Chapitre 57 : Des retrouvailles

Chapitre 57 : Des retrouvailles

Une semaine s’était écoulée. Une longue semaine où il patientait ardemment pour espérer des nouvelles de la part du groupe d’éclaireurs qu’il avait rapidement formé. Des soldats en qui il avait confiance. Oui, il n’avait pas seulement jugé sur l’effort physique via les entraînements mais aussi pour être certain qu’il n’y ait pas de nouveaux coups en traître. Il ne pouvait pas se permettre ceci une nouvelle fois. Il en était hors de question.

« Chef Tery ! Chef Tery ! La troupe d’éclaireurs sont de retour ! »

Il s’était aussitôt redressé sur son siège. Oui, pour l’occasion, c’était une journée de repos pour tout le monde. Les soldats, les renifleurs, les forgerons, cuisiniers, et tout. Chacun pouvait vaguer à ses occupations habituelles. Bien entendu, tant que cela ne provoquait pas de dégâts et problèmes dans les alentours. Lui ? Il avait tout simplement décidé de lire un bouquin qu’Héraisty avait pris pour le voyage.

« Dans quel état sont-ils ? Blessés ou non ? »

« Quel état ? Euh et bien … Ils ont l’air un peu fatigués mais à part ça, ça semble aller. »

« Cela veut dire que les nouvelles sont bonnes. Faites les venir par ici et vite ! »

Oui, il était pressé de savoir ce qui s’était passé. Pour ça, il fallait que les démons éclaireurs se ramènent le plus vite possible ! Pfiou … Bon, il devait rester debout mais bien se tenir quand même. Et oui, il allait recevoir une troupe fatiguée et exténuée. Il n’avait pas à se comporter comme un enfant sur le coup !

« Tery ? Est-ce que je peux venir ou non ? »

« Héraisty ? Ce n’est pas vraiment toi que j’attendais mais bon … oui, bien entendu. »

Vu qu’elle attendait avec autant d’impatience les nouvelles des éclaireurs, il était alors normal qu’elle soit présente. La démone à la chevelure verte passa à travers l’ouverture de la tente, venant se placer à côté de lui avec un petit sourire.

« Bon et bien … Qu’espères-tu entendre, Tery ? »

« De bonnes nouvelles, bien entendu. Tu voudrais que je sois du genre à apprécier quand on m’annonce quelque chose de mauvais ? »

« Roh, ce n’est pas ça que je voulais dire mais … c’était bien une lettre pour la reine de Shunter, non ? Manelena, si je ne me trompe pas. »

« Tu voudrais savoir si j’espère qu’elle a répondu positivement ? Oui, c’est exact. En même temps, les démons ne sont pas estropiés et ne sont pas blessés. Ce qui veut dire que s’ils sont de retour, c’est qu’ils ont accompli leur mission et que celle-ci s’est plus ou moins bien déroulée. Enfin, sauf si Manelena leur a laissé la vie sauve pour une autre raison. »

Et voilà. Merci Héraisty ! A cause d’elle, il se faisait maintenant du souci pour cette lettre. Si Manelena … avait refusé la communication, tout ce qu’il espérait … serait voué à disparaître.

« Chef Tery, l’équipe des éclaireurs est de retour. Nous venons faire notre rapport mais aussi vous apporter la réponse que vous désiriez ! »

« Rentrez dans la tente, n’ayez donc pas peur. »

Il avait juste levé la voix pour qu’ils puissent l’entendre mais à part ça, aucune animosité ou colère. Pourquoi est-ce qu’il le serait à l’heure actuelle ? Il n’avait aucune raison pour ça. Loin de là même. Les cinq démons éclaireurs pénétrèrent dans la tente mais tout de suite, il remarqua une chose étrange. Ils semblaient comme … gênés.

« Vous pouvez vous exprimer librement ici. Il y a un souci ? »

« Oh, non, non, pas du tout, chef. Nous avons fini par trouver un village comme vous le désiriez et nous avons transmis cette lettre. »

« Comment cela s’est passé comme premier contact ? Ils n’ont pas été menaçants ou autres ? Ils n’ont pas chercher à vous attaquer ? »

« Oh pas du tout ! Loin de là ! Ils étaient encore assez effrayés mais pas belliqueux. Vous avez bien fait de nous prévenir de ne pas s’en prendre à eux. »

« Par contre, vous semblez avoir mis du temps à revenir. Est-ce à cause de l’attente ? »

« C’est plus ou moins ça, chef. Disons qu’il a fallut attendre la réponse et y avait une seconde lettre pour nous plus exactement. Enfin, tenez la vôtre. »

« Une lettre … pour vous ? » commença à dire Tery, tout de suite assez suspicieux. Ces démons étaient gênés, voire embarrassés … et peut-être aussi un peu confus.

