Chapitre 58 : Guerre totale

Chapitre 58 : Guerre totale

Il n’avait pas ouvert la bouche après cela. Il était immobile, fixe, n’osant pas prendre la parole pour faire face à Elen. Elle portait le même justaucorps que la première fois qu’il l’avait vue. Elle avait aussi ses épaulières en métal, elle était … radieuse.

« Tery ? Qu’est-ce que tu attends pour venir me serrer dans tes bras ? »

« Je ne suis pas certain que ça soit la meilleure des choses à faire en cet instant précis, Elen. Je suis vraiment désolé … surtout après ce que j’ai commis. »

« Si je suis là, c’est que je pense t’avoir compris non ? Avec cette voix dans ta tête et tout le reste, tu te doutes que je … »

« Ce n’est pas ça. Je ne veux pas que tu me pardonnes aussi aisément. Entendre une voix et agir comme ça, en faisant … comme si de rien n’était, ça ne passe pas. Pas du tout. Tu ne peux pas me pardonner en faisant comme si de rien n’était. »

Il se répétait mais c’était bien parce qu’il était troublé. Elen voulait lui pardonner alors qu’il l’avait presque tuée. C’était un acte horrible. Et que dire de l’enfant ? Lui aussi avait faillit y passer ! A cause … de … C’était juste de la chance. C’était juste grâce à la chance que l’enfant avait survécu et Elen aussi.

« Disons simplement que c’est parce que je suis bien décidée à te reconquérir, Tery. »

« Arrête tes bêtises ! Ce n’est pas aussi simple que tu le crois ! Tu le sais parfaitement ! »

« Je le sais, oui. Mais le seul qui a vraiment du mal à se pardonner, c’est toi. Tu penses sincèrement que Manelena ne veut pas que tu reviennes, malgré ce que tu as fait ? »

« Evitez de me mêler à vos histoires d’amour foireuses, ok ? Je veux pas être mélangé avec vous par rapport à tout ça. »

Manelena rétorquait comme si tout cela la répugnait mais heureusement qu’elle gardait son casque noir sur son crâne, comme Tery. Et Elen avec son masque, elle aussi, il était impossible de voir son visage. De plus en plus de démons agglutinaient derrière Tery, cherchant à savoir ce qui se passait.

Et là, il réfléchissait à ce qu’il devait faire. Il y avait une armée derrière Manelena. Qu’importe ce que l’on pensait, ce n’était pas très rassurant. L’avant-poste avait pris plus ou moins une forme correcte et était capable de contenir quelques assauts. Enfin, cela dépendait de ce qu’ils auraient en face.

« Est-ce que vous êtes venus en tant qu’ennemis ou non, Manelena ? »

« A toi de deviner la réponse à cette question. Tu ne crois quand même pas que je vais réfléchir à ta place, n’est-ce pas ? »

« J’aurai préféré que tu me le dises ouvertement au lieu de tourner autour du pot, Manelena. Ca ne m’aide en rien dans ce que je dois décider. »

« D’ailleurs, Tery, c’est vraiment toi le chef de toute la base ? »

Elen qui lui posait une question des plus innocentes. Qu’est-ce qu’il devait répondre à cet instant précis ? Il en avait … aucune idée. Le jeune homme aux cheveux bruns, sous cette armure, pouvait bien lui dire la vérité. Ca ne lui ferait pas de mal. Il n’avait pas de honte à reconnaître ça. Il devait même en être fier.

« C’est exact, Elen. Et vous autres, Manelena, Royan, comment est-ce que cela se fait que … vous êtes venus avec des soldats d’Honoros et Claudiska ? »

« Ah ça, c’est tout simplement parce que … »

« Elen, tu es priée de ne rien dire. C’est à moi de répondre. Tery, si tu veux en savoir plus, c’est aussi à toi de nous dire pour quelle raison exacte les démons ont eut besoin de créer un avant-poste dans Shunter. Vous êtes dans mon royaume. Mon royaume, mes règles. Est-ce que je me suis bien faite comprendre à ce sujet ? »

« Pas besoin d’être aussi agressive. Si notre but était de s’en prendre à Shunter, nous l’aurions déjà faits depuis longtemps. Mais avec tes paroles, tu me donnes une raison de plus de me méfier. Je ne vais pas … »

« Ah ! Tu me fatigues ! Encore et toujours ! T’es toujours comme ça. Bon … Vu que vous êtes là, tu vas pouvoir me répondre : est-ce que les mékarlarmiens ou les gnomolds sont venus dans les environs ou non ? »

Gnomolds ? Mékalarmiens ? Bon, c’était plus ou moins logique que les mékalarmiens n’étaient pas présents mais … pour les gnomolds ? De ce qu’il avait compris ou remarqué, la dernière fois, ils étaient présents … mais pas aujourd’hui ?

