Chapitre 13 : Preuve de faiblesse

ShiroiRyu
ShiroiRyu

Les derniers articles par ShiroiRyu (tout voir)

Chapitre 13  : Preuve de faiblesse

« Hmm… Comment s’est passé ta nuit, Manelena ? »

« Plutôt bien, pas un bruit, personne pour venir me déranger, rien de tout cela. Bref, j’ai dormi comme une souche et ce n’était pas déplaisant. »

« Hmm, tant mieux. Je dois avouer que je n’ai pas trouvé le sommeil aussi aisément. »

« Â cause d’hier, c’est cela ? » dit-elle dans une question qui se voulait légèrement rhétorique, le jeune homme hochant à peine la tête. « Tu n’as pas à t’en faire. Si quelque chose se produit ou se passe, nous serons alors mis au courant et nous pourrons réagir en conséquence. Continuer à s’inquiéter ne mènera à rien de bon. »

« Ce n’est pas des plus rassurants, Manelena. »

« Et cela, est-ce que ça te rassure ? » dit-elle en venant déposer ses lèvres sur la joue de Tery, l’embrassant brièvement. Il la regarda, interloqué par son action. « C’est comme ça que se saluent les amis proches, non ? Du moins, lorsqu’ils se retrouvent le lendemain. »

Pourquoi est-ce qu’elle posait la question ? Elise et… Clari dans le passé, agissaient de la sorte mais elle ? Ce n’était jamais le cas. Du moins, pas de cette manière. Et donc, le voilà complètement immobile, Manelena claquant des doigts devant ses yeux pour le faire réagir avant de finir par marmonner :

« Je savais bien qu’il ne fallait pas que je fasse ça ! Ça m’apprendra à… »

C’était maintenant elle qui s’arrêta dans ses paroles, Tery venant lui rendre la pareille. Malgré qu’elle laissait paraître un visage qui se voulait le plus neutre possible, une légère rougeur anima ses joues alors qu’il murmurait :

« C’est exact, Manelena. Bonjour à toi aussi. »

« Comment est-ce que tu vas de ton côté ? Enfin, à part ce sommeil pas si réparateur que ça en fin de compte, tu vas… bien ? »

« Ah, j’ai envie d’aller voir les autres démons, Héraisty et tout cela. Savoir comment cette première nuit s’est passée. Tu veux bien m’acccompagner ? »

« Même si tu ne voulais pas que je t’accompagne, tu aurais été obligée de me supporter. Désolée pour toi mais je ne le suis pas. »

Ah, elle avait retrouvé du mordant, comme à son habitude. Il ne cacha pas le petit sourire amusé qu’il avait aux lèvres avant de se remettre en route… pour aller prendre le petit-déjeuner dans la cantine. Bien entendu, ce n’était pas parce que Manelena était une reine à la surface qu’elle allait avoir un traitement de faveur. Et Tery, bien qu’il était le chevalier personnel d’Elise, n’allait pas manger à la même table que l’empereur.

« Tu verras, nous ne sommes pas si mal logés que ça quand même, non ? Déjà que tu as une chambre personnelle et je… »

« Je ne crois pas m’être plainte de ma situation, Tery. Tu sais, j’étais une simple soldate avant d’être maréchale. Tu penses vraiment que mon père approuvait mes actes ? »

« De ce que je sais au sujet de l’ancien roi de Shunter, je ne suis même pas sûr qu’il s’intéressait vraiment à ce que tu faisais. »

« Ce n’est pas faux, malheureusement. Enfin bref, tout ça pour dire que j’ai quand même mangé à la même table que d’autres soldats. Encore récemment, je ne fais pas de différence entre moi et les soldats. »

Il le savait parfaitement, c’était bien pour cela qu’il ne faisait pas plus de remarque. S’installant à table à la droite de Manelena, les deux personnes discutèrent, l’air de rien, observant à peine les regards dédaigneux de certains soldats. Dire qu’avant son retour avec les prisonniers, il avait réussi plus ou moins à calmer le jeu.

Malheureusement, il semblerait que cela n’avait pas duré assez longtemps. C’était triste mais bon, il ne pouvait rien faire contre ces personnes bien pensantes qui considéraient que ceux qui n’étaient pas d’accord avec elles étaient dans le tort. Et tout cela quitte à le prouver d’une manière assez violente.

