Chapitre 14 : Mauvais climat

Chapitre 14  : Mauvais climat

« Ah… Pourquoi est-ce que je m’en doutais ? »

La jeune femme aux cheveux argentés s’était réveillée en première, comme elle l’avait imaginé. Et surtout, elle avait la non-surprise de voir qu’elle et Tery s’étaient étreints pendant la nuit, le jeune homme ayant la tête calfeutrée contre ses seins. Ah… Un bon gros soupir singulier, signe non pas de son exaspération, loin de là, mais simplement qu’elle n’avait rien fait pour empêcher ça. Et surtout, son regard étudia Clari. La femme-golem n’avait pas bougé de son emplacement.

« Tu as vraiment fait ton rôle de gardienne jusqu’au bout hein ? Je trouve ça vraiment admirable dans le fond, n’est-ce pas ? »

Bien sûr, elle ne s’attendait pas à une réponse de la part de Clari. Par contre, elle devait peut-être faire réagir Tery ? Car même si cela faisait un bon bout de temps qu’ils n’avaient pas dormi ensemble, il ne fallait pas qu’il en profite trop. Encore que la question se posait pour savoir qui profitait de l’autre à l’heure actuelle.

Enfin… Elle commença doucement mais sûrement à le repousser d’une main, cherchant par là à se séparer de lui avant de reculer dans le lit. Ah… Vraiment quelle bouille d’ange quand il dormait hein ? Difficile à croire qu’il vivait des choses horribles presque au quotidien.

« Je ne suis pas forcément mieux hein ? Humpf … Bon allez, je ferais bien d’aller me passer un peu d’eau sur le visage. »

Même si elle n’était pas des plus féminines durant la journée, elle prenait quand même soin de son corps. Par contre hors de question de se laver plus que nécessaire en présence de Tery. De la pudeur, elle en avait, même si dans l’armée, elle avait bien vite remarqué que pour beaucoup d’hommes et de femmes du bas peuple, ce n’était pas grand-chose.

« De toute façon, pour le moment, ce n’est pas le lieu pour ça. »

Elle avait fini par se regarder dans le miroir en face d’elle. Elle n’avait pas une mauvaise mine. Elle n’était pas vilaine même si un peu décoiffée. Elle s’observa plus longuement, de haut en bas, comme si elle était en train de noter ses défauts physiques mais aussi ses qualités. Elle semblait aussi se comparer à une personne absente.

« Je ne pourrais jamais la remplacer, je sais bien. De toute façon, nous allons devoir tout faire pour tenter de retourner à la surface. »

C’était devenu presque une obligation. Elle sentait que tout cela allait dégénérer un peu trop rapidement. D’ailleurs, le fait que ces démons n’attendaient même pas une semaine pour agir montrait bien par là que la loi du plus fort était celle utilisée dans la capitale.

« Tery devrait normalement se faire dévorer tout cru. Et comment est-ce qu Héraisty peut elle aussi réussir à survivre ? »

Car oui, la démone, avec son caractère singulier, ne lui donnait pas l’impression d’être du genre à avoir une grande survivabilité. Peut-être cachait-elle sa véritable force ?

« Bon, Tery, tu te réveilles ou alors, il va falloir que je te foutes hors du lit ? »

« Hmm, non, maman, s’il te plaît. On est dimanche et… »

« Ah oui ? C’est comme ça que tu le prends ? Tu crois vraiment que je suis ta mère ou quoi ? Je vais te donner une raison de me craindre ! »

Elle s’était rapprochée du lit, craquant ses doigts avant de faire apparaître ses lignes d’Alzar sur ses bras. Aussitôt, elle souleva le lit avec facilité avant de le faire pencher sur le côté, faisant tomber le jeune homme sur le sol, tête la première.

« AIEEEEEEE ! Qu’est-ce qui se passe ?! Pourquoi je suis au sol ? »

« Car tu as cru que j’étais ta mère. Je ne suis pas si vieille par rapport à toi ! »

« Mais ce n’est pas une raison non plus pour me jeter comme un malpropre ! Je crois pas que tu aies remarqué que ça fait super mal, tout ça hein ? »

« Hmm ? Je le sais bien et ta mère m’a déjà dit qu’elle te le faisait souvent car tu n’étais qu’une feignasse à l’époque. Qu’est-ce que tu es devenu aujourd’hui hein ? »

« Un fainéant qui a eu du grade, c’est ça que tu veux dire ? » demanda le jeune homme dans un petit soupir de dépit, finissant par se relever en s’étirant et en gémissant un peu de douleur. C’est que ça faisait mal de se prendre le sol au réveil !