« Oui, oui, en fait, c’était en réponse à votre lettre et nous en avions une spécialement pour nous. Enfin, tenez la vôtre. »

Le « chef » des éclaireurs tend encore une fois la lettre. Tery la récupère d’un mouvement vif de la main avant de l’ouvrir. Il reconnaît aisément l’écriture qui se trouve à l’intérieur. Ce n’est pas n’importe laquelle. Il s’agit de celle de Manelena. C’est donc bien elle … Il tente de ne pas montrer sa joie, la contenant à l’intérieur alors qu’Héraisty lui demandait :

« Qu’est-ce qui est écrit dedans, Tery ? De bonnes nouvelles donc ? »

« J’aimerai croire ça … vous autres. Qu’est-ce qu’elle a marqué dans votre lettre ? » demanda Tery subitement en s’adressant aux démons en face de lui. Tous vinrent se raidir, comme pris en défaut alors que les yeux émeraude de Tery étaient dardés sur eux.

« Je … Euh … Je crois que c’était justement ce qu’elle attendait. Tenez, chef. »

Ah. Comment ça ? Ils donnaient la seconde lettre ? Il commençait à être plongé dans une certaine incompréhension sur le coup. Il n’était pas cerné de ce qui allait suivre mais si ça allait continuer, il n’allait pas forcément apprécier la tournure des événements. Ou alors, peut-être que si ? Il s’était mis à lire la seconde lettre à voix haute :

« J’arrive pas à croire ce qu’elle me demande … c’est quoi cette blague ? Bonjour, Tery, quand tu liras cette lettre, cela veut dire que la première a déjà été lue par tes soins. Il semblerait que tu te sois décidé à sortir de ta tanière. Je ne sais pas trop comment je dois réagir à cette petite provocation de ta part. Surtout en vue du contenu de la lettre que tu m’as envoyée. Comme pour me confirmer que tu étais bien celui qui l’avait écrite. Je note que tu es toujours prompt à réagir de la sorte et c’est bien pour cela que je vais jouer le jeu. »

Jouer le jeu ? Il reprenait son souffle, haussant un sourcil à la lecture des premières lignes. Là aussi, par ces mots, elle confirmait qu’il s’agissait bien d’elle et non pas de quelqu’un d’autre qui écrivait ces mots. Hmm, par contre, c’était lui ou alors, il y avait une odeur qui flottait dans les airs. Une bonne odeur. En relevant le nez de la lettre, il remarquait que les personnes présentes reniflaient elles aussi.

« Je vais reprendre alors : Tu te demandes sûrement quelle a été ma réponse à cette lettre, n’est-ce pas ? Te connaissant, j’imagine que tu as aussitôt envisager le meilleur car j’ai laissé vivre tes compagnons démoniaques. Si tu veux être rassuré, je ne compte pas te tuer. Néanmoins, si par bonheur ou malheur, cela dépend du point de vue, je te mets la main dessus, tu dois comprendre que tu vas sérieusement en baver, hein ? Car oui, je ne vais pas te pardonner aussi facilement pour tout ce que tu as commis. »

« On dirait une querelle d’amoureux. » remarqua Héraisty avec un petit air dédaigneux qu’on ne pouvait pas ignorer. Elle renifla un bon coup, regardant autour d’elle comme pour trouver l’origine de ce parfum si particulier mais si bon.