Enfin, de ce côté, la violence, depuis que la femme golem avait éliminé le démon qui avait tenté de l’assassiner, cela avait permis de montrer aux autres qui espéraient le blesser pendant l’entraînement, qu’il valait mieux ne pas le prendre à la légère. D’ailleurs, la femme faite de pierre noire avait été des plus calmes depuis qu’il y avait Manelena. Elle les suivait, sans rien faire de plus. Mais elle semblait comme… heureuse que Manelena soit là.

« Dis moi d’ailleurs, bon, là, il n’y avait pas d’endroit spécifique vu que nous dormions dans des tentes sur le chemin mais… Clari dort toujours avec toi ? »

« Toujours. C’est comme mon ange gardien. Sans elle, je crois que je serais mort depuis déjà quelques mois. Je ne t’ai pas raconté ? »

« Je ne suis pas certaine. Malgré que nous avons passé pas mal de temps ensemble ces derniers temps… étrangement, nous n’avons jamais discuté de tout ça. »

« Peut-être que je ne voulais pas me lancer dans le sujet, ça se peut aussi. Enfin bref, je vais te raconter plus ou moins ce qui s’est passé. »

Et surtout, cela ferait un petit sujet de conversation avant qu’ils n’aillent voir les autres démons. Sur le coup, il n’allait pas omettre le fait qu’il dormait avec Elise, du moins, pas tout le temps et pas pendant cet évènement. Bien entendu, il s’était attendu aux grognements de Manelena mais surtout, il expliquait ce dont Clari était capable de faire.

« Je me suis toujours demandé… pourquoi est-ce qu’elle est aussi « vivante », Tery. Dans tes livres, rien ne parle de tout ça ? »

« Pas le moins du monde. Comme souvent, c’est juste pour créer différentes sortes de golem mais celui-ci, de base, il n’était pas prévu. Je ne pensais pas que je serais capable de donner vie à un golem permanent qui semble indestructible. »

Hum hum. Et elle en savait quelque chose. Elle avait été obligée de se confronter à Clari et cela n’avait pas été une partie de plaisir. Elle se rappelait aussi comment elle avait créée, la rage qui animait Tery et… en le regardant, là, maintenant, elle ne savait pas quoi penser.

Oui, il semblait totalement innofensif même si elle savait que ce n’était pas le cas. Elle sentait que le poids des années commençait à être trop lourd pour les épaules de Tery. Tery n’était pas quelqu’un de combattif, qui cherchait vraiment à montrer que la force avait loi. Non, c’était tout le contraire. Il avait toujours essayé de dialoguer auparavant, la majorité du temps. Maintenant ? Elle ne savait plus.

Le repas étant terminé, Tery et elle se dirigèrent vers la demeure d’Héraisty. Même si Manelena ne l’appréciait pas spécialement, pour une raison obscure que Tery ne voulait pas savoir, la démone restait vraiment adorable aux yeux de ce dernier. Pourtant, lorsqu’ils toquèrent à la porte et qu’elle ouvrit, ils sentaient que quelque chose clochait.

« Tery ! Manelena ! Vous êtes venus me chercher après avoir appris la nouvelle ? »

« Quelle… nouvelle ? » demanda Tery en la regardant avec interrogation, Manelena faisant de même, toute aussi étonnée que le jeune homme.

« Oh, d’accord. Je vois, vous nétiez pas au courant donc. Je crois que je vais devoir vous expliquer en chemin. Si vous voulez bien attendre que je me prépare un peu. »

Se préparer ? Ils allaient où ? Visiblement, c’était déjà décidé qu’ils n’allaient pas rester chez Héraisty mais à part ça, silence complet. Et d’après le ton employé par Héraisty, cela semblait assez grave. Quelques minutes passèrent et ils étaient tous les trois maintenant dehors, Héraisty au milieu de Tery et Manelena.

« J’ai appris qu’un assassinat avait eu lieu cette nuit. Quelque chose de vraiment horrible. J’ai été appelée dans la matinée mais je n’étais pas sûre que je devais m’y rendre seule. Heureusement que vous êtes passés, je ne voulais pas… sortir de chez moi, j’étais inquiète. »

« Mais inquiète à quel sujet, Héraisty ? Et puis, tu as parlé d’un assassinat. »

« Oui, Tery. Onos, tu te rappelles de lui ? »

Onos ? Il avait entendu le nom parmi les nombreux démons qui les accompagnaient mais à part cela, il ne pouvait pas vraiment prétendre le connaître. Pourtant, il venait d’hocher la tête positivement comme pour chercher à rassurer Héraisty.

