Chapitre 56 : L’avant-poste

Chapitre 56 : L’avant-poste

« Qu’est-ce que tu en penses, Tery ? »

« Je t’avoue que la dernière fois que j’étais dans l’armée de Shunter, nous n’avions jamais fait d’avant-poste ou autre. C’était plutôt sobre … juste installer des tentes et autres. Mais là, c’est vraiment radicalement différent. »

« En bien ou en mauvais ? » demanda une nouvelle fois Héraisty alors qu’il se grattait le menton comme pour réfléchir à la question avant de déclarer :

« En bien ! Je n’arrive pas à croire que c’est vraiment nous qui avons monté tout ça. Et puis, sincèrement, je m’attendais pas à une telle préparation. »

« Oh ? Comment ça ? Tu veux parler du cuisinier ? Je pense que chaque armée doit au moins en avoir un, ça ne doit pas être si étonnant. »

« Pas un seul cuisinier, mais bien une dizaine. Et pas seulement, un forgeron, un armurier et tout le reste ! J’ai l’impression d’être dans une sorte de petite ville qui se balade. Enfin, si tu vois ce que je veux dire à peu près ? »

« Oui, oui, je vois parfaitement. Mais bon, ce n’est pas si étonnant. Ils font tout pour que ça se passe pour le mieux. Surtout quand nous sommes coordonnés. »

« Oui, oui, enfin bon … Bref, tu as compris où je voulais en venir. C’est donc franchement pas mal. Et pour le moment, nous ne sommes pas dérangés par les gnomolds. »

« Tu en as souvent parlé aux autres soldats. Ils sont VRAIMENT si effrayants que ça ? »

« Disons que tomber dessus quand tu n’es pas préparé mentalement, sincèrement, ce n’est pas une bonne chose. Ce ne sont pas des prix de beauté et ils cherchent vraiment à vous éliminer, qu’importe qui vous êtes. Mais j’ai remarqué qu’ils ont une rancune assez tenace par rapport aux démons, je ne sais pas du tout pourquoi par contre. »

« Si tu as dit qu’ils détestaient toutes les races, peut-être qu’une nouvelle est encore moins à leur goût ? Qui sait ? »

« Il doit y avoir de ça. Il y a quelques gnomolds sympathiques mais la grosse majorité sont juste des créatures bonnes à te tuer à se faire tuer. »

« On va arrêter d’en parler. Je sais que c’est moi qui a lancé le sujet mais vraiment, ils ont l’air très antipathiques. Je ne suis pas certaine que ça soit plaisant de continuer à les évoquer. Tu vas faire quoi là en attendant ? »

« Même si c’est moi … qui dirige ce beau monde, ça ne veut pas dire que je ne dois pas ignorer la tâche. Je vais aller aider les autres. »

« Et puis, voir que ta femme golem fait aussi sa part de travail, ça serait honteux que tu te reposes sur elle pour faire croire que toi aussi, tu travailles, c’est ça ? » rétorqua Héraisty tout en souriant, le jeune homme faisant de même bien qu’elle ne le voyait pas.

« Bon, je vais y aller avant de me faire taper sur les doigts par une main de pierre. »

« Et j’imagine que ça ne doit pas faire du bien, n’est-ce pas ? »

« Je n’ai jamais essayé de vérifier donc bon … et sincèrement, l’idée ne me passe pas du tout par la tête. A partir de là, je ne peux pas vérifier. Je pourrais peut-être faire planer cette menace aux soldats tire-au-flanc. »

« Et voilà, faites place à Tery le tortionnaire ! »

Une nouvelle fois, voilà qu’elle rigolait avec amusement. Son rire était communicatif, il fallait l’avouer mais il était vraiment temps qu’il se mette au travail. Il fit un petit mouvement de la main en direction de la demoiselle aux cheveux verts avant de faire demi-tour.

« Bon travail, Tery ! On tentera de se retrouver après la pause pour déjeuner ensemble ? »

« Tu ne devrais même pas proposer si tu connais la réponse ! »

Et oui, il était clair à ce sujet. Bon … Qu’est-ce qui l’attendait ? Certains fabriquaient des palissades, avec des morceaux de bois mais aussi du métal. Oui, comme ils avaient parcouru pas mal de chemin dans la grotte, il avait été déclaré qu’ils récupéraient un maximum de matériel en plus au cas où.