« Pourquoi cette question, Manelena ? Qu’est-ce qu’ils ont fait ? »

« C’est moi qui pose les questions, Tery. Toi, tu te contentes d’y répondre. »

« Seulement si je connais la raison à cette dernière. Tu ne m’es pas supérieure, Manelena. Il va falloir que tu te rentres ça dans le crâne. »

« Si tu veux faire le malin, tu n’as qu’à sortir ton arme et on réglera ça tous … »

« Manelena ! Nous ne sommes pas là pour ça ! Il faut que tu expliques la situation à Tery ! Je n’ai pas envie qu’il lui arrive quoi que ce soit ! Et c’est la même pour les démons ! »

Elen avait coupé la parole à Manelena. Bien que cela était assez fréquent dans le passé, ce n’était pas à cause d’une jalousie … mais d’une réelle inquiétude d’après le ton qu’elle avait utilisé en s’exprimant à la reine de Shunter.

« C’est vrai. Le fait que les gnomolds n’ont pas donné signe de vie ou presque depuis plusieurs semaines est problématique. Et pour les mékalarmiens, ils … »

« Manelena ! Elen ! Qu’est-ce que ça veut dire ?! Et j’ai aussi des questions à vous poser ! »

« Bon sang … Pourquoi faut-il toujours qu’on rende ça plus compliqué ?! »

« C’est pas sur moi que tu dois t’énerver, Manelena. » rétorqua le jeune homme en armure blanche, bras croisés en attendant d’avoir plus d’explications.

« Tu ferais mieux de la boucler, Tery. C’est en partie de ta faute, que tu le veuilles ou non, compris ? Rah … Bon … On va arrêter les bêtises. »

Les bêtises ? Qu’est-ce qu’elle voulait dire par là ? Elle leva la main en l’air avant de faire un geste vers l’avant. Aussitôt, les soldats commencèrent à se déplacer et Tery prenait une position défensive. Elle voulait vraiment se battre en fin de compte ?

« C’était donc ça ? Je ne pensais pas que tu agirais de la sorte, Manelena. »

« Je t’ai dit de la fermer, Tery. C’est pourtant pas compliqué ! »

« Je n’ai aucune raison qui doit me pousser à me faire. Tu vas devoir m’expliquer ce que tu veux en fin de compte ! Et d’ailleurs, j’ai une question pour vous : Est-ce que vous avez vu Elise ou non ? Elle était accompagnée de deux enfants au minimum. »

« Nous n’avons pas à te répondre, Tery Vanian. »

Encore une fois, c’est Manelena qui prend la parole en empêchant les autres de communiquer. Mais pourtant, il a jeté un bref regard à Royan. Comme le jeune homme aux cheveux bleus n’est pas masqué, celui-ci a eut une petite réaction, comme un soubresaut, en entendant le prénom d’Elise. Mais ce n’était pas de l’inquiétude qui parcourait son visage. D’accord … Au moins, le plus important était là.

« Vous ne pourrez pas passer, Manelena. Ordonne à ton armée de rester en retrait et de ne pas faire ne serait-ce qu’un seul mouvement. Merci bien. »

« Sinon quoi, Tery Vanian ? Qu’est-ce que tu comptes faire ? Nous arrêter ? »

« Tu peux justement stopper ces bêtises ? Ce n’est pas la marque d’une reine que de se comporter de la sorte. Tu vaux bien mieux que ça. »

Oui, c’était clairement une petite pique de la part de Tery en direction de Manelena mais en même temps, il le pensait sincèrement. Elle était assez impulsive la grosse majorité du temps mais ça ne changeait pas le fait qu’en réalité, elle était une fine stratège. Si elle était là, c’était pour une bonne raison. Si elle avait décidé de l’attaquer, elle l’aurait fait depuis bien longtemps … mais ce n’était pas le cas justement.