« Je vais nous emmener sur les lieux du crime. Je suis habilité à pouvoir m’y rendre et avec toi à mes côtés, Tery, je suis certaine qu’on nous donnera plus d’informations. »

« Mais attends, Onos, il ne faisait pas partie de ceux qui avaient un « prisonnier » avec lui ? »

« Si si, une prisonnière même. De ce que j’avais cru comprendre, il s’était proposé pour elle et disons qu’ils… étaient assez proches, de ce que j’ai cru comprendre. »

« Cétait une soldate de Shunter, Tery. Viviana, si je ne me trompe pas. »

Le fait qu’elle parle d’elle au passé montrait que la femme aux cheveux argentés n’avait que peu d’espoir sur la santé de la dite-soldate. Le regard froncé, elle continua de suivre Héraisty, non-loin de Tery, jusqu’au lieu du drame. Contrairement à ce que le jeune homme pensait, il n’y avait que peu de curieux, la majorité des démons semblant en avoir rien à faire de ce qui s’était passé.

Et pour cause, le jeune homme vint déglutir en voyant l’état des deux cadavres au sol. Il reconnaissait vaguement les deux êtres allongés par terre, du moins, ce qu’il en restait. Car oui, la soldate semblait avoir été souillée par son agresseur ou ses agresseurs … mais à moitié dévorée en prime. Le démon avait eu la « chance » de ne pas avoir subi la première partie de l’agression même s‘il lui manquait la moitié du corps à lui aussi.

« On connaît les coupables ou… » commença à dire Manelena, son regard rubis se portant sur les passants, certains ayant un petit sourire aux lèvres.

« Il vaut mieux ne pas s’attarder sur leurs corps, Manelena. Tery ? Qu’est-ce que tu fais ? »

« Je ne vais pas laisser deux cadavres au beau milieu de la rue ! Ce sont des… compagnons. Il faut au moins qu’ils soient enterrés et… »

« Tery, je vais juste te demander d’être fort… et de ne rien faire, s’il te plaît. »

Le ton de Manelena se voulait froid et sec mais il sentait une pointe de colère. Il la regarda en écarquillant les yeux, ne comprenant pas ce qu’elle voulait dire. Enfin si, il comprenait mais il ne voulait pas comprendre !

« Manelena, tu es vraiment en train de me demander de les abandonner ? »

« Nous ne pouvons pas faire autre chose. Ces démons pathétiques attendent que cela nous affecte mais il vaut mieux faire comme si de rien n’était. »

« Je suis d’accord avec elle, Tery. Même si Manelena n’est pas une démone, elle a très vite compris comment se passe notre mode de vie dans les plus basses sphères du monde souterrain. Nous serions bien mieux à juste prévenir les autres de faire très attention. »

« Et tu crois vraiment que je vais laisser passer ça ? Alors qu’ils ont assassiné, non, c’est même pire, vous avez vu ce qu’ils ont fait à Viviana ?! »

« Je le sais très bien, Tery. Mais tu ne peux pas t’en prendre à toutes les familles nobles de la capitale pour espérer trouver celle responsable de ce crime. »

« Et donc, on ne doit rien faire, c’est bien ça ?! »

« Tery, je n’ai pas dit une telle chose. Simplement, Héraisty, il y a de fortes chances que tu ne sois pas ciblée dans tout ça, tu l’as compris ? »

« Oui, Manelena. Ils vont s’en prendre aux démons qui ont décidé d’avoir des prisonniers avec eux. Ils veulent goûter à cette « nouveauté » et cette fraîcheur. Cela ne m’est jamais venu à l’esprit, je dois le reconnaître. »

« Donc ce que nous allons faire, Tery, maintenant, si tu veux bien te calmer, nous allons nous préparer à prévenir tout le monde. Héraisty, je ne connais pas vriament les démons et tout le reste, tu veux bien alors te charger de ça ? »

La renifleuse royale prit une profonde inspiration. Malgré ce qu’elle disait, elle était affectée tout autant que Tery, jetant un nouveau regard aux deux cadavres. Elle murmura :

« Pas de soucis, Manelena. Oui, je connais plus ou moins chaque famille qui a un prisonnier avec elle. Je vais leur transmettre ce qui s’est passé, s’ils ne sont pas déjà au courant, pour qu’ils puissent alors se préparer à réagir en conséquence. »