« Merci bien, Héraisty. Bon, j’en étais où ? Ah oui, là. Tu te demandes aussi sûrement comment vont Elen et Royan, ainsi que ta mère et tes grands-parents, n’est-ce pas ? Si tu comptes sur moi pour te donner de leurs nouvelles, tu te fourres le doigt dans l’oeil. Tu n’as qu’à venir par toi-même. Néanmoins, j’ai appris d’après diverses sources, que tu avais réussi à te mettre dans les ennuis jusqu’au cou. Un cas classique en ce qui concerne un idiot de jeune freluquet qui pensait tenir tête à la maréchale de son pays il y a de cela quelques années hein ? Les années passent mais l’idiot reste. »

Pfiou … C’était sa journée ou quoi ? Car elle ne se privait pas pour en rajouter une belle quantité. Il avait vraiment la sensation qu’elle lui en voulait. Oh … Il devait tourner la page maintenant ! Pfiou … Bon, d’après ce qu’il voyait, la page n’était pas complète de ce côté là. Bon, bon, bon … Finissons cette lettre et zou !

« Tu est donc de l’autre côté de la lettre. C’est bien, cela prouve que tu as au moins lu la première page ou que tu ne t’es pas préoccupée de celle-ci. Mais si tu veux tout savoir, je vais te conseiller de sortir de ta petite forteresse démoniaque car tu vas avoir de la visite dans les minutes qui suivent. »

« Hein ? Qu’est-ce qu’elle veut dire par quelques minutes qui suivent ? »

Il cligna des yeux, cherchant lui aussi à comprendre la dernièr remarque dans la lettre de Manelena. Héraisty avait posé la question mais les autres démons n’avaient aucune idée d’où elle voulait en venir. Ils étaient comme eux deux. Soudainement, comme si une révélation venait d’avoir lieu, il s’exclama :

« Vous autres ! Vous avez une bonne vue non ?! Grimpez sur les tours de guet et faites vite votre rapport ! Prévenez ceux qui sont déjà dans ces dernières de faire attention ! »

Aussitôt, il s’était alarmé. C’était instinctif, il ne pouvait pas faire autrement. Le jeune homme aux cheveux bruns s’était tourné vers Héraisty qui le regardait, un peu incrédule :

« Je ne sais … pas ce qui se passe réellement, tu veux bien m’expliquer ? »

« Connaissant Manelena, ça veut dire ce que ça veut dire ! Elle n’aurait quand même pas manigancé une telle chose ?! »

Fichue question rhétorique dont il connaissait déjà la réponse ! Il était sûr et certain de ce que ça voulait dire ! Cette odeur, il savait maintenant pourquoi ça sentait le parfum ! C’était un piège depuis le début ! Et à cause de lui, tous les démons étaient tombés dedans !

Quelques instants après que les démons éclaireurs aient quitté la tente, lui-même était sorti avec à sa suite Héraisty qui cherchait à comprendre la portée des paroles de Tery. Le démon était déjà en train de grimper au sommet d’une tour de guet, se plaçant à côté de deux autres.

« Qu’est-ce que ça donne ? C’est bien ce que je redoutais ? »

« C’est … c’est … On voit du mouvement, c’est sûr ! On ne peut pas voir nos tours de guet grâce à notre magie mais nous, on peut les observer et y a pas mal de mouvement. Qu’est-ce que ça veut dire, chef ?! »

« Qu’il faut se préparer à recevoir quelques personnes plutôt importantes ! Laissez-moi faire ! » s’exclama Tery avant de descendre aussitôt de la tour de guet, passant à côté d’Héraisty tout en demandant aux démons qui gardaient les portes d’ouvrir ces dernières.

« Chef ? Qu’est-ce que vous faites ? »

« Je fais le comité d’accueil. Je suis certain qu’elle est là. »

C’est Manelena. Ce n’est pas n’importe qui. Ce n’est pas une personne lambda. Il s’agit de la reine de Shunter, de l’ancienne maréchale de son armée … mais surtout d’une amie très proche. Une amie à qui il tenait énormément malgré tout ce qu’il avait fait.

Et c’est pour cela qu’il voulait l’attendre. Les bras croisés, il patientait. Qu’importe les minutes qui s’écoulaient. Quelques soldats posaient la question mais il ne répondait pas. Nombreux étaient ceux qui s’arrêtaient dans leurs tâches. Seule Héraisty était à côté de Tery, murmurant au bout d’une dizaine de minutes :

« Tu es certain que c’est une solution ? »

« C’est la meilleure que j’ai en ce moment précis. J’espère juste que ce n’est pas … le début des problèmes. Du moins, pas ce que je pense. »

« Tery, c’était une bêtise ce que tu as fait, tu t’en rends compte ? »

« Je ne peux pas prétendre que ça n’en est pas une. »

« Je ne veux pas mourir, Tery. »

« Tu ne mourras pas. S’ils veulent ma tête, ils l’auront … mais je ne laisserai pas vous autres être en danger. Bon … Elle fait quoi ? »

Car oui, il en avait assez de patienter. C’était sûrement à cause des nerfs mais voilà quoi. Ca ne se faisait pas de le faire attendre comme ça ! Il était assez anxieux, enfin, du moins, encore assez pour trembler. Il voulait la revoir !