D’ailleurs, quelque chose le perturbait. Elle avait évoqué les mékalarmiens et les gnomolds, non ? Pourquoi ? Pour quelle raison précisément ? C’était bien là la question qui le taraudait depuis maintenant quelques minutes. Est-ce que cette armée était là pour une raison qu’il ne connaissait pas ? Pour autre chose ?

« Elen, je peux te demander quelque chose ? Si tu es apte à me répondre, bien entendu. » questionna le jeune homme en s’adressant à la demoiselle masquée.

« Je ne sais pas trop, tu ne cherches même pas à me prendre dans tes bras après tout ce temps. Je suis assez vexée sur le coup, je dois t’avouer. »

« Nous sommes en public, Elen. Et … pfiou … ce n’est pas pareil et … »

Et surtout, il n’a pas le droit, surtout pas après tout ce qui s’est passé. Pourquoi pourrait-il prendre Elen dans ses bras et l’embrasser ? Oui, il faut être correct. Il faut être logique. Il ne le mérite pas. Ce n’est pas possible. Il ne peut même plus la considérer comme sa femme. Mais à force de rester devant l’entrée de l’avant-poste, il finit par murmurer :

« Manelena, toi et ton armée, je veux savoir précisément : est-ce que vous êtes belliqueux ou non ? Si tel est le cas, dites-le moi. »

« Pourquoi devrais-je te le dire ? Tu n’es pas capable de savoir si c’est un piège ? »

C’est bien parce qu’elle utilisait Elen et Royan qu’il n’en était pas certain .C’était bien parce qu’il n’avait pas l’étoffe d’un chef qu’il ne pouvait pas protéger correctement les démons de cet avant-poste. C’était bien à cause d’un tas de choses … qu’il était incapable de faire tout ceci. C’est bien … pour cela qu’il était immobile à l’heure actuelle.

« Ce n’est pas un piège, Tery. » vint dire une voix à côté de lui, le faisant un peu sursauter sur le coup. Il avait complètement oublié la présence d’Héraisty.

« Ah … Ah bon ? Qu’est-ce qui te fait dire ça ? »

« Qu’est-ce que tu imagines, Tery ? Je suis une renifleuse royale, hein ? Ce qui veut dire que grâce aux phéromones et autres que peuvent produire les humains et autres espèces évoluées suivant leurs états, je suis capable de deviner ce qu’ils pensent plus ou moins. Et cette demoiselle en armure noire que tu appelles Manelena, si tu veux tout savoir, ce n’est pas vraiment le désir de conquête qui l’anime. C’est plus une autre sorte de dé… »

« Si elle ne la ferme pas maintenant, Tery Vanian, je n’hésiterai pas à la tuer. »

La femme en armure noire avait coupé la parole à la démone à lunettes, celle-ci ayant un petit sourire de vainqueur. Elle avait parfaitement calmé la situation et c’était maintenant eux qui avaient plus ou moins l’avantage. Il fallait en profiter.

« Notre avant-poste est assez petit et les démons ne sont pas aussi ouverts que moi. Je ne pourrais qu’accepter une petite partie de vos troupes à l’intérieur. »

« Ce n’est pas bien grave, Tery. Le plus important est que nous puissions parler. » déclara Royan, prenant la parole à la place de Manelena qui avait décidé de plonger dans son mutisme après sa simili-agression.

« D’accord, bon … Pfiou, j’imagine que vous trois ainsi qu’une troupe d’une vingtaine de soldats, ça devrait être suffisant. Mais pour votre armée, qu’est-ce que vous comptez faire ? Vous allez la laisser là ou lui dire de s’en aller ? »

« Ils vont rester en entourant l’avant-poste. Tu peux prévenir tes tours de garde ? »

Les prévenir que ce n’est pas dangereux et qu’il n’y a pas à s’inquiéter ? Oui, pas de problèmes, tant que c’est parce qu’il ne les mettra pas en danger, ça devrait passer. Il ne fait qu’un petit hochement de tête positif, signe qu’il allait accomplir ce qu’elle demandait.