« Merci bien. Tery ? Nous allons rentrer au palais mais, avec ce que tu m’as dit hier, nous ne serons pas plus en sécurité, c’est bien ça ? »

« Pas le moins du monde. Ils peuvent rentrer dans le château de l’empereur, d’une façon ou d’une autre. L’empereur lui-même, je ne crois pas qu’il nous aidera. »

« Rien d’étonnant. La loi du plus fort est la meilleure, c’est ce que je crois remarquer ici. Ou alors, la loi du plus vil. J’imagine que cela doit dépendre de la façon dont on prend toute cette histoire. Bon… Ce fût bref, Héraisty, mais moi et Tery, nous allons retourner au château. »

« C’est normal. Nous ne sommes plus en sécurité ici. Tery ? Est-ce que tu pourras voir avec le monarque pour nous renvoyer en mission le plus tôt possible ? Avec moi… s’il te plaît. »

« Il est hors de question que je te laisse en arrière, Héraisty. Pas dans cette capitale. »

« Merci, Tery. »

Et sans un mot de plus, elle vient l’enlacer dans ses bras, restant ainsi pendant quelques secondes qui durent une éternité aux yeux de Manelena qui finit par lever ces derniers vers le plafond de pierre. C’est vraiment sinistre l’absence de ciel.

« Je n’aime définitivement pas ce monde souterrain… pour le moment. Et ce n’est pas avec e qu’ils viennent de faire qu’ils vont me permettre de l’apprécier. »

Elle avait marmonné ensuite quelques paroles incompréhensibles, Tery finissant par inciter Héraisty à le relâcher. Il l’adorait comme démone, ça ne faisait aucun doute.

« Je vais quand même voir si je ne peux pas avoir une prisonnière ou un prisonnier moi aussi. Je ne sais pas, me sentir seule chez moi, avec tout ça, je ne suis pas rassurée. »

« Mais si tu fais ça, tu risques d’être prise comme cible, Héraisty ! »

« Je le sais, Tery. Mais au moins, je ne serais pas seule. On se revoit demain alors ? »

Elle ne lui laissa pas tellement le choix. Après avoir posé sa question sans attendre de réponse, elle était déjà partie, comme si de rien n’était, laissant seuls Tery et Manelena. Celle-ci vint prendre la main de Tery dans la sienne, le forçant à la suivre pour reprendre le chemin vers le château. Elle était vraiment de mauvaise humeur sur le coup.

Et sur le chemin du retour, aucun ne chercha à converser avec l’autre. En même temps, qu’est-ce qu’ils pouvaient espérer dire ? Ils venaient de voir deux cadavres de personnes qui pouvaient être considérées comme « proches » ces dernières semaines ? Oh, des morts, en ayant été dans une armée, ce n’était pas la première fois… mais là, ils n’étaient pas sur un champ de bataille.

Ils étaient dans la capitale des démons, un endroit qui, normalement, devait être sécurisé ! Et ce n’était pas du tout le cas ! C’était tout le contraire ! Ils risquaient plus de se faire tuer qu’autre chose en restant dans un tel lieu. Finalement, lorsqu’ils arrivèrent au château, la main de Tery serra avec plus d’insistance celle de Manelena avant qu’il ne dise :

« Ce soir, Manelena, si cela ne te dérange pas, je voudrais plutôt… que tu dormes avec moi. Clari pourra veiller sur nous et surtout, je me… sentirais mieux. »

« Tu as besoin d’une nourrice pour te border, Tery ? Ah… Bon, c’est d’accord. »

Il ne s’était pas attendu à ce qu’elle accepte aussi rapidement mais il la remercia d’un petit hochement de tête. S’il n’avait pas besoin de s’expliquer pourquoi, cela lui faisait gagner un temps des plus précieux et il poussa un soupir de soulagement.

« Par contre, je te préviens, Tery. Tu ne vas pas t’imaginer des choses, d’accord ? »

« Ça ne sera jamais le cas, Manelena. Je ne vais pas profiter de ta personne, loin de là. Je ne suis pas comme ça, tu devrais pourtant le savoir. »

« Oui, c’est bien dommage d’ailleurs. »

« Hein ? Tu as dit quelque chose, Manelena ? »

« Rien du tout. Préparons-nous pour le reste de la journée et allons ensuite nous coucher. Clari va vraiment dormir en nous surveillant ? Elle ne va rien faire d’autre ? »

« Bien sûr que non. Qu’est-ce que tu voudrais qu’elle fasse précisément ? »

