Chapitre 105 : Un triste avenir

Chapitre 105 : Un triste avenir

Les deux pieux de terre s’enfoncèrent ensemble dans un seul et même œil de la tête de corbeau. Une gerbe de sang entre le rouge et le noir s’en échappa, la tête se penchant en arrière, croassant de douleur.

« CROAAAAAAAAA ! VAIS LES … VAIS LES … »

Les deux autres têtes se tournèrent vers Tery et Manelena. Peut-être que cela n’avait pas été une si bonne idée que ça en fin de compte. S’ils avaient réussi à se débarrasser de l’aigle en une fois, peut-être ? Mais là, malgré les blessures qui s’amoncelaient sur son corps et l’oeil crevé de la troisième tête, il était toujours bel et bien vivant, toujours prêt à se battre.

« Manelena, il se peut que maintenant, nous ayons de sérieux problèmes. »

« Tu le penses ? Je ne l’avais pas remarqué, Tery. Nous aurions dût réussir à éliminer cette tête dès le premier coup. Maintenant, ils vont vraiment combattre ensemble. »

Le regard des trois têtes ne laissait aucun doute à ce sujet. Ils venaient finalement de trouver un terrain d’entente et même si l’oeil crevé continuait de laisser s’écouler un liquide à la consistance des plus douteuses, la tête de corbeau était maintenant calme, étrangement calme. Et ce fût elle qui prit la parole, disant :

« Fini de plaisanter. Nous sommes Trozéral. Nous sommes le dernier bastion contre l’ouverture des portes démoniaques. Nous ne vous laisserons pas accéder à cela. »

« Comment un tel groupe as t-il put se former de la sorte ? Comment est-ce qu’elle a put rejoindre un démon ? Pire, le fils de ce démon ! »

« Ils ne savent même pas qui ils sont, peut-être est-ce cela qui est le plus triste au final ? »

Les trois têtes parlaient normalement entre elles. Elles étaient en parfaite osmose maintenant. Autant dire que tout cela n’allait pas dans le bon sens. Lorsque l’une ouvrit la bouche, un souffle de feu se prépara. La seconde tête avait de la glace qui s’échappait de son bec tandis que la troisième, à l’oeil crevé, préparait une puissante foudre dévastatrice.

« TERY ! SAUTES ! CETTE FOIS-CI TON GOLEM TE SAUVERA PAS ! »

Manelena l’attrapa par le bras, sautant avec lui de l’écu du golem. Il tomba lourdement au sol mais voilà que Manelena le faisait rouler sur le côté, avec elle, tandis que des explosions se produisaient au-dessus de leurs têtes. HEY … HEY ! Il se passait quoi là ? C’était une nouvelle guerre entre deux royaumes ?

« Bon sang ! Tes golems sont supers mais dès qu’ils sont détruits, ça devient une plaie ! On roule, Tery ! Et tu ne t’arrêtes pas ! »

Elle tendait la main en arrière comme pour protéger Tery et elle, l’autre main gardant le jeune homme contre son armure noire. Des morceaux de roche tombaient sur eux mais elle arrivait à le protéger … et il devait faire de même ! Il tendit les mains sur les côtés, les joignant ensuite. Un dôme se pierre se forma autour d’eux, il fallait juste qu’il tienne bon.

« Tery, je pense que tu peux me lâcher … et inversement. »

Pfiou … il sentait les cheveux de Manelena sur son visage et remarqua qu’elle n’avait plus son casque noir. Malgré l’obscurité à cause du dôme, il vit que son casque noir avait été détruit sur son flanc gauche, là où justement la tête de Manelena saignait. Il tenta d’ouvrir la bouche mais elle posa une main sur celle-ci, lui disant :

« Ne parle donc pas, Tery. Je crois que hors du dôme, ce n’est pas joli à voir. »

« Hors du dôme ? MAIS Y A ELEN ET LES AUTRES ! Pousses-toi ! »

Il n’aimait pas abuser de sa force dans ces moments-là mais il repoussa Manelena sur le côté, stoppant le dôme autour d’elle et lui pour regarder la situation. Ils … s’étaient enfermés dans ce dôme combien de temps ? Une minute, même pas, non ?

« Manelena, où est-ce que … se trouvent les autres ? »

Des trous dans le sol, des rochers un peu partout, des traces de sang, des cadavres de soldats, il avait une boule dans la gorge, espérant ne pas reconnaître l’un des corps. Il avait déjà perdu Clari, il ne voulait pas perdre quelqu’un d’autre.

