait. Aucune raison de chercher à se presser. Pour l’occasion, le jeune homme aux cheveux bleus put sentir qu’une main se glissait vers la sienne, sous la table alors qu’il sursautait légèrement, tournant son visage vers Elise tout en souriant.

« Bon ben, c’est décidé alors. Je vous raconterai les mésaventures de Tery et vu la quantité qu’il y a, je ne vais pas manque d’anecdotes pour le mois à venir. »

« Tout ce qui se rapporte de près ou de loin à Tery m’intéresse, Elise. »

Elen n’avait pas besoin de s’exprimer pour qu’Elise le sache. Un peu comme Manelena qui était resté muette par rapport à ce nouveau sujet. Pas difficile de savoir qu’elle aussi désirait avoir un maximum d’informations au sujet du jeune homme bien qu’elle évitait de le crier de vive voix. Enfin bon, elle était de retour parmi le groupe et il ne manquait plus qu’une personne pour qu’il soit complet. Vivement qu’il se dépêche !

Chapitre 52 : Tout est terminé

Chapitre 52 : Tout est terminé

« Et voilà, Zalek. »

« Mais euh ! C’est juste un peu de terre, rien de plus. Y a pas besoin de frotter autant ! »

« Tu plaisantes ? On a enfin trouvé un endroit pour se laver plus ou moins correctement, je vais continuer jusqu’à ce que ta peau brille à force de la frotter ! »

BEUH ! L’enfant fait une petite moue de dépit alors qu’il finit par abandonner la bataille. Ca ne servait à rien de lutter contre deux femmes face à lui, surtout quand elles étaient plus âgées et aptes à l’empêcher de se mouvoir.

« Pfff … Et pourquoi est-ce qu’eux, ils se lavent pas ? »

« Les deux grands gaillards ? T’en fait pas qu’ils vont aussi y passer mais ils sont assez grands et adultes pour se laver seuls. Du moins, il vaut mieux pour eux car sinon, ça risque de chauffer. » vint dire Elise tout en finissant par lever la voix vers la dernière phrase, comme pour prendre un air bien menaçant. Oui, le message avait été transmis au duo de mercenaires, pas besoin de faire comme s’ils n’étaient pas au courant ou qu’ils n’avaient pas entendu ! Elle ne se fera pas avoir !

Et voilà ! Bon, ça avait vraiment pris une bonne heure mais elles étaient avec une apparence correcte et même Zalek était propre comme un sou neuf. Chacune pouvait être heureuse du résultat. Bon d’accord, les cheveux trempés, ce n’était pas vraiment la meilleure idée du siècle et Elise avait utilisé ses flammes pour faire sécher ça plus rapidement, faisant quand même attention à ne pas brûler la chevelure de sa sœur cadette.

« BON ! HYZEUT ! NACTOR ! A votre tour ! Et que l’eau finisse par devenir brune à force de frotter, compris ?! »

« Et c’est elle qui voulait qu’on évite de l’appeler princesse Elise, c’est ça, Hyzeut ? »

« Ouais, visiblement, ça n’a duré qu’un temps hein ? Comme quoi ! »

« Hey, vous deux, si vous avez le temps de dire de telles sottises, utilisez-le plutôt pour aller vous laver, bande de malpropres ! »

Et les voilà partis tous les deux. Heureusement, ils mettent bien moins de temps à se laver que les membres de la famille royale. Bon visiblement, c’était bien parce qu’il restait quelques taches sur leurs corps mais ils allaient pas faire les difficiles hein ?

« Moui, ce n’est pas vraiment génial mais on va faire avec ! »

« Hey, de toute façon avec nos habits crasseux, pas sûr que les gens s’intéresseront à savoir si nous sommes propres dessous ! »

« Oui et non, on va pas commencer à penser de la sorte sinon, je risque d’être très mécontent hein ? Et vous n’avez pas envie que les gens pensent que tous les démons sont des types qui se roulent dans la boue et incapables de bien se tenir et se conduire hein ? »

Ahlala ! C’est sûr et certain ! Faut déjà qu’ils évitent les groupes ! La dernière fois, ils ont réussi à éviter une rencontre face à face mais qui sait ? Ils n’auront peut-être pas autant de chance la prochaine fois.

Mais c’est surtout que plus ils avançaient, plus ils étaient certains qu’ils se rapprochaient de la civilisation. Le royaume de Shunter était assez grand mais au final, avec les récentes guerres, il fallait avouer que certains terrains étaient déserts. En un sens, cela avait été parfait au départ pour éviter les ennuis mais maintenant … c’était regrettable.

Ils voulaient trouver de la civilisation tout en cherchant à la fuir. C’était l’ironie de la situation et ils étaient vraiment très mal placés. Pourquoi est-ce qu’ils se comportaient aussi stupidement ? C’était une bonne question. Il faudra vraiment qu’ils se décident à aller à la rencontre des citoyens de Shunter ou soldats.

C’était sur cette idée qu’elle s’était fixée l’intention de réellement faire quelque chose pour ça. Le souci ,c’est qu’elle ne s’attendait pas à ce que ça soit aussi vite que ça. Car oui, mauvais coup du sort, erreur de leur part, les voilà en face d’une troupe de soldats. Une dizaine d’hommes pour deux femmes mais l’heure n’est pas à l’inégalité des sexes. Ils sont autant surpris qu’eux. Mais surtout, ils sortent déjà leurs armes.