« Nous devrions voir pour faire une pierre plus solide et avec des mélanges de métal et de bois. Pour faire une fondation solide, vous en pensez quoi, Tery ? »

« Je ne suis pas architecte et vous êtes plus qualifié que moi. De base, je vous fais confiance et nous pourrons toujours retourner dans la grotte. Il faut éviter juste de trop de ravager le paysage autour de nous si c’est possible. »

« C’est bien noté. Utilisation des matériaux nécessaires mais avec parcimonie. Nous devons en laisser aux autres sections de l’avant-poste. »

« C’est bien ça. Les forgerons auront peut-être besoin du métal. Le cuisinier pour le bois et ainsi de suite. Mais je ne pense pas avoir besoin d’un dessin à faire. »

« C’est exact. Merci encore pour vos réponses et choix des plus rapides. »

« Il n’y a pas de quoi. L’avant-poste est fait pour perdurer, rien de plus. Nous ne pouvons pas faire un travail bâclé. Ca serait des problèmes pour le futur. »

Oui, il devait envisager plus loin, beaucoup plus loin qu’on ne le voudrait. C’est pourquoi il cherchait une solution à tout prix ou presque. Pour l’heure, les fondations de l’avant-poste étaient le plus important. Ensuite, il verra quoi faire.

Alors qu’il commençait à soulever seul un imposant morceau de bois pour la palissade, utilisant sa magie terrestre pour tenir ça avec des griffes de pierre, il marmonnait pour lui-même qu’il n’avait pas l’étoffe d’un chef. Que l’empereur Malark était un peu fou d’avoir espérer qu’il puisse faire quelque chose de son côté. Vraiment de la folie.

Mais voilà, les heures s’écoulèrent et malgré la fatigue car il voulait absolument porter l’armure pendant qu’il faisait ceci, le jeune homme était vraiment en nage quand il termina d’aider. C’était maintenant l’heure du repos.

Et comme convenu, il était juste en face d’Héraisty. Celle-ci l’avait attendu avec le sourire habituel, ayant déjà pris les deux plats pour elle et lui. Elle déposa le tout sur la table entre eux deux, ils mangeaient seuls mais pas parce que Tery en avait envie mais simplement par pure habitude. Il retira son casque, Héraisty faisant une petite moue tout en disant :

« La prochaine fois que tu viens à table, tu éviteras de le faire avec ton visage couvert de sueur. Pourquoi est-ce que tu n’as pas retiré ton armure pour les travaux ? »

« Je veux garder un poids constant sur moi, ça me permet de renforcer mon corps et … »

« Faux, il faut parfois que tu reposes tes muscles. Ce n’est pas en contraignant tout le temps ton corps qu’il va aller mieux. »

« C’est noté. Je crois que j’étais déjà au courant mais vu que je veux éviter d’être balayé une nouvelle fois, je me disais qu’avec un poids comme ça, ça sera plus difficile. »

« Si une personne maniant le vent veut te faire quitter le sol, ne t’en fait pas que qu’importe le poids que tu mets sur ton corps, tu ne pourras pas y faire grand-chose. »

« C’est ma journée ? Ou alors, tu m’en veux pour quelque chose dont je ne suis pas au courant ? Tu peux me le dire hein ? Je ne prendrais pas la mouche. »

« Ce n’est pas une question de prendre la mouche ou non, Tery. Simplement, tu te démènes beaucoup trop alors qu’il souffler de temps en temps. Un peu comme sur notre repas trop chaud, il serai temps que l’on souffle et que l’on commence à manger. »

Elle marquait un point sur le coup. Finalement, le repas fût consommé par les deux jeunes gens démoniaques, Tery prenant son temps comme Héraisty. Rien ne pressait. Enfin, oui et non. C’était à peine l’après-midi, ils avaient encore du boulot.

« Bon, je vais tout de suite retourner bosser, je peux pas laisser les autres … Héraisty ? »

« Tu n’es pas à cinq minutes près. Il faut que tu digères. Bon sang, Tery. J’ai l’impression d’avoir un enfant qui veut impressionner les autres. Tu peux regarder autour de toi ? Est-ce que tu crois qu’ils sont pressés de retourner travailler ? Ils soufflent, eux aussi. »

« Oui mais … » commença à dire Tery avant qu’elle ne le coupe aussitôt :

« Pas de mais. Tu peux arrêter de chercher des arguments à m’opposer ? Tu acceptes simplement ce que je t’ai dit et ça suffit. »