« Ca ne sera pas très long mais … suivez-moi. »

Oui, il était temps qu’ils viennent à l’intérieur. Ah … Il demanda simplement à ce qu’on leur emmène de quoi boire et manger. Et enfin, il retira son casque ainsi que Manelena et Elen, cette dernière déposant son masque à côté d’elle.

« Vous préférez de l’alcool ou plutôt quelque chose de frais ? »

« Vu que nous sommes en train de parler d’un sujet important, évitons l’alcool. Pareil pour la nourriture, je ne veux pas que cela me tape dans le ventre inutilement. »

Il avait posé la question mais il ne s’attendait pas vraiment à ce que Manelena lui réponde aussi … distinctement. Enfin, que ça soit elle qui prenne la parole. Il devait se retenir de sourire inutilement. Ce n’était pas une bonne chose.

« Passons tout de suite au sujet principal : je veux savoir pourquoi vous êtes ici … et je ne parle pas que de ma lettre. Vous auriez pu y répondre sans avoir besoin de ramener une armée. Qu’est-ce qui se passe exactement ? »

« Manelena, si ça ne te dérange pas, je vais le lui dire, ça sera beaucoup mieux que de tourner autour du pot car on n’a aucune idée de quand est-ce qu’ils vont venir attaquer cet endroit. »

« Attaquer cet endroit ?! » s’exclama Héraisty, la démone ayant eut le droit de rester aux côtés de Tery pour cette conversation.

« Tu vois, tu ne sais pas prendre des pincettes, Royan. Maintenant, ils vont se poser cinquante questions pour essayer de comprendre ce que tu veux dire par là. »

« Je préfère qu’ils soient au courant le plus vite possible plutôt que de tergiverser à ce sujet. Mais oui, vous allez être attaqués, Tery. »

« Et … par qui ? » demanda calmement le jeune homme démoniaque, posant son regard sur Royan avant de le glisser vers Manelena. Vu que les deux personnes étaient au courant, elles allaient bien lui expliquer la situation, n’est-ce pas ?

« Les gnomolds ou les mékalarmiens, Tery. Les deux veulent la mort de votre espèce. »

« Ah ? Ce n’est plus votre cas ? » ironisa légèrement Tery avant de soupirer. « Enfin, je dis ça mais nous n’étions pas franchement mieux de notre côté … donc bon … »

« Et je ne pense pas que ça soit le bon moment pour faire de l’ironie, Tery, surtout quand des centaines de vies sont en jeu de ton côté. »

« Je le sais parfaitement mais bref … les gnomolds qui nous en veulent, ça, c’est compréhensible mais les mékalarmiens ? Qu’est-ce qu’ils ont de leur côté ? »

« Depuis quelques semaines déjà voire même plusieurs mois, les mékalarmiens capturent les démons pour extraire leur puissance magique et autres. Pour cela, ils ont capturé bon nombre de démons et n’otn pas hésité à les torturer et à leur faire sûbir les pires sévices pour arriver à leurs fins. Ca ne s’arrête pas qu’à là. De ce que nous savons aussi, ils n’hésitent pas à mutiler et tuer leurs congénères ayant les lignes de Zélisia pour créer des armes et armures capables d’éliminer encore plus aisément les démons. »

« Quelle bande de tarés. On le savait déjà un peu … mais visiblement, ils ne se sont pas améliorés depuis le temps. Et ceci explique cela au sujet de nombreux démons qui sont portés disparus … enfin entre ceux-là et ceux qui sortent dans les autres nations, on n’a aucune nouvelle à leur sujet. J’en reviens … au sujet d’Elise. Est-ce que vous … »

« Elle va bien mais elle n’est pas venue avec nous, par mesure de précaution. » stoppa aussitôt Royan, petit sourire aux lèvres alors que Tery poussait un profond soupir de soulagement.

« Tant mieux … vraiment tant mieux. Et elle était seule ou … »

« Son frère et sa sœur sont présents eux aussi … et il y avait deux autres démons qui les accompagnaient. Ils vont bien tous les cinq. »

« C’est vraiment une excellente nouvelle. Tu vois, Héraisty ? »

« Oui, oui, j’ai bien entendu. En voilà une nouvelle rassurante. Mais j’imagine que s’ils ne sont pas là, c’est qu’ils ne comptent pas revenir voir l’empereur Malark, c’est ça ? Ca permettrait pourtant de calmer sa fureur de plus en plus dévastatrice. »

« Je ne sais pas trop. Vous n’avez aucune preuve qu’Elise est vivante, n’est-ce pas ? » demanda Tery alors que Royan hochait la tête négativement.