« ELEN ! ELISE ! ROYAN ! »

Il n’allait pas crier tous les noms car cela pouvait paraître ridicule même si à l’heure actuelle, être ridicule était vraiment la dernière chose qui le préoccupait. Il entendit quelques gémissements sur sa droite, voyant Royan et Elise. Le premier était sous la seconde, celle-ci semblant s’être mise sur l’adolescent comme pour le protéger.

« J’espère que je ne vous dérange pas … tellement. »

« Ce n’est pas drôle, Tery. On perd le contrôle de la situation. On est vraiment en danger, si tu ne l’avais pas encore remarqué. »

« Je l’ai plus que remarqué, Royan. Comment vas Elise ? Elise ? »

« Hmm … J’ai connu des jours meilleurs, je ne dois pas mentir. Mais au moins, Royan va bien, c’est tout ce qui compte, n’est-ce pas ? »

« C’est exact, je t’en remercies, Elise. Je vais me relever. »

Plus facilement, le jeune homme aux cheveux bruns vint aider Royan et Elise, jetant un œil à Manelena. Celle-ci était auprès de Séran, l’imposant homme restant debout, bras tendus sur les côtés comme pour faire rempart de son corps.

« TERY ! SERAN EST DANS UN SALE ETAT ! »

Comment ça ? A ce point ? Le jeune homme délaissa Elise et Royan, sachant que ça irait parfaitement de leur côté. Il couru en direction de Séran, ne voyant pas Sérest. Où est-ce qu’elle se trouvait maintenant ? Il lui était arrivé quelque chose de grave ?

« Il va … mal … mais ce n’est pas mortel. »

La voix très faible de Sérest n’était pas faite pour le rassurer. Il la chercha du regard, remarquant les nombreues brûlures à ses ailes mais aussi sur son corps. Krawnia était adossée à un reste d’un mur de pierre, une aile complètement gelée, le bras droit ensanglanté. Qu’est-ce qui s’était passé en si peu de temps ?

« C’est … Trozeral qui vous a fait ça ? Où est-ce qu’il se trouve ? »

« Dans … les airs. Pour contempler ce qu’il a réussi à accomplir. » murmura faiblement Sérest alors qu’elle cherchait à se relever avec difficultés.

« Où est Elen ? Je ne la vois toujours pas ! Et Séran ? Qu’est-ce qu’il a fait ? Il ne répond plus quand on lui parle ! Qu’est-ce que … »

« Il est … juste évanoui et blessé gravement mais il s’en sortira. Désolée mais pour nous, c’est terminé. Les pouvoirs démoniaques sont si puissants. »

« Ne vous en faites pas, je veux juste … retrouver Elen et je vais m’occuper de lui. »

Il n’avait pas pensé que les dégâts seraient si importants. Pourtant, l’aigle tricéphale n’avait fait qu’une simple attaque, n’est-ce pas ? Comment est-ce qu’il avait réussi à accomplir ça ? Et l’aigle ? Où … Ah oui, en hauteur. Il leva les yeux vers le ciel, voyant le monstrueux et majestueux oiseau à trois têtes. Il les survolait de toute sa splendeur.

« ELEEEEEEEEEEEEEEEEEEEN ! »

Il criait son prénom du mieux qu’il le pouvait mais il n’avait aucune réponse. Où est-ce qu’elle … hein ? L’aigle tricéphale gesticulait dans les airs. Pourquoi est-ce qu’il se comportait ainsi ? Hum ? C’était étrange, il avait l’impression que …

« ELEN ?! MAIS QU’EST-CE QUE TU FOUS LA-BAS ?! »

Qu’est-ce qu’elle faisait sur l’aigle ? Elle était folle ou quoi ? Mais surtout, comment est-ce qu’il pouvait faire pour la rejoindre ? Et qu’est-ce qu’elle faisait là ? Et surtout, elle allait comment ? C’était de la pure folie de sa part ! Il se tourna vers Manelena, lui criant :

« Je vais rejoindre Elen ! Elle est sur l’aigle ! Je comprends pas ce qui lui prend ! »

« Ne commets pas de folie non plus ! Tu ne peux pas l’atteindre !  Tu n’es pas capable de voler, Tery ! C’est tout simplement impossible ! »