« On a pas le choix, pas cette fois ! S’il vous plaît ! On peut … »

« NE BOUGEZ PAS ! Ne faites pas ne serait-ce qu’un seul mouvement ! Vous confirmez être des démons, oui ou non ? »

« Hey, attends un peu … Y a un truc qui cloche. »

Elle n’avait même pas eut la possibilité de terminer sa phrase. Deux soldats avaient pris la parole mais voilà que l’une des deux femmes observa Elise avec attention. Puis elle commença à fouiller l’une de ses poches, en extirpant un papier avant de l’ouvrir.

« C’est bien ce que je pensais ! C’est elle ! On l’a trouvée ! »

« Mais avant, qui êtes-vous ? Les autres ! Je veux dire, les autres démons ! » répondit le premier soldat qui avait commencer les hostilités.

« Il s’agit de ma petite sœur Wandy, de mon petit frère Zalek et de deux compagnons qui nous ont protégé. Hyzeut et Nactor, ce sont leurs noms. »

« Ils peuvent venir avec nous. Les ordres sont formels, il s’agissait principalement de vous, Elise, que nous devions emmener. Les autres n’étaient pas nécessaires mais il semblerait que le roi de Traslord, Royan, a signalé de faire le maximum pour vous ramener en vie. »

« Royan … Il m’attendait donc. » murmura la jeune femme aux cheveux auburn avec une douceur qui vint surprendre ses compagnons démoniaques.

« Les rumeurs évoqueraient même le fait qu’il dans le royaume de Shunter, caché parmi une troupe d’éclaireurs. » compléta la femme soldate alors qu’elle s’apprêtait déjà à les guider vers un endroit plus sécurisé … mais surtout plus civilisé !

« VOUS NE BOUGEREZ PAS ! »

Les soldats s’immobilisèrent en même temps que les démons, le cri provenant de leur droite. Un cri qui était à moitié animal et pour cause, une bonne dizaine de gnomolds sortirent d’entre les arbres, armés et prêts à en découdre.

« On ne doit laisser aucun démon en vie ! Poussez-vous les humains ! »

« Hors de question. Les ordres royaux passent avant vos menaces, les gnomolds ! »

« Si vous avez un petit accident, faudra pas s’en plaindre ! »

Tout ça allait finir au pugilat. Les démons s’étaient mis eux aussi à se préparer au combat bien qu’ils n’étaient guère motivés. En même temps, devoir se battre alors qu’ils pensaient que la situation venait enfin de leur sourire, c’était assez triste en un sens.

« Nous ne vous laisserons pas faire. Vous en prendre à ces démons en particulier, c’est vous en prendre directement à la reine Manelena et au roi Royan. Vous voulez vraiment vous mettre deux nations à dos ? Alors que depuis quelques mois, ça s’est presque apaisé ? »

« La reine Manelena et le roi Royan ? Si c’est le cas … »

« NON ! Faut pas la croire ! Elle bluffe ! Comme tous les humains ! Eliminons ces démon set on laisse les humains en vie, on aura qu’à les blesser ! »

« OUAIIIIS ! On va tous les écraser … enfin presque tous ! »

« On devrait peut-être éviter, des démons, y en a d’autres … et ils sont que cinq. Sont pas bien dangereux s’ils ont besoin d’humains pour les protéger. »

« Ouais, c’est pas faux ! Paraîtrait qu’il y a toute une troupe de démons, qui doivent être au moins vingt ou trente ! Ils ont tué pas mal de gnomolds dans les environs ! »

« Ca peut pas être eux. Suffit de voir leur état ! Tsss ! On vous laisse la vie sauve à vous cinq mais si on vous retrouve sans les humains, la prochaine fois ! »

Un signe au niveau de la gorge pour bien indiquer quel serait le programme et ce n’était guère jovial. La femme aux cheveux auburn émit un rictus, attendant que les gnomolds partent et s’éloignent avant de se tourner vers les soldats de Shunter.

« Et maintenant ? Qu’est-ce que nous allons faire exactement ? Vous pouvez nous dire ? »

« C’est très simple : comme prévu. On vous ramène en sécurité et d’ici quelques jours, vous serez à Midès pour aller voir le roi Royan et la reine Manelena. »

« D’accord, d’accord. Tant mieux … alors … je crois. Oh … Je crois que je suis un peu fatiguée par tout ça. »

« C’est le contrecoup, princesse Elise. Vous en faites pas. » signala Hyzeut.

C’était bien sympathique de sa part de vouloir la rassurer. Elle ne pouvait pas lui en vouloir. Mais bon, finalement, le plus important, c’est à la fin de la journée, ou plutôt du voyage. Ils se retrouvent tous dans ce qui semble être une auberge qui sert de point de relais pour les soldats de Shunter. La soldate emporte Wandy et Elise en déclarant :

« Toutes les deux, on va avoir du boulot. C’est pas parce qu’on est dans l’armée qu’on a pas le droit de se faire coquette. Et j’ai cru entendre « princesse »? »

« Disons que … c’est assez compliqué. » commença à s’exprimer Elise sans pour autant chercher à cacher ses origines. La femme soldat regarda Wandy ensuite avant de dire d’une voix lente et calme :

« Pas bien grave, bon ! Allons-y avant qu’il ne soit trop tard, ça sera mieux. »

« Euh, mais vous allez nous emmener où exactement ? »

« Tout simplement faire quelques emplettes. Pourquoi j’ai la sensation que ma paye va en prendre un coup ? Ah … Je vous jure … »

« Oh, ne vous en faites pas, nous avons un peu d’argent même si … » commença à dire Wandy alors qu’Elise l’arrêtait quelques instants après.