« Je n’ai pas déclaré cela, loin de là, d’accord ? »

Manelena émit un grognement de mécontentement alors que Tery était maintenant correctement réveillé. Il se tourna vers Clari, la remerciant pour sa surveillance avant de proposer à Manelena d’aller manger un bout à la cantine.

Et pour les projets de la journée ? Ils n’étaient pas obligés de s’adonner à l’entraînement quotidien des sodlats de la capitale, c’était pourquoi il proposa une nouvelle fois d’aller rendre visite à Héraisty, même si cela ne plaisait pas du tout à Manelena.

« Ouais, ouais, j’arrive, j’arrive ! Tu restes là, Héraisty ! On sait jamais ! »

Une voix féminine qu’ils ne reconnaissaient pas se fit entendre l’autre côté de la porte de la demeure d’Héraisty. La porte s’ouvrit, laissant paraître une femme encore plus grande que Manelena, aux oreilles pointues et à la musculature qui ne laissait place à aucun doute sur le fait qu’elle était sensiblement plus forte que Tery. Des cheveux rouge comme le sang, quelques cicatrices aux bras et une petite à la joue droite, ses yeux bruns fixèrent Manelena et Tery d’un air neutre… avant de faire un grand sourire.

« Oh mais c’est vous, cheffe ! Hey, Héraisty, c’est la reine de Shunter ! Et le petit gars dont elle est a… OUCH ! »

Elle n’avait pas terminé sa phrase, Manelena ayant envoyé son poing assez violemment dans le ventre de l’honorienne. Malgré le coup, elle pouffa plus qu’elle ne souffrait.

« Hahaha ! J’ai compris, j’ai compris, on doit rien dire ! T’es Tery, nan ? Bon ben, je suis la prisonnière d’Héraisty. Par contre, elle a pas encore réussi à me mettre les menottes ! »

« Tu sais bien que je ne ferais jamais ça, Lindé. Enfin bon, Tery, Manelena, vous avez décidé de venir me voir chaque jour ou quoi ? Je ne dis pas que je vais m’en plaindre mais aujourd’hui, je vais devoir aller travailler, vous savez ? »

« Je le sais bien, Héraisty. C’est simplement savoir… si ta nuit s’est bien passée ou non. Et d’aileurs, je ne savais pas que tu avais une prisonnière au final. »

« Oh, eh bien, après ce qui s’est passé hier, malgré tout ce que j’ai dit, je pense qu’il valait mieux pour moi que j’ai quelqu’un pour m’accompagner au cas où. Je ne suis pas tellement rassurée en fin de compte donc voilà. »

« Je me charge de protéger ma « maîtresse » quoi ! Elle est si petite par rapport à moi et puis, c’est une intellectuelle donc, ça serait marrant. »

Lindé semblait être le genre d’honorienne qui représentait parfaitement sa race. Même si elle ne semblait pas bien méchante, elle avait tout l’air d’une petite brute qui préférait foncer plutôt que de réfléchir. Un grand classique.

« Au cas où, personne n’est venu vous importuner, c’est bien ça, hein ? »

« Pas du tout, Tery. En même temps, je sais que tu t’inquiètes car nous sommes deux femmes mais j’ai constaté à quel point Lindé était puissante physiquement. Je ne m’inquiète pas trop, je dois vous avouer. Mais bon, on ne sait jamais. »

« Maintenant que tout le monde est sur les nerfs et surttout sur ses gardes, je pense que ça devrait se calmer un peu mais … quand même, restez toujours sur le qui-vive, d’accord ? »

« Est-ce que c’était uniquement pour ça que vous êtes venus ? » demanda une nouvelle fois Héraisty, Tery hochant la tête positivement.