« Ça ne fait pas parti de mon vocabulaire, Manelena. Et tu le sais aussi bien que moi. »

Ce n’était pas une raison pour qu’elle le laisse faire. Elle s’apprêtait à retourner à son niveau mais le jeune homme posa une main sur le sol, la pierre se mouvant sous lui. C’était dangereux, vraiment très dangereux ce qu’il comptait faire. Mais des fois, il n’y avait aucune autre possibilité. Il devait rejoindre Elen le plus vite possible ! Le souci, c’est que c’était un aller sans retour. Il jeta un bref regard en arrière, clignant des yeux en s’exclamant :

« Manelena ? Mais il te prend quoi ? Je peux savoir ? »

Elle était elle aussi en train de courir sur ce pont de pierre qui ne faisait que s’allonger et se tordre dans tous les sens, se dirigeant au fur et à mesure en direction de l’oiseau tricéphale qui tournoyait sur lui-même, toujours avec Elen sur lui.

« Tais-toi et continue de nous emmener jusqu’à lui ! On n’aura qu’une chance ! »

Une seule chance ? C’est vrai qu’avec toi personnes sur lui, l’aigle allait sûrement se défendre avec ardeur et rage. Déjà qu’il semblait fulminer dans les airs, Elen devait lui rendre la vie impossible bien que Manelena et Tery ne pouvaient pas le voir.


Garder les yeux posés sur lui. C’était l’unique cible qu’il devait avoir dans champ de vision et rien d’autre. L’unique créature qui allait lui causer des problèmes majeurs. L’unique être dont il devait se débarrasser pour que tout soit terminé. Il ne s’était juste pas attendu à une telle force de la part Trozéral mais maintenant, ils étaient préparés.

« ELEN ! ON ARRIVE ! TIENS BON ! »

Aucune réponse de la part de la jeune femme aux cheveux blonds. Il n’arrivait pas à voir où elle se trouvait sur Trozéral. Qu’est-ce que ce fichu piaf en avait fait ? Manelena arriva jusqu’à lui, le jeune homme sentant que le vent le portait avant qu’elle ne dise :

« Accroches-toi, Tery. Je t’envoies là-bas ! Je vous rejoins tout de suite ! »

Hein ? Comment ça, elle comptait l’envoyer ? Elle posa une main dans son dos, le jeune homme se sentant projeté en avant en direction de l’aigle tricéphale. WOOOOOOW ! Elle était complètement folle ou quoi ?! Il devait se préparer à agripper l’aigle mais une tête se tourna vers lui, couverte d’entailles en tout genre.

« Toi aussi ! Tu es là ?! Vous êtes deux pauvres fous ! A combattre ensemble alors que vous êtes destinés à vous entretuer ! Vous cherchez à lutter contre votre destin ! »

« Ah, voilà que ça me semble plus normal ! J’avais l’impression que tu étais différent des autres mais dans le fond, tu es exactement pareil. Tu me hais, n’est-ce pas ? »

« Je ne hais pas ce que vous êtes ! Je hais ce que vous faites ! Les portes démoniaques doivent continuer à être fermées ! Même si elle se met en travers de notre chemin, on ne doit pas laisser faire les démons qui ont réussi à l’avoir comme alliée ! Je vais te becqueter ! »

Il aurait bien aimé réagir mais vue la vitesse à laquelle il fonçait vers l’aigle et celui-ci avait déjà le bec grand ouvert, il n’avait pas pouvoir réellement éviter ce qui allait lui arriver. C’est à ce moment là qu’un corps sauta sur le sommet du bec, tendant une main vers Tery pour l’agripper. Il se retrouva allongé dans le plumage de l’aigle, Elen le gardant contre elle, une main serrant fermement une touffe de plumes.

« Ah … Ah … Merci Elen, ce n’est vraiment pas facile, je dois t’avouer. »

« J’ai eut peur … que tu étais mort, Tery. Je suis désolée … Je ne suis pas belle à voir. »

Pas belle à voir ? Pourquoi est-ce qu’elle disait cela ? En voyant son visage, il comprenait où elle voulait en venir. Il n’y avait pas que les yeux vairons mais son visage était parcouru par des veines noires et blanches, celles-ci se croisant. D’une taille anormalement grosses, on aurait put croire que son visage n’était qu’un masque dont les veines étaient de nombreuses fissures, prêt à se briser à chaque seconde qui défilait.