« Je ne pense pas que votre argent soit utile chez nous. Nous n’avons pas réellement les mêmes monnaies que vous mais ne vous inquiétez pas. Tant que vous ne me mettez pas sur la paille, ça devrait aller. »

Simplement, il était vrai qu’elle ne s’était pas attendu à ce qu’elle doive accomplir une telle chose. Comme quoi, le monde pouvait être bien étonnant quand il le désirait. Et les deux démons ainsi que Zalek ? Elles ne pouvaient pas laisser l’enfant seul, non ?

« Ne vous en faites pas, grandes sœurs ! Je vais rester avec messires Hyzeut et Nactor ! »

« Oui, tu ferais bien de les surveiller, Zalek. On te fait confiance, n’est-ce pas Wandy ? » répondit Elise alors que l’adolescente à ses côtés hochait la tête positivement, amusée.

« Ah ben alors, je veillerai sur eux ! »

« Je crois qu’il y a une inversion des rôles, Nactor. Tu ne trouves pas ? »

« Je ne te le fais pas dire, Hyzeut. Ces demoiselles royales se moquent ouvertement de nous. Pour la peine, ce soir, on va faire boire le gamin ! »

« HEY ! » s’écria Elise en les regardant fixement alors que les deux démons s’immobilisaient. Rapidement, ils expliquèrent qu’ils étaient en train de blaguer. Bien entendu qu’ils n’allaient pas faire consommer de la boisson à un enfant. Un peu de sérieux !

« Vous feriez mieux d’éviter l’humour absurde sur Zalek ! C’est encore qu’un enfant hein ? »

« Je dirais bien que les soldats pourraient les surveiller … mais ils ne sont pas mieux. »

D’ailleurs, la seconde femme soldat venait de rejoindre la première avec Elise et Wandy. A les entendre soupirer en concert, on pouvait se douter qu’elles avaient beaucoup à médire sur les différents soldats et les trois démons dont un très jeune.

Pour autant, pour la première fois depuis longtemps, ils pouvaient enfin souffler et ne pas avoir à s’inquiéter de la nuit qu’ils allaient passer. D’ailleurs, aprês être passé une nouvelle fois dans un bain, Zalek s’était aussitôt endormi sur le lit, complètement épuisé tandis que Wandy tenait à peine sur sa chaise, cherchant à rester consciente pendant qu’Elise, Hyzeut et Nactor discutaient avec les soldats.

« Ainsi, la reine Manelena et le roi Royan cherchent à rencontrer des démons ? »

« Non, ce n’est pas exactement ça. De ce que nous avons compris, de nombreux démons sont en train de fuir les régions souterraines dont ils sont issus. Il paraîtrait que c’est une vraie guerre civile en bas. Enfin, ça exagéra surement. »

Aussitôt, un voile passa devant les yeux d’Elise mais surtout Wandy. Bien qu’elle était à moitié endormie à cause de la fatigue et de soulagement, l’adolescente s’était légèrement crispée sur son siège en pensant à Tery.

« On en sait pas plus de notre côté, on est que des soldats mais bon, en clair, vous êtes pas les premiers démons que l’on rencontrent et ça commence à en faire un petit nombre. Simplement, dans Honoros, les clans ne sont pas tous en faveur des démons et donc, les démons ne savent pas s’ils peuvent y aller ou non. Quant à Claudiska, c’est un royaume trop en hauteur. De base, les grottes d’où sortent les démons, aucune ne relie à Claudiska. »

« Et pour Mékalarma, comment ça se … passe avec eux ? »

« Oh … Euh … Là, j’en sais trop rien mais paraîtrait que c’est un sujet brûlant à l’heure actuelle. Faudra demander à la reine Manelena quand vous la verrez. »

« Ca sera fait. Mais pour ça, il faut déjà que nous retournions à Midès mais en même temps … qu’est-ce que les gens pensent de la venue des démons ? »

« Il ne faut pas oublier que pour la majorité, vous êtes principalement des légendes. Malgré les mois passés, rares sont les démons qui sont venus à la surface et surtout qui ont été vus. A partir de là, vous êtes considérés comme une race comme les autres. »

« Je ne sais pas si je dois être vexée ou soulagée d’apprendre ça. Wandy ? Tu ferais bien d’aller dormir dans la même chambre de Zalek. »

« Mais au sujet de Tery et … » commença à dire l’adolescente, inquiète.

« On ne peut rien y faire et tu sais aussi bien que moi qu’il n’est pas du genre à se laisser faire. S’il y a bien une personne capable de calmer notre père, c’est lui. »

« Si seulement … Si seulement. » chuchota Wandy en finissant par se saluer, s’inclinant poliment pour souhaiter la bonne nuit à toutes les personnes présentes. Quelques secondes plus tard, elle avait disparu à l’étage pour aller plonger dans le sommeil avec Zalek.