« Pfiou. Depuis quand est-ce que tu es aussi autoritaire ? »

« Depuis qu’il faut que je te surveille pour que tu ne t’uses pas la santé, Tery. Qu’est-ce que tes amis penseraient s’ils te voyaient faire du zèle ? »

« Bah, Manelena me crierait sûrement dessus. Et je ne parle même pas des autres. »

« Alors, pourquoi est-ce que tu ne m’écoutes pas ? Ou alors, j’imagine que c’est comme je le pensais, tu ne me vois pas comme une amie ? »

« Tu es bien la seule que je peux appeler ainsi parmi les démons, Héraisty. »

« Alors, tu peux écouter ton amie ? » dit-elle une nouvelle fois tandis qu’il venait juste lui faire un petit sourire amusé tout en disant à son tour :

« C’est le cas mais pendant que nous parlions, le temps s’est passé et nous devons alors maintenant vraiment retourner au travail, que tu le veuilles ou non. »

Elle poussa un petit cri de rage et de colère, se redressant pour finir par se pencher en avant. Elle le pointa d’un doigt furieux avant de s’exclamer :

« Sincèrement, tu as intérêt à être prêt ce soir car je ne vais pas te lâcher une seule fois, compris ? Tu vas très vite le regretter et amèrement ! »

« Et je sais que ce ne sont pas des paroles en l’air. Tiens, c’est assez étrange. Ca me rappelle une conversation, hahaha. »

Elle fait une petite moue dépitée avant de partir sans même répondre à sa légère provocation. S’il ne comprenait pas qu’elle faisait ça pour lui, elle ne pouvait rien faire de plus. Mais sincèrement, elle avait envie de le cogner et pourtant, elle n’était pas du genre à être violente mais ça la démangeait dans ces moments-là.

Un bon coup derrière le crâne pour lui remettre les idées en place, c’est bien tout ce qu’il méritait à cet instant précis. Bon, elle devait garder son calme. Ce n’était pas une bonne chose. Les autres renifleurs comptaient sur elle. Pour quelle raison ? Simplement parce qu’elle étai la personne la plus proche de l’actuel chef de cet avant-poste. Oh, elle avait remarqué que bon nombre de soldats ou autres avaient du mal à accepter Tery comme chef et que ce dernier lui-même ne se voyait pas en tant que tel mais ça … c’était avant.

Au fil des journées qui s’écoulèrent après le début du voyage, Tery avait continué à être lui-même. Pas de chef trop prétentieux, pas de personne trop proche des soldats, il ne le remarquait pas mais elle-même ne pouvait pas l’ignorer. Il restait un chef droit dans ses bottes mais proches de ses compagnons.
Et cela … semblait instinctif. Oui, elle avait bien remarqué qu’il ne se forçait pas à agir de la sorte avec les autres. Oui, son travail par contre, il se l’infligeait et c’était affligeant. C’était bien pour ça qu’elle était obligée de lever la voix. Pour qu’il puisse comprendre que ça inquiéterait autant les soldats qu’elle-même. Car oui, il était le seul type à porter son armure pendant la tâche. Le seul imbécile présent, c’était lui !

Ne pas s’énerver, ça ne mènerait à rien. Elle n’aurait rien à y gagner. Tout ça était de la faute à Tery. Elle salua que brièvement les autres renifleurs, se remettant au travail sans faire trop de commentaires sur le boulot des autres. De toute façon, ils n’étaient pas là pour se prendre la tête hein ? Enfin, pas de la sorte. Elle était en colère contre Tery, pas les autres.

Mais la colère vint disparaître aussi vite qu’elle était venue. Elle ne pouvait pas en vouloir définitivement au jeune démon, plutôt au jeune homme. Car oui, pendant qu’ils étaient juste tous les deux, il s’amusait à faire disparaître ses cornes.


Lorsqu’elle lui avait demandé comment il faisait cela, il avait juste expliqué qu’il n’en savait trop rien. Qu’à la base, c’était venu la première fois qu’il avait vraiment ressenti une forte haine et rage envers autrui. Mais maintenant, c’était juste comme ça. Il avait signalé que cela était sûrement à cause du fait qu’il avait eut une mère humaine et qu’il était donc un demi-démon. Ce qui empêchait donc la majorité des êtres démoniaques de faire disparaître les cornes comme si de rien n’était.