« Il est beaucoup trop inquiet à votre sujet. Je n’arrête pas de lui dire que ce n’est pas bon mais il ne veut rien entendre, pour ne pas changer. Tu es usant, Tery. Et ce n’est pas faute de te prévenir à chaque fois, hein ? »

« Je suis désolé de me préoccuper des personnes que j’apprécie. C’est de ma faute, je le reconnais amplement, ha… ha… ha. »

Le rire qui accompagnait les paroles de Tery n’avait rien d’amusé. Avec tout ce qui s’était passé, il était normal et logique que de vouloir protéger les personnes qu’il appréciait. Â les écouter, il était fautif de vouloir leur sécurité.

« Mais maintenant que tu es ici, Tery, tu veux bien m’accompagner jusqu’a mon lieu de travail ? En même temps, je pourrais te parler de ce que j’ai appris. Cela risque de t’intéresser même si ce n’est pas forcément une bonne nouvelle. »

« Je ne suis pas certain que cela me rassure, tu te doutes, non ? »

« Je le sais bien mais je sais aussi que tu aimerais être au courant. Enfin bref, tout cela pour te dire que j’ai appris que des partisans d’Halyza et Haiktos ont prévu de revenir dans la capitale dans les jours qui suivent. »

« Ce n’est pas déjà le cas ? Je veux dire, je ne crois pas qu’ils auraient laissé la capitale sans aucune personne pour les informer de la situation, non ? »

« Oui mais là, s’ils sont de retour, c’est bien à cause de nous, de ces prisonniers de la surface. Il faut que tu parles avec l’empereur Malark avant qu’il ne soit trop tard. J’ai la sensation que si nous ne faisons rien, cela va vite rendre la vie impossible pour nous tous. »

« Tu crois qu’ils vont tenter de manipuler les gens de la surface et les démons qui les accompagnent ? Même si majoritairement, il n’y a aucune chance ? »

« Je ne peux pas te dire, j’ai aussi appris une autre chose mais cela demande une vérification par contre car rien n’est sûr. »

« Et quelle est cette autre chose que tu veux nous révéler, Héraisty ? » questionna Manelena, les bras croisés. « Même si ce ne sont que des rumeurs, on ne sait jamais sur quoi on peut tomber donc il vaut mieux que tu nous le dises. »

« Les individus au service d’Halyza auraient visiblement des objets inconnus avec eux, qui proviendraient de la surface. Cela attire encore plus la méfiance et donc… »

« Ils auraient noué un contact avec des êtres de la surface… mais de quelle nation ? » compléta Manelena en grognant.

« Aucune idée, je ne peux pas vous le dire malheureusement. Enfin, je ne vais pas tarder à aller au travail ! Tu viens aussi, Lindé ? »

« Hahaha ! J’ai pas la gueule d’une… renifleuse royale, si c’est bien le nom ? Mais bon ! Au moins, ils viendront pas t’embêter là-bas ! »

« Au revoir, Tery. Au revoir, Manelena. On se revoit dans les prochains jour pour me dire comment s’est passé l’audience, d’accord ? »

« Cela sera fait, Héraisty. Je vais juste te dire de bien travailler en espérant que tout se passe bien là-bas, d’accord ? »

« Hihihi, merci beaucoup, Tery. Au revoir ! »

Elle répéta la même gestuelle, saluant les deux personnes avant de partir de son côté avec Lindé. À nouveau dehors avec Manelena, il murmura simplement de se mettre eux aussi en route. Allant vers la cour pour s’entraîner avec le reste des soldats, le duo commença quelques mouvements, ne faisant que s’affronter l’un et l’autre.

Comme il connaissait la puissance de Manelena, il ne cherchait pas à se restreindre. Il voulait même montrer aux autres démons à quel point elle était forte. Ainsi, peut-être que certains éviteraient alors de lui chercher des noises… ou alors se mettront à plusieurs.

« J’ai l’impression que tu te donnais beaucoup plus que d’habitude, Tery. »

« Tu te fais sûrement des idées, Manelena. Je suis pareil qu’auparavant. Après le repas, j’aimerais voir si je peux avoir une audience avec l’empereur. Ce n’est pas comme avec toi, je ne peux pas vraiment rentrer dans la salle du trône sans raison valable. »

« Est-ce que tu insinues que tu peux venir comme tu veux chez moi ? »

« Disons que j’ai plus de facilités à rentrer car je connais la gentille reine qui dirige Shunter ? Est-ce que c’est une bonne excuse ? »

« Tsss, vraiment, pour qui est-ce que tu me fais penser ? Allons-y. »

Elle n’allait même pas chercher à se battre avec lui pour le coup. Il pouvait raconter n’importe quoi. Ne se préoccupant pas des regards des gardes du palais, le duo se dirigea jusqu’à la salle du trône, demandant aux soldats qui se tenaient devant la double porte si l’empereur Malark était là et surtout disposé à bien vouloir communiquer avec eux.