Et elle-même ? Et bien, elle n’allait pas tarder. Elle était tout autant exténuée que ses cadets mais elle cherchait à rester éveillée. Elle avait encore du mal à croire que tout allait être résolu comme si de rien n’était… ou presque. Du moins, si seulement ça marchait de la sorte. Pour l’heure, elle avait … pfiou.

« Où est-ce que nous sommes exactement ? »

« Par rapport à Midès ? Je dirais une cinquantaine ou soixantaine de kilomètres. Demain ou après-demain, nous pourrons nous y rendre en fin de journée. »

« Si proche que ça ? Je ne pensais pas que c’était le cas. » vint dire Elise, un peu surprise de savoir qu’en continuant, ils auraient pu s’y rendre d’eux-mêmes.

« Et pourtant, en quelque sorte, dans votre malheur, vous avez eut de la chance. »

« Tout est relatif, j’imagine. Bon, je vais aussi aller monter me coucher. Si ça ne vous dérange pas trop, évitez de nous réveiller jusqu’à ce qu’on le fasse par nous-mêmes. Ils ont vraiment besoin de repos, d’accord ? »

«  Évitez de trop tarder néanmoins. Si nous partons en pleine fin d’après-midi, je ne suis pas certaine que nous arriverions à Midès dans la journée. »

« Oh … Pas de soucis. Au grand maximum alors, midi, d’accord ? »

La soldate vint hocher la tête positivement, signe que le message était bien passé. Elise alla rejoindre son frère et sa sœur dans un même lit, blottie contre eux Un lit pour trois était peut-être un peu serré mais qu’importe.

Sous la couette, elle pouvait serrer son petit frère contre elle, Wandy ayant visiblement eut la même idée de son côté. Le sommeil allait être très lourd, elle le sentait … mais ce n’était pas un problème. C’était un sommeil réparateur, le sommeil du juste, plus exactement.

« Dormez bien, les enfants. »


Des paroles inutiles puisqu’ils ne pouvaient pas les entendre. Pour autant, elle ne se privait pas de les prononcer avant de nicher sa tête contre la chevelure de son petit frère qui lui tournait le dos. Ils étaient devenus si précieux en si peu de temps. Elle qui n’avait jamais eut de famille sauf de celle de son père de coeur, elle se sentait soulagée et heureuse dans ces moments là. Elle ne pouvait qu’espérer qu’ils perdurent à jamais.

Le lendemain matin, des bruits de pas très vifs se firent entendre, comme si quelqu’un montait à l’étage à toute allure. Aussitôt, Elise, qui avait décidé de garder un sommeil assez léger, par mesure de précaution se redressa dans le lit avant ue la porte ne s’ouvre à la volée.

« Qu’est-ce que … » dit-elle avant que l’être qui venait de pénétrer dans la chambre ne crie :

« ELISE ! C’EST BIEN TOI ! »

« Je … euh oui mais … HEY ! Attends un peu, Ro … »

Elle n’eut pas le temps de terminer sa phrase que deux bras vinrent l’étreindre et l’extraire du lit. Même s’il avait bien grandi depuis les premiers jours où il avait décidé de suivre Elen, il fallait avouer que la jeune femme aux cheveux auburn restait surprise par cette preuve de force de la part du jeune homme aux cheveux bleus en face d’elle.

« Royan, je suis très heureuse aussi de te revoir et … »

« Ne parle pas, s’il te plaît. Après tout ce temps, avec les portes, les démons, Tery. »

Elle pouvait sentir qu’il était essoufflé. Mais d’ailleurs, pourquoi est-ce qu’il était là exactement ? Comment ? Elle … ne savait pas tellement. Elle sentait juste la forte étreinte du jeune homme contre la sienne, surtout que Wandy et Zalek allaient se réveiller bientôt.

« Royan, je ne suis pas seule … S’il te plaît, c’est un peu gênant. »

« Je n’ai pas passé plusieurs heures à cheval pour te lâcher maintenant, compris ?! »

Plusieurs heures ? Mais un bref regard par la fenêtre lui signalait que le soleil était à peine levé. Il … avait voyagé de nuit ? Quel sombre idiot. Mais c’était ce genre d’actions qui ne pouvait que rendre plus fort ce qu’elle ressentait pour lui.

« Hmm … Grande sœur … De qui … est-ce qu’il s’agit ? »

« Wandy, Zalek, je me dois de vous présenter l’actuel roi de Traslord : Royan. »

« Royan ? C’est donc lui qui … » commença à dire l’adolescente, se frottant un peu les yeux, encore à moitié endormie, un peu comme son petit frère sur le moment.

« C’est bien lui. Nous sommes vraiment en sécurité, maintenant. »

« Quand j’ai reçu la lettre de cette troupe d’éclaireurs, qui nous annonçait qu’ils avaient fini par te trouver, je n’ai pas perdu de temps et … »

« Je pense que sur le coup, si tu peux plutôt me libérer, que je me fasses un brin de toilette, que je sois plus présentable mais surtout que nous ne sommes pas seuls, Royan, tu ne crois pas que ça serait beaucoup mieux pour nous deux. »

« Euh … oh … Euh ! Oui, c’est vrai ! »

Comme s’il venait à peine de remarquer ce qui se passait, il toussota légèrement avant de rougir. Il signala qu’il comprenait parfaitement, libérant Elise avant de lui voler un baiser. Oui, il avait attendu ça depuis si longtemps, qu’importe que ça soit devant les yeux de quelques soldats de Shunter, du frère et de la sœur d’Elise.

