Chapitre 32 : Une nouvelle chance

Chapitre 32 : Une nouvelle chance

« Manelena ? Est-ce que… J’ai dormi correctement cette nuit ? »

Il s’était réveillé après elle et clairement, il était plus que soucieux. Oh, elle avait encore dormi avec lui, poitrine nue, sans aucune vergogne maintenant. Et lui-même s’était niché contre ses seins, comme pour se sentir apaisé. Cette nuit, il avait normalement dormi comme si de rien n’était mais vu que ce rien n’était… était justement plus problématique que prévu, il préférait se renseigner auprès de la jeune femme.

« C’est le cas, Tery. Tu n’as causé aucun problème ou dégâts. Est-ce que tu te sens un peu soulagé quand même ou non ? »

« Je ne suis pas certain de réellement l’être, je dois avouer mais… Merci, Manelena. Mais pourquoi tu es dans cette tenue ? Normalement, tu te couvres tout le temps en haut. »

« Hmm ? Oh… J’ai l’impression que cela te permet de mieux dormir. Tu n’aimes pas ? »

Encore une voix, elle employait un ton légèrement mutin, comme pour l’inviter à se laisser aller même si elle savait qu’il ne ferait rien. D’ailleurs, elle ne faisait que parler mais elle avait déjà tendu sa main pour enfiler à nouveau ses « guenilles » d’esclave.

« Est-ce que ma tenue est convenable pour le sieur Tery, maintenant ? »

« Merci bien, mademoiselle Manelena, des efforts que vous produisez à mon encontre. Ils sont notés et nous respectons vos choix. »

Puisqu’elle jouait à ça, ils pouvaient être alors deux, non ? Il avait simplement fait un petit sourire à son tour. Il se sentait mieux par rapport à hier, il devait l’avouer, beaucoup mieux même. Hmm… Il espérait que ça allait durer car sinon, il allait replonger dans la morosité et il savait bien que ça ne donnerait que du mauvais.

Heureusement le petit-déjeuner était plus tranquille qu’il ne le pensait et il appréciait le fait de manger sans avoir à se soucier de ce qui l’entourait. Dans tous les cas, la matinée se passa plus agréablement qu’il ne le pensait et il se sentait enfin un peu soulagé de voir qu’il avait déjà plus ou moins tiré un trait sur ce qui s’était passé hier.

Mais non, il savait tout aussi bien que ça ne serait pas aussi facile, surtout que le monarque avait encore demandé à les voir, lui et Manelena. Est-ce qu’ils allaient reparler du projet d’hier ? De retourner à la surface ? Il n’allait pas tarder à le connaître, Manelena aussi.

« Empereur Malark. Vous désiriez me voir aujourd’hui encore ? »

« C’est exact, Tery. Cette nuit a été bien plus tranquille, de ce que les gardes et servants ont pu me signaler. C’est une bonne chose. Est-ce que cela veut dire que ça ne va plus te reprendre ? Ou est-ce que tu entends encore sa voix ? »

« Pour le moment, ce sont plus quelques murmures et ils sont très rares. C’est à peine si ce sont des souffles incompréhensibles et dans tous les cas, je ne vais pas m’en plaindre. Mais voilà, vous savez tout à mon sujet, encore une fois. »

Il ne tentait même pas de cacher un peu son animosité. Il avait la sensation d’être pris pour un idiot de la part du monarque même s’il tentait de le cacher. Pour l’occasion, il continuait de le regarder avec ses yeux verts, attendant de voir ce qu’il allait dire.

« Bien… Donc prendre le large te permettra d’éviter que cela ne recommence. »

« Et donc, est-ce que cela a un rapport avec ce que vous voulez que l’on fasse ? Enfin, retourner à la surface et tout le reste ? Car bon… Ces dernières tentatives… »

« Je sais parfaitement ce qu’elles ont donné mais pourtant, je veux vous laisser la possibilité de vous rattraper, encore une fois et encore une fois. »

Il venait de se répéter exprès pour souligner le léger agacement qui l’animait quand il entendait la discussion. Pour autant, comme c’était lui qui avait lancé les hostilités et il repit la parole sur un ton assez came :

« Cela n’a pas changé ce pour quoi je veux vous envoyer à la surface. »

« Nous retrouverons Elise, Wandy et Zalek, soyez en certain. »

« Je veux être plus que certain par rapport aux évènements, vous comprenez que je commence à être lassé, non ? Si vous comprenez cela alors nous pouvons envisager que tout se passe pour le mieux, n’est-ce pas ? »

« Oui, oui, ne vous inquiétez donc pas à ce sujet. » répéta le jeune homme d’un air machinal. Peut-être que dans le fond, il était vraiment lassé de tout ça ? Et qu’il ne cherchait même plus à s’en cacher ? Oui, c’était sûrement ça.