« Je peux savoir ce que tu attends, Tery ? »

Il sursauta sur le coup, Héraisty faisant de même alors que la voix qui s’adressait à lui était proche, vraiment très proche. Il déglutit en sentant une lame se poser sur sa gorge en même temps qu’il avait l’impression de voir un mirage en face de lui.

« C’était ingénieux d’utiliser la magie du vent pour troubler notre perception mais tu oublies que l’on peut être deux à jouer à ce petit jeu. »

« Manelena … quel plaisir de te revoir, n’est-ce pas ? »

Même s’il portait son armure sur lui et qu’il n’y avait que peu de chance que la lame ne l’affecte réellement, il ne pouvait pas nier que la voir apparaître sous ses yeux avait quelque chose de terrifiant. Les secondes s’écoulèrent et peu à peu, il pouvait apercevoir la fameuse armure noire qu’était celle de Manelena, en face de lui.

« Ingénieux, oui, que de cacher cette base de démons sur mon territoire, sans que nous le remarquions. Après tout, les démons peuvent utiliser tous les éléments, il était normal que certains soient doués dans cela. »

« Bonjour, Manelena. Je pense que l’on peut commencer par ça, n’est-ce pas ? »

« Hmm, c’est vrai. Tu as raison. Bonjour, Tery, je vois que depuis la dernière fois, tu as l’air de mieux te porter. C’est pour me ressembler que tu as pris cette armure ? »

« Pas vraiment, simplement pour me protéger vu que mes dernières sorties se sont soldées par quelques échecs. J’imagine que tu n’es pas venue seule. »

« Tu t’en doutes bien, je préfère prendre mes précautions. Bref, ta lettre était charmante. Mais passons aux choses sérieuses : tu crois vraiment que je vais laisser les démons faire un campement dans les environs ? Surtout un campement militaire. »

« Un avant-poste et comme tu l’as sûrement remarqué, nous n’avons pas fait d’effusion dans les environs. Notre but n’est pas la destruction. »

« Tu me permets d’en douter en vue du nombre de démons que vous êtes ? »

« Je la trouve bien impertinente pour une reine. C’est vraiment elle, Tery ? » demanda Héraisty alors que Manelena finissait par tourner son visage vers elle, semblant finalement la remarquer après cette courte discussion.

« Ca l’est. L’ancienne maréchale de l’armée de Shunter, le plus haut grade militaire de notre royaume mais maintenant l’actuelle reine de Shunter. »

« Une reine … C’est donc elle. Mais elle semble très familière. »

« Je t’ai plus ou moins tout raconté à son sujet en ce qui nous concerne, elle et moi. »

« Oh, je vois, Tery. Tu parles de notre histoire à n’importe quelle démone. Intéressant. Et qu’est-ce qu’elle sait donc au sujet de nous deux ? »

Il remarquait bien le ton légèrement irrité dans la voix de Manelena. Qu’est-ce qu’il y avait ? Ils ne faisaient que parler, lui et Héraisty. Et bon, la discussion n’était pas forcément d’un niveau très élevé non plus hein ?

Enfin bref, avec tout ça, maintenant, il observait juste derrière Manelena, comme s’il s’attendait à quelque chose. N’ignorant pas son regard, elle leva la main gauche en l’air, faisant un autre mouvement de celle-ci comme pour signaler que c’était bon.

« De toute façon, en vue du contenu de ta lettre, tu espérais secrètement que je ne vienne pas seule, n’est-ce pas ? »

« On ne peut rien te cacher après tout ce temps, Manelena. »

« Evites donc l’ironie avec moi, Tery. Comme je l’ai dit, je ne t’ai pas pardonné … mais d’autres personnes aimeraient te voir. »

D’autres personnes ? Oh … bor … del. Comme si un troupeau d’animaux venait de galoper en sa direction, il se retrouvait maintenant face à une armée. Une armée composée de différentes races. Cela lui rappelait des souvenirs.