« Nous allons prendre le petit-déjeuner ensemble et ensuite, nous partirons vers Midès ! »

C’était une bonne proposition, qu’elle acceptait complètement. Elle était pressée de pouvoir revoir Manelena, Elen et les autres. Il ne manquera plus que Tery mais ça … elle se promettait de le ramener le plus rapidement possible !

Chapitre 51 : Sans aucun répit

Chapitre 51 : Sans aucun répit

« Désolée, les enfants. Il n’y a que des fruits. Il faut espérer qu’ils … »

« HEY ! Devinez quoi les petits loups ! On a de la viande pour ce soir ! »

« Quand on parle des démons, on en voit les cornes ! »

Elle n’avait pas terminé sa phrase mais un sourire se dessina sur ses lèvres. Alors que les deux enfants démoniaques faisaient un peu la moue en pensant qu’ils allaient encore devoir manger quelques fruits pour se sustenter, voilà que les deux démons mercenaires revenaient avec ce qui semblait être un imposant sanglier dont les défenses en spirale couvraient ses oreilles. Bien entendu, la créature était morte mais cela restait impressionnant.

« Et en plus, ça nous en fera pas mal pour les prochains jours. Du moins, si on avait de quoi garder la viande plus ou moins fraîche. Ca c’est autre chose … »

« Suffira simplement de faire cuire toute la viande possible. Ca sera mieux que rien. » répondit Elise. Vue qu’elle avait été serveuse pendant la majorit de sa vie, elle était plus ou moins au courant de comment tout cela fonctionnait.

« Ah oui, on pourra la garder plus longtemps vu que les microbes ou autres auront disparu. Enfin, je suis pas cuisinier mais j’ai compris plus ou moins ça. »

« On va dire que c’est correct. Mais bref, vas falloir éventrer la bête, couper les morceaux les plus juteux, virer un peu … Euh, Wandy, tu veux pas aller te promener un peu avec Zalek ? Mais attention à ne pas trop vous éloigner. »


Et oui, sincèrement, elle n’était pas très motivée à montrer un spectacle peu ragoûtant aux deux enfants. Autant, elle, elle y était habituée, autant, elle n’était pas enjouée à l’idée que les enfants, même s’ils avaient vu des morts de très près, voient un tel spectacle. Lorsqu’ils s’éloignèrent, Hyzeut murmura :

« Faudra vraiment que l’on trouve une rivière, enfin, plus qu’un petit coin d’eau pour se faire un brin de toilette. C’est pas gênant pour nous, on est des mercenaires mais vous … »

« Bah, même si on est de la famille royale, faut parfois savoir faire quelques sacrifices hein ? Mais à partir de là … Vous voulez de l’aide ? »

« Hey hey hey, on va pas vous laisser salir … oh et puis zut, venez nous aider ! »

Le démon est bien plus amusé qu’autre chose alors qu’il tend un coutelas à Elise qui le récupère, commençant le travail en première comme si de rien n’était. Les deux démons étaient plutôt surpris, Nactor sifflant d’admiration :

« Propre et efficace ! Enfin, propre, c’est un bien grand mot ! »

« On va dire que je n’ai pas peur de me salir. Mais sinon, vous aidez ? »

« Ah ! Euh oui, oui, princesse Elise ! On arrive tout de suite ! »

Il fallut bien une vingtaine de minutes pour qu’ils finissent par récupérer les meilleurs morceaux sur la bête mais brûle aussi la carcasse ainsi que les intestins et autres parties de la bête qu’ils ne pouvaient pas manger.

« Vraiment … Qu’est-ce qu’on a comme apparence, on ferait peur aux monstres de notre royaume. Ca fait combien de temps ? »

« Je crois bien que l’on se rapproche de la dizaine de jours voire depuis deux semaines. »

« Deux semaines sans se laver correctement, je comprends pourquoi on a une sacrée odeur. »

« Dure dure la vie de mercenaire mais sur le champ de bataille ou en mission, de mon côté, j’ai déjà tenu plus longtemps que ça. »

« Ah ben ouais, surtout quand tu dois te battre tous les jours, t’as pas le temps de penser à ta toilette, hahahaha ! »

« Bon, les deux porcs, c’est pas à celui qui s’est le plus roulé dans la boue et dans le sang hein ? Je vous jure, qu’est-ce que Zalek et Wandy vont penser de vous deux ? »

Oui, elle leur parle comme si elle les connaissait depuis longtemps. En un sens, elle n’avait aucune honte ou peur de leur adresser la parole. Ils étaient au même rang à l’heure actuelle. La question ne se posait même pas à ses yeux. Ils étaient de me^me rang aà l’heure actuelle. Ils devaient survivre, tous ensemble.

« Est-ce que nous pouvons revenir, grande sœur ? »

« Bien entendu, nous sommes déjà en train de cuire les morceaux. Vous ne voulez pas vos morceaux trop saignants, c’est bien ça ? »

« Ca ne me dérange pas de mon côté. Tant que c’est la viande ! » s’exclama le plus jeune du groupe de cinq démons avec joie.