Pour autant, il n’allait pas chercher la confrontation directe avec le monarque car ce n’était pas contre lui qu’il en avait sur le coeur mais simplement les règles démoniaques. Et aussi en bonne partie contre lui-même… à cause de ce qui s’était passé.

« Quand est-ce que nous devons partir ? » demanda une nouvelle fois Tery alors qu’il attendait la réponse de l’empereur qui fût plus rapide qu’il ne le pensait.

« Le plus tôt sera le mieux. D’ici une semaine au grand maximum, vous devez être à nouveau hors de la capitale. Cela te semble possible ? »

« Je ne dis pas que je ne vais pas y arriver mais comme je ne connais pas le nom de toutes les personnes qui étaient avec moi, je vais devoir d’abord me renseigner à ce sujet. Est-ce que je suis autorisé à utiliser les registres et autres pour me faciliter la tâche ? »

« Tu le peux mais… Tery Vanian, je veux que tu comprennes parfaitement la situation : Elise est vitale pour l’avenir des démons. Le reste de sa fratrie est bien moindre et… »

« Wandy et Zalex ne sont encore que des enfants. Ils n’ont pas été souillé par les idées absurdes de leurs aînés. Ne les mettez pas dans le même panier que les autres… s’il vous plaît, empereur Malark. » demanda Tery alors qu’il savait pertinemment qu’il venait de couper la parole au monarque et cela sans aucune réticence.

Il sentit une main se placer discrètement sur son dos, Manelena ayant fait cela malgré ses difficultés à se mouvoir correctement avec ses chaînes aux pieds. Pour autant, elle avait juste un petit sourire alors qu’il tentait de garder ses yeux posés sur l’empereur qui ne s’était pas attendu à se voir coupé la parole par Tery.

« C’est vrai. Ces deux enfants… sont issus de la même mère, une mère qui comme les autres, pensait ensuite qu’il serait aisé pour elle de me manipuler. Une mère maintenant morte car on ne tente pas de jouer avec ma personne. »

« Ce que leur mère a fait ne doit pas se reporter sur eux. Est-ce qu’ils sont au courant de ce qui est arrivé à leur mère ? »

« Bien entendu. Comme Halyza et Haiktos. Ils sont au courant des petites manigances des nobles et des personnes qui me sont proches. Ils sont au courant du devenir de ces êtres lorsque le piège se referme sur leurs corps. Ils sont au courant de ce qui est arrivé à Lylé. Dis-moi, Tery, est-ce que tu me trouves cruel envers mes enfants ? »

Le jeune homme cornu cligna des yeux pendant quelques secondes, se demandant s’il avait rêvé ou non. L’Empereur Malark venait de lui poser une question, non ? Mais surtout, une des plus étranges. Pourquoi ? Puis ses yeux regardèrent brièvement Manelena comme s’il savait que ce qu’il allait dire risquerait de la brusquer un peu.

« Pas plus que d’autres monarques ou chef de famille noble. Tout cela pour atteindre simplement la perfection ou alors leurs objectifs, certains n’hésitent pas à éliminer ceux qu’ils considèrent comme dissidents ou problématiques. »

« Hum. C’est une réponse étrange venant de toi mais il semblerait qu’elle soit biaisée à cause de certaines relations et histoires passées. Qu’importe… Tout cela pour te dire qu’Elise est spéciale à mes yeux car elle n’a pas été élevée comme une démone tout en étant pour autant la moitié de l’un. »

« Oui… Et vous considérez qu’avec elle, il serait possible pour les démons de partir vers une nouvelle ère où ils seront en paix avec les surfaciens. »

« Dans les faits, cela ressemble plus ou moins à l’idée que j’avais en tête, c’est exact. »