« Nous allons signaler votre présence. Si vous voulez bien patienter. »

Ce n’est pas comme s’ils pouvaient vraiment proposer autre chose, de toute façon. Attendant que le soldat revienne, celui-ci indiqua que l’empereur voulait bien les rencontrer. Pourtant, en le voyant en face à face, il était difficile de prétendre que l’empereur était ravi de les revoir tous les deux.

« Tery Vanian, Manelena ? Je ne t’appellerais pas reine en ces lieux, tu dois te douter. »

« Oui, j’ai plutôt compris ma position en vue de ce qui s’est passé hier. » répliqua la femme aux cheveux argentés, agaçant presqu’aussitôt l’empereur.

« J’ai appris ce qui s’est passé. C’est malheureux mais c’est plus fréquent que ce que l’on croit. Cela est dommage que ça soit arrivé sur l’un de vos camarades. »

« Ce n’est pas vraiment ça le problème, empereur Malark. Le souci résiderait plutôt dans le fait que cela risque de devenir de plus en plus flagrant. On ne peut pas considérer nous ouvrir vers la surface si des personnes qui en sont issues se font dévorer. »

« Comme tu le sais bien, ici, seule une loi peut régir les autres. »

« Celle du plus fort, empereur Malark. Mais ce n’est pas comme cela que les démons pourront finir par s’ouvrir aux autres races. »

« Tery Vanian, nous en avons assez discuté. Il est impossible de changer la mentalité d’une race juste parce que tu le désires et en quelques semaines. Cela prend des années voire des décennies. Surtout quand la dite race a été scellée et enfermée dans ce monde souterrain à cause de deux divinités. Est-ce que tu pensais vraiment que tout se passerait aussi aisément que ça ? Tu n’as pas imaginé que cela pourrait se produire ? »

« Je ne pensais pas que… enfin… Vous étiez au courant et vous n’avez rien fait ? »

« Je n’ai pas à réparer les erreurs d’autrui. Tu es le seul responsable de tes actes, Tery. Et avant que la reine de Shunter ne prenne la parole, ce qui semble la démanger, j’ai bien précisé de ses actes, non pas de ceux commis par les démons de la capitale. Cela est ancré dans leur sang et Tery devait s’en douter lui aussi. »

« Ce n’est pas une question de doute mais de… »

« De désir de voir le monde évoluer dans le bon sens, que cela soit du côté des surfaciens ou des démons, je le sais parfaitement, Tery Vanian. Mais le monde ne tourne pas forcément dans le sens que l’on désirerait. Il faut que tu te rentres ça dans le crâne. Tu as pourtant bien vu et même vécu cela, non ? Est-ce que toutes ces tentatives d’assassinat sur ta personne ne représentaient donc rien ? »

« Pas de ma faute de lui dire d’arrêter de croire que le monde est tout gentil et rose bonbon mais qu’importe ce que je dis et ce que je fais, il ne veut pas changer. »

Pour la première fois, l’empereur semblait comme amusé par les propos de Manelena, visiblement satisfait de voir que la jeune femme aux cheveux d’argent étaient d’accord sur son point de vue, ce qui lui faisait comprendre que malgré son timbre de voix provoquant lorsqu’elle s’exprimait, elle avait les caractéristiques d’une membre de la famille royale.