Bien entendu, bien entendu. Hyzeut était comme amusé, commençant à couper sa viande tout en cherchant à se concentrer. Quelques secondes plus tard, alors que les lignes noires caractéristiques de l’utilisation de la magie, apparaissaient sur ses mains, le voilà en train de tenir ce qui semblait être une assiette de pierre, en faisant plusieurs pour tout le monde.

« Ca sera peut-être mieux pour manger plutôt que de nous comporter comme des animaux. »

« C’est un peu tard pour faire cette réflexion. »

« BAH ! Princesse Elise, c’est vrai qu’on est un peu crasseux mais bon … Ca pouvait être pire hein ? Bon, bon appétit ! Mangez bien les enfants ! »

« Merci beaucoup, monsieur Hyzeut ! »

« Pas de monsieur avec moi, prince Zalek. J’ai pas beosin de ça, hahaha ! » s’exclama le démon alors que l’enfant lui répondait aussitôt :

« Alors pas besoin de prince avec moi non plus ! »

« Hey ! Il a de la répartie, le petit ! »

Quelques petits rires de chacun, ça ne pouvait que faire du bien à la santé du groupe. Avec tous ces combats contre les gnomolds, ils en avaient bien besoin. Mais pour le moment, ils méritaient bien de tous se reposer.

Les heures défilèrent, les kilomètres aussi mais ils évitaient les chemins de terre, de peur de tomber sur quelques citoyens de Shunter ou pire encore, des soldats ! Bon, et dans le pire des cas, à nouveau des gnomolds. Avec un feu installé entre eux, les deux enfants dormaient déjà contre Elise, cette dernière faisant la conversation avec les deux autres démons.

« Je m’excuse, je ferais mon tour de garde en dernière. Je n’ai pas envie de les réveiller. La viande leur a fait le plus grand bien. »

« Je veux bien croire ça … ça nous a changé de ce ces derniers jours. Heureusement que l’alimentation à la surface est aussi bonne que celle de chez nous. Même s’il faut avouer que ça surprend un peu au goût. »

« La surface et le monde souterrain ne sont pas si différents que ça, vous savez. On en fait des tonnes mais au final, ça se ressemble bien plus qu’on ne le croit. »

« Ah oui ? A ce point ? C’est vrai que vous viviez là-bas pendant des années. C’est dommage que vous ne puissiez pas retourner là d’où vous venez. »

« Disons qu’il y a eut un incendie … qui a emporté mon père adoptif. »

« Ah … Euh … D’accord, désolé, je voulais pas remuer quelques mauvais souvenirs dans la plaie. » murmura Nactor, visiblement un peu embêté.

« Ce n’est pas grave. Ca commence à dater, vous ne pouviez pas vraiment savoir. Je ne vais pas le crier sur tous les toits, hein ? »

« C’est vrai … pour cette nuit, vous pouvez éviter de faire le tour de garde. Que vous soyez princesse ou non, ça change pas que ça serait mieux pour vous. Ils ont besoin de vous pour cette nuit, encore plus que les autres. »

Elle haussa un sourcil, sans vraiment comprendre pourquoi il parlait de Wandy et Zalek de la sorte. Encore plus ce soir que les autres ? Qu’est-ce qui était si différent ? Elle avait du mal à savoir exactement mais en même temps … elle ne voyait pas trop, vraiment.

« Comme vous le désirez, si vous me promettez que ce n’est pas à cause de mon statut. »

« Promis sur … Et bien, je ne sais pas sur quoi exactement mais c’est promis. »

Elle a un léger sourire avant de fermer les yeux. Ses mains caressèrent les chevelures de son frère cadet et de sa sœur cadette. Elle allait donc pouvoir se reposer mais bon … elle espérait que les deux derniers démons qui les accompagnaient n’allaient pas mourir … eux aussi.

Le lendemain matin, elle eut la surprise de sentir une bonne odeur titiller ses narines, lui faisant ouvrir les yeux et bouger en même temps que les deux autres membres de sa famille. Elle écarquilla un peu les yeux, regardant devant elle tout en disant :

« Qu’est-ce qui sent si bon ? »

« Hahaha ! Il voulait vous faire une petite surprise. » déclara Nactor en désignant Hyzeut. Ce dernier avait le sourire aux lèvres, semblant préparer une étrange mixture dans une casserole faite de pierre.

« C’est quand même génial ce que l’on peut faire comme mélange avec les différents fruits. Je pense que ça va ressembler à une sorte de confiture … avec quelques pépins mais hey, ça devrait pouvoir gonfler nos estomacs pour la matinée. »

« Et pour le coup, vu que je crois pas que la viande, ça soit la meilleure idée du siècle, pour la matinée, peut-être que … »

« Dites, vous deux, vous oubliez pas une chose ? Même si de base, ça n’a aucun goût et que ça remplit à peine l’estomac, je pense qu’avec vos mélanges, ça devrait combler. »

Hein ? Les deux démons se regardèrent alors qu’Elise se concentrait, faisant apparaître ses lignes noires d’Alzar sur ses mains. Quelques secondes plus tard, voilà que des pains se formaient entre ses doigts. Elle les déposa dans un autre bol de pierre, déclarant :

« On avait abandonné cette idée car ça ne remplit pas vraiment les estomacs mais bon … C’est mieux que rien hein ? Pareil avec l’eau, ça ne fait pas disparaître cette sensation. Mais si on fait un petit mélange, ça compense et ça peut servir de repas consistant ! »

Et oui ! Les quatre autres démons la regardèrent avec émerveillement, Nactor donnant un petit coup d’épaule à Hyzeut, celui-ci s’activant pour rapprocher la mixture des pains qu’ils ouvrirent les uns après les autres.