« Je pense vraiment qu’Elise n’est pas intéressée par cette idée. Du moins, pour maintenant. Peut-être que si vous attendez quelques années, et surtout que les Démons se retrouvent plus enclins à accepter la présence des surfaciens… »

« Pour cela, il faudrait qu’elle revienne et qu’elle soit présente en ces lieux. Comme son jeune frère et sa jeune sœur même… »

« Même si nous savons parfaitement qu’avec le fait qu’elle risque sa vie chaque jour et à chaque tournant dans une ruelle, ce n’est pas vraiment le lieu propice pour lui permettre d’apprécier les démons. Il faut combattre le mal à la racine et malheureusement, cela ne peut pas se faire en quelques jours. » coupa à son tour Manelena, sans aucune inquiétude dans sa voix malgré le fait qu’elle soit enchaînée aux pieds et qu’elle s’adressait au monarque comme s’il s’agissait simplement d’un être comme les autres.

« C’est ce à quoi je travaille actuellement. Pendant que vous serez partis, il se peut que je garde quelques surfaciens avec moi dans les environs. Je vais « parader » dans les rues de la capitale avec ces derniers pour que les gens de cet endroit comprennent l’importance de la présence des surfaciens pour nous autres. »

« Parader donne plus l’impression que vous voulez les afficher comme de vulgaires bêtes de foire. Je ne suis pas certaine que ça soit la bonne méthode. »

« Non, je veux qu’ils se présentent aux démons et expliquent ce qu’ils font à la surface, quelles sont leurs idées, projets, inventions, sujets de discussion, leurs histoires et autres. C’est d’ailleurs pour cela qu’il serait intéressant que tu restes ici bas, jeune reine de Shunter. Tu as toutes les qualités nécessaires et requises pour cette tâche. »

« … … … Hein ? » déclara Manelena, prise à défaut par la remarque de l’empereur, Tery ayant la bouche ouverte en se demandant plus ou moins exactement ce qui venait de se passer. Est-ce qu’il avait bien entendu le monarque ou… ?

« Tes connaissances, ton arrogance, ta force personnelle, toutes ces choses seraient autant d’atouts dans mes manches que d’idées qui pourraient s’inscrire dans le coeur des démons. »

« Non merci. » répondit aussitôt la femme aux cheveux argentés après avoir attendu que l’empereur termine de parler. « Je ne suis pas intéressée par la proposition. Il y en aura d’autres, sûrement pas aussi bien que moi, mais qui pourraient avoir envie d’une telle chose. Ce n’est pas mon cas, hey. »

Et elle disait cela sans aucune arrogance ou hésitation. Elle était maintenant droite et fière, bien loin des guenilles qu’elle portait comme habits et surtout de « son rôle » ici bas.

« De toute façon, que vous me posiez la question montrait par là que vous saviez parfaitement quelle serait ma réponse, non ? »

« Si on n’essaie pas, on ne peut pas obtenir de résultats. » répliqua alors l’empereur en poussant un petit soupir bien qu’il semblait dissimuler un sourire dessous.

« Attention quand même aux différents tests. Des fois, même essayer n’est pas forcément une bonne chose. Les jeunes fous qui tentent de sauter d’un pont en pensant que c’est une bonne idée, ils peuvent être assez nombreux, ce n’est pas pour ça qu’il faut approuver leurs actes. Enfin bon, c’est dommage mais je préfère repartir à la surface et… »

« Rester un maximum avec Tery Vanian. » coupa doucement alors l’empereur Malark.

« Cela va de soi. La question ne devrait même plus se poser à force. »

Oui, s’il avait pensé réussir à la gêner, il se trompait lourdement. Elle était plus que préparée à réagir ainsi et même, elle osait lui tenir tête pour bien montrer que ça n’allait pas marcher comme méthode avec elle. Il se trompait salement et lourdement à son sujet. Il allait au devant de grosses déceptions d’ailleurs !

« Tery Vanian, je vais te laisser préparer ce qu’il faut pour ton voyage. »

« Bien, empereur Malark, pouvons-nous nous retirer ? »

« Vous le pouvez. Ne vous présentez plus à moi sans la présence de mes enfants dorénavant. Je ne peux que vous souhaiter de réussir dans cette entreprise alors. »

Tery s’inclina respectueusement devant le monarque, Manelena attendant quelques secondes avant de finalement faire de même de son côté. Sans vouloir lui tenir tête, c’était simplement une habitude qu’elle ne possédait pas encore et surtout qui n’était pas réellement relié à son rôle à la surface.