Enfin, c’était comme ça qu’il voyait les choses et qu’il cherchait à les envisager. Si c’était vrai ? Si c’était réaliste ? Il n’en savait rien du tout ! Depuis, elle n’avait pas chercher à s’intéresser plus longtemps à ça. Elle trouvait ça étrange d’avoir un crâne dénué complètement de cornes, surtout que les cornes d’un démon pouvaient différencier d’un crâne à un autre. Oui !

« Tery, si tu me dis que tu n’as pas retiré ton armure maintenant que tu en as fini pour la journée, je te promets que tu vas le regretter ! »

Oui, elle était venue le chercher pour aller manger ce soir, comme à leur habitude. Et surtout, elle le menaçait continuellement avec cette armure, surtout qu’elle n’était pas aveugle. Elle avait bien remarqué que Tery avait mal un peu partout à force de se trimballer cette carcasse métallique. Bon, d’accord, elle exagérait sur le terme carcasse pour définir l’armure vu qu’elle était d’une qualité rare mais … bon.

« Je suis prêt, Héraisty. Comme au premier jour, comme au second, comme au troisième. »

« Si tu commences sur cette voie en me disant chaque jour depuis que nous sommes ici, je ne suis pas sûre d’apprécier le fait que tu te moques de moi, Tery. »

« Vu que je ne me moques pas de toi, ça devrait passer alors … non ? Quatrième j… Je vais arrêter là, ce n’est pas très drôle. »

Et puis, il avait faim. C’était bien pour ça qu’il arrêtait le sujet et qu’il venait accompagner Héraisty jusqu’à la cantine. Oui, c’était la même pour tous, là aussi. Que ça soit le repas du midi ou du soir, pas de différence. Et ça ne dérangerait pas Héraisty. Il avait d’ailleurs remarqué que personne n’était embêté à l’idée de manger tous ensemble, que ça soit les divers architectes, les renifleurs, forgerons et autres.

« Bon bon bon, heureusement que nous avons des cuisiniers doués. »

« A ce sujet, Tery, j’ai remarqué que malgré tout, tu cherchais aussi à aider les cuisiniers ? Tu peux arrêter de trop en faire ? Tu risques de t’écrouler d’épuisement. »

« La faune et la flore ne sont pas les mêmes sous la surface et à la surface de Shunter. A partir de là, il faut bien les guider, non ? »

« Ce n’est pas une question de les guider ou pas, mais de surmenage. »

Il ne fit qu’hausser les épaules. Oui, sincèrement, pas envie de se lancer dans ce débat. Le jeune homme aux cheveux bruns replongea dans ses propres réflexions. L’avancée des palissades était vraiment très rapide et à cette allure, ils allaient finir rapidement cette dernière. Et puis, les installations étaient déjà bien avancées aussi.

Sa seule préoccupation, c’est qu’il n’avait pas encore envoyé tout de suite des éclaireurs dans les alentours. Cela faisait bientôt une semaine, voire une dizaine de jours qu’ils étaient à la surface. Ils avaient un peu rasé les alentours de la grotte dont ils étaient sortis. Elle était même au beau milieu du campement.

Mais surtout, aucune présence de Gnomold ou de soldats de Shunter et ça, c’était assez étrange. Surtout qu’il s’attendait parfaitement à ce que les Gnomolds viennent créer du trouble, vu qu’ils étaient des démons. Mais … ce n’était pas arrivé. Du moins, pour le moment et il croisait les doigts pour que ça continue ainsi.

Ah … En plus, avec cet avant-poste, il pensait que ça serait assez visible par tous et toutes. Que des soldats ou du moins des citoyens de Shunter allaient arriver par hasard mais même pas ça. A croire qu’ils étaient perdu au milieu de nulle part. Sauf que cette fois-ci, il faisait tout pour éviter que ça ne dégénère comme la précédente fois.

Oui … Il ne voulait pas que les erreurs se répètent une nouvelle fois. Il voulait des nouvelles d’Elise mais … si rien n’avait changé ? Enfin, qu’elle était toujours perdue avec Zalek et Wandy ? Et les autres ? Si il y en avait d’autres ? Il n’avait aucune idée à ce sujet. Rien du tout … et il avait une boule dans la gorge à force de s’inquiéter pour tout ça.