« Bon si ce n’est pas bon, on le saura mais hey, faut bien expérimenter ! »

Jamais elle ne chercha à douter des deux démons. Ces derniers étaient comme ravis des expériences qu’ils étaient en train de mener sur la nourriture et elle avait bien vite compris que malgré tous les désagréments qu’ils subissaient en ce moment même, ils étaient heureux de découvrir ce nouveau monde.

« Bon ben … Bon appétit hein ? »

« Je vais tester le premier pour savoir si ce n’est pas empoisonné ! » s’exclama Nactor avant de croquer dans le pain recouvert de la substance gélatineuse et odorante.

« Alors, résultat ? Est-ce que tu vas t’écrouler au sol et baver ? »

« Hmmm … C’est assez visqueux … à avaler … y a l’air d’avoir encore quelques pépins. »

« Hey, je t’ai pas dit que j’allais te préparer un plat de roi ! Oups désolé, princesse Elise. »

« Ne t’en fait pas, je crois que pour cette comparaison, on peut accepter, n’est-ce pas ? »

Elle s’était tourné vers son frère et sa sœur, les deux ayant le sourire aux lèvres à cause de la remarque d’Hyzeut. Et maintenant ? Et bien, bon appétit ! La gelée de fruits n’était pas la plus délicieuse qui soit mais elle arrivait aisément à caler l’estomac de chacun.

« Hmmm … Vraiment délicieuse quand même ! Je ne savais pas que l’on pouvait produire une telle chose en aussi peu de temps. »

« Oui et non. En étant mercenaire, faut réussir à se débrouiller vite et bien. Si on ne sait pas cuisiner ou être ingénieux rapidement, on risque de mal finir … genre avec des crampes d’estomac. En plus, il faut aussi se méfier de ce qui peut nous tomber dessu en terme d’animaux sauvages ou alors de champignons souterrains. »

« Ah oui, ces fameux champignons toxiques ou qui donnent des hallucinations. »

« On dirait bien que la surface et les souterrains ne sont pas si différents que ça. Nous aussi, on a notre dose de champignons. Mais il suffit de les cuisiner d’une façon spécifique pour qu’ils perdent leurs effets. »

« Bien entendu ! Un exemple : le champignon sublumineux, vous connaissez non ? » commença à dire Hyzeut sur un ton plus scientifique qu’on ne pourrait le croire au départ. « Je pense que je ne surprendrai personne en signalant que la lumière provient principalement de la tête n’est-ce pas ? C’est là que contient son poison aussi. Il suffit de percer doucement la tête avec une pointe et de tapoter la base du champignon pour qu’une poudre s’en écoule. Le champignon perdra de sa lumière et dès qu’il sera complètement éteint, il sera bon à cuisiner. C’est plus ou moins comme ça qu’on peut les manger. »

« Je ne pensais pas à un cours culinaire en pleine forêt. Comme quoi, on peut parfois s’attendre à tout et être quand même surpris ! »

Nouveaux éclats de rire. Ils avaient eut de la chance, vint se dire Elise dans ses pensées. Les deux derniers démons qui les accompagnaient étaient adorables. Rien à voir avec les nobles prétentieux qui tentaient d’obtenir ses faveurs lorsqu’elle se trouvait au château. C’était même pour cela qu’elle restait si souvent avec Tery à l’époque.

« Malheureusement, pour ces champignons avoisinants, je préfère ne pas tenter le démon et on évitera de les manger sauf si la prin … Elise s’y connaît. »

« Je peux vérifier, je peux vérifier. Ca donnera un autre goût à la viande. On peut aussi voir pour quelques herbes sur le chemin ! »

« Et bien, on commence comme ça et on finit par vivre en communion avec la nature. Dommage que les voisins soient aussi poilus et agressifs. »

Même dans ces instants précis, ils arrivaient à rire des gnomolds alors que ces derniers avaient emporté les autres mercenaires, il n’y avait à peine que deux jours. Il valait mieux réagir de la sorte plutôt que de désespérer. Oui ! Et ils allaient trouver une civilisation qui voulait bien d’eux. Ca sera difficile mais bon … D’ailleurs, elle y réfléchissait.

« Vous pensez que malgré mon état, je pourrais rentrer en ville ? Comme je peux faire disparaître mes cornes, je pourrais peut-être … »

« Entre les blessures, les vêtements déchirés et autres, je ne sais pas trop. Ca peut se tenter mais en même temps, tu ne pourras pas emmener ton frère et ta sœur avec toi. »

« C’est exact, je ne l’ai pas oublié, ne vous en faites pas. Mais à côté, je sais qu’avec vous deux, ils seront bien protégés. »

« Euh … C’est trop d’honneur, princesse Elise, sur le coup. On a fait que ce qui nous semblait bien, vous savez ? Je veux dire … »

« Je crois qu’on va tenter cette méthode ! Il faut juste que j’arrive à me trouver un véritable cours d’eau pour au moins me décrasser. »

Car oui, la magie du pain et de l’eau, c’était vraiment inutile en fin de compte. Le liquide était aussi translucide que de l’eau mais nettoyait guère. Après, elle pouvait bien utiliser la magie aqueuse … mais vu qu’elle ne la maîtrisait pas réellement, elle risquait de commettre une effroyable erreur et elle préférait éviter cela.