Et maintenant ? Ils étaient retourné dans la chambre, Tery préparant déjà quelques affaires, comme s’il s’apprêtait à partir le plus vite possible du château mais aussi de la capitale démoniaque. Manelena, assise sur le lit, le regardait faire, tout sourire.

« Tu es si pressé que ça de quitter cet endroit, Tery ? »

« Disons que le plus tôt sera le mieux non ? On a une raison officielle de quitter cet endroit, il vaut mieux alors ne pas trop tarder. On va aller retrouver Héraisty et lui dire de se préparer elle aussi. Et puis, je dois aussi voir la liste des personnes qui étaient avec nous et tout le reste. Cela va prendre pas mal de temps. »

« Tu es donc bien pressé. Ah… C’est presque dommage que tu veuilles tant quitter cet endroit. Je trouve cela assez désolant. »

« Je ne sais même pas si tu tentes de plaisanter ou si tu te moques de moi ou non. Mais dans tous les cas, tu ferais mieux de te préparer aussi vu que tu vas m’accompagner. »

« J’imagine que je n’ai pas mon mot à dire. Je suis à tes ordres, oh mon seigneur et maître. »
Franchement, il ne trouvait pas cela très drôle et ça ne serait pas la première fois qu’il lui ferait une telle remarque à ce sujet. Mais qu’importe ! Concentré sur sa tâche actuelle, il préférait faire comme si de rien n’était, se focalisant juste sur le fait de bientôt partir.

Cela lui avait pris ensuite toute la journée mais en parlant avec Héraisty, il en avait été presque à embrasser ses joues maintes fois car la jeune femme, grâce à son travail et surtout ses habitudes, avait déjà une bonne idée de la liste des membres de la précédente expédition. Ainsi, il n’avait rien à craindre et il pouvait alors compter sur elle.

Manelena semblait alors assez boudeuse mais qu’il n’expliquait pas son comportement. Trop concentré à cela, il s’était alors retrouvé assis devant son bureau avec de nombreux papiers disposés devant lui, des écrits de la part d’Héraisty, contenant de nombreux noms mais aussi leurs capacités et autres.

« Vraiment, quelle femme formidable. C’est pour ça qu’il faut absolument que les surfaciens et les démons puissent s’entendre. On loupe des choses vraiment très importantes si on décide de les ignorer ou même de les combattre. »

« Hmm, hmm… Et j’imagine que tu vas continuer à parler d’elle sans t’interrompre, c’est bien ça ? Tu me dis quand tu en seras lassé hein ? »

« Qu’est-ce que tu racontes donc par là ? Je peux savoir ce qui te prend exactement ? »

« Rien, rien. Juste que tu es en train de baver ou presque devant elle juste parce qu’elle a une bonne mémoire, rien de plus. »

« Ce n’est pas une question de baver ou autre. Simplement de reconnaître les efforts qu’elle a commis pour arriver à tout ça. »

Et voilà que Manelena émettait juste un léger grognement. Vraiment ? Il n’était pas stupide. Il savait qu’elle était jalouse… sauf que c’était de la jalousie pour des stupidités. Elle valait bien mieux que ça non ? Pourquoi alors perdre son temps à se comporter de la sorte ?

« Manelena, tu sais très bien qu’il n’y a rien entre moi et Héraisty. Te comporter comme une enfant est indigne de ton rang. »

« La dignité de mon rang, elle a bon dos, ma dignité, hein ? Enfin bref, ouais, je le sais très bien même si cela m’embête pas mal. »

Au moins, elle confirmait qu’elle avait aussi des accès de jalousie complètement ridicules. Mais il n’allait pas la juger et pour une seule et bonne raison : Elen n’avait pas fait mieux auparavant. Enfin, il pensait cela… mais Elen lui manquait terriblement. Et pourtant, à côté, il couchait avec une autre femme, pas n’importe laquelle, pas une simple connaissance mais… une véritable amie commune.