Maintenant qu’il était à nouveau à la surface, il n’en discutait pas avec Héraisty mais … impossible d’ignorer ce sentiment qui était revenu. Il voulait des nouvelles des trois membres de la famille royale. Il voulait savoir comment ils allaient, s’ils étaient en bonne santé, s’ils pouvaient revenir, bref tout …

Mais rien de tout ça ne sera exaucé. Il ne devait pas se bercer d’illusions. Si c’était aussi simple que ça que de retrouver quelques démons dans un endroit où les Gnomolds pullulaient, ça se saurait. Mais … il voulait y croire. Puis zut, aux grands maux, les grands remèdes. Il allait faire une annonce demain matin.

Oui, il était temps d’envoyer un démon des plus agiles et rapides pour une mission en tant que messager. Devant le silence qu’il continuait d’arborer, Héraisty l’observait, cherchant à deviner ce qu’il pensait. N’y arrivant pas, elle finit par déclarer :

« Bon, ça me fatigue un peu, Tery. Qu’est-ce que tu es en train de t’imaginer ? Tu veux bien me le dire, s’il te plaît ? »

« Je ne veux pas le dire devant les autres sur le coup. Ca sera une mission pour demain. »

« Alors, terminons le repas et tu me raconteras. »

Elle ne lui laisserait pas un peu de répit hein ? Elle devait sûrement s’imaginer que ça allait être encore un truc farfelu de sa part. Hmm … Depuis quand Héraisty était aussi collante ? Non, ce n’était pas vraiment le terme auquel il devait penser. Ce n’était pas collant …

Plutôt, elle prenait de la place auprès de lui. Elle voulait qu’il la considère comme importante à ses yeux car elle avait sûrement ressenti que sans Elise, il n’y avait plus personne à qui s’attacher. Elle ne cherchait pas une relation amoureuse, loin de là.

Le lendemain matin, à peine l’aube venant de se lever, il regardait droit devant lui. La majorité des soldats était présents. Il valait mieux de toute façon puisque dans cinq minutes, l’entraînement quotidien allait débuter. Mais tous se demandaient pourquoi il avait insisté pour que chacun soit présent et puisse l’entendre.

« BON ! J’imagine qu’il y a certains retardataires mais on va faire comme s’ils étaient présents ! Je vais demander à une troupe de cinq soldats, les plus agiles et rapides d’entre vous, de traverser les environs pour trouver au plus tôt un village d’humains. Vous ne devez pas chercher la confrontation et donc éviter tout conflit. Ainsi, les entraînements de la matinée permettront de vous départager. »

« Chef ! Qu’est-ce que nous devrons faire lorsque nous aurons trouvé ce … village ? »

« Bonne question. Merci de l’avoir posée. Vous remettrez tout simplement une lettre à la garde ou la milice qui protège le village en expliquant que c’est un message des plus importants et à transmettre aux personnes hautes-placées. D’autres questions ? »

« Y a quoi dans cette lettre, chef ? »

« Petit malin, si tu penses que je vais te le dire, tu te fourres le doigt dans l’oeil jusqu’au cou. »

Quelques petits éclats de rire puis il tape dans ses mains. Il était temps de se mettre en action et le plus vite possible ! La matinée ne faisait que débuter et bien entendu, il avait prévu quelques courses d’obstacles et autres. Héraisty se plaça à côté de lui, encore à moitié endormie. Il n’y avait pas besoin qu’elle se lève en même temps que les soldats mais bon …

« Tery, est-ce que c’est par rapport à … tes projets ? »

« Ca sera beaucoup plus simple si … on ne se met pas à dos l’armée de Shunter. J’ai envie de croire que c’est possible de résoudre tout ça sans conflit. »

« Je préfère quand tu penses de la sorte. Tu redeviens normal. »
Redevenir normal ? Comment ça ? Il n’avait pas l’impression d’avoir changé. Il avait plutôt du mal à saisir où elle voulait en venir. Malgré qu’il portait son casque, elle remarquait aisément qu’il semblait dubitatif, surtout au son de sa voix :

« Qu’est-ce que tu es en train de raconter ? »

« J’avais juste l’impression que depuis que tu avais cette armure, tu avais formé une carapace autour de ton coeur. Il s’avère que je me suis trompée donc je suis contente. »

Contente de s’être trompée ? C’était un principe qu’il avait du mal à comprendre sur le coup mais bon … Elle semblait avoir retrouvé un peu de joie et ça, c’était vraiment important à ses yeux. Bref ! Que les entraînements commencent !


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/27/d423514113/htdocs/chibi/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405

Laisser un commentaire