« C’est comme tu veux, Elise ! Mais bon, on y est pas encore. Faudra déjà trouver de la civilisation auparavant … et une qui n’est pas agressive si possible. »

« Un petit village d’une centaine d’habitants sera suffisant. Généralement, ils ont peut-être trois ou quatre soldats pour les protéger et encore. »

« Oui, comme ça, s’ils réagissent mal, tu pourrais t’enfuir. »

C’était exactement pour cette raison. Qu’ils soient sur la même longueur d’ondes était une excellente chose. Au moins, la cohésion du petit groupe leur permettait de ne pas perdre trop de temps sur des détails du genre.

« Bon, par contre, c’est pas tout ça mais vu que le petit déjeuner est terminé, on va peut-être se remettre en route. Si on reste trop longtemps au même endroit, je suis certain que ces sales bêtes humanoïdes et poilues vont vouloir nous faire la peau. »

« Ah ça, la question ne se pose même pas ! Tu as tout à fait raison ! Allons-y les enfants ! »

Autant ne pas perdre de temps et surtout ne pas tenter le diable sur le coup. Elise se tourne vers Wandy et Zalek, les regardant en leur faisant un grand sourire. Zalek a encore un peu de gelée sur le coin des lèvres, Wandy se léchant le pouce pour l’essuyer.

« C’est bon pour nous, grande sœur. » confirma l’adolescente après avoir nettoyé le visage de son petit frère. Ils … le prenaient bien.

Ils allaient bien. Elle n’avait pas à s’en faire. Elle savait que c’était très difficile pour eux mais ils ne se plaignaient pas. Etait-ce à cause des aînés qui avaient sûrement déjà entraîné les deux enfants, plus ou moins, à se comporter de la sorte ? Elle n’en savait rien … mais les deux enfants royaux n’étaient pas de simples gamins. Encore aujourd’hui, elle le voyait.

Ils s’étaient remis en marche. Ils ne pouvaient faire que ça. Elle regarda tout simplement ce qui se trouvait autour d’eux. Des arbres, des buissons, des animaux sauvages qui fuyaient. C’était le lot quotidien des aventuriers de l’extrême qu’ils étaient.

Tout se passa plutôt bien pour les premières heures. Comme à leur habitude depuis cet incident, ils étaient sur leurs gardes et rien ne pouvait espérer passer dans leur champ de vision sans qu’ils ne le remarquent. La démone aux cheveux auburn était même sur le qui-vive, ne voulant laisser rien échapper à sa vue.

« Bon, ça a l’air sécurisé dans les environs. Je pense que l’on peut y aller. »

« Il vaut mieux de toute façon, hahaha ! »

« Euh … Les gars … et les filles, bien entendu. Je veux pas dire mais y a un truc qui pose plus problème là. Faut que vous veniez voir. »

Hyzeut était accroupi au sol, devant ce qui semblait être des traces de pas. Ce n’était pas les leurs, ils en étaient certains. Elise se rapprocha, étudiant les traces de pas à son tour avant de finir par dire d’une voix soucieuse :

« Nous ne sommes pas seuls … et ce sont des humains. Ce sont des traces de solerets. Il suffit de voir la profondeur des pas pour comprendre que ce sont des bottes de métal qui ont fait ça ou alors … il s’agit de … »

« De personnes qui ont une ossature sacrément lourde. »

Encore une fois, de l’humour. Bon, sur le coup, ce n’était peut-être pas le meilleur moment pour ça mais elle ne pouvait pas lui en vouloir. Le souci, c’est que contrairement aux villageois, les soldat de Shunter voulaient leurs morts.

« Qu’est-ce que nous faisons si on tombe dessus ou inversement ? »

« On verra sur le moment. Le mieux, ça serait que ça ne se produise pas. On ne va pas risquer nos vies, surtout s’il s’agit d’un groupe préparé à combattre les démons. »

« Ne pensons pas au pire avant le meilleur, Elise. »

C’est vrai. Nactor avait parfaitement raison. C’était pas le moment d’être pessimiste. Il fallait juste envisager que les soldats, s’ils se retrouvaient face à face, seraient d’accord pour discuter. De toute façon, vu l’état vestimentaire déplorable dans lequel le groupe de cinq était, il n’y avait aucun doute qu’ils n’étaient pas aptes à se battre.

Dans le pire des cas, s’ils devaient se battre, ils pourront les prendre par surprise … mais elle ne voulait pas cela à ce moment précis. Ce n’était pas ce qu’elle désirait. Elle espérait pouvoir résoudre tout ceci calmement. Ils en avaient assez fait.

Aujourd’hui, la sécurité de ses deux cadets importait plus que tout le reste. Elle savait que Nactor et Hyzeut feraient de leur mieux aussi … mais elle refuserait qu’ils se sacrifient pour eux. S’ils tombaient sur les soldats, ils régleront le souci … d’une manière ou une autre.