« A part croire nos paroles, malheureusement, il y en a aucune, désolé. »

« Moi, ça me suffit amplement mais … l’empereur ne pourra pas se satisfaire de ça. Mais bon, pour les mékalarmiens et les gnomolds, vous avez des données … sur quand ils vont attaquer ou pas ? Car au final, ça serait mieux si … »

« Normalement, ça devrait être dans la journée. » déclara simplement Manelena, comme si de rien n’était, Tery se redressant :

« J’espère que c’est une blague. Et que si ça en est une, sincèrement, elle n’est pas drôle ! »

« Ce n’est pas une blague, est-ce que tu crois que je me prête à de l’humour, Tery ? »

« Et … ah ! Bon sang ! Il faut que j’aille prévenir tous les autres ! » s’exclama le jeune homme en armure, quittant aussitôt la tente alors que Manelena soupirait. Héraisty demanda :

« Pourquoi nous prévenir ? Vous êtes considérés comme nos ennemis et réciproquement, n’est-ce pas ? Alors pourquoi ? »

« Tu n’es plus d’actualité. Les démons sont plus ou moins acceptés maintenant. »

« Plus ou moins acceptés ? »

Elle n’avait pas chercher à relever l’ironie dans la voix de Manelena. Elle avait très vite compris que c’était le genre de la femme aux cheveux argentés … et aux yeux rubis. A la regarder plus longuement, elle donnait l’impression d’être comme elle : une démone. Ca ne devait pas être facile à vivre tous les jours, normalement.

Tery était parti depuis déjà quelques minutes et du mouvement se faisait entendre et ressentir autour de la tente dans laquelle ils avaient pris place pour discuter. Normal, ils étaient tous dans le branle-bas de combat, surtout s’ils allaient se faire attaquer. Manelena soupira légèrement, finissant par se relever à son tour.

« Royan, nous devrions nous préparer nous aussi. Comme si nous n’avions pas assez de problèmes, hein ? C’est vraiment triste. »

« Quand tu t’exprimes sans aucune émotion, difficile de croire que tu es triste. »

« Je sais, je sais … bon … Elen, tu es prête aussi ? Pour ton retour sur le terrain, on te propose une guerre complète. »

« Beaucoup reprennent avec un peu de chasse, moi, avec vous comme compagnons, on me mets directement dans les ennuis jusqu’au cou. »

Mais bon ! Elle n’allait pas s’en plaindre. Elle avait retrouvé Tery et maintenant, rien n’allait pouvoir les séparer ! Rien du tout ! Cette fois-ci, les précautions étaient prises et ils en avaient discuté avec Manelena et Royan.

Et pour ça, ils s’étaient alors préparé à capturer Tery et à le ramener auprès d’eux. S’occuper des démons, c’était vraiment le point le moins important dans toute cette histoire. Ah … Par contre, en sortant de la tente, entendre une voix crier :

« ALERTE ! ALERTE ! DES ARBRES TOMBENT A L’HORIZON ! »

C’était une alerte un peu unique en soi mais elle n’était pas à prendre à la légère ! Elen observa Manelena qui serra les dents :

« Les mékarlarmiens. Ils en ont rien à faire de la végétation. C’est leur méthode pour arriver à leur fin. Il va falloir que l’on se prépare au combat. Nos troupes sont déjà prêtes mais ça ne change pas qu’il va falloir les prévenir de ne pas combattre les démons. »

« Il y a des chances que nos soldats s’allient avec les gnomolds. Comment vas t-on faire, Manelena ? » demanda Royan alors que Manelena répondait aussitôt :

« Si ces derniers décident de nous trahir, on les éliminera de nos propres mains. Les ordres sont les ordres. Et pour le moment, les démons ne sont pas une menace. »

Du moins, moindre que celle des gnomolds et celles des mékalarmiens. Avec ces derniers qui avaient annoncé leur but consistant à lancer une guerre globale et en ayant les moyens d’arriver à leurs fins, autant dire que cela allait être très vite dégénérer comme d’habitude !

Laisser un commentaire