« Hmm ? C’est quoi ce visage torturé par les remords ? »

« Rien du tout, Manelena. Pendant que tu exprimais ta jalousie, je me suis simplement rappelé qu’Elen faisait de même de son côté, ce qui expliquait pourquoi je voulais éviter… de me sentir beaucoup trop proche d’elle. »

« Avec une gosse entre vous deux, on va dire que la « distance » s’est grandement réduite hein ? Donc bon, le truc des remords, j’ai du mal à y croire à force. »

« Ce n’est pas une question d’y croire ou non, loin de là.  Mais bon, avec tout ça, les préparations vont prendre beaucoup de moins de temps que ça. »

Et c’était pour ça qu’il se concentrait à fond sur son objectif. D’ailleurs, il avait presque totalement ignoré Malenela pour le reste de la soirée et lorsqu’il avait enfin levé le nez des feuilles, il était maintenant vraiment tard, non ?

« Pfiou… Je n’arrive pas à le croire que j’ai bossé toute la soirée. »

Ce n’était pas dans ses habitudes de « travailler » de la sorte mais il n’exprimait pas vraiment de fatigue. Non, il avait la sensation que si un jour, il devait retourner à la surface et travailler dans la bibliothèque de ses grands parents, cela serait son lot quotidien.

« Hmm… Et Manelena qui doit me tirer la tronche. Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? »

Il rigolait, il rigolait mais… s’il n’arrivait pas à retourner à la surface, est-ce qu’elle…

« Qu’est-ce que je vais m’imaginer ? »

C’était tout simplement ridicule. Il valait mieux qu’il aille se coucher. Envisager une vie sous la surface, avec Manelena à son service, ce n’était pas sain, pas du tout. C’était même assez sinistre que de chercher à espérer que Manelena reste ainsi et se soumette à lui de la sorte.

Allant se placer à côté de la jeune femme, il ne pouvait s’empêcher de sourire. Elle était si belle et si magnifique, c’était une aberration que de la considérer comme une simple esclave par une bande de démons arrogants.

Il vint alors tout simplement placer ses bras autour d’elle, l’invitant à se rapprocher de lui. Il n’était pas certain qu’elle puisse vraiment réagir mais qu’importe, il allait la garder contre son coeur pour aller trouver le sommeil.

Un sommeil qui ne tarda pas du tout à se montrer, contrairement à ce qu’il pensait. Lorsqu’il avait finit par s’endormir, il avait senti que Manelena bougeait légèrement, comme si elle s’était réveillée depuis déjà quelques instants.

Le lendemain matin, il avait peut-être dormi plus que nécessaire, sûrement à cause de la fatigue car il n’avait pas réussi à bouger du lit. C’est en ouvrant les yeux sur le corps de Manelena, à peine recouvert de tissu, qu’il comprenait qu’il avait encore une fois dormi dans ses bras. Grâce à elle, il reconnaissait amplement qu’il dormait beaucoup mieux maintenant.

Il serait de toute façon assez stupide que de prétendre qu’elle n’était en rien responsable de son état actuel. Oui, elle était responsable de ses nuits paisibles et ça, il n’allait pas l’oublier. Cherchant à se débattre pour quitter ses bras, il avait alors la surprise de voir qu’elle le tenait contre elle plus que la normale.

« Manelena, est-ce que par hasard, tu serais réveillée ? »

« Je ne vois pas du tout de quoi tu veux parler exactement. »

« Bon, je viens d’avoir la réponse à ma question, il semblerait que tu le sois. Ah… Est-ce que tu veux bien me relâcher ? Nous avons du travial, toi et moi. »

« Je ne sais pas de quoi tu veux parler, Tery mais bon… C’est si mauvais dans mes bras ? »

« Ce n’est pas du tout le sujet, loin de là et tu le sais très bien. Ah… Est-ce que tu vas bien, Manelena ? Tu as bien dormi ? »

« Comme un loir. Par contre, pour la fenêtre, j’espère vraiment que le sort d’invisibilité est présent ici. Pour le son, on avait fait encore quelques tests donc ça devrait aller. »

« Je pense pouvoir faire confiance à l’empereur. Si cela n’avait pas été le cas, nous aurions eu de nouveaux assassins sur le dos. »

Oui. Il préférait être franc. Mais en même temps, ce n’était peut-être plus l’heure de s’inquiéter non ? Surtout en vue de ce qui s’était passé. Il imaginait que personne n’osait s’approcher de la chambre… depuis l’incident qu’il avait causé.

Laisser un commentaire