« Ne t’en fait pas, tu restes magnifique, Elen. Et je pensais pareil. »

« Voilà pourquoi il ne faut pas vous laisser tous les deux ensemble ! Voilà pourquoi il faut absolument que tu meures, suppôt démoniaque ! Il faut absolument qu’elle soit libérée de ta manipulation ! Tu joues avec son coeur trop bon, comme celui de Zélisia ! »

« JE … SUIS … LIBRE D’AIMER QUI JE VEUX ! »

Qu’est-ce qu’ils avaient tous à vouloir gérer sa vie amoureuse ? Tery était un démon et alors ? Il était tout autant humain à ses yeux qu’un autre ! Et c’était lui et pas un autre qu’elle aimait justement ! Ce n’était pas des créatures millénaires, capables de tout ravager sur leurs passages, qui allaient lui donner des leçons d’amour !

« Elen, est-ce à cause de ça que tu es ainsi ? »

« Essaie de deviner, Tery ?! Ils continuent à me parler comme si je n’étais qu’une enfant ! Ils croient que je suis incapable de prendre mes décisions seule ! C’est vrai que je n’ai jamais eut de parents mais ce n’est pas une raison pour me prendre pour une idiote ! »

« Tu as eut des parents, jeune fille. Ils étaient exceptionnels et … »

« EXCEPTIONNELLEMENT ABSENTS ! »

Et elle ne voulait rien savoir à leur sujet ! Ils étaient maintenant trois sur l’aigle tricéphale, Manelena ayant réussi à les rejoindre. Trois personnes, cela semblait faire son poids, surtout que Manelena était en armure complète ou presque.

« Les démons t’ont corrompue, Elen. Ce monde est voué à sa perte si tu restes de leur côté. »

Vraiment ? Et qu’est-ce qu’elle devait y faire ? Les créatures légendaires continuaient de lui répéter cela mais pourquoi devait-elle les croire ? Pourquoi est-ce qu’elle devait imaginer un jour ne plus exister avec Tery ? Pourquoi devait-elle se plier à ces êtres dont elle ne connaissait rien et qui voulaient le séparer d’elle ?

« HORS DE QUESTION ! TERY ! MANELENA ! IL FAUT FRAPPER EN MÊME TEMPS ! » hurla t-elle une nouvelle fois alors que les deux autres personnes remarquaient que l’arc blanc se modifiait sur ses bords, devenant des pointes acérées.

« Elen, ne deviens pas aussi barbare ! La haine risque de perturber tes lignes d’Alzar. »

« TAIS-TOI TERY ! JE FAIS CA POUR NOUS DEUX ! ILS VEULENT ME SEPARER DE TOI ! JE NE ME LAISSERAIS PAS FAIRE ! HORS DE QUESTION ! » continua t-elle de crier alors que Tery et Manelena se regardaient, soucieux.

« Faisons comme elle le dit … mais Trozeral ne nous laissera pas faire. »

« SI ! Il sait qu’il doit mourir POUR MOI ! »

Elle parlait d’une voix si intimidante qu’il se demandait s’il s’agissait vraiment de la même personne. L’aigle tricéphale s’arrêta dans les airs, à quelques mètres au-dessus du sol, battant simplement des ailes pour planer.

« Si tel est votre choix … Elen. Nous nous plierons à votre décision. »

« Sachez simplement que vous commettez une effroyable erreur en cherchant à nous tuer. Nous ne serons jamais réellement mort, qu’importe la méthode utilisée. »

Qu’importe ! La femme aux cheveux blonds s’en fichait pas mal de ce qu’ils pensaient ! Comme s’ils avaient quelque chose d’intéressant à lui dire. Soulevant l’arc, elle regarda Tery et Manelena. La femme en armure noire tenait fermement son épée, celle-ci ayant repris une forme normale tandis que Tery avait fait apparaître une griffe des plus imposantes.

« En prenant cette voie, vous êtes voués à vous tourmenter pendant des siècles. Cet amour est contre-nature et n’aurait jamais dût voir le jour. »

« Vous regretterez amèrement ce que vous tentez de faire. »

« PIRE ! On sait ce a déjà été fait, croaaaaa ! Comment leur enfant et celui de ce démon peuvent-ils tous les deux s’aimer ? INCONCEVABLE ! »

Puis tout s’arrêta. Les trois armes se plantèrent dans les trois crânes en même temps. La créature légendaire ouvrit ses becs mais aucun croassement ne sortit de la troisième tête, les autres restant muettes elles aussi.
Le corps tomba au sol, les trois humains s’agrippant aux plumes pour ne passer par-dessus bord et percuter le marbre de façon bien moins plaisante. L’aigle tricéphale ne bougea plus, les yeux grands ouverts, Elen finissant par se relever la première, Tery et Manelena restant agrippés au cadavre de l’oiseau.