« Je ne sais pas, elle ne vient jamais te déranger pendant que tu dors ou autre ? C’est Clari quand même non ? Elle n’a pas son caractère ? »

« Je dirais que si mais… tu sais, c’est une femme-golem. Elle ne sera jamais réellement Clari, qu’on le veuill et qu’on le désire. C’est tout simplement impossible de ramener les morts à la vie, c’est pour cela que je veux éviter absolument que mes proches soient blessés. »

Elle avait lancé un sujet un peu fâcheux, elle le savait parfaitement. Elle le regarda alors qu’il faisait une petite mine dépitée. C’est vrai, le sujet restait toujours aussi douloureux aux yeux de Tery. Elle reprit d’une voix qui se voulait douce, ton inhabituel chez elle :

« La seule chose dont je suis certaine, c’est que malgré ce que tu dis, Clari est toujours là. Sous une autre forme mais aucun golem connu depuis des siècles n’avaint une apparence aussi parfaite et humaine, Tery. Je suis certaine que… même à l’intérieur de ce corps, ce n’est pas juste un amas de roche mais tout un travail d’orfèvre. »

« Un travail d’orfèvre ? Co… Qu’est-ce que tu veux dire par là ? »

« Eh bien, je suis certaine qu’à l’intérieur de Clari, il y a une multitude d’organes fait de pierre. Tu n’as jamais remarqué que les yeux de Clari peuvent t’observer ? Et ne sont pas figés dans la pierre ? »

Hein ? Il ne s’était jamais posé la question, c’est vrai. Maintenant, il se tourna vers la femme-golem, la regardant en face. Elle avait bien des yeux de pierre mais, en faisant un pas de côté, les yeux suivaient sa personne. Ce qui voulait dire que c’était bien deux sphères qui composaient les yeux et ce n’était pas un simple « morceau » de roche qui représentait chaque œil. Il cligna des yeux, murmurant :

« C’est impressionnant, Manelena ! »

« Ca l’est et tu ne te rends pas compte de ce que tu as fait comme prouesse. D’ailleurs, il te faudra aussi me parler de ce que les démons pensent des golems par ici aussi. J’imagine que ça nous fera un sujet de conversation pour la nuit. »

« Ah oui, discuter dans le lit ? Pourquoi pas. »

C’était même une bonne chose. Il sera moins anxieux que maintenant. D’ailleurs, savoir Manelena à ses côtés, il avait du mal à mettre de l’ordre dans ses sentiments à l’heure actuelle. Il n’avait aucune idée de comment il devait réagir maintenant qu’il savait qu’elle allait dormir avec lui.

Enfin bon, avec tout ça et avec ce qui s’était passé par rapport à cet assassinat, il n’aura pas le temps de se reposer. Le reste de la journée se déroula aisément, comme si de rien n’était puis vint le moment où… il allait devoir dormir avec Manelena. D’ailleurs, comment est-ce qu’elle… oh… Oui, c’est bon. Lui-même s’était déjà préparé pour dormir avec juste un pantalon de toile et rien en haut.

« Qu’est-ce que tu espérais, Tery ? Que j’allais porter une nuisette ou quelque chose du genre ? Je ne suis pas en sécurité ici. »

D’accord mais bon, elle portait elle aussi un pantalon de toile et une chemise qui était un peu trop tirée par ses formes. C’est vrai. Il oubliait parfois que Manelena, sous son armure assez épaisse et noire, avait un charme féminin assez prononcé. Enfin, disons un charme égal à sa taille. Il détourna les yeux alors qu’elle finissait par s’installer dans le lit, à côté de lui.


Elle jeta un bref regard à la femme-golem, celle-ci étant parfaitement immobile, à côté de la fenêtre de la chambre. Même s’il ne lui avait rien dit, Clari avait pris cette position pour éviter qu’un nouvel attentat n’arrive par cet endroit. De plus, il suffisait alors de jeter un bref regard sur la porte pour qu’elle puisse agir là aussi.

Manelena le secoua légèrement de l’épaule, lui demandant s’il était toujours motivé à parler avant d’aller dormir. Il signala que oui, les deux personnes commençant à évoquer quelques petites anecdotes chacun de leur côté, à l’époque où ils étaient séparés. Même si cela avait duré un peu trop longtemps aux yeux de chacun, ils voulaient en parler. Et cette nuit-là passa bien plus rapidement que l’un et l’autre l’avaient prévue.

Laisser un commentaire