« Tery, les morts, ça arrivera tous les jours, que tu le veuilles ou non. En restant en plein coeur d’un endroit où plus tu es de sang noble, plus tu as de pouvoirs et de droits, ce ne sont pas les étrangers qui vont avoir le plus d’avantages. Toi, peut-être que tu n’as pas grand-chose à craindre, du moins, disons que tu auras moins de soucis que d’autres puisque de ce que j’ai compris, ça n’a pas empêché certains membres de la famille royale de vouloir t’éliminer. Héraisty, y a aussi des chances qu’elle soit tranquille. Son métier de renifleuse royale reste des plus importants mais à côté, son existence ne met pas en danger les bases même de la société formée par les démons. On ne sait pas même pas si elle est issue d’une origine assez haute parmi la noblesse ou non ! Mais les démons qui nous accompagnent ? De ce que j’ai compris, ce sont des démons désavoués par leurs familles pour la grande majorité d’entre eux. S’engager dans cette expédition, c’était leur permettre d’obtenir un peu de gloire et de se faire valoir aux yeux de leurs parents, proches et relations ! Je suis certaine que tous savaient que ça n’allait pas forcément bien se finir comme histoire. Mais est-ce que tu as entendu une complainte de leur part ? Non, ils étaient plus lucides que toi. La seule chose qu’il aurait mieux valu faire, c’est prévenir les surfaciens à ce sujet mais ça, tu n’y as pas pensé et j’ai manqué de vigilance. »

Elle avait parlé, beaucoup parlé même. Peut-être trop à son goût. Mais l’empereur avait eu la décence de ne pas lui couper la parole et Tery semblait comme affligé par les propos de Manelena. Les épaules affaissées, il finit par murmurer :

« Donc au final, ce que tu dis, c’est qu’importe ce que je fais, ce monde restera toujours aussi pourri, que ça soit à la surface que souterrain ? »

« Ce n’est pas ce que j’ai dit, Tery. Tery ? Hey ! » dit-elle en voyant que le jeune homme tournait le dos à l’empereur et à elle-même.

« Je vais juste aller prendre un peu l’air. Pardonnez-moi, empereur. »

« Tu es tout excusé, Tery Vanian. Sache néanmoins que tu n’es pas le seul à avoir cette vision même si tu manques de lucidité. »

« Pardon du dérangement encore une fois, empereur Malark. »

« De futures lois sont en préparation pour parler de ce que nous allons faire par rapport à l’arrivée des surfaciens. Néanmoins, je dois te prévenir : Il ne faut pas espérer que cela soit en leur faveur. De nouvelles règles seront annoncées. »

« Je vais aller le rejoindre. Empereur Malark. »

Manelena s’était brièvement inclinée devant le monarque, sentant qu’elle n’avait pas à continuer une conversation qu’elle trouvait assez déplaisante à la base. Retrouvant Tery bien vite, celui-ci avait toujours la tête baissée, marmonnant quelques mots, plus comme pour les baragouiner qu’autre chose :

« Inutile de toute façon, ça sert à rien. Je fais tout ça pour rien… »

« Tery, je préfère que tu arrêtes de te morfondre plutôt que de te voir dans cet état. »

« C’est facile pour toi de dire ça, Manelena. Tu n’as pas à devoir supporter l’échec constant de tes tentatives pour améliorer le monde. »

« C’est en se relevant de ses échecs que l’on fini par progresser, Tery. »

« De bien belles paroles. Ou alors, on peut voir ça comme ça. Chaque nouvel échec ne fait que t’enfoncer plus profondément. »

« Ah… Bon, qu’est-ce qui te ferait aller mieux, Tery ? » demanda t-elle en désespoir de cause, Tery s’arrêtant dans sa marche, les yeux émeraude se posant sur elle.

« Rien du tout ? Est-ce que cela te convient comme réponse, Manelena ? Je vais juste chercher un coin tranquille et réfléchir à comment rendre le monde meilleur… tout en envisageant les pires crasses dont seraient capables les personnes avec un peu d’intelligence. Vu que c’est dans le sang de chacun de plus vouloir faire souffrir l’autre que de l’aider et l’apprécier. »

« Je vois. Qu’importe ce que je te dirais, tu feras la sourde oreille. Alors bon, je ne sais pas pourquoi je vais perdre mon temps à discuter. Allons donc trouver un banc ou autre. »

« Hmm ? Mais je viens de te dire que je voulais être… »

« Tu n’as pas dit que tu voulais être seul, juste un endroit tranquille. »

Elle venait de lui couper la parole et il comprenait que ça ne servait à rien de discuter. Elle n’allait pas le laisser seul, surtout pas dans cet état. Le jeune homme poussa juste un petit soupir, fatigué et usé par les évènements. S’installant sur ce qui semblait être un banc, la mine assombrie, le jeune homme sombra dans le silence, Manelena faisant de même. Elle allait se montrer patiente… comme à son habitude avec Tery.

Laisser un commentaire