« Et voilà, finalement, c’est fait, bon débarras ! »

Encore une fois, le langage de la demoiselle aux cheveux blonds contrastait avec d’habitude. Son œil gauche devenu rouge, elle fixait le cadavre avant de donner un petit coup de pied dans la tête de corbeau, reprenant la parole :

« Tery ? Tery ? Dis moi comment est-ce que tu vas … Tu vas bien ? »

« Je ne sais pas si je suis capable de te répondre correctement, Elen. J’ai besoin de voir comment vont les autres. »

Il finit par quitter le cadavre de l’oiseau, se remettant debout en titubant. Il remarquait maintenant les nombreuses blessures d’Elen sur son corps, sûrement causée par les serres de l’aigle tricéphale. Celui-ci … s’était tout simplement rendu avant de mourir ?

« Pourquoi est-ce que le chef des créatures légendaires … s’est laissé faire ? »

« Qu’importe, Tery ! Qu’est-ce que ça fait ? Maintenant, tout est fini ! Où sont les autres ? J’espère pour eux qu’ils sont vivants ! Et il va falloir que l’on descende tous ensemble. »

« Elen, est-ce que l’on peut respirer un peu, s’il te plaît ? »

Il poussait un profond soupir avant de finir par s’asseoir. Mais pourtant, après quelques secondes, il se releva avant de commencer à vagabonder parmi les ruines. Voilà qu’il aidait les soldats encore vivants, ainsi que les membes de son groupe. Tous vivants … mais tout salement touchés par les différentes attaques de l’aigle tricéphale.

« Je n’ai pas eut impression que nous étions gagnants … »

« On va dire que la victoire est plutôt amère, Tery. Comment vont Manelena et Elen ? Elles ne semblaient pas aller en parfait état. »

« Manelena, ça peut aller, juste une blessure au crâne … rien de dramatique. Elen, elle en a de nombreuses mais rien de grave non plus. Elle a juste … son souci dès qu’elle utilise les lignes d’Alzar. Elle se laisse trop aller dans ses sentiments et elle devient … vraiment mauvaise. »

« Je pourrais tenter de l’aider, Tery, si tu le veux. Mais d’abord, il me faudra m’occuper de mon homme à moi même si normalement, les soins sont plus dans ses capacités. » répondit Sérest alors qu’il finissait de lui parler. Bien entendu, c’était normal.

« Prends le temps qu’il faudra. J’imagine que nous avons tout le nôtre maintenant. »

« C’est exact … Par contre, Tery, une dernière chose. Pour descendre, il va falloir que l’on passe à des étages où nous n’avons pas été … et Krawnia ne les connaît pas non plus. »

« On verra ça en temps et en heure. Je m’occuperai des êtres qui irons nous barrer le chemin. Néanmoins, je pense qu’ils vont nous laisser tranquilles normalement. »

« Si seulement, Tery. Si seulement … »

Pour la première fois, il avait l’impression de voir le véritable de Sérest. C’est vrai qu’elle avait déjà plus de trente ans d’après ce qu’il remarquait mais elle semblait si vieille … et si fatiguée surtout en ce moment même. Il hocha la tête avant de dire :

« Je vous le promets, madame Sérest. Je pense que tout le monde a besoin de repos. Peut-être devrions-nous rester ici pendant une heure et ensuite, nous descendrons. »

« Ca sera pour le mieux. Merci de ta considération. »


Sa considération consistait tout simplement à ne pas réagir de manière trop absurde. Il calma Elen, lui disant qu’ils allaient faire une pause. Ils avaient terminé avec les créatures légendaires. Aucun de ces êtres n’était encore vivant dorénavant. Tout était fini … et pourtant, les fameuses portes ne s’étaient pas ouvertes. Comme quoi, il n’y avait pas eut à s’inquiéter plus que cela. S’effrayer pour pas grand-chose, n’est-ce pas ?


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/27/d423514113/htdocs/chibi/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405

4 réflexions sur “ Chapitre 105 : Un triste avenir ”

Laisser un commentaire