Pas vraiment des bons d’ailleurs. Quand l’armée de Shunter avait tenté de résister aux autres races, cela s’était mal fini. Et là, aujourd’hui, il avait la même sensation. Comment pouvait-il en être autrement ? Il voyait des soldats dont les origines étaient de Claudiska, d’Honoros et de Traslord. Et il ne fallait pas oublier ceux de Shunter.

Il évita de poser la question en ce qui concernait les Mékalarmiens et les Gnomolds. Sincèrement, il ne voulait pas savoir où ils étaient. Simplement, il remarqua un jeune homme parmi les soldats de Traslord. Oh … Il y avait Royan. Celui-ci le regardait avec un air neutre mais il voyait aisément le petit sourire sur ses lèvres.

« Simplement une question : Pourquoi cette armée, Manelena ? »

« Une simple mesure de précaution. On ne peut pas juger une espèce à l’un de ses représentants … mais ça veut pas dire que la confiance est aisément acquise. Surtout quand cette dernière a été brisée. »

« Humpf … Je vois, je vois. Mais avec une telle armée, tu te doutes aussi que nous allons rester sur la défensive. Si nous sommes ici, c’est bien pour nous installer plus ou moins et avoir une base à la surface. »

« Entre les paroles et les actes, il y a tout un monde de différence. Pourquoi devrais-je croire tes paroles, tu peux me le dire ? »

« Je n’ai pas à t’inciter à croire à mes paroles ou non. Je veux juste que tu comprennes que nous ne sommes pas là pour des actes belliqueux … malgré tout. »

« Difficile de te donner du crédit. Enfin bon … » commença à soupirer Manelena avant de faire un nouveau mouvement de la main, comme pour inviter quelqu’un à avancer. Et ce quelqu’un vint faire raidir Tery sur place.

« E… El… Elen. »

Il était comme un enfant à cet instant précis. Il ne rêvait pas. La personne en face de lui, c’était celle qu’il pensait avoir tuée il y a de cela quelques mois, peut-être une année. Une longue année à se tourmenter. Elle portait un masque blanc, comme en hommage à ce qu’elle avait été au tout début de leur aventure.

Comment est-ce qu’il devait se comporter ? Comment est-ce qu’il devait réagir ? Comment est-ce qu’il devait faire ? Il en avait strictement aucune idée. Il était anxieux, plus qu’anxieux et n’avait aucune idée sur le moment. Il respirait bruyamment, cela inquiétant Héraisty qui lui demanda presque en chuchotant :

« Tery, qu’est-ce qu’il y a ? Tu as l’air en panique. »

« Elen … C’est Elen. La femme masquée. C’est elle … Et dans la même tenue qu’auparavant. Pourquoi ? Pourquoi … que … je pensais juste que Royan et Manelena seraient là. »

« Elen, c’est donc elle. C’est vrai … qu’elle est bien faite de sa personne. »

Ce n’était pas vraiment le genre de propos qu’il aurait cru entendre de la part d’Héraisty mais il ne pouvait que confirmer ce qu’elle disait. Surtout qu’après tout ce temps, même un an plus tard, elle n’avait pas changé … ou presque. Elle était encore plus belle que dans ses souvenirs, plus … féminine aussi. Pourtant, il n’y avait pas d’enfant dans ses bras mais son corps était définitivement devenu celui d’une femme, non plus d’une jeune demoiselle.

« Manelena, pourquoi … est-ce qu’elle est ici ? Pourquoi ? »

« Hmm ? Pourquoi ? Tu n’auras qu’à lui poser la question, n’est-ce pas ? »

Et pourquoi fallait-il ramener une armée par ici ? C’était bien là son interrogation à cet instant précis. Encore que pour l’heure, il voulait juste … s’adresser à Elen. Mais celle-ci n’avançait qu’à peine, Manelena finissant par dire :

« Tu te dépêches, oui ou non ? Bon sang, quelle empotée. Vraiment, pas l’un pour rattraper l’autre. Je te rappelle que tu as laissé ta fille à ta belle-mère pour l’occasion. »

« Oui … Oui, je viens, je viens. C’est l’émotion, Manelena. »

L’émotion. Une émotion qui lui réchauffait le coeur. Tery était là, devant elle.


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/27/d423514113/htdocs/chibi/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405

Laisser un commentaire